Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mémoire d’Ambroise de Milan

 | 
Patrick Boucheron
, 
Stéphane Gioanni

Deuxième partie. Les constructions d’une auctoritas patristique. Sources, documents, traditions

Ne pas se souvenir d’Ambroise

L’effacement de la référence ambrosienne en Italie du Nord au vie siècle

Do not remember Ambrose. The disappearance of reference to Ambrose in North Italy in the 6th century

Claire Sotinel

Résumé

The paper takes into exam references to Ambrose in the Three Chapters Controversy. While Ambrose could have made a suitable patron for the cause of the defenders of the Three Chapters, his name was almost never made in the numerous texts produced at the time: seldom in the theological debates over the orthodoxy of the condemnation, never during the schism where the Church of Milan was deeply involved. Ambrose’s name was made forward by the Roman church when pope
Gregory the Great wrote to the freshly reunited Milanese people. Asserting that any bishop of Milan should be vicarius sancti Ambrosii, Gregory designated Ambrose as the herald of Roman orthodoxy, as opposed to the claims of theological purity made by the Aquileian Church.

Texte intégral

1Le titre de ma contribution n’est pas (seulement) une boutade ou une provocation ; il reflète assez fidèlement ma perplexité lorsque j’ai commencé à réfléchir à une contribution possible à cet atelier : au cours de mes travaux sur les débats qui traversent l’Italie au vie siècle, je n’avais pas rencontré Ambroise. Était-ce un défaut d’attention de ma part, une absence due aux lacunes, d’ailleurs considérables, de notre documentation ou, au contraire, une absence significative ?

  • 1 L’accord est très large pour reconnaître dans les Carm. 2, 77-2,88 le commentaire d’un cycle pictur (...)
  • 2 Ennodius, Carm. 2, 77 = 195 (MGH, aa, 7), p. 162-163 ; texte, traduction italienne et commenaire da (...)
  • 3 J.-Ch. Picard, Le souvenir des évêques. Sépultures, listes épiscopales et culte des évêques en Ital (...)
  • 4 La représentation d’Ambroise dans les œuvres d’Ennode est étudiée ici par S. Gioanni ; avant de l’e (...)

2Au ve siècle, Ambroise est devenu une référence de l’Église universelle, acceptée autant par les chalcédoniens que par les sévériens, comme l’attestent les nombreuses citations de ses œuvres dans les débats christologiques. Mais il n’est pas, à ma connaissance, pris en considération dans sa spécificité milanaise. À Milan même, il est assurément vénéré, comme en témoigne l’œuvre d’Ennode. Le cycle qui ornait une des salles du complexe épiscopal de Milan commençait déjà avec Ambroise, si c’est effectivement lui qu’Ennode décrit dans la série de poèmes consacrés aux prédécesseurs de Laurent1. Dans le poème qu’il lui consacre, Ennode met en valeur l’éloquence d’Ambroise, sa vertu, son courage dans l’adversité, où l’on peut reconnaître l’évocation des ses conflits avec la vipera squamea qui est sans doute l’impératrice Justine2. L’autre hymne consacrée à Ambroise présente, comme l’avait noté Jean-Charles Picard, un portrait « équilibré » de l’évêque, entre « les vertus personnelles de l’homme, son orthodoxie, son rôle dans le développement du culte des martyrs, son conflit avec l’impératrice Justine et les dangers courus, son rôle de pasteur et de théologien » sans privilégier son rôle de combattant contre l’arianisme ni celui de protecteur de la cité3. Ambroise est donc bien mentionné dans l’œuvre d’Ennode, mais pas toujours là où on l’attendrait. En particulier, il est absent du panégyrique prononcé pour l’évêque Laurent de Milan, il n’est pas mentionné dans la Vita Epiphani et si le De officiis est discrètement cité dans la préface au poème composé pour le natalis d’Épiphane de Pavie, c’est comme modèle pour Ennode, non comme modèle pour Épiphane4.

