Version classiqueVersion mobile

Les Livres des maîtres de Sorbonne

 | 
Claire Angotti
, 
Gilbert Fournier
, 
Donatella Nebbiai

Chapitre 3. Développement des bibliothèques et pluralité des textes au collège

Lire l’archive

Les commentaires sur l’Éthique à Nicomaque au collège de Sorbonne à la fin du Moyen Âge et à la Renaissance

Gilbert Fournier

Texte intégral

Je remercie chaleureusement Luca Bianchi (Università degli Studi del Piemonte Orientale, Verceil) pour sa lecture et ses suggestions.

  • 2 A. de Libera, Penser au Moyen Âge, Paris, 1991, p. 38-50 (cit. p. 38). Pour une histoire de la phil (...)
  • 3 A. de Libera, Penser au Moyen Âge, op. cit., p. 42. Sur Marie-Dominique Chenu (1895-1990), voir L.- (...)
  • 4 A. de Libera, Penser au Moyen Âge, op. cit., p. 46. Sur Paul Vignaux (1904-1987), voir R. Imbach, « (...)
  • 5 L. Febvre, « Contre le vain tournois des idées : une étude sur l’esprit politique de la Réforme » [ (...)

1« Le divorce de l’histoire et de la philosophie n’est pas une fatalité », selon Alain de Libera2. Depuis plusieurs décennies, les tentatives de conciliation se sont multipliées en France ; un récit a été tissé, les coupables ont été désignés, les hérauts loués. On doit à Marie-Dominique Chenu l’« introduction résolue de la méthode historique dans l’étude des textes médiévaux »3 et « le mot “histoire” est sans doute ce qui caractérise le mieux la démarche de [Paul] Vignaux4 ». Nul ne saurait sacrifier aujourd’hui sans quelques scrupules au « vain tournois des idées […] qui ne sont que des idées […] arrachées hors de leur milieu […] sans racines, comme vidées de leur sève » pour le dire avec les mots de Lucien Febvre5.

  • 6 R. Imbach, « La philosophie médiévale », dans Doctrines et concepts. 1937-1987. Rétrospective et pr (...)
  • 7 Sur René-Antoine Gauthier (1913-1999), voir L.-J. Bataillon, « In memoriam. Le Père R.-A. Gauthier (...)
  • 8 C. Thurot, De l’organisation de l’enseignement dans l’université de Paris au Moyen Âge, Paris, 1850 (...)
  • 9 Z. Kaluza, « Les cours communs sur l’Éthique à Nicomaque à l’université de Paris », dans “Ad Ingeni (...)
  • 10 B. Sère, Penser l’amitié au Moyen Âge. Étude historique des commentaires sur les livres VIII et IX (...)

2L’étude de la philosophie morale d’Aristote à qui nous accordons présentement notre attention n’est pas demeurée en reste. Elle tient en la personne de René-Antoine Gauthier sa figure tutélaire qui par « l’application d’une méthode historique sérieuse [a pu] ébranler définitivement les idées reçues, colportées par des générations d’historiens6 ». Il s’est illustré par plusieurs éditions de textes, une multitude d’études de détail et une synthèse sur la réception au long cours de l’Éthique à Nicomaque qui demeure la pierre angulaire de toute étude sur le sujet7. Plus près de nous, deux chercheurs ont mis à profit la démarche historique pour éclairer respectivement l’organisation de l’enseignement de la philosophie morale à l’université de Paris et le « fonctionnement historique des commentaires » suscités par l’œuvre d’Aristote. À la suite de Charles Thurot8, Zénon Kaluza étudie ainsi le fonctionnement des cours communs sur l’Éthique à Nicomaque institués à la faculté des arts vers la fin du troisième quart du xive siècle jusque dans la première décennie du xvie siècle, le texte de base et les lectures complémentaires, les qualités des lecteurs, les conditions et les fruits de leur travail9. Quant à Bénédicte Sère, elle se propose de « reconstituer l’environnement culturel d [es] texte[s] et [leur] ancrage historique mais aussi l’horizon historique des discussions et la mise en place des traditions commentatrices qui les portaient10 ». Elle décline les milieux les plus divers (mendiants, artiens, princiers et humanistes) pour décrire au final l’épistémè des commentaires sur l’Éthique à Nicomaque et ses « mutations » aux accents éminemment foucaldiens.

  • 11 A. de Libera, Penser au Moyen Âge, op. cit., p. 73-75.

3La présente contribution s’inscrit dans cette approche historienne des faits intellectuels. Elle concilie l’histoire de la philosophie et la philologie, comme nous y invite Alain de Libera11, et se prévaut du changement de paradigme intervenu dans l’histoire du livre et des bibliothèques depuis plusieurs décennies. Sous les dénominations diverses d’« histoire culturelle du livre » en France, de Bibliography dans les pays anglo-saxons, d’Überlieferungsgeschichte en Allemagne, l’objectif est à chaque fois le même : aller à la recherche des significations historiques du livre dans sa double connotation matérielle et intellectuelle.

  • 12 B. Sère, Penser l’amitié au Moyen Âge, op. cit., p. 44. Pour une typologie des commentaires médiéva (...)
  • 13 Sur les commentaires sur l’Éthique d’Albert le Grand, voir parmi d’autres A. Pelzer, « Le cours iné (...)
  • 14 C. J. Nederman, « Aristotelian Ethics before the Nicomachean Ethics : Alternate Sources of Aristotl (...)
  • 15 R.-A. Gauthier, Magnanimité. L’idéal de la grandeur dans la philosophie païenne et dans la théologi (...)
  • 16 A. de Libera, Raison et foi. Archéologie d’une crise d’Albert le Grand à Jean-Paul II, Paris, 2003, (...)

4Nos investigations sont consacrées à la diffusion des commentaires sur l’Éthique à Nicomaque dans la bibliothèque commune du collège de Sorbonne à la fin du Moyen Âge et à la Renaissance. Pour ce faire, elles sollicitent la riche documentation d’une institution que Robert de Sorbon porta sur les fonts baptismaux en 1257 et que ses successeurs n’eurent de cesse d’insérer dans la vie intellectuelle et institutionnelle parisienne, en particulier par l’entremise de ses bibliothèques, et la non moins riche tradition manuscrite et imprimée des commentaires sur l’Éthique à Nicomaque. Elles privilégient l’exégèse au détriment de la lettre aristotélicienne, les médiévaux assimilant l’Éthique par la pratique du commentaire au lendemain des premières traductions latines12. À titre d’exemple, Albert le Grand connaît et utilise presque toutes les traductions dans ses deux commentaires du milieu du xiiie siècle : des traductions de l’Ethica vetus et de l’Ethica nova de Burgundio de Pise à la traduction intégrale de Robert Grosseteste, enrichie des notes du traducteur et des commentaires grecs, et au résumé alexandrin traduit par Hermann l’Allemand13. Bien que l’Organon, les De inventione et De officiis de Cicéron et le De differentiis topicis de Boèce aient contribué de manière indirecte à la connaissance de la philosophie morale d’Aristote14, c’est au plus tard avec « la traduction de Robert Grosseteste [… ; que] s’ouvre le règne de l’Éthique aristotélicienne15 ». Le premier commentaire d’Albert le Grand est de surcroît le fruit d’un enseignement. Recueillie par son fidèle auditeur Thomas d’Aquin, l’Ethica est issue d’un cours professé au studium generale de Cologne entre 1248 et 1252. Sa méthode et ses idées empruntent aux commentaires sur l’Éthique des maîtres de la faculté des arts de Paris de la première moitié du xiiie siècle16.

  • 17 CUP, I, no 20, p. 78-80 (ici p. 78). Sur l’Éthique à Nicomaque dans le cursus de l’université de Pa (...)
  • 18 CUP, I, no 246, p. 277-279 (ici p. 278). Voir L. Bianchi et E. Randi, Vérités dissonantes. Aristote (...)
  • 19 R.-A. Gauthier, L’Éthique…, op. cit., I-1, p. 116-119 ; Id., « Le cours sur l’Ethica nova d’un maît (...)
  • 20 C. Lafleur, « Les “Guides de l’étudiant” de la faculté des arts de l’université de Paris au xiiie s (...)
  • 21 CUP, III, no 1319, p. 143-148 (ici p. 145). Sur le statut d’Urbain V, voir B. Michael, Johannes Bur (...)
  • 22 L. Bianchi, « La philosophie selon les règlements universitaires », dans Philosophie et théologie a (...)
  • 23 CUP, II, no 1125, p. 587-590 (ici p. 588) ; trad. fr. L. Bianchi, « La philosophie… », art. cité, p (...)

5Dès un statut du cardinal légat Robert de Courson (1215), l’Éthique à Nicomaque est un texte scolaire, dont la lecture est facultative17. En 1255, la faculté des arts promulgua un statut qui imposait l’étude du corpus intégral des œuvres d’Aristote. Les quatre premiers livres de l’Éthique entrent alors dans le cadre des cours ordinaires18. De fait, plusieurs cours sur l’Éthique donnés par les maîtres de la faculté des arts sont parvenus jusqu’à nous19, et le texte d’Aristote fait son apparition dans la littérature didascalique qui fleurit à la faculté des arts sensiblement à la même époque. Ainsi le De communibus artium liberalium (début des années 1250), un abrégé des matières sur lesquelles étaient tenus de répondre les candidats à la licence ès arts, préciset-il que seuls les trois premiers livres de l’Éthique à Nicomaque étaient de forma, c’est-à-dire des textes prescrits par le programme d’étude20. Le statut rédigé à l’instigation d’Urbain V par les cardinaux Jean de Blandy et Gilles Aycelin de Montaigu, ancien proviseur du collège de Sorbonne, et publié à Avignon le 5 juin 1366 sanctionne, après un siècle et demi de lente et continuelle pénétration, l’adoption formelle et explicite de l’entière philosophie d’Aristote par l’Église et a fortiori par l’université de Paris21. Il fait aux candidats à la licence l’obligation d’étudier les œuvres métaphysiques, physiques et morales (specialiter librum Ethicorum pro majori parte) du Stagirite. « Au milieu du xive siècle, Aristote ne semble plus constituer une menace pour la vérité chrétienne et la tradition des Pères » : au contraire, serait-on tenté de dire à la suite de Luca Bianchi, car « il apparaît [dorénavant] comme un bastion face aux nouvelles tendances philosophiques et idéologiques22 ». Dans une lettre à l’université de Paris datée de 1346, Clément VI invite ainsi les « maîtres et étudiants, qui se fatiguent […] dans les sciences des arts et de la philosophie » à revenir aux « textes du Philosophe, des autres maîtres et des commentateurs anciens […] ainsi que les commentaires et écrits véridiques sur lesquels se fonde la science » contre les « sophismes » de la « nouvelle théologie » anglaise23.

  • 24 Sur l’Éthique à Nicomaque dans les universités du Saint-Empire aux xive et xve siècles, voir S. Lor (...)
  • 25 Z. Kaluza, « Les cours communs sur l’Éthique à Nicomaque… », art. cité, p. 149-154.
  • 26 CUP, IV, no 2690, p. 713-734 (ici p. 729).
  • 27 C. Thurot, De l’organisation de l’enseignement dans l’université de Paris au Moyen-Âge, p. 81 ; Z. (...)
  • 28 E. Faye et J. Hirstein, « Metaphysica Collecta. Un cours de métaphysique fabriste pris en note par (...)
  • 29 Sur Louis Ber, voir infra p. 159-160.
  • 30 C. Thurot, De l’organisation de l’enseignement…, op. cit., p. 81 ; M. Reulos, « L’enseignement d’Ar (...)

6En matière aristotélicienne comme en d’autres, le modèle parisien ne tarda pas à être adopté dans les principaux centres d’étude issus de la seconde vague de fondations universitaires. L’Éthique à Nicomaque s’imposa dans les programmes de lecture des artiens à travers le Saint-Empire24. Vers la fin du troisième quart du xive siècle, la faculté des arts de l’université de Paris décida la séparation de l’enseignement de la morale du cursus complet de la philosophie et institua un cours sur l’Éthique à Nicomaque commun aux quatre nations universitaires25. La réforme de l’université de Paris de 1452, dite du cardinal Guillaume d’Estouteville, réitère les dispositions antérieures. Tout au plus exige-t-elle l’étude studiose et graviter de la philosophie morale d’Aristote, en particulier de l’Éthique, pour l’obtention de la licence ès arts26. Au plus tard en avril 1491, lors du lectorat de Jean Standonck au collège de Montaigu, des cours de morale sont prodigués dans les collèges de la capitale27. Au début du xvie siècle, ils n’étaient pas encore monnaie courante28. En 1509, soit au lendemain du commentaire de Louis Ber29, l’université aurait procédé à la suppression du cours commun sur l’Éthique à Nicomaque30.

  • 31 A. de Libera, La philosophie médiévale, Paris, 1993, p. 363-367 ; L. Bianchi et E. Randi, Vérités d (...)
  • 32 A. de Libera, La philosophie médiévale, Paris, 1989, p. 122 (où l’auteur évoque la « réflexion patr (...)
  • 33 J. Kraye, « Moral Philosophy », dans The Cambridge History of Renaissance Philosophy, C. B. Schmitt (...)

7Si l’aristotélisme n’est pas toute la pensée médiévale31 et l’aristotélisme éthique toute l’éthique médiévale32, l’éthique en tant que discipline universitaire est principalement aristotélicienne au Moyen Âge et à la Renaissance33. Le matériau livré par le collège de Sorbonne est susceptible de jeter une lumière nouvelle sur le processus d’institutionnalisation et d’assimilation de la philosophie morale d’Aristote à l’université de Paris.

8Pour plus de clarté, nous produisons les diverses pièces du dossier dans l’ordre chronologique de leur versement supposé dans la bibliothèque commune et non dans celui des sources. En effet, il n’est pas rare que nous n’ayons qu’une connaissance indirecte de l’enchaînement d’un commentaire dans la bibliothèque de présence et de référence du collège de Sorbonne. Des traductions de l’Éthique à Nicomaque, il ne sera question qu’aux deux extrémités du vecteur chronologique.

Le catalogue double de la bibliothèque commune (1321-1338)

La bibliothèque commune et son catalogue

  • 34 Statuts primitifs du collège de Sorbonne (vers 1270), dans P. Glorieux, Aux origines de la Sorbonne (...)
  • 35 Note transcrite à la suite immédiate du catalogue de bibliothèque (1338) dans le ms. Paris, BNF, n. (...)

9En 1289, les sociétaires du collège de Sorbonne procédèrent à la partition des « livres de la communauté » (libri de communi)34. C’est l’acte de naissance de la « librairie des livres enchaînés pour l’usage commun des sociétaires » (librarium in domo ista pro libris cathenatis ad communem sociorum utilitatem), dont la dénomination dit assez bien la vocation35. Elle est la bibliothèque de présence et de référence de la communauté. Elle demeura dans l’ombre jusqu’à sa nouvelle fondation à la faveur de la promulgation d’un règlement « pour l’utilité de la maison et pour une meilleure conservation des livres » en 1321. Il y est question parmi d’autres de la « bibliothèque commune » (libraria communis) et de son catalogue :

  • 36 Règlement (1321), dans P. Glorieux, Aux origines de la Sorbonne, op. cit., I, no 22, p. 214-215 (d’ (...)

Item, il est ordonné que, parmi tous les livres de toutes sortes de sciences se trouvant dans la maison, au moins un exemplaire, le meilleur, soit déposé dans la bibliothèque commune et enchaîné, afin que tous puissent le consulter, même si cet exemplaire est unique, car le bien commun est plus agréable à Dieu que le bien d’un seul ; et que quiconque détiendrait un volume de cette sorte qui devrait être déposé dans la bibliothèque soit astreint à le remettre sans contestation.
Item, comme beaucoup de livres qui étaient dans la maison ne se retrouvent plus maintenant, il a été décidé que l’on établirait un nouvel inventaire des livres actuellement présents, afin qu’ils soient conservés à l’avenir avec plus de soin36.

  • 37 Sur le catalogue double de la bibliothèque commune (1321-1338), voir G. Fournier, « Listes, énuméra (...)
  • 38 A. Derolez, Les catalogues de bibliothèques, Turnhout, 1979, p. 40.
  • 39 L. Delisle, Cabinet, II, Paris, 1874, p. 183.

10Le catalogue de la bibliothèque commune vit le jour selon toute vraisemblance entre 1321 et 133837. L’œuvre du catalographe Jean répond précisément aux exigences du catalogue double énoncées par Albert Derolez : « Réunir dans un catalogue unique les avantages d’un inventaire des livres et d’un instrument destiné à retrouver des textes38. » L’inventaire sommaire et le répertoire méthodique du catalogue double de la bibliothèque commune du collège de Sorbonne, selon une terminologie héritée de Léopold Delisle39, sont intellectuellement indissociables. Ils appréhendent un seul et même fonds, la bibliothèque commune, sous l’angle de la topographie, c’est-àdire de la localisation spatiale des volumes posés sur les vingt-six pupitres, pour l’inventaire, sous celui du contenu des manuscrits pour le répertoire. L’inventaire saisit donc des objets matériels, des volumes, identifiés en règle générale par l’œuvre ou les œuvres qui ouvrent chacun d’entre eux, le répertoire des objets immatériels, des textes, signifiés dans le meilleur des cas par le nom de l’auteur, le titre de l’ouvrage et l’incipit de l’œuvre. Les textes sont distribués dans des rubriques, dont le nombre fut porté à cinquante-deux par les continuateurs du catalographe Jean, elles-mêmes subsumées dans le système des facultés en vigueur à l’université de Paris, respectivement les arts, la médecine, la théologie et le décret. Ces dispositions suffisent à souligner la vocation scientifique du répertoire méthodique et, par-delà, de la bibliothèque commune du collège. La Tabula doctrine qui tient lieu de préface au catalogue double, s’en fait l’écho en évoquant :

  • 40 Paris, BNF, n. a. l. 99, p. 247a ; L. Delisle, Cabinet, III, p. 79-80 (ici p. 79) ; trad. fr. J. Mo (...)

[…] la bibliothèque commune, dans laquelle une multitude de livres concernant presque toutes les sciences sont offerts à l’étude de tous […]40.

11Comme on l’aura constaté, elle ne fait que reproduire les termes énoncés dans le règlement de 1321 évoqué plus haut.

  • 41 L. Grenier-braunschweig, « La prisée des manuscrits du collège de Sorbonne au Moyen Âge », dans Mél (...)

12Une cote combinée apposée en regard des œuvres recensées dans le répertoire désigne en lettres majuscules le pupitre sur lequel était enchaîné le volume et en lettres minuscules le numéro d’ordre du volume sur le pupitre. Elle permet de reconstituer la teneur des quelque 350 volumes conservés dans la bibliothèque commune du collège de Sorbonne41. Trois d’entre eux renfermaient des commentaires sur l’Éthique à Nicomaque, comme il ressort du tableau suivant (le nom des auteurs, le titre des œuvres et l’incipit des textes sont empruntés au répertoire méthodique).

Tableau 1 : Les commentaires sur l’Éthique à Nicomaque dans le catalogue double de la bibliothèque commune

Tableau 1 : Les commentaires sur l’Éthique à Nicomaque dans le catalogue double de la bibliothèque commune
  • 42 Sur la datation de la traduction de Robert Grosseteste, voir D. A. Callus, « The Date of Grossetest (...)
  • 43 J. Brams, « The Revised Version of Grosseteste’s Translation of the Nicomachean Ethics », Bulletin (...)

13La rubrique des Libri morales Aristotilis et aliorum philosophorum produit encore plusieurs exemplaires de la traduction gréco-latine de Robert Grosseteste (1246-1247)42, qui fut révisée par Guillaume de Moerbeke43.

Tableau 2 : La traduction gréco-latine de l’Éthique à Nicomaque dans le catalogue double de la bibliothèque commune

Tableau 2 : La traduction gréco-latine de l’Éthique à Nicomaque dans le catalogue double de la bibliothèque commune

a) L. Delisle, Cabinet, III, p. 86a lit à tort « ADc ». Qu’il s’agit de la cote « ADo », l’inventaire sommaire le confirme. La description du vingt-sixième et dernier pupitre adopte l’ordre inverse. L’Ethica Aristotelis nove translacionis pulcra [ADo] précède immédiatement l’Ethica et politica Aristotelis [ADn].

14À ces trois témoins complets, il convient d’ajouter les deux exemplaires qui contiennent des fragments, sententia (Zq) ou extractiones (ABh). Faute de place, nous renonçons à produire le détail desdits manuscrits.

  • 44 Sur la Summa Alexandrinorum, voir en dernier lieu R. Saccenti, « La Summa Alexandrinorum. Storia e (...)
  • 45 Sur l’attribution des traductions de l’Ethica vetus et nova à Burgundio de Pise, voir F. Bossier, « (...)

15La rubrique des Libri morales Aristotelis contient enfin un exemplaire de la Summa Alexandrinorum (Zf), un abrégé arabo-latin de l’Éthique procuré par Hermann l’Allemand (1243 ou 1244) et dont Albert le Grand fit usage dans l’Ethica à peine postérieure44. Enfin, il n’y a nulle trace de l’Ethica vetus et de l’Ethica nova de Burgundio de Pise (vers 1110-1193) dans la bibliothèque commune45.

Le versement des commentaires d’Eustrate de Nicée et de Thomas d’Aquin

  • 46 Sur Eustrate de Nicée et son commentaire de l’Éthique, voir H. P. F. Mercken, « The Greek Commentat (...)
  • 47 H. P. F. Mercken, « The Greek Commentators on Aristotle’s Ethics », p. 441-442 ; A. de Libera, Méta (...)
  • 48 M. Trizio, « “Qui fere in hoc sensu exponunt Aristotelem”. Notes on the Byzantine Sources of the Al (...)

16Les mentions consignées dans le catalogue double constituent les plus anciens indices de la présence de commentaires sur l’Éthique à Nicomaque dans la bibliothèque commune du collège de Sorbonne. Elles appartiennent sans exception à la plus ancienne couche du document, celle transcrite par ou à l’instigation du catalographe Jean, entre 1321 et 1338. Elles concernent les commentaires d’Eustrate de Nicée (vers 1050-vers 1120) et de Thomas d’Aquin (1224/1225-1274). Partisan de l’aristotélisme théologique, mâtiné de « néoplatonisme chrétien », le Byzantin a laissé parmi d’autres un commentaire sur les livres I et VI de l’Éthique qui a été traduit par Robert Grosseteste en 1246-124746. Dès l’Ethica d’Albert le Grand qui en retient notamment les théories des trois idées de l’universel (triplex universale)47 et de l’intellect (intellectus possessus)48, Eustrate fut considéré comme le commentateur par excellence de l’Éthique à Nicomaque. Associé à la Translatio Lincolniensis, il circule aussi séparément, à l’instar des deux exemplaires conservés dans la bibliothèque commune du collège de Sorbonne. Dans le répertoire méthodique, leur incipit est emprunté au commentaire et non à la traduction de Robert Grosseteste.

  • 49 D. Salman, « Algazel et les Latins », Archives d’histoire doctrinale et littéraire du Moyen Âge, 10 (...)
  • 50 Sur le ms. Paris, BNF, lat. 16096, voir J. J. Duin, « La bibliothèque philosophique de Godefroid de (...)
  • 51 D. Salman, « Algazel et les Latins », art. cité, p. 120. La seconde version, dénuée de prologue, co (...)
  • 52 Sur la dissociation Logique et Métaphysique-Physique dans la tradition, voir D. Salman, « Algazel e (...)

17Sur la foi de la présence de la Logique d’Al-Ghazâlî (1058-1111), avec son prologue, Dominique Salman identifie le volume Xa avec le manuscrit Paris, BNF, lat. 1609649 qui provient du legs de Godefroid de Fontaines († après le 26 février 1304)50. Un survol de l’index ancien transcrit au feuillet 1v suffit à exclure cette éventualité. Le commentaire d’Eustrate de Nicée et sa table y font défaut. Bien qu’il ait été enchaîné dans la bibliothèque commune, le manuscrit Paris, BNF, lat. 16096 ne figure pas dans le répertoire méthodique. Ce qui signifie en clair que la bibliothèque commune du collège de Sorbonne « contenait [non seulement] le Maqâcid [el-falâcifa, nom arabe du traité des Intentions des philosophes, dont est issue la Logique] en ses deux états latins, avec et sans prologue51 », mais aussi deux exemplaires de la première version. Rien n’indique enfin que le volume Xa produisait l’intégralité du De intentionibus philosophorum traduit par Dominique Gundissalinus, aidé du juif converti Jean de Séville, dans le second quart du xiie siècle. Le prologue n’évoque pas explicitement la Métaphysique et la Physique, et la tradition laisse apparaître « une dissociation, qui semble fort ancienne, entre la Logique d’une part et l’ensemble Métaphysique-Physique d’autre part52 ». En d’autres termes, il est fréquent que la Logique soit transmise de manière isolée.

18À ce jour, les deux exemplaires du commentaire d’Eustrate de Nicée enchaînés dans la bibliothèque commune n’ont pas pu être identifiés.

  • 53 Sur le commentaire sur l’Éthique de Thomas d’Aquin, voir R.-A. Gauthier, L’Éthique à Nicomaque, op. (...)
  • 54 R.-A. Gauthier, L’Éthique à Nicomaque, op. cit., I-1, p. 130.
  • 55 J. C. Doig, Aquinas’s Philosophical Commentary on the “Ethics”, op. cit., en part. chap. 5 : « Dati (...)

19La Sententia libri Ethicorum de Thomas d’Aquin est le second commentaire attesté dans le catalogue double53, sous le titre Scripta Thome super librum Ethicorum. Composée en 1271-1272, l’explication littérale de l’Aquinate privilégie le contenu doctrinal de l’Éthique, dont elle livre un exposé condensé et simplifié. De l’aveu de son éditeur et exégète René-Antoine Gauthier, le « commentaire [de Thomas] présente tous les caractères d’une œuvre rapide, faite, si j’ose dire, de chic54 ». Le livre de James C. Doig prouve l’inverse55.

  • 56 Sur la liste de manuscrits transcrite par Adalbert Ranconi de Ericinio et son édition, voir G. Four (...)

20La présence des commentaires d’Eustrate de Nicée et de Thomas d’Aquin dans la bibliothèque commune du collège de Sorbonne est confirmée par la liste de manuscrits transcrite par les soins d’Adalbert Ranconi de Ericinio († 1388) au cours du troisième quart du xive siècle56. La seconde section de la liste reproduit la teneur des manuscrits ADv et ADq. Ils sont précédés de la traduction latine consignée dans le manuscrit ADn.

