Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ile-de-France

 | 
Martine Tabeaud

Deuxième partie. La crise et sa gestion

Une petite commune dans la tempête : Noisy-sur-École

Bertrand Bachelet

Texte intégral

1Noisy-sur-École est une commune rurale de 1 823 habitants en 1999, en Seine-et-Marne, à 60 km de Paris. Elle comprend au sud une portion du plateau de Beauce consacré à la grande culture céréalière, au centre la vallée de l’École où s’est installé le village de Noisy et enfin au nord l’ensemble de la forêt des Trois Pignons, au relief de buttes et lambeaux de plateaux totalement boisés en pins sylvestres et chênes selon les sols. Sur les 2 991 hectares, 2 000 hectares sont consacrés à la forêt-loisirs. Avec la péri-urbanisation, la population a augmenté de 40 % en 17 ans entre 1982 et 1999 ; l’arrivée de familles s’est située surtout autour de 1980. Elles se sont installées dans des quartiers nouveaux (Chambergeot, Belle-Île, domaine de la Chesnaye, la Croix-Saint-Jérôme). Il s’agit de grands pavillons (5 pièces et plus en majorité) en lisière ou en pleine forêt, où seul les arbres nécessaires à la construction ont été abattus. Ce sont les résidences secondaires ou les résidences principales d’une population souvent assez aisée et proche de l’âge de la retraite.

2C’est dans ce contexte environnemental que les habitants et les élus de la commune de Noisy-sur-École ont dû faire face à un événement climatique exceptionnel : la tempête du 26 décembre 1999.

La géographie des dégâts

3Les dégâts observés après le passage de la tempête se différencient nettement selon trois ensembles géographiques distincts (figure 1) : le vieux village, la zone pavillonnaire forestière et les secteurs forestiers (forêt domaniale et forêt privée).

4Le village « rue », étiré le long de la route départementale 63 E, caractéristique du Gâtinais, était il y a encore 25 ans la seule zone habitée de la commune avec le hameau d’Auvers à 250 m. Les maisons traditionnelles en pierres du xixe siècle s’ouvrent sur la campagne cultivée. Les arbres sont rares. Les anciennes fermes restaurées ont été endommagées. Trois personnes sur quatre ont déclaré des dommages mineurs sur leur toiture (tuiles envolées, antennes de télévision hors service). En conséquence, les rues ont été vite déblayées. La route a même servi de déviation à la circulation automobile. L’effet indirect de la tempête a donc été une intensification de la circulation dans le vieux village, sur un axe routier qui n’était pas prévu pour absorber autant de véhicules. Selon l’enquête auprès des habitants, tout le village a été privé d’électricité pendant une vingtaine d’heures. Comme les lignes EDL qui alimentent ce secteur n’avaient pas subi de dommages importants, une partie des habitants du vieux village retrouvaient l’électricité le 27 décembre (selon M. Cohen, responsable de l’agence d’exploitation EDF de Montereau). Pourtant, lors du rebranchement, une erreur a été commise au niveau du transformateur et les habitants ont reçu chez eux un courant électrique dont la tension était trop élevée, ce qui a provoqué la panne de tous les appareils électriques. Ce désagrément a obligé EDF à indemniser ses clients. Mais dans le vieux village la coupure n’a nulle part excédé trois jours. Le réseau d’évacuation des eaux usées commun avec la commune toute proche de Milly-la-Forêt nécessite des postes de relevages qui, privés d’alimentation électrique, n’ont pas fonctionné durant deux jours. Comme l’eau courante fonctionnait toujours, le réseau d’assainissement arrivait petit à petit à saturation. Cependant un seul cas de refoulement des eaux usées dans les habitations a été recensé dans le vieux village. Ce constat met en évidence le faible impact de la tempête sur ce secteur de la commune.

figure 1. Types d'occupation de l'espace dans la commune de Noisy-sur-École (77)

5La zone pavillonnaire forestière (figure 2) regroupe 50 % de la population. Elle est desservie par la route départementale 16. Les pavillons d’habitation sont en lisière de forêt, ce qui, hors des situations de crise, peut sembler être un site privilégié.