3Pour résumer, Ambroise apparaît bien, d’après le témoignage d’Ennode, comme le fondateur de la lignée épisopale dans laquelle s’inscrivent les évêques de Milan à la fin du ve siècle ; mais il n’est pas dans son œuvre mentionné comme un modèle pour les évêques dont il parle, pas plus à Milan qu’à Pavie ou à Rome. S’il est un modèle, c’est plutôt un modèle d’éloquence et d’autorité doctrinale pour Ennode lui-même.

Ambroise dans la controverse des Trois Chapitres

  • 5 Sur la querelle, voir R. Price, The Acts of the Council of Constantinople of 553 with Relate Texts (...)
  • 6 C. Sotinel, Le concile, l’empereur, l’évêque : status d’autorité dans la controverse des Trois Chap (...)
  • 7 Innocentius episcopus Maroniae, De collatione cum Seuerianis habita, dans ACO, IV, 2, p. 172.
  • 8 Ibid., p. 179.

4On pourrait s’attendre à rencontrer des références ambrosiennes en Italie du Nord au cours de la controverse des Trois Chapitres, puisque cette dernière est largement animée en Occident par les grandes Églises italiennes de Milan et Aquilée5 ; ces références ne sont pas absentes, mais la place qu’occupe l’évêque de Milan est un peu déroutante. Il est peu cité comme référence patristique dans les débats théologiques. On sait que l’œuvre d’Ambroise a été abondamment sollicitée au cours du concile d’Éphèse ; la plupart du temps, ce sont ces citations qui sont recyclées dans le débat sur les Trois Chapitres. L’exception est celle d’Innocent de Maronée, évêque thrace directement engagé dans les phases précoces de la controverse. Engagé dans une disputatio avec les sévériens qui se tient à Constantinople en 532 sur convocation impériale6, il cite Ambroise en tant qu’autorité théologique garantissant l’orthodoxie de la position chalcédonienne sur la nature humaine du Christ associée à sa nature divine ; il le fait d’une part au sein d’une liste d’extraits patristiques qu’il fournit aux sévériens (un extrait de sermon, dix extraits de l’expositio sur l’évangile de Luc, deux tirés du livre sur l’incarnation du Seigneur, six du liber de fide ad Gratianum, et une hymne), parmi d’autres autorités indiscutables : Augustin, Hilaire de Poitiers, Athanase, Grégoire de Naziance et Basile7. Par ailleurs, dans le rapport qu’il donne de la réunion entre sévériens et chalcédoniens, Innocent met aussi dans la bouche des chalcédoniens une référence à Ambroise, parmi d’autres autorité patristiques : Pierre d’Alexandrie, Felix de Rome, Cyprien de Carthage, Athanase d’Alexandrie, Théophile d’Alexandrie, Jules de Rome, Ambroise et Basile, les deux Grégoire, Amphiloque d’Iconium, Atticus de Constantinople8. C’est donc ici à la réputation d’Ambroise comme tenant de l’orthodoxie de l’Église universelle qui est ici mise en œuvre, sans aucun lien spécifique, évidemment, avec la lointaine Italie du Nord.

5C’est surtout à partir de la condamnation des Trois Chapitres et des réactions occidentales qu’on s’attendrait à voir Ambroise : la confrontation entre l’autorité de l’évêque et le pouvoir du prince, la compétence milanaise à maintenir l’orthodoxie pure, en collaboration, voire en concurrence avec Rome, la fierté provinciale face aux dérives des capitales impériales, autant de thèmes dans lesquels on ne serait pas surpris de voir invoquer la figure du grand défenseur de l’orthodoxie nicéenne telle qu’elle a été promue par les œuvres d’Ambroise lui-même et par la littérature ecclésiastique. C’est d’autant plus vrai que le pape Vigile n’est pas sans avoir des attaches milanaises et que, dès les débuts de l’affaire, un évêque de Milan, Datius, joue un rôle de premier rang dans l’affaire.

