Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mémoire d’Ambroise de Milan

 | 
Patrick Boucheron
, 
Stéphane Gioanni

Deuxième partie. Les constructions d’une auctoritas patristique. Sources, documents, traditions

Augustin, Paulin, Ennode et les origines de la mémoire d’Ambroise (ve-vie siècles)

Une nouvelle fondation de l’Église de Milan ? / a new foundation of Milan Church?

Augustin, Paulinus, Ennodius and the origins of Ambrose’s memory (5th-6th centuries)

Stéphane Gioanni

Résumé

This paper aims to focus on the first constructions of the Ambrose’s memory in the Milanese ecclesiological and political debates of the Early Middle Ages. The origins of this memory are closely linked to Augustine’s representations of Ambrose in the Confessiones and to the Vita Ambrosii of Paulinus of Milan which constitutes the first biography of a holy bishop in Italy. Paulinus, deacon of Milan and Ambrose’s secretary, asserts having written the life of Ambrose, at the request of Augustine of Hippo, to answer the lies spread about his memory. From the 5th century, the Ambrose’s memory separates so much that it gathers, and its memoria is ceaselessly reconstructed during the theological and political fights, well beyond the Milan Church. A new representation of Ambrose appears in the beginning of 6th century in the works of the deacon of Milan Ennodius who made up an hymnus Ambrosii and a cycle of thirteen carmina dedicated to the Milanese bishops since Ambroise. These thirteen carmina constitute a kind of poetical liber ecclesiae of Milan Church (Ambrose and his twelve successors!): this new representation of Ambrose, as the founder of a new era of Milan Church, could be considered as the origin of “the Ambrosian Church” celebrated in the second half of the 9th century.

Texte intégral

  • 1 Paulini Vita Ambrosii, A. A. R. Bastiaensen in Mohrmann (dir.), Vite dei santi, IV, Milan/Verone, (...)
  • 2 R. Le Jan, L’historien et ses sources : construction, déconstruction, reconstruction, dans M. Când (...)
  • 3 O. G. Oexle, L’historisme en débat. De Nietzsche à Kantorowicz, Paris, 2001 (trad. fr.), chap. 4 : (...)

1Comme souvent dans la culture antique ou médiévale, le point de départ, c’est un banquet, un repas à Carthage, chez le diacre Fortunat, le frère de l’évêque de Carthage Aurelius, l’ami de saint Augustin, en présence de prêtres, d’évêques, et de soldats chrétiens, un repas au cours duquel un prêtre milanais d’origine africaine, nommé Donatus, et un certain Muranus, évêque de Bol, en visite à Carthage, se mirent à dire du mal d’Ambroise avant d’être terrassés publiquement par un malaise1. À l’origine de mémoire d’Ambroise, il y aurait donc ces calomnies contre la mémoire du grand évêque et la menace implacable du châtiment divin contre les coupables. Il y aurait aussi l’intervention directe de saint Augustin qui, à la suite de cet événement, demanda à Paulin, l’ancien secrétaire d’Ambroise, de raconter la vie de leur maître. Ce texte, qui pourrait être interprété comme une réponse aux critiques qui circulaient dans l’église africaine jusque dans l’entourage de l’évêque d’Hippone sur la gestion de la crise pélagienne par Ambroise, constitue la première biographie d’un évêque italien, marquant l’arrivée de la biographie chrétienne en Italie où dominait la littérature martyriale. Elle marque donc le point de départ de notre réflexion sur la construction du souvenir ambrosien et sur ses réappropriations médiévales. La question de la construction systématique de la source et de ses réappropriations successives, qui s’impose comme le préalable à toute recherche en histoire médiévale, souligne la difficulté, pour le médiéviste, à « cerner son objet », bref « à construire après avoir déconstruit2 ». L’analyse se complique lorsque les sources anciennes furent à l’origine de nouvelles constructions aux époques médiévales ou modernes, lorsque les constructions anciennes furent utilisées dès le ve siècle « comme une arme3 » culturelle, politique et sociale. Ce processus est particulièrement marqué dans la construction et la déconstruction des autorités patristiques.

  • 4 À l’extrême fin du ive siècle, Jérôme consacre une brève notice du De uiris illustribus à Ambroise (...)
  • 5 Ce travail de longue haleine est réalisé à l’occasion des éditions modernes des œuvres d’Ambroise, (...)
  • 6 C. Lanéry, Ambroise de Milan, Paris, 2008, p. 14, note 9 : « La datation de la Vita Ambrosii oscil (...)
  • 7 Nous ne prendrons pas en considération les traditions grecques de la Vie d’Ambroise : voir notamme (...)

2Cette brève contribution a pour ambition d’étudier les premières étapes de la construction du souvenir ambrosien. Elle ne prend pas en considération les portraits contemporains et considère, avec saint Jérôme, que les louanges, les critiques et les réappropriations d’un grand personnage n’ont de sens qu’après la mort de celui-ci4. Les origines du souvenir ambrosien furent étroitement liées à la présence et à la disponibilité physique des écrits, de la pensée, des remplois et de la réception de son œuvre au Moyen Âge5. Elles furent également marquées, dès le début du ve siècle, par des tentatives de constructions biographiques dont témoignent certaines pages célèbres des Confessions d’Augustin ou, quelques années plus tard, la première Vie d’Ambroise, rédigée par son ancien secrétaire Paulin à la demande d’Augustin6. Elles connurent une nouvelle étape au début du vie siècle à travers les œuvres du diacre de Milan Ennode qui se rêvait en successeur d’Ambroise dans lequel il voyait le véritable fondateur de l’Église de Milan. Nous voudrions montrer l’influence de ces diverses représentations sur les réappropriations médiévales de la mémoire d’Ambroise qui se traduisirent, dès l’époque carolingienne, par une seconde Vie latine, rédigée par un auteur anonyme au milieu du ixe siècle7, et par les revendications milanaises de « l’Église ambrosienne ». Notre propos, qui se focalisera sur la réappropriation d’une figure patristique dans les débats ecclésiologiques du haut Moyen Âge, tentera d’identifier les premières esquisses du portrait d’Ambroise au ve siècle. Il se concentrera ensuite sur une nouvelle représentation d’Ambroise qui se stabilisa à l’époque théodoricienne et qui joua un rôle déterminant dans la construction des équilibres entre les autorités civiles et les églises italiennes.

Le souvenir augustinien d’Ambroise : une mémoire non hagiographique et universelle de l’évêque de Milan ?

  • 8 Bien qu’il n’ait pas laissé d’autobiographie en tant que telle, Ambroise était sensible à la const (...)

3La première source sur la vie d’Ambroise et, pourrait-on dire, le premier effort pour construire le souvenir d’Ambroise, se trouve dans l’œuvre de l’évêque de Milan, comme dans le texte Sur la mort de son frère ou sa correspondance avec sa sœur Marcellina qui contient de nombreux éléments autobiographiques8. Ambroise n’a pas laissé d’autobiographie et il faudra attendre les années 412 ou 422 pour voir la première construction biographique de l’évêque de Milan dans la Vita Ambrosii de Paulin commandée par Augustin. Mais avant d’aborder le texte de Paulin, il faut évoquer le rôle éminent de saint Augustin dans la construction de cette mémoire ambrosienne. Il suffit de se reporter au portrait d’Ambroise dans les Confessions, qui apparaît comme le maître par excellente, à la fois par son charisme et son enseignement. Celui dont la présence, la fréquentation et l’enseignement sont à l’origine de la propre conversion d’Augustin :

  • 9 Augustin, Confessions, V, 13, 23, éd. par M. Skutella, Paris, (BA 13), p. 506 : Veni Mediolanium a (...)

« À Milan, j’allai trouver l’évêque Ambroise, connu partout comme l’une des plus grandes âmes du monde, et votre pieux serviteur. Son zèle éloquent distribuait alors à votre peuple la pure substance de votre froment, la joie de vos huiles, la sobre intempérance de votre vin. Aveugle, votre main me menait à lui, pour qu’il me menât à vous, les yeux ouverts. Cet homme de Dieu m’accueillit comme un père, et se réjouit de ma venue avec la charité d’un évêque. Et je me pris à l’aimer, et ce n’était pas d’abord le docteur de la vérité (j’avais perdu tout espoir de la trouver dans votre Église), mais l’homme bienveillant pour moi que j’aimais en lui9. »

  • 10 P. Courcelle, Recherches sur les Confessions de saint Augustin, Paris, 1950.

4Les représentations augustiniennes d’Ambroise sont fameuses. Elles ont profité de la diffusion des Confessions, immense dès le haut Moyen Âge comme l’a montré Pierre Courcelle10, mais aussi de l’iconographie augustinienne et ambrosienne, très abondante dans l’Italie médiévale : les thèmes les plus fréquents sont sans doute l’enseignement d’Ambroise à Monique et Augustin, le baptême d’Augustin et les prêches de l’évêque-pasteur.

