Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sur les hautes terres comme au ciel

 | 
Alain Gascon

Partie I. Les acteurs du « théâtre géographique » en Éthiopie

Chapitre 2. Enfants des rivières, enfants des montagnes

Texte intégral

Les malheurs du vieux cœur céréalier

1On est surpris quand on se remémore toutes les catastrophes qui ont accablé depuis un quart de siècle, l’Éthiopie, l’Érythrée et la Somalie, de lire, tant chez Élisée Reclus, en 1885, que chez Fernand Maurette, en 1938, « riche » comme épithète qualifiant l’Éthiopie. Henry de Monfreid, en 1933, vantait la « prospérité de l’Éthiopie » (Monfreid, 1933, p. 50). Dans Djibouti 1888-1937, Colette Dubois montre combien de la fin du xixe siècle à 1935, les commerçants et l’administration de Djibouti comptaient sur les « richesses » de l’Éthiopie pour asseoir la prospérité du port (Dubois, 1997). Au fond de lui-même, Mussolini n’y pensait-il pas en lançant ses troupes à l’assaut de l’Éthiopie, certes pour « venger Adwa » ? En 1941, la conquête de l'Africa Orientale Italiana levait, sans doute, la menace de l’Axe sur la mer Rouge, débouché du canal de Suez, mais elle soutenait aussi l’effort de guerre des Alliés, notamment par une contribution importante au ravitaillement en produits agricoles. L’Éthiopie demeura d’ailleurs exportatrice nette de produits alimentaires jusqu’au milieu des années 1950. Quel contraste avec la période actuelle où l’on n’hésite pas à écrire que l’Éthiopie est synonyme de « faim, de guerre et de terreur » (Asrat, 1990 ; Tageszeitung, 1994, dans Gascon 1995e) ! On a oublié que ce « trou noir » du continent africain réussit, au cours de l’exercice de l’année 1996, à équilibrer sa balance alimentaire qui fut même légèrement excédentaire. En 1997, de graves inondations au Harär et en Ogadén, la guerre avec l’Érythrée qui éclata en mai 1998, trois ou quatre ans consécutifs de déficit ou de fractionnement des précipitations et la baisse régulière des cours mondiaux du café ont compromis durablement la situation.

Au Nord, la terre « devenue vieille »

  • 18 Asfaw Edessa, A Micro-Geographical Study of Mankata, B. A. thesis (Geography), HSIU, Addis Ababa, (...)

2« Notre terre est devenue vieille, usée », se plaignaient à Asfaw Edessa18 les paysans de Mänqata, près d’Ambo, qui constataient la stagnation des faibles rendements céréaliers dans la région et déploraient, impuissants, l’érosion des sols par le ruissellement (Asfaw, 1970). Les rapports des experts conviés par l’administration d’Ancien Régime au chevet de l’agriculture « malade » mettaient cette résignation languide, qui ne trompait aucune personne vivant à la campagne et bien entendu Asfaw, sur le compte de l’esprit de « routine » de la paysannerie éthiopienne, rétrograde par excellence car réfractaire au progrès par manque d’éducation, ajoutait-on parfois. Les experts changèrent après la réforme agraire, mais le diagnostic demeura inchangé. Quand le retour de la famine eut démontré l’échec de la pseudo-Révolution Verte de 1979, Mängestu et les siens stigmatisèrent alors l’attachement forcené, atavique, des agriculteurs au mode de production paysan comme étant du « koulakisme » qu’ils se proposaient d’« éradiquer ». L’Ancien Régime et la Révolution dénonçaient, certes avec une logomachie différente, le même bouc-émissaire : le paysan éthiopien, accablé de tous les défauts, qui aurait été à l’origine de tous les maux. La plupart des travaux ont fait justice de ces préjugés et ont montré combien la précarité de la tenure était à l’origine des blocages régulièrement dénoncés. Les agriculteurs et les pasteurs éthiopiens, érythréens ou somaliens ne sont pas par nature réfractaires à toute innovation. Cette question doit être étudiée dans le contexte économique, politique et social de l’Éthiopie.

3Les cartes de Mesfin W/Mariam, notamment, révèlent que la situation de déficit alimentaire ne règne à l’état chronique que dans le Croissant aride et ne touche de plus larges portions de l’Éthiopie qu’à l’occasion des crises (Mesfin, 1984). Or, hormis les plateaux du Harär, les hautes terres les plus peuplées, régulièrement affectées par les disettes et les famines récurrentes, sont celles du Nord. Ces dernières régions (Choa septentrional, Wällo oriental, Tegray et Érythrée), uniquement productrices de céréales, sont également celles où l’agriculture à l’araire a été introduite au moins depuis le royaume d’Aksum. Au sud et à l’est, cet outil a été apporté dans les fourgons des armées de Menilek.

4Le système agraire céréalier est étroitement lié au calendrier des précipitations. Les semailles, à la main, sur les raies de l’araire, sont recouvertes par des passages croisés de l’attelage, à la houe ou par le piétinement des troupeaux. Pour ameublir le sol induré lors de la saison sèche qui a commencé en octobre, on a dû attendre les premières petites pluies de février-mars. Si elles tardent jusqu’en mai-juin ou si les graines ont été noyées, on peut encore semer – si on dispose de semences – des espèces hâtives moins prisées et dont les rendements sont plus faibles. Pendant kerämt, la tâche des paysans est épuisante : ils luttent contre les mauvaises herbes en les arrachant à la main dans les champs boueux et en les sarclant à la houe. Si les pluies ne sont pas décalées, la récolte mûrit d’octobre à décembre-janvier, et il faut vite la moissonner à la faucille, juste avant le retour des pluies. Les hommes effectuent seuls les labours et la récolte, en revanche, toutes les tâches, aussi épuisantes, du sarclage, du désherbage et de la protection des céréales contre les oiseaux, les rongeurs, les singes et les troupeaux, sont l’œuvre de tous, femmes et jeunes enfants compris. La répartition du travail agricole est concentrée sur la moitié ou les deux tiers de l’année suivant les régions, et suivant aussi les prescriptions religieuses qui l’excluent des dimanches et des nombreux jours de fête du calendrier chrétien täwahedo. Pour nombre d’auteurs, ces pratiques auxquelles les paysans sont attachés sont la seule source des maux qui accablent une paysannerie « sous-employée ». Pour les mieux intentionnés, ce sont les jeûnes (deux jours par semaine et avant les fêtes religieuses dont cinquante jours avant Pâques) qui diminuent d’autant la productivité. Ces analyses, trop souvent hâtives et parfois tautologiques, contredisent l’expérience des observateurs qui ont vécu dans les campagnes et qui se sont mêlés aux travaux et aux jours des paysans.

photo 5. Un paysan métcha (décembre 2000). À 10 km à l’est d’Ambo, vers Métti

photo 5. Un paysan métcha (décembre 2000). À 10 km à l’est d’Ambo, vers Métti

À l’aide de sa houe, il prépare le sol pour de futures semailles autour de sa maison dans l’attente des petites pluies de janvier-février.

L’araire et l’élevage

5Beaucoup de rapports ont incriminé l’inefficacité des outils et surtout de l’araire. Pourtant, cet instrument léger, bon marché et d’entretien facile, a le gros avantage d’être facilement transportable. De plus, il ne retourne pas les sols en profondeur et n’aggrave pas le ruissellement. On peut même labourer les champs caillouteux gagnés sur les coulées basaltiques décomposées en boules par l’érosion. L’augmentation du nombre de passages à l’araire et aussi la désagrégation des mottes à la houe, au marteau, à la main et parfois en les ameublissant avec de la bouse assurent de meilleurs rendements. Trop souvent, la fragmentation des exploitations (pour la plupart inférieure à 1,5 hectare) en parcelles exiguës et dispersées oblige à de longs déplacements et à des pertes de temps. Cette dispersion renvoie à la topographie locale, très contrastée, et aux questions complexes du système de tenure et de la pression démographique. Pour faire face aux pics d’activité, à un événement fâcheux (décès, récolte perdue, maladie) ou heureux (mariage) ou à une obligation sociale, l’entraide par le travail est codifiée et pratiquée par toutes les familles. Cette entraide était à l’œuvre au Métcha, certes un peu plus au sud, lors de la campagne révolutionnaire qui a suivi la réforme agraire de 1975 quand tout le monde voulait labourer pour reprendre la terre. Plusieurs centaines d’attelages étaient mobilisés à l’occasion. L’entraide enrôle indistinctement toutes les familles du voisinage et la famille qui se soustrairait à cette mobilisation serait ipso facto mise en quarantaine. Donc, on ne peut étudier le calendrier des travaux des exploitants en négligeant la participation à ces associations qui regroupent tous les paysans d’un lieu, sans aucune distinction ni de langue ni de religion (Gascon, 1983).

  • 19 Maud Bayon et Christophe Placet, Études des systèmes agraires dans la région de Jimma (Éthiopie), (...)