  • 9 C’est la date retenue par J.-M. Clément et R. Vander Plaetse dans leur édition de Facundus, Corpus (...)
  • 10 Facundus Hermianensis, Pro defensione Trium Capitulorum, 1, 5, 11, p. 30.
  • 11 Ambrosius, Hymnus I, 19, cité dans Facundus, I, 3, 38 : Et qui patris existens unigenitus, factus s (...)
  • 12 Facundus, Pro defensione, 12, 9-11 : quod metuens beatae recordationis maior Theodosius imperator ( (...)
  • 13 Ibid., 4, 3, 4.

6Pourtant, les occidentaux n’invoquent presque pas Ambroise. Le seul à le faire est l’Africain Facundus d’Hermiane. Il le cite d’abord au début du traité pour la défense des Trois Chapitres qu’il adresse à Justinien en 547/89 à travers une citation des acte du concile d’Éphèse10 et, à peu de distance, évoque aussi un des hymnes11. Plus intéressant, à la fin de son traité, il donne à Justinien l’exemple de Théodose acceptant la correction d’Ambroise. « Il faut donc croire que si maintenant Dieu suscitait quelque Ambroise, un Théodose ne ferait pas défaut non plus. Mais lorsqu’est moindre la fermeté pour exiger, moindre est aussi le zèle pour y répondre12 », regrettant ainsi l’absence d’une figure comparable à celle d’Ambroise. Dans la mesure où l’évêque de Milan Datius était à cette époque un conseiller écouté du pape Vigile, on pourrait voir dans ce passage une pointe contre le Milanais. Ce serait en contradiction avec les propos bienveillants que Facundus tient à son égard13 ; Ambroise apparaît plus comme le contre-modèle de l’évêque de Rome qui vacille devant la volonté impériale. Vigile lui-même, dans les différents textes qu’il publie à l’occasion de la controverse, n’évoque jamais la figure d’Ambroise.

  • 14 Epistula clericorum Italiae ad legatos Francorum, dans E. Schwartz, Vigiliusbriefe, Sitzungsbericht (...)
  • 15 PL 69, 114-115.
  • 16 C. Sotinel, Identité civique et christianisme : Aquilée du iiie au vie siècle, p. 393-398.

7Les auteurs de la « lettre aux légats francs qui se rendent à Constantinople en 551 », qui les mettent en garde contre la complexité des affaires ecclésiastiques qui se nouent dans la capitale, n’en disent rien non plus14. Sirmond attribuait raisonnablement cette lettre à des clercs italiens15, mais E. Schwartz a convaincu la critique moderne que les auteurs en étaient des clercs milanais, à cause du rôle important conféré à Datius de Milan dans la défense de l’orthodoxie chalcédonienne et de l’importance donnée à l’autonomie de la décision ecclésiastique, en particulier occidentale, contre les ingérences du pouvoir impériale, surtout oriental. J’ai dit ailleurs pourquoi je pense que cette attribution est fausse16, mais quelque soit l’opinion qu’on peut avoir sur les auteurs de la lettre, il vaut la peine de s’arrêter un peu sur ce qui est dit de Datius de Milan :

  • 17 Epistula clericorum Italiae, p. 22.

Sed et sanctus Datius Mediolanensis episcopus contestationem omnium sub magna vociferatione deposuit, dicens: Ecce ego et pars omnium sacerdotum, inter quos Ecclesia mea constituta est, id est Galliae Burgundiae, Spaniae, Liguriae, Aemiliae atque Venetiae, contestor quia quicumque in edicta ista consenserit, suprascriptarum prouinciarum pontifices communicatores habere non poterit; quia constat apud me edicta ista sanctam synodum chalcedonensem et fidem catholicam perturbare17.

