Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La nature a-t-elle encore une place dans les milieux géographiques ?

 | 
Paul Arnould
, 
Éric Glon

Deuxième partie. Recréer, réinventer, aménager. Le social est dans la nature

Les réserves biologiques en France : de la dynamique dirigée à la dynamique spontanée

Jean-Jacques Dubois, Micheline Hotyat et Nicolas Courtois

Texte intégral

1L’instruction sur les réserves biologiques intégrales (décembre 1998) fait référence à la résolution H2 de la conférence d’Helsinki, en juin 1993, qui a retenu une formulation complexe et ambiguë : « Les États signataires et la Communauté européenne établiront, au plan régional ou national, un réseau cohérent de forêts climaciques, primaires ou présentant un intérêt particulier, visant à maintenir ou à reconstituer des écosystèmes représentatifs ou menacés. » L’emploi du terme « climax » aurait dû être banni, car il n’existe aucun consensus entre les naturalistes, les biogéographes et les forestiers à son sujet. S’agit-il du passé (climax primitif), du futur (climax potentiel), du temps court de l’évolution anthropique (séculaire) ou du temps long de l’évolution naturelle (millénaire) ? La référence au terme de forêt primaire suscite également débat. Au sens strict, une forêt primaire est une forêt issue directement, et sans intervention humaine notable, de la végétation forestière qui, en Europe, s’est développée à partir d’un sol nu, d’une toundra ou d’une steppe froide, depuis la fin du DMG (dernier maximum glaciaire), il y a dix-huit mille ans. Or même les réserves intégrales comme celles de Bialowieza ou de Fontainebleau correspondent à des forêts secondaires (développées après une modification significative d’origine humaine de la forêt préexistante, modification qui ne suppose pas forcément un déboisement), donc pouvant seulement être considérées comme à la fois anciennes et subnaturelles.

2À la différence des réserves biologiques dirigées (RBD), dont l’objectif est le maintien ou la restauration d’éléments biologiques particulièrement remarquables, les réserves biologiques intégrales (RBI) sont vouées « à la libre expression des processus d’évolution naturelle de certains écosystèmes ». Ces derniers sont souvent banals mais représentent la diversité écologique des forêts françaises. Ils ne doivent faire l’objet d’aucune intervention culturale ni d’aucune exploitation, à l’exception de la mise en sécurité de voies de circulation et de l’extraction d’essences non indigènes quand on s’est donné un objectif de naturalité maximale. La régulation des ongulés y est admise en l’absence de prédateurs naturels. La conception de la plupart des forestiers en Europe est donc différente de celle de certains défenseurs d’un discours globalisant sur la dimension spirituelle de la nature, d’une « mystique de la wilderness ».

3L’instruction sur les RBI retient trois séries de critères pour décider de la création d’une réserve :

  • une garantie de pérennité, permettant l’étalement de la dynamique forestière sur plusieurs siècles, ce qui suppose de prendre en compte aussi la phase d’effondrement de l’écosystème forestier (conséquence pratique : c’est essentiellement en forêt domaniale que sont créées les RBI) ;
  • une représentativité en relation avec un territoire biogéographique donné et avec les différents habitats forestiers de la France métropolitaine ;
  • un ensemble de six critères permettant de conférer à un peuplement donné un caractère subnaturel ; en France métropolitaine, la subnaturalité ne pourra quasiment être recherchée que pour des forêts de montagne, mais les RBI de plaine ne satisfaisant pas ces critères ne seront pas pour autant moins valables :
    1. Le peuplement est constitué d’espèces indigènes issues du stock dendrologique régional.
    2. Les espèces indigènes sont représentées par du matériel génétique autochtone.
    3. La régénération est uniquement naturelle.
    4. Le traitement sylvicole passé était la futaie.
    5. Aucune intervention significative sur la composition et la structure des peuplements ne doit avoir eu lieu depuis 1945.
    6. Il y a de nombreux bois morts sur pied et au sol.

4Il faut noter que ces critères n’empêchent pas la création d’une RBI au sein de peuplements fortement anthropisés dans un passé encore proche. Dans ce cas, la dynamique spontanée ne pourra s’exprimer qu’au terme d’une phase de transition assez longue. Des discussions existent encore entre forestiers sur ce dernier sujet. Dans les RBI, en l’état actuel de la doctrine, les peuplements sont pris tels quels et sans a priori sur d’éventuelles opérations de renaturation pouvant toucher la structure des peuplements – seule est prévue l’élimination d’essences non indigènes ; mais cette conception ne fait pas l’unanimité, d’autres gestionnaires préconisant par exemple une transformation préalable d’anciens taillis en futaie sur souche. Cette période préliminaire s’appliquerait à la création éventuelle d’une RBI proche de l’étoile de Cernay en forêt de Raismes, en tenant compte des problèmes posés par la présence de Prunus serotina (à Raismes il s’agirait d’accepter le Prunus dans une partie de la réserve et de le contenir dans l’autre) et par la forte fréquentation du public le long d’une route forestière traversant la future réserve. Toutefois, l’intérêt d’une bonne connaissance de l’ancienneté des forêts, préexistantes au minimum forestier du début du xixe siècle, n’est pas discutable. Il s’agit d’un indicateur pertinent, dans les forêts de plaine, au même titre que les oiseaux cavernicoles (le Pic mar en forêt de Raismes) et les insectes saproxylophages (Dupouey ét al., 2002). La recherche doit donc s’appuyer sur l’analyse minutieuse des cartes et des plans de forêt, dans les archives du xviie siècle au début du xixe siècle. La continuité de l’état boisé est un indicateur de la valeur patrimoniale naturelle, jouant un grand rôle pour le maintien d’une faune et d’une flore particulières. Cela est particulièrement vérifiable dans les régions de plaine anciennement cultivées, comme le Nord de la France, mais aussi dans certaines régions largement reboisées depuis cent cinquante ans comme le Limousin.

5Au terme de ces définitions, trois questions méritent réflexion :

  • Dans quelle mesure la conception d’un réseau de réserves biologiques intégrales, de nos jours, dans les forêts métropolitaines soumises au régime forestier, dépend-elle des représentations successives données à la notion de réserve ? La dimension culturelle et identitaire de la protection de la nature doit être intégrée dans l’argumentaire écologique lié à la gouvernance des espaces protégés (Barthod et al, 2003).
  • Dans quelle mesure la mise en place progressive d’un réseau de réserves biologiques, des réserves dirigées aux réserves intégrales, traduit-elle une évolution des conceptions scientifiques ? Au départ, dans les années 1950-1970, il s’agit d’un conservationnisme fondé sur l’homéostasie des climax forestiers, dérivant parfois vers une approche fixiste et strictement naturaliste des écosystèmes. Depuis, le fait que les limites posées a priori entre des zones protégées mises sous cloche et le reste se brouillent, le refus de la marginalité biogéographique des réserves intégrales et leur intégration dans une gestion globale de la biodiversité (Rameau, 1999) ont remis en lumière la nécessité d’une prise en compte dans la problématique des actions anthropiques passées. Il faut se garder d’oppositions simplistes entre forêt gérée et forêt naturelle. Dans une forêt gérée, l’homme désire contrôler l’évolution des peuplements en fonction de ses besoins. Mais les forêts humanisées n’ont-elles pas perdu des fonctions essentielles, à l’œuvre dans l’apparent désordre de la nature ? Mais là où les forêts sont le produit des forestiers, qu’arrive-t-il en cas d’abandon ?
  • Autrement dit, le paysage des réserves intégrales peut-il devenir réellement indépendant des actions humaines ? L’influence de l’arrêt des actions de gestion forestière n’oriente-t-elle pas durablement la dynamique spontanée ? Dans ces réserves supposées intégrales, entre dynamique dirigée et dynamique spontanée, entre hystérésis et crises, la forêt naturelle est-elle un mythe ? Par ailleurs, interviennent des facteurs extérieurs puissants qui peuvent tout remettre en cause : les grands vents, les sécheresses extrêmes, le feu, l’arrivée d’espèces invasives, les attaques d’insectes et de champignons...

