Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ile-de-France

 | 
Martine Tabeaud

Deuxième partie. La crise et sa gestion

Quelle gestion du risque à Paris ?

Ludovic Papegay

Texte intégral

  • 1 D’après le rapport d’étape remis au Premier ministre, juillet 2000 : « Évaluation des dispositifs (...)
  • 2 Mme Schneiter, du mouvement écologiste indépendant, à propos de l’abattage des platanes creux, lor (...)

1La tempête du 26 décembre 1999 a été considérée comme exceptionnelle, autant par la violence du vent qui a soufflé ce matin-là que par les dégâts recensés sur une large partie du territoire français. Paris n’a pas échappé aux vents violents et, fait rare, les vitesses enregistrées à l’intérieur de la capitale ont été sensiblement égales, voire supérieures à celles mesurées sur les côtes. Personne n’attendait une telle crise issue d’un risque « naturel » ; ni les responsables des réseaux comme EDF, qui avant les tempêtes « estimaient tout à fait irréaliste l’éventualité d’être confronté, sur le territoire, à une rupture des réseaux d’alimentation en énergie qui soit aussi étendue et dépasse quatre heures1 » ; ni certains représentants d’associations écologistes de la capitale, qui ne pensaient pas devoir s’inquiéter des effets des vents violents sur les platanes de la ville, car « il faudrait une tempête d’une force exceptionnelle pour les déraciner... et Paris n’est pas au bord de la mer, comme la Bretagne ou la Normandie »2. Sans oublier les prévisionnistes de Météo France qui furent surpris de l’évolution de la dépression et du renforcement des vents à l’intérieur des terres, conséquence d’une « cyclogénèse explosive ».

2Face à ce qui est apparu comme une défaillance généralisée du système d’alerte sur l’ensemble du territoire français, il convenait de s’interroger sur les conséquences d’un tel événement à l’échelle de Paris intra muros, grande agglomération située à l’intérieur des terres et qui n’a pas, de ce fait, les mêmes préoccupations de sécurité que les régions côtières atlantiques, soumises régulièrement aux violentes tempêtes d’ouest.

3Les comptes rendus des services municipaux et préfectoraux de la ville de Paris font état d’une relative satisfaction concernant les actions de sécurité de la capitale menées dans la capitale, même si des déficiences d’informations et surtout d’alerte vers la population parisienne sont évidentes. Le caractère jugé « exceptionnel » de la tempête pouvait-il, seul, expliquer une possible défaillance de la chaîne d’alerte ? La France subit régulièrement les vents de la circulation d’ouest, tandis que Paris dans son passé a déjà connu des crises issues d’aléas météorologiques. La quête de défaillances susceptibles d’avoir aggravé la crise imposait la recherche des erreurs globales sur l’ensemble de la chaîne d’alerte en comparant, par analyse, les autres crises climatiques plus ou moins documentées et ayant présenté des difficultés dans l’alerte comme dans la gestion. L’analyse comparative a permis ainsi de montrer que les défaillances n’ont pas toujours de lien direct avec la nature de l’aléa et qu’elles sont nettement redondantes lors de chaque situation dite de crise.

4Nos modes de vie en milieu urbain sont-ils générateurs de facteurs aggravants du risque en cas de nouvelle menace ? Cette question n’est pas dénuée de sens à partir du moment où la solution envisagée pour répondre aux besoins exprimés est une solution technologique, à savoir un nouveau système de vigilance proposé par Météo France pour combler les défaillances du système d’alerte en place.

Un lendemain de Noël plutôt inattendu... « la tempête du siècle »

5La violence de la tempête dans la région parisienne a-t-elle remis en question la vulnérabilité de l’agglomération face à un aléa qui menace, aujourd’hui, l’intérieur des terres ? Paris se croyait à l’abri des tempêtes violentes qui balayent les côtes de la Manche et de l’Atlantique. Or « Lothar » a démontré le contraire : les vents n’ont pas diminué d’intensité en arrivant sur la région parisienne, touchée entre 7 h 30 et 8 h 30 heure locale. Les vitesses de vent à l’intérieur même de Paris ont été « exceptionnelles », bien que les mesures, effectuées à des altitudes peu comparables, dans des jardins, du tissu urbain dense, etc., ne facilitent pas la comparaison. Les anémomètres ont ainsi enregistré des rafales à 169 km/h dans le parc Montsouris (25 m), 155 km/h au sommet de la tour Saint-Jacques (50 m), et 216 km/h au sommet de la tour Eiffel à 8 h 15 (anémomètre bloqué).