6Posséder un attelage : une paire de bovins (de vaches) et un araire, c’est labourer à temps et aussi le louer ou le prêter et donc en retirer des avantages sociaux et économiques. Il assure également, par le lait, même produit en petite quantité, un apport décisif en protéines pour la famille et par la vente, un complément de revenu appréciable. Le propriétaire pourra faire saillir sa bête ou la vendre en cas de difficulté. Il se heurte néanmoins, à la question de la nourriture de ses animaux car les jachères pâturées reculent partout devant l’extension des parcelles cultivées. Dans la région de Jimma, on compte en moyenne 1,3 unité zootechnique par hectare, proche de la saturation19. Les bovins, comme en Inde, errent près des huttes, sur les talus des routes, dans les villes ou sur les pentes à la recherche de leur pitance, gardés par des enfants qui, quand ils fréquentent l’école, ont leur syllabaire à la main. En outre, le brûlage des bouses de vache entassées en tas réguliers près des huttes, parfois stigmatisé comme du gaspillage, épargne pourtant le bois de chauffage. Des incidents graves, parfois

photo 6. Wälayta (décembre 2000)

photo 6. Wälayta (décembre 2000)

Labour à l’araire sur les plateaux plus bas en se dirigeant vers l’Omo et Jimma. L’araire est arrivé, il y a un siècle, avec les Choans de Menilek.

  • 20 Littéralement : bouche de vache (c’est-à-dire ce que la vache a brouté).
  • 21 Dans les rapports des stages d’étude des systèmes agraires dirigés par Hubert Cochet à l’INAPG (19 (...)
  • 22 Guillaume Duteurtre, Compétivité prix et hors-prix sur le marché des produits laitiers d’Addis Abe (...)

7conclus par des meurtres, éclatent quand une vache pénètre, par erreur (?), sur un champ. La compensation prévue par les tribunaux (afä lam)20, peut aller jusqu’à la saisie de l’animal. Même si la majorité des paysans éthiopiens ne possèdent pas les deux bovins pour les atteler à l’araire, le troupeau de l’Éthiopie est l’un des plus importants d’Afrique. Ce cheptel abondant est souvent vu comme la cause du « retard » par les déprédations qu’il produirait. Cependant, toutes les études, même les plus récentes, insistent sur la possession d’un attelage et d’un araire comme discrimination entre les exploitants qui s’en sortent et ceux qui sont en situation précaire21. L’exemple de Gadissa Gobäna, devenu actif entrepreneur agricole à Ambo et à Baqo, est éclairant. Il y a vingt-cinq ans, il a d’abord investi ses premières paies de professeur dans l’achat d’une vache, élevée à l’étable, chez lui. Il a nourri ses enfants, vendu le lait en surplus, fait du fromage et ensuite acquis un taureau. Il a loué ses bêtes pour les labours et surtout pour la reproduction (par insémination artificielle). En même temps qu’il accroissait son troupeau, il suivait les cours de l’École d’agriculture d’Ambo. C’est en faisant grandir ce modeste élevage et à l’aide des revenus qu’il en a tirés, qu’il s’est lancé dans l’agriculture commerciale (témoignage personnel). D’autres travaux montrent également les progrès d’un élevage urbain en jardin, devenu très important dans la capitale où il assure la moitié des besoins en lait et beurre22.

photo 7. Gudär (décembre 2000)
À 13 km à l’ouest d’Ambo

photo 7. Gudär (décembre 2000)À 13 km à l’ouest d’Ambo

Marché du lundi, l’un des plus importants d’Éthiopie pour les bestiaux. Plaques de métal, de fabrication locale, sur lesquelles les femmes cuisent la crêpe d’enjära.
Au fond un énorme sycomore.

À l’origine des paysages d’openfield

  • 23 Les Éthiopiennes, au Tegray notamment, fixent leur chevelure avec du beurre rance (cf. Duteurtre).
  • 24 Guizota abyssinica.
  • 25 Cf. la thèse d’ethnobotanique d’Élisabeth Chouvin (2003) sur les oléagineux en usage en Éthiopie.

8Le régime alimentaire des chrétiens est soumis aux lois mosaïques et subit d’autres tabous liés aux régions, aux familles, aux clans. Les musulmans ont également leurs propres prescriptions. Au nord, la base de la nourriture est la consommation des céréales sous forme de crêpes [enjära], de pains [dabbo] et de grains rôtis. La viande est mangée à l’occasion des fêtes, souvent crue, lors des ruptures de jeûne et en sauce ou wät, accompagnée de légumineuses. À côté du beurre liquide dont l’usage cosmétique est très important23, la principale source de matière grasse – mais pas la seule – est l’huile de nug24, un oléagineux spécifique à l’Éthiopie25. La plus prisée des céréales, dans le Nord, le téf croît sur les hautes terres avec ses tiges frêles et courtes et ses épis minuscules. Jusqu’aux mêmes altitudes (2 600 mètres), les blés éthiopiens se rencontrent également.

9Les différentes espèces d’orges éthiopiennes poussent jusqu’aux däga (3 000 mètres) : les Oromo les apprécient grillées. Les sorghos et les millets, plus fréquents aux étages moyens et inférieurs, ont reculé devant la poussée du maïs prisé pour ses hauts rendements. Les témoignages historiques montrent qu’en un siècle, l’enjära s’est banalisée, au sud, avec le progrès des habitudes alimentaires du nord. Ainsi, le régime de Mängestu s’est-il rendu impopulaire dans toute l’Éthiopie en mélangeant la farine de téf, vendue dans les corporations d’État, à diverses céréales, locales ou d’importation.

10Depuis au moins deux millénaires, la céréaliculture à l’araire a étendu depuis Asmara, au nord, jusqu’à Addis Abäba, au sud, un paysage d’openfield où les parcelles et les champs sont organisés en auréoles autour de l’habitat groupé en hameaux ou en villages, aujourd’hui piquetés des inévitables eucalyptus (fig. 9). Dans la cour, entourée de palissades, à côté de la hutte principale, ronde et conique, s’élèvent de petites huttes en miniature, autant de greniers où sont conservées la nourriture et les semences. Or, même si l’usage des engrais artificiels a gagné depuis trente ans, les rendements céréaliers ne dépassent pas, comme dans l’Europe méridionale du xviiie siècle, en moyenne 12 quintaux par hectare sur des exploitations exiguës. Chez les Konso, au sud, et à Aliyu Amba, au Choa-Nord, les paysans utilisent les feuilles de certains arbres, plantés à dessein, comme de l’engrais vert (Chouvin, 2003). Dans les bonnes années, un exploitant qui possède un attelage peut subvenir à ses besoins avec la récolte céréalière à laquelle s’ajoutent les produits du jardin de hutte et la consommation ou la vente des poulets et des petits ruminants. Outre la semence, l’agriculteur doit tenir compte des pertes de stockage, énormes, dues aux rongeurs et aux charançons. Chaque année, même bonne, la période de la saison des pluies correspondant à la soudure entre les récoltes est délicate, et on vit des produits qui poussent dans la cour. Pendant la saison des pluies d’été, une « bonne » année au Métcha qui a la réputation d’être un bon pays, la précarité s’installait tant qu’on ne pouvait pas récolter les premiers maïs, les premiers légumes des jardins (Gascon, 1983).

figure 9. Paysages et systèmes agraires des hautes terres d’Éthiopie et d’Érythrée

figure 9. Paysages et systèmes agraires des hautes terres d’Éthiopie et d’Érythrée

photo 8. Pays Guragé (Est)
(mars 1990)
Route entre Mälka Qunturé et Butajira. Marché proche de Tiya

photo 8. Pays Guragé (Est)(mars 1990)Route entre Mälka Qunturé et Butajira. Marché proche de Tiya

Bärbäré et mitmitta (poivre rouge, Capsicum) mis à sécher avant d’être réduit en poudre. On le consomme dans le wät mais surtout avec la viande crue, notamment le kätfo (hachis) des Guragé.

11En cas d’irrégularité des précipitations, ces sociétés paysannes établies sur les hautes terres du Nord n’ont aucune sécurité. Quand ils ont « mangé » leurs réserves, ils n’ont plus de semences, ils cèdent alors des animaux et la quête de la nourriture commence. En 1973-1974, ils furent si nombreux à vendre que les prix du bétail s’effondrèrent alors que les cours des céréales s’envolaient. Ceux qui étaient proches de la route Nord-Sud, s’en rapprochèrent afin de chercher du secours et les autres, plus loin, décédèrent avec leurs bêtes... Naturellement, certains, au Wällo, profitèrent de l’affaiblissement des paysans pour réaliser de gros profits et, intraitable, le gouvernement impérial exigea les impôts. En 1984-1985, les secours furent plus prompts et sans doute plus efficaces, mais, une fois encore, chacun chercha à tirer profit de la situation. Mängestu lança l’« éradication du mode de production paysan » et les réinstallations forcées. Les rebelles, de leur côté, voulurent contrôler l’accès aux distributions pour mieux assujettir les populations et empêcher les départs vers le sud (Gallais, 1989). Il faut donc une lecture à deux niveaux, celui du « système de famine » décrit par Jean Gallais dans Tropiques, terre de risques et de violence, et celui de l’enchaînement causal entre aléas climatiques et « mortalités » montré par Pierre Goubert dans Cent mille provinciaux au xviie siècle.

photo 9. Aux abords de Jimma (décembre 1995) Oromiyaa

photo 9. Aux abords de Jimma (décembre 1995) Oromiyaa

Le « cœur » de l’ensät.