figure 2. L’habitat forestier © B. Bachelet, 2000

6Par chance, sur les 400 bâtiments, un seul a été écrasé par la chute d’un arbre. Heureusement, les arbres proches des maisons sont jeunes (20-25 ans) et n’ont donc occasionné que des dégâts mineurs. 33 % des toitures ont souffert directement du vent. Ce sont les réseaux qui ont été le plus longtemps interrompus. La route départementale a été bloquée pendant plus de 24 heures par des chablis ; 50 % d’arbres couchés dans l’ancien parc du château de Chambergeot : dans leur chute ils ont détruit le mur du parc qui borde la route, rendant très dangereuses les opérations de déblaiement. Le maire a dû mettre en place une déviation. La procédure normale voudrait que le déblaiement soit accompli par les services de la direction départementale de l’Équipement (DDE) mais l’ampleur des dégâts l’a obligée à définir des priorités, les routes nationales étant les axes prioritaires. Par conséquent le déblaiement de la route a été assuré par les sapeurs-pompiers de la Chapelle-la-Reine (équipés d’une seule tronçonneuse) et surtout par les riverains dont l’aide a été très précieuse pour permettre une réouverture rapide de la route. Le réseau communal étroit (anciens chemins forestiers) a été bloqué pendant un à deux jours, parfois par la chute d’un seul arbre que les riverains ont débité à la tronçonneuse. Seule, la route « des grandes vallées » qui relie la commune à Fontainebleau a été impraticable pendant quatre à cinq jours, le temps que le dégagement soit réalisé par les riverains et les sapeurs-pompiers. Cet espace pavillonnaire forestier a constitué un point noir pour EDF. La coupure de courant a duré cinq à sept jours par suite de la priorité accordée aux lignes haute tension et aussi de l’ampleur et la dangerosité des dégâts sur un kilomètre : lignes fragilisées, à terre, et détruites. Quant au patrimoine forestier, entièrement privé ici, il a été détruit à 50 %, parce qu’il s’agissait d’arbres centenaires. La menace qui pesait sur les riverains les a conduits à sécuriser leur propriété dès que le vent a faibli. Ces travaux de dégagement et nettoyage furent réalisés dans la grande majorité des cas par les propriétaires eux-mêmes. Le recours à des entreprises spécialisées fut très rare, celles-ci étant débordées par la demande.

7Les secteurs forestiers non urbanisés (environ 1 500 hectares) appartiennent au domaine (Trois Pignons) et à de petits propriétaires privés dans la vallée de l’École. D’après M. Marchand, agent de l’ONF en charge de la forêt domaniale, les secteurs où le boisement a été détruit à plus de 50 % représentent une dizaine d’hectares, soit environ 1 % de la superficie de la forêt des Trois Pignons sur le territoire de la commune. Les chablis de chênes, hêtres, bouleaux, pins sylvestres, sont tous couchés vers l’est, témoignant de la direction d’ouest de la tempête. Bien moins frappant et spectaculaire que les trouées, plusieurs milliers de chablis isolés représentent une part non négligeable des 300 000 m3 de bois abattus (six fois la récolte annuelle) dans les forêts domaniales de Fontainebleau et des Trois Pignons (source : bulletin de l’AAFF, numéro 2000/1). Le seul dégagement des sentiers a représenté trois mois de travail pour les agents de l’ONF en charge de la forêt des Trois Pignons. Dans son ensemble la forêt domaniale n’a pas été durement touchée en comparaison de certaines forêts des Vosges ou du Haut-Beaujolais, où plus de 80 % des arbres ont été détruits. Dans les forêts privées de la commune, le bilan est beaucoup plus difficile à établir, car il n’existe pas de regroupement de propriétaires privés et donc d’estimation globale des dégâts. Seule une estimation grâce à des relevés sur le terrain est possible, ainsi que la consultation de l’atlas des effets de la tempête de l’IAURIF, mais celui-ci se révèle sur le terrain largement erroné.

8Dans la vallée de l’École, où dominent les feuillus, les zones détruites par la tempête sont relativement nombreuses dans le talweg ainsi que sur les versants exposés à l’ouest. Quant aux lisières de la forêt, les peuplements y sont détruits à plus de 50 %. La dissymétrie des dégâts selon les versants est nette : destruction totale en exposition nord-ouest, presqu’aucun dégât en exposition est. Dans l’ensemble, la fragilité du substrat au moment de la tempête apparaît comme la cause principale de l’étendue des dégâts toujours plus importants dans les forêts privées.

La gestion de la crise par la préfecture, les élus, les entreprises

9La tempête a provoqué une période de crise plus ou moins longue suivant les secteurs, que les différents acteurs ont dû gérer au mieux à court et à moyen termes. Cette gestion s’est avérée difficile en raison de l’ampleur des dégâts, de l’absence de mémoire permettant de dégager un savoir-faire et du manque de coordination entre les acteurs.

