Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mort en Île-de-France

 | 
Martine Tabeaud

Anthropologie et archéologie funéraire : méthodes pour l’étude de la préhistoire et l’histoire de la mort en Île-de-France

Pascal Sellier et Mark Guillon

Texte intégral

1Notre contribution à la préhistoire et l’histoire de la mort en Île-de-France veut replacer à la place centrale qui est la sienne le sujet principal des rituels et des pratiques funéraires : le défunt lui-même. C’est une approche multidisciplinaire, biologique mais aussi archéologique, des populations du passé. Si l’on reconnaît aujourd’hui à l’« archéo-anthropologie » une place spécifique, cette évolution est récente (CRUBEZY et al., 1990) : les premiers travaux (pré-et protohistoire) ne remontent pas au-delà des années 60 (A. Leroi-Gourhan) ou 70 (H. DUDAY). Ce développement doit encore se poursuivre et a pris dernièrement un essor certain hors de l’hexagone (BODDINGTON et al., 1987 ; HAGLUND et SORG, 1996).

2En introduction aux deux présentations qui suivent, nous proposons un aperçu très succinct des objectifs et des méthodes de l’archéo-anthropologie. Des vestiges archéologiques à l’idéologie funéraire, notre problématique reste contenue par certaines limites. Nos méthodes d’analyse correspondent à deux axes principaux : la reconstitution des gestes et des structures funéraires et l’analyse biologique (individus et populations).

Problématique et limites de l’archéo-anthropologie funéraire

3À partir des données archéologiques et ostéologiques (plus ou moins bien conservées), l’interprétation (figure 1) se doit d’atteindre le plan de l’idéologie et des mentalités (discours sur les morts et sur la Mort) à travers celui du passé (« plan du réel ») où quatre domaines (KATZ, 1974 : 82) interagissent pour conditionner la « production », par la population vivante, d’un certain nombre de défunts : par exemple, la mortalité dépend de la biologie (nutrition), ce qui permet un regard sur des facteurs purement culturels (production des aliments) ou environnementaux (espèces végétales disponibles).

4De nombreux filtres (figure 2) réduisent ou altèrent ensuite la « population décédée » pour aboutir à l’échantillon étudié. Ils limitent, en général, la « population inhumée » à un sous-groupe de l’ensemble des défunts (par ex., en réservant la sépulture à une catégorie spécifique). Le choix d’une pratique mortuaire particulière (par ex., la réouverture d’un coffre) conditionne la conservation des ossements et produit un nouveau sous-ensemble, celui de la « population archéologique ». Enfin, l’emprise même de la fouille et les options choisies en fonction des moyens disponibles (questions fondamentales dans le cadre de l’archéologie préventive) réduisent encore l’étude à celle de « l’échantillon ostéologique ».

5Le premier travail consiste donc à analyser systématiquement les facteurs qui ont contribué, à partir de la population vivante, à la formation de l’échantillon ostéologique (SELLIER, 1996) : les autres données et l’interprétation globale de la nécropole ne prennent de sens qu’à ce prix.

Taphonomie et identification des gestes et structures funéraires

6C’est l’emplacement des ossements, proche ou non de leur position anatomique naturelle, et les mouvements (spontanés ou provoqués) survenus après la décomposition qui forment la clé de l’interprétation ; cela nécessite un minutieux travail de fouille, d’identification et d’enregistrement de tous les éléments du squelette, dès la phase de terrain, par l’anthropologue même (DUDAY et SELLIER, 1990 ; DUDAY et al., 1990).

7Cette analyse fondamentale débouche sur la discussion du fait sépulcral lui-même (parfois indûment contesté pour des périodes anciennes : TILLIER, 1990), sur l’identification des gestes mortuaires (sépulture en deux temps, dépôts simultanés, etc.) et sur la reconstitution de « l’appareil funéraire », même si ses éléments ont totalement disparu (architecture de la tombe mais aussi présence de cercueil, « maison des morts » en bois, plateforme surélevée, etc.) (DUDAY et al., 1990 ; SELLIER, 1992).

