Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mort en Île-de-France

 | 
Martine Tabeaud

Anthropologie et archéologie funéraire : la mort néolithique en Île-de-France

Pascal Sellier, Philippe Chambon, Esther Gatto, Julio Bendezu-Sarmiento et Mark Guillon

Texte intégral

Nous tenons à remercier tous les collègues qui ont accepté de nous fournir des renseignements et plus encore ceux qui nous ont ouvert leurs collections ou nous ont autorisés à reproduire leurs clichés photographiques : P. Allard, J. Degros, Y. Lanchon, J. Leclerc, D. Mordant, J.-B. Roy, J. Tarrête, C. Valéro ; nos remerciements vont aussi à Martine Tabeaud pour son accueil lors du colloque et sa grande indulgence au cours de son travail d’édition.

1Le Néolithique est la période qui voit l’adoption et la mise en place définitive d’un mode de subsistance fondé sur l’agriculture et l’élevage ; il est divisé en plusieurs phases (Néolithique ancien, moyen, récent et final) et correspond, en Île-de-France, aux Ve, IVe et IIIe millénaires av. J.-C. Par rapport aux premières étapes de la Préhistoire, le Néolithique correspond à une multiplication manifeste des témoins funéraires, en particulier dans le Bassin parisien, et plus encore vers la fin de la période (BAILLOUD, 1974 ; PEEK, 1975 ; MASSET, 1993 ; MASSET et SOULIER, 1995 ; SOULIER, 1998 ; CHAMBON et SALANOVA, 1996 ; CHAMBON, 1999).

Introduction à l’archéo-anthropologie funéraire néolithique

2Alors que, pour les époques historiques, les sources écrites apportent un complément, une interprétation... ou parfois une contradiction, l’archéologie préhistorique est conditionnée par les seuls vestiges matériels retrouvés lors des fouilles. Notre connaissance de la mort néolithique découle exclusivement de pratiques dont les traces ne se sont pas encore totalement effacées et dont témoignent les restes qui se sont conservés (en particulier les restes humains, osseux et dentaires). Il faut noter aussi que l’archéo-anthropologie permet rarement de reconstituer la totalité du fonctionnement d’une nécropole ou d’une sépulture mais nous donne une image de son état final, c’est-à-dire le plus souvent de son état d’abandon.

3Les structures réservées aux défunts varient considérablement selon les sites et les phases du Néolithique : simples fosses, modestes structures en bois, abris-sous-roche, grottes naturelles ou artificielles (hypogées), coffres ou grandes allées sépulcrales (mégalithiques ou non) ; parfois même des gestes très différents coexistent : dépôt primaire ou secondaire (en plusieurs temps), sépulture individuelle, multiple (dépôts simultanés) ou collective (dépôts successifs parfois sur une longue période), rangement, reprise d’ossements, « vidange » de sépulture, etc. (DUDAY et SELLIER, 1990 ; DUDAY et al., 1990 ; CHAMBON, 1999, 2000) ; il y a même, à cette période, des cas avérés de crémations en sépulture collective (réfs. dans : GATTO et BUQUET, 2000). C’est surtout à l’aide des données de terrain (DUDAY et SELLIER, 1990 ; DUDAY et al., 1990 ; SELLIER, 1992) que nous pouvons, la plupart du temps, retrouver les gestes mortuaires et la succession des événements qui ont pu survenir dans certains monuments. Ces pratiques complexes s’accompagnent souvent d’une sélection des inhumés, d’un « recrutement » spécialisé (MASSET, 1987) qui ne donne accès à la sépulture qu’à une fraction de la population des défunts.

4Les gestes mortuaires ne sont pas anodins : ils obéissent à des techniques, des traditions et des conceptions (conscientes ou non) que nous pouvons, au moins en partie, reconstituer. On aborde alors, même imparfaitement, un autre domaine, celui de l’idéologie funéraire : au-delà de la diversité des choix et des pratiques funéraires, le Néolithique d’Île-de-France témoigne d’une évolution sensible du discours sur la Mort (CHAMBON, 1999, 2000).

L’évolution des pratiques funéraires au Néolithique

5La première moitié du Néolithique est dominée par les sépultures individuelles, tandis que la seconde est marquée par les sépultures collectives. Il existe cependant de multiples variations (BOUJOT, 1993) qui finalement nuancent ce schéma d’évolution trop sommaire.

6Durant le Néolithique ancien, entre 5 000 et 4 500 av. J.-C., on rencontre quelques sépultures individuelles à proximité des habitations. Le défunt est déposé en position fléchie, généralement sur le côté gauche et selon une orientation est-ouest, la tête à l’est ; il est paré (mais rien n’indique que les parures soient spécialement funéraires), sans doute aussi habillé, et il est accompagné d’ustensiles et d’outils divers. La fosse est immédiatement comblée après le dépôt du cadavre qui se décompose au contact direct de la terre, dans un « espace colmaté » (DUDAY et SELLIER, 1990 ; DUDAY et al., 1990 ; CHAMBON, 1999). Ces tombes sont toujours en faible nombre (de l’ordre d’un mort pour vingt vivants, à tout le moins). Les autres défunts ont pu être inhumés à l’écart de l’habitat, (dans des zones non encore repérées) ou, plus vraisemblablement, ont bénéficié d’un traitement funéraire différent (incinération, exposition, immersion, etc.). On peut s’interroger sur les motivations qui ont conduit à n’enterrer qu’une poignée de sujets (sociales, religieuses, symboliques, politiques ? une absence d’égalité dans la société des morts ?).

