Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sur les hautes terres comme au ciel

 | 
Alain Gascon

Partie III. L'Éthiopie ethnofédérale, fin de la grande Éthiopie ?

Chapitre 8. Ethnofédéralisme, éthio-fédéralisme

Texte intégral

L’ethnofédéralisme, outil du Tegray

La faiblesse du Tegray

  • 1 À la conférence de Londres, en 1991, Herman Cohen, secrétaire d’État-adjoint pour l’Afrique, a port (...)

1Après l’échec de son offensive de l’hiver 1989-1990, au nord du Choa, le FPLT a renoncé au marxisme et au séparatisme pour former la coalition éthiopienne, le FDRPE, qui a arraché la victoire en 1991. Dans cette alliance, les maquisards Wäyyané, bras armé du FPLT, disposaient des combattants les plus aguerris qui, aidés des Érythréens, ont battu les armées éthiopiennes (Fontrier, 1999b) (fig. 24). Or, la paix maintenant revenue, il s’agissait de gagner des élections démocratiques dans des conditions jugées acceptables par les États-Unis, parrains de la conférence de Londres1. Le FPLT qui avait renoncé à transférer la capitale au Tegray s’était installé à Addis Abäba, et il était maintenant clair qu’il entendait conserver un pouvoir si chèrement acquis. Or, la valeur militaire des maquisards ne peut compenser l’infériorité numérique des Tegréens en Éthiopie : ils représentent tout au plus 6 % de la population totale. Leur province qui a subi deux famines et des années de guerre est éloignée et marginalisée par rapport aux régions du Sud plus peuplées. C’est dans les territoires méridionaux qu’on produit 80 % des exportations (café, cuirs et peaux). De plus, et l’opinion leur en tient rigueur, leurs dirigeants ont dû consentir à la sécession de fait de l’Érythrée, dès 1991, avant même l’indépendance proclamée en 1993. Ils ont, de ce fait, affaibli le Tegray qui a perdu trois de ses provinces historiques (Hamasén, Särayé, Akalä Guzay), devenues le noyau territorial central de l’Érythrée indépendante.

  • 2 Officier de l’armée de l’air sous Haylä Sellasé et président de la Croix rouge éthiopienne sous la (...)
  • 3 En mai 2005, l’opposition a raflé tous les sièges de la capitale et ses leaders sont en prison.

2Les adversaires du régime ne manquent pas de dénoncer la confiscation du pouvoir par une minorité tandis que ses partisans rétorquent que la composition du gouvernement reflète la diversité de l’Éthiopie. Les Tegréens gardent les ministères stratégiques mais ils ont tenu compte du rapport de force démographique. Dans le gouvernement de transition (1991-1994), le Premier ministre Täamrat Layné, représentait un parti « amhara », allié du FPLT. Le président de la République de 1995 à 2001, Negasso Gidada, appartenait à l’Oromo People Democratic Organization (OPDO), la composante oromo du FDRPE. Le nouveau président, également oromo, Germa Wäldä Giyorgis Bulcha2 était député indépendant de la circonscription de Wäliso (Oromiyaa). Cette politique qui respecte (qui tolère ?) une autonomie locale et régionale poussée rejoint les souhaits de l’opinion (Fontrier, 1999a). Elle a profité du choc de la défaite de Mängestu qui a discrédité durablement toute idée de centralisation. Ainsi, en 1991, le nouveau pouvoir a-t-il écarté les partis « panéthiopiens », notamment le Parti révolutionnaire des peuples éthiopiens (PRPE), de la vie politique en les chargeant de tous les péchés, même si le dictateur les avait persécutés. Aux élections, selon les opposants, l’administration aide les candidats du FDRPE et fait pression pour rallier des élus des petits partis. Toutefois, et c’est un signe révélateur, aux élections de mai 2000, un opposant s’est fait élire dans la capitale contre le vice-Premier ministre et ministre de la Défense3. Or, rappelons que le scrutin se tenait le jour de l’offensive en Érythrée. À l’Assemblée nationale, les députés tegréens représentent à peine 10 % de la coalition où prédominent trois partis issus des trois kellel les plus peuplés (Oromie, Amhara et Sud). Une constellation de petits partis gravite autour du FDRPE qui cherche à les rallier au moment des votes. Dans la Chambre de la fédération, la chambre haute, près de la moitié des représentants de nationalités provient de la région Sud. En effet, elle est la plus diverse dans sa composition « ethnique ». Certes, cette chambre haute a des pouvoirs limités mais elle élit le président de la République.

figure 24. Le Tegray/Tegré : une périphérie de commandement

figure 24. Le Tegray/Tegré : une périphérie de commandement

3Minorité, le FPLT en est une, mais c’est une minorité agissante soumise à une discipline stalinienne, disent les mauvaises langues. Tout a changé en mars-avril 2001 où Mälläs, mis en difficulté à propos de sa politique conciliante vis-à-vis de l’Érythrée, a destitué la hiérarchie tegréenne de son mouvement. Cette crise a touché l’OPDO et, chose nouvelle, les démissionnés se sont épanchés dans la presse. Leur mécontentement a été relayé par l’opposition qui a réclamé dans des journaux, pétitions et manifestations pour l’Éthiopie, un débouché sur la mer. Or, dans une déclaration de février 2002, le Premier ministre a écarté toute idée d’annexion en Érythrée.

L’éthio-fédéralisme pour éviter le dualisme amhara-oromo

  • 4 Il y avait néanmoins envoyé comme représentant, endärasé, leul ras Mängäsha Seyum marié à l’un de s (...)

4Comment éviter, tout en demeurant une démocratie représentative, que l’influence du Tegray, cœur historique mais diminué de l’Éthiopie, ne se retrouve réduite à la mesure de son importance dans la population, soit 6 % de l’Éthiopie ? Le fédéralisme doit, à tout prix, empêcher le retour de l’alliance des Amhara et des Oromo symbolisée par les règnes des souverains de la dynastie du Choa, Menilek et Haylä Sellasé. Le premier a dépossédé du trône le fils de Yohannes IV, comploté avec les Italiens et leur a cédé une partie du Tegray. Le second a réprimé la première révolte des Wäyyané et mis toute la région en quarantaine en n’y venant jamais en visite officielle4. Quant à Mängestu, il a dévasté la région, fait raser par son aviation la ville de Hawzén et a entrepris, avec la réforme administrative de 1987, d’instaurer, en fait, un dualisme oromo-amhara. Cette dernière mesure accordait au Tegray le même statut d’autonomie que celui octroyé aux régions des Afar, de Dirré Dawa et d’Ogadén. C’était l’Érythrée qui bénéficiait de 1'autonomie la plus grande. Les Tegréens, héritiers légitimes du royaume d’Aksum, ressentirent comme un affront d’être moins autonomes que leurs alliés érythréens. Cette réforme, conçue pour diviser les fronts tegréen et érythréen, renforça leur accord contre le régime de Mängestu.

5Depuis 1991, l’un des soucis du gouvernement fédéral est d’empêcher que ne se reforme jamais 1'alliance des Amhara et des Oromo, les deux peuples les plus nombreux de la Grande Éthiopie. Cette préoccupation donne un sens aux modifications, en apparence contradictoires, de la carte des régions-États, notées plus haut. D’abord, le FDRPE laissa le champ libre aux maximalistes du FLO. Ces derniers prirent des mesures symboliques qui, dans leur esprit, préparaient la prochaine indépendance de l’Oromie. Comme les Somali, ils choisirent 1'alphabet latin, dédaignant le syllabaire guèze, pour écrire l’oromo et imposèrent leur drapeau sur les bâtiments officiels. Le rejet du guèze scandalisa l’Église éthiopienne qui s’estime garante de la culture éthiopienne. Pour le clergé täwahedo, l’adoption de l’alphabet latin était la preuve que les missions protestantes, liées au FLO, cherchaient à les évincer des territoires oromo. Les autorités fédérales avaient ainsi créé un fossé infranchissable qui empêchait tout rapprochement entre Amhara et Oromo. Mais en 1992, survint la rupture avec le FLO, et l’Oromiyaa devint une menace potentielle pour l’unité éthiopienne, même si l'OPDO restait dans la coalition. Une nouvelle politique s’imposa donc marquée par des changements des découpages territoriaux.

6Les régions spéciales des Agäw et des Qallu regagnèrent le kellel Amhara et le renforcèrent. Une nouvelle région-État, Peuple Haräri, s’émancipa des Oromo (fig. 19, 20, 21). Ce dernier projet tourna court face à l’agitation des fronts islamiques oromo de l’Est. La réunion en une grande région « Sud » des petites régions-États, qui redoutaient les revendications territoriales de certains Oromo, apparut comme une parade efficace. De plus, le kellel Sud adoptait 1'amharique comme langue de travail et les Amhara ne craignaient donc plus 1'appétit de pouvoir des Oromo (tab. 8). L’opération recommença à Dirré Dawa déchiré jusque-là, entre Afar, Oromo et Somali. Un statut spécial d’enclave amharophone chez les Oromo, calqué sur celui de la capitale, a éteint les conflits. Jugeant que les Oromo devenaient trop exigeants, le gouvernement refusa Addis Abäba/Finfinnee comme capitale de YOromiyaa, puis l’a, de nouveau, accepté (juin 2005, cf. plus haut). Cet arbitrage « engagé », cette manipulation et ce jeu de bascule se sont poursuivis avec la tentative, dans le kellel Sud, de remplacer l’amharique par un espéranto, afin de limiter son influence. En effet, une alliance de l’Amhara et du Sud, pourrait menacer le Tegray. Ce n’est pas la peine d’avoir lutté contre 1'identification entre Éthiopien et Amhara pour que dans le Sud surgissent des Amhara de renfort.