  • 11 Voir les contributions de Simone Piazza (Il volto di Ambrogio : la fortuna del modello paleocristi (...)
  • 12 Augustin, Confessions, VI, 3, 3, p. 522 : cum legebat, oculi ducebantur per paginas et cor intelle (...)
  • 13 Augustin rapporte dans les Confessions qu’Ambroise avait interdit les rituels païens qui perduraie (...)
  • 14 Le succès de la littérature martyrologique durant l’Antiquité tardive n’a pas empêché les auteurs (...)

5Il n’est pas dans notre intention de proposer une liste exhaustive des représentations italiennes d’Ambroise dont certains exemples sont attentivement étudiés dans ce volume11. Nous nous contenterons de rappeler l’importance qu’Augustin accorde, dans les Confessions, à l’enseignement d’Ambroise dont le charisme se nourrit de la parole et du silence. La célèbre représentation d’Ambroise lisant en silence (legentem tacite12) confère à l’évêque une immobilité et une autorité sculpturales empreintes d’une grande spiritualité : le lecteur le découvre, avec les yeux d’Augustin ; il le voit enseigner, par son exemple plus que par ses mots, la lectio divina qu’Ambroise contribua à introduire en Occident. Le portrait augustinien d’Ambroise prolonge l’enseignement de l’évêque de Milan dont la « mémoire » devient tout à la fois pastorale et doctrine. S’il ne s’agit pas d’un projet hagiographique (on connait les réticences d’Augustin pour le culte des saints)13, l’évêque d’Hippone construit un souvenir pédagogique qui ne se limite pas à l’éloge d’une sainteté. Cette représentation littéraire d’Ambroise ne s’inscrit pas dans un projet hagiographique contrairement à la Vita Ambrosii de Paulin de Milan, l’ancien secrétaire d’Ambroise, qui constitue la première biographie chrétienne en Italie14.

La Vita Ambrosii de Paulin : la « construction » biographique de la sainteté épiscopale

  • 15 Paulin, Vita Ambrosii, 1, 1, p. 54.
  • 16 Id., 1, 3, p. 54-5 : nec uerborum fucis ueritatem obducam ne (…) lector tantarum uirtutum amittat (...)
  • 17 Id., Vita Ambrosii, 55, 1, p. 122 : Vnde hortor et obsecro omnem hominem qui hunc librum legerit u (...)
  • 18 Id., Vita Ambrosii, 1, 1, p. 54 : Sed ego ut meritis tantorum uirorum, qui muri ecclesiarum sunt e (...)
  • 19 E. Zocca, La « Vita Ambrosii » alla luce dei rapporti fra Paolino, Agostino e Ambrogio, dans L. F. (...)
  • 20 Id.

6L’introduction et la conclusion de la Vita Ambrosii de Paulin apportent des éléments sur le contexte de rédaction. Les premières lignes suggèrent que le texte de Paulin a été précédé d’autres biographies d’Ambroise comme semble l’indiquer l’expression : « Tu me demandes à moi aussi (etiam ego) de retracer la vie d’Ambroise15. » Le prologue de la Vita ajoute une dimension spirituelle en précisant que Paulin souhaite, avant tout, sauver de l’oubli la « connaissance de si grandes vertus16 » et permettre aux lecteurs d’« imiter la vie de ce saint homme17 ». Cette préoccupation exprime une des fonctions majeures des Vitae sanctorum comme le rappelle la lettre d’envoi qui évoque les précédents d’Athanase d’Alexandrie, Jérôme et Sulpice Sévère présentés comme les véritables « murs des églises (muri ecclesiarum)18 ». Mais un extrait de la Vita révèle un élément supplémentaire sur l’origine de la Vita Ambrosii : le texte répondrait à une commande d’Augustin à Paulin destinée à répondre aux critiques qu’Augustin avait entendues dans un banquet, à Carthage, de la part d’un prêtre africain nommé Donatus et de l’évêque de Bol, Muranus. L’expression « detraheret memoriae Sacerdotis » semble vouloir dire que l’on avait enlevé (detraheret) quelque chose à la mémoire du vénérable évêque et qu’il convenait donc de retrouver l’intégrité de sa mémoire à l’écart de toute reconstruction. Mais cette expression souligne surtout la volonté de répondre à des critiques ou, plus sûrement, à des intentions polémiques : selon F. Zocca, il est possible que ces médisances aient été colportées par des partisans de la doctrine pélagienne qu’Ambroise et Paulin avaient combattue19. Le contexte polémique n’empêche pas de donner un sens plus général à la remarque de Paulin et d’interpréter l’écriture de la Vita comme une réponse symbolique et efficace « contre tous les ennemis de l’Église20 ». Le texte de Paulin est loin, en effet, d’être un reflet brut de la vie d’Ambroise ou un compte rendu factuel : il construit la représentation idéale d’un évêque dont la biographie sert à l’édification spirituelle des lecteurs et au combat doctrinal, deux activités fondamentales de la pastorale ambrosienne.

  • 21 D. H. Williams, Ambrose of Milan, 1995, p. 105 et suiv.
  • 22 Paulin, Vita Ambrosii, 37, 1, p. 100 : ut retro redeam.
  • 23 Ibid. : Temporibus uero Gratiani, ut retro redeam, cum ad praetorium Macedonii tunc magistri offic (...)
  • 24 Id., 35, 1, p. 98 : Per idem tempus cum ad palatium pergeret, eumque pro loco officii nostri seque (...)
  • 25 Id., Vita Ambrosii, 23, 4, p. 84 : Haec autem scripta sunt in epistola quam ad germanam suam fecit (...)

7Ces éléments expliquent toutefois le relatif désintérêt des historiens pour la Vita Ambrosii de Paulin : les repères chronologiques sont rares et il est difficile de situer précisément les actions de l’évêque sans se référer aux œuvres d’Ambroise et de ses contemporains21. En outre, les épisodes miraculeux et les apparitions d’Ambroise après sa mort révèlent la place importante du merveilleux dans la Vita. La composition d’ensemble n’est pas non plus exempte d’incohérences : il arrive, en effet, que la progression chronologique soit suspendue par un « retour en arrière (ut retro redeam)22 », comme le montre l’anecdote sur le maître des offices Macédonius qui n’avait pas ouvert ses portes à l’évêque23. Dans cet exemple, Paulin livre à son correspondant des détails secondaires qui n’apparaissent dans aucune autre source et qui finissent par masquer la véritable dimension d’Ambroise. On pourrait citer d’autres exemples, comme les réprimandes anecdotiques de l’évêque à son secrétaire Théodolus qui s’était moqué de la chute accidentelle d’un passant24. L’objectif du diacre de Milan, on le voit, n’est pas de faire œuvre d’historien mais de rassembler tous les souvenirs disponibles. La fonction spirituelle du texte n’en diminue pas, toutefois, l’intérêt historique. Paulin a puisé des informations dans tous les documents dont il disposait, comme les correspondances de l’évêque25 et, surtout, l’Histoire ecclésiastique d’Eusèbe de Césarée, poursuivie par Rufin d’Aquilée à partir de 403. Si son travail ne peut être comparé aux grandes biographies qui l’ont précédée, la Vita Ambrosii est un témoignage de premier ordre sur l’Église de Milan et sur la fonction épiscopale en Italie du Nord.

  • 26 Nous partageons le point de vue de L. Ruggini, Sulla fortuna della Vita Ambrosii, dans Athenaeum, (...)
  • 27 Se référant aux travaux de J.-R. Palanque, Christine Mohrmann montre que les quinze miracles racon (...)
  • 28 E. Lamirande, Paulin de Milan et la Vita Ambrosii, op. cit., p. 76.
  • 29 Paulin, Vita Ambrosii, 1, 1, p. 54 : beatissimi Ambrosii episcopi Mediolanensis Ecclesiae.
  • 30 Y.-M. Duval, Ambroise, de son élection à sa consécration, dans G. Lazzati (éd.), Ambrosius Episcop (...)
  • 31 Paulin, Vita Ambrosii, 9, 3, p. 64.
  • 32 Comme son maître Ambroise, Paulin désigne la charge épiscopale par le mot sacerdos et, dans une mo (...)
  • 33 E. Lamirande, Paulin de Milan et la Vita Ambrosii, op. cit., p. 80.
  • 34 Ibid., p. 86.
  • 35 Id., Vita Ambrosii, 46, 2, p. 112.
  • 36 A. A. R. Bastiaensen, Paulin de Milan et le culte des martyrs, dans Ambrosius Episcopus, I, p. 143 (...)
  • 37 Paulin, Vita Ambrosii, 14, 1, p. 70 : sancti martyres Protasius et Gervasius se Sacerdoti reuelaue (...)
  • 38 Id., Vita Ambrosii, 14, 3, p. 70-1 : Sed iis beneficiis martyrum in quantum crescebat fides eccles (...)