7À partir de 4 500 av. J.-C., au Néolithique moyen, on observe un comportement funéraire nouveau à travers trois manifestations principales : l’inhumation semble plus courante ; le cadavre ne gît plus en pleine terre mais est déposé dans un contenant qui l’isole : coffre, coffrage, cercueil (SELLIER et GUILLON, même volume) ; enfin, les premières nécropoles apparaissent : les morts disposent désormais d’un espace spécifique, en général à l’écart de celui des vivants. Cependant, on reste frappé par l’extrême variété des pratiques funéraires au sein même de l’Ile-de-France. La sépulture double (simultanée) des enfants de Bercy (figure 1) perpétue des traditions plus anciennes ; à Balloy (Seine-et-Marne), les inhumés reposent tous sur le dos, membres inférieurs en extension (CHAMBON, 1997, 1999), tandis qu’à Vignely (Seine-et-Marne) des sujets en extension coexistent avec d’autres en position fléchie ; la nécropole de Balloy comprend de très grands monuments funéraires (figure 2), alors qu’à Vignely aucune construction ostentatoire n’a été mise en évidence.

8Le nombre considérable de tombes découvertes (plus de 6 000 connues en France) fait des sépultures collectives (c’est-à-dire avec plusieurs défunts dont les dépôts ont été successifs) des monuments emblématiques de la seconde moitié du Néolithique, dans toute l’Europe occidentale (BOUJOT, 1993 ; MASSET, 1993 ; MASSET et SOULIER, 1995 ; LECLERC, 1999) ; cependant, il ne s’agit pas d’une pratique funéraire homogène, spécifique du IIIème millénaire av. J.-C., car il existe de très grandes différences de fonctionnement (CHAMBON, 1999) (figures 3 et 4) et on ne peut pas mettre en évidence de zone géographique cohérente, même pour une petite région comme l’Île-de-France. Il existe d’ailleurs des changements chronologiques considérables entre les premières tombes collectives (vers 3 300 av. J.-C.) et les dernières (au crépuscule du IIIe millénaire) : les plus anciennes, organisées rationnellement, semblent recevoir, sur le long terme, tous ( ?) les défunts du groupe et probablement aussi abriter une partie des rites de la mort, tandis que les dernières structures ne sont conçues que pour quelques sujets et sont rapidement abandonnées (CHAMBON et SALANOVA, 1996).

L’espace des morts : nécropoles et monuments

9Les hommes du Néolithique utilisent, outre la sépulture elle-même, deux types d’espaces funéraires explicites ; les nécropoles et les monuments (CHAMBON, 1997, 1999, 2000). Sous ce dernier terme de « monument », on range deux réalités différentes : des structures (enclos, tertre, etc.), dont chacune contient plusieurs sépultures, peuvent être regroupées en nécropole, comme à Balloy ; à l’opposé, lorsque apparaissent les sépultures collectives, chaque tombe devient un « monument » juxtaposant plusieurs espaces fonctionnels (Cf. infra).

10Les nécropoles, comme Vignely et Balloy (Seine-et-Marne, Néolithique moyen), qui regroupent monuments et/ou sépultures peuvent occuper une surface considérable (plus de 1,5 ha pour Balloy : figure 2), avec une authentique organisation de l’espace de la nécropole. Par exemple, on ne connaît pas de réels recoupements entre tombes, ce qui dénote l’existence d’une signalisation des sépultures. On constate aussi des regroupements non aléatoires des sépultures ou des monuments ; à Balloy, les ensembles funéraires sont réunis par paire (figure 2), chacune associant un monument ne comprenant que des tombes féminines et un second ne contenant que des tombes masculines (CHAMBON, 1997).

11Les « monuments » sont, à la différence des nécropoles, des espaces clairement circonscrits. Ils se généralisent avec les sépultures collectives. Cependant, ces caveaux prennent de multiples formes et des dimensions très diverses, pas toujours en relation avec le nombre de sujets qu’ils contiennent. Leur mode de construction est également varié.

12Par exemple, Nanteau-sur-Essonne (Seine-et-Marne ; CHAMBON et SALANOVA, 1994 ; CHAMBON, 1999, 2000) et, aux confins de l’Île-de-France, Le-Laris-Goguet, à Feigneux (Oise ; BENDEZU-SARMIENTO, 1996, 1999), sont des cavités (abri-sous-roche ou véritable grotte) presque entièrement naturelles mais avec d’importants aménagements intérieurs (dallage, parements verticaux de grandes dalles, etc.) tandis que la grande allée sépulcrale de Brueil-en-Vexin (Yvelines ; GATTO, 1998) est une structure typique de la culture Seine-Oise-Marne (Néolithique récent) : une sorte de long coffre, formé d’énormes dalles mégalithiques (en tout 9 orthostats d’environ 2,50 x 1,50 m consolidés par un muret de pierres sèches : figure 9), enterré dans une tranchée de 15 x 3 m ; son sol est dallé et il a abrité deux phases d’inhumation, chacune close par des phénomènes de « condamnation » qui marquent la fin de l’utilisation du caveau. Il comprend, comme de nombreuses tombes de ce type (figure 4), une chambre et une antichambre séparées par un passage étroit (souvent appelé « trou d’homme ») fermé à l’origine par un « bouchon » de pierre adapté à une feuillure et un dispositif de fermeture (GATTO, 1998). On connaît aussi, à la même époque, des tombes monocellulaires et d’autres qui comprennent des divisions internes en plusieurs compartiments ou cellules d’inhumation (MASSET, 1979).

13Il faut souligner que ces différences dans la structure et les matériaux de construction dépendent rarement d’impératifs fonctionnels mais relèvent de choix culturels délibérés qui vont de pair avec la structuration, le fonctionnement et la signification de ces tombes (LECLERC, 2000).

