Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ile-de-France

 | 
Martine Tabeaud

Deuxième partie. La crise et sa gestion

Les maires d’Île-de-France se penchent sur la crise et l’après-crise

Martine Tabeaud

Texte intégral

1Avec 98 décès et autour de 18,3 milliards d’euros (120 milliards de francs) de dégâts, les deux tempêtes qui ont parcouru la France à la fin de l’année 1999 peuvent être considérées comme « catastrophiques » selon la définition de l’Unesco. Que se serait-il passé si la première tempête, celle qui a touché l’Île-de-France dans un contexte de veille à cause du passage à l’an 2000, le dimanche 26 décembre au petit matin, avait eu la même intensité mais un jour ouvrable ordinaire vers 18 heures ? Événement exceptionnel, que l’on ne reverra pas de si tôt, entend-on ici ou là. Pourtant, les modèles climatiques associés au réchauffement planétaire insistent sur la possibilité d’aléas violents plus fréquents, en hiver en particulier. Tous ces éléments incitent à « un retour d’expérience » de la part des acteurs les plus proches du « terrain », à savoir les maires. D’autant que leur responsabilité peut être engagée sur le plan civil et sur le plan pénal à cause des dégâts directs ou indirects mettant en péril la sécurité des administrés. C’est dans cette logique que nous avons tenté pour la région Île-de-France de cerner les leçons que les collectivités territoriales ont tiré de leur vécu pendant et au cours de la première année après la tempête.

2Toutes les communes d’Île-de-France ont reçu, entre octobre et décembre 2000, un questionnaire d’enquête concernant leur perception de la crise issue des dégâts de la tempête du 26 décembre 1999. Ont répondu au questionnaire 473 communes sur 1 210, soit un peu plus d’un tiers (figure 1), ce qui est correct pour une enquête par courrier postal.

3Il apparaît que le taux de réponse varie en fonction du nombre de communes du département. À l’exception du Val-de-Marne (taux de réponse plus faible avec 32 %) et de l’Essonne (fort taux de 70 %), les départements de grande couronne qui regroupent plus de communes (77 : 534, 78 : 262, 95 : 185, 91 : 116) ont moins souvent répondu au questionnaire que ceux de la petite couronne (92 : 25, 93 : 40, 94 : 47). Comme 2001 était une année d’élections municipales, quelque trois-quatre mois avant le scrutin, certaines municipalités avaient d’autres préoccupations. Les communes rurales de la grande couronne ont des mairies au personnel restreint que la variété et la lourdeur des tâches « ordinaires » occupent déjà suffisamment. Le temps à consacrer, en période électorale qui plus est, à une enquête universitaire était donc restreint...

4À Paris, la gestion de la tempête a été centralisée à l’Hôtel de Ville, si bien que seule la mairie du 7e arrondissement a répondu au questionnaire ; les autres ont renvoyé sur la Mairie de Paris. Plusieurs arrondissements (14e, 16e, 7e...) se sont d’ailleurs plaints de cette délégation. La comparaison entre Paris et les autres communes franciliennes n’a pas toujours semblé pertinente : gestion centralisée, éléments patrimoniaux nombreux, population importante, etc.

figure 1. Communes d’Île-de-France ayant répondu au questionnaire

5Les données qui suivent concernent, par définition, les communes ayant répondu au questionnaire.

Quelle perception ont les maires de la gravité des dommages subis par leur commune ?

6Le premier bloc de questions portait sur la perception de la gravité des dommages subis par les communes.

figure 2. Perception de la gravité des dommages

7Premier constat : toutes les communes ont été touchées (figure 2) puisque aucune mairie n’a dit avoir été épargnée. La majorité des communes touchées, sauf en Seine-et-Marne, considèrent qu’elles ont seulement été « moyennement touchées » par la tempête. On remarquera également que ce sont les départements de l’ouest (78) et du sud francilien (91) qui se sentent les plus affectés ; ce qui est à rapprocher de la direction ouest à sud-ouest du vent le 26 décembre 1999. Ces communes ont donc été les premières traversées par la tempête (avant 8 heures du matin, heure légale) et par un flux sans doute moins turbulent puisqu’il n’avait pas encore survolé l’agglomération dense. C’est également dans ces départements qu’ont été enregistrées les pointes de vent instantané les plus fortes, avec partout des vitesses supérieures à 150 km/h dans les départements 77 (Chevru : 172 km/h), 78 (Toussus : 169 km/h), 91 (Brétigny : 158 km/h) et 94 (Orly : 173 km/h).

figure 3. La rédaction d’un bilan communal des dégâts de la tempête

8Afin de savoir si les communes pourraient conserver une « certaine » mémoire de l’événement, il leur a été demandé si elles avaient rédigé un rapport ou un bilan d’un événement exceptionnel, donc de fréquence rare et de forte intensité (figure 3).

