Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mémoire d’Ambroise de Milan

 | 
Patrick Boucheron
, 
Stéphane Gioanni

Troisième partie. L’autorité d’Ambroise dans les controverses médiévales : doctrines, Église et société

Les combattants d’Ambroise

Commémorations et luttes politiques à la fin du Moyen Âge

Ambrosian Defenders. Memory and Political Struggles of the Fifteenth Century

Patrick Boucheron

Résumé

In Milan, the period between 1447 and 1450 has for a long time been referred to as the “Ambrosian republic” in the historiography, largely because of the feverish commemoration of the saint-bishop which accompanied this political mobilisation. They open a “breach in the barricades” through which another history of the memory of Ambrose can be glimpsed, one which an excessively monolithic conception of civic religion disguises: a history, indeed, of a divided memory. This capacity for collective mobilisation, containing within it an appeal to Ambrose, can be seen very clearly in the proclamations of the Capitanei found in the Registri Panigarola which have been edited by Alfio Natale. This paper have undertaken a serial analysis of these proclamations (crida et bando). This analysis bears witness to the progressive snow-balling of a discourse of a republic in danger amongst rising political tension and the emergence of new threats. Indeed, when one starts to consider the proclamations of the Capitanei as a literature of political action, the development of their vocabulary points clearly to a sacralisation of political practice—a “civil” religion rather than a “civic” religion.

Texte intégral

  • 1 J.-Ch. Léonard Simonde de Sismondi, Histoire des républiques italiennes du Moyen Âge, Paris, 1840, (...)
  • 2 Ibid., p. 156-157. Pour Sismondi, l’épisode de la République ambrosienne est d’autant plus importan (...)

1« Quatre citoyens également distingués par leur naissance, leur richesse, leurs talents et leur zèle pour le bien public, Antoine Trivulzio, Théodore Bossi, George Lampugnano et Innocent Cotta, se réunirent pour assurer la liberté de leur patrie, et s’engagèrent par serment à ne jamais permettre qu’elle retombât sous le joug. Au point du jour la ville entière fut remplie de la nouvelle de la mort de Visconti ; toutes les boutiques demeurèrent fermées, des chaînes furent tendues dans toutes les rues, et les passages qui aboutissaient au château furent coupés par des fossés profonds1. » Ainsi débute, dans l’Histoire des républiques italiennes du Moyen Âge, le récit enflammé de ce triennio révolutionnaire qui, de la mort du duc de Milan Filippo Maria Visconti le 13 août 1447 à la prise du pouvoir par Francesco Sforza le 25 février 1450, interrompt brutalement le cours historique de l’Italie princière par une parenthèse républicaine que l’historiographie a placée sous l’invocation de saint Ambroise. Nul doute pour Sismondi, qui tient la plume dans la première moitié du xixe siècle, que se joue là un chapitre essentiel dans l’histoire générale de l’émancipation politique : « Dans tout le duché, une oppression égale avait donné un désir égal de liberté ; dans toutes les villes, le nom de république avait été proclamé ; mais, dans presque toutes, l’amour de l’indépendance nationale égalait tout au moins l’amour de la liberté politique. Le joug des Milanais était détesté autant que celui des Visconti, et chaque cité qui avait été république voulait le devenir de nouveau2. »

  • 3 Sur cette notion de communitas à l’œuvre dans l’expérience républicaine milanaise de 1447-1450, voi (...)
  • 4 Voir notamment sur ce point Riccardo Fubini, Italia quattrocentesca. Politica e diplomazia nell’età (...)
  • 5 Id., Le pouvoir de bâtir. Urbanisme et politique édilitaire à Milan (xive-xve siècles), Rome, 1998 (...)

2Les conjurés de 1447 n’ont aucune intention d’établir un nouveau régime. Ils n’aspirent qu’à la reconstitution de la Communitas Libertatis Mediolani, abstraction politique qui renvoie aux temps anciens de l’autonomie communale – et c’est évidemment par cet effort de retour en arrière qu’ils sont proprement révolutionnaires. Car il est faux de dire que la commune est inscrite dans un passé ancien : elle a constitué, une fois pour toute, la res publica, et cet ordre public peut toujours être réactivé3. Tel est, peut être, l’un des ressorts politiques essentiels de l’histoire du Quattrocento : si l’exercice du pouvoir y obéit partout, ou presque, à un style de gouvernement que l’on peut sans peine qualifier de monarchique (au sens où la monarchie désigne le pouvoir d’un seul, la royauté n’en étant qu’une des modalités particulières), les constructions institutionnelles dans lesquelles il prend place ne disposent jamais d’autres ressources de légitimation idéologique que les formes républicaines héritées de la commune4. Et si la domination seigneuriale en neutralisait les potentialités politiques, elle n’en pouvait effacer les traces, toujours susceptibles d’être réaffectées au présent d’une histoire réconciliée. Rien ne l’exprime mieux sans doute que la manière dont les dirigeants de la République ont mis en scène la destruction symbolique du Castello de Porta Giovia, citadelle honnie d’un pouvoir redouté, dont les pierres sont ramenées au centre de la ville pour être remployées sur le chantier du Dôme de Milan : on restaurait alors l’histoire civique dans une continuité que rendait visible l’insistance des lieux, et que les princes avaient transgressée en s’éloignant par eux-mêmes du foyer urbain de la légitimité politique5.

  • 6 E. Morin, Cl. Lefort et J.-M. Coudray (alias Cornelius Castoriadis), Mai 68 : la brèche, Paris, 196 (...)
  • 7 Voir sur ce point G. Chittolini, Dagli Sforza alle dominazioni straniere, dans J. Shell et L. Caste (...)
  • 8 A. R. Natale, Un contributo alla storia dell’Archivio della Reppublica Ambrosiana, dans Acme, 34, 1 (...)
  • 9 Id., Stilus cancellariae. Formulario visconteo-sforzesco, Milan, 1979 (Acta italica, 19), p. XVI et (...)
  • 10 On ne peut sur ce point que renvoyer aux travaux fondamentaux de N. Loraux, La cité divisée. L’oubl (...)

3Dès lors, si la République ambrosienne fait coupure dans l’histoire de Milan, c’est bien à la manière d’une brèche – au sens où Edgar Morin, Claude Lefort et Cornelius Castoriadis usèrent de ce mot, à chaud, pour désigner ce qui avait surgi en Mai 1968 dans l’effervescence d’une nouvelle parole politique et fissurait l’ordre ancien6. Une brèche peut être minuscule, elle ne se referme jamais tout à fait. Car ce que l’on y a aperçu, aucun pouvoir ne pourra faire en sorte qu’on ne l’ait pas vu. Dès lors s’y engouffre une autre histoire : celle, souterraine, du républicanisme italien de la seconde moitié du xve siècle, toujours susceptible de retours fracassants, et fragilisant l’ensemble de l’édifice politique7. On comprend pourquoi le pouvoir princier a tenté dès 1450 d’imposer à cet épisode une damnatio memoriae, passant notamment par une politique documentaire visant à la fois à éliminer les traces archivistiques de la république8 et à reconstituer une continuité diplomatique de l’activité de chancellerie9, précisément pour colmater la brèche. Mais on comprend tout aussi bien pourquoi ces politiques de l’oubli volontaire sont vouées à l’échec10.

  • 11 P. Verri, Storia di Milano, rééd. Florence, 1851, t. 2, p. 4.
  • 12 Voir encore A. Colombo, Della vera natura e importanza dell’Aurea Repubblica Ambrosiana, dans Racco (...)
  • 13 Ce « refroidissement historiographique » est clairement perceptible dans l’exposé sobre et mesuré d (...)
  • 14 Voir, par exemple, F. Leverotti, Diplomazia e governo dello stato. I « famigli cavalcanti » di Fran (...)
  • 15 M. Spinelli, Ricerche per una nuova storia della Repubblica ambrosiana, dans Nuova rivista storica, (...)
  • 16 L. Martines, Power and Imagination. City-States in Renaissance Italy, Baltimore, 1979, p. 140-148.
  • 17 Voir dernièrement P. Grillo, The Long Life of the Popolo of Milan. Revolts Against the Visconti in (...)