Tableau 3 : La traduction gérco-latine et les commentaires de l’Éthique à Nicomaque dans la liste de manuscrits d’Adalbert Ranconi de Ericinio

Tableau 3 : La traduction gérco-latine et les commentaires de l’Éthique à Nicomaque dans la liste de manuscrits d’Adalbert Ranconi de Ericinio

Le catalogue de bibliothèque (1338)

  • 57 Sur la fortune du commentaire de Thomas d’Aquin, voir C. H. Lohr, « Medieval Latin Aristotle Commen (...)
  • 58 Catalogue de 1338 : 42. Summe morales, 51 (Paris, BNF, n. a. l. 99, p. 157b ; L. Delisle, Cabinet, (...)
  • 59 Sur le catalogue de 1338, voir en dernier lieu G. Fournier, « Listes, énumérations, inventaires (Pr (...)
  • 60 Paris, BNF, lat. 16106, f. 1 : Jste liber scilicet sentencia [suscrit d’un autre scribe : fratris t (...)
  • 61 Catalogue de 1338 : 38. Originalia mixta sanctorum et philosophorum, 10. In vno uolumine continentu (...)
  • 62 On lira des exemples dans l’article de M. Mabille cité à la n. précédente.
  • 63 Paris, BNF, n. a. l. 99, p. 191a ; L. Delisle, Cabinet, III, p. 64a.
  • 64 M. Mabille, « Les manuscrits d’Étienne d’Abbeville », art. cité, no 5, p. 251 et n. 3.

21Le caractère prétendument sommaire de la Sententia de Thomas d’Aquin, auquel nous venons de faire allusion, n’a nullement nui à sa fortune, dont témoigne un grand nombre de manuscrits57. Le catalogue de la parva libraria du collège de Sorbonne (1338), qui conserve les livres susceptibles d’être prêtés aux sociétaires, ne compte pas moins de quatre exemplaires de la Sententia de l’Aquinate, dont deux sont connus de longue date58. Le catalogue de 1338 excède cependant les livres de la bibliothèque de prêt du collège59. Par l’entremise des formules cathenatus et defficit quia cathenatus, il renvoie aux manuscrits enchaînés dans l’établissement, au premier rang desquels figurent ceux conservés dans la bibliothèque commune. Ces manuscrits peuvent être identifiés à la faveur d’un renvoi transcrit dans les gardes à l’occasion du récolement qui précéda la rédaction du catalogue de 1338. Ainsi en va-t-il du manuscrit Paris, BNF, lat. 16106 qui provient du legs d’Étienne d’Abbeville († avant novembre 1288), dont la bibliothèque, riche de plus de quarante volumes, atteste un vif intérêt pour la morale60. Elle comprenait en particulier une Vetus Ethica et la compilation intitulée Moralium dogma philosophorum attribuée à Guillaume de Conches ou Gauthier de Châtillon qui ne nous sont pas parvenues61. L’ancienne garde du manuscrit Paris, BNF, lat. 16106 porte l’indication en partie effacée : [Aristotilis] primus (f. 1r). Les manuscrits en provenance du legs d’Étienne d’Abbeville sont coutumiers de ces notations laconiques qui réduisent l’intitulé des rubriques à leur plus simple expression lorsqu’elles ne les omettent pas tout simplement62. Elle renvoie en l’occurrence au premier volume de la rubrique dévolue aux Scripta et questiones super libros Aristotilis du catalogue de 1338. Le volume y est dit defficit quia cathenatus63. La garde présente des traces d’enchaînement et, si l’on considère enfin la date d’arrivée des manuscrits d’Étienne d’Abbeville dans l’établissement (le manuscrit Paris, BNF, lat. 15469 indique vers le 8 novembre 1288)64, il est vraisemblable qu’il soit identique au volume de la Sententia de Thomas d’Aquin mentionné sous la cote ADq dans le répertoire méthodique du catalogue double de la bibliothèque commune du collège de Sorbonne (voir tableau 1).

  • 65 Sur le manuscrit Paris, BNF, lat. 16147, voir Aristoteles latinus, op. cit., I, no 678, p. 567 ; W.(...)
  • 66 Voir en dernier lieu C. Angotti, « Les bibliothèques des couvents mendiants, un modèle pour les séc (...)
  • 67 Paris, BNF, lat. 16147, f. 2v : Iste liber est collegii pauperum magistrorum parisius in theologica (...)

22Le manuscrit Paris, BNF, lat. 16147 propose un cas de figure analogue65. Donné au collège par Gérard d’Abbeville († 1272), qu’on ne présente plus66, il est enchaîné en dix-septième position au pupitre dévolu aux libros naturales non commentatos selon le catalogue de 133867. Des traces d’enchaînement sont attestées sur le contre-plat supérieur et le premier feuillet du manuscrit. Il contient une Tabula alphabetica super libros Ethicorum et Politicorum (f. 247ra-261vb). Cette dernière nous introduit à l’étude des instruments forgés pour faciliter l’enseignement d’Aristote dans les universités médiévales. Un autre manuscrit du collège, le manuscrit Paris, BNF, lat. 16090, témoigne lui aussi de la présence de plusieurs de ces instruments, dont certains ressortissent à l’Éthique, dans la bibliothèque commune du collège de Sorbonne.

Le témoignage du manuscrit Paris, BNF, lat. 16090 (après 1360)

  • 68 Sur Jean Gorre et son legs, voir A. Franklin, Les anciennes bibliothèques de Paris. Églises, monast (...)
  • 69 Sur la tradition de la Tabula moralium Aristotelis, voir M. Grabmann, Methoden und Hilfsmittel des (...)

23Le manuscrit Paris, BNF, lat. 16090 (xive siècle) provient du legs de Jean Gorre68. Il était constitué à l’origine de deux unités codicologiques autonomes qui embrassent respectivement les cinq premiers sénions (f. 1r-60v), occupés par la Tabula moralium Aristotelis de Jean Bernier de Fayt († 1395), et les quatre sénions suivants (f. 61r-108v), dévolus à la Translatio Lincolniensis, suivie d’une question disputée69. Chacune d’entre elles porte une mention « hors la teneur » transcrite de la main de Jean Gorre : ici un titre de propriété : magistri Johannes gorre de parisius (f. 60v), qui a été rogné suite à la nouvelle reliure du manuscrit à l’époque moderne ; là une mention d’acquisition : ego Johannes gorre emi istum librum XX solidorum (f. 108v). Le prix du volume apparaît une nouvelle fois au recto du même feuillet. Les deux parties ne partagent par ailleurs aucun scribe. Leur réunion intervint au plus tard lors de leur legs au collège de Sorbonne, dont l’ex-libris copié sur l’ancienne garde collée (f. 109r) conserve le souvenir :

Jste liber est pauperum magistrorum de sorbona ex legato magistri Johannis gorre socij domus precij centum solidorum.

24Cependant le manuscrit ne tarda pas à rejoindre la bibliothèque du collège dit de la « Petite Sorbonne ». À cette occasion, un bibliothécaire cancella l’indication précédente et lui substitua le titre de propriété suivant :

Jste liber est pauperum scolarium de Sorbona ex legato magistri Johannis gorre de parisius [souscript par le même scribe : condam socij huius domus] doctoris in theologia Precii. 6. florenorum, Florencie.

  • 70 Il s’agit des mss Paris, BNF, lat. 15885, f. 273r, 15976, contre-plat inférieur et 15977, f. 130r. (...)

25Cette opération intervint selon toute vraisemblance à la réception du legs de Jean Gorre ou peu s’en faut. En effet, le bibliothécaire qui apposa la mention précédente procéda de manière analogue dans nombre de manuscrits légués par le docteur en théologie70.

26Les annotations apposées au recto du premier feuillet du manuscrit Paris, BNF, lat. 16090 n’ont jusqu’alors éveillé aucun intérêt. Elles attestent cependant le versement de plusieurs tables dans la bibliothèque commune du collège de Sorbonne. Bien que passablement endommagé par l’enchaînement du manuscrit, le texte relatif aux deux tables qui ressortissent à des titres divers à la philosophie morale aristotélicienne s’énonce comme suit :

  • 71 Voir infra Illustrations no 1.

[Marge supérieure] Quere alibi bancha. a[l ( ?)] [volum]ine.d. Tabulam bonam librorum. Porphirius, predicamenta, peryarmenias, sex principiorum, topica, Boecij [un mot presque illisible en raison d’une tache de rouille : d[ivisi]o[n]um ( ?)], Aristotilis elenchi, prio[ra et] p[osteriora analytica] totius so[phis]t[ic]e ( ?) [ti]bi etiam multa continentur morali[s] patet intuent[… ( ?)].
[Marge inférieure, sous la colonne a] Jtem alibi bancha.Am. volumine.h. tabulam ethicorum [ce dernier mot sur un grattage] cum pluribus terminis et auctoritatibus licet breuioribus ordinatam71.

  • 72 Sur Jean Bernier de Fayt et la Tabula moralium Aristotelis, voir B. Hauréau, Notices et extraits de (...)
  • 73 La préface à la Tabula moralium Aristotelis est éditée dans M. Grabmann, Methoden und Hilfsmittel…, (...)
  • 74 Dernièrement C. Flüeler et É. Anheim proposèrent une datation de la Tabula moralium Aristotelis en  (...)

27Ces annotations sont selon toute vraisemblance imputables à un seul et même scribe, comme le suggère l’identité du style graphique, de l’encre brune et des manicules qui annoncent chacune d’entre elles. Elles ont été suscitées par la Tabula moralium Aristotelis de Jean Bernier de Fayt qui couvre l’essentiel de la première partie du volume (f. 1ra-57r ; les feuillets 57v-60v sont blancs)72. Cette œuvre est composée d’une table des matières qui emprunte à la Rhétorique, l’Éthique (dans la Translatio Lincolniensis), la Politique, l’Écono mique, la Poétique et la Grande Morale, attribuées à Aristote, et d’une table des incipits des chapitres de chacune d’entre elles. Dans la préface, son auteur dit produire à l’occasion des citations empruntées aux commentaires de ces œuvres ou recourir à certains d’entre eux pour étayer ses propres explications. Pour l’Éthique à Nicomaque, il s’agit d’une part des commentaires d’Eustrate de Nicée, de Robert Grosseteste et d’Albert le Grand et d’autre part des commentaires de Thomas d’Aquin et de Gauthier Burley73. Achevée en 1341, cette dernière œuvre constitue le terminus ante quo de la Tabula moralium Aristotelis de Jean Bernier de Fayt. Il est vraisemblable qu’elle vit le jour au cours de ses études parisiennes74.

  • 75 M. Grabmann, Forschungen über die lateinischen Aristoteles-Übersetzungen des XIII. Jahrhunderts,(...)
  • 76 Id., Forschungen…, op. cit., p. 98-99 ; Id., Methoden und Hilfsmittel…, op. cit., p. 126-127, 138-1 (...)

28Venons-en aux tables évoquées dans les annotations portées au recto du premier feuillet du lat. 16090. On sait depuis les travaux pionniers de Martin Grabmann que l’enseignement d’Aristote dans les universités médiévales a suscité la composition d’instruments susceptibles de faciliter l’appréhension du texte du Stagirite75. Il s’agit, parmi d’autres, de tables qui produisent de manière plus ou moins exhaustive la teneur d’une ou plusieurs œuvres d’Aristote, le plus souvent dans l’ordre alphabétique. Nombre d’entre elles sont consacrées à l’Éthique à Nicomaque. Tel est le cas de la Tabula ethicorum enchaînée au pupitre AM d’après la note transcrite dans la marge inférieure du manuscrit Paris, BNF, lat 16090. Son titre est attesté dans plusieurs productions analogues76. En l’absence du manuscrit, nous ignorons bien évidemment si son auteur joignit à la lettre aristotélicienne celle d’un ou plusieurs de ses commentateurs, à l’instar de Jean Bernier de Fayt.

  • 77 Voir supra p. 141.
  • 78 M. Grabmann, Forschungen…, op. cit., p. 98-99 ; Id., Methoden und Hilfsmittel…, op. cit., p. 129-13 (...)

29Le corpus réuni par Martin Grabmann permet en outre d’apprécier le domaine de compétence de ces tables. Concernant l’Éthique à Nicomaque, il n’excède qu’exceptionnellement la philosophie morale d’Aristote, à l’instar de la table conservée dans le manuscrit Paris, BNF, lat. 16147 présenté plus haut et qui provient du legs de Gérard d’Abbeville77. Son titre et sa teneur associent l’Éthique et la Politique : Jn libro ethicorum [autre main : et politicorum] (f. 247ra). La table est précédée par des Concordancie super libros naturales qui comprennent les titres des livres et des chapitres de diverses œuvres aristotéliciennes puis la table à proprement parler, comme dans nombre de manuscrits78.

  • 79 Ibid., p. 149-151.
  • 80 Pour des exemples parisiens, voir Aristoteles latinus, op. cit., I, no 656, p. 553 ; no 666, p. 558 (...)

30La réunion de textes ressortissant à la morale et à la logique n’a pas cours dans la tradition des Tabulae. Seule la Summa moralis de Pierre Storch († 1431) conjoint les Topiques et la Consolation de Philosophie de Boèce à l’Éthique, la Politique, la Rhétorique et l’Économique79. C’est à une association similaire que renvoie la description du manuscrit enchaîné au pupitre AL ( ?) dans la note apposée dans la marge supérieure du manuscrit Paris, BNF, lat. 16090, f. 1r. Le manuscrit « d » produit des œuvres empruntées à la logica vetus et à la logica nova d’Aristote dans une séquence attestée depuis le xiiie siècle80, un pseudépigraphe (le Liber sex principiorum) et quelques-uns de leurs principaux commentaires, en l’occurrence ceux issus de la plume de Porphyre et de Boèce. Les œuvres morales d’Aristote en sont absentes. C’est le bibliothécaire qui souligne l’intérêt des œuvres logiques pour la philosophie morale : Aristotilis elenchi, prio[ra et] p[osteriora analytica] totius so[phis]t[ic]e ( ?) [ti] bi etiam multa continentur morali[s] patet intuent [… ( ?)].

  • 81 Voir supra p. 134.
  • 82 Paris, BNF, n. a. l. 99, p. 266 : Jtem postilla [Sapiencie] holcot. Bancha. am ; L. Delisle, Cabine (...)

31Les annotations que nous avons présentées peuvent-elles être datées et renvoient-elles à un dépôt de livres du collège de Sorbonne ? Et si oui, lequel ? De fait, l’inventaire sommaire du catalogue double ne compte que vingt-six pupitres, le dernier étant doté des lettres AD. Se pourrait-il que les annotations aient été antérieures au legs de Jean Gorre et étrangères au collège de Sorbonne ? Il n’en est rien. D’abord les cotes combinant des lettres sont en usage au collège de Sorbonne au plus tard depuis la rédaction du catalogue double entre 1321 et 133881. Ensuite et surtout, une note ajoutée à la rubrique consacrée aux Postilles dans le répertoire méthodique renvoie précisément au pupitre AM82. Elle concerne un exemplaire de l’Expositio in librum Sapientiae de Robert Holcot († 1349) qui pourrait provenir du legs de Jean Gorre.

  • 83 Outre les cotes ALd et AMh, l’une des mentions transcrites dans la marge supérieure du manuscrit Pa (...)
  • 84 Paris, BNF, lat. 15885, f. 273r : Anno Mo CCCo 60 cuius anima in pace requiescat.
  • 85 G. Fournier, « Listes, énumérations, inventaires (Première partie) », art. cité, p. 190-191 (à prop (...)

32Les pupitres AM et à plus forte raison AL sont donc bel et bien attestés au collège de Sorbonne. La mention du premier dans le répertoire méthodique du catalogue double témoigne de surcroît qu’ils appartenaient à la bibliothèque commune. Cette dernière se serait donc accrue de huit bancs supplémentaires depuis la rédaction du catalogue double83. Leur existence est postérieure au legs de Jean Gorre qui est intervenu en 1360 ou peu après84. Si tel devait être le cas, la note concernant l’Expositio in librum Sapientiae de Robert Holcot serait l’une des plus récentes transcrites dans le répertoire, dont on sait qu’il ne fut plus guère actualisé au-delà du milieu du xive siècle85.

  • 86 Sur ce catalogue, voir infra p. 160 sq.
  • 87 Au sujet des Repertoria sive tabulae generalis auctoritatum Aristotelis imprimés, voir C. B. Schmit (...)

33Quoi qu’il en soit, les annotations apposées dans le manuscrit Paris, BNF, lat 16090 apportent la preuve du versement d’une table relative à la philosophie morale d’Aristote dans la bibliothèque commune du collège de Sorbonne après 1360, sous la cote AMh. La Tabula ethicorum était consacrée à l’Éthique à Nicomaque. Nous ignorons si elle coïncide avec les Tabulae in Aristotelem (no 61) de la rubrique dévolue aux Philosophici libri, Morales, Metaphysici, Naturales du catalogue du milieu du xvie siècle86, et ceci d’autant plus que des instruments analogues eurent les faveurs de l’imprimerie87. À l’inverse, il est plus que vraisemblable que les Concordantiae super libros naturales (no 58) de la même rubrique soient identiques avec le manuscrit Paris, BNF, lat. 16147 provenant de Gérard d’Abbeville.

Le témoignage double du manuscrit Paris, BNF, lat. 16681 (après 1358-1360)

34Il est d’autres témoignages indirects de la présence d’un commentaire sur l’Éthique à Nicomaque dans la bibliothèque commune. On lit ainsi au feuillet 126r du manuscrit Paris, BNF, lat. 16681, qui tient lieu de garde collée, la mention suivante :

  • 88 Sur le ms. Paris, BNF, lat. 16681, voir W. Senko, Repertorium, II, p. 90 ; Aegidii Romani, Opera om (...)

Incathenarj debet in banca pariet[em] contra prope ethicam buridanj88.

35Cette indication, pour sommaire qu’elle soit, nous introduit à double titre dans la dynamique de la bibliothèque commune. Elle témoigne d’une part d’une translation opérée au sein de la collection, d’autre part de la présence des Quaestiones in Aristotelis Ethicam de Jean Buridan dans le dépôt.

La translation du manuscrit BNF lat. 16681

36Une note portée au feuillet 125v indique la provenance et le contenu du manuscrit :

Jste liber est pauperum magistrorum de Sorbone ex legato magistri Petri de Lemovicis quondam domus huius. Jn quo continentur scripta fratris Egidij super Rethoricam.

37Le volume provient du legs de Pierre de Limoges († 1306) et contient un exemplaire du commentaire de la Rhétorique de Gilles de Rome († 1316). Les mentions qui suivent précisent la prisée, le statut et la cote du volume dans le catalogue de 1338 :

Precij XL solidorum. Cathenabitur. 39us inter scripta Aristotilis.

38Le catalogue de 1338 confirme l’enchaînement du manuscrit dans la bibliothèque commune :

  • 89 Paris, BNF, n. a. l. 99, p. 207b ; L. Delisle, Cabinet, III, p. 65a.

54. Scripta et questiones super libros Aristotilis. […] 39. Defficit quia cathenatus89.

39Il correspond au manuscrit doté de la cote ADt dans le répertoire méthodique du catalogue de la bibliothèque commune :

  • 90 Paris, BNF, n. a. l. 99, p. 341 ; L. Delisle, Cabinet, III, p. 86.

Librj morales Aristotilis et aliorum philosophorum. […] Banc. AD. vol. t. Scripta Egidij super rethoricam Aristotilis. Queritur qualis vnusquisque est talis sibi finis uidetur90.

40La description des manuscrits enchaînés au vingt-sixième et dernier pupitre adoptant l’ordre inverse, comme cela est parfois l’usage dans l’inventaire sommaire, le manuscrit ADt occupe la seconde place dans la liste :

  • 91 Paris, BNF, n. a. l. 99, p. 243b ; L. Delisle, Cabinet, III, p. 78.

Vltimi scamni iuxta parietem. AD. XXVI. […] Scripta Egidii super rethoricam Aristotelis91.

41Une fois n’est pas coutume, la localisation du pupitre est précisée dans l’inventaire : il est sis à côté du mur (iuxta parietem) dans la bibliothèque commune. Sur la foi de la note transcrite au feuillet 125v du manuscrit Paris, BNF, lat. 16681, nous apprenons enfin qu’il fut transféré à une date indéterminée « sur un pupitre sis en face du mur à proximité du commentaire sur l’Éthique de Jean Buridan ». Il avait donc manifestement changé de place au sein de la collection.

Le versement des Quaestiones in Aristotelis Ethicam de Jean Buridan

  • 92 Sur la délicate question de la rédaction et donc de la datation des Quaestiones in Aristotelis Ethi (...)
  • 93 C. Flüeler, « Buridans Kommentars zur Nikomachischen Ethik : Drei unechte Literalkommentare », Viva (...)
  • 94 Sur le ms. Paris, BNF, lat. 16128, voir W. Senko, Repertorium, II, p. 22-24 ; B. Michael, Johannes (...)
  • 95 Sur le ms. Paris, BNF, lat. 16129, voir C. Samaran et R. Marichal, Catalogue des manuscrits en écri (...)

42La mention portée au manuscrit Paris, BNF, lat. 16681 atteste aussi la présence dans la bibliothèque commune des Quaestiones in Aristotelis Ethicam de Jean Buridan, qui sont demeurées inachevées au décès de leur auteur, entre 1358 et 136092. On ne lui connaît pas de commentaire littéral93. Les catalogues n’ayant guère été actualisés au-delà du milieu du xive siècle, on peut essayer d’identifier le manuscrit visé par la note dans la tradition de l’œuvre buridanienne. Deux témoins en provenance du collège de Sorbonne ou ayant transité par ses bibliothèques au Moyen Âge nous sont parvenus. Il s’agit des manuscrits Paris, BNF, lat. 16128, f. 1ra-414ra (fin du xive s.)94 et 16129, f. 5ra-249vb (avant 1391)95.

43Le premier manuscrit fut affecté à une date indéterminée au collège dit de la « Petite Sorbonne » comme l’atteste une mention portée au feuillet 414v :

  • 96 Le ms. Paris, BNF, lat. 16128 n’est pas mentionné dans C. Angotti, « Mort et vie du collège dit de (...)

[…] Jste igitur liber est pauperum magistrorum et scolarium huius parue Sorbone collegij de remediis viciorum et medicamentibus diversorum vulnerum. Orate pro benefactoribus96.

  • 97 Le registre de prêt de la bibliothèque du collège de Sorbonne, no 139, 16, p. 489 : Item habuit Eth (...)
  • 98 C. Angotti, « Mort et vie du collège dit de la “Petite Sorbonne” », art. cité, p. 179-180. Les mss (...)

44Le 5 décembre 1481, il est emprunté par le sociétaire Jean Dumont97. À cette date, les manuscrits du collège dit de la « Petite Sorbonne » avaient rejoint depuis longtemps la parva libraria du collège de Sorbonne98. D’où l’absence de précision au sujet du lieu de conservation du manuscrit Paris, BNF, lat. 16128 dans le registre de prêt. Il est donc difficile de déterminer si c’est ce volume dont il est question dans la note du BNF lat. 16681.

  • 99 Sur le sens de cette expression, voir B. Michael, Johannes Buridan, op. cit., p. 871.

45Le second manuscrit (Paris, BNF, 16129) qui dit produire l’ultima lectura des Quaestiones (f. 105vb)99, fut acquis en 1391 par le sociétaire Adam Carnificis, puis légué en 1401 au collège, comme en témoignent les deux notes apposées au feuillet 253v par un seul et même scribe :

  • 100 Sur Adam Carnificis, licencié en théologie en 1395, voir G. Ouy, « Simon de Plumetot (1371-1443) et (...)

Istum librum emi erga magistrum adam carnificis, pro tunc socium in sorbona, pro septem francis aureis cum quartario, anno domini Mo CCCo nonagesimo primo.
Istum librum lego Collegio sorbone parisius vna cum lecturis ade
[Adam Wodeham ?] et hoyte [Henri Totting de Oyta] et lecturam hoyte habeo pro nunc penes me, sed lecturam ade habet pro nunc magister gherardus yscondj. Scriptum anno domini Mo CCCCJo, ipso die egidij abbatis100.

  • 101 Voir infra p. 161.

46Le manuscrit ne porte aucune mention de versement à la magna libraria, mais des traces d’enchaînement subsistent sur les deux plats de reliure. Il n’est donc pas tout à fait à exclure qu’il puisse s’agir de l’exemplaire des Quaestiones in libros Ethicorum évoqué dans la note apposée sur le manuscrit Paris, BNF, lat. 16681, f. 126r et à proximité duquel ce dernier volume aurait été enchaîné. Ce qui est certain, en revanche, c’est qu’un Buridanus in ethica figure au nombre des Philosophici libri, Morales, Metaphysici, Naturales du catalogue du milieu du xvie siècle, dont il sera encore question101.

Mentions ponctuelles, mentions concertées : le sort réservé au legs de Jacques de Padoue (après 1391)

  • 102 La plus ancienne occurrence est empruntée à un statut réglementant l’usage des clés de la bibliothè (...)
  • 103 Voir la contribution de C. Angotti dans le présent volume.

47Les exemples produits jusqu’alors témoignent de mouvements de bibliothèque restreints et ponctuels. Il en est d’autres que l’on soupçonne au détour d’une campagne d’apposition de mentions « hors la teneur » qui attestent un enrichissement massif et une actualisation doctrinale du dépôt. Tel est le cas de la mention : Incatenetur in magna libraria sorbone ou sorbona, précédée d’une lettre qui indique selon toute vraisemblance le pupitre auquel le manuscrit fut enchaîné et suivie du prix d’estimation, le tout invariablement transcrit dans la marge inférieure des premiers feuillets de certains manuscrits. L’appellation magna libraria n’ayant cours dans la documentation du collège de Sorbonne qu’à partir de 1391102, on peut supposer que l’opération fut postérieure à cette date. Il n’est pas à exclure toutefois que cette dénomination ait été en usage auparavant103.

  • 104 C.-V. Langlois, « Jacques de Padoue, sorboniste », dans Histoire littéraire de la France, XXXVI, Pa (...)
  • 105 Sur le manuscrit Paris, BNF, lat. 16110, voir Aristoteles latinus, op. cit., I, no 671, p. 561-563  (...)
  • 106 Ce qui était une probabilité dans C. Samaran et R. Marichal, Catalogue des manuscrits en écriture l (...)

48Quoi qu’il en soit, ces indications abondent en particulier dans les volumes légués par le maître ès arts, en médecine et en théologie, Jacques de Padoue († après le 29 mai 1354). Comme l’observait jadis Charles-Victor Langlois, sa culture et sa curiosité sont exceptionnellement variées : elles embrassent aussi bien la logique, la rhétorique, la philosophie, la physique, la médecine que le décret et la théologie104. Cet éclectisme n’a d’équivalent que celui qui a présidé au choix opéré parmi les manuscrits de Jacques de Padoue destinés à la bibliothèque commune. L’importance et la fortune de la bibliothèque de Jacques de Padoue excédant la place que nous pouvons présentement lui accorder, nous y reviendrons ailleurs plus en détail. Contentons-nous d’évoquer le manuscrit Paris, BNF, lat. 16110 (première moitié du xive s.), qui produit parmi d’autres un florilège de commentaires aristotéliciens, en particulier de l’Éthique à Nicomaque105. Sa provenance est précisée de la main même de Jacques de Padoue106 au verso du premier feuillet qui n’est autre que l’ancienne garde volante du manuscrit :

† Jste liber est Jacobi de padua professoris parisius in theologia Medicina et Artibus.

