Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sur les hautes terres comme au ciel

 | 
Alain Gascon

Partie II. Les révolutions éthiopiennes : des hommes nouveaux, de vieux territoires

Chapitre 5. Une Révolution qui en cache une autre...

Texte intégral

1Fidel Castro, aurait qualifié la Révolution éthiopienne d’« authentique ». N’a-t-elle pas supprimé la monarchie, décrété la réforme agraire et bouleversé de fond en comble la société éthiopienne ? De cet ébranlement est née une dictature dont la chute a failli entraîner la disparition de l’Éthiopie. Pourtant, une autre révolution, plus discrète, souterraine, a précédé la révolution politique et sociale et en a hâté le déclenchement. Ses effets continuent de se produire alors que Mängestu s’est enfui. Entre le recensement de 1970 et celui de 1994, la population a plus que doublé. La famine de 1973-1974 serait-elle devenue une catastrophe nationale si les effets de la croissance démographique ne s’étaient pas fait sentir ? Le recensement de 1984 dénombra fquarante-deux millions d’Éthiopiens (y compris les Érythréens), soit six millions de plus que n’en accordaient les estimations (tab. 1). À la fin de la même année, le gouvernement appelait la communauté internationale à l’aide pour lutter contre une nouvelle famine. Le rythme de la croissance de la population progresse plus vite que l’augmentation de la production alimentaire : la « loi de peuplement » de Malthus se trouve vérifiée. Pourtant, l’Éthiopie a subi, bien avant que ne commence la révolution démographique, des famines bien plus graves que les crises récentes, comme nous l’apprennent les historiens. On pourrait observer qu’en dépit d’une croissance vigoureuse de la population, le déficit alimentaire ne s’est pas aggravé. En effet, les agriculteurs éthiopiens ont intensifié leur production et étendu leurs champs mais, pourront-ils suivre le rythme actuel du croît démographique ? La révolution agricole n’était-elle pas plus urgente que la révolution politique et sociale ?

L’Éthiopie d’abord !

1974, sept mois qui ébranlèrent l’Éthiopie...

  • 1 Signifie comité. Ce n’est pas un acronyme mais un substantif formé sur le verbe (a)därrägä, faire.

2L’opinion mondiale (et au premier chef les Éthiopiens) ne s’attendait pas à ce que sept mois après que des soldats eurent refusé d’obéir à leurs officiers dans le lointain Sidamo, en février 1974, la monarchie de droit divin, la plus vieille du monde disait-on, serait en septembre 1974 balayée sans provoquer la moindre protestation, sans susciter la moindre résistance. Sans qu’on eût versé de sang, le pouvoir s’était évanoui, effacé, comme on le chantait à la radio : Ahun Ityopya täqdem kalä menem däm [L’Éthiopie d’abord, maintenant, sans effusion de sang]. Or, trente ans après, personne n’est encore revenu de ce brutal escamotage du negus-héros par le mystérieux Comité militaire secret, apparu en juin 1974 et connu sous le nom de Darg1 Singulier paradoxe, en effet, qu’une Révolution aussi radicale ait commencé par une simple mutinerie dans un poste éloigné de la capitale ! Qui aurait imaginé que la paysannerie des nouvelles provinces dont le sort était le plus précaire, allait demeurer si longtemps fidèle au régime d’Addis Abäba, fût-il révolutionnaire et athée ! Qui aurait pensé que les paysans du vieux cœur chrétien ravagé par la famine allaient se raidir dans un refus unanime de toute réforme agraire et se cramponner aux rest comme des naufragés à leurs bouées ? C’est dans l’histoire de l’Éthiopie et de la Corne de l’Afrique et dans les conceptions géopolitiques des dirigeants, des souverains et des peuples qu’on doit chercher des éléments de réponse à ces interrogations majeures posées par la Révolution « hérétique » (Lefort, 1981).

  • 2 Titre d’un article de Maxime Rodinson dans Le Monde de février 1974.

3Au début de la Révolution, des journalistes ou des diplomates prétendirent que Pékin et/ou Moscou avaient ourdi un complot à l’encontre d’un des bastions du « Monde libre » (Damblain, 1977 ; de Jugnac, 1979). D’autres appliquèrent au negus le cruel jugement prêté à de Gaulle au sujet de Pétain : « La vieillesse est un naufrage ». Dans ses mémoires, le conseiller diplomatique états-unien de Haylä Sellasé décrit l’Éthiopie de 1974 comme un Boeing 747 sans pilote (Spencer, 1987). « Le lion devenu vieux2 » aurait entraîné son royaume dans sa sénescence. Près de trente ans après l’ascension de Mängestu et quinze ans après sa fuite honteuse, on est maintenant tombé dans des débats plus académiques. Pour les uns, des barbares auraient assassiné l’Empire éthiopien et son empereur, encore vigoureux, ou pour les autres, l’Empire et son souverain, tous deux vieillis, désuets, anachroniques, dépassés par l’histoire, devaient inéluctablement succomber, disparaître. L’Éthiopie de 1974 n’échappe pas à la règle qui veut qu’on soit surpris, après leur chute, de la fragilité des régimes « forts » mais, en 1991, il a fallu plusieurs offensives coûteuses pour faire déguerpir Mängestu (Fontrier, 1999b).

L’Ancien Régime, c’était le bon temps !

  • 3 Sous la Révolution, on déporta de même le Lumpen prolétariat de la capitale dans la ferme de Humära (...)

