Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ile-de-France

 | 
Martine Tabeaud

Première partie. Du vent et des tempêtes

La tempête du 26 décembre : rare ? exceptionnelle ?

Bertrand Bachelet et Martine Tabeaud

Texte intégral

1Trois ans après les deux tempêtes qui ont traversé la France les 26 et 28 décembre 1999, de nombreuses études ont été réalisées pour faire un bilan de la situation. On a très fréquemment associé ces deux événements au réchauffement climatique, dont elles seraient une manifestation. Pour avancer de telles affirmations, il faut se pencher précisément sur le phénomène et analyser des données précises. Même si les dégâts furent « de mémoire d’homme » sans précédent dans certaines régions de France métropolitaine peu habituées à une telle violence du vent, une confirmation par une analyse des données s’impose.

2Cette tempête a traversé le nord de la France dans la journée du 26 décembre 1999, notamment la région Île-de-France qui fut une des régions les plus sinistrées. Son patrimoine forestier fut gravement endommagé (1,7 million de m3 de bois à terre) et de nombreuses infrastructures détruites ou gravement endommagées (patrimoine culturel, réseau électrique par exemple). Chez les habitants, les élus locaux ou les acteurs de la vie économique domine un sentiment de « jamais vu » vis-à-vis de la violence du vent en ce 26 décembre 1999. Ce sentiment est relayé par les médias (Le Parisien [supplément Seine-et-Marne] du 27 décembre 1999 déclare : « Jamais la Seine-et-Marne n’avait autant souffert de la tempête »). Mais la mémoire humaine n’est pas un élément fiable car il y a un décalage entre le temps perçu par l’homme, soit 20 à 50 ans en moyenne et l’échelle de temps des changements climatiques, le plus souvent au-delà de cent ans. Ces durées sont si différentes que la mémoire humaine n’est pas un élément fiable en la matière.

3Cette étude va s’intéresser au phénomène météorologique en lui-même grâce à une étude des archives météorologiques d’Île-de-France afin de replacer objectivement la tempête dans le contexte météorologique de cinquante dernières années, à partir des données Météo France. Trois fichiers différents ont été utilisés : le premier concerne la vitesse de vent instantanée supérieure à 90 km/h dans les stations suivantes : Brétigny-sur-Orge, Le Bourget, Melun, Orly, Paris-Montsouris, Roissy, Saint-Maur-des-Fossés, Toussus-le-Noble, Trappes et Villacoublay. Le second fournit la vitesse moyenne journalière du vent à Paris-Montsouris entre 1958 et 2000, soit pendant 42 années. Le troisième fichier met à disposition les mêmes données pour la station d’Orly entre 1949 et 2000. Ces banques de données permettent de replacer dans l’histoire du xxe siècle la tempête du 26 décembre 1999 en Île-de-France.

Les stations météorologiques franciliennes ont enregistré des vents tempétueux

4Météo France dispose en Île-de-France d’un réseau de stations météorologiques (voir pages 25-29) qui enregistrent chaque jour des milliers de données. La tempête de décembre 1999 peut donc être appréhendée à partir des mesures de vitesse de vent : vitesse maximale instantanée (supérieure à 90 km/h) de chaque jour pour les dix stations et vitesse de vent moyenne journalière à Orly (entre 1949 et 2000) et à Paris-Montsouris (entre 1958 et 2000).

5La vitesse de vent instantanée correspond à la vitesse maximum enregistrée en 24 heures. La base de données ne présente donc que les jours où la valeur maximale a dépassé 90 km/h. Ces données sont disponibles pour 10 stations depuis 1987 et pour les 5 stations suivantes depuis 1949 : Brétigny-sur-Orge, Trappes, Orly, Roissy, Villacoublay. Pour les autres stations les données sont plus récentes : Melun depuis 1954, Paris-Montsouris depuis 1958, Toussus-le-Noble depuis 1965, Le Bourget depuis 1974 et Saint-Maur-des-Fossés depuis 1987. À chaque donnée de vitesse est associée une direction du vent et son heure d’enregistrement. Par exemple, pour la station de Paris-Montsouris, nous savons que le 26 décembre 1999 le vent a soufflé au maximum à 47 m/s (soit 169 km/h), à 7 h 05 du matin avec une direction 290 (donc ouest-nord-ouest).