49Son contenu, consigné dans une table plus ancienne, est amendé sur plusieurs points (entre crochets carrés) par Jacques de Padoue :

Jn isto volumine continentur ea que secuntur perordinem.
[= Primo questiones] scoti supra metaphysicam. [videlicet doctoris subtilis]
[= Jtem] auereys de generationeanimalium.
[= Jtem] quodlibet Magistri francisci demarchia.
[= Jtem] thomas supra librumethicorum.
[= Jtem questiones supra librum ethicorum.]

50Il substitue des lettres aux chiffres que l’on soupçonne encore sous les mentions Primo questiones et Jtem, réécrit un mot ou une ligne et apporte le cas échéant une précision, en l’occurrence le surnom de Jean Duns Scot.

  • 107 G. Murano, Opere diffuse per exemplar e pecia, op. cit., no 890, p. 776.
  • 108 Voir en dernier lieu I. Costa, « Il problema dell’omonimia del bene in alcuni commenti scolastici a (...)
  • 109 W. A. Duba, « The Authenticity of Francis of Marchia’s Quodlibet… », art. cité, p. 97-98 et 99 n. 3 (...)
  • 110 La pièce est qualifiée de la sorte dans la table transcrite de la main de Jacques de Padoue sur le (...)
  • 111 Les annotations marginales se résument à quelques mots-clés, à des corrections, à la restitution de (...)

51Les deux dernières pièces de la table correspondent respectivement au commentaire de Thomas d’Aquin (f. 151ra-234vb), qui est issu de la pecia107, et à une série de questions, voire une compilation, constituée de trois cent vingt-cinq questions et de quatre prologues anonymes (f. 236ra-281vb) sur l’Éthique à Nicomaque108. Imputable selon toute vraisemblance à Jacques de Padoue, à moins qu’il ne s’agisse de son contemporain Nicolas de Cogno, dont le nom aurait été gratté au feuillet 282v109, cette dernière témoigne d’une curiosité certaine pour l’éthique. Sa bibliothèque personnelle comprend encore un bonum principium super libro Ethicorum au feuillet 130r-v du manuscrit Paris, BNF, lat. 15669110. Le manuscrit Paris, BNF, lat. 16110 invite cependant à la prudence. La Sententia de Thomas d’Aquin et les questions sur l’Éthique n’ont guère suscité d’annotations111. Aucune ne peut être attribuée à Jacques de Padoue. Hormis les mentions « hors la teneur », sa main est absente du manuscrit.

52Toujours sur le verso du premier feuillet du manuscrit Paris, BNF, lat. 16110, une nouvelle annotation produit le titre de propriété du collège de Sorbonne et la prisée :

Jste liber est collegij pauperum magistrorum de sorbona ex legato magistri Jacobi de padua in arcium medicine ac theologie facultatibus professoris socij huius domus precij 6 librarum.

53Enfin dans la marge inférieure du second feuillet (le premier qui accueille du texte), le versement du manuscrit à la « grande » bibliothèque (main 1 ; encre brun foncé), l’indication du pupitre et une nouvelle fois la prisée (main 2 ; encre brun clair) sont signifiés par deux scribes distincts :

  • 112 Voir infra Illustrations no 2.

Jncatenetur in [un grand pli dans le parchemin empêcha le scribe de poursuivre] t Jncatenetur in magna li[une tâche voile partiellement : br]aria sorbone 6 librarum112.

54Le prix d’estimation du volume est encore une fois mentionné au feuillet 282v (VJ. librarum).

55À ce jour, quatorze manuscrits en provenance du legs de Jacques de Padoue et deux volumes d’une autre provenance partagent à notre connaissance cette combinaison de mentions « hors la teneur ». Identiques dans leur formulation à deux exceptions près qui privilégient la variante : Ligetur et incatenetur in magna libraria sorbone, elles sont proposées toujours dans le même ordre, transcrites toujours par les mêmes scribes et insérées toujours au même endroit, c’est-àdire dans le ou les premiers feuillets du manuscrit. La répétition des mentions et l’électisme des volumes qui ressortissent aux quatre facultés de l’université de Paris trahissent une entreprise massive et concertée d’enrichissement de la bibliothèque de présence et de référence du collège de Sorbonne. Ces circonstances n’en donnent que plus de prix au versement du manuscrit Paris, BNF, lat. 16110 et des commentaires sur l’Éthique à Nicomaque de Thomas d’Aquin et de l’Anonyme dans la bibliothèque commune.

Le registre de prêt (1403-1530)

  • 113 G. Fournier, « Listes, énumérations, inventaires (Première partie) », art. cité, p. 207-214.
  • 114 M.-H. Jullien de Pommerol, « Le prêt des livres à la fin du Moyen Âge (xiiie-xve siècles) », dans D (...)
  • 115 Sur le prêt de mss enchaînés dans la bibliothèque commune, voir Ead., « Introduction », dans Le reg (...)

56Le collège de Sorbonne a le privilège de conserver trois registres de prêt113. L’Occident latin n’en compte qu’un très petit nombre, et les autres collèges séculiers parisiens aucun114. Seul le deuxième nous intéresse présentement. Il couvre la plus longue période, de 1403 à 1530, et enregistre les livres en les regroupant par sociétaires qui seuls ont le droit à une liste de prêt. En règle générale, les livres empruntés sont conservés dans la parva libraria. À l’occasion, il est question des ressources d’autres dépôts, en particulier la magna libraria. Le désenchaînement d’un manuscrit conservé dans la bibliothèque commune donne lieu à une procédure particulière115. Tel est le cas de la Sententia et expositio cum quaestionibus super librum Ethicorum du franciscain Guiral Ot, empruntée à trois reprises entre 1425 et 1431. Le registre de prêt confirme par ailleurs l’enchaînement des commentaires d’Eustrate de Nicée et de Thomas d’Aquin.

57Le tableau qui suit résume les prêts successifs des commentaires sur l’Éthique dans le registre du même nom et identifie les manuscrits empruntés qui sont conservés dans la bibliothèque commune

Tableau 4 : Les commentaires de l’Éthique à Nicomaque prêtés par le collège d’après le registre de prêt (1403-1530)

Tableau 4 : Les commentaires de l’Éthique à Nicomaque prêtés par le collège d’après le registre de prêt (1403-1530)

a) La première ligne indique le mot-repère de début, la seconde et les suivantes le mot-repère de fin et ses alternatives selon qu’il est puisé à un f. ou à un autre, dans le texte ou dans une table.

Le versement de la Sententia et expositio cum quaestionibus super librum Ethicorum de Guiral Ot et ses usages (avant 1425)

58Selon le tableau qui précède, Jean Germain aurait été le premier sociétaire à faire désenchaîner des commentaires sur l’Éthique à Nicomaque dans la magna libraria. Le 2 novembre 1425, sa liste de prêt évoque l’emprunt d’une Bible et des commentaires sur l’Éthique d’Eustrate de Nicée et de Guiral Ot (vers 1285-1348). Seuls ces deux derniers retiennent présentement notre attention :

  • 116 Paris, Bibliothèque Mazarine, ms. 3323, f. 75r ; Le registre de prêt de la bibliothèque du collège (...)

Item habuit 2o nouembris eiusdem anni XXVti, de magna libraria duos ex concessione aule duos libros, scilicet Eustracium super ethicam precii octo librarum, 2o folio dere de ipsis, penultimo dem bene, et Gerardum Odonis super ethicam precii decem florenorum, 2o folio sapienciores esse, penultimo dicit ergo primo116.

  • 117 Ibid., no 68, 33, p. 294.

59Jean Germain engagea une bible d’une valeur de 18 livres pour garantir ces emprunts. Il l’utilisa une nouvelle fois pour une opération similaire le 30 octobre 1428117. À la restitution des livres qui intervint à une date indéterminée, l’article fut cancellé.

  • 118 Paris, BNF, lat. 16582, f. 2ra et 328ra (mots-repères). Le ms. est dénué de mentions « hors la tene (...)
  • 119 Paris, BNF, lat. 16127, f. 3ra et 168ra (mots-repères). Le ms. est dénué de mentions « hors la tene (...)
  • 120 Voir supra Tableau 1.
  • 121 Voir supra p. 137-138.

60Sur la foi des mots-repères de début et de fin, les volumes empruntés par Jean Germain peuvent être identifiés : il s’agit des manuscrits Paris, BNF, lat. 16582 (xiiie s.) pour le commentaire d’Eustrate de Nicée118 et Paris, BNF, lat. 16127 (xive s.) pour celui de Guiral Ot119. Le premier pourrait être identique au manuscrit ADv du catalogue double de la bibliothèque commune (1321-1338)120, le manuscrit Xa étant associé à la réfutation de la Logique d’Al-Ghazâlî121 qui fait défaut dans le manuscrit Paris, BNF, lat. 16582. En l’absence de mentions bibliothéconomiques, nous en sommes cependant réduit à des hypothèses.

  • 122 Sur le commentaire de l’Éthique de Guiral Ot et sa fortune, voir en dernier lieu C. Porter, « Geral (...)
  • 123 Voir supra Tableau 4.
  • 124 Le livre des prieurs de Sorbonne, op. cit., no 5, p. 28-29.
  • 125 Sur l’organisation du cours commun sur l’Éthique, voir Z. Kaluza, « Les cours communs sur l’Éthique (...)
  • 126 Le livre des prieurs de Sorbonne, op. cit., nos 35-36, p. 33-34 ; et Z. Kaluza, « Les cours communs (...)

61Quoi qu’il en soit, l’emprunt de Jean Germain confirme d’une part la présence du commentaire sur l’Éthique d’Eustrate de Nicée122 et atteste d’autre part le versement du commentaire de Guiral Ot dans la magna libraria du collège de Sorbonne. Les emprunts des sociétaires Jean Hochet et Alard Palenc, respectivement les 31 octobre 1430 et 1431, corroborent ces faits123. La demande préalable formulée par Alard Palenc auprès du conseil et portée au registre des délibérations le 4 octobre 1431 livre le motif de ces emprunts réitérés : il s’agit de la lectura Ethice124, en d’autres termes, du cours commun sur l’Éthique à Nicomaque qui est attesté à l’université de Paris à partir de la fin du troisième quart du xive siècle et dont les étudiants en théologie, en particulier les membres du collège de Sorbonne, étaient le plus souvent les titulaires125. En janvier 1432, le collège incite ses membres à suivre la leçon d’Éthique, après celles de Métaphysique et de Physique, et ceci d’autant plus qu’un sorboniste en était titulaire, en l’occurrence ledit Alard Palenc126.

  • 127 Z. Kaluza, « Les cours communs… », art. cité, p. 158-159 et 166-167.
  • 128 Ibid., p. 166.
  • 129 Le registre de prêt de la bibliothèque du collège de Sorbonne, op. cit., no 68, 14, p. 292. Cet exe (...)
  • 130 Ibid., no 81, 6, p. 325.
  • 131 Ibid., no 77, 35, p. 314. Le 29 octobre 1428, Alard Palenc avait déjà emprunté un exemplaire distin (...)
  • 132 Ibid., no 81, 6, p. 325.
  • 133 Voir supra p. 140-141.

62C’est à Zénon Kaluza que revient le mérite d’avoir mis en évidence les emprunts successifs de Jean Germain, Jean Hochet et Alard Palenc, et de les avoir considérés sous l’angle de l’office de lecteur de l’Éthique127. Ces emprunts inspirent deux observations à l’auteur. La première, à laquelle nous souscrivons pleinement, constate que l’« on associe à Paris la lecture d’Eustrate de Nicée, de Guiral Ot et de Thomas d’Aquin128 ». De fait, les trois sociétaires empruntent la Sententia libri Ethicorum de l’Aquinate, successivement le 13 avril 1425 pour Jean Germain129, le 31 octobre 1430 pour Jean Hochet130 et le 7 octobre 1431 pour Alard Palenc131. Bien qu’il ne soit pas fait état de la magna libraria, le manuscrit emprunté par Jean Hochet était bien enchaîné dans la bibliothèque commune, comme l’attestent la mention de la demande préalable au conseil et au sous-proviseur (ex consensu et deliberacione aule et licencia domini subprovisoris)132 et l’histoire du volume. Il s’agit du manuscrit Paris, BNF, lat. 16106 qui était selon toute vraisemblance enchaîné dans la magna libraria depuis la rédaction du catalogue double (1321-1338), sinon de celle du catalogue de 1338133.

  • 134 R.-A. Gauthier, L’Éthique à Nicomaque, op. cit., I-1, p. 131. Pour une critique de R.-A. Gauthier, (...)
  • 135 Le registre de prêt de la bibliothèque du collège de Sorbonne, op. cit., no 68, 19-20, p. 292.
  • 136 Ibid., no 67, 21, p. 289. L’emprunt de la Secunda Secundae nécessita l’autorisation préalable du co (...)
  • 137 Ibid., no 77, 50, p. 315.
  • 138 Ibid., no 125, 24, p. 467.
  • 139 Ibid., no 68, 13, p. 292 (13 avril 1425 ; Jean Germain) ; no 67, 22, p. 289 (21 avril 1428 ; Jean d (...)

63Toute proportion gardée, il en va de même de la Seconde partie de la Somme de théologie, contemporaine et complémentaire du commentaire sur l’Éthique de Thomas d’Aquin : la première fournit le commentaire par questiones qui devait normalement compléter l’expositio littere du second, selon René-Antoine Gauthier134. Parmi les lecteurs de l’Éthique, Jean Germain en 1426135, Jean du Pont en 1427136, Alard Palenc en 1432137 et enfin Jean Lescrivain en 1478138 empruntent la Secunda pars de la Summa theologiae. À la faveur des mêmes circonstances, les trois premiers sociétaires cités empruntent aussi la Prima pars139.

Une hypothèse sur la postérité des commentaires sur l’Éthique à Nicomaque

  • 140 Z. Kaluza, « Les cours communs sur l’Éthique à Nicomaque… », art. cité, p. 159 et 160.

64La seconde observation formulée par Zénon Kaluza porte sur la postérité des commentaires sur l’Éthique à Nicomaque. Sur la base de leurs prêts, en particulier ceux consentis aux sociétaires Jean Germain, Jean Hochet et Alard Palenc, il affirme que la « consultation, voire [la] lecture, fréquente du commentaire de Thomas s’arrête […] dans les années quarante » du xve siècle. Et d’ajouter un peu plus loin : « […] Le commentaire de Thomas semble disparaître de la circulation [à ce] moment, même si, ici et là, il est encore lu jusqu’aux années quatre-vingt. Simultanément disparaissent de la circulation les deux commentaires parmi les plus importants, celui d’Eustrate de Nicée et celui de Guiral Ot140. »

  • 141 G. Fournier, Une « bibliothèque vivante », op. cit., p. 377-387 ; Id., « Une bibliothèque en temps (...)
  • 142 Le registre de prêt de la bibliothèque du collège de Sorbonne, op. cit., no 68, 22, p. 292-293 (20 (...)
  • 143 G. Fournier, Une « bibliothèque vivante », op. cit., p. 131-133.
  • 144 K. Rebmeister-Klein, Les livres des petits collèges à Paris aux xive et xve siècles, op. cit., p. 1 (...)

65Ces remarques méritent pour le moins d’être précisées. L’auteur surestime d’une part l’importance du prêt des livres enchaînés. Cette pratique est demeurée l’exception et cantonnée pour l’essentiel à la période troublée de l’occupation anglo-bourguignonne au collège de Sorbonne141. La fréquence à laquelle le sociétaire Jean Germain en usa est inaccoutumée : trois fois à titre personnel, hormis le prêt des commentaires d’Eustrate de Nicée et de Guiral Ot, et une fois au titre de garant, en l’occurrence de Zénon de Castiglione, évêque de Lisieux et lecteur étranger du collège, pour une liste de prêts qui couvre moins de six années, d’octobre 1423 à avril 1429, et ne compte guère plus d’une trentaine de mouvements de livres142. En temps normal, les sociétaires consultaient les livres enchaînés dans la bibliothèque commune qu’ils avaient contribué à transformer au fil des générations en salle de lecture143. Ailleurs, le prêt de livres était interdit en théorie et très rare en pratique, a fortiori lorsqu’il s’effectuait « hors de la maison144 ». Le prêt de livres enchaînés s’avère donc un médiocre indicateur pour mesurer l’audience d’un manuscrit ou d’une œuvre.

  • 145 Voir infra Tableau 5.

66L’auteur néglige d’autre part le sort réservé aux divers commentaires au sein du collège de Sorbonne, en particulier leur ventilation dans les diverses bibliothèques de l’établissement. Or les commentaires sur l’Éthique d’Eustrate de Nicée et de Thomas d’Aquin sont attestés dans la bibliothèque commune depuis le catalogue double (1321-1338), celui de Guiral Ot au plus tard depuis le prêt de Jean Germain qui intervient comme l’on sait le 2 novembre 1425. En conséquence, ils appartiennent à la bibliothèque de présence et de référence du collège de Sorbonne, et à ce titre ils sont aisément consultables par les sociétaires, notamment ceux en charge du cours commun sur l’Éthique à Nicomaque. D’ailleurs, ils l’étaient encore au milieu du xvie siècle d’après le catalogue de la bibliothèque commune, à l’instar des Quaestiones in Aristotelis Ethicam de Jean Buridan, présents en deux exemplaires145.

  • 146 Z. Kaluza, « Les cours communs sur l’Éthique à Nicomaque… », art. cité, p. 161.
  • 147 Ibid., p. 168 et 170-171.
  • 148 Ibid., p. 170, et infra p. 176-177.

67On est donc en droit de considérer que ces commentaires n’ont jamais cessé d’être lus au collège de Sorbonne. Zénon Kaluza paraît en convenir lorsqu’il observe que les commentaires d’Eustrate et de Thomas « sont cités dans le commentaire de l’Éthique édité en 1500 et attribué à tort à Martin Lemaître146 », qui aurait fourni au mieux avec Jean Buridan la matière des questions147. De fait, il serait à porter au crédit du sociétaire Jean Dumont qui emprunta les Quaestiones in Aristotelis Ethicam de Jean Buridan le 5 décembre 1481 et exerça l’office de lecteur de l’Éthique pendant l’année universitaire 1485-1486148.

  • 149 Colmar, BM, 12, f. 1 : Jn hoc libro continetur [suscrit de la même main de Louis Ber : Partim] lect (...)
  • 150 Voir à titre d’exemple Colmar, BM, ms. 12, f. 3v : […] plerique Aristotelis expositores Vt Eustra. (...)
  • 151 Sententia et Expositio cum questionibus Geraldi Odonis super libros Ethicorum Aristotelis cum Textu (...)
  • 152 Voir infra Tableau 5.
  • 153 Voir Le registre de prêt de la bibliothèque du collège de Sorbonne, op. cit., no 200, 79, p. 536.

68On peut en dire autant au sujet du commentaire sur l’Éthique du sociétaire Louis Ber conservé dans le manuscrit autographe Colmar, BM, 12149. En 1508, le lector Ethicorum cite en abondance Eustrate de Nicée, Guiral Ot et Jean Buridan, et moins souvent Thomas d’Aquin et Gauthier Burley († 1344-1345)150. Certains de ces commentaires figurent en bonne place dans sa bibliothèque personnelle151. À l’exception de l’Expositio de Gauthier Burley, l’ensemble de ces titres sont attestés dans la bibliothèque commune au plus tard au milieu du xvie siècle152. Hôte (1500), sociétaire (1504), puis prieur (1511) du collège de Sorbonne, Louis Ber eut tout le loisir de recourir à ces ressources bien qu’on ne lui connaisse pas de liste de prêts. Seule l’indication de la remise des clés de la bibliothèque le 26 mars 1511 est consignée dans le troisième registre de prêt153.

69Pour finir, recueillons les informations relatives aux commentaires sur l’Éthique consignées dans le catalogue inédit de la nova libraria du collège de Sorbonne.

Le catalogue de la nova libraria (après 1549)

  • 154 Sur ce qui suit, voir G. Fournier, « Livre après livre. Un catalogue inédit de la bibliothèque du c (...)
  • 155 Sur le ternaire stoïcien, voir parmi d’autres G. Dahan, « Les classifications du savoir aux xiie et(...)
  • 156 Sur l’harmonisation du classement boétien, d’inspiration aristotélicienne et donc dual, avec le ter (...)

70Dans les années quatre-vingt du xve siècle, le collège de Sorbonne érigea une nouvelle bibliothèque154. Elle prit la suite de la bibliothèque commune qui « tomb[a] en caducité l’année 1493 », aux dires d’André Chevallier, bibliothécaire du collège de Sorbonne de 1665 à 1700. Elle fut dotée d’un catalogue au lendemain de la publication de l’édition princeps des Topicorum Theologicorum du bénédictin Joachim Périon (Paris, Thomas Richard, 1549) qui ferme la rubrique dévolue aux détracteurs de la foi chrétienne. Son cadre de classement emprunte à l’ordre des facultés et présente quelques concessions à l’air du temps (l’autonomisation de l’histoire) et aux principes humanistes (l’association des poètes et des grammairiens modernes, et la conjonction de la grammaire, de la rhétorique et de l’éloquence). La section des libri philosophici adopte la classification tripartite « platonicienne » ou « stoïco-platonicienne », héritée de l’Antiquité tardive et transmise au Moyen Âge latin par Augustin, qui l’attribue faussement à Platon dans la Cité de Dieu155, et Boèce dans ses deux commentaires sur l’Isagoge de Porphyre156. La première des deux rubriques regroupe ainsi les livres qui ressortissent à la philosophie « morale ».

71Huit volumes y sont consacrés en partie ou en totalité à des commentaires sur l’Éthique à Nicomaque.

Tableau 5 : Les commentaires sur l’Éthique à Nicomaque dans le catalogue de la nova libraria

24 Philosophi libri, Morales, Metaphysici, Naturales

Édition princeps

11 Eustratius in ethica.

Venise, 1536

12 Eustratius iterum.

13 Thomas in ethica.

Barcelone, 1478

14 Gerardus Odo in ethica.

Brescia, 1482

15 Buridanus in ethica et politica.

17 Crab in ethica, moralia Hangest.

Paris, 1509

18 Thomas in ethica.

19 Buridanus in ethica.

Paris, 1489

  • 157 C. H. Lohr, Latin Aristotle Commentaries, II, Florence, 1988, no 1, p. 46, et no 1, p. 106 ; J. Kra (...)
  • 158 Sur Jérôme de Hangest et ses Moralia (Paris, Jean Petit, 1519), voir J. K. Farge, Biographical Regi (...)
  • 159 C. Flüeler, Rezeption und Interpretation der Aristotelischen Politica im späten Mittelalter, op. ci (...)
  • 160 Ibid., p. 146-147. L’attribution à Jean Buridan est attestée dans quelques catalogues de bibliothèq (...)
  • 161 Les éditions de 1500 et de 1530 paraissent reposer sur des erreurs. Voir ibid., p. 146 n. 51.
  • 162 Sur les commentaires aristotéliciens de Jacques Lefèvre d’Étaples, en particulier de l’Éthique, voi (...)

72Le catalogue de la bibliothèque commune atteste la pérennité des commentaires médiévaux sur l’Éthique à Nicomaque au milieu du xvie siècle. Aucun de ceux qui avaient cours jusqu’alors n’y fait défaut. La plupart sont même représentés en plusieurs exemplaires, comme ceux d’Eustrate de Nicée, de Thomas d’Aquin et de Jean Buridan. Les informations transmises par le catalogue sont très sommaires : en règle générale, elles ne vont guère au-delà de la mention d’un nom d’auteur et d’un titre d’œuvre, réduits à leur plus simple expression. En conséquence, il est pour ainsi dire impossible d’établir la concordance des exemplaires cités dans le catalogue avec les témoins médiévaux. Il n’est pas exclu de surcroît que le catalogue de la bibliothèque commune renvoie à des livres imprimés. À l’exception de celui d’Eustrate de Nicée, tous les commentaires médiévaux sur l’Éthique à Nicomaque avaient eu de longue date les faveurs de l’imprimerie. La bibliothèque commune compte encore un exemplaire de la deuxième édition du commentaire littéral de Jean Dumont. En effet, le professeur du collège de Bourgogne Gilbert Crab († 1552) n’est pas l’auteur d’un commentaire de l’Éthique à Nicomaque. Tout au plus ses questions et celles de son collègue Nicolas Dupuy aux livres VII à X furent-elles associées à l’édition de l’antiqua traductio de Robert Grosseteste, commentée par Jean Dumont. Il s’agit donc de la seconde édition du Textus Ethicorum ; elle est issue des presses d’Antoine Bonnemere à Paris en 1509157. Elle est associée aux Moralia de Jérôme de Hangest (1480-1538) qui connurent pas moins de dix éditions entre 1519 et 1541158. Enfin au commentaire sur l’Éthique de Jean Buridan était joint celui sur la Politique, dont Christoph Fluëler a démontré l’attribution à Nicolas de Vaudémont qui est attesté dans les sources de l’université de Paris entre 1379 et 1387159. Ce n’est guère qu’à la faveur de la seconde édition du commentaire à Paris, chez Jean Petit, en 1513, que l’attribution à Jean Buridan est effective160. Manifestement le catalogue indique cette édition, la troisième étant imprimée à Oxford en 1640161. Enfin les nouvelles exégèses transalpines, parisiennes et germaniques font défaut dans la bibliothèque du collège de Sorbonne au milieu du xvie siècle. On notera en particulier l’absence des éditions et des commentaires procurés par Jacques Lefèvre d’Étaples162.

73La nouveauté du catalogue réside ailleurs, dans la présence d’une traduction française et de plusieurs traductions latines nouvelles.

Tableau 6 : Les traductions de l’Éthique à Nicomaque dans le catalogue de la nova libraria

24 Philosophi libri, Morales, Metaphysici, Naturales

Édition princeps

7 Aristotelis ethica, politica, magna moralia, rhet.

8 Ethica gallice.

9 Ethica interprete Leonardo Aretino.

Strasbourg, 1469

10 Ethica Perionio interprete […].

Paris, 1540

16 Ethica Argyropuli.

Florence, 1478

20 Ethica abbreuiata, dogma moralium philosophorum cum aliis.

22 Excerptae propositiones ex ethicis, politicis et aliis libris Aristotelis.

  • 163 Sur l’édition de Leonardo Bruni, voir D. A. Lines, Aristotle’s Ethics in the Italian Renaissance, o (...)
  • 164 Sur l’édition de Joachim Périon, voir R.-A. Gauthier, L’Éthique à Nicomaque, op. cit., I-1, p. 174 (...)
  • 165 Sur l’édition de Jean Argyropoulos, voir D. A. Lines, Aristotle’s Ethics in the Italian Renaissance (...)
  • 166 Z. Kaluza, « Les cours communs sur l’Éthique à Nicomaque… », art. cité, p. 161 (au sujet de la trad (...)
  • 167 A. Pelzer, « Les versions latines des ouvrages de morale conservés sous le nom d’Aristote en usage (...)
  • 168 Colmar, BM, ms. 12, f. 5r (Leo. Are. /quemadmodum in his [sic] que appelantur scientie), 8r et 62r- (...)
  • 169 Sur les Decem librorum Moralium Aristotelis tres conuersiones de Jacques Lefèvre d’Étaples, voir R. (...)
  • 170 Voir A. Kimmenauer, « Colmarer Beriana. Zu Ludwig Ber’s Bibliothek und Papieren », art. cité, p. 24 (...)
  • 171 Z. Kaluza, « Les cours communs sur l’Éthique à Nicomaque… », art. cité, p. 163-164.
  • 172 C. Schmitt, Aristote et la Renaissance, p. 95 : « […] bien qu’on ait souvent réimprimé les traducti (...)
  • 173 J. S. Freedman, « Aristotle and the Content of Philosophy Instruction at Central European Schools a (...)