4Quinze ans après la chute du dictateur, on s’efforce de retrouver l’Éthiopie « sépia » des vieilles photographies sous l’Éthiopie « rouge ». Le temps ou la mode est à la célébration par certains auteurs éthiopiens ou färänj, du « bon temps » de l’Ancien Régime. On a appris comment le Därg exécuta Haylä Sellasé et le priva d’une sépulture chrétienne. La mémoire est toujours vive dans les familles des désordres et des terreurs révolutionnaires qui ont dépassé dans l’horreur tous les méfaits perpétrés sous le vieux negus. Cependant, un éthiopisant qui en aurait eu la tentation ne pourrait pas s’abandonner à cette nostalgie. À moins d’être au nombre des adorateurs de Haylä Sellasé – qui tournèrent rapidement casaque après la déposition de leur idole-, on n’était pas longtemps abusé par la magnificence du décor impérial. Il suffisait d’ouvrir les yeux ou de regarder par la fenêtre, même du Hilton, pour constater la grande pauvreté des quartiers précaires d’Addis Abäba. Il est vrai qu’au moment des sessions de l’OUA, les services de la municipalité entouraient de hautes palissades de tôle ondulée les pauvres maisons qui bordaient la voie triomphale conduisant à 1 aéroport Haylä Sellasé (comme il se devait). La police avait, au préalable, ramassé les mendiants et les avait conduits en camion loin de la capitale3. Les étudiants de l’université Haylä Sellasé (comme il se devait) avaient eu, seuls, le courage de protester publiquement dans leur journal Struggle avec un article intitulé : Is poverty a crime ? Les responsables de la modeste feuille ayant été inquiétés, des grèves de solidarité gagnèrent les écoles secondaires et enfin, en décembre 1969, la garde impériale prit le campus d’assaut faisant des dizaines de victimes. Dans toutes les villes de province comme à Ambo, loin des fastes royaux de la grande ville, aucun décor ne faisait écran. Chaque jour, la pauvreté, la détresse, la misère et l’injustice s’étalaient comme la répression : en janvier 1970, à Ambo, une mitrailleuse était postée en face de l’entrée de l’école secondaire Haylä Sellasé (comme il se devait), au prétexte qu’elle était en grève.

5Rien n’aurait-il changé puisque, au printemps 2001, une répression sanglante répondit aux grèves et aux émeutes dans les écoles secondaires et à l’Université d’Addis Abäba (cette fois université nationale) ? Et plus récemment, en mai 2002, les « forces de l’ordre » ont réprimé brutalement les grèves des étudiants de l’université d’Awasa.

L’Éthiopie après la Révolution est-elle toujours l’Éthiopie ?

6Les témoins de la Révolution triomphante, de ses dérives, de sa chute et des lendemains de chute doivent se départir de la tentation de reconstruire les enchaînements causaux des grands épisodes de la Révolution comme s’ils avaient été inévitables. Ce fut le souci des intervenants comme le précise Joseph Tubiana dans la préface des Actes de la journée La Révolution éthiopienne comme phénomène de société, tenue en mai 1985àl’INALCO (Tubiana, 1990b). Les contributeurs, observateurs directs de la Révolution, cherchaient dix ans après à établir un bilan : ils rappelaient sa naissance, par accident, dans des lieux périphériques et insistaient sur les épisodes contradictoires de la réforme agraire. Depuis lors, la bibliographie consacrée à la Révolution éthiopienne et à son histoire, rédigée par des Éthiopiens ou des étrangers, a considérablement augmenté, en anglais surtout. Point n’est besoin de relater de nouveau, le déroulement des événements mais il faut s’interroger à propos du passage de 1 Ancien Régime à la Révolution à la fois sur le plan des ruptures et de la continuité. L’une des réformes agraires des plus radicales a précipité dans l’exil ou a éliminé la « société impériale » mais l’« empire » a survécu sous l’avatar socialiste. Dans son article prémonitoire : « Éthiopie : fin de l’empire ou fin de la société impériale » paru dans Hérodote, Joseph Tubiana reprenait l’analyse d’Alexis de Tocqueville de L’Ancien Régime et la Révolution et l’appliquait à la Révolution éthiopienne (Tubiana, 1978).

  • 4 Population et Sociétés, no 414, juillet-août 2005.

7Beaucoup d’« observateurs » ont maintes fois prédit la disparition, corps et bien, de l’Éthiopie dans la tourmente post-révolutionnaire, à l’instar de l’URSS et de la Yougoslavie. Même si les habits marxistes n’ont jamais réussi qu’à déguiser l’homo aethiopicus en homo socialisticus, il faut se demander si, après avoir subi tant d’épreuves et vécu tant de déceptions, le peuple éthiopien conserve intacte, inchangée, comme épargnée par le temps, la conscience d’avoir un destin messianique. Y aurait-il eu un miracle dans la Corne de l’Afrique ? Rappelons que plus de la moitié des 77 millions d’Éthiopiens4 n’a pas connu Haylä Sellasé qui régna tout au plus sur 24 millions de sujets. Or, cette majorité de moins de vingt ans a été élevée dans des familles et des écoles marquées jusqu’en 1991 par la propagande et par la répression politiques, et, depuis quinze ans, elle a grandi dans une société en recherche d’idéologie nationale. L’une des grandes craintes de la génération adulte, au même rang que la peur de la famine et de la misère, est que l’Éthiopie qui « a perdu vingt ans » comme les Éthiopiens le répètent à l’envi, ait perdu sa civilisation, son histoire, son âme, dans l’aventure révolutionnaire et post-révolutionnaire. Ses enfants auraient erré à la dérive, sans cadres, pendant les vingt ans de la Révolution : Twenty Years to Nowhere (Yeraswork, 1995). Les negus modernisateurs, et surtout atsé Menilek, reconnaîtraient-ils dans la République fédérale, leur œuvre, leur enfant, la Grande Éthiopie qui fit jeu égal avec les Européens ? Cet État diminué de l’Érythrée, découpé, disséqué, éparpillé au gré des « ethnies », est-ce toujours 3 000 ans d’histoire d’Éthiopie qui se poursuivent ?