6De mémoire d’homme, aucun événement similaire ne semble s’être produit dans le passé, et Paris n’a jamais, au moins depuis que les appareils enregistreurs utilisés actuellement existent, connu des rafales aussi violentes. Pourtant d’autres tempêtes ont été désignées « tempête du siècle » avant celles de décembre 1999, par exemple :

  • en 1987, la Bretagne et la Normandie subissent la plus violente tempête de leur histoire contemporaine dans la nuit du 15 au 16 octobre, avec des rafales enregistrées à plus de 180 km/h, et pour certains endroits, comme pour la pointe du Raz, des vents estimés à 220 km/h ;
  • puis l’Europe du Nord-Ouest lors de l’hiver 1989-1990 est touchée par plusieurs épisodes tempétueux qui ont fait près de 200 morts pour l’ensemble des pays concernés, dont 80 morts pour la France ;
  • celle du 3 février 1990 qui toucha l’Île-de-France fut déjà qualifiée d’exceptionnelle par l’intensité des rafales mesurées dans la région et à l’intérieur même de Paris (119 km/h dans le parc Montsouris).

7Une première analyse des records de vents violents enregistrés depuis trente ans par la station Montsouris montre qu’effectivement, les rafales à plus de 120 km/h sont peu fréquentes. Mais les mesures ne concernent que plusieurs décennies et ne peuvent servir à estimer un temps de retour potentiel d’aléas rares. Les données utilisées pour mettre en place un tableau statistique de temps de retour selon l’intensité des rafales s’appuient sur les événements passés mais selon une échelle de temps trop courte pour nous renseigner sur l’aléa à l’origine de la crise. Et de plus, des mesures de vent véritablement fiables n’existent que depuis une trentaine d’années. Par ailleurs, les performances des anémomètres se sont améliorées si bien que, il y a quarante ans, leur vitesse maximale d’enregistrement était inférieure à 173 km/h (vitesse du vent mesurée à Orly).

8Mais « Lothar » s’est produit et traduit un potentiel d’existence : s’il est vrai que l’interaction entre la basse troposphère et les courants-jets d’altitude est suffisamment rare pour avoir surpris, il n’empêche que la formation et l’évolution de la masse d’air font partie de la dynamique atmosphérique, ce qui confère au phénomène « une légitimité d’existence ». D’un point de vue statistique et devant l’ampleur des dégâts, ce serait « une anomalie ». Si l’on tente de mesurer la violence des vents par le volume de chablis, à l’échelle de la France les vents ont mis à terre plus de trois ans de production nationale, soit 125 millions de m3 de bois, un record ! Mais la forêt de 1999 n’est pas celle du début du siècle ; elle est plus vaste, souvent plus âgée, avec plus de futaies, elle est donc plus vulnérable et sa physionomie reflète les choix politiques d’exploitation en futaie équienne. À Paris, dans les bois de Boulogne et de Vincennes, les arbres les plus hauts, donc les plus anciens, ont été les plus touchés.

9En ce qui concerne le coût financier des tempêtes, l’augmentation des remboursements et des frais dans la réparation des dégâts pourrait traduire une violence accrue des phénomènes : les deux tempêtes de 1999 ont battu tous les records connus de coûts engendrés par des tempêtes, même les terribles épisodes de 1990. Mais rappelons que depuis 1982, année à partir de laquelle l’assurance « tempête », garantie complémentaire à la garantie incendie, a été séparée de la garantie « catastrophes naturelles », les dispositions ont été largement modifiées : la loi du 25 juin 1990 a rendu obligatoire pour les particuliers cette assurance, tandis que le taux des entreprises assurées dans le cadre de la perte d’exploitation n’a cessé d’augmenter. Si, en 1982,70 % des particuliers et 20 % des entreprises étaient assurés, dès 1990 les taux sont passés à 100 % pour les premiers tandis que le taux en risque industriel est passé de 31 % en 1990 à 51 % en 1999. Il faut considérer que le coût moyen pour les particuliers n’a pas augmenté réellement par rapport à 1990, mais qu’il concerne davantage de personnes à cause de l’espace affecté par ces deux tempêtes.

  • 3 Richard Fléau, Sciences et Avenir, novembre 2000.

10Face aux prévisions de vitesses sous-estimées par les ingénieurs de Météo France et devant l’incertitude sur l’évolution du climat de la planète, le doute s’est installé. Pour la presse, l’origine même des deux tempêtes de décembre 1999 est liée au réchauffement climatique, thème médiatique très porteur. D’ailleurs, il est à remarquer qu’un an après le passage de « Lothar » et de « Martin », certains journaux ont titré avec provocation Pourquoi il va y avoir de nouvelles tempêtes3, pour profiter de l’effet d’anniversaire et de l’arrivée d’une nouvelle tempête d’ouest le 30 octobre 2000. L’incertitude scientifique sur les conséquences du réchauffement climatique lui-même très médiatisé influe nécessairement sur l’objectivité des phénomènes et la perception des paroxysmes par les individus : la complexité des études sur le climat a fait des médias un rouage essentiel dans l’amélioration d’appréhension des risques. Or, vu la multiplication des images dramatiques diffusées chaque jour, la menace croît un peu plus chaque jour.