4Du point de vue historiographique également, la damnatio memoriae sur la République ambrosienne s’exerça longtemps, mais ne put empêcher les redécouvertes fiévreuses. Dans sa Storia di Milano (1783), le comte Pietro Verri considère encore ce régime avec suspicion : il ne s’agissait au fond que d’un gouvernement faible, dirigé par « six mauvais souverains » qui n’avaient aucune légitimité à le faire11. Ce n’est que dans le contexte risorgimentale que la république ambrosienne devient un enjeu de mémoire : ainsi pour le publiciste lombard Aurelio Bianchi-Giovini (1799-1862), traducteur de l’Histoire de la république de Venise de Pierre-Antoine Daru, dont l’abondante œuvre historique soutient la polémique anti-cléricale. Par réaction à une historiographie qui exaltait avec grandiloquence cette libération du joug de la tyrannie12, les historiens positifs du xxe siècle en ont peut-être exagérément minimisé l’importance13. Certes, on a appris à se dégriser par rapports aux discours d’autojustification des humanistes, et les analyses prosopographiques montrent aujourd’hui une grande continuité du personnel politique de part et d’autre de cet épisode républicain14. Reste que des études désormais classiques, en particulier celle de Marina Spinelli15, à la suite des intuitions de Lauro Martines16, ont montré combien cette séquence politique était rythmée par un tempo authentiquement révolutionnaire et qu’il convenait sans doute de repolitiser ce moment intense de l’histoire milanaise17.

« Il tempo della sancta libertà » : les temps du rite, les rythmes du politique

  • 18 A. Colombo, Vigevano e la Repubblica Ambrosiana nella lotta contro Francesco Sforza, dans Bolletino (...)

5Les Capitanei et Defensores Libertatis qui gouvernèrent, de 1447 à 1450, la communauté politique milanaise ne prétendaient à rien d’autre, on l’a dit, qu’à poursuivre l’histoire communale de la Communitas Libertatis Mediolani. Aussi n’ont-il pas jugé bon de qualifier le régime qu’ils avaient fondé, sinon par quelques périphrases, dont la plus courante était « le temps de la sainte liberté ». C’est l’historiographie du Risorgimento qui l’a baptisé Repubblica ambrosiana, pour rendre compte de l’intensité de la commémoration ambrosienne qui accompagna ces années. L’épisode peut sembler banal : au même moment, toutes les cités sujettes de l’ancien duché milanais retrouvent leur liberté, en exaltant leur passé communal par l’évocation du souvenir de leur saint patron : Pavie établit la Repubblica di San Siro et Côme se range sous la bannière de Sant’Abondio (Abundius, évêque du ve siècle dont le corps repose dans la basilique)18. Rassurante et prévisible, une telle protection céleste semble conforter l’idée que les historiens peuvent se faire de la religion civique comme mémoire unifiante : au Moyen Âge – c’est vrai au Quattrocento comme au temps d’Hincmar de Reims – le saint est un recours qui compense la défaillance des princes.

  • 19 L’exaltation du patronage ambrosien sur la république milanaise des années 1447-1450 peut être aujo (...)

6Est-ce donc pour dépolitiser l’événement qu’on met en avant la figure apaisante d’un Ambroise supposément consensuel ? Si un tel usage du passé peut rencontrer certaines aspirations contemporaines, il ne correspond en rien à la situation médiévale19. L’idée que l’on souhaite défendre ici est, à l’inverse, que le recours à la mémoire ambrosienne a servi, durant ces années, à exprimer une radicalisation des aspirations politiques, du fait précisément des connotations idéologiques qui lui étaient discrètement associées et que l’historien ne peut connaître qu’à la faveur de cette actualisation heurtée. C’est ainsi que l’événement politique vient bousculer le cours tranquille du rite, y ouvrant une brèche à travers laquelle se saisissent les tensions et les conflits qui animent les jeux de mémoire autour du souvenir ambrosien.

  • 20 Sur ce thème du tyran redouté pris au piège de sa propre volonté de puissance, voir les pages saisi (...)
  • 21 L. Martines, Power and Imagination…, op. cit., p. 141.
  • 22 Je renvoie sur ce point à A. Gamberini, Lo Stato visconteo. Linguaggi politici e dinamiche costituz (...)

7Pour ce faire, il convient de reprendre brièvement la chronologie de ces années républicaines, afin de comprendre la manière dont la remémoration ambrosienne s’inscrit dans leur tempo. Dans la nuit du 13 août 1447, le duc Filippo Maria Visconti, prince redouté et affaibli, enfermé dans sa citadelle comme prisonnier de son propre pouvoir, meurt sans héritier20. Les grands décident de se passer de prince. Ce sont les Lampugnani, Bossi, Cotta, Morone, Trivulzio ; tous appartiennent au premier cercle des conseillers du duc. Ils évoquent Cicéron, Tite-Live, la République Romaine mais n’ont en réalité qu’un modèle en tête : la république oligarchique de Venise21. Le 14 août, au nom de la Libertas, le peuple envahit le Broletto, l’antique palais civique que le pouvoir ducal avait déserté pour se retrancher dans la citadelle de Porta Giovia. C’est donc bien une renaissance communale que l’on met en scène. Et de fait, les organes communaux n’avaient jamais été dissous dans l’État seigneurial, dont la structure institutionnelle demeure essentiellement composite22. Ils y étaient coiffés et neutralisés par les conseils princiers (conseil secret, conseil de justice) qui, en l’absence du prince, n’ont plus de raison d’être. En 1448, les institutions communales sont simplement mises à nu : vingt-quatre capitaines et défenseurs de la Liberté sont élus, puis un grand conseil de neuf cent membres, élus le 17 août, réunis le 18.

  • 23 M. Spinelli, Finanza pubblica e modalità di “raccatto del denaro”…, op. cit. Sur les conséquences f (...)
  • 24 F. Leverotti, Ricerche sulle origini dell’Ospedale Maggiore di Milano, dans Archivio storico lombar (...)
  • 25 Cité par E. Welch, The Ambrosian Republic and the Cathedral of Milan, dans Arte Lombarda, 100, 1992 (...)
  • 26 Sur ce contexte politique, voir G. Soldi Rondinini, Milano, il Regno di Napoli e gli Aragonesi (Sec (...)
  • 27 L. Martines, Power and imagination…, op. cit., p. 145.
  • 28 A. Colombo, L’ingresso di Francesco Sforza in Milano e l’inizio di un nuovo principato, dans Archiv (...)

8En 1448, l’ancienne noblesse et la frange supérieure des élites urbaines tiennent donc toujours le gouvernement. Celui-ci n’en élabore pas moins un programme politique ambitieux : une réforme fiscale, caractérisée par la mise en place de la dette publique (appelée Banco di Sant’Ambrogio)23, la construction d’un hôpital général24, la création d’un studium où doit se former l’esprit républicain de jeunes patriciens épris de libertés. Le décret du 2 septembre 1448 évoque d’ailleurs une restauration, puisque cette université existait déjà « au temps de saint Ambroise, notre protecteur25 ». C’est la guerre, menée par les puissances italiennes coalisées contre Milan, qui déstabilise cette première république26. Le tournant a lieu en octobre 1448 : le condottiere de la république, Francesco Sforza, trahit pour Venise (c’est le traité de Rivoltella) ce qui provoque, le 1er novembre, la chute du conseil. Beaucoup, parmi les plus riches notables, s’éloignent de la république et commencent à négocier avec Sforza. Le gouvernement commence alors à se radicaliser. Après les élections du 1er janvier 1449, l’assise sociale du nouveau régime se modifie : on ne trouve plus d’hommes de lois (à l’exception d’un notaire, Giovanni da Appiano), mais des artisans (un boucher, un boulanger…)27. En février, la Terreur commence : le juriste Giorgio Lampugnani est décapité et jusqu’à la fin du mois de mai, plus de deux cents citoyens, accusés d’être gibelins, sont condamnés à mort et leurs biens saisis. Parmi eux, des Visconti (de la branche cadette), Crivelli, Borromei, Dal Verme, Stampa, Litta : la grande noblesse milanaise est menacée. Nouvelles élections en juillet : des nobles gibelins l’emportent. Est-ce Thermidor ? Non, car une émeute populaire, le 31 août, exécute un des nouveaux capitaines de la liberté. L’histoire se termine classiquement, par la victoire d’un César botté, Francesco Sforza, appelé par les nobles Gasparo da Vimercate et Pietro Cotta à assiéger Milan pour finalement s’en emparer le 25 février 145028.

