Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mort en Île-de-France

 | 
Martine Tabeaud

Les cimetières paysagers

Juliette Pernet et Martine Tabeaud

Résumé

La conception paysagère des cimetières est un parti pris récent des responsables territoriaux qui répond d’une part, aux préoccupations environnementales exprimées par la population, et, d’autre part, au souci des communes d’améliorer l’intégration des cimetières dans le tissu urbain.

Lanscaped conception of the cemeteries is a recent bias of the territorial persons in charge, which answers, on the one hand to environnemental worries expressed by the population, and on the other hand to the concern of districts to improve integration of cemeteries in the urban fabric.

Texte intégral

1Si la réglementation funéraire prévoit que le cimetière comporte un minimum d’espaces verts, cette recommandation se fait de plus en plus sentir dans la politique pratiquée par les communes, en accord avec le courant environnementaliste actuel. L’introduction de la végétation dans les lieux d’inhumation se traduit par deux approches distinctes tant dans la conception que dans le paysage. La première consiste à substituer progressivement l’aspect végétal à l’aspect minéral d’un cimetière communal déjà existant, dans le but d’améliorer son intégration dans le tissu urbain. La seconde réside dans la redéfinition de la fonctionnalité et de l’aménagement du cimetière traditionnel. Cette formule plus innovante s’est vue notamment concrétisée par la création de cimetières intercommunaux.

L’aménagement paysager : un moyen d’intégration urbaine

2Le cimetière fait actuellement partie du paysage urbain bien qu’il n’ait pas été intégré comme un élément fort de composition urbaine. L’inertie de cet espace entrave la croissance et le bon fonctionnement des villes. D’une part, les cimetières gèlent des terrains, à l’origine d’une perte de rentabilité foncière pour les communes, et, d’autre part, ils constituent des espaces incontournables, avec lesquels les aménageurs préféreraient parfois ne pas avoir à composer.

3Dans les communes où l’intégration du cimetière est encore possible, notamment lors des extensions urbaines, le cimetière doit être pensé au même titre que les autres équipements publics. Il doit s’insérer dans la trame urbaine de la même manière que les équipements à finalité sociale. Ainsi, les rares architectes et urbanistes contemporains qui se préoccupent de l’espace des morts prennent le parti de l’intégrer à l’environnement.

4L’exemple de l’extension du secteur ouest de la Défense illustre les contraintes, exprimées dans le paysage, qu’implique la présence de cimetières en milieu urbain et auxquelles les aménageurs ne peuvent se soustraire.

5Le 1er août 1990, le ministre chargé de l’urbanisme, Michel Delebarre, annonçait des décisions pour la mise en valeur progressive du territoire situé à l’ouest de la Grande Arche de la Défense, vaste secteur urbain morcelé, sillonné de nombreuses infrastructures routières et ferroviaires. En effet, de l’Arche à la Seine, sur 3,5 kilomètres, c’est un paysage très hétéroclite qui se dessinait à l’origine : gares, cimetières, autoroutes, université de Nanterre, ruelles, espaces verts, usines, prison, grands ensembles, terrains en friche, bords de Seine. Ainsi, le ministre décidait de l’enfouissement de l’autoroute A14 entre la Grande Arche et l’échangeur A14/A86, du déplacement de la RN314 et de la mise en souterrain du RER A (branche Saint-Germain). Le gain d’espace permis par la mise en souterrain de l’A14 constitue le cadre spatial des aménagements architecturaux et paysagers à l’origine de la restructuration du secteur, dont deux cimetières ont fait l’objet. Au pilier nord de la Grande Arche, passé le boulevard circulaire, s’étend sur quatre hectares le nouveau cimetière de Neuilly, nécropole bourgeoise rejetée hors du territoire communal au début du XXe siècle. Cent mètres plus loin, séparé du premier site par l’autoroute souterraine A14, le cimetière de Puteaux apparaît encore plus dense, mais aussi plus visité et plus fleuri. La présence de ces deux cimetières sur la commune de Nanterre et dans le périmètre d’action de l’Établissement Public de l’Arche de la Défense (EPAD) a constitué une véritable gêne pour les réalisations liées à l’aménagement de la Défense, et notamment pour les infrastructures routières. Si le tracé souterrain de l’A14, qui passe entre les deux cimetières, est rectiligne, en revanche, ceux de la RN314 et des boulevards y attenant, qui auraient dû longer l’autoroute dans cette partie, ont dû contourner ces deux obstacles. La possibilité d’enterrer ces voies de circulation a été envisagée par l’EPAD au moment des études préliminaires, mais cette solution a vite été repoussée en raison du coût élevé des travaux et des difficultés techniques.

