Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mémoire d’Ambroise de Milan

 | 
Patrick Boucheron
, 
Stéphane Gioanni

Quatrième partie. Le modèle d’Ambroise et la mémoire de Milan à l’époque moderne

Le sceau d’Ambroise : l’exemplaire dans l’épiscopat de Charles Borromée

Ambrose’s seal: using the Ambrosian example at the time of Carlo Borromeo

Marie Lezowski

Résumé

This paper deals with the Ambrosian inspiration of Carlo Borromeo, archbishop of Milan between 1564 and 1584, who was himself an example for all bishops in Modern Times all over the Catholic World. Instead of unraveling his private and unfathomable faith to Ambrose, we study the Ambrosian model in relationship with Borromeo’s action and with a Milanese topographical description. Secondly we show that his example was only implied when Borromeo fought political authorities, such as the Spanish governors. There was only one exception during the main crisis of his episcopate, because the City of Milan sent an embassy to the Pope against him and in name of Ambrose. Finally we draw a parallel between Carlo Borromeo’s time and his cousin Federico’s and analyse the explicit reference to Ambrose against the governor as a sign of political weakening.

Texte intégral

  • 1 M. de Certeau, La Fable mystique, xvie- xviie siècle, Paris, 1982, p. 9.
  • 2 L. Giavarini (dir.), Construire l’exemplarité : pratiques littéraires et discours historiens, xvie(...)

1Le rapport entre foi et action est l’un des aspects les plus ardus de l’étude d’un gouvernement pastoral. Chaque interprétation a ses écueils. Une lecture mystique privilégie le cœur spirituel de la pastorale, au risque de donner l’essentiel pour indicible. Une lecture pragmatique rattache les gestes à l’affirmation d’un pouvoir, au risque de les réduire à des calculs politiques ou au souci de disciplinement d’une société. Il faudrait parler à la fois de l’affairement et de la pureté de cœur mais, pour cela, sans doute faut-il être soi-même évêque, et pas universitaire « exilé de ce qu’il traite1 ». Pour dépasser l’alternative insoluble entre intériorité insaisissable et apparences superficielles, de nombreux travaux récents ont exploré le passage par l’exemple2. Ressort de la prédication, l’exemple est envisagé comme une tactique, un levier de l’action pastorale, mais son efficacité tient à ce qu’il est tenu pour le reflet d’une inspiration intime.

  • 3 Le rôle de son ministre Pietro Galesini a été exagéré par F. Costa, Il carteggio Peretti-Borromeo (...)
  • 4 Elle apparaît surtout dans son attachement à un rite. Voir C. Alzati, Carlo Borromeo e la tradizio (...)
  • 5 A. Rovetta, Ambrogio in Pinacoteca Ambrosiana : attestazioni iconografiche in età borromaica, dans(...)

2Le détour par l’exemplaire s’impose pour Charles Borromée, qui n’a laissé aucun plan de réforme générale, aucune doctrine pastorale, aucune édition des écrits d’Ambroise : restent des écrits d’action, surtout les lettres, édits, décrets, composés avec l’aide de ses ministres. La famille de Borromée joue par exemple un rôle marginal dans l’édition complète des œuvres d’Ambroise, conduite, à Rome, par le cardinal Felice Peretti, futur Sixte Quint3. De même, la mystique ambrosienne de Charles Borromée se dérobe à l’historien : si son ordination épiscopale a lieu un 7 décembre, comme celle d’Ambroise, son assimilation du modèle ambrosien est révélée surtout après sa mort, avec les premières vies, écrites à partir de 1584, les témoignages recueillis à partir de 1601 pour sa canonisation, pour triompher dans la Vita di San Carlo (1610)4. Dès lors, sur certains tableaux d’autel lombards, Ambroise prend les traits de saint Charles5.

  • 6 M. de Certeau, Charles Borromée (1538-1584), dans Id., L. Giard (éd.), Le lieu de l’autre. Histoir (...)
  • 7 C. Borromée, G. A. Sassi (éd.), Homiliae nunc primum in lumen productae…, Milan, 1747 [désormais :(...)
  • 8 Voir aussi la récente synthèse de M. Navoni, Ambrosius quem sibi imitandum proposuerat : il patron (...)

3Les mots de Borromée qui disent l’exemplarité d’Ambroise sont toujours tournés vers l’autre : la pastorale est conçue par Charles Borromée comme un spectacle exemplaire, qui anticipe sur sa mise en écriture hagiographique, comme l’a souligné Michel de Certeau6. Borromée affirme ainsi, dans un sermon de 1569, qu’un prélat est institué par Dieu pour indiquer aux prêtres subalternes la voie à suivre, par ses mots et par son exemple7. L’exemple d’Ambroise accompagne toujours le conseil, l’exhortation à bien agir sous les regards des autres. Dans cette perspective, le nombre des références à Ambroise est considérable ; notre rapide étude n’entend pas les épuiser, mais mettre en évidence la place centrale d’Ambroise dans la définition borroméenne de l’exemplaire8.

  • 9 E. Galli, Il sigillo episcopale ambrosiano, dans Ambrosius, 1, 1925, p. 123-128.

4La pastorale de Charles Borromée est ambrosienne au premier coup d’œil : ne serait-ce que parce que, à partir du début 1576, il abandonne son sceau patricien pour préférer celui d’Ambroise, pour les lettres, les actes de chancellerie et toutes les publications officielles de l’archevêché. Les placards de l’archevêché sont reconnaissables des fidèles à ce sceau qui représente Ambroise assis entouré de Gervais et de Protais, avec les mots du saint évêque à la découverte des reliques des deux martyrs : Tales ambio Defensores9. Borromée n’invente pas le sceau épiscopal ambrosien, qui remonte au moins au xie siècle, mais c’est lui qui édicte l’emploi universel d’un sceau uniforme. Toute initiative de l’archevêque se rattache ainsi à un substrat ambrosien aussi mystérieux qu’universel, les « saintes institutions ambrosiennes ». Le nom d’Ambroise, infus dans tous les écrits de Borromée, définit cependant la juste autorité du clerc, et peut dès lors diviser et surgir dans les luttes politiques comme l’indice de divisions. La place de l’exemple ambrosien dans les périodes de crise ouverte avec les autorités civiles mérite ainsi une étude, avec un rapide contrepoint sur le début de l’épiscopat de son cousin et successeur, Frédéric Borromée (1595-1631).

Ambroise ou l’élan universel vers la conversion

  • 10 Homiliae, I, p. 23-24 : « questo glorioso Santo ricordevole della prima regola Pastorale, di non s (...)
  • 11 Institutionum ad oblatos S. Ambrosii pertinentium epitome, Milan, 1581 [Éd. consultée : Milan, 171 (...)

5Dans la prédication, Ambroise est proposé aux clercs lombards comme le parangon de la perfection pastorale. Dans le premier des deux sermons de la saint-Ambroise conservé pour son épiscopat, prononcé en 1567, Charles Borromée commente l’enseignement du Christ sur les vertus pastorales (Jn 10, 1-16) par la Vie d’Ambroise, « ce saint glorieux qui s’est souvenu de la première règle pastorale, de ne pas estimer sa propre vie, où il y va du bénéfice spirituel de son troupeau » ; qui « a satisfait à la seconde règle pastorale : Ego cognosco oves meas » et qui, avec une charité infinie, s’est « appliqué à mettre ensemble, à réunir et à détourner des erreurs les brebis dispersées10 ». Le détail de la Vie importe moins à Charles Borromée que la puissance d’action contenue dans l’exemple ambrosien. Soucieux de disposer de prêtres de choc, déliés de l’obligation de résidence, pour tous types de missions pastorales dans le diocèse, Charles Borromée forme une avant-garde de « combattants aux ordres d’Ambroise » (Ambrosio Duce militantes), la congrégation des oblats de Sant’Ambrogio, dotée de statuts en 1578. Ces prêtres militants doivent toujours avoir à l’esprit leur oblation à Ambroise, en méditant sur ses écrits et sur ses vertus, dont la liste est dressée par les statuts11.

  • 12 Institutionum, op. cit., salut de Charles Borromée aux oblats, Milan, 13 septembre 1581 : Vos esti (...)

