Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ile-de-France

 | 
Martine Tabeaud

Première partie. Du vent et des tempêtes

L’Europe du Nord-Ouest sur le rail des tempêtes

Nicolas Schoenenwald

Texte intégral

1Avant toute chose, il est important de considérer les tempêtes, non comme un fléau, mais comme un phénomène naturel et nécessaire. Elles assurent la redistribution d’un excédent d’énergie vers des zones en déficit. En effet, la zone « chaude » des basses latitudes reçoit beaucoup d’énergie radiative d’origine solaire, tandis que les moyennes et les hautes latitudes en manquent. En l’absence de tels phénomènes climatiques, la zone inter-tropicale ne cesserait de se réchauffer tandis qu’aux latitudes plus hautes, la température diminuerait sans cesse. Les tempêtes établissent et maintiennent un équilibre thermique entre les différentes régions du globe. Comme elles assurent un transfert de chaleur vers les régions déficitaires en énergie, elles sont plus fréquentes en hiver qu’en été.

Un rail privilégié

2Sur une période relativement longue, les tempêtes empruntent toutes, en moyenne, le même chemin. Une telle permanence du comportement des tempêtes conduit à parler de « rail ». Les tempêtes de l’Atlantique nord sont très fréquentes puisqu’elles se suivent en moyenne au rythme d’une par jour en hiver. Pourtant, en France, nous ne subissons pas une tempête chaque jour entre octobre et mars ! Les tempêtes qui traversent la France dévient du rail, qui passe habituellement par l’Irlande située plus en avant dans l’océan, et plus haute en latitude. Les tempêtes sont, le plus souvent, des phénomènes se produisant et évoluant en mer. Il reste à définir plus précisément ce rail, aussi appelé « lit perturbé ». Le point de départ est toujours la région de Terre-Neuve. Mais le rail peut prendre deux types de tracé, selon que l’on est en situation d’hiver froid et sec ou à l’inverse, en situation d’hiver doux et humide. Dans les deux cas, c’est avant tout lui qui détermine les types de temps expérimentés en hiver en Europe du Nord-Ouest, et donc en France.

3En situation d’hiver froid et sec, les tempêtes vont emprunter un chemin très au nord-ouest des îles Britanniques, ou plus rarement une direction NW/SE. Mais dans le cas d’un hiver doux et humide, ce qui reste la situation la plus fréquente, le rail s’étend de Terre-Neuve aux îles Britanniques en longeant presque parfaitement le cinquantième parallèle. Ceci correspond en altitude à une situation de Jet tendu, rapide et bien orienté ouest-est, on dit qu’il est zonal. Le courant Jet est en effet l’un des moteurs du déplacement et de la définition de la trajectoire d’une tempête (figure 1).

4La relation qui unit le rail et les dépressions n’est pas à sens unique. Les dépressions peuvent avoir une influence directe sur le rail, en fonction de leur force, qui dépend de la quantité d’énergie qu’elles contiennent.

figure 1. Trajectoire moyenne des tempêtes de l’Atlantique nord en situation d’hiver doux et humide (d’après Météo France)

5L’une des principales caractéristiques des tempêtes est la violence du vent qui les accompagne. Sans trop entrer dans la physique de ce phénomène, il convient d’en comprendre les bases. La définition commune du vent est celle d’un déplacement horizontal de l’air, ce qui est tout à fait juste, mais incomplet. Le vent est aussi un déplacement vertical de l’air, et cette composante est essentielle pour comprendre comment le vent devient violent. Une tempête se compose de deux tourbillons, l’un en altitude au niveau de la tropopause, l’autre en surface. Le tourbillon de surface se trouve toujours plus à l’est que celui d’altitude (figure 2). L’interaction entre ces deux tourbillons provoque alors un mouvement vertical de l’air. Ce mouvement est amplifié par le contraste thermique existant entre la surface et la marge inférieure de la tropopause, et aussi horizontalement, entre le nord et le sud. La différence de température représente une source supplémentaire d’énergie disponible pour « produire » du vent.

figure 2. Deux tourbillons composent une tempête (source : Météo France)

6La violence du vent, lors d’une tempête, résulte donc d’un cycle thermodynamique. C’est en effet la combinaison des facteurs thermiques – différences de température entre les couches – et dynamiques – les dépressions – qui est la cause du renforcement du vent.