10Les collectivités territoriales sont des acteurs très importants dans le cadre de crises majeures. À l’échelle départementale, la préfecture et le conseil général tiennent un rôle important d’estimation et de coordination des opérations de secours. La préfecture a le rôle le plus important en raison du pouvoir de décision dont bénéficie le préfet en tant que garant de l’autorité nationale (pouvoir de police, de déclenchement des opérations de secours : plan ORSEC, plan Rouge, plan SATER). Le maire de Noisy-sur-École n’a reçu aucun message d’alerte de la part de la préfecture dans les heures précédant l’arrivée de la tempête. Une cellule de crise a été mise en place dès le lendemain par le préfet à Melun afin de coordonner les secours, centraliser les estimations de dégâts provenant du groupement de gendarmeries, d’Électricité de France, de la direction départementale de l’Équipement, des sapeurs-pompiers. Le point a donc été fait rapidement. La préfecture a également fait parvenir par fax à tous les maires du département quatre instructions principales : faire jouer les solidarités pour reloger les personnes sans électricité, évaluer les besoins de la commune en matière de relogement, inciter les personnes qui doivent quitter leur logement à le fermer comme lors d’un départ en vacances et en cas de coupure ne pas consommer l’eau du robinet dans les 72 heures qui suivent la remise en fonctionnement du réseau. Dans les semaines qui ont suivi, la préfecture a fait parvenir aux communes une note de conseils pratiques à transmettre aux habitants concernant les indemnisations possibles. La préfecture a donc rempli sa mission de gestion à court terme de la crise.

11Le conseil général a une mission à plus long terme : financer une partie des travaux nécessaires pour remettre en état les infrastructures. Pour cela le conseil général avait créé une commission tempête à partir du 28 janvier, soit un mois après le phénomène, composée de 11 conseillers généraux et des directeurs et chefs de service du département. Les conseillers généraux avaient été chargés du recensement des destructions (figure 3). Dans le département, une lettre du 10 février 2000 accordait un crédit de 18,3 millions d’euros (120 millions de francs) aux travaux de remise en état, dont 7,62 millions d’euros (50 millions de francs) destinés aux communes. Ces subventions ont été accordées après étude des estimations des dépenses engagées par les municipalités pendant toute l’année 2000. Le conseil général a donc tenu dans la gestion de cette crise le rôle de soutien financier aux municipalités et à la division départementale de l’équipement pour la remise en état du réseau routier.

12À l’échelle locale, les municipalités furent les collectivités territoriales les plus concernées. La municipalité de Noisy-sur-École a dû mobiliser dès le 28 décembre les employés communaux qui pouvaient se déplacer. Les élus ont également été mis à contribution pour dégager tous les axes communaux de circulation. Ils ont côtoyé les sapeurs-pompiers, les ouvriers municipaux, les bénévoles. Le maire a également servi d’intermédiaire entre les habitants de la commune et les services concernés : EDF, la Générale des eaux, la DDE ou la préfecture. Cette gestion de l’information auprès des administrés fut le point le plus difficile, aux dires du maire et du personnel communal. En effet les habitants désiraient très souvent des informations précises sur les délais de réparation du réseau électrique (principal problème sur la commune). Les services municipaux ne disposant pas eux-mêmes de toutes les informations, l’incompréhension s’installait parfois. De nombreuses tensions se sont fait sentir, la municipalité apparaissant aux yeux de certains sinistrés comme responsable de la lenteur des réparations. L’enquête menée auprès des habitants a permis de mettre en évidence le manque de visibilité de l’action de la mairie, 50 % des personnes interrogées déclarant ne pas avoir constaté d’action de leur part. Pourtant, parmi ses actions, la municipalité a informé la population sur la réglementation concernant les coupes d’arbres. En effet, pour sécuriser le réseau routier et les abords des habitations, la coupe d’arbres fragilisés par le vent était nécessaire. Or, pour couper un arbre sur une propriété privée l’accord du propriétaire est obligatoire. Certains travaux ont ainsi dû être retardés dans l’attente de cet accord qui a nécessité un travail administratif non négligeable pour la mairie (identifier le propriétaire, le contacter, etc.).