6L’efficacité pastorale de ces combattants d’Ambroise est stimulée et prolongée par leur exposition aux regards de tous. Depuis l’église de San Sepolcro, qui leur a été confiée par Charles Borromée, au centre de la ville, leur exemple doit gagner Milan. Pour définir leur mission, en préface des statuts fondateurs, Borromée paraphrase les versets de Matthieu (5, 13-15), résumé de l’enseignement du Christ sur l’exemplarité pastorale : sel de la terre, lumière du monde, les oblats sont « comme une ville placée sur la cime de la montagne, exposée aux yeux de tous12 ». Jamais l’archevêque ne doute de la possibilité de ressusciter la haute exigence des temps ambrosiens par la force de l’exemplaire, malgré le passage des siècles. Pendant un chapitre général de la congrégation, le 12 juin 1584, il affirme assister à une résurrection des temps ambrosiens. Quand « tous étaient contraints de pleurer l’école du saint père Ambroise, ainsi corrompue et déformée », Dieu a bien voulu

  • 13 Archives diocésaines de Milan, X, S. Sepolcro, 9, San Sepolcro, 12 juin 1584, éd. dans Homiliae, I (...)

porter ses regards vers cette vigne qui est la sienne et ressusciter la religion presque en train de s’effondrer ; exciter son esprit saint primordial en certains qui, se dévouant à Dieu et au très bienheureux père saint Ambroise, non seulement montreraient excellemment ce que tous les clercs sont tenus [de faire] ; mais qui seraient comme des soldats de première ligne et des chefs et comme des astres splendides, les plus resplendissants dans tout le diocèse, pour les autres, et qui, par leur exemple, conduiraient les autres à s’amender dans leur vie13.

7Une petite ville, peuplée d’une poignée d’hommes, San Sepolcro, vient libérer la grande, Milan, des assauts du diable, malgré les résistances opposées initialement (Qo 9, 14-16). Ce discours, prononcé dans les derniers mois de son épiscopat, vient nuancer d’autres constats plus amers sur la portée de son action. L’exemple d’Ambroise, autre nom de l’Esprit Saint, est le seul remède à l’abandon pessimiste à l’indolence.

8Au-delà des clercs, l’archevêque de Milan prête au nom d’Ambroise un pouvoir d’entraînement sur l’ensemble des fidèles. La péroraison du sermon du 7 décembre 1567 élargit ainsi la destination du commentaire des vertus ambrosiennes :

Vous, magistrats, pères et mères de famille, et vous tous qui, d’une manière ou d’une autre, avez charge et gouvernement d’autres hommes ; et même, vous tous, chrétiens, que tous, à présent, il me plaît d’appeler en une certaine manière pasteurs, dans la mesure où vous tous êtes obligés d’aider le bon progrès spirituel des âmes de ceux qui sont dans votre gouvernement.

  • 14 Homiliae, I, p. 28-29 : « voi Magistrati, Padri, e Madri di famiglia ; voi tutti, che in qual si v (...)

9À tous, Borromée adresse cette supplique : « Soyons de bons pasteurs, en suivant [l] es traces [du Christ] et de notre Ambroise14. » Même si de nombreux décrets de Borromée visent à distinguer les laïcs des clercs, la responsabilité sociale de chacun, sur des sujets, sur des serviteurs, ou simplement sur des enfants, définit l’ensemble des fidèles comme des pasteurs d’âmes.

  • 15 Acta Ecclesiae Mediolanensis…, Milan, 1599 [1re éd., 1582 = désormais AEM], IIe synode diocésain, (...)

10Dans les premières années de son épiscopat, peu nombreuses sont cependant les dispositions précises de Charles Borromée qui s’autorisent du nom d’Ambroise ; l’archevêque lui préfère la référence aux canons du concile de Trente. Ce sont surtout des dispositions liturgiques. En 1568, Borromée confirme en synode le maintien du rite ambrosien dans le diocèse, alors que Rome vient de proclamer l’universalité du rite romain, exception faite pour les liturgies anciennes. Dans ce contexte, le synode ne s’embarrasse pas de nuances historiques : le rite ambrosien est un héritage direct d’Ambroise, préservé intact grâce à l’évêque Eugenius. Le même décret définit le rite ambrosien comme rite principal à l’échelle du diocèse, réglé par le nouveau calendrier officiel du diocèse. La défense de la tradition ambrosienne par ce nouvel Eugenius ouvre la voie à la réaffirmation de l’autorité de l’ordinaire sur le temps liturgique15.

  • 16 AEM, 1599, p. 1098, 8 mai 1582, lettre pastorale pour la translation des reliques de San Simplicia (...)
  • 17 Il faut leur ajouter le complexe cathédral et San Lorenzo. Cf. S. Lusuardi Siena, M. P. Rossignani (...)

11Les dernières années de l’épiscopat de Charles Borromée, à partir du jubilé milanais de 1576, sont, en revanche, un temps d’inflation de l’exemple d’Ambroise, adossée à une topographie précise. Les principaux exercices dévotionnels introduits alors par Charles Borromée (la visite des sept églises et les ostensions solennelles de reliques) le sont pour définir l’héritage édilitaire et spirituel des temps ambrosiens. Ces pèlerinages urbains révèlent avant tout le trésor des reliques milanaises, inventées par Ambroise pour bonne part, et célébrées par lui en des mots chers à Borromée : « Mais toi, Milan, écoute ce que dit ton pasteur Ambroise : “Efforçons-nous de comprendre, mes très chers fils, la grande générosité du Seigneur envers notre Église. Les autres villes se tiennent pour heureuses si elles peuvent compter sur la protection assurée par la possession des reliques d’un martyr. Mais voici que nous comptons un peuple de martyrs”16. » Ce trésor est énuméré avec précision par le Libro d’alcune chiese di Milano, guide de la visite des sept églises, composé par un ministre de Borromée, Giovanni Francesco Bascapè, pour le début du jubilé milanais, en février 1576. Ce livret donne la liste des autels qui bénéficient de l’indulgence jubilaire, dans dix églises de Milan, mais met surtout en évidence trois basiliques de fondation ambrosienne : Sant’Ambrogio, San Simpliciano et San Nazaro17. Dans un guide qui est surtout une succession de listes d’autels et de corps saints, les notices consacrées aux basiliques ambrosiennes, plus amples, s’animent d’un florilège de lettres d’Ambroise, de la Vie d’Ambroise de Paulin, et des Confessions d’Augustin, traduites en italien. Plutôt que de faire assaut d’érudition, Bascapè s’attache à restituer la présence des corps saints par des citations ambrosiennes.

  • 18 Homiliae, I, p. 23.
  • 19 G. F. Bascapè, Libro d’alcune chiese, op. cit., f. G4r: «Ricordiamoci solamente ad utilità nostra, (...)

12Dans les écrits composés pour régler ces pèlerinages urbains, l’énumération émerveillée des signes de la miséricorde divine aboutit à un appel vigoureux à la contrition. Les Milanais n’ont pas su se montrer dignes de cet héritage ambrosien et doivent se repentir sincèrement des excès de la chair. Déjà, dans le sermon du 7 décembre 1567, Borromée met l’accent sur l’effort d’Ambroise pour se rallier les hommes à la foi assoupie, tiède ou confuse, dont le modèle est Augustin ; bien plus, d’ailleurs, qu’il n’évoque la lutte contre l’arianisme18. Dans son appel universel à la contrition, Borromée se réclame des « rappels » (ricordi) aux commandements de Dieu donnés par Ambroise. Dans le guide du jubilé, c’est la voix même du saint évêque qui invite les visiteurs à la pénitence. Devant l’autel majeur de Sant’Ambrogio, le pèlerin est invité à imaginer les « rappels paternels et divins qu’[Ambroise] donna jadis à son peuple […]. Supposons, comme son saint corps est sous l’autel, qu’il y soit encore raisonnant et nous rappelant nos erreurs et ce qui serait notre bien19 ». En réalité, le sermon est écrit dans le guide. Le saint évêque a un mot pour tous : les clercs négligents, les tièdes, les riches et avares, les vierges, les coquettes. Cette voix d’outre-tombe a évidemment des accents borroméens. Elle offre une image saisissante de la transmission du devoir pastoral de critique, d’Ambroise à Charles Borromée :

  • 20 G. F. Bascapè, Libro d’alcune chiese, op. cit., f. G5v: «Queste sante ammonitioni, et altre infini (...)

