Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mémoire d’Ambroise de Milan

 | 
Patrick Boucheron
, 
Stéphane Gioanni

Troisième partie. L’autorité d’Ambroise dans les controverses médiévales : doctrines, Église et société

Ambroise, le schisme et l’hérésie (xie-xiie siècles)

Ambrose, Schism and Heresy (Eleventh-Twelfth Centuries)

Fabrice Delivré

Résumé

This paper deals with the uses of Ambrose’s authority in matters of schism and heresy in the eleventh and twelfth centuries. The study begins by focusing on the imperial-papal strife and, in particular, on a maxim attributed to Ambrose according to which the one who disagrees with the Roman Church is to be regarded as a heretic. Another part of the work is dedicated to the role played by Ambrose in narratives of the Pataria and of the schism of Tedald (1075-1085) ended with the reconciliation of Rome and Milan in the first year of the pontificate of Urban II (1088). The last section considers a sermon by Geoffrey of Auxerre delivered after the general council of Tours (1163), during the conflict between Alexander III and Victor IV, that refers to Bernard of Clairvaux in Milan (1135) as Ambrosius redivivus, comparing the eradication of the schism of Anacletus II to the struggle against the Arian heresy.

Texte intégral

1L’étude des formes et des conditions de la mobilisation du souvenir d’Ambroise († 397) dans l’Italie du Moyen Âge, soit la mise au présent du passé patristique, suppose de placer au centre de la démarche un réseau de traces documentaires, récurrentes ou fugitives, dont il est toujours malaisé d’apprécier la portée en termes d’intensité et de signification(s), de l’affleurement à l’enracinement, de la citation obligée, voire convenue, à la référence insolite, de la puissance d’évocation à l’écho lointain. Au-delà de l’inventaire des occurrences, les lignes qui suivent visent à éclairer les logiques du recours à l’autorité d’Ambroise dans les débats qui touchèrent les questions de schisme et d’hérésie aux xie et xiie siècles. Dans cette optique, l’attention s’est concentrée sur trois moments qui, entre les années 1070 et 1160, donnent à voir plusieurs déclinaisons du problème. Le jeu d’échelles conduira à envisager les différents lieux de l’actualisation d’Ambroise que sont la lutte du sacerdotium et du regnum, alors que se forge l’hérésie de la désobéissance (I), les rapports entre Églises romaine et ambrosienne au temps de la Pataria et des évêques schismatiques (II) et, en point d’orgue, l’alignement contrasté de Milan lors des schismes pontificaux du xiie siècle (III).

Le pape Grégoire VII et l’hérésie royale/impériale

  • 1 Bertholdi Chronicon, 1054-1080, dans Die Chroniken Bertholds von Reichenau und Bernolds von Konsta (...)
  • 2 Cassiodori-Epiphanii Historia ecclesiastica tripartita. Historiae ecclesiasticae ex Socrate, Sozom (...)
  • 3 R. Schieffer, Von Mailand nach Canossa. Ein Beitrag zur Geschichte der christlicher Herrscherbuße (...)
  • 4 R. Schieffer, Von Mailand nach Canossa, art. cité, p. 359-368 ; D. Jasper, The Deposition and Exco (...)
  • 5 Das Register Gregors VII., éd. par E. Caspar, 2 vol., Berlin, 19552 (1ère éd. 1920-1923) (MGH, Epi (...)
  • 6 G. Gresser, Die Synoden und Konzilien in der Zeit des Reformpapsttums in Deutschland und Italien v (...)
  • 7 Das Register Gregors, op. cit., I, p. 293-297 (IV, 2) (Rome, 25 août 1076) (p. 294).
  • 8 Das Register Gregors, op. cit., II, p. 544-563 (VIII, 21) ([Rome], 15 mars 1081) (p. 554).
  • 9 S. Beulertz, Gregor VII. als « Publizist ». Zur Wirkung des Schreibens Reg. VIII, 21, dans Archivu (...)
  • 10 Excerpta ex Widonis Osnabrugensis libro de controversia inter Hildebrandum et Heinricum imperatore (...)
  • 11 I. S. Robinson, Zur Arbeitsweise Bernolds von Konstanz und seines Kreises. Untersuchungen zum Schl (...)
  • 12 Apologeticae rationes contra scismaticorum obiectiones (Libelli Bernaldi presbyteri monachi, Libel (...)
  • 13 Liber canonum contra Heinricum IV, éd. par F. Thaner, dans Libelli de lite…, op. cit., I, p. 471-5 (...)
  • 14 Liber canonum…, op. cit., p. 479-480 (c. 7) (p. 480).
  • 15 Voir, par exemple, la lettre de Pierre Damien à l’évêque de Parme Cadalus/Honorius II : Die Briefe (...)
  • 16 Das Register Gregors, op. cit., I, p. 201-208 (II, 55a) (p. 207). Dans les Proprie auctoritates ap (...)
  • 17 R. B. C. Huygens, Bérenger de Tours, Lanfranc et Bernold de Constance, dans Sacris erudiri, 16, 19 (...)
  • 18 G. Gresser, Die Synoden und Konzilien…, op. cit., p. 233-245.
  • 19 Bernoldi Chronicon, 1054-1100, dans Die Chroniken Bertholds von Reichenau und Bernolds von Konstan (...)
  • 20 S. Weiß, Die Urkunden der päpstlichen Legaten von Leo IX. bis Coelestin III. (1049-1198), Cologne/ (...)
  • 21 Quellen und Forschungen zum Urkunden-und Kanzleiwesen Papst Gregors VII., I. Teil. Quellen : Urkun (...)
  • 22 Ainsi que le rappelle Bernold sous le pontificat d’Urbain II : Pro Gebhardo episcopo Constantiensi (...)
  • 23 Das Register Gregors, op. cit., I, p. 296 : Cum enim oboedire apostolice sedi superbe contendunt, (...)
  • 24 PL, 163, col. 54-56 (Latran, 19 novembre 1100) : Nos eorum [Turonensis ecclesie antistes et cleric (...)
  • 25 L. Falkenstein, La papauté et les abbayes françaises aux xie et xiie siècles. Exemption et protect (...)
  • 26 Das Register Gregors…, op. cit., II, p. 502-505 (VII, 24) (Latran, 08 mai [1080]) (p. 504-505).
  • 27 Quellen und Forschungen…, op. cit., p. 218 : […] dicente quoque beato Ambrosio in libro epistolaru (...)
  • 28 Sancti Ambrosii opera. Pars decima. Epistulae et acta. III. Epistularum liber decimus. Epistulae e (...)
  • 29 De excessu fratris, dans Sancti Ambrosii opera. Pars septima. Explanatio symboli. De sacramentis. (...)
  • 30 K. G. Cushing, Papacy and Law in the Gregorian Revolution. The Canonistic Work of Anselm of Lucca,(...)
  • 31 G. Picasso, Gli ‘ Excerpta Ambrosii’nelle collezioni canoniche dei secoli XI e XII, dans Ambrosius (...)
  • 32 C. Rolker, Genesis and Influence of the Canon Law Collection in BN lat. 13368, dans Zeitschrift de (...)
  • 33 Paris, BnF, lat. 13368, fol. 14rb [c. 129] :/ Ambrosius in Pastorali suo. Oculis carnalibus videtu (...)
  • 34 Yves de Chartres, Correspondance, I, éd. et trad. par J. Leclercq, Paris, 1949 (Les classiques de (...)
  • 35 Paris, BnF, lat. 4281B, fol. 166-166v (lib. VI, [c. 168]).
  • 36 Wolfenbüttel, Herzog-August-Bibliothek, Gud. lat. 212, fol. 5v, 43 (lib. VII, c. 69). La capitulat (...)
  • 37 Stuttgart, Württembergische Landesbibliothek, hist. fol. 419, fol. 3-17v (fol. 3v).
  • 38 Pour de nouvelles hypothèses quant au lieu de composition du recueil, en lieu et place du Mont-Cas (...)
  • 39 J. Autenrieth, Bernold von Konstanz und die erweiterte 74-Titelsammlung, dans Deutsches Archiv für (...)
  • 40 Diversorum patrum sententie sive Collectio in LXXIV titulos digesta, éd. J. Gilchrist, Cité du Vat (...)
  • 41 Sur les gloses de Bernold, J. Autenrieth, Die Domschule von Konstanz zur Zeit des Investiturstreit (...)
  • 42 E. Pásztor, Motivi dell’ecclesiologia di Anselmo di Lucca. In margine a un sermone inedito, dans B (...)
  • 43 E. Pásztor, Motivi dell’ecclesiologia…, art. cité, p. 96-104 (p. 99) : De qua si egressus fuerit, (...)
  • 44 Ibid., p. 54-55, 61, 99 (n. 2-3).
  • 45 Maximi episcopi Taurinensis collectio sermonum antiqua, nonnullis sermonibus extravagantibus adiec (...)
  • 46 Anselm II. Bischof von Lucca (Anselmus episcopus Lucensis), Collectio canonum una cum collectione (...)
  • 47 G. Gresser, Die Synoden und Konzilien…, op. cit., p. 259-260 ; H. E. J. Cowdrey, The Age of Abbot (...)
  • 48 Chronica monasterii Casinensis, éd. par H. Hoffmann, Hanovre, 1980 (MGH, Scriptores, 34), p. 454 : (...)

2Après avoir abordé la spectaculaire rencontre de Canossa (1077), Berthold de Reichenau ne put résister, pour légitimer la déposition du roi de Germanie Henri IV par le pape Grégoire VII (1073-1085), à la tentation d’invoquer Ambroise, l’évêque de Milan qui, suite au massacre des habitants de Thessalonique (390), avait refusé l’entrée dans l’église à l’empereur Théodose, auquel il imposa une pénitence de huit mois en raison de ses crimes1. Rapporté au vie siècle dans l’Historia ecclesiastica tripartita de Cassiodore-Épiphane2, le face-à-face d’Ambroise et de Théodose est une des matrices de la pénitence souveraine3. Dans le dernier quart du xie siècle, l’opposition des deux pouvoirs universels l’a transformé en lieu commun de la supériorité des prêtres sur les rois4. Inscrit dans la lignée d’un des mots d’ordre des Dictatus papae (1075), selon lequel il est permis au pontife romain de déposer les empereurs (Quod illi liceat imperatores deponere)5, le motif a pour fonction d’étayer le privilège suprême des papes qui justifie les mesures adoptées contre Henri IV par les synodes du Carême, en 1076 puis 10806. La première incursion d’Ambroise survient à l’été 1076 dans une lettre de Grégoire VII à Hermann de Metz qui traite des dommages encourus par les évêques coupables de fréquenter un roi excommunié. Répondant à ceux qui doutent qu’un pape puisse juger un roi, la lettre renvoie les sceptiques à l’autorité d’exemples tirés des Écritures et de l’histoire. C’est parmi ces derniers que comparaît Ambroise, lequel a excommunié l’empereur Théodose et lui a interdit, après sa réconciliation, de prendre place dans le sanctuaire réservé aux prêtres7. En 1081, une seconde lettre de Grégoire VII à Hermann de Metz prolonge l’argumentaire, qui se déploie en un manifeste sur les relations entre les deux glaives. Appelé en renfort, Ambroise est celui qui, alors même qu’il n’était pas évêque de l’Église universelle, un titre que peut revendiquer le pape, et contre l’opinion des autres prêtres, a exclu l’empereur de l’Église, en l’excommuniant pour sa faute8. L’intense diffusion de la lettre pontificale, qui se mesure à l’aune de la littérature polémique et canonique9, assure la circulation du thème. De ce point de vue, l’enrôlement d’Ambroise connaît une nouvelle phase après le tournant de 1084 qui voit la promotion sur la chaire de Pierre de l’archevêque de Ravenne Guibert, devenu Clément III (1080/84-1100), et le couronnement impérial d’Henri IV à Rome. Wido, futur évêque d’Osnabrück, s’en remet à l’Historia tripartita pour dénoncer le mauvais usage qu’Hildebrand (Grégoire VII) fait d’Ambroise, lequel n’a jamais excommunié Théodose, l’empereur ayant accepté de plein gré le remède de la pénitence10. L’interprétation est tout autre dans le cercle de Bernold de Constance11. À l’abbaye de St. Blasien, celui-ci compose, vers 1086, ses Apologeticae rationes contra scismaticorum obiectiones. Dirigé contre les partisans de Guibert, après la mort de Grégoire VII à Salerne (25 mai 1085), l’opuscule reprend le sujet de l’excommunication des rois et des empereurs par les papes et se fonde, en particulier, sur l’exemplum d’Ambroise et de Théodose, finalement réconcilié après avoir donné satisfaction12. Bernold y suit la voie tracée par son maître Bernard d’Hildesheim, dont le Liber canonum contra Heinricum quartum (1085), tout occupé par l’excommunication et soucieux d’ancrer le geste de Grégoire VII dans la tradition, puisait au modèle d’Ambroise, par lequel l’empereur Théodose avait été privé de communion, soumis à une pénitence publique et empêché de demeurer dans le sanctuaire, en rupture avec la coutume en vigueur13. Le Liber canonum est aussi le lieu de révélation d’une maxime d’Ambroise selon laquelle toute personne en désaccord avec l’Église romaine est regardée comme hérétique (Ambrosius : Hereticum esse constat, qui a Romana ecclesia discordat)14. Héritière du principe théologico-canonique, formalisé chez Pierre Damien († 1072) et Deusdedit († 1098/99), qui fait de la rupture avec l’Église romaine un cas d’hérésie15, et apparentée, surtout, à la vingt-sixième proposition des Dictatus papae (Quod catholicus non habeatur, qui non concordat Romanae ecclesiae)16, la formule d’Ambroise n’est pas étrangère à Bernold de Constance, qui s’en inspire dans son traité De veritate corporis et sanguinis Domini (1088) contre Bérenger de Tours pour mieux établir la primauté de l’Église romaine en matière de foi17. L’expression pourrait avoir partie liée avec le cardinal-évêque d’Ostie Eudes qui, lors de sa légation en Germanie (1084-1086) sanctionnée par la célébration, en 1085, des conciles de Gerstungen et de Quedlinburg18, avait fait étape à Constance, où il conféra la prêtrise (21 décembre 1084) à Bernold et à Gebhard de Zähringen, ce dernier ayant reçu, le lendemain, la consécration épiscopale19. En février 1085, une lettre du légat, transmise par la collection épistolaire associée à l’écolâtre Bernard, exhorte l’évêque Udon d’Hildesheim à l’obéissance au Siège apostolique et l’invite, pour ce faire, à se souvenir du crime d’idolâtrie de Saül (1 S 15, 22-23) ainsi que de ce qui a été promulgué par l’Esprit saint, à travers la bouche d’Ambroise (Hereticum esse constat, qui a Romana ecclesia discordat)20. Bien attestée en 1085-1086, la plus ancienne attribution de la maxime à Ambroise se découvre dans un privilège de Grégoire VII (1080) en faveur de l’abbé d’Hirsau, chargé de réformer le monastère de Schaffhausen, immédiatement soumis à l’Église romaine. Accordant l’immunité, l’acte concède à l’abbé et aux moines la faculté de recourir à l’évêque de leur choix pour les ordinations, les consécrations et tout ce qui relève de l’office épiscopal, voire de faire appel à Rome, dans l’éventualité où l’évêque de Constance serait en désaccord avec le Siège apostolique ou lui désobéirait, une attitude comparée au crime de Saül et déclarée contraire au précepte d’Ambroise (Ereticum esse constat, qui Romane ecclesie non concordat)21. Suffragant du métropolitain de Mayence, l’évêque de Constance Otton (1071-1086) était un des plus farouches adversaires de la papauté. Avant qu’il ne soit remplacé par Gebhard III (1084-1110), Grégoire VII le frappe d’anathème lors du synode du Carême 108022, en amont du privilège pour Schaffhausen. La corrélation entre le péché de Saül, coupable de divination et d’idolâtrie, et la désobéissance au Siège apostolique est déjà claire, en 1076, dans la lettre de Grégoire VII à Hermann de Metz23. Apparue, en 1080, dans un acte de la chancellerie pontificale, aux côtés du crime de Saül, la devise « ambrosienne » ne reste pas sans effet. En 1100, un privilège de Pascal II (1099-1118) pour le monastère de Marmoutier, qui est confirmé dans ses possessions et placé sous la protection apostolique, en appelle à Ambroise et au prophète Samuel pour dégager l’abbé Hilgot de l’excommunication de l’archevêque de Tours24. En revanche, la clause diplomatique fixée au xiie siècle qui établit le libre choix de l’évêque consécrateur, à la condition expresse qu’il soit catholique et en communion avec Rome, délaisse toute allégation patristique et scripturaire25. Contrairement à sa copie dans le registre de Grégoire VII26, l’expédition originale du privilège de 1080 précise que la formule d’Ambroise a été tirée du Liber epistolarum27. On cherche en vain pareille assertion dans la correspondance de l’évêque de Milan. Tout au plus peut-on déceler des antécédents dans la lettre (I, 11) aux empereurs Gratien, Valentinien II et Théodose qui, dans l’incantation à la lutte contre l’arianisme, fait de l’ecclesia Romana la tête de tout le monde romain (totius orbis Romani caput)28 et, de manière plus probante, dans un extrait du De excessu fratris (I, 47) qui rapproche la vraie foi de la communion avec les évêques catholiques et, partant, avec l’Église romaine (utrumnam cum episcopis catholicis, hoc est cum Romana ecclesia conveniret)29. Repris par Anselme II de Lucques († 1086) au livre XII de sa Collectio canonum sur l’excommunication, le passage est muni d’une rubrique qui lie la vraie foi et l’Église romaine (Non esse veram fidem quae cum Romana ecclesia non convenit)30. Si Ambroise tient sa place dans les collections canoniques des xie et xiie siècles31, la maxime sur l’hérésie et la communion avec l’Église romaine n’est accueillie que dans un nombre limité de recueils. Dans une collection de la fin du xie siècle peut-être issue de la province de Reims, dont la version la plus complète est transmise par un manuscrit du xiie siècle, avec 340 canons sans ordre apparent (Paris, BnF, lat. 13368)32, la sentence ambrosienne cohabite avec des extraits du Pastoralis, soit le Libellus de dignitate sacerdotali du Pseudo-Ambroise, qui condamnent la lèpre du simoniaque33. C’est dans cette collection qu’Yves de Chartres († 1115) a dû trouver la maxime – qui, notons-le, n’est pas portée au crédit d’Ambroise – brandie face à l’archevêque de Sens Richer, auquel il reproche de s’élever contre le Siège apostolique34. Rédigée en France méridionale ou en Catalogne à l’extrême fin du xie siècle, la seconde recension de la Collectio Tarraconensis (Paris, BnF, lat. 4281B) comporte un bloc de textes originaire du précédent recueil et ajouté à la fin du sixième livre. On y retrouve la séquence ambrosienne, avec le Pastoralis et la maxime35. La configuration est distincte dans la Collectio Sangermanensis IX voluminorum (Wolfenbüttel, Herzog-August-Bibliothek Gud. lat. 212) compilée à Thérouanne vers 1100, autour de l’évêque Jean de Warneton (1099-1130). Signalée dans la capitulation sous la rubrique Quod concordetur Romane ecclesie, la sentence d’Ambroise (c. 69) y apparaît au livre VII (De excommunicatis et excommunicandis), entre deux canons des conciles de Compiègne et de Carthage36. Elle est copiée, de même, dans une autre collection du début du xiie siècle (Stuttgart, Württembergische Landesbibliothek, hist. fol. 419)37. Pour qui voudrait identifier des canaux de transmission, une solution est sans doute à chercher auprès de Bernold de Constance et de la fameuse collection en 74 Titres (315 canons) (Diversorum patrum sententie, 1073/74)38. Après son introduction en Germanie, Bernold l’a remaniée et dotée d’un appendice sur l’excommunication qui a donné naissance à la recension souabe (v. 1077/86)39. Un manuscrit de cette dernière, du début du xiie siècle (Wien, Österreichische Nationalbibliothek, lat. 2153), possède sept canons additionnels dans un titre sur les atteintes aux biens ecclésiastiques. La sentence d’Ambroise est l’un d’entre eux40. On ne peut conclure, en l’état de la documentation, qu’elle est sortie de la plume de Bernold. Il reste que celui-ci a glosé des œuvres patristiques à Constance, en 1074-107641, et que, plus largement, les « sentences des Pères », qui circulent par le biais de florilèges, grossissent les rangs des autorités dans les collections canoniques et les libelles polémiques de l’âge grégorien, par-delà les lettres pontificales et les décrets conciliaires. Au total, s’il est difficile de reconstituer l’histoire de la maxime d’Ambroise (et de ses variantes), on doit admettre qu’un faisceau d’indices se dégage entre Rome et la Souabe, de 1080 à 1086. D’autres résonances se font sentir dans l’Italie contemporaine. Pierre angulaire de l’entourage de Grégoire VII, Anselme II de Lucques, exilé auprès de la comtesse Mathilde de Toscane, a écrit peu avant sa mort, en 1085-1086, au plus fort du schisme de Guibert, un sermo de caritate à destination du clergé42. Dans ce condensé d’ecclésiologie sur la primauté de l’Église romaine, Anselme développe le thème de la navis Petri pour déclarer, à l’appui d’Ambroise, que la foi est vide hors de l’Église de Pierre43. Parmi les autorités derrière lesquelles il s’abrite44 figurent le sermo de duabus naviculis in Evangelio de Maxime de Turin († v. 420)45, mis sous le nom d’Ambroise, ainsi qu’un canon « ambrosien » de la Collectio canonum, sous le titre De potestate et auctoritate [primatu] apostolicae sedis46. Surtout, le sermon aborde la relation entre catholicité et concorde avec l’Église romaine à travers une formule dérivée des Dictatus papae (Constat catholicum non esse qui non concordat Romane ecclesie) qui est accolée à Ambroise, un voisinage qui prend tout son sens à l’heure de l’invention de la maxime ambrosienne (Ereticum esse constat, qui Romane ecclesie non concordat). Le synode de Bénévent réuni en août 1087 par Victor III (1086-1087)47, connu d’après la chronique du Mont-Cassin, subit la même influence. Vilipendant l’hérésiarque Guibert, le pape s’y serait adressé aux cardinaux ainsi qu’aux évêques d’Apulie, de Calabre et des Principats afin de les prier de se tenir à l’écart des deux schismatiques Hugues, archevêque de Lyon (1082/83-1106), et Richard, abbé de Saint-Victor de Marseille (1079-1106), anciens légats de Grégoire VII. Il ne faut plus s’étonner d’y voir surgir Ambroise, selon lequel toute personne qui se sépare de l’Église romaine doit être considérée hérétique48.