Météo France est-il responsable ?

11Au lendemain de la tempête la polémique entre Météo France et l’opinion publique s’instaure : y a-t-il eu sous-information ? Et qui est coupable ? Difficile en effet de croire au caractère « normal » et saisonnier de la tempête. Le service public de prévision a servi idéalement de bouc émissaire dans une société de plus en plus en quête de responsable. Les articles se sont largement succédé : « L’imprévision de Météo France » (Libération, 27/12/99), « Voici ce qui accuse Météo France » (Le Figaro, 28/12/99), « Les ratés de Météo France » (France Soir, 29/12/99). Carence technique, centralisation excessive, défaillances humaines, procédures d’avertissement inefficaces, manque d’observations sur l’Atlantique, etc. Tout semble accuser Météo France. Pour cet organisme, il est davantage nécessaire de remettre en cause le fonctionnement de la chaîne d’alerte. Elle manque cruellement d’efficacité alors que : « Notre métier est d’alerter la sécurité civile et les préfets ». Olivier Moch, directeur adjoint de l’organisme public, situe le problème dans « la succession des échelons de transmission », accusant les services préfectoraux comme la sécurité publique « de ralentir les choses » (Le Figaro, « Le relais ne suit pas », 28/12/99).

12Mais au plus, Météo France ne pouvait être responsable que du manque d’informations ou de prévisions, pas de la violence des vents...

13Météo France utilise deux logiciels de modélisation : le modèle « Arpège » et le modèle anglais « Reading » du Centre européen de prévisions. Les deux logiciels n’ont pas produit le même scénario dans l’évolution de la dépression qui s’approchait des côtes. L’un estimant des vents de 120 km/h tandis que l’autre, Arpège, donnait des vents autour de 160 km/h. Le modèle Arpège, lorsqu’il a remplacé le modèle émeraude-Périgot, était reconnu comme adapté et efficace dans la prévision des tempêtes qui se forment à plus ou moins grande distance sur l’Atlantique nord. Après analyse par les ingénieurs de Météo France, si le modèle a bien prévu la violence des vents, sa chronologie et sa trajectoire, c’est grâce aux améliorations faites après son échec dans la prévision de la tempête de 1998... Malgré les moyens technologiques et la rigueur des prévisionnistes, l’absence de représentation de vents si violents en France « de l’intérieur » a trompé leur vigilance.

14La réduction du nombre d’observations en mer a-t-elle conduit à l’erreur d’appréciation ? S’il est vrai que cela pose un problème dans la garantie en matière de sécurité et dans les informations en temps réel pour la prévision, c’est la conséquence des modifications de pratique de navigation (diminution du personnel à bord et automatisation des systèmes).

15Fallait-il mettre en cause l’efficacité des BRAM, bulletins régionaux d’alerte météorologiques ? Le rapport remis au Premier ministre en 2000 a souligné que cette procédure était inefficace, par suite de sa trop grande fréquence d’utilisation. Mais, d’une part l’augmentation du nombre des BRAM n’a pas été constante avec les années, ce qui oblige à s’interroger sur le lien entre le nombre de bulletins et les caractéristiques saisonnières du temps. D’autre part, la similitude des arguments mettant en cause la fiabilité des messages BRAM avec la défaillance des anciens BMS, bulletins météorologiques spéciaux, est frappante : la fréquence d’utilisation de ces messages s’était également multipliée avec les années, ce qui leur avait fait perdre leur caractère alarmant. Toutes les procédures d’alertes deviennent-elles au fil du temps inefficaces ?

  • 4 L’échelle dite régionale est ici celle du Centre météorologique interrégional d’Île-de-France Cent (...)
  • 5 L’échelle départementale est ici Paris.

16L’analyse de l’efficacité des BRAM doit être appréhendée à différentes échelles. À l’échelle régionale4, les résultats étaient concluants dans la majorité des cas, les alertes furent jugées à la fois utiles pour la sécurité civile et pertinentes d’un point de vue météorologique. Mais à l’échelle départementale5, sécurité civile et Météo France divergeaient dans leurs résultats, les premiers estimant recevoir trop de messages d’alerte qui ne concernaient pas les services de sécurité du département. Il ne s’agit plus alors de simples erreurs de prévisions répétées, mais du problème de l’efficacité des prévisions en fonction des échelles spatiales. Les alertes régionales ne peuvent pas définir l’ampleur d’un événement pour un département et, à l’échelle fine, fixer le début et la fin des alertes pour tous les départements. L’orage de Strasbourg du 6 juillet 2001 l’illustre bien : comment prévoir la chute d’un arbre dans un parc où se déroule un concert en plein air vers 21 h 00 ? Trop d’alertes ne concernant pas le département pouvaient effectivement démobiliser les acteurs de la sécurité.