Ces saintes admonitions, et d’autres infinies, notre cher pasteur et maître nous les a faites, pour que nous ne les oubliions jamais. Pourquoi ne lui obéissons-nous pas ? Pourquoi ne nous souvenons-nous pas de ces saints rappels à toutes heures, et d’autant plus quand nous entrons dans sa sainte église, où son sacré corps repose ? […] Il ne manque pourtant pas de successeurs, ses imitateurs, qui ne cessent de les rappeler à l’esprit de qui veut entendre20.

  • 21 AEM, 1599, « De aspersione Aquae sanctae, & benedictione aedium », p. 1059-1060, 19 décembre 1576  (...)
  • 22 AEM, 1599, « Avvertenze per la Benedittione delle case », s. d., p. 1060-1061.
  • 23 AEM, 1599, p. 1061.
  • 24 BAMi, P 248 sup., Prima parte, ò Primo Compendio delle cose più nottabili successe alla città di M (...)

13À partir de la grande peste, en 1576-1577, les « saints rappels » ambrosiens à la pénitence se font toujours plus pressants. Alors que l’épidémie desserre son étau sur la ville, en décembre 1576, puis en février 1577, Borromée fourbit de nouvelles armes spirituelles pour hâter une conversion collective qui, après le châtiment de la peste, ne saurait plus tarder. Il annonce la reprise des visites pastorales et la bénédiction des maisons des particuliers. Pour être bénies, les maisons doivent être purgées de toute chose profane qui porte au péché : livres impudiques, madrigaux, chansons, images profanes, sales, nues, lascives, dés, cartes, masques, et, en général, tout ce qui ne convient pas à la profession de chrétien21. Sont exclues de la bénédiction les maisons qui abritent des pécheurs notoires, les maisons de jeu et celles où l’on fabrique des cartes à jouer, mais aussi celles qui n’ont pas bien été purgées, ce qui suppose une investigation préalable de la part des prêtres chargés de la bénédiction22. Le combat de chacun contre le paganisme est donc inscrit par Borromée dans l’espace domestique et dans la ville. Une liste des maisons bénies, dressée par les prêtres, doit conserver le souvenir du tracé entre la Milan vraiment chrétienne et le reste de la ville : un tracé évidemment susceptible d’évoluer23. Or, ce rite est prêché aux Milanais comme une « institution ambrosienne », d’après Urbano Monti, qui consigne pour la première fois, dans son journal, l’inspiration ambrosienne de Charles Borromée : « Comme un pasteur vigilant envers ses brebis, et inspiré par Dieu, examinant les œuvres de saint Ambroise, dans lesquelles il s’exerçait constamment par l’étude, […] il voulut alors qu’on bénît les maisons24. »

  • 25 C. Borromée, Libretto de i ricordi al popolo della Città et diocese di Milano, dati dall’Illustris (...)

14Si la grande purgation des maisons n’a pas lieu, empêchée par les autorités civiles, Borromée ne renonce pas à corriger les Milanais dans l’esprit d’Ambroise. Il fait composer, à la fin de 1577, le livret des Ricordi, à « l’exemple de notre père, saint Ambroise, qui, tandis qu’il gouverna cette Église, et par des sermons, et par des écrits variés, et par d’autres moyens, donna à tout ce peuple, et en particulier à chaque état de personnes, des instructions, règles et rappels de la disciplines et vie parfaitement chrétienne25 ». Une fois de plus, après avoir invoqué le modèle pastoral ambrosien, Borromée adresse ses Ricordi à ceux qui exercent un ascendant sur d’autres : les pères de famille, les maîtres des boutiques, leurs garçons et travailleurs, qui doivent prolonger l’effort pastoral de l’archevêque. Les Ricordi amplifient le sermon ambrosien du guide du jubilé. Ils préconisent la purgation qui n’a pu être accomplie directement par les prêtres de Borromée. Le guide du pèlerin, les édits pour la bénédiction des maisons, le livret des Ricordi, sont donc autant de supports pour répéter les « saints rappels » ambrosiens, pour soutenir la lutte de chaque Milanais contre le mal qu’il porte en lui.

Ambroise et la place de l’evêque

15Modèle universel, Ambroise est en même temps le parangon de l’évêque pugnace face au prince. Si Borromée ne dissocie pas les différents régimes d’invocation, qui peuvent figurer dans un même sermon, cette exemplarité politique est beaucoup moins consensuelle que celle d’Ambroise qui ramène à lui les brebis égarées. Entre autres exemples possibles, la leçon la plus remarquable du rapport entre le modèle d’Ambroise et la juste place due à l’évêque est donnée par Charles Borromée dans le chœur de la cathédrale.

  • 26 A. M. Brizio, Sant’Ambrogio in maestà nel coro ligneo del duomo fra i santi martiri e i santi vesc (...)
  • 27 M. Navoni, art. cité, p. 124-125.
  • 28 C. Baronio, Vita sancti Ambrosii Mediolanensis episcopi… dans F. Peretti (éd.), Tomus sextus Sanct (...)

16Quoique la tradition érudite ait mis l’accent sur l’intérêt de Borromée pour l’histoire locale, la seule Vie d’Ambroise qu’il commande n’est pas écrite, mais sculptée dans le chœur ecclésiastique de la cathédrale26. Les deux Vies d’Ambroise écrites par ses ministres (la notice d’une tabula episcoporum, composée vers 1575, et la leçon hagiographique [lectio III] du 7 décembre dans le bréviaire ambrosien, publié en 1582) sont deux récits d’une extrême concision27. La Vita détaillée qui s’écrit dans les mêmes années l’est à Rome, par Cesare Baronio, pour l’édition complète des œuvres d’Ambroise28. Commander un récit de plus n’intéresse pas Borromée, pas plus que distinguer entre les différences sources de la Vita : dans le cycle iconographique, toutes les sources, la Vita de Paulin, les écrits d’Ambroise, les historiens byzantins du ve siècle, sont fondues en un seul récit.

  • 29 Voir le plan des autels de la cathédrale à l’arrivée de Charles Borromée dans Il Duomo di Milano. (...)
  • 30 Elle provient probablement de Sant’Ambrogio et est mentionnée pour la première fois dans un invent (...)
  • 31 E. Brivio et G. B. Sannazzaro, Presbiterio, dans Il Duomo di Milano. Dizionario, op. cit., p. 466- (...)
  • 32 A. M. Brizio, art. cité, p. 76.

17À la mort de Charles Borromée, le cycle est inachevé. On ne sait pas tout à fait ce qui est exposé, les dates d’exécution des soixante-et-onze scènes n’étant pas entièrement élucidées par les mandats de paiement aux sculpteurs. Mais le choix du contexte est clair : la cathédrale, le chœur ecclésiastique. Par la vertu de ce cycle, la cathédrale devient un lieu ambrosien, ce qu’elle n’est pas jusqu’alors. On ignore alors qu’elle puise ses origines dans des fondations ambrosiennes. Seul un autel latéral est consacré à saint Ambroise29. Le trésor de la cathédrale ne compte pas de reliques ambrosiennes avant que Charles Borromée n’y dépose le fragment d’une dalmatique d’Ambroise, peu avant 157730. La Vie d’Ambroise prend place, surtout, dans un chœur profondément rénové. Le remaniement voulu par Borromée tend vers l’exaltation de l’espace de la célébration eucharistique, surélevé par rapport au niveau de la nef, à la manière d’une scène, et orné d’un tabernacle monumental. Une balustrade en marbre sépare le chœur ecclésiastique, lieu de la célébration, du chœur sénatorial, où prennent place les élites politiques : le gouverneur, les sénateurs et divers patriciens31. Au sein du chœur ecclésiastique clos, les chanoines siègent dans des stalles de bois en élévation, sur deux niveaux séparés par trois marches l’un de l’autre : les stalles du chapitre majeur occupent le plan le plus élevé, qui culmine à près de trois mètres du pavement du presbytérium ; le chapitre mineur, le plan inférieur. Chacun des dossiers des salles du chapitre majeur est orné d’une scène en bas-relief de la Vie d’Ambroise, tandis que, sur les dossiers du chapitre mineur, se trouve la succession des saints évêques de Milan, dont peu sont identifiables. La Vie d’Ambroise se détache donc sur une succession de réincarnations d’Ambroise, tous ou presque tous semblables entre eux32.