6La vitesse moyenne du vent moyen journalier calculée sur 24 heures et exprimée en m/s est disponible pour deux stations : Paris-Montsouris et Orly. À chaque jour correspond une vitesse moyenne de vent, les rafales brèves et intenses sont donc éliminées par ce calcul de moyenne.

7Le 26 décembre, les dix stations franciliennes ont enregistré des vitesses supérieures à 120 km/h. Elles sont comprises entre 172 et 133 km/h (tableau 1).

tableau 1. Vents instantanés enregistrés en Île-de-France

Station

Direction

Heure

Vitesse en km/h

Orly

250

6 h 59

172,8

Paris-Montsouris

290

7 h 05

169,2

Toussus-le-Noble

270

6 h 55

169,2

Melun

240

7 h 03

165,6

Saint-Maur-des-Fossés

260

6 h 45

165,6

Brétigny

260

6 h 56

158,4

Villacoublay

250

6 h 58

151,2

Roissy

230

6 h 45

147,6

Le Bourget

230

6 h 56

144

Trappes

270

6 h 50

133,2

8Ces valeurs ont toutes été enregistrées en l’espace de 20 minutes entre 6 heures 45 minutes et 7 heures 05 minutes. Le phénomène a donc été très violent et très bref à la fois. La direction du vent est comprise entre sud-ouest et ouest-nord-ouest (figure 1), ce qui correspond à la direction la plus habituelle des vents tempétueux dans la région (Besleaga, 1994).

figure 1. Direction de vents de plus de 90 km/h à Orly

9Comme il y a peu de différence d’orientation du vent entre les stations, on peut donc souligner que la perturbation synoptique a engendré des écoulements laminaires extrêmement rapides, que la configuration locale du terrain ou du tissu urbain a pu rendre tourbillonnaire dans certains cas (dans le sud du bois de Vincennes, des volis présentent une répartition nettement centrifuge). Les valeurs enregistrées, pour cinq d’entre elles, constituent le record de vitesse de la station. À Orly, Paris, Toussus-le-Noble, Saint-Maur et Roissy, on n’avait jamais enregistré de valeurs aussi élevées.

figure 2. Comparaison entre la vitesse record et la vitesse enregistrée le 26/12/1999

10En Île-de-France, toutes les stations ont enregistré des valeurs élevées, Trappes ayant la vitesse la plus faible avec 133 km/h, une vitesse plus coutumière en Bretagne lors de violentes tempêtes qu’en région parisienne. À titre de comparaison dans l’échelle de Fujita, qui est utilisée pour déterminer l’intensité des ouragans, la tempête du 26 décembre 1999 aurait été classée « ouragan de catégorie 2 » sur une échelle de 5. Même si une tempête tempérée diffère d’un ouragan tropical, cette échelle démontre l’intensité d’un phénomène inhabituel en Europe, loin du littoral et à une latitude aussi « basse » (seulement 12 km/h de différence entre Ouessant et Orly).

11Pour la journée du 26 décembre, le vent moyen journalier est de 24 km/h à Paris et de 41 km/h à Orly. À titre de comparaison le record pour la station de Paris-Montsouris est de 37 km/h le 9 décembre 1965 et pour Orly de 53 km/h le 7 avril 1949. On est donc loin de valeurs record de vitesse sur une journée. Cette constatation confirme l’hypothèse formulée plus haut, à savoir une brève période de vents très violents. Une comparaison avec des tempêtes précédentes s’impose donc.