7Une dépression entraîne des vents forts, dont la genèse se fait surtout au niveau du courant Jet, en altitude. Néanmoins, en surface, entre un et deux kilomètres au-dessus du sol, ces mécanismes sont également relativement importants. Ainsi obtient-on des vents rapides et violents à mesure qu’une tempête se développe. Le vent n’est donc pas transporté, mais bel et bien créé. On peut même parler de formation de « mini courants jets » près du sol, comme le souligne Météo France. En fait, ceci décrit la formation de sous-structures au sein de la tempête : ce sont les fronts. C’est donc par un système d’échelles emboîtées, à la manière de poupées russes, que l’on peut résumer la situation. Le rail des dépressions a une largeur de 4 000 km environ, tandis qu’une dépression a un diamètre de 2 000 km, et que lorsque celle-ci explose en tempête, des fronts apparaissent, d’une dimension encore plus réduite, et ainsi de suite.

8Il est justement intéressant de voir comment une explosion se produit, par quels mécanismes et processus une dépression se transforme en tempête. Cette étape intervient lorsque la dépression devient tellement épaisse qu'elle entre directement en contact avec le courant Jet et interagit avec lui. À ce moment-là, la dépression se vide de son air, provoquant une chute brutale du niveau de pression : le vent s’accélère brusquement. Dans une tempête des latitudes moyennes, les vents les plus forts se localisent près des fronts, c’est-à-dire au sud du centre de la dépression.

9En fait, à la manière d’un être vivant, une tempête a une naissance, une évolution et une mort, on parle alors de cycle de vie. Le cycle peut être décomposé en trois étapes. Tout d’abord, la naissance de la dépression. Elle peut survenir de plusieurs façons, mais donnons-en une que Météo France considère comme « représentative » (figure 3).

figure 3. Première étape : un tourbillon d’altitude (source : Météo France)

10En premier lieu, un tourbillon se forme en altitude, et lorsqu’il rencontre le courant Jet, celui-ci se trouve renforcé et devient plus puissant. C’est à partir de ce moment-là qu’il va pouvoir entraîner la formation d’une dépression en surface. Si l’on regarde le schéma ci-dessus, la flèche noire pleine indique l’endroit où va naître la dépression, et la flèche hachurée montre la direction qu'elle va prendre. Le courant Jet est en effet un véritable réservoir d’énergie qui permet au tourbillon d’altitude de créer une dépression en surface. En surface, il y a un côté chaud et un côté froid, de part et d’autre de la flèche hachurée sur la figure 3. Le rail des tempêtes se situe sur toute la largeur représentée. Autrement dit, le rail comporte un côté chaud et un côté froid.

11Une fois formée du côté chaud du rail, la dépression va se déplacer vers l’est (figure 4) en continuant d’interagir avec le courant d’altitude.

12Plus le Jet est rapide, plus la dépression progresse vite. Il est souvent dit que le Jet stream fait avancer une tempête. Néanmoins, il ne faut pas croire que le Jet la « pousse », pas directement en tous cas. Le Jet est une source d’énergie dans laquelle la tempête puise, et c’est ainsi qu’il lui est permis d’avancer.

13Reste encore une dernière étape, celle qui nous intéresse le plus directement, c’est bien entendu le passage à l’état de tempête proprement dit. La dépression poursuit son développement comme indiqué par la figure précédente. Elle continue de puiser de l’énergie dans cet énorme réservoir qu’est le courant Jet. L’énergie est à la fois dépensée, pour le déplacement de la dépression, mais aussi utilisée pour atteindre un stade de maturité. Le développement qui conduit à ce stade se traduit par un épaississement vertical, qui engendre une interaction encore plus efficace avec le Jet stream. Alors, la dernière étape est proche : l’explosion en tempête, pour reprendre le terme employé par Météo France. Lorsque la dépression a atteint un stade de maturité, elle passe du côté froid du rail (figure 5).

figure 4. Seconde étape du cycle de vie d'une tempête (source : Météo France)

figure 5. Dernière étape : l’explosion en tempête (source : Météo France)

14Or, elle est gorgée d’air chaud, plus léger que l’air froid. Il est littéralement aspiré vers le haut, la dépression se vide brusquement, et la pression chute soudainement : la dépression devient tempête ! Ce « vide d’air » provoque une accélération violente des vents. Après cette étape, la tempête meurt lentement ou rapidement. Si elle reste en mer, la mort sera plus longue à survenir. En revanche, sur terre, en raison des effets de frottement causés par le relief, la tempête s’affaiblit plus vite. Néanmoins, on peut rappeler que dans des situations plus complexes, une tempête peut continuer à s’amplifier sur terre, comme ce fut le cas pour la tempête du 26 décembre 1999. C’est donc le passage du côté chaud au côté froid du rail qui entraîne l’explosion en tempête.