8Toute la Vita s’efforce en effet de montrer qu’Ambroise n’est pas seulement un exemple de vie chrétienne mais aussi un évêque exceptionnel par son enseignement, son action et son charisme26. Même l’évocation des épisodes merveilleux met en valeur ses charges épiscopales27 et la Vita Ambrosii fait évoluer Ambroise « dans un univers où l’Église tient la première place et où l’évêque est toujours à l’avant-scène28 ». Paulin souligne, dès le début du prologue, le lien étroit entre la sainteté et la fonction d’Ambroise, le « très saint évêque de l’Église de Milan29 ». La suite du texte insiste sur l’accession d’Ambroise à la charge épiscopale30 qu’il obtient, « dit-on », après avoir accompli le cursus honorum de la carrière ecclésiastique : fertur omnia ecclesiastica officia implesse31. Cette précision indique qu’Ambroise a bien respecté les canons des conciles qui interdisent aux laïcs d’accéder directement à l’épiscopat. Elle permet aussi de rapprocher la carrière ecclésiastique du cursus honorum des institutions romaines, donnant une plus grande solennité à la fonction épiscopale située au sommet de l’Église32. La période de l’épiscopat montre ensuite la diversité des responsabilités de l’évêque : du haut de sa cathedra ou au milieu de son tribunal, qui désigne moins une « chaire » qu’une « partie surélevée de l’abside33 », Ambroise prodigue un enseignement moral et doctrinal destiné à l’ensemble d’une « église fortement institutionnalisée et structurée34 ». Il apparaît aussi à la pointe du combat contre les hérétiques ariens. Impliqué dans des négociations difficiles avec l’empereur, une reine franque ou des sages persans, Ambroise exerce une influence qui s’étend bien au-delà de sa ville, à Pavie, à Florence, à Aquilée, à Rome ou encore à Sirmium où il installe l’évêque Anémius. Mais l’autorité de l’évêque de Milan ne s’explique pas par le seul charisme d’Ambroise. Paulin s’applique à démontrer que son pouvoir est inhérent à la charge de l’évêque qui est, par essence, le gouverneur de l’église, comme le montre l’exemple de Félix qui « dirige35 » encore l’église de Bologne au moment où rédige Paulin. La description des charges épiscopales accorde également une place inédite au culte des martyrs36 auxquels les fidèles attribuaient de multiples interventions et que l’on voit intervenir directement dans la Vita : la mémoire des martyrs guide l’évêque jusqu’à leurs sépultures cachées37, renforçant la piété des fidèles et faisant reculer l’hérésie arienne38.

  • 39 Le Decretum Gelasianum n’est pas une ordonnance pontificale originale mais un Decretum pseudépigra (...)
  • 40 Dans le domaine latin, l’exemple le plus connu est une vie carolingienne dont les relations avec l (...)

9Ce rapide survol de la Vita montre que la représentation du « saint » comme autorité suprême de l’Église de Milan construit un modèle de sainteté inséparable des charges épiscopales qui impliquent la pastorale, la gestion des affaires de l’église, le culte des martyrs, les relations avec les autorités civiles, la diplomatie, etc. La postérité d’Ambroise dont la lecture est recommandée, dès le début du vie siècle, par le Decretum Gelasianum dans la liste des livres « reçus dans l’église catholique » avec les œuvres de dix autres sancti patres39, explique la diffusion du texte de Paulin au-delà de l’Église milanaise mais aussi l’apparition d’autres Vitae Ambrosii, latines et grecques, qui reflètent l’influence plus ou moins importante du texte de Paulin40. Dès le ve siècle, trois historiens byzantins, Socrate de Constantinople, Sozomène et Théodoret de Cyr, avaient consacré des développements à Ambroise dans leurs Histoires ecclésiastiques. La renommée d’Ambroise fut durable en Orient comme en témoignent trois Vies grecques, l’une des viiie-ixe siècles, très proche de celle de Paulin de Milan, une deuxième, composée entre le ve et le xe siècle, et enfin une troisième, rédigée au xe siècle par Syméon Métaphrase au xe siècle. En revanche, il ne semble pas que la Vita Ambrosii de Paulin ait constitué un modèle pour les biographies de saints évêques italiens dans le haut Moyen Âge, à l’exception de la Vita Epiphanii rédigée par le diacre de Milan Ennode dont les œuvres marquèrent une nouvelle étape dans la construction du souvenir d’Ambroise et la « refondation » de l’Église de Milan.

Ennode, diacre de Milan, porte-parole de l’évêque de Rome : la « tradition ambrosienne » et l’histoire pontificale au début du vie siècle

L’Hymnus sancti Ambrosii (carm., 1, 15)

  • 41 Ennode, epist. 2, 1, 3, texte latin et trad. par S. Gioanni, Paris, 2006, p. 50-51 : Ambrosius nos (...)
  • 42 Id., dict. 2, 39-40, F. Vogel (éd.), MGH, aa, 7, p. 6 : Cantem quae solitus, dum plebem pasceret o (...)
  • 43 Très influencé par le modèle ambrosien, Ennode composa un recueil de 12 hymnes : faut-il y voir un (...)
  • 44 Voir notamment les travaux récents de C. Urlacher-Becht : Ennode de Pavie, chantre officiel de l’É (...)
  • 45 Ennode, carm. 1, 15.

10L’œuvre d’Ennode, ou du moins ce qui nous en est parvenu, est contemporaine de son diaconat à Milan, de 502 à 513, période durant laquelle il déploya une intense activité pour accéder à l’épiscopat de Milan, le siège de « notre Ambroise41 » comme il se plaît à dire dans sa correspondance42. Ennode fit plus que nourrir cet espoir. Il voulut en quelque sorte devenir lui-même un nouvel Ambroise, en s’efforçant d’imiter son style et en composant des hymnes sur le modèle ambrosien43. Ces textes ont fait l’objet d’études récentes44 qui ont montré la difficulté de déterminer leur signification religieuse et leur insertion dans l’action liturgique. L’un de ces hymnes est précisément consacré à la figure d’Ambroise, l’Hymnus sancti Ambrosii45.

Caelo ferunt Ambrosium
Nomen honor uel actio.
Nil debet hic facundiae,
Dos omnis est a moribus.

De fauce serpentis feri.
Qui bella Christi militat
Huius timetur ensibus.
Viuit sepultus et iuuat

Fortis iuuantem non cupit
Vmbone munitus suo.
In carne nil carnis egit:
Regina mens in corpore

Clauum tenens ecclesiae.
Iustina uirus perdidit,
Dat poena uati praemium.
Sedis memento, lux, tuae,

Confregit omne lubricum.
Sic uixit ille non sibi,
Sed totus auctori deo.
Adiectus hinc apostolis

Exorna, sancte, posteros,
Auctore fultos nobili,
Ne dux sereni culminis
In nube tectus horreat!

Reduxit expulsam fidem,
Dixit triumphos martyrum
Linguae uirentis laureis.
Hic ore praedam sustulit

Qui pastor est antistitum,
Quod fucat omne summouet,
Gregem gubernat principum,
Magister est docentium.

11Cet hymne illustre l’évolution du modèle de sainteté qui accompagne l’institutionnalisation de l’Église : l’auteur célèbre non pas le charisme sans limite d’un martyr défiant la mort mais le comportement rationnel d’un évêque (regina mens in corpore). Cette rationalisation de la sainteté épiscopale se nourrit néanmoins de nombreux échos au christianisme ancien : armé pour mener les combats contre l’hérésie (bella Christi militat), Ambroise compte parmi les apôtres (adiectus hinc apostolis). Source de lumière faisant resplendir le siège de Milan (sedis, lux, tuae), il apparaît comme l’autorité suprême régnant aussi bien sur son église que sur les puissants et les doctes (pastor antistitum ; gregem gubernat principum ; magister docentium), comme s’il était le fondateur et la source de gloire de l’Église milanaise (exorna, sancte, posteros).

  • 46 Cic., Pro Sestio, 20 : clauum tanti imperii tenere et gubernacula reipublicae tractare ; Ambr., Ep (...)
  • 47 L’Église médiévale a reconnu l’importance du schisme laurentien et de l’engagement d’Ennode dans l (...)

12Plusieurs de ces représentations contribuent à célébrer la fonction éminente de l’évêque « tenant le gouvernail de l’Église » (clauum tenens ecclesiae) : l’emploi du mot clauus dans le sens de « gouvernail » est attesté chez les auteurs profanes et chrétiens, notamment chez Ambroise lui-même46. Il n’y a donc aucune raison de supposer que la transmission manuscrite ait substitué le terme clauum (gouvernail) à clauem (clef) pour éviter de représenter l’évêque de Milan avec le principal attribut de saint Pierre et de ses successeurs. Ennode, dont l’œuvre constitue un apport fondamental à la doctrine pontificale47, prend soin de ne pas confondre les sièges de Milan et de Rome dont il souligne la complémentarité. Toute son œuvre, à commencer par sa correspondance, contribue à renforcer les liens entre Rome et Milan, liens qui constituent un rempart contre les menaces de tous ordres et qui renforcent le modèle ecclésial défendu par Ennode. L’originalité de la représentation ennodienne d’Ambroise consiste précisément – et ce point est fondamental – à célébrer la grandeur du modèle ambrosien non pas pour l’isoler mais au contraire pour en faire l’un des fondements de l’Église universelle dominée par le siège de Rome.