17Les moyens technologiques ont permis de prévoir et de modéliser l’aléa, mais les ingénieurs prévisionnistes n’ont pas cru aux évolutions simulées par ordinateurs et n’ont donc pas émis l’alerte sur les vitesses de vent « projetées ». Néanmoins, la sous-estimation des vents par Météo France n’aurait pas dû conduire à tant de lenteur dans la chaîne d’alerte. La tempête du 3 février 1990, avec des vents mesurés à 80 km/h et des rafales à plus de 120 km/h, déjà sous-estimés à l’époque, a tout de même fait onze victimes dans la région parisienne et causé six cent dix millions d’euros (soit environ quatre milliards de francs) de dégâts sur l’ensemble de la France ! Reste à s’interroger sur la mémoire, qui est en règle générale, une source d’oubli...

Une recherche tournée vers des événements passés

La tempête du 3 février 1990

18Le 3 février 1990, les rafales de vent enregistrées à l’intérieur de Paris, loin de celles du 26 décembre 1999, étaient déjà jugées « exceptionnelles », surtout par l’ampleur des dégâts dans la région parisienne. Certaines stations, comme celle de Brétigny, avaient déjà enregistré en 1990 des rafales à 160 km/h, vitesse record aujourd’hui encore pour cette station.

19Le bilan de l’efficacité de la chaîne d’alerte fut sensiblement équivalent à celui de 1999 : des vents forts provoquant dégâts et pertes humaines, des prévisions et un message d’alerte qui sous-estiment la violence des rafales dans la région parisienne, des défaillances dans la circulation de l’information au sein de la chaîne d’alerte, enfin des plaintes concernant un manque d’informations de la population. La soudaineté et l’ampleur de cette tempête posèrent la question de la qualité de l’alerte : pouvait-on prévoir la tempête et alerter suffisamment tôt la population de la violence des vents ? La polémique a en effet porté sur le fait que la prévision par la Météorologie nationale n’avait pas été suivie d’une alerte à la population. Déjà des associations sensibilisées aux problèmes d’environnement évoquaient le déficit d’information directe du public.

20Mais, Paris touché, il était permis de mettre en cause les modes de vie des citadins et leur insouciance à l’égard des risques liés au climat :

  • 6 Le Monde du 6 février 1990, « Inconscience ».

« Un élément, non prévisible, a encore renforcé les vents [... ] un tel ouragan est un phénomène qui se produit exceptionnellement à l’intérieur d’un continent [... ] Autant les habitants des régions côtières sujettes aux cyclones tropicaux ou aux tornades que ceux des régions côtières sont réceptifs aux avertissements des services météorologiques, autant la population de l’intérieur prend difficilement au sérieux les avis de tempête. Et encore plus les habitants des villes, qui ne réalisent pas que, dans une agglomération de pays développé, on peut subir les violences de la nature »6.

21Quelques auteurs avaient leur opinion sur le sujet :

  • 7 Anne Vallaeys, Sale temps pour les saisons, 1993.

« Ce phénomène, peu ordinaire, justifiait la procédure Alarme. Or, quelles sont les occupations des citadins de Paris et de sa région, ce jour-là ? Ils vaquent à leurs habitudes de samedi après-midi, courses, promenades, tandis que le souffle du vent balaie les rues jonchées de débris hétéroclites, plaquant les passants contre les façades, désarçonnant cyclistes et motards sur fond de sirènes de voitures de secours »7.

22Doit-on, après la tempête de décembre 1999 et comme cela a été écrit en 1990, se pencher sur le comportement urbain des individus face aux menaces que l’on pourrait qualifier de naturelles ?

23Il est vrai qu’à l’image des espaces verts en ville, la recherche d’une meilleure qualité de vie et d’un meilleur environnement modifie la représentation sociale de la nature, qui doit faire rêver. L’image positive de la nature apparaît comme une construction de l’esprit socio-culturel dominant. Mais faire prévaloir aujourd’hui une insouciance vis-à-vis des aléas météorologiques dans un milieu urbain par essence artificiel n’est pas suffisant. La médiatisation des bulletins météo du soir à la télévision en est un bon exemple, ou le succès des numéros pratiques mis à disposition du public par Météo France. Sans oublier la fréquentation croissante des sites Internet sur la météorologie, qui met en évidence que la discipline scientifique n’est plus le monopole du seul service public. Le mot « météo » est un des plus usités dans les moteurs de recherche. On en est arrivé à créer une chaîne de télévision spécialisée en météo et en environnement. Les questions de réchauffement climatique, l’intérêt pour les études d’impact des activités des hommes sur le climat, font admettre que les individus se préoccupent, à leur façon, de la complexité de l’atmosphère. Mais si en 1990, les débats se sont focalisés sur le comportement des habitants de l’agglomération parisienne, en 1999, les ruraux comme les habitants des villes sont concernés. Est-il légitime de remettre en question les comportements de chacun, puisque tous se considèrent comme victimes ?