L’ensemble de la région est affecté

12L’Europe de l’Ouest est soumise en saison hivernale soit à un temps froid et sec en provenance de Scandinavie ou d’Europe centrale, soit à un temps plus doux et humide sous l’influence d’un flux d’ouest qui « véhicule » des trains de perturbations avec leur cortège de pluies et de vents. Dans la plupart des cas le centre dépressionnaire se situe sur l’Irlande ou le Royaume-Uni et la perturbation s’étend vers le sud jusque sur la France. Et si la tempête qui a traversé l’Île-de-France le 26 décembre 1999 est « normale », si ces types de temps sont habituels pour la saison froide, alors pourquoi une telle violence des vents ? Les archives disponibles dans la base de donnée de Météo France permettent de dénombrer les tempêtes qui ont touché la région depuis 1949, de comparer leurs intensités et le cas échéant de mettre en évidence une évolution de cette intensité.

13Afin d’identifier les violentes tempêtes dans la base de donnée des vitesses instantanées, n’ont été pris en considération que les jours où la vitesse dépassait 120 km/h dans au moins deux stations franciliennes. Sept tempêtes répondent à ces critères (figure 3). Pour certaines d’entre elles les données ne sont pas complètes, soit parce que la station n’existait pas encore, soit parce que le vent n’y a pas dépassé 90 km/h. Elles se répartissent chronologiquement de la façon suivante : le 31 janvier 1953, le 13 mars 1967, le 12 février 1970, le 25 janvier 1990, les 3 et 26 février 1990 et le 26 décembre 1999. D’emblée, il apparaît que trois tempêtes se sont succédé en l’espace d’un mois en début de l’année 1990, fait unique depuis 1949. Il est aussi frappant de constater le nombre de valeurs dépassant 150 km/h en 1999 : il y en a sept. Or, cela n’était arrivé qu’une seule fois auparavant à Brétigny-sur-Orge en 1990. Le 26 décembre 1999, sept stations dépassent cette valeur et les dix stations franciliennes enregistrent des valeurs supérieures à 120 km/h, là encore c’est une première depuis 50 ans. Ces données ne laissent par conséquent aucun doute, depuis 1949 c’est la tempête la plus violente subie par l’Île-de-France dans son ensemble et avec une grande homogénéité (sept valeurs comprises entre 150 et 172 km/h). À titre de comparaison la vitesse maximale instantanée de 133 km/h relevée à Trappes, qui est la plus faible des dix stations, le 26 décembre 1999, est supérieure aux maxima d’autres tempêtes. Par exemple le 26 février 1990, où la vitesse maximum a été de 126 km/h à Saint-Maur-des-Fossés et Roissy.

figure 3. Les tempêtes en Île-de-France entre 1949 et 2000

Des vitesses de plus de 172 km/h ont déjà été observées en Île-de-France

14Cependant il faut être prudent car il manque parfois des données pour des stations qui n’étaient pas encore en fonction (pour les tempêtes les plus anciennes). C’est pourquoi il paraît judicieux de cantonner l’étude aux cinq stations qui couvrent toute la période sans lacune (figure 4). Pour ce graphique ont été prises en compte les tempêtes pour lesquelles la vitesse maximum est supérieure à 140 km/h et avec des données pour au moins cinq stations.

figure 4. Cinquante ans de tempête en Île-de-France

15Vue sous cet angle, la tempête du 26 décembre 1999 semble moins exceptionnelle : à Melun et Trappes deux tempêtes ont été plus violentes. À Melun le 12 décembre 1962 le vent a soufflé à 176 km/h, donc plus fort qu’en 1999. Mais lorsque l’on observe les autres valeurs pour le 16 décembre 1962, elles sont voisines de 100 km/h, donc beaucoup plus faibles que celle enregistrée à Melun. C’est un caractère assez commun à toutes les tempêtes : une valeur élevée (140 km/h ou plus) et les autres proches de 120 km/h. La tempête du 26 décembre 1999 se singularise par des vitesses de vent très élevées dans toutes les stations et pas seulement dans une ou deux d’entre elles.

