Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sur les hautes terres comme au ciel

 | 
Alain Gascon

Introduction

Texte intégral

« [...] l’Éthiopie qui est une réalité vivante et qui se moque bien de nos histoires. »
Marcel Griaule, La Peau de l’ours, NRF, 1936.

Localiser une Terre sainte

  • 1 La Bible fut traduite en guèze [Mätsähaf Qeddus] à partir de la Septante.
  • 2 Habäsha est aussi le journal de l’opposition pan-éthiopienne au gouvernement actuel.

1À quelles dénominations territoriales actuelles correspondent Éthiopie, Abyssinie, Nubie, pays de Kush, pays de Punt, Afrique... dans les textes anciens ? Abyssinie et Abyssin viennent d’une racine trilitère commune aux langues sémitiques qui donne hbsht et habäsha nom par lequel les Éthiopiens se distinguent des étrangers [färänj ou francs], La Bible dans la version grecque de la Septante traduit habäsha par Αιθιπια et Αιθιοψ qui ont donné Éthiopie et Éthiopien1. Hérodote, Strabon et les autres auteurs grecs désignaient ainsi le pays des visages brûlés (donc noirs) comme en arabe, on appelle Bilâd as-Sûdân, le pays des Noirs. L’usage n’était pas encore fixé au xviiie siècle : Éthiopie signifiait toujours l’Afrique sub-saharienne et Nubie correspondait aux territoires en amont d’Assouan, comme longtemps Afrique s’appliqua à la Tunisie et à l’est de l’Algérie (Fogel, 1997). Je ne suivrai pas les auteurs – souvent peu familiers de l’Éthiopie – qui, sans précaution, réservent Abyssinie aux hautes terres chrétiennes et sémitiques du Nord et Éthiopie à l’État éthiopien dans ses frontières acquises pendant le règne de Menilek IL Ils méconnaissent ainsi l’usage des Éthiopiens (qui se présentent comme Habäsha2) et ignorent des configurations territoriales, pourtant attestées dans l’histoire. Au xxe siècle, Éthiopie, le nom officiel, s’est imposé, face à Abyssinie, appellation quelque peu tombée en désuétude comme Perse l’est face à Iran. Néanmoins, le débat n’est pas clos et des auteurs utilisent encore le nom d’Abyssinie.

  • 3 Täwahedo (racine wähadä ; Baeteman, col. 749), signifie unification, fusion : dans la personne du (...)

2La croyance commune des Éthiopiens chrétiens « orthodoxes » täwahedo3 (et des protestants et des catholiques, minoritaires) et non chrétiens est enseignée par l’Église éthiopienne et... par les écoles publiques éthiopiennes. Elle fait de la reine de Saba qui visita Salomon selon l’Ancien Testament (I Rois X 1-13 et Chroniques IX 11-12), la reine de l’Éthiopie sous le nom de Makeda. D’après les manuscrits du Kebrä Nägäst [La Gloire des rois] rédigés en guèze à partir de sources orales et écrites (sans doute traduites de l’arabe), la reine séduite par Salomon en eut un fils, Menilek. Quand il atteignit l’âge adulte, son père, inquiet pour son trône, le renvoya à sa mère, accompagné des premiers-nés des grands d’Israël. Il déroba les Tables de la Loi et les emporta à Aksum où elles demeurent toujours, dans le trésor de l’église de SionITseyon (Tubiana, 2001). Les Éthiopiens descendent donc des compagnons de Menilek Ier, fils de Salomon et de la reine de Saba. Les historiens ont établi que la rédaction du Kebra Nagast date des xive et xve siècles (Beylot, 2000). Ces textes, postérieurs à la restauration des souverains salomoniens (1270), légitimaient la nouvelle dynastie en lui attribuant une origine biblique. Ils établissaient également la primauté d’Aksum et du christianisme sur Jérusalem et le judaïsme (Tubiana, 2001).

  • 4 Pour Maxime Rodinson, le plan tripartite est inspiré des assemblées des premiers chrétiens (Gerste (...)

3En 1955, la constitution éthiopienne affirmait que Haylä Sellasé était le 225e descendant, en droite ligne, de Salomon et de ce fait, cousin du Christ, lui-même de la lignée de David, fils de Salomon. Bien d’autres faits accréditent cette identification : le plan généralement circulaire des églises, calqué sur celui du Temple de Jérusalem4, l’observation des prescriptions, notamment alimentaires, de la loi de Moïse dans le Deutéronome, l’appartenance du guèze et en conséquence des langues apparentées (tigrigna/tegreñña, amharique/amhareñña, tigré, guragé, argobba, gafat) à la famille sémitique (afro-asiatique). Dans la toponymie, les références à l’Ancien Testament (Däbrä Líbanos, Däbrä Sina) et au Nouveau Testament (Bétä Lehém [Bethléem], Däbrä Tabor, Nazrét, Däbrä Zäyt [Mont des Oliviers]) ne sont pas non plus anodines surtout quand elles se substituent à des noms indigènes, païens. Au xiiie siècle, le roi Lalibäla fit excaver dans les roches volcaniques du Lasta, dans sa capitale Roha, une Jérusalem hypogée, arrosée par une rivière appelée Jourdain. En septembre 1969 à Addis Abäbä, Haylä Sellasé assistait, entouré du haut clergé et de milliers de fidèles, à la cérémonie de Mäsqäl [fête de l’Exaltation et de l’Invention de la Croix], Il était escorté de gardes impériaux dont l’épaulette montrait une étoile de David ayant en son centre, la croix.