Rome, Milan et les schismatiques

  • 49 W. Berschin, Bonizone di Sutri. La vita e le opere, Spolète, 1992 (Centro italiano di studi sull’a (...)
  • 50 Sur la production générée par le schisme de Guibert en Italie, W. Berschin, Die publizistische Rea (...)
  • 51 Bonizonis episcopi Sutrini Liber ad amicum, éd. par E. Dümmler, dans Libelli de lite…, op. cit., I (...)
  • 52 Parmi une littérature abondante, H. E. J. Cowdrey, The Papacy, the Patarenes and the Church of Mil (...)
  • 53 A. Lucioni, Legati papali e arcivescovi a Milano tra XI e XII secolo, dans M. P. Alberzoni et C. Z (...)
  • 54 Bonizonis episcopi Sutrini Liber ad amicum…, op. cit., p. 590-592.
  • 55 Anonimo, Passione del beato martire Arialdo, sepolto nella chiesa di S. Dionigi (Passio beati Aria (...)
  • 56 Die Briefe des Petrus Damiani…, op. cit., II, p. 228-247, no 65 ([décembre 1059]). Sur « l’autorit (...)
  • 57 N. D’Acunto, Chiesa romana e chiese della Lombardia : prove ed esperimenti di centralizzazione nei (...)
  • 58 Die Briefe des Petrus Damiani…, op. cit., II, p. 233-234 ; J. J. Ryan, Saint Peter Damiani…, op. c (...)
  • 59 De sacramentis (sermones sex a quodam excepti), dans Sancti Ambrosii opera. Pars septima…, op. cit (...)
  • 60 Die Briefe des Petrus Damiani…, op. cit., II, p. 235 ; J. J. Ryan, Saint Peter Damiani…, op. cit.,(...)
  • 61 Arnulf von Mailand, Liber gestorum recentium, éd. par C. Zey, Hanovre, 1994 (MGH, Scriptores rerum (...)
  • 62 Arnulf von Mailand, Liber gestorum recentium…, op. cit., p. 188-191 (§ 16) (p. 190) : Hec enim dic (...)
  • 63 O. Zumhagen, Tedald von Mailand (1075-1085). Erzbischof ohne civitas, dans T. Scharff et T. Behrma (...)
  • 64 C. Zey, Die Synode von Piacenza und die Konsekration Tedalds zum Erzbischof von Mailand im februar (...)
  • 65 Arnulf von Mailand, Liber gestorum recentium…, op. cit., p. 225-227 (§ 7) (p. 225-226) : Per idem (...)
  • 66 D. F. Glass, The Bishops of Piacenza, their Cathedral and the Reform of the Church, dans J. S. Ott (...)
  • 67 R. Somerville, Pope Urban II, the Collectio Britannica and the Council of Melfi, Oxford, 1996, p.  (...)
  • 68 A. Lucioni, Legati papali e arcivescovi a Milano…, art. cité, p. 40-47, 51.
  • 69 R. Somerville, Pope Urban II…, op. cit., p. 52 ; A. Lucioni, Legati papali e arcivescovi a Milano… (...)
  • 70 R. Somerville, Pope Urban II…, op. cit., p. 62 (CB 13).
  • 71 C. Rolker, History and Canon Law in the Collectio Britannica. A New Date for London, BL Add. 8873,(...)
  • 72 R. Somerville, Pope Urban II…, op. cit., p. 58-62, 87-91, 120-123 (CB 11-12, 23, 33). Toujours d’a (...)
  • 73 P. Zerbi, ‘Cum mutato habitu in coenobio sanctissime vixisset… : Anselmo III o Arnolfo III ?, dan (...)
  • 74 Das Register Gregors …, op. cit., II, p. 368-373 (V, 14a) (Rome, [27 février]-3 mars 1078) (p. 369 (...)
  • 75 R. Somerville, Pope Urban II…, op. cit., p. 121 (CB 33). Une autre lettre du pape (CB 23) (Ibid., (...)
  • 76 G. Gresser, Die Synoden und Konzilien…, op. cit., p. 292-302 et, surtout, R. Somerville, Pope Urba (...)
  • 77 G. Gresser, Die Synoden und Konzilien…, op. cit., p. 320 ; A. Lucioni, Anselmo IV da Bovisio…, op. (...)
  • 78 R. Somerville, Pope Urban II…, op. cit., p. 62 (CB 13) : [S]citis namque quantum sit periculi a Ro (...)
  • 79 Bonizonis episcopi Sutrini Liber ad amicum…, op. cit., p. 609, 619 ; Bonizo, Liber de vita christi (...)

3Appartenant aux horizons intellectuels d’Anselme II de Lucques – il lui rend hommage lors de ses funérailles à Mantoue – et de Victor III, Bonizon de Sutri († v. 1090-1094)49 a composé son Liber ad amicum à la fin 1085 ou au début 1086, sans doute à la cour de Mathilde de Toscane où il s’était réfugié après l’expulsion de son diocèse. Écrivant pour un anonyme miles, Bonizon y revient sur les causes de la défaite pontificale et encourage son interlocuteur à poursuivre la lutte armée qui doit faire triompher la vérité, avec l’aide de Dieu. Déroulant en neuf livres le fil des persécutions de l’Église et des glorieux défenseurs de la foi, l’œuvre s’inscrit dans une perspective typologique, depuis les Écritures jusqu’aux temps actuels. Elle est marquée, en dernier ressort, du sceau de l’action bienfaitrice de Grégoire VII, de sa mort tragique en exil et de sa mémoire bafouée, qu’il entend protéger des accusations du parti d’Henri IV et de Guibert50. Recueillant l’argumentaire « grégorien », Bonizon rappelle qu’Ambroise a excommunié Théodose et qu’il a résisté à l’impératrice Justine, avec les armes du peuple51. Mais Ambroise se taille la part du lion au début du livre VI, dans le passage consacré à la Pataria éclatée sous le pontificat d’Étienne IX (1057-1058)52 – le pape qui, à la fin 1057, a dépêché comme légats l’évêque de Lucques Anselme Ier et l’archidiacre de l’Église romaine Hildebrand, les futurs papes Alexandre II (1061-1073) et Grégoire VII53. Retraçant l’histoire de la soumission de Milan à Rome, l’extrait du Liber ad amicum est dominé par la haute stature d’Ambroise, objet de discorde entre le clergé et les Patarins54. D’après Bonizon, les évêques simoniaques auraient refusé d’admettre qu’Ambroise ait soutenu dans ses écrits que se soustraire de la juridiction de l’Église romaine puisse être source d’hérésie (falsitatis arguentes Ambrosium sepissime in suis scriptis hoc intonantem : hereticum esse, qui se a Romane ecclesie in aliquo subtraxerit dicione). À l’opposé, Landolfo et Arialdo, qui rejettent la simonie et la célébration des sacrements par les prêtres concubinaires, s’illustrent par une connaissance intime des livres d’Ambroise et proclament, avec ce dernier, qu’il est hérétique de ne pas obéir à l’Église romaine (et quia hereticum esset Romane ecclesie non obedire, beato Ambrosio teste declaravere). Ce sont les signes tangibles des débats sur l’authenticité et l’exégèse de la devise ambrosienne diffusée dans les années 1080. La présence d’Ambroise avant cette date, lors de la Pataria, n’est pas simple à évaluer. Rédigée au plus tôt dans la seconde moitié du xiie siècle, la Passio anonyme d’Arialdo, honoré du martyre en 1066, met dans la bouche de l’archevêque Guido da Velate (1045-1071) les propos selon lesquels la cité de Milan, par respect pour Ambroise, n’a jamais été subordonnée à l’Église romaine, le prélat appelant à débarrasser la terre de ceux qui s’efforcent de priver la ville de sa gloire ancienne, de sorte qu’elle soit soumise à Rome et perde sa liberté55. En amont, la longue relation que Pierre Damien destine à l’archidiacre Hildebrand, à la fin 1059, fournit d’autres éléments56. Dans ce texte, qui tient du compte-rendu de la légation milanaise accomplie aux côtés d’Anselme I de Lucques57 autant que de l’opuscule sur la primauté de l’Église romaine (promis à une belle postérité canonique), qui fait tomber dans l’hérésie ceux qui contestent le Romane ecclesie privilegium58, Pierre Damien reprend l’identité posée, depuis la fin du ixe siècle, entre l’Église de Milan et son saint patron pour prescrire le devoir d’obéissance filiale dû à sa mère l’Église romaine (ut ecclesia Romana mater, ambrosiana sit filia), avant d’évoquer l’aide que le pape Sirice (384-399) a prêtée à Ambroise dans la cité lombarde pour retirer la macule nicolaïte que les seules forces de l’évêque ne parvenaient à effacer. Ceci pour mieux affirmer ensuite, d’après un passage du De sacramentis (III, 1, 5) sur le lavement des pieds lors du baptême59, qu’Ambroise a professé suivre en toutes choses sa « maîtresse » la sainte Église romaine (Unde et ipse sanctus Ambrosius in omnibus sequi se magistram sanctam Romanam profitetur aecclesiam)60. Un utile contrepoint est offert par le Liber gestorum recentium d’Arnolfo, une histoire des rois d’Italie et des évêques de Milan (Gesta quorundam Italie regum ac Mediolanensium antistitum) portée jusqu’à l’année 1077. Son auteur s’en prend violemment aux Milanais insensés qui ont vénéré Rome dans l’apôtre (in apostolo) jusqu’à mépriser Milan et, à travers elle, Ambroise – un fait, ajoute-t-il, que les Romains ne manqueront pas de consigner dans leurs annales et qui permettra de dire, à l’avenir, que Milan est soumise à Rome61. C’est le moment choisi de reconnaître que les Milanais entendent suivre l’Église romaine, sur les traces d’Ambroise, mais jusqu’à un certain point : que le droit ecclésiastique reste l’affaire des docteurs plutôt que des laïcs ignorants, c’est-à-dire, en clair, des Patarins62. Témoin privilégié de la succession au siège de Milan après la mort de Guido da Velate, Arnolfo a été, à la fin janvier 1077, de l’ambassade auprès de Grégoire VII à Canossa, prélude à la légation pontificale, à Milan, de Gérald, cardinal-évêque d’Ostie, et d’Anselme II de Lucques. Le cinquième et dernier livre des Gesta manifeste le détachement à l’égard de la cause royale, un parti pris qui oriente la relation des années 1075-1076. C’est dans ce cadre qu’est rapportée la promotion de l’archevêque de Milan Tedaldo (1075-1085)63, ancien chapelain d’Henri IV. Arnolfo y critique les évêques lombards qui se sont rassemblés à Piacenza, en février 1076, pour consacrer Tedaldo et se liguer contre Grégoire VII64. C’est juste avant, alors qu’il déplore l’harmonie révolue entre les rois et les prêtres, qu’Arnolfo décrète, avec Ambroise, que celui en désaccord avec l’Église romaine n’est pas catholique65. Telle est la préhistoire de la formule canonique des années 1080-1086 dont les échos se perçoivent dans le Liber ad amicum. Quelque temps plus tard, Bonizon retrouve le diocèse de Piacenza où il a fait ses premiers pas. Élevé au siège épiscopal, il est contesté par la faction impériale66. En la circonstance, et avant que l’opposition n’atteigne son paroxysme en 1089, avec la terrible mutilation qui lui est infligée, Urbain II (1088-1099) fait preuve d’une attitude mesurée qui tranche avec le rigorisme de son prédécesseur Grégoire VII. Les trois lettres que le pape écrit dans l’affaire67 – au principal intéressé, à Arimanno, cardinal-prêtre du titre des Quatre-Saints-Couronnés ( ?)68 et à un énigmatique M. (derrière lequel il faudrait voir Martino, évêque de Vintimille, plutôt que Mathilde de Toscane69) – démontrent la très haute estime dans laquelle est tenu Bonizon, dont est louée l’énergie déployée au service de l’Église (qui multum in ecclesia laborasse dicitur). Mais elles traduisent aussi les égards pour la résistance des clercs et des laïcs de Piacenza, qui se sont dressés contre son élection. C’est dans la même reconfiguration du mode de gouvernement de la papauté et, en particulier, de ses relations avec l’épiscopat, qu’il faut situer la lettre d’Urbain II au clergé et au peuple de Milan70. Copiée dans le registre de chancellerie, elle a été reprise depuis cette source, comme les trois autres relatives à l’évêché de Piacenza, dans un important recueil canonique de la fin du xie siècle, la dite Collectio Britannica71. Faisant disparaître les formes diplomatiques usuelles, le compilateur a changé la lettre du pape en une sentence garantie par l’autorité apostolique. Non datée, la missive doit être confrontée aux quatre autres pièces de la Collectio Britannica qui concernent Milan, à savoir une notice historique et trois lettres à l’archevêque72, un dossier qui forme l’essentiel de ce que nous savons d’Anselme III (1086-1093)73. Après une élection canonique, celui-ci a été consacré de façon irrégulière – non par trois évêques, comme le veulent les canons, mais par un seul évêque catholique (ab uno tantum catholico […] episcopo), avec l’assentiment des autres qui, parce qu’ils étaient schismatiques (schismatici) et excommuniés par le pape, ne lui ont pas imposé les mains. Au moyen du baculum, il a ensuite obtenu l’investiture d’un roi excommunié par le Siège apostolique (Henri IV), auquel il a prêté serment et qui, selon la rumeur, aurait reçu une somme d’argent du frère d’Anselme, à l’insu du prélat. Déposé par un légat (Arimanno ?), Anselme se serait retiré dans un monastère. Pour la nécessité et l’utilité de l’Église, Urbain II l’a rappelé à son évêché, la décision de revenir à la vie pastorale étant motivée, de son côté, par l’amour de saint Pierre et la vertu de l’obéissance. Rétabli dans son office épiscopal, notamment pour ce qui est de la consécration des évêques et des dédicaces d’églises, ayant prêté serment au pape et à l’Église romaine, Anselme, à sa demande, est honoré du pallium, un insigne qui lui est présenté par le cardinal-prêtre Arimanno, accueilli au-devant des portes de la ville par l’archevêque et le peuple de Milan. Lors de cette visite, le prélat a dû se voir accorder la faculté de restaurer dans les ordres sacrés les clercs ordonnés par Tedaldo, suspendu et excommunié par les synodes romains de 1078, 1079 et 108074, à la condition, toutefois, que de telles ordinations ne soient pas intervenues sous l’emprise de la simonie ou de la dépravation, que les bénéficiaires n’aient pas su que Tedaldo était lui-même un simoniaque et qu’ils soient recommandés par une piété encline à la bonne vie75 – une résolution modérée qui anticipe les décisions prises au sujet des ordinations simoniaques, mais non sans nuances, au concile général de Piacenza (1095)76 puis lors de l’assemblée milanaise (1098) réunie, sur l’instance du pape, par l’archevêque Anselme IV (1097-1101)77. C’est sur la trame du retour en grâce d’Anselme III et de l’intégration de l’Église de Milan dans l’ordre pontifical, après le schisme de Tedaldo, que saint Ambroise joue les premiers rôles, pour mieux souligner le danger à se disjoindre de l’Église romaine et, a contrario, le caractère salutaire de l’obéissance à cette dernière78. Urbain II, rappelons-le, n’est autre que l’ancien cardinal Eudes, légat de Grégoire VII en Germanie. Les correspondances sont claires entre la lettre pour l’évêque d’Hildesheim (1085) et celle pour le clergé et le peuple de Milan (1088), à l’image de l’emploi du terme compages (ab unitatis compage / a Romane […] ecclesie conpage) qui jouxte la sentence ambrosienne. On observe toutefois une nette solution de continuité dans la mesure où le nomen Ambrosii n’est pas investi de la même charge d’un lieu à l’autre. « Votre très saint père Ambroise » (pater vester sanctissimus Ambrosius) écrit Urbain II aux Milanais, en une formule qui met l’accent sur le patronage d’une figure singulière. Une telle familiarité s’accommode du statut universel d’un docteur de l’Église, au sein d’un patrimoine commun. Dans la lettre du pape, Ambroise n’est pas le « lys de l’Église » (lilium ecclesie) ou la « pierre précieuse parmi les prêtres » (gemma sacerdotum), comme se plaît à le désigner Bonizon de Sutri79, mais le « candélabre du Christ » (Christi candelabrum). C’est dire combien la polysémie préside à la réconciliation entre Milan et Rome. Séparant hérétiques et catholiques, Ambroise est aussi celui qui rassemble et rend possible, autour de lui, l’avènement de la concorde, dans l’obéissance à l’Église romaine et le respect d’une forte identité locale.