16Sur les dix stations (tableau 2) cinq d’entre elles ont enregistré un nouveau record le 26 décembre 1999. Mais le vent avait déjà soufflé plus fort en Île-de-France (180 km/h en 1952 à Brétigny sur Orge pour 172 km/h à Orly en décembre 1999). Il est donc faux de dire que la région a connu des rafales de vents jamais enregistrées antérieurement. Cependant les records de Brétigny, Trappes, Villacoublay ou Melun ont tous été enregistrés à des dates différentes. Par exemple la station de Villacoublay, qui a enregistré une vitesse de 162 km/h le 17 décembre 1949, est la seule station où le vent avait dépassé 100 km/h ce jour-là. C’est également le cas pour le 7 novembre 1952 où la station de Brétigny-sur-Orge paraît bien isolée, en effet les autres stations ont enregistré des vitesses nettement plus faibles : 108 km/h à Orly et 104 km/h à Roissy. On en déduit que les stations de Villacoublay et Brétigny avaient subi des rafales de vent très violentes mais localisées.

tableau 2. Record de vitesse dans les stations franciliennes

Station

Record de vitesse instantanée en km/h

Date

Brétigny-sur-Orge

180

07/11/52 et 14/08/52

Le Bourget

147,6

03/02/90

Melun

176,4

16/12/62

Orly

172,8

26/12/99

Paris-Montsouris

169,2

26/12/99

Roissy

147,6

26/12/99

Saint-Maur-des-Fossés

165,6

26/12/99

Toussus-le-Noble

169,2

26/12/99

Trappes

169,2

30/12/55

Villacoublay

162

17/12/49

17Donc, c’est la première fois qu’à l’échelle de la région les vents ont dépassé 130 km/h dans toutes les stations ; à l’occasion des autres tempêtes les vitesses les plus couramment rencontrées étaient de 100 à 110 km/h. De plus, le 26 décembre 1999 ne constitue pas un record absolu de vitesse du vent dans la région. Pourtant, si on fait une moyenne de la vitesse maximale instantanée sur toutes les stations, elle est la plus violente. Toutes les tempêtes depuis 1949 ont une moyenne de vent maximal instantané comprise entre 107 et 117 km/h à l’exception de celle du 3 février 1990 (132 km/h) et surtout de celle de 1999 avec 157 km/h. En un demi-siècle, la région Île-de-France a été confrontée à de nombreuses perturbations provoquant des vents violents, mais ce qui frappe dans la tempête de décembre 1999 c’est son intensité et son étendue. Il s’agit d’un phénomène inédit. Le 26 décembre 1999, la région tout entière a été balayée par des vents très violents, c’est l’originalité principale de cette tempête, puisque, à l’échelle locale, celle des stations, les vitesses ne sont pas toujours des records. La superficie sous l’influence des vents supérieurs à 130 km/h est sans équivalent.

18La décennie 1990 a connu quatre tempêtes, alors que la moyenne est d’une par décennie depuis 1950, voire aucune au cours des années 1980 (tableau 3), si l’on ne retient que les tempêtes où le vent a dépassé 120 km/h dans au moins deux stations météorologiques franciliennes.

tableau 3. Vitesse de vent de tempêtes au cours de la décennie 1990. Vitesse du vent en km/h

stations

25/01/90

03/02/90

26/02/90

26/12/99

Orly

104,4

129,6

108

172,8

Paris-Montsouris

97,2

115,2

93,6

169,2

Toussus-le-Noble

100,8

126

100,8

169,2

Melun

115,2

140,4

100,8

165,6

Saint-Maur-des-Fossés

116,6

126

165,6

Brétigny

122,4

158,4

111,6

158,4

Villacoublay

104,4

126

97,2

151,2

Roissy

136,8

129,6

126

147,6

Le Bourget

140,4

147,6

115,2

144

Trappes

97,2

118,8

97,2

133,2

La valeur manque lorsque le vent n'a pas atteint 90 km/h.

