Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sur les hautes terres comme au ciel

 | 
Alain Gascon

Partie II. Les révolutions éthiopiennes : des hommes nouveaux, de vieux territoires

Chapitre 4. « Soyez féconds et prolifiques, remplissez la terre et dominez-la »

Texte intégral

1À cette injonction de la Genèse (1,28), le Peuple élu n’a obéi, n’a pu y obéir qu’avec beaucoup de retard... Mais la montée maintenant irrésistible et irréversible de la vague démographique, pose la question capitale des potentialités économiques offertes par le « théâtre géographique » aux populations qui s’y pressent. Elle les interroge sur le fondement même de la civilisation éthiopienne : la répétition de crises de subsistance toujours plus graves et l’extension de la pandémie du sida ne risquent-elles pas d’ébranler la foi qui les a fait traverser tant d’épreuves. Quel est le sens de ces souffrances ? Les églises pentecôtistes et les cultes syncrétiques prétendent apporter de nouvelles réponses aux interrogations face à un avenir qu’on peine à lire. La réussite matérielle des Éthiopiens de la diaspora exerce une telle attraction que les candidats au départ de la Terre sainte sont de plus en plus nombreux. Le creusement du déficit de la production alimentaire se pose avec une inquiétante acuité et une particulière régularité dans la Corne de l’Afrique, prolongement oriental et montagneux du Sahel. Cette péninsule massive en subit les mêmes incertitudes climatiques tout en étant devenue, du moins sur les hautes terres, le deuxième pôle de peuplement du continent au sud du Sahara, après le Nigeria. Les effectifs de l’Éthiopie et de l’Érythrée réunies égalent et dépasseront bientôt ceux de l’Égypte, et déjà les victimes du VIH se comptent par millions.

La révolution démographique a précédé la Révolution

La quête des statistiques

  • 1 Aux élections législatives de mai 2005, qu'elle estime truquées, l’opposition a gagné de nombreux s (...)
  • 2 Plus de 77 millions en 2005 (Populations et Sociétés et CSA).

2La Central Statistical Authority (CSA) – anciennement Central Statistical Office (CSO) – édite chaque année un annuaire, un état de l’Éthiopie comportant une estimation de l’effectif de la population. Cette autorité a publié les recensements (1970, 1984, 1994) effectués par l’Office of Population and Housing Census Commission. La CSA a produit ses estimations pour 2000, à l’aide de « projections » basées sur les résultats de 1994. On n’a guère de détails sur ces opérations. Ces corrections utilisent sans doute l’état civil mais il n’est pas encore généralisé à l’ensemble de l’Éthiopie, notamment dans les territoires enclavés. On pourrait se référer aux listes électorales : la Constitution de 1955 a établi le suffrage universel. Interrompues sous le Därg, les consultations ont repris avec le référendum constitutionnel et le vote pour élire le Shängo (Parlement) en 1987. Depuis 1991, le régime actuel a organisé des élections générales (mai 2000)1, locales et régionales avec la pluralité des candidatures. La fiabilité des résultats a progressé, semble-t-il, de recensement en recensement. En 1970, les auteurs ont pratiqué, dans les basses terres et en Érythrée, des sondages extrapolés à l’ensemble des territoires. En 1984, d’après le témoignage d’un expert démographe italien, l’armée a bouclé des villes et des régions pour effectuer les comptages. Ainsi a-t-on disposé, pour la première fois, de données pour les campagnes proches des villes et pour les villes d’Érythrée. Cependant, comme en 1970, les recenseurs n’ont pas directement compté les éleveurs des basses terres de l’Est. Dans la région-État des Somali, la publication du recensement de 1994 a été retardée jusqu’en 1998 car il a fallu attendre le rétablissement de l’ordre et finalement, la seule population urbaine a été recensée. En dépit de ces imperfections, Population et Sociétés attribue à l’Éthiopie la note B dans la case « disponibilité des données », Djibouti a D, l’Érythrée C et la Somalie D (P et S, 1999, 2001). Qu’en conclure ? Que la collecte des données démographiques est un art difficile et que les prévisions relèvent de l’aventure. Qu’on en juge : en 1999, Population et Sociétés, évaluait, la population de l’Éthiopie en 2025 à 99 millions d’habitants ; en 2001, la même source pronostiquait pour la même date 118 millions d’habitants. Rappelons que la population était estimée, en 2001, à plus de 65 millions d’habitants2.

3La fiabilité des données démographiques est donc meilleure chez les sédentaires des hautes terres que parmi les pasteurs des basses terres, ce qui n’est pas pour nous surprendre. Les éleveurs n’ont pas oublié que l’administration cherchait à évaluer les troupeaux afin de leur faire payer l’impôt. Le nouveau statut de l’État éthiopien a changé le questionnement et la base territoriale des enquêtes. En 1984, pour la première fois, le recensement comportait un volet culturel : ethnie, langue et religion. La Révolution, en rupture avec l’Ancien Régime, avait reconnu l’égalité des nationalités et des peuples d’Éthiopie. Sans doute, est-ce à partir des résultats de 1984 que l’Institut des nationalités publia sa carte des soixante-quinze nationalités. C’est sur cette base qu’en 1987 le Parlement vota la réforme administrative où apparaissaient cinq régions autonomes. À l’occasion de ce nouveau découpage administratif, le Shango a publié, en amharique, une estimation démographique selon les nouvelles circonscriptions (Shängo, 1987). Le recensement de 1984 posait la question de la pluralité des langues et de leur usage social en Éthiopie.

  • 3 Le recensement comprend treize volumes (un par région-État) : dans certaines régions, on ne peut ri (...)

4Dans l’Éthiopie ethnofédérale, les données culturelles ont pris une importance capitale dans la vie politique. En effet, elles ont permis d’apprécier numériquement le rapport de force entre les peuples. Elles ont également guidé le tracé des limites entre les régions-États et elles ont été à l’origine des révisions de ces frontières. Le recensement de 1994, entrepris trois ans après la chute de Mängestu, s’est fait à l’intérieur des nouvelles circonscriptions. Les régions-États fédérales autonomes [kellel] et leurs subdivisions (zones) ne coïncident pas avec les anciens découpages en régions [keflä hagär] Le dernier recensement et les dernières estimations ne donnent plus les résultats par provinces [awrajja], subdivisions des régions maintenant supprimées. Les circonscriptions de base des recensements sont désormais les districts [wäräda] qui existaient auparavant mais dont les limites ont été sensiblement remodelées. Entre 1970 et 1984, il est facile de dresser une carte croisant les densités et le rythme de croissance de la population par awrajja. En revanche, entre 1970 et 19943, il faut se contenter, au mieux d’approximations et de l’estimation du Parlement qui n’est qu’une évaluation fondée, de plus, sur de nouvelles limites. On peut calculer les densités par wäräda mais on perd, hélas sauf pour les cas mentionnés plus haut, la dimension évolutive à l’échelon des keflä hagär. Heureusement, la limite des municipalités urbaines paraît stable et permet de mesurer l’ampleur de l’accélération de l’exode rural.

5Dans ce domaine comme dans d’autres, le régime actuel fait du passé table rase et bâtit du neuf en taillant les circonscriptions fédérales dans le vif. Il ne facilite pas – est-ce volontaire ? – la recherche.

La vague démographique vient de loin

6Les estimations du xixe siècle donnent déjà un effectif de plusieurs millions d’habitants établis sur des hautes terres épargnées, au-dessus de 1 800-2000 mètres, par le paludisme et la trypanosomiase. Dans la Nouvelle Géographie universelle, Élisée Reclus évaluait la population totale à 8,6 millions d’habitants sur une Éthiopie de 630 000 km2, soit moins de 60 % de la superficie de l’Éthiopie actuelle. Deux concentrations humaines s’équilibraient : au nord, l’Abyssinie (Tegré, Amhara, Gojjam) et le Choa avec 3,5 millions d’habitants (40 % du total) et au sud, les États galla (oromo) avec aussi 3,5 millions d’habitants. Le Harär et pays voisins regroupaient 1,2 million d’habitants avec une densité de 60 soit trois fois celle des États galla, moins de deux fois celle du Choa et six fois celle de l’« Abyssinie ». Les basses terres ne comptaient guère pour plus de 0,5 % de la population sur un tiers de la superficie totale (Reclus, 1885, p. 195). Les Italiens, à dessein selon Margery Perham, donnèrent une estimation basse autour de 7 millions pour toute l’Africa Orientale Italiana à laquelle on doit soustraire 1,4 million de Somali (Guida, 1938 ; Maurette, 1938). « Abyssins » (Amhara-Tegréens) et Galla (Oromo) s’équilibraient avec chacun 45 % de l’effectif total. D’autres auteurs italiens s’accordaient autour de 6 ou 7 millions d’habitants sans compter la Somalie italienne (Perham, 1948). L’Éthiopie d’avant les conquêtes de Menilek comptait alors pour 40 à 45 % du total. Stagnation des effectifs en Éthiopie, cas d’école de la définition de l’ancien régime démographique, telle est la conclusion qui s’impose au vu d’estimations grossières mais convergentes.

figure 12. Famines et transformations de l’agriculture

figure 12. Famines et transformations de l’agriculture

Source : J. Tubiana (dir.), La révolution éthiopienne... (op. cit)

  • 4 Dix millions de plus que la Banque mondiale (Atlas, 1988).

