Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ile-de-France

 | 
Martine Tabeaud

Troisième partie. Pour une culture du risque

La presse dans la tourmente

Véronique Fourault

Texte intégral

1« Tempête médiatique » : le terme a rarement été plus justement utilisé que lorsqu’il a désigné la résonance accordée par la presse au passage de deux tempêtes, baptisées Lothar et Martin, qui ont traversé la France, et en particulier l’Île-de-France fin décembre 1999. La quantité considérable de textes journalistiques publiés après le passage des deux tempêtes et plus encore leur teneur nous interrogent sur les perceptions et représentations d’un phénomène de « nature » dans la presse quotidienne. La recrudescence d’articles relatifs aux différents aléas (inondations, avalanches) et le type de perceptions relevées posent plusieurs questions. De manière générale, quel type de rapport culturel nos sociétés entretiennent-elles avec leur environnement et les notions de risque et d’aléa ? Évolue-t-il ? Plus précisément, quelles définitions des tempêtes de décembre 1999 émergent dans la presse ? Sont-elles davantage considérées sous un angle économique et social ou comme un phénomène écologique et climatique ? Enfin, sur quels espaces franciliens se sont cristallisées les perceptions des tempêtes, véritable structuration de l’espace par le regard de la presse ?

2Cette étude a pris la forme d’une analyse comparée du traitement opéré par deux grands journaux quotidiens au profil contrasté : Le Monde et Le Parisien, dont l’ensemble des 2 120 articles mentionnant les tempêtes de décembre a été recensé sur une période d’un an puis traité dans une base de données. Le choix de ces deux organes de presse s’explique par leur représentativité du fait de leur forte audience commune (avec chacun un tirage quotidien supérieur à 400 000 exemplaires). Il tient aussi à leur profil éditorial contrasté : Le Monde est un quotidien national, au lectorat relativement sélectif ; Le Parisien multiplie les approches scalaires, en ajoutant à ses pages nationales des éditions relatives aux départements d’Île-de-France. Son approche est donc plus locale et fédère un lectorat plus large que celui du Monde.

La tempête, « catastrophe écologique » : analyse scientifique d’un phénomène météorologique ou mise en scène médiatique d’une tragédie

Dire un événement climatique exceptionnel autour d’un critère : le vent

3Dans Le Monde et Le Parisien, le critère de définition de l’aléa « tempête » à partir du vent est assez semblable. De prime abord, on pourrait y voir un souci de rigueur, puisque les définitions scientifiques des tempêtes se fondent sur ce critère (est définie comme tempête une violente tourmente atmosphérique accompagnée de vent, associée au passage d’une dépression ou d’une perturbation tropicale). Un avis de tempête est lancé par les services météo lorsque les vents sont supérieurs à 90 km/h. Toutefois, il n’a jamais été fait mention de cette définition dans le corpus. Dès lors, quelle place joue le vent dans les articles sur les tempêtes ?

4Le vent n’est mentionné que durant un laps de temps fort restreint sur l’ensemble de l’année : sur les 39 articles du Monde qui mentionnent une vitesse, 18 sont publiés fin 1999, neuf dans le courant du mois de janvier 2000. La vitesse du vent ne semble avoir d’intérêt qu’immédiat, afin de signifier la véracité, l’irréfutabilité du phénomène. Le choix des figures rhétoriques et images « choc » associées aux mentions de la vitesse du vent conforte cette analyse. Les éléments « pliés comme du chewing gum » (Le Parisien), les toits « envolés comme des paquets de gâteaux » (Le Monde) sont autant d’indices pédagogiques de la réalité et du caractère exceptionnel de la tempête. Les cartes relèvent du même procédé : les vitesses maximales de vent sont utilisées par les deux quotidiens pour circonscrire aisément les zones affectées. Plus encore, les différences d’échelle spatiale témoignent de la volonté de mettre en adéquation la zone affectée et le lectorat : Le Monde présente une carte de France, Le Parisien, une carte du Bassin parisien. Moins qu’une localisation objective, la territorialisation de la tempête sur les espaces de vie du lectorat de chaque journal a pour conséquence une dramatisation sinon du propos, du moins de la lecture des articles.

5Enfin, on observe après analyse des vitesses de vent mentionnées dans la presse quelles sont dans la majorité des cas conformes aux relevés de Météo France (9 occurrences sur 27 dans Le Monde). Ailleurs, l’imprécision correspond à des arrondis, qui sont systématiquement porteurs de dramatisation. D’une part, les expressions sont ambiguës dans le cas d’un arrondi inférieur : ainsi un article du Parisien recensant « des pointes à plus de 100 km/h » suggère des vitesses bien supérieures, alors que le maximum de vent instantané relevé pour la région est de... 172 km/h. Mathématiquement juste, l’expression a tendance à souligner la gravité de l’aléa. D’autre part, les vitesses sont surévaluées dans une carte du Parisien daté du 26 décembre annonçant en légende des vents de plus de 200 km/h.

6Le vent n’est pas présenté comme un critère scientifique de définition et de localisation des tempêtes mais comme un instrument tantôt de dramatisation du réel, tantôt de pédagogie.

Les discours contestés des expertises, instruments d’une dramatisation

7L’exemple du vent permet d’analyser la formulation pour tout public du savoir savant. L’expert, entendu précisément comme scientifique, donne un avis sur une situation donnée, joue un rôle essentiel dans ce travail de vulgarisation par la presse et de caution scientifique, rationnelle, apportée aux décisions politiques dans le cadre de la gestion d’un risque. Les experts sont omniprésents dans Le Monde. Ils s’expriment dans 246 articles sur les 543 titres du corpus, soit près d’un article sur deux. Dans le cas du Parisien, leur présence est moindre (170 articles soit 8 %), ce qui reste important si on compare aux autres thèmes abordés dans le journal régional.

8Pour s’adapter à la presse, le discours scientifique se transforme. Dans Le Monde, il prend la forme d’une explication encyclopédique. Les termes comme chablis ou volis sont explicités (Y. Mamou écrit ainsi le 1er février 2000 : « On appelle ainsi les arbres déracinés, cassés, tombés seuls ou les uns par-dessus les autres »). En outre, on relève l’apport fréquent d’informations de références en juxtaposant des segments de rapports scientifiques récents, en partie éclairés par le texte du journaliste. À l’inverse, Le Parisien développe assez peu les explications scientifiques ; les indications sémantiques sont rares ou présentées comme des formes de préciosité, sans explicitation. Ainsi le 6 janvier 2000, « [le ministre] a été initié aux traitements des “chablis” et “volis”, deux termes techniques désignant les sujets abattus qu’il s’est plu à retenir ». Pour rigoureuses que soient les explications fournies par les intervenants, l’adaptation au savoir du lecteur conduit à une déperdition de sens de leurs propos techniques.