Un climat marqué par le vent et les tempêtes

15L’Europe du Nord-Ouest, par sa position géographique sur les rivages de l’Atlantique nord-est, est soumise à deux influences majeures. Tout d’abord, la dérive nord-Atlantique est déterminante. Ce courant marin chaud transporte de l’énergie sous forme de chaleur, depuis le golfe du Mexique, jusqu’aux côtes de l’Europe du Nord-Ouest. Par conséquent, cette partie du monde jouit de températures douces pour de telles latitudes si l’on compare avec le Canada.

16Par ailleurs, le rail est également très important car il aboutit sur l’Europe du Nord-Ouest et, avec les passages répétés de perturbations, soumet le continent à du vent. Comme les perturbations se forment en traversant l’Atlantique, les masses d’air ainsi véhiculées sont toujours chargées en humidité. Si certaines régions sont également copieusement arrosées, nous insisterons sur le vent. L’Europe du Nord-Ouest est venteuse, notamment pour sa partie la plus au nord-ouest, et ceci s’explique par la trajectoire moyenne des tempêtes (figure 6).

17Les tempêtes constituent ainsi une composante importante du climat de l’Europe du Nord-Ouest. Il est donc normal que bon nombre d’articles scientifiques soient consacrés à ce thème, en particulier dans les pays anglo-saxons, où le nombre de publications à ce sujet a littéralement explosé au cours des vingt dernières années. Il en va différemment en France où, peut-être, les tempêtes de 1999 vont faire se multiplier les recherches (cf. bibliographie en fin d’article).

18Plusieurs études se sont attachées aux tempêtes en Europe du Nord-Ouest depuis la fin du xixe siècle jusqu’à nos jours. Ainsi les tempêtes d’hiver de l’Atlantique nord ont-elles été étudiées pour la période 1875-1995 (Smith et al., 1998), en utilisant les observations de pression de huit stations sélectionnées. Les stations choisies se situent sur le nord-est Atlantique, entre 40° et 70 °N en latitude et entre 60 °W et 20 °E en longitude (figure 7). L’étude souligne l’hétérogénéité du changement. Autrement dit, il est difficile dans ce cas de déterminer une tendance commune pour l’ensemble de la région concernée. Ceci montre bien d’ailleurs toute l’utilité d’études à des échelles plus fines. Par ailleurs, Valentia, au sud-ouest de l’Irlande, est la seule station pour laquelle la fréquence des tempêtes a augmenté au cours de la période. Néanmoins, la dernière conclusion de cet article fait apparaître qu’en moyenne, sur l’ensemble de la région d’étude, on note une augmentation de la fréquence des tempêtes depuis les 20-30 dernières années.

figure 6. Le vent en Europe (d’après Risø National Laboratory, Danemark)

figure 7. Localisation des stations météorologiques (d’après Smith et al., 1998)

19Lambert (1996) s’est intéressé aux fortes tempêtes extra-tropicales pour la période 1899-1991. Dans ce cas, une forte tempête était définie lorsque la pression au niveau de la mer était égale ou inférieure à 970 hPa. Le premier constat fut l’existence d’une forte variabilité inter-annuelle, tout comme dans l’étude précédente d’ailleurs. Mais ce qui est particulièrement intéressant dans cette étude est qu'elle montre une augmentation importante du nombre de fortes tempêtes depuis 1970 environ, et peu ou pas de changement pour les années antérieures. En d’autres termes, un changement sans précédent aurait pris place depuis trente ans ! Par exemple, Lambert souligne qu’entre 1931 et 1963, la moyenne annuelle de fortes tempêtes dans cette vaste zone de l’Atlantique nord était de 23,5, tandis que pour la période 1961-1991, elle passe à 29,4, soit une augmentation de 25,1 % ! Il y a de quoi s’interroger sur un tel accroissement.