Le royaume des cieux sur la terre

  • 5 Je n’en connais pas l’auteur. Victor Francen (né en 1888, cessa de tourner au cinéma en 1964) y jo (...)

4En d’autres temps et en d’autres lieux, des hommes ont voulu anticiper le royaume des cieux sur la terre pour en hâter la venue. Ainsi, la pièce Sur la terre comme au ciel5 campait-elle, comme le récent film Mission de Roland Joffé, le supérieur des Jésuites en charge des Réductions de l’actuel Paraguay où l’ordre avait voulu établir un État modèle, inspiré par l’Évangile. Les pères entendaient protéger les Guaranis de l’appétit de colonisation des Portugais et des Espagnols et, même par la coercition, bâtir sur terre, le royaume des deux (Muratori, 1983). Or, la capitale du royaume éthiopien chrétien, au xvie siècle, s’appelait Mängestä Semayat, littéralement royaume des deux (Mohammed, 1990). Les Éthiopiens, des Israélites qui ont accueilli la Bonne Nouvelle et le Messie, Verus Israel, habitent une Terre sainte. Ils ont trouvé dans ce messianisme enraciné dans les hautes terres, plus proches de Dieu, l’espérance opiniâtre qui contribua au cours des siècles, à les unir ou à les réunir afin de repousser toutes les tentatives de conquête, de protection, de colonisation. Il va de soi que d’autres causes entrèrent en jeu : des canyons impaludés découpent la montagne-forteresse et enserrent des plateaux-bastions bordés de falaises formidables, hautes de plus de 1000 mètres. Ils sont donc inaccessibles pour une troupe fatiguée par une longue marche d’approche effectuée soit sous des sécheresses implacables soit sous des pluies diluviennes ; en outre, une fois atteinte, la citadelle, densément peuplée, est prête à se défendre contre des assaillants, souvent rivaux et venus de lointaines contrées d’au-delà des déserts ou d’au-delà des mers. Pourtant, la forteresse n’est pas restée inviolée. Au xvie siècle, Ahmed Graññ [le Gaucher] conquit toutes les provinces des hautes terres, en partant, il est vrai, des plateaux du Harär. En 1868, l’expédition de sir Robert Napier, venue de Bombay, parvint au cœur du royaume de Téwodros. Les Italiens en 1935-1936, puis les Alliés, en 1941, prirent d’assaut les hauts plateaux. Or, à chaque fois, les conquérants victorieux avaient su s’assurer de complicités à l’intérieur. On en revient donc aux facteurs de cohésion interne et à leur limite.

5Sur les hautes terres, Terre sainte donnée par Dieu, règne un ordre spatial et social, voulu par Lui, selon une topographie sacrée, réseau de hauts lieux couronnés par autant de sanctuaires : églises ou monastères. L’étagement bioclimatique entre donc dans ce système de valeur caractérisé par T« étage obsidional », l'« étage de commandement » situé dans les sommets (Gallais, 1995). La mémoire collective éthiopienne enseigne que des basses terres périphériques, où vivent des populations hostiles prêtes à fondre sur le Peuple élu, ne peuvent venir que des dangers : épidémies, épizooties, invasions, jihad ? Encore en 1975, les fonctionnaires, envoyés pour hâter la mise en œuvre de la Réforme agraire et qui bouleversaient l’ordre divin, furent excommuniés comme impies par les évêques, du moins dans le Nord !

6Au nord comme au sud sur les plateaux, mais également dans les basses terres, les chrétiens, les musulmans ou les « païens » révèrent les sources, les cours d’eaux et les lacs. Il s’y déroule toujours des pèlerinages, des fêtes religieuses, des cultes, des combats rituels qui attirent les foules des régions voisines et même de plus loin. Les sanctuaires et les monastères attirent un clergé séculier nombreux, des laïcs et des moines engagés dans le service religieux et agrègent un peuplement dense. Les disciples des saints musulmans groupés dans des confréries s’installent autour de leurs tombeaux en zawiya/jamaaca (des Somali) qui forment un réseau serré de noyaux de peuplement et qui influent sur la répartition de la population.

L’« âge des extrêmes » : trente ans qui ont changé l’Éthiopie et la Corne

7Faute d’avoir tenu compte de ces modèles de représentations sociales, politiques, messianiques, combien de concepteurs de projets ou de rédacteurs de programmes de développement ont stigmatisé, à grand renfort de rapports, les paysans et leur esprit de routine, leur attachement « irraisonné » à la terre ou au troupeau, parfois épinglé « koulakisme », comme en URSS après la collectivisation de 1929.

Temps long et accélération de l’histoire

  • 6 « Spleen LXXVI », Œuvres complètes, Paris, Gallimard, « La Pléiade », 1961, p. 69.
  • 7 Dans la Préface de la Méditerranée : « Une histoire quasi immobile, celle de l’homme dans ses rapp (...)
  • 8 Paraphrase du titre du film de Bertrand Blier : Hitler, connais pas !