9Une autre conséquence de l’omniprésence des experts est un catastrophisme latent durant toute l’année 2000. À cela plusieurs raisons : les règles d’objectivation en vigueur dans le travail scientifique n’ont pas cours dans l’expertise. L’expert est astreint à délivrer des affirmations radicales afin de faciliter la décision politique. Il prêtera également le flanc à la critique dans le cas d’une réalisation outrepassant ses prévisions les plus pessimistes : c’est la raison pour laquelle Météo France a pris le parti en 2000 de multiplier les alertes aux tempêtes. Et les journalistes d’accorder des articles complets aux dites alertes (Avis de Tempête le 30 octobre 2000 et le 5 novembre 2000 dans Le Parisien), alors qu’il n’y avait que quelques lignes dans la rubrique Météo à la veille du passage de Lothar. En outre, les journalistes accentuent la radicalité de leur discours en relayant les craintes les plus manifestes dans l’opinion publique. Ainsi, à la vue des forêts touchées par les tempêtes, fleurissent des titres alarmistes tel « Il faudra replanter un tiers des forêts françaises », qui aggravent les propos tenus dans le cœur de l’article par un ingénieur (Le Parisien, 05/01/2000).

10La question de l’expertise s’est également révélée intéressante par les critiques virulentes à l’encontre de deux branches différentes de la communauté scientifique. Le statut de l’expert n’est pas univoque : si le discours journalistique à dimension didactique se caractérise la plupart du temps par une présentation laudative des intervenants scientifiques (qui « prouvent » ou « démontrent »), tel n’est pas le cas pour deux catégories d’experts en ce qui concerne les tempêtes de décembre : les prévisionnistes de météo France dans Le Parisien (15/12/2000 et 28/12/2000 : « Le rapport qui accuse Météo France » et « Météo France : “on a sous-estimé la violence des vents” ») et les forestiers de l’ONF dans Le Monde. Alors qu’il est fait appel à nombre d’institutions et centres de recherches relatifs à la forêt (INRA, Cemagref, ECOFOR), dont on cite abondamment les membres, en précisant clairement là encore leurs attributions, l’ONF est présenté comme une institution monolithique. Celle-ci est critiquée et aucun de ses membres ne bénéficie ensuite d’un droit de réponse.

De l’événement à la crise : de la tempête aux « catastrophes écologiques »

Risques naturel et technologique : ambiguïtés et confusions dans Le Parisien

11L’association des tempêtes aux marées noires constitue un poncif du discours journalistique. Toutefois, le traitement observé concernant les tempêtes de fin décembre 1999 est significatif dans la mesure où, dans ce cas précis, la tempête n’est pas à l’origine de la marée noire évoquée (Erika). Or, Le Parisien associe très largement les deux événements en les faisant cohabiter dans 20 % des articles, ce qui est d’autant plus remarquable que la marée noire concerne un espace extérieur à l’Île-de-France, territoire de prédilection du quotidien. Cette association est d’abord graphique, avec une juxtaposition de photos de la marée noire et de la tempête, notamment sur des « Unes ». Le caractère spectaculaire des dommages subis par les côtes et les forêts, symboles de naturalité, favorise donc un traitement conjoint des deux phénomènes par la presse.

12De plus, les articles du Parisien se caractérisent par une approche similaire de la tempête et du naufrage de l’Erika. Ce sont les mêmes acteurs sociaux qui sont stigmatisés. Météo France et les acteurs politiques nationaux sont critiqués dans les deux cas pour les lacunes du système d’alerte et de prévention, puis pour leur mauvaise gestion de la crise, notamment en matière de communication (« Des services publics et des ministères aux abonnés absents », Le Parisien 27/12/99). Ceci témoigne de la tendance récente à la recherche systématique de responsables des catastrophes et à une moindre tolérance à un risque non choisi. Parallèlement apparaît l’idée selon laquelle les hommes s’attribuent une part de responsabilité dans la genèse des « catastrophes écologiques ». La caricature de Plantu dans Le Monde du 6 janvier 2000 juxtapose des éléments hétéroclites (un pétrolier, un ordinateur évoquant le bogue et un arbre sur une plage) mais en les traitant tous comme un risque technologique : l’arbre abattu par la tempête n’est pas un chablis mais scié « de la main de l’homme ».

13On peut donc conclure que le traitement de la marée noire a « déteint » sur celui de la tempête et cela paraît symptomatique d’une modification plus générale du rapport entre aléas, risques et représentations sociétales.

Tempête et réchauffement climatique ou les anticipations du Monde

14Dans Le Monde, le traitement de la tempête comme événement météorologique introduit dans 32 articles un lien possible entre un fait avéré, le réchauffement climatique, et l’augmentation de la fréquence et de la violence des tempêtes. Ces articles comportent d’importantes réserves, souvent formulées par les experts (Pierre Bessemoulin, directeur de la climatologie à Météo France, rappelle ainsi en septembre 2000 que « les statistiques montrent une augmentation des tempêtes à partir de la fin des années soixante jusqu’aux années quatre-vingt. Nous ne pouvons en tirer aucune conclusion »). En revanche, les articles situés hors des rubriques scientifiques sont bien moins prudents. Ainsi les articles relatifs au coût pour les assurances affirment : « Si de nombreuses incertitudes demeurent, les études sur l’évolution du climat sont plutôt unanimes pour prévoir une augmentation des désordres profonds ». Tempête de 1999 et réchauffement climatique se voient alors associés de manière presque définitive. L’affirmation radicale d’un lien entre violence des tempêtes et réchauffement s’explique en partie par les considérations économiques guidant les expertises commandées par les sociétés d’assurances. Les résultats de cet autre type d’expertises soulignent qu’à défaut de certitude scientifique, certains envisagent le pire.

15Par ailleurs, le choix d’intervenants appartenant à des groupes écologistes dans les colonnes du Parisien (WWF) explique pour partie la radicalité des discours associant tempête et réchauffement climatique. Le Parisien rapporte les propos de son responsable, M. Raoni : « Vous avez connu la tempête, votre forêt a été décimée, il faut la protéger [...] Si vous continuez à détruire la planète, la nature va se retourner contre vous. Les Indiens vont mourir mais vos enfants aussi ». Si ces discours militants sont minoritaires dans l’ensemble du corpus des deux journaux, ils n’en révèlent pas moins une tendance à réintroduire les acteurs sociaux et donc les citoyens au cœur du géosystème et à leur conférer une responsabilité systématique dans ses événements.

Une exagération ? Tempête et bilans forestiers

16Le thème des dégâts aux écosystèmes forestiers a été très souvent abordé dans les deux journaux. Les dommages subis par les forêts ont fait l’objet d’une intense dramatisation dans Le Parisien ou d’un débat critique virulent dans Le Monde avant d’être relativisés au fil de l’année.