  • 29 M. Spinelli, Ricerche per una nuova storia della Repubblica ambrosiana…, op. cit., p. 235 et suiv.
  • 30 Annali della Fabbrica del Duomo di Milano dall’origine fino al presente, éd. par C. Cantù, Milan, 1 (...)
  • 31 E. Welch, The Ambrosian Republic and the Cathedral of Milan…, op. cit., p. 24
  • 32 M. Borsa, Pier Candido Decembrio e l’Umanesimo in Lombardia, in Archivio storico lombardo, X, 20, 1 (...)

9Pendant cette seconde phase de la république ambrosienne, que l’on peut sans peine qualifier de populaire, se développe une intense remémoration ambrosienne29. Elle se manifeste par une frénésie rituelle : pas une semaine sans processions, derrière le nouveau carroccio della libertà sur lequel on a fait peindre, en novembre 1448, une imposante effigie de saint Ambroise entouré d’allégories féminines des vertus30. On ne connaît cette bannière que par une copie du xviie siècle, mais sa conception et sa fabrication sont documentées par les archives de la Fabrique du Dôme31. Les ingénieurs et les peintres – notamment Giovanni da Vaprio – travaillant sur le chantier de la cathédrale sont mobilisés, et l’on fait appel à d’anciens conseillers de la Fabrique (comme le juriste Antonio Salvatico) et à des humanistes pour élaborer le programme iconographique. Parmi ces derniers figure le nom illustre de Pier Candido Decembrio : fils d’Uberto Decembrio, traducteur de la République de Platon, mort en 1422 et inhumé à la basilique Sant’Ambrogio, Pier Candido est un personnage de premier plan de l’humanisme milanais32. Secrétaire et biographe de Filippo Maria Visconti qu’il a dépeint sans complaisance sur le mode suétonien, il est engagé dans le combat de plume qui oppose la capitale lombarde à Florence (son De Laudibus Mediolanensium Urbis in compararationem Florentiae panegyricus de 1436 est une réplique à Leonardo Bruni). La renaissance du carroccio des temps héroïques de la commune lombarde s’inscrit évidemment dans une conception humaniste de l’histoire, en même temps qu’elle constitue une opération sans doute efficace de communication politique.

  • 33 E. Cattaneo, L’evoluzione delle feste di precetto a Milano dal secolo XIV al XX. Riflessi religiosi (...)
  • 34 Statuta iurisdictionum Mediolani, éd. par A. Ceruti, Turin, 1876 (Historiae patriae monumenta, XVI,(...)
  • 35 A. Ambrosioni, I paratici e Sant’Ambrogio, dans Id. (dir.), Le Corporazioni milanesi e Sant’Ambrogi (...)
  • 36 Voir sur ce point la comparaison entre les fêtes florentines de Saint Jean Baptiste et les fêtes am (...)

10Celle-ci intègre le calendrier liturgique des fêtes civiques milanaises, tel qu’on peut le reconstituer depuis 139633. À cette date, les statuts urbains (reprenant très vraisemblablement en l’espèce des dispositions antérieures, et notamment celles de 1351 modifiant les statuts de 1330) rappellent l’obligation pour tous, « quelque soit le statut et la condition », et sous peine d’amende, de participer aux fêtes organisées en l’honneur du saint patron de la ville Ambroise – à savoir l’anniversaire de son ordination le 7 décembre ainsi que la commémoration de Sant’Ambrogio della Vittoria le 21 février – et de contribuer financièrement à leur organisation34. Partant du centre civique du Broletto, la procession civique du 7 décembre se dirige vers la basilique Sant’Ambrogio, pour y entendre une messe. À sa tête sont les représentants des institutions communales – le Vicario et les Dodici di Provvisione – suivis des conseils et du podestat ; les métiers défilent ensuite en bon ordre, chacun derrière sa bannière, apportant solennellement leurs offrandes35. L’essentiel est ici de remarquer que la célébration ambrosienne demeure, dans l’État seigneurial, une fête civique d’inspiration et d’organisation exclusivement communales, son rôle étant précisément de manifester cette forme de continuité politique mise en avant par les Visconti. Mais ceux-ci ont œuvré, d’une manière générale et concernant la fête du 7 décembre en particulier, à un ridimensionamento du rôle des arts dans la célébration civique36.

  • 37 Acta Libertatis Mediolani. I Registri n. 5 e n. 6 dell’Archivio dell’Ufficio degli Statuti di Milan (...)
  • 38 Acta Libertatis Mediolani, op. cit., p. 472-473, doc. 305 (Reg. 6, fo 96, 5 décembre 1448) : che do (...)

11C’est sur ce point sans doute que l’évolution est la plus sensible durant les années révolutionnaires de 1447-1449. Le 7 décembre 1447, les « Capitaines et Défenseurs de la Liberté » appellent au bon déroulement de la fête de l’oblation solennelle à saint Ambroise, in ornamentum et utilitatem ecclesie prelibatis pastoris, et apparemment selon les formes accoutumées37. Un an plus tard, le ton a changé : on fait crier, dans tous les lieux publics de la ville, ce qui ressemble davantage à une mobilisation générale. « Que demain, de bonne heure, se réunissent tous les artisans, le plus nombreux possible, sur la place du Broletto38. » Chacun doit offrir, précise le texte – et cette fois-ci, en italien – deux cierges « à notre protecteur et patron saint Ambroise ». Celui-ci, on le perçoit nettement, sert à entretenir une ferveur politique que les dirigeants de la République espèrent unanime et populaire, et qui déborde en tout cas le cadre rituel de la célébration civique.

  • 39 Elles sont attestées depuis 1389 (Annali della Fabbrica del Duomo, op. cit., Appendici, vol. 1, p.  (...)
  • 40 E. Cattaneo, Dell’effigie equestre di S. Ambrogio, dans Ambrosius, 15, 1939, p. 7-13 : p. 8.
  • 41 AFD, Reg. 589, folio 89v (12 juin 1449), cité dans E. Welch, The Ambrosian Republic and the Cathedr (...)

12Il en va de même des feste delle offerte, ces processions d’offrandes au chantier de la cathédrale destinées à mettre en scène l’unité civique39, qui gagnent en ampleur et en dramatisation. Durant les années de la République ambrosienne, le Dôme polarise de plus en plus intensément l’espace rituel et l’on ne s’étonne guère de lire, le 18 février 1449, la délibération par laquelle les « Capitaines et Défenseurs de la Liberté » ordonnent que la procession des offerte de la fête du 21 février ne prenne pas le chemin de l’église de Sant’Ambrogio della Vittoria, commémorant le soutien qu’Ambroise apporta à la consolidation dynastique des Visconti, mais soit dérouté vers le Dôme40. En octobre 1449, une procession organisée par les habitants de la Porta Romana lors de la fête du Corpus Christi pour rendre hommage aux capitaines de la liberté, quitte l’église San Nazzaro pour se diriger vers le Dôme : au milieu des chants et des hymnes, de nombreux tableaux vivants sont ainsi transportés sur des chariots, évoquant Ambroise et les saints évêques comme défenseurs de la liberté, mais aussi l’aurea libertas suivie des vertus cardinales, la traversée de la mer Rouge par Moïse41. La théâtralisation de la fête civique permet ici d’accentuer un message politique explicite, au moment où le régime menacé croit devoir sans cesse se relégitimer, mais selon une logique davantage cérémonielle que rituelle : le peuple est convié en tant que spectateur, tandis qu’un an plus tôt, pendant les « journées révolutionnaires » de décembre 1448, il était l’acteur principal d’un rite politique où ce qui était donné en spectacle n’était rien d’autre que sa propre force de mobilisation.