Effectif et « recrutement » des inhumés

14Le nombre des défunts —dans chaque monument et dans chaque nécropole et aussi plus globalement à l’échelle d’un territoire — est une donnée fondamentale qui montre (Cf. supra) une évolution diachronique générale vers deux directions : un nombre total plus élevé d’individus inhumés (c’est-à-dire inhumés dans des structures qui nous permettent de les retrouver sous forme de squelettes ou de portions de squelettes) et un regroupement plus considérable des cadavres dans la même tombe, qui culmine avec les grandes allées sépulcrales du Néolithique récent, en imposant de multiples manipulations de « gestion funéraire » dans un espace réduit (Cf. infra), et qui cesse à la fin de la période. Dans la plupart des monuments, la complexité et la répétition des gestes mortuaires (qui entraînent dislocation et dispersion des restes d’un même sujet : Cf. infra) ne nous permettent, le plus souvent, d’aborder l’effectif des inhumés qu’en termes de « nombre minimal d’individus » (N.M.I.).

15En Île-de-France, il existe, dès la fin du IVème millénaire, des « sépultures collectives minimales » (CHAMBON, 1999), de petits caveaux qui n’ont accueilli que quelques sujets et n’ont fonctionné qu’un court laps de temps. La plus simple a été mise au jour à Changis (Seine-et-Marne) : après la décomposition du premier inhumé, les os ont été repoussés sur le côté pour déposer un second défunt ; la tombe n’a ensuite jamais été rouverte avant la fouille (CHAMBON, 2000 : 266-268). Dans le même esprit, on peut également mentionner la petite sépulture beaucoup plus tardive de La-Grande-Paroisse, à Pincevent (Seine-et-Marne), qui n’a accueilli que trois inhumations données pour successives (GAUCHER et al., 1980). Dans ces tombes, comme dans la petite allée sépulcrale de Vignely La-Porte-aux-Bergers (Seine-et-Marne : figure 6), le faible nombre de sujets s’accompagne d’une « gestion » simple : après décomposition, les restes humains sont repoussés s’ils gênent pour de nouveaux dépôts.

16À l’opposé, un très grand monument comme l’allée sépulcrale de Brueil-en-Vexin (Cf. supra) témoigne d’un fonctionnement complexe, avec de multiples phases de réaménagements et des inhumations sur une durée longue, de plusieurs siècles (Néolithique récent puis final : GATTO, 1998). C’est un monument exceptionnel (en Ile-de-France et même sur le territoire national), par la présence de gravures sur l’un des orthostats du chevet (TARRÊTE, 1978) et surtout par le nombre de défunts qu’il a dû accueillir : sûrement autour de 300 individus et probablement même jusqu’à 450 (selon les hypothèses retenues pour ces estimations : GATTO, 1998 : 69), ce qui le place parmi les plus importants de la période.

17Si l’on se risque à estimer le nombre des inhumés, cet effectif reste délicat à mettre en relation avec la taille des communautés puisqu’il témoigne souvent d’une sélection particulière dans l’ensemble des défunts d’un groupe : c’est le « recrutement » funéraire qui limite l’accès du monument à certains individus en fonction de leur statut, social ou personnel. C’est l’objectif premier de la paléodémographie (SELLIER, 1996, 1997 ; BOCQUENTIN et al., 2001 ; SELLIER et al., n. d.) de mettre en évidence ces recrutements spécialisés. Sur le site néolithique moyen de Balloy, c’est le genre, masculin ou féminin, qui est spécifique de chaque monument, tous associés de façon complémentaire (figure 2). Dans la grotte sépulcrale de Feigneux (BENDEZU-SARMIENTO, 1996, 1999 ; LAWRENCE-DUBOVAC, 2000) ou l’allée couverte de Brueil-en-Vexin (GATTO, 1998), l’effectif de ces imposants ensembles du Néolithique récent-final (respectivement 110 et 88 individus étudiés) permet de bien mettre en évidence une sélection fondée sur l’âge : seuls les défunts de plus d’1 an ont accès à ces monuments (figure 5) ; d’autres types de sélection ont aussi été décrits (e. g. : MASSET, 1976 ; SELLIER, 1987a).

18L’interprétation de telles sélections des inhumés reste délicate parce qu’elles sont aussi liées à l’organisation interne des sépultures. La répartition des objets ne livre guère de clé supplémentaire (MASSET, 1993 ; CHAMBON, 1999) à cause de la pauvreté du matériel funéraire et de son caractère souvent franchement collectif (la plupart du temps, le matériel est déposé dans une « zone sensible », comme l’entrée des monuments, et n’est pas associé à un individu particulier). Les liens familiaux entre individus d’un même ensemble néolithique restent une piste particulièrement intéressante mais qui a, pour l’instant, donné des résultats un peu décevants, que ce soit par l’étude de petites variations anatomiques, osseuses ou dentaires, les « caractères discrets » (SELLIER, 1983, 1987b ; CRUBÉZY et SELLIER, 1990 ; PIERA, 2000) ou directement par l’identification du matériel génétique à travers l’ADN ancien (DELEFOSSE, 2000).

Gestes funéraires, organisation interne et fonctions des sépultures collectives

19Au sein des sépultures collectives, nos observations permettent de reconstituer des gestes divers, parfois combinés et échelonnés sur une durée appréciable : dépôts simples en nombre réduit ou plus important (avec possibilité de simultanéité pour quelques-uns), dépôts secondaires (sépultures en deux ou plusieurs temps), enfin des gestes complexes de rangement et de déplacement, souvent accompagnés d’une partition de l’espace sépulcral, parfois d’une ou plusieurs « vidanges » et presque toujours de procédés de condamnation qui en interdisent, efficacement ou symboliquement, l’accès (LECLERC, 1987 ; CHAMBON, 1999, 2000).