8Il existe, en effet, une chronologie de la décomposition et des dislocations articulaires (DUDAY et al., 1990 ; SELLIER, 1992 ; GUILLON, 1997) qui permet d’estimer quand sont survenus certains déplacements (par ex., chute des phalanges dans le thorax) et s’il existe des indices du milieu originel de décomposition : le vide d’un cercueil perdure longtemps et permet le déplacement de certains os loin de l’espace initial du cadavre, à l’inverse d’une tombe en pleine terre. L’identification d’un coffre ou d’un cercueil est aisée si une partie du bois est conservée (GUILLON et al., ce volume : fig. 3a) mais tout aussi pertinente (figure 3) après disparition complète de toute matière organique (ibid. : fig. 3b). Un linceul qui exerce une constriction reste identifiable même en l’absence d’épingles (ibid. : fig. 3b) quoique certains effets de contrainte puissent avoir d’autres causes (GUILLON, 1997). L’étude taphonomique permet d’authentifier la simultanéité de certains dépôts (SELLIER et al., ce volume : fig. 1), de reconnaître des manipulations volontaires ou des sépultures en deux temps (SELLIER, 1992) et même d’identifier des pratiques de momification préalable à l’inhumation (MAUREILLE et SELLIER, 1996). Dans les sépultures collectives, la reconstitution de la succession des gestes est parfois complexe : reprise, volontaire ou non, d’une partie des ossements (figure 4), rangements, etc. (SELLIER et al., ce volume : fig. 3, 6 et 7).

9On peut donc distinguer les gestes d’origine anthropique (perturbations par les fossoyeurs, interventions — rituelle ou non — directement sur les restes humains) des perturbations naturelles (animaux fouisseurs, agents chimiques, etc.), et reconstituer (au moins en partie) la succession et la complexité des gestes funéraires.

Anthropologie biologique et étude de populations

10Le versant proprement biologique de l’archéo-anthropologie contribue à l’identification des individus mais aussi (et surtout) à l’interprétation de l’ensemble du site ou de la nécropole en termes de population.

11Ce n’est pas ici le lieu de détailler les méthodes d’estimation du sexe et de l’âge des individus. Il suffira d’indiquer que la détermination du sexe des adultes est très fiable et précise à partir des os du bassin (MURAIL, BRUZEK et BRAGA, 1999), tandis qu’elle est impossible chez les immatures de moins de 15 ans, sauf par l’étude de l’ADN ancien (sexe génétique). Quant à l’estimation de l’âge individuel, on dispose de méthodes satisfaisantes pour les immatures (SELLIER et al., 1997 ; SCHEUER et BLACK, 2000), en particulier par la maturation dentaire ; mais l’âge au décès des adultes reste tout à fait incertain, sauf pour les très jeunes et les très âgés (moins de 30 ans et plus de 60 : SCHMITT, 2001).

12Ces résultats peuvent être exploités, en termes de population, non pour une véritable approche paléodémographique qui reste impossible, mais pour détecter des « anomalies » par rapport à une mortalité naturelle (SELLIER, 1996) ; cela permet de discuter le recrutement funéraire (un groupe vivant particulier : par ex. des moniales ; une sélection des inhumés selon l’âge : SELLIER et al., ce volume : fig. 5) ou une crise de mortalité spécifique (peste, etc.). C’est aussi en fonction de ces résultats que seront analysées les pathologies détectables (un petit nombre seulement marquent l’os ou les dents : AUFDERHEIDE et RODRIGUEZ-MARTIN, 1998), certains indicateurs d’activité (répétition de certains gestes) et de « stress non spécifique » (carence, arrêt de croissance, etc.) ou des marqueurs familiaux. C’est cette interprétation en termes de population qui ouvre sur une dimension réellement pluridisciplinaire, au confluent des données culturelles, écologiques et biologiques (Cf. supra).