17Le Parisien se distingue par le recours à de multiples formes de dramatisation en la matière.

18Premièrement, une dramatisation « par omission ». Tous les aspects positifs de la tempête en matière de biodiversité sont négligés au profit des atteintes portées aux forêts par le vent. Certes, la flore des forêts a été perturbée à la suite des tempêtes de décembre 1999, mais ce bouleversement entraîne un renouvellement des espèces présentes au profit d’espèces aimant la lumière (bouleau) et qui bénéficient d’un grand stock de graines en terre, ou facilement dispersées par le vent et les oiseaux. Au total, si la répartition des espèces dans l’espace et leurs proportions les unes par rapport aux autres sont parfois profondément modifiées par les tempêtes, on ne relève pas de réduction de la richesse spécifique de l’écosystème, au contraire. En ce sens, la diversité spécifique ne semble pas durablement perturbée.

19Deuxièmement, une dramatisation par l’exagération des dégâts. Une étude des bilans et de leur évolution au fil du temps est difficile à cause de la multiplicité des unités de mesures utilisées (nombre de mètres cubes à terre, nombre d’hectares touchés, nombre d’arbres tombés, pourcentages d’arbres à terre, nombre d’années de récolte à terre, arbres remarquables déracinés, voire comparaisons du type « trois fois la distance de la Terre à la Lune si l’on mettait les arbres bout à bout »). L’absence totale d’un ordre de grandeur de référence perturbe toute tentative d’estimation cohérente de la part du lecteur. Les chiffres fournis ne peuvent dès lors être envisagés comme de réels éléments d’évaluation des dommages. Ce sont des quantités, d’où le recours fréquent à des chiffres ronds facilement mémorisables : ainsi, les 10 000 arbres à terre de Versailles, cités à maintes reprises. Ce dernier cas témoigne aussi de l’exagération des chiffres avancés, repris à la baisse ensuite.

20Troisièmement, une dramatisation formelle. Le traitement des conséquences en forêt se singularise par sa tonalité dans Le Parisien. Ainsi, sur les 58 articles portant exclusivement sur les dégâts aux forêts, 19 ont un ton dramatique, avec le recours massif (32 articles) à des champs lexicaux évocateurs : la guerre, l’apocalypse, la maladie – « un peu partout c’est l’hécatombe » affirme-t-on par exemple. Ainsi l’émotion domine non seulement face au « spectacle de désolation » – formule répétée à l’envi – laissé par la tempête mais aussi en raison de l’image très positive attachée aux espèces rares et aux espaces forestiers péri-urbains. Par ailleurs, ces articles sont illustrés pour 50 % d’entre eux d’une photographie destinée à renforcer le caractère dramatique des observations. Visualiser les dégâts par le biais de la photographie aérienne amplifie volontairement la perception de drame écologique.

21Toutefois, ce type de traitement se raréfie au cours de l’année, une fois les premiers bilans établis. Les articles à tonalité dramatique sont très concentrés dans le temps : épisodiques à partir de février, totalement absents après mai 2000. Ils laissent la place à des articles sur la réouverture des forêts ou la replantation des parcs dont le ton est informatif (dans 50 % des cas) ou enthousiaste (24 articles sur 54). Par ailleurs, les parcs et jardins, qui constituaient les espaces les plus représentés proportionnellement dans l’évocation des dégâts, sont aussi ceux qui font l’objet de replantation symbolique relayée par les médias. Le contexte passe à la dédramatisation.

22Enfin, dans Le Parisien, les 146 interventions d’experts (sur 362 articles) appartenant tous à l’ONF ne condamnent évidemment pas la gestion forestière de l’institution. Le discours sur les dégâts en forêt est donc « lissé » par cette tribune sans contradicteurs. Autrement dit, malgré l’alarmisme des articles des premiers jours rappelant que « trois générations seraient nécessaires pour reconstituer la forêt », les conséquences écologiques des tempêtes ont été traitées dans Le Parisien comme un événement dramatique ponctuel et non comme une crise durable. Si le terme de crise a été employé à moult reprises juste après la tempête, les perceptions n’ont pas fondamentalement évolué. Qui plus est, les articles présentant la tempête comme une « catastrophe écologique » se raréfient au cours du temps. Parfois, l’inversion des propos tenus à ce sujet est saisissante : alors que le 6 janvier 2000 « Bernard Goury, directeur de l’ONF [...] est formel : les conséquences écologiques de la catastrophe seront plus importantes que les conséquences économiques », Le Parisien du 26 décembre 2000 affirme que « Si les tempêtes ont occasionné une incontestable catastrophe économique [elles] ne constituent pas, pour les experts, une catastrophe écologique ». L’opposition de ces deux formules à un an d’intervalle exprime l’évolution du discours sur les conséquences des tempêtes en forêt et témoigne de sa dédramatisation.

23Le Monde quant à lui adopte une attitude fort différente. Les dégâts écologiques sont abordés dans 31 articles, mais de manière nettement moins tragique que dans Le Parisien : le ton dramatique ne caractérise qu’un tiers de ces articles. Au contraire du Parisien, les articles du Monde relatifs aux dégâts écologiques forestiers sont rarement clairement localisés et utilisent des termes généraux comme « la forêt française », « la forêt privée », ou encore « la forêt », au risque d’omettre la multiplicité des écosystèmes forestiers et des dommages subis.

24Plus généralement, le fond des articles est extrêmement critique à l’égard de l’ONF et du mode de gestion des forêts publiques ; citons par exemple Alain Lompech : « La politique de plantation à outrance des résineux par l’ONF, l’industrialisation de l’exploitation forestière ont provoqué plus de dégâts écologiques que cette tempête dévastatrice » (« Catastrophe écologique ou catastrophe naturelle et humaine », Le Monde 30/12/1999). Alors que Le Parisien ne mentionne quasiment que les essences remarquables, Le Monde se distingue par la précision relative aux essences. Les résineux (cités 7 fois) sont manifestement plus associés aux tempêtes que les feuillus (2 citations). Cette référence suggère une réactivation de la part du Monde de débats antérieurs relatifs au choix des espèces dans les politiques forestières menées depuis l’après-guerre, notamment par I’ONF. La critique des résineux avait été violente durant les années 1980, tout comme la méfiance de nombre d’acteurs des forêts face à l’ONF. Le fait d’associer les dommages écologiques des tempêtes à ces réflexions antérieures remet en question plus le mode d’exploitation et de rentabilité que les dégâts écologiques au sens strict.

25Ce dernier point souligne le lien entre l’éventuelle catastrophe écologique et l’évaluation économique des dégâts.

Le traitement économique de la tempête : l’argent moteur du drame ?