Les cris des ambrosiens ou l’invention d’une croyance politique

  • 42 Acta Libertatis Mediolani, op. cit. Les Registri Panigarola rassemblent les actes de l’Officia Gube (...)
  • 43 Acta Libertatis Mediolani, op. cit., p. LI. La première crida conservée impose un serment collectif (...)
  • 44 Voir sur ce thème D. Lett et N. Offenstadt (dir.), Haro ! Noël ! Oyé ! Pratiques du cri au Moyen Âg (...)
  • 45 Acta Libertatis Mediolani, op. cit., p. 586, doc. 440 (Reg. 6, fo 135v, 2 mai 1449) : Siché ogni ho (...)
  • 46 M. Spinelli, Ricerche per una nuova storia della Repubblica ambrosiana, op. cit., p. 252, n. 112.

13Cette capacité de mobilisation collective que porte en elle l’injonction ambrosienne se perçoit très nettement à la lecture des cris des « Capitaines et Défenseurs de la Liberté » rassemblés dans deux volumes des Registri Panigarola aujourd’hui édités par Alfio Natale42. Ce dernier a minutieusement décrit la diplomatica ambrosiana qui s’y déploie, associant à l’ancien stilus cancellariae des Visconti de nouvelles pratiques documentaires. Des trois types d’actes qui composent ce registre (lettres closes, lettres patentes et cris), c’est le troisième qui domine largement le paysage documentaire du triennio. On connaît certes quelques précédents sous Bernabò et Galeazzo II (1369), mais rien de comparable à ce déploiement du cri dans les années 1447-1449, décliné sous différentes formes (crida et bando, crida et avisamento, crida et notitia)43. Toutes témoignent de cette politique de proclamation, y compris dans le choix linguistique d’une communication directe en italien, qui façonne sans doute un espace public occasionnel au-delà de la célébration du pouvoir44. Marina Spinella a déjà souligné la manière dont s’y expriment, jour après jour, la montée des périls et de la tension politique, l’emballement d’un discours sur la république en danger, les dispositions qui enflent contre les blasphémateurs, les sodomites, les prostituées, les juifs, ceux qui complotent et qui trahissent, tous ses suspects que l’on doit démasquer, « ces hommes de mauvaise condition qui ne désirent rien d’autre que leur propre servitude et la ruine de leur patrie que notre bon patron, notre saint Ambroise, viendra punir comme ils le méritent45 ». L’invocation du nom d’Ambroise devient obsédante : le stato ambrosiano lutte pour la ambrosiana libertate, on doit soutenir la camera ambrosiana, elle-même peuplée des megliori ambrosiani46.

  • 47 Acta Libertatis Mediolani, op. cit., p. 64-65, doc. 35 (Ref. 5, fo 26-27, 23 juillet 1448). Disposi (...)
  • 48 Ibid., p. 75, doc. 43 (Reg. 5, fo 31v-32r, 30 septembre 1448) : cri sur les mérites et l’intercessi (...)
  • 49 Ibid., p. 212, doc. 28 (Reg. 6, fo 7v-8r, 3 septembre 1447) : … che qualuncha persona de questa inc (...)
  • 50 Ibid., p. 84-85, doc. 53 (Reg. 6, fo 35v-36r, 8 août 1448) :… e che è devoto di sancto Ambroso, pat (...)
  • 51 Ibid., p. 188-186, doc. 150 (Reg. 5, fo 86, 1er décembre 1449) : Appel aux citoyens pour qu’ils ret (...)
  • 52 Ibid., p. 171, doc. 134 (Reg. 5, fo 78r, 19 septembre 1449).

14Le fait est d’autant plus significatif que la formule de dévotion envers saint Ambroise n’est guère routinière dans ces actes de la pratique : elle est beaucoup moins fréquente que l’invocation de la puissance de Dieu ou de l’intercession de la Vierge, cette dernière étant associée à un discours d’exaltation de la liberté47. La protection céleste d’Ambroise peut s’accompagner de celle de saint François48, mais surtout de l’invocation de saint Georges comme patron martial et donneur de victoire : c’est le cas, notamment, d’un appel à combattre sous le commandement du capitaine général Francesco Sforza le 3 septembre 1447, où apparaît pour la première fois l’expression de Stato di Libertà49. La remémoration ambrosienne sert en effet fréquemment à appuyer un discours de mobilisation militaire. Il s’adresse aux « dévots de saint Ambroise, notre patron et protecteur, et aux amis de la liberté50 », car la foi des « bons citoyens et vrais ambrosiens » doit se manifester par l’obéissance51, mais aussi par l’engagement physique ; et adesso ogni homo dimostra la fede e l’animo portino a sancto Ambrosio et a questo Stato de Libertà in andare animosamente e bene in puncto52. Ce discours de l’âme et du corps virils inverse le rapport de la dette propre à l’échange dévotionnel : il ne s’agit plus de se placer sous la protection d’Ambroise, mais de se porter à son secours, pour protéger le protecteur céleste.

  • 53 Je reprends ici une idée suggérée dans P. Boucheron, Fiscalité urbaine et fabriques de cathédrales (...)
  • 54 Acta Libertatis Mediolani, op. cit., p. 726-727, doc. 589 (Reg. 6, fo 183v, 1er octobre1449) : Che (...)
  • 55 Ibid., p. 277, doc. 103 (Reg. 6, fo 29, 5 décembre 1447) : Ad honorem et reverentiam individue Trin (...)
  • 56 Ernst H. Kantorowicz, Christus-Fiscus, dans Synopsis. Festgabe für Alfred Weber, Heidelberg, 1948, (...)
  • 57 J.-P. Genet, L’État moderne : un modèle opératoire ?, dans Id. (dir.), Genèse de l’État moderne. Bi (...)

15Lorsque l’invocation ambrosienne sert à justifier la contribution financière – ce qui constitue, après la mobilisation militaire, son second usage discursif principal – on peut estimer qu’il s’agit également d’une inversion de la dette53. Les citoyens ne seront pas réputés boni ambrosiani ni fidelli al Stato s’ils ne s’acquittent de l’impôt54. Or, cet appel au consentement fiscal reprend les motifs rhétoriques qui justifient, toujours dans les cris des « Capitaines et Défenseurs de la Liberté », la nécessité de contribuer au financement des fêtes ambrosiennes, pro oblatione sancti Ambrosii55. On est très proche ici de ce qu’Ernst Kantorowicz a appelé le « parallèle, profond et abstrus en même temps, de Christus et de fiscus56 ». Pour justifier la nécessité fiscale, les systèmes monarchiques ont, comme on le sait, usé de la fiction théologico-politique des deux corps du roi : « Puisque la personne du roi demandeur de l’impôt pour le bien collectif doit se distinguer de celle du seigneur, il faut définir un bénéficiaire à la fois légitime en sa personne et transcendant en même temps cette personne et la collectivité contribuante : ce n’est autre que l’État57. » Mais comment, dans un contexte urbain ou dans un État territorial gouverné par le simple corps du prince, faire de l’impôt une res quasi sacra si son bénéficiaire n’a pas l’immortalité et l’impartialité de la Couronne ? On voit bien ici comment la référence ambrosienne est employée pour construire une transcendance républicaine justifiant la ponction fiscale.