Geoffroy d’Auxerre, d’un schisme à l’autre

  • 80 J. Leclercq, Les écrits de Geoffroy d’Auxerre, dans Revue bénédictine, 62, 1952, p. 274-291, repri (...)
  • 81 Troyes, BM, 503, fol. 1ra-150ra (fol. 141rb-143rb) ; J. B. Schneyer, Repertorium der lateinischen (...)
  • 82 La fête de saint Bernard a été introduite en 1174-1175 par le chapitre général de l’ordre cisterci (...)
  • 83 Troyes, BM, 503, fol. 143ra-143rb (J. Leclercq, Études sur saint Bernard…, op. cit., p. 165) : Tra (...)
  • 84 A. H. Bredero, Études sur la « Vita prima » de saint Bernard, Rome, 1960 ; Id., Bernard de Clairva (...)
  • 85 Id., Études sur la « Vita prima »…, op. cit., p. 40 : Incipit prologus episcoporum et abbatum mult (...)
  • 86 G. Hüffer, Vorstudien zu einer Darstellung des Lebens und Wirkens des heiligen Bernard von Clairva (...)
  • 87 J. B. Schneyer, Repertorium…, op. cit., II, p. 148, no 199 (BHL 1229). Pour une édition du xviie s (...)
  • 88 Ibid., col. 584-586.
  • 89 J. Leclercq, Études sur saint Bernard…, op. cit., p. 161 (n. 2). L’auteur cite un manuscrit où l’h (...)
  • 90 Troyes, BM, 503, fol. 141rb, 142va (J. Leclercq, Études sur saint Bernard…, op. cit., p. 161, 164) (...)
  • 91 Troyes, BM, 503, fol. 142ra-142va (J. Leclercq, Études sur saint Bernard…, op. cit., p. 163-164) :(...)
  • 92 Pour les relations entre Pise et Innocent II, M. L. Ceccarelli-Lemut, La sede metropolitana e prim (...)
  • 93 Bernard de Clairvaux, Epistolae, éd. par J. Leclercq et H. Rochais, 2 vol., Rome, 1974-1977 (Sanct (...)
  • 94 De façon générale, P. Zerbi, I rapporti di s. Bernardo di Chiaravalle con i vescovi e le diocesi d (...)
  • 95 L. Grant, Geoffrey of Lèves, Bishop of Chartres : « Famous Wheeler and Dealer in Secular Business  (...)
  • 96 Arnulfi Sagiensis archidiaconi, postea episcopi Lexoviensis, invectiva in Girardum Engolismensem e (...)
  • 97 P. Zerbi, I rapporti di s. Bernardo …, art. cité, p. 69 ; Id., San Bernardo di Clairvaux e Milano… (...)
  • 98 Herbert de Clairvaux, Liber miraculorum, dans Herbert von Clairvaux und sein Liber miraculorum. Di (...)
  • 99 G.-M. Oury, Recherches sur Ernaud, abbé de Bonneval, historien de saint Bernard, dans Revue Mabill (...)
  • 100 Liber secundus auctore Arnaldo Bonaevallis abbate, dans Vita prima sancti Bernardi Claraevallis ab (...)
  • 101 Liber primus auctore Guillelmo a Sancto Theodorico, dans Vita prima sancti Bernardi…, op. cit., p. (...)
  • 102 Liber secundus auctore Arnaldo…, op. cit., p. 107, no 26 : Quot ecclesiae destitutae pastoribus eu (...)
  • 103 R. Lechat, Les Fragmenta de vita et miraculis s. Bernardi par Geoffroy d’Auxerre, dans Analecta Bo (...)
  • 104 Vita vel miracula Bernardi abbatis auctore Gaufrido Autissiodorensi, éd. par C. Vande Veire, dans (...)
  • 105 Herbert de Clairvaux, Liber miraculorum …, op. cit., p. 89 : Eodem quoque Reinaldo indicante cogno (...)
  • 106 Paulin de Milan, Vita beati Ambrosii episcopi ecclesiae Mediolanensis, dans Vita di s. Ambrogio. I (...)
  • 107 Herbert de Clairvaux, Liber miraculorum…, op. cit., p. 89.
  • 108 Landulfi de Sancto Paulo Historia Mediolanensis, éd. par L. Bethmann et P. Jaffé, dans Supplementa (...)
  • 109 P. Zerbi, « Consuetudines et libertates ecclesiae sibi commissae adhuc ignorans ». Ancora su Robal (...)
  • 110 Bernard de Clairvaux, Epistolae…, op. cit., I (VII), p. 326-328, ep. 131 (ad Mediolanenses) ([auto (...)
  • 111 Liber secundus auctore Arnaldo…, op. cit., p. 99-100 (no 13-14).
  • 112 Sur les exorcismes de l’abbé de Clairvaux à Milan – dont certains, tel celui relaté par Geoffroy d (...)
  • 113 F. Chave-Mahir, Trois exorcismes eucharistiques…, art. cité, p. 990-991, 996 ; Ead., L’exorcisme d (...)
  • 114 Sancti Ambrosii opera. Pars decima. Epistulae et acta. III…, op. cit., p. 126-140 (lib. X, ep. LXX (...)
  • 115 P. Zerbi, I rapporti di s. Bernardo…, op. cit., p. 69-70 ; G. Picasso, Fondazioni e riforme monast (...)
  • 116 G. Billanovich, M. Ferrari, La tradizione milanese delle opere di s. Ambrogio, dans Ambrosius epis (...)
  • 117 L’étude de référence est celle de R. Somerville, Pope Alexander III and the Council of Tours (1163 (...)
  • 118 Sur le pontificat, P. D. Clarke et A. J. Duggan (éd.), Pope Alexander III (1159-1181). The Art of (...)
  • 119 J. Leclercq, Les écrits de Geoffroy d’Auxerre…, op. cit., p. 40-42 (p. 41). L’analyse, qui dépend (...)
  • 120 Se trouve ainsi confortée l’intuition de M. Preiss, Die politische Tätigkeit und Stellung der Cist (...)
  • 121 Paris, BnF, nouv. acq. lat. 1476, fol. 85ra-168rb (fol. 85ra-87vb) (In concilio Turonensi cui Alex (...)
  • 122 N. M. Häring, The Writings Against Gilbert of Poitiers by Geoffrey of Auxerre, dans Analecta Ciste (...)
  • 123 Sur les Cisterciens et Alexandre III, de part et d’autre du concile de Tours, M. Preiss, Die polit (...)
  • 124 Paris, BnF, lat. 18178, fol. 2ra-99vb (fol. 55vb-56rb) (Dominica ante Rogationes qua canitur Vocem (...)
  • 125 Vita vel miracula Bernardi abbatis auctore Gaufrido Autissiodorensi…, op. cit., p. 295-296, no 39 (...)
  • 126 Dans les Fragmenta, la dispute précède immédiatement la vision : Vita vel miracula Bernardi abbati (...)
  • 127 Au-delà des actes d’Alexandre III (JL 10815-10856), on peut se reporter à ce qu’en dit Boson dans (...)
  • 128 Sur la canonisation de Bernard, R. Somerville, Pope Alexander III and the Council of Tours…, op. c (...)
  • 129 PL, 185, col. 622-623 (Anagni, 18 janvier 1174) (JL 12330) (col. 622) : Contigit olim, dum essemus (...)
  • 130 PL, 200, col. 174-177, no CII (Tours, 14 octobre 1162) (JL 10764). Sur les relations entre l’Églis (...)
  • 131 T. Reuter, A List of Bishops Attending the Council of Tours (1163), dans Annuarium historiae conci (...)
  • 132 PL, 185, col. 626-627 (col. 626).