Prédominance des préoccupations économiques dans la définition des tempêtes

26Une grande part des articles est consacrée aux conséquences strictement économiques. Mais il est difficile de déterminer les critères fondant ces analyses dans les quotidiens, car il n’y a pas vraiment de « passage obligé » pour décrire les dégâts économiques et sociaux d’une tempête.

27En outre, les chiffres ont fait défaut toute l’année pour estimer correctement les dégâts, en raison de la difficulté à établir des bilans précis. Les auteurs ont préféré éviter toute estimation hâtive et fausse. Dans l’article intitulé « La tempête du siècle a fait trois morts » (Mickaël Bosredon, Le Parisien, 27/12/1999), les propos sont flous : « Scènes de désolation, hier, aux quatre coins du département. Jamais la Seine-et-Marne n’avait autant souffert des intempéries. Les pompiers sont intervenus des milliers de fois. Le bilan humain est terrible. Les dégâts inchiffrables ». Ce manque de précision s’est vite révélé une richesse. Les journalistes confrontés à cette complexité et à l’absence de « références » ont choisi selon leur subjectivité les dégâts et les victimes à privilégier. À la lecture des articles, cinq types de dégâts « économiques ou sociaux » se dégagent : dégâts humains, psychologiques, forestiers (exploitation), matériels et affectants les réseaux.

28La base de données a révélé une forte prédominance du critère économique pour définir la gravité de la tempête dans la presse. Plus de la moitié des articles du Monde portent sur l’aspect économique du phénomène : 305 des 543 articles ont en effet pour sujet les conséquences économiques générales de la tempête (bilan des dégâts, indemnisations, réparations) ou leur traduction par branche économique (exploitation forestière, BTP, assurances), voire par type de localisation (bâtiments scolaires, patrimoine historique). S’y ajoutent les articles évoquant les dommages proprement humains, qu’il s’agisse des victimes physiques de la tempête ou d’atteintes psychologiques constatées chez les sinistrés. Le constat est similaire pour Le Parisien : plus de 57 % des articles appartiennent au registre thématique des conséquences socio-économiques, tout comme 60 % des critères de gravité invoqués.

29La primauté des articles relatifs aux aspects économiques est encore plus sensible sur l’année 2000 : 1/10e seulement des articles économiques du Monde ont été publiés avant janvier ; à l’inverse, plus de la moitié des articles dédiés aux conséquences écologiques sont parus avant la fin de janvier. Après une première période consacrée à la description de la tempête comme phénomène naturel affectant de manière spectaculaire le territoire national, la dimension écologique disparaît pour émerger à nouveau à la fin du mois de mars 2000, au moment de la reprise de la vie végétative. On observe ensuite une nouvelle hausse de ces considérations durant l’été et au mois de novembre 2000. L’analyse du Parisien permet d’établir un constat similaire, même si le thème écologique ne disparaît jamais totalement au fil de l’année. En conclusion, il semble donc que plus on s’éloigne de décembre 1999 et plus la tempête est envisagée sous l’angle économique et social.

Aux racines de ces préoccupations : la nature de l’espace francilien en question

30L’importance des articles économiques peut s’expliquer par le poids de l’Île-de-France dans l’économie française et la concentration exceptionnelle d’activités, d’hommes et d’équipements observable sur cette portion réduite du territoire. Le fait que le phénomène climatique ait touché un espace fortement artificialisé renforce la surprise manifestée à la vue des dégâts occasionnés par le passage de la tempête. Or c’est un phénomène visuel exceptionnel : il se donne à voir immédiatement par les dommages aux arbres d’alignement, aux bâtiments, etc. Ce caractère favorise les descriptions d’ordre écologique, climatique ou paysager, dans les tout premiers jours. Les conséquences sur l’économie, l’incidence sur la vie concrète de la cité ne sont venues qu’après.

Des acteurs sociaux inégalement répartis sur le devant de la scène

31Quels sont les acteurs sociaux associés aux tempêtes ? Quelle place les médias leur ont-ils attribuée ?

32Le choix et la quantification des mentions d’acteurs sociaux (figure 1) sont comparables dans les deux journaux : les acteurs politiques (61 % dans Le Parisien et 55,6 % pour Le Monde), les acteurs économiques (51,7 % et 64 %), les sauveteurs (15 % et 16,75 %), la population (56 %), les experts (15,81 %). Cette représentation s’assortit d’une valorisation différenciée : aux sauveteurs unanimement salués (ton admiratif dans 20 % des articles les mentionnant) s’opposent les hommes politiques de rang national, critiqués pour leur gestion politicienne de la crise. A contrario, les acteurs de terrain, notamment les « petits maires », sont chaleureusement décrits.

33En revanche, le traitement est presque symétriquement opposé en ce qui concerne les experts (fortement valorisés par Le Monde avec 45,3 % des articles, peu sollicités dans Le Parisien avec 15,8 % des textes) et la population (qui apparaît dans 56 % des titres du Parisien contre 32 % pour Le Monde). Cette opposition révèle deux conceptions de « l’expérience ». Le Parisien accorde une place majeure à l’expérience vécue localement par une population, d’où l’abondance de témoignages de personnes âgées sur les tempêtes d’autrefois. À l’inverse, l’origine géographique des personnes interrogées n’apparaît presque jamais dans Le Monde. L’expérience est avant tout affaire d’experts dans le quotidien national. Il s’agit moins de décrire les sinistrés et les lieux touchés que le phénomène physique.

figure 1. Comparaison des évocations d’acteurs sociaux : acteurs politiques, économiques et sauveteurs uniformément valorisés, contrastes pour la population et les experts

Vie et mort de l’image ou la tempête comme produit médiatique

34Le traitement diachronique de la tempête dans Le Parisien et Le Monde permet de poser des questions relatives l’évolution de la perception du phénomène et de ses conséquences et de montrer en quoi la presse présente la tempête progressivement comme un « produit » économique.

35Trois phases peuvent être distinguées au sein du corpus défini.

Scène 1 : le choix d’images symboliques

36Du 26 décembre au 31 janvier 1999, au lendemain du passage des tempêtes, le nombre d’articles parus est significativement plus élevé que durant le reste de l’année : 71 articles dans Le Monde sur les 543 de l’année, soit 13,1 % du total annuel en 5 jours. Pour Le Parisien, le constat est le même : en 5 jours 267 des 2 120 articles, soit plus de 10 % du total.

37Durant ces quelques jours les tempêtes sont l’événement tragique majeur de l’actualité nationale et régionale ; ainsi atteint-on dans Le Parisien le taux record de 47,2 % d’articles dramatiques, alors que la moyenne annuelle ne s’élève qu’à 37 %. Le constat est similaire pour Le Monde avec près de 37 % des articles pour une moyenne annuelle de 22,8 %.