La conception des réserves forestières et la dimension culturelle de la protection de la nature en Europe

6En Europe de l’Ouest, du Centre et du Sud, les forêts sont marquées par l'action de l’homme dans leur quasi-totalité depuis plusieurs millénaires. Promouvoir le « développement des forêts vierges de demain » peut donc sembler hors de propos, si l’on prend le terme de forêt vierge au sens le plus strict... Dans les formations boisées susceptibles d’être englobées dans une politique globale rattachée à la problématique des « forêts anciennes » (oldgrowth forests des auteurs américains, ancient woodlands britanniques, Urwald des forestiers allemands), trois seuils d’anthropisation ont été définis (Walter, 1991) :

71. Les vestiges de forêts primaires ne subsistent sur de vastes superficies qu’en Scandinavie, pour quelques centaines d’hectares dans les hautes montagnes d’Europe centrale (surtout des hêtraies-sapinières comme celles du parc national Sutjeska dans le sud-est de la Bosnie) et de manière tout à fait exceptionnelle en plaine, pour quelques habitats forestiers, inclus dans le parc national de Bialowieza. À l’intérieur des 47 kilomètres carrés de la réserve intégrale, des peuplements à plusieurs strates, plurispécifiques et d’âges différents, où certaines essences atteignent des dimensions exceptionnelles (57 m pour l’épicéa, plus de 40 m pour le chêne pédonculé et le tilleul), sont soumis aux tendances dynamiques libérées de toute pression anthropique. Encore faut-il nuancer le propos : malgré l’existence de peuplements anciens non perturbés par l’homme depuis deux cents à quatre cents ans, on note cependant de nombreux tumulus des xe-xiiie siècles et des successions de charbonnières des xviiie-xixe siècles ; la pression du gibier repose sur la réintroduction du bison d’Europe en 1921 ; les forêts humides de la périphérie de la réserve sont affectées par le changement des conditions hydriques sur cette ligne de partage des eaux entre Baltique et mer Noire, lié à l’agriculture, à la sylviculture intensive et au drainage des tourbières dans l’immense forêt qui environne la réserve intégrale (Falinski, 1991). Donc il y aurait, dans la réserve actuelle de Bialowieza :

  • de la forêt primaire (au sens de continuité de l’historique forestier) redevenue subnaturelle après plusieurs siècles de faible pression anthropique, mais où l’intervention humaine n’était pas absente ;
  • de la forêt secondaire (réinstallée après un déboisement), mais néanmoins ancienne et devenue elle aussi subnaturelle ; en tout cas pas de forêt naturelle, vierge.

82. Certaines forêts anciennement humanisées, de statuts très variés, ont échappé à toute exploitation depuis au moins un siècle, parfois davantage. Ce phénomène de « déprise forestière » ne concerne que rarement les massifs de plaine. Il ne concerna pas, avant les années 1860, la majeure partie des parcelles actuellement en réserve intégrale de la forêt de Fontainebleau, forêt royale où l’abondance du gibier, le parcours des troupeaux, les coupes excessives entraînèrent de graves dégâts jusqu’au xviie siècle ; commença alors une politique de reconstitution en faveur de la futaie de chênes qui devient deux cents ans plus tard un objet d’admiration pour les écrivains et les peintres de Barbizon, à l’origine de la mise en place des séries artistiques (Hotyat, 2003). Seule une partie de la réserve intégrale de la Tillaie fut le théâtre d’une longue évolution naturelle en faveur du hêtre, où alternèrent phases de régénération et de dégradation (première phase de dégradation de 1650 à 1693, deuxième phase de 1869 à aujourd’hui) (Koop et Boddez, 1991).

93. Certains boisements ouverts, autrefois ou actuellement pâturés, forment des pré-bois ou des forêts-parcs typiques de certaines forêts de montagne ou des dehesas des plateaux de la Castille (Clément, 2002). Ainsi, dans le massif de l’Albère, la réserve naturelle nationale de la Massane et la future RBD des Moixoses offrent un paysage de forêt dépérissante et clairièrée fortement marquée par la « tradition » très vivace du pâturage, maintenue dans une grande partie de la chaîne pyrénéenne.

10Une autre erreur fréquemment commise relève de l’anachronisme. Attribuer un objectif de protection de la nature à l’institution juridique de foresta (de for = hors de), qui a pris progressivement au Moyen Âge le sens de territoire spécifique consacré principalement à la production de venaison, est un contresens. Dans la délimitation des grandes forestes, puis des « breuils » tel celui d’Aix-la-Chapelle à l’époque carolingienne, l’objectif principal est d’ordre économique (Hennebicque, 1980). L’utilisation de la ressource forestière en gibier, mais surtout en bois, est jusqu’au milieu du xixe siècle à la base même de la notion de « réserve » dans le langage forestier (Brézard, 2003). Dans le but de disposer de ressources en bois d’œuvre, le « quart en réserve », institué par l’ordonnance de 1669 dans les forêts appartenant au roi, à l’Église et aux communautés, n’est pas concerné par les coupes de taillis et mis à l’écart, au moins en théorie, des droits d’usage. Il est souvent à l’origine des premières conversions des taillis sous futaie en futaie régulière. Dans les forêts vosgiennes, au xviiie siècle, les « hauts bois », source de profit pour les propriétaires de haut rang et protégés à ce titre des droits d’usage, sont remodelés en faveur du sapin ou de l’épicéa, au détriment du hêtre et des faciès naturels de la forêt mixte de feuillus et de conifères (Rochel, 2004). La notion de réserve se situe donc assez loin, sinon à l’antipode, d’un milieu forestier naturel.

11Aux xviiie et xixe siècles, alors que s’est déployé le nouvel ordre forestier, celui d’une forêt espace économique, se développe en contrepoint, en liaison avec la vision romantique de la nature, une nouvelle conception de la notion de réserve liée à la dimension esthétique et culturelle de la forêt. La forêt pittoresque devient un lieu attractif pour les promeneurs cultivés. L’on érige des séries artistiques dans certaines grandes forêts domaniales, bien sûr en forêt de Fontainebleau, où 624 hectares (1600 hectares en 1904) sont préservés de toute exploitation, mais aussi en forêt domaniale de Grande Chartreuse, où la même année 1853 un polygone d’ornementation est délimité autour du monastère. D’une certaine façon, cette dimension esthétique et moralisante de la nature sauvage demeure prégnante chez les pères fondateurs de l’environnementalisme moderne, Henri David Thoreau et John Muir. Comme le signale Simon Schama, « les paysages que nous croyons les plus exempts d’intervention culturelle se révèlent parfois ceux qui en sont le produit ». Ainsi, dans le sanctuaire naturel de Yosemite, établi en 1864, les prairies, baignées de lumière au milieu des pinèdes, sont entretenues par le feu sous le contrôle des Indiens sédentaires. Mais ce qui frappe l’imagination des Américains en pleine guerre de Sécession est la photographie des arbres géants. Ces « monuments de la nature » constituent en quelque sorte les nouveaux temples sacrés qui contribuent à la renaissance de l’identité nationale (Schama, 1999).