7L’ethnofédéralisme tel que les dirigeants du FDRPE le font fonctionner est devenu un éthio-fédéralisme. Officiellement, le gouvernement central tient la balance égale entre les peuples et entre les kellel et défend qu’une région puisse prendre l’ascendant sur les autres. Il arbitre les conflits et empêche, en fait, qu’une alliance entre les kellel ne le marginalise. Le fédéralisme devient ainsi un mode de gouvernement rappelant aux Éthiopiens ce qu’ils ont connu dans l’histoire : une autorité centrale puissante arbitrant entre des autorités locales fortes. Les rois des rois ancrés dans leur région d’origine exerçaient le pouvoir avec d’autres rois représentant les dynasties enracinées dans les autres régions, tout en les tenant en bride. Les souverains, primus inter pares, avaient l’atout de leur ascendance salomonienne et de leur sacre. Le gouvernement de Mälläs, sacré par sa victoire sur la dictature et par le conflit avec l’Érythrée, joue la carte de l’éthio-fédéralisme. Il a usé de ses ressources propres – son degré élevé de militantisme, son expérience de la lutte –, puis des ressources de l'État – la force légitime, les crédits –, afin de compenser son infériorité démographique. Il a fait preuve, par comparaison avec ses prédécesseurs, de prudence et de modération. Les Tegréens, minoritaires, se maintiennent à la tête de l’Éthiopie, à 1'aide du système fédéral. Un jour ou l’autre, la dynamique majoritaire jouera ; pour le moment, le régime retarde l’échéance.

  • 5 Rappelons que Yohannes IV, ras Kassa du Tegray, fit rédiger, le premier, l’une de ses chroniques en (...)

8Les Tegréens ne peuvent compenser leur faiblesse numérique (6 % des Éthiopiens en 1994), à l’exemple des Amhara, par le nombre des locuteurs du tigrigna résidant hors de leur kellel. Le tigrigna est la langue officielle (avec l’arabe) de plus de quatre millions d’Érythréens mais, pour le moment, ils ne viennent pas en renfort (fig. 24). L’amharique est l’outil du fonctionnement « éthio-fédéraliste » de l’ethnofédéralisme, mais certains n’oublient pas qu’il fut l'idiome de la Grande Éthiopie et de la Révolution. Langue nationale depuis l’Aqänna, aucune autre langue n’est susceptible de devenir vecteur de la communication entre les peuples éthiopiens. Beaucoup de Tegréens, dont les dirigeants5, maîtrisent parfaitement la langue nationale, proche du tigrigna. Quelques intellectuels tegréens ou oromo maximalistes ont proposé, par dépit, d’adopter l’anglais comme langue nationale. Ils tiraient argument de la date tardive de la large diffusion de l’amharique par l’école et les médias qui remonte à la restauration de Haylä Sellasé (1941). Toutefois, bien avant le xxe siècle, la langue des negus, langue écrite, avait supplanté l’oromo, présent à la Cour au xviiie siècle, et le guèze, dans l’administration et dans l’armée. Au temps de la Reconquista, Élisée Reclus écrivait, s’inspirant des récits de voyageurs : « L’amharina est le langage du commerce et de la diplomatie ; il est aussi 1'idiome littéraire [...] Quant aux dialectes tigriña, ils n’ont aucune littérature. [...] Lamhariña [est] le plus envahissant, grâce à la supériorité de civilisation qui appartient aux habitants de l'Amhara et à leur prépondérance politique » (Reclus, 1885, p. 240). L’auteur, un peu abrupt, éclaire les raisons du « succès » de l’amharique. Une autre raison explique pourquoi l’amharique était « envahissant ». À Adwa, en 1896, l’armée qui battit les Italiens était commandée en amharique, même si la majorité des soldats étaient des Oromo. Avant que l’école, l’administration, les médias ou l’Église, comme nous le savons, ne soient des machines à fabriquer des Amhara, l’armée l’était devenue. Jusqu’à la réforme agraire, dans le Sud conquis, personne n’avait la moindre chance d’obtenir des droits sur la terre s’il ne présentait une requête écrite en amharique. Jusqu’à la Révolution, l’administration, la justice, l’école étaient fermées aux locuteurs des autres langues. L’amharisation était le préalable de toute promotion sociale et politique.

9La conquête de l’Oromiyaa a multiplié les amharophones parmi les chefs oromo et leur entourage. De ce fait, l’amharique est devenu le vecteur et le symbole du dualisme oromo-amhara, enraciné au Choa, une région de peuplement « mixte ». L’exemple venait de haut, de la famille royale choane, devenue éthiopienne, qui est à moitié d’origine oromo du Wällo. C’est à partir de la fin du xixe siècle que les Éthiopiens et les étrangers ont identifié les Amhara et l’élite politique, au grand dépit des Tegréens. The Amhara are widely, if inaccurately, perceived as the ruling elite of Ethiopia, in part because of the simplistic equation cause by the use of Amharic as a national language (Gilkes, 1991). Cette assimilation hâtive a accéléré l’apprentissage de l’amharique. Elle a aussi, peu à peu, fait entrer dans les esprits des idées fausses qui se révélèrent pernicieuses. Les amharophones seraient des chauvinistes grand-éthiopiens et les locuteurs d’autres langues des séparatistes. Face à la langue nationale, le gouvernement fédéral fait montre d’une attitude contradictoire. Il freine le mouvement d’amharisation jugé vecteur de l’alliance amhara-oromo. En même temps, il est obligé d’utiliser 1'amharique, le seul idiome commun aux peuples et nationalités d’Éthiopie.

Les bases linguistiques de l’ethnofédéralisme

10Le découpage de 1991 et les suivants sont fondés sur les enquêtes du recensement de 1984, complétées par les travaux de l’Institut des nationalités. En 1994, les recenseurs ont collecté les données culturelles suivant les limites des régions-États « ethniques » préétablies. Les résultats de 1984 ont servi à confectionner la carte du National Atlas of Ethiopia (1988). À l’échelon des awrajja, la représentation traduit par des cercles découpés en secteurs la répartition des deux, trois et même quatre langues en usage dans la circonscription. L’Atlas, pourtant publié sous Mängestu, était beaucoup plus honnête que An Atlas of Ethiopia (Mesfin 1971). Mesfin avait outrageusement élargi (de son propre chef ?) l’importance des territoires peuplés d’amharophones et de chrétiens et produit de véritables caricatures. En 1984, les données manquaient pour l’Érythrée, le Tegray et le Wällo, dans les régions affectées par la guerre. Les auteurs du National Atlas ont sans doute complété les lacunes avec les cartes de l’Institut des nationalités, mais la notice n’en dit mot. On ne sait pas non plus comment, en 1984, avaient été collectées et discriminées les données linguistiques et ethniques. En 1994, l’explication est plus claire mais elle est, signe des temps, en anglais : aucune mention n’est faite sur les notions utilisées en amharique et dans les langues locales.

tableau 14. Les données linguistiques du recensement de 1984 (en pourcentage) source : CSO, 1984

Régions

Amharique

Oromo

Autres langues

Arsi

16

82,4

Balé

7

72,5

somali 19,9

Gondär

91,8

0,05

tigrigna 0,3, Fälasha 0,4 (agäw)

Gamo Gofa

1,8

0,01

98 dont gamo 30, konso 15

Érythrée

pas de données

Gojjam

84

1,4

agäw 11,6

Harär

7,9

86,1

somali 5,5

Illu Babor

2,6

84

Käfa

1,7

56,3

käfa 17,4, kulo 5,7, janjäro 3,4, konta 2,6

Choa/Shäwa

25

41

guragé 17,8, hadiya 8,6, känbata 5,7

Sidamo

1,2

13,5

sidama 36,3, wälayta 27,2, dérasa/gédào 13,7

Tegray

pas de données

Wällagga

2,5

88,4

Wällo

pas de données

Éthiopie

25,3

42,7

11On remarque, faute de données au Tegray, deux sanctuaires : l’amharique au nord et l’oromo sur la diagonale est-ouest (tab. 14). L’oromo ne pénètre guère qu’au Gojjam car le Wällo manque. Quatre régions reflètent la mosaïque linguistique des Balkans de l’Éthiopie : le Gamo Gofa, le Sidamo, le Käfa et le Choa-Sud. L’amharique est marginal au sud-ouest et à l’ouest mais s’installe au Choa, en Arsi, au Harär et au Balé. Sans doute est-ce la conséquence de la migration du pouvoir vers Addis Abäba et le rift et de la conquête de Harär (tab. 14).