La longue accumulation des hommes dans un « monde plein »

12Quand le temps long de l’« accumulation primitive » des hommes a-t-il commencé ? Les historiens des plantes et des animaux ont identifié les hautes terres de la Corne de l’Afrique comme un centre secondaire de domestication. Leurs scénarios reconstituent le passage de la chasse-cueillette (– 38 000 à – 16 000) à l’élevage et à l’agriculture au cours d’épisodes hyperarides (– 16 000 à – 8000) (Brandt, 1996). L’ensät aurait été domestiqué au voisinage des forêts rétrécies par la sécheresse vers – 10 000 puis les planteurs l’auraient intensifié vers – 2 000 avec le retour de l’aridité (Brandt, 1996). Ils auraient, entre – 6 000 et – 2 000, intensifié leurs vergers à l’aide des déjections animales (Ehret, 1979 dans Deveuhels et Derrey, 1998). Selon le même auteur, le blé et l’orge se seraient intégrés vers – 5 000/– 4 000, à des systèmes céréaliers locaux fondés sur le téf et l’éleusine, dans les franges septentrionales. La sédentarisation fut donc précoce sur l’ensemble des hautes terres de la Corne de l’Afrique et non plus seulement au nord. Quand les céréaliculteurs du Nord adoptèrent-ils l’araire ? Cet araire est apparenté à ceux du Yémen, eux-mêmes proches de ceux de la Méditerranée et du Moyen-Orient (Haudricourt et Brunhes-Delamarre, 1960). Des migrants venus d’au-delà de la mer Rouge l’ont-ils apporté ? Certains le pensent. Ce système agraire passe pour être lié aux langues et aux cultures écrites sémitiques et au monothéisme qui s’implantèrent d’abord au Nord, sur les hautes terres. Cette transplantation par-delà la mer Rouge, fonde les représentations spatiales dominantes qui opposent agär à dar agär, le pays-sanctuaire de la céréaliculture à l’araire, à la périphérie basse, qui est en dehors du pays (Donham, 1986).

  • 26 Le Därg a engagé, à l’aide du Food for Work Programme, le reboisement autoritaire des versants rai (...)

13La profondeur historique de l’accumulation démographique sur les hautes terres se traduit dans l’important corpus représenté par les chroniques royales. Elles témoignent que sur les plateaux, vivaient et survivaient des sociétés dont la subsistance dépendait des aléas de la culture céréalière. Les hautes terres du nord de l’Éthiopie ont vraisemblablement dû compter, très tôt, plusieurs millions d’individus. Ainsi, les negus mobilisèrent-ils des armées suffisamment puissantes pour s’avancer, au xvie siècle, jusqu’au Harär et jusqu’à l’actuel Gamo Gofa. Le retour périodique des disettes et la répétition des famines ne démontrent-elles pas que, depuis plusieurs siècles, un certain déséquilibre perdurait entre ressources alimentaires et effectif humain ? Ces déficits alimentaires touchaient déjà les régions qui ont subi les dernières famines (1958-1959,1973-1974 et 1948-1985), la partie occidentale du Croissant aride. En survolant et parcourant les hauts plateaux entre Asmara et Addis Abäba, on voit se dérouler un long tapis jaune de champs ouverts, nus sans autre arbre que des bouquets d’eucalyptus26. Les hautes terres du Wällo, du Tegray et d’Érythrée ont un aspect sévère et parfois inhumain, tant les rochers affleurent à nu dans ce qui n’était pas apparu, au premier regard, comme une parcelle cultivée. De nombreuses études, reprises à l’envi par les développeurs et médias, voient dans la nudité des paysages la cause principale de la péjoration des conditions climatiques. Ils dénoncent la destruction par des paysans, inconscients et/ou trop nombreux, d’une forêt qui aurait recouvert, jusqu’à il y a un siècle ou demi-siècle, les hautes terres (RRC, 1985).

photo 10. Wälayta (décembre 2000)

photo 10. Wälayta (décembre 2000)

Houe à deux dents pour aérer les racines des ensät et les désherber.

14L’examen des « sources » et de la démarche montre que l’on est dans le domaine du procès d’intention, en bloc, à l’encontre des paysans. On dispose, en outre, d’un recueil des clichés pris par les Britanniques de lord Napier quand ils attaquèrent, en 1868, Mäqdäla où Téwodros II retenait des otages européens. Ce sont, à ma connaissance, les photographies les plus anciennes qui montrent d’Adulis où l’expédition débarqua, sur la côte de l’actuelle Érythrée, à Mäqdäla, au Wällo, des hauts plateaux nus et monotones, sans eucalyptus. D’autres sources, des gravures et des récits, contredisent l’idée, fort en vogue, selon laquelle l’Éthiopie était, au siècle dernier, avant l’occupation italienne, couverte d’une forêt profonde, dévastée par des Éthiopiens destructeurs... Derrière ce mauvais procès où les procureurs confondent toutes les échelles de temps et d’espace, pour les besoins de la mauvaise cause, il y a en filigrane, pêle-mêle, l’illustration du paradigme malthusien, la dénonciation de l’esprit de routine des paysans et du pouvoir politique. En Éthiopie et en Érythrée, les montagnes et les plateaux étaient couverts de forêts, il y a sans doute plus de vingt siècles, au moins, avant l’introduction de la céréaliculture à l’araire (Gascon, 1998b). Sur les hautes terres du Nord comme en Europe et au Moyen-Orient, céréaliculture, attelage, habitat concentré ont un lien avec l’openfield. Les vulgarisateurs ont surtout retenu les études les plus alarmistes alors que des chercheurs avaient déjà remarqué la coïncidence entre l’extension de la céréaliculture à l’araire et les champs ouverts (Stiehler, 1948).

15Nu, et depuis longtemps, le cœur historique de l’État éthiopien est d’abord un cœur trop faible surtout depuis la conquête de Menilek II, pour irriguer un corps aux membres très ou trop nombreux. Il est toujours à la merci, depuis des siècles, de la prochaine crise de subsistance. Tout au long de l’histoire de l’Éthiopie, le vieux centre qui dirigea les phases de conquête et qui tenta d’enrayer les phases de déclin a cherché à compenser sa fragilité par l’expansion vers les périphéries (Donham, 1986).

À la recherche de la « riche Éthiopie »

  • 27 En guragé, langue sémitique, ce mot est formé avec la même racine verbale : arrasa [labourer] que (...)

16Sur les hautes terres, la part des systèmes agraires céréaliers à l’araire s’accroît aux dépens des systèmes des planteurs depuis la conquête des troupes de Menilek. Deux môles résistent, néanmoins, aux progrès de l’araire, qui sont le Harär et les régions du Sud-Ouest productrices d’ensat, de tchat et de café (fig. 9).Les petits lopins en terrasses de l’Est sont retournés à l’aide d’un pieu à fouir, le dangra, lesté par une pierre. Dans l’Ouest, une grande fourche à fouir, le maräsha27, sert à transplanter, désherber et aérer les racines et enfin, à dessoucher les ensät. L’outillage à bras comprend des bâtons à planter et des houes utilisées par les laboureurs à l’araire pour planter, briser les mottes et sarcler (Gascon, 1977). Il y a trente ans, le manuel de géographie des écoles secondaires montrait, dessin à l’appui, que l’araire était un instrument plus élaboré et plus « civilisé », un progrès par rapport aux outils à bras venus tout droit de la préhistoire. Il s’agissait de persuader les élèves que la production des céréales et surtout du téf base de l’enjära, la seule nourriture noble et pure, participait d’un système agraire « supérieur ». L’araire tracté était donc un outil plus civilisé que les bâtons à fouir, affirmaient les écoles de l’Ancien Régime. Mesfin W/Mariam, professeur de géographie, s’éleva dans ses livres, contre les conclusions de ces études qui accablaient une bonne partie des paysans (Mesfin, 1972). Menilek ne s’était pas trompé et avait confié ses palais et ses champs à des planteurs dont il connaissait les compétences. Actuellement, les cadres des fermes commerciales les recherchent comme ouvriers agricoles.

La riche Éthiopie, le chemin de fer et l’ascension de ras Täfäiri

  • 28 Haylä Sellasé après son couronnement en 1930.

17Le qualificatif « riche » accolé à Éthiopie n’a jamais été appliqué aux hautes terres du Nord. En 1885, Reclus l’employait pour les basses terres de l’actuelle Érythrée où les Italiens ont, à partir de 1902, développé la plantation d’Elaberet. Fernand Maurette, en 1938, et actuellement Colette Dubois, guidés par leur documentation, attribuent cette qualification à l’Éthiopie accessible depuis le chemin de fer qui part de Djibouti pour Addis Abäba. Or, dès 1902, la voie ferrée atteignait Dirré Dawa choisi par économie comme gare aux dépens de Haràr, perché sur un ensellement. Ras Mäkonnen, gouverneur de la région, en profita pour augmenter les revenus des douanes en exportant le café, les peaux, le tchat et le produit des expéditions militaires en Ogadén (ivoire, bestiaux). Son fils et successeur à ce poste rémunérateur, ras Täfäri Mäkonnen28, s’est servi de cette base territoriale pour préparer sa marche vers le pouvoir. Le flux croissant des exportations assura, dès le milieu des années 1920, des revenus réguliers aux actionnaires de la Compagnie du chemin de fer franco-éthiopien. Täfäri accrut notablement les rentrées des douanes et accorda, contre rémunération, des concessions aux Européens qui, comme Henry de Monfreid attiré par ce pays « neuf », fondèrent des plantations et des ateliers (Monfreid, 1933, p. 51). Les ressources, acquises au Harär, donnèrent au ras les moyens d’acheter des armes dont il contrôlait par ailleurs l’importation. Affichant sa piété filiale pour la ville où son illustre père était enterré, Haylä Sellasé a conservé, par famille interposée, le gouvernement de Harär et sa région, jusqu’à sa chute, en 1974. Il y séjournait, chaque année, pendant kerämt et participait, chaque mois de décembre, au pèlerinage de Gabriel à Qulubi (Gascon, 1995e).