Une étude comparative

24En France, depuis vingt ans, chaque aléa pousse à améliorer les capacités de réaction, pour ne plus endurer à l’avenir les mêmes difficultés. Pourtant, la lecture de chaque compte rendu de crise, depuis vingt ans, des inondations de Nîmes en 1988, de Vaison-La-Romaine en 1992, des tempêtes de 1990 à celles de 1999, met en avant les mêmes erreurs, les mêmes attentes des citoyens : problèmes de prévisions, manque de moyens en place, manque d’informations et défaillance dans l’alerte, enfin une attente d’une plus grande considération vis-à-vis du public.

25Quelques exemples sont significatifs.

26En 1982, lors des inondations en début d’année dans le Sud-Ouest, les prévisions météorologiques ou la défaillance des téléphones sont les responsables de la crise. On parle de système d’alerte imparfait, et une réponse politique est trouvée : la loi « Catastrophe naturelle ».

27En 1987, après « la tempête du siècle » pour la Bretagne et la Normandie, les bulletins d’alerte ont fait l’objet de vives critiques autant du point de vue de l’opinion publique que de celui des professionnels comme la SNCF. La recherche d’un système d’alerte plus performant a nécessité la mise en place du système Alarme (Alerte au risque météorologique exceptionnel) par la suite. Cette même année, la loi du 22 juillet 1987 relative à l’organisation de la sécurité civile, à la protection de la forêt contre l’incendie et à la prévention des risques stipule que « les citoyens ont un droit à l’information sur les risques auxquels ils sont exposés ».

28En 1990, la région parisienne touchée par la tempête du 3 février s’insurge sur l’absence d’alerte quant à l’événement et pose une nouvelle fois le problème de l’information. Le ministre de l’Environnement de l’époque, Brice Lalonde, propose même l’idée d’une convention avec les chaînes de télévision pour la transmission de l’information et de l’alerte. Le décret du 11 mai 1990 a remis à jour (après la série de tempêtes ?) le signal national d’alerte lors de risques majeurs.

29En 1992, la catastrophe de Vaison-La-Romaine met à jour une défaillance dans le système d’alerte. En 1993, les BRAM remplacent les BMS.

30En janvier 1999, quelques centimètres de neige tombés sur l’Île-de-France provoquent trois cents kilomètres de bouchons. Le ministre des transports Gayssot estime pour sa part qu’il faut améliorer l’information, notamment préventive, dans ce genre de situation.

31Les tempêtes de décembre 1999 obligent à remettre en question l’ensemble des systèmes d’alerte et d’information. Météo France travaille alors sur un projet appelé « vigilance météorologique » en place en octobre 2001.

Les besoins d’informations et de sécurité

32« Le public n’a pas été informé ». Faut-il y croire ? Déjà en 1854, Le Verrier prouva à l’empereur que les effets d’événements météorologiques pouvaient être minimisés grâce à l’information et la transmission. Un « service d’avertissement des tempêtes » fut ainsi créé.

33Les besoins en informations pour prendre des décisions à temps ne concernent pas uniquement les services de sécurité ou les services publics. Nombreux sont les clients potentiels de Météo France dans la prévention des risques face à un aléa dangereux en ville. Le coût financier en cas de crise incite certaines entreprises privées à faire appel aux services de prévision de Météo France à travers ses produits commerciaux susceptibles de diminuer les coûts consécutifs par exemple aux effets du vent, et se prémunir d’autre part d’une mise en cause de leur responsabilité en cas d’accident. La volonté actuelle d’augmenter la sécurité en développant la technologie doit faire progresser la rentabilité économique, en maîtrisant les conséquences qui en découlent. Récemment, un partenariat entre une assurance et le service public a développé le « marché des dérivés climatiques ». Parce qu’à l’échelle mondiale, on estime que 20 % du PIB dépend des conditions climatiques, la couverture financière des risques permettra de compenser les effets négatifs des aléas par un organisme d’assurance. L’objectif n’est donc pas de s’éloigner des variations climatiques, mais davantage de les prendre en compte dans l’amélioration de la maîtrise des coûts, pour minimiser les risques dans divers domaines comme le transport, l’agro-alimentaire, le tourisme, etc.

34La tendance à l’amélioration de l’information et de la sécurité s’explique par deux choses : d’une part le nombre de clients et d’individus qui éprouvent ce besoin et d’autre part la mobilisation technologique. Satisfaire les besoins croissants d’information est symptomatique de notre société d’aujourd’hui. Pourtant il est nécessaire de s’interroger sur ce besoin exprimé : est-ce un besoin réel ? On se trouve en effet devant un paradoxe : malgré le besoin d’un maximum de renseignements pour réagir rapidement, la sur-information oblige à trier les messages pertinents, ce qui diminue la vigilance. Pouvons-nous parler d’un effet pervers des systèmes d’informations ?