8La posture est digne d’Ambroise, mais sans référence explicite à l’évêque de Milan ; au contraire, la formulation inter quos Ecclesia mea constituta est est presque anti ambrosienne, en ce qu’elle exprime non pas une structure hiérarchique ordonnée, chère à Ambroise, mais une collégialité qui appartient à un autre modèle d’ecclésiologie.

9Ainsi, la référence à Ambroise n’est pas de premier plan dans les débats théologiques et ecclésiologiques qui précèdent le concile de Constantinople. Facundus l’évoque de manière puissante comme un modèle possible de résistance à la politique de Justinien, mais il ne donne aucune dimension milanaise à cette évocation, qui apparaît plutôt comme un défi à l’évêque de Rome. C’est maintenant du côté des affaires italiennes, lorsque, après que la condamnation des Trois Chapitres prononcée par le concile de Constantinople est ratifiée par le pape Vigile au début du 553, puis endossée par son successeur Pélage, les Églises d’Italie du Nord persistent dans leur opposition, qu’il faut reprendre notre quête du souvenir d’Ambroise.

Ambroise dans le schisme tricapitulain

  • 18 Il semble en effet que l’Italie du Nord ait longtemps cru que la résistance de Vigile à la condamna (...)
  • 19 Epistulae quae supersunt, P. M. Gasso, C. M. Batlle (éd.), Montserrat, 1956 (Scripta et documenta, (...)
  • 20 Pelagius II, Epistolae Pelagii Iunioris Papae ad episcopos Histriae, Appendis III (MGH, ep. 2), p.  (...)
  • 21 L’attribution de cette lettre à Grégoire a été démontrée par P. Meyvaert, A Letter of Pope Pelagius (...)
  • 22 Sous le pontificat de l’évêque milanais Laurentius II : Gregorius, Ep. 4, 2. Voir PCBE Italie, Laur (...)
  • 23 Epistula episcoporum Venetiae uel Secundae Retiae (MGH, Ep. 1), p. 19-21.
  • 24 PLRE Italie, Constantius 29, p. 482-486 ; Laurentius 52, p. 1257-1258.

10Une fois la controverse terminée à Constantinople, le concile réuni, les Trois Chapitres condamnés, Vigile mort et Pélage élu à sa place, on le sait, les Églises d’Italie du Nord, réunies autour des sièges métropolitains de Milan et d’Aquilée, refusent la communion du nouvel évêque au nom de l’orthodoxie chalcédonienne… et de la référence au pape Vigile18. Là encore, on s’attendrait à ce que l’un ou l’autre camp invoque la figure du grand évêque, qui aurait pu être propice à argumenter soit en faveur de la communion avec Rome, soit de la défense de l’orthodoxie envers et contre tout. Les textes ne manquent pas, mais Ambroise n’y apparait jamais. Il n’apparaît ni dans les lettres du pape Pélage I19, ni dans celles que Pélage II fait envoyer en 585 ou 58620, et dont la dernière a été écrite par Grégoire21. La première lettre ne contient aucune référence patristique. La deuxième cite Léon et Cyprien de Carthage ; la troisième cite Léon, Augustin, le pape Vigile, Théodoret de Cyr et Marius Mercator : pas d’Ambroise, ni dans les arguments théologiques ni dans les arguments ecclésiologiques. Rien n’indique que la réponse des schismatiques, souvent citée dans les lettres 2 et 3, ait mentionné Ambroise. On pourrait expliquer cette absence par le fait que, à cette date, Milan a déjà rejoint la communion romaine depuis 57322, et les partisans obstinés des Trois Chapitres pourraient vouloir éviter une référence milanaise. Cependant, on pourrait aussi bien penser qu’ils voudraient mettre leurs anciens alliés milanais face à leurs contradictions en opposant la fermeté doctrinale d’Ambroise face aux pressions impériales ; comme nous ne connaissons leurs arguments qu’à travers les réfutations apportées par l’évêque de Rome, il est impossible de se prononcer. La lettre adressée à l’empereur Maurice en 591 par des évêques schismatiques soumis à la domination lombarde n’en fait pas non plus mention23. Si, dans ce cas, nous avons conservé le texte même de la lettre, une explication conjoncturelle peut aussi être avancée : s’adressant à l’empereur pour lui demander sa protection contre les pressions romaines sur les évêques d’Italie du Nord, il serait sans doute maladroit de convoquer la figure de l’opposant à Théodose. Mais si on peut trouver des explications ponctuelles, le faisceau convergent des absences d’Ambroise finit par acquérir une signification : Ambroise n’est pas invoqué dans la querelle qui oppose Rome aux Églises tricapitulaines, dans aucun des deux partis. Devenu pape, Grégoire s’abstient longtemps de mentionner Ambroise dans les exhortations qu’il adresse aux schismatiques pour qu’ils reviennent à l’unité, non plus que dans les lettres d’encouragement aux schismatiques qui ont pris le risque de rejoindre la communion romaine, ni dans sa correspondance avec les deux évêques de Milan, Laurentius dont il se méfie et son ami Constantius24.