7Sans doute, la transition démographique fut-elle tardive dans cette région de l’Afrique. En 1950, le taux du croît naturel annuel n’était que de 15 ‰ et en 1981, il avait doublé pour atteindre 29 ‰ (Atlas, 1988). Tout au long des années 1950, jouissant d’une situation alimentaire satisfaisante, l’Éthiopie a exporté régulièrement des produits agricoles, du café, certes, mais aussi des céréales. Néanmoins, comme l’a montré Mesfin, il subsistait des poches de disette même pendant les périodes de vaches grasses et donc de surplus (Mesfin, 1984). La famine de 1958-1959 marqua le début du changement de la structure démographique (Greenfield, 1964 ; Gilkes, 1974). En 1970, on recensait déjà près de 25 millions d’habitants en Éthiopie et en Érythrée, 42 millions en 1984, 57 millions en 1994 (sans l’Érythrée : 3,5 millions d’habitants) et plus de 63 millions en 2000, pour la seule Éthiopie (CSA, 2000) (tab. 1, 2) et même 65,4 millions (P et S, 2001). Par une coïncidence déjà signalée, les recenseurs ont annoncé, en 1984, qu’ils avaient décompté 6 millions d’Éthiopiens en plus4, quelques mois avant que le régime n’ait avoué l’existence de la famine (fig. 12). À la Conférence des études éthiopiennes d’Addis Abäba, Patrick Gilkes annonça ce résultat l’accompagnant de cette remarque judicieuse : « C’est l’événement le plus important de la Conférence. » Dawit mentionne l’augmentation de la charge démographique sur les hautes terres comme cause des famines tout en assurant que l’Éthiopie pourrait nourrir une population cinq fois supérieure. Mais, pour lui comme pour d’autres, reprenant la même antienne, les paysans auraient amplifié l’impact des sécheresses en défrichant les épaisses forêts qui auraient recouvert les plateaux, il y a un siècle ou un demi-siècle.

Une croissance qui dure

8Dans le dernier annuaire de la CSA, aucun indice démographique n’est mentionné à part la composition par âge. Les auteurs des atlas ont établi, à partir des recensements de 1970 et 1984, des cartes des indices démographiques par régions qu’on ne peut comparer avec la situation présente (Mesfin, 1970 ; Atlas, 1988). Dans son atlas, Mesfin qualifie de « grossières » les données qui manquent en Érythrée et au Balé (Mesfin, 1970). Dans le National Atlas, les quarts sud et est connaissent une forte croissance naturelle en dépit d’une forte mortalité et une espérance de vie plus courte. Le Centre-Ouest, moins prolifique, croît rapidement du fait d’une espérance de vie plus longue. L’amélioration de la situation entre 1970 et 1984, au Centre-Ouest, y reflète un meilleur accès aux soins (Atlas, 1988). Les crises alimentaires et les troubles qui ont frappé, par la suite, le Nord et l’Est ont sûrement affecté le dynamisme de ces régions, mais, on ne peut le mesurer.

figure 13. Les villes éthiopiennes en 2000

figure 13. Les villes éthiopiennes en 2000

9Population et Sociétés, dans « Tous les pays du monde », estime le taux de croissance naturelle de l’Éthiopie à 29 ‰ (2001, no 370). Le taux de natalité atteint 44 ‰ (indice synthétique de fécondité de 5,9) alors que le taux de mortalité demeure à 15 ‰ et le taux de mortalité infantile à 97 ‰. L’espérance de vie à la naissance dépasse maintenant 50 ans (homme : 51 ans, femme : 53 ans). Les Éthiopiens seront donc, si la prévision se réalise, 118 millions en 2025 ! Population et Sociétés et la CSA s’accordent sur la composition par âge : les moins de 20 ans représentent 54 % du total (moins de 15 ans : 44 %), les 20-65 ans : 43 % et les plus de 65 ans : 3 %. On doit s’interroger à propos des variations importantes des indices et des prévisions enregistrées entre les éditions de 1999 et 2001 de Population et Sociétés. Elles ne remettent pas en question, si on les compare avec les États voisins, l’évolution générale de la situation démographique. La fécondité baisse comme la mortalité infantile (Djibouti : 117 ‰, Érythrée : 80 ‰) et la mortalité en général. La jeunesse de la population explique l’importance du potentiel de croissance démographique. La perspective est menaçante de voir presque doubler l’effectif actuel de la population dans les prochaines vingt-cinq années. On pense aux famines répétées au nord et à l’est, dans le Croissant aride et aux districts méridionaux dont les densités dépassent déjà 300 habitants par km2 ! L’Éthiopie a rendez-vous avec Malthus ! Elle a également rendez-vous avec la pandémie du sida, même si elle n’est pas la plus touchée dans la Corne. On estime que 10,6 % des 15-49 ans sont infectés par le VIH (P et S, 2001). Mais, comme l’Éthiopie est une fois et demie plus peuplée que l’Afrique du Sud qui est deux fois plus infectée, elle représente le deuxième foyer de malades du continent mais avec des moyens de lutte très faibles.

10L’examen du rythme de progression de la population éthiopienne depuis les années 1960 conforte les prévisions les plus élevées et suscite donc l’inquiétude. De plus, les ruraux et parmi eux les jeunes, plus largement éduqués que la génération précédente, migrent nombreux vers les villes. La population citadine augmente rapidement : 9 % en 1970,11 % en 1984 et 15 %, en 2000 (fig. 13,14). Le régime militaire, obsédé par le souci de contrôler les déplacements de population, limita la croissance urbaine ; mais depuis dix ans, tout Éthiopien peut s’établir où bon lui semble. D’autres freins, notamment culturels, qui entravaient les migrations sont peu à peu en train de se relâcher.

figure 14. Densités de population par awrajja et villes (1984)

figure 14. Densités de population par awrajja et villes (1984)

tableau 1. La croissance de la population éthiopienne (sans l’Érythrée). Recensements de 1970,1984 et 1994 : CSO/CSA. Estimations de 1987 : Shängo, de 2000 : CSA

tableau 1. La croissance de la population éthiopienne (sans l’Érythrée). Recensements de 1970,1984 et 1994 : CSO/CSA. Estimations de 1987 : Shängo, de 2000 : CSA

TABLEAU 2. La population de l’Érythrée (Population et Sociétés, 2001)

1970

1984

1987

2001

1 893 000

2 704 000

2 954 000

4 300 000

11En 1970, les Éthiopiens représentaient à peine la moitié de la population française, trente ans plus tard, l’Éthiopie, diminuée de l’Érythrée, est plus peuplée que la France. Depuis 1991, la dilatation des espaces cultivés et l’augmentation spectaculaire de la surface bâtie dans le moindre bourg comme dans la capitale frappent les observateurs. Ainsi Awasa, il y a trente ans, une petite et aimable station hôtelière lacustre, s’impose maintenant capitale régionale, Yamoussoukro à l’éthiopienne, avec sa cathédrale de béton, ses immeubles de bureaux à étages, ses galeries marchandes et ses avenues à deux voies.

Hautes et basses pressions démographiques

tableau 3. La population des hautes terres (au-dessus de 1800-2000 mètres)

tableau 3. La population des hautes terres (au-dessus de 1800-2000 mètres)
  • 5 Le territoire de certains de ces wäräda s’étend aussi sur les basses terres.

12Le calcul de Mesfin tient seulement compte de la population rurale et il inclut également l’Érythrée. Le décompte effectué avec la CSA comprend les ruraux et les citadins, mais il est limité à l’Éthiopie. Il y a trente ans, près des deux tiers de la population (14,6 millions d’habitants) n’occupait qu’à peine un quart du territoire mais, la densité moyenne des hautes terres était déjà deux fois et demie celle de toute l’Éthiopie (tab. 3). Après trente années difficiles, la densité des hauts plateaux est maintenant le triple de la densité éthiopienne. Près de quatre cinquièmes des Éthiopiens, soit plus de 50 millions d’habitants, vivent désormais dans des wäräda5 qui occupent le tiers de l’Éthiopie (tab. 3). Les densités dépassent toutes 55 habitants par km2 (la densité nationale), avec une moyenne de 129,4 habitants par km2. Sur le socle des hautes terres, à une période de longue stratification de l’accumulation des hommes succède désormais un brusque épisode d’accélération puis d’emballement de la concentration des hommes. Changement de temps, de rythme, de monde : n’y a-t-il aucune limite à cette concentration ?