12Le projet scientifique et naturaliste est postérieur. Il résulte de la naissance d’une science, l’écologie, et de l’affirmation de concepts scientifiques, notamment celui de climax, proposé en 1916 par Clements (Arnould, 1993). Cette nouvelle conception dynamique des formations végétales à l’échelle d’ensembles régionaux de grande taille s’inscrit dans le contexte de l’Amérique du Nord : le rôle de l’homme n’est pas nul, mais il s’agit d’un élément perturbateur secondaire dans les disturbed areas. Naturellement, cette conception ultra naturaliste n’est pas tenable dans les régions tempérées fortement anthropisées de l’Europe. Mais le terme de « perturbation » fera florès. Il restera longtemps la base d’une interprétation dynamique des écosystèmes forestiers en général : l’intervention humaine n’est perçue qu’en termes d’artificialisation dommageable qui « occulte l’ensemble des fonctions sociales, écologiques, économiques dévolues aux écosystèmes forestiers, à l’exception de la production de bois » (Carbiener, 1993). La recherche scientifique se porte donc sur les modèles forestiers naturels (Oldeman, 1990), sur l’analyse des cycles sylvigénétiques aboutissant à l’homéostasie, à la complexité structurale et à la richesse spécifique, propriétés attribuées la plupart du temps aux réserves naturelles forestières par les chercheurs naturalistes. La première affirmation sur le terrain de ces positions naturalistes correspond sans doute à la création du parc national de Bialowieza en 1930. En France, il faut noter que la création des premières réserves intégrales forestières, dans un but strictement scientifique, est plus tardive, puisque les réserves intégrales de la forêt de Fontainebleau sont établies en 1953 et confirmées en 1973.

13La tentative de bilan que nous proposons insiste donc sur l’intégration des objectifs liés à l’étude des dynamiques spontanées, observables dans les réserves intégrales, dans un environnement plus vaste, tenant compte des dimensions historique, sociale et culturelle des forêts concernées.

Les réserves biologiques intégrales en France métropolitaine : diversité des situations et des problématiques

14À terme, l’objectif du réseau des réserves biologiques intégrales est de constituer un référentiel de « naturalité », tous les habitats forestiers représentatifs de la diversité forestière de la France métropolitaine devant être présents dans au moins une RBI. Cependant cet objectif (formalisé depuis 1998 et l’instruction sur les RBI) n’est pas univoque : selon les acteurs concernés, des raisons différentes justifient la création de ce réseau.

15Les scientifiques naturalistes mettent en avant la nécessité de sauvegarder la nature dans son intégralité indépendamment de toute autre considération. Ils défendent donc la création de très vastes aires minimales : plusieurs dizaines de milliers d’hectares sont nécessaires pour préserver les successions après les ravages biologiques et les incendies dans les forêts boréales, plusieurs milliers d’hectares seraient nécessaires en Europe, si l’on tenait compte notamment des relations faune-végétation. Ainsi les zoologistes polonais ont mis en évidence les aires individuelles des mammifères, pouvant servir de fondement à la réintroduction des espèces disparues, en rapport avec la superficie du parc national de Bialowieza :

tableau 1. Les aires minimales de conservation des mammifères. Superficie du parc national : 47 km2

Espèces présentes

Espèces disparues

glouton (1007 km2)

loup (217 km2)

ours (100 km2)

lynx (71 km2)

martre (13,5 km2)

renard (9,7 km2)

zibeline (9,7 km2)

chat sauvage (4 km2)

16La décision prise par contrat entre l’État et l’ONF en 2001 de créer trois grandes réserves intégrales dont la superficie dépassera 2 000 ha (l’une en montagne, dans le Vercors, l’autre en plaine, la forêt de Chizé, qui a été fortement touchée par l’ouragan Martin en 1999, la troisième dans le massif des Maures en région méditerranéenne) ne répond pas à cette problématique de la grande faune. Elle se justifie plus par une volonté politique d’aller dans le sens des revendications naturalistes que par la nécessité de prendre en compte la dynamique des milieux forestiers à une vaste échelle.

17Les forestiers mettent en avant deux arguments principaux : la prise en compte de la biodiversité dans le cadre de l’aménagement forestier justifie la création de réserves intégrales en tant que conservatoires de processus évolutifs naturels (Rameau, 1999) ; la nécessité de disposer de sites d’observation d’une dimension suffisante permettra également « d’accumuler les connaissances qui pourront donner des fondements solides à certaines inflexions sylvicoles exigées par l’évolution du contexte écologique, économique, social et culturel » (Barthod et Trouvilliez, 2002). Les surfaces minimales pour permettre l’étude de la sylvigenèse ont été déterminées pour l’Europe tempérée par des études scientifiques dont celle de Koop (1989). L’instruction sur les RBI a repris ces conseils en recommandant une aire minimale de 50 hectares en plaine et de 100 hectares en montagne.

18Malgré l’existence de quelques réserves intégrales créées entre 1973 et 1989, le mouvement en faveur des RBI ne s’amorce vraiment qu’avec la mise en œuvre de l’instruction de 1998. Auparavant, les projets les plus nombreux avaient concerné des RBD, qui, rappelons-le, sont destinées à sauvegarder des milieux menacés de disparition, au prix de l’arrêt de certains processus écologiques naturels (par exemple dans les tourbières ou les pelouses calcicoles). Il existe donc une contradiction apparente avec les objectifs des RBI. Néanmoins, l’existence, parmi les RBD anciennes, de milieux forestiers de montagne plus ou moins abandonnés à leur libre évolution est soulignée, parallèlement, par la mise en route, en 1994, d’un inventaire à ce sujet dans les forêts soumises au régime forestier : 540 sites couvrant 44 000 hectares environ sont répertoriés ; les surfaces les plus vastes concernent les Pyrénées, encore faut-il préciser qu’une grande partie de ces forêts pyrénéennes restent pâturées. Les forêts subnaturelles sont beaucoup plus rares en plaine, où ce sont donc des peuplements plus « ordinaires » qui sont majoritairement concernés par les créations de RBI (avec le cas particulier des chablis de 1999 qui ont conduit à adapter le projet aux circonstances, en intégrant dans le réseau des RBI certaines surfaces sinistrées).

19Un premier bilan a été établi sur la base d’une enquête effectuée en 1999-2000 sur le patrimoine naturel des réserves biologiques (ONF, 2000). Les données de surface fournies par types d’habitat sont souvent approximatives, car la plupart des réserves n’avaient pas encore fait l’objet d’une cartographie précise des formations végétales. Néanmoins, le choix d’un éventail de RBI et de RBD comportant des peuplements laissés en libre évolution permet de souligner les grandes problématiques à l’œuvre dans les forêts de montagne, de plaine ou du domaine méditerranéen.

Les forêts de montagne

20Sont bien représentées les hêtraies et les hêtraies-sapinières médio-européennes des Vosges, les hêtraies et les hêtraies-sapinières méridionales des Alpes du Sud, les pessières et les pinèdes de pin à crochets des Alpes du Nord, comme les pinèdes corses de pin laricio. Manquent les hêtraies, les hêtraies-sapinières et les pinèdes de pin de montagne pyrénéennes (persistance du pâturage dans une grande partie de la chaîne), les hêtraies, les sapinières et les pessières du Jura (là aussi, explication historique et foncière : majorité de forêts communales, donc peu d’opportunités de classement en RBI). Les sapinières pures sont peu représentées car le plus souvent assimilables à des sylvofaciès (des hêtraies-sapinières) et comptabilisées comme telles ou rattachées aux habitats de pessières (pour certaines sapinières hyperacidiphiles). Certains peuplements d’origine artificielle, mais parfaitement naturalisés, sont totalement écartés : ainsi les cédraies, débordant leur aire naturelle, introduites dans l’étage du chêne pubescent dans le Petit Lubéron et le mont Ventoux à partir des années 1860 et dont la régénération naturelle est excellente. D’une façon générale, se pose le problème des différents sylvofaciès : doit-on s’en tenir, pour le choix des RBI, à des types de peuplements dont la composition est conforme à la conception que l’on a des habitats potentiels ? Ou doit-on décliner les nombreux sylvofaciès liés aux gestions antérieures (sachant par exemple qu’un même habitat potentiel de hêtraie-sapinière peut être représenté par des peuplements mixtes « naturels » à hêtre et sapin ou par des sylvofaciès plus anthropisés de hêtraie ou de futaie résineuse pure) ? La prise en compte de cette « diversité anthropique » des sylvofaciès nous paraît une donnée fondamentale.