13Cette représentation se nourrit d’une réflexion générale sur l’histoire de l’Église milanaise à laquelle Ennode, à la fois diacre de Milan et membre influent de la chancellerie pontificale, accorde une grande importance dans l’évolution globale de l’institution ecclésiale. Cette ambition apparaît nettement dans un ensemble de textes moins connus que l’Hymnus sancti Ambrosii qui jouèrent un rôle déterminant dans les origines de « l’Église ambrosienne » : les carmina du jeune diacre de Milan contiennent en effet un cycle poétique des évêques de Milan constitué de treize poèmes, empruntant à la forme de l’épitaphe, consacrés aux treize évêques successifs, d’Ambroise à Laurent, l’évêque de Milan dont Ennode fut le collaborateur zélé. Nous nous contenterons, dans les lignes qui suivent, de souligner la richesse de cet ensemble méconnu auquel nous consacrerons ailleurs une étude particulière.

Un livre poétique de l’Église de Milan (carm. 2, 77-89)

  • 48 Ambr., Hymn. 1, 25-28 : Iesu labantes respice / Et nos uidendo corrige/si respicis lapsus cadunt / (...)

14Les treize carmina d’Ennode consacrés aux évêques de Milan formaient sans doute un ensemble cohérent qui pourrait être interprété comme une sorte de liber ecclesiae poétique du siège de Milan. La construction de ce recueil mérite déjà un commentaire : tous les carmina contiennent dix vers à l’exception du dernier, consacré à Laurent, l’évêque contemporain d’Ennode, qui est très bref, et du premier, consacré à Ambroise, qui est le plus long de l’ensemble, avec quatorze vers mettant en valeur la figure d’Ambroise. La construction symbolique de ce liber ecclesiae (Ambroise et ses douze successeurs) donne une aura christique à l’évêque de Milan. Le contenu du premier poème consacré à Ambroise (vers 8 sq.) contient d’ailleurs à un écho direct à un hymne d’Ambroise consacré au Christ, comme l’ont bien montré J. Fontaine et D. di Rienzo48. L’importance primordiale d’Ambroise dans ce liber ecclesiae mediolanensis tend à présenter Ambroise comme le premier évêque de Milan ou, du moins, le fondateur d’une nouvelle ère de l’Église de Milan dans laquelle « l’Église ambrosienne » puisera sa légitimité à l’époque carolingienne.

  • 49 Ennode, carm. 2, 77, De Domni Ambrosi episcopi actibus et uita.

Egit quod docuit meritis et honore superstes
Ambrosius uatis moribus ingenio,
Roscida regifico cui fulsit murice lingua,
uere suo pingens germina quae colui.
Serta redimitus gestabat lucida fronte,
distinctum gemmis ore parabat opus.
Instituit populos gestu probitate pudore,
Fouit respiciens perculit admonuit.
Vocis ut officium postrema pericula poscunt,
Sic teneras culpas qui tacet insequitur.
Succinctus gladiis, clipei de pondere tutus,
Pectora claudebat textilibus chalybis.
Ensis habet uires uitiorum sector et hostis :
Vipera non tangit squamea terga uiri49.

  • 50 Nous nous permettons de renvoyer à S. Gioanni, Les joutes oratoires dans les textes latins ( ve- x (...)
  • 51 Ambroise de Milan, Hymnes, Paris, 1992, introduction par J. Fontaine et M.-H. Jullien, p. 71.
  • 52 Id., p. 34.
  • 53 Nous nous permettons de renvoyer à S. Gioanni, La langue de « pourpre » et la rhétorique administr (...)

15Cette impression est renforcée par la diversité et l’importance des tâches assumées par Ambroise qui permettent de dégager un portrait idéal de l’évêque. L’auteur insiste sur le rôle central de la pastorale et des différentes formes de l’instruction des fidèles : Ambrosius uatis (…) instituit (…). Le premier outil du pasteur est la parole : Ennode insiste sur l’efficacité et la préciosité de l’éloquence ambrosienne (ore) à travers l’évocation de la couronne (serta redimitus) et des pierres précieuses (gemmis) qui représentent Ambroise comme un orateur victorieux de l’Antiquité50 : les mots employés « roscida regifico (…) murice lingua » donnent une idée plus précise de la préciosité stylistique d’Ambroise, poussée aux confins de l’intelligibilité par Ennode. Le « maniérisme contrôlé51 » et la « séduction esthétique de la parole ambrosienne52 » ne sont pas un simple exercice de style. Le « pourpre royal » (regifico murice) resplendit (fulsit) sous l’écorce de la langue (roscida lingua). Telle est la « langue de pourpre », l’idiome du pouvoir, qui construit l’autorité des évêques et des rois53. Mais la parole n’est pas tout. Ambroise « instruit » aussi par son exemple, son mode de vie et sa vertu. La succession des trois substantifs à l’ablatif gestu, probitate, pudore, sans terme de liaison, juste après un autre substantif à l’accusatif, juxtapose des mots comme des pierres de taille. Elle fige le portrait du pasteur dans une représentation monumentale à laquelle la multiplication des labiales (-p- ; -b-) et des dentales (-t- ; -d-), et le cursus planus (-táte pudóre) donnent la grandiloquence de la rhétorique d’apparat. La quadrata elocutio, pour reprendre les mots d’Ennode, construit la mémoire du grand homme et confie le portrait d’Ambroise, pasteur des « peuples », à l’éloquence monumentale :

Instituit populos | gestu | probitáte | pudóre.

  • 54 E. Pietrella, La figura del santo-vescovo nella Vita Epiphani di Ennodio di Pavia, dans Augustinia (...)
  • 55 D. Di Rienzo. Gli Epigrammi di Magno Felice Ennodio, op. cit., p. 54. Nous sommes très réservés su (...)

16Ce portrait d’Ambroise fait directement écho à l’idéal épiscopal exposé par Ennode dans la Vie d’Epiphane de Pavie54, qui est un équilibre parfait entre la maîtrise oratoire, l’excellence de la vertu et le courage politique, trois qualités qui font d’Ambroise et d’Épiphane de véritables milites christi. Le champ lexical du combat (pericula, gladiis, clipei, ensis, uires, hostis) représente Ambroise sous les traits d’un évêque combattant, armé d’un bouclier et d’une épée, luttant contre les hérésies, la vipera squamea dans laquelle Daniele di Rienzo voit – à tort à notre avis – une allusion à l’impératrice Justine, la femme de Valentinen II, qui soutenait l’hérésie arienne et attenta plusieurs fois à la vie d’Ambroise55.

  • 56 Cassiodore, Institutiones, éd. par R. A. B. Mynors, Oxford, 1937, p. 1, 20.

17Ces remarques générales sur un texte qui mériterait une étude plus approfondie attirent notre attention sur plusieurs points importants. Tout abord, l’éloge d’Ambroise apparait inséparable du siège de Milan. Il suffit de le comparer à l’autre portrait contemporain d’Ambroise, dans les Institutions de Cassiodore, qui passe totalement sous silence le siège de Milan : Sanctus quoque Ambrosius lactei sermonis emanator, cum grauitate acutus, inuiolenta persuasione dulcissimus : cui fuit aequalis doctrina cum uita. La comparaison est d’autant plus intéressante que Cassiodore souligne les mêmes qualités rhétoriques et spirituelles qu’Ennode56, laissant supposer l’existence d’une sorte de portrait officiel d’Ambroise dans l’Italie ostrogothique qui insisterait sur deux points : l’enseignement de l’évêque-orateur et la vie vertueuse du pasteur en accord avec sa doctrine.

  • 57 Ennode de Pavie, Lettres, 2, Paris, 2010, introduction, p. VII-XIV.

18Pourtant, l’ancrage milanais du portrait d’Ambroise ne signifie pas qu’Ennode limite le rayonnement d’Ambroise à l’Église de Milan. Le choix du terme populos exprime la portée universelle de l’enseignement et de l’action de l’évêque de Milan qui occupe une place majeure dans le nouvel équilibre ecclésial promu par le pape Symmaque durant le schisme laurentien. Le liber ecclesiae mediolanensis constitué par Ennode et ses nombreuses correspondances ont justement pour ambition de démontrer le rôle éminent que doit jouer le siège de Milan dans la construction de ce nouvel équilibre. L’implication d’Ennode, alors diacre de Milan, et de son évêque Laurent dans la succession épiscopale d’Aquilée et de la nomination d’un évêque favorable au pape Symmaque témoigne de l’action concrète et du rôle du siège de Milan dans l’affirmation de l’autorité pontificale57. La représentation d’Ambroise et la refondation ambrosienne de l’Église de Milan célébrées par Ennode nous paraissent donc inséparables de son engagement auprès du pape Symmaque dont l’autorité fut remise en cause au cours du schisme laurentien par une partie de l’aristocratie romaine et des églises italiennes.

