Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mort en Île-de-France

 | 
Martine Tabeaud

Les cimetières franciliens : des problèmes de gestion différents selon la taille des communes

Juliette Pernet et Martine Tabeaud

Résumé

En 1994, les cimetières occupent 1,6 ‰ de la surface de l’Île-de-France. Leur emprise au sol diminue du centre vers la périphérie, en fonction de la densité de population. Si cet espace public est soumis à une uniformité juridique, la marge de manœuvre des communes varie cependant en fonction de leur taille et de leur localisation.

In 1994, cemeteries take up 1,6‰ of the surface of the «Ile-de-France» and their concentration decrease from the center to the periphery, according to the density of population. This public space is dominated by a juridical steadiness. However, the room to manœuvre of the districts changes according to their size and localization.

Texte intégral

1Autrefois propriété de l’Église, les cimetières appartiennent depuis 1791 au domaine public communal. Toute commune doit donc disposer d’un terrain spécifique destiné aux inhumations, dont l’aménagement et l’entretien sont des dépenses obligatoires. Le maire intervient dans le cimetière en tant que titulaire du pouvoir de police municipale, et doit à ce titre assurer l’hygiène, la salubrité et la tranquillité publique, le maintien du bon ordre et de la décence, ainsi que la neutralité des lieux. Ces prérogatives de puissance publique intègrent le régime juridique uniforme qui caractérise le cimetière. En outre, le maire, en tant que gestionnaire d’un espace, a en charge son organisation et sa valorisation. Objets d’une lourde législation, les cimetières sont devenus pour les communes, coûteux (en moyenne 10 millions de francs pour une ville de 10 000 habitants) et difficiles à gérer. Les moyens d’action et les impératifs de gestion varient en fonction des disponibilités spatiales, techniques et financières des communes, déterminées par leur contexte démographique et urbain (cf. figures no 1, 2 et 3).

2L’Île-de-France se caractérise par sa densité démographique (913 hab./km2 contre une moyenne nationale de 106) qui décroît du centre vers la périphérie (cf. figure no 2). Paris se distingue par la longue tradition historique de ses cimetières, liée à l’adaptation de la législation funéraire au contexte démographique et urbain atypique de la ville-capitale. Les communes de la zone centrale présentent une forte concentration de décès et donc des besoins accrus en cimetière, alors que les opportunités foncières sont rares et coûteuses. À l’inverse, pour les communes rurales périphériques, le problème d’occupation de l’espace ne se pose pas en termes de densité de population mais en termes de comportement des usagers, encore traditionnel et conservateur.

Figure no 1 : L’emprise au sol des cimetières en Île-de-France (IAURIF, 1994).

Figure no 2 : La densité de population en Île-de-France (INSEE, 1990).

Figure no 3 : La structure urbaine de l’Île-de-France (INSEE, 1990)

Paris : la gestion d’un patrimoine historique

3La Ville de Paris possède 20 cimetières (422 ha), dont 14 se localisent sur son territoire (92 ha) et 6 sur celui de communes de Petite Couronne (330 ha). Le Service des Cimetières parisiens, rattachés à la Direction des Parcs, Jardins et Espaces Verts, dispose de 500 agents municipaux pour gérer et entretenir ce patrimoine funéraire important, hétérogène et géographiquement dispersé.

4Le coût global s’élève en 1998 à 178 millions de francs, essentiellement compensé par le biais des impôts locaux.

Figure no 4 : Budget des cimetières parisiens en 1998, en millions de francs (Service des Cimetières parisiens, 1999).