4Exégète et prédicateur, grand ordonnateur des écrits de saint Bernard († 1153)80, l’abbé de Clairvaux Geoffroy d’Auxerre (1162-1165) a prononcé devant les moines de sa communauté un sermon d’un remarquable intérêt pour la mémoire d’Ambroise au xiie siècle. Transcrit dans un recueil en provenance de Clairvaux (début xiiie siècle), au sein de la troisième partie (Incipiunt capitula tertiae partis sermonum Gauffredi abbatis in praecipuis solemnitatibus a Pascha usque ad Adventum) d’une série dont les deux sections antérieures sont perdues81, ce sermon consacré à Bernard peut être daté d’après la critique interne. En premier lieu, il signale les lectures des matines de la fête du saint, ce qui l’associe aux solennités du 20 août82. En outre, se réjouissant de l’accès de Bernard aux ordres angéliques, il renvoie le lecteur, pour plus de détails, à un autre sermon copié à la suite du « dernier libelle » de la Vie de Bernard (in sermone qui libello ultimo vite eius subscriptus est)83. Cette mention oblige à un détour par la Vita prima, conservée dans deux états successifs. Responsable des trois derniers livres, qu’il ajoute aux deux précédents, Geoffroy d’Auxerre a parachevé l’entreprise hagiographique en 1155/56 (recension A) et s’est ensuite chargé de la révision qui a produit une seconde version, entre 1163 et 1165 (recension B)84. Par opposition aux deux premiers livres (libri) de la Vita, les trois suivants (III-V) sont décrits comme les libelli d’un seul et même opus – les deux prologues conçus pour le livre III, celui des évêques et des abbés (1155/56) (recension Aa = Douai, BM, 372, II, fol. 167rb-167vb) puis celui de Geoffroy (recension B) s’en portent garants85. Transcrit après le livre V (libelle III) de la Vita, dans une position liminaire relayée par la tradition manuscrite86, le texte auquel se réfère Geoffroy d’Auxerre est le sermon qu’il a lui-même dispensé en l’honneur de Bernard, cum iam decimus annus transierit87. S’attardant sur les milices célestes88, ce qui explique le pont jeté d’une prédication à l’autre, il permet de déduire que le sermon qui nous occupe a été donné le 20 août 1163, le jour de la fête du saint, pour le dixième anniversaire de sa disparition. Le sermon est dominé par Ambroise, comme l’atteste la nature du thème (Iste sanctus digne in memoriam vertitur hominum, qui ad gaudium transiit angelorum), extrait d’une homélie attribuée à Ambroise qui était lue durant le Ier nocturne (leçons 1-4) du dies natalis de Bernard89. Les moines de Clairvaux, écrit Geoffroy, ont pu faire l’expérience, la nuit passée, du style d’Ambroise – un style que Bernard a imité, plutôt que celui des autres grands docteurs de l’Église90. La présence d’Ambroise est plus manifeste encore lorsqu’il s’agit, après avoir magnifié la sainte doctrine de Bernard sur la séparation de l’âme et du corps puis sur l’Assomption de la Vierge, de raconter l’expédition milanaise du défunt abbé. Dans ce cadre, Geoffroy évoque la libération d’une femme possédée par le démon ainsi que la fondation du monastère de Caravalle (Chiaravalle). Surtout, il établit un étroit rapport entre Bernard et Ambroise : le premier a extirpé le schisme comme le second l’a fait de l’hérésie arienne, il est « Ambroise revenu à la vie » (Ambrosius redivivus). Si quelqu’un avait ouvert son tombeau, poursuit Geoffroy, il l’aurait trouvé vide91. De tels propos amènent au voyage que Bernard a effectué, en 1135, après le concile général célébré par Innocent II à Pise92. L’abbé de Clairvaux répond à une requête. En route vers le concile, il écrit trois lettres (avrilmai 1135) au clergé, aux citoyens et aux néo-convertis/frères de Milan – des Cisterciens proches de Bernard, dont une partie se fixe à Chiaravalle – dans lesquelles il promet de leur rendre visite et se félicite du retour de la cité lombarde à « l’unité catholique93 ». Son périple, réalisé après la tenue du concile, couronne l’activité de Bernard en Italie au service de la résolution du schisme d’Anaclet II94. Il revêt un caractère officiel puisque l’abbé est escorté, dans sa mission, de deux cardinaux – Matteo, évêque d’Albano, et Guido da Pisa, diacre de l’église des Saints-Côme-et-Damien – et de l’évêque de Chartres Geoffroy de Lèves (1116-1149), qui avait combattu les partisans d’Anaclet en Aquitaine, aux côtés de Bernard, comme légat d’Innocent II95, et dans l’entourage duquel figure l’archidiacre de Sées Arnoul, plus tard évêque de Lisieux (1141/43-1181), qui lui dédie, en 1133, son libelle contre Gérard d’Angoulême, légat d’Anaclet et « usurpateur » de l’archevêché de Bordeaux96. Si la comparaison frappante entre Bernard et Ambroise, documentée par le sermon de Geoffroy d’Auxerre, a été relevée97, elle n’a guère suscité de commentaires. L’impact du séjour de Bernard à Milan sur la tradition hagiographique s’avère indéniable. Un passage du Liber miraculorum (1178) d’Herbert de Clairvaux, futur archevêque de Torres, met en scène un habitant de la ville gratifié d’une vision de Bernard parmi les apôtres98. Mais cela ne suffit pas à expliquer les raisons pour lesquelles le même personnage a pu apparaître aux yeux des Milanais, et selon Geoffroy, sous les traits d’un nouvel Ambroise. La relation la plus complète de la visite de Bernard à Milan se trouve au livre II de la Vita prima dû à Arnaud de Bonneval99, achevé avant 1153 et qui couvre les années 1130-1147100. Dans le récit, l’église Saint-Ambroise (ecclesia beati Ambrosii) y tient une fonction primordiale. Elle est le théâtre des miracles de Bernard, l’homme de Dieu (vir Dei). Chez Geoffroy d’Auxerre, il est question de la même église sous le triple vocable des saints martyrs Gervais et Protais ainsi que du glorieux confesseur Ambroise, l’inventeur de leurs reliques (en 386) qui a voulu les rejoindre dans la mort, en se faisant inhumer auprès d’eux (ad ecclesiam sanctorum martyrum Gervasii et Protasii et gloriosi confessoris Ambrosii repertoris eorum et inter eos demum sepulti). La translation de Bernard à Ambroise s’opère par la médiation de la basilique et, en particulier, du tombeau qu’elle héberge (le sarcophage de porphyre qui, depuis les temps carolingiens, réunit les trois patrons de Milan), ce que dénoterait la formule de Geoffroy au sujet du sépulcre d’Ambroise, vidé d’un corps saint qui se serait comme « réincarné » en Bernard. Un deuxième aspect met en lumière la proximité entre Bernard et Ambroise. En 1135, l’abbé de Clairvaux aurait été élu sur le siège de la métropole de Milan, vacant de facto après l’éloignement forcé de l’archevêque Anselme V della Pusterla (1126-1135), fidèle d’Anaclet II, sous la pression de l’assemblée citadine (fin 1134-début 1135). À cet égard, le premier livre de la Vita, par Guillaume de Saint-Thierry († 1148), fait état des élections de Bernard comme archevêque de Milan et de Reims, mais aussi comme évêque de Châlons et de Langres101. Le propos est amplifié au livre II d’Arnaud de Bonneval qui, en Italie, ajoute Gênes à la liste des cités dépourvues de pasteur qui ont souhaité être gouvernées par le saint homme102. La mention la plus précoce est pourtant celle des Fragmenta attribués à Geoffroy d’Auxerre (1145/46)103, qui fait un sort aux quatre élections de Châlons, Milan, Langres et Reims104. Le destinataire anonyme auquel l’auteur n’a pas besoin d’en dire davantage, car il en sait autant que lui, si ce n’est plus, se confond avec le dénommé « Renaud », informateur d’Herbert de Clairvaux pour ce qui est advenu à Milan et, en particulier, l’enlèvement – plutôt que l’élection – de Bernard comme archevêque, dès son entrée dans la ville105. Ancien abbé de Foigny (1121-1131), Renaud a précédé Geoffroy comme secrétaire de Bernard. Il a été de tous les déplacements de son maître, dont celui de Milan sur lequel il a laissé une relation, perdue, exploitée par les hagiographes. Il n’est pas exclu, même si la conclusion est distincte, que le caractère miraculeux de l’élection unanime, le refus et la fuite d’Ambroise (373), connus d’après la Vita de Paulin106, aient trouvé une réplique dans l’élévation de Bernard qui, lui aussi, a décliné la charge et échappé à ceux qui voulaient en faire un évêque, ainsi que l’écrit Herbert (Quod cum ille recusasset, parati erant omnino vim facere usque ad mortem, nisi fuga latenter evasisset)107. Quant à la chronique de Landolfo di San Paolo, écrite jusqu’à l’année 1137, elle fait état de la délégation qui s’est rendue auprès de Bernard à San Lorenzo pour lui demander d’être archevêque ainsi que du stratagème providentiel qui, le lendemain, porta le cheval de l’abbé hors de la ville, ruinant les espoirs des Milanais108. Dans tous les cas, Bernard de Clairvaux conserva assez d’influence sur la succession pour favoriser, en août 1135, la promotion de l’évêque d’Alba Robaldo109, lequel avait exercé l’office en l’absence d’Anselme (qui in crismate et in ceteris episcopalibus officiis Mediolani subvenit), et intervenir, à l’automne suivant, dans l’épineuse affaire de la remise du pallium et de la profession d’obédience au pape110. Éclairée par la chronique de Landolfo, la Vita prima et le sermon de Geoffroy d’Auxerre, où le miracle de la femme possédée est semblable à celui colporté par Arnaud de Bonneval111, la pratique de l’exorcisme par Bernard de Clairvaux constitue une troisième dimension qui autorise le parallèle avec Ambroise112. Sous le nom de ce dernier circule un formulaire repris dans le pontifical romano-germanique (exorcismus sancti Ambrosii)113. Chez Ambroise, dans la lettre à sa sœur Marcelline, et chez Paulin, l’exorcisme est une métaphore du combat pour l’orthodoxie, dans lequel s’entrecroisent l’exaltation des martyrs Protais et Gervais, la libération des possédés et la lutte contre les ariens incrédules, comparés aux juifs qui ont nié la grâce du Christ, alors que les démons reconnaissent le Fils de Dieu114. Dans son sermon, Geoffroy présente Bernard, à Milan, comme celui qui a libéré la ville de la rage schismatique (sic beatus Bernardus liberavit eandem [civitatem] a[s]cismatica rabie graviter occupatam) – une thématique de la « libération » et de la « réconciliation » décrite, dès 1135, par l’abbé et, après lui, par son hagiographe Arnaud. Chez Geoffroy, les schismatiques sont dépeints sous l’empire des forces démoniaques tandis que la fondation de Chiaravalle115, à l’été 1135, a une valeur expiatoire, œuvre d’une cité redevable envers son defensor. En dernière analyse, le dialogue entre, d’une part, Ambroise et l’hérésie arienne et, d’autre part, Bernard et le schisme d’Anaclet repose sur trois socles : l’esprit des lieux, avec Milan et sa basilique, la succession épiscopale et l’exorcisme des possédés. Il n’en demeure pas moins que Geoffroy est le seul à assumer, de façon explicite, la collusion entre Bernard et Ambroise. Il est possible qu’il ait intégré à son sermon la substance de la relation de Renaud, dont l’idée selon laquelle les Milanais auraient fait de Bernard « Ambroise revenu à la vie ». Mais s’agissait-il de la conviction des habitants de la ville, relayée par le visiteur, ou du fruit de l’imagination d’un étranger dans la cité ambrosienne ? Quoi qu’il en soit, une nouvelle ferveur entoure Ambroise lors du schisme d’Anaclet puisque débute, avant 1134, la compilation de ses œuvres complètes par Martino Corbo, garde du trésor puis prévôt de la basilique acquis à Innocent II116. Un dernier problème regarde le bien-fondé de l’invocation d’Ambroise et de Bernard le 20 août 1163, près de trois décennies après les faits. Trois mois auparavant, le dimanche de la Trinité (19 mai 1163), dans l’octave de la Pentecôte, en l’église Saint-Maurice de Tours, s’ouvrait le concile général présidé par Alexandre III (1159-1181)117, que l’opposition de Victor IV (1159-1164), après la double élection de 1159, avait contraint à l’exil dans le royaume de France118. Réuni en temps de schisme, le concile entendait surtout renforcer les positions d’Alexandre III. D’après Jean Leclercq, Geoffroy d’Auxerre y aurait prononcé deux sermons119 – ce qui suffit à démontrer sa présence à Tours120. Ayant pour thème un passage de la seconde Épître aux Corinthiens (Omnes nos astare oportet ante tribunal Christi ut recipiat unusquisque prout gessit in corpore sive bonum sive malum) (2 Co 5, 10)121, l’un d’eux, qui vante l’action de l’ordre cistercien contre le schisme, a été donné en concile – ainsi que l’indiquent l’adresse aux Pères (reverentissimi patres) autant que la mention d’une précédente assemblée sous Eugène III (1145-1153), à laquelle participaient déjà certains prélats, à savoir le concile de Reims (1148) au cours duquel Geoffroy avait travaillé, auprès de Bernard, à faire condamner la doctrine trinitaire de l’évêque de Poitiers Gilbert de la Porrée122. L’autre sermon doit nous retenir davantage. Connu sous un titre qui prête à confusion (In concilio de scismate, BnF, nouv. acq. lat. 1476, fol. 89rb), il apparaît aussi, dans une version abrégée, sous une rubrique autrement plus précise (Dominica ante Rogationes qua canitur Vocem iocunditatis. De concilio scismaticorum, BnF, lat. 18178, fol. 55va) qui permet de le fixer au dimanche des Rogations, dont l’introït est Vocem iocunditatis annuntiate (Is 48, 20), soit le 28 avril 1163, trois semaines avant l’ouverture du concile. Appuyé, d’après le Livre de Job, sur le thème de la déploration Versa est in luctum cithara mea (Jb 30, 31), il réprouve le concilium non apostolicum sed apostaticum qu’ont réuni les schismatiques face à Alexandre III, soit le concile de Losne (septembre 1162). Se pliant aux exigences liturgiques du temporal, au seuil des litanies des Rogations, Geoffroy d’Auxerre y adresse des prières à la Vierge, reine du monde, et au Christ, époux de l’Église, dans le but de mettre fin au schisme. De même, il fait ressortir l’inébranlable fidélité des Cisterciens123 et échafaude un parallèle avec un « autre schisme » (aliud scisma). C’est dans ce contexte que l’abbé de Clairvaux se réfère à la vision de la Vierge lançant un javelot qui transperce la gorge de Pietro Pierleoni (Anaclet II), préfiguration de la mort de « l’antipape » en 1138124. Ce passage du sermon gagne à être rapproché de la littérature hagiographique dévolue à Bernard et, en particulier, d’une vision des Fragmenta Gaufridi sur la résolution du schisme et la restauration de l’unité. Voulant démontrer au cardinal Pierre de Pise combien Anaclet II lui est détestable, la Vierge, debout entre Innocent II et Pietro Pierleoni, perfore la gorge du second de son javelot, ce qui entraîne sa mort125. Au-delà du remploi de Geoffroy d’Auxerre, des Fragmenta au sermon, une question majeure regarde l’identité du bénéficiaire de la vision prémonitoire. Il est tentant de découvrir Bernard de Clairvaux, responsable de la conversion de Pierre de Pise à la cause d’Innocent II lors de la dispute organisée à Salerne (1137) par Roger II de Sicile126, derrière l’abbé des Fragmenta (Cuius obitus manifeste praecognitus est abbati cuidam apparente in visione) et le religieux du sermon (religioso cuidam viro). L’hypothèse est d’autant plus plausible que l’homélie de Geoffroy, datée de la fin avril 1163, est indissociable du lancement de la procédure de canonisation de Bernard. À Paris, où Alexandre III séjourna entre février et la fin avril127, les hautes autorités cisterciennes avaient introduit l’affaire destinée à être « publiée » au concile général de Tours, où la cause fut, cependant, différée128. Tels sont les éléments livrés par les lettres pontificales qui, en 1174, informent les abbés, évêques et autres prélats de l’Église de France de l’inscription de Bernard au catalogue des saints129. Après la mort à Paris de l’abbé de Cîteaux Fastrède (21 avril 1163), qui reçut l’extrême-onction du pape, Geoffroy devint le chef de file des requérants. Dans tous les cas, Bernard, pourfendeur du schisme d’Anaclet II, occupe encore les esprits à Tours, ce qui explique l’autre sermon délivré, en assemblée, par l’abbé de Clairvaux. En revanche, la présence d’Ambroise au concile de 1163, second terme de l’équation, reste insaisissable et, au mieux, très fragmentaire. Nous savons, en effet, que des membres du haut clergé cathédral de Milan avaient rejoint Alexandre III à Gênes pour le suivre en France et qu’ils étaient à Tours dès octobre 1162, où ils obtinrent, à la demande de l’archevêque Oberto da Pirovano (1146-1166), un privilège de protection apostolique et de confirmation des possessions de l’église Saint-Ambroise, assorti de l’exhortation à demeurer dans le service de saint Pierre et l’unité de l’Église romaine130. La délégation lombarde dut se rendre à Paris quelques mois plus tard, avec la Curie pontificale. Elle participa ensuite au concile de Tours, Oberto étant recensé, avec les titulaires des sièges de Pavie, Vérone et Turin, dans une liste des évêques présents131. Au bout du compte, s’il n’est pas uniquement tributaire de la relation laissée par son devancier Renaud, Geoffroy d’Auxerre a pu trouver auprès des Milanais en exil l’inspiration qui le poussa, devant ses moines, à élever Bernard au rang d’un « nouvel Ambroise », afin de valoriser une sainteté doctrinale engagée dans le siècle. Donné au retour du concile, le sermon précède la recension B de la Vita prima, plus conforme aux règles curiales, pièce maîtresse d’une seconde requête de canonisation (1173) qui fut, cette fois, fructueuse et à laquelle, selon la lettre de Tromond de Chiaravalle à Gérard de Clairvaux, Geoffroy, devenu abbé de Fossanova, apporta sa contribution132. Pour lors, et sur la base de l’équipée de 1135, son sermon du 20 août 1163 restitue toute la profondeur du souvenir croisé d’Ambroise et de Bernard, entre Milan, Tours et Clairvaux.

  • 133 A. Ambrosioni, Alessandro III e la Chiesa ambrosiana…, art. cité, passim ; N. D’Acunto, Chiesa rom (...)
  • 134 E. Cattaneo, Galdino della Sala cardinale arcivescovo di Milano, dans Contributi dell’Istituto di (...)
  • 135 E. Coleman, ‘A City to Be Built for the Glory of God, St Peter, and the Whole Lombardy : Alexande (...)
  • 136 A. Duggan, Thomas Becket’s Italian Network, dans F. Andrews, C. Egger et C. M. Rousseau (éd.), Pop (...)
  • 137 Bonvesin da la Riva, De magnalibus Mediolani, éd. et trad. par P. Chiesa, Milan, 1998, p. 172, 174 (...)
  • 138 Ibid., p. 176, 178, 180.
  • 139 A. von Hülsen-Esch, Romanische Skulptur in Oberitalien als Reflex der kommunalen Entwicklung im 12 (...)

5Pris dans leur ensemble, la genèse de la maxime ambrosienne sur l’hérésie et la communion avec l’Église romaine, l’accord, à l’ombre d’Ambroise, entre le pape Urbain II et l’archevêque Anselme III et la réduction du schisme d’Anaclet par Bernard de Clairvaux, Ambroise revenu à la vie, un passé qui (re) joue sous Alexandre III, jalonnent l’entrée de Milan dans l’obédience pontificale. Le destin des clercs exilés lors du gouvernement impérial de la cité témoigne de la césure historique qui voit l’Église locale s’arrimer à l’ecclesia Romana133. De retour en Italie, l’archidiacre Galdino della Sala est promu cardinal-prêtre de Sainte-Sabine puis archevêque (1166-1176), un office auquel il joint celui de légat du Siège apostolique pour s’impliquer, aux côtés de la ligue lombarde, dans la quête des allégeances134 – un processus marqué par la reconquête de Milan (1167) et la (re)fondation d’Alessandria (1168), ainsi dénommée en l’honneur du pape135. Tout aussi emblématique est le parcours d’Uberto Crivelli. Il fait partie du réseau italien de Thomas Becket136, autre exilé en France, et s’implante à Bourges, où il tient un archidiaconat avant d’être élu archevêque, en 1182. Son avenir se dessine pourtant outremonts, comme cardinal-prêtre de San Lorenzo in Damaso (1182), évêque élu de Vercelli (1183), archevêque de Milan (1185), où il est archidiacre depuis 1168, et pape Urbain III (1185-1187). Sa trajectoire résume la nouvelle intimité entre Milan et Rome. Dans son De Magnalibus Mediolani (1288), Bonvesin de la Riva ne manque pas de rappeler l’origine milanaise du souverain pontife lorsqu’il prône la fidélité à l’Église romaine, jusqu’à faire de Milan – à l’heure de l’itinérance chronique des papes du xiiie siècle – un possible lieu d’accueil du siège de la papauté (sedes papalis) et à réunir, à travers le couronnement impérial du roi d’Italie, le vicaire de Pierre et l’ambrosianus archipontifex137. Chez Bonvesin, la figure d’Ambroise est cantonnée à la réalisation de son grand-œuvre, l’officium ambrosianum138. C’est admettre, loin de la saturation de la seconde moitié du xie siècle, le retrait d’Ambroise d’une scène conflictuelle dont les acteurs, face à l’Église romaine, se soumettaient ou s’insurgeaient en son nom. Diluée dans une ecclesia ambrosiana pacifiée, la mémoire d’Ambroise se dispute, dès la fin du xiie siècle, dans une autre arène : celle de l’affirmation de la commune et de l’exaltation de son passé antique. Commandée par les consuls de la ville, pour remplacer la muraille démantelée sur ordre de Frédéric Barberousse, la Porta Romana (1171) commémore, au rythme de ses bas-reliefs, le retour triomphal des citoyens dans les maisons de leurs ancêtres autant que l’expulsion des ariens par Ambroise139. Au-delà de la concordance des temps, ceux du schisme et de l’hérésie, on ne saurait mieux exprimer, au plan monumental, la transition qui mène le saint patron de l’ecclésiologie à la société politique.

Notes

1 Bertholdi Chronicon, 1054-1080, dans Die Chroniken Bertholds von Reichenau und Bernolds von Konstanz, 1054-1100, éd. par I. S. Robinson, Hanovre, 2003 (MGH, Scriptores rerum germanicarum, Nova series, 14), p. 161-381 (p. 255-313) (p. 283).

2 Cassiodori-Epiphanii Historia ecclesiastica tripartita. Historiae ecclesiasticae ex Socrate, Sozomeno et Theodorito in unum collectae et nuper de graeco in latinum translatae libri numero duodecim, éd. par W. Jacob et R. Hanslik, Vienne, 1952 (CSEL, 71), p. 540-546 (IX, 30).

3 R. Schieffer, Von Mailand nach Canossa. Ein Beitrag zur Geschichte der christlicher Herrscherbuße von Theodosius d. Gr. bis zu Heinrich IV., dans Deutsches Archiv für Erforschung des Mittelalters, 28, 1972, p. 333-370. Pour deux remplois de la pénitence de Théodose, G. Dagron, Empereur et prêtre. Étude sur le « césaropapisme » byzantin, Paris, 1996, p. 120-122 ; M. de Jong, The Penitential State. Authority and Atonement in the Age of Louis the Pious, 814-840, Cambridge, 2009, p. 122-124, 128-131.

4 R. Schieffer, Von Mailand nach Canossa, art. cité, p. 359-368 ; D. Jasper, The Deposition and Excommunication of Emperors and Kings : A Collection of Historical Examples from the Investiture Conflict, dans U.-R. Blumenthal, A. Winroth et P. Landau (éd.), Canon Law, Religion and Politics. Liber Amicorum Robert Somerville, Washington, 2012, p. 199-214 (p. 205, 210-214).

5 Das Register Gregors VII., éd. par E. Caspar, 2 vol., Berlin, 19552 (1ère éd. 1920-1923) (MGH, Epistolae selectae, 2, 1-2), I, p. 201-208 (II, 55a) (p. 204, no XII).

6 G. Gresser, Die Synoden und Konzilien in der Zeit des Reformpapsttums in Deutschland und Italien von Leo IX. bis Calixt II., 1049-1123, Paderborn, 2006 (Konziliengeschichte, Reihe A : Darstellungen), p. 149-156, 193-202 ; R. Schieffer, Gregor VII. und die Absetzung König Heinrichs IV., dans I. Kroppenberg, M. Löhnig et D. Schwab (éd.), Recht-Religion-Verfassung. Festschrift für Hans-Jürgen Becker zum 70. Geburtstag, Bielefeld, 2009, p. 197-204.

7 Das Register Gregors, op. cit., I, p. 293-297 (IV, 2) (Rome, 25 août 1076) (p. 294).

8 Das Register Gregors, op. cit., II, p. 544-563 (VIII, 21) ([Rome], 15 mars 1081) (p. 554).

9 S. Beulertz, Gregor VII. als « Publizist ». Zur Wirkung des Schreibens Reg. VIII, 21, dans Archivum historiae pontificiae, 32, 1994, p. 7-29.

10 Excerpta ex Widonis Osnabrugensis libro de controversia inter Hildebrandum et Heinricum imperatorem, éd. par L. de Heinemann, dans Libelli de lite imperatorum et pontificum saeculis XI et XII conscripti, I, Hanovre, 1891 (MGH, Libelli de lite imperatorum et pontificum, 1), p. 461-470 (p. 468).

11 I. S. Robinson, Zur Arbeitsweise Bernolds von Konstanz und seines Kreises. Untersuchungen zum Schlettstädter Codex 13, dans Deutsches Archiv für Erforschung des Mittelalters, 34, 1978, p. 51-122 et, pour une vue d’ensemble, Id., The Friendship Circle of Bernold of Constance and the Dissemination of Gregorian Ideas in Late Eleventh-Century Germany, dans J. Haseldine (éd.), Friendship in Medieval Europe, Stroud, 1999, p. 185-198. Sur Bernold, O. Münsch, Neues zu Bernold von Konstanz, dans Zeitschrift der Savigny-Stiftung für Rechtsgeschichte. Kanonistische Abteilung, 92, 2006, p. 207-223.

12 Apologeticae rationes contra scismaticorum obiectiones (Libelli Bernaldi presbyteri monachi, Libellus V), éd. par F. Thaner, dans Libelli de lite…, op. cit., II, Hanovre, 1892 (MGH, Libelli de lite imperatorum et pontificum, 2), p. 95-101 (p. 97).

13 Liber canonum contra Heinricum IV, éd. par F. Thaner, dans Libelli de lite…, op. cit., I, p. 471-516 (p. 495-498) (c. 25) (p. 497-498).