  • 29 L’appelation Sidamo ou Wällägga est apparue sur les étiquettes.

18La collecte des ressources du Harär ne peut rendre compte, seule, de l’accroissement du trafic du chemin de fer même si le port de Seylac/Zeilah, en Somalie britannique, déclina au profit de Djibouti. En amont, il s’est produit, vers la voie ferrée, une réorientation des routes et des pistes parcourues par les caravanes. Vers Adaama/Nazrét, Mojjo et Bishoftu/Däbrä Zäyt convergèrent désormais les produits de l’Arsi (céréales) et par le rift, les cuirs et peaux, l’ivoire et le café du Sidamo. Le Mercato d’Addis Abäba où s’étaient établis des négociants grecs, arméniens, indiens, français, britanniques devint le premier marché d’Éthiopie collectant les produits du Wällägga et du Käfa, notamment le café (Zervos, 1935). Seul, avant la conquête italienne, le quart sud-ouest échappait encore à l’emprise commerciale de la capitale car des bateaux venus par le Nil blanc accostaient dans l’enclave ex-territorialisée de Gambéla et chargeaient les produits du marché de Goré où s’étaient établis, dès le début du siècle, des marchands étrangers. Le réseau routier en étoile autour d’Addis Abäba, d’abord construit par les Italiens et développé à partir du rift par les Éthiopiens, a encore accru la prééminence de la capitale. La part du Sud-Ouest et de l’Ouest dans les exportations de café dépassait, dès l’avant-guerre, la part du Harär ; certes, on continue, de nos jours, pour des raisons commerciales, à vendre le café éthiopien sous l’étiquette « moka (sic) de Harär » du café plus sûrement originaire du Wällägga ou du Sidamo29. Au Harär, le tchat et les primeurs, exportés, ont remplacé le café dans les champs en terrasses.

19La « riche Éthiopie » des auteurs cités précédemment, c’est l’Éthiopie accessible par des pistes connectées au chemin de fer qui exportait principalement des cuirs et peaux, du café et d’autres produits, plus rares, comme l’ivoire ou le musc. Ce furent donc les provinces conquises par Menilek, intégrées dès l’avant-guerre dans l’économie mondiale monétarisée, qui firent glisser le centre économique de l’Éthiopie vers le Sud et vers l’Ouest (fig. 1). Restauré en 1941, le negus concéda de grandes fermes commerciales, soit prises aux Italiens, soit la réalisation de projets étudiés par les Italiens, à des membres de la famille royale et à des dignitaires politiques et militaires. Ces derniers, alliés à des firmes agroalimentaires étrangères, investirent en priorité le fossé du rift et la vallée moyenne et inférieure de l’Awash. Les éleveurs locaux, expulsés de leurs parcours, tentèrent bien de résister mais l’armée les balaya en dépit de guérillas sporadiques. Dans ces régions basses et peu peuplées, dans les années 1960, les organisations internationales lancèrent d’ambitieux programmes de développement de l’agriculture irriguée, censés fixer les éleveurs et accueillir le trop plein démographique des hauteurs. Enfin, la production du secteur moderne devait libérer l’Éthiopie de l’opprobre de la famine et lui procurer de précieuses devises à l’exportation. L’essor des fermes du rift et de l’Awash est lié aux progrès du réseau routier qui drainait les productions vers le port d’Asäb, éthiopien jusqu’en 1991. En effet, les gouvernements, aussi bien royal que militaire, aussi nationaliste l’un que l’autre, avaient voulu s’affranchir du port de Djibouti, en terre étrangère. Une part importante du budget du ministère impérial de l’Agriculture subventionnait les fermes commerciales qui, devenues fermes d’État et promues vitrines du socialisme, captèrent bientôt l’intégralité des crédits.

  • 30 Georges Risoud qui faisait preuve de réelles compétences en oromo.
  • 31 Institut national agronomique de Paris-Grignon.

20Sous l’Ancien Régime, il n’était pas facile, même dans les régions faisant l’objet de plans d’aménagement officiels, de travailler avec les paysans. Un certain nombre de Peace Corps et de volontaires suédois, dénoncés par les chefs locaux comme agitateurs, en firent l’amère expérience. Pendant la Révolution, les autorités locales, encadrées par les membres du parti unique, ne donnaient de permission qu’aux experts des « pays frères ». Ainsi, les paysans du Harär éberlués, virent-ils arriver des Nord-Coréens qui, parlant amharique et oromo, étaient néanmoins considérés comme appartenant à une autre planète tant ils étaient dogmatiques. Des projets impliquaient cependant la Suède, en Arsi, et la France, au Harär jusqu’au départ des coopérants français à la fin du régime de Mängestu30. Les Suédois cessèrent leur coopération quand, en 1986-1987, le colonel-président adopta le programme de la villagisation (Gascon, 1995e). Le gouvernement actuel fait plus volontiers appel à la coopération étrangère. Les autorités des régions-États, soucieuses de montrer quelles existent, sont favorables à la venue d’« experts ». Les rapports des étudiants de l’INAPG31 sur les systèmes agraires locaux et les recherches de Sabine Planel au Wälayta révèlent, comme les mémoires des agronomes, combien ces régions densément peuplées font face à la croissance rapide de la population par une débauche d’initiatives et d’inventions, par la commercialisation et même par un début d’exode rural. Ces districts densément peuplés démentent, pour le moment, le paradigme de Malthus et accréditent les thèses d’Ester Boserup. Rappelons qu’engagées plus tôt dans l’économie monétaire, ces régions ont réussi, jusqu’à présent, à intensifier cultures de rente et cultures vivrières.

La riche Éthiopie du café et du tchat

21On pourrait penser que la riche Éthiopie correspond à la greffe autoritaire de l’agro-industrie dans les parties basses et planes, proches du chemin de fer et des routes. Cependant, les ex-fermes commerciales, à part quelques exceptions notables, telle la sucrerie de Wänji en situation de monopole, n’ont atteint aucun des objectifs qu’on leur avait assignés. Le café et les cuirs et peaux, massivement produits par des paysans éthiopiens, contribuent à 75 ou 80 % des rentrées de devises à l’exportation (expédié en partie clandestinement, le tchat échappe, pour une large part, aux circuits officiels). La riche Éthiopie, c’est donc l’Éthiopie de systèmes agraires qui font place à l’arboriculture et à l’élevage et qui ont intégré, très tôt, des cultures de rente dans la succession des cultures.

  • 32 Les feuilles du gésho (Rhamnus prinoides) sont additionnées à l’hydromel pour faire le täj.

22Les systèmes agraires des régions rattachées par Menilek II font une plus large part aux productions arbustives qui, néanmoins, ne sont pas absentes au Nord mais secondaires32 (fig. 9). Il est fréquent d’avoir dans le jardin enclos, près de la hutte, quelques plants de café. Pour le visiteur, on le cueille, puis on le grille et enfin on offre les trois tasses rituelles de café bouilli, additionné de sel. Dans les régions productrices de l’Ouest, du Sud et du Sud-Ouest (Illubabor, Wälayta, Sidamo, Gedäo), et même au Harär, il n’y a pas de grandes plantations mais, à l’intérieur des exploitations, des parcelles caféières, proches de la maison, bien fumées et sous l’ombrage de bosquets et de grands arbres, de lambeaux forestiers et parfois sous celui des faux bananiers. Périodiquement, sans doute pour attirer le chaland à l’affût du « naturel », des négociants vantent les qualités d’un café « sauvage » cueilli sous les ombrages des forêts « vierges » du sud de l’Éthiopie. Il s’agit plutôt de forêts, souvent résiduelles, qui abritent des caféiers, ou parfois de forêts-galeries et de bosquets touffus. Quand on survole la région entre Jimma et Goré, on aperçoit des montagnes et des rebords de plateaux boisés et séparés par des interfluves habités. Quand on traverse ces régions en voiture, en venant du rift, le regard est arrêté par des arbres beaucoup plus souvent que dans le Nord : eucalyptus piquetés près des huttes dispersées, mais aussi clairsemés dans les champs, grands arbres isolés, à la couronne plate, acacias et albizias coalescents, énormes figuiers. Les huttes coniques, à la décoration soignée, disparaissent, noyées dans des vergers d’ensät qui forment parfois des haies luxuriantes (Gascon, 2001a).

photo 11. Dilla (Gédäo) (décembre 2000)

photo 11. Dilla (Gédäo) (décembre 2000)

Triage du café.

  • 33 Käfa n’a rien à voir avec café qui dans toutes les langues éthiopiennes se dit butina.
  • 34 Témoignage d’Endaläw Regassa (1969-1971).