19L’ambition ecclésiale du projet ennodien ne doit pas éclipser la portée strictement milanaise de la mémoire d’Ambroise. Le second carmen du cycle poétique dédié aux évêques de Milan, consacré à son successeur immédiat, l’évêque Simplicius, prolonge le souvenir du grand évêque en commençant par le nom Ambrosius, comme une enluminure, et par le tableau d’une population endeuillée par sa disparition, comme une « foule veuve » :

  • 58 Ennode, carm. 2, 78, De Domni De Sancti Simpliciani Episcopi successoris ipsius.

Ambrosius linquens uiduatae munia plebis
Transtulit ad curam, Simpliciane, tuam. (…)58

  • 59 Anspert est connu pour avoir fondé un scriptorium à Milan où furent produit des manuscrits enlumin (...)
  • 60 Le culte de Satyrus fut l’objet d’un intérêt particulier sous l’épiscopat d’Anspert qui réalisa un (...)
  • 61 Épitaphe d’Anspert de Milan (extraits) : Hic iacet Anspertus nostrae / clarissimus urbis / Antiste (...)
  • 62 P. Tomea, Ambrogio e i suoi fratelli. Note di agiografia milanese altomedioevale, dans Filologia m (...)
  • 63 Cod. San Gall, 569, saec. IX, fol. 3-97.
  • 64 Voir le prologue de la Vie carolingienne cod. San Gall, 569, saec. IX, fol. 3-5 : Ad laudem et glo (...)
  • 65 P. Courcelle, Recherches sur saint Ambroise, « Vies » anciennes, culture, iconographie, Paris, 197 (...)
  • 66 L’anonyme carolingien, qui emprunte beaucoup à Paulin, à Augustin et à l’Histoire tripartite de Ca (...)

20Par sa structure symbolique et par son contenu, le liber ecclesiae mediolanensis composé par Ennode montre que l’Église milanaise puise son identité dans le souvenir d’Ambroise. Ce cycle de poèmes constitue donc une étape fondamentale de la construction de « l’Église ambrosienne », même si cette expression apparut sous l’épiscopat d’Anspert (868-881) pour désigner l’Église de Milan59. L’archevêque de Milan, qui voyait dans saint Ambroise l’origine de la grandeur de l’Église milanaise, contribua fortement au développement du culte d’Ambroise et de son frère Satyrus60, comme le rappelle sa propre épitaphe dans l’Église Saint-Ambroise61. Ce regain d’intérêt pour la mémoire d’Ambroise se traduisit également par une nouvelle Vita anonyme d’Ambroise (De Vita et meritis Ambrosii) dont la composition pourrait remonter aux années 850 vers la fin de l’épiscopat d’Angilbert II62. Ce texte, qui n’est connu que par un manuscrit datant de l’épiscopat d’Anspert conservé à la Bibliothèque de Saint-Gall63, présente Ambroise sur le même plan que les apôtres et les martyrs, et accorde lui aussi une grande importance au frère d’Ambroise, Satyrus. Il n’est pas dans notre intention de nous attarder sur cette Vita carolingienne qui outrepasse le champ de notre enquête de plusieurs siècles. Nous nous contenterons de constater que, dès le prologue64, ce texte se démarque subtilement des représentations d’Augustin, de Paulin et d’Ennode65. Il faut dire que le contexte politico-religieux avait profondément changé. Dans un climat de tension avec le siège de Rome, l’anonyme carolingien cherchait avant tout à justifier les prérogatives nouvelles de l’Église de Milan66 contre les ambitions démesurées de la papauté.

21Il est difficile de conclure sur les origines d’une mémoire qui connut tant de développements, d’adaptations et de récupérations dans l’Italie médiévale. L’étude rapide de quelques représentations des ve et vie siècle nous permet toutefois de souligner l’exemplarité de cette construction mémorielle qui permet d’envisager une histoire politique, sociale et ecclésiale du souvenir patristique. Nous retiendrons trois aspects, parmi tant d’autres, de la mise en place du souvenir ambrosien : 1. Tout d’abord, il semble que cette mémoire, qui prit forme dans la biographie de son ancien secrétaire Paulin, ait connu une première stabilisation à l’époque théodoricienne, en servant de support, sous la plume d’Ennode et de Cassiodore, à l’expression d’un nouveau modèle de sainteté épiscopale ; 2. les origines ecclésiales et milanaises du souvenir ambrosien ont donné naissance à une véritable « tradition ambrosienne », si l’on entend par là la disponibilité d’une œuvre, d’une pensée et de représentations inséparables de l’Église de Milan ; 3. pourtant, l’ancrage milanais du souvenir d’Ambroise ne signifie pas qu’Augustin, Paulin ou Ennode aient voulu limiter le rayonnement d’Ambroise à l’Église de Milan. La « première » mémoire d’Ambroise s’étend sur les deux rives de la Méditerranée et concerne l’Église universelle. Le rôle essentiel joué par l’évêque d’Hippone dans la genèse du souvenir ambrosien en témoigne. Un siècle plus tard, dans l’Italie théodoricienne, le recueil poétique du diacre de Milan Ennode, consacré aux douze successeurs d’Ambroise, qui constitue par anticipation une sorte de célébration poétique de « l’Église ambrosienne », montre aussi la portée universelle de la mémoire d’Ambroise et le rôle majeur que doit jouer le siège de Milan dans la construction du nouvel équilibre ecclésial, politique et social qui se met en place dans l’Italie du premier Moyen Âge.

Notes

1 Paulini Vita Ambrosii, A. A. R. Bastiaensen in Mohrmann (dir.), Vite dei santi, IV, Milan/Verone, 1975 (Scrittori greci e latini), 1, 1, p. 54 : Hortaris, uenerabilis pater Augustine, ut sicut beati uiri Athanasius episcopus et Hieronymus presbyter stilo prosecuti sunt uitam sanctorum Pauli et Antonii in eremo positorum, sicut etiam Martini uenerabilis episcopi Turonensis ecclesiae Seuerus seruus Dei luculento sermone contexuit, etiam ego beati Ambrosii episcopi Mediolanensis ecclesiae meo prosequar stilo. Voir aussi le précieux commentaire de la Vita dans Paolino di Milano, Vita di Sant’Ambrogio. La prima biografia del patrono di Milano, M. Navoni (dir.), San Paolo, Cinisello Balsamo (MI), 1996, p. 375.

2 R. Le Jan, L’historien et ses sources : construction, déconstruction, reconstruction, dans M. Cândido da Silva (dir.), Os medievalistas e suas fontes, Universidade de Sâo Paulo, 8-9 avril 2009, à paraître.

3 O. G. Oexle, L’historisme en débat. De Nietzsche à Kantorowicz, Paris, 2001 (trad. fr.), chap. 4 : « Le Moyen Âge comme une arme », p. 147-240.

4 À l’extrême fin du ive siècle, Jérôme consacre une brève notice du De uiris illustribus à Ambroise. Il explique qu’il ne peut rien en dire et doit s’abstenir de tout éloge ou critique parce qu’Ambroise « est vivant » et qu’il « écrit encore de nos jours » (voir Hier., De uir. ill., M. E. Bottecchia Dehò (dir.), Aquileia, 124, p. 378 : Ambrosius, Mediolanensis episcopus, usque in praesentem diem scribit, de quo, quia superest, meum judicium subtraham, ne in alterutram partem, aut adulatio in me reprehendatur, aut veritas).

5 Ce travail de longue haleine est réalisé à l’occasion des éditions modernes des œuvres d’Ambroise, qui montre l’importance de la diffusion manuscrite des œuvres d’Ambroise : P. Tomea, Ambrogio e i suoi fratelli. Note di agiografia milanese altomedioevale, dans Filologia mediolatina, 5, 1998, n. 2, p. 149-232 ; voir aussi S. Gavinelli, Testi agiografici e collezioni canoniche in età carolingia attraverso i codici dell’Ambrosiana, dans M. Ferrari, M. Navoni (dir.), Nuove ricerche sui codici in scrittura latina dell’Ambrosiana. Atti del Convegno, Milano, 6-7 ottobre 2005, Milan, 2007 (Bibliotheca erudita, 31), p. 58 et suiv. L’abondance de la tradition manuscrite et l’influence de la doctrine d’Ambroise sur la pensée médiévale ne signifient pas, toutefois, que ces œuvres étaient lues intégralement.