8Qui entre en Éthiopie pénètre, bon gré mal gré, dans « 3 000 ans d’histoire ». Un Éthiopien pourrait dire à l’exemple de Baudelaire : « J’ai plus de souvenir que si j’avais mille ans.6 » Quand Fernand Braudel écrivait : « Pays de la longue durée, d’une histoire quasi immobile »7, « hors du temps », il ne songeait pas à l’Éthiopie alors que tous, historiens comme anthropologues, notamment anglosaxons, font référence au temps long braudélien (Donham, 1986). En outre, seule en Afrique, l’Éthiopie peut fièrement proclamer : « La coupure coloniale connaît pas ! »8, même si la conquête italienne, aussi courte qu'elle ait été, l’a marquée beaucoup plus qu’on ne le pense.

  • 9 Laitin et Samatar, Nation in Search of State.

9Toutefois, ces trente dernières années, l’Éthiopie a subi l’accélération de l’histoire : qu’on en juge, elle a vécu et vu, tour à tour, le déclin et l’écroulement de l’Ancien Régime, puis l’élan irrésistible de la jeune Révolution puis la fossilisation de cette Révolution qui se voulait exemplaire, puis son échec et enfin l’avènement douloureux d’une après-Révolution encore indécise, toujours surprenante. Au milieu des guerres, des famines et des coups d’État, l’Éthiopie (et l’Érythrée) sont passées par les extrêmes d’un césaropapisme byzantin à un marxisme officiellement athée, militaire et nationaliste puis à un libéralisme affiché où apparaissent, en palimpseste, le nationalisme et le poids de l’État. Les bouleversements qui affectent la Somalie, nation à la recherche d’un État9, ne sont pas moins extrêmes : partage colonial de la Pastoral Democracy (Lewis, 1961), puis décolonisation et unification incomplètes et enfin échec du marxisme militaire et nationaliste sous Siyaad Barre. Alors que la fuite honteuse de Mängestu n’a pas entraîné la fin de l’État éthiopien, même amputé de l’Érythrée, le renversement du dictateur somalien a provoqué la disparition, corps et biens, de l’État somalien pourtant le plus homogène – du point de vue « ethnique » et linguistique – de la Corne de l’Afrique. Autre paradoxe : la sécession érythréenne a été immédiatement reconnue, dès avant le référendum de mai 1993, par la communauté internationale qui refuse toujours d’entériner l’indépendance du Somaliland, « créature » coloniale à l’instar de l’Érythrée.

  • 10 La majorité des Éthiopiens n’a pas connu Haylä Sellasé et pourtant, on répète : Bä Jan hoy gizé, t (...)
  • 11 Juges, XXV, 21 (cité par Abir, 1968) : « En ces jours-là, il n’y avait pas de roi en Israël. Chacu (...)
  • 12 Localité disputée entre l’Éthiopie et l’Érythrée depuis mai 1998.
  • 13 Gidéon Abbay Asmeron : « Pride for Repeating a Shameful History », Visafric, 23 juin 2000.

10Un singulier enchevêtrement des échelles temporelles et l’emboîtement complexe des échelles spatiales déroutent les chercheurs. En effet, ils ont souvent l’impression que tout a changé et que rien ne change ou qu’on leur affirme une chose et son contraire s’ils ne délimitent pas à la fois un échelon territorial et une périodisation précise10. En travaillant en Éthiopie, avec les Éthiopiens et... en Érythrée avec les Érythréens, on côtoie tous les jours des peuples se réclamant de 3 000 ans d’histoire. Tous les étrangers ont été d’emblée frappés par la dimension historique partout présente chez ceux qui se réclament de la civilisation éthiopienne que ce soit la culture des lettrés ou des souverains, que ce soient les références des militaires marxistes ou des habitants ordinaires du Métcha d’Ambo ou d’Addis Abäba. Toute actualité est rattachée et interprétée à la lumière d’épisodes passés plus ou moins mythifiés. Ainsi, au xixe siècle, les chroniqueurs dénommèrent-ils Zämänä Mäsafent, en référence au temps des Juges de l’Ancien Testament11, la période d’affaiblissement du pouvoir central commencée en 1769 et terminée en 1855, par le coup de force du negus Téwodros II – le modèle du camarade-président Mängestu – ; ainsi, Menilek II prit-il comme nom de règne celui du fils mythique de la reine de Saba et de Salomon. Plus récemment, les manifestants qui saluèrent, fin février 1999 à Addis Abäba, la « reprise » de Badmé1212 sur l’armée érythréenne scandaient : Yä Adwa del bä Badmé tädäggäma [La victoire d’Adwa s’est répétée à Badmé]. Pour eux, la coïncidence, à une semaine près, avec la bataille d’Adwa, les 29 février et 1er mars 1896, n’était pas fortuite. De même, afin de stigmatiser avec une vigueur encore accrue les destructions perpétrées lors de l’offensive éthiopienne de mai-juin 2000 dans les basses terres du sud-ouest de l’Érythrée, un journaliste érythréen s’en prend à ras Alula qui, envoyé, en 1886, par Yohannes IV (ex-ras du Tegray) combattre les mahdistes, dévasta les mêmes régions13. Peu lui importe le contexte historique différent : les Éthiopiens détruisent par atavisme comme il y a plus d’un siècle, leurs ascendants ont détruit...

Sortir du temps cyclique ?

  • 14 Notamment par moi-même.