23La caféiculture a progressé d’est en ouest en un siècle, sous la pression conjuguée des demandes intérieure et extérieure. Jusqu’au xixe siècle, l’Église condamnait l’usage du café et du tabac qui était le signe de l’appartenance à l’islam. Cet interdit est peu à peu tombé en désuétude entre les deux guerres : la fameuse cérémonie « traditionnelle » de la préparation du café mise en scène au Hilton, qui émoustille tant les Européens, est donc bien récente. Au Harär, au Käfa33 et à Jimma, les progrès de l’islam ont accru la consommation du café, marquée auparavant chez les Oromo, par les usages rituels. Au Wällo, le café a désormais un rôle central dans les cérémonies des cheikhs musulmans oromo (Ficquet, 2002). L’arrivée du chemin de fer à Addis Abäba, en 1917, repoussa l’onde caféière vers l’Ouest. Les voyageurs, les négociants et aussi les témoignages collectés par les historiens auprès des paysans insistent sur cette progression irrésistible du café dont le negus disputait les bénéfices aux ras locaux (Mc Clellan, 1988). Jusqu’à la Révolution, les maîtres du sol exigeaient de leurs tenanciers soit une part de plus en plus importante de café, en nature, soit des redevances en argent, par la vente du café. Dans certaines régions comme au Gédäo ou Wällägga34, les paysans ne produisaient plus leur nourriture et devaient l’acheter. Afin de contrôler la collecte et la qualité des produits, le gouvernement impérial avait créé le National Coffee Board et amélioré la desserte routière du Sud-Ouest. Les militaires poursuivirent la même politique sans pour autant collectiviser les caféiers, mais, moins prudents que le negus, ils diminuèrent la part des producteurs qui vendirent leur récolte en contrebande. On ne doit pas, pour autant, réhabiliter l’Ancien Régime pendant lequel, le très puissant et très haï ras Mäsfen, conseiller écouté de Haylä Sellasé et gouverneur à poigne du Choa, édifia sa fortune colossale, quand il était en poste dans les régions caféières (Gascon, 1995e).

  • 35 Plutôt 80 % selon Mohamed Guedda de l’ISERST/CRÉD de Djibouti.

24Ces trente dernières années, au Harär, le tchat et les primeurs ont évincé les caféiers même sur les terrasses qui bordent la route descendant de Harär vers Dirré Dawa. Ces produits échappent aux variations des cours qui affectent le marché mondial du café depuis l’échec du cartel international. Ainsi, depuis 1997, les rentrées en devises ont-elles diminué alors que les ventes augmentaient. En revanche, Djibouti offre un débouché sûr et régulier au tchat qui doit être consommé frais. Monopole d’État à Djibouti, il est payé en franc djiboutien, convertible et lié au dollar US, et les Djiboutiens y engloutissent 60 % de leur revenu35. Les seigneurs de la guerre somaliens ont établi leur pouvoir et le gardent grâce au trafic d’armes et de tchat. Ce stupéfiant, en usage chez les musulmans, est un trompe la faim, trompe l’ennui, trompe le chômage que l’on broute ensemble au plus chaud de l’après-midi. La vente de légumes frais à Djibouti approvisionne les familles des 3 000 militaires français de la base aéronavale. Il est question que la France diminue ses effectifs alors que les États-Unis installent un centre de lutte contre le terrorisme. Comment tenir face à la concurrence des productions européennes subventionnées qui arrivent chaque jour par avion ? Le contingent états-unien importera tout, jusqu’à son eau minérale, comme c’était la règle dans les années 1960, quand il était basé à Addis Abäba. En 1987, les systèmes agraires des hautes terres du Harär portaient nettement la marque de l’influence du marché djiboutien. Les parcelles apparaissaient striées par une alternance de billons séparés par rigoles d’irrigation parallèles. Afin de tourner l’interdiction d’arroser le tchat édictée par le Darg, les paysans haräri avaient planté des tchat tous les cinq mètres environ, sur les buttes dans lesquelles poussaient les pommes de terre. Les militaires n’osèrent pas plus collectiviser le tchat que le café.

Le miracle de l’ensät

  • 36 D’après le titre d’une chanson de Charles Trénet.
  • 37 Le pavillon de l’Éthiopie à l’Exposition universelle d’Osaka (1967) était une maison guragé, remar (...)
  • 38 Élisabeth Chouvin décrit l’opposition entre le devant et l’arrière de la maison à Aliyu Amba (Chou (...)

25Singulière revanche pour des peuples vaincus, il y a un siècle, et privés de leurs droits sur la terre de leurs ancêtres. En dépit de l’opprobre de la défaite, au mieux avec la condescendance des gouvernements centraux, les Guragé, Känbata, Hadiya, Sidamo, Wälayta... tous ces « petits peuples » de l’ensät méprisés parce qu’ils n’utilisaient pas l’araire ou qu’ils consommaient des nourritures impures ou indignes, tous ces « barbares » tiennent en main l’économie de l’Éthiopie (fig. 9, 10). L’image du « jardin extraordinaire »36 traduit l’émotion ressentie et renouvelée à chaque fois qu’en gravissant le sommet du Wäntchi, on découvre les vergers d’ensät entourant le lac de cratère. En pays Guragé, au Känbata, il se dégage une impression de soin, d’ordre et de majesté des huttes rondes, peintes et couvertes d’un cône parfait de chaumes comme peignés et entourées d’un enclos de barrières en claies de bambous régulièrement entrelacés37. Certaines maisons sont bâties avec des bambous tressés serrés, d’autres ont des murs renflés et couverts de tuiles de bois (Dorzé). Chez les Wälayta, en bordure de rue, une pelouse attend l’invité tandis que des fleurs font écran avec le jardin, derrière la hutte38. Haies et ensät alignés donnent aux vergers des aspects d’écrins qui enferment, protègent et sertissent les maisons. L’expression la plus achevée de « jardin extraordinaire », je l’ai trouvée, hors des pays d’ensat, au pays Konso. Les huttes coniques des villages disposées régulièrement, ressemblent, vues du ciel, à des œufs et évoquent le collage d’un artiste abstrait (Gerster, 1974). Vus du sol, les cônes de chaumes, trapus et comme surmontés d’une tête, des maisons collectives dominent des champs parsemés d’arbres taillés et où le millet atteint une taille étonnante. Haut de 2 à 3 mètres, il donne deux récoltes par an : la tige coupée repousse en donnant des rejets (témoignage, décembre 2000).

26Moins connu que le café, le faux bananier, plante « miracle », marque profondément les paysages agraires au sud d’Addis Abäba et le régime alimentaire de plus de 10 millions d’Éthiopiens. Pour toutes ces raisons, il faut définir les traits caractéristiques qui en font une « plante peuplante » (Gascon, 1994d). L’ensät ressemble au bananier dont il a la taille et l’apparence, mais, plus rustique et plus ubiquiste, il croît jusqu’à 3 000 mètres d’altitude. Bouturé, il nécessite de l’engrais et des soins attentifs jusqu’au moins cinq ans, âge à partir duquel, on peut l’abattre, mais on préfère attendre qu’il grandisse. Il est dessouché par les hommes avec les grandes fourches puis les femmes épluchent son pseudo-tronc et râpent le cœur jusqu’à en extraire une pâte blanchâtre. Elles façonnent des boules quelles pressent puis les enveloppent dans des feuilles entourées de cordes de fibres d’ensät. Elles enfouissent ces « paquets » pendant plusieurs mois dans le sol où ils fermentent. Elles les ouvrent et préparent alors la pâte (qotcho) pour le repas ou la vendent sur le marché. La conservation de cet aliment est sans doute l’avantage décisif d’une nourriture par ailleurs plus « bourrative » que nutritive. Certains ensäticulteurs écrasent, pour s’en nourrir, les nodules poussant sur les racines de cette herbe géante. Cette plante est parfois sujette à des maladies qui compromettent les récoltes comme en 1973-1974 ou 1999-2000. Elle peut souffrir de la sécheresse, notamment dans les parties basses comme au Wälayta (Le Pomellec ; Planel, 1999). D’autres peuples, hors de la culture de l’ensät, tels les Qottu du Harär, ont tenté de résoudre la question cruciale de la conservation de la récolte en laissant fermenter l’orge ou le millet dans le silo, une jarre enfouie sous terre, jusqu’à ce que la concentration en dioxyde de carbone empêche l’intrusion des charançons. Mais, le récipient doit absolument demeurer étanche et ce n’est pas facile avec un calfatage à la boue, car la tôle est bien trop coûteuse.

photo 12. Wälayta (décembre 2000)

photo 12. Wälayta (décembre 2000)

Maison traditionnelle. Derrière le jardin. Noter, sur le devant, la pelouse, où on reçoit les hôtes, et les fleurs, à gauche.

photo 13. Wälayta (décembre 2000)

photo 13. Wälayta (décembre 2000)

Le pilier central de la maison et le toit tressé avec des bambous.

photo 14. Pays Guragé (Est) (mars 1990). Route entre Mälka Qunturé et Butajira. Marché proche de Tiya

photo 14. Pays Guragé (Est) (mars 1990). Route entre Mälka Qunturé et Butajira. Marché proche de Tiya

Qotcho : pâte formée des pseudo-troncs d'ensät râpés par les femmes et conservée quelques mois dans le sol. Déballé, au premier plan, des feuilles d’ensät et emballé, en haut de la photo, avec des cordes de fibres d’ensät.

photo 15. Dorzé (décembre 2000). Route vers Tchäncha

photo 15. Dorzé (décembre 2000). Route vers Tchäncha

Maison dorzé couverte de petites tuiles de bois. Noter les enclos faits de claies de bambous.

  • 39 Menilek défendit qu’on dise « guragé » pour héler un coolie.

