Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La nature a-t-elle encore une place dans les milieux géographiques ?

 | 
Paul Arnould
, 
Éric Glon

Première partie. Perceptions et impressions de la nature

Hivernie1

Martin De La Soudière

Texte intégral

  • 1 Pour le géographe québécois Louis-Edmond Hamelin, ce terme désigne le « territoire de l’hiver ».
  • 2 L’hiver. À la recherche d’une morte saison, Lyon, La Manufacture, 1987 (diffusion CID, 131, boulev (...)

1C’est en achevant ma recherche sur l’hiver en France (Margeride lozérienne, plateaux du Jura, Haute-Ardèche, Paris, etc.)2 que me sont venus l’envie, le besoin d’aller voir ailleurs, sous les zones nordiques. D’où ce texte qui rassemble informations ethnographiques et données climatiques sur le Québec, où l’hiver est bien davantage qu’une simple saison. Sans aller jusqu’en Sibérie où, là, « il y a douze mois d’hiver ; le reste c’est l’été » (dicton local), l’hiver québécois a très fortement à voir avec l’identité culturelle des habitants. « Mon pays, ce n’est pas un pays, c’est l’hiver », chante Gilles Vignault.

2À Québec, l’amplitude thermique entre l’été et l’hiver peut atteindre 76 °C. Gelée en profondeur, la terre ; gelés, cours d’eau et mers littorales. Mais du froid, on a fait un allié. Sur l’eau « dure » (gelée) circulaient les traîneaux canadiens. L’hiver, lacs et rivières forment ce qu’on appelle là-bas des « ponts de glace », jadis utilisés pour la circulation. Des voies étaient balisées sur ces plans d’eau figés, qui souvent raccourcissaient les trajets, en particulier sur toute la longueur du Saint-Laurent, privé de pont. Ces ponts de glace constituaient aussi un lieu de réunion, de commerce et de divertissement très fréquenté et fort apprécié. Ces boulevards de glace ne sont plus guère utilisés aujourd’hui que dans le nord du pays ; ailleurs, sur le Saint-Laurent par exemple, des brise-glace patrouillent régulièrement tout l’hiver, permettant ainsi la navigation. Quant au sol enneigé, comme on l’a déjà dit, il était utilisé pour la glisse des traîneaux. Ces chemins de neige étaient régulièrement tassés, et même parfois glacés par arrosage d’eau au petit matin, comme cela se pratiquait pour les lourds charrois de bois au Nouveau-Brunswick et en Gaspésie. Avec les progrès et l’extension géographique du déneigement, ces chemins d’hiver se font rares, mais sont encore l'unique voie de communication hivernale pour les Indiens Crees des villages de la région de la baie d’Hudson, privés de routes goudronnées.

Les temps de l’hiver

  • 3 Sauf indication contraire, toutes les citations sur le Canada de ce texte sont tirées de Pierre De (...)

3L’hiver s’installe : cette expression de nos climats prend ici tout son sens. Au Québec, il s’inscrit dans une « liturgie atmosphérique », scandée par une succession de« temps3 ». À l’automne – temps des feuilles –, marqué aux couleurs des feuilles d’érable, succède une période nuageuse (« le temps se calotte », « se graisse »...), prélude à l’arrivée de l’hiver. On entre alors dans le temps des froids (on dit aussi le « temps des neiges »), ponctué par l’abattage du porc – le temps des viandes (on « fait boucherie », dit-on) –, puis dans le temps des fêtes. La fin de l’hiver est occupée à la récolte du sucre d’érable : c’est le temps des sucres, auquel, plus tard, succédera le temps des chaleurs. L’été s’efface ensuite, mais doucement, ouvrant les sous-bois à la cueillette des myrtilles (c’est le temps des « bleuets »), avant de s’achever en une superbe arrière-saison, le fameux « été des Indiens », ou « été des sauvages ».

  • 4 Louis Hémon, Maria Chapdelaine. Récit du Canada français, Montréal, Éditions Presses de la Cité, 1 (...)

« Avec juin, le vrai printemps vint brusquement. Le soleil chauffa la terre et les bois, les dernières plaques de neige s’évanouirent ; la rivière Péribonka grimpa peu à peu le long de ses hautes berges rocheuses et vint noyer les buissons d’aulnes et les racines des premières épinettes ; une boue prodigieuse emplit les chemins. La terre canadienne se débarrassa des derniers vestiges de l’hiver avec une sorte de rudesse hâtive, comme par crainte de l’autre hiver qui venait déjà4. »

4Comme les bans au Moyen Âge – officiellement ouverts, puis fermés-, l’hiver ici accentue les différences qui le distinguent des autres saisons. On retrouve chaque année les mêmes habitudes, les mêmes préoccupations, on reprend les mêmes précautions. Au seuil de l’hiver, dans les campagnes, on calfeutrait soigneusement les maisons, les châssis extérieurs des doubles fenêtres étaient remontés, on quittait la cuisine d’été pour celle d’hiver. C’était le « grand bardas », le « grand ménage », période importante consacrée au stockage des provisions de nourriture, à la vérification des traîneaux (réparation des lisses, patins, bâches), etc. Symétriquement, à la fin de la mauvaise saison, se déroulait un nouveau bardas : le « grand ménage de Pâques », la « rangerie ».

Trappeurs

  • 5 Communication de Pierre Olivier et Michel Roland (Ontario).

5Tout autant que l’espace domestique, changent les activités elles-mêmes. À la différence de l’Europe occidentale, la chasse est une activité très rémunératrice. Là encore, on tire parti du froid et de la neige. « En leur mythologie, les Indiens du Canada imaginaient un paradis où il y avait un hiver, le plus bénin possible, mais assez froid cependant pour donner aux animaux leurs belles fourrures. » Les animaux à fourrure sont activement piégés. Mais les trappeurs ne sont pas ces hommes des bois ou ces marginaux que l’on pourrait imaginer. Agriculteurs, commerçants, fourreurs pratiquent la « trappe » à la manière d’une cueillette, comme une activité, certes complémentaire, mais très rémunératrice (nombreux sont par ailleurs les Indiens qui en font leur activité principale : sur certains territoires, ils ne sont soumis à aucune limitation pour la chasse comme pour la pêche). Tous ceux qui la pratiquent en ont la passion. Le territoire de chaque commune est divisé en lots (« lignes de trappe ») sur lesquels l’adjudicataire a l’exclusivité du piégeage (il doit néanmoins respecter certains quotas). Castors, rats musqués, renards blancs, surtout, loups aussi font l’objet d’un trafic qui ne s’est pas ralenti depuis la création des postes de traite des fourrures au xviie siècle (Compagnie de la baie d’Hudson, etc.). Certaines villes sont connues pour l’importance de leurs foires à la fourrure – ainsi North Bay, dans l’Ontario, où l’on vient du monde entier5.

Bals de neige

6Tous les auteurs qui ont étudié l’histoire de la vie sociale canadienne soulignent l’entrain, le nombre et la fréquence des divertissements d’hiver (pour maintenir le moral de la population récemment installée, Champlain créa d’ailleurs l’« ordre de Bon-Temps », association qui organisait des loisirs). Même si l’on était contraint de rester chez soi, on « prenait son hiver », « on se rattrapait de la surcharge de l’été » par les veillées, les fêtes et les jeux. Ce constat vaut encore largement aujourd’hui. La neige, comme l’écrit un journal québécois, semble ici « conçue pour le plaisir ». On la célèbre en effet par des « carnavals d’hiver » très fréquentés et très animés, ceux de Montréal, Ottawa, Québec, Chicoutimi, en particulier, où courses de traîneaux, concours de monuments de glace, « bals de neige » et exhibitions sportives durent plusieurs jours. Certaines rues de Québec (la terrasse Dufferin, en particulier), le parc du Mont-Royal à Montréal, la chute de Montmorency (le « pain de sucre »), gelée en hiver, se transforment tout l’hiver durant en terrains de patinage ou en pistes de luge et de ski. Le canal Rideau, à Ottawa, est la plus longue patinoire du monde.

7De la variété des moyens de déplacement, les Québecois ont peu à peu fait, au cours de leur histoire, toute une gamme d’activités récréatives (aux xviiie et xixe siècles, l’entrain était si marqué à la sortie des messes qu’on promulgua des ordonnances « défendant aux habitants de faire galoper leurs chevaux et leurs carrioles à la sortie des églises »). Aujourd’hui, les concours de skidoo (scooters des neiges, invention québecoise, 1959) sont fréquents dans les campagnes : ainsi à Chibougamau, ou sur le lac Saint-Jean, pris en hiver par la glace. Mais c’est le hockey sur glace qui demeure le sport le plus pratiqué. Jeu national, il a son terrain (son arena) dans presque chaque commune. Il fait rêver les adolescents, et les matchs captivent un très large public.

8Mais le Canada n’est pas seul à faire des sports de neige un loisir populaire et quotidien. Les pays Scandinaves ont le ski de fond et les courses automobiles sur neige ; le Groenland, les courses de traîneaux à chiens.

L’impossible portrait

9L’hiver n’est donc pas la saison recluse que l’on pourrait croire. Sa sociabilité particulière et l’importance des activités de détente semblent un corollaire de la rigueur même du climat et de la durée de cette saison. Celle-ci est-elle pour autant une saison heureuse ? Le problème est mal posé ; car si l’hiver n’est pas trop appréhendé, il n’est pas non plus, par tous ni toujours, espéré : il est attendu. Dans ces régions nordiques, il ne dérange pas les habitudes, puisqu’il est lui-même habitude.

10Chaque auteur voit l’hiver à sa porte. Après avoir déclaré, non sans humour, que la première adaptation du Canadien à l’hiver avait été la mort, Deffontaines célèbre les vertus de cette saison.

« L’hiver canadien est bien un état de siège, mais les assiégés ont triomphé de l’ennemi ; malgré sa rudesse, la saison froide est devenue pour eux une saison animée, peut-être comme on aime une victoire gagnée [...]. Il [l’hiver] fut le grand éducateur du Canada. »

  • 6 « L’homme et l’hiver en Nouvelle-France », dans Les Cahiers du Québec, no 10, coll. « Documents d’ (...)
  • 7 Récit de voyage du baron de Lahontan, 1703, cité par Deffontaines, op. cit., p. 48.

11Même ton chez Jean Malaurie, à propos des Inuit, qui évoque la joie et l’exaltation de triompher des éléments déchaînés. À l’inverse, les conditions inhumaines de la vie dans les déserts glacés de Sibérie, baignés dans une lumière d’un autre monde, sont parfois stigmatisées6. Quant aux premiers explorateurs du Nouveau Monde, surpris par la rigueur du climat, atteints par les gelures, le scorbut, etc., leur vision était de terreur : « Il fallait avoir le sang d’eau-de-vie, le corps d’airain et les yeux de verre pour résister au froid7. » Certains missionnaires pourtant et certains pionniers ont chanté les avantages et les vertus de l’hiver canadien.

  • 8 Pierre Boucher, « Histoire véritable et naturelle des mœurs et productions du pays de la Nouvelle- (...)

« Pour l’hiver, quoiqu’il dure cinq mois et que la terre y soit couverte de neige, et que pendant ce temps le froid y soit un peu âpre, il n’est pas toutefois désagréable : c’est un froid qui est gai, et la plupart du temps ce sont des jours beaux et sereins, et on ne s’en trouve aucunement incommodé : on se promène partout sur les neiges, par le moyen de certaines chaussures faites par les Sauvages, qu’on appelle raquettes, qui sont fort commodes. En vérité, les neiges sont ici moins importunes que ne sont les boues en France8. »

  • 9 S.-L. Lamontagne, L’hiver dans la culture québécoise, Québec, Institut québécois de recherches sur (...)

12Dans de semblables idéalisations de l’hiver canadien, il faut voir l’action de propagande que menèrent les missionnaires auprès des immigrants fraîchement arrivés sur les rives du Saint-Laurent, afin de les encourager à partir défricher et s’installer toujours plus au nord du pays9.

  • 10 Cf. Bernard Arcand, Abolissons l’hiver !, Québec, Éd. Boréal, 1999.
  • 11 Cf. Nicole Phelouzat-Perriquet et Martin de La Soudière, « Les mois noirs. Dépression saisonnière (...)

13Qui croire ? Tous ces témoins ont leurs raisons d’embellir la réalité ou au contraire de noircir le tableau. Comme sous toutes les latitudes, les habitants, selon leur sensibilité, leur résistance physique, ont sans nul doute un rapport très personnel et donc très différencié au climat. On peut maudire l’hiver, mais se laisser prendre pourtant à ses séductions ataviques et tenaces, comme Maria Chapdelaine ; ou trouver là, comme de nombreux poètes canadiens ou Scandinaves, l’occasion de célébrer la beauté de sa propre patrie, malgré – mais peut-être aussi à cause de – la rudesse de son climat. Quand on interroge les habitants, on les sent partagés entre résignation et plaisir, entre stigmate et emblème, comme si l’hiver leur servait à exprimer une dualité envers l’environnement. Dualité où néanmoins le négatif l’emporte sur le positif10. Ne serait-ce qu’à cause de facteurs psychologiques comme la « dépression saisonnière hivernale » (SAD, comme disent avec humour les Américains : seasonal affective disorder) qui les touche bien plus fortement que nous-mêmes en France11 ?

  • 12 Cécile Gagnon, Johanne du Québec, Paris, Flammarion, coll. « Albums du père Castor », 1983.

14Saison aimée ? Plutôt saison acceptée, instillée dans la culture, dans les mots, le corps. La rudesse objective de l’hiver ainsi banalisée, grands froids et neiges abondantes ont rarement, subjectivement, pour les habitants, le caractère excessif, exceptionnel ou dramatique qu’on pourrait leur prêter depuis la France. Ouvrons des livres de lecture : ils font de l’hiver (en Scandinavie comme au Canada) une leçon de choses, un volet du mode de vie, et non une épreuve à subir. Johanne découvre les migrations des oies blanches, signe de l’hiver qui approche. Sa maman fait l’inventaire et l’inspection des « costumes d’hiver ». Un matin, son frère s’écrie : « La neige ! La neige ! » Deux jours après, on retrouve Johanne en train de construire son « château de neige ». Mais la « poudrerie » fait rage à Montréal : écoles et services publics sont fermés, ce qui permet à l’illustrateur de montrer au jeune lecteur les différents engins de déneigement en action. Partie de hockey, course de traîneaux, visite à la cabane à sucre meublent la suite du récit12.

Pipoun, le génie de l’hiver

  • 13 P. Veyret, en particulier. Cf. Péguy, La neige, p. 7.

15Marquées par les saisons, ces régions le sont davantage que les zones tempérées, mais surtout d’une autre manière. Ainsi les géographes ont-ils proposé l’expression « rythme binaire » pour rendre compte de la distinction de deux phases, de deux versants du mode de vie qu’ils ont repérés dans le cycle de l’année13. De son côté, Marcel Mauss, au début du siècle, avait interprété ces « variations saisonnières » comme une matrice qui, tout au moins chez les Inuit, affectait l’ensemble de la culture. Mais les chercheurs ont très certainement exagéré cette bipolarité et sous-estimé à la fois la durée et les activités spécifiques des saisons intermédiaires (printemps et automne).

  • 14 S.-L. Lamontagne, L’hiver dans la culture québécoise, op. cit., p. 19.
  • 15 Maria Chapdelaine, op. cit., p. 81-82.

16Si de telles affirmations sont à nuancer, il est cependant frappant de constater la convergence de l’opinion des observateurs et de celle des habitants. « Aujourd’hui encore, on ressent un printemps et un automne obscurcis par le poids de l’hiver14. » À plus forte raison peut-on lire, dans ce roman du début du siècle directement tiré de la réalité rurale québécoise, cette page mélancolique : « L’automne. [... ] Il semblait que le printemps ne fût que d’hier. Le grain n’était pas encore mûr, chauffé par le trop court été, et déjà l’automne était là, annonçant le retour de l’inexorable hiver, le froid, bientôt la neige15. » Quant aux autochtones, leurs légendes expriment la même idée. Ainsi les Indiens :

  • 16 Père Paul Lejeune, 1633, dans L’homme et l’hiver en Nouvelle-France, p. 174.

« reconnaissent deux principes des saisons : l’un s’appelle nipoukhé, qui ramène le printemps et l’été [...]. L’autre s’appelle pipounoukhé, du nom de Pipoun, qui signifie l’“hiver”, qui ramène la saison froide [...]. Ils appellent cette succession de l’un à l’autre achitefcatoueth, c’est-à-dire “ils passent mutuellement à la place l’un de l’autre”16. »

17Un important corpus de légendes amérindiennes se rapporte d’ailleurs aux saisons, dont l’une des plus belles se nomme « Paroles gelées » :

  • 17 Ibid., p. 172.

« On dit qu’il y a un pays où le froid est si grand que toutes les paroles s’y gèlent, et quand le printemps s’approche, ces paroles venant à se dégeler, on entend, quasi en un moment, tout ce qui s’est dit pendant l’hiver17. »

  • 18 S.-L. Lamontagne, op. cit.

18L’hiver n’inspire plus au Québec la crainte et la vénération qui se lisent dans ces textes. Après une phase d’« appréhension » (xvie et xviie siècles), puis d’« adaptation » (xviiie siècle), les Canadiens ont ensuite su le « domestiquer18 ». Mais bien plus qu’en Europe occidentale, il a encore de beaux jours pour les Québécois, les Inuit et les Lapons, d’autant plus que, au moment où se posent à eux des problèmes d’identité au sein des États auxquels ils sont rattachés (Canada, Danemark, Norvège, Suède et Finlande), ils revendiquent, au même titre que l’usage de leur langue et de leurs coutumes, celui de leur hiver.

19En France, nous n’avons plus froid que dans les contes. Il neige davantage sur les cartes de vœux que dans les rues. Mais notre hiver est aussi un peu celui de ces régions, par la fascination qu’elles exercent sur nous, comme un archétype, un au-delà de l’hiver, ainsi que le font – pour l’été – le désert chaud ou les tropiques. Les hivers extrêmes s’imposaient donc dans la quête de cette saison. Situés ici – in fine –, ils la prolongent plus qu’ils ne la résument : « Les cloches sont toujours plus belles de l’autre côté de la montagne » (proverbe allemand).

Bibliographie

Références bibliographiques

Arcand B., Abolissons l’hiver, Québec, Éd. Boréal, 1999.

Boucher R, « Histoire véritable et naturelle des mœurs et productions du pays de la Nouvelle-France », dans L’homme et l’hiver en Nouvelle-France, 1664.

Deffontaines P., L’homme et l’hiver du Canada, Paris, Gallimard, 1957.

Gagnon C., Johanne du Québec, Paris, Flammarion, coll. « Albums du père Castor », 1983.

Hémon L., Maria Chapdelaine, Éditions de Mortagne, 1983 (édition originale publiée en 1914).

Lamontagne S.-L., L’hiver dans la culture québécoise. Québec, Institut québécois de recherches sur la culture, 1983.

La Soudière M. de, L’hiver. À la recherche d’une morte saison, Lyon, La Manufacture, 1987.

Mauss M., « Essai sur les variations saisonnières des sociétés eskimos. Étude de morphologie sociale », dans Sociologie et anthropologie, 1983 (1905).

Péguy C.-R, La neige, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Que sais-je ? », 1968 (1952).

Phelouzat-Perriquet N. et La Soudière M. de, « Les mois noirs. Dépression saisonnière et photothérapies, approche anthropologique », Méandres. Recherches et soins en santé mentale, no 8, 2001, p. 7-63.

Notes

1 Pour le géographe québécois Louis-Edmond Hamelin, ce terme désigne le « territoire de l’hiver ».

2 L’hiver. À la recherche d’une morte saison, Lyon, La Manufacture, 1987 (diffusion CID, 131, boulevard St-Michel, Paris 5e)

3 Sauf indication contraire, toutes les citations sur le Canada de ce texte sont tirées de Pierre Deffontaines, L’homme et l’hiver du Canada, Paris, Gallimard, 1957.

4 Louis Hémon, Maria Chapdelaine. Récit du Canada français, Montréal, Éditions Presses de la Cité, 1979 (écrit en 1916), roman qui s’achève par la mort du héros dans une « poudrerie ».

5 Communication de Pierre Olivier et Michel Roland (Ontario).

6 « L’homme et l’hiver en Nouvelle-France », dans Les Cahiers du Québec, no 10, coll. « Documents d’histoire », Montréal, Éditions Hurtubise, 1972.

7 Récit de voyage du baron de Lahontan, 1703, cité par Deffontaines, op. cit., p. 48.

8 Pierre Boucher, « Histoire véritable et naturelle des mœurs et productions du pays de la Nouvelle-France », dans L’homme et l’hiver en Nouvelle-France, 1664, p. 167.

9 S.-L. Lamontagne, L’hiver dans la culture québécoise, Québec, Institut québécois de recherches sur la culture, 1983, p. 39-46.

10 Cf. Bernard Arcand, Abolissons l’hiver !, Québec, Éd. Boréal, 1999.

11 Cf. Nicole Phelouzat-Perriquet et Martin de La Soudière, « Les mois noirs. Dépression saisonnière et photothérapie, approche anthropologique », Méandres. Recherches et soins en santé mentale, no 8, 2001 (publié par l’hôpital Pierre-Janet du Havre).

12 Cécile Gagnon, Johanne du Québec, Paris, Flammarion, coll. « Albums du père Castor », 1983.

13 P. Veyret, en particulier. Cf. Péguy, La neige, p. 7.

14 S.-L. Lamontagne, L’hiver dans la culture québécoise, op. cit., p. 19.

15 Maria Chapdelaine, op. cit., p. 81-82.

16 Père Paul Lejeune, 1633, dans L’homme et l’hiver en Nouvelle-France, p. 174.

17 Ibid., p. 172.

18 S.-L. Lamontagne, op. cit.

© Éditions de la Sorbonne, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.