Du terrain au laboratoire et de renseignement à la pratique : une approche multidisciplinaire

13À l’Université Paris I, cette problématique, qui va du terrain au laboratoire et dont les objectifs concernent directement l’histoire et les mentalités des populations anciennes, s’était concrétisée, en 1993, par un nouvel enseignement transdisciplinaire (non rattaché aux découpages chrono-culturels traditionnels) qui démarrait dès la licence par un cursus de base (tout archéologue fouillera un jour des sépultures) pour se spécialiser ensuite, à partir de la maîtrise, en véritable archéo-anthropologie funéraire (depuis 1999, ces contours ont changé).

14Un chantier-école, ouvert depuis 1996 aux étudiants (de Paris I et autres) et aux professionnels (en particulier, les salariés de l’AFAN), en est le prolongement pratique ; de la fouille fine à l’enregistrement et à l’étude des sépultures (avec une énorme proportion de périnatals et de nourrissons : GUILLON et al., ce volume), le chantier du cimetière paroissial de Saint-Ayoul, à Provins (Seine-et-Marne) bénéficie du soutien de la Municipalité de Provins, de l’AFAN, du CNRS et de l’Université Paris I.

15Les exemples franciliens de pratiques et de gestion funéraires qui suivent (SELLIER et al., GUILLON et al., ce volume) sont issus, pour l’essentiel, des travaux universitaires (mémoires de maîtrise et de DEA, thèses) de l’Université Paris 1 ; s’ils ne prétendent pas retracer l’évolution complète de l’histoire et de la préhistoire de la mort en Île-de-France, ils permettent, avec les méthodes propres de l’archéo-anthropologie de redonner leur place aux défunts et d’enrichir les hypothèses archéologiques et historiques pour mieux connaître les populations du passé.

figure 1. Schéma global de l’interprétation archéoanthropologique : des vestiges à l’idéologie funéraire (dessin P. Sellier)

figure 2. De la population vivante à l’échantillon ostéologique : une série de filtres qui réduisent progressivement la population étudiable (quantitativement et qualitativement) mais qui peuvent être identifiés et interprétés (dessin P. Sellier)

figure 3. Sépulture 153 de la nécropole (Néolithique moyen) de Vignely (Seine-et-Mame) ; sépulture primaire individuelle avec des indices d’un contenant disparu (coffrage ou cercueil) : effet de paroi du côté droit (de l’épaule jusqu’au pied), dislocation de la fibula gauche, éclatement du crâne (fouille Y. Lanchon, photo C. Valéro)

figure 4. Vue rapprochée du sujet 4 de la sépulture collective de Nanteau-sur-Essonne (Seine-et-Mame, Néolithique récent ; Cf. SELLIER et al., ce volume : fig.7) : ces ossements en connexion (thorax et membre supérieur gauches) témoignent d’une inhumation primaire ultérieurement perturbée (fouille P. Chambon et L. Salanova, photo N. Lebar)

Bibliographie

Bibliographie sélective

AUFDERHEIDE (A. C.) et RODRÍGUEZ-MARTIN (C.), 1998. The Cambridge encyclopedia ofhuman paleopathology. Cambridge : C.U.P.

BODDINGTON (A.), GARLAND (A. N.) ET JANAWAY (R. C.), éd., 1987. Death, decay and reconstruction. Approaches to archaeology and forensic science. Manchester : Manchester University Press.

CRUBÉZY (É.), DUDAY (H.), SELLIER (P.) ET TILLIER (A.-M.), 1990. Paléoanthropologie et archéologie de la mort : un dialogue vivant. Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, 2 : 5-11.

DUDAY (H.), COURTAUD (P.), CRUBÉZY (É.), SELLIER (P.) ET TILLIER (A.-M.), 1990. L’anthropologie « de terrain » : reconnaissance et interprétation des gestes funéraires. Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, 2 (n.s.), 3-4 : 29-49.

DUDAY (H.) ET SELLIER (P.), 1990. L’archéologie des gestes funéraires et la taphonomie. Les Nouvelles de l’Archéologie, 40 : 12-14.