6Ainsi, l’extension du secteur ouest de la Défense a nécessité tout un travail de réflexion sur l’insertion des cimetières dans leur nouvel environnement. Il s’agissait à la fois d’améliorer l’état des nécropoles, de préserver l’histoire de la ville qu’elles représentent et de leur donner une nouvelle intimité. Le parti pris a été de planter le plus densément possible les deux cimetières pour mieux les intégrer à cet espace urbain particulier.

7Le projet de l’équipe gagnante du concours international lancé par l’EPAD se structure autour d’un axe vert : les Jardins de l’Arche. Cet axe constitue le principe fédérateur et unificateur de l’urbanisme concerné. La première étape du projet d’aménagement à l’ouest de la Grande Arche a été la création des Jardins de l’Arche, ouvrant un îlot de nature et de tranquillité au pied de l’Arche. Livrés pour leur première tranche, les Jardins de l’Arche, s’étendant sur 4,5 hectares, coûteront au total 85 millions de francs hors taxes. Ils sont répartis sur deux plans : d’une part, la Jetée, surplombant la promenade des Gunneras, aujourd’hui réalisée, et, d’autre part, le Jardin des Éléments et la promenade des Parrotias, prévus dans une deuxième tranche. La Jetée mesure 400 mètres de long, 8,5 de large et sa hauteur varie entre 6 et 12 mètres selon les secteurs. Partant du parterre ouest de l’Arche, elle franchit le boulevard circulaire avant de s’élancer au-dessus des Jardins de l’Arche. Sous la Jetée, entre la place minérale, située au pied de l’Arche, et le cimetière de Neuilly, se déroule la Promenade des Gunneras, au traitement très végétal. Deux cheminements piétons dallés encadrent cette promenade : côté sud, un talus planté relie le jardin au parvis de l’hôtel tandis qu’au nord, une pergola plombera le cimetière de Neuilly. Le Jardin des Éléments fait partie intégrante des Jardins de l’Arche, mais son aménagement est totalement différent par la combinaison unique des divers éléments (végétaux, minéraux et eau). Il relie le cimetière de Neuilly, au nord, et celui de Puteaux, au sud. Cette liaison est renforcée par une plantation de cèdres qui se poursuit dans les cimetières le long des principaux chemins (cf. figure no 1). Tout en conservant une identité propre, laissant clairement apparaître leur aménagement particulier, les cimetières ainsi plantés confortent l’axe et le Jardin des Éléments. Enfin, la Promenade des Perrotias, entre le boulevard des Bouvets et le cimetière de Puteaux, sera plantée de végétaux organisés en massifs de différentes hauteurs. Dans le détail, les cimetières de Neuilly-sur-Seine et de Puteaux, datant respectivement de 1886 et 1912, ont été aménagés selon le projet des paysagistes Gilles Clément et Guillaume Geoffroy-Dechaume. Les structures végétales, réalisées en partie, protègent les cimetières de la ville qui les enserre et les surplombe, et y préservent le recueillement.

