Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mort en Île-de-France

 | 
Martine Tabeaud

« Un petit coin de Russie en France » : le cimetière russe à Sainte-Geneviève-des-Bois1

Tatiana Mojenok-Lloveras

Résumé

Le cimetière dit « russe » de Sainte-Geneviève-des-Bois qui, en réalité, n’est qu’une partie du cimetière communal, renferme les tombes des plus célèbres représentants de l’émigration russe du XXe siècle. Il est une partie intégrante de la culture russe et française et représente un complexe mémorial unique hors des frontières du pays.

The cemetery called «Russian» of Sainte-Geneviève-des-Bois, which is just a part of the cemetery of the town, has graves of the most famous representatives of the Russian emigration in the 20th century. It is part and parcel of the Russian and French culture and represents a unique memorial complex out of the borders of the country.

Texte intégral

  • 1 L’auteur voudrait exprimer sa reconnaissance à Nathalie Dos Santos, employée aux Archives municipa (...)
  • 2 Sainte-Geneviève-des-Bois. Le XXe siècle, Paris, Société historique de Sainte-Geneviève-des-Bois, (...)

1La nécropole russe en Occident se trouve à 30 kilomètres de Paris, à Sainte-Geneviève-des-Bois (rue Léo-Lagrange) dans l’Essonne. En réalité, il s’agit du cimetière communal issu d’une décision du Conseil municipal du 9 février 1879 portant sur la création d’un nouveau cimetière à Sainte-Geneviève-des-Bois. À cette époque, Sainte-Geneviève n’était qu’un petit village de moins de 1000 habitants. La municipalité tenait à ce que le nouveau cimetière soit situé près des hameaux les plus importants du village, dont la Cossonnerie qui appartenait à une famille juive2. L’achat du château de la Cossonerie par une princesse russe Véra Mechtcherski (1876-1949), grâce à l’aide d’une Anglaise Dorothy Paget, fut décisif pour le futur cimetière « russe ».

  • 3 Ibid., p. 136.
  • 4 Chiffre cité dans : Favrot Isabelle, Le cimetière russe de Sainte-Geneviève-des-Bois, 1991/92,111p (...)

2Véra Mechtcherski, qui avait quitté la Russie au moment de la Révolution de 1917, ouvrit, dans le quartier d’Auteuil à Paris, une institution destinée à parfaire l’éducation des jeunes filles ayant achevé leurs études3. Cette institution fut bientôt fermée mais les liens qui unissaient la princesse avec une de ses anciennes élèves, permirent à Véra Mechtcherski d’acquérir, avec les capitaux de Dorothy Paget, la Cossonerie et y fonder, en 1927, la Maison de retraite russe. La création de cette « Maison russe » s’avère providentielle : les émigrés âgés qui y décèdent sont enterrés logiquement au cimetière du village. À ces premières tombes datées de 1927, succèdent plusieurs autres, non seulement des pensionnaires de la Maison de retraite, mais aussi des Russes décédés à Paris, en province et même parfois à l’étranger. C’est ainsi que se forme ce qu’on appelle aujourd’hui le « cimetière russe », même si administrativement il ne se distingue pas du cimetière communal. Les tombes russes y côtoient celles d’autres Génovéfains. Tout de même, le nombre de Russes enterrés à Sainte-Geneviève-des-Bois est important puisqu’en 1979, l’on y comptait 10 245 personnes4.

  • 5 Quelques personnages russes célèbres, aussi bien du XIXe que du XXe siècle, sont enterrés dans d’a (...)

3En France, il existe d’autres cimetières qui renferment des sépultures de Russes, notamment le cimetière russe de Caucade à Nice (78, avenue Sainte-Marguerite) qui existe depuis 1867 et où sont enterrées plus de 3000 russes d’origine, ainsi que le cimetière militaire russe à Mourmelon-le-Grand (51) avec les tombes des combattants du corps expéditionnaire russe en France pendant la Grande Guerre, le cimetière militaire de Noyer-Saint-Martin (60), avec plusieurs tombes de prisonniers de guerre soviétiques morts en France en 1941-1945, et le cimetière militaire de Chambière à Metz (tombes de militaires russes morts en France en 1914-1918 ; tombes de prisonniers de guerre soviétiques morts en France en 1941-1945)5. Aucun d’entre eux n’atteint pourtant un chiffre si important.