38Cette première phase du traitement de la tempête se distingue aussi par la vivacité des expressions et images : guerre, apocalypse ou maladie (dans près de 50 % des articles du Parisien contre moins du tiers sur l’ensemble de l’année). Ce sont en effet à la fois des images des premiers temps du drame, spontanées et spécifiques aux tempêtes de décembre 1999, mais aussi des images-clichés, immémoriales, qui réapparaissent à chaque tempête. Ainsi, le titre d’un article du Parisien daté du 28 décembre 1999 (« On dirait la fin du monde ») sera réemployé le 11 décembre 2000 (« J’ai pensé que c’était la fin du monde. » Micheline, retraitée à Cuinchy). Utilisées pour dire la stupeur face au phénomène, ces images se présentent donc comme de véritables poncifs. Le recours à des images anthropomorphiques pour décrire les paysages affectés par le passage de Lothar et Martin est fréquent : les paysages forestiers sont présentés comme des êtres meurtris, tout comme leurs constituants : arbres, troncs voire fleurs assimilés à des hommes blessés. Cette personnification n’a rien d’exceptionnel dans le discours journalistique et reprend le thème du rapport complexe entre les sociétés et leur environnement. Le paysage est assimilé à la société. Les dommages renvoient à la part de responsabilité humaine dans la catastrophe. Par ailleurs, dans les premiers temps, la réalité est manichéenne : l’opposition nature/ville est présente dans nombre d’illustrations des dommages de la tempête et semble exprimer la violence du phénomène naturel sur la ville. Les photos juxtaposent des symboles de la technique (comme la tour Eiffel) à des amoncellements de bois.

39Enfin, l’échelle nationale est privilégiée durant ces premiers jours dans les deux journaux. La personnification du paysage participe d’une valorisation de l’unité du pays. Il s’agit de promouvoir une personnification de la France, permettant la transformation d’un espace limité en territoire par appropriation consciente. Un gros titre comme « La France blessée » (Le Parisien) en est une illustration par son recours aux périodes historiques d’unité nationale, « d’Union sacrée ». Les termes de « front » ou « bombardement », et la référence à Verdun dressent un parallèle entre les paysages et les réactions des acteurs sociaux en 1914. L’unité nationale est sollicitée par une sélection d’images d’Épinal du territoire français : église, clocher, vieil arbre... La tempête se présente foncièrement comme un événement unificateur, fédérateur, suscitant solidarité, entraide ou du moins compassion entre les lecteurs. À ce titre, elle a fait figure de slogan fédérateur « dans l’air du temps », donc susceptible de faire vendre. Le thème des tempêtes a été exploité dès le lendemain de leur passage dans un sens commercial : la Poste a ainsi valorisé son image de service public et ses efforts pour maintenir un lien entre tous les habitants, même dans les recoins du territoire. Le thème de la tempête se présente donc comme un passage presque obligé pour traduire les phénomènes d’opinion en ce début de l’année 2000, tant il est vrai qu'elle est devenue un objet de mode, totalement inséré dans le fonctionnement économique de la société.

40Pourquoi un tel retentissement ? Le contexte général dans lequel baignait la société à la veille des tempêtes a vraisemblablement accentué leur retentissement. Lothar et Martin ont en effet traversé le pays à une période où se sont multipliés les catastrophes, les dommages... Rappelons ainsi qu’en novembre, des pluies violentes avaient ravagé l’Aude, puis, le 12 décembre, étaient survenus le naufrage de l’Erika et la marée noire. Le risque technologique était donc dans tous les esprits à la fin du mois de décembre 1999, d’autant que depuis plusieurs mois le public était préparé au bogue présumé de l’an 2000 et que la fièvre montait à 1 approche de la date fatidique du 1er janvier 2000. Enfin, les peurs millénaristes ont aussi contribué à distiller dans la société une angoisse diffuse.

Deuxième scène : le temps des bilans et de l’ajustement aux lectorats

41Entre le 1er et le 24 janvier 2000 se place l’essentiel des textes publiés sur les deux tempêtes par les journaux. L’événement passé, la tonalité se fait nettement plus posée et plus informative.

42Cette évolution s’accompagne d’une inflexion sensible des critères de gravité. La majorité des articles du Parisien et du Monde se signale par la primauté de l’économie, critère principal d’évaluation des dommages, à hauteur de 53 % pour Le Parisien, de 61 % pour Le Monde. Sont élaborés des bilans plus détaillés, qui rendent mieux compte de la réalité des dommages. Toutefois, ils tiennent malgré tout compte des lieux jugés dignes d’intérêt, parce qu’ils appartiennent aux espaces vécus des lectorats respectifs des deux journaux. Paradoxalement, la tendance majeure de cette deuxième période est à la délocalisation progressive des articles. Si les lieux mentionnés relèvent de moins en moins du symbolique, les articles localisés sont de plus en plus rares.

43Un renversement s’observe dans le traitement des tempêtes progressivement reléguées à un simple décor des activités économiques et sociales. Cueillette du muguet, suggestions de promenade deviennent le sujet principal de l’article, les conséquences des tempêtes faisant figure de thème secondaire. Parallèlement, un certain nombre d’articles tardifs met en évidence l’apparition de « marronniers », c’est-à-dire de textes sans rapport réel avec l’actualité immédiate et réintroduits à dates fixes. Par exemple, les articles sur les conséquences des tempêtes dans la branche des assurances sont pléthore dans Le Monde. On peut observer parallèlement un effort réflexif de la part du Monde, dans les chroniques, qui reconsidèrent les tempêtes comme un événement médiatique banal, soumis dès lors à la surexploitation et à l’épuisement. Autant de signes qui illustrent l’insertion du thème tempête dans le flux de l’actualité et son épuisement progressif.

Scène dernière : commémoration

44On note une nette recrudescence du nombre d’articles les 25 et 26 décembre 2000. Aucun texte n’a été publié entre le 22 et le 24 décembre 2000 dans Le Parisien, mais on en comptabilise pas moins de 33 le jour de Noël. De même, Le Monde a publié 6 articles sur la tempête le 26 décembre.

45Le premier type d’articles dresse un bilan économique des tempêtes et de leurs conséquences : 5 des 7 articles du Monde daté du 26 décembre 2000 établissant un bilan de la tempête sont situés sur la page « Entreprises » du journal. De même, 57 % des articles du Parisien publiés les 25 et 26 décembre 2000 ont une thématique économique. Ces articles établissant un bilan national des dommages et des mesures décidées pour mieux gérer les crises futures sont délocalisés : pas d’allusion à un lieu précis, tout au plus évoque-t-on dans Le Parisien le « réseau électrique du pays ».

