Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mort en Île-de-France

 | 
Martine Tabeaud

Quelques aspects de la mortalité en Île-de-France

Philippe Pépin

Résumé

L’Île-de-France est une des régions françaises où l’on vit le plus longtemps : 74,5 ans pour les hommes et 82,3 ans pour les femmes. La mortalité régionale moyenne de 7‰ n’est toutefois pas homogène puisqu’on distingue des cantons à forte surmortalité.

The «Île-de-France» is one of the french regions where we live the oldest: 74,5 years old for men and 82,3 years old for women. However medium regional death rate of 7‰ is not homogeneous since we can distinguish districts with high overmortality.

Texte intégral

1L’île de France présente une indéniable originalité démographique. Cette dernière concerne la mortalité francilienne par rapport aux autres régions françaises mais aussi les différents départements de la région aux forts contrastes socio-économiques.

1993-1995 : la sous-mortalité francilienne se confirme

2L’Île-de-France est confrontée, plus que les autres régions françaises, à certains problèmes de société ou de santé publique (sida, toxicomanie, pollution, stress...) qui ne sont pas sans conséquences sur la qualité de vie de ses habitants. Ces problèmes pourraient se traduire par des indicateurs de mortalité défavorables dans la région mais il n’en est rien : l’Île-de-France est une des régions françaises où l’on vit le plus longtemps. L’espérance de vie des hommes y est de 74,5 ans contre une moyenne nationale de 73,8 ans. Celle des femmes y atteint 82,3 ans contre 81,9 ans en France.

3Les indices comparatifs de mortalité des 22 régions métropolitaines placent les régions Île-de-France et Midi-Pyrénées au premier rang pour leur faible niveau de mortalité générale, tandis que la région Nord-Pas-de-Calais occupe la dernière position. L’Île-de-France occupe le 3e rang pour la mortalité masculine, mais le 1er rang pour la mortalité féminine et deux sexes confondus. La mortalité y apparaît en effet inférieure de 9 % à la moyenne nationale et compte tenu du poids de l’Île-de-France en France, c’est en réalité d’une sous-mortalité de 10 à 11 % dont bénéficient les Franciliens par rapport à leurs homologues de province.

4Cinq ans plus tôt, le calcul des mêmes indices pour la période 1988-1990 plaçait l’Ile-de-France au 4e rang des régions françaises pour la mortalité masculine et au 5e rang pour la mortalité féminine entre ces deux périodes, la mortalité a diminué partout en France, mais plus vite en Île-de-France que dans les autres régions, notamment chez les femmes. Une analyse plus détaillée de la mortalité révèle toutefois une situation contrastée et quelques points préoccupants dans la région.

Surmortalité chez les jeunes adultes

5La comparaison à chaque âge des taux de mortalité francilien et français montre que la sous-mortalité francilienne résulte d’une très faible mortalité pendant l’enfance et aux âges élevés. Entre 40 et 75 ans, la mortalité francilienne est en revanche proche de la moyenne nationale (légèrement inférieure chez les hommes et légèrement supérieure chez les femmes) et elle est nettement supérieure à la moyenne chez les 25-40 ans des deux sexes (tableau no 1 et figure no l).

Tableau no 1 : Indices comparatifs de mortalité générale et de mortalité prématurée 1993-1995 (Source : INSEE - INSERM - Exploitation ORS Île-de-France et Fédération Nationale des Observatoires Régionaux de Santé)

Tableau no 1 : Indices comparatifs de mortalité générale et de mortalité prématurée 1993-1995 (Source : INSEE - INSERM - Exploitation ORS Île-de-France et Fédération Nationale des Observatoires Régionaux de Santé)

icm base 100 = France entière - entre parenthèse : rang de la région parmi les 22 régions de France métropolitaine
La mortalité prématurée est définie comme la mortalité survenant avant l’âge de 65 ans. Cet indicateur apparaît de plus en plus pertinent dans les pays développés car, en raison de l’allongement de la durée de la vie, les statistiques des causes de décès établies dans ces pays sont de plus en plus le reflet de la mortalité aux très grands âges (la moitié des personnes décédées entre 1993 et 1995 en France avaient plus de 80 ans). L’étude de la mortalité prématurée, en supprimant le poids des pathologies les plus fréquentes chez les personnes âgées dans le total des décès, peut révéler certains problèmes sanitaires et permettre d’évaluer les besoins de prévention.

6Cette surmortalité francilienne à des âges où les décès restent exceptionnels et le plus souvent d’origine accidentelle s’explique essentiellement par l’importance du sida dans la région, notamment à Paris. En conséquence, la comparaison des niveaux de mortalité prématurée (ou mortalité des moins de 65 ans) dans les 22 régions françaises est particulièrement défavorable à l’Île-de-France qui se place au 12e rang pour les hommes et au 17e rang pour les femmes.