4La sèche statistique officielle du nombre de personnes russes enterrées à Sainte-Geneviève cache toute une histoire de l’émigration et, plus encore, de l’intelligentsia russe au XXe siècle. Les écrivains Ivan Bounine (1870-1953) et Boris Zaïtsev (1881-1972), les poètes Zinaïda Ghippius (1869-1945) et Dimitri Merejkovski (1866-1941), les peintres Konstantin Korovine (1861-1939) et Konstantin Somov (1869-1939), les danseuses Matilda Kchessinskaïa (1872-1971) et Olga Préobrajenskaïa (1871-1962)... Ces noms représentent la première génération de l’émigration russe, celle des années 1920, d’après la Révolution. La deuxième vague est généralement associée à la Seconde Guerre Mondiale, lorsque les prisonniers de guerre ou les déportés russes trouvèrent refuge en Occident. Enfin, la troisième vague, celles des années 1960-1970, comprend les dissidents, des Soviétiques de passage qui ne rentrent pas en URSS ou des Juifs partis initialement pour Israël et finalement installés en Occident ou aux Etats-Unis. Le poète et dramaturge Alexandre Galitch (1918-1977), l’écrivain Victor Nekrassov (1911-1987), le réalisateur Andreï Tarkovski (1932-1986), enterrés à Sainte-Geneviève, appartiennent à cette troisième vague. Depuis quelques années, un tombeau étrange, coloré, et de style oriental, attire des danseurs et musiciens de toutes nationalités, ainsi que de simples touristes : c’est la tombe de Rudolf Noureev (1938-1993, figure 1). La très importante concentration de personnalités célèbres dans ce cimetière explique le vocable de « nécropole russe ».

  • 6 Albert Alexandrovitch Benois (1888-1960) appartient à la célèbre famille des peintres, architectes (...)
  • 7 L’architecte A. Benois et son épouse Margarita Benois née Novinskaïa (1891-1974) sont enterrés dan (...)
  • 8 Dormition est le terme de l’ancienne liturgie appliqué à la mort de la Vierge.

5Le caractère russe du cimetière se perçoit d’emblée. Il s’ouvre sur la coupole bleue ciel de l’église Notre-Dame-de-l’Assomption (figure 2), construite dans le style des églises novgorodiennes des XVe-XVIe siècles. Son architecte est Albert Benois6. Les fresques décorant l’église à l’extérieur et à l’intérieur, sont réalisées par les époux Benois7. À l’extérieur, au-dessus de la porte d’entrée, se trouve l’icône de la Dormition8 de la Vierge et sur les faces latérales les fresques représentant les archanges Gabriel et Michel. A l’intérieur, les murs sont entièrement recouverts de fresques sur le thème de la vie de la Vierge. L’iconostase est décorée par F. Fedorov. De multiples dons de particuliers ont permis la construction de l’église, dont la première pierre fut posée en avril 1938 et dont la consécration date du 14 octobre 1939. À droite de l’église qui domine le cimetière avec sa coupole portant une croix dorée, de 17 mètres de hauteur, se trouve un clocher blanc, et à sa gauche - un « pavillon d’attente » où les visiteurs peuvent s’asseoir, se reposer, prendre du thé, réfléchir... Derrière l’église se trouve le bureau de l’administration. Cet ensemble architectural, avec une porte blanche, appartient à la Direction diocésaine de l’Église Orthodoxe Russe en Occident. Il est inscrit dès le 1er juillet 1974 sur l’Inventaire supplémentaire des Monuments Historiques et se trouve donc protégé par l’Etat français, tandis que l’ensemble du cimetière est seulement inscrit, à partir de 1979, sur l’Inventaire des Sites Pittoresques de l’Essonne. La communauté russe en France souhaiterait que le territoire du cimetière soit aussi protégé par l’État et inscrit sur l’Inventaire des Monuments Historiques.

Figure 1 : La tombe de Rudolf Noureev © Mojenok-Lloveras

Figure 2 : L’église Notre-Dame-de-1’Assomption © Mojenok-Lloveras

  • 9 La branche transversale supérieure de la croix orthodoxe porte l’inscription INRI (en latin Jésus (...)
  • 10 Dans son étude de la typologie des tombes, I. Favrot (op. cit., pp. 27-30.) distingue trois élémen (...)
  • 11 Aujourd’hui, ce Comité d’entretien des sépultures orthodoxes, qui possède plusieurs renseignements (...)
  • 12 Pristavkine A., « La Russie n’appelle-t-elle pas ses morts... », Obchtchaya gazeta (Journal sommai (...)
  • 13 Les membres de ce cercle littéraire se réunissaient dans l’appartement parisien de Ghippius et Mer (...)