  • 6 Oromiyaa donne Oromie comme Ityopya fait Éthiopie.
  • 7 Marion Le Pommelec, Gestion de la fertilité, intensification, diversification ; pratiques paysannes (...)

13Il y a trente ans, deux tiers des Éthio-Érythréens vivaient sur les hautes terres d’Érythrée centrale, du Tegray du centre et de l’est, du Wällo, du Choa, de l’Arsi, des plateaux et des montagnes du Harar et du Sidamo de l’Ouest. Actuellement, les quatre cinquièmes des Éthiopiens habitant les hautes terres ne se concentrent pas exactement sur les mêmes territoires qu’en 1972. À la liste précédente, il faut adjoindre, à l’ouest, les zones de Gondär-Sud, du Gojjam et de Jimma et retirer, à l’est, celles du Harärgé, hormis les territoires fédéraux urbains de Dirré Dawa et de Harär (fig. 10). Les deux zones denses du Tegray sont maintenant coupées de l’ensemble dense compact qui, élargi à sept zones de l’Amhara et à quatre zones de l’Oromie6, gravite autour de la capitale. Au sud d’Addis Abäba, dans le kellel « Nations, nationalités et peuples du Sud », les zones du Guragé, du Hadiya, du Känbata et du Sidamo dépassent la densité de 220 habitants par km2 (quatre fois la densité nationale). La zone reconstituée du Wälayta7 arrive à 310 habitants par km2 et celle du Gédäo excède 440 habitants par km2, soit huit fois la moyenne éthiopienne. Seuls les territoires fédéraux urbains d’Addis Abäba et de Harär atteignent une telle valeur. Comme en 1984 et en 1987, en 1994 et en 2000, le pôle de peuplement dense du sud s’individualise toujours fortement, mais celui du Choa, du Gojjam et de l’Arsi s’est renforcé, faisant de la capitale le pivot des zones denses de l’Oromie et de l’Amhara. Le Tegray et le Harär apparaissent maintenant périphériques par rapport aux régions centrales. Il y a plus d’un siècle, s’individualisaient déjà trois pôles de peuplement, deux principaux, l’un au nord et l’autre au sud et un plus modeste à l’est. Au xxe siècle, l’ascension politique du Choa et la fixation de la capitale à Addis Abäba ont eu pour effet de déplacer vers le sud, et aussi vers l’ouest, l’épicentre du peuplement.

14Cinq régions-États, en dehors des territoires fédéraux d’Addis Abäba, de Dirré Dawa et de Harär, regroupent 91,6 % de la population éthiopienne mais seulement quatre d’entre elles ont une densité supérieure à la moyenne nationale : Tegray 73,8, Amhara 102,4, Oromie 63,3 et Sud 111,4 (CSA, 2000). Le kellel Oromie abrite 35 % du total de la population sur 32 % du territoire national, le Sud 20 % du total national sur 10 % du territoire, l’Amhara 25 % de l’effectif sur 14 % de la superficie nationale et enfin le Tegray 5,8 % des Éthiopiens sur 4,5 % de l’Éthiopie. La taille des kellel et des zones est telle qu'elle gomme les écarts entre les wäräda et surtout, elle dilue les plus denses dans des circonscriptions plus grandes.

tableau 4. Les wäräda classés par densité et par kellel (CSA 2000)

Wäräda

Tegray

Amhara

Oromie

Sud

d > 440/km2

11

220< d <440

2

3

13

23

110< d <220

14

58

68

13

55< d <110

7

19

57

15

15Dès 1984 et 1987, un effectif considérable de population se concentrait sur les deux rives montagneuses du rift au sud d’Addis Abäba. Il forme dans la région-État « Sud » un noyau de onze wäräda dont ceux de la zone Gédäo. Leurs densités surtout rurales sauf à Soddo-Zuriya [environs de Soddo], culminent entre 500 et 600 habitants par km2 ! Il y a quinze ans, les awrajja correspondants aux wäräda présentaient des densités échelonnées entre 250 et 300 ; donc, la population a continué à s’agglomérer sur ces hautes terres. La densité de la majorité des wäräda de ce kellel dépasse 220 soit quatre fois la moyenne nationale (tab. 4) (fig. 10).

16Des trois autres régions-États, l’Oromie a seule un noyau de peuplement dense et cohérent (d>220) qui prolonge la dorsale démographique d’altitude du Sud, d’une part vers l’ouest (wäräda de Jimma) et d’autre part vers l’est (wäräda du Choa-Est, de l’Arsi et du Harärgé). Ce kellel englobe aussi de nombreux wäräda (d>110) compacts situés sur les hautes terres de l’Arsi, du Choa et du Wällägga-Est (tab. 4). L’Amhara et le Tegray ont un modeste noyau de wäräda de densité comprise entre 220 et 440. Ils correspondent au rebord du plateau qui surplombe la dépression du triangle Afar qui s’étend du Choa au Tegray par le Wällo. Cet axe se prolonge plus largement à l’ouest, sur les plateaux du Gondär, du Gojjam et du Wällo dont les wäräda présentent des densités comprises entre 220 et 440 (tab. 4). On remarque que les trois régions-États les plus peuplées et avec les plus fortes densités gravitent autour d’Addis Abäba. L’Oromie occupe la transversale ouest-est, le kellel Sud, Taxe sud-sud-ouest perpendiculaire à cette transversale et enfin, l’Amhara, le triangle nord-ouest. La région des Amhara ne fait pas contrepoids aux dorsales de peuplement de l’Oromie et surtout du Sud.

La revanche des vaincus, la revanche des berceaux

Pendant la Révolution, la croissance continue...

17L’intervalle intercensitaire de 1970 à 1984 correspondait au début de la Révolution et à la famine de 1973-1974 qui aurait fait environ 200 000 victimes (RRC, 1985 ; Dawit, 1989). La population de l’Éthiopie (Érythrée comprise) a augmenté de 74,5 % ou de 77 % sans l’Érythrée. Cette croissance était loin d’être uniforme sur tout le territoire : sept keflä hagär [régions] sur quatorze avaient un taux de progression qui égalait ou dépassait le taux national. Les régions les plus dynamiques – les plus densément peuplées (Gondär, Gojjam, Wällo, Choa, Arsi, Käfa, Sidamo) – gravitaient autour d’Addis Abäba. Pourtant, l’étude du taux de croissance de la population au niveau des awrajja (provinces) révèle un avantage aux territoires rassemblés par Menilek. Les circonscriptions dont la population avait doublé appartenaient aux plateaux du sud-ouest de Jimma, aux montagnes bordières du rift méridional, aux hauteurs du Harär et aux provinces proches de la capitale. On en trouvait deux au Vieux-Choa, deux au Gondär, deux au Wällo liés à la présence de réfugiés et de la ville de Däsé et cinq au Gojjam qui étaient uniquement ruraux. En résumé, entre 1970 et 1984, les provinces qui ont progressé au même rythme, ou plus rapidement, que l’ensemble de l’Éthiopie, appartenaient plutôt aux territoires conquis par atsé Menilek II Au nord d’Addis Abäba, mis à part le Gojjam, les croissances les plus élevées étaient liées à l’afflux de réfugiés dus aux troubles et aux séquelles des sécheresses. La stagnation et même la régression du Tegray et de l’Érythrée étaient surtout le résultat des guerres comme au Sud, dans les basses terres du Balé et du Harär touchées par la guerre éthio-somalienne de 1977-1978 (fig. 12).

18En 1984, deux conclusions s’imposaient. Les peuples soumis au temps de l’Aqänna faisaient preuve d’un dynamisme démographique certain, entraînés moins par l’essor de la capitale que par l’extraordinaire vitalité des provinces densément peuplées au sud et au sud-ouest d’Addis Abäba. Ces nouvelles régions, où l’ensät domine comme culture vivrière de base, produisent également la majeure partie du café. Elles ont pris une sorte de revanche sur les vieilles provinces du Nord touchées par les guerres et les famines, le Gojjam faisant exception. En 1984 et en 1987, les awrajja les plus denses du Gojjam, du Wällo et du Harär connaissaient des taux de croissance supérieurs à la moyenne nationale. Pourtant, c’étaient au sud de la capitale que les noyaux les plus peuplés du Sidama (+ 117 %), du Wälayta (+ 49 %), du Gédäo (+ 66 %), du Guragé (+ 69 %), du Känbata-Hadiya (+ 106 %), du Butajira (+ 163 %) présentaient les progressions les plus contrastées (fig. 12). On percevait déjà l’impact des migrations urbaines et notamment vers Addis Abäba, pour les Guragé qui étaient plus de 200 000 au Mercato. Sans doute approchait-on du seuil de saturation dans les provinces où la croissance avait été plus modérée (Gascon, 1994d). En 1973-1974, puis en 1983-1984, la sécheresse (aggravée par la maladie de l’ensät) avait affecté le Wälayta et les territoires voisins. Ces observations laissaient présager qu’un « deuxième front » de la disette pourrait peut-être s’ouvrir au sud, prenant à revers les hautes terres longtemps assiégées depuis le nord. La situation ne s’est pas améliorée car en 2000 la soudure du printemps fut particulièrement difficile à Wälayta-Soddo (témoignage de Sabine Planel). Néanmoins, le poids démographique des nouvelles régions s’était affirmé entre 1970 et 1984 comme s’était renforcée leur importance politique et économique. Addis Abäba se trouvait donc au centre de l’Éthiopie la plus peuplée, la plus dynamique, regroupant les hautes terres au nord et au sud, soudées par la branche méridionale du rift.