12La carte du National Atlas (fig. 8) permet une approche plus fine à l’échelle des provinces [awrajja] pour les quatorze régions (Érythrée comprise) : – le somali et l’afar se cantonnent étroitement aux basses terres du Tegray, du Wällo, du Harär et du Balé et n’apparaissent qu’en première position à l’Est. L’afar est langue seconde au Harär, au Tegray et au Wällo sauf dans un seul awrajja où il est premier. Le somali est premier dans une des provinces du Balé et au Harär où il est suivi par l’oromo et l’amharique, présents dans les villes d’Ogadén (Nega, 2001). Dans les régions du secteur sud-ouest, apparaissent les langues des « petits peuples », souvent en position première, parfois suivies ou devancées par l’oromo. L’amharique y apparaît au deuxième ou troisième rang, sans doute dans les villes. Le tigrigna règne en Érythrée centrale et au Tegray et ne se retrouve que dans deux provinces frontalières du Wällo-Ouest et du Gondär, mais en situation subordonnée ; -l’oromo et l’amharique s’étalent le plus largement, mais la langue nationale est seule présente dans toutes les régions. Les deux langues, au sud de la capitale (et au Wällo), sont liées au niveau des provinces, l’amharique est premier au Choa-Nord et l’oromo passe en premier partout ailleurs : les campagnes demeurent oromophones mais les villes parlent la langue des negus. L’amharique domine au Wällo, au Gondär, au Vieux-Choa et au Gojjam (sauf en Agäwmeder). Il est second au Wällo-Est, au Choa central, au Wällägga, en Arsi, au Balé, au Harär central et dans une des provinces du Käfa et du Gamo Gofa et dans deux de l’Illu Babor. L’amharique apparaît en troisième position au Guragé, au Sidamo et dans la périphérie du Harär, du Käfa ;

13– les bastions oromo correspondent au Wällägga, au Choa-Ouest, à l’Arsi, aux plateaux de l’Illubabor, du Käfa, du Balé et du Harär, au Boräna (Sidamo) et dans un des awrajja du Gamo Gofa. L’oromo est en second au Wällo, au Harär derrière le somali et dans les awrajja du Sidamo oriental et d’Illubabor méridional, derrière des langues locales. L’oromo arrive en troisième position au Choa central derrière l’amharique et le guragé. La carte issue du recensement de 1984 montre la genèse du découpage administratif de 1987 qui consacre la prééminence de l’amharique et de l’oromo.

14Le recensement de 1994 permet de comprendre les enjeux de l’usage des langues et l’inquiétude ou l’espoir des adversaires et des partisans du fédéralisme ethnolinguistique. En faisant quelques réserves quant à la définition du statut de la langue seconde dans les cas fréquents de diglossie/colinguisme, des données, par kellel, complètent l’analyse et confirment nos premières conclusions.

tableau 15. Les langues secondes (1994) source : CSA, 1998

tableau 15. Les langues secondes (1994) source : CSA, 1998

* A : amharique, T : tigrigna, O : oromo, H : hadiya, S : sidama, G : guragé.
** B S et G : Béni Shangul et Gumuz

15Dans huit régions-États sur onze, l’amharique est la seconde langue de premier rang, l’oromo est en tête dans les trois autres. En deuxième rang l’oromo s’impose dans la moitié des cas (tab. 15). La langue nationale est la première des langues secondes en Amhara et dans les kellel où la langue nationale est langue de travail (Béni Shangul et Gumuz, Gambéla, Sud et Addis Abäba), seul Dirré Dawa échappe à la règle. En ville, la domination de l’amharique est écrasante sauf à Harär et Dirré Dawa où l’oromo est au premier rang, le deuxième rang est partagé entre l’oromo et l’amharique avec le sidama et le tigrigna. Dans la capitale, le guragé, en troisième rang, fait d’Addis Abäba, la vraie capitale des Guragé ! Dans les campagnes (85 % de la population), l’amharique comme l’oromo occupent les mêmes positions que dans l’ensemble de l’Éthiopie. Mais, dans le Sud, le hadiya conquiert le deuxième rang devant l’oromo. Ces données renforcent encore les positions de l’amharique comme langue nationale. C’est la première des langues secondes plus dans les villes que chez les paysans. Chez les Oromo, au Tegray, au Sud et parmi les non-Amhara de l’Amhara, c’est la langue seconde la plus parlée. Celui qui a l’expérience de l’Éthiopie en dehors de la capitale sait bien qu’avec l’amharique, langue nationale, un étranger arrive à se faire comprendre. Ce n’est pas toujours vrai pour les Éthiopiens : quelques-uns se sont heurtés à un refus de toute réponse car ils parlaient amharique. La région des Somali est celle où la présence d’amharophones, locuteurs secondaires, est cantonnée aux villes, les oromophones, plus nombreux, y sont aussi mieux admis (tab. 15).

16Entre 1984 et 1994, la carte de la répartition des langues n’a pas fondamentalement changé. Par-delà les souffrances imposées aux populations déjà affaiblies, les transferts forcés de population et la villagisation n’ont pas eu d’effets durables. Dans les grandes lignes, les données du recensement de 1984 annoncent celles de celui de 1994-1996. Le découpage de 1991 reflète la carte de 1988, proche des cartes linguistiques et donc des divisions de l’Impero. La répartition des grandes aires linguistiques, qui comprennent plusieurs millions de locuteurs, demeure stable en dépit des bouleversements politiques survenus depuis un peu plus d’un siècle. Le découpage ethno-fédéral en grandes unités linguistiques, hérité de l’histoire, épouse, au nord, les accidents du relief. Au sud, champ d’action de l’éthio-fédéralisme, les isoglosses plus contournées et les unités plus petites autorisent les nouvelles donnes. Cependant, les cartes ne rendent pas compte de la pratique fréquente de deux langues, surtout en ville. Les études des années 1960 montraient déjà que les citadins parlaient amharique (Mesfin, 1974). On peut se demander si le gouvernement de transition, en 1991, tenait tellement à disposer de données plus fines qui lui auraient encore compliqué la tâche. En effet, l’ampleur des changements induits par l’urbanisation dépasse les simples pratiques linguistiques.

D’autres marqueurs identitaires

  • 6 C’est moi qui souligne.

17Jusqu’à présent, faute d’explications, les recensements ethniques et linguistiques ont été confondus. L’examen des données montre que les divergences sont minimes quant on a des populations qui, pour certaines, dépassent le million de locuteurs. Dans l’annuaire 2000 de la CSA, il n’y a aucune mention de l’un ou l’autre recensement. Le fascicule général du recensement de 1994 stipule : Ethnic identity of a person is traced through his/her national or tribal origin. To assist the enumerators in recordingthe information, detailed list of ethnic groups in the country, obtained from the Institute of Nationalities Study6, was provided in the census enumerators manual (Census, 1998, p. 11). Les recenseurs ne pouvaient se tromper puisqu’ils avaient une liste préétablie par l’Institut des nationalités mis en place sous Mängestu. In the 1994 Census, mother tongue is defined as the language used by the child for communication with the family members or guardians during childhood, whereas second language is additional language used by the respondent (Census, 1998, p. 11) : c’est la description d’une situation de diglossie ou plutôt de colinguisme. Souvent, les enfants parlent à leur mère dans une langue et à leur père dans une autre.

Identité nationale et identité religieuse

  • 7 Locuteurs de la langue du même nom : langue sémitique éthiopienne dérivée du guèze et parlée au nor (...)
  • 8 Michael Mariano, un Somalien chrétien, fut ministre de Siyaad Barre qui l’emprisonna comme beaucoup (...)

18En Éthiopie, d’autres facteurs d’identification personnelle et collective entrent en compte, le premier et plus important étant l’appartenance religieuse. Etre Tegréen, être Amhara, c’est être chrétien täwahedo ; être somalí, être afar, c’est être musulman. Il existe une minorité d’Amhara-Tegréens musulmans, les Jabarti, des marchands et artisans, soit des musulmans venus d’Arabie, soit des Éthiopiens islamisés, héritiers des émirats installés aux xiexiiie siècles sur les hauts plateaux ou descendants d’Argobba7 amharisés (Ficquet, 2001 ; Chouvin, 2003). Des missionnaires catholiques ont réussi à convertir quelques familles somalí de Djibouti ou du Somaliland, une infime minorité8. Les peuples du Sud, dont les Oromo, se partagent entre chrétiens täwahedo, musulmans, catholiques et protestants. Ces derniers font preuve d’un dynamisme et d’un prosélytisme qui suscitent des questions. Les chrétiens, convertis par les missions (fig. 25), sont toujours considérés par les éléments conservateurs de l’Église éthiopienne täwahedo comme adhérant à une foi étrangère. Le souvenir des tentatives faites par des Jésuites du xviie siècle, pour ramener l’Éthiopie dans l’obédience romaine, est toujours présent et personne n’a oublié que les occupants italiens étaient catholiques. Les relations entre les chrétiens et les musulmans sont celles d’un pacte de non-agression depuis 1e jihad de Graññ. Il y a toujours eu des musulmans à la Cour et dans les villages pour exercer des professions taboues (boucher, tanneur, forgeron). En outre, l’Église et l’islam éthiopiens ont toléré, parfois encouragé, des pratiques de guérison ou de divination comme le zar (Leiris, 1934). Le régime révolutionnaire ne fit aucune différence entre les confessions et persécuta les fidèles qui trouvaient, dans leur foi, le courage de s’opposer à la dictature.