11Pour les médias, l’Éthiopie et la Corne de l’Afrique tout entière apparaissent comme un des « trous noirs » dans un continent « accablé » de tous les maux. Pourtant, il faut inlassablement rappeler que les famines de 1973-1974 et de 1984-1985, aussi terribles qu’elles aient été, n’ont affecté que trois régions administratives sur les quatorze que comptait l’Éthiopie (alors avec l’Érythrée). Par ailleurs, la terreur, révolutionnaire et contre-révolutionnaire, n’a sévi que dans la douzaine des villes les plus importantes et les ravages de la guerre n’ont vraiment touché que le Nord. D’autres faits graves n’ont pas eu le retentissement qu’ils auraient dû avoir. Les travaux récents, appuyés sur des témoignages convergents, révèlent l’étendue et la gravité des persécutions religieuses, trop longtemps sous-estimées14. En effet, le patriarche Téwoflos de l’Église éthiopienne et le pasteur Guddinaa Tumsaa de l’Église évangélique Mäkannä Iyyäsus, des prêtres et des dignitaires musulmans furent exécutés. On ne compte plus ceux qui, avec les simples fidèles, furent emprisonnés et battus (Eide, 2000).

12Le compartimentage de la Corne rend, en effet, très difficile la mesure de l’étendue spatiale et temporelle d’une épidémie, d’une épizootie, d’une famine ou d’une rébellion (d’une persécution) alors que la maladie, la disette ou l’insécurité règnent à l’état endémique, depuis des siècles, dans de larges portions du territoire. Nous n’en avons connaissance qu’à partir du moment où une poussée plus forte déborde sur une région suffisamment étendue pour qu’on y trouve un bourg, échelon administratif du pouvoir central, qui puisse répercuter la mauvaise nouvelle. Il faudrait étendre à l’ensemble des catastrophes les méthodes utilisées par Mesfin dans Rural Vulnerability to Famine in Ethiopia : 1958-1977. Il montre comment, à partir de poches endémiques de famine (au nord et dans les périphéries est et sud), la disette a d’abord touché les régions les plus vulnérables pour s’étendre jusqu’en 1973-1974 au nord d’Addis Abäba puis refluer sur ses positions de départ (Mesfin, 1984). Il serait préférable de parler de poches de déficit chronique de subsistances localisées dans le Croissant aride (Gallais, 1989). La notion de « vulnérabilité rurale », telle que la définit Mesfin, inclut toutes les composantes du système géographique : aléas climatiques, enclavement, système agraire, pression démographique, conjoncture économique, encadrement sociopolitique...

  • 15 Dans sa thèse, Aden Mohamed Dilleyta a voulu estimer l’extension de la famine de 1984-1985 en se b (...)

13Quand la nouvelle d’une crise surgit dans l’actualité, c’est après un long cheminement souterrain si bien que, même résidant en Éthiopie15, il est difficile de mesurer, de visu, sur-le-champ, son étendue et sa durée. Combien d’étrangers, lors de leurs séjours en Érythrée, lors de leurs passages au Wällo et au Tegray, et à plus forte raison, en demeurant à Addis Abäba, ont ignoré les catastrophes qui affectaient ces régions ? En outre, au contrôle de l’information par les pouvoirs s’ajoutent toujours la tradition du secret et des rumeurs mais également les difficultés matérielles à localiser précisément dans le temps et dans l’espace l’origine de la mauvaise nouvelle. En Éthiopie (en Érythrée, à Djibouti), les chercheurs enquêtent toujours après coup et doivent écouter et comprendre la relation de faits, racontés et interprétés, qu’on leur rapporte. Dix ans après, les souvenirs fidèles de la famine de 1958-1959, famine à laquelle seulement trois auteurs font référence, demeuraient dans l’esprit des paysans du Métcha (Greenfield, 1964 ; Gilkes, 1975 ; Mesfin, 1984). La recherche se heurte à la difficulté de mettre en place des cadres de référence dans un État grand comme deux fois la France ! Comment débrouiller l’écheveau des échelles spatiales et temporelles ?

14La Révolution de 1974 qui n’entrait dans aucune expérience historique et qui intéressait le territoire national tout entier interrompit la succession cyclique des temps pour plonger l’Éthiopie et les Éthiopiens dans l’inconnu, un peu comme les Français en juillet-août 1789.

Révolution, révélation

15La prise de parole qui accompagna la Révolution en fit une révélation : ce « grand déballage » confirmait bien des hypothèses de travail à propos du système de tenure et d’imposition, qui était le pilier de l’Ancien Régime depuis la Reconquista du Sud, œuvre majeure du règne de Menilek II. Au Nord, les étudiants, surpris, se heurtèrent à la résistance opiniâtre des paysans, pourtant parmi les plus misérables, à la réforme agraire et à la campagne d’alphabétisation [Zämächa]. Certes, cette opposition radicale s’appuyait sur la méfiance des Amhara et des Tegréens à l’encontre d’Addis Abäba, cette ville sans histoire, sans monuments, sans traditions. Les habitants du cœur du royaume chrétien, malades de la famine, de la sécheresse, de la guerre, s’accrochaient aux systèmes de tenure et d’imposition traditionnels qu’ils tenaient pour une partie d’eux-mêmes. Au même moment, imperturbablement, les étrangers, plus familiers des réceptions dans la capitale que des paysans et des campagnes, prédisaient (et prédisent toujours) le prochain éclatement de l’Éthiopie par la sécession des provinces du Sud et plus particulièrement des territoires peuplés d’Oromo alors que le contraire se produisait sous nos yeux. Tous, étrangers comme Éthiopiens, ont sous-estimé l’attachement des paysanneries du Nord à leur système de tenure : ferait-il éclater l’Éthiopie, même si la suture entre le vieux cœur du Nord et les nouvelles provinces du Sud-Est était encore visible, sensible et toujours douloureuse ? En 1975, la mobilisation unanime des professeurs, des élèves et des soldats dans la Zämächa, entraîna le ralliement, d’abord enthousiaste puis raisonné, des paysans au régime militaire. Bien après la chute de Mängestu, les observateurs à l’intérieur de l’Éthiopie, n’ont pas vu venir la guerre éthio-érythréenne de 1998, mais, il est vrai qu’ils résident surtout à Addis Abäba, loin du nord. En politique extérieure, les deux régimes avaient aligné leur position lors de la tension entre l’Érythrée et le Soudan et pendant le conflit des îles Hanish (1995-1996), entre l’Érythrée et le Yémen.