20Cette étude n’est d’ailleurs pas restée sans critique. Storch et al. (1993) ont critiqué la méthode suivie, en lui reprochant d’utiliser une base de données beaucoup trop hétérogène pour que des conclusions sérieuses puissent en être tirées. En effet, les auteurs ont avancé le fait que d’énormes progrès ont été faits dans l’observation, avec l’introduction des satellites météorologiques et des bateaux-stations, qui permettent d’obtenir beaucoup plus de mesures à des endroits bien plus variés. De ce fait, la capacité à trouver des dépressions plus creuses a augmenté, surtout depuis les années 1960, au cours desquelles ces nouveaux moyens techniques ont été introduits. L’hétérogénéité des données météorologiques est d’ailleurs le principal obstacle rencontré lorsqu’une étude climatologique est entreprise sur la longue durée.

21Alexandersson et al. (1998) ont réalisé un travail de recherche sur les fortes tempêtes de l’Europe du Nord-Ouest, couvrant la période 1881-1995, en utilisant les vents géostrophiques. Ceux-ci sont calculés à partir de trois mesures quotidiennes de pression, relevées pour différentes stations de cette zone. Le seuil retenu dans ce cas est une vitesse de vent de 25 m/s. À partir de là, un index des tempêtes a été défini. Puis, des comparaisons ont été établies en prenant différentes zones. Ces zones sont des triangles, constitués en reliant trois stations, ce qui conduit à de nombreuses combinaisons possibles. Ensuite, Alexandersson et al. (1998) ont séparé en deux grandes zones « ouest » et « est » leur région d’étude. Pour la zone « ouest », appelée « îles Britanniques, mer du Nord, mer de Norvège », ils ont défini un indice de tempête annuel (figure 8).

22L’augmentation de la fréquence des tempêtes apparaît nettement à partir des années 1965. Cette augmentation forte et régulière vient conforter ce que l’étude de Lambert suggérait. Néanmoins, les conclusions à faire ne s’arrêtent pas aux trente dernières années. La fréquence des tempêtes était élevée vers la fin du xixe siècle, puis elle a diminué jusqu’au début des années 1960, mais pas de façon régulière. On note en effet des périodes de « reprise », mais globalement, la tendance est à la baisse. Enfin, il est important de remarquer que selon cette étude, l’indice de fréquence des tempêtes de la fin du xxe siècle est comparable à celui de la fin du xixe siècle. Autrement dit, ce que nous connaissons aujourd’hui n’aurait donc rien d’exceptionnel, contrairement à l’idée d’une fréquence jamais égalée. Ce ne serait donc pas du « jamais vu ».

figure 8. Index de tempétuosité pour les îles Britanniques, mer du Nord et mer de Norvège 1881-1995 (source : Alexandersson et al., 1998)

23À une échelle plus locale, Franzén (1990) a découvert une tendance comparable pour les fortes rafales à Vinga et Gothenburg, sur les côtes de la Suède. L’auteur a relevé toutes les dates pour lesquelles, sur une moyenne de dix minutes, une vitesse de vent de 21 m/s au moins était enregistrée pour Vinga, et grade 3 et 4 pour Gothenburg (soit force 8 sur l’échelle de Beaufort). Là encore, la série de données a été standardisée. Pour chaque année, on a donc le nombre de jours où cette vitesse de vent a été dépassée. L’étude porte sur une période de 130 ans (1860-1990). Il est apparu qu’à la fin du siècle dernier, le nombre de jours par an où les vents dépassaient 21 m/s était élevé, puis a décliné jusque vers les années 1940-1950. Ensuite, ce nombre a recommencé à augmenter.

24Franzén a également cherché à savoir s’il existait une possible corrélation entre la force du vent et l’activité solaire. Cette étude montre une corrélation positive entre les cycles de tâches solaires et le nombre de jours de grand vent par année. Cette corrélation, bien que faible, est positive pour les vents d’ouest comme pour les autres directions de vent. L’existence d’une telle corrélation est intéressante dans la mesure où l’activité solaire est cyclique.