  • 33 Pour toutes ces scènes, le modèle et la gravure sont exécutés du vivant de Charles Borromée, en 15 (...)
  • 34 P. Courcelle, Recherches sur saint Ambroise. « Vies » anciennes, culture, iconographie, Paris, 197 (...)
  • 35 E. Brivio et M. Navoni, Vita di Sant’Ambrogio, op. cit., pl. 56.

18Au centre du cycle, c’est-à-dire à proximité de la cathèdre, plusieurs scènes représentent l’affrontement entre Ambroise et Théodose, à propos de l’accès de l’empereur au saint des saints et à l’autel33. Après avoir tenu Théodose loin des autels, pour lui faire expier le massacre de Thessalonique (390), Ambroise le remet à sa juste place, hors du presbytérium. Pour narrer en cinq scènes la pénitence de Théodose, le cycle tire tout le profit possible des historiens byzantins du ve siècle, qui dilatent le récit très concis de Paulin34. L’évêque repousse l’empereur, au moment où celui-ci s’apprête à franchir le portail de la basilique. C’est une traduction excessive de la publicité de la pénitence infligée par Ambroise, connue des fidèles seulement par l’absence de Théodose dans la basilique. Trois scènes séparent l’excommunication de l’empereur de son absolution, pour représenter la longue période pendant laquelle il ne communie pas. La visite d’un envoyé de l’empereur, Rufinus, n’ébranle pas Ambroise dans sa décision, tout comme une visite de Théodose en personne. L’empereur donne ensuite un signe de contrition : à la demande d’Ambroise, il émane un édit qui retarde l’exécution des peines de mort et de proscription. On en vient enfin à l’absolution publique : l’empereur se prosterne aux pieds d’Ambroise, tandis qu’en arrière-plan ses soldats pleurent et se lamentent. Après les événements dramatiques de 390, une scène, qui prend place un peu plus loin dans le cycle35, représente Théodose admis à nouveau à la célébration, mais chassé par Ambroise du chœur des clercs où il cherche à siéger.

19Si le cycle exalte un défenseur des libertés ecclésiastiques, il ne vaut pas, cependant, défense et illustration des gestes de Charles Borromée par le précédent ambrosien. Il ne se résume pas d’ailleurs à l’illustration de l’autorité épiscopale face au prince : Ambroise pourfendeur de la secte arienne et victime des machinations de Justine n’est pas oublié, tout comme l’inventeur de reliques et le thaumaturge.

  • 36 Ibid., pl. 25.
  • 37 BAMi, F 53A inf., f. 271v, Borromée à Cesare Speciano, Milan, 11 septembre 1574 : « si deve piglia (...)

20L’évêque par excellence est exalté en rapport avec certains lieux, toujours représentés avec soin par les graveurs : l’autel, la chaire, le chœur ecclésiastique. Par exemple, le chœur ecclésiastique ambrosien, figuré pour l’épisode de l’invention des hymnes, pendant le conflit des basiliques, évoque irrésistiblement le presbytérium borroméen de la cathédrale36. Or, il faut souligner que la définition d’un chœur ecclésiastique est loin d’être acquise après les travaux de la cathédrale. Régulièrement, Borromée insiste sur la confusion suscitée, dans plusieurs églises de Milan, par la présence de laïcs au milieu du clergé célébrant. La solution serait simple : « On doit prendre exemple de la cathédrale où tous s’asseoient à part du clergé, comme on le doit et comme nous l’enseigne spécialement saint Ambroise37. » Tout autant que l’exemplaire ambrosien, le cycle exalte le modèle du chantier de l’intérieur de la cathédrale, pour les autres églises de Milan.

La défense des libertés de l’église : un sous-texte ambrosien

  • 38 Homiliae, I, p. 21-22 et III, p. 145. Pour une compréhension du modèle, voir P. Brown, Pouvoir et (...)

21En dehors du cas particulier du chœur ecclésiastique, jamais Charles Borromée ne se réclame de l’exemple d’Ambroise dans la résolution de ses démêlés avec les gouverneurs. La liberté de parole et d’action ambrosienne est, certes, un modèle proposé aux clercs. Dans le second sermon de la saint Ambroise conservé, prononcé en 1583, Borromée célèbre le franc-parler (parrhésia) d’Ambroise dans ses rapports avec les empereurs. Les mots d’Ambroise brûlent comme le sel (Mt 5, 13) sur une blessure, corrodent les péchés. Jamais l’évêque ne tait la vérité, en aucune circonstance : quelle distance entre sa liberté de critique et le silence des prêtres modernes, qui craignent plus que tout de déplaire aux élites politiques38 !

  • 39 Homiliae, III, p. 151 : Discite hinc [de la Vie d’Ambroise] amatissime filio, quam indignum sit & (...)

22Mais le franc-parler de Borromée en chaire exclut l’évocation directe des conflits du temps. Ambroise lui-même n’a recours qu’une fois à l’adresse explicite au prince, lui préférant la lettre confidentielle. Charles Borromée est d’autant plus impétueux en chaire que les droits de l’Église sont menacés là où il prêche, mais la valeur politique de son sermon est intelligible de son auditoire sans être dite explicitement. Par exemple, le sermon du 7 décembre 1583 accorde une place beaucoup plus grande que celui de 1567 à la pugnacité d’Ambroise et à sa liberté de parole. Mais c’est le travail érudit de confrontation avec d’autres sources qui restitue les menaces exactes pour l’autorité ecclésiastique à Bellinzona, absentes du sermon39.

  • 40 Borromée à N. Ormaneto, Milan, 19 septembre 1573, éd. par M. Bonomelli, Milano e la Corte di Spagn (...)
  • 41 Borromée est très différent de René d’Argenson, chez qui le langage « sépare en deux vocabulaires  (...)

23L’action intrépide de Borromée se passe de la référence à Ambroise, comme de discours qui la théorisent, sur le modèle des épîtres ambrosiennes à Théodose. Pendant les semaines de forte tension de l’été 1573, par exemple, l’archevêque poursuit avec fermeté la voie qui lui semble dictée par les canons des conciles et par la bulle In Coena Domini : il persiste dans les activités courantes de son tribunal et dans l’usage des censures spirituelles contre les violateurs des libertés ecclésiastiques. Dans les écrits publiés pour les besoins de la procédure, aucune mention n’est faite du modèle d’Ambroise face à Théodose. Pourtant, l’archevêque relit alors les lettres d’Ambroise, comme il l’écrit au nonce en Espagne Nicolò Ormaneto, son ancien vicaire général. « Stimulé par un document très saint de saint Ambroise, qui écrit à ce sujet que, dans ses malheurs et ceux de son Église, il trouvait un refuge particulier dans la protection des saints qui étaient enterrés à Milan », Borromée visite les corps saints de Sant’Ambrogio et San Nazaro et, « particulièrement dans les jours où j’avais à faire des actes juridiques dans le procès du commandeur [de Castille, gouverneur de Milan], et le matin même de l’affichage des cédules [d’excommunication], j’allai dire la messe à Sant’Ambrogio40 ». Le sous-texte ambrosien de l’événement est donné dans cette lettre parce que certains ont mésinterprété le choix du lieu de la célébration, le matin du 28 août 1573, comme une insulte au gouverneur excommunié et une manifestation d’orgueil. C’est une des rares occurrences pour lesquelles Borromée révèle l’unité des deux sphères de son action pastorale, juridique et liturgique, à partir de l’exemple d’Ambroise : la Vie même d’Ambroise lui dicte l’exemple cohérent d’un juge animé de l’Esprit Saint41. Le modèle ambrosien de son action politique affleure uniquement dans une lettre écrite à l’un de ses anciens ministres.