19Le 26 décembre 1999 et le 3 février 1990, le vent a dépassé 120 km/h dans presque toutes les stations, une première depuis 1949. La tempête de 1990 a cependant été moins violente que celle de 1999 ; le maximum étant de 158 km/h à Brétigny-sur-Orge (valeur tout de même très élevée pour la région), contre 172 km/h à Orly en 1999.

20Météo France a représenté par des cartes les secteurs du territoire où le vent a été le plus violent lors des tempêtes d’octobre 1987, des 3 et 26 février 1990 et du 26 décembre 1999 (figure 5).

figure 5. Régions balayées par les tempêtes (source : Météo France)

21La violente tempête du 15 octobre 1987 (vents proches de 200 km/h) n’a touché que des régions côtières, la Bretagne et le Cotentin. En Île-de-France les vitesses de vent furent comprises entre 90 et 100 km/h avec une pointe à 118 km/h au Bourget, cette tempête ne fait donc pas partie de celles que nous avons analysées. Les deux tempêtes des 3 février 1990 et 26 décembre 1999 sont les plus violentes des années 1990 et même des cinquante dernières années. L’ensemble du nord de la France : la Normandie, l’Île-de-France et Champagne Ardennes ont connu des vitesses de vent comparables (figure 4). Dans ces deux cas les vents violents ressentis à l’intérieur des terres sont dus à une trajectoire très méridionale du jet. De plus le jet était très rapide puisque le 28 décembre à 0 h la vitesse mesurée était de 529 km/h à 8,138 km d’altitude. En conséquence, le centre dépressionnaire très creusé, habituellement situé sur les îles Britanniques, est localisé sur le nord de la France (figure 6).

figure 6. Carte de la situation atmosphérique en altitude
Force du courant jet isolignes pleines, les isolignes pointillées représentent les dépressions à 1500 m d’altitude (source : Météo France)

22Si le nombre de perturbations violentes semble en augmentation au cours de la dernière décennie, il faut replacer cette hausse dans le contexte de l’oscillation nord atlantique (ONA) qui depuis vingt ans environ multiplie les types de temps d’ouest en hiver, alors qu’au milieu du siècle les hivers étaient plutôt marqués par des situations de blocage (Hurrel, 1995). Le passage d’une période marquée par des hivers continentaux, froids et peu venteux à une période à hivers océaniques, doux mais tempétueux suffit peut-être à expliquer cette différence d’occurrence sans même faire intervenir un éventuel réchauffement planétaire. On n’observerait donc pas nécessairement d’augmentation significative du nombre des tempêtes et particulièrement des fortes tempêtes sur un siècle (Dreveton, 2002).

Un épisode tempétueux de courte durée

23L’analyse des données sur le vent moyen journalier souligne la brièveté du phénomène. Comme l’urbanisation joue un rôle important dans la vitesse du vent (Paris-Montsouris et Orly, figure 7), l’analyse a été effectuée avec les données d’Orly. Le 26 décembre 1999 le vent moyen sur la journée était de 41 km/h. Or, le record de vitesse moyenne sur une journée pour Orly est de 53 km/h le 7 avril 1949. La journée du 26 décembre 1999 apparaît en trentième position dans la hiérarchie des journées où le vent moyen a été le plus violent. Ce n’est donc pas une valeur exceptionnelle malgré la vitesse instantanée de 172 km/h enregistrée le même jour dans cette station (record de la station). Ceci s’explique par la grande vitesse de déplacement de la dépression au-dessus de la France (100 km/h). C’est le contraire du 26 février 1990, qui a connu un vent moyen journalier élevé (48 km/h de moyenne) et des vitesses instantanées relativement faibles (environ 100 km/h).

figure 7. Vent moyen journalier à Montsouris et Orly

24Cette donnée du vent moyen journalier est toutefois à relativiser puisqu’elle ne prend réellement en compte l’ensemble des vitesses de vent d’une tempête que lorsque celle-ci passe autour de midi. Tôt le matin, comme en 1999, des vents forts sont moyennés avec le jour qui précède et, tard dans l’après-midi ou la nuit, des vents forts sont moyennés sur le jour suivant. L’exploitation de ce type de données est par conséquent très délicate et devrait tenir compte de l’heure de passage du maximum instantané.