6Comme nous l’avons remarqué, le cimetière « russe » n’existe pas, il n’est qu’une partie du cimetière communal dit cimetière A ou cimetière de Liers. Cependant, les tombes françaises et russes sont situées dans des endroits distincts et présentent un aspect qui est propre à chacune. Du côté français règne l’austérité : des tombes plates en marbre, recouvertes de plaques commémoratives ; du côté russe, le cimetière prend l’aspect d’un jardin, avec les bouleaux, les fleurs, les buissons, et les tombes surmontées de croix orthodoxes à trois branches9 ou de chapelles miniatures10. C’est un comité de surveillance qui se chargea de l’entretien des tombes et des monuments et, en accord avec la municipalité, traça, au début des années 1940, des allées, et planta des arbres11. Les noms, prénoms et autres indications sur les tombes sont souvent écrits en caractères cyrilliques et latins à la fois. Parmi les croix, celle sur la tombe d’Ivan Bounine, écrivain et lauréat du Prix Nobel pour la littérature en 1933, est curieuse. Elle est en pierre et n’a que deux branches. Au Moyen-Âge, les habitants des terres de Novgorod et de Tver plaçaient des croix semblables pour limiter leurs frontières. Le publiciste Anatoli Pristavkine y voit « un signe ». Bounine représente, selon lui, « une frontière entre l’intelligentsia russe de “l’âge d’argent” (du début du XXe siècle – T.M.) et celle qui l’a suivie et remplacée (à l’époque soviétique – T.M.) »12. Parmi les chapelles, notons celle de la tombe du couple de poètes et écrivains Zinaïda Ghippius et Dimitri Merejkovski qui organisèrent à Paris une société littéraire « La Lampe verte » active dans les années 1920-194013. La chapelle blanche sur leur tombe surmontée d’un petit bulbe bleu est l’œuvre d’Albert Benois. Notons par ailleurs que le buste du chimiste Alexeï Tchitchibabine (1871-1945) est la seule statue de personne du cimetière. Enfin, le cimetière de Sainte-Geneviève-des-Bois comporte de nombreuses tombes de militaires regroupées dans quelques carrés ou rectangles délimités par des chaînes. On trouve en tout neuf emplacements de militaires, dont ceux de cosaques, du corps des cadets ou de jeunes Russes morts pour la France pendant la seconde guerre mondiale. Au centre de l’emplacement militaire des jeunes Russes, une chapelle commémorative a été érigée, d’après les plans d’A. Benois et à la demande de la mère d’un soldat qui y est enterré. Une plaque est apposée sur la chapelle, en mémoire de la princesse Obolenski, surnommée Vicky, née Makarova en 1911 à Moscou. Membre de la Résistance française, elle fut arrêtée en 1943 et exécutée par les nazis en 1944 à Berlin. L’un des plus originaux monuments aux militaires est celui de Gallipoli qui ressemble à une ruche. Il fut érigé en souvenir des anciens combattants de l’Armée Blanche. Ce monument est une réplique exacte de celui érigé par les Russes dans la ville turque Gallipoli et détruit par un tremblement de terre. Des plaques à la mémoire des chefs des armées blanches (généraux Denikin, Wrangel, Markov, Kornilov, Alexeev, amiral Koltchak) sont apposées sur le bloc conique.

  • 14 L’étude que I. Favrot a entreprise dans son mémoire de maîtrise, permet d’établir l’évolution suiv (...)

7Quelle fut la réaction de la mairie de Sainte-Geneviève-des-Bois face à une implantation si massive de concessions russes14 dans le cimetière communal ? L’examen des délibérations du Conseil municipal permet de remarquer la tolérance et une certaine indifférence de sa part dès le début des inhumations russes et jusqu’en 1976, lorsqu’un décret signé par le Sous-Préfet et répondant à l’attente du Conseil municipal décide que « seules pourront être inhumées dans l’un des cimetières communaux les personnes, quelle que soit leur confession, énumérées à l’Article 1er du décret n°5050 du 31 décembre 1941, à savoir :

  • personnes décédées sur le territoire communal, quel que soit leur domicile,
  • personnes domiciliées dans la commune, alors même qu’elles seraient décédées au dehors,
  • personnes non domiciliées dans la commune, mais ayant droit à une sépulture de famille »15.