Des pathologies surreprésentées chez les Franciliennes

7Malgré l’évolution particulièrement favorable de la mortalité des femmes en Île-de-France, les cancers du poumon, du sein et des voies aérodigestives supérieures restent plus fréquents chez les Franciliennes que chez les femmes des autres régions.

8Avec une surmortalité de 7 % par rapport à la moyenne nationale, le cancer du sein, premier cancer féminin, est responsable, chaque année, du décès de 1 900 femmes en Île-de-France. Beaucoup moins fréquent chez les femmes, mais en progression régulière, le cancer du poumon occasionne, chaque année, 750 décès de franciliennes. Par rapport à la moyenne nationale, la surmortalité féminine par cancer du poumon atteint 39 % en Île-de-France et 66 % à Paris. La situation est radicalement différente chez les hommes qui au niveau régional ne meurent pas plus que leurs homologues de province de cette pathologie et qui, dans Paris, bénéficient d’une sous-mortalité de 9 % par cancer du poumon.

9Le tabagisme, en forte progression chez les franciliennes dès les années 1950-1960 (la progression du tabagisme féminin est légèrement plus tardive dans le reste du pays), pourrait expliquer la surmortalité par cancer du poumon et par cancer des voies aéro-digestives supérieure observée aujourd’hui chez ces femmes.

10L’origine de la surmortalité des franciliennes par cancer du sein est moins bien établie car il s’agit d’un cancer à étiologie multiple. De nombreux facteurs de risque sont soupçonnés dans la survenue de ce cancer, parmi lesquels des facteurs génétiques et hormonaux, l’alimentation, la parité et l’âge au premier enfant, etc.

Quelques évolutions demeurent incertaines

11Les projections démographiques réalisées par l’INSEE à l’horizon 2015 ou 2020 tendent à prolonger l’évolution favorable de la mortalité observée depuis plusieurs décennies en France.

12Dans un avenir plus proche, la mortalité francilienne et surtout sa situation relative au sein des régions françaises dépendra de l’évolution de certaines pathologies. La baisse de la mortalité par sida observée depuis 1996, si elle se poursuit, devrait avoir des répercussions favorables sur la mortalité prématurée francilienne, en particulier à Paris. La progression des cancers tabagiques féminins devrait se poursuivre, mais la surmortalité observée aujourd’hui en Île-de-France pourrait s’estomper en raison de la progression sensible de ces pathologies dans les autres régions.

Figure no 1 : Mortalité en Île-de-France par rapport à la France métropolitaine selon le sexe et l’âge en 1993-1995 (Source : INSEE - INSERM - Exploitation ORS Île-de-France)

Figure no 1 : Mortalité en Île-de-France par rapport à la France métropolitaine selon le sexe et l’âge en 1993-1995 (Source : INSEE - INSERM - Exploitation ORS Île-de-France)

13Par ailleurs le développement de certaines situations de précarité, peu conséquent aujourd’hui en terme de mortalité, pourrait avoir des effets défavorables notamment sur l’indicateur de mortalité prématurée.

D’importantes disparités au sein de la région (figure no 2)

14Chaque année, un peu moins de 80 000 décès sont enregistrés en Île-de-France pour une population approchant 11 millions d’habitants. Le taux brut de mortalité obtenu en rapportant l’ensemble des décès à la population s’élève à 7 ‰ en Île-de-France contre 9 ‰ en France. Ce taux particulièrement bas s’explique en partie par la structure favorable de la population francilienne, plus jeune que celle de la France, mais aussi par une réelle sous-mortalité dans la région.

15Une analyse géographique plus fine révèle cependant d’importantes disparités au sein de la région. Ces disparités sont sensibles à tous les niveaux géographiques infra régionaux et tendent à partager F Île-de-France selon un axe nord-ouest/sud-est passant par le centre de Paris : faible mortalité au-dessous de cet axe, mortalité élevée au-dessus. Les disparités sont particulièrement sensibles chez les hommes, dont la durée moyenne de vie varie de 71,8 ans en Seine-Saint-Denis à 74,5 ans dans les Yvelines.

16Les caractères urbain/rural ou central/périphérique ne semblent pas exercer d’influence déterminante sur le niveau de mortalité de la population francilienne, puisque dans Paris comme en proche couronne et en grande couronne se côtoient des zones présentant un faible niveau de mortalité et d’autres présentant au contraire une surmortalité. Toutefois chez les femmes, c’est dans les petites communes de moins de 10 000 habitants que la mortalité est la plus élevée.