5L’importance des dépenses est liée au réinvestissement récent de la Mairie de Paris dans ses cimetières. De 1990 à 1998, les crédits affectés à leur remise en état représentent un montant cumulé de 230 millions de francs. Cet effort s’est poursuivi par un programme pluriannuel de rénovation annoncé par le maire en 1998. C’est ainsi que 10 millions de francs supplémentaires ont été inscrits au budget de 1999, ce qui porte le crédit des grosses dépenses de 8 à 18 millions de francs. Ce financement permettra d’effectuer toute une série de travaux : remise en état des voiries et cheminements, notamment au Père-Lachaise, à Bagneux et à Pantin (coût annuel : 3,2 millions), et des murs d’enceinte (coût annuel : 2,6 millions). La ville envisage aussi divers travaux de protection du patrimoine dans tous les cimetières. En effet, l’une des préoccupations majeures de la Ville de Paris consiste à valoriser l’aspect architectural et historique des sites.

6Les cimetières parisiens, notamment intra-muros, ont une longue tradition historique. Trois cimetières sont devenus musées bien que toujours ouverts aux inhumations : Père-Lachaise, Montparnasse et Montmartre, en accueillant au xixe siècle la plus haute couche de la société, qui y faisait ériger des monuments imposants (cf. figure no 5). Cette monumentalité exubérante, favorisée par l’obligation d’acheter des concessions perpétuelles, a transformé la perception que la population urbaine pouvait avoir de ces cimetières au moment de leur création. De fait, dès le milieu du xixe sont apparus des guides en réponse au développement du tourisme funéraire, et actuellement le Père-Lachaise reçoit chaque année environ deux millions de visiteurs.

Figure no 5 : La monumentalité des sépultures du Père-Lachaise (Site Internet parisbalades.com).

7Outre l’aspect ludique hérité des nouvelles pratiques du XIXe siècle, les cimetières parisiens présentant un intérêt architectural font l’objet d’une protection de certaines sépultures contre la procédure de reprise. La Ville de Paris entreprend depuis 1982 d’entretenir et de mettre en valeur certains secteurs anciens des cimetières bénéficiant d’une protection par arrêté du Ministère de la Culture qui fait suite au contrôle sur le terrain des Architectes des Bâtiments de France. En outre, les moyens de cette action ont été renforcés en 1984 par la création d’une commission d’architecture funéraire, présidée par l’adjoint au maire de Paris chargé des Parcs, Jardins et Espaces Verts, et composée de 15 membres (fonctionnaires, personnes qualifiées, représentants d’associations). Cette commission dispose d’une liste des restaurations dans le cadre du programme de rénovation pour lequel 10 millions de francs ont été engagés depuis 1986.

8Ainsi, les cimetières parisiens sont des lieux de mémoire collective, recelant des richesses artistiques et architecturales que la Mairie de Paris s’efforce de sauvegarder. Mais cette spécificité constitue une barrière à une utilisation rationnelle de l’espace, car la non-application de la procédure de reprise réduit la capacité d’accueil au regard des « clients » potentiels. La notoriété des cimetières parisiens induit donc une contrainte supplémentaire de gestion qui s’ajoute au fonctionnement traditionnel d’un lieu d’inhumation.

Gérer son cimetière au quotidien dans les communes rurales

9Pour les 52 % de communes franciliennes classées rurales par l’INSEE, le volume d’interventions ne permet pas d’avoir un personnel entièrement et uniquement chargé de la gestion du cimetière (cf. figure no 3). Les principales difficultés rencontrées concernent l’aménagement du cimetière, au sens large du terme.

10Le premier aspect de gestion est celui des tombes posant un problème sécuritaire. En effet, dans les anciens cimetières, les sépultures sont souvent mal entretenues par les familles et donc dangereuses. La plupart du temps, il ne s’agit que de dégâts matériels et peu d’incidents corporels sont recensés. Le taux élevé de sépultures en état d’abandon résulte de la non-application de la procédure de reprise des concessions pour plusieurs raisons : complexité des plans de restructuration de l’espace, impopularité de la démarche, absence de saturation spatiale. Pour éviter les problèmes sécuritaires, le maire peut intervenir dans l’immédiat en prenant des arrêtés destinés à supprimer le risque lié aux édifices menaçant de tomber en ruine, obligeant la famille à réaliser des travaux dans un délai imparti, Le deuxième problème fréquent est celui du chevauchement des concessions. En effet, dans les communes rurales, où l’espace est encore disponible, de nombreuses familles font par anticipation l’acquisition d’une concession et ne matérialisent pas sur le site leur emplacement. Il suffit qu’il y ait changement de personne en mairie pour qu’une autre concession soit attribuée au même endroit. Ces litiges résultent du manque d’information des administrés sur leurs droits et devoirs, et de l’imprécision du règlement intérieur du cimetière.