  • 58 Sur cette distinction, voir P. Boucheron, Religion civique, religion civile, religion séculière : l (...)
  • 59 Acta Libertatis Mediolani, op. cit., p. 95-96, doc. 64 (Reg. 5, fo 40, 6 février 1449) :… che ciasc (...)
  • 60 Ibid., p. 518-519, doc. 360 (Reg. 6, fo 112r, 6 février 1449).
  • 61 Ibid., p. 34, doc. 20a (Reg. 5, fo 10v-11r, 15 janvier 1448) : Sia facto crida e publicamente divul (...)
  • 62 Ibid., p. 156, doc. 123 (Ref. 5, fo 70, 1er septembre 1449) :… ma ciaschuno vero millanexe, overo a (...)
  • 63 Ibid., p. 139-140, doc. 107 (Reg. 6, fo 61, 7 juin 1449). Le cri ordonne la réquisition de foin in (...)

16C’est bien d’ailleurs à une dynamique de sacralisation du politique, et donc à la constitution d’une religion civile davantage que d’une religion civique58, que conduisent les glissements de vocabulaire observés dans la série des cris des « Capitaines et Défenseurs de la Liberté », du moment qu’on les envisage en tant que littérature d’action politique. Ainsi, par exemple, du transfert de la notion de dévotion à celle de filiation, qui déplace le champ de la croyance vers celui de l’obéissance. Le 6 février 1449, un cri appelle à la défense de la patrie contre les « enragés » qui veulent sa ruine ; il convient donc que les Milanais la défendent virilmente, animosamente et affectionatamente, en parvenant à se convaincre eux-mêmes qu’ils sont les « fils très fidèles de saint Ambroise59 ». Cette rhétorique appelle logiquement un discours de l’amour filial. Ainsi dans un autre cri publié le même jour, à destination de toute personne amatrice del nostro protectore et deffensore sancto Ambrosio et de la libertà de questa nostra excelsa Communità de Millano60. Se construit de la sorte un discours d’appartenance communautaire, qui est à la fois une revendication d’unanimité sociale61 et d’identité urbaine62. Vero millanexe, overo ambrosiano : si la protection d’Ambroise couvre l’ensemble de la société urbaine, elle s’étend également à l’entier du territoire qu’en l’absence de duc on continue à appeler duché, mais qui se reconnaît surtout dans l’expression terra ambrosiana63.

  • 64 Ibid., p. 456, doc. 286 (Reg. 6, fo 90v-91r, 10 novembre 1448) : Dispositions pour garantir l’appro (...)
  • 65 Ibid., p. 99-101, doc. 68 (Reg. 5, fo 44, 29 mars 1449) :… peroché non è Stato alchuno al mondo che (...)
  • 66 Ibid., p. 160, doc. 126 (Reg. 5, fo 72, 6 septembre 1449).

17L’ambrosianité est donc une identité choisie – et donc, ultimement, une valeur politique. On peut, disent les cris des « Capitaines et Défenseurs de la Liberté », être des veri ambrosiani, des buoni ambrosiani, voire des migliori ambrosiani64. Il faut pour cela autre chose que de la dévotion, mais une croyance politique, au sens moderne, c’est-à-dire à la fois l’adhésion à un système de valeurs et l’obéissance à certaines normes de comportement. On doit, par exemple, ne jamais dire du mal nì sparlare de la dicta sancta Libertate, nì del Stato d’essa, nì de li prefati Signori car, poursuit ce cri du 29 mars 1449, aucun État au monde ne peut se passer d’obéissance65. Elle suppose évidemment d’accepter la transcendance d’une idée abstraite : la nostra sancta Libertà66.

  • 67 Ibid., p. 583, doc. 437 (Reg. 6, fo 134, 30 avril 1449) : Perchè li illustri signori Capitanei et D (...)
  • 68 Ibid., p. 719-720, doc. 581 (Reg. 6, fo 181, 26 septembre 1449).
  • 69 Ibid., p. 724, doc. 586 (Reg. 6, fo 182v, 28 septembre 1449) :… et, per obviare a questi incovenien (...)

18Celle-ci apparaît, en 1449, à la faveur d’une accélération du tempo politique : on crie alors l’urgence et la nécessité de défendre la conservatione et augmento del Stato67. Face à la montée des périls militaires, les appels à la mobilisation se multiplient, de plus en plus enflammés, de plus en plus pathétiques. Le 26 septembre 1449, l’amour et la fidélité des citoyens envers Ambroise, constamment invoqués par les dirigeants de la République pour mobiliser les énergies des citoyens, sont transférés sur l’État qui s’autorise de son nom : on demande à tous les hommes valides de prendre les armes et de se porter au devant de l’ennemi ad andare a questa guardia et demonstrare la sua fede et amore portano al Stato nostro Ambrosiano68. Et deux jours plus tard, la même identification politique joue : les troupes de Francesco Sforza approchent du redefosso, la ligne d’eau qui protège Milan au-delà de son enceinte communale ; c’est le moment de « démontrer la foi, l’amour, la dévotion et la ferveur que l’on porte à saint Ambroise, à l’État de la sainte liberté et à l’amour et conservation de la patrie », exhortent les « Capitaines et Défenseurs de la Liberté » qui, quelques mots plus loin, resserrent une nouvelle fois la formule en un appel vibrant à manifester « l’amour et la dévotion que l’on porte à l’État ambrosien69 ».

  • 70 A. Gamberini et G. Petralia (dir.), Linguaggi politici nell’Italia del Rinascimento, Rome, 2007.

19Tels sont les derniers cris, ou presque, de cette République milanaise. Ce qui gronde ici n’est rien d’autre qu’une langue politique, à bien des égards inouïe, irréductible en tout cas aux typologies des différents langages politiques dont la polyphonie constitue l’horizon dialogique des États italiens du Quattrocento70. Dira-t-on qu’il ne s’agit au fond que d’une manifestation du républicanisme ordinaire des humanistes, cette veine discursive qui, telle un fleuve souterrain, chemine silencieusement dans toute l’histoire politique italienne cherchant, ça et là, ses points de résurgence ? Du point de vue du lexique et de certains motifs idéologiques, certainement : la commune est cette histoire interminable toujours susceptible de contredire la geste des princes. Mais on voit bien qu’Ambroise ne sert pas ici uniquement à nommer l’éternel retour du même. La manière dont les Milanais se disent et se font ambrosiens, par le geste du rituel ou la parole proclamée, mais toujours en situation, nous rappellent cette leçon essentielle (pour l’historien, mais aussi le citoyen) : il n’y a pas d’identité, il n’y a que des intentions d’identité ; l’appartenance n’existe pas, seules se manifestent des volontés d’appartenir à quelque chose ou à quelqu’un. Ici : à cette croyance politique qui prend le nom d’Ambroise.

20En ce sens, il y eut bien une révolution à Milan entre 1447 et 1449, parce que ces années furent emportées par l’accélération d’un tempo authentiquement révolutionnaire, mais surtout parce qu’elles furent l’occasion de l’irruption d’une langue nouvelle qui disait les choses du politique et qui, comme celle plus tard de Machiavel, était forgée au feu de l’urgence et de la nécessité.

21Telle est la brèche. Ce qu’on y voit n’est pas l’invention d’une autre mémoire ambrosienne, ou d’une autre instrumentalisation politique de cette mémoire, mais bien une vérité profonde de cette mémoire – celle qui fait d’Ambroise l’adversaire résolu des plus puissants. Ailleurs que dans la brèche, on ne peut qu’en deviner les affleurements. Car on sait bien qu’un langage politique, lorsqu’il surgit soudainement, ne vient pas de nulle part. Mais l’on sait bien également que ce que l’on appelle pouvoir est la force qui parviendra à le faire taire – et plus qu’à le faire taire, à tenter d’en effacer les traces.