13Par ailleurs il est difficile de chiffrer les dépenses engagées par la commune, les dégâts matériels la concernant étant peu nombreux. La réparation de l’éclairage public se chiffre à environ 1 525 euros (10 000 francs), plus 458 euros (3 000 francs) pour la location d’une nacelle. Plus que les moyens financiers, c’est la main-d’œuvre qui a été nécessaire à la municipalité dans la gestion à court terme de la crise. La gestion de la tempête à moyen terme (au cours de l’année 2000) a consisté pour la commune à prolonger d’un mois la période normale d’autorisation de brûler les végétaux, pour éliminer le maximum de déchets verts de la tempête, et à informer les propriétaires forestiers sur les dangers de l’exploitation des chablis (à l’aide d’une brochure de la direction départementale de l’Agriculture et de la Forêt). La municipalité a géré la crise du mieux possible en fonction du matériel et du personnel qu'elle avait à sa disposition, compte tenu de sa petite taille (1 800 habitants). Il apparaît certain qu’avec l’expérience acquise « sur le tas » la municipalité sera mieux armée si une nouvelle tempête a lieu.

14Les structures intercommunales (syndicats intercommunaux, districts) qui se multiplient aujourd’hui ont été impliquées dans la gestion. Sur le territoire communal, le syndicat d’électrification a en charge le réseau basse tension de toutes les communes adhérentes. L’entretien du réseau est à la charge d’Électricité de France, donc dans le cas des dégâts de la tempête, EDF doit remettre le réseau en état, seuls les travaux modifiant le réseau sont financés par le syndicat. Ce serait donc au syndicat d’électrification de prendre la décision et de financer l’enfouissement du réseau basse tension de la commune. Pour l’heure, un an après, aucune action n’a été engagée pour modifier fondamentalement le réseau communal. Quant au syndicat intercommunal des ordures ménagères, comme il n’avait pas encore mis en place la collecte sélective, il n’a pas eu à supporter le traitement des très nombreux déchets verts consécutifs aux travaux de dégagement des routes et des propriétés privées. L’élimination et/ou l’utilisation des déchets ont été assurées par les habitants, grâce notamment à la prolongation de l’autorisation de brûler les déchets végétaux. L’intercommunalité a permis à la commune de Noisy-sur-École de conserver, pendant la coupure de courant, son réseau d’eau potable en fonctionnement grâce à un réseau commun avec Milly-la-Forêt, commune non privée d’électricité.

15La crise consécutive à la tempête a été gérée par d’autres acteurs amenés parfois à travailler conjointement pour une plus grande efficacité.

16Les sapeurs-pompiers ont été en première ligne tout au long de la semaine qui a suivi la tempête et les seuls à intervenir pendant la tempête. Comme Noisy-sur-École dépend du centre d’intervention de La Chapelle-la-Reine, les sapeurs-pompiers sont à 8 kilomètres. Aucune intervention n’a été répertoriée entre 6 h et 9 h. Dans un premier temps, la priorité a été de porter assistance aux blessés. La situation est restée proche de la normale pendant les trois heures de vents violents. Mais dès que le vent a faibli de très nombreux appels sont arrivés au central de Melun. Les sinistrés appelaient pour des toitures envolées, des cheminées tombées, des arbres arrachés. Pour faire face aux appels, le centre d’intervention de La Chapelle-la-Reine a mobilisé en permanence 9 à 12 sapeurs-pompiers, par équipes de trois, parmi les 30 pompiers volontaires et les 6 professionnels que compte la caserne. 161 sorties (une sortie = départ d’une équipe d’intervention sur le terrain) ont été recensées sur les 8 jours nécessaires pour traiter toutes les demandes, soit une moyenne de 20 sorties par jour. Une telle intensité de départs n’avait jamais été atteinte sur une période aussi longue. Mais le chef de centre de La Chapelle-la-Reine, l’adjudant-chef Knuchel, a précisé que le nombre de sorties recensées ne correspond pas au nombre d’interventions réalisées, car sur le terrain, selon la dangerosité, de multiples interventions, non prévues à l’origine, furent réalisées. Le nombre de départs pour la commune de Noisy-sur-École s’élève à 42 entre le 26 décembre 1999 et le 2 janvier 2000, dont 35 dans la zone pavillonnaire forestière. Les communes du canton ayant nécessité le plus d’interventions sont toutes des communes forestières : Noisy-sur-École, Achères-la-Forêt, Buthiers et Larchant (figures 4 A et B). Pour les sapeurs-pompiers la période de crise s’est étendue sur les quatre jours suivant la tempête. Les cinq types d’interventions les plus courantes ont été : le dégagement d’arbres tombés sur les routes ou dangereux (80 % des interventions), le dégagement d’arbres tombés sur les fils électriques, le bâchage des toitures endommagées, le pompage pour cause d’inondation (assainissement défectueux) et la sécurisation des cheminées en partie détruites. Aucun blessé n’a été à déplorer du côté des pompiers, même si un véhicule fut partiellement endommagé par la chute d’un arbre.