20Même un monument modeste comme l’allée sépulcrale de Vignely (Seine-et-Marne), comporte plusieurs curiosités d’organisation interne (figure 6) : la division longitudinale est/ouest s’accompagne d’un contraste dans la position des inhumés (extension et décubitus dorsal au sud, flexion et décubitus latéral au nord) ; par ailleurs, 8 des 10 sujets de la sépulture sont associés par paire (ALLARD et al., 1998).

21Jusqu’aux années soixante, l’abondance des dislocations a fait souvent percevoir le contenu des tombes collectives comme des dépôts secondaires, les défunts n’y entrant qu’après décomposition. Les premières fouilles modernes (LEROI-GOURHAN et al., 1962 ; MASSET et al., 1967 ; LECLERC, 1988 ; CRUBÉZY et al., 1990) ont rapidement montré que l’apparente désorganisation des squelettes ne résultait, dans la plupart des cas, que de l’utilisation prolongée des tombes, chaque nouveau dépôt perturbant le cadavre précédent, même en l’absence de phénomènes de rangement et de manipulation. Malgré la difficulté de mettre en évidence d’authentiques dépôts secondaires, l’archéo-anthropologie a néanmoins permis d’en identifier dans certaines sépultures originales d’Ile-de-France. Dans la sépulture (structure 301) du Moulin-à-Vent à Marolles-sur-Seine (Seine-et-Marne), les blocs crânio-faciaux et quelques os importants de 15 individus n’y ont été réunis qu’après décomposition. L’utilisation de la sépulture collective du Néolithique final de Balloy (Seine-et-Marne) a débuté par un apport massif d’os appartenant à un minimum de 37 sujets adultes (figure 3) ; les fossoyeurs n’ont déposé que les principaux ossements du squelette tandis que les os des mains et des pieds et de nombreuses vertèbres sont absents car ils sont restés à l’endroit du premier dépôt (là où les cadavres se sont décomposés). La tombe a ensuite accueilli les corps de 10 autres adultes, inhumés successivement (CHAMBON, 1994 ; MORDANT et CHAMBON, 1994).

22La « vidange » de sépulture, c’est-à-dire l’évacuation des restes humains, procède déjà d’une gestion plus complexe (CHAMBON, 1991, 1995). Cette évacuation des vestiges est rarement totale, ce qui nous permet de la repérer (il subsiste des fragments négligés, des dents déchaussées, de très petits os). Cette opération est désormais reconnue dans de très nombreuses sépultures collectives. Toutes les vidanges ne sont cependant pas équivalentes : dans le dolmen de Mailleton, à Malesherbes (Loiret), aux portes de l’Île-de-France, l’enlèvement des restes osseux n’a été suivi d’aucune nouvelle inhumation, alors que, à l’inverse, dans la sépulture de Nanteau-sur-Essonne (Seine-et-Marne) une nouvelle phase de dépôt a débuté après cette opération (CHAMBON et SALANOVA, 1994 ; CHAMBON, 1999, 2000). Dans cette tombe (figure 7), les os oubliés par les « fossoyeurs » appartiennent à au moins 4 sujets. Si à Nanteau, l’évacuation des os peut n’avoir eu qu’un but pratique, la finalité en est moins claire à Malesherbes : volonté de récupérer l’espace à des fins non sépulcrales, intérêt pour les ossements eux-mêmes ?

23Signant la fin de la phase d’utilisation, les gestes de « condamnation » des sépultures sont maintenant fréquemment retrouvés (LECLERC, 1988) ; outre d’ultimes interventions de rangement parfois difficiles à interpréter de façon univoque (exemple des blocs cranio-faciaux de l’angle est de Feigneux : figure 8), ce sont essentiellement des gestes de destruction ou de fermeture (effective ou symbolique) : à Feigneux, l’entrée originelle n’est plus praticable et a pu être volontairement obstruée (BENDEZUSARMIENTO, 1999 : 69) ; à Brueil-en-Vexin, le seul orthostat cassé est la dalle gravée : est-ce un geste de condamnation qui signe la fin de l’utilisation du monument comme sépulture ? (GATTO, 1998 : 37).

24Il faut souligner enfin que certaines grandes sépultures, comme Brueil-en-Vexin, ont fonctionné pendant deux phases distinctes : il y a donc, en stratigraphie, deux couches d’inhumation avec, probablement pour chacune, des aménagements architecturaux et sépulcraux spécifiques et une condamnation distincte.

25Quoiqu’il ne soit pas aisé de reconstituer intégralement la succession des dépôts dans une grande sépulture collective, l’étude archéo-anthropologique révèle souvent un enchaînement complexe de ces gestes funéraire (DUDAY et SELLIER, 1990 ; DUDAY et al., 1990) ; une complexité qui croît avec le nombre de sujets : ce n’est, en effet, qu’au prix d’une « gestion » rigoureuse de l’espace qu’un caveau peut accueillir 100, voire parfois 300 ou 400, défunts (CHAMBON, 1999). Le fonctionnement peut inclure des vidanges répétées (évacuation massive d’ossements, plus ou moins soignée, plus ou moins complète, qui peut aller jusqu’à un balayage méticuleux), la soustraction ou le rangement de certaines catégories d’ossements (souvent les plus volumineux), parfois de véritables réductions de corps (déplacement de la presque totalité d’un sujet disloqué vers un espace réduit à l’intérieur même du caveau).