17Les disparités observées en matière de mortalité générale trouvent plus vraisemblablement leur origine dans les importantes disparités socioéconomiques qui caractérisent la région.

18À l’échelle du canton, et pour les deux sexes, la mortalité apparaît particulièrement basse dans une zone centrale couvrant les arrondissements de l’ouest parisien, le sud des Hauts-de-Seine et la partie orientale des Yvelines. Ce secteur urbanisé se caractérise par ailleurs par une situation socio-économique très favorable avec, en particulier, une proportion de cadres nettement supérieure à celle des ouvriers. Au contraire, l’ouest de la Seine-Saint-Denis dessine une importante zone de surmortalité qui se prolonge au nord dans le département du Val-d’Oise et à l’ouest dans les Hauts-de-Seine. Ce secteur également très urbanisé concentre les difficultés économiques avec une forte population ouvrière, un taux de chômage très supérieur à la moyenne et une forte population étrangère. Outre ces deux secteurs aux profils très distincts, l’analyse cantonale révèle par ailleurs des poches isolées de surmortalité dans le Val-de-Marne et en grande couronne, notamment en Seine-et-Marne et dans le Val-d’Oise, avec le plus souvent un prolongement dans les régions voisines.

Les maladies cardio-vasculaires

19Les progrès réalisés dans les domaines de la prévention et du traitement de certaines maladies cardio-vasculaires ont permis une baisse régulière de ces pathologies qui, si elles demeurent la première cause de décès devant les cancers, se concentrent de plus en plus chez les personnes très âgées. Les progrès ont été particulièrement sensibles en Île-de-France, qui bénéficie aujourd’hui d’un niveau de mortalité par maladies cardiaques parmi les plus bas de France avec, notamment, une situation très favorable dans le centre et le sud-ouest de la région.

Les tumeurs

20Les cancers sont la première cause des décès masculins et la seconde chez les femmes. Le cancer du poumon est responsable de 23 % des décès par cancer chez l’homme et le cancer du sein, de 20 % des cancers féminins. Les Franciliens ne se démarquent pas de la moyenne nationale alors que les Franciliennes connaissent une mortalité par cancer de près de 6 % supérieure à celle des femmes françaises. Pour les deux sexes, les disparités sont importantes au sein de la région avec, comme pour la mortalité générale, une situation meilleure (moins mauvaise chez les femmes) dans le sud-ouest de la région.

Figure no 2 : Indices comparatifs de mortalité générale dans les départements d’Île-de-France 1993-1995 (Source : INSEE - INSERM - Exploitation ORS Île-de-France)

Figure no 2 : Indices comparatifs de mortalité générale dans les départements d’Île-de-France 1993-1995 (Source : INSEE - INSERM - Exploitation ORS Île-de-France)

L’indice comparatif de mortalité (icm), permet de comparer les niveaux de mortalité entre populations en supprimant les effets induits par la structure par âge. L’icm correspond au rapport entre le nombre de décès observé dans la population étudiée et le nombre de décès attendu si la mortalité était, à chaque âge, la même que dans la population de référence (ici la France). Si l’indice comparatif est supérieur à 100, la mortalité dans la population étudiée est supérieure à celle de la population de référence, s’il est inférieur à 100, la mortalité est inférieure à celle de la population de référence. Les indices comparatifs étant calculés indépendamment pour chaque sexe, ils ne permettent aucune comparaison directe entre la mortalité des hommes et la mortalité des femmes. Tous âges confondus, deux groupes de pathologies d’importance comparable, les maladies de l’appareil circulatoire et les tumeurs, sont responsables de près de 60 % des décès en Île-de-France.

21Une analyse détaillée des cancers selon leur localisation permet d’attribuer une part importante de la surmortalité observée chez les Franciliennes à trois cancers en particulier : le cancer du poumon, le cancer des voies aérodigestives supérieures et le cancer du sein. Les cancers du poumon et des voies aéro-digestives supérieures sont des pathologies essentiellement masculines qui tuent 5 à 6 fois plus d’hommes que de femmes. Pourtant, les franciliennes sont fortement touchées par ces cancers puisque par rapport aux femmes françaises, elles connaissent une surmortalité de 40 % par cancer du poumon et de 30 % par cancer des voies aéro-digestives supérieures.