Le nouveau système de vigilance de Météo France

  • 8 A. Vallaeys, op. cit., 1993.
  • 9 « Les cultures de la prévention des tempêtes sur l’île de la Réunion », Le Monde, 1er février 2000

35Le nouveau dispositif d’alerte de Météo France se rapproche du dispositif de Vigilance anti-cyclonique dans les départements d’outre-mer. Mais le risque cyclonique sur l’île de la Réunion est-il comparable au risque de tempête d’ouest en métropole ? En 1990, un responsable de la sécurité civile estime pour sa part qu’« en métropole, on ne peut interrompre l’activité d’une région entière pour une journée à propos de phénomènes autrement moins violents comparativement. Alors restent les mises en garde, les moyens d’information radiodiffusés »8. Après les événements de 1999, d’autres responsables se plaisent à mettre en avant la qualité des moyens en place dans les îles sujettes au risque de cyclone face aux systèmes d’alerte désormais inefficaces de la métropole : « Comment se fait-il qu’une série de tempêtes et d’inondations, certes exceptionnelles, fasse en France, en moins de deux mois, plus de morts que n’en ont fait les cyclones depuis plus de dix ans dans les départements d’outre-mer ?9 »

36L’efficacité d’un dispositif d’alerte doit rendre compte de deux choses : l’espace concerné par le risque et la nature de l’aléa à la fois dans sa fréquence et son intensité. Faut-il appréhender la tempête de façon exceptionnelle ou dans une perspective de plus grande fréquence ?

37L’intensité des vents de 1999 est considérée comme rare par les scientifiques. Or, un système de vigilance très efficace, qui remplit convenablement son rôle, doit associer une représentation forte du danger. Cela nécessite que l’occurrence d’un événement d’une grande intensité soit plus ou moins cyclique. Cette situation peut se retrouver dans les sociétés qui doivent faire face à des cyclones ou des tempêtes tropicales, où la multiplication des crises a favorisé une culture du risque.

38Cependant, comme cela est sous-entendu par les scientifiques et mis en avant par les médias, dans le cas où vraiment ces événements sont l’un des premiers effets d’un éventuel dérèglement climatique (le signal ?), de telles crises vont se reproduire rapidement et dans ce cas, il est effectivement nécessaire de prendre d’importantes décisions : faut-il compléter le dispositif d’alerte par des mesures de répression, comme c’est le cas aujourd’hui à la Réunion en cas de menace cyclonique ? Doit-on rappeler régulièrement des dispositions préventives : faire le plein d’essence, élaguer les arbres, consolider les fermetures de portes, etc. ?

39À Paris, certaines dispositions de prévention existent en matière de sécurité. La plus connue est la fermeture des parcs et jardins dès l’annonce de rafales de 80 km/h. Mais qu’en est-il aujourd’hui des bois de Boulogne et de Vincennes, dont la fermeture est soumise à une décision préfectorale, laquelle a été plutôt tardive après le passage de « Lothar » ? Peut-on prendre des mesures préventives, et comment s’y prendre ?

40L’accroissement de la circulation automobile dans le bois de Boulogne lors des heures de pointe pose la question, en cas de prévision de vent violent (rafales au-delà de 120 km/h), de l’arrêt de la circulation. Les chutes d’arbres sont la première cause de mort par écrasement, or c’est une véritable menace pour les automobilistes dans les embouteillages. Faut-il interdire toute circulation ? Faut-il supprimer les arbres à proximité des voies ?

  • 10 Tandem, no 1, « Climat, la terre tourne-t-elle toujours rond ? »

41Si les tempêtes de 1999 sont historiques et leur occurrence rare, alors le système de vigilance devient inutile. Mais si ces deux tempêtes sont normales ou le deviendront, il est indispensable de mettre en place une véritable « culture du risque », voire des dispositions répressives en cas de comportement inadapté. Faut-il s’inquiéter du peu de décisions prises aujourd’hui vis-à-vis des citoyens ? À l’inverse, si l’on considère que les tempêtes d’ouest font partie de la variabilité naturelle du climat à nos latitudes, le nouveau système de vigilance de Météo France va-t-il diminuer notre vulnérabilité autant que nos réactions d’incompréhension lors du prochain événement traumatisant (une tempête ?) ? N’est-ce pas refuser d’admettre qu’une politique de gestion globale d’un risque à travers les moyens technologiques n’est pas suffisante ? Le rôle d’un système de vigilance est d’interpeller la population pour diminuer de manière importante le nombre de blessés et de morts. Pour cela, il importe d’intégrer deux notions fondamentales : la représentation du danger et la qualité des prévisions. Le comportement irrationnel et inconscient de ceux qui s’exposent au risque (vidéo, photos...) ne sera pas totalement éliminé. Or, selon une enquête effectuée par l’assurance MACIF10, sondage publié en mai 2001, si 85 % des Français sont certains que le climat se dérègle, conséquence des activités humaines (pollution, urbanisation,...), 70,2 % considèrent que Météo France a désormais les moyens de prévoir les catastrophes climatiques.

