Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ile-de-France

 | 
Martine Tabeaud

Introduction

Martine Tabeaud

Texte intégral

  • 1 Ph. Artières et D. Kalifa, « L’historien et les archives personnelles : pas à pas », Société et re (...)

1Qu’est-ce que le risque tempête en Île-de-France ? Certainement un aléa météorologique dont on peut calculer avec plus ou moins de précision la période de retour, mais aussi une vulnérabilité socio-économique caractéristique des grandes agglomérations, et des perceptions, donc des représentations de la part de tous les acteurs de l’événement : l’État, les élus, les responsables d’entreprises... et les individus « ordinaires1 »

2Les risques ainsi définis, il est possible de dresser un inventaire des enjeux d’une véritable prévention du risque « tempête » :

  • les vents violents ont des effets sur les individus : la chute d’un seul arbre avec une rafale de vent lors d’un orage en juin 2000 a fait 11 morts à Strasbourg, les deux tempêtes de décembre 1999 ont tué 98 personnes, pendant et après, principalement dans les forêts, l’embauche de personnel non qualifié ayant conduit à de multiples accidents. De plus, les toitures envolées, les caravanes renversées produisent des populations sans abri, des familles entières qui doivent être déplacées puis relogées ;
  • les vents ont des effets destructeurs sur les biens immobiliers : destructions partielles ou totales d’habitations, de bâtiments industriels ou commerciaux, infrastructures de transport inutilisables (ponts, routes, voies ferrées...). Ils paralysent plus ou moins longtemps les réseaux électriques, téléphoniques, d’eau (souvent par manque d’électricité) ;
  • les vents endommagent les forêts, les cultures, les animaux sauvages et d’élevage. Ils peuvent entraîner des pollutions diverses détériorant l’environnement (marées noires à la suite des naufrages, comme ce fut le cas quelques jours avant la tempête sur le littoral atlantique).

3Maîtriser l’espace passe par une bonne coordination des actions successives de l’alerte à la réparation. Trois temps permettent de fonder une politique de prévention des risques :

  • « avant » avec l’analyse de la mémoire qui permet la prévision et l’alerte ;
  • « pendant », avec la gestion de la protection des populations et des biens ;
  • « après » avec le retour d’expérience, qui permet de reconstruire des savoirs et donc d’améliorer « l’avant » et le « pendant ».
  • 2 R. Delort et F. Walter, Histoire de l’environnement européen, Paris, PUF, 2001, 352 p.

4Réfléchir sur les tempêtes du passé, c’est se confronter à une suite d’amnésies. Dans l’Histoire de l’environnement européen de Robert Delort et François Walter2 le terme de « tempête » ne figure pas à l’index. Le mot est seulement employé deux fois (p. 149 et p. 228) pour son influence sur l’habitat et les cultures et pour les surcotes qui submergent les côtes basses. Quant au mot vent, sur ses huit occurrences, cinq se rapportent aux vents d’ouest tièdes et pluvieux et trois aux vents zonaux et sahariens. Il est curieux de constater cette carence d’autant que l’Europe, péninsule avancée dans l’Atlantique et ses mers bordières, paye un lourd tribut aux tempêtes en mer et sur les littoraux. Dans cette logique, il n’est pas étonnant non plus que la Météorologie nationale n’ait entrepris que depuis 1999 d’inventaire exhaustif de tous les événements tempétueux ayant affecté le territoire métropolitain depuis la création d’un réseau météorologique. Après les tempêtes, Météo France, consciente de l’importance de la création d’une telle banque de données, a décidé de recenser les « événements marquants », d’où son nom de Banque de données des événements marquants (BDME). Or, c’est déjà aux tempêtes qu’est due la création d’un réseau d’observations météorologiques. En effet, pendant la guerre de Crimée, le 14 novembre 1854, lors du siège de Sébastopol, la flotte franco-britannique composée de 38 navires fut détruite par une tempête. Ce désastre conduisit Urbain Le Verrier à convaincre Napoléon III de créer un organisme « destiné à avertir les marins de l’arrivée des tempêtes ».