19En 1984, le régime athée militant du major Mängestu entreprit un recensement des pratiques religieuses sans enquêter ni en Érythrée, ni au Tegray, ni au Wällo (tab. 16). Les catégories étaient simples : les confessions chrétiennes étaient confondues, et la catégorie « autres religions » restait bien vague. Les résultats nationaux, à l’échelle des régions, évaluaient à près des deux tiers, les Éthiopiens chrétiens et à 28 % les musulmans. L’opposition était du style négatif-positif entre les régions (Gondär, Gojjam, Choa, Wällägga, Sidamo et Illu Babor) où la proportion des chrétiens variait entre 65 % et 99 % et les territoires où l’islam se situait aussi entre 60 et 90 % des effectifs (Arsi, Balé, Harär et Käfa). Une minorité musulmane importante (supérieure à 10 %) cohabitait avec la majorité en Illubabor, au Choa, au Sidamo (où les « païens » dépassaient légèrement les musulmans). Une seule région, le Gamo Gofa, échappait à ce partage binaire : les pratiquants des « autres religions » y étaient plus nombreux que les chrétiens et l’islam, très minoritaires.

TABLEAU 15. Les religions des Éthiopiens (en pourcentage) source : CSO, 1984

Régions

Chrétiens

Musulmans

Autres religions

Arsi

38,8

61

0,2

Balé

22,4

77,5

0,1

Gondär

98,9

1

0,1

Gamo Gofa

45,7

1,1

53,2

Érythrée

pas de données

Gojjam

96

2

2

Harär

8,7

91,3

Sidamo

71

13,4

15,6

Käfa

25,1

63

11,9

Choa

80,4

19

0,6

Illubabor

64,7

29,9

5,4

Tegray

pas de données

Wällägga

86

12,2

1,8

Wällo

pas de données

Éthiopie

65,8

28,2

6

20Cette opposition forte, entre le Nord chrétien et le Sud-Est musulman, ne surprend pas car on y retrouvait les deux camps du jihad de Graññ. Mais aux régions chrétiennes anciennes s’ajoutaient les régions de l’Ouest et du Sud-Ouest conquises à la fin du xixe siècle, à l’exception du noyau musulman compact des royaumes oromo du Gibé et les païens du Gamo Gofa. Les Oromo et les « petits peuples » (Guragé, Hadiya, Känbata, Wälayta, Gédäo) furent dès ce moment partagés entre chrétiens de différentes obédiences, musulmans et païens. La mosaïque religieuse se superposait à la mosaïque ethnolinguistique, la morcelant encore, principalement dans le Sud-Ouest.

Le retour à la liberté religieuse, retour aux tensions

21Les confessions religieuses, toutes visées par le Därg, ont tu leurs divergences pour faire front commun face aux emprisonnements, à la saisie des biens ou aux exécutions sommaires (Eide, 2000). Au moment de la famine de 1984-1986, la venue des journalistes, des ONG et des experts internationaux contraignit les autorités à interrompre les persécutions violentes et massives. Déjà accusé d’affamer son peuple, le régime devait se montrer sous un meilleur jour. En 1987, Mängestu, fraîchement élu président de la République, sentit le besoin de resserrer les rangs autour de lui. Il fit cesser les violences et envoya au Par lement/Shängo le patriarche de l’Église täwahedo éthiopienne et le chef de la communauté musulmane. En 1991, Le gouvernement rétablit l’entière liberté des cultes mais obtint 1'élection d’un nouveau patriarche/abunä, originaire comme il se doit, du Tegray. Le retour de la liberté religieuse n’a pas signifié l’instauration de la paix entre les Églises mais la reprise des tensions, parfois vives. On s’est même battu autour de sanctuaires et brûlé des églises : ces incidents sont rares, heureusement.

tableau 16. Les religions des Éthiopiens (en pourcentage) CSA 1998

tableau 16. Les religions des Éthiopiens (en pourcentage) CSA 1998

* Béni Shangul et Gumuz.

22L’Église éthiopienne qui revendique maintenant le statut d’orthodoxe doit être appelée, en toute rigueur, täwahedo (monophysite) depuis qu'elle a refusé comme les Églises copte, arménienne et syrienne, les canons du concile œcuménique de Chalcédoine (451). Elle se considère toujours comme l’incarnation, la gardienne et la garante de l’authenticité de la civilisation éthiopienne. Elle soupçonne les missions, depuis l’échec des Jésuites au xviie siècle, de conspirer contre la « vraie foi ». Téwodros et Yohannes ont expulsé les missions catholiques et protestantes du Tegray où elles s’ét3aient implantées. L’Église täwahedo s’est alarmée de la présence dans l’entourage de Menilek et de Haylä Sellasé d’élèves des missions. Le président du consistoire de l’Église évangélique Mäkanä Iyyäsus, ministre du vieux negus, a protégé son implantation réussie chez les Oromo du Wällägga. Le Därgla persécuta alors qu'elle avait appuyé la réforme agraire, au prétexte qu'elle aurait soutenu le FLO. Il a aussi soupçonné les missionnaires de sympathies envers les Érythréens car bien des cadres du FPLE avaient fréquenté leurs écoles. Depuis 1991, des protestants, membres de l’OPDO, occupent des postes importants au gouvernement et dans l’administration. Les protestants éthiopiens comme les catholiques se sont émancipés des Églises européennes

figure 25. Appartenance religieuse en Érythrée et en Éthiopie

figure 25. Appartenance religieuse en Érythrée et en Éthiopie

23qui les ont aidés à grandir. Ce qui inquiète l’Église täwahedo et provoque parfois des incidents, c’est maintenant la croissance exponentielle des fidèles des églises penté (pentecôtistes), comme Mullu Wängél ou Qalä Heywät. La première, Tout l’Évangile, a ouvert, dans tout le Sud, des écoles de bonne réputation où les enfants portent un uniforme de toile orange. La seconde, Parole de Vie, l’ancienne Sudan Interior Mission, mobilise ses convertis dans des cérémonies grandioses durant plusieurs jours, comme au Wälayta. Ces Églises emploient de nombreux catéchistes, prédicateurs, divers techniciens et travailleurs. Elles prennent en charge tous les aspects de la vie sociale de leurs fidèles et prêchent la réussite matérielle comme signe de la faveur divine. Mängestu avait autorisé les Églises pentecôtistes moins engagées dans la « politique », à prendre en charge les fidèles de l’Église évangélique persécutée (Van de Loo, 1991). En Oromiyaa et dans le kellel Sud, l’Église täwahedo soupçonne, naturellement, ces confessions « étrangères » de favoriser, en plus, le fédéralisme, masque sous lequel se dissimule le sécessionnisme. Les autorités surveillent le renouveau du prosélytisme musulman qui se manifeste notamment au Harär, parmi les Somali et les Oromo, avec les fronts islamiques.

24Le retour de la liberté religieuse ne signifie pas le retour à la stabilité religieuse. Le recensement de 1994 donne des résultats par kellel, difficiles à confronter avec les données par régions du recensement précédent (tab. 17). Néanmoins, les différences d’appartenance religieuse des citadins et des ruraux peuvent être riches en renseignements. On note que la proportion de chrétiens, de musulmans et d’autres religions n’a pas connu de variations importantes, sauf peut-être, une progression de l’islam. Il faut, néanmoins, s’interroger sur la fiabilité des données du recensement de 1984 qui aurait sous-estimé les musulmans (tab. 16). Les chrétiens forment les trois quarts des citadins et les musulmans, le reste. Dans les campagnes, le partage se fait comme dans l’ensemble de l’Éthiopie avec une plus grande part des religions « autres ». Le plus grand bouleversement apparaît avec la progression du protestantisme, désormais religion d’un Éthiopien sur dix (tab. 17). Et ces protestants sont plutôt des ruraux que des citadins, ce qui, bien entendu, inquiète la hiérarchie de l’Église täwahedo.

Dynamiques religieuses et fédéralisme

  • 9 À la suite de la Révolution et de l’indépendance de Djibouti, beaucoup de Grecs, Italiens, Arménien (...)