8Pour le malheur du peuple, l’Éthiopie fédérale et l’Éthiopie socialiste ont continué la tradition de l’Éthiopie millénaire : toutes les deux connurent deux famines majeures. Bien pire, la catastrophe de 1983-1984 a dépassé en ampleur la crise de 1973-1974 qui a provoqué la chute du negus. La famine de 1983-1984 a ébranlé le régime de Mängestu en le déconsidérant aux yeux des Éthiopiens et des étrangers, comme dix ans plus tôt l’Ancien Régime. Le nouveau régime a, lui aussi, connu l’épreuve de la famine et de la critique de son action contre ce fléau. Une autre tradition se poursuit, celle des troubles notamment en Ogadén, également frappé en 2000 par une crise de subsistance. Plus que jamais, irrédentismes, séparatismes, disettes, guerres civiles et étrangères, épidémies jalonnent la courte existence des Éthiopiens qui seront peut-être 118 millions en 2025 (P et S, 2001) ! Peut-on dire, comme on le sous-entend parfois, que pour le malheur des Éthiopiens, l’Éthiopie est toujours, par-delà la Révolution, l’Éthiopie « éternelle » ?

L’éthio-pessimisme délétère ou l’éthio-optimisme aveugle ?

  • 5 Mes élèves m’affirmaient que les États-Unis importaient de la terre d’Éthiopie et m’assuraient : An (...)
  • 6 Soit une terre dont le revenu serait celui d’une exploitation céréalière de 40 hectares.
  • 7 Cinq fois 42 millions d’Éthiopiens.

9Face à l’éthio-pessimisme, installé dans les médias, tous ceux qui ont rencontré des Éthiopiens, pendant et après les crises, ont été frappés par l’esprit d’initiative et par le courage des plus humbles. Parfois, cette confiance en soi indestructible est à l’origine d’un éthio-optimisme qui s’exprime dans des professions de foi nationalistes franchement chauvines et ridicules5. Au demeurant, des déclarations officielles laissent pantois : Haylä Sellasé, à de nombreuses reprises, a promis d’octroyer un gasha6 à chaque Éthiopien ; grâce au « déchaînement des forces productives », Mängestu prévoyait qu’on nourrirait bientôt tous les Éthiopiens et qu’on dégagerait un large surplus exportable... Maints discours et maintes brochures qualifient l’Éthiopie, Land of plenty, pays de cocagne ; n’est-elle pas une Terre sainte où, à cause de leur égoïsme et de leur méchanceté, les hommes sont indignes de vivre ? La « laïcisation des catastrophes » ne s’est pas encore produite (Guitton, 2001). Comme par le passé, ce sont des épreuves envoyées par Dieu à son Peuple et en premier lieu à ses gouvernants qui tiennent leur légitimité de lui. Pour l’avoir oublié, Haylä Sellasé et Mängestu ont perdu le pouvoir. Le premier, pourtant envoyé de Dieu, cousin du Christ, est resté sourd à l’avertissement divin, quant au second, athée proclamé, il a, par orgueil, ignoré le signe de Dieu, puis a prétendu prendre sa place et châtier lui-même les koulaks. L’ex-commissaire de la Relief and Rehabilitation Commission (RRC), nommé par Mängestu, Dawit Wolde Giorgis, note judicieusement : By cutting men and women offfrom spiritual support, we eut them off from the will to live (Dawit, 1989, p. 261). Le major Dawit n’hésite pas non plus à écrire : Ethiopia has the potential to feed five times that population7 (Dawit, 1989, p. 265). Cet avis d’un expert de la lutte contre les deux dernières grandes famines laisse sans voix. Il est donc difficile d’acclimater le malthusianisme auprès des Éthiopiens alors que pour les étrangers, journalistes ou experts, Malthus explique les malheurs de l’Éthiopie. On comprend, par là, l’attirance des élites pour le socialisme qui apporte la lumière aux paysans prisonniers des ténèbres de l’ignorance. Dawit, opposant notoire à Mängestu mais compatissant à la souffrance des paysans, porte ce jugement sans appel à leur sujet : Their methods and their lives are primitive (Dawit, 1989, p. 254).

photo 18. Ambo (décembre 1995) Sur la route de Wäntchi

photo 18. Ambo (décembre 1995) Sur la route de Wäntchi

Construction d’une maison (entraide paysanne). Les murs, faits de pieux et de branches, seront calfatés de boue et les chaumes installées sur la charpente.

photo 19. Ambo (décembre 1995)

photo 19. Ambo (décembre 1995)

Dans un acacia, une ruche cylindrique faite de branches et d’écorces et liée par des cordes d’ensät. Le miel sert à fabriquer le täj (hydromel).

10Les Éthiopiens sont conscients de l’augmentation de la pression démographique sur le sol mais cette pression est inégale suivant les régions, et donc plus ou moins forte est la pénurie de terre arable. Les Tegréens et les Wolloyé [habitants du Wällo] agriculteurs, ou les Afar et les Somali éleveurs, du Croissant aride ont fait l’expérience de la récurrence des sécheresses tandis que les régions du Sud-Ouest produisaient régulièrement du café et des surplus alimentaires. Mais la crise de subsistance de 1983-1984 ravagea plus de régions que la famine précédente : il est sûr que la population avait notablement augmenté, mais la crise climatique n’a-t-elle pas été plus sévère ? Peut-être y a-t-il eu conjugaison des deux phénomènes ? Cependant, en bonne année avec suffisamment de pluie et avec la paix, la production a progressé en vingt-cinq ans. Le déficit en céréales se stabilise, et pour la première fois depuis un demi-siècle, on a atteint l’équilibre de la balance alimentaire en 1996. Il y a certes des raisons d’espérer de l’ardeur au travail et la détermination des paysans ou des éleveurs, mais, dans certaines parties des hautes terres et des basses terres, n’a-t-on pas atteint un seuil au-delà duquel le renouvellement des pâturages et des aptitudes agricoles des sols est compromis ? Les études locales, entreprises depuis dix ans par les étudiants de l’INAPG, révèlent la précarité des plus petites exploitations. Ce n’est pas céder à l’éthio-pessimisme que d’annoncer, dans un avenir proche, des conflits fonciers et la paupérisation de la petite paysannerie non pas dans toute l’Éthiopie (dans toute la Corne) mais dans certaines régions selon une échelle variable de gravité.