14 Liber canonum…, op. cit., p. 479-480 (c. 7) (p. 480).

15 Voir, par exemple, la lettre de Pierre Damien à l’évêque de Parme Cadalus/Honorius II : Die Briefe des Petrus Damiani, éd. par K. Reindel, 4 vol., Munich, 1983-1993 (MGH, Die Briefe der deutschen Kaiserzeit, 4), II, p. 515-531, no 88 ([mars-avril 1062]) (p. 521-522) (Praeterea si eos sacri canones hereticos notant, qui cum Romana aecclesia non concordant, qua tu iudicaberis dignus esse sententia, qui sibi resistenti et obstinatissime reluctanti non pastor, sed tyrannus ingereris). Sur l’identification des « sacrés canons », J. J. Ryan, Saint Peter Damiani and his Canonical Sources. A Preliminary Study in the Antecedents of the Gregorian Reform, Toronto, 1956 (Pontifical Institute of Mediaeval Studies, Studies and Texts, 2), p. 76-81 (no 142-149) (p. 78-80, no 145). Une formule dérivée apparaît dans la capitulation du premier des quatre livres de la collection de Deusdedit (achevée en 1087), Città del Vaticano, BAV, Vat. lat. 3833, fol. 10 ; Die Kanonessammlung des Kardinals Deusdedit. I. Band : Die Kanonessammlung selbst, éd. par V. Wolf von Glanvell, Paderborn, 1905, p. 8 : Quod heretici sint qui R(omane) ecclesiae non concordent et qui eius privilegia nituntur auferre. Capitula CXXXVI, CCXVI et CCXXVII. Pour les chapitres invoqués, p. 106-107, CLXVII (CXXXVI) (Nycolaus iunior), p. 161-162, CCLXXVII (CCXVI) (Idem in libro de ecclesie catholice unitate inter cetera), p. 174-175, CCCI (CCXXVII) (Hieronymus in epistola de tribus hypostaseos).

16 Das Register Gregors, op. cit., I, p. 201-208 (II, 55a) (p. 207). Dans les Proprie auctoritates apostolice sedis, la sentence insiste sur le respect des decreta du Siège apostolique : H. Mordek, Proprie auctoritates apostolice sedis. Ein zweiter Dictatus papae Gregors VII. ?, dans Deutsches Archiv für Erforschung des Mittelalters, 28, 1972, p. 105-132 (p. 126-132) (p. 127, no 6) (Qui decretis sedis apostolice non consenserit, hereticus habendus est). Pour l’histoire de la devise des Dictatus papae et de ses parallèles textuels (dont la sentence ambrosienne), H. Fuhrmann, ‘Quod catholicus non habeatur, qui non concordat Romanae ecclesiae’. Randnotizen zum Dictatus Papae, dans K.-U. Jätschke et R. Wenskus (éd.), Festschrift für Helmut Beumann zum 65. Geburtstag, Sigmaringen, 1977, p. 263-287. Sur la place du second xie siècle dans la formation de l’hérésie de la désobéissance, O. Hageneder, Die Häresie des Ungehorsams und das Enstehen des hierokratischen Papsttums, dans Römische historische Mitteilungen, 20, 1978, p. 29-47 (p. 34-38).

17 R. B. C. Huygens, Bérenger de Tours, Lanfranc et Bernold de Constance, dans Sacris erudiri, 16, 1965, p. 355-403 (p. 378-387) (p. 386) : Hoc autem in fine scedulae simplicioribus fratribus, nostri inquam similibus, fraterna premonitione suggerimus, ut diligentissime prevideant ne uspiam hereticae persuasioni contra catholicam et apostolicam fidem assentiant. Nam iuxta apostolum facientes et consentientes par poena complectitur et iuxta beatum Gelasium omnes complices, sectatores et communicatores damnatae semel pravitatis pari sorte censentur et iuxta sanctum Ambrosium et alios sanctos patres quemlibet hereticum esse constat, quicumque in fidei doctrina a sancta Romana aecclesia discordat.

18 G. Gresser, Die Synoden und Konzilien…, op. cit., p. 233-245.

19 Bernoldi Chronicon, 1054-1100, dans Die Chroniken Bertholds von Reichenau und Bernolds von Konstanz…, op. cit., p. 383-540 (p. 445-446).

20 S. Weiß, Die Urkunden der päpstlichen Legaten von Leo IX. bis Coelestin III. (1049-1198), Cologne/Weimar/Vienne, 1995 (Forschungen zur Kaiser-und Papstgeschichte des Mittelalters, Beihefte zu J. F. Böhmer, Regesta imperii, 13), p. 33-34, V, 6, no 2 ([février 1085]) ; Briefsammlungen der Zeit Heinrichs IV., éd. par C. Erdmann et N. Fickermann, Weimar, 1950 (MGH, Die Briefe der deutschen Kaiserzeit, 5), p. 25-27, no 7 ([février 1085]) (p. 26) : Memineris te in catholica domni nostri pape obedientia ordinatum, quam ei debes utpote christianus, quam ei multo magis et debes et promisisti episcopus. Samuele propheta, quod cum dolore dico, scelus idolatrie incidisti. […] Memineris per os Ambrosii a spiritu sancto promulgatum : ‘Hereticum esse constat, qui a Romana ecclesia discordat’.

21 Quellen und Forschungen zum Urkunden-und Kanzleiwesen Papst Gregors VII., I. Teil. Quellen : Urkunden. Regesten. Facsimila, éd. par L. Santifaller, Cité du Vatican, 1957 (Studi e testi, 190), p. 216-219, no 184 (Latran, 3 mai 1080) (p. 218-219) (et pl. XIX) : Illud etiam ad Romane libertatis munus confirmandum subiungentes adiecimus, ut si aliquo tempore Constantiensi ecclesie presidens ab apostolica sede discordaverit eique inobediens fuerit, quod confirmante Samuhele peccatum ariolandi et idolatrie scelus est, dicente quoque beato Ambrosio in libro epistolarum : ‘ Ereticum esse constat, qui Romane ecclesie non concordat’, liceat abbati sibi suisque a quocunque religioso episcopo placuerit ordinationes, consecrationes et que ad episcopale officium pertinent expetere atque suscipere vel ad apostolicam sedem recurrere. De façon plus large, l’acte de 1080 est célèbre pour sa conception de la liberté romaine sur les modèles monastiques clunisien et victorin (Bernard de Millau, abbé de Saint-Victor de Marseille, séjourna à Hirsau lors de sa légation en Allemagne en 1077-1079) (ab omni seculari potestate securus et Romane sedis libertate quietus, sicut constat Cluniacense monasterium et Massiliense manere) : E. Magnani Soares-Christen, Saint-Victor de Marseille, Cluny et la politique de Grégoire VII au Nord-Ouest de la Méditerranée, dans G. Constable, G. Melville et J. Oberste (éd.), Die Cluniazenser in ihrem politisch-sozialen Umfeld, Münster, 1998 (Vita regularis. Ordnungen und Deutungen religiosen Lebens im Mittelalter, 7), p. 321-347 (p. 321, 335).

22 Ainsi que le rappelle Bernold sous le pontificat d’Urbain II : Pro Gebhardo episcopo Constantiensi epistola apologetica (Libelli Bernaldi presbyteri monachi, Libellus IX), éd. par F. Thaner, dans Libelli de lite…, op. cit., II, p. 108-111 (p. 111). Sur les relations mouvementées entre Grégoire VII et Otton, dès 1075 : The Epistolae Vagantes of Pope Gregory VII, éd. et trad. par H. E. J. Cowdrey, Oxford, 1972, p. 16-26, no 8-10 ([février-mars 1075-fin 1075]).

23 Das Register Gregors, op. cit., I, p. 296 : Cum enim oboedire apostolice sedi superbe contendunt, scelus idolatrie teste Samuele incurrunt. Pour les diverses occurrences à partir de 1075 (une lettre aux ducs de Souabe et de Carinthie), Das Register Gregors, op. cit., II, p. 644. Sur l’emploi de 1 S 15, 22-23 par Grégoire VII, I. S. Robinson, Authority and Resistance in the Investiture Contest. The Polemical Literature of the Late 11th Century, Manchester, 1978, p. 22-24.

24 PL, 163, col. 54-56 (Latran, 19 novembre 1100) : Nos eorum [Turonensis ecclesie antistes et clerici] excommunicationi religionem vestram Domino cooperante subduximus. Beato quippe Ambrosio attestante didicimus quod haereticum esse constat, qui a Romana dissentit ecclesia ; et Samuel quasi idololatrie ait, scelus est nolle acquiescere. Vos autem tanquam familiares filios nostre communionis, charitatis et gratie vinculo complectimur. Sur la doctrine de la communion apostolique dans les privilèges pontificaux accordés aux établissements monastiques ligériens, J.-H. Foulon, Église et réforme au Moyen Âge. Papauté, milieux réformateurs et ecclésiologie dans les Pays de la Loire au tournant des xie- xiie siècles, Bruxelles, 2008 (Bibliothèque du Moyen Âge, 27), p. 380-387.

25 L. Falkenstein, La papauté et les abbayes françaises aux xie et xiie siècles. Exemption et protection apostolique, Paris, 1997 (Bibliothèque de l’École des hautes études, Sciences historiques et philologiques, 336), p. 77-79, 169-175.

26 Das Register Gregors…, op. cit., II, p. 502-505 (VII, 24) (Latran, 08 mai [1080]) (p. 504-505).

27 Quellen und Forschungen…, op. cit., p. 218 : […] dicente quoque beato Ambrosio in libro epistolarum : ‘Ereticum esse constat, qui Romane ecclesie non concordat’ ; H. Fuhrmann, ‘Quod catholicus non habeatur…’, art. cité, p. 283 ; Id., Papst Gregor VII. und das Kirchenrecht. Zum Problem des Dictatus papae, dans Studi gregoriani, 13, 1989, p. 123-149 (p. 139-140).

28 Sancti Ambrosii opera. Pars decima. Epistulae et acta. III. Epistularum liber decimus. Epistulae extra collectionem. Gesta concilii Aquileiensis, éd. par M. Zelzer, Vienne, 1982 (CSEL, 82, 3) (p. 182-185, Extra collectionem, no 5) (I, 11) (p. 184, no 4).

29 De excessu fratris, dans Sancti Ambrosii opera. Pars septima. Explanatio symboli. De sacramentis. De mysteriis. De paenitentia. De excessu fratris. De obitu Valentiniani. De obitu Theodosii, éd. par O. Faller, Vienne, 1955 (CSEL, 73), p. 207-325 (p. 235) (I, 47).

30 K. G. Cushing, Papacy and Law in the Gregorian Revolution. The Canonistic Work of Anselm of Lucca, Oxford, 1998, p. 179-193 (p. 188) (XII, 47), 221.

31 G. Picasso, Gli ‘ Excerpta Ambrosii’nelle collezioni canoniche dei secoli XI e XII, dans Ambrosius episcopus, Atti del Congresso internazionale di studi ambrosiani nel XVI centenario della elevazione di sant’Ambrogio alla cattedra episcopale (Milano, 2-7 dicembre 1974), 2 vol., Milan, 1976 (Studia patristica Mediolanensia, 6-7), II, p. 69-93, repris dans Id., Sacri canones et monastica regula. Disciplina canonica e vita monastica nella società medievale, Milan, 2006 (Bibliotheca erudita, Studi e documenti di storia e filologia, 27), p. 3-23.

32 C. Rolker, Genesis and Influence of the Canon Law Collection in BN lat. 13368, dans Zeitschrift der Savigny-Stiftung für Rechtsgeschichte. Kanonistische Abteilung, 91, 2005, p. 74-105.

33 Paris, BnF, lat. 13368, fol. 14rb [c. 129] :/ Ambrosius in Pastorali suo. Oculis carnalibus videtur episcopus quasi magnus sed divinis obtutibus leprosus magnus qui per pecuniam adquisivit indebitum honorem apud Deum perdidit interiorem hominem. Caro suscipit dignitatem et anima perdit honestatem. Caro ancilla facta est domina anime et anima que erat domina facta est famula carnis. Caro dominatur populis et anima servit demoni. Carni[s] sacerdotium comparavit et anime detrimentum paravit. Quod dedit dum ordinaretur episcopus aurum vel argentum vel servitium fuit et quod perdidit anima fuit. Cum ordinaretur quod dedit pecunia fuit, quod accepit lepra fuit. / Lepram cum Giezi a sancto se suscepisse credant Heliseo qui gradum sacerdotalem se existimant pecuniis comparare. / Item. Hereticum esse constat qui Romane ecclesie non concordat.

34 Yves de Chartres, Correspondance, I, éd. et trad. par J. Leclercq, Paris, 1949 (Les classiques de l’histoire de France au Moyen Âge, 22), p. 26-37, no 8 ([1091]) (p. 28) : Dicitis etiam in litteris illis me sedem invasisse Gaufridi coepiscopi vestri, in quo manifeste contra sedem apostolicam caput erigitis, dum quod illa aedificat, vos, quantum in vobis est, destruitis et quod illa destruxit vos aedificare contenditis ; cuius iudiciis et constitutionibus obviare, plane est haereticae pravitatis notam incurrere, cum scriptura dicat : ‘Haereticum esse constat, qui Romanae ecclesiae non concordat’. Sur la filiation, C. Rolker, Canon Law and the Letters of Ivo of Chartres, Cambridge, 2010 (Cambridge Studies in Medieval Life and Thought, Fourth Series), p. 157-158, 303 (ep. 008.01).

35 Paris, BnF, lat. 4281B, fol. 166-166v (lib. VI, [c. 168]).

36 Wolfenbüttel, Herzog-August-Bibliothek, Gud. lat. 212, fol. 5v, 43 (lib. VII, c. 69). La capitulation (fol. 1-6) est reproduite dans M. Sdralek, Wolfenbüttler Fragmente. Analekten zur Kirchengeschichte des Mittelalters aus Wolfenbüttler Handschriften, Münster, 1891 (Kirchengeschichtliche Studien, I. Band. II. Heft), p. 3-85 (p. 7-24). Pour notre canon, au livre VII (p. 21-23) : 69. Quod concordetur Romane ecclesie (p. 22).

37 Stuttgart, Württembergische Landesbibliothek, hist. fol. 419, fol. 3-17v (fol. 3v).

38 Pour de nouvelles hypothèses quant au lieu de composition du recueil, en lieu et place du Mont-Cassin (J. Gilchrist) et de la Rhénanie (Cologne ?) (L. Fowler-Magerl), C. Rolker, The Collection in Seventy-Four Titles : A Monastic Canon Law Collection from Eleventh-Century France, dans M. Brett et K. G. Cushing (éd.), Readers, Texts and Compilers in the Earlier Middle Ages. Studies in Medieval Canon Law in Honour of Linda Fowler-Magerl, Aldershot, 2009, p. 59-72.

39 J. Autenrieth, Bernold von Konstanz und die erweiterte 74-Titelsammlung, dans Deutsches Archiv für Erforschung des Mittelalters, 14, 1958, p. 375-394 (p. 379-384, c. 316-330). L’appendice comprend quinze canons (c. 316-330) pour vingt-neuf sententiae (dont quinze pour le seul canon 327).

40 Diversorum patrum sententie sive Collectio in LXXIV titulos digesta, éd. J. Gilchrist, Cité du Vatican, 1973 (Monumenta iuris canonici, Series B : Corpus collectionum, 1), p. lviii-lx (p. lix) = Wien, Österreichische Nationalbibliothek, lat. 2153, fol. 1-41v (fol. 38v). Dans ce manuscrit, l’appendice souabe (fol. 41v-42) se réduit aux c. 319, 321 et 328. La sentence d’Ambroise (Ambrosius. Hereticum esse constat, qui Romane ecclesie discord(at)) est le quatrième des sept canons transcrits au titre 61 (De damnatione invasorum ecclesiasticorum prediorum) (c. 263-270), après le chapitre 268 (un décret du Pseudo-Symmaque, sixième synode de Rome, 503).

41 Sur les gloses de Bernold, J. Autenrieth, Die Domschule von Konstanz zur Zeit des Investiturstreits. Die wissenschaftliche Arbeitsweise Bernolds von Konstanz und zweier Kleriker dargestellt auf Grund von Handschriftenstudien, Stuttgart, 1956 (Forschungen zur Kirchen-und Geistesgeschichte, Neue Folge, 3) ; I. S. Robinson, The Friendship Circle of Bernold…, art. cité, p. 188, 196-197 (n. 21-26).

42 E. Pásztor, Motivi dell’ecclesiologia di Anselmo di Lucca. In margine a un sermone inedito, dans Bullettino dell’Istituto storico italiano per il Medio Evo, 77, 1965, p. 45-104 ; K. G. Cushing, Papacy and Law…, op. cit., p. 113-116.

43 E. Pásztor, Motivi dell’ecclesiologia…, art. cité, p. 96-104 (p. 99) : De qua si egressus fuerit, statim incipit mergi et a Christo modice fidei dicitur, quoniam extra Ecclesiam Petri fides inanis est, sicut de ea beatus scribit Ambrosius. Constat catholicum non esse qui non concordat Romane ecclesie.

44 Ibid., p. 54-55, 61, 99 (n. 2-3).

45 Maximi episcopi Taurinensis collectio sermonum antiqua, nonnullis sermonibus extravagantibus adiectis, éd. par A. Mutzenbecher, Turnhout, 1962 (CCSL, 23), p. 191-195, no XLIX.

46 Anselm II. Bischof von Lucca (Anselmus episcopus Lucensis), Collectio canonum una cum collectione minore, éd. par F. Thaner, Innsbruck, 1906-1915, réimpr. anast. Aalen, 1965, p. 22 (c. 37). Parmi les 89 canons du titre I (De potestate et auctoritate [primatu] apostolicae sedis), sept sont d’origine patristique, dont trois attribués à Ambroise : G. Picasso, Gli ‘ Excerpta Ambrosii’nelle collezioni canoniche…, art. cité, p. 7 ; K. G. Cushing, Papacy and Law …, op. cit., p. 203. Outre celui mentionné, Collectio canonum…, op. cit., p. 27 (c. 51 : Quod Petrus accepit claves regni caelorum, ut aliis aperiret. Ambrosius episcopus) (d’après l’Exposition sur l’Évangile selon Luc), 36-37 (c. 69 : Quod sanctus Petrus et Paulus doctores sunt gentium, auctores martyrum, principes sacerdotum, et quod Petrus a soliditate fidei petra dicitur, et in navi eius omnes tuti sunt. Ambrosius in sermone ad populum).

47 G. Gresser, Die Synoden und Konzilien…, op. cit., p. 259-260 ; H. E. J. Cowdrey, The Age of Abbot Desiderius. Montecassino, the Papacy and the Normans in the Eleventh and Early Twelfth Centuries, Oxford, 1983, p. 208-209, 257-262 (appendix VIII) (p. 260-262) ; D. De Rosa, Il pontificato di Vittore III. Un riesame critico, Rome, 2008, p. 143-147.

