Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sur les hautes terres comme au ciel

 | 
Alain Gascon

Partie III. L'Éthiopie ethnofédérale, fin de la grande Éthiopie ?

L’Éthiopie ethnofédérale, fin de la grande Éthiopie ?

Texte intégral

« [...] les guerres sont des fleuves qui brûlent, des fleuves dont les eaux, violentes comme des pics rocheux, déforment la réalité... ».
Nuruddin Farah, Territoires, 2000, p. 280-281.

  • 1 « Tout royaume en lutte contre lui-même est un royaume dévasté » (BNT, 2001) ou « Tout royaume div (...)

1Dans la Corne de l’Afrique, sur les décombres de l’Empire éthiopien, comme en Europe et en Asie sur les ruines de l’Empire soviétique, repoussent, telles des plantes vivaces, les revendications des nationalités. Rappelons que cette péninsule du continent africain, arrière-cour du Moyen-Orient, demeura tout au long de la guerre froide l’un des théâtres certes périphériques, de l’affrontement entre les deux blocs. Abbas Hajji Gnamo concluait son article traitant de l’intégration des Oromo Arsi dans l’Éthiopie par un biblique et définitif : « Tout empire périra1 » (Abbas Hajji, 1992). Pour cet Oromo d’Éthiopie, l’Empire éthiopien connaîtra, à coup sûr, le même sort que l’Empire soviétique, le sort des empires ou des royaumes divisés contre eux-mêmes. L’auteur rappelait qu’à la fin du xixe siècle, Menilek avait soumis les Oromo et les avait enfermés dans son empire, devenu « prison des peuples ». Ce furent les étudiants éthiopiens à l’étranger, opposants à Haylä Sellasé, qui, les premiers, assimilèrent l’Ancien Régime éthiopien à l’Empire des tsars. La Révolution éthiopienne avait proclamé, dans un même élan, « la terre à celui qui la cultive » et l’égalité entre toutes les « nationalités » et les peuples éthiopiens. De même, Siyaad Barre, en prenant le pouvoir en Somalie, en 1969, avait promis le socialisme et l’émancipation des frères somali séparés et opprimés. En 1991, les deux dictatures qui prétendaient incarner la Révolution s’effondraient, emportées par un chaos politique. En Somalie, l’implosion de l’économie et de l’État somaliens détermina les chefs de guerre à taire leurs divisions et à chasser le vieux dictateur tandis qu’en Éthiopie, le soulèvement du Nord battait l’armée d’un régime abandonné par le Sud qui ne lui pardonnait pas la Révolution Verte.

Notes

1 « Tout royaume en lutte contre lui-même est un royaume dévasté » (BNT, 2001) ou « Tout royaume divisé contre lui-même périra » (TOB) ou « court à la ruine » (BJ).

© Éditions de la Sorbonne, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540