6 C. Lanéry, Ambroise de Milan, Paris, 2008, p. 14, note 9 : « La datation de la Vita Ambrosii oscilla longtemps entre 412/413 (voir E. Lamirande, Paulin de Milan et la Vita Ambrosii, 1983, p. 21 et suiv.) et 422 (A. Paredi, Paulinus of Milan, in Sacris Erudiri, 14, 1963, p. 206-230 ; p. 213). La date de 422 semble cependant aujourd’hui retenue par la majorité des spécialistes. » Cette divergence s’explique par les incertitudes sur la datation de l’Ep. 29* d’Augustin qui serait, pour les uns, « contemporaine ou de peu antérieure à la Vita Ambrosii » (voir E. Zocca, La Vita Ambrosii alla luce dei rapporti fra Paolino, Agostino e Ambrogio, Milan, 1998, p. 813) et, pour les autres, « postérieure à la Vita Ambrosii » (voir Y.-M. Duval, Œuvres de saint Augustin, 1987, BA 46B, p. 574).

7 Nous ne prendrons pas en considération les traditions grecques de la Vie d’Ambroise : voir notamment Fr. van Ortroy, Les Vies grecques de Saint Ambroise et leurs sources, dans Ambrosiana, IV, Milan, 1897 ; L. Cracco Ruggini, Sulla fortuna della Vita Ambrosii, Pavie, 1963.

8 Bien qu’il n’ait pas laissé d’autobiographie en tant que telle, Ambroise était sensible à la construction et à la transmission des modèles. Il explique par exemple dans les premières lignes du De Ioseph que les premiers modèles doivent être tirés de la Bible, à commencer par les Vies des patriarches. Ce préambule pourrait indiquer que l’évêque de Milan constitua, en plus de son œuvre hagiographique, un ensemble d’opuscules spirituels, une série de portraits des patriarches extraits pour la plupart de ses homélies. Voir G. Nauroy, « La vie des patriarches d’Ambroise de Milan : de Cassiodore au débat critique moderne », dans Revue d’études augustiennes et patristiques, 54, 2008, p. 60 : attesté par Cassiodore, ce cycle occupe « une position centrale dans l’œuvre de l’évêque de Milan » et marque « l’abandon des sources antiques comme canevas majeurs de la méditation spirituelle et le renouvellement de la méthode herméneutique ». La célébration des patriarches s’accompagne, parallèlement, de l’affirmation de nouveaux modèles de sainteté (l’ascète et l’évêque) qui deviennent les sujets principaux de la biographie chrétienne, dont la Vita Ambrosii de Paulin est le premier exemple italien.

9 Augustin, Confessions, V, 13, 23, éd. par M. Skutella, Paris, (BA 13), p. 506 : Veni Mediolanium ad Ambrosium episcopum, in optimis notum orbi terrae, pium cultorem tuum, cuius tunc eloquia strenue ministrabant adipem frumenti tui et laetitiam olei et sobriam uini ebrietatem populo tuo. ad eum autem ducebar abs te nesciens, ut per eum ad te sciens ducerer. Suscepit me paterne ille homo dei et peregrinationem meam satis episcopaliter dilexit. Et eum amare coepi, primo quidem non tamquam doctorem ueri, quod in ecclesia tua prorsus desperabam, sed tamquam hominem benignum in me.

10 P. Courcelle, Recherches sur les Confessions de saint Augustin, Paris, 1950.

11 Voir les contributions de Simone Piazza (Il volto di Ambrogio : la fortuna del modello paleocristiano e alcune varianti altomedievali), de Guido Cariboni (L’iconografia ambrosiana in rapporto al sorgere e al primo svilupparsi della signoria viscontea) et d’Annalisa Albuzzi (La barba di Ambrogio. Iconografia, erudizione agiografica e propaganda nella Milano dei due Borromeo) qui s’attachent à étudier aussi la représentation des attributs caractéristiques des portraits d’Ambroise.

12 Augustin, Confessions, VI, 3, 3, p. 522 : cum legebat, oculi ducebantur per paginas et cor intellectum rimabatur, uox autem et lingua quiescebant. saepe cum adessemus (non enim uetabatur quisquam ingredi aut ei uenientem nuntiari mos erat), sic eum legentem uidimus tacite et aliter numquam, sedentesque in diuturno silentio (quis enim tam intento esse oneri auderet ?) discedebamus et coniectabamus eum paruo ipso tempore quod reparandae menti suae nanciscebatur, feriatum ab strepitu causarum alienarum, nolle in aliud auocari et cauere fortasse ne, auditore suspenso et intento, si qua obscurius posuisset ille quem legeret, etiam exponere esset necesse aut de aliquibus difficilioribus dissertare quaestionibus, atque huic operi temporibus impensis minus quam uellet uoluminum euolueret, quamquam et causa seruandae uocis, quae illi facillime obtundebatur, poterat esse iustior tacite legendi. quolibet tamen animo id ageret, bono utique ille uir agebat.

13 Augustin rapporte dans les Confessions qu’Ambroise avait interdit les rituels païens qui perduraient en Afrique dans le culte de la mémoire des saints (ad memoriam sanctorum) et que Monique, la mère d’Augustin, pratiquait elle-même avant d’entendre l’enseignement d’Ambroise : Augustin, Confessions, VI, 2, 2, p. 518 : itaque cum ad memorias sanctorum, sicut in Africa solebat, pultes et panem et merum attulisset atque ab ostiario prohiberetur, ubi hoc episcopum uetuisse cognouit, tam pie atque oboedienter amplexa est ut ipse mirarer quam facile accusatrix potius consuetudinis suae quam disceptatrix illius prohibitionis effecta sit.

14 Le succès de la littérature martyrologique durant l’Antiquité tardive n’a pas empêché les auteurs ecclésiastiques de se livrer à une lente conversion de la notion de martyre et de promouvoir de nouvelles formes d’éloges, comme les Vitae sanctorum, qui ne s’intéressaient plus uniquement à la mort glorieuse du saint mais retraçaient son existence depuis sa naissance ou sa conversion. Ces textes d’auteur, qui sont bien différents des récits de martyre anonymes, appartiennent à un genre littéraire d’origine profane qui emprunte à la fois aux éloges antiques (funèbres et honorifiques) et à la biographie narrative : la première biographie chrétienne, la Vita et passio Cypriani, rédigée en 258 par le diacre Pontius, le secrétaire de Cyprien de Carthage, est assez proche des récits de martyre par la glorification finale de l’évêque-martyr et « constitue un document de transition entre les passions de martyrs et les vies d’évêques » (E. Lamirande, Paulin de Milan et la Vita Ambrosii, 1983, p. 7). Mais ce texte eut finalement assez peu d’influence sur la littérature chrétienne antique et il fallut attendre le milieu du ive siècle pour voir éclore de nouvelles biographies chrétiennes, les Vitae monastiques (les biographies des ascètes Antoine, Paul, Malchus, Hilarion, Martin). La littérature hagiographique connut une nouvelle étape au début du ve siècle avec l’apparition des biographies d’évêques qui, après le martyr et l’ascète, étaient devenus les personnages centraux de la christianisation. C’est à ce moment là, dans le premier quart du ve siècle, que fut composée la Vita Ambrosii.

15 Paulin, Vita Ambrosii, 1, 1, p. 54.

16 Id., 1, 3, p. 54-5 : nec uerborum fucis ueritatem obducam ne (…) lector tantarum uirtutum amittat scientiam.

17 Id., Vita Ambrosii, 55, 1, p. 122 : Vnde hortor et obsecro omnem hominem qui hunc librum legerit ut imitetur uitam sancti uiri (…).

18 Id., Vita Ambrosii, 1, 1, p. 54 : Sed ego ut meritis tantorum uirorum, qui muri ecclesiarum sunt et eloquentiae fontes.

19 E. Zocca, La « Vita Ambrosii » alla luce dei rapporti fra Paolino, Agostino e Ambrogio, dans L. F. Pizzolato, M. Rizzi (dir.), Nec timeo mori. Atti del Congresso internazionale di studi ambrosiani nel 16o centenario della morte di sant’Ambrogio (Milano, 4-11 aprile 1997), Milan, 1998 (Studia patristica mediolanensia), p. 803-826.

20 Id.

21 D. H. Williams, Ambrose of Milan, 1995, p. 105 et suiv.

22 Paulin, Vita Ambrosii, 37, 1, p. 100 : ut retro redeam.

23 Ibid. : Temporibus uero Gratiani, ut retro redeam, cum ad praetorium Macedonii tunc magistri officiorum pro quo-dam intercedendum perrexisset atque ex praecepto supradicti uiri fores inuenisset clausas, nec copiam ingrediendi adeptus esset, ait : “Et tu quidem uenies ad ecclesiam nec clausis ianuis inuenies, qua ingrediaris”. Quod factum est ; mortuo enim Gratiano, confugiens Macedonius ad ecclesiam, patentibus ianuis, aditum reperire non poterat.