48 Chronica monasterii Casinensis, éd. par H. Hoffmann, Hanovre, 1980 (MGH, Scriptores, 34), p. 454 : « Unde vobis apostolica auctoritate precipimus, ut ab eis [Ugo Lucdunensis archiepiscopus et Richardus Massiliensis abbas] abstinere curetis nec illis omnino communicetis, quia Romane ecclesie communione sua sponte seiuncti sunt, quoniam, ut beatus scribit Ambrosius, qui se a Romana ecclesia segregat, vere est hereticus estimandus.

49 W. Berschin, Bonizone di Sutri. La vita e le opere, Spolète, 1992 (Centro italiano di studi sull’alto Medioevo, Medioevo-Traduzioni, 1) (éd. orig. Berlin/New York, 1972).

50 Sur la production générée par le schisme de Guibert en Italie, W. Berschin, Die publizistische Reaktion auf den Tod Gregors VII. (1085). Nach fünf oberitalienischen Streitschriften, dans Studi gregoriani, 14, 1991, p. 121-135, repris dans Id., Mittellateinische Studien, Heidelberg, 2005, p. 293-304 ; N. D’Acunto, Das Wibertinische Schisma in den Quellen des Regnum Italiae, dans H. Müller et B. Hotz (éd.), Gegenpäpste. Ein unerwünschtes mittelalterliches Phänomen, Vienne, 2012 (Papsttum im mittelalterlichen Europa, 1), p. 83-96.

51 Bonizonis episcopi Sutrini Liber ad amicum, éd. par E. Dümmler, dans Libelli de lite…, op. cit., I, p. 568-620 (p. 609, 619) ; T. Förster, Bonizo von Sutri als gregorianischer Geschichtsschreiber, Hanovre, 2011 (MGH, Studien und Texte, 53), p. 200-205 (p. 201-202).

52 Parmi une littérature abondante, H. E. J. Cowdrey, The Papacy, the Patarenes and the Church of Milan, dans Transactions of the Royal Historical Society, 18, 1968, p. 25-48, repris dans Id., Popes, Monks and Crusaders, Londres, 1984, no V ; H. Keller, Pataria und Stadtverfassung, Stadtgemeinde und Reform : Mailand im « Investiturstreit », dans J. Fleckenstein (éd.), Investiturstreit und Reichverfassung, Sigmaringen, 1973 (Vorträge und Forschungen, 17), p. 321-350. Sur les débuts du mouvement, en marge du concile de Fontaneto (1057), A. Lucioni, Gli altri protagonisti del sinodo di Fontaneto : i Patarini milanesi, dans G. Andenna et I. Teruggi (éd.), Fontaneto : una storia millenaria. Monastero. Concilio metropolitico. Residenza Viscontea, Atti dei convegni di Fontaneto d’Agogna (settembre 2007, giugno 2008), Novare, 2009, p. 279-313.

53 A. Lucioni, Legati papali e arcivescovi a Milano tra XI e XII secolo, dans M. P. Alberzoni et C. Zey (éd.), Legati e delegati papali. Profili, ambiti d’azione e tipologie di intervento nei secoli XII-XIII, Milan, 2012, p. 31-51 (p. 32-35, 51).

54 Bonizonis episcopi Sutrini Liber ad amicum…, op. cit., p. 590-592.

55 Anonimo, Passione del beato martire Arialdo, sepolto nella chiesa di S. Dionigi (Passio beati Arialdi martyris qui ad sanctum Dionysium tumulatur), dans Andrea da Strumi, Arialdo. Passione del santo martire milanese, éd. et trad. par M. Navoni, Milan, 1994, p. 177-227 (p. 208, § 53) : Coepit igitur Guido, tenens manu excommunicationis bullam, ad populum conqueri de Arialdo et Herlembaldo dicens : ‘Turbatio pestifera per hos disseminata est, ita ut videam in his scriptis omnium nostrum perniciem contineri : haec enim civitas ob reverentiam beati Ambrosii Romanae numquam paruit ecclesiae. Ergo tollantur de terra viventium hi seminatores verborum, qui quotidie laborant, ut haec urbs pristinum decus amittat, ut sit subdita Romae et propriam perdat libertatem’.

56 Die Briefe des Petrus Damiani…, op. cit., II, p. 228-247, no 65 ([décembre 1059]). Sur « l’autorité du passé » chez Pierre Damien, J.-M. Sansterre, Le passé et le présent dans l’argumentation d’un réformateur du xie siècle : Pierre Damien, dans Id. (éd.), L’autorité du passé dans les sociétés médiévales, Rome, 2004 (CEF, 333, Bibliothèque de l’Institut historique belge de Rome, 52), p. 221-235.

57 N. D’Acunto, Chiesa romana e chiese della Lombardia : prove ed esperimenti di centralizzazione nei secoli XI e XII, dans J. Johrendt et H. Müller (éd.), Römisches Zentrum und kirchliche Peripherie. Das universale Papsttum als Bezugspunkt der Kirchen von den Reformpäpsten bis zu Innocenz III., Berlin, 2008 (Neue Abhandlungen der Akademie der Wissenschaften zu Göttingen, Philologisch-Historische Klasse, Neue Folge, 2, Studien zu Papstgeschichte und Papsturkunden), p. 207-233 (p. 210-213) ; A. Lucioni, Legati papali e arcivescovi a Milano…, art. cité, p. 35, 51.

58 Die Briefe des Petrus Damiani…, op. cit., II, p. 233-234 ; J. J. Ryan, Saint Peter Damiani…, op. cit., p. 59-71, no 106-123 (p. 3-65, no 107).

59 De sacramentis (sermones sex a quodam excepti), dans Sancti Ambrosii opera. Pars septima…, op. cit., p. 13-85 (p. 40) (III, 1, 5).

60 Die Briefe des Petrus Damiani…, op. cit., II, p. 235 ; J. J. Ryan, Saint Peter Damiani…, op. cit., p. 68, no 114. Sur la place d’Ambroise chez Pierre Damien, G. Picasso, Il ricordo di sant’Ambrogio nelle opere di san Pier Damiani, dans Ricerche storiche sulla Chiesa ambrosiana, IV, 1973-1974, Nel XVI centenario dell’episcopato di S. Ambrogio (Archivio Ambrosiano, 27), p. 11-122.

61 Arnulf von Mailand, Liber gestorum recentium, éd. par C. Zey, Hanovre, 1994 (MGH, Scriptores rerum germanicarum in usum scholarum separatim editi, 67), p. 182-186 (§ 12-13) (p. 184-185) : O insensati Mediolanenses, quis vos fascinavit ? Heri clamastis unius selle primatum, hodie confunditis totius ecclesie statum vere culicem liquantes et camelum glutientes [Mt 13, 24]. Nonne satius vester hoc procuraret episcopus ? Forte dicitis : veneranda est Roma in apostolo. Est utique, set nec spernendum Mediolanum in Ambrosio. Certe, certe non absque re scripta sunt hec in Romanis annalibus. Dicetur enim in posterum subiectum Rome Mediolanum.

62 Arnulf von Mailand, Liber gestorum recentium…, op. cit., p. 188-191 (§ 16) (p. 190) : Hec enim dicentes non adversamur vobis, o seniores Romani, cum magister noster dicat Ambrosius : ‘ Cupio in omnibus sequi Romanam ecclesiam’. Vobiscum enim credimus, vobiscum cunctas hereses abdicamus, set videtur nobis ratum, ut ius ecclesiasticum doctor exhibeat ecclesiasticus, non ydiota laicus.

63 O. Zumhagen, Tedald von Mailand (1075-1085). Erzbischof ohne civitas, dans T. Scharff et T. Behrmann (éd.), Bene vivere in communitate. Beiträge zum italienischen und deutschen Mittelalter. Hagen Keller zum 60. Geburtstag überreicht von seinen Schülerinnen und Schülern, Münster/New York/Munich/Berlin, 1997, p. 3-23.

64 C. Zey, Die Synode von Piacenza und die Konsekration Tedalds zum Erzbischof von Mailand im februar 1076, dans Quellen und Forschungen aus italienischen Archiven und Bibliotheken, 76, 1996, p. 496-509 ; R. Hiestand, Planung – Improvisation – Zufall. Politisches Handeln im 11. Jahrhundert : oder noch einmal Piacenza 1076, dans F.-R. Erkens et H. Wolff (éd.), Von Sacerdotium und Regnum. Geistliche und weltliche Gewalt im frühen und hochen Mittelalter. Festschrift für Egon Boshof zum 65. Geburtstag, Cologne/Weimar/Vienne, 2002 (Passauer historische Forschungen, 12), p. 361-379.

65 Arnulf von Mailand, Liber gestorum recentium…, op. cit., p. 225-227 (§ 7) (p. 225-226) : Per idem tempus quorundam suorum hortatu contra papam rex erexit sese Gregorium, adeo, ut nullam sibi defferret obedientiam. […] Ihesus Christus duo sunt unius persone vocabula, unde liquido comprobatur reges ac sacerdotes christos scilicet Christi uniri uno debere consensu. Quid ergo ? Numquid errat uterque ? Absit ! Romana certe numquam errasse perhibetur ecclesia, ex quo divina voce dictum est Petro : ‘Symon, ecce satanas expetivit vos, ut cribraret sicut triticum. Ego autem pro te rogavi, ut non deficiat fides tua’ [Lc 22, 31-32]. A Romana ergo ecclesia quicumque dissentit, non est revera catholicus, quemadmodum beatus ait Ambrosius. Nonne ipsi hec ista legerunt episcopi ? Et si legerunt, cur contra Romanum presulem adunati Placentie de ore proprio coniuraverunt ?

66 D. F. Glass, The Bishops of Piacenza, their Cathedral and the Reform of the Church, dans J. S. Ott et A. Trumbore Jones (éd.), The Bishop Reformed. Studies of Episcopal Power and Culture in the Central Middle Ages, Aldershot, 2007 (Church, Faith and Culture in the Medieval West), p. 219-236 (p. 221-223) ; I. Musajo Somma, La Chiesa piacentina nello scontro tra regnum e sacerdotium, dans P. Racine (éd.), Storia della diocesi di Piacenza, II-2 : Il Medioevo. Dalla riforma gregoriana alla vigilia della riforma protestante, Brescia, 2009, p. 9-56 (p. 51-52).

67 R. Somerville, Pope Urban II, the Collectio Britannica and the Council of Melfi, Oxford, 1996, p. 50-53 (CB 5-7).

68 A. Lucioni, Legati papali e arcivescovi a Milano…, art. cité, p. 40-47, 51.

69 R. Somerville, Pope Urban II…, op. cit., p. 52 ; A. Lucioni, Legati papali e arcivescovi a Milano…, art. cité, p 44-45, n. 55.

70 R. Somerville, Pope Urban II…, op. cit., p. 62 (CB 13).

71 C. Rolker, History and Canon Law in the Collectio Britannica. A New Date for London, BL Add. 8873, dans B. C. Brasington et K. G. Cushing (éd.), Bishops, Texts and the Use of Canon Law Around 1100. Essays in Honour of Martin Brett, Aldershot, 2008, p. 141-152.

72 R. Somerville, Pope Urban II…, op. cit., p. 58-62, 87-91, 120-123 (CB 11-12, 23, 33). Toujours d’après le registre, certains éléments (CB 11, 12) ont été intégrés à la Vie d’Urbain II du Liber pontificalis ; Le Liber pontificalis. Texte, introduction et commentaire, éd. par L. Duchesne (†) et C. Vogel, 3 vol., Paris, 19813, II, p. 293-295, no CLX (p. 293) ; Liber pontificalis nella recensione di Pietro Guglielmo OSB e del card. Pandolfo glossato da Pietro Bohier OSB, vescovo di Orvieto, éd. par U. Přerovský, 3 vol., Rome, 1978 (Studia Gratiana, 21-23), II, p. 699-702, no CLX (p. 700).

73 P. Zerbi, ‘Cum mutato habitu in coenobio sanctissime vixisset… : Anselmo III o Arnolfo III ?, dans Archivio storico lombardo, 90, 1963/66, p. 509-526, repris dans Id., « Ecclesia in hoc mundo posita ». Studi di storia e di storiografia medioevale raccolti in occasione del 70o genetliaco dell’autore, M. P. Alberzoni, A. Ambrosioni, A. Lucioni, G. Picasso et P. Tomea (éd.), Milan, 1993 (Bibliotheca erudita, studi e documenti di storia e filologia, 6), p. 283-303 ; H. E. J. Cowdrey, The Succession of the Archbishops of Milan in the Time of Pope Urban II, dans The English Historical Review, 83, 1968, p. 285-294, repris dans Id., Popes, Monks and Crusaders, op. cit., no VI (p. 285-288) ; A. Lucioni, Anselmo IV da Bovisio arcivescovo di Milano (1097-1101). Episcopato e società urbana sul finire dell’XI secolo, Milan, 2011, p. 49-52, 63-72.

74 Das Register Gregors …, op. cit., II, p. 368-373 (V, 14a) (Rome, [27 février]-3 mars 1078) (p. 369), 425-429 (VI, 17a) (Rome, 11 février 1079) (p. 429), 479-487 (VII, 14a) (Rome, 7 mars 1080) (p. 481). Sur les synodes de Carême 1078 et 1079, G. Gresser, Die Synoden und Konzilien…, op. cit., p. 166-176, 186-193.

75 R. Somerville, Pope Urban II…, op. cit., p. 121 (CB 33). Une autre lettre du pape (CB 23) (Ibid., p. 88) spécifie les modalités liturgiques de la restauration, à savoir que les clercs à réconcilier sont tenus d’être présents lors de la concession des ordres sacrés suivant la coutume de l’Église de Milan (secundum ecclesie vestre morem), au moment de la bénédiction et de l’imposition des mains, étant entendu que l’archevêque accomplira, à leur égard, tous les rites (instrumenta) de l’ordination, exception faite de l’onction.

76 G. Gresser, Die Synoden und Konzilien…, op. cit., p. 292-302 et, surtout, R. Somerville, Pope Urban II’s Council of Piacenza, March 1-7, 1095, Oxford, 2011. Pour le décret, qui dépasse le strict cadre milanais, Ibid., p. 91 [c. 3].

77 G. Gresser, Die Synoden und Konzilien…, op. cit., p. 320 ; A. Lucioni, Anselmo IV da Bovisio…, op. cit., p. 143-154, 197-200. Deux canons décident du sort des clercs ordonnés par les archevêques Tedaldo et Anselme III ; P. Zerbi, ‘Cum mutato habitu…’, art. cité, p. 301-303 (p. 302).

78 R. Somerville, Pope Urban II…, op. cit., p. 62 (CB 13) : [S]citis namque quantum sit periculi a Romana dissentire ecclesia, quantum salutis ex opposito eidem ecclesie pacifice atque humiliter obedire. Teste nimirum clarissimo Christi candelabro, patre videlicet vestro sanctissimo Ambrosio, hereticum esse constat, qui a Romane fuerit ecclesie conpage seiunctus.

79 Bonizonis episcopi Sutrini Liber ad amicum…, op. cit., p. 609, 619 ; Bonizo, Liber de vita christiana, éd. par E. Perels, Berlin, 1930 (Texte zur Geschichte des römischen und kanonischen Rechts im Mittelalter, 1), p. 31-33, I, 43 (p. 31).

80 J. Leclercq, Les écrits de Geoffroy d’Auxerre, dans Revue bénédictine, 62, 1952, p. 274-291, repris dans Id., Recueil d’études sur saint Bernard et ses écrits, 5 vol., Rome, 1962-1992, I, p. 27-46.

81 Troyes, BM, 503, fol. 1ra-150ra (fol. 141rb-143rb) ; J. B. Schneyer, Repertorium der lateinischen Sermones des Mittelalters für die Zeit von 1150-1350, 11 vol., Münster, 1969-1990, II, Autoren : E-H, p. 134-150 (p. 141, no 100). Pour une édition du sermon, J. Leclercq, Études sur saint Bernard et le texte de ses écrits, Rome, 1953 (Analecta sacri ordinis Cisterciensis, IX, 1-2), p. 151-170 (« VII. Les souvenirs inédits de Geoffroy d’Auxerre sur saint Bernard ») (p. 161-165). Sur la collection, F. Gastaldelli, Ricerche per l’edizione dei « Sermones » di Goffredo di Auxerre. Il manoscritto Troyes 503, dans Salesianum, 35, 1973, p. 649-666, repris dans Id., Studi su san Bernardo e Goffredo di Auxerre, Florence, 2001 (Millennio medievale, 30, Reprints, 3), p. 495-515.

82 La fête de saint Bernard a été introduite en 1174-1175 par le chapitre général de l’ordre cistercien. Mais elle est célébrée à Clairvaux depuis 1159 : B. Backaert, L’évolution du calendrier cistercien, dans Collectanea ordinis Cisterciensium reformatorum, 12, 1950, p. 81-94, 302-316 (p. 313), 13, 1951, p. 108-127 (p. 121).

83 Troyes, BM, 503, fol. 143ra-143rb (J. Leclercq, Études sur saint Bernard…, op. cit., p. 165) : Transiit non modo ad primum ordinem [angelorum], sed ad reliquos quoque ; per gratiam quam accepit a Domino mansionem sibi paravit inter singulos quosque eorum. Quod, ne diutius vos detineamus, in sermone qui libello ultimo vite eius subscriptus est diligens lector inveniet.

84 A. H. Bredero, Études sur la « Vita prima » de saint Bernard, Rome, 1960 ; Id., Bernard de Clairvaux (1091-1153). Culte et histoire. De l’impénétrabilité d’une biographie hagiographique, Turnhout, 1998 (éd. orig. Kampen, 1993), p. 89-137.

85 Id., Études sur la « Vita prima »…, op. cit., p. 40 : Incipit prologus episcoporum et abbatum multorum in ultimos tres libellos de vita venerabilis Bernardi, abbatis Clarevallis. […] Verumptamen que de eodem patre nostro a reverendis abbatibus Vuillelmo sancti Theoderici et Ernaldo Bonevallis fideliter scripta repperimus, diligenter quidem examinata, sicut erant recipere quam rescribere et approbare maluimus, quam mutare. Libenter enim parcimus stilo, ubi testimonio licet esse contentos. Duobus ergo libris eorum premissis, opus hoc tertium in tres libellos partitum lector inveniet, 40-41 : Incipit prologus domini Gaufridi, quondam abbatis Clarevallis in ultimos tres libellos de vita ipsius sanctissimi et preclarissimi viri [Bernardi]. […] Veruntamen opus istud libellis tribus partitum lector inveniet.