Des soupçons à propos de la convalescence de l’Éthiopie

  • 8 Si l’on retient l’estimation d’un doublement de la population en trente ans, l’augmentation, en dix (...)

19Il sera bien difficile de comparer les résultats des recensements de 1984 et de 1994 car les unités territoriales ont changé. En dix ans, la population de l’Éthiopie diminuée de l’Érythrée aurait crû de 368 % en dépit de la guerre civile et de la famine qui aurait fait, selon Dawit, au moins deux millions de victimes (Dawit, 1989). Sans doute, les recenseurs ont-ils rencontré tellement de difficultés avec les Somali ou les Afar qu’ils ont extrapolé à la hausse. À moins que les autorités des régions-États n’aient voulu améliorer le rapport de force en leur faveur, en remontant les effectifs. Comme les annuaires de la CSA font des projections à partir du recensement, évaluer l’augmentation de la population à 61,5 % de 1984 à 2000 est extravagant. De même, il faut se méfier de toute comparaison entre l’évaluation publiée par le Shängo et de l’estimation de l’annuaire de la CSA. Ce sont des projections construites à partir de recensements, mais en appliquant un taux moyen de croissance qui gomme toutes les différences régionales. Selon ces deux évaluations, entre 1987 et 2000, en treize ans, la population éthiopienne aurait crû de 49,9 %. Cependant, personne ne nie qu’il y ait eu une vigoureuse croissance de la population, mais pourquoi ces exagérations, ces approximations qui dépassent assurément, la marge d’erreur admise dans les recensements ?

20Une partie de l’explication tient dans les relations de l’administration éthiopienne et des autorités. Les fonctionnaires connaissent l’art de présenter les faits à des dirigeants qui les démettent ou les emprisonnent au moindre mécontentement. Comme en dehors de l’État, il n’y a guère d’employeurs, cela incite à la prudence. Sans doute, les moyens et les compétences ont-ils manqué – et ils manquent toujours –, notamment en 1970 pour le premier recensement. Sans doute, les troubles et les réticences politiques ou culturelles vis-à-vis des enquêteurs ont-ils joué. Un gouvernement qui avait commandé un coûteux recensement pouvait-il admettre qu’il ternît la « réputation de l’Éthiopie ? » N’était-il pas tentant pour le présenter sous un jour favorable, de le corriger ou de l’instrumentaliser ?

21Dans leur campagne de presse, les adversaires de Mängestu ont affirmé que le régime avait exagéré l’amplitude de la sécheresse afin de vider les provinces rebelles. Les opposants, à ma connaissance, n’ont pas rapproché la « découverte » des six millions d’Éthiopiens « en plus » et l’annonce tardive de la famine, à la fin de la même année. Le chef du Därg n’a pas cherché à se défendre en arguant d’une croissance exceptionnelle et inattendue de la population qui l’aurait pris au dépourvu ! Peut-être l’administration avait-elle reçu la consigne d’arrondir les estimations des régions périphériques parce qu’il fallait qu’une Éthiopie, toujours plus nombreuse, célébrât le dixième anniversaire de la Révolution. Cette attitude concorderait bien avec les déclarations de Mängestu assurant que l’Éthiopie pourrait nourrir une population trois ou quatre fois plus abondante si elle éradiquait le mode de production paysan. Ni la fin de la dictature ni la déposition du negus n’ont vraiment changé les rapports entre l’administration et l’État. Ainsi, le gouvernement de transition (1991-1994) a-t-il eu besoin d’affirmer que l’Éthiopie convalescente se remettait rapidement de la famine, de la guerre et du divorce d’avec l’Érythrée. La période de repos forcé était terminée et le recensement l’annonçait aux Éthiopiens et au monde. Même s’il fut lancé en toute hâte et sans doute improvisé, il n’en annonçait pas moins le retour à la bonne santé car les bailleurs ne prêtent pas à un État malade.

22En dépit de ces soupçons légitimes, peut-on prendre les données de la CSA comme base de travail ? De toute façon, les chercheurs n’ont pas le choix. Mais s’ils prennent ces chiffres comme des ordres de grandeur, ils disposent d’indications imparfaites mais précieuses sur les tendances fondamentales de l’évolution démographique. Par rapport à bien des États africains, l’Éthiopie n’est pas si mal lotie. À l’aide de ces données, je propose donc une chronologie de l’impact territorial de la Révolution démographique dans les hautes terres de la Corne de l’Afrique. Jusqu’à la conquête italienne, la population stagnait et se concentrait au nord (Tegray, Érythrée, Wällo, Vieux-Choa), au sud (Guragé, Oromo, Sidamo) et au Harär. La population a commencé à croître dans les années 1950, dans les trois points forts. Déjà notables en 1970, l’essor du Sud et les progrès de la capitale s’affirmaient, en 1984, face au Nord et à l’Est, en proie aux famines et aux guerres (fig. 12,14). Addis Abäba était maintenant devenu le pôle autour duquel s’articulent la dorsale démographique qui borde le rift, la transversale des Oromo et le triangle des Amhara. Le Tegray et le Harär apparaissent maintenant en marge : le Nord subit le contrecoup du conflit avec l’Érythrée et l’Est, les effets de la disette et des troubles en Ogadén. Il est également vraisemblable qu’une part importante des cinquante millions d’Éthiopiens à naître iront s’établir en ville. Même si on a gonflé les prévisions et que les nouveaux-nés ne soient que trente millions, ils seront rejoints par les Éthiopiens qui commencent à quitter les campagnes et qui seront bientôt des millions.

Le « trop-plein » des campagnes déversé dans les villes

L’opposition Nord-Sud et l’opposition ville-campagne

  • 9 C’est l’un des griefs que les Tegréens ont à l’encontre de ces deux negus.

23Dans le cœur éthiopien du Nord, les villes n’étaient pas nombreuses même si l’on distingue les royaumes par le nom de leurs capitales : Aksum, Gondär. Par son passé prestigieux et son patrimoine monumental, Aksum demeure la ville sainte d’Éthiopie où la plupart des negus se firent sacrer ; Menilek et Haylä Sellasé préférèrent le premier Entotto et le second Addis Abäba9. Gondär fut, de 1636 à 1855, la capitale d’un État diminué par 1e jihad de Graññ et les migrations des Oromo. Des palais et des églises marqués par l’influence de l’architecture portugaise rappellent son ancienne splendeur. Autour des gebbi (demeures princières ou royales) et des sanctuaires enclos de murs ou de palissades s’aggloméraient des huttes coniques, guère différentes des maisons des paysans. À proximité de la ville, mais séparée, s’étendait l’aire de marché, bordée de boutiques et surveillée par la douane. Son nom Eslambét (la maison des musulmans) rappelait l’origine des marchands qui fréquentaient Gondär. D’autres villes, chefs-lieux de provinces Adwa puis Mäqälé au Tegray, Ankobär au Choa, Däbrä Tabor au Bägémeder, Däsé et Mäqdäla au Wällo... émergèrent au xixe siècle. Leur ascension était liée à la fortune des armes de leurs fondateurs, comme Mäqdäla qui déclina après la mort de Téwodros. Ces villes atteignaient quelques milliers d’habitants (Reclus, 1885). À part les chefs politico-militaires et leurs serviteurs, les prêtres et les commerçants, elles étaient habitées par des paysans qui exploitaient des jardins et des champs dans les cités ou à la périphérie. C’étaient des villes à éclipse : elles acquéraient des fonctions urbaines quand, interrompant leur nomadisme politique, les negus ou les ras s’y établissaient ou à l’occasion de grands marchés, puis, à leur départ, elles redevenaient de grands et de gros villages. Des ports de la mer Rouge (Metsewa, Tadjoura) partaient vers le sud et le sud-ouest des routes caravanières jalonnées de marchés qui ne donnèrent pas naissance à des villes (Abir, 1968). C’est là l’un des paradoxes de l’Éthiopie au sud du Nil et de l’Awash : jusqu’à la conquête de Menilek, il n’y avait pas vraiment de villes mais des résidences et des marchés comme chez les mootii (rois) oromo (Mohammed, 1990). La seule exception notable était Harär, jusqu’à la fin du xixe siècle, la ville la plus peuplée de la Corne (20 000 habitants selon Reclus, 1885).