5La mise en mémoire est donc nécessaire, ce que souligne, avant la tempête, Philippe Vesseron, directeur délégué aux risques majeurs de la DPPR du MATE (ministère de l’Aménagement du territoire et de l’Environnement devenu en 2002, ministère de l’Écologie et du Développement durable) : « S’il n’y a pas de mécanisme qui force à conserver la mémoire, ces événements sont rapidement oubliés ; ils sortent du champ de référence des autorités, des élus mais aussi de l’État lui-même. » (L’Humanité, 16 novembre 1999.) Mais alors que mettre en mémoire ?

6Les mesures de vent ne permettent pas seules d’appréhender tout l’aléa. Car le vent dans le tissu urbain est dévié, accéléré ou freiné selon le type de bâti, et les vitesses enregistrées dans les stations météorologiques, sur pelouse, loin de tout bâtiment, arbre..., ne témoignent que de leur lieu d’implantation. Les seuils de vitesse qui permettent de parler de tempête recouvrent en fait une grande hétérogénéité qu’il serait vain de vouloir approcher par un maillage approprié des anémomètres.

7Avant, c’est aussi l’alerte par les scientifiques. La connaissance du fonctionnement hydro-climatique de la planète a beaucoup progressé ces dernières décennies. Mais elle n’est pas suffisante pour permettre de prévoir l’heure et la localisation précises, la force exacte des aléas tempétueux en zone tempérée, là où le maillage des stations météorologiques est le plus dense de la planète. Pourtant les perturbations qui atteignent l’Europe ont une taille qui permet au réseau météorologique de les identifier. Elles naissent vers Terre-Neuve et dans le cas des plus rapides elles mettent 24 heures pour traverser l’Atlantique. Elles sont donc bien repérées et les services météorologiques suivent en permanence leur évolution. Les modèles de prévision Arpège permettent de simuler le déplacement des perturbations à travers l’océan et donc de communiquer l’alerte « tempête » quelques heures avant leur arrivée. Pour la première perturbation de décembre 1999, seul l’emballement des tourbillons dépressionnaires a été sous-estimé. Il a conduit à une erreur de prévision, somme toute « mineure », de la vitesse des vents (130 au lieu de 170 km/h). Or, au-delà de 120 km/h, les chablis et volis sont nombreux en forêt, les toitures résistent mal, les voitures, les caravanes peuvent être retournées, etc.

  • 3 Rapport du Haut Commissariat pour la défense civile, 2000.
  • 4 IPPC, 2001, Climate change 2001, vol. 2, Impacts, Adaptation and Vulnerability, Cambridge Univ. Pr (...)

8Le coût de la tempête a été estimé en France à 17 milliards d’euros3. Il est exorbitant et d’autant plus inquiétant que le dernier rapport de l’IPPC4 fait état pour l’Europe d’un montant de réassurance pour les seules tempêtes de 62 milliards de dollars, soit 50 % de tous les risques « naturels » assurés (tremblements de terre, incendies de forêts, glissements de terrain, inondations, sécheresses, avalanches, etc.). Pour réduire ce coût, la connaissance scientifique est nécessaire à une meilleure gestion du risque mais elle n’est pas suffisante. D’autant que, pour la société civile, la crédibilité du scientifique se place loin derrière celle des associations de consommateurs, des élus... et cela depuis Tchernobyl, le sang contaminé, etc. La vérité sur l’événement à prendre en compte est aussi celle des individus qui l’ont vécu.

  • 5 P. Bourdieu, 1994, « L’emprise du journalisme », Actes de la recherche en sciences sociales, no 10 (...)