21En effet, le degré de « naturalité » des peuplements ne peut être corrélé uniquement à l’absence d’intervention humaine depuis plusieurs décennies ou à l’inaccessibilité des milieux forestiers. Il peut être élevé aussi bien dans certaines RBD que dans des RBI de création plus récente. Prenons deux exemples :

22a) La réserve biologique forestière dirigée du bois des Ayes, dans le Briançonnais, comporte l’une des plus belles cembraies de France, avec un grand nombre d’arbres de plus de quatre cents ans au port en candélabre. Le premier aménagement de la forêt communale remonte à 1871. La cembraie pure, au-dessus de 2 100 m, a été classée en série de protection en 1959, mais les coupes s’y sont poursuivies jusqu’en 1979. Les démarches effectuées par plusieurs associations naturalistes (CRAVE, SAPN, Arnica Montana), constatant les dégâts causés par les exploitations forestières, aboutissent en 1991 à la création d’une RBD de 395 hectares. La cembraie pure en altitude (176 hectares) ne fait plus l’objet d’aucune intervention sylvicole. Mais la poursuite du pâturage, à partir de la mi-août, n’entrave pas la régénération naturelle. Dans le reste de la réserve (mélezin-cembraie), le choix d’un traitement en futaie jardinée, avec une longue rotation des coupes (quarante ans) et un âge d’exploitabilité élevé (trois cent cinquante ans pour le pin cembro et deux cent quatre vingts ans pour le mélèze), le maintien d’arbres morts sur pied et couchés au sol, le respect des milieux humides (lambeaux de mégaphorbiaies, d’aulnaies vertes, tourbière acide) font qu’on n’observe pas de rupture significative dans le paysage. Dans l’ensemble de la réserve, l’avifaune est remarquable : dix espèces sont inscrites à la directive Oiseaux, dont la chouette de Tengmalm, le tétras-lyre, le tarin des aulnes. Le casse-noix joue un rôle important dans la dissémination des graines de pin cembro. La diversité paysagère de la cembraie apparaît comme une forme d’équilibre qui permet d’avoir en même temps tous les stades et d’être dans une situation de cicatrisation permanente quels que soient les événements extérieurs.

23Si l’on était en forêt domaniale, le type d’enjeux fait que le site aurait probablement vocation à passer en RBI, hypothèse qui n’est pas totalement exclue en forêt communale, mais dépend d’une décision de la commune. Mais la création d’une réserve intégrale ne résoudrait pas forcément le problème que pose de nos jours l’augmentation de la fréquentation des promeneurs, des chasseurs, des skieurs de randonnée. Par ailleurs, la solution réside-t-elle dans la mise sous cloche d’un milieu naturel réservé aux scientifiques, alors que continuent à s’exprimer des pratiques traditionnelles (chasse, montée à l’alpage, cueillette des myrtilles) et que se développent de nouvelles pratiques (ski de randonnée, observation de la faune) qu’une réserve peut avoir vocation à restreindre, mais aussi, éventuellement, à seulement encadrer ? En fait, la dynamique de la réserve résulte d’une coévolution entre gestion anthropique et fonctionnement biologique. Mais le paysage devient un enjeu social reconnu. Cette coévolution s’appuie, de ce fait, sur un système de représentations dominant, partagé par le plus grand nombre, et fondé sur l’origine historique et patrimoniale de la réserve. Des sous-systèmes collectifs, qu’il est souvent délicat de définir en partant des représentations individuelles, peuvent entrer plus ou moins en contradiction avec le système dominant et imposer certains compromis. Ainsi, il apparaît sensé de ne pas défavoriser les éleveurs de bovins et de permettre une autorisation annuelle de pâturage dans les deux cents mètres inférieurs du bois entre le 25 juillet et le 15 août. En résumé, le bois des Ayes représente un cas complexe de réserve dont la gestion doit tenir compte d’enjeux de patrimoine naturel qui pourraient la faire tendre vers une réserve intégrale, mais aussi de nombreux usages de type traditionnel ou en développement.

24b) La RBD/RBI de la Combe d’ire (39 et 77 ha), située sur les pentes raides du mont Trélod, dans le massif des Bauges (Haute-Savoie), offre l’exemple, a contrario, d’un milieu forestier réellement naturel. Le site, un versant très raide haché de couloirs d’avalanche et de ravins, comporte des forêts subnaturelles (60 % du site, dont hêtraies : environ 70 ha ; érablaies : 7 ha ; pessières : 3 ha, et forêts de pin de montagne : 2 ha) surmontées de prairies et falaises rocheuses (40 % du site). L’éloignement et le caractère escarpé du terrain expliquent que l’accueil du public n’est guère possible et encore moins souhaitable, pour préserver la tranquillité de la faune (mouflons corses et chamois introduits dans les années 1950, rapaces dont l’aigle royal et le gypaète barbu, tétras-lyre). Pour la Combe d’Ire, en cours de modification, on a des lanières de RBD descendant dans la RBI au niveau des couloirs avalancheux. L’ensemble devrait probablement passer en RBI, en sachant que les zones ouvertes intéressantes pour le tétras devraient en grande partie le rester naturellement.

25L’idée paradoxale d’associer sur le terrain RBI et RBD suppose de procéder par blocs suffisamment compacts, en évitant les imbrications de détail, d’où la remise en cause du statut mixte de la Combe d’Ire. Elle trouve sa justification dans la nécessité de répondre à des objectifs complexes, visant à la fois à laisser s’exprimer certaines dynamiques spontanées et à en bloquer d’autres. L’exemple de la réserve toute proche du Haut-Chéran, en forêt domaniale de Bellevaux, en atteste. C’est un exemple récent de réserve mixte cohérente, au zonage simple et fonctionnel, avec un ubac forestier classé en RBI et un adret classé en RBD (où la conservation du pâturage doit maintenir des milieux ouverts avec une flore et une faune remarquables).

Les forêts de plaine

26L’application de l’Instruction sur les RBI correspond à une orientation différente de celle qui a présidé au recensement des forêts subnaturelles en montagne. En effet, même les anciennes séries artistiques de la forêt de Fontainebleau et certaines forêts alluviales rhénanes (longtemps élevées au rang de paradigme de naturalité dans nos forêts de plaine) ont été antérieurement le théâtre de dynamiques contraintes par les traitements sylvicoles et/ou le pastoralisme, avant d’être l’objet récemment de dynamiques spontanées.

27L’idée qui préside à la création d’une RBI comme celle de la forêt de Chaux (Doubs, 148 hectares) ne repose donc pas sur la naturalité des peuplements. Sur des sols limoneux acides à fragipan, hydromorphes, il s’agit d’une chênaie pédonculée-boulaie et d’une chênaie-hêtraie-charmaie souvent dégradées. Le but recherché dans la réserve est de permettre une étude comparative, sur des stations identiques, entre des peuplements exempts de toute pression de la grande faune et des peuplements continuant à subir cette pression. Les champignons et la flore du sous-bois paraissant les bons indicateurs pour ces milieux acidiphiles hydromorphes, l’étude portera donc sur leur évolution en fonction de l’arrêt de la gestion sylvicole. La RBI de Chaux a en outre été un site pilote pour l’application expérimentale par l’ONF du protocole d’études des peuplements forestiers issus de l’action européenne COST E4 (ONF, 2000).