Notes

1 J.-Ch. Léonard Simonde de Sismondi, Histoire des républiques italiennes du Moyen Âge, Paris, 1840, t. 6, p. 153.

2 Ibid., p. 156-157. Pour Sismondi, l’épisode de la République ambrosienne est d’autant plus important que Milan, qui fut la plus puissante des communes d’Italie du Nord, fut aussi la première à s’abandonner au « despotisme » : voir É. Crouzet-Pavan, Les villes vivantes. Italie, xiiie-xve siècle, Paris, 2009, p. 20-24.

3 Sur cette notion de communitas à l’œuvre dans l’expérience républicaine milanaise de 1447-1450, voir les remarques importantes de M. Spinelli, Finanza pubblica e modalità di “raccatto del denaro” a Milano durante il triennio della Repubblica ambrosiana (1447-1450), dans P. Mainoni (dir.), Politiche finanziarie e fiscali nell’Italia settentrionale (secoli XIII-XV), Milan, 2001, p. 409-432 : p. 414-416.

4 Voir notamment sur ce point Riccardo Fubini, Italia quattrocentesca. Politica e diplomazia nell’età di Lorenzo il Magnifico, Milan, 1994. J’ai tenté de développer cette conception d’une Italie monarchique dans l’exercice du pouvoir et républicaine dans sa manière de le concevoir dans Les laboratoires politiques de l’Italie, dans P. Boucheron (dir.), Histoire du monde au xve siècle, Paris, 2009, p. 53-73.

5 Id., Le pouvoir de bâtir. Urbanisme et politique édilitaire à Milan (xive-xve siècles), Rome, 1998 (CEF, 239), p. 208-211.

6 E. Morin, Cl. Lefort et J.-M. Coudray (alias Cornelius Castoriadis), Mai 68 : la brèche, Paris, 1968.

7 Voir sur ce point G. Chittolini, Dagli Sforza alle dominazioni straniere, dans J. Shell et L. Castelfranchi (dir.), Giovanni Antonio Amadeo. Scultura e architettura del suo tempo, Milan, 1993, p. 19-25, repris sous le titre La crisi dello stato milanese alla fine del Quattrocento, dans G. Chittolini, Città, comunità e feudi negli stati dell’Italia centro-settentrionale (secoli XIV-XVI), Milan, 1996, p. 167-180.

8 A. R. Natale, Un contributo alla storia dell’Archivio della Reppublica Ambrosiana, dans Acme, 34, 1981 p. 181-220.

9 Id., Stilus cancellariae. Formulario visconteo-sforzesco, Milan, 1979 (Acta italica, 19), p. XVI et suiv.

10 On ne peut sur ce point que renvoyer aux travaux fondamentaux de N. Loraux, La cité divisée. L’oubli dans la mémoire d’Athènes, Paris, 2005.

11 P. Verri, Storia di Milano, rééd. Florence, 1851, t. 2, p. 4.

12 Voir encore A. Colombo, Della vera natura e importanza dell’Aurea Repubblica Ambrosiana, dans Raccolta di scritti in onore del professore G. Romano, Pavie, 1907, p. 1-13.

13 Ce « refroidissement historiographique » est clairement perceptible dans l’exposé sobre et mesuré de F. Cognasso, La Repubblica di Sant’Ambrogio, dans Storia di Milano, Milan, 1955, vol. 6, p. 387-450.

14 Voir, par exemple, F. Leverotti, Diplomazia e governo dello stato. I « famigli cavalcanti » di Franceso Sforza, Pise, 1992, p. 57-70.

15 M. Spinelli, Ricerche per una nuova storia della Repubblica ambrosiana, dans Nuova rivista storica, 70, 1986, p. 231-252 et 71, 1987, p. 27-48. Voir aussi Ead., Milano nel Quattrocento : la città, la società, il ducato attraverso gli atti dei notai milanesi, Milan, 1998.

16 L. Martines, Power and Imagination. City-States in Renaissance Italy, Baltimore, 1979, p. 140-148.

17 Voir dernièrement P. Grillo, The Long Life of the Popolo of Milan. Revolts Against the Visconti in the Fourteenth and Fifteenth Centuries, dans S. K. Cohn Jr et F. Ricciardelli (dir.), The Culture of Violence in Renaissance Italy, Florence, 2012, p. 225-240. Pour un bilan récent, voir A. Gamberini, Milan and Lombardy in the Era of the Visconti and the Sforza, dans Id. (dir.), A Companion to Late Medieval and Early Modern Milan. The Distinctive Features of an Italian State, Londres, 2014, p. 19-45.

18 A. Colombo, Vigevano e la Repubblica Ambrosiana nella lotta contro Francesco Sforza, dans Bolletino della società pavese di storia patria, 3, 1903, p. 315-377.

19 L’exaltation du patronage ambrosien sur la république milanaise des années 1447-1450 peut être aujourd’hui le fait de milieux cléricaux soucieux de légitimer une république d’origine et d’inspiration chrétiennes, ce qui ne va évidemment pas sans quelques distorsions historiques : voir, dans cette veine, La Repubblica ambrosiana (1447-1450). Sant’Ambrogio patrono e protettore dello Stato della Libertà, Milan (Quaderni ambrosiani), 2009.

20 Sur ce thème du tyran redouté pris au piège de sa propre volonté de puissance, voir les pages saisissantes de Pier Candido Decembrio, Vita Philippi Mariae tertii Ligurum ducis, éd. par Attilio Butti, Felice Fossati et Giuseppe Petraglione, Bologne, 1925-1958 (RIS2 20-1), p. 379 et suiv., et leur commentaire dans E. Canetti, Masse et puissance, trad. franç. Paris, 1960, p. 311 et suiv.

21 L. Martines, Power and Imagination…, op. cit., p. 141.

22 Je renvoie sur ce point à A. Gamberini, Lo Stato visconteo. Linguaggi politici e dinamiche costituzionali, Milan, 2005.

23 M. Spinelli, Finanza pubblica e modalità di “raccatto del denaro”…, op. cit. Sur les conséquences fiscales et sociales de l’absence d’une politique de la dette publique à Milan, voir A. Molho, Lo Stato e la finanza pubblica. Un’ipotesi basata sulla storia tardomedioevale di Firenze, dans G. Chittolini, A. Molho et P. Schiera (dir.), Origini dello Stato. Processi di formazione statale in Italia fra medioevo ed età moderna, Bologne, 1994 (Annali dell’Istituto storico italo-germanico, 39), p. 225-280 ; P. Mainoni, Finanza pubblica e fiscalità nell’Italia centro-settentrionale fra XIII e XV secolo, in Studi storici, 2, 1999), p. 449-470.

24 F. Leverotti, Ricerche sulle origini dell’Ospedale Maggiore di Milano, dans Archivio storico lombardo, 107, 1984, p. 77-113, p. 83.

25 Cité par E. Welch, The Ambrosian Republic and the Cathedral of Milan, dans Arte Lombarda, 100, 1992, p. 20-28 : p. 21.

26 Sur ce contexte politique, voir G. Soldi Rondinini, Milano, il Regno di Napoli e gli Aragonesi (Secoli XIV-XV), dans Id., Saggi di storia e storiografia visconteo-sforzesche, Bologne, 1984, p. 83-131.

27 L. Martines, Power and imagination…, op. cit., p. 145.

28 A. Colombo, L’ingresso di Francesco Sforza in Milano e l’inizio di un nuovo principato, dans Archivio storico lombardo 32-1,1905, p. 297-344 et 32-2, 1905, p. 33-101.

29 M. Spinelli, Ricerche per una nuova storia della Repubblica ambrosiana…, op. cit., p. 235 et suiv.

30 Annali della Fabbrica del Duomo di Milano dall’origine fino al presente, éd. par C. Cantù, Milan, 1877-1865, vol. 2, p. 119.