86 G. Hüffer, Vorstudien zu einer Darstellung des Lebens und Wirkens des heiligen Bernard von Clairvaux, Münster, 1886, p. 30-31 et n. 6 ; J. Leclercq, Études sur saint Bernard…, op. cit., p. 157.

87 J. B. Schneyer, Repertorium…, op. cit., II, p. 148, no 199 (BHL 1229). Pour une édition du xviie siècle, Gaufridi abbatis Clarae-Vallensis IV sermo in anniversario obitus s. Bernardi, dans PL, 185, col. 573-588.

88 Ibid., col. 584-586.

89 J. Leclercq, Études sur saint Bernard…, op. cit., p. 161 (n. 2). L’auteur cite un manuscrit où l’homélie (PL, 57, col. 417-422, no LXXVIII. De eodem s. Eusebio episcopo Vercellensi II), adaptée à la fête de Bernard, a été copiée aussitôt après la Vita prima, sous la rubrique In natale sancti Bernardi abbatis. Sermo beati Maximi episcopi : Troyes, BM, 1183, fol. 132v-135v (fol. 132v). On y lit (fol. 133) : Bene et congrue in hac die, quam nobis patris nostri sollempnitas exultabilem reddit, presentis psalmi versiculum decantavimus : In memoria eterna erit iustus’ [Ps 112 (111), 7]. Digne enim in memoriam vertitur hominum, qui ad gaudium transiit angelorum. L’homélie est du Pseudo-Maxime de Turin, dans la mesure où les deux sermons relatifs à l’évêque Eusèbe de Vercelli sont des spuria : Maximi episcopi Taurinensis collectio…, op. cit., p. 23-26 (no VII), 27-29 (no VIII). Sur l’usage liturgique de notre texte, Corpus antiphonalium officii, éd. par R.-J. Hesbert, 6 vol., Rome, 1963-1979 (Rerum ecclesiasticarum documenta, Fontes, 7-12), III (Invitatoria et antiphonae), p. 296, no 3432, IV (Responsoria, versus, hymni et varia), p. 252, no 7009. Dans les lectionnaires cisterciens du second xiie siècle, le sermon occupe les quatre premières leçons de l’office. Il y est attribué à Maxime de Turin ou à Ambroise : Paris, BnF, lat. 3808, fol. 107va-109ra (fol. 107va-108rb) (In natali beati Bernardi. Lectio Ia. Sermo beati Maximi episcopi) ; R. Grégoire, L’homéliaire cistercien du ms. 114 (82) de Dijon, dans Cîteaux. Commentarii Cistercienses, 28, 1977, p. 133-207, pars prima, no 1-188, pars secunda, no 1-311, pars tercia, no 1-173 (pars tercia, p. 191, no 81-83, p. 204, no 165) (p. 191, no 81) (Sancti Bernardi abbatis. Lectio Ia. Sermo beati Ambrosii episcopi).

90 Troyes, BM, 503, fol. 141rb, 142va (J. Leclercq, Études sur saint Bernard…, op. cit., p. 161, 164) : Iste sanctus digne in memoriam vertitur hominum, qui ad gaudium trans[i] it angelorum. Ex sermone quodam sumpta noscuntur hec verba qui suo loco et tempore, quando primum est editus, plurimum convenisse, et ubi nocte preterita vobis propositus est non mediocriter convenire videtur. Creditur enim quod egregius doctor Ambrosius in ecclesia Vercellensi de commendatione sacri pontificis Eusebii edidit hunc sermonem, quem de sancto Bernardo legistis ad vigilias in IIIIor lectionibus primis. Inde ergo excerpta sunt verba proposita : Iste sanctus digne in memoriam vertitur hominum. […] Sed et fuerunt in diebus eius qui dicerent stilum eius beatum Ambrosium pre ceteris magnis doctoribus imitari, quod et vobis aliquatenus nocte preterita licuit experiri. Siquidem ex eius scriptis medie lectiones IIIIor extiterunt, nam prime totidem ex sermone cuius supra fecimus mentionem.

91 Troyes, BM, 503, fol. 142ra-142va (J. Leclercq, Études sur saint Bernard…, op. cit., p. 163-164) : Iste sanctus digne in memoriam vertitur hominum. Sanctitatem istius sancti fides et vita probarunt, sicut ipse de sancto perhibuit Malachia. Fides huius scismata, hereses confutavit, sanctitatem ipsius vita eius et mores magnifice commendarunt. Cuius etiam doctrina in diebus suis erudivit ignaros, pusillanimes animavit, ausus (sic) dedit fiduciam, traxit ad penitentiam peccatores et ab eisdem effectibus hodieque non cessat. Propter quod digne in memoriam vertitur hominum qui ad gaudium trans[i]it angelorum, nec immerito flores ei ambrosianos alacriter exibemus qui in civitate Mediolanensi reputatus et predicatus est Ambrosius redivivus. Dicebant enim per vicos et plateas, etiam et iurabant, quoniam ipse est, et si aperiat quis sepulchrum, de eius corpore nichil inveniet. Sicut enim ab heresi arriana beatus Ambrosius civitatem illam eripuit, sic beatus Bernardus liberavit eandem a[s]cismatica rabie graviter occupatam. Neque id tantum verbis effecit, sed Domino cooperante, precedentibus multis et mirabilibus signis, quorum breviter unum vobis arbitror proponendum, quod non solum Mediolani, sed in tota pariter Longobardia, Thuscia, Burgundia, Francia celeberrimum fuit. Erat ibidem matrona quedam honorabilis, bene nata et bene nupta, quam pluribus annis demonium crudele possederat : torua facies et enormiter tumens uterus, in modum quoque promoscidis elephantine lingua producta, voce carens, visu quoque pariter et auditu, nec modo sine corporis, sed sine cordis etiam intellectu, munstrum (sic) magis quam feminam preferebant. Difficile tenebatur a multis, ad ecclesiam sanctorum martirum Gervasii et Prothasii et gloriosi confessoris Ambrosii repertoris eorum et inter eos demum sepulti, ubi vir sanctus missarum sollemnia celebraturus erat, et civitas universa pene convenerat, violenter tracta est et introducta. Ausus est tamen inimicus abbatem sanctum mulieris pede percutere, forsitan arbitratus quod puderet eum percussionis illius. At ille mittissimus solvi eam protinus et teneri iuxta altare precepit. Porro inter sacrificandum quotiens signabat hostiam salutarem, totiens conversus ad mulierem, immo ad demonem, contra eum signum crucis edebat. At ille nequiter gemens et fremens quid pateretur manifestabat invitus. Completa demum oratione dominica, sacram eucharistiam tulit et impositam patene calicis et coram omni populo vel quibusdam episcopis ad cominus dimicandum athleta fortis accessit, nec mulierem solam a nequissimo demone liberare, sed provinciam totam ab errore suspicionis sacrilege graviter occupatam eripere cupiens, coram omnibus ait : Adest, maligne spiritus, iudex tuus, adest ipse qui ait : Ecce princeps huius mundi eiicietur foras, hoc corpus quod de corpore Virginis Marie est assumptum, quod in presepio positum, quod appensum in patibulo, quod sepultum in tumulo, quod die tertia suscitatum, quod ascendit in celum, quod ad iudicium est venturum ; in huius veritate fidei et virtute tibi precipio ut ab hac muliere discedens, affligere eam deinceps non presumas. Sic nullatenus iam recalcitrante maligno, purgata mulier sensus corporis quos amiserat et intellectum cordis sine dilatione recepit ; quam die altera honorabiliter cultam amicorum numerositas suo exibuit curatori et quam devotas potuit gratiarum reddidit actiones. Propter hoc et plura similia, ea devotione cuius supra meminimus civitas Mediolanensis pre aliis civitatibus ei semper obnoxiam se exibuit, et cum non posset italica lingua nomen Clarevallis exprimere, Carevallense cenobium in confinio suo magnifice edificavit.

92 Pour les relations entre Pise et Innocent II, M. L. Ceccarelli-Lemut, La sede metropolitana e primaziale di Pisa nei rapporti con i pontefici da Onorio II a Innocenzo II, dans Ead. et S. Sodi (éd.), Nel IX Centenario della metropoli ecclesiastica di Pisa. Atti del Convegno di studi (7-8 maggio 1992), Pise, 1995 (Opera della primaziale di Pisa, quaderno 5), p. 143-170, repris dans Ead., Medioevo pisano. Chiesa, famiglie, territorio, Pise, 2005, p. 29-59, no 2 (p. 34-43). Sur les canons du concile (fin maidébut juin 1135), R. Somerville, Another Re-Examination of the Council of Pisa, 1135, dans M. Brett et K. G. Cushing (éd.), Readers, Texts and Compilers…, op. cit., p. 101-110.

93 Bernard de Clairvaux, Epistolae, éd. par J. Leclercq et H. Rochais, 2 vol., Rome, 1974-1977 (Sancti Bernardi opera, 7-8), I (VII), p. 328-330, ep. 132 (ad clerum Mediolanensem) ([printemps 1135]), 133 (ad universos cives Mediolanenses) ([1135]), 134 (ad novitios apud Mediolanum conversos) ([1135]).

94 De façon générale, P. Zerbi, I rapporti di s. Bernardo di Chiaravalle con i vescovi e le diocesi d’Italia, dans Vescovi e diocesi in Italia nel medioevo, sec. IX-XIII, Atti del 2o Convegno di storia della Chiesa in Italia, Roma, 5-9 sett. 1961, Padoue, 1964 (Italia sacra. Studi e documenti di storia ecclesiastica, 5), p. 219-313, repris dans Id., Tra Milano e Cluny. Momenti di vita e cultura ecclesiastica nel secolo XII, Milan, 1978, 19912 (Italia sacra. Studi e documenti di storia ecclesiastica, 28), p. 3-109 ; A. Ambrosioni, Bernardo e il papato, dans Bernardo cistercense, Atti del XXVI Convegno storico internazionale, Todi, 8-11 ottobre 1989, Spolète, 1990 (Atti dei Convegni dell’Accademia Tudertina e del Centro di studi sulla spiritualità medievale, Nuova serie, 3), p. 59-79, repris dans Ead., Milano, papato e impero in età medievale. Raccolta di studi, M. P. Alberzoni et A. Lucioni (éd.), Milan, 2003 (Bibliotheca erudita. Studi e documenti di storia e filologia, 21), p. 527-548 (no XXII) ; Ead., San Bernardo, il papato e l’Italia, dans P. Zerbi (éd.), San Bernardo e l’Italia. Atti del Convegno di studi, Milano, 24-26 maggio 1990, Milan, 1993 (Bibliotheca erudita. Studi e documenti di storia e filologia, 8), p. 25-49, repris dans Ead., Milano, papato e impero…, op. cit., p. 549-572 (no XXIII). Sur le cas de Milan, P. Zerbi, San Bernardo di Clairvaux e Milano, dans San Bernardo e l’Italia…, op. cit., p. 51-68.

95 L. Grant, Geoffrey of Lèves, Bishop of Chartres : « Famous Wheeler and Dealer in Secular Business », dans R. Grosse (éd.), Suger en question. Regards croisés sur Saint-Denis, Munich, 2004 (Pariser historische Studien, 68), p. 45-56 (p. 52-53) ; Ead., Arnulf’s Mentor : Geoffrey of Lèves, Bishop of Chartres, dans D. Bates, J. Crick et S. Hamilton (éd.), Writing Medieval Biography, 750-1250. Essays in Honour of Professor Frank Barlow, Woodbridge, 2006, p. 173-184 (p. 178-179).

96 Arnulfi Sagiensis archidiaconi, postea episcopi Lexoviensis, invectiva in Girardum Engolismensem episcopum, éd. par J. Dieterich, dans Libelli de lite…, op. cit., III, Hanovre, 1897 (MGH, Libelli de lite imperatorum et pontificum, 3), p. 81-108.

97 P. Zerbi, I rapporti di s. Bernardo …, art. cité, p. 69 ; Id., San Bernardo di Clairvaux e Milano…, art. cité, p. 59 ; F. Gastaldelli, ‘Optimus praedicator. L’opera oratoria di san Bernardo, dans Analecta cisterciensia, 51, 1995, p. 321-418, repris dans Id., Studi su san Bernardo e Goffredo di Auxerre…, op. cit., p. 129-211 (p. 144).

98 Herbert de Clairvaux, Liber miraculorum, dans Herbert von Clairvaux und sein Liber miraculorum. Die Kurzversion eines anonymen bayerischen Redaktors. Untersuchung, Edition und Kommentar, éd. par G. Kompatscher Gufler, Berne, 2005 (Lateinische Sprache und Literatur des Mittelalters, 39), p. 67-288 (III. De beato Bernhardo abbate Clarevallis primo plura miracula, p. 79-96) (p. 89-90). Le miracle est repris dans le Grand Exorde de Cîteaux, où il est doté d’une rubrique (De mira devotione, qua Italiam intrans a populis terrae illius susceptus est) : Exordium magnum Cisterciense sive narratio de initio Cisterciensis ordinis auctore Conrado monacho Claravallensi postea Eberbacensi ibidemque abbate, éd. par B. Griesser, Turnhout, 1994 (CCCM, 138), p. 88-89 (dist. II, cap. XVI).

99 G.-M. Oury, Recherches sur Ernaud, abbé de Bonneval, historien de saint Bernard, dans Revue Mabillon, 59, 1977, p. 97-127.

100 Liber secundus auctore Arnaldo Bonaevallis abbate, dans Vita prima sancti Bernardi Claraevallis abbatis. Liber primus. Libri II-V, éd. par P. Verdeyen, Turnhout, 2011 (CCCM, 89B) (Guillelmi a Sancto Theodorico opera omnia, Pars VI), p. 87-129 (p. 96-106, no 9-24).

101 Liber primus auctore Guillelmo a Sancto Theodorico, dans Vita prima sancti Bernardi…, op. cit., p. 29-85 (p. 82, no 69) : Mediolani, Remis, clero eligente et populo acclamante in archiepiscopum nominatus est. Cathalauni, Lingonis in episcopum et idipsum in multis iam aliis civitatibus actum fuisset, si consensus eius aliqua spes esse potuisset.

102 Liber secundus auctore Arnaldo…, op. cit., p. 107, no 26 : Quot ecclesiae destitutae pastoribus eum sibi in episcopum eligerunt ? Elegit eum domestica Lingonensis ecclesia, elegit Catalaunensis. Intra Italiam civitas Ianuensis et Mediolanum metropolis Liguriae hunc optaverunt pastorem et magistrum. Remis, nobilissima Franciae civitas, secundae Belgicae provinciae caput, eius dominationem ambivit. L’élection de Bernard à Gênes serait intervenue à une date comprise entre 1116 et 1130 (1129-1130 ?) : V. Polonio, San Bernardo, Genova e Pisa, dans San Bernardo e l’Italia…, op. cit., p. 69-99 (p. 69-72). Dans tous les cas, l’expression civitas Ianuensis suggère qu’elle précède la décision d’Innocent II d’élever la suffragante de Milan au rang de métropole, en mars 1133 : Italia pontificia sive repertorium privilegiorum et litterarum a Romanis pontificibus ante annum MCLXXXXVIII Italiae ecclesiis, monasteriis, civitatibus singulisque personis concessorum, éd. par P. F. Kehr, W. Holtzmann et D. Girgensohn, 10 vol., Berlin/Zurich, 1906-1975, VI/2, p. 266, no 5 (Grosseto, 20 mars 1133).

103 R. Lechat, Les Fragmenta de vita et miraculis s. Bernardi par Geoffroy d’Auxerre, dans Analecta Bollandiana, 50, 1932, p. 83-122 et, surtout, F. Gastaldelli, Le più antiche testimonianze biografiche su san Bernardo. Studio storico-critico sui « Fragmenta Gaufridi », dans Analecta Cisterciensia, 45, 1989, p. 3-80, repris dans Id., Studi su san Bernardo e Goffredo di Auxerre…, op. cit., p. 43-127. Pour une synthèse sur les Fragmenta, avec traduction française en regard du texte latin, Geoffroy d’Auxerre, Notes sur la vie et les miracles de saint Bernard. Fragmenta I, précédé de Raynaud de Foigny, Fragmenta II, intr. et trad. par R. Fassetta, Paris, 2011 (SC, 548).

104 Vita vel miracula Bernardi abbatis auctore Gaufrido Autissiodorensi, éd. par C. Vande Veire, dans Vita prima…, op. cit., p. 271-304 (no 1-60) (p. 288, no 27) : Quae in Flandria egerit, maxime in concilio quod in Atrebatensi celebratum est civitate, melius ipsi nostis siquidem et praesentes fuistis, nisi fallor. Sic et de electionibus Catalaunensi, Mediolanensi, Lingonensi, Remensi, si describendas iudicaveritis eas, nihil mihi opus est tradere vobis ; Notes sur la vie et les miracles…, op. cit., p. 126-127. Pour une explication, F. Gastaldelli, Le più antiche testimonianze…, art. cité, p. 63-71.

105 Herbert de Clairvaux, Liber miraculorum …, op. cit., p. 89 : Eodem quoque Reinaldo indicante cognovimus […]. […] ingressum in urbem mox in archiepiscopum unanimi consensu raperent potius quam eligerent.

106 Paulin de Milan, Vita beati Ambrosii episcopi ecclesiae Mediolanensis, dans Vita di s. Ambrogio. Introduzione, testo critico e note, éd. et trad. par M. Pellegrino, Rome, 1961 (Verba seniorum, 1), p. 49-129 (p. 56-63, no 6-9). Sur l’élection d’Ambroise, T. D. Barnes, The Election of Ambrose of Milan, dans J. Leemans, P. Van Nuffelen, S. W. J. Keough et C. Nicolaye (éd.), Episcopal Elections in Late Antiquity, Berlin, 2011, p. 39-59.

107 Herbert de Clairvaux, Liber miraculorum…, op. cit., p. 89.

108 Landulfi de Sancto Paulo Historia Mediolanensis, éd. par L. Bethmann et P. Jaffé, dans Supplementa tomorum I, V, VI, XII. Chronica aevi Suevici, Hanovre, 1868 (MGH, Scriptores, 20), p. 17-49 (p. 46-47, à la p. 47).

109 P. Zerbi, « Consuetudines et libertates ecclesiae sibi commissae adhuc ignorans ». Ancora su Robaldo, vescovo di Alba e arcivescovo di Milano († 1145), dans L. d’Arienzo (éd.), Sardegna, Mediterraneo e Atlantico tra Medioevo ed Età moderna. Studi storici in memoria di Alberto Boscolo, 3 vol., Rome, 1993, II, p. 37-77.