28Un autre cas de forêt de plaine constituant un laboratoire in situ de la dynamique naturelle de certains habitats forestiers : en Alsace, la RBD de Lauterburg (57 ha) peut être retenue comme un exemple significatif de compartiment inondable assez important à la confluence de trois pôles aquifères : le lit mineur du Rhin (avant sa rectification), la vieille Lauter et la nappe phréatique. On peut y observer les différents milieux liés à la combinaison de la zonation stationnelle en milieu alluvial et de la succession des stades classiques : forêts pionnières à bois tendres (saulaies inondables, aulnaies blanches submontagnardes), peuplements pluristrates à bois durs sur les levées graveleuses soumises aux inondations trentenaires, forêts mixtes des anciens bras du Rhin bénéficiant d’inondations phréatiques (Carbiener, 1988). On pourrait envisager la conversion de cette RBD en réserve mixte, s’il n’y avait une particularité : la gestion interventionniste sur les ex-cours d’eau (remise en eau de bras fermés), d’où la conservation d’un statut de RBD sur l’ensemble pour éviter les types d’imbrication dénoncés plus haut.

29Le bilan conceptuel établi en 2004 (Drapier, ONF) permet de souligner l’importance des évolutions en cours depuis qu’existe, pour les nouvelles RBI, l’objectif spécifique de constitution d’un réseau représentatif de l’ensemble des types d’habitats forestiers. Est rappelée plus fermement une définition très claire des deux types de réserve :

  • Les réserves dirigées font l’objet d’une gestion active d’entretien et de restauration, ce qui autorise dans certains cas la chasse et l’exploitation forestière. Les réserves de ce type se justifient par l’existence d’habitats d’espèces d’intérêt patrimonial élevé et vulnérables à la dynamique de la végétation (milieux ouverts). La principale évolution conceptuelle concerne donc ce concept de « réserve dirigée ». Il n’est plus question désormais de créer une RBD pour répondre à une demande extérieure, mais sans objectif précis, ou de se limiter à une RBD par hésitation à franchir le pas de la RBI. Dorénavant, la création d’une RBD doit vraiment correspondre à une gestion conservatoire très spécifique en fonction d’une problématique milieu/espèces à laquelle le statut peut réellement être utile.
  • Les réserves intégrales se rattachent à un réseau tenant compte de tous les habitats forestiers présents sur le territoire métropolitain. Elles ne feront plus l’objet d’aucune exploitation forestière, ni d’aucune intervention, sauf pour certains cas particuliers : mise en sécurité des abords (routes, sentiers), élimination d’espèces non indigènes, régulation des ongulés pour assurer la préservation des équilibres écologiques, en l’absence de prédateurs naturels. L’accès du public n’est pas interdit, mais fortement limité et réservé à l’aspect pédagogique. Comme nous l’avons vu, certaines réserves dirigées anciennes, créées auparavant, notamment dans les régions de montagne, ne satisfont plus maintenant aux nouveaux critères de création de ce type de réserve et l’on pourrait envisager, au moins pour les forêts domaniales, leur conversion éventuelle en RBI (Drapier, 2004).

30Parfois, les contraintes liées à l’histoire du lieu et des habitants ne rendent pas nécessairement judicieuse une adoption du statut de RBI, comme l’illustre l’exemple du bois des Ayes, réserve biologique forestière dirigée comportant une partie laissée en évolution spontanée. Il reste dans ce cas à réfléchir sur les options possibles pour un exemple type de réserve dirigée ancienne qui ne colle plus à la « doctrine » actuelle et pour laquelle une mise en cohérence doit s’affirmer dans le plan de gestion à venir.

31Le tableau ci-dessous fournit un état des réserves existantes fin 2003, comparé à la situation fin 2000.

tableau 2. Les réserves biologiques en France métropolitaine

Type de réserve

Type de propriétaire

Nombre en 2003

Surface en 2003 (ha)

Nombre et surface (ha) en 2000

F. domaniale

127

19949

RBD

F. de collectivités

21

2122

total

148

22070

143- 21509

F. domaniale

28

4145

RBI

F. de collectivités

0

102

total

28

4247

20-2720

F. domaniale

5

RB mixtes (D + I)

F. de collectivités

3

Cf. RBD et RBI

total

8

7

32Il apparaît nettement que l’effort porte désormais sur la mise en place des réserves intégrales. Le contrat d’objectifs État-ONF 2001-2006 prévoit que les réserves (biologiques et naturelles) représentent environ 30 000 ha en forêts domaniales métropolitaines, soit 1,7 % de leur surface, dont environ 8 000 ha de réserves intégrales. Mais la difficulté de créer de grandes RBI en France métropolitaine (Vercors, Maures, Chizé et aussi Fontainebleau, bien qu’il s’agisse d’un réseau de RBI de taille moindre concentré dans certaines parties du massif) découle de l’importance des usages, aussi bien en plaine qu’en montagne (loisirs, chasse, cueillette, pastoralisme). D’autres aspects mériteraient d’être développés, notamment pour les RBI en montagne et en région méditerranéenne, ceux qui concernent la prise en compte incontournable des impératifs de protection contre les risques naturels encourus par les personnes, par les biens et par la forêt elle-même.

Des dynamiques forestières spontanées surimposées à des gestions sylvicoles : quelle naturalité ?

33L’étude de deux réserves biologiques intégrales de Fontainebleau, l’une très ancienne (1853), le Gros Fouteau, peu touchée par la tempête de 1999, et l’autre beaucoup plus récente (1996), les Érables et Déluge, fortement atteinte, permet d’appréhender les dynamiques internes de ces milieux forestiers originaux et d’analyser la nature des dynamiques : naturelle ou anthropique.

Structure hétérogène et dominance du hêtre

34L’organisation structurale du Gros Fouteau montre une grande irrégularité dans la répartition des ligneux : depuis des bouquets d’arbres hauts au sous-bois très sombre, des fourrés infranchissables jusqu’aux ouvertures plus ou moins grandes créées par des chutes d’arbres. Depuis sa création (d’abord séries artistiques en 1853), le Gros Fouteau a subi de nombreux incendies, tempêtes et gels intensifs qui ont produit des ouvertures plus ou moins grandes dispersées dans l’espace et échelonnées dans le temps, engendrant une diversité structurale qui se traduit par la présence d’arbres de toutes dimensions, répartis en quatre ou cinq strates depuis les grands arbres de la strate arborescente supérieure jusqu’aux plantules et jeunes plants de la strate basse. Cette pluristratification varie en fonction de la taille des ouvertures qui peuvent se classer en trois catégories : les puits de lumière qui correspondent à l’effondrement d’un arbre ou à un volis, les trouées qui coïncident avec un dégagement d’un demi-hectare environ et les clairières, vastes ouvertures souvent colonisées par des herbacées et des bouquets de ligneux héliophiles. Cette irrégularité de la structure horizontale et verticale permet d’observer une multitude de situations et de repérer les divers stades de reconquête.

35L’étude fréquentielle des espèces dominantes tant ligneuses qu’herbacées sur l’ensemble du Gros Fouteau démontre la dominance du hêtre dans toutes les strates et dans les diverses formations végétales qui présentent trois faciès :

  • une hêtraie quasi pure avec une strate basse, dense, composée, selon les lieux, de Brachypodium pinnatum, Melica uniflora, Festuca heterophylla et Ruscus aculeatus ;
  • une hêtraie possédant quelques vieux et hauts chênes sessiles au sous-bois envahi par le houx et par le hêtre réparti dans toutes les strates ;
  • un groupement forestier comprenant des hêtres dominants associés à de vieux chênes mais dont le sous-bois est une mosaïque composée tantôt de graminées, tantôt de Ruscus aculeatus ou d’Ilex aquifolium.