11Une autre préoccupation concerne les aménagements facultatifs liés à la crémation. Celle-ci se développe dans le monde urbain ou périurbain, mais en milieu rural la demande est moins forte et provient surtout de personnes ayant acquis une résidence secondaire pour leur retraite. Dans ce contexte, le retour sur investissement pour un programme de columbarium est trop long (près de 60 ans pour une commune de 400 habitants). Il faut donc réfléchir à d’autres solutions telles le jardin de souvenir ou un champ d’urnes (mini-caveaux de 50 cm3 que la famille achète en périphérie du jardin du souvenir, dont le coût pour la commune s’élève à environ 2 000 francs l’unité).

12En outre, les communes rurales devenues urbaines par l’arrivée massive de population, telles les Villes Nouvelles, sont confrontées au problème actuel ou futur de la saturation de leur cimetière. La surface des cimetières localisés dans les bourgs anciens paraît en effet relativement réduite par rapport à la concentration de population. Si l’estimation des besoins en cimetière n’était pas nécessaire au moment de l’arrivée des populations, compte tenu de leur moyenne d’âge, cette précaution pourrait éviter d’aboutir aux mêmes difficultés que celles rencontrées par les commîmes de l’agglomération parisienne.

L’agglomération parisienne à la recherche d’économie spatiale

13La localisation des cimetières dans l’agglomération parisienne semble avoir obéi à une logique d’opportunités foncières, au gré du développement désordonné de l’urbanisation et de l’accroissement démographique. Ces deux éléments constituent la préoccupation majeure des services municipaux, confrontés à la difficulté de trouver de la place disponible pour ériger des infrastructures collectives. Tant que cela leur était possible, les communes ont agrandi leur ancien cimetière ou en ont créé un nouveau, mais la rareté et le coût des terrains en milieu urbain les a conduites à envisager de nouvelles solutions.

Les apports de l’intercommunalité

14Les communes ne disposant pas de réserves foncières suffisantes pour l’extension ou la création d’un cimetière ont eu, dans une large mesure, recours à l’intercommunalité dans le but de réaliser un vaste et unique cimetière. En centralisant les défunts de plusieurs communes, cet équipement permet de résoudre en partie le problème de saturation spatiale. Au total, 9 syndicats intercommunaux, auxquels 54 communes participent, permettent de desservir 1 803 880 habitants (cf. figure no 6). L’initiative intercommunale provient essentiellement des communes de Petite Couronne, en rapport à la densité démographique et urbaine (6 072 hab./km2 contre une moyenne régionale de 913).

Tableau no 1 : Caractéristiques spatiales et démographiques des cimetières intercommunaux (INSEE 1990, Bureaux de la conservation 1999/2000).

Communes d’accueil

Nombre de communes adhérentes

Population en 1990

Superficie du cimetière (ha)

Les Ulis (91)

8

217 005

9

Clamart (92)

7

323 760

34

Bondy (93)

2

62 039

7,5

La Courneuve (93)

4

207 062

35

Tremblay-en-France (93)

4

192 480

30

Villetaneuse (93)

5

216 044

36

Chevilly-Larue (94)

5

126 393

14,6

Valenton (94)

8

301 229

35

Puiseux-Pontoise (95)

11

157 868

7

15Si cette formule ne résout pas le problème foncier pour la commune d’accueil, le principal avantage réside dans la répartition des dépenses entre plusieurs communes. Cependant, compte tenu de l’importance des charges que représentent la création et la gestion d’un tel équipement, il paraît indispensable de s’adresser à une population importante de manière à réduire les coûts, qui atteignent plusieurs dizaines de millions de francs. À titre d’exemple, l’équipement de Villetaneuse, à son ouverture en 1977, a représenté un investissement de 50 millions de francs.