110 Bernard de Clairvaux, Epistolae…, op. cit., I (VII), p. 326-328, ep. 131 (ad Mediolanenses) ([automne 1135]), II (VIII), p. 246-247, ep. 314 (ad dominum papam Innocentium) ([1135]). Sur l’affaire du pallium de l’archevêque de Milan, marquée par le plaidoyer de Bernard – qui agite le spectre de la vetus rebellio (de Tedaldo) – en faveur de la plenitudo potestatis du Siège apostolique et conclue par la soumission de Robaldo à Innocent II, à Pise, en 1136, un geste que Landolfo critique ouvertement, P. Zerbi, I rapporti di s. Bernardo…, art. cité, p. 75-92 ; Id., San Bernardo di Clairvaux e Milano…, art. cité, p. 62-67.

111 Liber secundus auctore Arnaldo…, op. cit., p. 99-100 (no 13-14).

112 Sur les exorcismes de l’abbé de Clairvaux à Milan – dont certains, tel celui relaté par Geoffroy d’Auxerre, pris à Arnaud, au moyen des espèces eucharistiques, C. Holdsworth, Reading the Signs : Bernard of Clairvaux and his Miracles, dans Writing Medieval Biography…, op. cit., p. 161-172 (p. 167-169) et, surtout, F. Chave-Mahir, Trois exorcismes eucharistiques de saint Bernard de Clairvaux, dans N. Bériou, B. Caseau et D. Rigaux (éd.), Pratiques de l’eucharistie dans les Églises d’Orient et d’Occident (Antiquité et Moyen Âge), 2 vol., Paris, 2009 (Études augustiniennes. Série Moyen Âge et Temps Modernes, 45-46), II (Les réceptions), p. 987-1000 (p. 988-997) ; Ead., L’exorcisme des possédés dans l’Église d’Occident ( xe- xive siècle), Turnhout, 2011 (Bibliothèque d’histoire culturelle du Moyen Âge, 10), p. 183, 210-215.

113 F. Chave-Mahir, Trois exorcismes eucharistiques…, art. cité, p. 990-991, 996 ; Ead., L’exorcisme des possédés…, op. cit., p. 61, 95-96, 211, 330.

114 Sancti Ambrosii opera. Pars decima. Epistulae et acta. III…, op. cit., p. 126-140 (lib. X, ep. LXXVII) (I, 22). À la suite de Paulin – Vita beati Ambrosii…, op. cit., p. 70-75 (no 14-16), 78-81 (no 20-21) – les possédés de Milan libérés par Ambroise se retrouvent jusque dans la Légende dorée : Jacques de Voragine, La Légende dorée, éd. et trad. par A. Boureau, P. Collomb, M. Goullet, L. Moulinier et S. Mula, Paris, 2004, p. 301-312, no 55 et p. 1205-1208 (p. 303-304) ; F. Chave-Mahir, L’exorcisme des possédés…, op. cit., p. 395.

115 P. Zerbi, I rapporti di s. Bernardo…, op. cit., p. 69-70 ; G. Picasso, Fondazioni e riforme monastiche di san Bernardo in Italia, dans P. Zerbi (éd.), San Bernardo e l’Italia…, op. cit., p. 147-163 (p. 151-154).

116 G. Billanovich, M. Ferrari, La tradizione milanese delle opere di s. Ambrogio, dans Ambrosius episcopus…, op. cit., I, p. 5-102 (p. 6-26 et passim) ; M. Ferrari, Due inventari quattrocenteschi della Biblioteca capitolare di S. Ambrogio in Milano, dans Filologia umanistica per Gianvito Resta, 3 vol., Padoue (Medioevo e umanesimo, 94-96), 1997, II, p. 771-814 (p. 773-775 et passim). Pour une synthèse, A. Ambrosioni, Corbo (Corbus, Corvus), Martino, dans Dizionario biografico degli Italiani, XXVIII, Rome, 1983, p. 770-774, repris dans Ead., Milano, papato e impero…, op. cit., p. 203-212, no VIII. Dans une lettre (fin 1134-début 1135 ?) aux deux chanoines de Ratisbonne épris d’Ambroise (et, en premier lieu, du rite ambrosien) avec lesquels il entretient une relation épistolaire suivie dont la continuité a été mise à l’épreuve par le schisme, Martino Corbo assure ses interlocuteurs de sa fidélité à saint Pierre (suivant en cela l’exemple d’Ambroise), ce qui revient sans doute à dégager les chanoines de S. Ambrogio – plutôt, peut-être, que la totalité du clergé de Milan – de l’adhésion au parti adverse : M. Magistretti, Una corrispondenza ambrosiana del secolo XII, dans La scuola cattolica e la scienza italiana, 7 (14), 1897, p. 494-504 (p. 497-498, no VI [1133-1136]) et, surtout, P. Zerbi, La Chiesa ambrosiana di fronte alla Chiesa romana dal 1120 al 1135, dans Studi medievali, 4, 1963, p. 136-216, repris dans Id., Tra Milano e Cluny…, op. cit., p. 125-230 (p. 204-210, excursus VI).

117 L’étude de référence est celle de R. Somerville, Pope Alexander III and the Council of Tours (1163). A Study of Ecclesiastical Politics and Institutions in the Twelfth Century, Berkeley, 1977.

118 Sur le pontificat, P. D. Clarke et A. J. Duggan (éd.), Pope Alexander III (1159-1181). The Art of Survival, Farnham (Church, faith and culture in the medieval West), 2012.

119 J. Leclercq, Les écrits de Geoffroy d’Auxerre…, op. cit., p. 40-42 (p. 41). L’analyse, qui dépend de Paris, BnF, nouv. acq. lat. 1476, a permis d’attribuer à Geoffroy le sermon anonyme transmis dans la PL (infra, n. 121).

120 Se trouve ainsi confortée l’intuition de M. Preiss, Die politische Tätigkeit und Stellung der Cisterzienser im Schisma von 1159-1177, Berlin, 1934 (Historische studien, 248), p. 58 (« Die Teilnahme Gottfrieds von Clairvaux und anderer zahlreicher Cisterzienseräbte am Konzil von Tours ist, wenn auch nicht namentlich in den Quellen bezeugt, doch mit Bestimmtheit anzunehmen »). Documentation oblige, Geoffroy d’Auxerre/de Clairvaux est absent des considérations que R. Somerville réserve à l’assistance abbatiale (Pope Alexander III and the Council of Tours…, op. cit., p. 29-31). C’est à Geoffroy qu’il faut accorder la paternité (supra, n. 119 et infra, n. 121) du sermon anonyme que l’historien a signalé dans une note additionnelle à son chapitre sur la prédication conciliaire, dominé par Arnulf de Lisieux (Pope Alexander III and the Council of Tours…, op. cit., p. 12-18, à la p. 18).

121 Paris, BnF, nouv. acq. lat. 1476, fol. 85ra-168rb (fol. 85ra-87vb) (In concilio Turonensi cui Alexander papa prefuit) (J. B. Schneyer, Repertorium…, op. cit., II, p. 146, no 158) ; Cambridge, Fitzwilliam Museum, Mc Lean Collection, 121, fol. 1-95v (fol. 87-91) (In concilio Turonensi cui preerat Alexander papa III) (J. B. Schneyer, Repertorium…, op. cit., II, p. 150, no 218). Pour une édition, Ad praelatos in concilio convocatos sermo, dans PL, 184, col. 1095-1102 (J. B. Schneyer, Repertorium…, op. cit., II, p. 148, no 198).

122 N. M. Häring, The Writings Against Gilbert of Poitiers by Geoffrey of Auxerre, dans Analecta Cisterciensia, 22, 1966, p. 3-83.

123 Sur les Cisterciens et Alexandre III, de part et d’autre du concile de Tours, M. Preiss, Die politische Tätigkeit…, op. cit., p. 56-59.

124 Paris, BnF, lat. 18178, fol. 2ra-99vb (fol. 55vb-56rb) (Dominica ante Rogationes qua canitur Vocem iocunditatis. De concilio scismaticorum) (J. B. Schneyer, Repertorium…, op. cit., II, p. 144, no 142) (fol. 56ra) ; Paris, BnF, nouv. acq. lat. 1476, fol. 89rb-90vb (In concilio de scismate) (J. B. Schneyer, Repertorium…, op. cit., II, p. 146, no 159) (fol. 89vb) : Ante hos annos ut meministis aliud scisma in ecclesia Dei peccata hominum peperere. Quis ei finem imposuisse credendus est ? Quis nisi regina mundi que eiusdem scismatis caput Petrum Leonis in gutture iaculo feriens religioso cuidam viro ostensa est ? Et adhuc ille videbatur incolumis quando eadem visio multis innotuit sed confestim in ipso percussus guttere paucis diebus egrotavit et misere exspiravit.

125 Vita vel miracula Bernardi abbatis auctore Gaufrido Autissiodorensi…, op. cit., p. 295-296, no 39 (p. 295) : Aderat autem et gloriosa Virgo mater Domini stans in medio et iaculum dextra vibrans […]. Et intorquens iaculum quod tenebat gutturi Petri Leonis infixit, et corruit miser in ipsa hora. Quam sane visionem post paucos dies effectus secutus est et homo ille tantae tribulationis causa et tantorum origo malorum in gutture ipso pessimo percussus ulcere exspiravit ; Notes sur la vie et les miracles…, op. cit., p. 146-149.

126 Dans les Fragmenta, la dispute précède immédiatement la vision : Vita vel miracula Bernardi abbatis auctore Gaufrido Autissiodorensi…, op. cit., p. 293-295, no 38 ; Notes sur la vie et les miracles…, op. cit., p. 142-147. Pour plus de détails sur les deux sections, F. Gastaldelli, Le più antiche testimonianze…, art. cité, p. 98-100 et Vita vel miracula Bernardi abbatis auctore Gaufrido Autissiodorensi…, op. cit., p. 312-313. Le débat contradictoire de Salerne et l’annonce de la mort d’Anaclet se retrouvent chez Arnaud de Bonneval, mais le récit se dégage de celui des Fragmenta : Liber secundus auctore Arnaldo…, op. cit., p. 120 (no 43), 123 (no 47). Dans la Vita prima, c’est un ange qui frappe Anaclet d’un glaive, tandis que l’abbé de Clairvaux est qualifié, après la soumission à Innocent II de l’éphémère Victor IV (1138), d’auctor pacis et pater patriae.

127 Au-delà des actes d’Alexandre III (JL 10815-10856), on peut se reporter à ce qu’en dit Boson dans la Vita Alexandri Le Liber pontificalis…, op. cit., II, p. 397-446, no CLXXI (p. 408) : Adveniente autem Quadragesima, colloquium habiturus ad Parisiensem civitatem accessit. […] Mansit autem in ipsam civitatem per totam Quadragesimam, et paschale festum inibi celebravit. Et quoniam tempus concilium celebrandi imminebat, quod in octavis Pentecostes Turonis convocaverat, exivit de Parisius, et transiens per Carnotum, ad Turonum civitatem celeriter remeavit.

128 Sur la canonisation de Bernard, R. Somerville, Pope Alexander III and the Council of Tours…, op. cit., p. 59-60, 100 et, surtout, A. Bredero, The Canonization of Bernard of Clairvaux, dans M. Basil Pennington (éd.), Saint Bernard of Clairvaux. Studies Commemorating the Eighth Centenary of his Canonization, Kalamazoo (Cistercian Studies Series, 28), 1977, p. 63-100.

129 PL, 185, col. 622-623 (Anagni, 18 janvier 1174) (JL 12330) (col. 622) : Contigit olim, dum essemus Parisius constituti, ut magni quidam ac venerabiles viri de canonizando sanctae recordationis Bernardo quondam Clarae-Vallensi abbate facerent mentionem, optantes utique et piis nobis precibus suggerentes, ut in concilio, quod de proximo erat Turonis celebrandum, digno huic et laudabili voto celerem daremus effectum. Au début du séjour parisien, Geoffroy d’Auxerre obtient un privilège général pour son abbaye de Clairvaux : Papsturkunden in Frankreich. Reiseberichte zur Gallia Pontificia, 1906-1913, éd. par W. Wiederhold, rév. L. Duval-Arnould, 2 vol., Cité du Vatican (Acta Romanorum pontificum, 7-8), 1985, I, p. 492, no 42 (Paris, 6 février 1163) (JL –).

130 PL, 200, col. 174-177, no CII (Tours, 14 octobre 1162) (JL 10764). Sur les relations entre l’Église de Milan et Alexandre III, A. Ambrosioni, Alessandro III e la Chiesa ambrosiana, dans F. Liotta (éd.), Miscellanea Rolando Bandinelli, papa Alessandro III, Sienne, 1986, p. 3-41, repris dans Ead., Milano, papato e impero…, op. cit., p. 403-443, no XVII. Pour une approche de l’obédience d’Alexandre III en Italie, au miroir des privilèges, J. Johrendt, ‘Cum universo clero ac populo eis subiecto, id ipsum eodem modo fecerunt. Die Anerkennung Alexanders III. in Italien aus der Perspektive der Papsturkundenempfänger, dans Quellen und Forschungen aus italienischen Archiven und Bibliotheken, 84, 2004, p. 38-68.

131 T. Reuter, A List of Bishops Attending the Council of Tours (1163), dans Annuarium historiae conciliorum, 8, 1976, p. 116-125 (p. 124) : De Lumbardia. Archiepiscopus Mediolanensis. Papiensis, Veronensis et Taurinensis episcopi ; R. Somerville, Pope Alexander III and the Council of Tours…, op. cit., p. 27-29 (p. 29). Pour une allusion au contingent d’outremonts, Chronique de l’abbaye de Vézelay par Hugues le Poitevin, dans Monumenta Vizeliacensia. Textes relatifs à l’abbaye de Vézelay, éd. par R. B. C. Huygens, Turnhout, 1976 (CCCM, 42), p. 395-607 (p. 528-529, à la p. 528).

132 PL, 185, col. 626-627 (col. 626).

133 A. Ambrosioni, Alessandro III e la Chiesa ambrosiana…, art. cité, passim ; N. D’Acunto, Chiesa romana e chiese della Lombardia…, art. cité, p. 220-231. Sur la dimension documentaire, institutionnelle et ecclésiologique du phénomène, du xie au xiie siècle, M. P. Alberzoni, Gli interventi della Chiesa di Roma nella provincia ecclesiastica milanese, dans K. Herbers et J. Johrendt (éd.), Das Papsttum und das vielgestaltige Italien. Hundert Jahre Italia Pontificia, Berlin, 2009 (Neue Abhandlungen der Akademie der Wissenschaften zu Göttingen, Philologisch-Historische Klasse, Neue Folge, 5, Studien zu Papstgeschichte und Papsturkunden), p. 135-181 ; N. D’Acunto, ‘Lombardos, qui utiles nobis extiterunt admodum et devoti, non possumus non amare. Aspekte päpstlicher Zentralisierung in der Lombardei im 11. und 12. Jahrhundert, dans J. Johrendt et H. Müller (éd.), Rom und die Regionen, Berlin, 2012 (Abhandlungen der Akademie der Wissenschaften zu Göttingen, Neue Folge, 19, Studien zu Papstgeschichte und Papsturkunden), p. 249-279.

134 E. Cattaneo, Galdino della Sala cardinale arcivescovo di Milano, dans Contributi dell’Istituto di storia medioevale. II. Raccolta di studi in memoria di Sergio Mochi Onory, Milan, 1972 (Pubblicazioni dell’Università Cattolica del Sacro Cuore, Contributi, s. III, Scienze storiche, 15), p. 356-383, repris dans Id., La Chiesa di Ambrogio. Studi di storia e di liturgia, Milan, 1984 (Scienze storiche, 34), p. 49-76.

135 E. Coleman, ‘A City to Be Built for the Glory of God, St Peter, and the Whole Lombardy : Alexander III, Alessandria and the Lombard League in Contemporary Sources, dans P. D. Clarke et A. J. Duggan (éd.), Pope Alexander III…, op. cit., p. 127-151.

136 A. Duggan, Thomas Becket’s Italian Network, dans F. Andrews, C. Egger et C. M. Rousseau (éd.), Pope, Church and City. Essays in Honour of Brenda M. Bolton, Leyde, 2004 (The Medieval Mediterranean. Peoples, Economies and Cultures, 400-1500, 56), p. 177-201, repris dans Ead., Thomas Becket : Friends, Networks, Texts and Cult, Aldershot, 2007 (Variorum Collected Studies Series, 877), no I, p. 1-21 (p. 13-15).

137 Bonvesin da la Riva, De magnalibus Mediolani, éd. et trad. par P. Chiesa, Milan, 1998, p. 172, 174, 180, 184.

138 Ibid., p. 176, 178, 180.

139 A. von Hülsen-Esch, Romanische Skulptur in Oberitalien als Reflex der kommunalen Entwicklung im 12. Jahrhundert. Untersuchungen zu Mailand und Verona, Berlin, 1994 (Artefact, 8), p. 36-118 et pl. 8-10, 13-18, 20-23, 25-34 ; M. C. Ferrari, Die Porta Romana in Mailand (1171). Bild, Raum und Inschrift, dans E. C. Lutz, J. Thali et R. Wetzel (éd.), Literatur und Wandmalerei I. Erscheinungsformen höfischer Kultur und ihre Träger im Mittelalter, Freiburger Colloquium 1998, Tübingen, 2002, p. 115-151 (pl. 1-7) (où l’on peut toutefois discuter l’hypothèse complexe (p. 136-138) qui voudrait que les Milanais chassés de la ville par l’empereur soient devenus des ariens ou des juifs au gré de tituli plus tardifs, vecteurs d’une relecture de l’image au xiiie siècle) ; P. Boucheron, Palimpsestes ambrosiens : la commune, la liberté et le saint patron (Milan, xie- xve siècles), dans P. Chastang (dir.), Le passé à l’épreuve du présent. Appropriations et usages du passé du Moyen Âge à la Renaissance, Paris, 2008, p. 15-37 (p. 20-23).

Auteur

Ancien membre de l’École française de Rome, Fabrice Delivré est maître de conférences en histoire du Moyen Âge à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et membre du LAMOP. Ses recherches portent sur les relations de pouvoir entre la papauté et l’épiscopat occidental (ixe-xve siècle), en particulier dans leurs dimensions hiérarchiques, territoriales et mémorielles. Parmi ses travaux figurent des études sur les primautés et les préséances ecclésiastiques, la littérature juridique consacrée aux élections épiscopales et la construction de l’espace de la chrétienté romaine.

© Éditions de la Sorbonne, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540