Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mémoire d’Ambroise de Milan

 | 
Patrick Boucheron
, 
Stéphane Gioanni

Première partie. Lieux et figures de la mémoire d’Ambroise

Une bulle de plomb à l’effigie de saint Ambroise

A lead seal with saint Ambrose’s effigy

Vivien Prigent

Résumé

This short note aims to provide a complement to the iconographic dossier of Ambrose by offering the edition of a lead seal displaying an image of the saint. The artefact, tentatively dated to the 8th century, offers an early testimony of the peculiar “Carolingian” iconography of Saint Ambrose. Parallels drawn from the sigillographic iconography of Saint Augustine lead toward a hypothesis explaining the appearance of the Carolingian portrayal of the Milanese patron saint.

Texte intégral

  • 1 Je tiens à remercier ici la Dottoressa Teresa Elena Cinquantaquattro, Soprintendenza Speciale per i (...)

1La note qui suit n’a qu’une ambition des plus limitées, celle de mettre à la disposition des chercheurs un document jusqu’ici négligé, sans pour autant en proposer une analyse détaillée, que je laisse à plus compétent que moi. En effet, apprenant lors d’une discussion informelle la sortie prochaine du présent volume, j’ai réalisé qu’une bulle de plomb présentant une effigie de saint Ambroise (Fig. 1) se trouvait au sein de la collection des sceaux « byzantins » actuellement conservés au musée archéologique de Naples. Plutôt que de la garder sous le boisseau en attendant une publication d’ensemble de la collection, j’ai cru bon d’en offrir ici une description rapide, accompagnée d’une photographie, afin que le témoignage de ce petit monument puisse venir nourrir le riche dossier déjà réuni par Simone Piazza, dont on verra précisément tout l’intérêt pour la datation du sceau1.

  • 2 I. P. Kirsch, « Altchristliche Bleisiegel zu Neapel », in Römische Quartalschrift für christliche A (...)
  • 3 Id., no 19, p. 327-328 et p. 337-338.

2La présente édition n’est pas la première, la bulle ayant été étudiée brièvement par I. P. Kirsch dans un article paru en 18922. Il n’en proposait toutefois aucune datation, ni commentaire particulier3. La pièce figure également parmi les bulles dessinées dans le fameux Vatic. Lat. 9071, lequel nous informe également sur son origine : « Velitris in Museo Borgiano ».

Image 10000000000002D10000016876385556.jpg

Fig. 1 – Musée archéologique de Naples, numéro d’inventaire 13012, bulle de plomb à l’effigie de saint Ambroise, viiie siècle ( ?)

3Bulle de plomb, largement échancrée aux débouchés supérieurs et inférieurs du canal. La pièce est en cours d’oxydation, le métal devenant pulvérulent.

4Numéro d’inventaire : 13012

5Diamètre : 24 mm

Avers : buste de saint Ambroise nimbé, flanqué de deux croisettes. Le visage affecte une forme très ronde et est surmonté d’une section en demi-lune, représentant soit les cheveux, soit, plus probablement, un couvre-chef (voir ci-dessous). À la circonférence, parallèlement à une bordure de grènetis indistincte court une légende circulaire ponctuée de croisettes. Les trois premières lettres du nom du saint sont en ligature (Image 10000000000000280000001BE2267D7A.jpg).

Image 10000000000000FE00000025C2CC7100.jpg

6S(an)c(tu)s Ambrosius + ep(i)s(copus) +

7Revers : bordure de grènetis ; légende sur deux lignes, suivie d’un tiret sur une ligne séparée. Le M et le E de la seconde ligne sont en ligature ; le non-redoublement du C de Ecclesia ne pose pas de problème particulier (voir Fig. 2) ; la panse du D semble à première vue contenir un petit I, mais la vieille photographie fournie par Kirsch permet d’écarter cette hypothèse. La lettre pourrait être lue dans la ligne verticale du D, mais il vaut mieux envisager simplement que le graveur l’ait omise.