16Cependant, deux facteurs entravent la rationalité spatiale et financière de cet équipement : son éloignement du centre des communes adhérentes et son caractère trop innovant face à l’ancrage des traditions françaises en matière funéraire. La population juge en effet ces équipements trop vastes, n’offrant que des places anonymes, mais aussi trop éloignés, notamment pour les personnes âgées qui constituent la majorité des visiteurs. Ainsi, pour satisfaire cette catégorie de population, les communes adhérentes effectuent avec plus d’efficacité des reprises dans leurs anciens cimetières, entraînant un taux de remplissage dans le site intercommunal inférieur aux prévisions.

Figure no 6 : Localisation des cimetières intercommunaux en Île-de-France (Guide-Atlas de l’Île-de-France, 1999).

17Pour compenser l’éloignement et l’attitude réfractaire d’une partie de la population, les cimetières intercommunaux offrent toutes les possibilités de funérailles (inhumation traditionnelle, paysagère, crémation), en attendant l’arrivée des futures générations plus enclines aux changements. Dans ces cimetières excentrés, les nombreux services funéraires, notamment en liaison avec la crémation, permettent de maintenir une fréquentation soutenue et d’assurer la gestion financière en attendant que la population locale accepte de s’y faire inhumer. Les cimetières intercommunaux dotés d’un crématorium (Valenton, Villetaneuse, Les Ulis) sont devenus prestataires de services pour toute une région, en rapport à la demande croissante émanant de la population.

L’enjeu du développement de la crémation

18L’évolution exponentielle de la pratique crématiste, en liaison avec la déchristianisation et les préoccupations environnementales, amène certaines communes à repenser la fonctionnalité de leur cimetière, notamment en réservant suffisamment d’espace pour intégrer les équipements cinéraires (cf. figure no 7). Le taux de crémation en France est passé de 0,2 % des décès en 1960 à 17 % en 1998, et devrait atteindre 20 % en 2000. L’Île-de-France se situe en onzième position dans le classement régional des taux de crémation, avec 11 %. Cependant, en ne retenant que Paris, la crémation s’élève à 23 % des décès.

19Bien que les équipements cinéraires (columbarium, jardin du souvenir...) soient pour l’instant facultatifs, de nombreuses communes de l’agglomération parisienne réalisent ou projettent de tels aménagements pour répondre à la demande croissante, mais aussi dans l’attente que ce mode de sépulture supplante l’inhumation. Le développement de ce mode de sépulture, n’exigeant qu’un minimum d’espace, constitue pour les communes urbaines l’un des enjeux majeurs de la gestion spatiale du cimetière.

20Toutefois, cette évolution sociologique nécessite une réflexion, notamment sur l’aménagement actuel des espaces cinéraires et sur les évolutions possibles, dans le but d’éviter que leur multiplication ne reproduise la « ville » dans le cimetière. En effet, le maire n’est pas seulement le gestionnaire d’un espace physique, pour lequel il doit prendre en compte les contraintes techniques et réglementaires, mais aussi d’un espace social. Il lui revient donc de concevoir, avec tous les partenaires concernés, un lieu propice au recueillement et répondre ainsi aux attentes de ses concitoyens.

Figure no 7 : Columbarium du cimetière intercommunal de Valenton (CdA, 29 mai 2000).

21Si les sites cinéraires « économisent » l’espace, ils ne matérialisent que l’étape finale du processus de crémation qui nécessite en amont la construction d’un crématorium. L’Île-de-France compte 6 crématoriums, tous situés dans l’agglomération parisienne. L’échelon communal auquel s’effectue leur création et leur financement ne paraît pas adapté à la volonté affichée par les autorités publiques de voir se développer la crémation. En effet, cette infrastructure représente un lourd investissement (9,5 millions de francs pour le crématorium de Nanterre), qui s’ajoute au coût du cimetière. Les communes ont remédié à cette contrainte soit en se regroupant, soit en déléguant la construction et la gestion à une entreprise privée.