9Or, la perturbation du 26 décembre 1999 a un nom : Lothar, qui la personnifie. Elle n’est plus anonyme et, à la manière des cyclones, elle appartient ainsi à la mémoire collective. Pourquoi ? L’émotion suscitée par les tempêtes dans la population urbaine francilienne a peu d’équivalents pour un risque naturel, peut-être faut-il remonter à la crue de 1910 pour retrouver une désolation comparable. La crue est une référence hydrologique, scientifique, puisque des lignes de niveau d’eau subsistent sur des bâtiments, qu’il reste quelques photos. Mais combien de Parisiens, de Franciliens ont encore l’expérience concrète de la gestion de cet événement ? Pour ne pas effacer toute trace et pour comprendre les perceptions, il convient d’archiver les récits, les dessins, les nombreuses photos, les quelques films, les articles de journaux... Les chercheurs en sciences sociales connaissent les biais inhérents à ces informations, en particulier celui de l’information médiatique5, mais c’est le seul moyen de faire connaître aux acteurs les aspects psychologiques de la gestion du risque. Peut-on empêcher une femme d’aller chercher son enfant dans un lieu menacé, peut-on empêcher de téléphoner pour rassurer les siens ? Derrière ces documents se cache une somme de connaissance inexplorée, empirique, accumulée depuis des siècles localement par les historiens, par les associations de protection du patrimoine, etc. Même si ces archives sont émiettées, elles constituent un vaste chantier de fouilles potentielles. Les CD, DVD permettent aisément aujourd’hui d’archiver (conserver, classer...) ces données que les archives traditionnelles ne pouvaient pas traiter. Elles donnent certainement à comprendre un savoir oublié concernant la fragilité des systèmes urbains, perte irréversible d’un savoir et d’un savoir-faire collectifs dans nos sociétés qui reposent sur la technologie pour les transferts d’informations, de matières, d’énergie. L’interruption des flux de circulation dans les jours qui ont suivi la tempête en témoigne.

  • 6 U. Beck, La Société du risque ; sur la voie d’une autre modernité, Paris, Aubier, 2001, 216 p.

10Le retour d’expérience sert à déceler les vulnérabilités techniques et organisationnelles et à les réduire (voire les éliminer) et à permettre aux sociétés de recouvrer la confiance dans le système décisionnel. Tout un chacun doit savoir qui sont les acteurs et quelles sont leurs fonctions6. Pourtant, la connaissance acquise par ces retours d’expérience est trop parcellisée et ne parvient pas encore à l’usager après deux ans. Chaque organisation a fait son analyse de dysfonctionnement, les grandes entreprises (EDF, ADP...), les collectivités territoriales... mais chacun a son langage, et la « viscosité » fait que les rapports sont difficilement accessibles à tous et donc peu crédibles car mal ou pas discutés à l’extérieur.

11Comment donner une culture afin que chacun puisse « comprendre » un message ? Décoder une information suppose de l’interpréter, tout en évitant les excès en tout genre, par exemple la présentation abusive de « l’anormalité » des tempêtes, ce qui irait à l’encontre de toute éducation au risque. Car si un événement est anormal, exceptionnel, on ne peut s’y préparer et donc c’est la justification de l’improvisation. Or, les tempêtes sont normales en Europe de l’ouest. Une connaissance scientifique de base est donc à vulgariser. Par ailleurs, les tempêtes sont toujours annoncées (y compris celle du 26 décembre) sur les ondes des radios littorales atlantiques. Si ce ne fut pas le cas partout en France, se pose le problème de l’existence d’une culture du risque. Au Japon la connaissance des risques de cyclones est intégrée aux programmes scolaires tout comme le risque sismique. À l’école, au collège puis au lycée, donc par trois fois au moins, l’enseignement revient sur l’aléa cyclonique, le comportement des milieux « naturels et anthropisés » en cas de vent tempétueux, avec application directe aux milieux insulaires japonais. De plus, des groupes de spécialistes vont de classe en classe avec du multimédia pour « faire voir » les effets du vent et le comportement à tenir pour s’en protéger. Or le savoir et le savoir-faire s’entretiennent par la vigilance même (surtout ?) s’il n’y a pas d’aléa cyclonique pendant plusieurs années. Se préparer à la crise suppose de la pratique et de l’entraînement ; nous avons tous vu un jour à la télévision les enfants japonais répéter une fois par mois une alerte sismique et se mettre sous leur pupitre en quelques secondes. Sans empiéter sur le respect de la liberté individuelle, le principe de précaution, voire l’assistance à personne en danger, doit conduire à des exercices motivants répétés jusqu’à en devenir automatiques.