Les temps changent comme l’espace et les territoires

  • 16 Elle est sortie renforcée des élections législatives de mai 2005.

16Avec la Révolution, l’actualité entre de plus en plus souvent en « collision » avec le temps long, immobile voire cyclique : les années qui portent le nom des Évangélistes, selon l’usage éthiopien, se répètent selon un cycle de quatre ans. À l’année de Marc succède l’année de Matthieu, puis l’année de Luc et enfin celle de Jean, ainsi de suite. De plus, les règnes de deux derniers negus marquants ont été particulièrement longs à l’aune de la durée moyenne de la vie d’un Éthiopien : de 1889 à 1913 pour Menilek II (et depuis 1868 comme roi du Choa) et de 1930 à 1974 pour Haylä Sellasé (et en tant qu’héritier du trône depuis 1916 sous Zäwditu, reine des rois de 1916 à 1930). La Révolution a instauré une rotation beaucoup plus rapide du personnel politique même si Mangestu exerça le pouvoir sans partage de 1977 à 1991. Après une période de transition (1991-1994) où Mälläs Zénawi, l’actuel Premier ministre, à la tête des fronts tombeurs de Mangestu, tint avec un petit groupe les rênes du pays, le régime est obligé de composer avec une assemblée où l’opposition, certes faible16, existe malgré tout, avec des régions-États et avec une presse indocile qu’il tente de mettre au pas. C’en est fini du temps où les deux journaux, officiels comme il se devait, Ethiopian Herald et Addis Zämän [Temps nouveau, Ère nouvelle], affichaient toujours en première page, un portrait du vieux negus, parcourant, sans relâche, ses États et le monde.

La Grande Éthiopie, une Éthiopie aux abois

  • 17 Haile Gerima, Adwa, une victoire africaine, 1999. Film diffusé sur Arte, 1er octobre 1999.

17La Grande Éthiopie, cette énorme dilatation territoriale, fruit de la Reconquista du Sud entreprise sous Menilek, est interprétée par les historiens comme une rupture majeure qui inaugura une ère nouvelle de l’histoire éthiopienne (fig. 1). Pour les lettrés éthiopiens et dans les livres scolaires, cette re-conquête apparaissait comme le juste retour de parties de la Terre sainte indûment arrachées à leurs maîtres légitimes. Son succès même apportait la démonstration que Dieu n’abandonnait pas Sa promesse pourvu que Son peuple lui fût demeuré fidèle. Pourtant, les trois souverains (Téwodros, Yohannes et Menilek) qui préparèrent l’entrée de l’Éthiopie dans le « concert des nations » et enfin à la SDN, en 1923, perçurent, plus que leur entourage, les transformations de l’ordre territorial international et régional. La pénétration profonde du corps expéditionnaire britannique au cœur du Wällo, en 1868, avait montré que les Européens étaient capables d’enlever la forteresse Éthiopie pourvu qu’ils en aient pris les moyens techniques et qu’ils se soient assurés des complicités à l’intérieur. Yohannes puis Menilek durent inlassablement courir aux frontières pour repousser les Égyptiens entraînés par des Européens, les mahdistes et les Italiens jusqu’à la victoire d’Adwa, en 1896. Cette fameuse bataille, célébrée comme la victoire du continent africain17, fut moins qu’on le dit, un affrontement entre d’un côté, les Italiens et de l’autre, les Éthiopiens, seuls. En effet, Menilek bénéficia du soutien diplomatique des Russes et de la France et même, un peu plus. La presse française prit le parti de l’Éthiopie et surtout, Mondon-Vidailhet, représentant officieux de la République française à Addis Abäba assura d’opportunes livraisons d’armes (Rouaud 1997a). De plus, dans les armées italiennes, les ascari [supplétifs], recrutés en Érythrée, formaient de loin, le plus gros des bataillons et, faits prisonniers, ils subirent de cruelles représailles de la part des vainqueurs (Palma, 1999).