74On aura reconnu successivement les traductions latines procurées par Leonardo Bruni, dit l’Arétin (vers 1370-1444)163, Joachim Périon (1499-1559)164 et Jean Argyropoulos (vers 1415-1487)165, dont Zénon Kaluza regrettait que la présence dans les bibliothèques parisiennes fût moins bien documentée166. Chacune d’entre elles était agrémentée de notes et de commentaires. Les lecteurs de l’Éthique et sociétaires du collège de Sorbonne Jean Dumont et Louis Ber commentent respectivement les traductions de Leonardo Bruni et de Jean Argyropoulos. Ils renvoient de manière occasionnelle à d’autres traductions, celle de Jean Argyropoulos pour Jean Dumont167, celle de Leonardo Bruni pour Louis Ber168. Ce dernier les connaissait notamment par l’édition procurée par Jacques Lefèvre d’Étaples, les Decem librorum Moralium Aristotelis (Paris, Jean Higman et Wolfgang Hopyl, 1497), qui associe les tres conuersiones de Jean Argyropoulos, Leonardo Bruni et Robert Grosseteste. Il possédait un exemplaire de la seconde édition (Paris, Henri Estienne [l’Ancien], 1505) dans sa bibliothèque169. Proche de Lefèvre d’Étaples, il est vraisemblable que l’édition princeps lui fut aussi familière. À peine arrivé à Paris, le 2 mars 1496, il aurait fait parvenir l’ensemble des œuvres aristotéliciennes de Jacques Lefèvre d’Étaples à Conrad Pellican qui lui avait enseigné les rudiments de la langue hébraïque170. Dans son commentaire, Louis Ber adopte le découpage en chapitres et paragraphes du texte de la traduction de Jean Argyropoulos, institué par Lefèvre d’Étaples171. Quant à la présence de la traduction de Joachim Périon, la plus cicéronienne d’entre toutes pour la lettre et l’esprit, elle témoigne de son usage dans un contexte d’enseignement universitaire, ce qui lui est souvent dénié172. En 1563, le programme de lecture du collège jésuite de l’université de Cologne en fait encore état, selon toute vraisemblance dans une édition révisée par Nicolas de Grouchy qui vit le jour à Paris en 1552173.

  • 174 Pour le détail, voir Le registre de prêt de la bibliothèque du collège de Sorbonne, op. cit., p. 76 (...)
  • 175 Voir supra p. 135 et n. 44. L’expression cum aliis désignerait le Phédon de Platon (f. 95r-162v) et (...)

75Le catalogue (voir tableau 6) produit de surcroît deux volumes de libri morales du Stagirite et la compilation intitulée Moralium dogma philosophorum attribuée à Guillaume de Conches ou Gauthier de Châtillon, dont le collège possédait au moins quatre témoins au xve siècle174. Associée à l’Ethica abbreuiata, autrement dit à la Summa Alexandrinorum, il s’agit selon toute vraisemblance du manuscrit Paris, BNF, lat. 16581 qui n’est autre que le manuscrit Zf du répertoire méthodique du catalogue double de la bibliothèque commune du collège de Sorbonne (1321-1338), que nous avions signalé plus haut175.

  • 176 Sur les traductions françaises de l’Éthique à Nicomaque, voir R.-A. Gauthier, L’Éthique à Nicomaque (...)

76Concernant la traduction vernaculaire, il s’agit plus vraisemblablement d’un exemplaire des Éthiques en françois, traduites par Nicolas Oresme (Paris, Antoine Vérard, 1488), que du bref résumé traduit par Claude Grivel (Paris, Pierre Sergent, 1537) ou de la première traduction française faite directement sur le texte grec par Philippe Le Plessis (Paris, Michel de Vascosan, 1553)176.

  • 177 Paris, Bibliothèque Mazarine, ms. 4204, f. 1r : Glosae Lyrani, ord. & interl. in Biblia, cum quibus (...)
  • 178 Ibid., f. 8r : Chrysostomus, & alii permulti doctores tum Graeci tum Latini. […] 45 Hugonis [ ?] do (...)
  • 179 Ibid., f. 16r : Scholastici doctores. […] 57 Martinus Magister de temperantia & fortitudine, et f.  (...)
  • 180 Paris, Bibliothèque Mazarine, ms. 4204, f. 16r : Scholastici doctores. […] 34 Opuscula Almain, in s (...)
  • 181 D. A. Di Liscia, « Kalkulierte Ethik : Vives und die “Zerstörer” der Moralphilosophie (Le Maistre, (...)

77Hors de la rubrique consacrée à la philosophie morale, le catalogue de la nova libraria comprend encore un exemplaire de l’Éthique à Nicomaque177, deux exemplaires du Moralium dogma philosophorum178 et quelques œuvres qui ressortissent à l’éthique, dont le De temperantia in generale et les Questiones morales de fortitudine de Martin Lemaître (vers 1432-1482)179 ou les Moralia de Jacques Almain († 1515)180. Avec ce dernier, c’est l’un des principaux représentants du cercle de Jean Mair (John Maior) qui entrait dans la bibliothèque du collège de Sorbonne. En matière d’éthique, il était sensible à l’héritage ockhamiste et nominaliste, en particulier à Jean Buridan et Martin Lemaître181.

  • 182 Paris, Bibliothèque Mazarine, ms. 4204, f. 24r : Accessio […] 1 Dogma moralium philosophorum cum mi (...)
  • 183 Sur les éditions du Moralium dogma philosophorum, voir R.-A. Gauthier, « Les deux recensions du Mor (...)

78Enfin, dans la marge supérieure du feuillet dévolu aux Philosophi libri, Morales, Metaphysici, Naturales, l’usager principal du catalogue de la bibliothèque commune note au milieu du xvie siècle l’ajout d’un exemplaire du Moralium dogma philosophorum auquel était associée une des nombreuses œuvres historiographiques de Michele Riccio (1445-1515)182. Il y a tout lieu de subodorer un livre imprimé. Dans ce cas, il s’agit du Moralium dogma emendatum de Barthélemy de Recanati (entre 1208 et 1229)183.

L’archive dévoilée

  • 184 G. Fournier, Une « bibliothèque vivante », op. cit., p. 21.
  • 185 Z. Kaluza, « Les débuts de l’albertisme tardif », art. cité, p. 214-216 et 246-293 (Appendice 2 : « (...)

79Tirons quelques conclusions des pages qui précèdent. Elles concernent pour l’essentiel la contribution de l’histoire du livre et des bibliothèques à l’histoire intellectuelle. Au sujet des listes des articles condamnés, auxquelles nous avons consacré notre thèse, nous observions que les bibliothèques et leurs catalogues étaient absents des débats184. Le sort qui leur fut réservé dans certains dossiers évoqués au cours de nos investigations paraît plus enviable. Ainsi Zénon Kaluza puisa-t-il aux ressources du registre de prêt du collège de Sorbonne pour apprécier parmi d’autres la transmission matérielle et intellectuelle de l’albertisme et de la philosophie morale d’Aristote185. Cette dernière contribution a constitué le point de départ de notre propre enquête sur la diffusion des commentaires sur l’Éthique à Nicomaque dans la bibliothèque commune du collège de Sorbonne à la fin du Moyen Âge et à la Renaissance. Elle ne permet pas seulement de noter la présence ou l’absence de certains d’entre eux ; elle dévoile l’archive (au sens foucaldien du terme) qui régit leur apparition et leur maintien dans la bibliothèque de présence et de référence du collège.

La présence de l’Éthique à Nicomaque

80La bibliothèque et les sources qui en émanent attestent au même titre qu’un manuscrit du retentissement d’un texte, de sa survivance et de ses usages éventuels. Sous cet angle, l’histoire des manuscrits au sein du collège de Sorbonne et l’enchaînement de certains d’entre eux dans la bibliothèque commune sont riches d’enseignements. Ils permettent d’identifier les commentaires qui avaient les faveurs de la communauté et de proposer une chronologie, aussi lâche soit-elle, de leur versement dans la bibliothèque de l’institution. D’emblée ou presque, la bibliothèque commune conservait la traduction gréco-latine de Robert Grosseteste et les commentaires d’Eustrate de Nicée et de Thomas d’Aquin. Dans la première moitié du xive siècle, une table consacrée à l’Éthique et à la Politique les y aurait rejoints. Plus tard dans le siècle, la bibliothèque s’accrut des commentaires de l’Anonyme du manuscrit Paris, BNF, lat. 16110 et d’une Tabula ethicorum. Au plus tard au cours du premier quart du xve siècle, elle s’enrichit enfin du commentaire de Guiral Ot et, à une date indéterminée, du commentaire de Jean Buridan. Le catalogue de bibliothèque du milieu du xvie siècle sanctionne la pérennité de ses commentaires, présents le plus souvent en plusieurs exemplaires, et ajoute celui que, à la suite de Zénon Kaluza, on attribue au sociétaire Jean Dumont, le Textus Ethicorum. Enfin, le catalogue décline son lot de traductions latines nouvelles, en l’occurrence celles procurées successivement par Leonardo Bruni, Jean Argyropoulos et enfin Joachim Périon.

  • 186 D. A. Lines, « Moral Philosophy in the Universities of Medieval and Renaissance Europe », art. cité (...)

81L’attention accordée à la philosophie morale dans la bibliothèque commune du collège de Sorbonne à la fin du Moyen Âge et à la Renaissance témoigne d’un effort soutenu d’actualisation de ses autorités. Il confirme à sa manière la place prépondérante de l’éthique dans le curriculum parisien186.

L’absent de l’histoire : Albert le Grand

  • 187 F. Hildesheimer, « Une archivistique des manques ? », Bibliothèque de l’École des chartes, 138, 198 (...)
  • 188 J. B. Korolec, « Le commentaire d’Averroès sur l’Éthique à Nicomaque », Bulletin de philosophie méd (...)
  • 189 Voir supra p. 127-128.
  • 190 Sur la tradition manuscrite de l’Ethica d’Albert le Grand, en particulier le ms. Paris, BNF, lat. 1 (...)
  • 191 W. Fauser, « Albertus-Magnus-Handschriften. 3. Fortsetzung », Bulletin de philosophie médiévale, 26 (...)

82Pour le chercheur, « le manque est [toutefois] aussi significatif que la profusion187 ». La bibliothèque commune du collège de Sorbonne atteste ainsi l’influence négligeable du Commentaire moyen ou Paraphrase de l’Éthique à Nicomaque d’Averroès, traduit en latin à Tolède en 1240 par Hermann l’Allemand188. Elle témoigne plus encore de l’éclipse précoce des deux commentaires d’Albert le Grand, dont il était question dans l’introduction189. Un seul manuscrit de l’Ethica, le premier commentaire du Colonais (1248-1252), a transité par l’établissement : il s’agit du manuscrit Paris, BNF, lat. 16608, f. 3r-267r (xve s.)190. Hormis les cotes de l’époque moderne, il est dénué de mentions « hors la teneur ». Les anciennes gardes des plats supérieur et inférieur portent des traces d’enchaînement. Ce qui ne dit encore rien de l’époque où cette opération est intervenue et du dépôt qui l’accueillit. En conséquence, aucun élément objectif ne permet d’affecter le manuscrit Paris, BNF, lat. 16608 à la bibliothèque commune. Le manuscrit Paris, BNF, lat. 15791 (xiiie s.), qui provient du legs de Godefroid de Fontaines et qui fut enchaîné au vingt-cinquième pupitre de la bibliothèque commune au début du second quart du xive siècle, contient deux modestes extraits de l’Ethica dans les marges inférieures des feuillets 80v et 89v191. Sa contribution à la réception du commentaire albertinien est pour ainsi dire insignifiante.

  • 192 Le registre de prêt de la bibliothèque du collège de Sorbonne, op. cit., no 88, 14, p. 340 ; et Z. (...)
  • 193 Z. Kaluza, « Les débuts de l’albertisme tardif », art. cité, p. 215-216 et 292.

83L’un d’entre eux a été emprunté à une seule reprise, entre 1427 et 1445, par un dénommé magister Bernardus192. Le manuscrit était conservé dans la parva libraria. Ces faits corroborent le constat formulé par Zénon Kaluza : au xve siècle, les ouvrages d’Albert le Grand sont fort peu empruntés, sinon fort peu lus, au collège de Sorbonne193.

  • 194 G. Heidingsfelder, Albert von Sachsen. Sein Lebensgang und sein Kommentar zur Nikamachischen Ethik (...)
  • 195 Expositio Gualteri Burlei super decem Libros Ethicorum Aristotelis, Venise, Simone da Lovere pour A (...)

84Le commentaire sur l’Éthique de Louis Ber ignore pareillement les commentaires albertiniens. Or le sociétaire du collège de Sorbonne était sensible à l’Expositio super libros Ethicorum de Gauthier Burley. Ce dernier peut être considéré comme un puissant vecteur de la pensée albertinienne. Albert de Saxe et Donato Acciaiuoli parmi d’autres prennent connaissance de l’Ethica par le truchement de l’Expositio194. Louis Ber n’est pas en reste : il ponctue volontiers d’un Albertus les nombreuses citations nommément attribuées au Colonais dans les marges de son exemplaire imprimé du commentaire de Gauthier Burley195. Il n’empêche qu’Albert le Grand est absent de son commentaire sur l’Éthique. Enfin les commentaires d’Albert le Grand ne figurent pas davantage dans le catalogue du milieu du xvie siècle.

  • 196 Sur la tradition du Super Ethica d’Albert le Grand (vers 1262), voir J. Müller, Natürliche Moral un (...)
  • 197 Voir supra p. 142.
  • 198 Sur la corrélation entre le néo-albertisme et la tradition des œuvres d’Albert le Grand, en particu (...)
  • 199 Seules les Sententia et Tabula Ethicorum de Thomas d’Aquin figurent parmi les livres de philosophie (...)
  • 200 Pour les exemplaires de la Sententia de Thomas d’Aquin conservés dans le catalogue de 1338, voir su (...)
  • 201 Voir à titre d’exemples les listes d’emprunts de Jean Germain : Le registre de prêt de la bibliothè (...)
  • 202 D. A. Lines, « Sources and Authorities for Moral Philosophy in the Italian Renaissance », art. cité (...)
  • 203 M. Grabmann, Forschungen über die lateinischen Aristoteles-Übersetzungen des XIII. Jahrhunderts, p. (...)
  • 204 R.-A. Gauthier, L’Éthique à Nicomaque, op. cit., I-1, p. 122-124 (cit. p. 124).
  • 205 B. Sère, Penser l’amitié au Moyen Âge, op. cit., p. 49 (où il est question d’Albert le Grand et de (...)

85Soyons clair. Il ne s’agit nullement de nier la diffusion universitaire des deux commentaires albertiniens : la tradition196 et la Tabula moralium Aristotelis de Jean Bernier de Fayt197 parmi d’autres en attestent. Tout au plus s’agit-il d’apprécier leur audience effective dans un milieu donné. À l’inverse d’autres foyers néo-albertistes198, les commentaires d’Albert le Grand n’ont manifestement pas profité du triomphe du réalisme à Paris. Au vu des listes de taxations, ils auraient été supplantés précocément par la Sententia libri Ethicorum de Thomas d’Aquin199. Il en va de même au collège de Sorbonne200. L’emprunt simultané du Textus Aristotelis et du commentaire de l’Aquinate est une constante du registre de prêt201. Ici comme ailleurs, il constitue the standard interpretation de la lettre aristotélicienne202. Ces faits tempèrent l’enthousiasme de Martin Grabmann203 et de René-Antoine Gauthier pour qui les commentaires « de saint Albert firent de lui le rival d’Eustrate et des commentateurs grecs traduits par Robert Grosseteste : après eux, c’est lui dont le nom est le plus souvent cité par les exégètes médiévaux de l’Éthique, et dont l’autorité est la plus grande204 ». La « canonicité incontournable » de l’Ethica et la « fascination durable » des commentaires aristotéliciens d’Albert le Grand, comme il a été écrit dernièrement, exigent donc pour le moins d’être pondérées, en particulier à Paris205.

  • 206 I. Costa, « Il problema dell’omonimia del bene nell’esegesi dell’Etica Nicomachea (1300-1345 ca.) » (...)
  • 207 Id., « L’Éthique à Nicomaque à la faculté des Arts de Paris avant et après 1277 », Archives d’histo (...)
  • 208 Ibid., p. 273 n. 1 (à propos des Questiones supra decem libros Ethicorum de Gilles d’Orléans).
  • 209 I. Costa, « Le théologien et l’Éthique à Nicomaque. Sur les usages théologiques de la morale aristo (...)
  • 210 S.-T. Bonino, « Le thomisme parisien au xve siècle », Revue thomiste, 107, 2007, p. 625-653 (en par (...)
  • 211 G. Heidingsfelder, Albert von Sachsen, op. cit., p. 95-98 ; R. Saarinen, « Weakness of Will in the (...)
  • 212 A. de Libera, « Averroïsme éthique et philosophie mystique. De la félicité intellectuelle à la vie (...)
  • 213 Id., Métaphysique et noétique, op. cit., p. 52.

86Les théories éthiques d’Albert le Grand semblent du reste avoir déserté le débat doctrinal à Paris dès le début du xive siècle206. Dans les deux dernières décennies du xiiie siècle, la famille des commentaires sur l’Éthique issus de la faculté des arts et censément leur « archétype » commun comptent au nombre de leurs sources principales la Secunda pars de la Somme de théologie et la Sententia libri Ethicorum de Thomas d’Aquin207. Selon Iacopo Costa, l’un des enjeux de ces commentaires aurait précisément consisté à « se servir de la Somme [et du commentaire] de Thomas pour expliquer Aristote » en procédant à une « dé-théologisation » du texte thomasien. De fait, sous la plume de leur auteur le plus souvent anonyme, l’Aquinate est considéré comme l’expositor de l’Éthique208. Au début du xive siècle, le processus d’intégration du texte d’Aristote à la théologie morale portée à son sommet dans la Secunda pars de la Somme de théologie de Thomas d’Aquin reprendrait son cours209. Il serait notamment à l’œuvre dans les commentaires de Raoul le Breton, Gui Terrena et Guiral Ot. Au milieu du xve siècle, dans le commentaire sur l’Éthique de Jean Le Tourneur (Johannes Versor ; † après 1482), Albert n’apparaît qu’occasionnellement, et les références à Thomas dominent comme il sied à un partisan de l’« aristotélisme chrétien210 ». Les commentaires d’Albert de Saxe et de Donato Acciaiuoli suivent aussi volontiers les doctrines éthiques de l’Aquinate211. L’« aristotélisme éthique » ou « intellectualiste » albertinien aurait cependant perduré dans les productions d’une « pléiade d’auteurs d’options diverses, voire inconciliables, où les maîtres ès arts comme Jean de Dacie, Raoul le Breton, Jacques de Pistoia ou Jean Buridan côtoient des philosophes non professionnels comme Dante ou des théologiens, qui plus est thomistes, comme Pierre d’Auvergne212 ». Ils n’ont pas tous commenté l’Éthique à Nicomaque, loin s’en faut. L’influence des théories éthiques d’Albert le Grand aurait donc été plus diffuse et plus diverse. Quoi qu’il en soit, ces quelques indices confortent le caractère structurant de l’opposition Albert-Thomas pour une partie de la vie intellectuelle à l’automne du Moyen Âge213.

Le réalisme parisien et la survivance des moderni

  • 214 Sur la réception des œuvres et des théories de Jean Buridan à Paris, voir B. Michael, Johannes Buri (...)
  • 215 Sur la copie de commentaires aristotéliciens au collège de Dormans-Beauvais dans la dernière décenn (...)

87Bien que la faculté des arts vouât un véritable culte à Aristote, c’est pour l’essentiel au travers des commentaires des moderni, entendez principalement Jean Buridan et ses disciples, qu’on le lit dans la seconde moitié du xive siècle. La fortune des œuvres de Jean Buridan s’accrut en effet considérablement au cours du dernier tiers du siècle214. L’engouement avec lequel on copia les commentaires aristotéliciens des moderni à cette époque à Paris, en particulier sous le mandat du maître Gilles d’Aspremont (1381-1401) au collège de Dormans-Beauvais, constitue un indice supplémentaire de ce phénomène215. Le témoignage issu du Commentum aureum de Jean de Maisonneuve (peu après 1405) achève de nous convaincre. Il évoque explicitement les novi libri que les modernes auraient substitué à la lettre aristotélicienne, et leur utilisation à la faculté des arts :

  • 216 Le témoignage du Commentum aureum de Jean de Maisonneuve (peu après 1405), rénovateur de l’albertis (...)

Et pour cette raison aussi ils [les modernes] […] affirment que le texte d’Aristote dans les Seconds Analytiques, les Réfutations sophistiques et dans de nombreux autres endroits est absolument faux tel qu’il sonne […]. C’est pourquoi ils ont, en cette matière, fabriqué de nouveaux livres, tout au moins des maîtres parisiens qui n’ont aucun égard au fait que l’Église catholique avait approuvé la doctrine d’Aristote. En effet, nul étudiant ne pouvait obtenir un grade universitaire à la faculté des arts, sinon en jurant d’avoir assisté aux cours sur ces livres, encore que, évidemment, il ne contredisait pas Aristote, pour autant qu’Aristote ne soit pas incompatible avec la foi. Car, assurément, si ses paroles sont convenablement examinées, il n’est alors aucunement contraire à la foi […]216.

  • 217 Voir M. J. F. M. Hoenen, « “Secundum vocem concordare, sensu tamen discrepare”. Der Streit um die D (...)

88Parmi les propositions énoncées par Jean de Maisonneuve, l’interprétation erronée des textes d’Aristote, l’affranchissement à l’égard des autorités et la violation des règlements universitaires ou ecclésiastiques alimenteront longtemps encore l’argumentaire des réalistes217.

  • 218 Z. Kaluza, Les querelles doctrinales à Paris, op. cit., p. 100 ; Id., « Les débuts de l’albertisme (...)
  • 219 M. Meliadò et S. Negri, « Neues zum Pariser Albertismus des frühen 15. Jahrhundert. Der Magister La (...)
  • 220 Pour le détail, voir Z. Kaluza, « Les étapes d’une controverse. Les nominalistes et les réalistes p (...)
  • 221 Pour le détail, voir Z. Kaluza, « Le De universali reali de Jean de Maisonneuve et les epicuri litt (...)
  • 222 B. Michael, Johannes Buridan, op. cit., p. 328 et n. 130.
  • 223 Sur la foi d’indications explicites, 5 témoins des Quaestiones in libros Ethicorum de Jean Buridan (...)
  • 224 L. Bianchi, « Un commento “umanistico” ad Aristotele », art. cité, p. 53 ; D. A. Lines, Aristotle’s (...)
  • 225 B. Michael, Johannes Buridan, op. cit., p. 328.
  • 226 Dans une littérature abondante, voir S. Müller, « Wiener Ethikkommentare des 15. Jahrhunderts », Do (...)
  • 227 Le catalogue de la faculté des arts de l’université de Cologne est édité dans H. Keussen, « Die alt (...)

89Le texte et la carrière de Jean de Maisonneuve témoignent aussi, et peut-être surtout, de la mutation dont la faculté des arts est le théâtre au tournant du xve siècle, en d’autres termes le déclin de l’école buridaniste et le triomphe imminent du courant réaliste218. Rénovateur de l’albertisme et chef de file des modistes à Paris, Jean de Maisonneuve professa en effet dans la rue de Fouarre à partir de 1395-1397. Parmi ses continuateurs, on ne compte guère que Lambertus de Monte, étudiant en théologie et sociétaire du collège de Sorbonne219. Quelques faits viennent corroborer cette appréciation : les sources émanées de l’université de Cologne220, la désaffection des derniers disciples de Jean Buridan à l’université de Paris à l’aube du xve siècle221 et enfin les manuscrits. Rares sont ceux contenant des œuvres de Jean Buridan postérieurs à 1410222. S’agissant des Quaestiones in Aristotelis Ethicam, il n’en est même aucun à notre connaissance223. En 1400, le chancelier florentin Coluccio Salutati dit éprouver des difficultés à en acquérir un exemplaire, en particulier à Paris224. « Le “siècle de Buridan” des commentaires d’Aristote était momentanément sur le déclin », comme l’observe Bernd Michael225. Ils alimenteront dorénavant les débats qui ont cours dans les universités du Saint-Empire, où l’usage de la liste des questions du commentaire buridanien sur l’Éthique conduisit à évincer peu ou prou la lettre aristotélicienne226. L’histoire de la philosophie morale d’Aristote se répétait en quelque sorte… sous d’autres cieux, en d’autres temps. Cela se traduit concrètement par l’attestation de quatre exemplaires des Quaestiones dans le catalogue de la bibliothèque de la faculté des arts de l’université de Cologne (1474), soit autant que l’ensemble des autres commentaires sur l’Éthique, en l’occurrence ceux d’Albert le Grand (deux exemplaires), de Thomas d’Aquin et de Gauthier Burley (respectivement un exemplaire), et le double que le Textus Aristotelis227.

  • 228 Au ms. Paris, Bibliothèque Mazarine, 3515 qui est attesté au collège de Navarre au xvie siècle, on (...)
  • 229 Sur les « nominalistes » cités dans l’ordonnance du 1er mars 1474, voir Z. Kaluza, « La crise des a (...)
  • 230 Sur le commentaire de Pierre Foliot et le Textus Ethicorum, voir Z. Kaluza, « Les cours Communs sur (...)
  • 231 Voir supra p. 159-160, 164 et 169-170. Nous reviendrons ailleurs plus en détail sur ces deux commen (...)

90La présence des Quaestiones in Aristotelis Ethicam de Jean Buridan dans la bibliothèque commune du collège de Sorbonne et dans quelques autres centres d’étude de la capitale, en l’occurrence les collèges séculiers de Dormans-Beauvais, de Navarre et de Maître Gervais et l’abbaye de Saint-Victor228, permet cependant de nuancer quelque peu ce tableau. Le commentaire de Jean Buridan pouvait y être consulté. Du moins n’y était-il pas prohibé, Jean Buridan comptant au nombre des auteurs incriminés lors de l’interdiction du nominalisme édictée par Louis XI en 1474229. Il en va de même des commentaires de l’Éthique d’Eustrate de Nicée, de Thomas d’Aquin et de Guiral Ot. De ces consultations, nous ignorons tout ou presque, la lectura Ethicorum n’ayant livré que quelques rares fruits, tardifs de surcroît : le commentaire manuscrit de Pierre Foliot, lecteur en 1481-1482 ; le Textus Ethicorum qui eut les faveurs de l’imprimerie et que Zénon Kaluza attribue à Jean Dumont, lecteur en 1485-1486230, et le commentaire autographe de Louis Ber, lecteur en 1508. Imputables à des sorbonistes, les deux dernières productions s’autorisent des commentaires précités, comme nous l’avons observé plus haut231. Les Quaestiones in Aristotelis Ethicam de Jean Buridan ne manquent pas à l’appel.