12Gageons que cette tempête fut un mal pour un bien...

13La grande peur millénariste de 2000 s’est résumée à une question simple : qu’allait-il se passer au douzième coup de minuit ? Les systèmes de gestion informatisés allaient-ils se bloquer avec le passage du triple 000 sur les ordinateurs au moment du changement de date ? Les dépenses pour se prémunir de « Y2K » devaient permettre de juguler la catastrophe attendue, bien qu’incertaine ; tous les réseaux étaient en alerte depuis des semaines. Cette erreur manifeste d’appréciation du risque est symptomatique des psychoses collectives des pays riches : donner la priorité d’intérêt aux risques technologiques sur les risques naturels. Si l’on passe sur le coût faramineux de la « veille », cette vigilance a eu pour effet de minimiser les conséquences des tempêtes de décembre. Et heureusement... Mais la prochaine tempête balayera peut-être l’Île-de-France, un jour ouvrable, aux heures des mouvements pendulaires ; alors les acquis de l’apprentissage de la solidarité et de l’intérêt collectif ne seront pas de trop pour minimiser les dommages.

14Cet ouvrage rassemble des articles écrits en 2002 à partir de recherches effectuées, pour partie, avec des étudiants de deuxième et troisième cycles de l’université Paris I en 2000 et 2001. Le recul par rapport au 26 décembre 1999 n’est donc pas toujours le même.

15La première partie, « Du vent et des tempêtes », définit le sujet. Les termes de vent et tempête sont discutés. Il s’agit d’une partie à la fois technique, puisqu’y sont analysés les mécanismes météorologiques, et historique, par l’étude rétrospective et la mise en perspective dans un temps long.

16La seconde partie, intitulée « La crise et sa gestion », ne vise pas à l’exhaustivité. Elle souligne l’importance de la territorialisation des effets de la tempête et compare des communes : en particulier Paris et sa banlieue.

17La troisième partie, « Pour une culture du risque », aborde les représentations et s’ouvre ainsi sur l’avenir.

18La réalisation des cartes doit beaucoup à Florence Bonnaud. Qu’elle soit ici remerciée.

Notes

1 Ph. Artières et D. Kalifa, « L’historien et les archives personnelles : pas à pas », Société et représentations, no 13,2002, p. 7-15. Ch. Prochasson, « Jean Norton Cru, du témoignage à l’histoire », Revue d’histoire moderne et contemporaine, no 48-4, 2001, p. 160-189.

2 R. Delort et F. Walter, Histoire de l’environnement européen, Paris, PUF, 2001, 352 p.

3 Rapport du Haut Commissariat pour la défense civile, 2000.

4 IPPC, 2001, Climate change 2001, vol. 2, Impacts, Adaptation and Vulnerability, Cambridge Univ. Press, 1032 p. et Munich Re, 2000, Topics-annual Review of Natural Disasters 1999, Muniche reinsurance group, 46 p.

5 P. Bourdieu, 1994, « L’emprise du journalisme », Actes de la recherche en sciences sociales, no 101-102, p. 3-9, et P. Champagne, 1993, « La vision médiatique », in P. Bourdieu, La Misère du monde, p. 61-79.

6 U. Beck, La Société du risque ; sur la voie d’une autre modernité, Paris, Aubier, 2001, 216 p.

Auteur

Professeur à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Institut de géographie, 191, rue Saint-Jacques, 75005 Paris

© Éditions de la Sorbonne, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540