18Sans doute, Menilek a-t-il, le premier, pris conscience que l’Éthiopie ne pourrait résister à la pression de ses voisins en demeurant dans son « splendide isolement ». En 1891, tout juste couronné, il précisa, dans une circulaire aux Puissances, ses objectifs territoriaux en prenant soin de les localiser par rapport aux grands marqueurs topographiques (fleuves, notamment). Dans l’accord signé avec la France, en 1894, il insista pour qu’un chemin de fer, venu de la Côte français des Somalis, rejoignît sa capitale. Vainqueur à Adwa, en 1896, il fit preuve de mesure et de prudence dans ses exigences à l’encontre des possessions européennes. Il prit la précaution de faire annexer des cartes aux traités délimitant ses possessions. Plus tard, Haylä Sellasé, alors régent ras Täfäri, entouré d’éduqués à l’européenne surnommés les « japonisants », s’inspira ouvertement de l’empereur Meiji (Hidéko, 1998). Il envoya des représentants aux négociations de Versailles, en 1919, et fit adhérer l’Éthiopie à la SDN, en 1923. Reçu avec les honneurs par les chefs d’État, au cours de son long voyage en Europe, en 1924, il se retrouva néanmoins seul, en 1935, face à l’agression italienne. Rétabli sur le trône en 1941, mais soumis à la tutelle britannique, Haylä Sellasé, afin de s’en émanciper, rencontra, en 1944, Roosevelt à Suez. Peut-être avait-il pressenti le rôle mondial des États-Unis dont l’Éthiopie devint le plus fidèle allié en Afrique, jusqu’à la Révolution. Ethiopia at Bay [L’Éthiopie aux abois] tel est le titre de l’ouvrage de mémoires publié par John H. Spencer, conseiller diplomatique états-unien du negus de 1936 à 1974. Ce livre montre un souverain qui, tout en protestant de son lien privilégié avec les États-Unis, participait aux conférences des non-alignés et s’entretenait avec Nasser, N’Krumah, Tito, Hammarksjöld, les dirigeants soviétiques et Mao Zedong ! Le negus, retors, aurait-il désavoué la permutation d’alliance de 1977 qui vit l’Éthiopie révolutionnaire pressée par l’offensive somalienne et l’embargo sur les armes décrété par Jimmy Carter, se retourner vers l’URSS, pourtant alliée de la Somalie ? Afin de sauvegarder la Terre sainte, les rois du xvie siècle avaient appelé au secours les Portugais, hérétiques, ceux du xixe siècle s’étaient alliés, tour à tour, avec les Européens et leurs adversaires musulmans alors, pourquoi ne pas acheter de l’armement auprès des Soviétiques, même athées ?

Des États pauvres peuvent-ils prétendre à la puissance ?

  • 18 L’Éthiopie est membre fondateur de l’ONU.
  • 19 L’OUA (Union africaine en 2002) siège, depuis 1963, à Addis Abäba où plus de cent ambassades sont (...)

19Les dirigeants éthiopiens semblent obnubilés par les débats géopolitiques aux échelles mondiales18, régionales (Corne de l’Afrique, Moyen-Orient, Afrique de l’Est) et plus tardivement continentales19 au point qu’ils perdent de vue la politique intérieure et surtout l’échelle régionale maintenant que l’État a acquis une structure fédérale. C’est ce reproche d’indifférence que la presse internationale adressa à Haylä Sellasé et à Mängestu alors que sévissaient les famines et c’est la critique faite au gouvernement éthiopien qui a engagé des dépenses considérables en vue de lancer l’offensive « finale » de mai-juin 2000 contre l’Érythrée. Critique que l’on pourrait également adresser aux autorités érythréennes qui, en 1995-1996, ont déclenché une coûteuse opération aéronavale contre les bases yéménites dans l’archipel désertique des îles Hanish pour finalement le restituer au Yémen, en 1998, quand éclata la guerre avec l’Éthiopie.

  • 20 Que Jean-Marc Gastellu résuma par cette formule lapidaire : « Ils sont pauvres, ils polluent et il (...)

20Sans doute, l’expérience la plus pénible que puisse faire un Éthiopien, sincèrement patriote, sans être nationaliste étroit, c’est de constater combien s’est élargi le fossé entre le degré d’éducation, l’état sanitaire et le niveau de vie de la population éthiopienne et l’état de la population de l’Europe ou des États-Unis. Pour avoir sous-estimé ce décalage, combien d’exilés, partis jeunes, au moment des années de plomb de la terreur et de la dictature, sont-ils tiraillés entre le désir, sincère, de retourner au pays (et quel pays !), d’aider leurs compatriotes par leur talent et leur argent et la tentation de repartir devant les tracasseries administratives et surtout face à l’énorme misère économique, physique et morale qui les prend à la gorge à peine sortis de l’aéroport ? À ce constat s’ajoute l’agacement de se voir reprocher la famine, et la manipulation de ladite famine, dès qu’ils mentionnent leur origine et un sentiment de honte à lire ou à entendre que leur cher pays est en queue de tous les classements d’indice économique ou de développement établis par les diverses organisations internationales. De plus, il leur faut subir les leçons faites par les tenants du paradigme malthusien qui pensent avoir trouvé en Éthiopie, la meilleure démonstration de leur « équation »20.

figure 1. L’Éthiopie et l’Érythrée et les étapes de la Reconquista

figure 2. Éthiopie, le découpage des kellel

21Les Éthiopiens vivent depuis plus d’un siècle la collision du temps long et de l’actualité du temps présent. Ils font face à un monde dont ils ne sont plus le centre et où ils sont pris dans un faisceau de relations régionales et continentales contradictoires : Addis Abäba, capitale d’une Éthiopie toujours tournée vers le Moyen-Orient et la Méditerranée, doit maintenant se tourner vers l’Afrique dont elle veut être la capitale. Pourtant, les Éthiopiens voient ce qui a été longtemps leur principal atout, leur population nombreuse et dense, devenir un frein à leur accession au rang de puissance régionale. Ils doivent également inventer un nouvel État construit sur la base ethnolinguistique à la place du vieil État salomonien, organisé en auréoles, qui pourtant avait fait ses preuves, depuis des siècles, leur avait-on répété (fig. 1, 2).