26La succession et la juxtaposition de ces différents gestes expliquent pourquoi on assiste parfois à un compartimentage de l’espace sépulcral (MASSET, 1979 ; SELLIER, 1987b ; LECLERC, 1997), souvent beaucoup plus complexe que la simple bipartition de Balloy (figure 3). Cela peut relever d’une spécialisation technique, avec une séparation entre zone(s) qui accueille(nt) les cadavres (dépôts primaires) et secteur(s) servant d’ossuaire et de lieu de stockage, où les sujets perdent leur individualité. Cela correspond aux espaces de « traitement des corps » et de « conservation des restes » tels que Jean Leclerc les a définis assez généralement dans son modèle de fonctionnement des sépultures néolithiques (LECLERC, 1997) et peut aller jusqu’à la multiplication de « cellules d’inhumation » au sein d’un ou plusieurs ossuaires(s). Il y a aussi plus qu’un simple aspect fonctionnel dans cette « sectorisation » de l’espace de la tombe. Le modèle (LECLERC, 1997) distingue d’autres zones, en fonction de leur possibilité d’accès pour les vivants ou les morts. Si les dénominations de l’auteur orientent un peu trop systématiquement vers une interprétation « rituelle », la distinction des différents espaces de la tombe reste tout à fait pertinente (figures 8 et 9) : en Île-de-France et à ses confins, on la retrouve aussi bien dans la grande allée sépulcrale de Brueil-en-Vexin (Yvelines ; GATTO, 1998) que dans la grotte aménagée de Feigneux (Oise ; BENDEZU-SARMIENTO, 1996, 1999) : près de l’entrée, le vestibule est le secteur réservé aux vivants (l’espace « cérémoniel » de LECLERC 1997), avec circulation, piétinement, pas ou peu de restes humains et du matériel ou un marquage particulier (c’est le cas de la probable seconde entrée de Brueil, en face de l’orthostat portant les gravures) ; l’espace « sépulcral » proprement dit est celui des défunts, souvent subdivisé (traitement vs. conservation, Cf. supra) ; d’autres espaces ne sont accessibles ni aux morts ni aux vivants mais ont une dimension symbolique (espace « sacré » pour LECLERC 1997) : le muret dans la tranchée de Brueil, le fond de la grotte de Feigneux, derrière la dalle dressée au nord-est (l’équivalent du chevet des allées couvertes).

Conclusion : les morts ? la mort

27L’interprétation du fait sépulcral, durant la Préhistoire, est assez délicate : nulle source ne nous renseigne sur les croyances liées à la mort et le simple geste de l’inhumation est trop répandu pour lui attribuer un sens précis. La création d’espaces réservés pour les morts, comme la nécropole ou le caveau collectif, est plus significative. Elle implique l’affirmation d’un destin commun et l’idée d’une société des morts, organisée voire hiérarchisée, clairement séparée de celle des vivants.

28Quant aux sépultures collectives, leur répartition est trop vaste et les gestes funéraires, comme les monuments, trop variés pour affirmer qu’elles ont partout la même signification. On peut cependant retenir comme caractéristiques communes une volonté manifeste de regroupement mais aussi de mélange des défunts. De plus, rangements et déplacements d’ossements indiquent qu’il n’est pas nécessaire que le sujet garde son intégrité et conserve son individualité. C’est plutôt un processus de dépersonnalisation qui tend vers la déshumanisation des restes : si nécessaire, les ossements peuvent même être évacués sans ménagement ; il ne s’agit pas d’une profanation, car ces vestiges ne sont plus que des objets encombrants qui n’ont plus aucune humanité (LECLERC, 1990).

29L’idéologie funéraire néolithique se traduit donc par le rassemblement des défunts (souvent en nombre) qui devient progressivement la règle et impose une certaine désacralisation des cadavres que l’on range, déplace ou manipule sans autres limites que celle qu’impose la gestion du caveau. À la fin de la période, en Île-de-France comme dans toute la moitié nord du pays, les morts perdent leur identité au profit d’une sorte d’« ancestralisation » : ils ne sont plus que les représentants anonymes d’une entité collective et ce sont les monuments eux-mêmes qui deviennent alors les véritables marqueurs du groupe.

figure 1. Sépulture simultanée de deux enfants, Bercy (Paris), Néolithique moyen (fouille Y. Lanchon, photo C. Valéro)

figure 2. Balloy Les-Réaudins (Seine-et-Marne), plan des monuments du secteur nord de la nécropole du Néolithique moyen : répartition des inhumés des sépultures centrales en fonction du sexe ; les monuments sont délimités par des fossés et associés par paire (flèches) (dessin P. Chambon d’après CDA Bassée)

figure 3. Vue générale de la sépulture collective du Néolithique final de Balloy (sépulture 13, Seine-et-Marne) ; notez la bipartition de l’espace sépulcral : en haut, la zone des inhumations secondaires (grands os sans connexion, choisis et apportés du lieu de la décomposition) ; en bas, la zone des inhumations primaires (fouille et photo D. Mordant)

figure 4. Vue de l’allée sépulcrale mégalithique du Bois-Couturier à Guiry-en-Vexin (Vald’Oise ; Néolithique récent-final) ; au premier plan, le vestibule et la dalle percée (« trou d’homme ») (photo P. Chambon)

figure 5. Courbe paléodémographique des individus (N = 88) issus des fouilles de 1975-77 (J. Degros et J. Tarrête) dans l’allée sépulcrale de Brueil-en-Vexin (Yvelines ; Néolithique récent-fmal), mettant en évidence (flèche) le déficit notoire de sujets de moins de 1 an (données GATTO, 1998 ; dessin E. Gatto et P. Sellier)

figure 6. Plan général de la couche d’inhumation de la sépulture collective du Néolithique récent de Vignely (Seine-et-Marne) ; notez les très nombreuses connexions, la bipartition nord/sud et le regroupement deux à deux de 8 des 10 sujets (fouille Y. Lanchon, plan P. Allard et P. Chambon)

figure 7. Plan du niveau inférieur de la sépulture collective de Nanteau-sur-Essonne (Seine-et-Marne), Néolithique récent ; des premiers sujets déposés, ne subsistent que quelques ossements de main ou de pied (en noir) ; les squelettes en connexion (en gris) correspondent aux inhumations ultérieures (fouille et plan P. Chambon et L. Salanova)

figure 8. Plan de la sépulture collective en grotte du Laris-Goguet, à Feigneux (Oise ; Néolithique récent-final) avec indications des trois différents « espaces » selon le modèle de Leclerc (1997) ; seuls figurent les blocs crânio-faciaux (dessin P. Sellier, d’après Patte, 1972 et Bendezusarmiento. 1996)

figure 9. Plan de la grande allée sépulcrale de la Cave-aux-Fées, à Brueil-en-Vexin (Yvelines ; Néolithique récent-final) ; en bas, il s’agit de l’interprétation (selon le vocabulaire de Leclerc, 1997) des données archéo-anthropologiques qui figurent au-dessus (dessin E. Gatto et P. Sellier)