25L’étude à l’échelon des régions-États est plus intéressante encore. Quatre kellel s’opposent par paires : le Tegray et l’Amhara sont chrétiens à plus de 80 % et le Somali et l’Afar, musulmans, à plus de 95 % (tab. 17). Graññ s’y retrouverait encore (fig. 25) ! Dans les villes, la majorité est moins forte que dans les campagnes : dans les régions-États chrétiennes, les citadins musulmans sont marchands et artisans alors que chez les Somali et les Afar, les chrétiens sont fonctionnaires, policiers, soldats ou prêtres. On remarque une présence plus forte de l’administration éthiopienne dans les villes afar alors qu’ils sont quasi absents dans le kellel Somali, décidément hors norme dans l’Éthiopie (Fontrier, 1999a). Quatre régions-États, l’Oromie, le Sud, Gambéla et le Béni Shängul et Gumuz présentent une situation moins contrastée (tab. 17). Chrétiens et musulmans s’équilibrent sensiblement au Béni Shängul mais les chrétiens progressent chez les Oromo, à Gambéla et dans le Sud où subsiste, dans les campagnes, une proportion importante de fidèles des autres religions. À Gambéla et dans le Sud, les protestants forment le groupe le plus nombreux parmi les chrétiens, et les catholiques y sont un peu moins insignifiants. À l’opposé des kellel täwahedo et musulmans, dans les régions du Sud-Ouest, les villes sont plus chrétiennes que les campagnes. Un fort foyer protestant qui comprend l’ouest de l’Oromiyaa, le Sud et Gambéla contrebalance le bastion täwahedo Amhara-Tegray auquel il faut annexer la capitale (tab. 17). Sans surprise, aux terres des enfants de Graññ qui correspondent à l’Oromie de l’Est, l’Afar et le Somali s’ajoute le noyau de Jimma (mieux identifié en 1984). Harär et Dirré Dawa, les régions urbaines fédérales de l’Est, sont à majorité musulmanes, mais les citadins, par contraste, sont chrétiens (fig. 25). Dans le premier cas, le personnel des divers camps et casernes (l’Académie militaire), de l’université d’Alämaya/Haromaya et des services administratifs ont changé, du tout au tout, la ville de l’émir Graññ. La périphérie et la ville intra-muros perpétuent son souvenir. À Dirré Dawa, la ville du chemin de fer, ce sont les fonctionnaires et les minorités étrangères9 qui ont fait changer la majorité religieuse.

26Plus que jamais, les villes constituent des enclaves chrétiennes hormis en Ogadén somali, et en dehors des vieilles régions täwahedo du Nord où la minorité musulmane est plus urbaine que rurale. La population chrétienne täwahedo des villes a contribué à répandre l’amharique en dehors de son territoire d’origine. Les missions ont été contraintes de prêcher et d’enseigner, de 1944 à 1974, dans la langue nationale (fig. 25). Sans doute, l’Église Mäkanä Iyyäsus a-t-elle contrevenu à cette obligation au Wällägga pour atteindre et protéger de l’administration impériale les Oromo ruraux qui l’ont accueillie avec ferveur. Dans les trois kellel du Sud-Ouest où il n’y a pas de langue majoritaire, les Églises ont propagé la langue nationale souvent à la demande des minorités. Dans le Sud, grâce aux missions, les « petits peuples » ont bénéficié d’un enseignement de qualité. Ils ont, par la maîtrise de la langue nationale, gagné les villes et la capitale et sont entrés dans le commerce et l’administration. Les Guragé sont le meilleur exemple de la réussite d’une de ces populations minoritaires qui concilient attachement à leur culture et à leurs traditions et intégration à la Grande Éthiopie. On comprend l’importance de l’enjeu que représente, à l’échelle de la fédération, l’adoption de l’amharique comme langue de travail, dans le kellel Sud. Les autorités de l’Oromie essaient de lutter contre l’amharisation urbaine insidieuse en « oromisant » l’administration et l’enseignement. Elles voient d’un bon œil la renaissance des cultes traditionnels des qalluu et sans doute certaines nouvelles Églises. Dans la Grande Éthiopie fédérale, même si urbanisation et christianisation ne signifient plus forcément amharisation, elles la préparent. Seul l’islam des périphéries, celui des Somali, résiste, mais, dans le Wällo, les traductions des textes d’arabe en amharique se multiplient (Ficquet, 2002). La conversion aux christianismes a, jusqu’à présent, contribué à la diffusion de l’amharique ; la renaissance espérée des cultes traditionnels et les progrès des pentecôtistes peuvent-ils enrayer l’amharisation ? Chez les Oromo, peut-être, mais les troubles survenus en 2000 au Wälayta, place forte de l’Église Qalä Heywät, font douter de l’abandon de l’amharique.

27Tout au long de l’histoire, en dépit de relations étroites et anciennes, l’Église täwahedo éthiopienne et la monarchie ne se sont jamais complètement confondues. Certes, les negus, reprenant la tradition du basileus byzantin, prétendaient intervenir au titre d’évêque de l’extérieur. Ils convoquaient les synodes, prenaient part aux discussions théologiques et à tous les aspects de la vie ecclésiastique. Bras armé de la foi, ils appliquaient les décisions de l’Église. Cependant, la désignation de l’abuna par le patriarche copte d’Alexandrie parmi les moines égyptiens leur échappait. Les patriarches et les sultans se faisaient prier, demandaient des cadeaux. Pendant de longues périodes, l’Église éthiopienne ne put ordonner de prêtre faute d’évêque. Les negus et les abun représentaient des pouvoirs concurrents : Téwodros et d’autres negus emprisonnèrent les évêques ; des patriarches excommunièrent des rois. Son patrimoine foncier et le système de tenure et d’imposition garantissaient l’indépendance économique de l’Église. Pourtant, jamais elle n’a représenté la totalité de la population éthiopienne et son âpreté à percevoir les droits sur la terre était proverbiale.

  • 10 « Gens du Livre », chrétiens et juifs, soumis à la capitation, astreints au port d’un costume et à (...)

28Dans l’Éthiopie de Gondär, réduite aux vieilles provinces chrétiennes, il y avait des musulmans et des juifs, engagés dans le commerce et l’artisanat ; quelques musulmans occupèrent même de hautes fonctions. Exclus des droits à la terre, leur statut était meilleur que celui des dhimmi10 des États musulmans ; jamais on n’interdit ni les mariages ni les conversions. Moins que les missions, les non-chrétiens subirent, de temps à autre, les rigueurs d’un negus fanatique qui, comme Téwodros, voulait les convertir ou les bannir. L’Aqänna a aussi changé la composition religieuse de l’Éthiopie et les rapports entre l’Église et la monarchie. On prête à Menilek un adage résumé par « la religion pour chacun mais l’État pour tous ». Haylä Sellasé obtint, en 1952, l’autocéphalité pour l’Église éthiopienne dont les évêques élirent les patriarches éthiopiens. L’Église demeurait avec la monarchie l’un des deux piliers de l’Ancien Régime et elle paya un lourd tribut à la Révolution. Le Därg persécuta et emprisonna le clergé et, en 1979, il fit exécuter le patriarche. En 1975 et en 1991, les abun, élus avec la bénédiction des pouvoirs déchus, durent démissionner. Privée de ses richesses foncières – quelle a entrepris de récupérer –, l’Église täwahedo a acquis par sa résistance à la dictature un prestige nouveau. Incarnation de l’Éthiopie authentique, elle exerce son magistère moral sur tous les Éthiopiens et sur les pouvoirs politiques. Les Églises nées des missions ne peuvent assumer ce rôle.

29Entre les représentations sociales des faits culturels et l’appréciation de leur importance relative, il y a toujours un décalage. Dans le cas éthiopien, la relative imprécision des données n’empêche pas d’identifier deux tendances lourdes qui interfèrent avec la nouvelle donne territoriale. Aucune des limites tracées autour des kellel n’a réussi à freiner la diffusion de l’amharique portée par la christianisation. Au sud-ouest de l’Éthiopie, le dynamisme des confessions protestantes et le prosélytisme des nouvelles Églises réunissent la mosaïque de la région Sud avec l’ouest de l’Oromiyaa.

De l’Éthiopie du roi des rois, à l’Éthiopie, nation de nations

Décréter des limites

30Le partage ethnofédéral de l’Éthiopie n’avait pas la même signification pour tous ceux qui l’ont ratifié, en juillet 1991 à Addis Abäba, à la Conférence nationale. Les Érythréens, seuls, déclinèrent l’invitation, les autres peuples et nationalités qui envoyèrent des délégués montraient par là qu’ils désiraient continuer l’Éthiopie. L’Éthiopie qu’ils espéraient n’était plus, pour le plus grand nombre, l’Éthiopie du roi des rois et ce n’était sûrement pas l’Éthiopie une et indivisible de Mängestu, objet d’un rejet unanime. Pour les indépendantistes du FLO, les limites de la région-État Oromie préfiguraient les frontières de l’Oromiyaa bientôt indépendante. Pour beaucoup de participants à la Conférence, c’était le moyen d’enrayer un siècle d’amharisation et même d’entamer la reconquête. Ils pensaient qu’une isoglosse tracée sur la carte et matérialisée au sol les protégerait de la centralisation, d'’Addis Abäba, des Amhara. Cependant, même en Belgique où une loi fixe la frontière linguistique, l’usage montre qu’elle n’est aucunement étanche. En Éthiopie, le fédéralisme qualifié d’ethnique a pris la langue comme critère primordial et unique. Les autres critères culturels sont passés au second plan et les dynamiques économiques politiques et sociales, ignorées. Peut-on agir sur des processus indentitaires, des constructions historiques complexes, à partir du seul usage d’une langue ? Une isoglosse, fixée et reconnue par la loi, doit devenir une frontière. Si cette ligne aussi difficile à tracer qu'elle soit permet de séparer des populations et d’apaiser des querelles, alors, pourquoi ne pas la dessiner ? Le gouvernement fédéral l’a bien compris qui joue un rôle d’arbitre des conflits de voisinage (de mitoyenneté) : c’est le fondement de l’éthio-fédéralisme.