Image 100000000000005D0000003E745DFEDB.jpg

8E(c)cl(esiae) Med(i)ol(anensis)

  • 4 Citons les sceaux de l’Ἐκκλησίας Ταρσοῦ (Figure 2, Catalogue of Byzantine Seals at Dumbarton Oaks a (...)
  • 5 V. Prigent, « L’usage du sceau de plomb dans les régions italiennes de tradition byzantine au haut (...)
  • 6 N. Oikonomidès, « The Anonymous Seal », in Studies in Byzantine Sigillography, 4, 1995, p. 71-79.

9La bulle ne fait référence au nom d’aucun individu et semble donc renvoyer à l’évêché en tant qu’institution. De telles bulles ne sont en rien exceptionnelles et l’on en connaît d’assez nombreux exemples, de date haute (Fig. 2)4, en Orient, où la bulle de plomb est plus diffusée5. Nicolas Oikonomidès envisageait qu’elles aient été en usage lors des vacances entre la mort d’un évêque et l’élection de son successeur6. On peut tout aussi bien envisager que des matrices « anonymes » de ce type ait été utilisées par des individus occupant des postes de gestion subalternes.

Image 10000000000001F00000010A0FF131A6.jpg

Fig. 2 – Dumbarton Oaks, sceau de l’Église de Tarse, vie siècle, Catalogue of Byzantine Seals at Dumbarton Oaks and in the Fogg Museum of Art, vol. 5, Washington DC, 2005, no 5.7.

  • 7 C. Serafini, Le monete e le bolle plumbee pontifiche del Medagliere vaticano. I. Adeodato (615-618) (...)
  • 8 Voir la photographie dans I. P. Kirsch, « Altchristliche Bleisiegel », op. cit., no 5, p. 317. G. O (...)
  • 9 Pour cette raison, je n’insisterai pas trop sur le parallèle entre notre sceau et les monnaies de M (...)

10Le point problématique est bien évidemment la date de ce petit monument, notamment parce que les critères très précis mis au point pour les bulles byzantines ne peuvent être ici invoqués directement. Ainsi, si la forme anguleuse des lettres comme le E peut s’observer dès le viie siècle sur les bulles des pontifes romains (voir, par exemple, le sceau du pape Boniface) et ne dépasse pas ce siècle sur les bulles byzantines, on la trouvera encore sur des sceaux pontificaux du xie siècle (Pascal II [1099-1118])7. De même, il suffit de comparer l’épigraphie fleurie de la bulle de l’archevêque de Ravenne Valerius8, du début du ixe siècle, avec celles des papes contemporains, pour se persuader de la difficulté qu’il y aurait à fonder une datation sur le seul critère de l’épigraphie. On peut sans doute toutefois se limiter aux siècles antérieurs aux xie-xiie siècles, la gravure s’améliorant ensuite nettement9.

  • 10 Pour notre propos, voir notamment dans ce volume, S. Piazza, « Il volto di Ambrogio. La fortuna del (...)
  • 11 Ibid., p. 89.
  • 12 Il suffit pour s’en convaincre de jeter un coup d’œil aux belles illustrations fournies dans ce vol (...)

11En définitive, l’iconographie est sans doute ici notre meilleur guide puisque les contributions réunies dans ce volume mettent bien en évidence l’évolution du portrait de saint Ambroise au fil des siècles10. Bien évidemment, étant donné l’état de conservation de la bulle, on ne saurait espérer vérifier si le saint lève un sourcil plus haut que l’autre11 ! Néanmoins, il est patent que l’on ne retrouve sur le sceau ni le visage relativement allongé du canon paléochrétien, ni les représentations mitrées, émaciées ou dotées d’une longue barbe des siècles centraux et tardifs du Moyen Âge. La qualité de la gravure est également incompatible avec les belles productions qui fleurissent dès le xiie siècle12.

  • 13 S. Piazza, « Il volto di Ambrogio » art. cité, p. 87-120 et Fig. 12.