Légende : sépulture de nourrisson dans le cimetière Saint-Ayoul (Provins, Seine-et-Marne. Sép. 210 ; âge estimé 3-5 ans) Crédit Photo Mark Guillon AFAN et Université Paris I

Bibliographie

Bibliographie

ALLARD (P.), ANDRÉ (M.-F.), CHAMBON (P.), LAFAGE (F.) ET PRAUD (Y.), 1998. La sépulture collective de Vignely « La Porte aux Bergers ». In : Le Néolithique du Centre-Ouest de la France, actes du 21ème Colloque interrégional sur le Néolithique (Poitiers, 1994) : 395-401. Chauvigny : Association des publications chauvinoises.

BAILLOUD (G.), 1974. Le Néolithique dans le Bassin parisien. Seconde édition, IIème supplément à Gallia Préhistoire. Paris : C.N.R.S.

BENDEZU SARMIENTO (J.), 1996. La grotte sépulcrale néolithique du « Laris Goguet » à Feigneux (Oise). Approche archéologique et anthropologique : les sujets immatures, mémoire de Maîtrise en Archéologie. Paris : Université Paris-I, U.F.R. 03. (2 vol. ; non publié).

BENDEZU-SARMIENTO (J.), 1999. Le « Laris Goguet » à Feigneux (Oise), une grotte sépulcrale de la fin du Néolithique. De nouvelles données à partir d’une étude, archéologique et anthropologique, effectuée sur les sujets immatures. Revue archéologique de Picardie, 1-2 : 63-82.

BOCQUENTIN (F.), SELLIER (P.) et MURAIL (P.), 2001. La population natoufienne de Mallaha (Eynan, Israël) : dénombrement, âge au décès et recrutement funéraire. Paléorient, 27 (1), sous presse.

BOUJOT (C.), 1993. De la sépulture individuelle à la sépulture collective. Le passage du Vème au IIIème millénaire av. J.-C. en France, thèse de doctorat en Anthropologie-Ethnologie-Préhistoire. Paris : Université de Paris I, École doctorale d’Archéologie (2 vol. ; non publié).

CHAMBON (P.), 1991. Un ossuaire Seine-Oise-Marne à Berry-au-Bac (Aisne). Paris : Université de Paris I-Panthéon-Sorbonne. Mémoire de Maîtrise d’archéologie (non publié).

CHAMBON (P.), 1994. La sépulture collective néolithique de Balloy et la notion d’ossuaire. Paris : Université de Paris I-Panthéon-Sorbonne. Mémoire de D.E.A. d’archéologie (non publié).

CHAMBON (P.), 1995. L’ossuaire du Néolithique récent à Berry-au-Bac (Aisne) : une structure post-funéraire ?. Revue Archéologique de Picardie, 1995 (1-2) : 61-81.

CHAMBON (P.), 1997. La nécropole de Balloy Les-Réaudins, approche archéo-anthropologique. In : Constantin C., Mordant D. et Simonin D., dir., La Culture de Cerny. Nouvelle économie, nouvelle société au Néolithique : 489-498. Nemours : APRAIF (MMPIF, 6).

CHAMBON (P.), 1999. Du cadavre aux ossements : la gestion des sépultures collectives dans la France néolithique, thèse (non publiée) de Doctorat en Ethnologie-Anthropologie-Préhistoire, Univ. Paris I (2 v.).

CHAMBON (P.), 2000. Les pratiques funéraires dans les tombes collectives de la France néolithique. Bulletin de la Société Préhistorique Française, 97 (2) : 265-274.

CHAMBON (P.) et SALANOVA (L.), 1994. Nanteau-sur-Essonne, La Pente de Courcelles, Rapport de fouilles de sauvetage. Saint-Denis : S.R.A. d’Ile-de-France (non publié).

CHAMBON (P.) et SALANOVA (L.), 1996. Chronologie des sépultures du IIIe millénaire dans le bassin de la Seine. Bulletin de la Société Préhistorique Française, 93 (1) : 103-118.

CRUBÉZY (É.), DUDAY (H.), SELLIER (P.) et TILLIER (A.-M.), 1990. Paléoanthropologie et archéologie de la mort : un dialogue vivant. In : Crubézy É., Duday H., Sellier P. et Tillier A.-M., dir., Anthropologie et Archéologie : dialogue sur les ensembles funéraires, numéro spécial des Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, 2 : 5-11.

CRUBÉZY (É.) et SELLIER (P.), 1990. Caractères discrets et organisation des ensembles sépulcraux. Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, 2 (n.s.) : 171-177.

DELEFOSSE (T.), 2000. Archéologie moléculaire. Étude des relations de parenté entre individus présents au sein d’une sépulture collective de l’époque néolithique, thèse de Doctorat en Sciences de la vie et de la santé. Lille : Université de Lille I (non publié).

DUDAY (H.), COURTAUD (P.), CRUBÉZY (É.), SELLIER (P.) et TILLIER (A.-M.), 1990. L’anthropologie « de terrain » : reconnaissance et interprétation des gestes funéraires. Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, 2 (n.s.), 3-4 : 29-49.