Le cimetière de Neuilly-sur-Seine

8Le cimetière de Neuilly est situé au nord de l’axe vert, en dénivelé d’environ quatre mètres par rapport au sol des Jardins de l’Arche. Il est organisé selon deux trames, Tune correspondant au parcellaire ancien qui suit les courbes de niveau, l’autre étant perpendiculaire à Taxe vert. Cette double trame était au départ plantée d’arbres, essentiellement des tilleuls, aux dimensions très hétérogènes, ce qui ne leur permettait pas de faire écran aux vues depuis le parvis, ainsi que depuis les secteurs Valmy et de la Jetée, ni d’offrir une structure cohérente. En remplacement des tilleuls, une plantation homogène de charmes, mails taillés en rideaux, couvre actuellement le cimetière. Dans l’alignement du Jardin des Éléments, un trait de cèdres argentés, élément fort de l’aménagement général, relie le cimetière de Neuilly à celui de Puteaux. La suppression, le long du boulevard circulaire, de l’ancienne entrée et du pavillon qui la jouxte, a permis la plantation de grands cèdres du Liban, aux côtés de ceux déjà présents. Ainsi, la végétation sombre et étagée constitue, depuis l’Arche, le premier plan du cimetière. De nouvelles entrées ont été réalisées, au pied de l’Arche et au droit du Jardin des Éléments, rendant plus accessible le cimetière.

Figure no 1 : Allée de cèdres reliant les cimetières de Neuilly et de Puteaux (CdA, 14 mars 2000).

Le cimetière de Puteaux

9Le cimetière de Puteaux, quant à lui, est situé au sud de l’axe, en dénivelé d’environ trois mètres sous le niveau des Jardins de l’Arche. Sa trame, de même que celle du cimetière de Neuilly, est orientée selon l’ancien parcellaire du territoire, en biais par rapport à l’axe vert. Au départ, seule l’allée principale est-ouest, dans le prolongement de l’entrée, était plantée. Il en résultait une image assez minérale et triste ainsi qu’une absence de protection visuelle par rapport aux avancées de la ville, notamment les secteurs de la Jetée et de Valmy, qui surplombent le cimetière. Les plantations ont été réalisées en fonction de la largeur des voies. Ainsi, le long de l’allée principale est-ouest, des merisiers et des cèdres ont été plantés, tandis que dans les allées tertiaires, plus étroites, des pergolas couvrent les cheminements (cf. figure no 2). Dans l’axe de la nouvelle entrée qui ouvre sur le boulevard des Bouvets, une ligne de grands cèdres argentés traverse le cimetière du sud au nord, et se poursuit, au-delà, dans la trame du cimetière de Neuilly. La nouvelle entrée, est plus particulièrement destinée à l’accès des convois funéraires et des visiteurs motorisés qui pourront s’y garer. L’ancienne entrée ainsi que celle qui donne sur le Jardin des Éléments permettent l’accès des piétons depuis les secteurs de Valmy et de la Jetée. Le cimetière de Puteaux est très fréquenté, d’une part, de façon passagère, lorsque les employés de la ville tertiaire, souhaitant se rendre plus rapidement d’un secteur à un autre, coupent le cimetière, et d’autre part, de façon plus prolongée, par des employés recherchant un lieu de tranquillité et de verdure.

10Ainsi, le traitement paysager du secteur ouest de la Défense a permis aux cimetières de se fondre dans l’environnement général, sous la forme d’espaces verts intégrés à la ville. La monumentalité des cimetières a été masquée par la végétation au profit de la composition générale et programmée du site, laissant peu de place à l’expression individuelle. L’aménagement des cimetières atteste d’une modification de leur nature à deux niveaux : à l’intérieur des cimetières, la vision d’ensemble l’emporte sur la parcelle et le monument ; et surtout, vu de l’extérieur, c’est en termes d’intégration et d’adaptation de la composition au site que les cimetières ont été conçus et uniformisés afin qu’ils ne se voient plus. Derrière l’écran de cet urbanisme paysager, dissimulateur, les cimetières perdent en partie leur identité d’espaces des morts. Ce souci d’adaptation de la composition des cimetières au site a abouti à la confusion, organisée, des territoires. Une telle conception a ainsi permis de réintroduire les cimetières dans la trame urbaine et dans les mentalités, en leur conférant une fonction d’espaces verts de proximité.

Figure no 2 : Pergola du cimetière de Puteaux (CdA, 14 mars 2000).