24 Id., 35, 1, p. 98 : Per idem tempus cum ad palatium pergeret, eumque pro loco officii nostri sequeremur, Theodulo tunc notario, qui postea summa cum gratia Mutinensem rexit ecclesiam, cum casu quidam pede esset lapsus, atque prostratus iaceret in terra, ridenti factum conuersus Sacerdos ait : “Et tu qui stas, uide ne cadas” (I Cor., X, 12). Quo dicto, statim is qui alienum lapsum riserat, suum doluit.

25 Id., Vita Ambrosii, 23, 4, p. 84 : Haec autem scripta sunt in epistola quam ad germanam suam fecit in qua tractatum inseruit quem eodem die habuit de baculo nuceo qui a propheta Hieremia uisus esse describitur.

26 Nous partageons le point de vue de L. Ruggini, Sulla fortuna della Vita Ambrosii, dans Athenaeum, 51, 1963, p. 99.

27 Se référant aux travaux de J.-R. Palanque, Christine Mohrmann montre que les quinze miracles racontés par Paulin dans la Vie d’Ambroise sont tous liés à sa fonction épiscopale (voir Vita di Cipriano, Vita di Ambrogio, Vita di Agostino, 19893, p. XXXIII-XXXV).

28 E. Lamirande, Paulin de Milan et la Vita Ambrosii, op. cit., p. 76.

29 Paulin, Vita Ambrosii, 1, 1, p. 54 : beatissimi Ambrosii episcopi Mediolanensis Ecclesiae.

30 Y.-M. Duval, Ambroise, de son élection à sa consécration, dans G. Lazzati (éd.), Ambrosius Episcopus. Atti del Congresso internazionale di studi ambrosiani nel XVI centenario della elevazione di sant’Ambrogio alla cattedra episcopale (Milano 2-7 Dicembre 1974), I, Milan, 1976, p. 243 et suiv.

31 Paulin, Vita Ambrosii, 9, 3, p. 64.

32 Comme son maître Ambroise, Paulin désigne la charge épiscopale par le mot sacerdos et, dans une moindre mesure, par les mots episcopus ou, plus rarement encore antistes (Lamirande, Vie d’Ambroise, p. 78).

33 E. Lamirande, Paulin de Milan et la Vita Ambrosii, op. cit., p. 80.

34 Ibid., p. 86.

35 Id., Vita Ambrosii, 46, 2, p. 112.

36 A. A. R. Bastiaensen, Paulin de Milan et le culte des martyrs, dans Ambrosius Episcopus, I, p. 143-150.

37 Paulin, Vita Ambrosii, 14, 1, p. 70 : sancti martyres Protasius et Gervasius se Sacerdoti reuelauerunt.

38 Id., Vita Ambrosii, 14, 3, p. 70-1 : Sed iis beneficiis martyrum in quantum crescebat fides ecclesiae catholicae, in tantum arianorum perfidia minuebatur.

39 Le Decretum Gelasianum n’est pas une ordonnance pontificale originale mais un Decretum pseudépigraphe composé dans la première moitié du vie siècle (entre 519 et 553 d’après E. Von Dobschütz : voir Decretum Gelasianum de libris recipiendis et non recipiendis, E. Von Dobschütz (éd.), Leipzig, 1912 (Texte und Untersuchungen, 38/4), IV, 2, p. 82 : Iam nunc subiiciendum de opusculis sanctorum patrum, quae in ecclesia catholica recipiuntur. Item opuscula beati Caecilii Cypriani martyris et Cathaginensis episcopi ; item opuscula beati Gregorii Nanzaneni episcopi ; item opuscula beati Basilii Cappadociae episcopi ; item opuscula beati Iohannis Constantionipolitani episcopi ; item opuscula beati Theophili Alexandrini episcopi ; item opuscula beati Cyrilli Alexandrini episcopi ; item opuscula beati Hilarii Pictauiensis episcopi ; item opuscula beati Ambrosii Mediolanensis episcopi ; item opuscula beati Augustini Hipporegiensis episcopi ; item opuscula beati Hieronimi presbyteri ; item opuscula beati Prosperi uiri religiosissimi.

40 Dans le domaine latin, l’exemple le plus connu est une vie carolingienne dont les relations avec le texte de Paulin ont été abondamment étudiées (P. Courcelle, Recherches sur saint Ambroise, 1973, p. 49-153 ; R. M. McClure, Studies in the Text of the Vita Ambrosii, 1971, chap. IV : « external testimonia to the text », p. 73-97). En revanche, dans le domaine grec, les sources des biographies d’Ambroise sont plus diversifiées (Fr. Van Ortroy, Les vies grecques de Saint Ambroise, 1897). La principale Vie grecque de saint Ambroise, composée entre la fin du ve siècle et le début du ixe siècle, n’est pas inspirée par le texte de Paulin de Milan mais par l’Histoire ecclésiastique de Théodoret de Cyr qui a servi de modèle à Syméon Métaphraste (C. Pasini, La Vita premetafrastica di Sant’Ambrogio, dans Analecta Bollandiana, 101, 1983, p. 101-150).

41 Ennode, epist. 2, 1, 3, texte latin et trad. par S. Gioanni, Paris, 2006, p. 50-51 : Ambrosius noster.

42 Id., dict. 2, 39-40, F. Vogel (éd.), MGH, aa, 7, p. 6 : Cantem quae solitus, dum plebem pasceret ore / Ambrosius uatis carmina pulcra loqui. L’enseignement et la vie d’Ambroise sont un modèle permanent pour Ennode, alors diacre de Milan, qui fait souvent l’éloge de l’évêque de Milan. Voir notamment L. Alfonsi, Ambrogio in Ennodio, in Ambrosius episcopus II, p. 125-129 et D. Di Rienzo, Gli Epigrammi di Magno Felice Ennodio, Naples, 2005, note 1, p. 49-55.

43 Très influencé par le modèle ambrosien, Ennode composa un recueil de 12 hymnes : faut-il y voir un indice du nombre des hymnes d’Ambroise ? Cet élément n’a jamais été pris en compte dans le débat sur le nombre d’hymnes d’Ambroise auquel la tradition manuscrite carolingienne attribuait 14 hymnes. À la fin du xviie siècle, l’édition mauriste des œuvres d’Ambroise publie un lot de 12 pièces. Les éditeurs des trois derniers siècles ont été plus critiques et ont remis en cause l’authenticité de plusieurs d’entre elles. La dernière édition française considère que, parmi les quatorze textes retenus par la tradition carolingienne, les numéros 7, 9 et 13 « ne sont probablement pas d’Ambroise » mais estime « possible » l’authenticité des numéros 6, 12 et 14 (Ambroise de Milan, Hymnes, op. cit., p. 99-100), estimant que le nombre d’hymnes ambrosiens oscille entre 8 et 11.

44 Voir notamment les travaux récents de C. Urlacher-Becht : Ennode de Pavie, chantre officiel de l’Église de Milan : édition, traduction, commentaire, thèse inédite soutenue à l’université de Strasbourg sous la direction du professeur Gérard Freyburger en 2009 et La tradition manuscrite des hymnes d’Ennode de Pavie, dans Paideia, 65, 2010, p. 511-531.

45 Ennode, carm. 1, 15.

46 Cic., Pro Sestio, 20 : clauum tanti imperii tenere et gubernacula reipublicae tractare ; Ambr., Epist. 2, 1 : tene clauum fidei.

47 L’Église médiévale a reconnu l’importance du schisme laurentien et de l’engagement d’Ennode dans l’histoire pontificale, comme le montrent les Dictatus papae du pape Grégoire VII publiés en 1075, recueil de 27 propositions qui définissent la suprématie pontificale comme la clef de voûte de la Réforme Grégorienne. Ennode est en effet l’unique auteur cité dans ce document pour sa contribution à la doctrine pontificale : « XIX. [Le pontife] ne doit être jugé par personne. (…) ; XXIII. Le pontife Romain, s’il est canoniquement ordonné, est indubitablement rendu saint par les mérites du bienheureux Pierre, comme en témoigne saint Ennode, évêque de Pavie, en accord avec beaucoup de saints pères, ainsi qu’il est écrit dans les décrets du pape Symmaque. Voir The Register of Pope Gregory (1073-1085), trad. par H. E. J. Cowdrey, Oxford, 2002, p. 150 : XIX. Quod a nemine ipse iudicari debeat. (…) ; XXIII. Quod Romanus pontifex, si canonice fuerit ordinatus, meritis beati Petri indubitanter efficitur sanctus testante sancto Ennodio Papiensi episcopo ei multis sanctis patribus fauentibus, sicut in decretis beati Symachi pape continetur.

48 Ambr., Hymn. 1, 25-28 : Iesu labantes respice / Et nos uidendo corrige/si respicis lapsus cadunt / fletuque culpa soluitur. Voir le commentaire de J. Fontaine dans Ambroise de Milan. Hymnes, op. cit., p. 170-172 et D. Di Rienzo, Gli Epigrammi di Magno Felice Ennodio, op. cit., p. 54 : « si tratta quasi di una citazione, dal momento che Ennodio tacitamente paragona Ambrogio a Cristo e connota la descrizione della sua persona nel solco già segnato da Ambrogio stesso ».