DUDAY (H.) et SELLIER (P.), 1990. L’archéologie des gestes funéraires et la taphonomie. Les Nouvelles de l’Archéologie, 40 : 12-14.

GATTO (E.), 1998. Brueil-en Vexin : une allée sépulcrale fouillée aux XIXe et XXe siècles. Etude archéologique et anthropologique, mémoire de Maîtrise en Archéologie. Paris : Université Paris-I, U.F.R. d’Histoire de l’art et Archéologie (2 vol. ; non publié).

GATTO (E.) et BUQUET (C.), 2000. La structure plurielle à crémations de la grotte du Gardon (Ain) : une pratique funéraire originale du Néolithique récent ? Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, 12 (3-(3-4) : 303-332.

GAUCHER (G.), GIRARD (C.) et LECLERC (J.), 1980. La sépulture Seine-Oise-Marne de Pincevent (La Grande-Paroisse, Seine-et-Marne), I. Étude archéologique. Gallia Préhistoire, 23 : 115-141.

LAWRENCE DUBOVAC (P.), 2000. Une sépulture collective du Néolithique (S.O.M.) : la grotte sépulcrale du Laris Goguet à Feigneux (Oise). Étude de la population adulte, mémoire de Maîtrise d’archéologie. Paris : Université Paris I, UFR 03 (2 vol. ; non publié).

LECLERC (J.), 1987. Procédures de condamnation dans les sépultures collectives Seine-Oise-Marne. In : Duday H. et Masset C., dir., Anthropologie physique et archéologie. Méthodes d’étude des sépultures : 73-88. Paris : C.N.R.S.

LECLERC (J.), 1988. André Leroi-Gourhan et l’étude des pratiques funéraires. In : André Leroi-Gourhan ou les Voies de l’Homme : 99-114. Paris : Albin Michel.

LECLERC (J.), 1990. La notion de sépulture. Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, 2 (n.s.) : 13-18.

LECLERC (J.), 1997. Analyse spatiale des sites funéraires néolithiques. In : Bocquet A., Auxiette G., Hachem L. et Robert B., dir., Espaces physiques espaces sociaux dans l’analyse interne des sites du Néolithique à l’Age du Fer : 397-405.. Paris : Éditions du C.T.H.S..

LECLERC (J.), 1999. Un phénomène associé au mégalithisme : les sépultures collectives. In : Guilaine J., dir., Mégalithismes : de l’Atlantique à l’Ethiopie : 23-40. Paris : Errance.

LECLERC (J.), 2000. Choix de matériaux dans les monuments funéraires néolithiques : l’exemple du Bassin parisien central (Ile-de-France et Picardie). In : Archéologie et matière premières minérale (Journées archéologiques d’Île-de-France 1998) : 52-61. Saint-Denis : SRA ÎdF.

LEROI-GOURHAN (A.), BAILLOUD (G.) et BRÉZILLON (M.), 1962. L’hypogée II des Mournouards (Mesnil-sur-Oger, Marne). Gallia Préhistoire, 5 (1) : 23-133.

MASSET (C.), 1976. Sur des anomalies d’ordre démographique observées dans quelques sépultures néolithiques. In : IXème Congrès de l’U.I.S.P.P. (Nice, 1976, prétirage), Colloque « Thèmes spécialisés » : 78-107. Nice : C.N.R.S.

MASSET (C.), 1979. La population de la Chaussée-Tirancourt : approche méthodologique. Archives suisses d’anthropologie générale, 43 : 223-230.

MASSET (C.), 1987. Le « recrutement » d’un ensemble funéraire. In : Duday H. et Masset C., dir., Anthropologie physique et archéologie. Méthodes d’étude des sépultures : 111-134. Paris : C.N.R.S.

MASSET (C.), 1993. Les dolmens. Sociétés néolithiques et pratiques funéraires. Les sépultures collectives d’Europe occidentale. Paris : Errance (Collection des Hespérides). 2ème éd. révisée : 1997.

MASSET (C.), MORDANT (D.) et MORDANT (C.), 1967. Les sépultures collectives de Marolles-sur-Seine (Seine-et-Marne). I. Gallia Préhistoire, 10 (1) : 75-136.

MASSET (C.) et SOULIER (P.), dir., 1995. Allées couvertes et autres monuments funéraires du Néolithique dans la France du Nord-Ouest. Allées sans retour. Paris : Éditions Errance.

MORDANT (D.) et CHAMBON (P.), 1994. La sépulture collective Néolithique final-Chalcolithique de Balloy (Seine-et-Mame). In : Archéologie funéraire et actualité régionale, Actes des Journées archéologiques d’Île-de-France : 21-27. Meaux : Association Meldoise d’Archéologie.

PATTE (E.), 1972. La grotte sépulcrale du Laris Goguet à Feigneux (Oise). L’Anthropologie, 76 : 229-264.

PEEK (J.), 1975. Inventaire des mégalithes de la France. 4-Région parisienne, Ier supplément (vol. 4) à Gallia Préhistoire. Paris : CNRS.

PIERA (S.), 2000. Etude des caractères discrets et de l’état sanitaire buccodentaire dans les cairns de Fontenay-le-Marmion (Calvados). Un « recrutement familial » des inhumés dans les tombes à couloir du Néolithique moyen ?, mémoire de DEA d’Ethnologie-Anthropologie Préhistoire. Paris : Université Paris I, UFR 03 (non publié).

SELLIER (P.), 1983. Les caractères non métriques du calvarium humain. Application à l’étude d’une population archéologique, thèse de Doctorat de médecine, Paris 6-Faculté Broussais-Hôtel-Dieu (non publié).