17L’Office national des forêts (ONF) a aussi été un acteur essentiel de la gestion de la crise. Comme la forêt domaniale des Trois Pignons est très fréquentée par les promeneurs et les amateurs de varappe, il a été nécessaire de la sécuriser avant de permettre le retour du public. Dans un premier temps l’accès à la forêt a été purement et simplement interdit par arrêté préfectoral, puis à partir du 23 mars 2000 et jusqu’à juin 2001, seul l’accès aux chemins de plus de 3 mètres de large a été autorisé, toujours par arrêté préfectoral. Des affiches ont été placées à chaque chemin d’accès à la forêt pour informer les usagers du danger encouru. Une fois l’affichage réalisé le dégagement des chemins a pu débuter. Le dégagement des 147 kilomètres d’allées et des parcours d’escalade a demandé aux trois agents de l’ONF pas moins de trois mois de travail, car en plus des chablis en travers des allées il fallait abattre les arbres dangereux pour les promeneurs (dans un rayon d’une vingtaine de mètres autour des chemins). La solidarité entre le personnel de l’ONF a conduit les agents en poste à Noisy-sur-École à venir en aide aux collègues du nord du département, après dégagement des allées sur la commune. Ce n’est qu’une fois ce travail accompli qu’une estimation des dégâts pouvait commencer. Un an après, aucun bilan précis par parcelles n’a été effectué, par manque de temps. Quant à l’exploitation du bois à terre, plusieurs cas se sont présentés. Premièrement, des parcelles vendues sur pied et qui ont dû être inspectées pour signaler à l’exploitant la quantité de bois à terre à exploiter au plus vite. Deuxièmement, des parcelles dévastées qu’il n’était pas prévu d’exploiter. Ainsi 1 000 m3 de bois ont été vendus à un exploitant forestier, qui un an après n’a toujours pas effectué les travaux, du fait de la surcharge de travail. Ce délai pour l’exploitation du bois aurait pu être catastrophique (dépréciation importante du prix du m3), heureusement l’été 2000 fut relativement humide, ce qui a permis un bonne conservation des grumes. Troisièmement, un maintien en l’état de certains espaces ouverts pour favoriser la biodiversité et/ou favoriser la décomposition du bois et la régénération naturelle. Il faut préciser que la plupart des peuplements de la forêt domaniale des Trois Pignons ne sont âgés que de 50 à 60 ans et que la forêt domaniale n’a qu’une trentaine d’années d’existence, ce qui donne peu de recul aux forestiers pour gérer une telle crise. Cependant cette décision implique une surveillance toute particulière des zones de chablis pour éviter le développement d’insectes et de parasites qui pourraient par la suite s’attaquer aux arbres sains. Un des premiers constats de l’après-tempête est l’explosion de la population de sangliers durant l’année 2000, en raison de l’interruption de la chasse. À l’avenir il faudrait réduire ce développement pour limiter les dégâts ultérieurs occasionnés par de tels animaux.

figure 4a. Le canton de La Chapelle-La-Reine

figure 4b. Les sorties des sapeurs-pompiers de la Chapelle-la-Reine dans les communes du canton entre le 26 et le 30 décembre