11À l’aide des dernières données démographiques, il est possible de repérer les points de hautes et basses pressions démographiques. Sont-ils toujours les mêmes qu’il y a trente ans ? En les comparant avec les régions où la pénurie alimentaire est endémique, on peut les classer suivant la gravité de la situation. Dans certaines parties de l’Éthiopie, les besoins de la population sont satisfaits et il reste même des surplus ; d’autres souffrent de déficits chroniques sans espoir de nouvelles terres à mettre en culture ; dans d’autres, en équilibre, les densités rurales atteignent six ou même huit fois la densité moyenne nationale (55 habitants par km2), alors qu’on y fait déjà deux récoltes par an sur des parcelles exiguës (fig. 10). La question de la nourriture d’une population qui a doublé en une génération (et qui va doubler dans les prochaines vingt-cinq années) a déjà provoqué la chute des deux derniers régimes. Les nouveaux gouvernements locaux à peine installés, à peine assurés sont en première ligne face aux besoins de leur population. Le gouvernement fédéral se réserve le pouvoir d’arbitrer entre les régions-États : c’est un moyen de pression propre à calmer les envies séparatistes... La croissance annoncée dans des campagnes déjà « pleines » entraînera une accélération de l’exode rural déjà sensible ; après Mängestu, plus aucun gouvernement ne s’est risqué à limiter les déplacements vers les villes. Outre les énormes besoins en logements, en infrastructures sanitaires, sociales et éducatives pour les migrants ruraux, l’accroissement rapide de la population urbaine bouleverse l’équilibre ethnopolitique entre les régions-États fédérales par le changement des pratiques langagières/culturelles, conséquence de l’installation en ville.

12La révolution démographique a préparé et précédé en Éthiopie (et dans la Corne) la Révolution sociale et politique. Elle a rendu ces changements irréversibles et installé dans ces territoires, par un accroissement continu du peuplement, les ferments d’autres changements, notamment des bouleversements sociaux, culturels et politiques.

Via Balé not Bolé

Färänj et Éthiopiens d’accord

13On rapprochera la phrase de René Lefort : « Or, la Révolution de l’Éthiopie ne doit presque rien à personne d’autres qu’aux Éthiopiens » (Lefort, 1981, p. 11) de cette remarque du major Dawit : Via Balé not Bolé (Dawit, 1989, p. 11). Administrateur en Érythrée en 1981, Mängestu le nomma commissaire de la RRC au début de la famine de 1983-1984. Victime d’une cabale au Politbureau, il s’exila en décembre 1985, aux États-Unis. Il y dénonça le régime à la Voice of America et y publia Red Tears. Dans ce livre, acte d’accusation impitoyable à l’encontre de Mängestu, le major retrace sa carrière et son action liées à la Révolution éthiopienne. Ce n’est donc pas un témoin faränj comme l’était celui qui tint le journal scrupuleux de la Révolution qu’il confia à René Lefort. Tout au début de son ouvrage, Dawit rappelle le slogan Via Balé not Bolé, mot d’ordre des étudiants éthiopiens opposés à Haylä Sellasé. Pour eux, l’avenir de l’Éthiopie ne passait pas par Bolé, l’aéroport d’Addis Abäba, c’est-à-dire les idées de l’étranger, mais plutôt par le Balé, une région du Sud en proie, de 1963 à 1967, à un soulèvement des paysans oromo contre les évictions. Pour ces étudiants, point n’était besoin d’importer des idéologies étrangères ou de s’inspirer d’autres luttes. Leur « Vietnam » et leur « Sierra Madre » étaient au Balé mais, pour certains, minoritaires mais actifs, c’était plutôt le Tegré ou l’Érythrée. Divergences lourdes de menaces pour l’avenir. Tous ces territoires en butte aux troubles, par lesquels ces intellectuels voulaient régénérer leur patrie étaient en périphérie par rapport au cœur et avaient été rattachés tardivement à la Grande Éthiopie. De cette façon, ces jeunes activistes marchaient sur les traces de leurs aînés du xixe siècle car Téwodros, Yohannes et Menilek avaient conquis le pouvoir du centre, en partant respectivement du Qwara (aux confins du Soudan), du Tegré et du Choa, des périphéries du vieux royaume.

  • 8 Je l’ai entendu présenter la RRC à la Conférence des études éthiopiennes d’Addis Abäba, en 1984.