12En revanche, la bulle qui nous intéresse ici semble suivre le canon « carolingien » dont le plus ancien témoignage se trouve sur l’autel d’or du maître artisan Vuolvinio, exécuté durant le second quart du ixe siècle13. Le mauvais état de la bulle laisse en effet malgré tout voir le visage arrondi coiffé d’un véritable casque de cheveux, la caractéristique saillante de ce modèle carolingien.

  • 14 Voir ce rapprochement ingénieux dans Cl. Perassi, « Nome iscritto e imagine raffigurata : gli “exag (...)
  • 15 On s’en persuadera en feuilletant les planches 92-97 de G. Zacos et A. Veglery, Byzantine Lead Seal (...)
  • 16 M. Sannazaro, « Postille a “I signori degli Anelli” », in Anulus sui effigii, op. cit., p. 49-50.
  • 17 Bruno Callegher, « Un sigillo di Liutprando », in Anulus sui effigii, op. cit., p. 59-60. L’auteur (...)
  • 18 E. V. Stepanova, Pečati s latinskimi i greko-latinskimi nadpisjami VI-VIII vv. iz sobranija Ermitaž (...)

13La présence des petites croisettes flanquant un buste coupé très haut, juste sous les épaules, renvoie toutefois à des modèles plus anciens. À Byzance, la composition se trouve dès le vie siècle, notamment sur des poids de verre émis au nom de l’éparque14, puis se diffuse sur les bulles portant une effigie sainte. Elle est typique du viie siècle15, mais l’iconoclasme introduisit ensuite évidemment une rupture artificielle et l’on ne peut préjuger du destin du modèle en Occident. On y retrouve en tous cas ce schéma pour la figure royale sur les sceaux mérovingiens de la fin du viie siècle et du viiie siècle16. Ils présentent d’ailleurs une épigraphie proche de celle observable sur le sceau de Milan. Pour revenir en Italie, le buste flanqué de croisettes (en l’espèce, la Vierge) apparaît sur le sceau du roi Liutprand17 et on le retrouve sur la bulle du Lombard Trasamund de même époque, ici pour le portrait du sigillant18.

  • 19 Id., no 136.
  • 20 J’ai quelque doute sur la lecture, mais ce n’est sans doute pas ici le lieu de traiter le problème.

14Un parallèle plus intéressant encore à mon sens nous vient d’une bulle actuellement conservée en Russie, mais achetée en Italie19. Elle nous transmet tout à la fois le souvenir d’un ex-préfet20 et duc et une rarissime représentation de saint Augustin, en buste, associée à une légende circulaire au nom du saint initiée par une croisette, laquelle est donc placée dans le champ à la droite du saint. Au revers, la légende est horizontale et l’épigraphie proche de celle visible sur la bulle portant l’effigie de saint Ambroise. La dimension des lettres diffère en raison de la longueur respective des légendes. La bulle date clairement de la seconde moitié du viie siècle.

  • 21 V. Laurent, Les sceaux byzantins du Médailler Vatican, Cité du Vatican, 1962, no 92 (inventaire no  (...)
  • 22 Id., « Une effigie inédite de saint Augustin sur le sceau du duc byzantin de Numidie Pierre », in C (...)
  • 23 Dans ce volume, S. Piazza, « Il volto di Ambrogio », art. cité, p. 87-120, Fig. 13.

