Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sur les hautes terres comme au ciel

 | 
Alain Gascon

À propos de l’écriture des termes éthiopiens, érythréens et somaliens

Texte intégral

1L’amharique (amareñña), langue nationale de l’Éthiopie, est écrit avec le syllabaire guèze (geez) comme d’autres langues éthiopiennes : tigrigna (tegreñña), tigré, guragé... Chaque caractère du syllabaire exprime une consonne et une voyelle : un phonème. Les éthiopisants transcrivent les phonèmes spécifiques de l’amharique avec des signes diacritiques. La transcription choisie omet ces signes qui dérouteraient les lecteurs. Ainsi, les consonnes explosives « p » et « t », notées par ces signes, ne sont pas différenciées des consonnes ordinaires. On s’efforce, néanmoins, de respecter la prononciation éthiopienne. Par exemple, negus est préféré à négus, la graphie française commune, hélas fautive et Haylä Sellasé à Hailé Selassié car les consonnes redoublées, prononcées en amharique, sont pertinentes. Les noms communs sont écrits en italiques dans le corps du texte.

2Tableau d’équivalence (avec les prononciations approchées quand elles diffèrent du français).

– Consonnes spécifiques

ch : anglais

sh : anglais

j : anglais

h aspiré

q : explosif

tch : explosif

ts : explosif

ñ : espagnol

3Quelques exceptions à la transcription de la gémination des consonnes : Métcha plutôt que Métchtcha ou gasha plutôt que gashsha.

4D’autres langues éthiopiennes ont désormais un statut officiel dans certaines des États-régions (kellel) selon la Constitution de la République fédérale et démocratique d’Éthiopie.

  • Le tigrigna, écrit avec le syllabaire guèze, dans le kellel Tegray (et en Erythrée).

  • Le somali, écrit en caractères latins, dans le kellel Somali (et en Somalie).

  • L’oromo, écrit en caractères latins, dans le kellel Oromie/Oromiyaa

5Des langues utilisent l’alphabet latin (afar) et d’autres le syllabaire guèze. Elles sont moins diffusées que les trois mentionnées ci-dessus.

6L’oromo, officiellement écrit à l’aide des caractères latins depuis 1991, n’utilise aucun signe diacritique mais certaines consonnes ont une valeur qui peut dérouter le lecteur francophone. Les voyelles redoublées signifient des voyelles longues, pertinentes en afaan oromoo. L’orthographe n’étant pas encore fixée, on a essayé de donner la plus courante.

– Consonnes spécifiques

c : explosif

h aspiré

j : anglais

q : explosif

x : t explosif

ch : anglais

dh cérébral

ny : ñ

ph : p explosif

7Le somali est écrit en caractères latins depuis 1972. Les patronymes et les toponymes respectent l’orthographe officielle. On préfère : Cali Mahdi à 'Ali Mahdi et Maxamed Cabdulle Xasan à Mahamed 'Abdulle Hasan. Les voyelles redoublées signifient des voyelles longues, pertinentes en af soomaali.

– Consonnes spécifiques

c : attaque glottale, en arabe 'ayn

j : anglais

q : explosif

x : ha laryngale sourde de l’arabe

dh cérébral

kh : ch allemand

8Afin de ne pas dérouter le lecteur, les renvois dans le texte à un auteur éthiopien, djiboutien, érythréen ou somalien, respectent la graphie commune telle qu'elle apparaît en tête d’article ou tête d’ouvrage. Dans les bibliographies, ces auteurs sont classés, comme c’est la règle, suivant l’initiale de leur nom, le premier, car l’équivalent de notre prénom n’existe pas, le deuxième nom est souvent le nom du père.

Table des illustrations

Titre – Voyelles
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30276/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 21k

© Éditions de la Sorbonne, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540