46Le deuxième type d’article est nettement commémoratif. Le Parisien fait appel aux témoignages des sinistrés et témoins du drame un an auparavant. Dans Le Monde, un article intitulé « Le deuil d’une forêt » occupe une page entière avec une large photographie. Cette mise en scène est renforcée par le recours massif à des couples de photos avant/après. Une recrudescence de textes dramatiques (30 des 55 articles du Parisien) fortement spatialisés accompagne cette évolution. Ces articles « anniversaire » concluent sur un retour à la normale. Autrement dit, la commémoration permet de signifier la fin d’un cycle. Les propos d’un forestier relevés dans Le Monde sont révélateurs : « C’est désormais l’objectif de la fin de ma carrière : voir renaître les tanières » (« Le deuil d’une forêt », 26/12/2000). Les différents témoins et sinistrés voient leur histoire s’achever par une même conclusion de retour à la normale, voire de « renaissance ». Tous les articles suggèrent la résolution de la tragédie entamée un an avant.

47Ce besoin de commémorer se signale clairement comme une évolution récente de la société. Les tempêtes de 1987 ou de 1990 avaient été rappelées de manière bien plus discrète dans Le Monde : aucun article commémoratif en octobre 1988, la seule tempête évoquée un an après n’est autre que... le krach boursier. La commémoration n’était alors pas centrée sur les catastrophes naturelles à la veille des années 1990. Cette tendance est donc beaucoup plus récente et témoigne de l’évolution des rapports à l’environnement et aux nouvelles perceptions des risques. La commémoration des tempêtes, nouveauté médiatique, met en scène une société capable de rationaliser les risques, et de gérer les difficultés suscitées par un tel phénomène. Autrement dit, les perceptions des tempêtes de décembre 1999 dans Le Monde et Le Parisien miment une société cohérente et une gestion de l’aléa réussie. Comme l’affirme fort justement Henri-Pierre Jeudy : « Les phénomènes catastrophiques légitiment la construction de l’avenir comme un défi [...] les événements les plus déterminants sont voués à être commémorés pour devenir des leçons de l’histoire [...] Une telle mobilisation trace un sens pour le futur [...] en affichant une perspective de maîtrise collective du sens de la conservation des sociétés. » L’événement et sa commémoration constituent les deux moments forts, car fédérateurs de cet effort de rationalisation. L’importance accordée aux mouvements de solidarité corrélatifs au passage des deux tempêtes peut se lire dans les colonnes du Parisien comme du Monde (37 articles). La solidarité constitue pour les lecteurs un rappel de l’importance du lien social qui seul peut donner du sens à ce qui en apparaît dépourvu.

Tempête et Île-de-France : spatialisations introduites dans la presse nationale et régionale

48Au fil de l’année dans la presse, certains types d’espaces franciliens confrontés aux tempêtes émergent clairement à partir de quatre éléments. Pour qu’un espace soit véritablement perçu par les lecteurs comme un territoire de la tempête, il faut qu’il ait été cité à de nombreuses occasions, que soient mises en évidence des périodes de valorisation de cet espace, que soit prise en compte la nature des dommages (écologiques, économiques, sociaux) et qu’il soit tenu compte du potentiel d’évocation paysagère du lieu. Ce dernier critère constitue d’ailleurs le principal point d’achoppement entre les deux journaux : les règles de dramaturgie ne sont pas les mêmes dans Le Parisien qui privilégie les espaces de vie et dans Le Monde qui choisit les espaces symboliques.

Lever de rideau : Paris intra muros (figure 2)

49La capitale se distingue par son importance quantitative dans les deux quotidiens : 72 articles dans Le Parisien (soit un peu plus de 6,5 % du total dépouillé) et 49 dans Le Monde (soit 20 % du corpus). Paris apparaît surtout comme « le » lieu de référence pour dire l’événement : la majorité des articles est publiée avant le mois de février 2000, à hauteur des deux tiers pour Le Parisien, des trois cinquièmes pour Le Monde. Plus encore, une proportion de 15 % d’articles du Monde faisant référence à la tempête dans les tout derniers jours de 1999 cite la capitale contre 10 % sur l’année. Paris fait donc l’objet d’un intérêt particulier de la part des deux journaux et fait figure de première localisation des tempêtes de décembre 1999.

figure 2. Paris et la tempête : le décor du premier acte

50En revanche, il n’est que très rarement fait référence à Paris sur un ton dramatique. Si l’on évoque beaucoup la capitale, c’est malgré tout sans considérer la situation comme réellement inquiétante. Les articles se font même de plus en plus relativistes voire critiques à l’égard des Parisiens avec le temps : Le Monde dénonce dès le 7 janvier 2000 les habitants qui se plaignent de ne pas voir leur décodeur rétabli, (« À Paris, la course aux artisans pour panser les blessures ») alors que dans Le Parisien on rappelle que « La capitale n’est pas la seule à pleurer ses arbres » (« 80 millions pour Vincennes et Boulogne », 28/12/1999).

51L’évocation de Paris est éphémère, le thème s’épuise dès février (dans Le Parisien, 2 % après cette date et aucun dans Le Monde). La capitale, survalorisée dans les premières heures, ne figure pas au total parmi les espaces perçus comme les plus affectés, tant à l’échelle nationale qu’à l’échelle régionale.

52La sur/dévalorisation de Paris repose sur des critères techniques (impossibilité de joindre les correspondants régionaux) et sur le fait que les dégâts visibles ont été vite réparés dans la capitale. Les effets de la tempête en milieu urbain ont d’abord surpris, d’où le rappel du Monde du « Paris ravagé » de la Libération. Mais, la ville de Paris est citée dans Le Monde avant tout en raison de son statut de capitale, par des éléments clairement reconnaissables (place de la Bastille, tour Eiffel, Champ de Mars). En revanche, dans Le Parisien, la priorité est donnée à la description minutieuse des dégâts arrondissement par arrondissement. Une fois les dégâts apparents réparés, la capitale est bien moins souvent évoquée.

Un espace survalorisé par sa fonction symbolique : le théâtre versaillais (figure 3)

53On ne peut qu’être frappé par l’omniprésence des références au parc de Versailles dans les deux quotidiens : 128 articles du Parisien et 27 articles du Monde (soit 5 % du corpus).

54Il est question des dégâts subis par le parc jusqu’à la mi-octobre 2000 dans Le Monde, toute l’année dans Le Parisien, y compris lors de la commémoration des 25 et 26 décembre 2000. Le Parisien consacre ainsi la majorité de ses articles aux dommages écologiques au parc de Versailles avec 12 % des occurrences. Autrement dit, le parc de Versailles constitue l’espace de référence pour ce type de dommages. Le constat est similaire pour Le Monde avec 14,1 % des articles.