  • 42 Déposition de F. Lino, secrétaire de Borromée, devant le vicaire criminel, 31 août 1573, éd. par A (...)

24L’implicite fait l’efficacité de la pastorale borroméenne, même au plus fort des controverses. En juillet 1573, déjà visé par une monition canonique, le gouverneur Requeséns laisse éclater sa colère en présence d’un ministre de l’archevêque : « Quand, auparavant, il prêchait, ici et en Espagne, sur la bonté et l’exemplarité du Cardinal, comme d’un nouveau saint Ambroise, à présent, il changerait de discours et dirait le pire qu’il pourrait contre lui, à tort ou à raison42. » Le nom d’Ambroise surgit dans la bouche même de l’administrateur accusé par Borromée de violer les droits épiscopaux. Or Requeséns reconnaît que médire contre Borromée, c’est bien conduire une campagne de diffamation qui n’ôte rien à la valeur de ce nouvel Ambroise. Il va jusqu’à admettre qu’en contestant l’action de l’archevêque, il endosse nécessairement le rôle du persécuteur inique.

  • 43 E. Cattaneo, Carnevale e quaresima nell’età di S. Carlo Borromeo, dans Ambrosius, 34, 1958, p. 51- (...)

25Une exception confirme la règle de l’implicite. L’initiative de mêler le nom d’Ambroise aux conflits politiques ne vient pas de l’archevêque, mais d’une partie des autorités civiques, qui se réclament d’Ambroise pour contester certaines dispositions de Borromée, entre 1578 et 158043. Le seul cas de réception sociale de l’exemple d’Ambroise est en effet un retournement du modèle contre l’autorité de Charles Borromée : c’est un cas épineux, dont il est impossible de jauger la représentativité. Pour Borromée, l’ambassade dépêchée à Rome contre lui ne représente qu’une poignée de mécontents, manipulés par le gouverneur et par le grand chancelier. Cet exemple ne préjuge pas, d’ailleurs, de l’adhésion des fidèles aux dévotions ambrosiennes encouragées par l’archevêché.

  • 44 « Milano e gli editti di Carlo Borromeo », 1578, éd. par G. Bologna, La Trivulziana per San Carlo,(...)

26L’autorité d’Ambroise est mobilisée sur deux plans par les censeurs de Borromée. Avec certains sermons ambrosiens à l’appui, les mémoires civiques contestent une réforme du calendrier liturgique, l’abolition du dernier dimanche de carnaval, intégré par Borromée au carême. Plus largement, ils dénoncent la « rigueur nouvelle », « contraire à la voie suivie par les saints pères, et particulièrement par saint Ambroise44 » : l’esprit d’Ambroise donne une unité aux critiques hétérogènes accumulées dans les mémoires. Ces patriciens cherchent à composer avec les décisions de l’archevêque en se réclamant d’Ambroise comme d’un défenseur de la stabilité de la forme urbaine et des usages. Pour obtenir un arbitrage pontifical, ils dépêchent une ambassade à Rome, au début de 1580.

  • 45 Archives diocésaines de Milan, VII, procès en canonisation de Charles Borromée, c. 2, n.f., Grégoi (...)
  • 46 La lecture du bref par un ministre de l’archevêque en conseil des LX est une certitude : cf. Archi (...)
  • 47 BAMi, F 175 inf., f. 300v, Nec vero vestri iam dissimiles vos sitis, quibus, Deo bene iuvante, qua (...)

27L’ambassade échoue : Grégoire XIII renvoie les orateurs à Milan avec un bref, qui invite les Milanais à obéir à toutes les décisions de leur pasteur exemplaire, sans faire référence à Ambroise45. Comme les ambassadeurs refusent de divulguer à Milan un bref qui signe l’échec de leur mission, l’archevêque charge l’un de ses ministres d’en composer une version plus ample, probablement pour la faire lire pendant une séance du conseil général des LX, en juin 1580 ; dans cette leçon sur l’obéissance administrée à Milan, Ambroise tient une place de choix46. Les différents griefs de l’ambassade y sont repris et réfutés, alors que le bref appelle à l’obéissance sans plus de détails : l’examen des œuvres d’Ambroise a prouvé la légitimité de la restauration du premier dimanche de carême et de l’élévation de la fête de Gervais et Protais en fête de précepte. Plus largement, l’obéissance est définie comme une vertu enseignée par Ambroise aux Milanais : « Ne soyez pas différents de vous-mêmes, qui, avec l’aide de Dieu, comme par droit de succession, avez hérité de la modestie, de la probité de mœurs et de la vertu d’obéissance de vos ancêtres, à qui, jadis, le très bienheureux Ambroise a recommandé l’ardeur à bien agir par des sermons remarquables47. »

  • 48 Le développement qui suit repose sur les instructions données à Carlo Bascapè : « Concetti stabili (...)
  • 49 A. Rovetta, art. cité, p. 178-179.
  • 50 « Concetti stabiliti », loc. cit., p. 75 : « il Cardinale facilmente si contenta di patir tutto, p (...)

28Peu de temps après le retour des orateurs civiques à la Curie, un ministre de l’archevêque, Carlo Bascapè, est envoyé à Madrid pour appeler Philippe II à un dépassement des conflits « par voie de conscience », par opposition à la voie de la chicane48. Son arrivée est précédée par l’envoi du vrai portrait d’Ambroise, prototype de celui gravé dans les œuvres complètes romaines, si l’on excepte la barbe, rajoutée par les éditeurs. Le modèle, difficilement identifiable au premier coup d’œil, est le médaillon qui représente saint Ambroise, alors conservé au-dessus de l’orgue de Sant’Ambrogio49 : ses traits apaisés sont un gage de concorde. Bascapè doit représenter au souverain l’« esprit de contradiction et de désobéissance » qui règne à Milan et les affronts supportés par Borromée : « Le Cardinal accepte sans peine de tout subir, puisqu’il sait qu’il n’égale pas saint Jean Chrysostome, qui, de son vivant, fut taxé par beaucoup d’insolent, ni saint Ambroise, qui fut appelé tyran50 ». La comparaison est ici explicite, à l’initiative de l’archevêque lui-même – quoique prononcée par l’un de ses ministres. Mais cette assimilation reste l’exception. Elle vient clore la période la plus incertaine de l’épiscopat de Charles Borromée, pendant laquelle il a pu craindre pour le soutien de la papauté à son action. En général, l’exemplaire ambrosien se passe de mots qui le surlignent.

Frédéric Borromée : La faiblesse de l’explicite ?

29La retenue de Charles Borromée dans le maniement de l’exemple politique d’Ambroise frappe d’autant plus si l’on s’intéresse aux conflits les plus durs de l’épiscopat du second Borromée, entre 1596 et 1601. Référence est faite explicitement à Ambroise comme modèle politique. Cette invocation répétée donne prise à une réfutation ironique de la part des ministres royaux et introduit le soupçon d’une posture ambrosienne : comme si nous étions au temps d’Ambroise !

  • 51 AGS, Estado, Leg. 1280, f. 114, Velasco à Philippe II, 21 octobre 1596 : l’insolence du cardinal o (...)

30C’est le gouverneur Juan Fernández de Velasco qui dénonce une mise en scène ambrosienne des malheurs de l’Église milanaise. Le 12 septembre 1596, les autorités civiles publient un édit pour la défense de la juridiction royale, à l’origine d’une paralysie des activités des tribunaux ecclésiastiques, aux dires de Frédéric Borromée. En octobre 1596, à la demande de l’archevêque, tous les prêtres de Milan lisent la prière A cunctis pour la liberté de l’Église, « comme si c’était l’époque des Ariens », relève le gouverneur Velasco dans une lettre à Philippe II51. À en croire Velasco, ces prières plongent la ville dans la plus grande confusion, parce qu’elles évoquent les chants de défense inventés par Ambroise dans le conflit des basiliques. Elles relèvent d’une pure exagération, sans rapport réel avec la situation de l’Église milanaise.

  • 52 J. F. de Velasco, Quaderno de varias escrituras en las diferencias de iurisdiciones ecclesiastica (...)