22L’origine tabagique de la plupart de ces cancers est aujourd’hui bien établie. Le délai moyen estimé à 30-40 ans entre la période d’exposition au risque et le décès amène à comparer les disparités de mortalité de la période actuelle aux données de consommation tabagique des 40 dernières années. Ces dernières, bien que parcellaires, indiquent bien une consommation tabagique relativement élevée chez les femmes des milieux urbains et des classes sociales élevées, alors que la consommation des hommes de même origine sociale se situe plutôt en dessous de la moyenne masculine. Ces différences de comportement face au tabac selon le sexe et le milieu social pourraient expliquer qu’aujourd’hui à Paris et dans de nombreuses communes économiquement favorisées d’Ile-de-France, on observe à la fois une sous-mortalité masculine et une surmortalité féminine (jusqu’à + 60 % à Paris) par cancer du poumon.

23L’origine de la surmortalité des Franciliennes par cancer du sein est moins bien établie. Longtemps concentrée à Paris et en proche couronne, elle tend aujourd’hui à se généraliser à tous les départements franciliens.

Le sida

24L’Île-de-France est de loin la région de France métropolitaine la plus touchée par le sida avec chaque année environ la moitié des 2 800 décès. Au sein de F Île-de-France, Paris a une mortalité par sida six fois supérieure à la moyenne nationale et la grande couronne une mortalité proche de la moyenne. Du fait de ses modes de transmission, le sida concerne surtout les hommes jeunes des grandes agglomérations, population qui par ailleurs bénéficie d’un faible niveau de mortalité. De ce fait, le sida est responsable de 1,8 % des décès franciliens (0,5 % en France), mais cette proportion atteint 20 % chez les Franciliens âgés de 25 à 44 ans et 36 % à Paris, où le sida est aujourd’hui la première cause de décès des hommes de cet âge.

Conclusion

25L’Île de France se différencie du reste de la métropole par la longévité de sa population et l’originalité de sa mortalité. En effet, les très jeunes y meurent moins qu’ailleurs ; les très vieux y sont peu nombreux ; enfin les jeunes adultes y sont plus sujets à certaines pathologies caractéristiques du mode de vie urbain.

Tableau no 2 : Les principales causes de décès en Île-de-France (Source : INSERM). Nombre annuel de décès en 1993-1995

Tableau no 2 : Les principales causes de décès en Île-de-France (Source : INSERM). Nombre annuel de décès en 1993-1995

Table des illustrations

Titre Tableau no 1 : Indices comparatifs de mortalité générale et de mortalité prématurée 1993-1995 (Source : INSEE - INSERM - Exploitation ORS Île-de-France et Fédération Nationale des Observatoires Régionaux de Santé)
Légende icm base 100 = France entière - entre parenthèse : rang de la région parmi les 22 régions de France métropolitaineLa mortalité prématurée est définie comme la mortalité survenant avant l’âge de 65 ans. Cet indicateur apparaît de plus en plus pertinent dans les pays développés car, en raison de l’allongement de la durée de la vie, les statistiques des causes de décès établies dans ces pays sont de plus en plus le reflet de la mortalité aux très grands âges (la moitié des personnes décédées entre 1993 et 1995 en France avaient plus de 80 ans). L’étude de la mortalité prématurée, en supprimant le poids des pathologies les plus fréquentes chez les personnes âgées dans le total des décès, peut révéler certains problèmes sanitaires et permettre d’évaluer les besoins de prévention.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30631/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Figure no 1 : Mortalité en Île-de-France par rapport à la France métropolitaine selon le sexe et l’âge en 1993-1995 (Source : INSEE - INSERM - Exploitation ORS Île-de-France)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30631/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Titre Figure no 2 : Indices comparatifs de mortalité générale dans les départements d’Île-de-France 1993-1995 (Source : INSEE - INSERM - Exploitation ORS Île-de-France)
Légende L’indice comparatif de mortalité (icm), permet de comparer les niveaux de mortalité entre populations en supprimant les effets induits par la structure par âge. L’icm correspond au rapport entre le nombre de décès observé dans la population étudiée et le nombre de décès attendu si la mortalité était, à chaque âge, la même que dans la population de référence (ici la France). Si l’indice comparatif est supérieur à 100, la mortalité dans la population étudiée est supérieure à celle de la population de référence, s’il est inférieur à 100, la mortalité est inférieure à celle de la population de référence. Les indices comparatifs étant calculés indépendamment pour chaque sexe, ils ne permettent aucune comparaison directe entre la mortalité des hommes et la mortalité des femmes. Tous âges confondus, deux groupes de pathologies d’importance comparable, les maladies de l’appareil circulatoire et les tumeurs, sont responsables de près de 60 % des décès en Île-de-France.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30631/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 211k
Titre Tableau no 2 : Les principales causes de décès en Île-de-France (Source : INSERM). Nombre annuel de décès en 1993-1995
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30631/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 330k

Auteur

UFR de démographie, centre P. Mendès-France, 90 rue de Tolbiac, 75013 Paris

© Éditions de la Sorbonne, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540