55En outre, le ton employé pour décrire les dégâts du Parc est très dramatique dans la majorité des articles (dans 44,5 % des textes du Monde y faisant référence). Quant au décompte des dégâts, il se caractérise par un alourdissement du bilan : Le Parisien parle de 7 492 arbres tombés alors que Le Monde en comptabilise plus de 9 000. Très prosaïquement, les journaux se font l’écho de l’imposant dispositif de communication du domaine de Versailles mis en place pour récolter et financer la replantation.

figure 3. Versailles : une évocation durable

56Le succès de cette imagerie d’un Versailles dévasté s’explique tout d’abord par la lisibilité paysagère des dommages écologiques alors que, dans les rues de la capitale, le dégagement de la voirie pour la circulation a donné l’impression rapide de la « cicatrisation ». Enfin, la rigueur de l’ordonnancement originel du parc de Lenôtre, bouleversé par le passage de la tempête, remet en cause l’idée de domination de la nature par la société et qui plus est dans un des hauts lieux du tourisme.

Un décor uniformément valorisé ? : les parcs et forêts d’Île-de-France (figure 4)

57Le Monde comme Le Parisien placent simultanément les espaces forestiers franciliens sur le devant de la scène médiatique (dans Le Parisien, 35,5 % des articles font explicitement référence à un parc, un jardin, une forêt ou un bois d’Île-de-France). Si l’on ne retrouve pas ce pourcentage dans le quotidien national, la représentation des forêts franciliennes est disproportionnée au regard de la surface accordée aux autres espaces forestiers nationaux. Qualitativement, on observe que les massifs d’Île-de-France sont dépeints avec une précision qui contraste singulièrement avec les termes utilisés pour décrire les autres forêts françaises. À des termes généraux comme « la forêt vosgienne », la « forêt landaise », la « forêt morvandelle », etc., s’opposent les évocations très précises des forêts de Sénart, du parc de Saint-Cloud ou du bois de Vincennes. Cette évocation des forêts d’Île-de-France est également durable puisque cinq à six articles par mois leur sont consacrés dans le journal régional. Dans Le Monde, les espaces verts franciliens bénéficient d’articles plus nombreux au fil de l’année que les banlieues.

58Si le ton des articles n’est pas précisément « dramatique », les connotations demeurent fortement affectives lorsque sont évoqués les bois, parcs et forêts d’Île-de-France : de l’enthousiasme présent dans les articles relatifs aux replantations, à la tristesse des promeneurs, en passant par les articles critiques sur la situation des chasseurs franciliens, le ton est rarement neutre. Autrement dit, si la nature des émotions associées aux forêts affectées évolue, Le Parisien les présente toujours sur un mode très engagé.

59Dans un premier temps, les forêts de plus grande superficie ou forêts domaniales sont les plus souvent citées. On peut être tenté d’y voir l’insistance de l’ONF, gestionnaire de ces forêts, pour que la presse évoque les conséquences de la tempête. En outre, il apparaît que les forêts, parcs et jardins ont bénéficié d’un traitement particulier en raison de leur double potentiel dramatique. D’une part, ils appartiennent très clairement à l’espace de vie de nombreux Franciliens, qu’il s’agisse des parcs urbains ou des forêts, lieux de prédilection de nombre d’activités de loisirs, connus, fréquentés... D’autre part, les paysages des parcs et forêts font figure d’isolats en milieu urbain. La perception dichotomique des espaces affectés par la tempête dans Le Monde comme dans Le Parisien met en valeur l’originalité de ces espaces « naturels ». Les pics des évocations, notamment dans Le Parisien, corroborent cette hypothèse. Le printemps, qui correspond au premier pic, est la saison de retour dans les forêts et parcs après la trêve hivernale. C’est alors que le regard des lecteurs questionne le journal sur les réparations aux forêts endommagées par la tempête.

figure 4. Tempête et espaces verts : maintien médiatique de ces espaces récréatifs

À l’écart des lumières : les espaces de vie des Franciliens (figure 5)

60Les espaces bâtis de la banlieue ont fait l’objet d’un traitement très contrasté entre les deux quotidiens. Le Parisien évoque massivement les espaces franciliens, conformément aux attentes de son lectorat. Journal régional et local, il s’inscrit dans un traitement de proximité durant une grande partie de l’année et fait l’état de chaque salle de sport endommagée, de toute réouverture de base de loisirs. Les éditions locales jouent évidemment un rôle essentiel dans la diffusion de ce type d’information et dans cette spatialisation de la tempête. D’un point de vue quantitatif, les éditions des départements de grande couronne (Yvelines, Seine-et-Marne, Essonne, Val-d’Oise) regroupent à elles seules plus d’un tiers des articles dépouillés relatifs aux dommages économiques. A contrario, Le Monde publie des articles où ne figure aucune localisation précise, qu'elle soit régionale ou, à plus forte raison, communale. Le quotidien national évoque essentiellement les espaces d’échelle régionale (209 fois) ou nationale (166) alors que les communes ne sont citées qu’à 202 reprises, leurs bâtiments à 168 occasions : la logique est rigoureusement contraire à celle du Parisien. Parmi la cinquantaine de communes franciliennes citées, les départements et communes de grande couronne font figure d’oubliés de la presse nationale (23 communes des Yvelines, du Val-d’Oise, de Seine-et-Marne et de l’Essonne en l’espace d’un an). À titre de comparaison, les tempêtes sont précisément situées dans 12 communes des Hauts-de-Seine, 10 communes du Val-de-Marne. Là encore, ce sont les représentations générales du territoire national qui expliquent le peu de cas fait des espaces franciliens hors Paris intra muros et ses environs immédiats.

61Malgré tout, qu’il s’agisse du Monde ou du Parisien, on relève une baisse rapide du nombre d’articles relatifs aux espaces franciliens. La chute des articles consacrés à la banlieue est nette dans Le Parisien dès la fin février (55,5 % des articles avant) et un mois avant dans Le Monde (80 %).

62Les articles se caractérisent par leur thème économique, par leur nombre (important si l’on additionne tous les espaces cités, mais faible si l’on s’en tient au fait que ces villes ne bénéficient pas d’occurrences multiples), par leur fugacité. C’est donc faute « d’exemplarité » que les banlieues sont peu évoquées. Quelques exceptions tout de même : 78 références à des établissements scolaires franciliens hors Paris, ce qui apparaît considérable. De même, 15 des 32 articles du Monde faisant mention d’établissements scolaires de tout niveau affectés par les tempêtes sont relatifs à l’Île-de-France ou même à des communes franciliennes. Ceci ne représente certes que 2,7 % du total mais représente un tiers des articles sur l’espace francilien (hors forêts). C’est le fort potentiel dramatique autour de ce type d’infrastructures qui est utilisé dans plus de 41 % des articles du Parisien. Dans le cas du Monde, 6 des 15 articles sont à connotation critique ou dramatique, soit un ordre de grandeur de 40 %. On peut suggérer que Le Parisien focalise son attention sur les écoles en raison de leur importance comme espace vécu des franciliens. La lisibilité paysagère des dégâts subis par les écoles n’est pas à négliger puisque Le Parisien réutilise par exemple à trois reprises au cours de l’année les photos du lycée des Pierres Vives de Carrières-sur-Seine au lendemain de la tempête. Par ailleurs, l’école est par excellence le lieu des enfants. Dire les dommages subis par les écoles revient à montrer en quoi la tempête a hypothéqué l’avenir de la société. En outre, on peut raisonnablement supposer que la composition socio-professionnelle du lectorat du Monde, caractérisée par une forte proportion d’enseignants, a incité le journal à porter l’accent sur le thème de l’éducation qui constitue une de ses caractéristiques.