9Les communes les plus urbaines, donc Paris et la petite couronne, ont presque toujours dressé un bilan. Il s’agit parfois de plusieurs feuillets récapitulatifs des évaluations de dégâts, des interventions des services municipaux, des avis transmis à la population... et bien sûr de photographies, dans une simple chemise. La mise en forme prend le plus souvent l’aspect d’une brochure en couleur ou d’un magazine. Mais la charge de travail des élus des municipalités d’Île-de-France rurale les a empêchés d’effectuer cette synthèse indispensable à la conservation d’une mémoire de l’événement. Beaucoup invoquent le « manque de temps ». En Seine-et-Marne, par exemple, les communes « peu touchées » ne se sont pas senti motivées par la réalisation d’un tel rapport. Elles précisent d’ailleurs que rien ne leur a été explicitement demandé à ce sujet, qu’elles n’ont reçu aucun questionnaire synthétique, aucune maquette, qui auraient simplifié le travail et permis ensuite d’homogénéiser les résultats d’une commune à l’autre et de les synthétiser à une échelle plus vaste (canton, département, petite couronne/grande couronne, par exemple).

10Lorsqu’un bilan a été effectué, il a été demandé de préciser sa destination et donc son public potentiel.

11Les trois quarts des communes qui ont rédigé un rapport l’ont transmis aux préfectures, aux conseils généraux et régionaux et aux assurances (figure 4). 10 % au plus d’entre elles l’ont mis à disposition des administrés en mairie. La Seine-Saint-Denis et le Val-de-Marne sont les seuls départements où une commune sur deux a diffusé le bilan sous sa forme exhaustive et sous une forme résumée dans le journal local.

12Au total, comme peu d’habitants se seront déplacés en mairie pour lire un rapport de plusieurs dizaines de pages, que tous ne lisent pas la presse locale distribuée, qu’il ne leur a été le plus souvent proposé qu’un résumé, les Franciliens sont loin d’avoir une vision claire des conséquences de la tempête dans leur propre commune. Ils n’ont eu d’informations que nationales ou régionales par la télévision, la radio et les journaux. Certes, quelques communes ont été surmédiatisées (exemple de Versailles) mais la plupart n’ont fait l’objet que de brèves et parcellaires informations dans l’encart départemental du Parisien. Les Franciliens s’en sont remis à leur perception immédiate. Ce constat ne pourra que poser des problèmes lorsqu’il faudra sensibiliser le public à un comportement limitant la vulnérabilité au risque.

figure 4. Devenir d’un bilan communal

13De plus, les municipalités ont été interrogées sur les dégâts les plus importants dans leur commune (forêt, bâtiments, voiries, etc.). De cet inventaire sectoriel, nous ne retenons ici que la durée des coupures d’électricité et les dommages aux biens mobiliers (figure 5). Les forêts étant très inégalement réparties dans les communes, ce critère ne permet pas de comparaison pertinente.

14Un tiers des communes d’Île-de-France disent n’avoir connu aucune coupure. Un tiers à une moitié ont été privées d’électricité plusieurs jours mais moins d’une semaine, ce qui est certes une gêne mais ne met pas encore en péril un artisan ou un commerçant. Au-delà, il n’en est plus de même pour l’activité économique. Il est frappant de constater qu’en Seine-et-Marne, qui s’estime moins touchée que les autres départements, la durée de la remise en état du réseau électrique a été plus longue qu’ailleurs. Cela a mis en péril des boulangeries dont les fours sont électriques, des restaurants dont les réfrigérateurs étaient archi-pleins en prévision du Nouvel An... Dans certains secteurs de la Seine-Saint-Denis et le Val-d’Oise, la remise en état du réseau a été plus tardive qu’ailleurs, à cause, dans quelques cas, de « survoltages » lors du rétablissement des lignes. Malgré la privation d’électricité qui a parfois entrainé des coupures d’eau, le travail de réparation fourni par les techniciens d’EDF est plutôt loué.

figure 5. Durée des coupures d’électricité

figure 6. Dommages aux bâtiments publics

15Les dommages aux bâtiments publics sont très disparates (figure 6).

16En petite couronne, les établissements scolaires ont été particulièrement endommagés (toitures envolées) ; les trois quarts des gymnases ont été touchés en Seine-Saint-Denis. La qualité des infrastructures y est certainement pour quelque chose puisqu’il s’agit le plus souvent de bâtiments construits entre 1965 et 1980 au moindre coût. Il en est de même pour les infrastructures privées, industrielles ou commerciales, caractéristiques des entrées de ville. Quant aux églises, un clocher sur deux pratiquement en Seine-et-Marne a été dégradé par la force du vent, ce qui est encore à mettre en parallèle avec les déclarations des maires (communes peu touchées !). Ces dégradations (charpente endommagée, clocher tombé, chute de gargouilles, etc.) sont bien sûr associées à la hauteur des bâtiments supérieure à la moyenne, donc affectée par un vent plus rapide. Mais certaines communes précisent que ces dégâts révèlent « le manque général de fonds pour l’entretien de routine » de ces églises ou hôtels de ville, pourtant éléments emblématiques du patrimoine architectural local.