22D’autres formations étatiques sont nées, mais du partage colonial, comme l’Érythrée et la Somalie : le découpage de l’Éthiopie en régions-États ethnolinguistiques n’est-il pas le signe que le ver de l’éclatement de l’État est dans le fruit ? Se proclamant victimes de la colonisation, les Somaliens n’ont plus d’État alors que la Somalie était considérée comme le prototype réussi de l’État-nation au sud du Sahara. Puis, devant la dérive du régime de Siyaad Barre et l’éclatement de la Somalie, certains politistes dénient même à ces éleveurs empêtrés dans leurs clans, la capacité de former un État. Les résolutions unitaires de la conférence d’Arta (juillet-août 2000), réunie à l’invitation du président de Djibouti et à laquelle tous les seigneurs de la guerre étaient conviés, n’ont pas conjuré les fortes tendances centrifuges apparues depuis la chute de Siyaad. Somaliland et Puntland se sont organisés alors que les États des rivières, des Raxanweyn, de Kismaayo, apparaissent et... disparaissent. Les Somaliens se tournent-ils vers l’Afrique et rejoignent-ils les Somali en Ogadén ou à Addis Abäba ? Demeurent-ils orientés vers la péninsule Arabique où se forment leurs cheikhs/aw et où s’emploient leurs jeunes diplômés ? Jusqu’en septembre 2001, la diaspora du Golfe envoyait les subsides par fax (Gomès, 2001) et l’Arabie Saoudite absorbait la plus grande partie de leurs exportations de bétail. L’incapacité des Somaliens à reformer leur État et réunir leur territoire n’est pas le moindre des paradoxes de la Corne de l’Afrique.

  • 21 Sven Rubenson, The Survival of Ethiopian Independence, Londres, Heinemann, 1976.

23Depuis au moins vingt siècles, une entité politique, un État, se réclamant d’une civilisation écrite et plus tard d’une tradition chrétienne venue du Moyen-Orient, se perpétue sur les hautes terres de la Corne de l’Afrique. La continuité de cette longue histoire apparaît, en dernier ressort, comme l’ultime explication de la survie de l’indépendance éthiopienne, dans les deux derniers siècles. Un patriotisme (si on peut utiliser cette notion) ou un sentiment d’appartenance, incarné dans une Terre sainte et soutenu par le messianisme, a permis au sanctuaire d’altitude de résister aux pressions extérieures, depuis des siècles. Comment envisager l’importance de la topographie, du relief, de la pente, du dénivelé des montagnes, des plateaux, des volcans, des vallées, des canyons, des falaises, des versants ? Ethiopia has survived because Ethiopians are unique. They have what other peoples of Africa do not : a strong sense of belonging to a nation, écrivait le major Dawit, longtemps ami de Mängestu (Dawit, 1989, p. 71). On doit ajouter que les Éthiopiens ont le sentiment d’appartenir à une nation située sur des hautes terres saintes et c’est pourquoi ce sentiment est si fort. Il cite ensuite Sven Rubenson21 : The geographical features of Ethiopia played almost no roles at ail in thepreservation of the independence... What saved Ethiopia from falling under colonial rule was the determination with which this heritage of consciousness, « international recognition » and political/diplomatics kills was developed to meet the new challenge (cité par Dawit 1989, p. 71). Il épingle ainsi les tenants de l’explication unique, celle de la forteresse naturelle qui aurait protégé, de toute éternité, l’Éthiopie. Pourtant, c’était la détermination à défendre une terre particulière, une terre en altitude, une haute terre qui a mobilisé les Éthiopiens.

24L’objectif de cet ouvrage est de comprendre ces relations particulières entre ces plateaux, ces montagnes et ces vallées et les processus de formation des identités en Éthiopie. Rappelons que, pour les Éthiopiens, cette terre est un don de Dieu qui siège dans les hauteurs. En conséquence, elle est un instrument du plan de Dieu pour son Peuple et témoigne de son Incarnation. Jusqu’à la déposition de Haylä Sellasé, ses seuls dirigeants « légitimes » descendaient de Salomon, comme les rois d’Israël. La culture éthiopienne trouve ses racines dans une « histoire sainte », on l’a souvent écrit. Elle est sûrement à l’origine également d’une « géographie sainte », on l’a moins étudiée et ce sera le propos de ce livre.

25Pourtant, l’Éthiopie n’est pas hors du temps, elle est dans un temps hors de l’échelle des hommes, mais depuis trente ans, elle est confrontée à un temps qui se rétrécit. En outre, confusément de nouvelles identifications s’affranchissent des cadres et des repères de la territorialité éthiopienne. En effet, sur un territoire national qui a plus que doublé au tournant du xixe et du xxe siècles, la population a, elle-même, plus que doublé depuis 1970. Les repères identitaires doivent donc être réaménagés ou même reconstruits avec les bouleversements de l’ordre sociopolitique introduit par la Révolution de 1974. Toutefois, l’image de l’Éthiopie des temps bibliques soudainement précipitée dans les affres du marxisme-léninisme ne résiste pas à l’examen. Les conflits à propos des territoires et des identités qui ont déchiré la Révolution s’étaient noués bien avant. Ils remontent bien avant le règne de Menilek (1889-1913) qui, en même temps qu’il repoussait les Italiens, effaçait, par la Reconquista, jihad de Graññ, au xvie siècle qui, lui-même, effaçait l’expansion des siècles précédents. Il s’agissait, par-delà la guerre sainte, de renouer avec trois siècles précédents d’une patiente conquête et d’une lente migration vers le sud. Les péripéties de cette histoire ont eu pour enjeu et non pas seulement comme décor les hautes terres qui offrent, en latitude et en altitude, un espace de reproduction, en dehors du sanctuaire, des paysages agraires, des systèmes sociaux de production et des repères territoriaux. Édouard Berlan a écrit qu’Addis Abäba était « fille de l’arbre » (Berlan, 1963) ; l’Éthiopie est fille des hautes terres.