24Atsé Menilek et ses généraux édifièrent alors un réseau de villes fortes [kätäma] reliées par des pistes dans les nouvelles possessions. Le chemin de fer puis, après la guerre, le réseau routier construit par les Italiens, ont entraîné un nouvel essor urbain et la promotion d’Addis Abäba (fig. 15). Pourtant, l’absence d’un maillage routier vicinal et la faible capacité de l’agriculture à produire des surplus, et donc à permettre l’« accumulation primitive », ont longtemps freiné l’exode rural (Alula, 1985). Dans le sud de l’Éthiopie, les paysans fuyaient les kätäma où résidaient les juges, les militaires, les fonctionnaires, les prêtres et les marchands qui vivaient à leurs dépens et s’exprimaient dans une langue étrangère pour eux. Sous l’Ancien Régime, quitter la campagne et entrer en ville, c’était comme changer de monde. Seule une minorité tentait l’épreuve de la rupture : entre autres, les élèves et les veuves exclues de l’héritage de la terre (Gascon, 1983 ; Bjerén, 1985). Les citadins craignaient les paysans et les éleveurs et leur interdisaient de s’établir à leur voisinage, même en cas de crise. Pendant les disettes, Haylä Sellasé et Mängestu ont fait chasser les réfugiés de la capitale et des grandes villes pour les écarter dans des camps (Dawit, 1989). En retour, les campagnes, plus paisibles, retrouvèrent un attrait certain pendant la période de terreur entre 1977 et 1979 qui frappa la capitale et les villes régionales. Les plus résolus des adversaires des militaires gagnèrent les maquis. En 1979, le régime marxiste imposa les livraisons obligatoires afin de garantir l’approvisionnement des villes au meilleur prix. En réponse à la grève du zèle des paysans et pour tenter d’enrayer la contrebande, il limita leurs déplacements et envoya les soldats saisir leurs stocks. Il leva ces mesures, trop tard, en mars 1990.

Addis Abäba, la croissance d’une capitale primatiale

25Les tableaux statistiques reflètent la progression de la part de la population citadine : 9 % en 1970,11 % en 1984, 13, 7 % en 1994 et 15 % en 2000 (fig. 12,13). En dépit des réserves formulées plus haut, on peut prendre en compte des recensements et des estimations car dans les villes, les autorités cherchent à connaître précisément l’effectif de la population. Pour la période intercensitaire 1970-1984, la liste des villes choisies et classées par Mesfin d’après le recensement de 1970 est judicieuse (Mesfin, 1972). Elle montre, à la fois, l’essor du Sud et les progrès de la centralisation. Entre 1970 et 1984, les villes qui ont crû plus vite que la moyenne nationale étaient situées autour d’Addis Abäba et au voisinage du rift méridional. Au nord, c’étaient des points d’appui militaires ou administratifs dans une période de trouble (Mäqälé, Baher Dar). La capitale écrasait de son effectif les chefs-lieux des vieilles provinces (Däsé Aksum, Däbrä Marqos, Harär, Jimma...). Elle satellisait les villes moyennes dans un rayon d’une centaine de kilomètres (Nazrét, Däbrä Zäyt, Ambo...). Mais, entre 1970 et 1984, le rythme de croissance de la capitale n’a pas dépassé celui de l’augmentation de la population éthiopienne. Les villes très dynamiques du Sud correspondaient aux régions touchées par des programmes de développement de l’agriculture (Soddo, Shashämané et Asälla). Addis Abäba était quatorze fois plus peuplée que Dirré Dawa, le deuxième centre urbain d’Éthiopie. Le recensement de 1984 montrait combien la Révolution avait accéléré la centralisation commencée sous l’Ancien Régime. Elle poursuivait ainsi l’œuvre des deux derniers negus, Menilek et Haylä Sellasé. Ces derniers s’étaient conformés à l’usage qui voulait que le roi des rois élût une ville centre et symbole de son pouvoir. Avant Menilek, Téwodros avait choisi Mäqdäla, d’autres avaient préféré, à la suite de Fasilädäs, Gondär... Au royaume d’Addis Abäba qui lui-même suivait le royaume de Gondär, succédait la république d’Addis Abäba.

figure 15. L’Africa Orientale Italiana

figure 15. L’Africa Orientale Italiana

Source : M. Perham, The Government of Ethiopia (op. cit.)

  • 10 Sans doute plus proche de 25 % (cf. plus haut).

26Depuis 1991, l’heure est à la régionalisation sous l’influence des Tegréens qui avaient promis de rapatrier la capitale au Tegray. Il n’en a rien été, heureusement pour la paix intérieure. Addis Abäba demeure capitale, mais capitale d’un État fédéral. La ville fondée par Menilek en 1887, dont Mängestu a célébré en grande pompe le centième anniversaire, est devenue une métropole dynamique qui a absorbé Aqaqi, rejoint Däbrä Zäyt, puis Mojjo jusqu’à Nazrét. Pourtant, l’écart s’est un peu amenuisé (onze fois et demie) avec la deuxième ville, Dirré Dawa, la ville du chemin de fer, devenue ville fédérale. Il a fallu compléter la liste de Mesfin, tant est rapide l’essor urbain en Éthiopie : des bourgades peuplées, en 1970, de quelques milliers d’habitants dépassent couramment 20 000,30 000 et même 40 000 habitants. Ces villes-champignons, plus nombreuses au sud de la capitale, se caractérisent par des taux de croissance récents, phénoménaux ! En 1994, l’essor urbain s’était généralisé mais demeurait encore « modéré » à part quelques cas liés à l’amélioration de la sécurité locale (Addigrat, Jijigga) ou aux efforts du Därg (Zeway, Gambéla). Néanmoins, deux capitales administratives restent à la traîne (Harär, Asälla), en deçà de la croissance moyenne : 36 %10. Wänji-Gäfärsa subit les conséquences du déclin de la plantation sucrière supplantée par Mätahara plus en aval sur l’Awash.

  • 11 Deux aéroports internationaux pour le Tegray, cela fait jaser...
  • 12 Addis Abäba, capitale de l’Oromie jusqu’en 2004, l’est à nouveau (voir plus loin).
  • 13 Godé est également sur les rangs.

27Après 1994, l’exode rural s’est généralisé et exacerbé comme le révèlent les résultats de CSA 2000. Le conflit avec l’Érythrée a gonflé les effectifs de Mäqälé et des villes proches du front (Adwa, Addigrat). Le schéma du réseau urbain éthiopien écrasé par la capitale macrocéphale n’est pas modifié (fig.11) Addis Abäba voit cependant sa part diminuer dans le total de la population urbaine ; les capitales des régions historiques, excentrées, qui dépassent maintenant 100 000 habitants (Mäqälé, Däsé, Gondär, Jimma), augmentent plus rapidement. Mais les unités urbaines de rang inférieur, chefs-lieux de zones ou de wäräda, en dehors de la première couronne (100-150 kilomètres), progressent partout. Les capitales de kellel quelles soient anciennes (Mäqälé, Harär) ou récentes (Dirré Dawa, Nazrét12, Baher Dar, Awasa), bénéficient des retombées administratives liées à leur promotion. Les fonctions liées au transport – le chemin de fer pour Däbrä Zäyt, Nazrét et Dirré Dawa et la route pour Kombolcha ou Shashämané – assurent une forte croissance. Les chefs-lieux de riches régions agricoles progressent comme Däbrä Marqos au Gojjam, Asälla en Arsi, Awasa, Arba Mentch et Zeway dans le rift. Peut-être, Soddo, Butajira, Dilla, Hosaenna, au sein des wäräda les plus denses reçoivent-ils le trop-plein des campagnes densément peuplées ? L’école militaire de Holäta-Gännät et la garnison à Jijigga, par ailleurs capitale du kellel Somali13, grossissent l’effectif de ces deux villes. Les villes qui progressent le plus combinent fonctions administratives, industrielles (Dirré Dawa, Baher Dar, Nazrét), commerçantes (Dirré Dawa, Jimma, Däsé-Kombolcha, Nazrét) et universitaires (Awasa, Gondär, Mäqälé, Dirré Dawa-Alämaya et Jimma). Un aéroport (international à Dirré Dawa, Mäqälé et Aksum”), le chemin de fer (Dirré Dawa) et une bonne liaison routière (asphaltée) avec la capitale (axe du rift, de Jimma et de Läqämté) sont un atout (fig. 13).