25Enfin, il est absolument impossible d’ignorer les travaux du groupe de chercheurs d’Europe du Nord WASA. Celui-ci ne comprend pas de chercheur français. Ceci peut sembler paradoxal, car ces travaux montrent que la France du Nord est directement concernée. Ce groupe s’est constitué dans la première moitié des années 1990, et est le fruit d’un débat public selon lequel le changement climatique aurait des conséquences sur la climatologie des tempêtes du nord-est Atlantique. Après deux séminaires organisés par le Norwegian Meteorological Institute, certains des participants formèrent le groupe WASA. Les recherches menées par ce groupe mirent l’accent sur le problème de l’homogénéité des données météorologiques. Leur étude, qui reprend largement celle de Alexandersson et al. (1998) et utilise donc les vents géostrophiques, conclut que, s’il est vrai que l’on note une augmentation de la fréquence des tempêtes depuis trente, voire trente-cinq ans, cela n’a rien d’alarmant (figure 8). L’étude insiste sur le fait que la fréquence des tempêtes à la fin du xixe siècle était comparable à celle observée de nos jours. Par là-même, cette recherche montre la nécessité, en climatologie, de séries suffisamment longues.

26Au total, ces différentes études sur les tempêtes en Europe du Nord-Ouest ont un point commun. Toutes s’accordent sur une augmentation de la fréquence depuis trente ans environ. Dans les travaux à venir, une coopération entre Europe du Nord et Europe du Sud est souhaitable. Nombre de tempêtes affectant le Royaume-Uni, puis les Pays-Bas et l’Allemagne concernent également la France. D’ailleurs, la France du Nord ne fait-elle pas partie de l’Europe du Nord-Ouest ?

Un futur plus tempétueux ?

27Dans un contexte polémique de changement climatique, de réchauffement global, et de liens démontrés entre réchauffement et cyclones tropicaux, il convient de s’intéresser au lien éventuel avec l’activité des tempêtes des latitudes moyennes. En effet, on sait que les cyclones tropicaux sont plus nombreux lorsque l’océan, au niveau de la zone inter-tropicale, a emmagasiné une grande quantité d’énergie solaire, et est donc plus chaud. Mais il ne faut pas oublier que les cyclones et les tempêtes des latitudes moyennes sont deux phénomènes climatiques bien distincts, et évoluent dans des zones aux propriétés bien différentes.

28Il est tout d’abord nécessaire de faire rapidement le point sur le changement climatique. Plusieurs signes montrent que le climat change depuis les années 1860, date à partir de laquelle nous disposons de données météorologiques quotidiennes et assez fiables. La première modification concerne les températures, qui ont augmenté, à l’échelle planétaire, de 0,6 °C environ (figure 9). Néanmoins l’augmentation des températures au cours de la période n’a pas été régulière. Il est en effet possible de distinguer des périodes de hausse plus rapide, comme 1910-1945 et 1976-2000 par exemple. Ce réchauffement a des conséquences sur la durée de la prise des lacs et des rivières par la glace, qui a diminué de deux semaines au cours du xxe siècle, pour l’hémisphère nord. De la même façon, l’épaisseur de la banquise de l’océan glacial Arctique a diminué.

29Par ailleurs, la hausse des températures a un effet sur l’évaporation, ce qui a conduit à une augmentation des précipitations d’environ 0,5 à 1 % par décennie pour l’hémisphère nord.

30Tous ces changements sont la marque d’un réchauffement global, qui s’explique, en partie, par les activités humaines, et les rejets dans l’atmosphère de gaz à effets de serre qu’elles induisent. Par exemple, et toujours selon l’IPCC, il semble que la concentration de CO2 ait augmenté de 31 % depuis 1750. Le rapport souligne que ce taux est sans équivalent depuis les 20 000 dernières années ! Un tel changement ne peut être sans effet sur le climat. De plus, le CO2 n’est pas le seul responsable et n’est pas le seul gaz à effet de serre émis par les sociétés humaines. La concentration de méthane (CH4) a augmenté de 150 % au cours de la même période, tandis que l’oxyde d’azote (N2O) a augmenté de 17 %, et la hausse de leur concentration se poursuit.