27Le succès des ensäticulteurs tient à ce qu’ils maîtrisent mieux que les céréaliculteurs le maintien des aptitudes agraires des sols, notamment par l’élevage. Ils n’utilisent pas l’araire et n’ont donc pas besoin de la force tractrice des bovins. Les Wälayta et les Galila du Wäntchi engraissent, en élevage zéro-sol, de petits ruminants et des bovins qui consomment les sous-produits de la préparation de l’ensät, ses feuilles et une partie des résidus de la nourriture humaine. Leurs déjections et les ordures ménagères, soigneusement collectées, engraissent les boutures et les cultures sous couvert du faux bananier comme le café et les piments. Chez les Guragé et les Sidamo, des pâtures extensives sur des terres collectives médiocres d’interfluves ou d’alpage (Wäntchi) nourrissent les troupeaux. Dans l’Ouest, une auréole de champs céréaliers (orge, sorgho, maïs, téf), où une place est laissée à une jachère périodique, entoure les hameaux et les huttes dispersés. Ces planteurs contribuent donc autant que les céréaliculteurs à l’araire, à grossir les troupeaux éthiopiens. Leur succès est une revanche sur l’histoire de leur annexion aux possessions de Menilek. Vaincus, leurs conquérants avaient transporté les familles réduites en esclavage dans les kätäma où subsiste souvent, un Wälayta/Wällamo Säfär ou un Guragé Säfär [quartier]. Puis, ils imposèrent, à ceux demeurés au pays, des cultures de rente (du café surtout) qu’ils durent vendre afin d’acheter leur nourriture puis les exigences des maîtres augmentant, des engrais. La culture de l’ensät a préparé ces planteurs à devenir des ouvriers agricoles recherchés tant par Menilek dans ses palais et dans ses dépendances, les terres hudad, que par les Néerlandais, dans les années 1950, pour la plantation sucrière de Wänji. Les autorités les avaient réquisitionnés pour exécuter les déblais et les remblais du chemin de fer, au début du siècle. Dans la capitale et dans les villes, ils sont devenus maraîchers puis grâce à l’eucalyptus, sylviculteurs, bûcherons et terrassiers. Ils ont su adapter à la demande des citadins, l’artisanat rural traditionnel (textile, poterie). Longtemps kuli (coolie), portefaix méprisés39, les Guragé ont peu à peu pris en main le commerce et l’artisanat à Addis Abäba. Maintenant, ils sont plus de deux cent mille qui tiennent le Mercato d’une capitale de plus de deux millions d’habitants. Quelques milliers de Dorzé fournissent en voiles de coton blanc [shämma, nätäla] et en châles épais multicolores des dizaines de millions d’Éthiopiens.

photo 16. Konso (décembre 2000)

photo 16. Konso (décembre 2000)

Maison collective destinée à accueillir tous les jeunes hommes d’une classe d’âge qui habitent ensemble.

  • 40 Cécile Marque et Valérie Rosenwald, Étude des systèmes agraires d'une petite région du nord de l’É (...)

28Un désir de revanche vis-à-vis de leurs anciens maîtres n’est pas étranger à cette capacité d’initiatives et cette volonté collective de développement qui frappe tant ceux qui travaillent parmi ces peuples. Cette cohésion a tenu en respect les gouvernements qui ont cherché à se concilier les Guragé du Mercato capables, au début des années 1960, de financer la construction de la route qui les relie à la capitale. Lorsque les récoltes sont compromises comme au printemps 2000, et dans une conjoncture défavorable d’effort de guerre, les Wälayta ont fait face à la disette, difficilement certes. Ils ont fait pression sur les autorités pour faire passer du même coup, leurs revendications identitaires (Gascon, 2001a). Il peut paraître exagéré de qualifier les hautes terres méridionales de « riche Éthiopie ». Cependant, quand on a observé la détresse matérielle des populations du Nord, au début des années 1970, et quand on prend connaissance des rapports actuels consacrés à ces mêmes régions40, on comprend alors l’emphase des jugements des années 1930...

Le découpage de la scène géographique selon les Éthiopiens

29Les Éthiopiens (et les Érythréens) établissent une hiérarchie à l’intérieur de l’étagement bioclimatique qui privilégie l’étage « obsidional » des hauteurs où se tiennent, à l’abri, les grands monastères, les grands sanctuaires et les villes saintes. Toutefois, la fameuse superposition en trois niveaux ne peut être étendue comme telle au Sud et elle repose, de plus, sur la méconnaissance des appellations dans les langues vernaculaires. Localement, apparaissent des distinctions plus subtiles selon les pentes et l’exposition recoupant les étages et tenant compte de potentialités agricoles et d’appréciations qualitatives complexes comme le montre l’enquête dirigée par Mesfin, citée plus haut (Mesfin, 1991). Les travaux d’Élisabeth Chouvin sur le versant d’Aliyu Amba, en contrebas d’Ankobär, approchent les dynamiques d’une « verticalité vécue » par les sociétés humaines depuis les hauteurs peuplées par les Amhara, les versants par les Oromo et les Argobba et les basses terres par les Afar (Chouvin, 2003).

Agär et dar agär, retour à une vieille distinction

  • 41 Ethiopian Airlines appelle ainsi la ligne qui dessert Aksum, Lalibäla et Gondär, hauts lieux du to (...)

30Le contraste Nord-Sud, plus difficile à cerner pour qui n’a fait qu’un bref séjour le long de la « Route historique »41, apparaît comme cardinal à beaucoup d’auteurs. L’accord se fait sur une coupure à la hauteur d’Addis Abäba fondé par Menilek à la charnière de ses anciennes et de ses nouvelles possessions. Toutefois, l’opposition entre le centre et les périphéries, déjà abordée à propos des systèmes de culture, demeure profondément inscrit dans les représentations culturelles des Éthiopiens. En amharique, on distingue agär, « pays, contrée » de dar agär, « pays éloigné, pays frontière » et le dictionnaire ajoute : « Se dit surtout des régions avoisinant le Soudan anglais, très peu pour les frontières intérieures des diverses provinces chrétiennes [du nord] » (Baeteman, 1929, col. 939). Dar agär désigna d’abord les glacis occidentaux des hautes terres du Nord peuplées de Shanqella, de sauvages. On l’applique maintenant à l’ensemble des hautes terres méridionales et orientales et de leur avant-pays réunis au vieux cœur tout au long du xixe siècle : [...] there was an ancrent northern periphery, the dar ager,particularly lowland areas to the west, that seems to haveprovided a model, at least in part, for the one created in the south (Donham, 1986, p. 3) Centre s’oppose à périphérie, les provinces chrétiennes aux territoires frontaliers, dont la conquête et l’annexion se sont achevées au début du xxe siècle. La distinction entre Éthiopie de l’intérieur et Éthiopie de l’extérieur demeure toujours au coeur des débats politiques. Ainsi, l’écrivain-diplomate Afä Wärq reprochait-il à Haylä Sellasé, alors en exil, d’avoir sciemment promu le personnel des nouveaux territoires afin de marginaliser les vieilles provinces dont la sienne, le Gojjam (Rouaud, 1991). La Grande Éthiopie de Menilek et de ses successeurs était organisée en auréoles autour du Centre, « l’Abyssinie proprement dite » (Reclus, 1885 ; Monfreid, 1933), en fonction de la date de leur « réunion ». La date, et donc le degré d’intégration se mesuraient par l’importance de l’amharisation, de la christianisation, de l’usage de l’araire, des surfaces en téf et du statut de la terre... (Gascon, 1995e).

31« L’enfant de mon pays, [c’est] l’enfant de ma rivière » : cette sentence commune en Éthiopie, exprime a common sentimental expression of regionalism (Mesfin, 1972, p. 53). Les Tegréens l’utilisent également sous la forme « les enfants de nos rivières », pour désigner les rebelles Wäyyané de 1943, affirmant ainsi qu’ils étaient des leurs (Gebru, 1991, p. 218). Nous ne sommes pas très loin de l’usage français « pays » (ou payse). Le pays coïncide donc avec un espace délimité par des rivières : elles s’encaissent en de profonds canyons découpant les hauts plateaux, surmontés de reliefs volcaniques postiches, en lambeaux plus ou moins plans, chacun mis en valeur par les agriculteurs. Ces traits de scie peuvent être traversés au prix d’une descente et d’une montée pleine d’embûches le long de sentiers vertigineux, mais, pendant les pluies, la boue et les crues subites les rendent infranchissables. Etre du même pays, c’est être du même côté des rivières, peuplées de génies apaisés par des sacrifices et des combats rituels qui opposent les jeunes hommes en âge de porter les armes (Tubiana, 1966). C’est donc le réseau hydrographique hiérarchisé qui forme la trame des grandes divisions et subdivisions régionales, cadre de l’identification politique et culturelle des individus et des groupes. Together, the pattern of rivers, escarpments, and watersheds appears to have influenced the definition of what might be called macro-regions in Abyssinia : the largest local units in which people tended to interact (Donham, 1986, p. 21) (fig. 7).

  • 42 Le tonnage de café transporté par chemin de fer a été multiplié par cinq de 1920 à 1935 (Donham, 1 (...)