Les cimetières paysagers

11Les types de cimetières se définissent d’après l’espace consacré aux plantations, les recherches architecturales et la superficie par tombe ou par habitant. Le cimetière traditionnel n’offre guère que des rangées de tombes serrées, séparées par les allées de circulation, avec très peu de plantations si ce n’est pour renforcer les clôtures. La superficie moyenne est de 5 à 7 m2 par tombe ou 1,5 m2 par habitant. Le cimetière-parc est un équipement beaucoup plus vaste, sorte de jardin à l’anglaise où les tombes sont disséminées. La superficie par tombe varie entre 15 et 30 m2, et celle par habitant dépasse 3 m2. Cette formule existe essentiellement aux États-Unis et en Allemagne. Le cimetière-parc, bien que plusieurs fois envisagé, n’a jamais été réalisé en Île-de-France par suite de la difficulté à trouver des espaces suffisants, du coût de l’opération, des inconvénients de l’éloignement du site par rapport aux zones desservies et de la réticence de la population à mélanger des activités aussi différentes que la promenade et l’inhumation. De tels aménagements semblent possibles à la périphérie de la région, aux limites des Villes Nouvelles, dans les espaces verts qui limitent l’extension urbaine, mais les cimetières-parcs ne constitueraient qu’une réponse marginale aux besoins généraux. En France, et surtout en Île-de-France, les efforts tendent vers un aménagement des cimetières en espaces verts : les cimetières paysagers, qui offrent une surface moyenne de 10 à 15 m2 par tombe et de 1,5 à 2,5 m2 par habitant.

12La réalisation de cimetières paysagers a été fortement influencée par le travail de réflexion de l’architecte Robert Auzelle sur l’aménagement et la fonctionnalité des lieux d’inhumation, notamment en rapport aux exemples qu’offrent les pays anglo-saxons et germaniques. L’introduction d’éléments végétaux dans les cimetières constitue une réponse à la tendance actuelle de désocialisation de la mort et des lieux d’inhumation. Cette formule permet d’une part d’intégrer les cimetières dans le paysage existant et d’autre part de réserver des espaces verts de proximité pour les habitants. Il s’agit avant tout de réaffirmer la fonction sociale que le cimetière a perdue dès le XIXe siècle, après avoir été clos de murs d’enceinte et exclu du centre-ville.

13En Île-de-France, la conception paysagère a essentiellement été concrétisée par la création de cimetières intercommunaux, dont la vaste superficie permet de définir un véritable programme d’aménagement. Le premier cimetière intercommunal paysager est celui de Clamart (Hauts-de-Seine), conçu par R. Auzelle et ouvert en 1956. Sur les 32 ha, 24 sont occupés par les espaces verts, ce qui a notamment valu au site d’être classé en 1998 au titre de valeur artistique. Concernant le mode de sépulture en inhumation, les cimetières intercommunaux proposent deux types d’aménagement : les concessions en rangées (cimetière traditionnel) et les concessions isolées (cimetière paysager). Ces deux formules se traduisent non seulement par la différence de densité mais aussi par le paysage (cf. figures no 3 et 4). L’inhumation paysagère s’effectue sur une surface en herbe, plus ou moins boisée, où les corps sont généralement ensevelis en pleine terre, sans caveau. Parfois, seules les plaques encastrées dans le gazon, portant un nom et deux dates rappellent qu’il s’agit d’un cimetière. À Clamart, les sous-bois abritent des tombes, dont la surface varie de 5,76 et 15 m2, dispersées entre les arbres tandis que le reste du site présente des tombes traditionnelles (2 m2) regroupées en carrés alignés et uniformes.

