Version classiqueVersion mobile

La mort en Île-de-France

 | 
Martine Tabeaud

Introduction

Martine Tabeaud

Texte intégral

1La mort est un des objets d’étude des démographes.

2Ces derniers comptent 80 000 décès par an pour 10,7 millions d’habitants en île de France. Le taux de mortalité (7 ‰) est inférieur à la moyenne nationale. Cet écart (2 ‰) s’explique par l’âge des franciliens, en moyenne plus jeunes que l’ensemble des français. Bon nombre de retraités choisissent de quitter définitivement l’espace francilien après leur période de vie active. La durée de la vie (plus de soixante-dix ans pour les hommes et plus de quatre-vingts pour les femmes en île de France) est de plus en plus longue comme dans tous les pays riches. À l’intérieur de la région, l’inégalité sociale devant la mort se traduit par un écart de près de trois ans entre l’âge moyen du décès d’un habitant de la Seine-Saint-Denis et des Yvelines.

3La mort ainsi abordée est un phénomène social, impersonnel. Cette approche est le fruit de recherches sur l’état civil puisque tout décès doit faire l’objet d’une déclaration en mairie.

4Mais quelle est la définition légale de la mort ?

5Pour un médecin, la mort d’un être humain, c’est la fin d’une structure, d’un système. La mort se manifeste par l’arrêt de la respiration, à laquelle on a opposé la respiration artificielle, par l’arrêt cardiaque, que l’on surmonte grâce à divers massages cardiaques, et par la destruction des cellules nerveuses par manque d’oxygène. Celle-ci se traduit par un tracé plat à plusieurs jours d’intervalles sur F électro-encéphalogramme. Lorsque le médecin peut apporter cette preuve de l’irréversibilité de la mort du cerveau, la mort médicale est prononcée, l’individu n’ayant plus que l’apparence de la vie.

6Le permis d’inhumer est alors donné aux survivants les plus proches. Cette autorisation ne fait pas problème dans la plupart des cas puisque les franciliens meurent majoritairement à l’hôpital. L’autopsie est réservée aux cas où la responsabilité d’un tiers dans la mort est suspectée (accident ou crime). C’est après cet acte « médical » que la mort devient personnelle, que commence le deuil, que chacun se retrouve face à ses représentations et que le juriste est confronté à la définition d’une vie privée du mort.

7Qu’en est-il de l’espoir de survivre après la mort ?

8Dans nos sociétés chrétiennes, s’assurer la vie éternelle grâce à l’intercession des morts, enterrés au voisinage des églises était une croyance répandue. Elle a conduit à l’entassement des sépultures autour des lieux de culte. Cette pratique a laissé des vestiges dans le sol parisien, à tel point qu’il n’est pas rare de mettre à jour des champs funéraires lors de grands chantiers (Hôtel de Ville, Bon Marché...). La mortalité élevée avait conduit à la création de fosses communes, que l’on rouvrait régulièrement pour en entasser les ossements dans des galeries bâties autour des cimetières et appelées charniers. Le cimetière des Innocents, à l’est des anciennes Halles reçut durant six siècles les trépassés de vingt paroisses parisiennes. Le sol en fut ainsi relevé de près de 2,50 m (Hillairet, Les 200 cimetières du Vieux Paris, 1958). Ce sont des raisons de place et « d’hygiène » qui après bien des péripéties feront transférer de nuit les ossements dans des milliers de tombereaux vers les catacombes (année 1786 et suivantes).

9Depuis, le décret du 22 Prairial an XII et la loi du 28 décembre 1904 laïcisent la mort pour la confier aux communes à titre de service public. Les maires se retrouvent face aux mêmes problèmes : vivre avec les morts ou les cacher loin derrière des murs, trouver de la place alors que la population ne cesse d’augmenter.

10Ce souci de gestion rationnelle des cimetières urbains a conduit à un projet grandiose sous le Second Empire (Ragon, L’espace de la mort. Essai sur l’architecture, la décoration et l’urbanisme funéraires, 1981). Le baron Haussman voulait remplacer tous les cimetières parisiens par un seul cimetière à vingt-deux kilomètres de Paris sur la commune de Méry sur Oise. Il y fit acheter 5 800 parcelles représentant cinq cent treize hectares. Pour résoudre le problème d’éloignement, Alphand imagina un système de gares et de voies ferrées exclusivement mortuaires. Ce projet fut présenté au Sénat en 1867 puis ajourné en 1869, un an avant la mise à la retraite d’Haussmann...

11Actuellement, certains problèmes du passé demeurent même si, avec l’évolution de la société, la perception de la mort change progressivement. L’allongement de la vie a certainement bouleversé l’image de la mort ; on a moins peur de la mort, on a peur de mal vieillir. Par ailleurs, l’appréhension du phénomène est plus personnelle et moins collective. Même les présidents de la République préfèrent des obsèques « dans l’intimité familiale » (François Mitterrand) à une ultime traversée de Paris. De même, la crémation proscrite par l’islam et le christianisme fait un retour dans les mentalités alors qu’il y a encore un siècle elle incarnait une tradition archaïque. Elle est largement encouragée car elle constitue une parade au manque de place dans les cimetières. Quant aux urbanistes, ils cherchent à casser l’ordre de la structure quadrillée des cimetières entourés de murs et à réconcilier les vivants et les morts par des aménagements paysagers.

12Dans de nombreuses grandes métropoles, la saturation des cimetières intra-muros les fait réserver à des défunts « triés sur le volet » : des empereurs (Hiro Hito), des présidents (Kennedy). Mais Paris n’est pas encore Tokyo ou Washington : dans les cimetières de Montmartre ou du Père Lachaise, une tombe est en général relevée avant chaque nouvelle inhumation.

© Éditions de la Sorbonne, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search