32Et le même auteur ajoute encore : Macro-régions appear to be, in Fernand Braudel’s famous phrase, a structure of the longue durée (Donham, 1986, p. 21) (fig. 4). On doit saluer ici la prémonition remarquable d’Élisée Reclus qui, n’étant jamais allé en Éthiopie, avait le premier pointé l’enjeu éminemment politique de la construction d’un réseau routier qui franchirait les grands cours d’eau. Les Italiens qui consacrèrent 85 % des dépenses du budget de l’Impero à la construction de routes l’avaient-ils lu, lui qui écrivait cinquante ans avant la conquête : « Aussi longtemps que les chemins faciles, suivant les crêtes et franchissant les gorges, ne relieront pas les plateaux les uns aux autres et ne donneront pas au pays la cohésion qui lui manque, l’Éthiopie sera condamnée au régime féodal » (Reclus, 1885, p. 251) ? Tout en manifestant quelques réserves à propos de l’épithète combien ambiguë de « féodal », il faut constater que l’édification d’un réseau routier a entraîné une rupture majeure dans l’histoire et la pratique de la territorialité éthiopienne. Les « enfants des deux côtés de la rivière » sont entrés en contact autrement qu’au cours de joutes et de combats rituels. Les habitants des hauteurs, des vallées et des glacis des dar agär se sont rencontrés dans les marchés à mi-pente dont l’importance a grandi (Bati au Wällo, Aliyu Amba au pied de l’escarpement d’Ankobär). Toutefois, entre les mailles larges du réseau, aux échelles des régions et des micro-régions, en dépit du progrès indéniable du réseau de pistes, l’enclavement est encore la règle. Sans doute, le chemin de fer venu de Djibouti qui effleure les hautes terres du Harärgé avant d’escalader le flanc occidental du rift à la hauteur du coude de Nazrét, avait-il, dès les années 1920, désenclavé les macro-régions méridionales et amorcé une nouvelle pratique/politique de la territorialité. En effet, la croissance des exportations42 et corrélativement, le progrès des cultures de rente ont prioritairement touché les régions au sud d’Addis Abäba atteintes à partir du chemin de fer (Gascon, 1995e). On retrouve de nouveau, l’opposition Nord-Sud, mais une ouverture limitée remontant au maximum à deux générations pèse moins qu’une fermeture de plusieurs siècles.

  • 43 Now it is becoming more and more common to hear people asking, « What are you ? » instead of « Whe (...)

33Encore maintenant, les Éthiopiens s’identifient selon deux repères, l’un horizontal, par rapport aux macro-régions – et de façon plus fine, par rapport aux régions, aux pays [agär] –, et l’autre, vertical, selon l’étagement vécu, plus que selon l’altitude absolue. Deux Éthiopiens qui ne se connaissent pas se demandent : « Qui est ton père ? » et : « De quel pays es-tu »43 ? Or, les régimes politiques qui se sont succédé depuis 1941 ont cherché à diviser le territoire en respectant certains des repères traditionnels, en brouillant ou en effaçant volontairement d’autres selon la conjoncture géopolitique. Les derniers avatars des découpages administratifs de la Grande Éthiopie à la lumière de la réforme fédérale, liée à la démocratisation promise, se confrontent à ces repères (Polhua, 1997).

La montagne la plus construite du monde ?

34Dans la Corne de l’Afrique où les hommes sont installés depuis la plus haute Antiquité, les configurations territoriales, enracinées sur des points hauts et des points forts, des « pivots », se sont, au cours des temps, dilatées et rétractées. Par rapport aux montagnes refuges du Moyen-Orient ou aux montagnes du Cameroun, du Kenya et de la région des Lacs, l’échelle n’est pas la même. Jean Gallais ne se serait-il pas avancé un peu vite en qualifiant l’Éthiopie de « montagne la plus peuplée du monde » (Gallais, 1989) ? Les hautes terres éthio-érythréennes ont à la fois une densité moyenne élevée (80 à 100 h/km2) et des centres de concentration humaine, au sud, trois ou quatre fois plus denses. Tels sont le Guragé : 234,4 h/km2, le Känbata : 360,5 h/km2, le Hadiya : 378,8 h/km2, le Wälayta : 309,9 h/km2, le Sidama : 361 h/km2 et le Gédäo : 515,1 h/km2 (CSA, 2000) (fig. 10). Ces districts dépassent la superficie du Liban, et le Tegray, au nord, est plus peuplé que le Congo. Sans doute, serait-il plus pertinent, du point de vue de l’échelle du temps et de l’espace, de comparer avec l’Amérique andine ou avec les hauts plateaux mexicains. Pourtant, d’une part, il manque un étage car seulement quelques sommets dépassent 4000 mètres (et non pas 6 000 mètres comme en Amérique) et d’autre part, la colonisation est demeurée périphérique : c’est comme si les Espagnols étaient demeurés à Vera Cruz ou à Lima après avoir été défaits par les Aztèques ou l'inca. Il paraît donc plus prudent et plus raisonnable, pour le moment, de se tourner vers l’autre rive de la mer Rouge et vers le Moyen-Orient auxquels se rattachent les mythes historiques fondateurs des « grandes civilisations » de la Corne.

35Xavier de Planhol, dans Les minorités en Islam, géographie politique et sociale, fournit un cadre de réflexion pour comprendre le paradoxe des Tegréens habitants du « Tegray, un cœur qui veut (re)devenir centre » (Gascon, 1998c). Par leur rudesse, leur cohésion et l’âpreté de leurs montagnes, ils font penser aux Alaouites de Syrie, une minorité installée, elle aussi, solidement aux commandes de l’État (de Planhol, 1997). Dans le paragraphe « Les composantes géographiques de l’ethnie » sous-titré « Signification et rôle des ethnies dans le paysage » et plus loin, dans le développement « Les sécessions montagnardes », l’auteur prend en compte les différentes montagnes refuges du domaine arabo-musulman. Il étudie les minorités religieuses dans l’Islam et les montagnes qui, tels les djébels Druze ou Alaouite, sont désignées par un ethnonyme. L’exercice comparatif se heurte à deux difficultés majeures : l’auteur focalise, d’une part, son analyse sur les rapports entre des minorités religieuses et les montagnes et les déserts qui les protègent et d’autre part, envisage un large éventail d’échelles géographiques dans un domaine qui s’étend du Maghreb au Machreq. Dans la Corne, un ensemble plus réduit, d’autres critères entrent en jeu, principalement celui de la langue véhiculaire, déterminant, mais pas exclusif. Peut-on, compte tenu des origines communes des deux monothéismes, reprendre les catégories définies par Xavier de Planhol, tout en sachant qu’il existe toujours des « païens » en Éthiopie, inclassables, et que la situation de minorité et de majorité dépend étroitement de l’échelle des territoires et des critères envisagés ? Il s’agit donc d’esquisser une géographie politique et sociale des hautes terres de la Corne. En effet, les délimitations entre les différentes populations se superposent aux limites physiques des « macro-régions » (Donham, 1986), puis se subdivisent en s’individualisant en unités locales qui ne sont pas plus des « systèmes clos » en Éthiopie qu’au Moyen-Orient (de Planhol, 1997, p. 20).

figure 10. Densité de population (2000)

figure 10. Densité de population (2000)

36Il n’est pas facile de transposer les typologies de Xavier de Planhol en dépit des traits culturels et historiques qui lient Éthiopie, Moyen-Orient et Arabie Heureuse. On doit écarter la « montagne sauvage » comme le djébel Alaouite, en Syrie, où « [la] « sanctification » de l’espace [comme en Éthiopie] ne s’est pas accompagnée d’une véritable emprise sur la nature » (de Planhol, 1997, p. 89). La comparaison des plateaux éthio-érythréens avec leur symétrique de l’autre rive de la mer Rouge, au Yémen, semble plus évidente. Ils sont protégés par un avant-pays de basses terres arides et abritent une population dense d’agriculteurs et planteurs de café et de tchat. Ils dépendent étroitement de pluies tropicales d’été et reçoivent plus de 500 mm de précipitations par an, comme la branche nord-ouest du Croissant aride (Érythrée, Tegré, Wällo) et le Harär où l’on connaît des terrasses et une irrigation très locale. L’auteur range le Yémen parmi les « montagnes intactes, restées occupées par des groupes stables, [qui] témoignent d’une résistance tenace, ayant réussi à tirer parti des ressources offertes par un milieu difficile mais faisant preuve d’une activité moins vigoureuse que dans le cas [des montagnes refuges] » (de Planhol, 1997, p. 54). Une grande partie des hautes terres éthiopiennes notamment celles d’où est partie la grande expansion de la fin du xixe siècle répond également à cette définition : des montagnes refuges « peuplée[s] par des minorités résolues, volontaires, capables de l’initiative qu’implique un déplacement souvent important avec l’installation dans un environnement nouveau » (de Planhol, 1997, p. 54).

37La comparaison avec le mont Liban, montagne refuge « absolue » et plus particulièrement avec « le Liban des Maronites, [qui] au prix d’un immense labeur, fut une montagne reconstruite » s’impose (de Planhol, 1997, p. 65). Un paysage d’occupation dense des plateaux et des pentes, en gros villages, avec de nombreux sanctuaires et monastères, s’est construit dans des montagnes isolées de l’extérieur par de vigoureuses falaises calcaires. On peut faire un parallèle entre la montagne méditerranéenne, « plantée » ou plutôt replantée car menacée de déboisement, et la diffusion fulgurante de l’eucalyptus dans la Corne (de Planhol, 1997, p. 68). La construction du mont Liban n’est pas uniquement le fait des chrétiens maronites. Chez les Druzes ou les chi’ites on observe la même construction des paysages, comme on le remarque sur les plateaux du Harär ou en Somalie heureuse, peuplés de cultivateurs sédentaires musulmans. Des différences se font jour : les maronites ont été ramenés dans l’obédience romaine et ouverts vers l’Occident, alors que les Jésuites ont échoué dans la même tâche, en Éthiopie, au xviie siècle. Tandis qu’au mont Liban, l’optimum de peuplement s’établit entre 1 400 et 1500 mètres, il se situe en Éthiopie et en Érythrée entre 2 000 et 2400 mètres. Les préoccupations stratégiques sont présentes tant au Moyen-Orient que dans la Corne mais le paludisme et la trypanosomiase infestent toujours les basses terres de la péninsule africaine alors qu’ils ont disparu des rives de la Méditerranée. La grande différence, c’est celle de l’échelle : dans la Corne de l’Afrique on trouve facilement l’équivalent d’une cinquantaine de Liban pour la superficie et une vingtaine, quant à l’effectif de la population. Le mont Liban a la taille des subdivisions des macro-régions, les awrajja ou provinces, réunies en zones depuis 1991. « Montagne la plus peuplée du monde », la Corne de l’Afrique est aussi la montagne la plus construite du monde : c’est un espace organisé pour la résistance ou la conquête.