18L’entreprise la plus exposée au cours de la gestion de la crise fut sans aucun doute Électricité de France. L’absence d’électricité pendant une semaine dans certains secteurs de la commune a propulsé EDF en « première ligne ». Les services de M. Cohen ont dans un premier temps évalué les dégâts sur le terrain et ensuite réalisé les réparations dans l’urgence avant d’effectuer les travaux définitifs. L’évaluation des dégâts a pris trois jours pour tout le réseau sud-est de la Seine-et-Marne. Dans le même temps les réparations ont suivi un ordre bien précis : réparation du réseau haute tension, puis du réseau basse tension. C’est pour cette raison que les équipes d’EDF ne sont pas arrivées dans les premiers jours suivant la tempête sur la commune de Noisy-sur-École. La priorité était de redonner du courant à tous les habitants le plus rapidement possible. Les réparations ont été découpées en plusieurs phases : la ré-alimentation, la consolidation et enfin la reconstruction de certaines portions du réseau. La ré-alimentation consistait à « tirer » le plus vite possible des lignes provisoires dans les secteurs détruits et les consolider par la suite. Les réparations furent réalisées conjointement par le personnel de l’agence EDF de Montereau, dont les 27 membres ont été réquisitionnés dès le 26 décembre, et un contingent de techniciens venu des DOM-TOM et de plusieurs pays européens. Au total ce sont 250 personnes qui ont travaillé sur le terrain. La ré-alimentation et la consolidation sont des mesures de gestion à court terme (de quelques jours à un mois) alors que la reconstruction a été accomplie pendant toute l’année 2000 et s’est poursuivie en 2001. À long terme, EDF n’a pas prévu de travaux d’envergure sur le réseau moyenne tension de la commune et l’enterrement des lignes basse tension (qui avaient souffert pendant la tempête) dépend du syndicat intercommunal d’électrification, qui n’a pas fait ce choix. Mais, la tempête a déjà conduit EDF a multiplier les élagages au cours de l’année 2000. La tempête aura donc sensibilisé sur l’importance d’un entretien régulier des abords des lignes électriques.

19La direction départementale de l’Équipement (DDE) a pour mission l’entretien du réseau routier. Le matin du 26 décembre, la tâche à accomplir était gigantesque, les agents de l’équipement ont dégagé en priorité les routes nationales (notamment les nationales 6, 7 et 152 qui traversent la forêt de Fontainebleau). Les services de l’équipement ne sont pas intervenus à Noisy-sur-École, car en deux jours seulement les pompiers et les bénévoles avaient dégagé les principaux axes bloqués. La position de la commune en bout de réseau départemental et la possibilité d’un itinéraire de délestage par la départementale 63 E n’ont pas fait de la route départementale 16 une priorité.

20Le parc naturel régional du Gâtinais français, dont Noisy-sur-École fait partie, est une structure créée le 4 mai 1999 par décret du Premier ministre, quelques mois avant la tempête. L’équipe d’écogardes n’étant pas encore en place, elle n’a pas pu venir en aide aux agents des différents services de l’État et aux bénévoles mobilisés sur place. D’après M. Bacqué, conseiller général, la seule aide que pourrait apporter le parc serait des subventions pour reconstruire des bâtiments patrimoniaux endommagés et une collaboration avec les services de l’ONF pour une gestion adaptée des milieux naturels. En tout cas, la jeunesse de la structure n’a pas permis une véritable action dans la gestion de l’après-tempête sur le territoire géré par le parc.

Les sinistrés

21Les habitants de la commune ont été affectés diversement selon l’importance des dommages. Une partition de la commune apparaît à nouveau.

22Dans le vieux village, les dégâts à la structure des habitations, bien que légers, sont nombreux. Les toitures endommagées ont dû être provisoirement réparées pour empêcher les infiltrations d’eau. Bien évidemment les professionnels étaient dans l’impossibilité d’intervenir rapidement, les particuliers se sont donc chargés eux-mêmes des réparations provisoires, tel que le bâchage ou le remplacement de tuiles, souvent au mépris des règles de sécurité. Heureusement aucun blessé n’a été à déplorer consécutivement à ces opérations. Par ailleurs, un certain nombre de travaux ont été effectués par les sapeurs-pompiers mais plusieurs jours après la tempête (bâchage, sécurisation de cheminées fragilisées). Cet empressement des habitants aurait pu avoir des conséquences dramatiques – ils sont nombreux à être montés sur leur toiture à peine les vents violents passés. C’est un problème auquel il faudra sensibiliser les habitants en prévision de nouvelles tempêtes. Par suite de la coupure en alimentation électrique, certains habitants ont utilisé des groupes électrogènes pour ré-alimenter leurs habitations mais sans respecter les consignes de sécurité. Le branchement d’un groupe électrogène implique de couper le disjoncteur électrique sinon une partie du courant se retrouve sur les lignes, ce qui représente un danger pour les riverains et surtout pour le personnel d’EDF en charge des réparations. De plus un groupe électrogène doit fonctionner à l’extérieur afin d’éviter tout risque d’intoxication au monoxyde de carbone. Ces précautions n’ont pas été toujours respectées, une meilleure information de la population s’impose.

