Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ile-de-France

 | 
Martine Tabeaud

Deuxième partie. La crise et sa gestion

Les dégâts sur Paris : éléments pour un bilan

Ludovic Papegay

Texte intégral

1Toute l’Île-de-France, après le passage de Lothar et devant l’ampleur du phénomène, a dû faire face à des dégâts considérables. Dans la capitale, les conséquences sont lourdes : alors que l’anémomètre de la tour Eiffel a enregistré une rafale à 216 km/h, les tours se sont mises à trembler, les vents ont endommagé 60 % des toitures de la ville, y compris les bâtiments publics, et mis à terre 140 000 arbres dans les bois de Vincennes et de Boulogne. Les structures légères comme les panneaux publicitaires ou les abribus ont été massivement endommagés. Les réseaux n’ont pas été épargnés pendant la tempête : Air France a dû annuler ses vols et les aéroports d’Orly et de Roissy ont dû fermer. La RATP n’a pas échappé au souffle du vent, avec pour l’ensemble de la région des coûts estimés à près de 5 millions d’euros (32 millions de francs). Les cirques détruits, les monuments durement atteints et 25 000 appels reçus par les pompiers en trois jours font considérer cette tempête comme exceptionnelle. Enfin, le bilan financier pour la ville est très lourd. L’ensemble des dégâts a été évalué pour les biens publics autour de 68,6 millions d’euros (450 millions de francs).

La déclaration de catastrophe naturelle

2Aucun décès n’est imputable à la tempête dans Paris intra muros, ce qui n’a pas été le cas partout, puisque le bilan pour la France est de 98 morts pour les deux tempêtes, 54 morts pour la seule tempête du 26 décembre dont 7 morts en Île-de-France. Rappelons que la série de tempêtes en 1990 avait coûté la mort à 81 personnes en France et 240 pour l’ensemble de l’Europe.

3Les infrastructures des services préfectoraux comme ceux des sapeurs-pompiers ont été endommagées. En ce qui concerne les services de la préfecture, les dégâts les plus importants ont atteint l’École nationale de police de Vincennes, située sur la commune de Paris, d’autres bâtiments dépendant de la Préfecture n’ont pas été épargnés comme le Laboratoire de toxicologie ou l’annexe de l’hôpital de Saint-Lazare. La brigade des sapeurs-pompiers a dû effectuer des travaux d’urgence dans le domaine des infrastructures et des installations radioélectriques, pour un montant de 0,15 million d’euros (1 million de francs). Au total, l’ensemble des travaux concernant les infrastructures et la réparation du matériel de lutte contre l’incendie a un coût estimé à 0,46 million d’euros, soit 3 millions de francs.

4En conséquence de l’étendue des régions touchées par la tempête, dès le 29 décembre, un arrêté a été pris, portant constatation de l’état de catastrophe naturelle dans 69 départements, dont Paris.

5Pour Paris, les dommages peuvent être regroupés sous cinq rubriques.

Le financement des réparations dans la ville

6La ville de Paris, comme l’État, est son propre assureur, et des événements imprévus de cette ampleur ont contraint à trouver des moyens pour réparer et à les imputer ou non au budget de la ville. Pour le financement s’est posée la question de la participation ou non des habitants. En dépit de la possibilité de lever un nouvel impôt ou d’augmenter la fiscalité, la mairie a estimé qu’il était plus avantageux et sans conséquence pour les Parisiens de vendre une partie des actifs de la ville pour rembourser les quelque 68,6 millions d’euros de dégâts (450 millions de francs). Ainsi, la vente d’actifs à valeur immobilière concerne le terrain du Forum des Halles, les hôtels Concorde-Lafayette ainsi que le Sofitel de Sèvres, tandis que la vente de valeurs mobilières concerne les parts de la ville dans la Compagnie nationale du Rhône. Malgré tout, le problème de financement de la tempête se pose par suite de la difficulté des cessions de biens qui doivent se faire sur plusieurs exercices.

Les bois dévastés

7Les bois ont été terriblement touchés, et ce sont 125 ha de massif forestier qui sont à restaurer à Boulogne et 210 ha à Vincennes. Au total, à la fin de l’année 2000, pratiquement tous les arbres arrachés ou cassés ont été enlevés, 38 000 m3 de grumes et 72 000 stères de bois, entreposés en limite de sous-bois, ont été évacués. À cela il faut ajouter de nombreux chablis et volis d’arbres dans les squares. En ce qui concerne le domaine national des Tuileries, 124 arbres ont été déracinés.