L’archive

  • 232 Sur la notion d’« archive », voir M. Foucault, L’archéologie du savoir, Paris, 1969, p. 169-173.
  • 233 D. Maingueneau, L’analyse du discours. Introduction aux lectures de l’archive, Paris, 1992, p. 22-2 (...)
  • 234 A. de Libera, Penser au Moyen Âge, op. cit., p. 67.

91La bibliothèque commune du collège de Sorbonne constitue donc un précieux indicateur de la fortune des commentaires sur l’Éthique à Nicomaque à la fin du Moyen Âge et à la Renaissance. Mais il y a plus. Les versements successifs de quelques-uns des principaux d’entre eux témoignent de l’assimilation de la philosophie morale d’Aristote à l’université de Paris. Égrenant des noms d’auteurs et des titres d’œuvres, les sources relatives à la bibliothèque commune ne pallient pas seulement l’absence de programmes universitaires ; elles dessinent les contours d’une pratique, ou mieux : elles lèvent un coin du voile du « système général d’archive dont il[s] relève[nt]232 ». L’« archive », telle qu’elle est conçue par Michel Foucault, articule des institutions, en l’occurrence le collège de Sorbonne et la faculté des arts, qui confèrent aux discours leur autorité et une mémoire233. Ce que la bibliothèque commune transmet, ce ne sont donc pas des effigies ou des postures individuelles, c’est une mémoire et un élan collectifs, pour paraphraser Alain de Libera234.

  • 235 M. Foucault, L’archéologie du savoir, op. cit., p. 171.
  • 236 Pour la bibliothèque, voir C. Angotti, « Mort et vie du collège dit de la ‘ Petite Sorbonne’ », art (...)
  • 237 Paris, BNF, lat. 16090, f. 61ra-108rb. Sur ce ms., voir supra p. 142 sq., et C. Angotti, « Mort et (...)
  • 238 Au moins deux exemplaires du commentaire thomasien sont attestés dans la bibliothèque de la Parva S (...)
  • 239 Voir supra p. 148-149 au sujet du ms. Paris, BNF, lat. 16128.
  • 240 Voir supra p. 142 sq. au sujet du ms. Paris, BNF, lat. 16090.
  • 241 Voir supra n. 231.

92Indescriptible dans sa totalité, l’archive « se donne à voir par fragments, régions et niveaux235 ». La bibliothèque du collège dit de la « Petite Sorbonne » et les commentaires issus du cours communs sur l’Éthique à Nicomaque, qui entretiennent tout deux d’étroites relations avec la faculté des arts236 et le collège de Sorbonne, corroborent les indices recueillis dans la bibliothèque commune. La bibliothèque du collège dit de la « Petite Sorbonne » conservait un ou plusieurs exemplaires de la traduction de Robert Grosseteste237, des commentaires de Thomas d’Aquin238 et de Jean Buridan239, et de la Tabula moralium Aristotelis de Jean Bernier de Fayt240. Quant aux fruits du cours communs sur l’Éthique, nous avons vu plus haut qu’ils puisaient à la majeure partie des commentaires enchaînés dans la bibliothèque commune241.

  • 242 Pour le détail, voir supra p. 156-157.
  • 243 Sur l’« aristotélisme chrétien », voir S. Swiezawski, « Les débuts de l’aristotélisme chrétien mode (...)
  • 244 S.-T. Bonino, « Le thomisme… », art. cité, p. 636.
  • 245 Sur le thomisme de Jean Le Tourneur, voir B. Sère, Penser l’amitié au Moyen Âge, op. cit., p. 347-3 (...)
  • 246 Voir M. J. F. M. Hoenen, « Thomismus, Skotismus und Albertismus. Das Entstehen und die Bedeutung vo (...)

93Le registre de prêt du collège de Sorbonne déploie enfin quelques-unes des formes d’existence et de coexistence de l’archive, en relation avec le thomisme parisien et la promotion de l’« aristotélisme christianisé », comme l’attestent les emprunts réitérés de la Prima et de la Secunda Secundae de Thomas d’Aquin au cours du second tiers du xve siècle242. Depuis les travaux de Stefan Swiezawski, on n’est pas sans savoir que Thomas d’Aquin est « préconis[é] et recommand[é] non seulement comme saint et éminent théologien, mais de plus en plus souvent […] comme commentateur d’Aristote le plus compétent, parfois même comme commentateur unique et jamais égalé243 ». Ainsi Jean Le Tourneur (Johannes Versor) a-t-il « coutume de prolonger la philosophie du Stagirite en direction d’une “philosophie chrétienne” qui facilite la transition en douceur vers la théologie », selon Serge-Thomas Bonino. « Par exemple, lorsqu’il commente le livre X de l’Éthique à Nicomaque sur le bonheur, lieu, s’il en est, où l’aristotélisme entre en conflit avec le christianisme, Jean résout la difficulté en injectant dans son commentaire des articles entiers du traité de la béatitude dans [sic ; de] la Ia-IIae de la Summa theologiae244 ». Cette stratégie a pu faire dire avec quelques excès que, pour le maître parisien, « Thomas a remplacé Aristote en position d’auctoritas dans le genre du commentaire sur l’Éthique » et que « son but n’est plus directement d’enseigner l’auctoritas de l’Éthique, ni de rechercher l’intentio d’Aristote, [… mais] de vulgariser les thèses thomistes245 ». Ce qui est certain, c’est que la mise en œuvre de cette stratégie n’est pas indifférente à la constitution des écoles philosophiques au bas Moyen Âge, les écrits d’Aristote étant lus à travers le prisme d’autorités qui ne sont autres que les chefs de file des diverses écoles ou voies, secundum Thomae ou secundum Alberti246.

  • 247 Z. Kaluza, « La crise des années 1474-1482 : l’interdiction du nominalisme par Louis XI », art. cit (...)
  • 248 B. Michael, Johannes Buridan, op. cit., p. 330.
  • 249 Voir supra n. 97, 150 et 232.
  • 250 Sur Gilles de Delft et son œuvre, voir H. Elie, « Quelques maîtres de l’université de Paris vers l’ (...)
  • 251 Z. Kaluza, « Les cours communs sur l’Éthique à Nicomaque… », art. cité, p. 177.
  • 252 E. Ornato, « Les humanistes français et la redécouverte des classiques », dans Préludes à la Renais (...)
  • 253 Le registre de prêt de la bibliothèque du collège de Sorbonne, op. cit., no 147, p. 497-498.
  • 254 M. Foucault, L’archéologie du savoir, op. cit., p. 171.

94L’archive coexiste d’autre part avec le renouveau du nominalisme qui marque la fin du xve siècle247. Au lendemain de la levée de l’interdiction en 1481, on enregistre un regain d’intérêt pour l’œuvre de Jean Buridan dans la capitale, comme en témoignent les nombreuses éditions248. Certains sorbonistes furent notoirement aux avant-postes. Le sociétaire Jean Dumont emprunta les Quaestiones in Aristotelis Ethicam de Jean Buridan le 5 décembre 1481 et publia son commentaire littéral sur l’Éthique, suivi de questions inspirées par les nominalistes Jean Buridan et Martin Lemaître chez Claude Felix à une date indéterminée. Il exerça l’office de lecteur de l’Éthique pendant l’année universitaire 1485-1486249. Sensiblement à la même époque, le sociétaire et nominaliste Gilles de Delft fit paraître la traduction de Jean Argyropoulos chez Jean Higman le 26 mars 1489, à laquelle il adjoignit un commentaire, et les Quaestiones in Aristotelis Ethicam de Jean Buridan chez Wolfgang Hopyl le 14 juillet de la même année250. Il est titulaire de la chaire d’Éthique en 1491-1492251. Mit-il la bibliothèque du collège à profit ? En usa-t-il comme d’un « réservoir », à l’instar de ses devanciers humanistes252 ? Nous l’ignorons. La liste de prêt de Gilles de Delft se résume aux volumes que le bibliothécaire remettait d’ordinaire au nouveau sociétaire, pour l’essentiel la Bible, les Sentences de Pierre Lombard et le commentaire de Thomas d’Aquin253. Il nous paraît peu vraisemblable qu’elle épuise ses lectures et a fortiori ses centres d’intérêt qui embrassent la scolastique et l’humanisme. Quoi qu’il en soit, on touche ici au « système de cumul » de l’archive, aux possibilités et aux impossibilités distributives qu’elle ménage, en somme à son « historicité254 ».

  • 255 A. de Libera, La querelle des universaux. De Platon à la fin du Moyen Âge, Paris, 1996, p. 15.
  • 256 Ibid., p. 13 (c’est l’auteur qui souligne).
  • 257 R. Imbach, « Paul Vignaux, syndicaliste et historien de la philosophie », art. cité, p. 30.

95Concluons. Des mots aux choses, des énoncés aux « corps où il [s] se donne[nt] » (les livres), des « stratégies argumentatives » aux « disséminations textuelles » (la tradition), il n’y a qu’un pas. Dans leur diversité même, les « mots » déclinent quelques-unes des modalités d’une Überlieferungsgeschichte, d’une « histoire d’une transmission255 ». Dans le cas qui nous occupe, les « choses » sont prises en charge par le « système général d’archive ». Leur interprétation est soumise à la méthode historique, dont Alain de Libera a tracé l’itinéraire : « Faire l’histoire d’un problème, c’est […] suivre un trajet épistémique réel, voir se former des réseaux, se distribuer, se défaire, se recomposer un certain nombre d’éléments, considérer des glissements, des récurrences, mais aussi des faits de structure déterminés par l’état des corpus accessibles256. » C’est le prix à payer pour réduire la « tension entre l’historien et le philosophe257 » et, pour tout dire, réconcilier l’histoire et la philosophie.

Annexes

ANNEXE

Le tableau qui suit résume les versements successifs des commentaires sur l’Éthique à Nicomaque et des tables dans la bibliothèque commune du collège de Sorbonne à la fin du Moyen Âge et à la Renaissance. Pour ne pas alourdir inconsidérément le tableau, nous nous contentons de la première mention des commentaires dans le registre de prêt (entre 1425 et 1431). La dernière ligne est consacrée à l’identification des manuscrits. Les informations conjecturales sont livrées entre parenthèses. Pour le détail, on se reportera au texte qui précède.

Tableau 7 : Les commentaires sur l’Éthique à Nicomaque dans la bibliothèque commune du collège de Sorbonne à la fin du Moyen Âge et à la Renaissance

Tableau 7 : Les commentaires sur l’Éthique à Nicomaque dans la bibliothèque commune du collège de Sorbonne à la fin du Moyen Âge et à la Renaissance

Paris, BNF, lat. 16090, f. 1r (annotations marge inférieure ; voir supra p. 143)

Paris, BNF, lat. 16110, f. 2r (marge inférieure ; mention d’enchaînement dans la « grande » bibliothèque ; voirsupra p. 152)

Notes

2 A. de Libera, Penser au Moyen Âge, Paris, 1991, p. 38-50 (cit. p. 38). Pour une histoire de la philosophie médiévale dans la deuxième moitié du xxe siècle en France, voir en dernier lieu C. König-Pralong, « L’histoire de la philosophie médiévale depuis 1950 : méthodes, textes, débats », Annales. Histoire, Sciences sociales, 64, 2009, p. 143-169.

3 A. de Libera, Penser au Moyen Âge, op. cit., p. 42. Sur Marie-Dominique Chenu (1895-1990), voir L.-J. Bataillon, « Le Père M.-D. Chenu et la théologie du Moyen Âge », Revue des sciences philosophiques et théologiques 75, 1991, p. 449-456 ; J. Jolivet, « Les études consacrées par le Père Chenu au Moyen Âge », dans Marie-Dominique Chenu. Moyen Âge et modernité. Colloque organisé par le Département de la recherche de l’Institut catholique de Paris et le Centre d’études du Saulchoir à Paris, les 28 et 29 octobre 1995, J. Doré et J. Fantino, éd., Paris, 1997, p. 67-83.

4 A. de Libera, Penser au Moyen Âge, op. cit., p. 46. Sur Paul Vignaux (1904-1987), voir R. Imbach, « Paul Vignaux, syndicaliste et historien de la philosophie », dans P. Vignaux, Philosophie au Moyen Âge, précédé d’une Introduction autobiographique et suivi de Histoire de la pensée médiévale et problèmes contemporain, Paris, 2004, p. 9-30 (en part. p. 22-27).

5 L. Febvre, « Contre le vain tournois des idées : une étude sur l’esprit politique de la Réforme » [1926], dans Id., Combats pour l’histoire, Paris, 1953, p. 75-79 (cit. p. 79). On lira des réflexions analogues dans « Leur histoire et la nôtre » [1938], ibid., p. 276-283 (en part. p. 278-279) et « Étienne Gilson et la philosophie du xive siècle » [1946], ibid., p. 284-288.

6 R. Imbach, « La philosophie médiévale », dans Doctrines et concepts. 1937-1987. Rétrospective et prospective : cinquante ans de philosophie de langue française, A. Robinet, éd., Paris, 1988, p. 114-115.

7 Sur René-Antoine Gauthier (1913-1999), voir L.-J. Bataillon, « In memoriam. Le Père R.-A. Gauthier O. P. », Revue des sciences philosophiques et théologiques, 83, 1999, p. 547-556 (bibliographie, p. 548-555).

8 C. Thurot, De l’organisation de l’enseignement dans l’université de Paris au Moyen Âge, Paris, 1850, p. 79-81.

9 Z. Kaluza, « Les cours communs sur l’Éthique à Nicomaque à l’université de Paris », dans “Ad Ingenii Acuitionem”. Studies in Honour of Alfonso Maierù, S. Caroti, R. Imbach, Z. Kaluza, G. Stabile et L. Sturlese, éd., Louvain-la-Neuve, 2006, p. 147-181.

10 B. Sère, Penser l’amitié au Moyen Âge. Étude historique des commentaires sur les livres VIII et IX de l’Éthique à Nicomaque (xiiie-xve siècle), Turnhout, 2007, en part. p. 23-25.

11 A. de Libera, Penser au Moyen Âge, op. cit., p. 73-75.

12 B. Sère, Penser l’amitié au Moyen Âge, op. cit., p. 44. Pour une typologie des commentaires médiévaux de l’Éthique, voir D. A. Lines, Aristotle’s Ethics in the Italian Renaissance (ca. 1300-1650). The Universities and the Problem of Moral Education, Leyde-Boston-Cologne, 2002, p. 159-162 ; O. Weijers, « Un type de commentaire particulier à la faculté des arts : la sententia cum questionibus » [2003], dans Ead., Étude sur la faculté des arts dans les universités médiévales. Recueil d’articles, Turnhout, 2011, p. 259-270 (ici p. 266-267) et 257-258 (Addenda et corrigenda) ; B. Sère, Penser l’amitié au Moyen Âge, op. cit., p. 59-63. L’approche systématique, indépendante d’un texte autoritatif, prévaudra dans le champ de la philosophie pratique jusqu’à l’orée du xviie siècle. Voir L. Bianchi, « Renaissance Readings of the Nicomachean Ethics », dans Rethinking Virtue, Reforming Society : New Directions in Renaissance Ethics, c. 1350-c. 1650, D. A. Lines et S. Ebbersmeyer, éd., Turnhout, 2013, p. 131-167 (ici p. 159-160).

13 Sur les commentaires sur l’Éthique d’Albert le Grand, voir parmi d’autres A. Pelzer, « Le cours inédit d’Albert le Grand sur la Morale à Nicomaque recueilli et rédigé par S. Thomas d’Aquin », Revue néo-scolastique de philosophie, 24, 1922, p. 333-361 (ici p. 348-352) et 479-520 (Appendice) [repris dans Id., Études d’histoire littéraire sur la scolastique médiévale. Recueil d’articles mis à jour à l’aide des notes de l’auteur par A. Pattin et E. Van de Vyver, Louvain-Paris, 1964, p. 272-335 (ici p. 285-289)] ; J. Dunbabin, « The Two Commentaries of Albertus Magnus on the Nicomachean Ethics », Recherches de théologie ancienne et médiévale, 30, 1963, p. 232-250 (ici p. 234) ; R.-A. Gauthier et J. Y. Jolif, L’Éthique à Nicomaque. Introduction, traduction et commentaire, I-1, Louvain-Paris, 1970, p. 122-124 (ici p. 123) ; Albertus Magnus. Zum Gedenken nach 800 Jahren : Neue Zugänge, Aspekte und Perspektiven, W. Senner, éd., Berlin, 2001, 4e partie : « Ethik und Politik », p. 275-373 ; J. Müller, Natürliche Moral und philosophische Ethik bei Albertus Magnus, Munster, 2002, en part. p. 69-73 et 364-376 (où l’auteur s’interroge au sujet de la complémentarité des deux commentaires albertiniens) ; M. Dreyer, « Die Aristoteles-Rezeption und die Ethik-Konzeption Alberts des Großen », dans Albertus Magnus und die Anfänge der Aristoteles-Rezeption im lateinischen Mittelelalter. Von Richardus Rufus bis zu Franciscus de Mayronis, L. Honnefelder, R. Wood, M. Dreyer et M.-A. Aris, éd., Münster, 2005, p. 307-323. Sur le « tournant » qu’aurait constitué le premier commentaire sur l’Éthique (1248-1252) dans l’œuvre, sinon dans le projet intellectuel et institutionnel, d’Albert le Grand, voir les appréciations contrastées de L. Sturlese, Die deutsche Philosophie im Mittelalter von Bonifatius bis zu Albert dem Großen (748-1280), Munich, 1993, p. 332-342, et J. Müller, Natürliche Moral…, op. cit., p. 360 sq. (qui privilégie l’hypothèse d’« une évolution continue »).

14 C. J. Nederman, « Aristotelian Ethics before the Nicomachean Ethics : Alternate Sources of Aristotle’s Concept of Virtue in the Twelfth Century » [1989], dans Id., Medieval Aristotelianism and its Limits. Classical Traditions in Moral and Political Philosophy, 12th-15th Centuries, Aldershot-Brookfield/Vermont, 1997, no I, p. 55-75.

15 R.-A. Gauthier, Magnanimité. L’idéal de la grandeur dans la philosophie païenne et dans la théologie chrétienne, Paris, 1951, p. 302.

16 A. de Libera, Raison et foi. Archéologie d’une crise d’Albert le Grand à Jean-Paul II, Paris, 2003, p. 268.

17 CUP, I, no 20, p. 78-80 (ici p. 78). Sur l’Éthique à Nicomaque dans le cursus de l’université de Paris, voir en dernier lieu D. A. Lines, Aristotle’s Ethics in the Italian Renaissance, op. cit., p. 68-74 ; B. Sère, Penser l’amitié au Moyen Âge, op. cit., p. 38-39 et 41. Sur la réglementation au xiiie siècle, voir de surcroît R.-A. Gauthier, L’Éthique à Nicomaque, op. cit., I-1, p. 115-116 ; G. Wieland, Ethica – Scientia practica. Die Anfänge der philosophischen Ethik im 13. Jahrhundert, Munster, 1981, p. 40-44 ; C. Lafleur, « La réglementation “curriculaire” (de forma) dans les introductions à la philosophie et les guides de l’étudiant de la faculté des arts de Paris au xiiie siècle : une mise en contexte », dans L’enseignement de la philosophie au xiiie siècle. Autour du « Guide de l’étudiant » du ms. Ripoll 109. Actes du colloque international, C. Lafleur, éd., Turnhout, 1997, p. 521-548 (ici p. 523, 525-526 et 544). Rappelons enfin que Robert de Courson est l’auteur d’une Summa qui contient quelques rares références à l’Éthique. Voir D. Luscombe, « Ethics in the Early Thirteenth Century », dans Albertus Magnus und die Anfänge der Aristoteles-Rezeption im lateinischen Mittelelalter, p. 657-683 (ici p. 663 et n. 33).

18 CUP, I, no 246, p. 277-279 (ici p. 278). Voir L. Bianchi et E. Randi, Vérités dissonantes. Aristote à la fin du Moyen Âge, Fribourg-Paris, 1993, p. 2 ; L. Bianchi, Censure et liberté intellectuelle à l’université de Paris (xiiie-xive siècle), Paris, 1999, p. 123-124 ; D. A. Lines, « Moral Philosophy in the Universities of Medieval and Renaissance Europe », History of Universities, 20, 2005, p. 38-80 (ici p. 42).

19 R.-A. Gauthier, L’Éthique…, op. cit., I-1, p. 116-119 ; Id., « Le cours sur l’Ethica nova d’un maître ès arts de Paris (1235-1240) », Archives d’histoire doctrinale et littéraire du Moyen Âge, 50, 1975, p. 71-141 (ici p. 75-77) ; G. Wieland, Ethica – Scientia practica, op. cit., p. 44-51 ; Id., « L’émergence de l’éthique philosophique au xiiie siècle, avec une attention spéciale pour le “Guide de l’étudiant parisien” », dans L’enseignement de la philosophie au xiiie siècle, p. 167-180 ; I. Zavattero, « Le prologue de la Lectura in Ethicam ueterem du “Commentaire de Paris” (1235-1240). Introduction et texte critique », Recherches de théologie et philosophie médiévales 77, 2010, p. 1-33 ; Ead., « L’acquisition de la vertu morale dans les premiers commentaires latins de l’Éthique à Nicomaque », dans Universalité de la raison. Pluralité des philosophies au Moyen Âge. XII Congresso Internazionale di Filosofia Medievale. Palermo, 17-22 settembre 2007, II-1, A. Musco, C. Compagno, S. D’Agostino et G. Musotto, éd., Palerme, 2012, p. 235-243 (ici p. 235-236).

20 C. Lafleur, « Les “Guides de l’étudiant” de la faculté des arts de l’université de Paris au xiiie siècle », dans Philosophy and Learning : Universities in the Middle Ages, J. F. M. Hoenen, J. H. J. Schneider et G. Wieland, éd., Leyde-New York-Cologne, 1995, p. 137-199 (ici p. 157-169 ; la mention de forma est évoquée p. 165-166 et reproduite p. 198) ; Id., « La réglementation “curriculaire”… », art. cité, p. 537, 544 et 546. Une indétermination demeure quant au texte prescrit : dans la première contribution, l’auteur évoque la traduction intégrale de Robert Grosseteste, dans la seconde l’Ethica vetus et l’Ethica nova.

21 CUP, III, no 1319, p. 143-148 (ici p. 145). Sur le statut d’Urbain V, voir B. Michael, Johannes Buridan : Studien zu seinem Leben, seinen Werken und zur Rezeption seiner Theorien im Europa des späten Mittelalters. Inaugural-Dissertation zur Erlangung des Grades eines Doktors der Philosophie des Fachbereiches Geschichtswissenschaften der Freien Universität Berlin, Berlin, 1985, p. 867-868 ; Id., « Buridans moralphilosophische Schriften, ihre Leser und Benutzer im späten Mittelalter », dans Das Publikum politischer Theorie im 14. Jahrhundert, J. Miethke, éd., Munich, 1992, p. 139-151 (ici p. 141) ; A. Tuilier, Histoire de l’université de Paris et de la Sorbonne, I, Paris, 1994, p. 170-172. Pour une appréciation de ce statut, à la lumière de la réception d’Aristote à l’université de Paris au lendemain des statuts et du serment « anti-ockhamistes » de 1339-1341, voir L. Bianchi, Censure et liberté intellectuelle, op. cit., IIe partie, chap. 2 : « Scientia Okamica ou Scientia Aristotelis ? », p. 129-162 (ici p. 162). Pour le détail des œuvres d’Aristote utilisées à la faculté des arts de Paris au milieu du xiiie siècle, voir C. H. Lohr, « The new Aristotle and “science” in the Paris arts faculty (1255) », L’enseignement des disciplines à la faculté des arts (Paris et Oxford, xiiie-xve siècles), actes du colloque international, O. Weijers et L. Holtz, éd., Turnhout, 1997, p. 251-269 (ici p. 252-253).

22 L. Bianchi, « La philosophie selon les règlements universitaires », dans Philosophie et théologie au Moyen Âge. Anthologie, P. Capelle-Dumont, éd., II, Paris, 2009, p. 295-309 (ici p. 298-299).

23 CUP, II, no 1125, p. 587-590 (ici p. 588) ; trad. fr. L. Bianchi, « La philosophie… », art. cité, p. 306-308 (ici p. 306). Sur l’avènement de la « nouvelle théologie » anglaise, voir W. J. Courtenay, Schools and Scholars in Fourteenth-Century England, Princeton, 1987, chap. 9 : « Theologica Anglicana », p. 250-306 ; L. Bianchi et E. Randi, Vérités dissonantes, op. cit., p. 85-151. Sur son transfert à l’université de Paris, voir W. J. Courtenay, « The Reception of Ockham’s Thought at the University of Paris » [1984], dans Id., Ockham and Ockhamism. Studies in the Dissemination and Impact of His Thought, Leyde-Boston, 2008, p. 127-153 (ici p. 138-143).

24 Sur l’Éthique à Nicomaque dans les universités du Saint-Empire aux xive et xve siècles, voir S. Lorenz, « Libri ordinarie legendi. Eine Skizze zum Lehrplan der mitteleuropäischen Artistenfakultät um die Wende vom 14. zum 15. Jahrhundert », dans Argumente und Zeugnisse, W. Hogrebe, éd., Francfort/Main-Berne-New York, 1985, p. 204-258 (ici p. 209, 227 et 229-236 [Anhang]). L’influence des statuts parisiens est soulignée p. 227-228. Il n’est pas rare que cette influence s’exerce par l’intermédiaire d’une autre université. Ainsi les statuts de la faculté des arts de l’université de Cologne (1398) empruntent-ils directement à ceux de la faculté des arts de l’université de Vienne (1389). Voir A.-D. Van den Brincken, « Die Statuten der Kölner Artistenfakultät von 1398 », dans Die Kölner Universität im Mittelalter. Geistige Wurzeln und soziale Wirklichkeit, A. Zimmermann, éd., Berlin-New York, 1989, p. 394-414 (ici p. 396-397, 399 et 407-408, ces dernières à propos de la licence et de son programme de lectures qui comprend en particulier l’Éthique).

25 Z. Kaluza, « Les cours communs sur l’Éthique à Nicomaque… », art. cité, p. 149-154.

26 CUP, IV, no 2690, p. 713-734 (ici p. 729).

27 C. Thurot, De l’organisation de l’enseignement dans l’université de Paris au Moyen-Âge, p. 81 ; Z. Kaluza, « Les cours communs sur l’Éthique à Nicomaque… », art. cité, p. 153-154. En 1499, les statuts du collège de Montaigu, dont Jean Standonck fut le principal (1483-1504), mentionnent des « exercices philosophiques », sans plus de précision. Voir P. J.J. M. Bakker, « The Statutes of the Collège de Montaigu : Prelude to a Future Edition », History of Universities, 22, 2007, p. 76-111 (ici p. 88-92).