8Cette attitude de la mairie est compréhensible. Les agrandissements successifs du cimetière (en 1931, 1955, 1969, 1976, et 1980) et les travaux qui s’y sont déroulés, ont entraîné de lourdes dépenses pour le budget municipal que les subventions couvraient rarement en totalité.

  • 16 Noureev était musulman d’origine tartare. Au Tatarstan, on enterre ses morts sous un tapis.
  • 17 Cité d’après : L’exposition consacrée à Rudolf Noureev est ouverte dans la « Maison de Nachtchokin (...)

9Le décret de 1976 connaît toutefois des exceptions. Ainsi, Rudolf Noureev, domicilié et décédé en dehors de Sainte-Geneviève-des-Bois et n’y ayant aucune sépulture familiale, fut enterré au cimetière communal en 1993. Sa tombe, d’ailleurs, se distingue nettement des autres sépultures russes plutôt modestes, et attire un très grand nombre de touristes russes, ce qui agace parfois les vieux habitués du cimetière. Le monument très original en forme de tapis16 coloré en mosaïques de pierres (rouge, bleu foncé, jaune) est dû à l’architecte italien Frigorio (figure 1). Il fut réalisé trois ans après la mort de Noureev, en 1996. Aussi extravagant qu’il puisse paraître, ce monument correspond pourtant parfaitement à la personnalité de Noureev : il est « à part » dans le cimetière comme Noureev, entouré des scandales de toutes les sortes, était « à part » dans la vie. Ce monument magnifique est coloré et baroque tout comme les mises en scène de Noureev (La Bayadère ou la Belle au Bois dormant) étaient magnifiques, colorées et baroques. Noureev aimait posséder, montrer sa richesse ; il avait six propriétés dans le monde entier : appartements quai Voltaire à Paris et à New-York, pavillons à Londres et à Saint-Barthélemy, un rancho en Amérique et une île près de Capri. Le refuge sur une île a une signification symbolique : ce fut la plus haute récompense promise à Sancho Pança par Don Quichotte. « Un jour, écrit Mario Bois dans son ouvrage Rudolf Noureev, je dis à Rudolf : "Tu sais, avec ton île tu me fais penser à Sancho Pança". – Et moi je m’imaginais Don Quichotte ! »17 Les appartements de Noureev à New-York et à Paris étaient remplis d’œuvres d’art, principalement de l’école russe du XVIIIe siècle, les fastes du baroque russe répondant à sa personnalité...

10Avant d’achever notre propos sur la nécropole russe en France, nous voudrions retracer le destin de l’un des innombrables Russes enterrés au cimetière des Sainte-Geneviève-des-Bois. Son nom est connu de tous les habitants de Saint-Pétersbourg dont l’auteur est originaire. Il s’agit de Grigori Elisseiev (tombe N°894) inhumé le 15 janvier 1949. Le magasin d’alimentation qui porte le nom de sa famille, se trouve dans un bel immeuble du style moderne en plein cœur de l’ancienne capitale, sur la perspective Nevsky. C’est en 1896 que Grigori devint le propriétaire unique de la maison de commerce « Les frères Elisseiev » qui prend ses origines dans une modeste épicerie de vins et de produits coloniaux ouverte en 1813 par un paysan du gouvernement d’Iaroslavl, Piotr Elisseiev. Vers la fin du XIXe siècle, lorsque Grigori entre en possession de la maison, la compagnie « Les frères Elisseiev » possède déjà trois bateaux à voile, ainsi que plusieurs caves du vin sur l’île Vassilevski à Pétersbourg et dans les ports de la France, de l’Espagne et sur l’île de Madère. En 1874, la maison des Elisseiev fut même décorée du blason de l’Etat russe en reconnaissance de son activité efficace de plusieurs années dans le commerce. Avec l’arrivée de Grigori Elisseiev, les affaires prospèrent encore plus. En 1900, lors de l’Exposition Universelle de Paris, sa compagnie présente hors concours une collection unique de vins blancs et rouges de Bordeaux ; Grigori Elisseiev est récompensé par la Légion d’honneur. En 1910, il reçoit le titre de noblesse. Lorsque le 22 octobre 1913 la maison « Les frères Elisseiev » fête son centenaire, plus de 400 invités participent à ces festivités. Mais à l’âge de cinquante ans, Grigori Elisseiev s’éprend sérieusement de la jeune épouse d’un marchand pétersbourgeois. Sa propre femme, à cause d’un tel choc, se suicide en 1914. Trois semaines à peine après son enterrement, Grigori Elisseiev se marie de nouveau, abandonne sa compagnie et part vivre en France. Il meurt en 1949 et est enterré à Sainte-Geneviève-des-Bois. Il avait cinq fils mais aucun d’entre eux n’a voulu reprendre les affaires de son père...