Les enfeus : un palliatif du manque de place

22Pour remédier à la saturation spatiale des cimetières, détourner les contraintes géologiques induites par la législation pour créer ou étendre un cimetière, certaines communes d’Île-de-France ont opté pour un mode particulier d’inhumation : les enfeus.

23Il s’agit d’infrastructures surélevées et parfois enterrées, en éléments préfabriqués (caveaux), connaissant un développement récent en région parisienne (cf. figure no 8). En effet, à l’origine, les enfeus (du verbe enfouir), étaient des niches à fond plat destinées à abriter un tombeau, construites dans les murs des églises ou des bâtiments religieux et parfois à l’extérieur de ceux-ci. Par la suite, les régions méditerranéennes ont adopté cette technique d’inhumation, leurs sols ne permettant pas la décomposition des corps en pleine terre (sols de nature rocheuse ou marécageuse).

24En France, la législation ne reconnaît que deux modes de traitement des corps : l’inhumation et la crémation, et bien que les enfeus constituent une véritable tradition funéraire dans les régions méditerranéennes, ils ne sont sortis du vide réglementaire qu’en 1985. En effet, à cette date, cette technique a été soumise par le ministre de la Santé à l’avis du Conseil Supérieur d’Hygiène Publique de France (CSHPF), en attendant sa régularisation législative. Ainsi, le CSHPF autorise les communes à s’équiper d’enfeus à condition qu’ils présentent les critères stricts d’hygiène et de salubrité (étanchéité, système d’aération facilitant la décomposition et évitant la fissuration du caveau sous l’effet de l’accumulation des gaz). Ces autorisations exceptionnelles concernaient à l’origine les régions du sud de la France. Cependant, la pénurie de terrain, en général, et plus précisément de terrains favorables à l’enfouissement des morts, associée à la saturation des cimetières déjà existants et au manque d’intérêt des français pour la crémation, a provoqué dans les années 1970 la recherche de nouvelles techniques autorisant l’implantation des cimetières sur n’importe quel site.

25Ainsi, dans l’agglomération parisienne, certaines villes ont développé un système d’enfeus dans leur cimetière, en complément du mode de sépulture traditionnel qu’est l’inhumation en pleine terre ou en caveau. Plusieurs cimetières ont expérimenté assez tôt ces équipements : Levallois-Perret en 1969, Valenton en 1973 (1 410 cases réalisées sur trois niveaux), Les Joncherolles en 1976 (940 cases réalisées sur deux niveaux).

Figure no 8 : Enfeus du cimetière pyramidal paysager du Chesnay (Yvelines) (CdA, 26 avril 2000).

26L’implantation de ces nouveaux modes de sépultures étanches en éléments préfabriqués enterrés ou surélevés peut constituer un palliatif du manque de place dans les cimetières, mais ils nécessitent une technique parfaite. Les enfeus s’affranchissent des conditions hydrogéologiques du sol et sont pourvus d’une aération afin que l’oxygène de l’air facilite la combustion des corps. Elles sont donc implantables sur les sols impropres aux inhumations de par leur composition ou la présence de nappes d’eau. Elle rend ainsi possible, selon les conditions météorologiques locales, le renouvellement des sépultures au terme de la durée minimale de cinq ans dans les zones communes.

27Les enfeus présentent quelques avantages intéressants comme le fait de consommer peu d’espace et d’être peu coûteux. Certes l’infrastructure représente un investissement conséquent, mais lorsqu’elle est réalisée, ce qui est en général le cas, dans une commune où le prix des terrains est élevé, l’opération permet de diminuer le coût unitaire des inhumations. Enfin, ils peuvent donner lieu à des solutions architecturales intéressantes.