Les cimetières

8La remise en état des cimetières parisiens (20 au total) et les 5 000 sépultures endommagées ont nécessité une dépense de 7,62 millions d’euros (50 millions de francs), mais surtout une aide de la ville auprès des familles qui ont normalement la charge des réparations. Il leur a été offert à chacune un prêt sans intérêts de 10 000 francs (1 500 euros environ).

Les établissements scolaires

9Un certain nombre d’établissements scolaires ont été endommagés par les vents violents. Certains étaient dangereux, voire inutilisables à la rentrée des vacances scolaires de Noël :

  • le collège Boris-Vian et l’école maternelle, 61, rue Clignancourt dans le 18e arrondissement ;
  • la maternelle Noyer-Durand dans le 2e arrondissement ;
  • le collège Rouault dans le 19e arrondissement.

10Au total, 450 écoles primaires ont été touchées, dont 10 gravement. Néanmoins, sur les 800 établissements parisiens, seuls deux collèges et une école maternelle n’ont pas été en mesure d’accueillir normalement les élèves lors de la rentrée du 4 janvier 2000. Des solutions alternatives d’accueil et de transport (contrat avec la RATP) ont été immédiatement mises en œuvre.

Le patrimoine

11La cathédrale Notre-Dame de Paris, propriété de l’État, a vu six pinacles s’écrouler, perçant des trous dans les terrasses sous-jacentes ; un angle de la sacristie s’est effondré, et des échafaudages, au lendemain de la tempête ont dû être reconsolidés. Les travaux d’urgence ont eu un coût estimé à 3,35 millions d’euros (22 millions de francs).

12Dans la Sainte-Chapelle le vitrail de la Genèse a été détérioré par la chute d’un pinacle. La couverture est à revoir, un pinacle et un fleuron sont cassés.

13Le dôme du Panthéon a perdu une quinzaine de feuilles de plomb de 100 kg chacune et quinze autres ont été froissées. La réparation a été évaluée à 0,7 million d’euros (4,5 millions de francs) pour l’urgence, mais la seule restauration définitive du dôme a été estimée à 6,1 millions d’euros (40 millions de francs).

14Le bilan financier pour la ville de Paris est donc évalué à 68,6 millions d’euros (450 millions de francs), que l’on peut décomposer ainsi :

  • le coût total des restaurations et des replantations pour les bois et l’ensemble des espaces verts s’élève à 27,44 millions d’euros (180 millions de francs) ;
  • les dégâts estimés pour les établissements scolaires qui ont nécessité 1 000 interventions d’urgence sont de 15,24 millions d’euros (100 millions de francs) ;
  • en ce qui concerne la voirie, et principalement l’éclairage et la remise en état des canaux, le montant est de 5,64 millions d’euros (37 millions de francs) ;
  • les travaux d’urgence pour les 80 édifices culturels touchés et appartenant à la ville ont coûté 3,81 millions d’euros (25 millions de francs) ;
  • 3,81 millions d’euros (25 millions de francs) pour les 75 équipements sportifs concernés ;
  • 2,59 millions d’euros (17 millions de francs) pour les équipements du Centre d’action sociale ;
  • 1,52 million d’euros (10 millions de francs) pour les dommages causés aux bâtiments administratifs ;
  • enfin, les dommages causés aux sépultures dans les cimetières parisiens s’élèvent à plus de 7,62 millions d’euros (50 millions de francs), y compris l’aide offerte par la Ville aux particuliers qui ont normalement la charge des réparations.

Une gestion correcte de la crise

15D’après les services de la préfecture, la mobilisation sur le terrain des services de sécurité était effective dès la nuit du 25 au 26 décembre, tandis que la mise en place de la zone de défense s’est faite le 26 décembre au soir. Un facteur essentiel de la gestion de la crise tient sans doute au fait que la préfecture de Police se préparait depuis un an au passage à l’an 2000. La préfecture disposait d’une cellule de crise pour prévenir le risque de bogue des équipements informatiques, qui menaçait aussi bien les services publics que privés. Pour faire face à tout risque de défaillance, le préfet de Paris, également préfet de la Zone de défense de Paris, avait, en partenariat avec l’ensemble de l’administration départementale et régionale, pris des dispositions préventives dont :

  • le contrôle de l’ensemble des systèmes informatiques des services de sécurité et de secours ;
  • la vérification des réseaux de communication, aussi bien pour les salles d’information et de commandement que pour les moyens radios et téléphoniques. Des dispositions pour suppléer une panne éventuelle des réseaux avaient été prévues ;
  • un plan d’hébergement avait été anticipé avec mise à disposition de certains équipements collectifs comme les gymnases et les centres sportifs.