15Pour la composition et l’épigraphie, nous sommes ici au plus proche du sceau qui nous intéresse. J’hésiterai pourtant à dater la bulle de saint Ambroise d’une date aussi haute, mais un large viiie siècle (vers 675-vers 800) offrirait sans doute l’hypothèse la plus vraisemblable. Cela nous ramènerait bien vers l’époque à laquelle a pu être élaboré le canon iconographique pour lequel l’autel d’or de Vuolvinio ne fournit qu’un terminus ante quem. Je n’irai guère plus loin, laissant aux iconographes et spécialistes de l’histoire de Milan de conclure. J’aimerais toutefois attirer l’attention sur un dernier point relatif à l’apparition du type iconographique « carolingien » caractérisé par son étrange « coupe en bol ». Le Musée du Vatican conserve une seconde bulle, que Vitalien Laurent date du second quart du viie siècle, à l’effigie de saint Augustin (Fig. 3d)21. L’évêque d’Hippone y apparaît avec une forme ancienne du couvre-chef épiscopal à laquelle Vitalien Laurent a dédié quelques pages22. Or ce couvre-chef donne à saint Augustin un aspect vraiment très proche du saint Ambroise « carolingien » avec son « casque de cheveux ». Se pourrait-il dès lors que les artistes du temps aient mal interprété une représentation plus ancienne de l’évêque de Milan portant l’ancien couvre-chef épiscopal et introduit de ce fait une modification de son portrait tardoantique sous la forme de cette improbable coiffure ? Que l’on compare pour en juger d’une part le saint Augustin du diptyque dit de Boèce et celui de la bulle vaticane et de l’autre le saint Ambroise de la mosaïque de San Vittore in Ciel d’Oro et celui de l’autel d’or de Vuolvinio (Fig. 3). Dans les deux cas, le haut front dénudé laisse la place à une imposante calotte. Doit-on vraiment y voir dans un cas un couvre-chef et dans l’autre des cheveux ou ne vaut-il mieux pas admettre une confusion de la part de l’orfèvre carolingien ? Ce d’autant plus qu’à la même époque, le miniaturiste milanais qui produisit le manuscrit de Saint-Gall omit l’extravagante chevelure que l’autel d’or attribue au saint milanais23.

Image 100000000000022F00000263C8EEDA96.jpg

Fig. 3 – a : Milan, Basilica di Sant’Ambrogio, portrait de saint Ambroise, détail de la mosaïque du Sacello di San Vittore in Ciel d’Oro ; b : Milan, Basilica di Sant’Ambrogio, portrait de saint Ambroise, détail de l’autel d’or de Vuolvinio ; c : Brescia, Musée Santa Giulia, portrait de saint Augustin, détail du Diptyque de Boèce ; d : Rome, Médailler du Vatican, numéro d’inventaire : 163, bulle à l’effigie de saint Augustin, second quart du viie siècle.

Notes

1 Je tiens à remercier ici la Dottoressa Teresa Elena Cinquantaquattro, Soprintendenza Speciale per i Beni Archeologici di Napoli e Pompei, ainsi que la Dottoressa Teresa Giove, per l’autorisation qui m’a été concédée d’étudier ce matériel.

2 I. P. Kirsch, « Altchristliche Bleisiegel zu Neapel », in Römische Quartalschrift für christliche Alterthumskunde und für Kirchengeschichte, 6, 1892, p. 310-338.

3 Id., no 19, p. 327-328 et p. 337-338.

4 Citons les sceaux de l’Ἐκκλησίας Ταρσοῦ (Figure 2, Catalogue of Byzantine Seals at Dumbarton Oaks and in the Fogg Museum of Art, vol. 5, Washington DC, 2005, no 5.7 ; on notera l’absence de redoublement du K) ou encore de la Ἁγίας Ἐκκλησίας πόλεως Ἐμίσηϛ, voir J. Nesbitt, « Byzantine Lead Seals from the Vicinity of the Governor’s Palace and Warehouses (CC and KK », in Caesarea Papers, 2, Portsmouth (Rhode Island), 1999, no 10.

5 V. Prigent, « L’usage du sceau de plomb dans les régions italiennes de tradition byzantine au haut Moyen Âge », dans J.-M. Martin, A. Peters-Custot et V. Prigent (éd.), L’héritage byzantin en Italie (viiie -xiie siècle), I, La fabrique documentaire, Rome (Collection de l’École française de Rome, 449), p. 207-240.

6 N. Oikonomidès, « The Anonymous Seal », in Studies in Byzantine Sigillography, 4, 1995, p. 71-79.

7 C. Serafini, Le monete e le bolle plumbee pontifiche del Medagliere vaticano. I. Adeodato (615-618) – Pio V (1566-1572), Bologne, 1965.