14Dawit parle peu de la famine de 1973-1974, pour longuement s’étendre sur celle de 1983-1984 qu’il combattit à la tête de la RRC8 et qui le détermina à s’exiler. En 1974, il était aux États-Unis pour soutenir sa thèse et intervint tardivement comme commissaire-adjoint de la RRC pour mettre en place l’Early Warning System. Ce système devait identifier les signes avant-coureurs de la sécheresse afin d’éviter la répétition de la famine. Son livre, où il mêle interprétation de l’histoire et autobiographie, dresse d’abord un réquisitoire contre Mängestu. Il justifie son engagement révolutionnaire, son action tant à la RRC qu’au ministère des Affaires Étrangères et en Érythrée. Officier, il pense la Révolution en termes de coup d’État, le peuple se contentant de ratifier l’action des militaires qui œuvrent pour son bien. L’idée d’une guerre ou d’une guérilla mobilisant toute la population est étrangère à la tradition politique éthiopienne. Dawit surprend lorsqu’il range sous l’étiquette feudalism le système foncier et fiscal sans plus d’analyse. Il a pourtant écrit, précise-t-il, pendant ses études universitaires aux États-Unis, une thèse sur ce sujet. Il rappelle l’enthousiasme qui l’a saisi comme beaucoup d’Éthiopiens et notamment les élèves et les étudiants, à l’annonce de la réforme agraire. Sans doute l’avenir l’intéresse plus que ce passé dont il a honte, parce qu’il symbolise le retard dont souffre l’Éthiopie. Mais d’autres Éthiopiens épinglent, comme lui, l’aspect magique et incantatoire de la réforme agraire et surtout du slogan : Märét lä arrashu ! « La terre à celui qui la cultive », invoqué comme solution immédiate de tous les problèmes (Shiferaw, 1992).

Des faisceaux complexes de causalité

  • 9 Provoquée par une épizootie introduite par les mulets du corps expéditionnaire italien débarqué, de (...)

15Sans vouloir réhabiliter la vision mécaniste de l’action à sens unique de l’infrastructure économique et sociale sur les superstructures politiques et idéologiques, il faut s’interroger comme Jean Gallais, sur les blocages socio-politiques introduits par des systèmes fonciers et fiscaux coercitifs (Gallais, 1995). Ces contraintes aggravèrent en 1973-1974 et en 1983-1984 les crises de subsistance, conséquence des déficits de production agricole eux-mêmes provoqués par les crises climatiques. En outre, la Révolution a fait entrer l’Éthiopie dans l’« âge des extrêmes », une succession brutale et rapide de régimes politiques opposés. L’accélération de l’histoire – selon la formule consacrée – des années 1970 coïncide également avec la croissance désormais irréversible et irrésistible de la population des hauts plateaux. Tout au long de la longue histoire éthiopienne, comme le mentionnent les chroniques royales, les famines, les guerres et les épidémies écrêtaient périodiquement les courbes démographiques ascendantes. Sans doute, les alternances d’expansion et de contraction territoriales de l’Éthiopie sont-elles en rapport avec les tendances lourdes de l’évolution démographique. Des questions demeurent : ainsi l’Aqänna de Menilek aurait-elle dû coïncider avec une période d’expansion démographique, alors qu’elle fut marquée par la terrible famine de 18929. S’il n’y eut qu’un glissement limité du trop-plein de population du nord vers le sud, l’exploitation du butin de la conquête puis du produit des cultures de rente soulagea sans doute la pression démographique sur les hautes terres. Mais, il n’était plus possible dans la Corne de l’Afrique dorénavant partagée avec les Européens ni de conquérir de nouvelles terres ni de soumettre de nouveaux peuples. Comme au nord, dans les nouvelles provinces, les effets de la Révolution démographique se faisaient sentir alors que pesait sur les agriculteurs, la menace de l’éviction. La formule Via Balé not Bolé s’applique donc bien à la recherche des causes profondes et lointaines des troubles, des frustrations et des déceptions qui aboutirent au déclenchement de la Révolution éthiopienne.

16Révolution endogène et indigène, la Révolution éthiopienne l’est sûrement mais, les acteurs, les commentateurs et les témoins l’ont lue et la lisent toujours dans le miroir d’autres révolutions. Les Européens doivent beaucoup aux historiens de la Révolution française ; Dawit qui fréquenta comme ministre adjoint des Affaires Étrangères les Soviétiques penchait plutôt vers la Révolution russe (Dawit, 1989). En 1975, combien de fois les Français ont-ils entendu dans la bouche de leurs interlocuteurs cette remarque : « Nous faisons comme vous les Français, nous avons déposé notre souverain incompétent et insensible au malheur du peuple mais nous ne lui avons pas coupé la tête ». Plus tard, la comparaison entre le major Mängestu Haylä Maryam et le « petit caporal » corse s’imposa.

Märét lä arrashu, formule magique ?

17Quinze ans après la chute de Mängestu et seize ans après l’abandon du « socialisme des casernes » (Markakis, 1987), que reste-t-il du legs de la Révolution éthiopienne ? La trace s’en estompe dans les mémoires car les 44 % d’Éthiopiens qui ont de moins quinze ans n’ont même pas connu sa phase d’agonie. En dépit de leur volonté de « faire du passé table rase », les dirigeants marxistes ont recueilli l’héritage de la révolution démographique de l’Ancien Régime et l’ont transmis au régime actuel. Sans adopter le paradigme malthusien, on sait que les jeunes convives affluent de plus en plus nombreux « au banquet de la vie ». L’accroissement sensible et continu de la population augmente non seulement la vulnérabilité face aux crises de subsistance, leur étendue et peut-être leur fréquence, mais entraîne, en outre, le rajeunissement brutal de la société éthiopienne. Former et trouver un emploi à ces jeunes pèse sur les finances nationales, régionales et locales. Les Éthiopiens se demandent si cette jeunesse toujours plus nombreuse reprendra et transmettra le message du Peuple élu.

  • 10 D’après la communication de Milliça Cubrillo à la Journée sur l’Érythrée, organisée par Marc Laverg (...)
  • 11 Il a pris le pouvoir en octobre 1969 et le journal « officiel » était intitulé Stella d Ottobre pui (...)