28 E. Faye et J. Hirstein, « Metaphysica Collecta. Un cours de métaphysique fabriste pris en note par Beatus Rhenanus. Présentation et édition partielle », dans Chemins de la pensée médiévale. Études offertes à Zénon Kaluza, P. J.J. M. Bakker, éd., Turnhout, 2002, p. 169-191 (ici p. 169-170 au sujet du collège du Cardinal Lemoine).

29 Sur Louis Ber, voir infra p. 159-160.

30 C. Thurot, De l’organisation de l’enseignement…, op. cit., p. 81 ; M. Reulos, « L’enseignement d’Aristote dans les collèges au xvie siècle », dans Platon et Aristote à la Renaissance. XVIe colloque international de Tours, Paris, 1976, p. 147-154 (ici p. 150 ; les deux fois à la suite de Robert Goulet, Compendium universitatis Parisiensis, Paris, Toussaint Denis, 1517).

31 A. de Libera, La philosophie médiévale, Paris, 1993, p. 363-367 ; L. Bianchi et E. Randi, Vérités dissonantes, op. cit., p. 149-151.

32 A. de Libera, La philosophie médiévale, Paris, 1989, p. 122 (où l’auteur évoque la « réflexion patristique sur le mal et le péché »). On trouvera une illustration dans Id., Penser au Moyen Âge, op. cit., p. 187-188 et 227-235 (au sujet de l’éthique d’Abélard qui « est de part en part chrétienne » et de ses détracteurs). Au tournant du xiiie siècle, les théologiens parisiens héritiers de Philippe le Chancelier et de son enseignement en matière de théologie morale privilégient pareillement la tradition biblique et patristique, et ignorent l’Éthique à Nicomaque qui était pourtant connue. Voir D. Luscombe, « Ethics in the Early Thirteenth Century », art. cité, p. 662-663. Cependant Philippe le Chancelier cite volontiers l’Ethica vetus « au point que sa Somme se transforme par moment en véritable Commentaire sur l’Éthique » selon R.-A. Gauthier, Magnanimité, op. cit., p. 271 n. 3 (cit.), 277 n. 2, 297 et 299.

33 J. Kraye, « Moral Philosophy », dans The Cambridge History of Renaissance Philosophy, C. B. Schmitt, éd., Cambridge et al., 1988, p. 303-386 (ici p. 325-326 et 329).

34 Statuts primitifs du collège de Sorbonne (vers 1270), dans P. Glorieux, Aux origines de la Sorbonne, I, Paris, 1966, no 1, p. 193-196 (ici p. 194) ; trad. fr. par N. Gorochov dans Former, enseigner, éduquer dans l’Occident médiéval. 1100-1450, P. Gilli, éd., II, Paris, 1999, p. 129-133 (ici p. 131).

35 Note transcrite à la suite immédiate du catalogue de bibliothèque (1338) dans le ms. Paris, BNF, n. a. l. 99, p. 223b : Nota eciam quod anno Domini Mo. CCo. LXXXo IXo fuit primo institutum librarium in domo ista pro libris cathenatis ad communem sociorum utilitatem ; L. Delisle, Le Cabinet des manuscrits de la Bibliothèque nationale. Étude sur la formation de ce dépôt comprenant les éléments d’une histoire de la calligraphie, de la miniature, de la reliure, et du commerce des livres à Paris avant l’invention de l’imprimerie, III, Paris, 1887, p. 71 (désormais : Cabinet). Sur la bibliothèque commune du collège de Sorbonne, voir R. H. Rouse, « The Early Library of the Sorbonne », Scriptorium, 21, 1967, p. 42-61 et 227-251 ; G. Fournier, Une « bibliothèque vivante ». La libraria communis du collège de Sorbonne (xiiie-xve siècle), thèse de doctorat, EPHE, Ve section, Paris, 2007, en part. chap. II : « La libraria communis du collège de Sorbonne : le “cerveau d’une communauté” », p. 87-141.

36 Règlement (1321), dans P. Glorieux, Aux origines de la Sorbonne, op. cit., I, no 22, p. 214-215 (d’après le recueil de statuts du collège ; ici p. 215) ; trad. fr. dans J. Monfrin, « Préface », dans Le registre de prêt de la bibliothèque du collège de Sorbonne. [1402-1536]. Diarium Bibliothecae Sorbonae. Paris, Bibliothèque Mazarine, ms. 3323, J. Vielliard et M.-H. Jullien de Pommerol, éd., Paris, 2000, p. 9-19 (ici p. 10-11 ; cit. p. 11).

37 Sur le catalogue double de la bibliothèque commune (1321-1338), voir G. Fournier, « Listes, énumérations, inventaires. Les sources médiévales et modernes de la bibliothèque du collège de Sorbonne (Première partie : les sources médiévales) », Scriptorium, 64, 2011, p. 158-215 (ici no 3.4.3, p. 187-193).

38 A. Derolez, Les catalogues de bibliothèques, Turnhout, 1979, p. 40.

39 L. Delisle, Cabinet, II, Paris, 1874, p. 183.

40 Paris, BNF, n. a. l. 99, p. 247a ; L. Delisle, Cabinet, III, p. 79-80 (ici p. 79) ; trad. fr. J. Monfrin, « Préface », p. 12-13 (cit. p. 13).

41 L. Grenier-braunschweig, « La prisée des manuscrits du collège de Sorbonne au Moyen Âge », dans Mélanges offerts à Gérard Oberlé pour ses 25 ans de librairie. 1967-1992, s. l., 1992, p. 327-341 (ici p. 329).

42 Sur la datation de la traduction de Robert Grosseteste, voir D. A. Callus, « The Date of Grosseteste’s Translations and Commentaries on Pseudo-Dionysius and the Nicomachean Ethics », Recherches de théologie ancienne et médiévale, 14, 1947, p. 186-210 (en part. p. 207 sq.).

43 J. Brams, « The Revised Version of Grosseteste’s Translation of the Nicomachean Ethics », Bulletin de philosophie médiévale, 36, 1994, p. 45-55.

44 Sur la Summa Alexandrinorum, voir en dernier lieu R. Saccenti, « La Summa Alexandrinorum. Storia e contenuto di un’epitome dell’Etica Nicomachea », Recherches de théologie et philosophie médiévales, 77, 2010, p. 201-234 (ici p. 209). Il s’agit du ms. Paris, BNF, lat. 16581, f. 1-94. Il constitue l’un des rares témoins de la rédaction primitive de la Summa (f. 3r-50v). Il provient de la bibliothèque de Richard de Fournival († 1260) qui fut léguée au collège par l’entremise de Gérard d’Abbeville († 1272). Voir R. H. Rouse, « Manuscripts Belonging to Richard de Fournival », Revue d’histoire des textes, 3, 1973, p. 253-269 (ici p. 265 [Biblionomia 78]). Il contient aussi aux f. 52r-93r la compilation intitulée Moralium dogma philosophorum attribuée à Guillaume de Conches ou Gauthier de Châtillon. Voir Aristoteles latinus, G. Lacombe, A. Birkenmajer, M. Dulong et A. Franceschini, éd., I, Rome, 1939, no 691, p. 574 ; R.-A. Gauthier, « Les deux recensions du Moralium dogma philosophorum », Revue du Moyen Âge latin, 9, 1953, p. 171-258 (ici p. 223) et 258-260 (Addenda. Corrigenda), et infra n. 61. La bibliothèque de Gérard d’Abbeville contenait un second exemplaire de cette œuvre dans le ms. Paris, BNF, lat. 15693, f. 1ra-9va. Voir R.-A. Gauthier, « Les deux recensions… », art. cité, p. 222.

45 Sur l’attribution des traductions de l’Ethica vetus et nova à Burgundio de Pise, voir F. Bossier, « L’élaboration du vocabulaire philosophique chez Burgundio de Pise », dans Aux origines du lexique philosophique européen. L’influence de la « Latinitas ». Actes du colloque international organisé à Rome par la FIDEM (Academia Belgica, 23-25 mai 1996), Louvain-la-Neuve, 1997, p. 81-116 ; G. Vuillemin-diem et M. Rashed, « Burgundio de Pise et ses manuscrits grecs d’Aristote : Laur. 87.7 et Laur. 81.18 », Recherches de théologie et philosophie médiévales, 64, 1997, p. 136-198 (ici p. 148-156). Sur leur diffusion dans l’Occident latin, voir D. Luscombe, « Ethics in the Early Thirteenth Century », p. 660-668. Sur la tradition manuscrite de l’Éthique à Nicomaque au collège de Sorbonne, voir A. D. Menut, « Latin Mss. of the “Nicomachean Ethics” at the Bibliothèque nationale », Revue belge de philologie et d’histoire, 14, 1935, p. 1330-1340.

46 Sur Eustrate de Nicée et son commentaire de l’Éthique, voir H. P. F. Mercken, « The Greek Commentators on Aristotle’s Ethics », dans Aristotle Transformed : The Ancient Commentators and Their Influence, R. Sorabji, éd., Londres, 1990, p. 407-443 (ici p. 410-419) ; M. Trizio, « Neoplatonic Source-Material in Eustratios of Nicaea’s Commentary on Book VI of the Nicomachean Ethics », dans Medieval Greek Commentary on theNicomachean Ethics”, C. Barber et D. Jenkins, éd., Leyde, 2009, p. 71-109. Sur la tradition du commentaire, voir D. A. Lines, Aristotle’s Ethics in the Italian Renaissance, op. cit., no 6, p. 462.

47 H. P. F. Mercken, « The Greek Commentators on Aristotle’s Ethics », p. 441-442 ; A. de Libera, Métaphysique et noétique. Albert le Grand, Paris, 2005, en part. p. 229-239 ; I. Costa, « Il problema dell’omonimia del bene in alcuni commenti scolastici all’Etica Nicomachea », Documenti e studi sulla tradizione filosofica medievale, 17, 2006, p. 157-230 (ici p. 161-180).

48 M. Trizio, « “Qui fere in hoc sensu exponunt Aristotelem”. Notes on the Byzantine Sources of the Albertinian notion of “intellectus possessus”, dans Via Alberti. Texte-Quellen-Interpretationen, L. Honnefelder, H. Möhle et S. Bullido del Barrio, éd., Münster, 2009, p. 79-110.

49 D. Salman, « Algazel et les Latins », Archives d’histoire doctrinale et littéraire du Moyen Âge, 10-11, 1935-1936, p. 103-127 (ici p. 118 et n. 2 ; l’auteur date le catalogue par erreur de 1335).

50 Sur le ms. Paris, BNF, lat. 16096, voir J. J. Duin, « La bibliothèque philosophique de Godefroid de Fontaines », Estudios Lulianos, 3, 1959, p. 21-36 et 137-160 (ici p. 151-160 ; l’index ancien transcrit au f. 1v est reproduit p. 151). Il est mentionné comme enchaîné au f. 1v et dans le catalogue de 1338. Voir Paris, BNF, n. a. l. 99, p. 200b ; L. Delisle, Cabinet, III, p. 63b.

51 D. Salman, « Algazel et les Latins », art. cité, p. 120. La seconde version, dénuée de prologue, correspond au volume ADc qui nous est parvenu dans le manuscrit Paris, BNF, lat. 16605. Il provient des bibliothèques de Richard de Fournival et de Gérard d’Abbeville. Voir ibid., p. 119-120 ; R. H. Rouse, « Manuscripts Belonging to Richard de Fournival », p. 264-265 (Biblionomia, 68).

52 Sur la dissociation Logique et Métaphysique-Physique dans la tradition, voir D. Salman, « Algazel et les Latins », art. cité, p. 120-122 (cit. p. 120) ; C. H. Lohr, « Logica Algazelis. Introduction and critical Text », Traditio, 21, 1961, p. 223-290 (ici p. 232). Sur l’influence de la Logica Algazelis dans l’Occident latin, voir C. Lohr, « Das Wissenschaftsverständnis der Logica Algazelis und sein Echo in der lateinischen Tradition des frühen 13. Jahrhundert », dans Albertus Magnus und die Anfänge der Aristoteles-Rezeption im lateinischen Mittelelalter, op. cit., p. 513-524 (ici p. 519-522).

53 Sur le commentaire sur l’Éthique de Thomas d’Aquin, voir R.-A. Gauthier, L’Éthique à Nicomaque, op. cit., I-1, p. 128-131 ; V. J. Bourke, « The Nicomachean Ethics and Thomas Aquinas » », dans St. Thomas Aquinas. 1274-1974. Commemorative Studies, É. Gilson, éd., I, Toronto, 1974, p. 239-259 ; M. D. Jordan, « Aquinas Reading Aristotle’s Ethics », dans Ad litteram. Authoritative Texts and Their Medieval Readers, M. D. Jordan et K. Emery Jr. éd., Notre Dame-Londres, 1992, p. 229-249 (ici p. 235-238) ; J.-P. Torrell, Initiation à saint Thomas d’Aquin. Sa personne et son œuvre, Fribourg-Paris, 1993, p. 331-334 ; J. C. Doig, Aquinas’s Philosophical Commentary on the “Ethics”. A Historical Perspective, Dordrecht-Boston-Londres, 2001 ; O. Weijers et M. B. Calma, Le travail intellectuel à la faculté des arts de Paris : textes et maîtres, IX, Turnhout, 2012, p. 139-146 (ici p. 144).

54 R.-A. Gauthier, L’Éthique à Nicomaque, op. cit., I-1, p. 130.

55 J. C. Doig, Aquinas’s Philosophical Commentary on the “Ethics”, op. cit., en part. chap. 5 : « Dating the Sle », p. 195-229.

56 Sur la liste de manuscrits transcrite par Adalbert Ranconi de Ericinio et son édition, voir G. Fournier, « Listes, énumérations, inventaires (Première partie) », art. cité, no 3.5.9, p. 204-206.

57 Sur la fortune du commentaire de Thomas d’Aquin, voir C. H. Lohr, « Medieval Latin Aristotle Commentaries », Traditio, 29, 1973, p. 93-197 (ici no 12, p. 168) ; D. A. Lines, Aristotle’s Ethics in the Italian Renaissance, op. cit., no 11, p. 465 ; Id., « Sources and Authorities for Moral Philosophy in the Italian Renaissance. Thomas Aquinas and Jean Buridan on Aristotle’s Ethics », dans Moral Philosophy on the Threshold of Modernity, J. Kraye et R. Saarinen, éd., Dordrecht, 2005, p. 7-29 (ici p. 14-22).

58 Catalogue de 1338 : 42. Summe morales, 51 (Paris, BNF, n. a. l. 99, p. 157b ; L. Delisle, Cabinet, III, p. 45b ; commentaire sur les deux premiers livres ; provenance : Godefroid de Fontaines) ; 54. Scripta et questiones super libros Aristotilis, 22 (Paris, BNF, n. a. l. 99, p. 206b ; L. Delisle, Cabinet, III, p. 65a ; provenance : Pierre de Farbu ; identification : Paris, BNF, lat. 16104 ; description : W. Senko, Repertorium commentariorum medii aevi in Aristotelem latinorum quae in bibliothecis publicis Parisiis asservantur (Bibliothèque nationale, Arsenal, Mazarine, Sorbonne, Sainte Geneviève) (désormais Répertorium), II, Varsovie, 1982, p. 4 ; H. V. Shooner, Codices manuscripti operum Thomae de Aquino, III, Montréal-Paris, 1985, no 2432, p. 307-308) ; 54. Scripta et questiones super libros Aristotilis, 51 (Paris, BNF, n. a. l. 99, p. 208b ; L. Delisle, Cabinet, III, p. 65b ; Étienne de Genève ; identification : Paris, BNF, lat. 16105 ; description : W. Senko, Repertorium, II, p. 5 ; H. V. Shooner, Codices manuscripti operum Thomae de Aquino, III, no 2433, p. 308) et 54. Scripta et questiones super libros Aristotilis, 53 (Paris, BNF, n. a. l. 99, p. 208b ; L. Delisle, Cabinet, III, p. 65b ; provenance : Gilles de Tillia). Hormis le ms. Paris, BNF, lat. 16105, ces volumes sont empruntés à plusieurs reprises au cours du xve siècle. Voir à titre d’exemple Le registre de prêt de la bibliothèque du collège de Sorbonne, op. cit., p. 732 (au sujet du ms. Paris, BNF, lat. 16104 ; il convient d’ajouter le prêt consenti à l’hôte Jean Tinctor le 9 août 1428 ; voir ibid., no 48, 103, p. 244, et la contribution de D. Nebbiai dans le présent volume). Les mss Paris, BNF, lat. 16104 et 16105 sont issus de la pecia. Voir G. Murano, Opere diffuse per exemplar e pecia, Turnhout, 2005, no 890, p. 776.

59 Sur le catalogue de 1338, voir en dernier lieu G. Fournier, « Listes, énumérations, inventaires (Première partie) », art. cité, p. 193-195.

60 Paris, BNF, lat. 16106, f. 1 : Jste liber scilicet sentencia [suscrit d’un autre scribe : fratris thome] super lib[rum ethi] corum est pauperum magistrorum de sorbona ex legato domini Stephani de abbatis villa ca [ nonis ambi] anensis LX. solidorum [ajout d’un autre scribe : et continet IX quaternos]. Une mention autographe transcrite au f. 2v indique qu’Étienne d’Abbeville l’a acquis pour 45 sous parisis. Le ms. a été modérément annoté par ses soins. Sur ce ms., voir M. Mabille, « Les manuscrits d’Étienne d’Abbeville conservés à la Bibliothèque nationale de Paris », Bibliothèque de l’École des chartes, 132, 1974, p. 245-266 (ici no 14, p. 257) ; W. Senko, Repertorium, II, p. 5 ; H. V. Shooner, Codices manuscripti operum Thomae de Aquino, op. cit., III, no 2434, p. 308-309. Il est issu de la pecia. Voir G. Murano, Opere diffuse per exemplar e pecia, op. cit., no 890, p. 776.

61 Catalogue de 1338 : 38. Originalia mixta sanctorum et philosophorum, 10. In vno uolumine continentur isti dogma moralium philosophorum […], ex legato domini Stephani de Abbatisuilla. Incipit in 2o fol. Seneca, in pen. res intell. Precium viginti sol (Paris, BNF, n. a. l. 99, p. 145a ; L. Delisle, Cabinet, III, p. 41b ; M. Mabille, « Les manuscrits d’Étienne d’Abbeville… », art. cité, p. 264) ; 49. Libri morales Aristotilis., 9. Vetus ethica, ex legato domini Stephani de Abbisuilla [sic]. Incipit in 2o fol. castus, in pen. dicitur. Precium quatuor sol (Paris, BNF, n. a. l. 99, p. 191a ; L. Delisle, Cabinet, III, p. 60a ; M. Mabille, « Les manuscrits d’Étienne d’Abbeville… », art. cité, p. 266). Le premier volume a été emprunté à plusieurs reprises au courant du xve siècle. Voir Le registre de prêt de la bibliothèque du collège de Sorbonne, op. cit., no 12, 9, p. 147 ; no 45, 17, p. 224 ; no 90, 78, p. 350 ; no 95, 19, p. 369 ; no 111, 21, p. 424 ; no 118, 6, p. 450 et no 120, 40, p. 455. Les deux volumes appartiennent à la parva libraria. Sur le Moralium dogma philosophorum, voir R.-A. Gauthier, « Les deux recensions du Moralium dogma philosophorum », art. cité, passim ; Id., « Un prologue inédit du Moralium dogma philosophorum », Revue du Moyen Âge latin, 11, 1955, p. 51-58 ; J. B. Williams, « The Quest for the Author of the Moralium dogma philosophorum, 1931-1956 », Speculum, 32, 1957, p. 736-747 (les deux fois, Gauthier de Châtillon a les faveurs des auteurs) ; sur son influence, voir R.-A. Gauthier, Magnanimité, op. cit., p. 269-271, 279, 287 sq. et 311.

62 On lira des exemples dans l’article de M. Mabille cité à la n. précédente.

63 Paris, BNF, n. a. l. 99, p. 191a ; L. Delisle, Cabinet, III, p. 64a.

64 M. Mabille, « Les manuscrits d’Étienne d’Abbeville », art. cité, no 5, p. 251 et n. 3.

65 Sur le manuscrit Paris, BNF, lat. 16147, voir Aristoteles latinus, op. cit., I, no 678, p. 567 ; W. Senko, Repertorium, II, p. 35.

66 Voir en dernier lieu C. Angotti, « Les bibliothèques des couvents mendiants, un modèle pour les séculiers ? L’exemple de deux premiers bienfaiteurs de la bibliothèque du collège de Sorbonne (Robert de Sorbon, Gérard d’Abbeville) », dans Entre stabilité et itinérance. Livres et culture des ordres mendiants. xiiie-xve siècle, N. Bériou, M. Morard et D. Nebbiai, éd., Turnhout, 2014, p. 31-72, en part. p. 36 sq.

67 Paris, BNF, lat. 16147, f. 2v : Iste liber est collegii pauperum magistrorum parisius in theologica facultate studentium ex donatione inter viuos magistri G[eraudi] de Abb[atisuilla]. [Autre main :] Inter libres [sic] naturales non commentatos 17 ; une nouvelle main ajoute la mention gerardus au milieu dudit f. ; catalogue de 1338 : 47. Libri naturales non commentati, 17. Cathenatus (Paris, BNF, n. a. l. 99, p. 186 ; L. Delisle, Cabinet, III, p. 58b).

68 Sur Jean Gorre et son legs, voir A. Franklin, Les anciennes bibliothèques de Paris. Églises, monastères, collèges, etc., I, Paris, 1867, p. 241-242 ; L. Delisle, Cabinet, II, p. 159 ; P. Glorieux, Aux origines de la Sorbonne, op. cit., I, p. 315 ; W. J. Courtenay, éd., Rotuli Parisienses. Supplications to the Pope from the University of Paris, I, Leyde-Boston-Cologne, 2002, p. 200 et 329 ; Id., « Collège des Bons-Enfants de Saint-Victor at Paris », History of Universities, 20, 2005, p. 1-11 (ici p. 2 et 3-4).

69 Sur la tradition de la Tabula moralium Aristotelis, voir M. Grabmann, Methoden und Hilfsmittel des Aristotelestudiums im Mittelalter, Munich, 1939, p. 140-145 ; C. Flüeler, Rezeption und Interpretation der Aristotelischen Politica im späten Mittelalter, II, Amsterdam-Philadelphie, 1992, no 29, p. 26-27. Sur le ms. Paris, BNF, lat. 16090, voir Aristoteles latinus, op. cit., I, no 665, p. 558 ; W. Senko, Repertorium, I, p. 223-224.

70 Il s’agit des mss Paris, BNF, lat. 15885, f. 273r, 15976, contre-plat inférieur et 15977, f. 130r. Voir C. Angotti, « Mort et vie du collège dit de la “Petite Sorbonne” », dans Universitas scolarium. Mélanges offerts à Jacques Verger par ses anciens élèves, C. Giraud et M. Morard éd., Genève, 2011, p. 171-199 (ici p. 196, nos 9-11 et 197, no 14).

71 Voir infra Illustrations no 1.

72 Sur Jean Bernier de Fayt et la Tabula moralium Aristotelis, voir B. Hauréau, Notices et extraits de quelques manuscrits latins de la Bibliothèque nationale, V, Paris, 1892, p. 78 ; M. Grabmann, Methoden und Hilfsmittel des Aristotelestudiums im Mittelalter, op. cit., p. 139-149.

73 La préface à la Tabula moralium Aristotelis est éditée dans M. Grabmann, Methoden und Hilfsmittel…, op. cit., p. 145-146 (ici p. 146). Selon l’auteur (p. 148), il s’agirait de l’Ethica d’Albert le Grand.

74 Dernièrement C. Flüeler et É. Anheim proposèrent une datation de la Tabula moralium Aristotelis en 1346 sur la foi d’informations issues de la tradition manuscrite : Explicit tabula moralium aristotilis edita a domino Johanne de Fayt monaco sancti Amandi in padula et bachalario in Theologia Anno domini 1346 (Valenciennes, BM, 400 (383), f. 117v : abbaye de Saint-Amand ; xive s. ; aussi Heiligenkreuz, Stiftsbibliothek, 150 : xive s.). Voir C. Flüeler, Rezeption und Interpretation der Aristotelischen Politica im späten Mittelalter, op. cit., II, p. 26 ; É. Anheim, « Le chancelier de l’université de Paris Roberto de’Bardi et la curie au milieu du xive siècle », dans Universitas scolarium, p. 507-528 (ici p. 513 et n. 40). Pour vraisemblable qu’elle soit, cette datation n’est pas contraignante. En effet, la date de 1346 pourrait tout aussi bien désigner l’obtention du baccalauréat en théologie par Jean de Fayt, dont la mention fait état. Voir CUP, II, no 1131, p. 594-597 (ici p. 596). L’évocation de sa qualité de moine de l’abbaye bénédictine de Saint-Amand-les-Eaux dans les mss de Valenciennes et de Heiligenkreuz invite cependant à une datation antérieure à 1350, où Jean accéda à l’abbatiat au couvent Saint-Bavon de Gand, qu’il ne rejoignit que quelques années après. Voir en dernier lieu A. Brix, « Le Manipulus exemplorum. Un recueil d’exempla bénédictin à attribuer à Jean Bernier de Fayt († 1395) », Revue bénédictine, 124, 2014, p. 353-364 (ici p. 362).

75 M. Grabmann, Forschungen über die lateinischen Aristoteles-Übersetzungen des XIII. Jahrhunderts, Münster, 1916, p. 97-100 ; Id., Methoden und Hilfsmittel…, op. cit., p. 124-155 (en part. p. 153-155).

76 Id., Forschungen…, op. cit., p. 98-99 ; Id., Methoden und Hilfsmittel…, op. cit., p. 126-127, 138-139, 152 et 153.

77 Voir supra p. 141.

78 M. Grabmann, Forschungen…, op. cit., p. 98-99 ; Id., Methoden und Hilfsmittel…, op. cit., p. 129-139.

79 Ibid., p. 149-151.

80 Pour des exemples parisiens, voir Aristoteles latinus, op. cit., I, no 656, p. 553 ; no 666, p. 558 et no 696, p. 576.

81 Voir supra p. 134.

82 Paris, BNF, n. a. l. 99, p. 266 : Jtem postilla [Sapiencie] holcot. Bancha. am ; L. Delisle, Cabinet, II, p. 93a. Dans la marge supérieure du début de la rubrique, une annotation transcrite selon toute vraisemblance par le même scribe évoque une nouvelle fois l’Expositio in librum Sapientiae de Robert Holcot enchaînée au pupitre AM : Et nota quod omnes iste postille conti[n]entur in banchis. c.d.f. nisi forte vna super sapiencie que est. am (Paris, BNF, n. a. l. 99, p. 266 ; L. Delisle, Cabinet, II, p. 92 n. 3). Il n’est pas à exclure que cet ajout renvoie au manuscrit Paris, BNF, lat. 15885 qui provient du legs de Jean Gorre. Il renferme l’unique exemplaire de l’Expositio in librum Sapientiae de Robert Holcot († 1349) en provenance du collège de Sorbonne qui nous est parvenu. Sur la tradition manuscrite de l’Expositio in librum Sapientiae de Robert Holcot, voir T. Kaeppeli, Scriptores Ordinis Praedicatorum Medii Aevi, III, Rome, 1980, no 3497, p. 315-318 (où le ms. parisien est cité p. 317). Sur le ms. Paris, BNF, lat. 15885, voir C. Samaran et R. Marichal, Catalogue des manuscrits en écriture latine portant des indications de date, de lieu ou de copiste, III, Paris, 1974, p. 461.