31La plupart des limites ethnofédérales sont plus que des isoglosses. Elles séparent, de fait, des aires où vivent des peuples différents par la langue, la religion, l’histoire politique, les structures sociales et les systèmes de production. Il n’est pas surprenant que les frontières fédérales reprennent des limites préexistantes fixées par le temps et par la coïncidence avec l’étagement bioclimatique. Le meilleur exemple est sans doute le Tegray et l’Amhara séparés par le canyon du Täkkäzé, selon les sources éthiopiennes les plus anciennes. De même, l’escarpement bordier des hautes terres du Nord et du Sud enserre le Triangle des Afar et délimite les kellel périphériques de l’Ouest (fig. 4, 8, 25). L’histoire, souvent fantasmée, entre en conflit avec la vraisemblance et avec les accidents topographiques : au nom de l’histoire, des maximalistes réclamaient la rive nord du Nil, sous prétexte que des Oromo l’avaient occupée, sporadiquement, aux xviie et xviie siècles. S’engagea alors le débat de l’antériorité de l’installation censée être la preuve de la légitimité de la revendication. Finalement, la limite entre l’Oromie et l’Amhara s’est fixée de nouveau sur le cours de l’Abbay. Ces indépendantistes auraient pu brandir la carte du Père de Salviac qui leur accordait, en toute bonne foi, la moitié de l’Éthiopie et du Kenya et une ascendance bretonne (Salviac, 1902)... Sur les hautes terres du Sud, une intensification des systèmes agraires, une mutation des paysages et un brusque accroissement de la densité du peuplement soulignent la limite des « petits » peuples (Guragé, Hadiya, Wälayta). Souvent, cette limite coïncide avec le tracé d’anciennes frontières politiques, marquées par des fossés, comme au sud du royaume de Janjäro, ou comme les murailles qui protégeaient le Dawaro, des appétits du Wälayta. Les remparts de la vieille ville de Harär qui isolent les locuteurs de l’adaré/harari fournissent le meilleur exemple de la matérialisation d’une isoglosse.

32C’est naturellement dans les kellel, au contact direct avec les hautes terres, qu’il est le plus difficile de tracer une limite. Au nord du Choa, à la périphérie de Däbrä Berhan, les Amhara résident dans les vallées et les Oromo sur les plateaux (Buxton, 1949). Au Wällo, les Oromo, établis sur les hautes terres, parlent l’amharique, sont passés en majorité à l’islam et ont rejoint le kellel Amhara (Ficquet, 2002). Au Harär, sur les montagnes, la communauté de foi musulmane n’a pas réuni les Somali, les Adaré et les Oromo : à chacun son kellel ou sa zone (fig. 2). C’est à l’échelle des villages, comme au Choa, que le découpage s’est fait, aboutissant à tracer un feston frontalier. Les Oromo ont dû consentir à de nombreuses retouches locales avec le Béni Shangul et avec la région Sud. Celle-ci procède du mouvement inverse de regroupement, alors qu’à l’échelle nationale, prévalait, par opposition à la Grande Éthiopie, la philosophie du découpage selon les groupes ethnolinguistiques. D’autres entorses au principe « ethnique » sont apparues à Gambéla, au Béni Shangul et dans le Sud : l’administration a décidé d’utiliser l’amharique alors qu’aucun des peuples ne le pratiquait comme langue maternelle. Dans les autres kellel, les autorités régionales veulent par l’enseignement des langues régionales, faire émerger des cadres locaux, noyau de leur future administration. Ils entendent ainsi limiter l’amharisation de l’intérieur par les villes. En effet, l’amharique, langue des citadins procède d’une logique du réseau plutôt que d’une logique de la continuité d’un territoire. La « nationalité » des citadins forme un « réseau de lignes et de points dont les mailles et les nœuds désagrègent la mosaïque des nationalités » (Bureau, 1994, p. 506). C’est en Oromiyaa, « trouée » par trois enclaves urbaines, qu’on redoute le plus la désagrégation de la cohésion régionale. Des autorités locales et des intellectuels craignent que les taches de la « peau de léopard » ne s’agrandissent, de proche en proche, pour se rejoindre et miter, de l’intérieur, l’unité territoriale.

  • 11 Du livre Being and Becoming Oromo, op. cit.

33Au lieu de se demander si ces frontières contournées tranchant dans les hautes terres à l’ouest et à l’est du rift sont « bonnes » – interrogation sans réponse –, pourquoi ne pas se demander si elles sont viables ? Les limites du découpage fédéral ethnolinguistique devront épouser à la fois les contraintes héritées du temps long et prendre en compte les dynamiques nouvelles dictées par la répartition et les activités des hommes. Il est vain d’espérer que les peuples des kellel les plus homogènes échappent à la loi du Being and Becoming11 : « Après tout, le matériau humain qui s’organise en un groupe ethnique n’est pas immuable » (Barth, 1995, p. 222) ; « Des frontières peuvent persister malgré ce qu’on peut appeler par métaphore l’osmose » (Barth, 1995, p. 223). En Éthiopie, la résistance à l’osmose est d’autant plus forte que la limite est ancienne et fixée par un obstacle physique majeur et que le noyau de peuplement est dense et cohérent, mais l’osmose existe. En effet, l’abolition récente des vieilles régions historiques appuyées sur le pavage des « macro-régions » (Donham, 1986) n’empêche pas quelles demeurent toujours des cadres de référence territoriale (fig. 7). Toutefois, par son poids humain et ses activités, Addis Abäba entraîne dans son orbite des régions aussi différentes par l’histoire et la culture mais complémentaires par les ressources, que le Vieux-Choa, le Métcha, le Wällägga-Est, le pays Guragé, le rift, le Moyen-Awash et même l’Arsi.

La guérilla marxiste à l’écoute des rois des rois

  • 12 Même si elle a fortement progressé au Parlement en mai 2005.
  • 13 Éthiopien par sa mère, le patron du MIDROC (Mohammed International Development Research Organisatio (...)

34Le FPLT est au pouvoir depuis 1991 : « C’est bien une guérilla de culture marxiste qui, après avoir redécouvert les comportements politiques de ses anciens rois des rois, s’est fixé le devoir de mener l’Éthiopie sur la voie du libéralisme, de la modernité et, peut-être, de la démocratie » (Fontrier, 1999a). Le régime ne remporte pas l’adhésion enthousiaste de tous les Éthiopiens mais il dure. L’opposition, dans les médias plus qu’au Parlement où elle est minoritaire12, accuse le partage ethnique de préparer l’éclatement du pays. Des maquis entretiennent une agitation sporadique dans les provinces éloignées. En dépit de ses relais dans la diaspora qui répercute chacun des incidents, on est loin des guérillas qui tinrent l’armée régulière en échec sous l’Ancien Régime ou pendant la Révolution. Le droit constitutionnel à la sécession des nationalités est maintenu, mais son application n’est guère possible et peu probable. Le régime a certes joué du découpage fédéral, mais il a respecté l’autonomie des pouvoirs locaux dans les kellel, les zones et les wäräda. Il a entrepris une privatisation prudente des entreprises publiques et nationalisées. Il a favorisé la constitution d’un pôle de firmes dynamiques autour du MIDROC, le conglomérat du millionnaire éthio-saoudien Cheikh Mohammed H. Al-Amoudi13, dépeint par ses adversaires comme un nouveau Graññ.