31 E. Welch, The Ambrosian Republic and the Cathedral of Milan…, op. cit., p. 24

32 M. Borsa, Pier Candido Decembrio e l’Umanesimo in Lombardia, in Archivio storico lombardo, X, 20, 1893, p. 5-75 et p. 358-441. Voir p. 363, sur les nombreuses lettres que Decembrio envoie à la Fabrique du Dôme pour l’exhorter à organiser la mobilisation civique des Milanais (notamment autour de la destruction du Castello di Porta Giovia).

33 E. Cattaneo, L’evoluzione delle feste di precetto a Milano dal secolo XIV al XX. Riflessi religiosi e sociali, dans Studi in memoria di mons. Cesare Dotta, Milan (Archivio ambrosiano, 9), 1956, p. 71-151.

34 Statuta iurisdictionum Mediolani, éd. par A. Ceruti, Turin, 1876 (Historiae patriae monumenta, XVI, Leges municipales), col. 977.

35 A. Ambrosioni, I paratici e Sant’Ambrogio, dans Id. (dir.), Le Corporazioni milanesi e Sant’Ambrogio nel Medioevo, Milan, 1997, p. 93-102. Voir aussi, dans le même volume, A.-M. Rapetti, Fonti normative e documentarie, p. 127-157.

36 Voir sur ce point la comparaison entre les fêtes florentines de Saint Jean Baptiste et les fêtes ambrosiennes à Milan mené dans P. Ventrone, Feste e rituali civici : città italiane a confronto, dans G. Chittolini et P. Johanek (dir.), Aspetti e componenti dell’identità urbana in Italia e in Germania (secoli XIV-XVI/Aspekte und Komponenten der städtischen Identität in Italien und Deutschland (14.-16. Jahrhundert), Milan/Berlin, 2003 (Contributi dell’Istituto storico italo-germanico in Trento, 12), p. 155-191, notamment p. 184.

37 Acta Libertatis Mediolani. I Registri n. 5 e n. 6 dell’Archivio dell’Ufficio degli Statuti di Milano (Repubblica Ambrosiana 1447-1450), éd. par A. R. Natale, Milan, Camera di commercio industria artigianato e agricoltura di Milano, 1987, p. 277, doc. 103 (Reg. 6, fo 29, 5 décembre 1447) : Ad honorem et reverentiam individue Trinitatis et ad exultationem, gaudium et consolationem exhimii et irreprehensibilis doctoris et inconvincibilis protectoris nedum huius nostre felicis Libertatis.

38 Acta Libertatis Mediolani, op. cit., p. 472-473, doc. 305 (Reg. 6, fo 96, 5 décembre 1448) : che domane, a bona hora, siano tuti li paratici, con più numero che se possano, su la piaza del Broleto, con li payli più belli e più honorevoli che sia possibille, per andare a fare la offerta al glorioso nostro protectore e patrone sancto Ambrosio ; et che ciaschaduno paratico voglia portare uno cillostro per offrire. Anchora fi’confortato e carichato zascaduno zentilhomo e citadino che vogliano convenirse con le sue porte e andare, di poi, a la corte de l’Arengho per acompagnare li illustri nostri signori Capitanei etc. a la offerta predicta ; e acaduno voglia portare quella quantitate de dinari che ye piacerà per offrire.

39 Elles sont attestées depuis 1389 (Annali della Fabbrica del Duomo, op. cit., Appendici, vol. 1, p. 105). Voir Giuliana Ferrari, Gli spettacoli all’epoca dei Visconti e degli Sforza : dalla festa cittadina alla festa celebrativa, dans La Lombardia delle signorie, Milan, 1986, p. 219-243.

40 E. Cattaneo, Dell’effigie equestre di S. Ambrogio, dans Ambrosius, 15, 1939, p. 7-13 : p. 8.

41 AFD, Reg. 589, folio 89v (12 juin 1449), cité dans E. Welch, The Ambrosian Republic and the Cathedral of Milan, op. cit., p. 28.

42 Acta Libertatis Mediolani, op. cit. Les Registri Panigarola rassemblent les actes de l’Officia Gubernatorum et Statorum chargé de veiller à l’application des statuts urbains. Cet office communal apparaît pour la première fois dans la documentation en 1351 ; il est tenu par la famille Panigarola, qui a donné son nom à ces registres : N. Ferorelli, L’ufficio degli statuti del comune di Milano, detto Panigarola, dans Bolletino della Società pavese di Storia Patria, 1929, p. 1-43, repris dans Alfio R. Natale (dir.), Archivi e archivisti milanesi, Milan, 1975, vol. 1, p. 233-277.

43 Acta Libertatis Mediolani, op. cit., p. LI. La première crida conservée impose un serment collectif à tous les gentilshommes du duché qui debia jurare et havere jurato suxo uno missalle ad li sancti Evangelii de Dio in mane de voi Vicario de la provisione, recevente ad nome de questa illustre Communità : de dovere essere e ch’el serà omni tempore fidelle e liale a la prefata Communità e a la sua Libertà (p. 21, doc. 10, Reg. 5, fo 5v-6r, 24 novembre 1447).

44 Voir sur ce thème D. Lett et N. Offenstadt (dir.), Haro ! Noël ! Oyé ! Pratiques du cri au Moyen Âge, Paris, 2003. Et sur la notion d’espace public occasionnel, je me permets de renvoyer à P. Boucheron et N. Offenstadt (dir.), L’espace public au Moyen Âge. Débats autour de Jürgen Habermas, Paris, 2011.

45 Acta Libertatis Mediolani, op. cit., p. 586, doc. 440 (Reg. 6, fo 135v, 2 mai 1449) : Siché ogni homo stia de bona voglia et attenda ad far bene et obedire li prefati Signori, como è debito, et non dia audentia ead alchuno susuratore et maldicente, il qualle parlasse in contrario ; avisando che questi talli sono sforzeschi et homoni di malla condicione, che non desiderano altro che la servitute et la disfactione de la patria propria, et li qualli affine nostro signore Dio, el bon patrono nostro sancto Ambroso punirà commo meritano

46 M. Spinelli, Ricerche per una nuova storia della Repubblica ambrosiana, op. cit., p. 252, n. 112.

47 Acta Libertatis Mediolani, op. cit., p. 64-65, doc. 35 (Ref. 5, fo 26-27, 23 juillet 1448). Disposition en faveur des processions pour la fête de l’Assomption, Procession en l’honneur de la Vierge :…quello solenne et gloriosissimo giorno de l’assumptione de la sanctissima Virgine Maria, ne la cui vigilia fu recuperata, per divina gratia et summa clementia, questa nostra aurea, justa et amenissima Libertate.

48 Ibid., p. 75, doc. 43 (Reg. 5, fo 31v-32r, 30 septembre 1448) : cri sur les mérites et l’intercession de saint François, ayant permis de remporter la « victoire mémorable » de Caravaggio (15 septembre).

49 Ibid., p. 212, doc. 28 (Reg. 6, fo 7v-8r, 3 septembre 1447) : … che qualuncha persona de questa inclita cità e burghi, chi volle bene a santo Ambrosio e desidera et ama questo Stato di Libertà, apta a portare arme, da qui a martedì, per tuto el dì, se metta in poncto per usire el dì che serà ordinato con lo nome del prefato glorioso santo Ambroso e del victorioso san Georgio et andare ad unirse con lo illustre conte Francescho, nostro capitano generale, er con lo nostro felicito exercito, perché non se dubita, facendo ciaschaduno virilmente como debbe, a questa volta se metterano li inimici, quali fano ogni cossa, pera vollere opprimere questa Libertà nostra…

50 Ibid., p. 84-85, doc. 53 (Reg. 6, fo 35v-36r, 8 août 1448) :… e che è devoto di sancto Ambroso, patrono et protectore nostro, et amatore de questa sancta libertà, vada fora, o manda persone, per sì, che siano apte et bene in puncto et quanto meglio farà tanto più sarà commendato.