31Après ce rapide point sur le réchauffement climatique (figure 9), envisageons le lien avec les tempêtes à partir des résultats des modèles.

figure 9. Variations des températures à la surface de la Terre depuis 1861 (source : IPCC, 2001)

figure 10. Le rail des tempêtes dans une atmosphère contenant deux fois plus de CO2. (source : Beersma et al., 1997)

figure 11. L’activité du rail des tempêtes au-dessus de l’Europe du Nord-Ouest (6 °W à 20 °E, 40° à 70 °N) dans le cadre du modèle ECHAM4/OPYC (source : Ulbrich et al., 1999)

32Jusqu’à une période très récente les modélisations n’étaient pas assez performantes pour pouvoir étudier les tempêtes extra-tropicales. Mais récemment, plusieurs études ont été réalisées. Il serait trop long de les détailler, mais il est possible de donner les principaux résultats. En simulant une atmosphère avec une plus forte concentration de CO2 et d’aérosols sulfatés, toutes parviennent à la conclusion que le nombre de dépressions très creuses augmenterait en hiver dans l’hémisphère nord, alors que le nombre de dépressions peu creusées diminuerait. Il a même été prouvé que l’activité du rail des tempêtes en altitude augmenterait sur le nord-est Atlantique et l’Europe du Nord-Ouest (figures 10 et 11).

33Les modèles informatiques utilisés pour l’étude des changements globaux ne sont pas adaptés pour simuler le comportement des tempêtes au niveau de l’Europe de l’Ouest, car ils ne peuvent travailler à l’échelle régionale. Néanmoins de toutes nouvelles générations de modèles sont capables de produire ce genre d’étude. Les tempêtes extra-tropicales de l’Atlantique du Nord-Est ont été étudiées grâce au modèle ECHAM3, dans l’hypothèse d’une atmosphère contenant deux fois plus de CO2. Le résultat de cette étude est que le rail des tempêtes est étendu vers l’est, et particulièrement actif au-dessus de la mer du Nord (figure 10). De plus, la vitesse du vent semble devoir augmenter de 10 à 15 % en Europe centrale. D’un autre côté, pour ce qui concerne les îles Britanniques, il y aurait un léger changement de la direction des vents qui prendraient plus souvent une composante d’ouest.

34Enfin, concernant la fréquence des tempêtes, il apparaît, selon le modèle, qu'elle serait très légèrement inférieur à la situation actuelle. En fait, c’est le nombre des dépressions ayant un cœur de pression inférieur à 975 hPa qui diminuerait alors que le nombre de dépressions ayant un cœur de pression supérieur à 990 hPa augmenterait. Ceci contredit les études évoquées plus haut, mais il faut signaler que Beersma ne prend pas en compte les aérosols. D’autre part, il semble logique que dans le cadre d’un gradient thermique réduit entre le pôle et l’équateur, ce qui serait la conséquence d’un effet de serre renforcé, les dépressions soient moins creusées. Ceci n’est qu’une hypothèse bien sûr. Mais dans tous les cas, cela montre que les incertitudes sont encore grandes.

35Pour ce qui est du vent, les aires géographiques ne seraient pas toutes affectées de la même manière (figure 12). En ce qui concerne l’Europe atlantique septentrionale, la vitesse du vent ne semble pas devoir varier beaucoup, en dépit d’un fort effet de serre. Il n’en est pas de même de la Bretagne à la Galice et en Méditerranée occidentale.

figure 12. Variation de la vitesse du vent dans le contexte d’un doublement de la consommation de CO2 (d’après Beersma, 1997)

36Finalement, lorsque l’on fait le point sur la question des tempêtes en Europe du Nord-Ouest, le bilan est mitigé. Tout d’abord, le fonctionnement des tempêtes des moyennes latitudes est assez bien connu, même si des zones d’ombre persistent, que certains travaux en cours tentent d’éclaircir. Par ailleurs les études climatologiques à ce sujet, que ce soit pour le passé ou pour l’avenir, présentent à la fois des conclusions concordantes et contradictoires. Les premières renforcent la crédibilité des études entreprises, tandis que les secondes laissent planer un doute. En réalité, la climatologie des tempêtes passées semble assez fiable, alors que le futur nécessite encore d’autres travaux et de nouvelles générations de modèles, plus adaptés à l’échelle régionale.

Bibliographie

Bibliographie

Alexandersson et al., 1998, « Long-term variations of the storm climate over NW Europe », The Global Atmosphère and Ocean System, vol. 6, p. 97-120.