23Les habitants du secteur forestier ont eu à faire face à des dégâts dont la gestion s’est étalée sur une durée plus longue. Dans un premier temps chaque propriétaire a remis en état son chemin d’accès jusqu’à la route. La durée de ces travaux a été très variable suivant le nombre d’arbres à dégager et le niveau d’équipement de chacun. Les conversations avec les habitants indiquent que ces travaux n’ont pas excédé une journée pour un dégagement sommaire. Dans un deuxième temps certaines personnes se sont organisées pour aider au dégagement des routes aux côtés des services de la municipalité et des pompiers. Le dégagement a été partiel en certains endroits en raison de la quantité de bois tombé, la priorité étant de rendre la circulation possible pour mettre fin à l’isolement de certains secteurs rendus inaccessibles aux véhicules de secours. Dans la plupart des cas un à deux jours furent nécessaires au retour à une situation quasi normale. Il est très difficile d’estimer le nombre de bénévoles qui se sont mobilisés, les actions spontanées et dispersées n’ayant pas toutes été recensées par la commune. Il fallait sécuriser les propriétés en abattant les arbres dangereux (en équilibre, en partie cassés). Les habitants ont pour la majorité d’entre eux effectué eux-mêmes ces travaux. Cette phase s’est étendue sur une période assez longue, de quelques jours si un ou deux arbres étaient concernés, à plusieurs mois quand de gros travaux imposaient l’appel à des professionnels. La dernière phase était consacrée à l’élimination des déchets verts consécutifs à ces travaux. Le bois a été soit valorisé en bois de chauffage par les sinistrés, soit brûlé afin d’élimination dans les mois qui ont suivi. Le traitement de ces déchets était, un an après, complètement terminé. Les sinistrés ont donc pris en charge, dans la mesure du possible, toutes les étapes de la gestion : du dégagement à l’utilisation des déchets. On peut inclure une ultime phase, qui tient plus de la prévention que de la gestion proprement dite de la crise, celle de l’abattage des arbres potentiellement dangereux. Cet abattage est resté cependant très limité.

24Toutes ces interventions de particuliers ont permis une gestion plus rapide de la crise et ont apporté une aide non négligeable aux professionnels sur place, même si parfois elles se sont effectuées sans respect des règles de sécurité.

25Outre les dégâts précédemment constatés, les petits propriétaires forestiers font également partie des sinistrés de la commune de Noisy-sur-École, même s’ils ne résident pas tous dans la commune. Pour eux aussi la gestion de l’après-tempête n’est pas très simple. Certaines parcelles sont totalement ravagés. C’est une situation très exceptionnelle pour des petits propriétaires habitués à exploiter eux-mêmes leur bois. Une rencontre avec un propriétaire en train d’exploiter sa parcelle a permis de confirmer que l’enchevêtrement des chablis réclame la plus grande vigilance pendant les travaux, que les très importants dégâts dans la région ont rendu les entreprises spécialisées quasiment indisponibles encore un an après la tempête. L’été 2000 ayant été relativement humide le bois s’est bien conservé, mais il devient urgent, 14 mois après, de l’exploiter. En conséquence certains propriétaires qui désiraient faire appel à un professionnel se sont résolus à exploiter leur bois de chauffage avec leurs propres moyens. Un rapide tour d’horizon des parcelles les plus durement touchées permet de constater qu’une majorité d’entre elles est toujours en l’état. Dans ce cas l’exploitation aura lieu au mieux au cours de l’hiver 2001/2002, néanmoins on peut douter d’une prochaine exploitation pour des parcelles qui n’étaient pas entretenues par leur propriétaires avant la tempête. Dans certains cas, le propriétaire, averti par la mairie, ignorait même qu’il possédait une parcelle de bois. Il n’est donc pas impossible que des parcelles restent en l’état, elles seront des secteurs de refuge pour la faune, de régénération naturelle du couvert forestier mais en même temps un danger pour les promeneurs. Les propriétaires forestiers sont loin d’avoir tous achevé la gestion de l’après-tempête, il est donc envisageable que cette gestion s’étende sur plusieurs années.