51 Ibid., p. 188-186, doc. 150 (Reg. 5, fo 86, 1er décembre 1449) : Appel aux citoyens pour qu’ils retrouvent les traîtres Francesco Borri, Antonio et Ugolino Crivelli, passés dans le camp de Francesco Sforza afin qu’on les soumette à un châtiment exemplaire : et que sia ad exemplo de bene vivere et dritamente et lialmente, come deve qualunche bono citadino et vero ambrosiano, né lasasse corrumpere per pretio, né per qualuncha altra cossa de la fede et devocione se deve portare a la sua Republica…

52 Ibid., p. 171, doc. 134 (Reg. 5, fo 78r, 19 septembre 1449).

53 Je reprends ici une idée suggérée dans P. Boucheron, Fiscalité urbaine et fabriques de cathédrales en Italie (xiiie-xve siècles) : remarques sur l’acculturation fiscale, dans L’impôt dans les villes de l’Occident méditerranéen. Actes du colloque tenu à Bercy (3, 4 et 5 octobre 2001), Paris, 2005, p. 543-560.

54 Acta Libertatis Mediolani, op. cit., p. 726-727, doc. 589 (Reg. 6, fo 183v, 1er octobre1449) : Che ciaschuno, qualle sia bono et vero ambrosiano et desidera l’honore et bene di questo Stato e la conservatione de la libertate, il debia demonstrare in andare a pagare non havendo pagata to la quarta parte de la sua taxa del Thesoro…

55 Ibid., p. 277, doc. 103 (Reg. 6, fo 29, 5 décembre 1447) : Ad honorem et reverentiam individue Trinitatis et ad exultationem, gaudium et consolationem exhimii et irreprehensibilis doctoris et inconvincibilis protectoris nedum huius nostre felicis Libertatis, sed ymo et totius Communitatis et Reipublice huius nostre civitatis Mediolani…

56 Ernst H. Kantorowicz, Christus-Fiscus, dans Synopsis. Festgabe für Alfred Weber, Heidelberg, 1948, p. 223-235, trad. franç. dans Mourir pour la patrie et autres textes, Paris, 1984, p. 59-73 : p. 65.

57 J.-P. Genet, L’État moderne : un modèle opératoire ?, dans Id. (dir.), Genèse de l’État moderne. Bilans et perspectives, Paris, 1990, p. 261-281 : p. 264.

58 Sur cette distinction, voir P. Boucheron, Religion civique, religion civile, religion séculière : l’ombre d’un doute, dans Revue de synthèse, 134, 2013, p. 161-183.

59 Acta Libertatis Mediolani, op. cit., p. 95-96, doc. 64 (Reg. 5, fo 40, 6 février 1449) :… che ciaschuna persona talle non si dubiti per alchuno modo da essere in simili casi da essi Signori abandonati, ma vadeno come fidellissimi filioli del glorioso sancto Ambrosio, patrone et protectore de la dicta alma cità, a combatere contra li perfidi inimici de questa excelsa Communità…

60 Ibid., p. 518-519, doc. 360 (Reg. 6, fo 112r, 6 février 1449).

61 Ibid., p. 34, doc. 20a (Reg. 5, fo 10v-11r, 15 janvier 1448) : Sia facto crida e publicamente divulgato : che ciascaduna persona de qualunque condicione, stato, grado et preheminentia voglia se sia, dal maiore al minore, niuno reservato, o excepto, quale sia posta et taxata in lo extimo del Thesoro del gloriosissimo patrone nostro sancto Ambrosio…

62 Ibid., p. 156, doc. 123 (Ref. 5, fo 70, 1er septembre 1449) :… ma ciaschuno vero millanexe, overo ambrosiano, atenda a servare li ordeni de questa excelsa Communitate, acciò le cosse nostre prestissimamente se possano adrizare in bonissima forma, con la gratia de l’altissimo Dio et intercessione e adiuto del beatissimo Ambrosio, nostro protectore.

63 Ibid., p. 139-140, doc. 107 (Reg. 6, fo 61, 7 juin 1449). Le cri ordonne la réquisition de foin in el dicto Ducato : Item, che tutte le biade, o in grana, o in paglia posseno essere conducte et portate dentro de Millano et li borghi, senza alchuno pagamento de datio, confortando ogni homo le conducha piutosto intra la citate che in veruna altra terra ambrosiana, etiandio murata, et facendone ogni opera et instantia.

64 Ibid., p. 456, doc. 286 (Reg. 6, fo 90v-91r, 10 novembre 1448) : Dispositions pour garantir l’approvisionnement en pain de la ville : chacun peut cuire et vendre le pain et ce dernier doit être aussi gros que possible « selon le prix de la farine », perché quanto serà più bello et più grosso, tanto ne venderano et guadegnarano più et serano reputati essere migliori ambrosiani et più affectionati et devoti del Stato de la Libertà.

65 Ibid., p. 99-101, doc. 68 (Reg. 5, fo 44, 29 mars 1449) :… peroché non è Stato alchuno al mondo che senza la debita reverentia et obedientia se serva et digna cossa è che mal dire sia ben punito.

66 Ibid., p. 160, doc. 126 (Reg. 5, fo 72, 6 septembre 1449).

67 Ibid., p. 583, doc. 437 (Reg. 6, fo 134, 30 avril 1449) : Perchè li illustri signori Capitanei et Deffensori de la Libertate de la illustre et excelsa Communità de Millano hanno ordinato per salute di questa illustre Communitate et per conservatione et augmento del Stato de questa gloriosa Libertate de urtare lo inimico nostro et scaciarlo del mondo et metello in rotta e in ruyna, como sono certi farano con la gratia de l’altissimo Dio e del patrono nostro glorioso sancto Ambroso.

68 Ibid., p. 719-720, doc. 581 (Reg. 6, fo 181, 26 septembre 1449).

69 Ibid., p. 724, doc. 586 (Reg. 6, fo 182v, 28 septembre 1449) :… et, per obviare a questi incovenienti, li prefati illustri signori Capitanei etc. confortano e carichano de novo qualuncha persona : che, de presente, demonstando la fede, lo amore e devotione e fervente desiderio portano a sancto Ambroso, al Stato di sancta Libertate e a l’amore e a la conservatione de la patria vogliano andare, saltim, uno per casa de tuti quilli pono portare arme a logiare cadauno in li burgi de le porte ad opposito de lo inimico e più apo posseno al redefosso e lì stiano dì et nocte : et cadauno, qualle staga e habia casa in li dicti burgo habia pacientia de lassare dentro esse case alogiare questi talli ; avisando ogni homo che adesso è il tempo che ciascaduno debia monstrare quello amore e devotione portano al dicto Stato Ambrosiano…

70 A. Gamberini et G. Petralia (dir.), Linguaggi politici nell’Italia del Rinascimento, Rome, 2007.

Auteur

Professeur d’histoire du Moyen Âge à l’université de Paris 1 Panthéon Sorbonne. Depuis sa thèse de doctorat d’histoire intitulée Le pouvoir de bâtir. Urbanisme et politique édilitaire à Milan aux xive et xve siècles (École française de Rome, 1998), il a consacré ses travaux à l’histoire urbaine de l’Italie médiévale et à ses politiques monumentales, ainsi qu’à la sociologie historique de la création artistique à la Renaissance et à l’épistémologie de l’écriture de l’histoire. Parmi ses dernières publications: Léonard et Machiavel (Verdier, 2008, rééd. Verdier/poche 2013, traduction italienne Viella 2014), Histoire du monde au xve siècle (direction, Fayard 2009, rééd. Pluriel 2013), Conjurer la peur. Sienne 1338, essai sur la force politique des images (Seuil, 2013), De l’éloquence architecturale. Milan, Mantoue, Urbino (1450-1520) (B2, 2014).

© Éditions de la Sorbonne, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540