28Si les enfeus peuvent constituer une réponse satisfaisante à l’encombrement des cimetières et si les réalisations se sont fortement améliorées sur les plans technique et esthétique, ils apparaissent cependant trop peu conformes aux habitudes françaises pour connaître un développement poussé. De plus, tant que ces équipements n’auront pas acquis un statut légal, les réalisations resteront marginales et ne pourront donc pas conquérir l’assentiment de la population.

29La problématique des élus locaux à l’égard du cimetière ne peut pas se limiter aux contraintes techniques et réglementaires, mais doit intégrer la notion de service public au sens large du terme. Les communes doivent nécessairement prendre conscience de l’intérêt à valoriser leur cimetière, notamment en élaborant un véritable programme d’aménagement. Comme tout équipement social ou collectif, le cimetière est un lieu de dépenses auxquelles les communes ne peuvent se soustraire.

Dégâts occasionnés par le tempête du 26/12/99 au cimetière du Montparnasse
© Martine Tabeaud

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

AUZELLE R., 1965, Dernières demeures. Conception, composition, réalisation du cimetière contemporain, Paris, Imprimerie Mazarine, 463 p.

BAROZZI J., 1990, Guide des cimetières parisiens, Paris, Hervas, 190 p. Ecole Nationale des Ponts et Chaussées, 1989, Aménagement des cimetières et des nécropoles, Paris, ENPC.

Dossier « Ce sont les vivants qui fréquentent les cimetières », Vie Publique, octobre 1985, pp. 54-58.

Dossier, « Quel cimetière pour le 3ème millénaire ? », Journal des Communes, no 2047, pp. 12-58.

Dossier, 1984, « Patrimoine et mémoire des communes », Départements et communes, juillet-août, pp. 43-50.

GOUGE F., 1998, « Paris, cimetières : 18 millions de francs seront consacrés en 1999 à leur remise en valeur », Moniteur des Travaux Publics du Bâtiment, no 4957, p. 149.

KUPER L., SOULIGNAC F., 1977, Les besoins en cimetières dans l’agglomération parisienne, Paris IAURIF, 145 p.

MASTIN D., 1997, Cimetières et opérations funéraires, guide pratique, Paris, Sofiac, 399 p.

THFOIN V., ALEKAN I., 1987, Le cimetière dans la ville : aménager la mort, une question d’urbanisme, Noisy-le-Grand, École Nationale des Ponts et Chaussées, rapport, 27 p.

Table des illustrations

Légende Figure no 1 : L’emprise au sol des cimetières en Île-de-France (IAURIF, 1994).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30637/img-1.jpg
Fichier image/, 350k
Légende Figure no 2 : La densité de population en Île-de-France (INSEE, 1990).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30637/img-2.jpg
Fichier image/, 342k
Légende Figure no 3 : La structure urbaine de l’Île-de-France (INSEE, 1990)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30637/img-3.jpg
Fichier image/, 387k
Légende Figure no 4 : Budget des cimetières parisiens en 1998, en millions de francs (Service des Cimetières parisiens, 1999).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30637/img-4.jpg
Fichier image/, 94k
Légende Figure no 5 : La monumentalité des sépultures du Père-Lachaise (Site Internet parisbalades.com).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30637/img-5.jpg
Fichier image/, 440k
Légende Figure no 6 : Localisation des cimetières intercommunaux en Île-de-France (Guide-Atlas de l’Île-de-France, 1999).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30637/img-6.jpg
Fichier image/, 390k
Légende Figure no 7 : Columbarium du cimetière intercommunal de Valenton (CdA, 29 mai 2000).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30637/img-7.jpg
Fichier image/, 208k
Légende Figure no 8 : Enfeus du cimetière pyramidal paysager du Chesnay (Yvelines) (CdA, 26 avril 2000).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30637/img-8.jpg
Fichier image/, 261k
Légende Dégâts occasionnés par le tempête du 26/12/99 au cimetière du Montparnasse© Martine Tabeaud
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30637/img-9.jpg
Fichier image/, 224k

Auteurs

UFR de géographie, Institut de Géographie, 191 rue Saint Jacques, 75005 Paris

© Éditions de la Sorbonne, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540