49 Ennode, carm. 2, 77, De Domni Ambrosi episcopi actibus et uita.

50 Nous nous permettons de renvoyer à S. Gioanni, Les joutes oratoires dans les textes latins ( ve- xie siècle) : du « bon usage » d’une technique antique dans les sociétés chrétiennes du haut Moyen Âge, dans Fr. Bougard (dir.), Agôn. Performance et compétition, ve- xiie siècles, Francfort-sur-le-Main (16, 17 et 18 juin 2011), Turnhout, 2012, p. 199-219.

51 Ambroise de Milan, Hymnes, Paris, 1992, introduction par J. Fontaine et M.-H. Jullien, p. 71.

52 Id., p. 34.

53 Nous nous permettons de renvoyer à S. Gioanni, La langue de « pourpre » et la rhétorique administrative dans les royaumes ostrogothique, burgonde et franc ( vie- viiie siècles), dans Fr. Bougard, R. Le Jan et R. McKitterick (dir.), La culture au haut Moyen Âge : une question d’élites ? (Cambridge, 6-8 septembre 2007), Turnhout, 2009 (Collection Haut Moyen Âge, 7), p. 13-38.

54 E. Pietrella, La figura del santo-vescovo nella Vita Epiphani di Ennodio di Pavia, dans Augustinianum, 24, 1984, p. 213-226 ; S. Gioanni, Les Vies de saints latines composées en Italie de la Paix constantinienne au milieu du vie siècle, dans G. Philippart (dir.), Hagiographies, V, Turnhout, 2010, voir p. 392-397.

55 D. Di Rienzo. Gli Epigrammi di Magno Felice Ennodio, op. cit., p. 54. Nous sommes très réservés sur cette interprétation. Il serait surprenant, en effet, qu’Ennode, panégyriste du roi arien Théodoric et partisan de la collaboration avec les élites ostrogothiques, se permette la moindre critique envers les ariens qui aurait pu être interprétée comme une critique contre la cour et le roi lui-même. Les combats d’Ambroise contre l’arianisme ne sont jamais évoqués explicitement par Ennode.

56 Cassiodore, Institutiones, éd. par R. A. B. Mynors, Oxford, 1937, p. 1, 20.

57 Ennode de Pavie, Lettres, 2, Paris, 2010, introduction, p. VII-XIV.

58 Ennode, carm. 2, 78, De Domni De Sancti Simpliciani Episcopi successoris ipsius.

59 Anspert est connu pour avoir fondé un scriptorium à Milan où furent produit des manuscrits enluminés et copié un certain nombre de texte dont, sans doute, une nouvelle biographie d’Ambroise, appelée la Vita carolingienne d’Ambroise, conservée aujourd’hui à la bibliothèque de Saint-Gall. Le 31 janvier 876, Anspert participa au couronnement de Charles le Chauve comme roi de Lombardie le 31 janvier 876, recevant du monarque de nombreuses terres en fait de présent. Les dernières années de son épiscopat furent marquées par le conflit avec le pape Jean VIII. Après la mort de Charles le Chauve en 877, le pape favorisa l’action du nouveau roi d’Italie Boson de Vienne alors que les évêques de Lombardie, au premier rang desquels se trouvait Anspert, soutenait le carolingien Carloman de Bavière. En mai 879, Anspert fut excommunié avec plusieurs de ses suffragants pour ne pas s’être présentés à divers conciles. Le conflit dura jusqu’au 6 janvier 880 où le couronnement du nouveau roi d’Italie Charles III s’accompagna d’une réconciliation forcée entre l’évêque de Rome et celui de Milan. Ce conflit bien connu fut l’occasion pour l’archevêque de Milan de célébrer les droits et la mémoire de l’Église métropolitaine de Milan qu’il appela « l’Église Ambrosienne ».

60 Le culte de Satyrus fut l’objet d’un intérêt particulier sous l’épiscopat d’Anspert qui réalisa une recognition de ses reliques et lui dédia une nouvelle église. Le souvenir d’Anspert est étroitement lié à celui d’Ambroise puisque son épitaphe précise qu’Anspert mourut le 7 décembre, le jour où l’église célèbre l’ordination d’Ambroise. L’épitaphe précise aussi qu’Anspert répara la maison du général Stilichon, rejoignant le témoignage de la Vie carolingienne d’Ambroise qui indique que la maison de Stilichon fut donnée à l’Église ambroisienne par le général lui-même, par dévotion pour Ambroise (Voir A.-M. Ambrosioni, Milano, papato e impero in età medievale : raccolta di studi, M. P. Alberzoni, A. Lucioni [dir.], Milan, 2003, cap. X : « Atria vicinas struxit et ante fores. Note in margine a un’epigrafe del IX secolo », p. 229-244 ; p. 234 et suiv.).

61 Épitaphe d’Anspert de Milan (extraits) : Hic iacet Anspertus nostrae / clarissimus urbis / Antistes uita uoce pudore fide. (…) / Tum sancto Satyro templumque domumque dicauit / dans sua sacrato praedia cuncta loco/ut monachos pascant/aeternis octo diebus / Ambrosium pro se qui Satyrumque rogent. (…)

62 P. Tomea, Ambrogio e i suoi fratelli. Note di agiografia milanese altomedioevale, dans Filologia mediolatina, 5, 1998, n. 2, p. 149-232.

63 Cod. San Gall, 569, saec. IX, fol. 3-97.

64 Voir le prologue de la Vie carolingienne cod. San Gall, 569, saec. IX, fol. 3-5 : Ad laudem et gloriam Saluatoris mundi de uita et meritis eximii doctoris atque institutoris Ecclesiae almi pontificis Ambrosii breuiter eloqui spiritalium patrum deuotione sancta compellor. Non quia ad tam ineffabile praeconium, utpote elinguis et brutus sufficere posse me confidam, sed quod gloriosum et admirabilem in sanctis suis Dominum indeficienter cum Psalmista praeconari et super omnem laudem eius adicere unicuique fidelium pro modulo suo conueniat. Quamuis ad tantae sanctitatis et meritorum summam aliquid superaddere uelle, potius decerpere uidear, praesertim cum de ipso non solum Paulinus, insignis memoriae uir, sed et alii cosmograforum quam plurimi admiranda satis Occidentis prouincias, diuina per eum radiante gratia, doctrinis pariter atque miraculis illustratas esse uerissime comprobarunt.

65 P. Courcelle, Recherches sur saint Ambroise, « Vies » anciennes, culture, iconographie, Paris, 1974, p. 49-153 en particulier p. 123 et suiv. : le prologue Ad laudem du grand saint attribue « à Ambroise l’épithète très rare praefulgidus », sans doute emprunté à Ennode de Pavie dans son éloge de Cyprien. Il emprunte également son « incipit au début du sermon pseudo-ambrosien LVI en l’honneur d’Eusèbe de Verceil (dont le plus ancien témoin de ce sermon est d’origine milanaise : Ambrosianus C 98 inf. du viie ou du viiie siècle), qui fournira encore à l’hagiographe plusieurs autres formules – voire des phrases entières ».

66 L’anonyme carolingien, qui emprunte beaucoup à Paulin, à Augustin et à l’Histoire tripartite de Cassiodore, écrit avant tout en historien, n’hésitant pas à puiser dans des sources écartées par Paulin, notamment des sources épistolaires et des textes ambrosiens. Certains ajouts, qui lui sont propres, méritent une attention particulière, en particulier la donation que le général Stilichon aurait faite de sa propre maison et de ses terres à l’Église ambrosienne, qui sera évoquée, nous l’avons vu, dans l’épitaphe d’Anspert de Milan. Tout ce passage, comme l’écrit P. Courcelle, souligne les bons rapports entre Stilichon et Ambroise, malgré un contexte qui aurait pu faire penser le contraire. Le fait même que l’Église de Milan ait conservé ce bien est en soi remarquable puisque le Code Théodosien révèle qu’après l’assassinat de Stilichon, Honorius obligea tous ceux qui avaient reçu des biens de Stilichon à les restituer. Cet ajout a pour objectif de souligner la situation et les prérogatives exceptionnelles de l’Église de Milan qui échappe même à l’édit impérial.

Auteur

Membre du Laboratoire de Médiévistique Occidentale de Paris (LAMOP-UMR 8589) et maître de conférences à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (en détachement) où il a enseigné le latin médiéval, la paléographie et l’histoire du haut Moyen 1Âge jusqu’en 2010. Il est actuellement directeur des études médiévales à l’École française de Rome. Ses recherches portent sur la réception des textes latins de l’Antiquité tardive dans les collections médiévales (épistolaires, canoniques et hagiographiques) et sur l’extension de l’autorité pontificale dans le Royaume de Dalmatie-Croatie.

© Éditions de la Sorbonne, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540