La plus haute capitale d’Afrique et le fédéralisme

28L’accélération de l’exode rural régénère le vieux cœur du Nord et diminue, en proportion, la part d’Addis Abäba dans la population urbaine totale. Mais, Dirré Dawa, la plus peuplée des villes, est encore onze fois et demie moins peuplée que la capitale. L’enfermement d’Addis Abäba dans une étroite région fédérale (530 km2) ne doit pas faire oublier que Nazrét, la troisième ville d’Éthiopie, ébauche avec la capitale une conurbation. Les ex-capitales historiques et les chefs-lieux administratifs recueillent une part plus importante de cet essor mais les villes moyennes de la première couronne d’Addis Abäba et du rift sont avantagées. À l’échelle des kellel ou des zones, les capitales s’autonomisent et établissent les premières ébauches de réseaux hiérarchisés locaux (Mäqälé, Baher Dar, Dirré Dawa, Awasa). Le dessin du réseau urbain, en auréoles, ne change pas à l’échelle nationale : un centre qui grossit, deux couronnes et l’axe du rift (tab. 5 et fig. 13).

tableau 5. La croissance des villes d’Éthiopie d’après les recensements de 1970,1984 et 1994 et d’après CSA 2000. a. Éthiopie au nord d'Addis Abäba*

tableau 5. La croissance des villes d’Éthiopie d’après les recensements de 1970,1984 et 1994 et d’après CSA 2000. a. Éthiopie au nord d'Addis Abäba*

*Sur les deux tableaux, les villes choisies par Mesfin (1972) sont en tête de liste, séparées des villes-champigons, surgies depuis trente ans.

b. Éthiopie au sud et à l’est d’Addis Abäba*

b. Éthiopie au sud et à l’est d’Addis Abäba*

* Sur les deux tableaux, les villes choisies par Mesfin (1972) sont en tête de liste, séparées des villes-champigons, surgies depuis trente ans.

29Compte tenu de son poids démographique, l’agglomération d’Addis Abäba, qui se rapproche de trois millions d’habitants, équivaut à la moitié chacun des deux kellel du Tegray et des Somali (qui suivent l’Oromie, l’Amhara et le Sud). Désormais, la capitale a acquis, en dépit des mesures de décentralisation liée au découpage fédéral, une masse critique qui rend son essor irréversible et irrésistible. La dimension internationale, continentale et aussi nationale, des services et la concentration des administrations publiques et privées, des industries, des équipements et des infrastructures de transport, assurent à la capitale une domination exclusive. Cette croissance s’est accompagnée de l’étirement de l’agglomération d’ouest en est et surtout d’une descente vers les pentes moins raides du piémont, comme pour les autres kätäma (tab. 5). La plus haute capitale d’Afrique, entre 2400 et 2 500 mètres d’altitude, compte désormais comme un kellel à part entière (fig. 6).

30Cinq régions-États (Oromie, Amhara, Sud, Tegray et Somali) et trois villes fédérales (Addis Abäba, Harär et Dirré Dawa) regroupent près de 95 % de la population éthiopienne. Le classement selon le taux de population urbaine détache deux kellel dont la proportion de citadins est supérieure à la moyenne nationale : le Tegray avec 16,8 % et la région Somali avec 15,1 % (CSA, 2000). Les autres régions ont une proportion qui décroît de l’Oromie (11,8 %), à l’Amhara (10,3 %) et aux Peuples et nationalités du Sud (7,6 %). La préface du document, le recensement de 1994 (CSA, 1998), confirme qu’on a attendu 1997 afin de recenser l’Ogadén. En effet, la guerre, les inondations de 1997 puis la sécheresse (qui culmina en 1999-2000) ont précipité les éleveurs vers les camps de réfugiés. Or, ces camps sont situés à proximité des villes dont ils ont gonflé les effectifs (CSA, 2000). Le Tegray a hérité de son histoire le premier rang mais, à l’examen du tableau, on peut penser que l’avantage va s’amenuiser par rapport à l’Amhara et à l’Oromie. Le découpage fédéral prive les Oromo d’une part importante de population urbaine car les trois villes fédérales sont des enclaves dans leur kellel. Addis Abäba a obtenu, dès l’origine, un statut fédéral et un territoire qui englobe la ville d’Aqaqi. L’Oromie veut en faire sa capitale sous le nom de Finfinnee : contrainte d’adopter Nazrét/Adaama en 2004 ; en juin 2005, elle s’est réinstallée à Finfinnee. La superficie du territoire de Harär, qui comprend 60 % de citadins, a varié pour se réduire à 311 km2, à savoir la cité enclose de remparts et ses abords immédiats (CSA 1998,2000). Disputée entre les Oromo et les Afar, la cité du chemin de fer, Dirré Dawa, a obtenu plus récemment son statut fédéral sur un territoire peuplé de citadins à 72 %. La région Sud comblera son « retard », sans doute, si les villes y progressent à l’exemple d’Awasa, son chef-lieu (tab. 5).

31En filigrane, se lit la question de l’usage de l’amharique dominant en milieu urbain (Mesfin, 1974). S’établir en ville, c’est souvent changer de langue ou passer à l’état de diglossie voire de triglossie ou de « colinguisme ». Héritières des kätäma, les villes éthiopiennes, notamment dans les territoires annexés par Menilek, demeurent des enclaves linguistiques (et religieuses) où l’amharique, langue nationale, s’est imposé. Or, selon la Constitution de la République fédérale d’Éthiopie, c’est le critère des « nationalités », des « peuples » ou des « nations » qu’on doit prendre en compte pour délimiter les différentes régions-États : c’est donc le critère de la langue qui prime. L’exode rural mettrait en péril le principe constitutionnel.

Faire preuve d’éthio-réalisme

  • 14 En trente ans, j’ai vu des parcelles d’orge gagner les flancs du cratère au-dessus de 3 000 mètres.
  • 15 Stéphanie Guitton, Eau et santé en ville. Approche méthodologique des risques sanitaires à Addis Ab (...)

32La première phase de la transition démographique n’est terminée ni en Éthiopie ni dans l’ensemble de la Corne de l’Afrique (Gascon, 1997c). La question de l’accroissement des ressources alimentaires se pose de façon aiguë et ne pourra être résolue que par une augmentation des surfaces mises en culture et par une intensification des systèmes de production. Au Wäntchi14 et au Tegray, les paysans produisent des céréales sur des pentes raides au risque d’aggraver encore le ravinement. Partout, les rapports notent la généralisation de l’usage de l’engrais. En 1987, à Kombolcha, les Qottu récoltaient des pommes de terre trois fois l’an : peuvent-ils mieux faire ? L’Éthiopie (et l’Érythrée) sont-elles autre chose qu’un cas d’école de l’application du paradigme de Malthus ? Les conclusions d’Ester Boserup ont, sans doute, trouvé un champ d’application sur les hauts plateaux éthiopiens, au sud et à l’est surtout où se pressent les planteurs d’ensät, de café et les céréaliculteurs et où les densités rurales par hectare cultivé avoisinent 1000. « La montagne la plus peuplée du monde » ne le cède en rien pour l’utilisation de la moindre parcelle aux deltas d’Extrême-Orient. Le long de la « verticale de l’ensät », de Wäntchi-Dändi, au nord, au Sidama-Gédäo, au sud en passant par le Guragé, le Hadiya-Känbata et le Dorzé, on parcourt une dorsale démographique d’altitude et un « jardin extraordinaire ». Pourtant, à partir de foyers endémiques, le front de la disette qui attaque les hautes terres du Nord, part à l’assaut non plus de l’Est des montagnes du Harär, mais au sud du rift, dans le Wälayta principalement. Le « Croissant aride » va-t-il se prolonger et s’élargir jusqu’à devenir un anneau aride ? On doit s’attendre à une tension très forte sur le marché de la terre si le gouvernement se résout à l’ouvrir en dépit des réticences de la population. La poussée urbaine va encore s’amplifier sans soulager de façon sensible la tension foncière. Comment financer en même temps les travaux d’infrastructures, d’irrigation, d’adduction et de transports, de construction de logements, d’écoles et d’équipements sanitaires et sociaux dans les campagnes et dans les villes ? Quand on mesure l’ampleur des financements nécessaires au traitement des eaux à Addis Abäba, il y a tout lieu d’être inquiet15.