18La République fédérale dans ses principes constitutionnels, dans ses actes législatifs et dans son fonctionnement, rejette dans un même élan la dictature, la centralisation, l’économie dirigée, le socialisme et Γ« hégémonie amhara ». Toutefois, personne ne touche et n’a même osé amender la réforme agraire de 1975 en dépit de proclamations officielles annonçant, tant en Éthiopie qu’en Érythrée10, la privatisation inéluctable des terres. Dans ce domaine et dans bien d’autres, surtout depuis le conflit éthio-érythréen, les autorités et les leaders d’opinion réévaluent l’œuvre de la Révolution, sans toutefois pardonner à Mängestu ! Faire du passé table rase présente des dangers : en Somalie, on a fait table rase de la révolution d’Octobre de Siyaad Barre11 et en même temps, table rase de la Somalie. Cette prudence des autorités ou cet attentisme n’est pas de mise dans la presse éthiopienne d’opposition, pourtant poursuivie par le régime, qui dénonce l’inaction des dirigeants ou leur penchant secret pour le socialisme. Les journalistes reproduisent, commentent et se réclament des déclarations, en forme d’avertissements pressants, des fonctionnaires des institutions internationales qui morigènent le gouvernement éthiopien. Dans ce domaine comme dans celui des relations avec ses voisins ou dans la politique commerciale, l’Éthiopie ne se laisse pas facilement fléchir.

Le mauvais élève éthiopien

19Les arguments des admonestations internationales se ramènent à un raisonnement simple, de bon sens, de « sens commun ». L’absence d’un marché libre de la terre freine l’initiative individuelle des paysans et les empêche de se lancer dans l’intensification des systèmes de production. Selon ce discours, seule la propriété privée du sol garantit la sécurité de la tenure et en conséquence, de la rémunération de l’effort individuel de l’exploitant sur sa parcelle. Toutes les autres formes traditionnelles de tenure ne lui apportent pas cette assurance et freinent sa capacité d’innovation car il n’est pas sûr d’être convenablement rétribué pour son supplément de travail. Faute d’un marché foncier libre, les entrepreneurs n’investissent pas non plus dans le rachat des lopins émiettés par le jeu de la transmission lignagère ou communale de génération en génération, alors que la population éthiopienne a plus que doublé en trente ans. Pour les tenants de ce discours, tant qu’on ne pourra pas vendre librement la terre, le revenu moyen des Éthiopiens stagnera et même diminuera. Il demeurera fixé à 100 dollars US par habitant comme depuis trente ans, faisant de l’Éthiopie l’un des plus mauvais élèves de la classe à la grande honte des experts éthiopiens ! Ce raisonnement en apparence logique aboutit à une conclusion qui n’est vérifiée que si le revenu moyen par tête stagne. Or, l’évaluation du revenu per capita est bien plus sujette à caution que le calcul des indicateurs démographiques.

  • 12 ppa : parité de pouvoir d’achat par habitant.

20En Éthiopie, une part importante des activités économiques n’apparaît pas dans les échanges commerciaux car elles portent sur des quantités et des sommes minuscules et se déroulent dans des lieux éloignés, loin de toute comptabilité. Il y a également les activités en marge de la légalité comme la contrebande du tchat vers Djibouti et les importations clandestines par la zone franche de ce même port qui alimentait le marché de « Taiwan » à Dirré Dawa. Les réfugiés somaliens, rompus à l’organisation des transferts monétaires à grande distance, se sont repliés sur Addis Abäba et Dirré Dawa et leurs mouvements échappent à tout contrôle (Gomès, 2001). Comme cette situation n’est pas spécifique à l’Éthiopie, comment expliquer que les Soudanais, Érythréens et Somaliens (alors qu’il n’y avait plus de Somalie) étaient crédités de revenus per capita deux ou trois fois supérieurs selon les années ? La question est restée sans réponse jusqu’à ce que la Banque mondiale introduise récemment le calcul du PNB en ppa12. Selon ce critère nouveau, chaque Éthiopien dispose d’un revenu annuel en pouvoir d’achat évalué à 620 dollars ppa, plus conforme à l’expérience de la vie quotidienne (P et S, 2001). Il n’y a plus d’évaluation ni pour le Soudan, ni pour Djibouti, ni pour la Somalie. Toutefois, selon la même source, les Érythréens disposent de 1040 dollars ppa : pourquoi un tel écart ? La diaspora érythréenne mobilisée lors de la guerre se mobilise pareillement pour reconstruire la patrie ; est-ce la seule explication ?

21Est-on vraiment sûr que le revenu par tête des Éthiopiens ait décliné ou même stagné ces trente dernières années ? S’il est demeuré le même, c’est donc que le revenu national a augmenté car la population a plus que doublé. Est-ce le secteur agricole qui contribue, bon an mal an, à la formation de 60 % du PNB, qui est responsable à lui tout seul de cette « stagnation » ? Si c’est le cas, l’absence d’un marché de la terre agricole est-elle bien la cause du « retard » de l’agriculture et donc de l’économie éthiopienne ?

Explication, pétition de principe ou magie ?