31Si ces prières de protection ne sont pas si ambrosiennes que Velasco ne le dit, l’exemple d’Ambroise tient bien une place éminente dans la défense des libertés de l’Église de Milan à la fin du xvie siècle, mais dans des lettres confidentielles. Le gouverneur Velasco est le destinataire d’une de ces lettres modelées sur l’exemple des épîtres d’Ambroise à Théodose. Le 28 août 1597, « non sans résistance ni répugnance », et avec force précautions, poussé par la « force de la vérité, et l’aiguillon de la divine volonté », le cardinal Cesare Baronio rappelle à Velasco que l’accident grave advenu à son fils est l’effet de la providence divine, destiné à lui ouvrir les yeux sur ses devoirs de chrétien52. Il écrit manifestement de sa propre initiative, après que Clément VIII a décidé d’ouvrir des négociations durables à Rome. Dans un contexte de modération des exigences de la papauté, seul l’exemple d’Ambroise autorise l’âpreté de ses mots. Le cardinal cite une des lettres où Ambroise définit la liberté de ton sacerdotale comme politique, rendue possible par la patience du prince (Lettre 74, 2) : « Ce n’est pas [digne] d’un empereur que de refuser la liberté de parole, ni d’un évêque que de taire ce qu’il pense. » Sans tirer l’interprétation trop loin, il faut souligner que Frédéric Borromée a quitté Milan au printemps 1597, pour chercher à obtenir la résolution des controverses à Rome. Sans doute cette absence autorise-t-elle des prélats romains, comme Cesare Baronio, à se faire directement les interprètes d’Ambroise.

  • 53 J. F. de Velasco, op. cit., p. 337-338, J. de Velasco à [C. Baronio], 12 septembre 1597, Milan : « (...)

32Mais Velasco se dérobe à la leçon. Sa réponse est une merveille d’ironie : « L’autorité de saint Ambroise n’était pas nécessaire pour que je reçoive [votre avis] en bonne part et avec plaisir. » Après avoir répété les obligations de sa charge de ministre, il rappelle que, à l’époque de Charles Borromée, ce n’est pas le gouverneur, mais bien l’archevêque, qui a été la cible d’un attentat, preuve que ce sont pas toujours les impies à subir le courroux divin53. Bien plus, loin de se conformer à l’humilité théodosienne attendue de lui, Velasco publie la lettre confidentielle de Baronio, sans dévoiler son nom, dans un récit polémique des conflits qui l’opposent à Frédéric Borromée. La lettre charitable est remployée au service d’une apologie du ministre martyre, victime des excès de plume de prélats hostiles ou mal informés.

  • 54 M. Navoni, art. cité, p. 118-119.

33Au cœur de la Vie et de la Milan d’Ambroise prêchées par Charles Borromée, il y a l’exemplaire : l’amendement de soi est stimulé par les regards des autres. Le souci de donner l’exemple abolit la distance entre le temps d’Ambroise et celui de Charles Borromée. À l’instar de Borromée lui-même, le fidèle ambrosien doit agir dans un présent ambrosien perpétuel, comme le note avec acuité Marco Navoni54. L’archevêque enseigne moins aux Milanais ce qu’Ambroise a fait que ce qu’il continue de faire à Milan, continuellement, en révélant la permanence des « saintes institutions ambrosiennes ». Dans cette perspective, il inscrit la Vie d’Ambroise dans le lieu de la célébration liturgique, plutôt que dans un livre, sous la forme d’un récit érudit. Cette trame ambrosienne est d’autant plus parfaite qu’elle ne se montre jamais pour justifier l’autorité épiscopale. Certes, dans l’épreuve avec les autorités civiles, elle peut affleurer, au risque de nourrir l’accusation d’orgueil. Mais, si l’on excepte la crise de 1579-1580, seul exemple de réversibilité de l’exemple ambrosien, Borromée se réclame constamment d’Ambroise sans mêler son nom aux luttes politiques. L’absence de formalisation ambrosienne de ses actes, par quelqu’écrit que ce soit, est encore la voie la plus efficace pour éviter un affront similaire à celui qu’essuie Cesare Baronio. Car une lettre écrite ad aures, comme Ambroise écrit à Théodose, peut s’échapper rapidement et circuler à des fins polémiques.

Notes

1 M. de Certeau, La Fable mystique, xvie- xviie siècle, Paris, 1982, p. 9.

2 L. Giavarini (dir.), Construire l’exemplarité : pratiques littéraires et discours historiens, xvie- xviiie siècles, Dijon, 2008 ; M.-A. Polo de Beaulieu, A. Boureau et P. Collomb, « Le tonnerre des exemples » : « exempla » et médiation culturelle dans l’Occident médiéval, Rennes, 2010 ; V. Duché et M. Jeay (dir.), Le récit exemplaire, 1200-1800, Paris, 2011.

3 Le rôle de son ministre Pietro Galesini a été exagéré par F. Costa, Il carteggio Peretti-Borromeo per l’edizione romana delle opere di S. Ambrogio (1579-1585), dans Miscellanea francescana, 86, 1986, 2-4, p. 821-877.

4 Elle apparaît surtout dans son attachement à un rite. Voir C. Alzati, Carlo Borromeo e la tradizione liturgica della chiesa milanese, dans F. Buzzi et D. Zardin (éd.), Carlo Borromeo e l’opera della « grande riforma ». Cultura, religione e arti del governo nella Milano del pieno Cinquecento, Milan, 1997, p. 37-46.

5 A. Rovetta, Ambrogio in Pinacoteca Ambrosiana : attestazioni iconografiche in età borromaica, dans Studia Ambrosiana, 4, 2010, p. 155-186.

6 M. de Certeau, Charles Borromée (1538-1584), dans Id., L. Giard (éd.), Le lieu de l’autre. Histoire religieuse et mystique, Paris, 2005, p. 117. Cette vie/Vie est celle de l’Évêque tridentin. Le modèle d’Ambroise n’apparaît pas dans son étude.

7 C. Borromée, G. A. Sassi (éd.), Homiliae nunc primum in lumen productae…, Milan, 1747 [désormais : Homiliae], I, p. 89 : majores Prelati, qui in primo Ordine constituti sunt, ut ea, quae Deus Ecclesiae et ipsis revelavit, inferioribus Praelatis primò manifestent verbo, monstrent exemplo. Résumé par A. Prosperi, Clerics and Laymen in the Work of Carlo Borromeo, dans J. M. Headley et J. B. Tomaro (dir.), San Carlo Borromeo. Catholic Reform and Ecclesiastical Politics in the Second Half of the Sixteenth Century, Washington/Londres/Toronto, 1988, p. 115.

8 Voir aussi la récente synthèse de M. Navoni, Ambrosius quem sibi imitandum proposuerat : il patrono di Milano riletto da Carlo Borromeo, dans Studia Ambrosiana, 4, 2010, p. 115-131.

9 E. Galli, Il sigillo episcopale ambrosiano, dans Ambrosius, 1, 1925, p. 123-128.

10 Homiliae, I, p. 23-24 : « questo glorioso Santo ricordevole della prima regola Pastorale, di non stimar la vita medesima, ove ne vada il beneficio spirituale del suo gregge » ; p. 26 : « ha soddisfatto alla seconda regola Pastorale : Ego cognosco oves meas » ; p. 27 : « studioso di congregare, riunire, e rivocare dagli errori le pecorelle disperse ». Sur ce sermon, voir A. Prosperi, Clerics and Laymen in the Work of Carlo Borromeo, art. cité, p. 115-117.

11 Institutionum ad oblatos S. Ambrosii pertinentium epitome, Milan, 1581 [Éd. consultée : Milan, 1716], livre I, chap. 1, p. 1 et livre III, chap. 1, p. 34-35.

12 Institutionum, op. cit., salut de Charles Borromée aux oblats, Milan, 13 septembre 1581 : Vos estis Filij tanquam Civitas in altissimo monte sita, & oculis omnium exposita.