GUILLON (M.), 1997. Anthropologie de terrain et paléodémographie : études méthodologiques sur les grands ensembles funéraires. Applications au cimetière de Tournedos-Portejoie (Eure), thèse de Doctorat en Anthropologie (non publiée). Talence : Université de Bordeaux I.

HAGLUND (W. D.) ET SORG (M. H.), éd., 1996. Forensic Taphonomy : The Postmortem Fate of Human Remains. Boca Raton : CRC Press.

KATZ (S. H.), 1974. Anthropologie sociale/culturelle et biologie. In : Morin E. et Piattelli-Palmarini M., dir., L’unité de l’homme. Pour une anthropologie fondamentale : 49-86. Paris : Seuil (ré-impr. 1978).

MAUREILLE (B.) ET SELLIER (P.), 1996. Dislocation en ordre paradoxal, momification et décomposition : observations et hypothèses. Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, 8 : 313-327.

MURAIL (P.), BRUZEK(J.) ET BRAGA (J.), 1999. A New Approach to Sexual Diagnosis in Past Populations. Practical Adjustments from Van Vark’s Procedure. International Journal of Osteoarchaeology, 9 : 39-53.

SCHEUER (L.) ET BLACK (S.), 2000. Developmental Juvenile Osteology. San Diego : Academic Press.

SCHMITT (A.), 2001. Variabilité de la senescence du squelette humain. Réflexions sur les indicateurs de l’âge au décès, thèse de Doctorat en Anthropologie (non publiée). Talence : Université Bordeaux 1.

SELLIER (P.), 1992. The Contribution of Paleoanthropology to the Interpretation of a Functional Funerary Structure. In : Jarrige C., Gerry J. P. et Meadow R. H., éd., South Asian Archaeology 1989 : 253-266. Madison : Prehistory Press (Monographs in World Archaeology, 14).

SELLIER (P.), 1996. La mise en évidence d’anomalies démographiques et leur interprétation : population, recrutement et pratiques funéraires du tumulus de Courtesoult. In : Piningre J.-F., dir., Nécropoles et société au premier âge du Fer : le tumulus de Courtesoult (Haute-Saône) : 188-202. Paris : Éditions Maison des Sciences de l’Homme (DAF, 54).

SELLIER (P.), TILLIER (A.-M.) ET BRUZEK (J.), 1997. The Estimation of the Age at death of Perinatal and Postnatal Skeletons : Morphological Reassessment and Reliability (Abstract). American Journal of Physical Anthropology, Supplement 24 (Annual Meeting Issue) : 208.

TILLIER (A.-M.), 1990. Une controverse dépassée : l’existence de pratiques funéraires au Paléolithique moyen. Les Nouvelles de l’Archéologie, 40 : 22-24.

Table des illustrations

Légende figure 1. Schéma global de l’interprétation archéoanthropologique : des vestiges à l’idéologie funéraire (dessin P. Sellier)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30652/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende figure 2. De la population vivante à l’échantillon ostéologique : une série de filtres qui réduisent progressivement la population étudiable (quantitativement et qualitativement) mais qui peuvent être identifiés et interprétés (dessin P. Sellier)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30652/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Légende figure 3. Sépulture 153 de la nécropole (Néolithique moyen) de Vignely (Seine-et-Mame) ; sépulture primaire individuelle avec des indices d’un contenant disparu (coffrage ou cercueil) : effet de paroi du côté droit (de l’épaule jusqu’au pied), dislocation de la fibula gauche, éclatement du crâne (fouille Y. Lanchon, photo C. Valéro)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30652/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Légende figure 4. Vue rapprochée du sujet 4 de la sépulture collective de Nanteau-sur-Essonne (Seine-et-Mame, Néolithique récent ; Cf. SELLIER et al., ce volume : fig.7) : ces ossements en connexion (thorax et membre supérieur gauches) témoignent d’une inhumation primaire ultérieurement perturbée (fouille P. Chambon et L. Salanova, photo N. Lebar)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30652/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 134k

© Éditions de la Sorbonne, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540