Ayrault F. et Joly A., 2002, « L’origine des dépressions météorologiques sur l’Atlantique : nouvelle perspective climatologique », CRAS Sciences de la Terre et des Planètes, no 330, p. 173-178.

Beersma, 1997, « An analysis of extra-tropical storms in the North Atlantic region as simulated in a control and doubled CO2 time-slice experiment with a high resolution atmospheric model », Tellus, 49A, p. 347-361.

Carnell R. E. et Senior C. A., 1998, « Changes in mid-latitude variability due to increasing greenhouse gases and sulphate aerosols », Climate Dynamics, 14, p. 369-383.

Dreveton C., Benech F., Jourdain S., 1998, « Classification of windstorms over France », International Journal of Climatology, no 18, p. 1325-1343.

Knippertz P., Ulbrich U., Speth P., 2000, « Changing cyclones and surface wind speeds over the North Atlantic and Europe in a transient GHG experiment », Climate Research, 15, p. 109-122.

Franzén L. G., 1991, « The changing frequency of gales on the Swedish west coast and its possible relation to the increased damage to coniferous forests of Southern Sweden », International Journal of Climatology, vol. 11, p. 769-793.

IPCC, Climate Change, 2001, vol. 1 : The Scientific Basis, éd. par J. T. Houghton et al, 881 p. ; vol. 2 : Impacts, Adaptation, Vulnerability, éd. par J. J. McCarthy et al., Cambridge University Press, 1032 p.

Lambert S. J., 1996, « Intense extratropical northern hemisphere winter cyclone events : 1899-1991 », Journal of Geophysical Research, sept. vol. 101, no D16, p. 21319-21325.

Météo France, Questions sur les mécanismes des tempêtes, site internet : http://www.cnrm.meteo.fr/dbfastex/recyf_temp.html

Planton S., 2002, « Le changement climatique et la probabilité des tempêtes sur l’Atlantique nord », Annales des mines, Réalités industrielles, août, p. 15-19.

Smith T. et al., 1998, « Northeast Atlantic winter storminess 1875-1995 reanalysed », Climate Dynamics, 14, p. 529-536.

Sinclair M. R. et Watterson I. G., 1999, « Objective assessment of extratropical weather systems in simulated climates », Journal of Climate, 12, p. 3467-3485.

Ulbrich U., Christoph M., 1999, « A shift of the NAO and increasing storm track activity over Europe due to anthropogenic gas forcing », Climate Dynamics, 15, p. 551-559.

Wasa, 1998, « Changing waves and storm activity in the Northeast Atlantic ? », Bulletin of the American Meteorological Society, 79, p. 741-760.

Table des illustrations

Légende figure 1. Trajectoire moyenne des tempêtes de l’Atlantique nord en situation d’hiver doux et humide (d’après Météo France)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30538/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende figure 2. Deux tourbillons composent une tempête (source : Météo France)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30538/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende figure 3. Première étape : un tourbillon d’altitude (source : Météo France)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30538/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende figure 4. Seconde étape du cycle de vie d'une tempête (source : Météo France)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30538/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende figure 5. Dernière étape : l’explosion en tempête (source : Météo France)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30538/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende figure 6. Le vent en Europe (d’après Risø National Laboratory, Danemark)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30538/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende figure 7. Localisation des stations météorologiques (d’après Smith et al., 1998)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30538/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende figure 8. Index de tempétuosité pour les îles Britanniques, mer du Nord et mer de Norvège 1881-1995 (source : Alexandersson et al., 1998)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30538/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende figure 9. Variations des températures à la surface de la Terre depuis 1861 (source : IPCC, 2001)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30538/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende figure 10. Le rail des tempêtes dans une atmosphère contenant deux fois plus de CO2. (source : Beersma et al., 1997)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30538/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende figure 11. L’activité du rail des tempêtes au-dessus de l’Europe du Nord-Ouest (6 °W à 20 °E, 40° à 70 °N) dans le cadre du modèle ECHAM4/OPYC (source : Ulbrich et al., 1999)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30538/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende figure 12. Variation de la vitesse du vent dans le contexte d’un doublement de la consommation de CO2 (d’après Beersma, 1997)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30538/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 327k

Auteur

Étudiant en troisième cycle à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne, Institut de géographie, 191, rue Saint-Jacques, 75005 Paris

© Éditions de la Sorbonne, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540