Le retour d’Ambroise

  • 25 Gregorius, Ep. 11, 6.

11C’est cependant Grégoire qui réintroduit la référence à Ambroise dans le débat sur les Trois Chapitres, dans la lettre qu’il adresse aux prêtres, aux diacres et au clergé de Milan après la mort de Constantius, lettre datée d’octobre 60025.

  • 26 praedictus uir nobis non moribus sed solum specie tenus notus est. On peut se demander d’ailleurs (...)
  • 27 tanto debeatis esse solliciti.

12Grégoire se désole de la mort de Constance, espère qu’elle n’aura pas de conséquences fâcheuses « dans ces régions », la province métropolitaine de Milan en Italie transpadane. Dans une formulation embarrassée, il se réjouit de l’élection de Deusdedit, réalisée à l’unanimité et assure son accord. Cependant, « l’homme ne (lui) est pas connu par ses mœurs, mais seulement pas son aspect26 » et il invite ses interlocuteurs à être « d’autant plus attentifs27 ». Il accorde son autorisation à procéder à l’élection sous réserve – à peine implicite – qu’aucune faute ne soit trouvée dans sa vie passée, et que l’unanimité dont on lui a fait part soit authentique. Les raisons de son inquiétude apparaissent clairement au paragraphe suivant : Deusdedit a reçu l’appui de la cour lombarde. Si c’est vrai, il ne peut être un digne vicaire du saint Ambroise :

  • 28 Gregorius, Ep. 2, 11, l. 24-29 : Nous n’accordons sous aucun prétexte notre consentement à un homme (...)

Nam nos in hominem, qui non a catholicis et maxime a Langobardis eligitur, nulla praebemus ratione consensum nec, si alicuius praesumptionis usurpatione factus fuerit, in locum uel ordinem illum sacerdotis suscipimus, quia uicarius sancti Ambrosii indignus euidenter ostenditur, si electus a talibus ordinatur28.

13Que le clergé milanais ne s’inquiète pas de l’avis du roi lombard : par chance, les propriétés qui peuvent fournir les alimenta des « clercs au service de saint Ambroise » (sancto Ambrosio seruientibus clericis) ne se trouvent pas, par la grâce de Dieu, sous le contrôle de l’ennemi, mais en Sicile et dans d’autres régions de la res publica. Pour conclure, Grégoire annonce la venue du notaire romain Pantaleo, chargé à la fois de procéder à la consécration et de régler des affaires concernant les possessions de l’Église de Rome.