36La RBI des Érables et Déluge présente une structure plus chamboulée du fait des ravages causés par la tempête de 1999. Les parcelles atteintes ont fait l’objet d’études stationnelles réalisées par Nicolas Courtois lors de sa maîtrise (2003). Les vents tempétueux ont également créé trois types d’ouvertures : des puits, des trouées et des clairières aux compositions floristiques diversifiées :

  • Le puits est un phénomène banal qui existe fréquemment en milieu forestier en dehors des événements tempétueux. Mais l’ouverture n’est pas suffisamment grande pour permettre à la lumière d’atteindre le sol.
  • Les trouées représentent une superficie d’environ un demi-hectare permettant l’arrivée de la lumière au sol et le développement d’espèces héliophiles, comme Betula pendula, Fraxinus excelsior, Quercus petraea ou encore Pinus sylvestris, qui s’insèrent dans une trame forestière constituée de hêtres et parsemée de chênes.
  • Les clairières ou ouvertures supérieures à 0,5 hectare possèdent une structure plus complexe avec développement dissymétrique des houppiers, descente de cimes très marquée surtout sur le tronc des arbres exposés au sud et constitution, au cœur de l’ouverture, de bouquets de jeunes arbres héliophiles et d’une nappe graminéenne. Le hêtre est plutôt présent sur le pourtour de l’ouverture et plus particulièrement dans la partie exposée au nord.

37Dans tous les cas, des plantules de hêtre et de chêne sont présentes mais avec un avantage quantitatif pour le hêtre. En conséquence, au Gros Fouteau le hêtre est l’espèce ligneuse abondante et dominante. La situation est quelque peu différente dans la jeune RBI, qui présente une diversité floristique plus grande malgré une régularité structurale environnante héritée de la gestion sylvicole antérieure encore proche. Pourquoi une telle situation ? Pourquoi cette omniprésence du hêtre ? Est-ce seulement le hasard de la production et de la distribution des semences ou bien les conditions du milieu ou encore les actions anthropiques récentes et passées qui peuvent expliquer toutes ces variations de faciès ?

Les conditions du milieu seraient-elles à l’origine de toutes ces nuances ?

38Un contexte climatique qui présente quelques variantes depuis 1883, date des premières données météorologiques à Fontainebleau. Le climat océanique voit deux tendances : d’une part une légère augmentation de la pluviosité, passant de 650 mm à 697 mm, toutes mesures égales par ailleurs, et d’autre part un très léger réchauffement thermique qui porte la moyenne à 10,5 °C après 1960 alors qu'elle atteignait 10,15 °C auparavant ; de même le nombre de jours de gelées passe de 97 à 68 (données calculées par P. Doignon).

39Une situation topographique et des conditions géologiques : un plateau situé entre 133 et 138 m, constitué d’une dalle de calcaire de Beauce recouverte de sables soufflés d’épaisseur variable de 30 cm à 2 m, le tout reposant sur les sables de Fontainebleau grésifiés dans la partie supérieure. L’un des paramètres qui peuvent jouer dans la distribution spatiale des espèces de la strate basse est la variation de hauteur des sables soufflés qui rapproche plus ou moins la surface du sol d’un contexte carbonaté lié à la dalle, influençant ou non les premiers centimètres du sol par la présence d’ions calcium.

40Des sols nuancés : en fonction de l’épaisseur des sables soufflés, une séquence de sols s’organise depuis des sols bruns à bruns lessivés jusqu’aux podzols humo-ferrugineux en passant par les sols podzoliques et les néopodzols. La différence entre les sols des deux réserves est l’épaisseur des sables soufflés qui ne dépasse pas 75 cm aux Érables et Déluge alors qu'elle atteint près de 2 m au Gros Fouteau. Cette différence est déterminante pour l’ancrage du système racinaire des arbres et les éléments nutritionnels.

41La qualité de la matière organique influence l’évolution pédogénétique, or celle-ci est bien différente en fonction de l’essence ligneuse dominante. La présence écrasante du hêtre entraîne une production abondante de litière qui se minéralise sur plus de trois ans, ce qui change la nature des acides organiques produits qui sont plus agressifs que ceux produits par la décomposition de feuilles de chêne. Végétation, roche mère et sol forment un enchaînement complexe de causes et d’effets dans lequel on ne sait pas si l’on doit parler d’influence d’une espèce forestière sur le sol plutôt que d’influence des substrats sur la décomposition de la litière (Bonneau, 1981). À ces nuances observées sur le terrain, viennent s’ajouter les problèmes de production de semences et de capacité de germination.

42Une production de semences différentielle entre chêne et hêtre ? La vieillesse des chênes entraînerait-elle une diminution de la production de semences, ou les semences seraient-elles non viables ou auraient-elles plus de difficultés à germer dans des conditions édaphiques tendant à s’acidifier et à s’ombrager ? La dominance du hêtre se retrouve dans les semences, dans le nombre et le devenir des plantules qui en sont issues. La périodicité de la fructification du hêtre et du chêne dépend autant de facteurs internes que de facteurs externes car le développement des fruits nécessite une grande quantité de glucides et d’éléments minéraux et des conditions microclimatiques optimales durant l’été pour que la photosynthèse puisse assurer la transformation d’une floraison abondante en une bonne fainée ou glandée. Il est possible d’avoir une très bonne glandée ou fainée tous les huit à dix ans et une plus modeste mais intéressante pour la régénération naturelle tous les trois à cinq ans (Oswald, 1981). En cas d’abondance, les semences subissent beaucoup d’avatars avant de germer : « Attaques de parasites, de mulots ou de micromammifères, qui font diminuer les effectifs de départ. Le nombre de plantules représente une faible proportion des semences saines qui avaient germé [...]. Cette population décroît encore en fonction de la présence de prédateurs et de la plus ou moins grande faiblesse de l’éclairement » (Hotyat, 1990).

43Les diverses données structurales et statistiques permettent de confirmer la dominance quantitative du hêtre sur le chêne qui a tendance à disparaître vers l’âge de cinq ans et l’omniprésence du hêtre dans toutes les strates du couvert forestier. Une question se pose au terme de cette analyse du couvert forestier actuel : pourquoi le chêne ne parvient-il pas à se régénérer et corrélativement pourquoi le hêtre domine-t-il ? Si les conditions du milieu naturel peuvent fournir quelques éléments d’explication, ces conditions ne sont pas suffisantes pour expliquer le fonctionnement du système et ses dynamiques ; les données sociétales doivent également être intégrées.

Du dirigisme à la protection intégrale : le poids des actions anthropiques

44L’évolution de ces réserves résulte de l’entrecroisement d’une dynamique spontanée inhérente à tout peuplement forestier, qui représente la naturalité, et d’une dynamique dirigée liée aux diverses actions anthropiques passées ou récentes.