25La date du 26 décembre 1999 restera longtemps dans la mémoire des Franciliens comme celle de la « grande tempête de 99 », puisque c’est sous ce terme qu'elle est aujourd’hui très souvent désignée. L’analyse des données météorologiques franciliennes ne laisse aucun doute : c’est la première fois que la région dans sa totalité a connu des vents d’une telle violence depuis 1949. Des valeurs comparables avaient pu être enregistrées mais ce qui fait la particularité de la tempête de 1999, c’est la généralisation à toute la région de vents d’une violence rare. En décembre 1999, la moyenne du vent maximal instantané sur les 10 stations franciliennes a atteint 157 km/h, moyenne supérieure à toutes les tempêtes précédentes.

26D’autre part le recensement et la comparaison avec les autres tempêtes depuis 1949 a montré un nombre assez élevé de tempêtes au cours des dix dernières années, et de deux tempêtes particulièrement violentes les 3 février 1990 et 26 décembre 1999. Il faudra encore quelques décennies d’observations pour dégager une tendance significative qui limitera l’effet de l’oscillation nord atlantique et permettra de répondre à la question relative aux conséquences de l’éventuel réchauffement planétaire sur la tempétuosité (Ulbricht, 2001).

27Dès le lendemain de la tempête, la population et les médias ont souligné le caractère exceptionnel et imprévisible du phénomène. Les données chiffrées confirment partiellement cette perception. Mais l’analyse des vents en Île-de-France oblige à souligner que des vents aussi violents se sont déjà produits et se reproduiront même sans changement climatique. Il faudra donc apprendre à vivre avec les tempêtes même loin des côtes atlantiques, au cœur du Bassin parisien et en ville.

Bibliographie

Bibliographie

Besleagan N., 1994, « Tempêtes sur la France », Le point sur no 11, Météo France, 39 p.

Bessemoulin J. et Clause R., 1978, Vents, nuages, tempêtes, éd. Maritimes et Outre-mer, 253 p.

Dreveton C., Benech F. et Jourdain S., 1998, « Classification of windstorms over France », International Journal of Climatology, no 18, p. 1325-1343.

Dreveton C., 2002, « L’évolution du nombre de tempêtes en France sur la période 1950-1999 », La Météorologie, no 37, p. 46-56.

Hurrell J. W., 1995, « Decadal trends in the North Atlantic Oscillation : regional temperatures and précipitation », Science, no 269, p. 676679.

IPCC, 2001, Climate Change 2001, vol. 1 : The scientific basis, Cambridge University Press, 881 p.

Ulbrich U. et Cristoph M., 2001, « A shiff of the NAO and increasing storm track activity over Europe due to anthropogenic greenhouse gas forcing », Climate Dynamics, no 15, p. 551-559.

Table des illustrations

Légende figure 1. Direction de vents de plus de 90 km/h à Orly
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30541/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 266k
Légende figure 2. Comparaison entre la vitesse record et la vitesse enregistrée le 26/12/1999
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30541/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende figure 3. Les tempêtes en Île-de-France entre 1949 et 2000
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30541/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 463k
Légende figure 4. Cinquante ans de tempête en Île-de-France
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30541/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 189k
Légende figure 5. Régions balayées par les tempêtes (source : Météo France)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30541/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende figure 6. Carte de la situation atmosphérique en altitudeForce du courant jet isolignes pleines, les isolignes pointillées représentent les dépressions à 1500 m d’altitude (source : Météo France)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30541/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende figure 7. Vent moyen journalier à Montsouris et Orly
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30541/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 146k

Auteurs

Étudiant en troisième cycle à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Institut de géographie, 191, rue Saint-Jacques, 75005 Paris

Professeur à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Institut de géographie, 191, rue Saint-Jacques, 75005 Paris

© Éditions de la Sorbonne, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site