14La formulation de Grégoire est très forte : il fait d’Ambroise une sorte de fondateur de l’Église de Milan, une référence institutionnelle. Certes, il est possible que Grégoire n’ait pas inventé l’expression « vicaire d’Ambroise » ; mais le fait est qu’elle n’apparaît pas dans nos sources avant d’être exprimée par un évêque de Rome. On est tenté de formuler l’hypothèse selon laquelle le choix de Grégoire n’est pas innocent. Ambroise a été en quelque sorte assimilé à l’orthodoxie romaine ; il est renvoyé aux clercs de Milan par l’évêque de Rome pour les inviter à adhérer fermement à cette orthodoxie et, à cette époque, à cette discipline romaine dont l’isolement politique et les tourments des débats sur les Trois Chapitres les avaient détachés pendant une vingtaine d’années. La figure d’Ambroise, comme modèle épiscopal pour les prélats milanais, voire l’évêque essentiel de Milan dont les successeurs ne sont que des vicaires, apparaît donc sous une plume romaine au moment où Grégoire veut ancrer l’Église de Milan dans l’orbite pontificale. Si cette hypothèse a quelque valeur, c’est là un paradoxe intéressant qui peut contribuer à éclairer les constructions ecclésiologiques du haut Moyen Âge.

Notes

1 L’accord est très large pour reconnaître dans les Carm. 2, 77-2,88 le commentaire d’un cycle pictural. Résumé de la question avec bibliographie dans D. Di Rienzo, Gli Epigrammi di magno Felice Ennodio (Pubblicazione del Dipartimento di Filologia Classic « F. Arnaldi » dell’Università degli Studi di Napoli Federico II 27), Naples, 2005, p. 50.

2 Ennodius, Carm. 2, 77 = 195 (MGH, aa, 7), p. 162-163 ; texte, traduction italienne et commenaire dans D. Di Rienzo, Gli Epigrammi, op. cit., p. 51-54.

3 J.-Ch. Picard, Le souvenir des évêques. Sépultures, listes épiscopales et culte des évêques en Italie du Nord des origines au xe siècle (BEFAR. 268), Rome, 1988, p. 614. Ennodius, Carm. 1, 15 = 346, MGHaa 7, p. 252-253.

4 La représentation d’Ambroise dans les œuvres d’Ennode est étudiée ici par S. Gioanni ; avant de l’entendre, je ne connaissais que L. Alfonsi, Ambrogio in Enndio, in Ambrosius episcopus II, p. 125-129 et D. Di Rienzo, Gli Epigrammi, op. cit., p. 49-55.

5 Sur la querelle, voir R. Price, The Acts of the Council of Constantinople of 553 with Relate Texts on the Three Chapters Controversy (Translated Texts for Historians 51), Liverpool, 2009 ; C. Chazelle, K. Cubitt (éd.), The Crisis of the Oikumene : The Three Chapters and the Failed Quest for Unity in the Sixth Century Mediterranean (Studies in the Early Middle Ages, 14), Turnhout, 2007, en particulier l’introduction et la conclusion par R. A. Markus et C. Sotinel.

6 C. Sotinel, Le concile, l’empereur, l’évêque : status d’autorité dans la controverse des Trois Chapitres, dans Orthodoxie, Christianisme, Histoire, Rome, 2000 (CEF, 270), p. 275-299, en particulier p. 277-279.

7 Innocentius episcopus Maroniae, De collatione cum Seuerianis habita, dans ACO, IV, 2, p. 172.

8 Ibid., p. 179.

9 C’est la date retenue par J.-M. Clément et R. Vander Plaetse dans leur édition de Facundus, Corpus Christianorum 90A, Turnhout, 1974, p. XII. Le texte est déjà diffusé en Afrique en 550.