33En Éthiopie, en Érythrée et dans une moindre mesure à Djibouti, l’appareil administratif a conservé son pouvoir de contrôle sur les territoires et les populations. Le débat sur la question de l’ajustement des ressources à la croissance de la population s’ouvre d’abord dans le cadre politique national, et on se méfie de toute ingérence, fût-elle humanitaire. Il faut sauver les vies humaines sans pourtant renoncer ni à l’indépendance, ni à la dignité, ni aux valeurs nationales, afin d’assurer l’avenir d’une culture, d’une histoire, d’une civilisation et d’un peuple. The idea of foreigners coming and telling us our jobs was obnoxious in the extremes, écrivait le major Dawit, témoin représentatif des Éthiopiens éduqués et parlant anglais, que rencontrent les étrangers (Dawit, 1989, p. 211). En Éthiopie et en Érythrée, comme on l’a vu lors du récent conflit, personne n’est prêt à renoncer à une politique indépendante même pour résoudre la question cruciale de la nourriture. Elle doit trouver son expression politique et peut-être sa solution, dans le cadre du territoire national sans alimenter les irrédentismes et les séparatismes. Les épreuves de la Révolution et les deux grandes famines ont resserré les liens nationaux et les solidarités entre les régions dans la mesure où l’expansion démographique a gagné l’ensemble du territoire et a atténué les disparités régionales. L’Éthiopie « heureuse », celle du café, de l’ensät et maintenant du tchat, est devenue un peu moins heureuse et l’Éthiopie « malheureuse », celle des steppes basses et des plateaux du Nord, l’est un peu moins.

34À ces sombres prévisions s’ajoute la menace de l’épidémie de sida qui se propage parmi une population déjà démunie, fragile et désarmée devant les maladies.

L’inconnu de l’épidémie de sida

Une expansion difficilement contrôlable

  • 16 Ce résultat témoigne de l’encadrement médical étroit de la population, héritage de la lutte nationa (...)
  • 17 Bunna bét, littéralement « maison de café », signifie en réalité « mauvais lieu ». Le täj bét qui v (...)
  • 18 J’ai regardé ces émissions, en amharique, dans des cafés ou des hôtels au sein d’une assistance att (...)
  • 19 De l’italien francobolo, timbre (fiscal). Le timbre postal, témber, vient du français.

35L’épidémie de sida touche 10,6 %des 15-49 ans en Éthiopie, 11,8 % à Djibouti et moins en Érythrée : 2,9 %16 (Population et Sociétés, 2001). Plus faibles en proportion que dans les États d’Afrique australe, les malades sont très nombreux en valeur absolue. Il y a 4,9 millions de porteurs du VIH en Afrique du Sud, mais 3,5 millions en Éthiopie (troisième rang mondial) et l’Éthiopie n’a que de pauvres moyens pour mener la lutte. Après une brève période de silence voire de négation, les autorités ont perçu la gravité de la situation dès 1987. L’analphabétisme et l’ignorance des processus physiologiques favorisent la propagation du sida. Ainsi, la transmission sexuelle des maladies va-t-elle à l’encontre de la croyance amplement partagée qui attribue la syphilis au mauvais œil [budda]. Il peut frapper celui qui urine dehors. Ce même budda rend les femmes et les génisses stériles. La rapide dissémination de la pandémie reproduit la large diffusion des maladies sexuellement transmissibles (MST). On met en accusation une certaine liberté de mœurs et la fréquence des divorces dont les femmes peuvent prendre l’initiative. Le mariage chrétien indissoluble fonde moins une famille qu’il ne couronne la vie d’un couple établi. Dans les villes, signalés par des néons jaunes, rouges et verts, d’innombrables bars proposent en plus des boissons, les services payants de femmes. Or, il est de tradition que les hommes fassent, en groupe, le soir, la tournée des bunna bét ou des täj bét17 où l’on danse et où se produisent des azmari, des chanteurs. Rien n’aurait-il changé depuis l’Ancien Régime ? Dès cette époque, pourtant, la contraception était libre et on vendait les préservatifs dans les rues. Mais seulement 5 % des Éthiopiens savaient lire : comment auraient-ils lu une ordonnance ou une posologie, qui de plus était en anglais ! L’éducation a progressé, mais le prix des médicaments demeure hors d’atteinte de la plupart des Éthiopiens. La télévision (reçue dans les villes) passe à des heures de grande écoute, des émissions éducatives où médecins, infirmières et chercheurs expliquent les conséquences pathologiques de la déficience du système immunitaire18. Mais comme la tuberculose, l’affection opportuniste le plus souvent associée au sida, sévit déjà à l’état endémique en Éthiopie, sa recrudescence n’a pas tout de suite frappé l’opinion. Des articles et des affiches d’influence gouvernementale et religieuse visent surtout à changer les comportements des Éthiopiens. Ils prônent la fidélité conjugale et l’usage du préservatif et cette recommandation apparaît jusqu’au dos du bolo19, la vignette payée chaque année par le propriétaire d’un véhicule. Cependant, l’inquiétante propagation de la pandémie renvoie à l’indigence de l’équipement sanitaire.

Une situation sanitaire difficile

36La situation sanitaire en Éthiopie est mauvaise et ceci depuis fort longtemps. Les voyageurs du xixe siècle ont consacré de longues pages à décrire et déplorer le piètre état de la santé des Éthiopiens. Grippes et fièvres diverses, tuberculose, maladies du système digestif, paludisme, lèpre et maladies vénériennes fondaient régulièrement sur la population affaiblie par les disettes et les carences alimentaires. On ne prenait aucune précaution contre l’infection en cas de blessure et même lors de la circoncision ou de l’excision. Les femmes mouraient, nombreuses, en couches ou subissaient l’opprobre social quand elles souffraient de la fistule après de nombreuses naissances. Dans les campagnes, rien n’a hélas changé depuis un siècle et les phrases précédentes auraient pu être écrites au présent. Actuellement, dans les villes, parmi les citadins scolarisés, les conceptions traditionnelles de la maladie prévalent encore. Beaucoup d’Éthiopiens pensent que le patient ou ses parents ont offensé un génie, un saint ou Dieu qui lui a envoyé le mauvais œil, le budda. La guérison s’obtient en réparant la faute par toute une série de manipulations, de remèdes et de formules, au cours de longues cérémonies ou par des pèlerinages (Gascon et Hirsch, 1992). Le culte du zar, les exorcismes prononcés par les prêtres, par les magiciens ou les cadis forment toujours l’ordinaire de la thérapie éthiopienne (Leiris, 1938,1958). Les remèdes ont une efficacité redoutable comme le koso, un ténifuge radical, qui chasse le ténia mais provoque parfois la mort du malade. Les magiciens prescrivent des traitements qui infligent au patient des traumatismes durables : Nega, adolescent rétif, est enfermé par son père dans la peau d’une chèvre fraîchement écorchée (Nega, 2001).

37La médecine « moderne » introduite par des missionnaires, des praticiens étrangers puis éthiopiens, a peu à peu gagné la capitale puis les villes principales. Les negus, les États étrangers et les missions ont construit des hôpitaux, des dispensaires et des cliniques. Au début du xxe siècle, un Institut Pasteur s’est ouvert à Addis Abäba ; il est passé sous direction éthiopienne dans les années 1960. Haylä Sellasé et ses successeurs ont envoyé des étudiants éthiopiens à l’étranger et créé une faculté de médecine dans la capitale puis dans les grandes villes. Pendant la Révolution, les médecins européens sont partis et beaucoup de praticiens éthiopiens ne sont pas revenus. Les autorités marxistes tentèrent de discréditer les remèdes traditionnels et pourchassèrent les guérisseurs, les thaumaturges ou les « sorciers ». Ces poursuites en ont fait des victimes de la dictature qui, auréolées du statut de persécuté, ont repris leur place, maintenant au nom de l’authenticité « ethnique ». L’Église täwahedo rivalise avec les Églises nouvelles, dans des campagnes de guérison, par imposition des mains ou aspersion d’eau bénite (Kriss, 1992). La mise en scène de leurs pouvoirs thaumaturgiques au cours de grands rassemblements populaires assure le succès de ces communautés charismatiques. Avec la liberté d’entreprise, des médecins éthiopiens formés à l’étranger ont ouvert des cliniques privées. Le secteur hospitalier d’État manque de moyens matériels et humains, même si des fondations privées, souvent religieuses, prennent en charge les plus pauvres : les chirurgiens du Fistula Hospital d’Addis Abäba rétablissent par une intervention simple, gratuite, l’usage des sphincters chez les femmes. L’opinion publique accueille favorablement des campagnes de prévention et de vaccination. Mais la misère physique et morale de la population demeure le principal obstacle à la prise de conscience de la gravité de l’épidémie de sida.