35L’État fédéral a su galvaniser le patriotisme aussi bien et peut-être mieux que les régimes « forts » précédents. Il a fait des concessions, comme l’utilisation de « peuple éthiopien », au singulier, plutôt que le pluriel, pourtant constitutionnel, dans les communiqués officiels. Parmi les langues éthiopiennes, l’amharique demeure la seule à avoir le statut de langue nationale. Les miliciens Wäyyané, à la coiffure afro, très présents en 1995-1996, étaient très discrets en 2000. L’armée régulière les a remplacés dans la garde des bâtiments officiels. Le régime n’a pas boudé la célébration des victoires « éthiopiennes » aux Jeux olympiques. Il a autorisé les représentants de la famille royale et le prince héritier Zärä Yaeqob à organiser des funérailles chrétiennes privées-publiques pour Haylä Sellasé. Les peintures patriotiques célèbrent, plus que jamais, les victoires des armées, mais Badmé (1999) est jumelé maintenant avec Adwa (1896). Les difficultés les plus graves auxquelles Mälläs a été confronté, il les a rencontrées au sein de son propre mouvement, le FPLT et avec son allié l’OPDO. Ses anciens amis ont accusé le Premier ministre de mollesse vis-à-vis de l’Érythrée, avec le renfort d’étudiants et d’un important courant d’intellectuels nationalistes. Cette dernière crise apporte du crédit à l’affirmation de Marc Fontrier, à savoir que l’ex¬ guérilla marxiste a sûrement revêtu les habits de la politique extérieure traditionnelle. Pourtant, à l’intérieur, elle pourrait être plus libérale, plus démocratique et plus moderne, mais la République fédérale soutient la comparaison avec la période de Mängestu. Le régime, parfois qualifié de thermidorien, est accusé de renouer avec l’Ancien Régime.

36L’Éthiopie fédérale continue l’Ancien Régime en respectant les formes traditionnelles de l’exercice de l’autorité, notamment à l’échelon local. En effet, même lorsque les titulaires du pouvoir étaient désignés, ils demeuraient toujours accessibles. Ces nominations n’étaient pas vraiment démocratiques : elles étaient plutôt gérontocratiques et parfois héréditaires. On pouvait toujours en appeler au niveau suprême, en se jetant sous les roues de la Rolls royale. Ce ne fut pas le cas sous la Révolution où il n’y avait plus de recours. Les cadres du parti unique se conduisaient en tyranneaux et ne respectaient rien ni l’expérience, ni la vieillesse, ni la religion. Comme le rappelait Mesfin W/M en exposant son initiative de paix au printemps 1991, en Éthiopie, on attend des échelons administratifs proches qu’ils appliquent les décisions venues d’en haut mais qu’ils fassent aussi remonter les observations de la base. Par rapport au temps du negus, la réforme agraire a supprimé la discrimination introduite par le système foncier et fiscal entre vainqueurs et vaincus de YAqanna. La fin de la tenure précaire a fait tomber les barrières qui divisaient les Éthiopiens et a unifié la société éthiopienne. Cette unification avait été préparée par l’éducation, par la résistance aux Italiens et surtout par les mariages. La réforme agraire a achevé l'Aqänna une fois pour toutes en effaçant la vieille suture entre le Nord et le Sud. Les peuples du Sud n’ont plus cherché à imaginer l’avenir qu’au sein de l’Éthiopie. Herbert S. Lewis, qui étudie depuis longtemps le nationalisme oromo, constate : Most educated Oromo I have known felt themselves to be Ethiopians as well, were willing to join in common cause with other Ethiopians to make a better society, most never had never any doubt about their origins and identity (Lewis, 1996, p. 46). L’Oromie est une composante de la Grande Éthiopie.

photo 28. Addis Abäba (décembre 2000) Peinture murale sur la Poste centrale (avenue Churchill)

photo 28. Addis Abäba (décembre 2000) Peinture murale sur la Poste centrale (avenue Churchill)

Haylä Gäbrä Sellasé qui venait de remporter plusieurs médailles d’or aux jeux Olympiques de Sydney proclame : « c’est possible ! ». Selon une enquête d’Addis Tribune : homme marquant du deuxième millénaire ex æquo avec abunä Täklä Haymanot, restaurateur de la lignée salomonienne au xiiie siècle.

37Une nouvelle carte d’Éthiopie se met donc en place : trois des grands kellel (Amhara, Oromie, Sud) se déploient en éventail et gravitent autour d’Addis Abäba (fig. 2,8,25). Le Tegray, rejeté vers le nord, subit encore les conséquences des guerres et des famines sur son environnement fragile (perilous physical environment) (Gebru, 1991, p. 25). Mais vainqueur de la dictature et héritier d’Aksum, il s’est institué primus inter pares de la « nation de nations » et s’est aisément glissé dans « les habits du roi des rois » (Fontrier). Le gouvernement dominé par les Tegréens a réussi à prévenir le délitement de l’Éthiopie de la même façon que les militaires avaient, par la réforme agraire radicale de 1975, désarmé toute idée d’insurrection paysanne dans le Sud. Dans les deux cas, il a fallu brutaliser les vieilles structures du Nord. En 1991, sans les larges concessions faites aux nationalistes, principalement oromo, la coalition au pouvoir n’aurait sans doute pas réussi à réunir les Éthiopiens tant la dictature avait dévoyé l’idée nationale. Les Wäyyané, comme on continue de les appeler, ont eu aussi l’habileté de présenter et d’utiliser l’ethnofédéralisme comme un « éthio-fédéralisme » qui plongerait ses racines dans la tradition. Le retour de la paix, après quinze ans d’une horrible guerre civile et la crainte de la contagion « somalienne », a aidé ce gouvernement à imposer son pouvoir au vieil empire. La guerre éthio-érythréenne qu’il a menée avec succès a renforcé son ascendant sur les Éthiopiens comme garant de l’unité. L’issue heureuse du conflit a aidé le régime à constituer, à son profit, la nation de nations.

Le poids de la dénomination et ses limites

38Il y a un abus à appeler fédéralisme ethnique une division fédérale dont le critère est avant tout linguistique. On pourrait avancer que ce critère était le plus facile à apprécier même si l’usage socialement différencié de plusieurs langues se répand dans les villes avec les progrès de l’urbanisation. En outre, il est manifeste que les recensements ne sont pas toujours exempts d’approximations dans le décomptage des populations. Une certaine imprécision a sûrement affecté la mesure des locuteurs des différentes langues et des fidèles des différentes confessions. Ces données ne prennent pas en compte des facteurs culturels déterminants, comme les systèmes agraires et les systèmes pastoraux. Or, ils structurent fortement les paysages éthiopiens et délimitent les grandes divisions des régimes alimentaires. Pour les connaître et les cartographier, il faudrait lancer de vastes et longues enquêtes et compiler de nombreuses études. En 1991, il était urgent de satisfaire au plus vite les exigences des membres d’une coalition politique encore fragile.

  • 14 Les parents ne prononcent jamais le nom de baptême de leur enfant de peur que le diable l’entende e (...)

39En réalité, par la langue, on atteint un complexe de traits culturels qui lient les locuteurs de cette langue. C’est par la connaissance de la langue, de l’histoire, de la culture que les färänj cherchent à comprendre les Éthiopiens. La longue histoire de l’Éthiopie montre la persistance, en dépit de quelques transformations, d’une culture marquée par l’écriture et par la lecture des Écritures saintes. Les langues éthiopiennes, les plus anciennement écrites, appartiennent à la famille des langues sémitiques, où désigner et donner un nom équivaut à faire exister (Piveteau, 1993)14. Certains des promoteurs du découpage « ethnique » lui conféraient une force créatrice : nommer l’Oromiyaa, la faire apparaître sur une carte, c’était la faire exister plus que la faire renaître. Réunir tous les locuteurs d’une langue dans un même territoire, changer une isoglosse en frontière politique aboutirait à construire d’un coup une nation, à bâtir un État. L’échec de la Grande Somalie puis de la Somalie, toute proche, montre la grande part d’illusion que ces projets comportent. Sans doute, est-ce encore une trace du rapport sur les nationalités, commandé par Lénine à Staline. Singulière rencontre ! En fait, le recensement linguistique corrigé par une appréciation de l’usage des langues secondes et par la prise en compte des appartenances religieuses donne une première image des grandes divisions culturelles et historiques de l’Éthiopie. Il faut ensuite tenir compte de la répartition des structures et des systèmes sociaux de production, pour aboutir à la division du territoire éthiopien en aires et régions culturelles. Mais l’appartenance indéniable à une aire culturelle commune n’a pas empêché l’effondrement de l’État somalien.

40Au sud d’Addis Abäba, principalement, les ethnologues se sont appliqués à étudier la grande diversité culturelle des Balkans de l’Éthiopie, annexés pendant l’Aqänna. Ils ont entrepris de définir à l’aide de traits culturels spécifiques, dont les langues, les caractères particuliers de ces peuples vaincus. Ils ont reconstitué l’histoire du peuplement, les systèmes de production agraire ou pastorale, les structures sociales et politiques avant la conquête de Menilek. Ils ont révélé combien les prédations, les razzias d’esclaves et de bétail et la confiscation des droits sur la terre ont détruit des civilisations, des États et des peuples. Ces travaux montraient également combien la rivalité entre les Éthiopiens et les Européens avait aiguisé l’appétit de conquête. Sous l’Ancien Régime, les étudiants et les intellectuels des régions conquises ont lu avec avidité ces études qui démentaient la légende dorée de la Reconquista providentielle. Ils y puisèrent la fierté d’appartenir à de grandes cultures qui n’avaient rien à envier aux Amhara-Tegréens. Les praticiens des sciences sociales apportèrent des arguments « scientifiques » à tous ceux qui dénonçaient au sud de l’Éthiopie le colonialisme éthiopien. Il était désormais avéré que l’Ancien Régime s’était comporté, vis-à-vis des peuples du sud, comme les Européens. En 1974, le livre de Donald N. Levine, Greater Ethiopia – paru le jour de la chute du negus –, qui brisait cette belle unanimité, fit scandale. En effet, il récapitulait l’ensemble des recherches des ethnologues et en déduisait, contrairement à la plupart des auteurs, l’unité de la Grande Éthiopie comme aire culturelle, à l’encontre de l’esprit du moment. Ce livre, oublié pendant près de vingt ans, connaît, en Éthiopie, un regain d’intérêt depuis l’avènement du fédéralisme ethnique (Levine, 2000).