83 Outre les cotes ALd et AMh, l’une des mentions transcrites dans la marge supérieure du manuscrit Paris, BNF, lat. 16090, f. 1r évoque une nouvelle cote qui n’avait pas été attribuée : Jtem bancha. z. volumine. e. tabulam librorum naturalium.

84 Paris, BNF, lat. 15885, f. 273r : Anno Mo CCCo 60 cuius anima in pace requiescat.

85 G. Fournier, « Listes, énumérations, inventaires (Première partie) », art. cité, p. 190-191 (à propos du catalogue double de la bibliothèque commune) et 194 (à propos du catalogue de 1338).

86 Sur ce catalogue, voir infra p. 160 sq.

87 Au sujet des Repertoria sive tabulae generalis auctoritatum Aristotelis imprimés, voir C. B. Schmitt, « Auctoritates, Repertorium, Dicta, Sententiae, Flores, Thesaurus, and Axiomata : Latin Aristotelian Florilegia in the Renaissance », dans Aristoteles Werk und Wirkung. Paul Moraux gewidmet, II, J. Wiesner, éd., Berlin-New York, 1987, p. 515-537 (ici p. 518 sq. et 530-531).

88 Sur le ms. Paris, BNF, lat. 16681, voir W. Senko, Repertorium, II, p. 90 ; Aegidii Romani, Opera omnia, I, Catalogo dei manioscritti (294-372), 1/3**, C. Luna, éd., Florence, 1988, no 360, p. 272-274.

89 Paris, BNF, n. a. l. 99, p. 207b ; L. Delisle, Cabinet, III, p. 65a.

90 Paris, BNF, n. a. l. 99, p. 341 ; L. Delisle, Cabinet, III, p. 86.

91 Paris, BNF, n. a. l. 99, p. 243b ; L. Delisle, Cabinet, III, p. 78.

92 Sur la délicate question de la rédaction et donc de la datation des Quaestiones in Aristotelis Ethicam de Jean Buridan, voir parmi d’autres B. Michael, Johannes Buridan, op. cit., p. 871-875 ; B. Sère, « Liberté et lien social chez Buridan dans son commentaire sur l’Éthique (VIII-IX) », Recherches de théologie et philosophie médiévales, 74, 2007, p. 119-168 (ici p. 122-124). B. Michael penche pour une rédaction unique qui aurait vu le jour vers 1339-1340 et serait demeurée inachevée à sa mort entre 1358 et 1360. B. Sère privilégie une rédaction en deux temps : après 1332 (livres I-VI, voire VIII) et entre 1349 et 1360 (livres IX-X).

93 C. Flüeler, « Buridans Kommentars zur Nikomachischen Ethik : Drei unechte Literalkommentare », Vivarium, 36, 1998, p. 234-249 (ici p. 248-249).

94 Sur le ms. Paris, BNF, lat. 16128, voir W. Senko, Repertorium, II, p. 22-24 ; B. Michael, Johannes Buridan, op. cit., p. 850. La tradition paraît l’attribuer à Henri Pistor de Lewis. Ainsi dans le catalogue de Henri-Michel Guédier de Saint-Aubin (Paris, BNF, n. a. l. 100, f. 183r-v) où l’ex-legato a été barré ultérieurement. La datation du ms. (fin du xive siècle) suffit en effet à invalider cette hypothèse.

95 Sur le ms. Paris, BNF, lat. 16129, voir C. Samaran et R. Marichal, Catalogue des manuscrits en écriture latine, op. cit., III, p. 700 ; W. Senko, Repertorium, II, p. 24-27 ; B. Michael, Johannes Buridan, op. cit., p. 850-851.

96 Le ms. Paris, BNF, lat. 16128 n’est pas mentionné dans C. Angotti, « Mort et vie du collège dit de la “Petite Sorbonne” », art. cité, passim.

97 Le registre de prêt de la bibliothèque du collège de Sorbonne, no 139, 16, p. 489 : Item habuit Ethicas Buridani precii XIIII scutorum, cujus 2um folium mali 3o thorum, et penultinum ymo etiam. Sur Jean Dumont, voir Z. Kaluza, « Les débuts de l’albertisme tardif (Paris et Cologne) », dans Albertus Magnus und der Albertismus. Deutsche philosophische Kultur des Mittelalters, M. J. F. M. Hoenen et A. de Libera, éd., Leyde-New York-Cologne, 1995, p. 207-295 (ici no 122, p. 291) ; Le registre de prêt de la bibliothèque du collège de Sorbonne, op. cit., p. 632-633 ; T. Sullivan, Parisian Licentiates in Theology, A.D. 1373-1500. A Biographical Register, II, Leyde-Boston, 2011, p. 379-380.

98 C. Angotti, « Mort et vie du collège dit de la “Petite Sorbonne” », art. cité, p. 179-180. Les mss du collège dit de la « Petite Sorbonne » ont intégré la parva libraria du collège de Sorbonne au plus tard en 1438.

99 Sur le sens de cette expression, voir B. Michael, Johannes Buridan, op. cit., p. 871.

100 Sur Adam Carnificis, licencié en théologie en 1395, voir G. Ouy, « Simon de Plumetot (1371-1443) et sa bibliothèque », dans Miscellanea codicologica F. Masai dicata, P. Cockshaw, M.-C. Garand et P. Jodogne, éd., Gand, 1979, p. 353-381 (ici p. 370) ; B. Michael, Johannes Buridan, op. cit., p. 325 n. 118 ; T. Sullivan, Parisian Licentiates in Theology, A.D. 1373-1500, op. cit., II, p. 138-139.

101 Voir infra p. 161.

102 La plus ancienne occurrence est empruntée à un statut réglementant l’usage des clés de la bibliothèque, daté du 16 novembre 1391, et édité dans P. Glorieux, Aux origines de la Sorbonne, op. cit., I, no 44, p. 233-234 (d’après le recueil des statuts).

103 Voir la contribution de C. Angotti dans le présent volume.

104 C.-V. Langlois, « Jacques de Padoue, sorboniste », dans Histoire littéraire de la France, XXXVI, Paris, 1927, p. 424-432 (ici p. 426-427). Sur Jacques de Padoue, voir en dernier lieu W. A. Duba, « The Authenticity of Francis of Marchia’s Quodlibet : The Testimony of Paris, BNF, Ms. lat. 16110 », Bulletin de philosophie médiévale 49, 2007, p. 91-102 (ici p. 97).

105 Sur le manuscrit Paris, BNF, lat. 16110, voir Aristoteles latinus, op. cit., I, no 671, p. 561-563 ; W. Senko, Repertorium, II, p. 7-14 ; H. V. Shooner, Codices manuscripti operum Thomae de Aquino, op. cit., III, no 2436, p. 310 ; W. A. Duba, « The Authenticity of Francis of Marchia’s Quodlibet… », art. cité, p. 94-97 (où l’on lira le contenu précis du volume).

106 Ce qui était une probabilité dans C. Samaran et R. Marichal, Catalogue des manuscrits en écriture latine, op. cit., III, p. 699, est devenu une certitude à la vue de l’ensemble des mss en provenance de la bibliothèque personnelle de Jacques de Padoue.

107 G. Murano, Opere diffuse per exemplar e pecia, op. cit., no 890, p. 776.

108 Voir en dernier lieu I. Costa, « Il problema dell’omonimia del bene in alcuni commenti scolastici all’Etica Nicomachea », art. cité, p. 194-196 (où se sont glissées quelques erreurs de détail) et 220-230 (édition) ; B. Sère, Penser l’amitié au Moyen Âge, op. cit., p. 159-165. I. Costa identifie une compilation, là où l’on perçoit en règle générale plusieurs séries de questions, dont l’une peut selon toute vraisemblance être attribuée à Pierre d’Auvergne. Voir R.-A. Gauthier, « Deux témoignages sur la date de la première traduction latine des Économiques », Revue philosophique de Louvain, 50, 1952, p. 273-283 (ici p. 276 n. 5) ; Id., « Les Questiones supra librum Ethicorum de Pierre d’Auvergne », Revue du Moyen Âge latin, 20, 1964, p. 233-260 (ici p. 241) ; A. J. Celano, « Peter of Auvergne’s Questions on Books I and II of the Ethica Nicomachea : A Study and Critical Edition », Mediaeval Studies, 48, 1986, p. 1-110 (ici p. 3).

109 W. A. Duba, « The Authenticity of Francis of Marchia’s Quodlibet… », art. cité, p. 97-98 et 99 n. 34. L’auteur s’appuie sur une indication empruntée à H. V. Shooner (voir supra n. 105) que nous ne pouvons pas confirmer.

110 La pièce est qualifiée de la sorte dans la table transcrite de la main de Jacques de Padoue sur le contre-plat inférieur du ms. Paris, BNF, lat. 15669. Rien n’indique que le ms. ait appartenu à la bibliothèque commune. Voir C.-V. Langlois, « Jacques de Padoue, sorboniste », p. 428 et n. 5 ; R.-A. Gauthier, « Les Questiones supra librum Ethicorum de Pierre d’Auvergne », art. cité, p. 241 n. 16.

111 Les annotations marginales se résument à quelques mots-clés, à des corrections, à la restitution de fragments de texte et à la réitération du mot Questio sous diverses formes.

112 Voir infra Illustrations no 2.

113 G. Fournier, « Listes, énumérations, inventaires (Première partie) », art. cité, p. 207-214.

114 M.-H. Jullien de Pommerol, « Le prêt des livres à la fin du Moyen Âge (xiiie-xve siècles) », dans Du copiste au collectionneur. Mélanges d’histoire des textes et des bibliothèques en l’honneur d’André Vernet, D. Nebbiai-dalla Guarda et J.-F. Genest, éd., Turnhout, 1998, p. 339-374 (en part. p. 363-373).

115 Sur le prêt de mss enchaînés dans la bibliothèque commune, voir Ead., « Introduction », dans Le registre de prêt de la bibliothèque du collège de Sorbonne, op. cit., p. 21-54 (ici, p. 34-35).

116 Paris, Bibliothèque Mazarine, ms. 3323, f. 75r ; Le registre de prêt de la bibliothèque du collège de Sorbonne, op. cit., no 68, 16-18, p. 292. Sur Jean Germain, voir Z. Kaluza, « Les débuts de l’albertisme tardif », art. cité, no 50, p. 265-266 ; Le registre de prêt de la bibliothèque du collège de Sorbonne, op. cit., p. 624.

117 Ibid., no 68, 33, p. 294.

118 Paris, BNF, lat. 16582, f. 2ra et 328ra (mots-repères). Le ms. est dénué de mentions « hors la teneur » médiévales et en conséquence d’indications relatives à sa provenance.

119 Paris, BNF, lat. 16127, f. 3ra et 168ra (mots-repères). Le ms. est dénué de mentions « hors la teneur » médiévales et en conséquence d’indications relatives à sa provenance. Au plus tard lors du prêt de Jean Germain, il appartient au collège de Sorbonne. É. Pellegrin et K. Rebmeister-Klein l’attribuent sans autre forme de procès au collège de Dormans-Beauvais. Les prêts des sorbonistes Jean Germain, Jean Hochet et Alard Palenc, antérieurs à 1431, excluent qu’il y fut « reli[é] de cuir blanc vers 1448 ». Voir É. Pellegrin, « La bibliothèque de l’ancien collège de Dormans-Beauvais à Paris » [1947], dans Ead., Bibliothèques retrouvées. Manuscrits, bibliothèques et bibliophiles du Moyen Âge et de la Renaissance. Recueil d’études publiées de 1938 à 1985, Paris, 1988, p. 3-68 (ici p. 9 n. 4) ; K. Rebmeister-Klein, Les livres des petits collèges à Paris aux xive et xve siècles, thèse de doctorat, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2005, en part. p. 596, no 39. Outre le commentaire (f. 2ra-168rb), il comprend une Tabula lectionum et quaestionum (f. 168rb-169rb) qui s’interrompt en IX, 9. Sur le ms. Paris, BNF, lat. 16127, voir W. Senko, Repertorium, II, p. 19-21 ; C. Porter, « Gerald Odonis’Commentary on the Ethics : A Discussion of the Manuscripts and General Survey », Vivarium, 47, 2009, p. 241-294 (ici p. 254 [B]).

120 Voir supra Tableau 1.

121 Voir supra p. 137-138.

122 Sur le commentaire de l’Éthique de Guiral Ot et sa fortune, voir en dernier lieu C. Porter, « Gerald Odonis’Commentary on the Ethics… », art. cité, passim.

123 Voir supra Tableau 4.

124 Le livre des prieurs de Sorbonne, op. cit., no 5, p. 28-29.

125 Sur l’organisation du cours commun sur l’Éthique, voir Z. Kaluza, « Les cours communs sur l’Éthique à Nicomaque à l’université de Paris », art. cité, p. 149-154, 164-166 et 172-177 (Appendice 1 : « Liste des Lectores Ethicorum connus », qui ne compte pas moins de quinze sorbonistes sur les trente-quatre lecteurs répertoriés).

126 Le livre des prieurs de Sorbonne, op. cit., nos 35-36, p. 33-34 ; et Z. Kaluza, « Les cours communs sur l’Éthique à Nicomaque… », art. cité, p. 153.

127 Z. Kaluza, « Les cours communs… », art. cité, p. 158-159 et 166-167.

128 Ibid., p. 166.

129 Le registre de prêt de la bibliothèque du collège de Sorbonne, op. cit., no 68, 14, p. 292. Cet exemplaire du commentaire de Thomas d’Aquin était conservé dans la parva libraria du collège de Sorbonne.

130 Ibid., no 81, 6, p. 325.

131 Ibid., no 77, 35, p. 314. Le 29 octobre 1428, Alard Palenc avait déjà emprunté un exemplaire distinct du commentaire sur l’Éthique de Thomas d’Aquin. Voir ibid., no 77, 6, p. 312. Les deux fois, les volumes proviennent de la parva libraria du collège de Sorbonne.

132 Ibid., no 81, 6, p. 325.

133 Voir supra p. 140-141.

134 R.-A. Gauthier, L’Éthique à Nicomaque, op. cit., I-1, p. 131. Pour une critique de R.-A. Gauthier, en particulier du partage des tâches auquel Thomas aurait procédé, voir G. Wieland, Ethica – Scientia practica, op. cit., p. 207-208 ; Id., « The Reception and Interpretations of Aristotle’s Ethics », dans The Cambridge History of Later Medieval Philosophy from the Rediscovery of Aristotle to the Desintegration of Scholasticism. 1100-1600, N. Kretzmann, A. Kenny et J. Pinborg, éd., Cambridge et al., 1982, p. 657-672 (ici p. 662). Les relations entre le commentaire sur l’Éthique et la Seconde partie de la Somme de théologie ont été reconsidérées dernièrement par J. C. Doig. Voir supra n. 55.

135 Le registre de prêt de la bibliothèque du collège de Sorbonne, op. cit., no 68, 19-20, p. 292.

136 Ibid., no 67, 21, p. 289. L’emprunt de la Secunda Secundae nécessita l’autorisation préalable du conseil. Nous en ignorons la raison, étant donné que ce volume avait déjà été emprunté à de nombreuses reprises sans que cette condition ait été requise. Voir ibid., p. 726-727 (Paris, BNF, lat. 15797). Il a été emprunté en particulier par Jean Germain. Voir supra n. précédente.

137 Ibid., no 77, 50, p. 315.

138 Ibid., no 125, 24, p. 467.

139 Ibid., no 68, 13, p. 292 (13 avril 1425 ; Jean Germain) ; no 67, 22, p. 289 (21 avril 1428 ; Jean du Pont) et no 77, 31, p. 313 (18 février 1431 ; Alard Palenc). Au lendemain de son lectorat, au plus tard le 22 septembre 1433, ce dernier transmit l’exemplaire à Jean du Pont. Voir ibid., no 77, 61, p. 316.

140 Z. Kaluza, « Les cours communs sur l’Éthique à Nicomaque… », art. cité, p. 159 et 160.

141 G. Fournier, Une « bibliothèque vivante », op. cit., p. 377-387 ; Id., « Une bibliothèque en temps de crise. Lecteurs étrangers et désenchaînements de manuscrits au collège de Sorbonne dans le second quart du xve siècle », dans Savoir/Pouvoir. Les bibliothèques, de l’Antiquité à la modernité, Turnhout, 2017 (à paraître).

142 Le registre de prêt de la bibliothèque du collège de Sorbonne, op. cit., no 68, 22, p. 292-293 (20 septembre 1426 ; deux volumes pour Zénon de Castiglione), 27, p. 293 (3 octobre 1427 ; le volume est restitué l’année suivante, voir ibid., 30, p. 293), 33, p. 294 (30 octobre 1428 ; un volume) et 34-35 (7 novembre 1428 ; deux volumes).

143 G. Fournier, Une « bibliothèque vivante », op. cit., p. 131-133.

144 K. Rebmeister-Klein, Les livres des petits collèges à Paris aux xive et xve siècles, op. cit., p. 125-126, 179 sq. et 290-300.

145 Voir infra Tableau 5.

146 Z. Kaluza, « Les cours communs sur l’Éthique à Nicomaque… », art. cité, p. 161.

147 Ibid., p. 168 et 170-171.

148 Ibid., p. 170, et infra p. 176-177.

149 Colmar, BM, 12, f. 1 : Jn hoc libro continetur [suscrit de la même main de Louis Ber : Partim] lectura ethicorum quam fecit magister Ludouicus Ber basiliensis publicus ethicus [sic] Lector parisius Anno domini 1508 […]. La provenance du ms. figure sur le contre-plat supérieur : Est Ludouici Ber basiliensis socij Sorbonici, et au f. 1, on lit sa devise : Domat omnia virtus. Sur ce ms., voir P. Schmitt, Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France, LVI, Paris, 1969, p. 146 (qui est entaché de quelques erreurs). Sur Louis Ber, voir A. Kimmenauer, « Colmarer Beriana. Zu Ludwig Ber’s Bibliothek und Papieren », dans Festschrift für Josef Benzing. Zum sechzigsten Geburtstag. 4. Februar 1964, E. Geck et G. Pressler, éd., Wiesbaden, 1964, p. 244-251 ; J. K. Farge, Biographical Register of Paris Doctors of Theology. 1500-1536, Toronto, 1980, no 22, p. 23-26 ; P. G. Bietenholz, « Ludwig Baer », dans Contemporaries of Erasmus. A Biographical Register of the Renaissance and Reformation, P. G. Bietenholz, éd., I, Toronto-Buffalo-Londres, 1985, p. 84-86 ; Le registre de prêt de la bibliothèque du collège de Sorbonne, op. cit., p. 648.

150 Voir à titre d’exemple Colmar, BM, ms. 12, f. 3v : […] plerique Aristotelis expositores Vt Eustra. b. tho. Geraldus Burleius dicunt […]. Jean Buridan est cité parmi d’autres aux f. 2r, 5r, 27r, 81r, 88v, 92r et 100v. Sur le commentaire de Gauthier Burley et sa fortune, voir C. H. Lohr, « Medieval Latin Aristotle Commentaries », Traditio, 24, 1968, p. 149-245 (ici no 36, p. 185-186) ; R.-A. Gauthier, L’Éthique à Nicomaque, op. cit., I-1, p. 136-137 et 158-159 ; G. Wieland, « The Reception and Interpretations of Aristotle’s Ethics », art. cité, p. 667 ; O. Weijers, Le travail intellectuel à la Faculté des arts de Paris, III, Paris, 1998, p. 37-62 (ici p. 58) ; D. A. Lines, Aristotle’s Ethics in the Italian Renaissance, op. cit., no 15, p. 468-469 ; I. Costa, « Il problema dell’omonimia del bene nell’esegesi dell’Etica Nicomachea (1300-1345 ca.) », Documenti e studi sulla tradizione filosofica medievale, 23, 2012, p. 429-473 (ici p. 446-447).

151 Sententia et Expositio cum questionibus Geraldi Odonis super libros Ethicorum Aristotelis cum Textu eiusdem, Venise, Simone da Lovere pour Andrea Torresani de Asula, 14 juillet 1500 (Colmar, BM, CG 11646 ; d’après une mention autographe apposée sur le contre-plat supérieur, Louis Ber a fait relier en 1507 le volume qui associe le commentaire de Guiral Ot à celui de la Politique de Thomas d’Aquin, imprimé chez le même éditeur le 31 octobre 1500) ; Expositio Gualteri Burlei super decem Libros Ethicorum Aristotelis, Venise, Simone da Lovere pour Andrea Torresani de Asula, 4 septembre 1500 (Colmar, BM, G 787 ; payé en sous parisis d’après une mention autographe transcrite sur la page de titre, l’ouvrage a été acquis selon toute vraisemblance lors du séjour parisien de Louis Ber, soit au plus tard au début de l’année 1513). Les deux volumes produisent la traduction de Robert Grosseteste et sont inégalement annotés de la main de Louis Ber.

152 Voir infra Tableau 5.

153 Voir Le registre de prêt de la bibliothèque du collège de Sorbonne, op. cit., no 200, 79, p. 536.

154 Sur ce qui suit, voir G. Fournier, « Livre après livre. Un catalogue inédit de la bibliothèque du collège de Sorbonne (milieu xvie siècle) », Scriptorium, 67, 2013, p. 184-217 et pl. 23-24 ; Id., « Le plus ancien catalogue imprimé d’une bibliothèque institutionnelle (vers 1550) », dans De l’argile au nuage : une archéologie des catalogues. IIe millénaire av. J.-C.-xxie siècle, [Catalogue des expositions organisées par la Bibliothèque Mazarine et la Bibliothèque de Genève], Paris-Genève, 2015, p. 196-198.

155 Sur le ternaire stoïcien, voir parmi d’autres G. Dahan, « Les classifications du savoir aux xiie et xiiie siècles », L’enseignement philosophique, 40, 1990, p. 5-27 (ici p. 14-15) ; D. Schioppetto, « Inutilis est logica si it sola. L’organizzazione del sapere in Giovanni di Salisbury », dans La Divisione della Filosofia e le sue Ragioni. Lettura di testi medievali (vi-xiii secolo). Atti del Settimo Convegno della Società Italiana per lo Studio del Pensiero Medievale (SISPM) (Assisi, 14-15 novembre 1997), G. dOnofrio, éd., Cava de’ Tirreni, 2001, p. 79-105 (ici p. 87) ; G. de Callatay, « Trivium et quadrivium en Islam : des trajectoires contrastées », dans Une lumière venue d’ailleurs. Héritages et ouvertures dans les encyclopédies d’Orient et d’Occident au Moyen Âge. Actes du colloque de Louvain-la-Neuve, 19-21 mai 2005, G. de Callatay et B. Van den Abeele, éd., Louvain-la-Neuve, 2008, p. 1-30 (ici p. 4).

156 Sur l’harmonisation du classement boétien, d’inspiration aristotélicienne et donc dual, avec le ternaire stoïcien, voir G. dOnofrio, « La scala ricamata. La philosophiae divisio di Severino Boezio, tra essere e conoscere », dans La Divisione della Filosofia e le sue Ragioni, op. cit., p. 11-63 (en part. p. 31-33, 46 sq. et n. 60 et p. 60 [Tavola II]).

157 C. H. Lohr, Latin Aristotle Commentaries, II, Florence, 1988, no 1, p. 46, et no 1, p. 106 ; J. Kraye, « Renaissance Commentaries on the Nicomachean Ethics », art. cité, p. 98.

158 Sur Jérôme de Hangest et ses Moralia (Paris, Jean Petit, 1519), voir J. K. Farge, Biographical Register of Paris Doctors of Theology, op. cit., no 234, p. 217-221 (en part. p. 220).

159 C. Flüeler, Rezeption und Interpretation der Aristotelischen Politica im späten Mittelalter, op. cit., I, en part. p. 150-155.

160 Ibid., p. 146-147. L’attribution à Jean Buridan est attestée dans quelques catalogues de bibliothèque à la fin du Moyen Âge. Cependant elle ne s’appuie pas sur des informations prélevées dans les livres décrits. Voir ibid., p. 148-149 et n. 56.

161 Les éditions de 1500 et de 1530 paraissent reposer sur des erreurs. Voir ibid., p. 146 n. 51.

162 Sur les commentaires aristotéliciens de Jacques Lefèvre d’Étaples, en particulier de l’Éthique, voir en dernier lieu D. A. Lines, « Lefèvre and French Aristotelianism on the Eve of the Sixteenth Century », dans Der Aristotelismus in der Frühen Neuzeit – Kontinuität oder Wiederaneignung ?, G. Franck et A. Speer, éd., Wiesbaden, 2007, p. 273-289 ; L. Bianchi, « Renaissance Readings of the Nicomachean Ethics », art. cité, p. 140-143, et infra p. 164.

163 Sur l’édition de Leonardo Bruni, voir D. A. Lines, Aristotle’s Ethics in the Italian Renaissance, op. cit., p. 49 et no 26, p. 483-484. Sur la traduction de Leonardo Bruni et les controverses qu’elle suscita, voir J. Hankins, « Notes on Leonardo Bruni’s Translation of the Nicomachean Ethics an its Reception in the Fifteenth Century », dans Les traducteurs au travail, leurs manuscrits et leurs méthodes. Actes du colloque international organisé par le « Ettore Majorana Centre for Scientific Culture » (Erice, 30 septembre-6 octobre 1999), Turnhout, 2001, p. 427-447 ; Id., « Traduire l’Éthique d’Aristote : Leonardo Bruni et ses critiques », dans Penser entre les lignes. Philologie et philosophie au Quattrocento, F. Mariani-Zini, éd., Villeneuve-d’Ascq, 2001, p. 133-159 ; L. Bernard-Pradelle, Leonardo Bruni Aretino. Histoire, éloquence et poésie à Florence au début du Quattrocento. Textes choisis, édités et traduits, Paris, 2008, en part. p. 57-62 ; S. Ebbersmeyer, Homo agens. Studien zur Genese und Struktur frühhumanistischer Moralphilosophie, Berlin-New York, 2010, p. 150-185. (Sur cette dernière publication, on lira le compte rendu de G. Guldentops, « Kritische Studie. Die frühhumanistische Moralphilosophie : Anfang der Moderne ? », Recherches de théologie et philosophie médiévales, 77, 2010, p. 391-413, et la réponse d’E. Kessler, « Ethik im Mittelalter und im frühen Humanismus. Kritische Studie über eine “Kritische Studie” », ibid., 78, 2011, p. 481-505.)