38Le sida s’est ajouté au paludisme, à la lèpre, aux diverses parasitoses, aux maladies gastriques, aux infections respiratoires, à la grippe, aux MST. Les maladies opportunistes, notamment la tuberculose, qu’il contribue à déclencher, en dissimulent les terribles effets. Dans les statistiques de la CSA, le sida n’apparaît dans aucune des cases (tab. 6). Qu’on en juge : sous quelle rubrique le trouve-t-on parmi les vingt causes principales de morbidité qui représentent 65 % de près de quatre millions de diagnostics posés dans les quatre-vingt-dix-neuf hôpitaux et deux cent soixante-treize centres de santé d’Éthiopie (CSA, 2000) ?

tableau 6. Causes principales de morbidité dans les hôpitaux et centres de santé dans 4 kellel (Tegray, Afar, Oromie, Béni Shangul) et à Addis Abäba, Harär et Dirré Dawa (CSA 2000)

tableau 6. Causes principales de morbidité dans les hôpitaux et centres de santé dans 4 kellel (Tegray, Afar, Oromie, Béni Shangul) et à Addis Abäba, Harär et Dirré Dawa (CSA 2000)

* Enfants d’un mois à 4 ans.

39Ces statistiques régionales, incomplètes à l’échelle éthiopienne, concernent les villes où sont localisés la plupart des hôpitaux et centres de santé. Elles font apparaître et ce n’est pas une surprise, les infections respiratoires, les tuberculoses, les parasitoses, les helminthiases et le paludisme dans les régions basses du Tegray, de l’Afar et du Béni Shangul (tab. 6). À Addis Abäba, ce sont les accidents de la route et les consultations dentaires qui viennent en tête, aucune déclaration de cas de sida n’est répertoriée (CSA, 2000). On peut augurer que les causes de morbidité des 3 313 hôpitaux et cliniques répartis dans les kellel ne sont pas différentes, et le sida n’y est pas plus identifié.

tableau 7. Équipements médicaux civils par kellel (CSA 2000)

tableau 7. Équipements médicaux civils par kellel (CSA 2000)

* Équipements pris en charge par l’État fédéral sur tout le territoire éthiopien.

  • 20 Ruth Gadissa, fille de Gadissa Gobäna, y travaille.

40Les statistiques des équipements médicaux en Éthiopie montrent la gravité de la situation : plus de 60 millions d’Éthiopiens disposent de moins de 9 000 lits d’hôpitaux auxquels il faut adjoindre les lits des 3 000 cliniques et des centres de santé (tab. 7). En conséquence, on ne peut pas accueillir plus de 50 000 malades mais dans quelles conditions ? J’ai eu affaire aux hôpitaux d’Ambo et de Dirré Dawa et j’ai visité le Fistula Hospital20. Le personnel fait preuve d’un dévouement admirable, soigne et soulage les patients avec les moyens du bord. On combat les bronchites ou les infections intestinales mais il n’y a pas l’eau potable même pas de fontaine, et le vent et la pluie traversent les chaumes et les torchis. La répartition régionale des équipements de santé (fig. 2) révèle le retard des grands kellel (pas plus de 25 000 lits pour 40 millions d’habitants), le retard des périphéries basses et l’avantage d’être citadin à Harär, Dirré Dawa et Addis Abäba. Peut-être, les autorités régionales auront-elles à cœur de répondre à l’attente de soins des populations ?

41L’expansion de l’épidémie de sida, dont l’importance n’est même pas envisagée par la CSA, va-t-elle provoquer un retournement de la tendance démographique comme en Afrique australe ? Pour le moment, la faible urbanisation et l’enclavement des campagnes limitent la propagation rapide de l’épidémie qui frappe les jeunes adultes citadins. Or, les obstacles culturels et physiques à l’accélération de l’exode rural s’effacent peu à peu. L’encadrement sanitaire en ville, notoirement insuffisant, ne peut faire face à de nouveaux besoins. En Éthiopie comme ailleurs, le meilleur allié du sida c’est l’ignorance et la misère : il est banal de rappeler que, comme la tuberculose au xixe siècle, le sida est une maladie de la misère, de la pauvreté. Pour le moment, les autorités politiques, religieuses et morales exhortent les individus à éviter les comportements à risque. À la pandémie du sida, la société et l’État n’opposent pas de réponse politique au niveau national alors que les gouvernements sont désormais comptables de l’organisation des secours en cas de famine.

42Les régimes éthiopiens n’avaient, sur aucun sujet, l’habitude de consulter la population, et le peuple n’avait pas l’habitude d’être consulté. Pourtant, la génération qui a renversé le negus en 1974 a accompli cet acte sacrilège aussi parce qu’il lui déniait le droit de s’exprimer. La Révolution éthiopienne a été comme d’autres révolutions l’occasion d’une « prise de parole » et Mängestu, qui l’a oublié, a été chassé...

Notes

1 Aux élections législatives de mai 2005, qu'elle estime truquées, l’opposition a gagné de nombreux sièges si bien qu’elle réclame le pouvoir.

2 Plus de 77 millions en 2005 (Populations et Sociétés et CSA).

3 Le recensement comprend treize volumes (un par région-État) : dans certaines régions, on ne peut rien comparer.

4 Dix millions de plus que la Banque mondiale (Atlas, 1988).

5 Le territoire de certains de ces wäräda s’étend aussi sur les basses terres.

6 Oromiyaa donne Oromie comme Ityopya fait Éthiopie.

7 Marion Le Pommelec, Gestion de la fertilité, intensification, diversification ; pratiques paysannes et processus d’innovation dans la région de Soddo, Wolayta, Éthiopie, thèse, CNEARC, Montpellier, 2000.

8 Si l’on retient l’estimation d’un doublement de la population en trente ans, l’augmentation, en dix ans, aurait dû être de 25 %. 36 % suppose un croît naturel d’au moins 29 ‰. En conséquence, le taux des années 1995-2000 avoisinait plutôt 23-24 ‰.

9 C’est l’un des griefs que les Tegréens ont à l’encontre de ces deux negus.

10 Sans doute plus proche de 25 % (cf. plus haut).

11 Deux aéroports internationaux pour le Tegray, cela fait jaser...

12 Addis Abäba, capitale de l’Oromie jusqu’en 2004, l’est à nouveau (voir plus loin).

13 Godé est également sur les rangs.

14 En trente ans, j’ai vu des parcelles d’orge gagner les flancs du cratère au-dessus de 3 000 mètres.

15 Stéphanie Guitton, Eau et santé en ville. Approche méthodologique des risques sanitaires à Addis Abeba (Éthiopie), Paris 1, DEA Mondes tropicaux, 2001.

16 Ce résultat témoigne de l’encadrement médical étroit de la population, héritage de la lutte nationale, mais on espère qu’il est crédible.

17 Bunna bét, littéralement « maison de café », signifie en réalité « mauvais lieu ». Le täj bét qui vend cette sorte d’hydromel a les mêmes fonctions.

18 J’ai regardé ces émissions, en amharique, dans des cafés ou des hôtels au sein d’une assistance attentive.

19 De l’italien francobolo, timbre (fiscal). Le timbre postal, témber, vient du français.

20 Ruth Gadissa, fille de Gadissa Gobäna, y travaille.

Table des illustrations

Titre figure 12. Famines et transformations de l’agriculture
Légende Source : J. Tubiana (dir.), La révolution éthiopienne... (op. cit)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30300/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre figure 13. Les villes éthiopiennes en 2000
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30300/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre figure 14. Densités de population par awrajja et villes (1984)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30300/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre tableau 1. La croissance de la population éthiopienne (sans l’Érythrée). Recensements de 1970,1984 et 1994 : CSO/CSA. Estimations de 1987 : Shängo, de 2000 : CSA
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30300/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre tableau 3. La population des hautes terres (au-dessus de 1800-2000 mètres)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30300/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre figure 15. L’Africa Orientale Italiana
Légende Source : M. Perham, The Government of Ethiopia (op. cit.)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30300/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Titre tableau 5. La croissance des villes d’Éthiopie d’après les recensements de 1970,1984 et 1994 et d’après CSA 2000. a. Éthiopie au nord d'Addis Abäba*
Légende *Sur les deux tableaux, les villes choisies par Mesfin (1972) sont en tête de liste, séparées des villes-champigons, surgies depuis trente ans.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30300/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre b. Éthiopie au sud et à l’est d’Addis Abäba*
Légende * Sur les deux tableaux, les villes choisies par Mesfin (1972) sont en tête de liste, séparées des villes-champigons, surgies depuis trente ans.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30300/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre tableau 6. Causes principales de morbidité dans les hôpitaux et centres de santé dans 4 kellel (Tegray, Afar, Oromie, Béni Shangul) et à Addis Abäba, Harär et Dirré Dawa (CSA 2000)
Légende * Enfants d’un mois à 4 ans.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30300/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre tableau 7. Équipements médicaux civils par kellel (CSA 2000)
Légende * Équipements pris en charge par l’État fédéral sur tout le territoire éthiopien.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30300/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 104k

© Éditions de la Sorbonne, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540