8 Voir la photographie dans I. P. Kirsch, « Altchristliche Bleisiegel », op. cit., no 5, p. 317. G. Orioli, « Cronotassi dei vescovi di Ravenna », in Felix Ravenna, 127-130, 1984-1985, p. 323-332.

9 Pour cette raison, je n’insisterai pas trop sur le parallèle entre notre sceau et les monnaies de Milan de Louis le Pieux, Ph. Grierson et M. Blackburn, Medieval European Coinage. With a Catalogue of the Coins in the Fitzwilliam Museum. 1. The Early Middle Ages (5th-10th Centuries), Cambridge, 1986, no 787. Pour un aperçu d’ensemble des bulles italiennes médiévales, on consultera A. Muzzi, B. Tomasello, A. Tori, Sigilli ecclesiastici e civili dei secoli XIII-XVIII, Florence, 1988-1990, 3 vol.

10 Pour notre propos, voir notamment dans ce volume, S. Piazza, « Il volto di Ambrogio. La fortuna del modello paleocristiano e alcune varianti altomedievali », p. 87-120.

11 Ibid., p. 89.

12 Il suffit pour s’en convaincre de jeter un coup d’œil aux belles illustrations fournies dans ce volume par G. Cariboni, « L’iconografia ambrosiana in rapporto al sorgere e al primo svilupparsi della signoria viscontea », p. 129-154.

13 S. Piazza, « Il volto di Ambrogio » art. cité, p. 87-120 et Fig. 12.

14 Voir ce rapprochement ingénieux dans Cl. Perassi, « Nome iscritto e imagine raffigurata : gli “exagia” bizantini in vetro », in S. Lusuardi Siena (éd.), Anulus sui effigii. Identita e rapprensentazione negli anelli-sigillo longobardi. Atti della giornata di studi, Milano, Universita Cattolica, 29 aprile 2004, Milan, 2006 [2007], p. 81-98.

15 On s’en persuadera en feuilletant les planches 92-97 de G. Zacos et A. Veglery, Byzantine Lead Seals, Bâle, 1972.

16 M. Sannazaro, « Postille a “I signori degli Anelli” », in Anulus sui effigii, op. cit., p. 49-50.

17 Bruno Callegher, « Un sigillo di Liutprando », in Anulus sui effigii, op. cit., p. 59-60. L’auteur mentionne également (p. 60) d’après une publication du xixe siècle le sceau d’un Theodori rex, qu’il attribue au grand roi goth Théodoric. On écartera sans grands regrets cette lecture ; la bulle se lit Theodori reg, qu’il convient plutôt de développer en regionarii. Admettre que Théodoric ait introduit la Vierge sur son sceau près d’un siècle avant les empereurs de Byzance me semble difficile et l’abréviation du nom serait également problématique.

18 E. V. Stepanova, Pečati s latinskimi i greko-latinskimi nadpisjami VI-VIII vv. iz sobranija Ermitaža, Saint-Petersbourg, 2006, no 144.

19 Id., no 136.

20 J’ai quelque doute sur la lecture, mais ce n’est sans doute pas ici le lieu de traiter le problème.

21 V. Laurent, Les sceaux byzantins du Médailler Vatican, Cité du Vatican, 1962, no 92 (inventaire no 163) (Medagliere della Biblioteca Vaticana, 1).

22 Id., « Une effigie inédite de saint Augustin sur le sceau du duc byzantin de Numidie Pierre », in Cahiers de Byrsa, 2, 1952, p. 87-93.

23 Dans ce volume, S. Piazza, « Il volto di Ambrogio », art. cité, p. 87-120, Fig. 13.

Auteur

Vivien Prigent est chargé de recherche au CNRS (UMR 8167) et Newton International Fellowship Alumnus (British Academy). Spécialiste de la Sicile byzantine, il dédie principalement ses recherches à l’histoire monétaire et administrative de l’empire d’Orient.

© Éditions de la Sorbonne, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540