Quand doit se produire une crise ?

42Rechercher les défaillances d’alerte nous amène à restituer l’événement dans son contexte : certains aspects sont en effet essentiels et peuvent expliquer, au moins en partie, les facteurs ayant aggravé les conséquences de la tempête : Météo France se concentrait pour l’essentiel sur la dérive de l’Erika et ses conséquences écologiques. Les acteurs de la sécurité civile à Paris étaient mobilisés à la fois pour le passage à l’an 2000, dans sa phase de risque de blocage des systèmes informatiques, et pour la préparation de la fête du Nouvel An. Chacun de nous s’activait lors de ce week-end prolongeant les fêtes de Noël ou tentait de se reposer et de profiter de ses proches. La vigilance a-t-elle été modifiée ?

  • 11 A. Vallaeys, op. cit., 1993.

43Pouvons-nous choisir le moment le plus « adapté » pour subir une crise ? Parfois le hasard peut en minimiser les conséquences. Cette tempête est passée sur la France entre 4 h 00 et 11 h 00 un dimanche, jour de vacances et lendemain de Noël : entre 7 h 00 et 8 h 30 sur la région parisienne, heure durant laquelle en semaine et en période scolaire, les réseaux de transports sont saturés. En 1990, déjà la tempête souffle un samedi après-midi, à l’heure où les écoles sont fermées. Pourtant, cela n’empêche pas certains, comme Claude Calvet, alors responsable des prévisions à la Météorologie nationale, de déclarer que face à une tempête jugée à l’époque la plus meurtrière depuis trois décennies, « nous aurions compté beaucoup moins de morts si la tempête avait eu lieu la nuit... »11. Mais après les tempêtes de 1990 certaines dispositions visant la sécurité à l’intérieur des établissements scolaires ont été prises, notamment sur la question du confinement. Dix ans plus tard un rapport sur le plan SESAM, plan d’organisation de Secours en cas d’accidents majeurs, élaboré en 1996 par le ministère de l’Environnement pour prévenir les risques sur les écoles, souligne que seules les Antilles ont une connaissance juste de ce plan, notamment concernant les problèmes de confinement. À Paris, comme dans l’ensemble des villes métropolitaines, les écoles sont vulnérables sur plusieurs points : d’une part le peu de prise en compte du risque potentiel, d’autre part, la concentration d’enfants largement plus vulnérables que les adultes en cas de crise, la difficulté et les délais des travaux de rénovation et d’entretien fragilisant les établissements, sans oublier la fréquente utilisation de structures provisoires sur le long terme, dangereuses en cas de vent violent.

44L’amélioration d’une chaîne d’alerte doit tenir compte du besoin d’une politique globale dans la gestion du risque qui ne s’arrête pas à la compréhension des effets du vent. L’identification des dégâts permet de réfléchir sur une vulnérabilité à la fois temporelle et spatiale de la ville. La dimension temporelle peut être abordée selon différentes échelles : à l’échelle de l’histoire, certaines politiques d’aménagement comme les percées haussmaniennes, qui répondaient aux préoccupations d’une époque pour améliorer « l’hygiène », l’aération, la circulation, ont joué un rôle de canalisation des vents à l’intérieur de Paris ; l’implantation des rangées d’arbres le long des axes pour améliorer le cadre de vie peut apparaître aujourd’hui comme une menace pour la circulation comme pour les individus en cas de chutes. L’ère industrielle et les grandes verrières, l’époque moderne et les transports, la société contemporaine et la « cyber-culture », chaque époque peut ainsi apporter une dimension supplémentaire aux conséquences d’un aléa. Une autre échelle de temps peut également servir à définir la vulnérabilité : le contexte socio-économique, le moment de l’année, de la journée sont des facteurs pouvant modifier les conséquences d’un aléa et la perception du risque par le public.

45La vulnérabilité spatiale de la ville apparaît hétérogène selon les quartiers de la capitale :

  • le prix du logement met en évidence l’existence d’une vulnérabilité spatiale de la ville : le faible prix (relatif) du logement dans le 19e arrondissement induit un fort taux de dégradations qui engendre un risque supplémentaire dans la menace d’un vent fort sur certaines habitations et sur la population y résidant ;
  • les monuments historiques peuvent être perçus, du point de vue des risques, comme une menace liée à l’âge des structures, comme un facteur menaçant le cœur historique de la ville ;
  • et selon la fréquentation par certaines catégories de personnes, comme les touristes, pour qui l’information sur le risque n’est pas mise en avant dans les brochures.