17L’estimation financière des dégâts (figure 7) croît avec l’urbanisation. Paris, où l’estimation est de 53,36 millions d’euros (350 millions de francs), est suivi par la petite couronne. Les Yvelines et la Seine-et-Marne sont les départements où le montant déclaré des réparations par commune est globalement le plus bas (montant de moins de 76 224,51 euros soit 500 000 francs pour 60 % des communes dans le département 77 et 33 % en 78).

figure 7. Montant estimé des réparations

figure 8. Mode de communication avec les administres, utilise par la mairie

Comment les maires ont-ils communiqué avec leurs administrés ?

18La communication des informations concernant la conduite à tenir dans les jours et semaines après la tempête a pris diverses formes selon la date (le 26 décembre, dans la semaine qui a suivi, au cours de l’année 2000). Nous avons posé la question du moyen d’information privilégié durant le mois de janvier 2000 (figure 8).

19Les administrés ont été seulement informés par le journal local (un tiers à la moitié des communes). Mais comme il ne paraît qu’une fois par mois, c’est dans le numéro de janvier 2000 paru au mieux la deuxième semaine que les recommandations ont atteint leurs destinataires. En complément, des tracts ont été distribués dans les boîtes à lettres sur quelques points précis (par exemple, le ramassage des déchets verts, la réglementation concernant les chablis et volis des forêts privées, etc.). L’autre moyen d’information couramment utilisé a été l’affichage en mairie ou sur des panneaux disposés à proximité des centres commerciaux, d’infrastructures de services (commissariat de police, bureau de poste, etc.). Aucune commune n’a, semble-t-il, transmis d’information par internet. Il y a eu peu de réunions publiques. Rares sont les communes qui ont mis à disposition une ligne de téléphone, encore moins un conseiller juridique pour aider à remplir les déclarations d’assurances. Au total, des consignes tardives et qui ont souvent laissé les plus âgés ou les plus démunis se débrouiller seuls. Le remède apporté à cette carence, mais il a ses limites, a été la solidarité entre voisins. Les associations de bénévoles sont louées pour l’entraide qu’elles ont organisée dans de nombreuses communes, permettant ainsi de décharger les mairies.

Où en sont les réparations un an après ? Comment mieux aider les maires ?

20La cicatrisation (figure 9) est lente puisque, au 1er janvier 2001, moins d’un tiers des communes estimaient les dégâts (autres que forestiers) réparés en totalité dans leur commune. Les traces les plus visibles de la tempête (routes coupées, toitures envolées) sont effacées mais les « aides pour les réparations de fond tardent »...

21À la question sur les propositions pour aider les communes à mieux gérer l’après-tempête, il a été répondu :

  • il est nécessaire de réduire « la viscosité » du système d’alerte ;
  • il faut des possibilités de dérogation aux marchés publics afin de réparer vite tout en « couvrant » les maires ;
  • il faut coordonner la réparation des réseaux hiérarchisés (routes par exemple) ;
  • il est souhaitable que les maires aient une vision plus large que celle de leur commune pour optimiser les interventions ;
  • il serait bon qu’un suivi après tempête soit organisé par les préfectures par exemple ;
  • il faudra envisager une formation à la gestion de crise à destination des maires et adjoints car savoir faire face s’apprend même face à l’imprévisible et l’improbable ;
  • la non-indemnisation pour cause de « force majeure » de certains commerces longtemps fermés est à revoir car elle affecte la vitalité des petites communes rurales.

figure 9. La réparation des dégâts (autres que forestiers)

22Un an après la tempête, foresterie mise à part, les communes gèrent encore l’après-crise. Mais il convient d’opposer les petites communes rurales d’Île-de-France (population inférieure à 2 000 habitants) et les villes de l’agglomération parisienne.

23Dans les villages ruraux, la tempête a un terrible impact sur les budgets communaux. Les maires sont à la fois les plus satisfaits de l’aide des pompiers, d’EDF, des administrés très solidaires et les plus insatisfaits des lenteurs administratives, de la « paperasserie », de « l’absence de l’État et de l’armée sur le terrain... ». Certains ont « jeté l’éponge » face à la complexité de monter un bilan.

24Dans les communes urbaines, le coût des réparations représente une part du budget beaucoup plus faible. C’est dans ces communes que l’on a trouvé le temps, le personnel, les structures pour réaliser un bilan. Les dégâts sont très hétérogènes selon le patrimoine naturel et culturel et selon l’état des équipements. Paris, les Yvelines et le Val-de-Marne s’en tirent plutôt mieux que la Seine-Saint-Denis par exemple.

Table des illustrations

Légende figure 1. Communes d’Île-de-France ayant répondu au questionnaire
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30574/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 249k
Légende figure 2. Perception de la gravité des dommages
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30574/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Légende figure 3. La rédaction d’un bilan communal des dégâts de la tempête
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30574/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Légende figure 4. Devenir d’un bilan communal
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30574/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende figure 5. Durée des coupures d’électricité
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30574/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 247k
Légende figure 6. Dommages aux bâtiments publics
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30574/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende figure 7. Montant estimé des réparations
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30574/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Légende figure 8. Mode de communication avec les administres, utilise par la mairie
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30574/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 274k
Légende figure 9. La réparation des dégâts (autres que forestiers)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30574/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 158k

Auteur

Professeur à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Institut de géographie, 191, rue Saint-Jacques, 75005 Paris

© Éditions de la Sorbonne, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540