  • 15 Le « O » représente la Terre, disque plat, et le « T » la croix dont la Méditerranée est la grande (...)

41Sur une carte de la Corne de l’Afrique, l’Éthiopie, ancrée sur les hautes terres, en occupe le milieu. Mais selon les conceptions traditionnelles, l’Éthiopie est au milieu du monde. En effet, dans leurs représentations cartographiques, inspirées des cartes TO15, centrées sur Jérusalem, les Éthiopiens se situent au centre, entourés de plaines arides et de musulmans et, à l’extérieur, en périphérie, il y a Rome, c’est-à-dire Byzance. Comme la Chine en Asie du Sud-Est, l’Éthiopie, dans la Corne de l’Afrique, s’enracine dans une histoire millénaire au cours de laquelle elle a absorbé des peuples allogènes qui, de périphériques, ont peu à peu rejoint le centre et sont allés le grossir. À diverses échelles spatiales et temporelles, des enclaves témoignent de ces agrandissements successifs. Leur étendue s’accroît vers les marges où elles ont rejoint plus tardivement l’empire. Aux frontières, les enclaves sont celles non plus des peuples conquis, mais des conquérants qui deviennent minoritaires.

42L’Érythrée et Djibouti, au peuplement hétérogène, demeurent des États unitaires (Rouaud, 1997b). La Somalie, seule, aurait pu devenir un État-nation unitaire : même langue et même religion et pourtant, elle n’existe plus. Ces trois États périphériques ont en commun d’avoir été construits par la colonisation. Djibouti est demeuré plus d’un siècle sous la souveraineté française, l’Érythrée et la Somalie sont restées un demi-siècle sous domination européenne. Qu’est-ce qu’un siècle ou cinquante ans, auprès de 3 000 ans d’histoire éthiopienne ou d’une communanuté de langue, de religion ? C’est cette comparaison des temps que brandit comme argument le gouvernement éthiopien pour revendiquer les territoires des colonies européennes. Pourtant, dans le temps long de l’enracinement, de la poussée vers le sud pour les Éthiopiens, de l’occupation de l’hinterland par les Somali éleveurs, s’est introduit le temps court du partage colonial et des logiques extérieures à la Corne de l’Afrique. L’étude de l’histoire du peuplement et des systèmes agraires et pastoraux, des ethnogenèses, des récits mythiques est confrontée avec l’immédiateté des changements démographiques et politiques, des migrations et des conflits.

43Les Somaliens et les Éthiopiens se trouvent en face de sécessions qui les déroutent et qui remettent en question l’idéologie et l’identité nationales. Le Somaliland et l’Érythrée, deux créatures de la colonisation, refusent le retour à la plus grande nation dont ils se sont récemment séparés. Certes, le Somaliland coïncide, dans sa plus grande partie, aux territoires du clan-famille Isxaaq, mais ce clan n’avait pas de prédisposition particulière à faire sécession, si ce n’est d’avoir subi la colonisation, d’ailleurs minimaliste, des Britanniques. À l’indépendance, en 1960, les Somalilandais ont voté pour une Somalie fédérale. Moins nombreux, ils ont perdu face aux Somaliens de la Somalia Italiana, partisans d’un État unitaire. Un premier coup d’État annonciateur de beaucoup d’autres engagea le processus qui a abouti à la rupture de 1991.

44L’Érythrée, au moins dans ses trois provinces les plus peuplées des hautes terres, « faisait partie » du Tegray jusqu’en 1897. Italienne jusqu’en 1941, elle passa sous administration britannique puis « retourna » à l’Éthiopie, fédérée de 1952 à 1962, puis annexée jusqu’en 1991. La rébellion commença dans les basses terres chez des éleveurs musulmans, mais ce furent des Tegréens chrétiens qui la conduisirent à la victoire. La frontière éthio-érythréenne, disputée de 1998 à 2000, sépare donc des céréaliculteurs chrétiens et locuteurs du tigrigna qui communient dans l’héritage du prestigieux royaume d’Aksum. Les Éthiopiens ont dû admettre, et ce fut douloureux, surtout pour les Tegréens au pouvoir, qu’une partie du centre historique de l’Éthiopie avait voulu rompre et rejoindre des groupes d’agro-pasteurs et d’éleveurs des basses terres, en majorité musulmans. Des Tegréens brisaient, les armes à la main, l’unité historique, culturelle, religieuse et linguistique du Tegray. La rupture ne s’est pas faite à la limite entre l’Amhara et le Tegray, mais au milieu du Tegray. Après le conflit de 1998-2000, tout espoir de rétablir l’intégrité du Tegray, soit en union avec l’Érythrée, soit par retour de l’Érythrée à l’Éthiopie, est désormais vain.

Notes

1 À la conférence de Londres, en 1991, Herman Cohen, secrétaire d’État-adjoint pour l’Afrique, a porté Mälläs au pouvoir à Addis Abäba et Issayas au pouvoir à Asmära.

2 Officier de l’armée de l’air sous Haylä Sellasé et président de la Croix rouge éthiopienne sous la Révolution. Sa fille est une opposante en exil.

3 En mai 2005, l’opposition a raflé tous les sièges de la capitale et ses leaders sont en prison.

4 Il y avait néanmoins envoyé comme représentant, endärasé, leul ras Mängäsha Seyum marié à l’un de ses petites-filles.

5 Rappelons que Yohannes IV, ras Kassa du Tegray, fit rédiger, le premier, l’une de ses chroniques en amharique. Beaucoup d’Érythréens le parlent également.

6 C’est moi qui souligne.

7 Locuteurs de la langue du même nom : langue sémitique éthiopienne dérivée du guèze et parlée au nord de la capitale et aux environs de Harär.

8 Michael Mariano, un Somalien chrétien, fut ministre de Siyaad Barre qui l’emprisonna comme beaucoup de ses ministres.

9 À la suite de la Révolution et de l’indépendance de Djibouti, beaucoup de Grecs, Italiens, Arméniens, Français sont partis. Cependant, leurs descendants, nés d’union avec des Éthiopiennes, demeurent et fréquentent l’École des sœurs et l’Alliance française de Dirré Dawa, ouverte avant celle de la capitale.

10 « Gens du Livre », chrétiens et juifs, soumis à la capitation, astreints au port d’un costume et à résider dans des quartiers séparés.

11 Du livre Being and Becoming Oromo, op. cit.

12 Même si elle a fortement progressé au Parlement en mai 2005.

13 Éthiopien par sa mère, le patron du MIDROC (Mohammed International Development Research Organisation and Companies) emploie 15 000 personnes en Éthiopie où il réalise 60 % des investissements étrangers dans les mines, l’agro-alimentaire, la métallurgie, les BTP et les transports.

14 Les parents ne prononcent jamais le nom de baptême de leur enfant de peur que le diable l’entende et qu’il ait prise sur lui. Ils l’appellent d’abord « bébé » puis par un nom qui traduit sa position dans la famille, le décrit physiquement ou moralement et exprime les espoirs de son père et/ou de sa mère.

15 Le « O » représente la Terre, disque plat, et le « T » la croix dont la Méditerranée est la grande branche, le Nil, la petite branche.

Table des illustrations

Titre figure 24. Le Tegray/Tegré : une périphérie de commandement
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30318/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre tableau 15. Les langues secondes (1994) source : CSA, 1998
Légende * A : amharique, T : tigrigna, O : oromo, H : hadiya, S : sidama, G : guragé.** B S et G : Béni Shangul et Gumuz
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30318/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre tableau 16. Les religions des Éthiopiens (en pourcentage) CSA 1998
Légende * Béni Shangul et Gumuz.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30318/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre figure 25. Appartenance religieuse en Érythrée et en Éthiopie
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30318/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Titre photo 28. Addis Abäba (décembre 2000) Peinture murale sur la Poste centrale (avenue Churchill)
Légende Haylä Gäbrä Sellasé qui venait de remporter plusieurs médailles d’or aux jeux Olympiques de Sydney proclame : « c’est possible ! ». Selon une enquête d’Addis Tribune : homme marquant du deuxième millénaire ex æquo avec abunä Täklä Haymanot, restaurateur de la lignée salomonienne au xiiie siècle.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30318/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 247k

© Éditions de la Sorbonne, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540