13 Archives diocésaines de Milan, X, S. Sepolcro, 9, San Sepolcro, 12 juin 1584, éd. dans Homiliae, IV, p. 274-276 (avec des variantes de détail), p. 276-277 : Deflere omnes cogebantur, deturpatam adeò, ac deformatam tam sancti patris Ambrosij scolam ; et p. 274 : Cum perijsset ferè omnis in Diocesi hac ecclesiastica disciplina ; cum depravati paenitus et corrupti essent illarum mores, […], nostis, inquam, quia Patri misericordiarum, clementissimo Deo placuit aspicere super hanc vineam suam, et collabentem pene religionem resuscitare ; et in quibusdam spiritum suum principalem excitare, qui se Deo, et Beatissimo Patri nostro Sancto Ambrosio devoventes ; non modo ea ipsi praestarent excellentissime, quae clerici omnes tenentur ; sed essent alijs tamquam Antesignani et Duces, ac veluti splendissima quaedam astra, in universi hac Dioecesi caeteris praefulgentia, alios quoque exemplo suo ad emendationem vitam perducerent.

14 Homiliae, I, p. 28-29 : « voi Magistrati, Padri, e Madri di famiglia ; voi tutti, che in qual si voglia modo avete cura, e governo d’anime ; anzi Cristiani tutti, che tutti per ora mi giova di chiamare in un certo modo Pastori, come tutti siete obligati ad ajutare il buon progresso spirituale delle anime di que’, che sono nel governo vostro ». « Siamo buoni pastori, seguendo le vestigie sue, e del nostro Ambrosio ».

15 Acta Ecclesiae Mediolanensis…, Milan, 1599 [1re éd., 1582 = désormais AEM], IIe synode diocésain, 1568, decretum V, p. 336.

16 AEM, 1599, p. 1098, 8 mai 1582, lettre pastorale pour la translation des reliques de San Simpliciano : « Ma tu, Milano, odi quello che dice il tuo pastore S. Ambrogio : Agnoscamus, carissimi, circa ecclesiam nostram uberiorem divinorum munerum largitatem. Exultant foelices singularum urbium populi, si unius saltem martyris reliquiis muniantur : Ecce nos populos martyrum possidemus ». Voir aussi G. F. Bascapè, Libro d’alcune chiese di Milano fatto nell’occasione del giubileo d’ordine dell’ill. Monsig. Cardinal di Santa Prassede, Arcivescovo di Milano…, Milan, 1576, f. F4v. Sur ce sermon pseudo-ambrosien [PL, 17, p. 715-719 = CPPM, I 65], voir C. Lanéry, Ambroise de Milan hagiographe, Paris, 2008, p. 426-434.

17 Il faut leur ajouter le complexe cathédral et San Lorenzo. Cf. S. Lusuardi Siena, M. P. Rossignani et M. Sannazaro, La Milano di Ambrogio, dans La città e la sua memoria. Milano e la tradizione di sant’Ambrogio, Milan, 1997, p. 15-128. Mais, pour les modernes, les cas de la cathédrale et de San Lorenzo sont épineux : Bascapè reste flou.

18 Homiliae, I, p. 23.

19 G. F. Bascapè, Libro d’alcune chiese, op. cit., f. G4r: «Ricordiamoci solamente ad utilità nostra, de’paterni, divini ricordi che già diede a questo popolo […] Poniamo, si come è sotto l’altare il suo santo corpo, che egli vi stia avanti ragionando, et ricordandoci i nostri falli, e quel che saria nostro bene».

20 G. F. Bascapè, Libro d’alcune chiese, op. cit., f. G5v: «Queste sante ammonitioni, et altre infinite ci fece gia il nostro caro Pastore, et maestro, et ce le ha lasciate in perpetuo, perche non ce le smenticassimo mai. Perche non l’obediamo noi? Perche non ci ricordiamo de’suoi santi ricordi a tutte l’hora; et piu, quando entriamo in questa sua santa chiesa, dove il suo sacro corpo giace? […] non mancano successori, et imitatori suoi, che non cessano di ridurgli à mente à chi loro vuol porgere orecchia ».

21 AEM, 1599, « De aspersione Aquae sanctae, & benedictione aedium », p. 1059-1060, 19 décembre 1576 ; « Literae de visitatione populi, & praeparatione », 2 février 1577, p. 1064.

22 AEM, 1599, « Avvertenze per la Benedittione delle case », s. d., p. 1060-1061.

23 AEM, 1599, p. 1061.

24 BAMi, P 248 sup., Prima parte, ò Primo Compendio delle cose più nottabili successe alla città di Milano, et particolarmente alla fameglia de Monti habitanti sopra la Cantarana, nella parochia de Santo Stefanino detto in Bregogna de Porta Orientale. Cominciando da la edifficatione del Domo, che fù l’anno 1386, sino a l’ano 1578, f. 116r : « come vigilante pastore verso le sue pecore, et inspirato da Dio discorendo nelle opere di santo Ambrosio, nelle quale continuamente studiando si esercitava, et considerando esser tanto tempo che tal santo uso non si osservava, volse ch’allora si benedicessero tutte le case ».

25 C. Borromée, Libretto de i ricordi al popolo della Città et diocese di Milano, dati dall’Illustriss. Card. di S. Prassede…, Milan, 1578 ; préface, 20 décembre 1577, A4v : « l’essempio del padre nostro sant’Ambrogio, che, mentre che governò questa Chiesa, & con sermoni, & con varij scritti, & con altri muodi diede à tutto questo popolo, & particolarmente à ciascun stato di persone, instruttioni, regole, & ricordi della disciplina, e vita perfetta Christiana ».

26 A. M. Brizio, Sant’Ambrogio in maestà nel coro ligneo del duomo fra i santi martiri e i santi vescovi della chiesa milanese, dans A. Paredi et A. M. Brizio (dir.), Sant’Ambrogio nell’arte del Duomo di Milano, Milan, 1973, p. 59-87 ; E. Brivio et M. Navoni, Vita di Sant’Ambrogio narrata nell’antico coro ligneo del Duomo di Milano, Milan, 1996. Le cycle est entamé dès 1567, mais un incendie du chantier de la cathédrale, en 1569, retarde son exécution. Les premiers mandats de paiement datent de 1572.

27 M. Navoni, art. cité, p. 124-125.

28 C. Baronio, Vita sancti Ambrosii Mediolanensis episcopi… dans F. Peretti (éd.), Tomus sextus Sancti Ambrosii Episcopi Mediolanensis operibus adiunctus, Rome, 1587. Baronio en fait lire une première version par Borromée, à l’occasion de son passage à Rome. Cf. BAMi, F 67 inf., f. 423r-v, C. Speciano à Borromée, Rome, 2 juin 1582 et F 64 inf., f. 128r-129v, Borromée à C. Speciano, minute, septembre 1582. Si Borromée a pu transformer le texte initial, ses conseils sont pour nous perdus.

29 Voir le plan des autels de la cathédrale à l’arrivée de Charles Borromée dans Il Duomo di Milano. Dizionario storico artistico e religioso, Milan, 2001, p. 20.

30 Elle provient probablement de Sant’Ambrogio et est mentionnée pour la première fois dans un inventaire dressé le 22 février 1577, cf. A. Palestra, Le visite pastorali del Card. Carlo Borromeo al Duomo e alla veneranda fabbrica del Duomo di Milano, dans Il Duomo Cuore e Simbolo di Milano. IV centenario della Dedicazione (1577-1977), Milan, 1977, p. 207-214.

31 E. Brivio et G. B. Sannazzaro, Presbiterio, dans Il Duomo di Milano. Dizionario, op. cit., p. 466-468.

32 A. M. Brizio, art. cité, p. 76.

33 Pour toutes ces scènes, le modèle et la gravure sont exécutés du vivant de Charles Borromée, en 1582-1583, sauf pour la scène de l’absolution : le modèle est exécuté en 1582, la gravure en 1591 ; et pour la scène où Ambroise chasse Théodose du presbytérium : le modèle est exécuté en 1582, la gravure en 1597. Cf. E. Brivio et M. Navoni, Vita di Sant’Ambrogio, op. cit., pl. 36-41.