De l’importance des gestions sylvicoles passées

45Cette forêt a connu des actions anthropiques multiples depuis l’acquisition par le roi Robert, au début du xie siècle, de quelques parcelles en forêt de Bière. « Par la suite, rois et empereurs français fréquentèrent cette forêt giboyeuse. L’abondance du gibier, les parcours de nombreux troupeaux, les extractions de grès, les ramassages de bois et les coupes déraisonnables ordonnées par les souverains entraînèrent de profonds dégâts, obligeant les autorités à prendre des mesures » (Hotyat, 2000). Les premières furent prises par François Ier, réglementant les coupes et ordonnant la plantation de pins maritimes dans les vides. Les réelles mesures commencèrent sous le règne de Louis XIV, avec Barillon d’Amoncourt qui fit appliquer partiellement des réglementations d’exploitation et de reboisement. Il fit protéger les parcelles de chêne en régénération de la surabondance des cervidés et des lapins en faisant installer des « entraillagements ». Il prescrivit un règlement d’exploitation du chêne « dont la culture doit répondre au souci du souverain et de son ministre Colbert de produire du bois de marine ». Dès lors, le chêne est protégé et simultanément le hêtre abondamment exploité. Les parcelles du Gros Fouteau, qui possèdent de beaux sujets, ne connaissent qu’une timide exploitation. Les grands travaux réalisés par le grand maître des Eaux et Forêts, M. de La Faluere, comblent les vides de la forêt et favorisent le chêne. Des plantations de chênes rouvres et pédonculés sont systématiquement effectuées jusqu’à la fin du xviiie siècle, engendrant une sylvigenèse cyclique qui passe par les états classiques de développement. Pendant la longue vie de la futaie, le forestier doit effectuer des travaux pour favoriser la croissance en hauteur du peuplement et l’épaississement des troncs, et supprimer les individus mal-venants. Tous ces travaux permettent de parvenir à des peuplements d’âge uniforme avant d’entamer les coupes de régénération précédant l’exploitation définitive de la parcelle.

De l'influence des peintres de Barbizon pour le Gros Fouteau

46Ce cycle a donc été systématiquement appliqué aux chênaies de la forêt de Fontainebleau jusqu’au début du xixe siècle, qui voit les écrivains et les peintres de Barbizon devenir d’ardents défenseurs de la forêt en faisant campagne contre le rajeunissement des vieilles futaies. Désormais, les peintres plantent leurs chevalets dans la nature avec « un véritable souci scientifique d’analyse de la nature par une notation rigoureuse, un inventaire attentif, une impartialité et une attitude d’approche que l’on peut qualifier d’expérimentale » (Parinaud, 1994). De plus, les progrès techniques et industriels permettent de passer de la couleur broyée dans le mortier à la peinture en tube, ce qui facilite son transport en milieu forestier.

figure 1. Ordinogramme : dynamiques des RBI de Fontainebleau

De la protection ancienne à la protection récente (figure 1)

47Les chênes de la forêt de Fontainebleau deviennent des objets d’admiration qui sont immortalisés sur les toiles des artistes qui exercent une pression sur les forestiers pour que les coupes de régénération n’aient pas lieu. Les peintres accusent les gestionnaires de ne pas respecter les arbres séculaires, de faire des plantations de pins dans les sites sauvages chaotiques gréseux et de construire des routes aux dépens des arbres. En 1853, 624 hectares sont laissés en dehors de l’aménagement et les séries artistiques de Fontainebleau sont officialisées par décret impérial en 1861 et étendues à plus de 1000 ha, dont le Gros Fouteau. C’était la première fois dans le monde qu’une telle mesure de protection de la nature était prise, bien avant le parc de Yellowstone en 1872.

48Mais cette mise en réserve des vieilles futaies de Colbert, faites pour être exploitées à maturité, allait engendrer un accroissement du taux de recouvrement, ce qui augmenta l’ombrage des sous-bois et fit péricliter progressivement les jeunes plants de chênes héliophiles. En conséquence, les strates inférieures de la chênaie sont envahies par de jeunes hêtres sciaphiles, issus des semences des vieux hêtres restants. En 1953, les séries artistiques sont transformées en réserve biologique intégrale, permettant le développement de programmes scientifiques internationaux. Sur un siècle et demi, le cumul des actions anthropiques a permis une dynamique biologique de substitution d’essence. La décision d’interdire toute action humaine pour protéger les vieux chênes a abouti au résultat inverse de ce que les peintres de Barbizon souhaitaient.

49Une dernière question se pose : Que se passe-t-il lorsqu’un puits, une trouée ou une clairière se créent au sein d’une réserve après une tempête ou par effondrement d’arbres surannés ?

  • Pour les puits, la fermeture du peuplement est beaucoup plus rapide car il y a développement latéral des couronnes périphériques, puis à l’abri de leur ombrage les jeunes tiges déjà existantes s’infléchissent sous l’effet de l’anisotropie du rayonnement et enfin, sous cet ombrage reconstitué, des faines germent facilement alors que les jeunes chênes dépérissent vers cinq ans. La fermeture rapide de l’ouverture n’entraîne pas de modifications qualitatives notables dans la mesure où la lumière n’atteint pas le sol ; on reste dans un contexte de hêtraie-chênaie.
  • Dans les trouées, les houppiers se développent vers l’ouverture ainsi que des rameaux latéraux sur les troncs. Mais, simultanément, des arbustes présents avant la tempête s’étoffent et de nouvelles espèces, dont les semences sont pour certaines en dormance dans le sol et pour d’autres apportées par le vent ou les oiseaux, germent (Courtois, 2003). Quelques espèces héliophiles, comme Betula pendula, Fraxinus excelsior, Quercus petraea, Pinus sylvestris, apparaissent dans ce type d’ouverture s’insérant dans une trame forestière dominée par le hêtre.
  • Les clairières possèdent une cicatrisation plus complexe, tant pour le gros Fouteau que pour les Érables et Déluge, avec un développement dissymétrique des houppiers, une descente de cimes très marquée surtout sur le tronc des arbres exposés au sud et une constitution de bouquets de jeunes arbres héliophiles au cœur de l’ouverture. Dans cette dernière situation, la chênaie a-t-elle une chance de se reconstituer ? Non, car dans un premier temps les clairières sont envahies par une nappe graminéenne constituée de Calamagrostis epigeios et Brachypodium pinnatum qui freinent l’installation de tout ligneux en empêchant les semences d’atteindre le sol ou en recouvrant les jeunes plantules. Puis la ronce envahit la strate herbacée qui disparaît sous l’effet de l’ombrage des ronciers. Les semences qui tombent dans les ronciers peuvent alors atteindre la surface du sol. Seules les espèces sciaphiles comme le hêtre pourront germer. Une forêt irrégulière de hêtres se reconstitue en une trentaine d’années ne laissant aucune chance au chêne de se développer. Cette tendance évolutive vers la hêtraie se confirme et semble inéluctable tant au Gros Fouteau qu’aux Érables et Déluge.

50Que nous nous trouvions en situation de modifications cycliques liées à l’âge du peuplement ou dans le cas de traumatismes brutaux dus aux tempêtes, coups de foudre ou autres dépérissements, la dynamique spontanée tend à la reconstitution d’un couvert forestier dominé par le hêtre, sauf dans le cas d’une ouverture minime dans la RBI des Érables et Déluge. La naturalité n’est vraiment présente que dans la reprise des dynamiques spontanées, mais toujours dépendantes du choix des gestions sylvicoles qui ont été exercées avant l’abandon. Ces deux exemples démontrent l’importance des rétroactions entre conditions du milieu et activités anthropiques récentes et passées.

Conclusion

51Sur un total d’une quinzaine de millions d’hectares (dont 11 de forêts privées, 2,7 de forêts communales et 1,8 de forêts domaniales), ce sont seulement quelques dizaines de milliers d’hectares, pour l’essentiel des forêts de montagne, qui ont été recensées comme des forêts subnaturelles. Les forêts de la France métropolitaine sont marquées par une anthropisation omniprésente, mais d’intensité variable. La moitié n’existait pas encore il y a cent cinquante ans, mais parmi ces nouvelles forêts on compte aussi bien des plantations de conifères que des faciès présentant l’aspect de forêts subnaturelles.