11Aujourd’hui, le cimetière « russe » de Sainte-Geneviève-des-Bois continue à « mener » sa propre vie. Ainsi, le 22 mai 2000, les restes d’Ivan Chmeliev (1873-1950) et de son épouse Olga furent transférés à Moscou, au cimetière du monastère Donskoï, en accord avec le testament de l’écrivain... Le cimetière de Sainte-Geneviève-des-Bois où sont enterrés les plus célèbres représentants de l’émigration russe du XXe siècle, est une partie intégrante de la culture russe et française et représente un complexe mémorial unique hors des frontières du pays. Depuis quelques temps, ce cimetière, jadis désertique, fréquenté par les proches des défunts et de très rares Russes de passage, est devenu le lieu de visite obligé pour les nombreux touristes russes qui viennent chaque année en France.

Dégâts occasionnés par la tempête du 26/12/99 au cimetière du Montparnasse
(© Martine Tabeaud)

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE :

BOROTNEVSKI V., KOUZMOUK E., 1993, « La garde impériale russe à Sainte-Geneviève-des-Bois », Le passé russe, Saint-Pétersbourg, livre 4, pp. 343-349 (en russe) ;

CHOULEPOVA E., 1993, La nécropole russe aux alentours de Paris, Moscou, Institut russe de culturologie, 96 p. (en russe, avec un résumé en français et en anglais) ;

FAVROT I., 1992, Le cimetière russe de Sainte-Geneviève-des-Bois, mémoire de maîtrise, Université de Toulouse Le Mirail, Département des Langues Slaves, directeur Maurice Comtet, année 1991/92, 111 p. (disponible aux Archives municipales de Sainte-Geneviève-des-Bois) ;

GOUSSEFF C., SADDIER N., 1983, L’émigration russe en France, 1920-1930, mémoire de maîtrise d’histoire, Université Paris I, Département d’Histoire des Slaves, directeur – F.-X. Coquin, oct. 1983, 378 p. (disponible aux Archives municipales de Sainte-Geneviève-des-Bois) ;

GRESINE I., 1995, Inventaire nominatif des sépultures russes du cimetière de Sainte-Geneviève-des-Bois, Paris, 458 p. ;

PONFILLY R. de, 1990, Guide des Russes en France, Paris, Horay, 527 p. ;

PONFILLY R. de, 1994, Guide russe, ukrainien, biélorusse de France, nouv. éd. mise à jour et augmentée, Paris, Institut d’Études Slaves, 296 p. ; 1992, Sainte-Geneviève-des-Bois. Le XXe siècle, Paris, Société historique de Sainte-Geneviève-des-Bois, 219 p., pp. 134-143.

Notes

1 L’auteur voudrait exprimer sa reconnaissance à Nathalie Dos Santos, employée aux Archives municipales de Sainte-Geneviève-des-Bois, pour son accueil et sa disponibilité, ainsi qu’à Alexandre Liapine qui lui a fait découvrir ce cimetière en 1991, et, à titre posthume, à Raymond de Ponfïlly, pour ses précieux renseignements sur l’émigration russe. J’exprime ma gratitude à mon époux qui m’a aidée lors de mon travail sur cet article.

2 Sainte-Geneviève-des-Bois. Le XXe siècle, Paris, Société historique de Sainte-Geneviève-des-Bois, 1992, 219 p., p. 20.

3 Ibid., p. 136.

4 Chiffre cité dans : Favrot Isabelle, Le cimetière russe de Sainte-Geneviève-des-Bois, 1991/92,111p. (disponible aux Archives munic. Sainte-Geneviève-des-Bois).

5 Quelques personnages russes célèbres, aussi bien du XIXe que du XXe siècle, sont enterrés dans d’autres cimetières français. À titre d’exemple, citons une imposante chapelle dans le style néo-bysantin de Marie Bashkirtseff (1858-1884), peintre, sculpteur et écrivain, au cimetière de Passy à Paris (architecte – Emile Bastien-Lepage) et le monument au philosophe et publiciste Alexandre Herzen (1812-1870) au cimetière protestant (du Château) à Nice.