26Ethiopians are unique écrit Dawit et ils le revendiquent hautement (Dawit, 1989, p. 17). Les nationalistes des régions éthiopiennes ont entamé une sorte de course à l’exception avec le nationalisme éthiopien : Gemetchu proclame : the [...] uniqueness of the Oromo culture (Gemetchu, 1996, p. 102). En dépit de son caractère « unique », on a pris exemple sur l’Éthiopie dans la Corne de l’Afrique et dans toute l’Afrique : sa longue histoire, sa civilisation « intacte » et sa farouche résistance à la colonisation en font le symbole de l’« authenticité » africaine. La plus haute capitale d’Afrique demeure toujours la capitale du continent. Même amputée de l’Érythrée, la population du vieil empire a rejoint l’effectif de l’autre empire, plus ancien, l’Égypte. Grande comme deux fois la France, plus étendue que le Nigeria, l’Éthiopie abritera plus de cent millions d’habitants en 2025. Sa population passera du dix-huitième rang mondial, en 2001, au douzième rang. Sa population actuelle représente 52 % de celle du Nigeria et, en 2025, elle atteindra, selon les estimations en 2025, 58 % de l’effectif de l’État le plus peuplé du continent (Population et Sociétés, 2001).

Notes

1 La Bible fut traduite en guèze [Mätsähaf Qeddus] à partir de la Septante.

2 Habäsha est aussi le journal de l’opposition pan-éthiopienne au gouvernement actuel.

3 Täwahedo (racine wähadä ; Baeteman, col. 749), signifie unification, fusion : dans la personne du Christ, sa nature divine absorbe ou adopte sa nature humaine. Les Églises monophysites copte, syriaque, arménienne et éthiopienne refusent les canons « diphysites » du concile de Chalcédoine (451), acceptés par Rome et Constantinople. L’Église éthiopienne, autocéphale par rapport à l’Église copte, se revendique orthodoxe pour se différencier des Églises de mission au risque d’être confondue avec les Églises orthodoxes chalcédoniennes. On préférera donc täwahedo pour qualifier l’Église éthiopienne (Cf. chap. 8).

4 Pour Maxime Rodinson, le plan tripartite est inspiré des assemblées des premiers chrétiens (Gerster, 1968, p. 45)

5 Je n’en connais pas l’auteur. Victor Francen (né en 1888, cessa de tourner au cinéma en 1964) y jouait le rôle principal : un père jésuite pris dans les contradictions entre politique, religion et liberté.

6 « Spleen LXXVI », Œuvres complètes, Paris, Gallimard, « La Pléiade », 1961, p. 69.

7 Dans la Préface de la Méditerranée : « Une histoire quasi immobile, celle de l’homme dans ses rapports avec le milieu. »

8 Paraphrase du titre du film de Bertrand Blier : Hitler, connais pas !

9 Laitin et Samatar, Nation in Search of State.

10 La majorité des Éthiopiens n’a pas connu Haylä Sellasé et pourtant, on répète : Bä Jan hoy gizé, teru gizé näbbär, assurant que « du temps de Sa Majesté [Haylà Sellasé qu’ils n’ont pas connu] c’était le bon temps ».

11 Juges, XXV, 21 (cité par Abir, 1968) : « En ces jours-là, il n’y avait pas de roi en Israël. Chacun faisait ce qui lui plaisait », TOB, 1977.

12 Localité disputée entre l’Éthiopie et l’Érythrée depuis mai 1998.

13 Gidéon Abbay Asmeron : « Pride for Repeating a Shameful History », Visafric, 23 juin 2000.

14 Notamment par moi-même.

15 Dans sa thèse, Aden Mohamed Dilleyta a voulu estimer l’extension de la famine de 1984-1985 en se basant sur les données des grands journaux internationaux ; aucune carte ne se recoupe !

16 Elle est sortie renforcée des élections législatives de mai 2005.

17 Haile Gerima, Adwa, une victoire africaine, 1999. Film diffusé sur Arte, 1er octobre 1999.

18 L’Éthiopie est membre fondateur de l’ONU.

19 L’OUA (Union africaine en 2002) siège, depuis 1963, à Addis Abäba où plus de cent ambassades sont présentes.

20 Que Jean-Marc Gastellu résuma par cette formule lapidaire : « Ils sont pauvres, ils polluent et ils se reproduisent », lors de la table ronde Les montagnes tropicales, Bordeaux, 27-28 novembre 1998 (témoignage personnel).

21 Sven Rubenson, The Survival of Ethiopian Independence, Londres, Heinemann, 1976.

Table des illustrations

Légende figure 1. L’Éthiopie et l’Érythrée et les étapes de la Reconquista
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30279/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 335k
Légende figure 2. Éthiopie, le découpage des kellel
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30279/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 220k

© Éditions de la Sorbonne, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540