52La conservation de la biodiversité intéresse donc une gamme de milieux forestiers beaucoup plus large que les seules réserves naturelles ou biologiques. Dans ces dernières, l’objectif prépondérant ou – très rarement – exclusif devient la prise en compte de cette biodiversité, selon deux modes opposés : dans les réserves biologiques dirigées, la gestion conservatoire des habitats et des espèces tend à figer les paysages, en bloquant plus ou moins les dynamiques spontanées menaçant certains milieux ouverts (pelouses, landes, tourbières...) ; dans les réserves biologiques intégrales, le développement des études scientifiques doit permettre de suivre, sur une longue durée, les dynamiques spontanées mais imprévues des habitats forestiers, encore influencées par les actions anthropiques passées.

53Pour des raisons évidentes – enjeux économiques, usages anciens et pressions d’usages actuels pouvant déboucher sur des problèmes d’acceptabilité sociale des réserves intégrales –, les RBI représentatives de la diversité des habitats forestiers seront surtout localisées dans les forêts domaniales. Au-delà de l’objectif prioritaire rappelé ci-dessus, il sera intéressant d’y appliquer des problématiques de recherche intégrant divers registres d’analyse et échelles :

  • Quel avenir pour ces réserves intégrales dans le contexte du devenir environnemental de la planète ?
  • Quel devenir pour les ligneux de ces réserves intégrales, quelles adaptations aux nouvelles conditions de milieu issues de l’abandon des interventions humaines, quelle évolution vers de nouveaux génotypes ?
  • Quel avenir pour ces réserves intégrales face à des demandes sociales complexes, contradictoires et susceptibles d’évoluer ?

Bibliographie

Références bibliographiques

Amat J.-P, Arnould R, Hotyat M., « Forêts, incendies et tempêtes : des risques récurrents », dans La géographie des risques dans le monde, Paris, Ellipses, 2004, p. 131-158.

Arnould R, « Climax, un concept à tout faire ? », dans Colloques phytosociologiques, XX, Phytodynamique et biogéographie historique des forêts (Bailleul, 1991), Berlin-Stuttgart, J. Cramer, 1993, p. 101-118.

Barthod C., Trouvilliez J., « La protection des forêts dans la politique forestière française, le cas particulier des réserves intégrales », Revue forestière française, no 1,2002, p. 7-16.

Barthod C. et al., « Bilan de dix ans de débats passionnés sur la gouvernance des espaces naturels protégés en France », Revue forestière française, no 6, 2003, p. 495-509.

Bedeneau M., « Évolution des différentes strates dans le peuplement ligneux de la réserve biologique de la Tillaie en forêt de Fontainebleau entre 1968 et 2000 », Revue forestière française, no 4,2003, p. 323-332.

Bonneau M., « Le hêtre et le maintien de l’équilibre nature », dans Le hêtre, Paris, INRA, 1981, p. 118-135.

Brézard J.-M., « Historique des réserves en forêts publiques », dans Forêt et réserves, cahier d’études no 13, Institut d’histoire moderne et contemporaine, Paris, CNRS, 2003, p. 47-51.

Carbiener R., « Les écosystèmes forestiers. Aspects fonctionnels liés à l’évolution biogéographique et aux influences anthropiques », dans Colloques phytosociologiques, XX, Phytodynamique et biogéographie historique des forêts (Bailleul 1991), Berlin-Stuttgart, J. Cramer, 1993, p. 73-99.

Clément V., De la marche-frontière au pays-de-bois, Madrid, Casa de Velázquez, 2002.

Courtois N., Forêt et tempête à Fontainebleau : scenarii de reconstitution, mémoire de maîtrise, université de Paris-Sorbonne, Paris IV, 2003.

Drapier N., « Les réserves naturelles et réserves biologiques : des statuts variés et complémentaires », Rendez-vous techniques, ONF, no 5,2004, p. 35-41.

Dubois J.-J. (coord.), Les milieux forestiers. Aspects géographiques, Paris, SEDES, 1999.

Dubois J.-J., « L’évolution historique des chênes et des hêtres dans la forêt d’Hesdin », dans Une journée en forêt domaniale d’Hesdin, CSE Nord-Pas-de-Calais/ONF, 2001 p. 19-21.

Dupouey J.-L. et al., « La végétation des forêts anciennes », Revue forestière française, no 6, 2002, p. 521-532.

Falinski J.-B., « Le parc national de Bialowieza et le système intégral des espaces protégés en Pologne », Revue forestière française, n° spécial, Patrimoines naturels forestiers, 1991, p. 190-206.

Hennebicque R., « Espaces sauvages et chasses royales dans le Nord de la France, viie-ixe siècle », Revue du Nord, tome LXII, no 44, 1980, p. 35-60.

Hotyat M., De l’espace territorial à l’analyse stationnelle : recherche méthodologique pour une approche biogéographique de la forêt française, HDR, université Paris VII, 1990.

Hotyat M., « Lecture : la forêt de Fontainebleau », dans Les milieux naturels du globe, dir. J. Demangeot, 2000, p. 262.

Hotyat M., « Réserve biologique intégrale du Gros Fouteau en forêt de Fontainebleau : entre dynamiques contrôlées et dynamiques spontanées », dans Forêt et réserves, cahier d’études no 13, Institut d’histoire moderne et contemporaine, Paris, CNRS, 2003, p. 35-43.

Koop H., Boddez C.-A., « Bilan européen des réserves intégrales forestières et leurs enseignements pour la foresterie », Revue forestière française, n° spécial, Patrimoines naturels forestiers, 1991, p. 185-189.

Lemée G., « La hêtraie naturelle de Fontainebleau », dans Problèmes d’écologie : écosystèmes terrestres, Paris, Masson, 1978, p. 75-128.

Lemée G., « Les réserves biologiques de la Tillaie et du Gros Fouteau en forêt de Fontainebleau, écocomplexes climaciques », B.S.Bot.Fr. (Bulletin de la société botanique de France), Lettres botaniques, no 1,1990, p. 47-62.

Oldeman R.A.A., Forest : Elements of Silvology, Heidelberg, Springer, 1990, 624 p.

ONF, Réserves biologiques dirigées et séries d’intérêt écologique particulier, instruction du 10 mai 1995, 20 p.

ONF, Réserves biologiques intégrales, instruction du 30 décembre 1998,36 p.

ONF, Prise en compte de la diversité biologique dans l’aménagement et la gestion forestière. Guide, 1999, 28 p.

ONF, Observatoire du patrimoine naturel des réserves biologiques. Analyse et bilan de l’enquête 1999-2000. Direction technique – Aménagement, sylviculture et espaces naturels, Paris, 2000,226 p. + annexes.

Oswald H., « Régénération naturelle », dans Le hêtre, Paris, INRA, 1981, p. 207-216.

Otto J., Écologie forestière, Paris, IDF, 1999.

Parinaud A., Barbizon, les origines de l’impressionnisme, Paris, Éd. Bonfini/Adam Biro, 1994.

Rameau J.-C., « Aménagement forestier, importance de l’écologie, prise en compte de la biodiversité », Revue forestière française, n° spécial, L’aménagement forestier hier, aujourd’hui, demain, 1999, p. 87-101.

Rochel X., Gestion forestière et paysages dans les Vosges d’après les registres de martelage du xviiie siècle. Essai de biogéographie historique, thèse de doctorat, Nancy II, 2004,607 p.

Schama S., Le paysage et la mémoire, Paris, Éd. du Seuil, 1999.

Walter J. Μ. N., « Bref aperçu du statut et de la dynamique des forêts anciennes naturelles et semi-naturelles d’Europe », Revue forestière française, n° spécial, Patrimoines naturels forestiers, 1991, p. 173-184.

Table des illustrations

Légende figure 1. Ordinogramme : dynamiques des RBI de Fontainebleau
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30408/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 296k

Auteurs

Professeur, Laboratoire GMA, UMR 8141, université de Lille I

Étudiant de maîtrise à l’université de Paris-Sorbonne, Paris IV.

© Éditions de la Sorbonne, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.