6 Albert Alexandrovitch Benois (1888-1960) appartient à la célèbre famille des peintres, architectes, aquarellistes russes. Son père, Alexandre Benois (1852-1928, connu sous le pseudonyme Konski), fut le cousin germain de l’aquarelliste Albert Nikolaïévitch Benois (1852-1936) et du fameux peintre et décorateur des « Saisons russes » Alexandre Nikolaïévitch Benois (1870-1960). Albert Benois, l’architecte de l’église au cimetière de Sainte-Geneviève, naquit à Saint-Pétersbourg où il fréquentait l’Académie Impériale des beaux-arts. Il arriva ensuite en France et poursuivit ses études à Paris, à l’Ecole Spéciale d’Architecture. Il fut aussi l’auteur du projet architectural de la chapelle commémorative en bordure du cimetière militaire russe qui se trouve à 4 kilomètres au nord-est de Mourmelon-le-Grand (51).

7 L’architecte A. Benois et son épouse Margarita Benois née Novinskaïa (1891-1974) sont enterrés dans la crypte de l’église ainsi que le métropolite Evloguï qui consacra l’église en 1939, quelques évêques et le bienheureux Père Alexeï Medvedkov.

8 Dormition est le terme de l’ancienne liturgie appliqué à la mort de la Vierge.

9 La branche transversale supérieure de la croix orthodoxe porte l’inscription INRI (en latin Jésus de Nazareth, roi de Judée), la transversale inférieure représente le support des pieds du Christ. Elle est en biais pour rappeler les larrons crucifiés avec Jésus. Le mauvais larron tire la transversale par le poids de ses péchés vers l’enfer, le bon monte au ciel avec le Christ, comme l’indique la branche montante. (Voir : Sainte-Geneviève-des-Bois. Le XXe siècle, op. cit., p. 143.)

10 Dans son étude de la typologie des tombes, I. Favrot (op. cit., pp. 27-30.) distingue trois éléments horizontaux (dalle en ciment, en marbre ou en granit ; dalle creuse ou encadrement de dalle en béton ; tertre) et quelques éléments verticaux (croix en bois et en pierre, stèles...) des tombes russes.

11 Aujourd’hui, ce Comité d’entretien des sépultures orthodoxes, qui possède plusieurs renseignements sur l’histoire de la nécropole russe, est dirigé par Tatiana Chomcheff.

12 Pristavkine A., « La Russie n’appelle-t-elle pas ses morts... », Obchtchaya gazeta (Journal sommaire), No 6 (340), 10-16 févr. 2000 (en russe).

13 Les membres de ce cercle littéraire se réunissaient dans l’appartement parisien de Ghippius et Merejkovski, avenue Colonel-Bonnet. À Passy habitaient également dans les années 1920-1940 Bounine, Zaïtsev, Chmeliev, Teffi... La maison à Passy, ainsi Boris Zaïtsev appela-t-il un de ses romans. (Voir : Dymarskaïa Elena, « Ils ont amené la Russie avec eux, ou la promenade à travers le Passy russe », Beregh (La rivière), avril 1998, pp. 18-23, en russe.)

14 L’étude que I. Favrot a entreprise dans son mémoire de maîtrise, permet d’établir l’évolution suivante des inhumations russes au cours du temps : stagnation dans les premières années (1920-1930), augmentation régulière à partir des années 1940 et jusqu’à la fin des années 1960, diminution progressive depuis 1970.

15 Cité d’après : Favrot I., op. cit., p. 12.

16 Noureev était musulman d’origine tartare. Au Tatarstan, on enterre ses morts sous un tapis.

17 Cité d’après : L’exposition consacrée à Rudolf Noureev est ouverte dans la « Maison de Nachtchokine », Obchtchaya gazeta (Journal sommaire), No 50 (229), 18-24 déc. 1997.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : La tombe de Rudolf Noureev © Mojenok-Lloveras
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30646/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Figure 2 : L’église Notre-Dame-de-1’Assomption © Mojenok-Lloveras
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30646/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Dégâts occasionnés par la tempête du 26/12/99 au cimetière du Montparnasse(© Martine Tabeaud)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30646/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 396k

Auteur

UFR d’histoire de l’art et archéologie, 3 rue Michelet, 75006 Paris

© Éditions de la Sorbonne, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540