22À force de répéter ou plutôt de ressasser qu’il suffirait d’« une » mesure, de « la » réforme qui, tel le levier d’Archimède, soulèverait le monde éthiopien, on a fini par le croire. Cette médication guérirait le paysan éthiopien « primitif » (Dawit) de son attachement irraisonné, magique à la terre et le libérerait de son esprit de routine en l’affranchissant de la sujétion communautaire. Cette solution traduit la méfiance instinctive vis-à-vis de tout ce qui ressemble de près ou de loin, à du « collectif », sans chercher à le connaître et à le comprendre. Tantôt on l’épingle socialisme, tantôt on l’appelle féodalisme, pareillement honnis. On se rapproche de la thèse de Hardin exprimée dans The Tragedy of the Commons qui prend pour fondement de sa démonstration la maxime : « Ce qui appartient à tout le monde, n’appartient à personne. » Cette thèse n’aurait dû avoir aucune postérité tant sont nombreux les travaux qui l’ont mise en pièces (Mathieu, 1991, p. 336-338). Tous les chercheurs ont montré combien l’encadrement par le village, la famille, le clan ou le lignage était rigoureux et combien étaient graves les sanctions vis-à-vis de celui qui aurait dilapidé ou accaparé les ressources communautaires. On connaît les règles tribales ou claniques, très précises et très contraignantes qui régissent le partage des parcours chez les Somali ou les Afar et qui dégénèrent régulièrement en des conflits sanglants, limités par le paiement du prix du sang. Mais, jamais oubliée au nom de la « sagesse populaire », la thèse de Hardin est invoquée par ceux qui s’alarment de la dégradation des sols et de la diminution de leur « fertilité ». En effet, n’étant pas liés, croit-on, par la propriété privée à un lopin ou à un parcours bien définis, les paysans ou les éleveurs les exploitent sans retenue. S’il y avait en Éthiopie un marché libre de la terre, l’érosion des sols, le ravinement et le déboisement seraient enrayés. Encore faudrait-il prouver qu’il y a eu effectivement rétrécissement des forêts et mesurer les dégâts dus au ravinement !

23Au début des années 1980, après que la réforme agraire eut gagné l’ensemble du territoire éthiopien, des études sérieuses ont fait les premiers bilans de ce bouleversement majeur (Aster, 1982 ; Dessalegn, 1984). Les paysans avaient accru les rendements et mis de nouvelles terres en culture. Cependant, l’augmentation, importante et espérée, de la production nationale ne s’était pas produite. Parmi les explications avancées, les auteurs pointaient le morcellement du parcellaire encore accru par la réforme, le retard technique des paysans, leur esprit de routine et l’accroissement de leur consommation personnelle. On retrouve là formulés les griefs vis-à-vis de la paysannerie par lesquels le Darg justifia la pseudo-Révolution Verte. La critique de la réforme agraire – les temps changent – retient maintenant les aspects affectifs et émotionnels de la période du partage des terres, qui furent bien réels. Au début de la Révolution, les étudiants puis les militaires résumaient leurs objectifs par deux slogans dont le premier Ityopya täqdem [Éthiopie d’abord] est passé à la postérité. Le second est moins connu quoiqu’il ait eu son heure de gloire Märét lä arrashu ! [la terre à celui qui la cultive]. Souvent, l’un a conforté l’autre comme dans ce récit où des soldats indécis, venus promouvoir la réforme agraire, hésitent puis partagent la terre en répétant Ityopya täqdem, la devise qui réconcilie tout le monde. Certains auteurs arguënt de ces aspects de liturgie laïque fusionnelle dans laquelle baigna la Campagne révolutionnaire [Zamacha] pour assimiler le fameux Märét la arrashu ! à une « formule magique » (Shiferaw, 1992). Les paysans tegréens ne désignaient-ils pas les étudiants zämach comme des qäyy qésoch, [des prêtres rouges], appellation révélatrice (Gebru, 1991). Prononcé et scandé par de jeunes militaires et étudiants, le slogan « la terre à celui qui la cultive » aurait permis d’éluder plutôt que de résoudre la question de l’accès à la terre. Shiferaw sous-entend que les paysans matois auraient brandi le slogan magique face à des zämach inexpérimentés afin de se partager d’abord la terre. Les étudiants et les autorités auraient entériné l’émiettement des exploitations au mépris de la rentabilité économique. Cette analyse après coup méconnaît le scandale du statut précaire des tenanciers des régions méridionales. Peut-on qualifier de magique le slogan qui épinglait cette injustice flagrante (Gascon, 1990a) ?

24Il n’est pas étonnant, tant la réforme agraire avait suscité d’espoir et d’enthousiasme, que les lendemains aient déchanté. Néanmoins, n’utilise-t-on pas les « déçus de la réforme » pour discréditer une mesure dont l’annonce déclencha tout de même un séisme politique ? En la rejetant tout d’un bloc, ne risque-t-on pas de raviver des oppositions qui mettraient en péril l’unité nationale ?

La guerre civile agraire froide

  • 13 En panne d’essence, je fus témoin involontaire et impuissant d’une expulsion nocturne en 1970.

25Les systèmes fonciers et fiscaux qui régnaient sous l’Ancien Régime dans la Grande Éthiopie reflétaient les étapes historiques de la construction militaire de cet ensemble politique. On sait l’importance capitale de la période de l’Aqänna, la dilatation territoriale accomplie sous atsé Menilek II Trois quarts de siècle après l’instauration de la pax aethiopica, les hostilités n’avaient pas cessé : une guerre civile agraire froide opposait toujours les descendants des vainqueurs aux descendants des vaincus. Un färänj se heurtait à un mur de silence car les étrangers travaillaient toujours pour les autorités : leur venue annonçait de prochaines expulsions (témoignage personnel) ! Trouver une brèche, une lézarde, pour regarder derrière le mur, le décor impérial de l’Éthiopie sépia, n’était pas facile. Etre envoyé deux années dans une l’école secondaire d’une petite ville (comme Ambo) donnait l’occasion de mesurer l’urgence de la question foncière. À Addis Abäba, les Éthiopiens que les étrangers rencontraient leur auraient sûrement servi les vieilles histoires des paysans « routiniers », « ennemis du progrès » et, sait-on jamais, ils auraient pu être convaincants. Beaucoup de chercheurs éthiopisants ont enquêté en toute innocence et en toute incompétence, dans un petit canton d’Éthiopie dont ils ne connaissaient ni les populations, ni l’histoire. Au Métcha, conquis et gouverné par le père de Haylä Sellasé, le futur ras Mäkonnen, les tensions foncières étaient au centre de la vie quotidienne et de l’actualité. C’est pourquoi, un färänj, qui ne parlait aucune des langues locales, n’avait pas le moindre espoir de vaincre la méfiance des paysans. Malgré tout, peu à peu, les informations filtraient, venant des élèves, surtout, et de quelques collègues, qui confiaient, par bribes, les sinistres exploits de ras Mäsfen Siläshi. Ce dernier profitait de sa position de gouverneur général du Choa pour expulser des paysans13.