16D’autre part, le passage à l’an 2000 était également attendu comme une fête exceptionnelle. Paris, en tant que capitale, se devait d’avoir un service de sécurité et de secours irréprochable pour le bon déroulement de la fête, un public considérable était attendu. Pour cela la préfecture de Police était prête à assumer ses responsabilités dans le domaine de la sécurité. Cinq cent mille à un million de personnes devaient se concentrer sur les Champs-Élysées et dans un très large périmètre aux alentours. Il fallait donc un plan de secours établi en partenariat avec les sapeurs-pompiers de Paris, la Croix-Rouge et la protection civile. Pour cet événement, l’ensemble des policiers se devaient d’être présents. Les congés, permissions et repos hebdomadaires avaient été supprimés. À cet effectif s’ajoutait la présence de l’armée par suite du renforcement du plan « Vigipirate », avec quelque 1 600 militaires attendus pour le 31 décembre. Enfin, temporairement, le montage des grandes roues sur les Champs-Élysées a mobilisé les 20 000 policiers de la préfecture de Police dès le début du mois de décembre.

17En ce qui concerne l’information au public, la préfecture de Police avait décidé d’ouvrir, à compter du 27 décembre, le Centre d’information téléphonique du public, pour répondre aux questions concernant le passage à l’an 2000 quant au risque de bogue et aux dispositions de circulation et de stationnement à partir du 31 décembre.

18Les services municipaux ont dû réagir rapidement après le passage de la tempête pour effacer toute trace, pour éviter le lendemain tout blocage de circulation et pour que les préparatifs de la fête du nouvel an ne soient pas menacés. Pour limiter les conséquences immédiates, des moyens efficaces se sont mis en place dans les divers services et départements municipaux. Un rapide retour à la vie « normale » a été obtenu pour les déplacements puisque dès le 27 décembre l’ensemble de la voirie à l’exception des bois était de nouveau accessible. Le personnel des Espaces verts s’est mobilisé et la majeure partie des agents de la direction a effectué de nombreuses heures complémentaires. Les 800 agents du service technique de la Propreté ont enlevé le 26 décembre les gravats, les débris de cheminées et de toitures, ainsi que de nombreux débris végétaux. En moins d’une semaine, les 4 500 agents ont évacué 2 500 m3 de gravats et de débris en plus de l’enlèvement des ordures ménagères habituelles pour que soit fêté le plus « normalement » possible le passage à l’an 2000. Quant à la voirie et aux déplacements, le personnel a remis en état les éclairages, les feux de signalisation, les panneaux, les chaussées comme les trottoirs endommagés par les arbres déracinés. Plus de 100 agents des canaux sont intervenus le long du canal de l’Ourcq qui a été rapidement nettoyé. Son écoulement était gêné par les arbres tombés.

19La sécurité des personnes dans les bois, parcs et jardins a été rendue possible grâce à la mise en sécurité et à l’accessibilité des principales artères. Un arrêté d’interdiction de circulation et d’accès dans les bois a été pris le 29 décembre ; il a été allégé dès le 31 juillet 2000 de telle sorte que la majeure partie des espaces verts a été de nouveau autorisée à la promenade.

20Pour informer les Parisiens, la mise en place d’un « numéro vert » dès le mercredi 29 décembre 1999 a permis de répondre à 5 000 appels. Les Parisiens ont pu obtenir toutes les informations sur les conséquences de la tempête du dimanche, et en partenariat avec le Barreau de Paris, un service de consultation pour les questions d’assurance est resté en place pendant quinze jours. D’autre part les maires d’arrondissement ont pu répondre aux attentes de leurs administrés avec la mise en place d’un numéro vert déclinable pour chaque arrondissement. Cette chaîne d’information efficace a permis aux responsables de tenir au mieux leur rôle d’élus locaux.