figure 5. Tempête et banlieue : un coup de projecteur fugace

63Enfin se détachent en négatif quelques espaces « oubliés » des tempêtes en Île-de-France. Un certain nombre de communes n’a en effet fait l’objet d’aucune citation de la part des deux quotidiens ou du moins du Monde. Le nombre et la superficie de ces espaces sont fort variables entre les deux journaux, comme dans la catégorie précédente : Le Parisien n’a pas cité près de 50 % de la surface de l’Île-de-France alors que Le Monde a négligé plus de 80 % de la superficie du territoire francilien et plus de 95 % de ses communes. Ces espaces en creux ne répondent à aucun des trois premiers critères : pas de citation, et donc pas de date et à plus forte raison de registre spécifique du traitement de la tempête. La carte mettant en évidence le nombre global de citations par communes, montre bien en négatif dans quelles portions de l’Île-de-France se situent ces espaces oubliés : il s’agit essentiellement des espaces périphériques d’Île-de-France en grande couronne (figure 6).

64Ce n’est pas l’absence de dommages qui justifie ce silence mais plutôt leur distance à la métropole parisienne, qui a engendré des difficultés d’accès et donc de notables retards dans le rétablissement des réseaux électriques ou téléphoniques. De plus, dans ces espaces rurbains ou ruraux de faible densité de population, l’absence de public est manifeste. Les dommages et dégâts risquent d’intéresser peu de lecteurs. Sans spectateurs, pas de spectacle, pas de drame, et pas de citation dans la presse. Enfin apparaît clairement l’absence de caractère exemplaire de ces espaces sans grosses infrastructures bâties puisqu’ils sont agricoles. Les paysages champêtres hivernaux n’ont certainement pas subi de modification visuelle majeure au passage des tempêtes, à l’exception des serres détruites et des forêts où s’amoncellent les chablis. L’openfield de Beauce ou de Brie n’offre de fait pas de prise à des dommages paysagers importants : on compte peu d’arbres touchés, peu de paysages affectés.

figure 6. Les inégales valorisations dans la presse des espaces franciliens confrontés à un aléa

65Au total, les tempêtes de décembre 1999 occasionnent dans la presse une indéniable dramatisation de la réalité, une mise en scène de la catastrophe. Temps, lieux, actions sont l’objet de torsions, d’exagérations, mais aussi d’omissions qui transforment dans les deux quotidiens le passage des météores en véritables tragédies néanmoins éphémères.

66Ainsi, ces aléas climatiques se présentent comme des objets médiatiques à valeur exemplaire : la singularité des rapports entretenus par la société avec son environnement explique pour partie l’extrême puissance des représentations de ces événements. La violence des images employées, l’omniprésence de ce thème durant des mois dans les colonnes des journaux témoignent de la complexité des relations d’une société urbaine avec les faits « de nature », mais aussi avec les espaces familiers qu'elle considère comme tels. Le caractère violent des météores, leur intrusion dans un monde d’ordinaire policé cristallisent donc les images collectives naïves, parfois contradictoires, souvent entremêlées, que les individus nourrissent à l’égard de « la nature » et de l’espace qui constitue leur territoire vécu.

Bibliographie

Bibliographie

Bardou M., 1996, Cinquante ans de tempêtes à la pointe de Bretagne, Mémoire de maîtrise non publié, Université Paris I, 92 p.

Bardou M., Tabeaud M., 1997, « Cinquante ans de tempêtes vues par Ouest France », Les Risques liés au climat, dir. D. Lamarre, Presses Univ. Bourgogne, p. 141-149.

Dauphiné A., 2001, Risques et catastrophes, Paris, Armand Colin, 288 p.

Debray R., 1992, Vie et mort de l’image, Paris, Gallimard, 526 p.

Ecofor, Bergonzini J.-C., Laroussinie O. (dir.), 2000, Les Écosystèmes forestiers dans les tempêtes, Paris, IFN, 133 p.

Fabiani J.-L., Theys J. (textes réunis et présentés par), 1987, La Société vulnérable, évaluer et maîtriser les risques, Paris, Presses de l’École normale supérieure, 674 p.

Fourault V., 2001, Les Tempêtes dans la presse quotidienne, Mémoire de maîtrise non publié, Université Paris I, 92 p.

Godard A., Tabeaud M., 1996, Les Climats, mécanismes et répartition, Paris, Armand Colin, 191 p.

Jeudy H.-P., 1991, Le Désir de catastrophe, Paris, Aubier, 161 p.

Lamarre D., 1997, « Le concept de risque lié au climat : une tentative de clarification », Les Risques liés au climat, dir. D. Lamarre, Presses Univ. Bourgogne, p. 7-28.

Lamarre D., Pagney P., 1999, Climats et sociétés, Paris, Armand Colin, 272 p.

Pagney P., 1994, Les Catastrophes climatiques, Paris, PUF, Que sais-je ? 129 p.

Roqueplo Ph., 1993, Climats sous surveillance, Limites et conditions de l’expertise scientifique, Paris, Economica, 401 p.

Tabeaud M., 2000, La Climatologie, Paris, Armand Colin, 176 p.

Trzpit J.-P., 1990, « Vivre avec les tempêtes dans l’Europe du Nord-Ouest », Catastrophes et risques naturels, dir. L. Davy, BSLG, janv.-juin, p. 163-202.

Table des illustrations

Légende figure 1. Comparaison des évocations d’acteurs sociaux : acteurs politiques, économiques et sauveteurs uniformément valorisés, contrastes pour la population et les experts
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30580/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende figure 2. Paris et la tempête : le décor du premier acte
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30580/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende figure 3. Versailles : une évocation durable
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30580/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Légende figure 4. Tempête et espaces verts : maintien médiatique de ces espaces récréatifs
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30580/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Légende figure 5. Tempête et banlieue : un coup de projecteur fugace
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30580/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende figure 6. Les inégales valorisations dans la presse des espaces franciliens confrontés à un aléa
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30580/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 331k

Auteur

Étudiante en troisième cycle à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Institut de géographie, 191, rue Saint-Jacques, 75005 Paris

© Éditions de la Sorbonne, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540