34 P. Courcelle, Recherches sur saint Ambroise. « Vies » anciennes, culture, iconographie, Paris, 1973, p. 84-89.

35 E. Brivio et M. Navoni, Vita di Sant’Ambrogio, op. cit., pl. 56.

36 Ibid., pl. 25.

37 BAMi, F 53A inf., f. 271v, Borromée à Cesare Speciano, Milan, 11 septembre 1574 : « si deve pigliare essempio dalla Cattedrale ; dove tutti stanno distintamente dal Clero, come è il dovere, et come insegnò specialmente santo Ambrosio ». Le problème de la place du gouverneur et des magistrats royaux pendant l’office est loin d’être résolu : il resurgit en 1578, et encore sous l’épiscopat des successeurs de Charles Borromée. Pour 1578, voir Ch. Sylvain, Histoire de saint Charles Borromée…, Lille, 1884, II, p. 206.

38 Homiliae, I, p. 21-22 et III, p. 145. Pour une compréhension du modèle, voir P. Brown, Pouvoir et persuasion dans l’Antiquité tardive. Vers un Empire chrétien, Paris, 1998 [1992], p. 156-157 et G. Nauroy, Ambroise de Milan. Ecriture et esthétique d’une exégèse pastorale, Bern, 2003 [1985], p. 20-24.

39 Homiliae, III, p. 151 : Discite hinc [de la Vie d’Ambroise] amatissime filio, quam indignum sit & temerarium, Laicos audere Sacerdotum sese negotiis ingerere. Borromée donne cependant trois exemples d’ingérence : la transgression des lieux réservés aux clercs dans les églises ; l’ingérence dans les procès qui reviennent au tribunal ecclésiastique et les violences contre les clercs. Sur le contexte, voir la note érudite de G. A. Sassi, Homiliae, III, p. 152.

40 Borromée à N. Ormaneto, Milan, 19 septembre 1573, éd. par M. Bonomelli, Milano e la Corte di Spagna : un carteggio inedito di Carlo Borromeo, Rome, 2008, p. 84-85 : « eccitato particolarmente da un documento santissimo di Santo Ambrosio, il quale scrive a questo proposito che nelle tribolationi sue e di questa Chiesa, haveva particolare rifuggio alla protettione de’santi ch’erano sepolti in Milano, ho visitato questi corpi santi più insigni […] et in spetie quei giorni ch’io havevo da fare atti giuridici nel processo del Commendatore et la mattina istessa dell’affissione delle cedule io andai a dir Messa a Santo Ambrosio ». Pour une vue efficace des controverses et de la bibliographie, voir C. Mozzarelli, Lettere per Madrid. Carlo Borromeo al nunzio (1572-1581), dans Milano e la Corte di Spagna, op. cit., p. 13-37.

41 Borromée est très différent de René d’Argenson, chez qui le langage « sépare en deux vocabulaires » l’intendant et le dévot, indice d’une « juxtaposition de deux « ordres », l’un spirituel, l’autre profane ». Voir M. de Certeau, Politique et mystique. René d’Argenson (1596-1651), dans Le lieu de l’autre, op. cit. [1963], p. 287.

42 Déposition de F. Lino, secrétaire de Borromée, devant le vicaire criminel, 31 août 1573, éd. par A. Sala, Documenti circa la vita e le gesta di San Carlo Borromeo, Milan, 1857, II, p. 26 : « dove prima predicava et qui et in Spagna della bontà ed esemplarità del Cardinale come d’un nuovo S. Ambrosio, hora volterebbe mano, et direbbe quel peggio che potesse contra di lui o a dritto o a torto che fosse ».

43 E. Cattaneo, Carnevale e quaresima nell’età di S. Carlo Borromeo, dans Ambrosius, 34, 1958, p. 51-73.

44 « Milano e gli editti di Carlo Borromeo », 1578, éd. par G. Bologna, La Trivulziana per San Carlo, Milan, 1984, III, p. 24 : « questo nuovo rigore non ci pare conforme alla strada tenuta dai santi padri, e in particolare da S. Ambrogio ». Plus largement, voir p. 23-30. Pour le refus de l’abolition du dernier dimanche de carnaval, voir l’instruction donnée aux ambassadeurs le 10 décembre 1579, éd. par M. Formentini, La dominazione spagnuola in Lombardia, Milan, 1881, doc. 150 : « Secondo la commutatione del nostro solito giorno di carnevale […] repugne alle vere traditioni del nostro Santo Ambrosio. »

45 Archives diocésaines de Milan, VII, procès en canonisation de Charles Borromée, c. 2, n.f., Grégoire XIII aux Milanais, 9 mars 1580.

46 La lecture du bref par un ministre de l’archevêque en conseil des LX est une certitude : cf. Archivio storico dei Padri Barnabiti, Rome, Lettere di governo di san Carlo, II, f. 369v, Borromée à C. Speciano, Rome, 2 juin 1580. Pour la version amplifiée du bref, cf. BAMi, F 175 inf., f. 292r-301r. Que le bref soit lu sous cette forme est une hypothèse de ma part, pour comprendre la rédaction, en latin, d’une ample glose du bref initial.

47 BAMi, F 175 inf., f. 300v, Nec vero vestri iam dissimiles vos sitis, quibus, Deo bene iuvante, quasi haereditario iure modestia, morumque probitas, & obedientiae virtus relicta est a maioribus vestris, quorum in bene agendo studium beatissimus Ambrosius in Concionibus eximie aliquando commendavit.

48 Le développement qui suit repose sur les instructions données à Carlo Bascapè : « Concetti stabiliti col signor Cardinale per dire et detti poi in voce a Sua Maestà », éd. par A. Sala, Documenti circa la vita e le gesta di San Carlo Borromeo, Milan, 1857, II, p. 70-96.

49 A. Rovetta, art. cité, p. 178-179.

50 « Concetti stabiliti », loc. cit., p. 75 : « il Cardinale facilmente si contenta di patir tutto, poichè sa, che non è da più di S. Giovanni Chrisostomo, che vivendo fu biasmato da molti per uno insolente, nè da più di Sant’Ambrosio, che fu chiamato tiranno ».

51 AGS, Estado, Leg. 1280, f. 114, Velasco à Philippe II, 21 octobre 1596 : l’insolence du cardinal ou de ses conseillers va « hasta ordenar a todos las Curas de Milan que viecen con publica letania la oracion « A cunctis » per la libertad de la Iglesia, come si fuera en tiempo de los arrianos ». Dans le Missel romain, cette prière ne figure pas dans la liste des prières dirigées contre les persécuteurs de l’Église, mais « ad poscenda suffragia sanctorum », cf. Missale romanum…, Paris, 1583 [1570], f. 33r. Sur le contexte, voir au moins A. Borromeo, Le controversie giurisdizionali tra potere laico e potere ecclesiastico nella Milano spagnola sul finire del Cinquecento, in Atti dell’accademia di San Carlo, 4, 1981, p. 43-89.

52 J. F. de Velasco, Quaderno de varias escrituras en las diferencias de iurisdiciones ecclesiastica y real del Estado de Milan, Milan, 1597, p. 335-336, [C. Baronio] à J. de Velasco, Rome, 28 août 1597 : « Gli hò scritto non senza resistenza, e repugnanza, ma più hà possuto in me la forza della verità, & la spinta della Divina volunta. » Sur l’identité du correspondant de Velasco, voir C. Bascapè dans C. Annoni (éd.), Documenti spettanti alla S. storia della chiesa milanese, Côme, 1839, p. 66.

53 J. F. de Velasco, op. cit., p. 337-338, J. de Velasco à [C. Baronio], 12 septembre 1597, Milan : « no fuera menester la auctoridad de Sanct Ambrosio para que la recibiera en buena parte, y con mucho gusto ».

54 M. Navoni, art. cité, p. 118-119.

Auteur

Agrégée d’histoire et docteur en histoire moderne de l’université de Paris-Sorbonne (2013), Marie Lezowski est membre post-doctoral de l’École française de Rome. Ses recherches portent sur l’histoire du savoir dans l’Italie moderne et sur l’histoire des objets sacrés. Elle travaille actuellement à un livre sur la fondation de la Bibliothèque Ambrosienne de Milan (parution en 2015) et à plusieurs enquêtes sur les circulations de reliques et d’objets de piété.

© Éditions de la Sorbonne, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540