  • 14 Ces soldats-paysans avaient la sécurité de leur lopin moyennant une période militaire par roulement (...)

26Paradoxalement, ce furent les grèves d’élèves qui révélèrent combien étaient graves les tensions autour de la terre. La cause de ces grèves étaient toujours la même dans toutes les écoles secondaires : les droits d’examens qui augmentaient à chaque session semestrielle. C’était le moyen pour le ministère de l’Éducation de « réguler » le flux, en accroissement constant, des diplômés de l’enseignement secondaire pouvant prétendre à des postes dans la fonction publique. Les autorités dénonçaient alors à la radio ces jeunes étudiants ingrats qui gaspillaient l’argent de l’État en espérant que les parents feraient pression sur leurs enfants. Puis, elles envoyaient la police, puis l’armée territoriale14, ramener l’ordre en arrêtant les « meneurs » qui devaient accomplir des périodes militaires sévères dans un camp ou une caserne. À Ambo, les élèves, furieux, répliquèrent par la mise en accusation publique du système de tenure, beaucoup plus scandaleux que leur « ingratitude » vis-à-vis de Haylä Sellasé, leur « père ». Ils organisèrent alors des manifestations et se dirigèrent, symboliquement, vers la ferme de ras Mäsfen à Gudär, à 13 kilomètres de là ; mais, à mi-chemin, il y avait le camp de l’armée territoriale. Puis à Ambo, ils brisèrent les vitres des autocars de la compagnie Anbässa [Lion] dont le ras était actionnaire. Les territoriaux requis par le gouverneur vinrent alors en ville afin de protéger les véhicules. Quand ils chargèrent, tirant en l’air, les parents, heureusement, s’interposèrent et ouvrirent la porte de leurs maisons pour cacher les élèves. À Däbrä Zäyt, les élèves brûlèrent la villa de ras Mäsfen et furent condamnés à se cotiser pour la rebâtir. Dans la capitale, les chocs étaient généralement beaucoup plus durs et débordaient dans le campus de l’université.

27L’agitation des élèves et des étudiants eut le rôle de déclencheur des troubles qui ont préparé la Révolution comme on le sait, maintenant. Ce fut la jeunesse éduquée qui dénonça en premier, à l’opinion, la gravité des tensions foncières dans les sociétés paysannes de l’Éthiopie du Sud. Un conflit souterrain s’y déroulait opposant une minorité détentrice des droits sur la terre face à une majorité privée par la défaite de ses ancêtres de tout droit foncier. Le partage des rôles entre maîtres du sol et tenanciers précaires étaient, à la fin des années 1960, remis en question par la croissance de la population, par l’introduction de l’agriculture commerciale et entre autres transformations de la société, par les progrès de la scolarisation. Loin d’être un milieu à part, protégé des atteintes du monde, l’école était au cœur du conflit comme en ont témoigné maints coopérants ou travaux de chercheurs. Bien au contraire, dans les régions du Nord, l’accès à la terre, la sécurité de la tenure, l’école n’étaient pas des ferments de mutation intense, sociale, politique et culturelle.

Notes

1 Signifie comité. Ce n’est pas un acronyme mais un substantif formé sur le verbe (a)därrägä, faire.

2 Titre d’un article de Maxime Rodinson dans Le Monde de février 1974.

3 Sous la Révolution, on déporta de même le Lumpen prolétariat de la capitale dans la ferme de Humära, à la frontière du Tegray, de l’Érythrée et du Soudan. Lors de la célébration du dixième anniversaire de la Révolution (1984), on parqua les affamés du Wällo et du Choa hors d’Addis Abäba (Dawit, 1989).

4 Population et Sociétés, no 414, juillet-août 2005.

5 Mes élèves m’affirmaient que les États-Unis importaient de la terre d’Éthiopie et m’assuraient : Anyway Ethiopia is very famous over the World.

6 Soit une terre dont le revenu serait celui d’une exploitation céréalière de 40 hectares.

7 Cinq fois 42 millions d’Éthiopiens.

8 Je l’ai entendu présenter la RRC à la Conférence des études éthiopiennes d’Addis Abäba, en 1984.

9 Provoquée par une épizootie introduite par les mulets du corps expéditionnaire italien débarqué, depuis 1884, à Metsewa.

10 D’après la communication de Milliça Cubrillo à la Journée sur l’Érythrée, organisée par Marc Lavergne à Tours (URBAMA), le 28 septembre 1995.

11 Il a pris le pouvoir en octobre 1969 et le journal « officiel » était intitulé Stella d Ottobre puis Xiddigta Oktoobar [Étoile d’octobre].

12 ppa : parité de pouvoir d’achat par habitant.

13 En panne d’essence, je fus témoin involontaire et impuissant d’une expulsion nocturne en 1970.

14 Ces soldats-paysans avaient la sécurité de leur lopin moyennant une période militaire par roulement, d’un mois, chaque année.

Table des illustrations

Titre photo 18. Ambo (décembre 1995) Sur la route de Wäntchi
Légende Construction d’une maison (entraide paysanne). Les murs, faits de pieux et de branches, seront calfatés de boue et les chaumes installées sur la charpente.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30303/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 270k
Titre photo 19. Ambo (décembre 1995)
Légende Dans un acacia, une ruche cylindrique faite de branches et d’écorces et liée par des cordes d’ensät. Le miel sert à fabriquer le täj (hydromel).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30303/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 278k

© Éditions de la Sorbonne, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540