10 Facundus Hermianensis, Pro defensione Trium Capitulorum, 1, 5, 11, p. 30.

11 Ambrosius, Hymnus I, 19, cité dans Facundus, I, 3, 38 : Et qui patris existens unigenitus, factus sit unigenitus matris, ut geminae gigans substantiae, sicut intellexit et cantauit Ambrosius…

12 Facundus, Pro defensione, 12, 9-11 : quod metuens beatae recordationis maior Theodosius imperator (…) ueram meruit gloriam, sed de supplici et publia peccati sui paenitentia, quam expugnato regali fastigio placide atque humiliter antistite Ambrosio castigante suscepit et indictum sibi debitae satisfactionis tempus ab Ecclesiae communione remotus impleuit. (…) Vnde credendum est quia si nunc Deus aliquem Ambrosium suscitaret, etiam Theodosius non deesset. Sed cum minor est exigendi fiducia, minor et reddendi deuotio.

13 Ibid., 4, 3, 4.

14 Epistula clericorum Italiae ad legatos Francorum, dans E. Schwartz, Vigiliusbriefe, Sitzungsberichte der Bayerischen Akademie der Wissenschaften, Philologische-historische Abteilung, Munich, 1940, p. 19-24.

15 PL 69, 114-115.

16 C. Sotinel, Identité civique et christianisme : Aquilée du iiie au vie siècle, p. 393-398.

17 Epistula clericorum Italiae, p. 22.

18 Il semble en effet que l’Italie du Nord ait longtemps cru que la résistance de Vigile à la condamnation avait duré jusqu’à sa mort. C. Sotinel, The Three Chapters and the Transformations of Italy, dans The Crisis of the Oikumene, op. cit. note 8, p. 119, note 134.

19 Epistulae quae supersunt, P. M. Gasso, C. M. Batlle (éd.), Montserrat, 1956 (Scripta et documenta, 8).

20 Pelagius II, Epistolae Pelagii Iunioris Papae ad episcopos Histriae, Appendis III (MGH, ep. 2), p. 442-467.

21 L’attribution de cette lettre à Grégoire a été démontrée par P. Meyvaert, A Letter of Pope Pelagius II composed by Gregory the Great, in Gregory the Gread : A Symposium, p. 94-116. Sur cette lettre, voir maintenant C. Straw, Much Ado About Nothing : Gregory the Great’s Apology to the Istrians, dans The Crisis of the Oikumene, op. cit. note 8, p. 121-160.

22 Sous le pontificat de l’évêque milanais Laurentius II : Gregorius, Ep. 4, 2. Voir PCBE Italie, Laurentius 52, p. 1258.

23 Epistula episcoporum Venetiae uel Secundae Retiae (MGH, Ep. 1), p. 19-21.

24 PLRE Italie, Constantius 29, p. 482-486 ; Laurentius 52, p. 1257-1258.

25 Gregorius, Ep. 11, 6.

26 praedictus uir nobis non moribus sed solum specie tenus notus est. On peut se demander d’ailleurs ce que cela signifie : une rencontre fugace, mais on se demande à quelle occasion, ou un portrait de l’élu présenté au pape ?

27 tanto debeatis esse solliciti.

28 Gregorius, Ep. 2, 11, l. 24-29 : Nous n’accordons sous aucun prétexte notre consentement à un homme qui n’est pas élu par les catholiques, pire, élu par les Lombards et, s’il a été fait sous le moindre soupçon d’usurpation, nous ne le recevons pas dans la place ou dans le rang sacerdotal, parce qu’il se révèle évidemment indigne d’être le vicaire de saint Ambroise, s’il était élu par de telles personnes.

Auteur

Ancien membre de l’École française de Rome, Claire Sotinel est professeur à l’université Paris Est Créteil (Centre de Recherches en Histoire Européenne Comparée, EA 4392). Elle étudie l’Antiquité tardive en Italie et dans le monde méditerranéen. Elle a publié en 2004 à l’École française de Rome Identité civique et christianisme: Aquilée du iiie au vie siècle. Elle a récemment édité Le culte de sainte Agnès à place Navone entre Antiquité et Moyen Âge (MEFRM 126, 1) et publié un recueil d’articles: Church and Society in Late Antique Italy and Beyond (Ashgate, 2010).

© Éditions de la Sorbonne, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540