26Enfin, l’enquête réalisée auprès des habitants permet de se faire une idée de leur opinion sur la gestion de la crise par les acteurs concernés. De manière générale la gestion de la crise est jugée bonne par 60 % des personnes et 17 % la jugent mauvaise. La population apparaît globalement satisfaite mais beaucoup de personnes font une distinction entre les différents services. Les sapeurs-pompiers et les agents de EDF recueillent des avis très variables suivant la personne interrogée. D’un voisin à l’autre la perception n’est pas la même, ce qui rend l’analyse des résultats assez délicate. Le point qui revient le plus fréquemment est la lenteur des réparations de la part d’EDF provoquant le mécontentement de certaines personnes interrogées qui ne perçoivent pas la difficulté de la tâche à accomplir. À l’opposé d’autres félicitent les différents services pour leur adaptation à une situation difficile et inédite.

27Les sinistrés se sont mobilisés en nombre pour faire les réparations nécessaires chez eux, puis, pour certains, en venant en aide aux professionnels. Ces actions sont saluées a posteriori par tous les acteurs, mais il n’existe aucune donnée quant à l’importance de la mobilisation. On est donc un an après la tempête dans l’incapacité de savoir si cette mobilisation a été importante ou au contraire plus faible que ce qui était prévisible.

28Un an après les faits, le bilan de la tempête sur la commune francilienne de Noisy-sur-École permet d’affirmer qu’il s’agit d’un des événements les plus marquants de l’histoire de la commune. Les dommages matériels aux maisons, réseaux routiers et électriques ont été réparés assez vite. Il ne reste rien de visible. L’absence de patrimoine majeur dont la restauration dépend du ministère de la Culture explique cela ; l’école, la mairie ne nécessitaient pas de travaux importants. Le souvenir de la coupure d’électricité reste très vif dans les mémoires mais avec le temps il est conté comme un « épisode héroïque ». Par contre, les dégâts aux forêts sont encore bien visibles un an après et se ravivent à chaque sortie en forêt, qui est l’activité dominicale banale de ceux qui ont choisi d’habiter en lisière de forêt. La solidarité entre citoyens, avec les acteurs institutionnels, a été improvisée et a permis le retour à la normale dans les délais les plus brefs. Mais un déficit de communication s’est manifesté entre les administrés et leurs élus, entre les différents niveaux d’acteurs. La coopération entre EDF et la mairie a fait défaut et celle-ci s’est trouvée désemparée devant les demandes d’informations. La municipalité et l’Office national des forêts déplorent le manque d’informations dans les heures qui ont précédé la tempête, l’alerte météorologique ne leur ayant pas été transmise. Une commune comme Noisy-sur-École, où les conséquences d’un tel phénomène peuvent s’avérer dramatiques, serait très intéressée par une meilleure information préventive. Pourquoi ne pas fermer en cas de vents violents les axes routiers forestiers les plus exposés de la commune afin de limiter les risques ? Il est heureux que le vent ait soufflé en période de vacances de Noël entre 6 heures et 9 heures du matin, heure où la circulation est réduite. Au vu des dégâts sur le réseau routier, à une heure comparable en période normale d’activité, le bilan humain sur le territoire communal aurait pu être tout autre. Il ne faut donc pas trop se fier à l’absence de blessés, suite à cette tempête, pour évaluer la dangerosité d’un tel phénomène sur la commune de Noisy-sur-École. D’ores et déjà certains acteurs présents sur la commune (EDF, DDE) et quelques particuliers ont pris des mesures, mais il doit y avoir une action concertée entre tous les acteurs pour qu’elle soit réellement efficace. La prévention des risques naturels est une donnée fondamentale pour la gestion future d’une commune comme celle-ci. Par conséquent, elle doit à l’avenir rentrer en ligne de compte pour la modification du POS (Plan d’occupation des sols, devenu PLU, Plan local d’urbanisme) ou l’élaboration d’un éventuel PPR (Plan de prévention des risques).

Table des illustrations

Légende figure 1. Types d'occupation de l'espace dans la commune de Noisy-sur-École (77)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30571/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 253k
Légende figure 2. L’habitat forestier © B. Bachelet, 2000
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30571/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 225k
Légende figure 3.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30571/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 311k
Légende figure 4a. Le canton de La Chapelle-La-Reine
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30571/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Légende figure 4b. Les sorties des sapeurs-pompiers de la Chapelle-la-Reine dans les communes du canton entre le 26 et le 30 décembre
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30571/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 176k

Auteur

Étudiant en troisième cycle à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Institut de géographie, 191, rue Saint-Jacques, 75005 Paris

© Éditions de la Sorbonne, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540