164 Sur l’édition de Joachim Périon, voir R.-A. Gauthier, L’Éthique à Nicomaque, op. cit., I-1, p. 174 sq et n. 256 ; C. B. Schmitt, « Aristotle’s Ethics in the Sixteenth Century : Some Preliminary Considerations » [1979], dans Id., The Aristotelian Tradition and Renaissance Universities, Londres, 1984, no VII, p. 87-112 (ici p. 99-102) et [338] (Addenda et corrigenda) ; C. H. Lohr, Latin Aristotle Commentaries, op. cit., II, no 9, p. 323-324 ; C. Schmitt, Aristote et la Renaissance, Paris, 1992, p. 88-92. Sur l’intérêt porté à Aristote par Joachim Périon et son cicéronisme, voir A. Stegmann, « Les observations sur Aristote du bénédictin J. Périon », dans Platon et Aristote à la Renaissance, op. cit., p. 377-389 (ici p. 378 et 382-384).

165 Sur l’édition de Jean Argyropoulos, voir D. A. Lines, Aristotle’s Ethics in the Italian Renaissance, op. cit., p. 50-51 et nos 35-37, p. 487-489.

166 Z. Kaluza, « Les cours communs sur l’Éthique à Nicomaque… », art. cité, p. 161 (au sujet de la traduction de Leonardo Bruni).

167 A. Pelzer, « Les versions latines des ouvrages de morale conservés sous le nom d’Aristote en usage au xiiie siècle », p. 406 [repris dans Id., Étude d’histoire littéraire sur la scolastique médiévale, op. cit., p. 181] ; Z. Kaluza, « Les cours communs sur l’Éthique à Nicomaque… », art. cité, p. 163.

168 Colmar, BM, ms. 12, f. 5r (Leo. Are. /quemadmodum in his [sic] que appelantur scientie), 8r et 62r-v.

169 Sur les Decem librorum Moralium Aristotelis tres conuersiones de Jacques Lefèvre d’Étaples, voir R.-A. Gauthier, L’Éthique à Nicomaque, op. cit., I-1, p. 157-158 ; C. H. Lohr, Latin Aristotle Commentaries, op. cit., II, nos 10-11, p. 140-141 ; J. Kraye, « Renaissance Commentaries on the Nicomachean Ethics », dans Vocabulary of Teaching and Research Between Middle Ages and Renaissance. Proceedings of the Colloquium London, Warburg Institute, 11-12 March 1994, O. Weijers, éd., Turnhout, 1995, p. 96-117 (ici p. 104-105). Le volume comprend en particulier les commentaires de Lefèvre d’Étaples (1497) et de Lorenzo Valla (1421-1424). L’exemplaire de Louis Ber est conservé à Colmar, BM, V 12142. D’après une mention autographe apposée sur la page de titre, il a été relié en 1510.

170 Voir A. Kimmenauer, « Colmarer Beriana. Zu Ludwig Ber’s Bibliothek und Papieren », art. cité, p. 248 et 251 n. 18.

171 Z. Kaluza, « Les cours communs sur l’Éthique à Nicomaque… », art. cité, p. 163-164.

172 C. Schmitt, Aristote et la Renaissance, p. 95 : « […] bien qu’on ait souvent réimprimé les traductions de Périon, elles semblent avoir été rarement utilisées dans un contexte d’enseignement universitaire ».

173 J. S. Freedman, « Aristotle and the Content of Philosophy Instruction at Central European Schools and Universities during the Reformation Era (1500-1650) » [1993], dans Id., Philosophy and the Arts in Central Europe, 1500-1700. Teaching and Texts at Schools and Universities, Aldershot-Brookfield/Vermont-Singapour-Sydney, 1999, no V, p. 213-253 (ici p. 246, no 6). Sur l’édition révisée par Nicolas de Grouchy, voir R.-A. Gauthier, L’Éthique à Nicomaque, op. cit., I-1, p. 175-176 ; C. H. Lohr, Latin Aristotle Commentaries, op. cit., II, p. 175.

174 Pour le détail, voir Le registre de prêt de la bibliothèque du collège de Sorbonne, op. cit., p. 767 (Table des auteurs et des œuvres). L’un des trois volumes mentionnés dans le registre de prêt provient du legs d’Étienne d’Abbeville. Voir supra n. 61. Un exemplaire supplémentaire était enchaîné dans la bibliothèque commune. Voir infra n. suivante.

175 Voir supra p. 135 et n. 44. L’expression cum aliis désignerait le Phédon de Platon (f. 95r-162v) et la Dialectica Alexandri (f. 163r-226v) qui composent la seconde partie du ms. Paris, BNF, lat. 16581.

176 Sur les traductions françaises de l’Éthique à Nicomaque, voir R.-A. Gauthier, L’Éthique à Nicomaque, op. cit., I-1, p. 137-138 et 179.

177 Paris, Bibliothèque Mazarine, ms. 4204, f. 1r : Glosae Lyrani, ord. & interl. in Biblia, cum quibusdam peculiaribus interpretibus in Pentateuchum. […] 20 Postillae in Genesim, cum Ethicis Aristotel.

178 Ibid., f. 8r : Chrysostomus, & alii permulti doctores tum Graeci tum Latini. […] 45 Hugonis [ ?] dogma moralium philosophorum […], et f. 11r : Glose ord. interl. Lyrani, cum plerisque aliis doctoribus. […] 51 Epistole Petri Blesensis, moralium dogma philosophorum.

179 Ibid., f. 16r : Scholastici doctores. […] 57 Martinus Magister de temperantia & fortitudine, et f. 17r, no 55. Sur Martin Lemaître et ses œuvres, voir T. Sullivan, Parisian Licentiates in Theology, A. D. 1373-1500, op. cit., II, p. 342-345.

180 Paris, Bibliothèque Mazarine, ms. 4204, f. 16r : Scholastici doctores. […] 34 Opuscula Almain, in sententias, moralia, de potestate Ecclesiastica. 35 Moralia eiusdem [Almain ;…]. L’édition princeps des Opuscula et des Moralia datent respectivement de 1512 (Paris, Gilles de Gourmont) et de 1510 (Paris, Henri Estienne). Sur Jacques Almain et ses œuvres, en part. les Moralia, voir A. Renaudet, Préréforme et humanisme à Paris pendant les premières guerres d’Italie (1494-1517), 2e éd. revue et corrigée, Paris, 1953, en part. p. 592 et n. 6 et p. 656 et n. 2 ; J. K. Farge, Biographical Register of Paris Doctors of Theology, op. cit., no 10, p. 15-18. Selon ce dernier, les Moralia de Jacques Almain aurait été a standard text à la factulté des arts au lendemain de son décès prématuré. Voir ibid., p. 16.

181 D. A. Di Liscia, « Kalkulierte Ethik : Vives und die “Zerstörer” der Moralphilosophie (Le Maistre, Cranston und Almain) », dans Ethik-Wissenschaft oder Lebenskunst ? Modelle der Normenbegründung von der Antike bis zur Frühen Neuzeit, S. Ebbersmeyer et E. Kessler, éd., Berlin, 2007, p. 75-105 (ici p. 92-97).

182 Paris, Bibliothèque Mazarine, ms. 4204, f. 24r : Accessio […] 1 Dogma moralium philosophorum cum michaele ritio de regibus. Ces annotations sont propres à l’exemplaire de la Bibliothèque Mazarine.

183 Sur les éditions du Moralium dogma philosophorum, voir R.-A. Gauthier, « Les deux recensions du Moralium dogma philosophorum », art. cité, p. 177 et 181.

184 G. Fournier, Une « bibliothèque vivante », op. cit., p. 21.

185 Z. Kaluza, « Les débuts de l’albertisme tardif », art. cité, p. 214-216 et 246-293 (Appendice 2 : « Thomas d’Aquin et Albert le Grand lus par les théologiens de Sorbonne au xve siècle) ; Id., « Les cours communs sur l’Éthique à Nicomaque… », en part. p. 156-160.

186 D. A. Lines, « Moral Philosophy in the Universities of Medieval and Renaissance Europe », art. cité, p. 42-43 et 64 ; L. Bianchi, « Renaissance Readings of the Nicomachean Ethics », art. cité, p. 141.

187 F. Hildesheimer, « Une archivistique des manques ? », Bibliothèque de l’École des chartes, 138, 1980, p. 231-235 (cit. p. 235).

188 J. B. Korolec, « Le commentaire d’Averroès sur l’Éthique à Nicomaque », Bulletin de philosophie médiévale, 27, 1985, p. 104-107 (qui réévalue l’importance du commentaire d’Averroès). Plus des deux tiers des 10 mss proviennent d’Italie. Voir D. A. Lines, « Sources and Authorities for Moral Philosophy in the Italian Renaissance », art. cité, p. 16. Le manuscrit Vatican, BAV, Borghese 57, f. 1-55 (xiiie s.) a été acquis à Paris par Pierre Roger, le futur pape Clément VI, lors des années passées à la faculté des arts, en 1312. Voir A. Maier, Codices Burghesiani Bibliothecae Vaticanae, Cité du Vatican, 1952, p. 75-76. Ultérieurement, la bibliothèque de Pierre Roger s’enrichit de tables anonymes et de Jean Bernier de Fayt (Vatican, BAV, Borghese 247, f. 209v-217r et catalogue de la bibliothèque de Peñiscola) et du commentaire sur l’Éthique de Gauthier Burley (Vatican, BAV, Borghese, 129). Sur la bibliothèque de Pierre Roger, voir Ead., « Der literarische Nachlass des Petrus Rogerii (Clemens VI.) in der Borghesiana » [1948], dans Ead., Ausgehendes Mittelalter. Gesammelte Aufsätze zur Geistesgeschichte des 14. Jahrhundert, II, Rome, 1967, p. 255-315 ; É. Anheim, « La bibliothèque personnelle de Pierre Roger/Clément VI », dans La vie culturelle, intellectuelle et scientifique à la cour d’Avignon, J. Hamesse, éd., Turnhout, 2006, p. 1-48 ; J. Hamesse, « Les instruments de travail utilisés par Jean XXII et Clément VI, témoins de leurs intérêts scientifiques », dans Per perscrutationem philosophicam. Neue Perspektiven der mittelalterlichen Forschung. Loris Sturlese zum 60. Geburtstag gewidmet, A. Beccarisi, R. Imbach et P. Porro, éd., Hambourg, 2008, p. 333-347 (ici p. 341-343) ; É. Anheim, Clément VI au travail. Lire, écrire, prêcher au xive siècle, Paris, 2014, p. 89-109 (ici p. 90, 93 et 108).

189 Voir supra p. 127-128.

190 Sur la tradition manuscrite de l’Ethica d’Albert le Grand, en particulier le ms. Paris, BNF, lat. 16608, voir C. H. Lohr, « Medieval Latin Aristotle Commentaries », Traditio, 23, 1967, p. 313-413 (ici nos 29-31, p. 344-345) ; W. Fauser, Die Werke des Albertus Magnus in ihrer handschriftlichen Überlieferung, I, Münster, 1982, no 33, p. 174-180 et 477 (Nachtrag) ; W. Senko, Repertorium, II, p. 70.

191 W. Fauser, « Albertus-Magnus-Handschriften. 3. Fortsetzung », Bulletin de philosophie médiévale, 26, 1984, p. 127-151 (ici no 33, p. 142-143). Inventaire sommaire (1321-1338) : Vigesimi quinti scamni. ac. […] Prima pars secunde partis fratris Thome. Questiones eiusdem de potencia Dei (Paris, BNF, n. a. l. 99, p. 243b ; L. Delisle, Cabinet, III, p. 78a). Répertoire méthodique (1321-1338) : AC. k Prima pars secunde partis. Quia sicut dicit Damascenus. […] AC. k Questiones eiusdem de potencia Dei. Incipit. Questio est de potencia Dei et primo queritur (Paris, BNF, n. a. l. 99, p. 345 ; L. Delisle, Cabinet, III, p. 111b). Catalogue (1338) : 24. Summe questionum, 66. Carthenatus (Paris, BNF, n. a. l. 99, p. 80a ; L. Delisle, Cabinet, III, p. 31b). Sur le ms. Paris, BNF, lat. 15791, voir H. V. Shooner, Codices manuscripti operum Thomae de Aquino, op. cit., III, no 2395, p. 287. Le ms. Paris, BNF, lat. 16583 (fin xiiie s.), qui provient pareillement du legs de Godefroid de Fontaines, produit d’autres extraits de l’Ethica au f. 1v. Voir W. Fauser, Die Werke des Albertus Magnus in ihrer handschriftlichen Überlieferung, I, p. 477 (Nachtrag). Il était cependant conservé dans la « petite » bibliothèque : Inter libros morales Aristotilis XIIus (Paris, BNF, lat. 16583, f. 214v). Catalogue (1338) : Paris, BNF, n. a. l. 99, p. 191b ; L. Delisle, Cabinet, III, p. 60b.

192 Le registre de prêt de la bibliothèque du collège de Sorbonne, op. cit., no 88, 14, p. 340 ; et Z. Kaluza, « Les cours communs sur l’Éthique à Nicomaque… », art. cité, p. 158 et n. 27. Ce ms. ne correspond pas au ms. Paris, BNF, lat. 16608.

193 Z. Kaluza, « Les débuts de l’albertisme tardif », art. cité, p. 215-216 et 292.

194 G. Heidingsfelder, Albert von Sachsen. Sein Lebensgang und sein Kommentar zur Nikamachischen Ethik des Aristoteles, 2e éd., Münster, 1927, p. 91 et 95 ; L. Bianchi, « Un commento “umanistico” ad Aristotele. L’Expositio super libros Ethicorum di Donato Acciaiuoli », Rinascimento, seconde série 30, 1990, p. 29-55 (ici p. 44 n. 42 et p. 45-46).

195 Expositio Gualteri Burlei super decem Libros Ethicorum Aristotelis, Venise, Simone da Lovere pour Andrea Torresani de Asula, 4 septembre 1500 (Colmar, BM, G 787), f. 1va, 3ra, 4va, 7ra, 12ra, 20va, 29vb, etc.

196 Sur la tradition du Super Ethica d’Albert le Grand (vers 1262), voir J. Müller, Natürliche Moral und philosophische Ethik bei Albertus Magnus, op. cit., p. 318-321 (qui note en particulier l’ancrage universitaire de deux des trois groupes de filiation).

197 Voir supra p. 142.

198 Sur la corrélation entre le néo-albertisme et la tradition des œuvres d’Albert le Grand, en particulier ses commentaires sur l’Éthique, voir B. Geyer, « Die handschriftliche Verbreitung der Werke Alberts des Grossen als Maßstab seines Einflusses », dans Studia mediaevalia. In honorem admodum Reverendi Patris Raymundi Josephi Martin, Bruges, s. d., p. 221-228 (ici p. 227) ; O. Grönemann, « Das Werk Alberts des Grossen und die Kölner Ausgabe der Opera Omnia », Recherches de théologie ancienne et médiévale, 59, 1992, p. 125-154 (ici p. 144-145). Plusieurs indices attestent par exemple l’emploi des commentaires albertiniens à l’université de Cologne au xve siècle. Voir M. J. F. M. Hoenen, « Heymeric van de Velde († 1460) und die Geschichte des Albertismus : Auf der Suche nach den Quellen der albertistischen Intellektlehre des Tractatus problematicus », dans Albertus Magnus und der Albertismus, op. cit., p. 303-331 (ici p. 309-310) ; J. Müller, Natürliche Moral…, op. cit., p. 318 et n. 40. Sur le recouvrement plus ou moins parfait du réalisme, de la via antiqua et du néo-albertisme, voir Z. Kaluza, « Les débuts de l’albertisme tardif », art. cité, p. 207-208.

199 Seules les Sententia et Tabula Ethicorum de Thomas d’Aquin figurent parmi les livres de philosophie dans la liste de taxations d’André de Sens (1304). Voir CUP, II, no 642, p. 107-112 (ici p. 110) ; G. Murano, Opere diffuse per exemplar e pecia, op. cit., no XLI, p. 120-126 (ici nos 118-119, p. 125).

200 Pour les exemplaires de la Sententia de Thomas d’Aquin conservés dans le catalogue de 1338, voir supra n. 58. Pour ceux enchaînés dans la bibliothèque commune, voir infra Annexe tableau 7.

201 Voir à titre d’exemples les listes d’emprunts de Jean Germain : Le registre de prêt de la bibliothèque du collège de Sorbonne, op. cit., no 68, 5, p. 291 (12 juillet 1424) et 15, p. 292 (24 avril 1425) pour le Textus Aristotelis (il s’agit de deux exemplaires distincts) et 14, p. 292 (13 avril 1425) pour le commentaire thomasien, et d’Alard Palenc : ibid., no 77, 48, p. 315 (7 mai 1432) pour le Textus Aristotelis et 6, p. 312 (24 octore 1428) et 35, p. 314 (7 octobre 1431) pour le commentaire thomasien (il s’agit de deux exemplaires distincts, voir supra n. 131). Il n’est pas rare que l’Éthique et le commentaire de Thomas d’Aquin soient empruntés le même jour. Voir ibid., no 91, 8-9, p. 351, et 20-21, p. 352 (respectivement les 18 août et 26 décembre 1441 pour Ursin Thibout ; il s’agit les deux fois d’exemplaires distincts) et no 120, 43-44, p. 456 (13 décembre 1473 pour Jacques Bacler).

202 D. A. Lines, « Sources and Authorities for Moral Philosophy in the Italian Renaissance », art. cité, p. 21.

203 M. Grabmann, Forschungen über die lateinischen Aristoteles-Übersetzungen des XIII. Jahrhunderts, p. 251 (Ergänzungen und Berichtigungen) ; Id., Der lateinische Averroismus des 13. Jahrhunderts und seine Stellung zur christlichen Weltanschauung. Mitteilungen aus ungedruckten Ethikkommentaren, Munich, 1931, p. 68. G. Heidingsfelder, Albert von Sachsen, op. cit., p. 98, renvoie explicitement à M. Grabmann.

204 R.-A. Gauthier, L’Éthique à Nicomaque, op. cit., I-1, p. 122-124 (cit. p. 124).

205 B. Sère, Penser l’amitié au Moyen Âge, op. cit., p. 49 (où il est question d’Albert le Grand et de Thomas d’Aquin) et 60 (cit.) ; M. Dreyer, « Die Aristoteles-Rezeption und die Ethik-Konzeption Alberts des Großen », p. 307 (cit.). D. A. Lines, Aristotle’s Ethics in the Italian Renaissance, op. cit., p. 164 surestime pareillement la fortune des deux commentaires albertiniens en Italie. Aucun n’égale celle du commentaire de Guiral Ot, par exemple, dont l’importance est pourtant qualifiée de moyenne (middling importance). Voir ibid., p. 165. Pour une appréciation de l’influence contrastée des commentaires sur l’Éthique d’Albert le Grand et de Thomas d’Aquin en Italie à la fin du Moyen Âge, voir L. Cova, « Felicità e beatitudine nella Sententia Libri Ethicorum di Guido Vernani da Rimini », Documenti e studi sulla tradizione filosofica medievale, 17, 2006, p. 363-404 (en part. p. 379 n. 57).

206 I. Costa, « Il problema dell’omonimia del bene nell’esegesi dell’Etica Nicomachea (1300-1345 ca.) », art. cité, p. 454-455.

207 Id., « L’Éthique à Nicomaque à la faculté des Arts de Paris avant et après 1277 », Archives d’histoire doctrinale et littéraire du Moyen Âge, 79, 2012, p. 71-114 (ici p. 79-80, 86-92 et 102-104). L’auteur reprend diverses hypothèses énoncées par R.-A. Gauthier, « Trois commentaires “averroïstes” sur l’Éthique à Nicomaque », ibid., 22-23, 1947-1948, p. 187-336 (en part. p. 334 et n. 2 au sujet de la postérité de Thomas d’Aquin), qui adopte une position plus équilibrée au sujet des héritages d’Albert et de Thomas, sinon promeut la primauté de celui d’Albert, sur la « famille des Commentaires “averroïstes” sur l’Éthique à Nicomaque ».

208 Ibid., p. 273 n. 1 (à propos des Questiones supra decem libros Ethicorum de Gilles d’Orléans).

209 I. Costa, « Le théologien et l’Éthique à Nicomaque. Sur les usages théologiques de la morale aristotélicienne au xive siècle », Médiévales, 63, 2012, p. 75-89. Cette contribution ne nous convainc pas tout à fait, en raison notamment de la labilité des notions de « théologie » et « théologiens », de leur adéquation plus ou moins nette avec l’œuvre de Thomas d’Aquin et en définitive de la proximité de certains de ces commentaires avec l’Ethica d’Albert le Grand. Pour ce dernier point, voir ibid., p. 79 (à propos de la seconde rédaction du commentaire de Raoul le Breton) et 84 (à propos de Gui Terrena).

210 S.-T. Bonino, « Le thomisme parisien au xve siècle », Revue thomiste, 107, 2007, p. 625-653 (en part. p. 637-638), et infra p. 178-179. Ailleurs Jean Le Tourneur adopte des positions albertiniennes. Voir E. P. Bos, « John Versor’s Albertism in his Commentaries on Porphyry and the Categories », dans Chemins de la pensée médiévale, op. cit., p. 47-78. Pour une synthèse de l’influence intellectuelle des théories éthiques d’Albert le Grand, voir J. Müller, Natürliche Moral und philosophische Ethik bei Albertus Magnus, op. cit., p. 378-392.

211 G. Heidingsfelder, Albert von Sachsen, op. cit., p. 95-98 ; R. Saarinen, « Weakness of Will in the Renaissance and the Reformation », dans Das Problem der Willensschwäche in der mittelalterlichen Philosophie, T. Hoffmann, J. Müller et M. Perkams, éd., Louvain-Paris-Dudley, 2006, p. 331-353 (ici p. 334-336).

212 A. de Libera, « Averroïsme éthique et philosophie mystique. De la félicité intellectuelle à la vie bienheureuse », dans Filosofia e teologia nel Trecento. Studi in ricordo di Eugenio Randi, Louvain-la-Neuve, 1994, p. 33-56 (ici p. 33-43 ; cit. p. 36) ; Id., Raison et foi, op. cit., p. 319-328 (cit. p. 323). Le scénario a évolué entre les deux contributions, en particulier le rôle de l’Ethica s’efface quelque peu devant celui du De intellectu et intelligibili, et le « CQR albertinien qui a produit des effets de continuités surprenants » prend le pas sur l’« albertisme comme tel ».

213 Id., Métaphysique et noétique, op. cit., p. 52.

214 Sur la réception des œuvres et des théories de Jean Buridan à Paris, voir B. Michael, Johannes Buridan, op. cit., p. 321-330.

215 Sur la copie de commentaires aristotéliciens au collège de Dormans-Beauvais dans la dernière décennie du xive siècle, voir É. Pellegrin, « La bibliothèque de l’ancien collège de Dormans-Beauvais », art. cité, p. 25-29, 33 et 34-35 ; B. Michael, Johannes Buridan, op. cit., p. 321-330 ; T. Kouamé, Le collège de Dormans-Beauvais à la fin du Moyen Âge. Stratégies politiques et parcours individuels à l’université de Paris (1370-1458), Leyde-Boston, 2005, p. 277 sq.

216 Le témoignage du Commentum aureum de Jean de Maisonneuve (peu après 1405), rénovateur de l’albertisme et chef de file des modistes à Paris, est reproduit et commenté dans Z. Kaluza, Les querelles doctrinales à Paris. Nominalistes et réalistes aux confins du xive et du xve siècles, Bergame, 1988, p. 99-105 (texte latin p. 116 n. 47 ; trad. fr. p. 99) ; Id., « Les débuts de l’albertisme tardif », art. cité, p. 210 sq. et 232 n. 14 (quelque peu plus nuancé). Sur la datation du Commentum aureum, voir Id., Les querelles…, op. cit., p. 91 et 111 n. 17. Selon L. Bianchi, l’allusion au statut édicté le 5 juin 1366 par Urbain V serait à peine voilée dans le passage cité. Voir Id., Censure et liberté intellectuelle, op. cit., p. 162 et 310 n. 129.

217 Voir M. J. F. M. Hoenen, « “Secundum vocem concordare, sensu tamen discrepare”. Der Streit um die Deutung des Aristoteles an der Universität Ingolstadt im späten 15. und frühen 16. Jahrhundert », dans Politischer Aristotelismus und Religion in Mittelalter und Früher Neuzeit, A. Fidora, J. Fried, M. Lutz-Bachmann et L. Schorn-Schütte, éd., Berlin, 2007, p. 67-87.

218 Z. Kaluza, Les querelles doctrinales à Paris, op. cit., p. 100 ; Id., « Les débuts de l’albertisme tardif », art. cité, en part. p. 207, 211 et 214.

219 M. Meliadò et S. Negri, « Neues zum Pariser Albertismus des frühen 15. Jahrhundert. Der Magister Lambertus de Monte und die Handschrift Brussel, Koninklijke Bibliotheek, ms. 760 », Bulletin de philosophie médiévale, 53, 2011, p. 349-384 (ici p. 354-359). Les annotations apposées dans les marges de son commentaire des Sentences après 1423 circonscriraient « d’une certaine manière les frontières d’une tradition académique », une « tradition albertiste propre à l’université de Paris ». Voir ibid., respectivement p. 372 (nous soulignons) et 366.

220 Pour le détail, voir Z. Kaluza, « Les étapes d’une controverse. Les nominalistes et les réalistes parisiens de 1339 à 1482 », dans La controverse religieuse et ses formes, A. Le Boulluec, éd., Paris, 1985, p. 297-317 (ici p. 306-307 et n. 19-20). Il s’agit respectivement du protocole d’une réunion du 1er octobre 1414 et de la réponse de l’université au prince électeur de 1425.

221 Pour le détail, voir Z. Kaluza, « Le De universali reali de Jean de Maisonneuve et les epicuri litterales », Freiburger Zeitschrift für Philosophie und Theologie, 33, 1986, p. 469-516 (ici p. 494 et n. 56). Il n’est pas à exclure que l’un d’entre eux, en l’occurrence Jean Dorp, qui a quitté la capitale en 1403, ait été visé dans la critique du nominalisme formulée dans le De universali reali, dont la rédaction se situe entre 1406 et 1418. Voir ibid., p. 506.

222 B. Michael, Johannes Buridan, op. cit., p. 328 et n. 130.

223 Sur la foi d’indications explicites, 5 témoins des Quaestiones in libros Ethicorum de Jean Buridan proviennent ou ont transité par Paris. Outre les 2 témoins légués au collège de Sorbonne (Paris, BNF, lat. 16128 et 16129, voir supra p. 148-150), il s’agit des mss Chartres, BM, 283 (1381 et 1389), Paris, Bibliothèque Mazarine, 3515 (1385) et Reims, BM, 889 (fin xive s.). Faute de place, nous renonçons à détailler leur description. Voir B. Michael, Johannes Buridan, op. cit., respectivement p. 834-835, 847-848 et 852-853. Aucun n’est postérieur au tournant du xve siècle. L’affirmation selon laquelle le manuscrit Paris, BNF, lat. 17831 (xive s.) serait attesté au collège de Navarre dans les années 1380 est infondée. Voir J.-B. Korolec, « Le commentaire de Jean Buridan sur l’Éthique à Nicomaque et l’université de Cracovie dans la première moitié du xve siècle », Organon, 10, 1974, p. 187-208 (ici p. 191 et n. 43) ; B. