Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sur les hautes terres comme au ciel

 | 
Alain Gascon

Glossaire (sens actuel)1

Texte intégral

  • 1 Sauf indication contraire, les mots viennent de l’amharique.

1aanaa [oromo] : sub-district. Subdivision administrative du wäräda (district) dans le kellel Oromiyya.

2Abbaa Muda [oromo] : (père de l’onction). Le pèlerinage des Oromo auprès de l’Abbaa Muda, au Balé, est tombé en désuétude au début du xxe siècle. Les Oromo de l’Est, devenus massivement musulmans, se rendent en pèlerinage au tombeau de Cheikh Hussein du Balé.

3abun [guèze] : (notre père) – abuna avec le nom du titulaire –, chef de l’Église éthiopienne täwahedo. Selon la règle établie au ive siècle, le patriarche [papas] copte d’Alexandrie désignait comme abun, un moine égyptien. Depuis 1952, les évêques éthiopiens élisent l’un des leurs comme patriarche de l’Église täwahedo désormais autocéphale.

4abyot/Abyot : révolution/Révolution.

5Adaama [oromo] : Nazrét. Chef-lieu de YOromiyaa (abandonné en juin 2005).

6Aaddee [oromo] : Madame.

7addis mändar : nouveau village de la « villagisation » (1985-1986).

8Addis Abäba : (nouvelle fleur) kätäma fondée par Menilek en 1887. S’est brièvement appelée Addis Entotto (Nouvel Entotto). Pour les Oromo : Finfinnee.

9Addis Harär : (Nouveau Harär) premier nom de Dirré Dawa (1902).

10afaan oromo/oromifaa : langue oromo.

11Afar [afar] : nom que se donnent les Danakil.

12agär/hagär : contrée, pays (au sens large). Vieilles provinces du Nord par opposition à dar agär.

13agäw/Agäw : langue couchitique, locuteur de cette langue.

14Alämaya : officiellement Haromaya depuis 2005. Université du Harär (1991). École d’agriculture fondée sous Haylä Sellasé à l’aide de l’Université d’Oklahoma.

15aliya [hébreu] : « montée » (migration) à Jérusalem des Juifs de la diaspora.

16amba : butte isolée calcaire ou mésa.

17Ambo [oromo] : chef-lieu de l’awrajja de Jebat et Métcha (jusqu’en 1991) puis de la zone du Choa-Ouest. Nom « officiel » : Hagärä Heywät. On y extrait l’eau minérale la plus consommée en Éthiopie.

18amhareñña : amharique.

19Aqänna : Reconquista du Sud par Menilek II (1880-1904).

20Argobba : populations résiduelles, locutrices d’une langue sémitique du même nom (nord du Choa et Harär).

21äsät [guragé] : ensät.

22ascari [italien] : supplétifs de l’armée coloniale italienne d’après ashkär : serviteur.

23Ato : Monsieur.

24atsé : titre officiel du roi des rois d’usage courant jusqu’à Menilek.

25aw [somali] : cheikh.

26awrajja : province jusqu’en 1991.

27baddaa [oromo] : régions hautes froides.

28bäga : saison sèche (octobre-juin).

29Baher Negash : (seigneur de la mer) titre du gouverneur du Tegray.

30bah(e)r zaf : (arbre d’outre-mer) eucalyptus ou « arbre de Menilek ».

31balabbat : (lit., qui a un père) notable indigène du Sud qui s’est soumis à Menilek et a récupéré un tiers [siso] des terres mängest lors de l’Aqänna.

32Balé : royaume oromo (xve siècle), keflä hagar jusqu’en 1991, puis zone de l’Oromiyaa. Soulèvement des tenanciers précaires (1963-1967).

33bälg : petites pluies (février-mars).

34bärbäré : piment fort.

35Bétä Israél : [guèze] (lit., Maison d’Israël) juif, israélite éthiopien.

36Bishoftu [oromo] : Däbrä Zäyt.

37Bolé : aéroport d’Addis Abäba.

38bayto [tigrigna] : assemblée villageoise au Tegray (et en Érythrée) qui redistribue les terres au sein de la communauté et admet ou refuse les étrangers. Section locale du FPLT.

39behér : contrée, nation, national (utilisé comme qualificatif).

40berr : monnaie de l’Éthiopie (0,45 $ US jusqu’en 1992 puis 0,15-0,10 $ US).

41bétä negus : maison ronde, tukul pour les Européens.

42budda : mauvais œil.

43bulla : qotcho séché et réduit en poudre.

44bunna : café. Un bunna bét n’est pas un lieu où l’on boit seulement du café mais c’est surtout un lieu de rencontre.

45caffee/Caffee [oromo] : assemblée gadaa, Assemblée du kellel Oromiyaa [tchaffé].

46Choa/Shäwa : royaume semi indépendant (xviie-xixe siècles) peuplé, au nord, d’Amhara (le Vieux-Choa de Joseph Tubiana) et au sud d’Oromo. De 1942 à 1987, région administrative (chef-lieu Addis Abäba) la plus peuplée. En 1991, partagée entre les kellel Amhara et Oromie. Menilek et Haylä Sellasé étaient choans.

47couchitique/Kushitic : chamitique ou hamitique, langues du groupe chamito-sémitique (afro-sémitique) comme l’oromo, le somali, l’agäw, ou l’afar...

48Däbrä Zäyt [guèze] : (mont des Oliviers) Bishoftu.

49däbtära : laïc responsable de la liturgie et de la catéchèse dans l’Église täwahedo.

50däga : étage bio-climatique supérieur (> 2 400 m), frais.

51dajjazmach/däjjach : commandant de la tente du Roi, titre de noblesse.

52Dankali/Danakil (pluriel) [arabe] : Afar.

53dar agär : périphérie des hautes terres du Nord.

54därg/Därg : comité/junte militaire au pouvoir (1974-1987).

55dayr[somali] : petites pluies (septembre-octobre).

56diya/mag[arabe/somali] : prix du sang.

57dergo : corvée de nourriture due aux invités royaux.

58dongora/dängra : bâton à fouir (lestée d’une pierre percée au Harär).

59edder : association d’entraide, funéraire à l’origine.

60endärasé : (lit., à ma place) représentant du negus.

61enjära : crèpe de téf base de la nourriture éthiopienne.

62ensat : « faux » bananier (Ensete ventricosum).

63Entotto : kätäma, à 2 900 m d’altitude, fondée par Menilek, roi du Choa, et abandonnée, après son couronnement comme roi des rois, à l’église d’Entotto Raguél, au profit de son piémont et des sources thermales de Fel Wuha où est construite la ville d’Addis Abäba.

64equb : association volontaire d’épargne, tontine.

65etchägé : supérieur des moines éthiopiens. Chef réel de l’Église tant que l’abun était un moine égyptien qui ignorait tout de l’Éthiopie.

66etegé : titre de l’épouse du negusä nägäst. Ne pas confondre avec reine,

67éthiopisant : spécialiste des langues sémitiques éthiopiennes. On emploie, parfois, éthiopianiste, calqué sur l’anglais, pour désigner un spécialiste de l’Éthiopie.

68fälasha : (lit. migrant, déraciné), juif, israélite éthiopien.

69färänj : étranger, Européen.

70färäsäñña : (lit., cavalier) vétéran titulaire d’une concession au Sud.

71Fasika [guèze] : Pâques.

72Fetha Nägäst [guèze] : « Justice des Rois », code éthiopien traditionnel.

73Finfinnee [oromo] : Addis Abäba.

74fitawrari : commandant de l’avant-garde, titre de noblesse.

75follé [oromo] : deuxième grade du gäda.

76gandaa [oromo] : nom des qäbälé dans le kellel Oromiyaa.

77gäbbar : (lit., tributaire) dans le Nord, titulaire d’un rest, dans le Sud, tenancier précaire.

78gadaa [oromo]/gäda : classes d’âge et de génération des Oromo (huit périodes de cinq ans).

79Galla : surnom (considéré maintenant comme péjoratif) donné par les Amhara aux Oromo jusqu’en 1974.

80galma [oromo] : « temple » d’un qaalluu.

81gammooojii [oromo] : régions basses chaudes.

82Ganna : polo joué à Noël en souvenir du martyre d’un saint éthiopien dont la tête tranchée servit de palet à ses bourreaux. Nom de la fête de Noël. Voir Ledät.

83Gännät [guèze] : Paradis.

84gasha : (lit., terre du bouclier) tenure – avec des gäbbar pour la cultiver – concédée aux soldats, au Sud et dont le revenu équivaut au rapport de quarante hectares de « bonne » terre.

85gebbi/Gebbi : palais, résidence. Palais de Menilek à Addis Abäba : appelé vieux Gebbi depuis la construction du palais du Jubilé en 1995.

86geez : guèze, langue afro-sémitique antique, « mère » des langues sémitiques éthiopiennes, langue liturgique de l’Église täwahedo et de l’Église catholique uniate.

87gésho : arbuste dont les feuilles séchées sont adjointes au täj et à la tälla (Rhammus prinoides l’Hérit.).

88Geyon [guèze] : un des deux fleuves du Paradis. Nom « officiel » de Wäliso.

89Gizéyawi wättäddärawi mängest : Gouvernement militaire administratif provisoire (CMAP) dirigé par le Därg de 1974 à 1987.

90gojjo : petite hutte ronde.

91gosa : « tribu », peuple.

92graññ/Graññ : gaucher. Ahmed Graññ [le Gaucher] lança le jihad contre l’Éthiopie (1524-1543).

93grar : watco, laaftoo [oromo] acacias utilisés pour les charpentes et les enclos (Acacia abyssinica).

94grazmach : commandant de l’aile gauche, titre de noblesse.

95gu [somali] : saison des pluies (mars-juin)

96gult : remise ou part de l’impôt foncier accordé sur une terre en échange d’une fonction. Abolition programmée après 1941.

97gurey/Gurey [somali] : gaucher. Axmet Gurey est le nom d’Ahmed Graññ pour les Somali.

98Habäsha/Abäsha : (lit., Abyssin) Éthiopien.

99Haromaya [oromo] : officiellement Alämaya jusqu’en 2005. Université du Harär (1991). École d’agriculture fondée sous Haylä Sellasé à l’aide de l’Université d’Oklahoma

100Hagärä Heywät [guèze] : (lit., lieu de la vie) nom « officiel » d’Ambo, jamais utilisé dans l’usage courant.

101hebrät ersha : coopérative agricole.

102hezb : peuple, nation.

103jilaal [somali] : saison sèche (novembre-mars).

104horida/hordaan [oromo] : bâton à planter.

105hudad : « réserve » du roi ou des concessionnaires dans le Sud, cultivée par des « corvées ».

106jabarti/Jabarti : marchands locuteurs de l’amharique et musulmans.

107Jasiira [somali par l’arabe] : presqu’île, Mésopotamie somalienne entre le Wabi Shabeele, à l’est, et le Jubba, à l’ouest.

108jamaaca [somali] : confréries religieuses musulmanes [zawiya].

109Käbrä Nägäst [guèze] : « La Gloire des Rois ». Les manuscrits du Käbrä Nägäst (xiiie-xvie siècles) exposent le mythe salomonien.

110käffiñña : langue omotique parlée au Käfa.

111kätäma : place forte et maintenant ville.

112keflä hagär : région administrative, a remplacé le gouvernement général (1974-1987).

113kellel : région-État de l’Éthiopie fédérale (1991), divisée en zones.

114kerämt : grandes pluies (juin-septembre).

115khât [arabe] : tchat.

116koba : autre nom de l’ensät dans les langues du Sud.

117koso : heetoo [oromo] ténifuge redoutable pour le ver et le patient (Hagenia abyssinica). Arbre des däga.

118ledät/Ledät : naissance, Noël. Voir ganna.

119lej : enfant et aussi titre de noblesse des rejetons des grandes familles.

120leul : prince.

121madäriya : concession des administrateurs, dans le Sud.

122mahbär : association votive, puis toute association, syndicat...

123Mäkanä Iyyäsus : (lit., sacerdoce de Jésus ou Jésus-prêtre). Nom pris par l’Église protestante (évangélique) d’Éthiopie en 1921 à Addis Abäba. Fondée par les missions évangéliques allemandes et Scandinaves expulsées d’Érythrée par les Italiens et installées sous Menilek, en 1898, parmi les Oromo du Wällägga. Membre de la Fédération luthérienne mondiale depuis 1959.

124mälkänniya : concession des administrateurs et des militaires, proches des frontières, dans le Sud.

125mändär : hameau, village, bourg.

126mandaraa [oromo] : bourg, ville d’après l’amharique mändär,

127mängest : (de negus), gouvernement. Qualificatif donné aux terres des tributaires défaillants, des rebelles et des vaincus, saisies par le roi qui les attribuait comme concessions à ses fidèles.

128Märäb mellash : outre-Märäb (au nord de la rivière Märäb), un des noms du territoire de l’actuelle Érythrée avant la colonisation italienne.

129maräsha : araire et [guragé] fourche à fouir.

130masaraa [oromo] : résidence, palais, mosquée.

131Mäsqäl [guèze] : fête de l’Invention et de l’Exaltation de la Croix (fin septembre), marque la fin de keramt.

132Mätsähaf Qeddus [guèze] : livre saint, les Écritures Saintes, la Bible.

133Métcha : région éponyme du groupe oromo établi à l’ouest d’Addis Abäba. Dans la zone du Choa-Ouest de l’Oromiyaa : chef-lieu Ambo.

134mooti [oromo] : chef appelé negus par les Amhara.

135näftäñña : fusilier, vétéran titulaire d’une concession au Sud.

136naqfa : monnaie de l’Érythrée (depuis 1997).

137Naqfa : ville d’Érythrée, jamais prise par l’armée éthiopienne.

138Nazrét [guèze] : Adaama. Chef-lieu de l’Oromiyaa (jusqu’en juin 2005).

139negest : reine. Ne pas confondre avec etegé.

140negus : roi.

141negusä nägäst [guèze] : roi des rois. Traduit improprement par empereur.

142nug : oléagineux (Guizota abyssinica).

143Obboo [oromo] : Monsieur.

144odaa [oromo] : grand sycomore (Cordia ?) représenté sur le drapeau de l’Oromie.

145Oromie : Oromiyaa.

146Oromiyaa [oromo] : Oromie, kellel des Oromo.

147orthodoxe : l’Église éthiopienne täwahedo [monophysite] s’attribue ce titre alors qu’il devrait être réservé, en toute rigueur, aux Églises chalcédoniennes romaine et grecque. L’Église éthiopienne – comme les Églises copte, arménienne et syrienne – est non-chalcédonienne.

148pappas [guèze] : évêque. Parfois attribué au patriarche éthiopien (abun).

149Peace Corps : (États-Unis) volontaires de la paix. Programme d’aide lancé par le président Kennedy.

150qaalluu [oromo] : « mage », thaumaturge visité périodiquement par des esprits de Waaqa.

151qaat [somalí] : tchat.

152qäbälé : comité de quartier institué lors de la collectivisation des terres urbaines le 26 juillet 1975 puis, depuis décembre 1975, premier échelon politico-administratif dans toute l’Éthiopie. Gandaa en Oromiyaa.

153qaññazmach : commandant de l’aile droite, titre de noblesse.

154qotcho [oromo] : ensät et pâte fermentée de faux-bananier.

155qolla : étage bio-climatique inférieur (<1800 m), chaud et impaludé et aussi vallée.

156qorqoro : tôle ondulée.

157qulqwal : adaami [oromo], grands euphorbes des wäyna däga et qolla qui émettent un suc vésicant (Euphorbia candelabrum, abyssinica).

158ras : tête, titre de noblesse et grade militaire le plus élevé.

159reer [somali] : unité minimale de lignage.

160rest/resti [tigrigna] : tenure lignagère héritée et inaliénable chez les Amhara-Tegréens.

161restä gult : remise d’impôt à un titulaire de gult.

162säfär : camp puis quartier d’une ville.

163shängo/Shängo : assemblée, Parlement.

164shefta : rebelle et bandit d’honneur.

165shir [somali] : assemblée de plusieurs reer en vue de conclure un pacte [xeer] pour le paiement du prix du sang [diya/mag],

166shola : arbu [oromo], énormes figuiers des wäyna däga et qolla (Ficus dahro Del., vasta Forsk., sycomorus L„ religiosa Gasp.).

167siso : (lit., un tiers mais en fait un sixième) part rétrocédée au balabbat et aussi contrat de tenure à par de fruit.

168suq : échoppe, boutique.

169tabot : pierre d’autel ou tablette de bois qui rappelle l’Arche d’alliance.

170täj : hydromel.

171tälla : boisson de céréales fermentées appelée « bière éthiopienne ».

172täwahedo : union, unité ; monophysite. Doctrine christologique – condamnée en 451 par les canons du concile œcuménique de Chalcédoine – que l’Église éthiopienne partage avec les Églises copte, arménienne et syrienne et qui privilégie la nature divine du Christ.

173täzqar : banquet funéraire organisé, entre autres, par l’edder.

174tchat : stupéfiant (Catha edulis Forsk) « brouté » principalement par les musulmans de la Corne de l’Afrique. Se répand en ville chez les jeunes chrétiens.

175ted : gaatira [oromo] grand genévrier utilisé pour les charpentes (Juniperus procera Hochst).

176téf : céréale à la base de l’enjara (Eragrostis abyssinica).

177Tegré : amharique pour Tegray [tigrigna].

178Tegréen : habitant du Tegray et des trois provinces des plateaux centraux d’Érythrée : Särayé, Hamasén et Akälä Guzay. Locuteur du tigrigna.

179tegreñña : tigrigna. Langue officielle du Tegray et de l’Érythrée.

180Temqät [guèze] : Épiphanie-Théophanie, commémoration du baptême du Christ (fin janvier) qui éclipse Noël. Procession des tabot vers une rivière, une source ou une mare.

181täqlay gezat : gouvernement général (1942-1974).

182tigré : langue sémitique parlée au nord de l’Érythrée.

183Tihama [arabe] : plaine torride qui borde la mer Rouge.

184tisäñña : tenancier précaire à part de fruit, au Sud. Vient de tés [fumée] qui sort à travers le toit de chaume de la hutte que le tisäñña a élevée.

185tsewa : calice. Donne son nom aux associations votives féminines de l’Église éthiopienne täwahedo.

186tukul [arabe] : maison, hutte ronde employée à la place de bétä negus ou de gojjo par les färänj.

187Waaqa [oromo] : voûte céleste. Divinité suprême.

188Wälayta : nom officiel du Wällamo après la Révolution.

189Wäliso [oromo] : chef-lieu de l’awrajja de Tchäbo et Guragé jusqu’en 1991. Nom « officiel » : Geyon.

190Wällamo : nom officiel du Wälayta avant la Révolution.

191wänza : waadessa [oromo] grand « figuier » des wäyna däga et qolla (Cordia africana, abyssinica).

192wäräda : subdivision administrative des zones, district.

193wärka : qiltu [oromo], énorme figuier des wäyna däga et qolla (Ficus dahro Del., vasta Forsk., sycomorus L„ religiosa Gasp.).

194wät : sauce, ragoût où est trempée 1’enjära.

195wäyna däga : étage bio-climatique intermédiaire (1 800-2 400 m), däga « à vigne ».

196wäyra : ejärsa [oromo], oliviers (Olea africana, chrysophylla Lam., verrucosa) utilisés pour les charpentes.

197Wäyyané/wäyyané : révolte du Tegré de 1943, nom donné au FPLT au pouvoir depuis 1991. Rébellion, révolte.

198Wäyzäro : Madame

199xaaga [somali] : petite saison sèche (juillet-août).

200xeer [somali] : pacte conclu entre des reer au cours d’un shir pour le paiement du prix du sang.

201zäbañña : garde, gardien. Yä kebur zäbäñña : la Garde impériale.

202Zagwé : dynastie royale éthiopienne (xie-xiiie siècles) d’origine agäw.

203zamach : étudiants et enseignants mobilisés dans la Zämächa.

204zämächa : campagne militaire annuelle menée par les negus.

205Zämächa : campagne révolutionnaire pour le développement par la coopération (1974-1976) dans les campagnes menées par les étudiants et professeurs sous la houlette de l’armée.

206Zämänä Masafent [guèze] : (Le temps des juges) dans la Bible. Période de troubles et de déclin du royaume de Gondär (1769-1855).

207zar : esprit malfaisant, ange déchu, parfois musulman, qui possède ou « chevauche » le plus souvent des femmes, chrétiennes ou musulmanes ; les maîtres du zar (balä zar) les en débarassent au cours de cérémonies nocturnes marquées par des transes et des possessions collectives (Michel Leiris). Les zar se manifestent dans toute le Corne de l’Afrique (Somalie, Soudan).

208zawiya [arabe] : ou zaouïa confrérie musulmane.

209zéga : ressortissant, citoyen, sujet, dépendant, tributaire, client.

210zégennät : citoyenneté, nationalité, condition du sujet ou du client.

211zegba : birbirsa [oromo] grand arbre des däga (Podocarpus gracilor).

212zone : (adopté en amharique) subdivision des kellel.

Notes

1 Sauf indication contraire, les mots viennent de l’amharique.

© Éditions de la Sorbonne, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540