SELLIER (P.), 1987a. Répartition par âge et par sexe des inhumés d’une sépulture collective : les crânes de La Chaussée-Tirancourt. In : Duday H. et Masset C., dir., Anthropologie physique et archéologie. Méthodes d’étude des sépultures : 245-253. Paris : C.N.R.S.

SELLIER (P.), 1987b. Vers l’analyse de groupes familiaux à La Chaussée Tirancourt ? Réflexions sur les inter-relations anthropologie/archéologie. In : Méthodes d’étude des sépultures 2, 2ème table ronde de la RCP 742, St-Germain-en-Laye : 43-47. Paris : CNRS, RCP 742 (non publié).

SELLIER (P.), 1992. The Contribution of Paleoanthropology to the Interpretation of a Functional Funerary Structure : the Graves from Neolithic Mehrgarh IB. In : Jarrige C., Gerry J. P. et Meadow R. H., éd, South Asian Archaeology 1989 : 253-266. Madison (Wisconsin) : Prehistory Press (Monographs in World Archaeology, 14).

SELLIER (P.), 1996. La mise en évidence d’anomalies démographiques et leur interprétation : population, recrutement et pratiques funéraires du tumulus de Courtesoult. In : Piningre J.-F., dir., Nécropoles et société au premier âge du Fer : le tumulus de Courtesoult (Haute-Saône) : 188-202. Paris : Éditions de la MSH (DAF, 54).

SELLIER (P.), 1997. Le potentiel des études anthropologiques : l’exemple de la paléodémographie. In : Blaizot F., Tranoy L., Le Bot-Helly A., Sellier P. et Valentin F., Quatre propos sur l’avenir de la paléoanthropologie funéraire, Les Nouvelles de l’Archéologie, 66 : 49-52.

SELLIER (P.), CASTEX (D.) et MURAIL (P.), n.d. (2002). Une approche critique de la paléodémographie : de l’impasse à la réorientation des outils et des objectifs. In : Archéologie des pratiques funéraires : une approche critique, colloque du Mont Beuvray, juin 2001 (à paraître).

SOULIER (P.), dir., 1998. La France des dolmens et des sépultures collectives (4500-2000 avant J.-C.). Bilans documentaires régionaux. Paris : Éditions Errance (Archéologie Aujourd’hui).

TARRÊTE (J.), 1978. Les gravures de l’allée couverte de la Cave-aux-Fées à Brueil-en-Vexin (Yvelines). Bulletin de la Société Préhistorique Française, 75 (8) : 242-249.

Table des illustrations

Légende figure 1. Sépulture simultanée de deux enfants, Bercy (Paris), Néolithique moyen (fouille Y. Lanchon, photo C. Valéro)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30661/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende figure 2. Balloy Les-Réaudins (Seine-et-Marne), plan des monuments du secteur nord de la nécropole du Néolithique moyen : répartition des inhumés des sépultures centrales en fonction du sexe ; les monuments sont délimités par des fossés et associés par paire (flèches) (dessin P. Chambon d’après CDA Bassée)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30661/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende figure 3. Vue générale de la sépulture collective du Néolithique final de Balloy (sépulture 13, Seine-et-Marne) ; notez la bipartition de l’espace sépulcral : en haut, la zone des inhumations secondaires (grands os sans connexion, choisis et apportés du lieu de la décomposition) ; en bas, la zone des inhumations primaires (fouille et photo D. Mordant)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30661/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Légende figure 4. Vue de l’allée sépulcrale mégalithique du Bois-Couturier à Guiry-en-Vexin (Vald’Oise ; Néolithique récent-final) ; au premier plan, le vestibule et la dalle percée (« trou d’homme ») (photo P. Chambon)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30661/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende figure 5. Courbe paléodémographique des individus (N = 88) issus des fouilles de 1975-77 (J. Degros et J. Tarrête) dans l’allée sépulcrale de Brueil-en-Vexin (Yvelines ; Néolithique récent-fmal), mettant en évidence (flèche) le déficit notoire de sujets de moins de 1 an (données GATTO, 1998 ; dessin E. Gatto et P. Sellier)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30661/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende figure 6. Plan général de la couche d’inhumation de la sépulture collective du Néolithique récent de Vignely (Seine-et-Marne) ; notez les très nombreuses connexions, la bipartition nord/sud et le regroupement deux à deux de 8 des 10 sujets (fouille Y. Lanchon, plan P. Allard et P. Chambon)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30661/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende figure 7. Plan du niveau inférieur de la sépulture collective de Nanteau-sur-Essonne (Seine-et-Marne), Néolithique récent ; des premiers sujets déposés, ne subsistent que quelques ossements de main ou de pied (en noir) ; les squelettes en connexion (en gris) correspondent aux inhumations ultérieures (fouille et plan P. Chambon et L. Salanova)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30661/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende figure 8. Plan de la sépulture collective en grotte du Laris-Goguet, à Feigneux (Oise ; Néolithique récent-final) avec indications des trois différents « espaces » selon le modèle de Leclerc (1997) ; seuls figurent les blocs crânio-faciaux (dessin P. Sellier, d’après Patte, 1972 et Bendezusarmiento. 1996)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30661/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende figure 9. Plan de la grande allée sépulcrale de la Cave-aux-Fées, à Brueil-en-Vexin (Yvelines ; Néolithique récent-final) ; en bas, il s’agit de l’interprétation (selon le vocabulaire de Leclerc, 1997) des données archéo-anthropologiques qui figurent au-dessus (dessin E. Gatto et P. Sellier)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30661/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Légende : sépulture de nourrisson dans le cimetière Saint-Ayoul (Provins, Seine-et-Marne. Sép. 210 ; âge estimé 3-5 ans) Crédit Photo Mark Guillon AFAN et Université Paris I
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30661/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 364k

© Éditions de la Sorbonne, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540