La Grande Éthiopie ou le réveil des montagnes refuges

38La plus grande montagne refuge du monde au sens où l’entend Xavier de Planhol, la Corne de l’Afrique, est elle-même divisée en autant de massifs refuges et de massifs intacts soit à l’échelle des macro-régions soit à l’échelle des actuelles zones, subdivision des nouveaux kellel, les régions-États de l’Éthiopie fédérale. La Grande Éthiopie qui occupe la plus grande partie des hautes terres naquit, au siècle dernier, de l’expansion des vieilles macro-régions, cœur des royaumes chrétiens, peuplés de sédentaires, céréaliculteurs et locuteurs de langues sémitiques. Pour reprendre Xavier de Planhol, des « montagnes intactes », depuis le jihad du xvie siècle et les migrations des Oromo, redevinrent des « montagnes refuges » dans les dernières décennies du xixe siècle. Reconquista voulue par la Providence, selon la tradition, elle rappelle la reconquête de l’Espagne contre les Maures, mais animée par des negus messianiques. Elle apparut aussi comme une « colonisation intérieure » ou une forme africaine et forcément plus perverse, du mouvement de colonisation dont les Européens furent les acteurs ou le « stade suprême » de l’impérialisme-chauvinisme grand-éthiopien... Cette dilatation spatiale prodigieuse et de plus contemporaine de l’échec des Italiens a suscité et suscite bien des débats. Ils se focalisent plutôt sur la légitimation, sur la légende noire ou dorée de la conquête que sur les étapes de son déroulement, sur sa coïncidence éventuelle avec les grandes divisions horizontales et verticales de l’espace, sur le contexte historique et les représentations géopolitiques. On condamne, loue, ou s’émerveille, mais on ne pose que rarement la question du comment. L’observation d’une carte montrant la dilatation du territoire éthiopien entre 1875 et 1905 fait comprendre le vertige qui a pu saisir les contemporains de Menilek devant un tel succès.

Notes

18 Asfaw Edessa, A Micro-Geographical Study of Mankata, B. A. thesis (Geography), HSIU, Addis Ababa, 1970.

19 Maud Bayon et Christophe Placet, Études des systèmes agraires dans la région de Jimma (Éthiopie), mémoire INAPG, 2000.

20 Littéralement : bouche de vache (c’est-à-dire ce que la vache a brouté).

21 Dans les rapports des stages d’étude des systèmes agraires dirigés par Hubert Cochet à l’INAPG (1995-2000), ceux « qui s’en sortent » ont deux bovins et une exploitation supérieure à la moyenne nationale (1,5 hectare). En dessous, la surface est insuffisante pour leur nourriture. Plus de la moitié des exploitations sont inférieures à 1 hectare (Gallais, 1989).

22 Guillaume Duteurtre, Compétivité prix et hors-prix sur le marché des produits laitiers d’Addis Abeba (Éthiopie) : la production fermière face à ses nouveaux concurrents, thèse, Montpellier, 1998.

23 Les Éthiopiennes, au Tegray notamment, fixent leur chevelure avec du beurre rance (cf. Duteurtre).

24 Guizota abyssinica.

25 Cf. la thèse d’ethnobotanique d’Élisabeth Chouvin (2003) sur les oléagineux en usage en Éthiopie.

26 Le Därg a engagé, à l’aide du Food for Work Programme, le reboisement autoritaire des versants raides du rebord des plateaux du Choa et du Wällo (mission 2006).

27 En guragé, langue sémitique, ce mot est formé avec la même racine verbale : arrasa [labourer] que le mot araire maräsha en amharique.

28 Haylä Sellasé après son couronnement en 1930.

29 L’appelation Sidamo ou Wällägga est apparue sur les étiquettes.

30 Georges Risoud qui faisait preuve de réelles compétences en oromo.

31 Institut national agronomique de Paris-Grignon.

32 Les feuilles du gésho (Rhamnus prinoides) sont additionnées à l’hydromel pour faire le täj.

33 Käfa n’a rien à voir avec café qui dans toutes les langues éthiopiennes se dit butina.

34 Témoignage d’Endaläw Regassa (1969-1971).

35 Plutôt 80 % selon Mohamed Guedda de l’ISERST/CRÉD de Djibouti.

36 D’après le titre d’une chanson de Charles Trénet.

37 Le pavillon de l’Éthiopie à l’Exposition universelle d’Osaka (1967) était une maison guragé, remarquée par de nombreux visiteurs (témoignage de Jacques Dubois).

38 Élisabeth Chouvin décrit l’opposition entre le devant et l’arrière de la maison à Aliyu Amba (Chouvin, 2003).

39 Menilek défendit qu’on dise « guragé » pour héler un coolie.

40 Cécile Marque et Valérie Rosenwald, Étude des systèmes agraires d'une petite région du nord de l’Éthiopie, DEA, INAPG, 1996.

41 Ethiopian Airlines appelle ainsi la ligne qui dessert Aksum, Lalibäla et Gondär, hauts lieux du tourisme monumental.

42 Le tonnage de café transporté par chemin de fer a été multiplié par cinq de 1920 à 1935 (Donham, 1986). Confirmé par Michel Pasteau et Vincent Basuyau.

43 Now it is becoming more and more common to hear people asking, « What are you ? » instead of « Where is your country » (Mesfin 1972, p. 24) ? Avec la promotion de l’ethno-fédéralisme, la question : « De quel pays es-tu ? » est redevenue d’actualité. Elle l’est toujours restée.

Table des illustrations

Titre photo 5. Un paysan métcha (décembre 2000). À 10 km à l’est d’Ambo, vers Métti
Légende À l’aide de sa houe, il prépare le sol pour de futures semailles autour de sa maison dans l’attente des petites pluies de janvier-février.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30291/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre photo 6. Wälayta (décembre 2000)
Légende Labour à l’araire sur les plateaux plus bas en se dirigeant vers l’Omo et Jimma. L’araire est arrivé, il y a un siècle, avec les Choans de Menilek.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30291/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre photo 7. Gudär (décembre 2000)À 13 km à l’ouest d’Ambo
Légende Marché du lundi, l’un des plus importants d’Éthiopie pour les bestiaux. Plaques de métal, de fabrication locale, sur lesquelles les femmes cuisent la crêpe d’enjära.Au fond un énorme sycomore.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30291/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 287k
Titre figure 9. Paysages et systèmes agraires des hautes terres d’Éthiopie et d’Érythrée
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30291/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre photo 8. Pays Guragé (Est)(mars 1990)Route entre Mälka Qunturé et Butajira. Marché proche de Tiya
Légende Bärbäré et mitmitta (poivre rouge, Capsicum) mis à sécher avant d’être réduit en poudre. On le consomme dans le wät mais surtout avec la viande crue, notamment le kätfo (hachis) des Guragé.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30291/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 303k
Titre photo 9. Aux abords de Jimma (décembre 1995) Oromiyaa
Légende Le « cœur » de l’ensät.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30291/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre photo 10. Wälayta (décembre 2000)
Légende Houe à deux dents pour aérer les racines des ensät et les désherber.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30291/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre photo 11. Dilla (Gédäo) (décembre 2000)
Légende Triage du café.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30291/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 305k
Titre photo 12. Wälayta (décembre 2000)
Légende Maison traditionnelle. Derrière le jardin. Noter, sur le devant, la pelouse, où on reçoit les hôtes, et les fleurs, à gauche.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30291/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 306k
Titre photo 13. Wälayta (décembre 2000)
Légende Le pilier central de la maison et le toit tressé avec des bambous.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30291/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 278k
Titre photo 14. Pays Guragé (Est) (mars 1990). Route entre Mälka Qunturé et Butajira. Marché proche de Tiya
Légende Qotcho : pâte formée des pseudo-troncs d'ensät râpés par les femmes et conservée quelques mois dans le sol. Déballé, au premier plan, des feuilles d’ensät et emballé, en haut de la photo, avec des cordes de fibres d’ensät.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30291/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 263k
Titre photo 15. Dorzé (décembre 2000). Route vers Tchäncha
Légende Maison dorzé couverte de petites tuiles de bois. Noter les enclos faits de claies de bambous.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30291/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 283k
Titre photo 16. Konso (décembre 2000)
Légende Maison collective destinée à accueillir tous les jeunes hommes d’une classe d’âge qui habitent ensemble.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30291/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre figure 10. Densité de population (2000)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30291/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 253k

© Éditions de la Sorbonne, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540