14L’adoption du modèle anglo-saxon constitue une innovation récente, en réponse à l’évolution de l’opinion publique sur l’image du cimetière traditionnel, de moins en moins apprécié, en liaison avec les préoccupations croissantes pour l’environnement et le recul de l’influence religieuse. Une étude de l’IFOP, réalisée pour les Pompes Funèbres Générales en 1994, révèle que 55 % des personnes interrogées préfèrent les cimetières paysagers, et 41 % les cimetières traditionnels (4 % sans avis). Ce clivage entre tradition et innovation repose essentiellement sur un critère d’âge et de pratique religieuse. Ce sont les plus âgés, les retraités et les plus pratiquants qui préfèrent les cimetières traditionnels tandis que les jeunes et les non pratiquants optent pour le cimetière paysager. Malgré la faveur accordée aux cimetières paysagers et les efforts des aménageurs pour conférer aux cimetières intercommunaux cet aspect, les familles continuent à préférer l’inhumation traditionnelle à l’inhumation paysagère. Il convient de noter que les prix des concessions paysagères sont nettement plus élevés que ceux d’une concession traditionnelle. À Valenton (Val-de-Marne), les tarifs s’échelonnent de 800 à 1 800 francs pour les concessions traditionnelles, et de 3 000 à 30 000 francs pour les concessions paysagères, pour les mêmes catégories de durée. À l’aspect financier s’ajoutent les traditions françaises qui n’intègrent pas l’idée que l’on puisse marcher sur-le-champ des morts. Bien souvent, dans les pays anglo-saxons, le cimetière paysager est d’autant plus aisément réalisable que les mentalités s’accommodent d’une inhumation pure et simple, sans pierre tombale ni signe distinctif. Le rejet de l’inhumation paysagère intègre un problème d’adaptation plus global de la population. En effet, la difficulté à trouver en milieu urbain de vastes terrains pour l’établissement d’un cimetière paysager a conduit à un éloignement croissant. Les deux principaux problèmes soulevés par de telles structures sont liés à leur localisation, et touchent différemment les collectivités locales et la population, en fonction de leurs intérêts respectifs. D’une part, les communes disposant de peu d’opportunités foncières, elles préfèrent les consacrer à d’autres équipements plus rentables, d’autant que les coûts induits par la création et la gestion d’un cimetière paysager sont très importants. D’autre part, l’éloignement de ces sites bouleverse les traditions des administrés, habitués à la proximité du cimetière. Solution intéressante, le cimetière paysager semble actuellement ne pouvoir être, du fait de son coût notamment, qu’une solution complémentaire pour des communes disposant déjà d’un cimetière de type classique d’une contenance à peu près satisfaisante.

Figure no 3 : Division traditionnelle du cimetière intercommunal de Valenton (CdA, 29 mai 2000).

Figure no 4 : Division paysagère du cimetière intercommunal de Valenton (CdA, 19 mai 2000).

Dégâts occasionnés par la tempête du 26/12/99 au cimetière du Montparnasse
(© Martine Tabeaud)

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

AUZELLE R., 1965, Dernières demeures. Conception, composition, réalisation du cimetière contemporain, Paris, Imprimerie Mazarine, 463 p.

CORBET M., SAINT-MARTIN B., CLEMENT G., GEOFFROY-DECHAUME G., 1992, Aménagement paysager des cimetières, esquisses, Paris, EPAD.

Établissement Public pour l’Aménagement de la Défense, 1992, Grand axe, cimetières, plan guide, Paris, EPAD.

Établissement Public pour l’Aménagement de la Défense, 1992, Plan guide : la jetée, Paris, EPAD, 37 p.

Établissement Public pour l’Aménagement de la Défense, 1994, EPAD : rapport d’activité 1993, Paris, EPAD, 33 p.

FROSSARD S., 1975, Les cimetières paysagers, École Nationale d’ingénieurs des Techniques Horticoles, mémoire, 50 p.

IFOP, 1994, « Les Français et le souvenir des morts », Groupe OGF-PFG, 23 p.

OTTMAN F., 1987, Créer ou aménager un cimetière, Paris, Le Moniteur, 150 p.

SIMON J., 1979, « Les cimetières paysagers », Espaces verts, no 58.

Table des illustrations

Légende Figure no 1 : Allée de cèdres reliant les cimetières de Neuilly et de Puteaux (CdA, 14 mars 2000).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30643/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 385k
Légende Figure no 2 : Pergola du cimetière de Puteaux (CdA, 14 mars 2000).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30643/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 353k
Légende Figure no 3 : Division traditionnelle du cimetière intercommunal de Valenton (CdA, 29 mai 2000).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30643/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 417k
Légende Figure no 4 : Division paysagère du cimetière intercommunal de Valenton (CdA, 19 mai 2000).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30643/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Légende Dégâts occasionnés par la tempête du 26/12/99 au cimetière du Montparnasse(© Martine Tabeaud)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30643/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 344k

© Éditions de la Sorbonne, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540