Conclusion

46Améliorer aujourd’hui une chaîne d’alerte passe nécessairement par l’utilisation des nouvelles technologies de l’information et de la communication. Néanmoins, cela nécessite également que l’ensemble des systèmes soient suffisamment sécurisés pour éviter toute défaillance face à l’aléa. Certains réseaux ont montré leur fragilité lors des tempêtes, surtout pour les relais de téléphonie mobile qui n’ont d’autre intérêt aujourd’hui que leur fonction commerciale. Notre dépendance à l’égard de ces modes de communication crée des réflexes et surtout des besoins. Dans les annuaires téléphoniques, les consignes en cas de risque majeur sont désormais dépassées en milieu urbain : les consignes de ne pas téléphoner vont à l’opposé des réflexes et des modes de vie d’aujourd’hui.

47Une amélioration des moyens d’informations va-t-elle favoriser une meilleure appréhension d’un aléa par la population ? Cette question est essentielle, car face à la montée en puissance d’un besoin d’hypersécurité, la perte de nos références à l’espace, et surtout au milieu naturel, et la variabilité des conditions atmosphériques éloignent d’autant plus les citoyens (et les citadins) d’une approche de l’environnement à travers ses risques, et conditionnent chacun de nous à dépendre des moyens technologiques faillibles en cas de crise. La sur-sécurité n’engendre pas que de bons résultats et tend non seulement à faire la course au modernisme technologique, mais surtout condamne les élus, à l’origine même de ces politiques, à faire face à des individus qui n’acceptent plus d’erreurs.

Bibliographie

Bibliographie

Bourrelier A., 2000, Les Catastrophes naturelles : le grand cafouillage, EOS Collection société.

Dagorre A., 2000, Les Risques naturels, Paris, PUF, Que sais-je ? no 3533,127 p.

Dauphiné A., 2001, Risques et catastrophes – observer – spatialiser – comprendre – gérer, Colin, collection U, 288 p.

Detwiller J., 1982, Chronologie de quelques événements météorologiques en France et ailleurs, monographie no 64 météorologie nationale, 63 p.

Detwiller J., 1968, Le Vent au sommet de la tour Eiffel, monographie no 64, Météorologie nationale.

Dye V., 1995, La Sécurité civile en France, Paris, PUF, Que sais-je ? no 1682,127 p.

Ledoux B., 1995, Les Catastrophes naturelles en France, Paris, documents Payot, 455 p.

Martin P., 1998, Ces Risques que l’on dit naturels, Edisud, 256 p.

Météo France, Synthèse des messages d’alerte météorologique, 1994, 1995, 1996, 1997, 1998, 1999.

Dégâts causés aux établissements solaires par les tempêtes des 26 et 27 décembre 1999, ministère de l’Éducation nationale, août 2000.

Pagney P., Lamarre D., 1999, Climats et sociétés, Paris, Colin, Géographie, 272 p.

Papegay L. 2001, La Tempête du 26 décembre 1999 à Paris : la chaîne d’alerte en question, Mémoire de maîtrise non publié, Université Paris 1,92 p.

Évaluation des dispositifs de secours et d’intervention mis en œuvre lors des tempêtes des 26 et 28 décembre 1999, rapport d’étape, juillet 2000.

Évaluation des dispositifs de secours et d’intervention mis en œuvre à l’occasion des tempêtes des 26 et 28 décembre 1999, rapport complémentaire, janvier 2001.

Météo France, Le point sur : tempêtes sur la France, janv.-fév. 1994, 40 p.

Météo France, L’hiver 1989-1990 : les tempêtes et quelques autres phénomènes, février 1991.

Santurette P., La Tempête du 3 février 1990, Météorologie nationale, mai 1990.

Notes

1 D’après le rapport d’étape remis au Premier ministre, juillet 2000 : « Évaluation des dispositifs de secours et d’interventions mis en œuvre lors des tempêtes des 26 et 27 décembre 1999 ».

2 Mme Schneiter, du mouvement écologiste indépendant, à propos de l’abattage des platanes creux, lors d’un conseil municipal en 1998.

3 Richard Fléau, Sciences et Avenir, novembre 2000.

4 L’échelle dite régionale est ici celle du Centre météorologique interrégional d’Île-de-France Centre (CMITIC).

5 L’échelle départementale est ici Paris.

6 Le Monde du 6 février 1990, « Inconscience ».

7 Anne Vallaeys, Sale temps pour les saisons, 1993.

8 A. Vallaeys, op. cit., 1993.

9 « Les cultures de la prévention des tempêtes sur l’île de la Réunion », Le Monde, 1er février 2000.

10 Tandem, no 1, « Climat, la terre tourne-t-elle toujours rond ? »

11 A. Vallaeys, op. cit., 1993.

Auteur

Étudiant en troisième cycle à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Institut de géographie, 191, rue Saint-Jacques, 75005 Paris

© Éditions de la Sorbonne, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540