21Le bilan a été également positif du côté de la préfecture de Police de Paris, qui a réagi immédiatement après l’alerte émise par Météo France. Après la réception du BRAM (bulletin régional d’alerte météorologique) du 25 décembre (émis par le centre interdépartemental de Paris-Montsouris à 11 h 04), le préfet de police, en concertation avec les différents services de sécurité de la Ville, a été averti des risques potentiels. Suite au bulletin d’alerte prévoyant des rafales de vents comprises entre 110 et 130 km/h, un contrôle de sécurité a été effectué dans la nuit du 25 au 26 décembre 1999 sur les sites concernés par les festivités du passage à l’an 2000, essentiellement dans le renforcement de la stabilité des grandes roues. Des mesures conservatoires ont donc été prises. Dans le même temps, il a été décidé de fermer l’avenue des Champs-Élysées aux voitures et aux piétons, puis certaines voies des bois de Boulogne et de Vincennes, le quai de Bercy et le quai de la Rapée. Il semblerait que les services à la disposition de la préfecture ont pris en compte certains risques potentiels, notamment dans la chute de grues, d’arbres, ou de morceaux de toitures.

22Les services de sécurité ont cherché à être les plus efficaces possible. L’activation du COZ (centre opérationnel zonal) s’est faite dès le 26 décembre au soir. Le Préfet de Paris étant préfet de la Zone de défense de Paris, ceci a permis de faire rapidement l’inventaire des dégâts, d’évaluer les besoins afin de pouvoir répondre de manière satisfaisante en moyens matériels et humains. Les services de police, pour la seule journée du 26, ont dû effectuer 323 interventions de protection de personnes et de biens, et ont pris en compte 328 demandes de constats de dégâts (figures 1A et 1B). La répartition géographique des interventions met en évidence les arrondissements où le vent est entré dans Paris et ceux où un effet de goulet l’a accéléré. Pourtant les déclarations ont une répartition toute différente. Est-ce parce qu’une majorité d’interventions s’est faite sur la voie publique et n’a donc pas fait l’objet de déclaration auprès des commissariats ? Ou est-ce parce que les déclarations font défaut dans les secteurs où les habitants ne sont pas tous assurés ?

23Les militaires ont également participé au rétablissement de la vie quotidienne. Entre le 29 décembre 1999 et le 21 janvier 2000, ils ont effectué 16 missions majeures pour la ville de Paris : en lien avec les services municipaux de la capitale, ils ont permis le dégagement des voies de circulation des bois de Boulogne et de Vincennes, des voies sur berges, de l’avenue des Champs-Élysées, de l’avenue Foch, de certains axes du 13e arrondissement, la sécurisation du parc Montsouris, des Buttes-Chaumont, du parc Monceau, de certains stades et le déblaiement du canal de l’Ourcq.

24Le travail des sapeurs-pompiers de Paris a été indispensable. Immédiatement opérationnels, ils ont dû faire face à une surcharge d’appels. Au total, pour la seule journée du 26 décembre, il y a eu plus de 2 000 interventions. Entre la fin de l’année et janvier 2001, les services des pompiers ont effectué plus de 6 000 interventions en rapport avec les conséquences de la tempête et 80 % des interventions ont concerné la protection des biens (figure 2).

figure 1a. Nombre d’interventions par arrondissement, en matière de protection des personnes et des biens par les services de police le 26 décembre 1999

figure 1b. Nombre de déclarations d’accidents ou de dégradations par arrondissement enregistrées par les services de police de Paris le 26 décembre 1999

figure 2. Répartition des opérations effectuées par les pompiers de Paris concernant la tempête du 26 décembre durant les années 1999 et 2000 (d’après les données transmises par l’état-major des pompiers de Paris)

25En conclusion, l’ensemble des services chargés de la remise en état de la ville de Paris a su réagir rapidement face à l’importance du travail, ce qui a permis un rapide retour à la normale dans la capitale. Mais la France, et Paris, au lendemain de la tempête, se remettaient tout doucement d’un cauchemar : une grande agglomération loin des côtes pouvait être prisonnière quelques heures durant d’un aléa naturel. Et le fait que Lothar ait touché toute la partie nord du pays ne faisait qu’amplifier leur malaise : un pays « riche » était donc vulnérable à autre chose qu’un risque technologique.

Table des illustrations

Légende figure 1a. Nombre d’interventions par arrondissement, en matière de protection des personnes et des biens par les services de police le 26 décembre 1999
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30550/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 233k
Légende figure 1b. Nombre de déclarations d’accidents ou de dégradations par arrondissement enregistrées par les services de police de Paris le 26 décembre 1999
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30550/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
Légende figure 2. Répartition des opérations effectuées par les pompiers de Paris concernant la tempête du 26 décembre durant les années 1999 et 2000 (d’après les données transmises par l’état-major des pompiers de Paris)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30550/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 194k

Auteur

Étudiant en troisième cycle à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Institut de géographie, 191, rue Saint-Jacques, 75005 Paris

© Éditions de la Sorbonne, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540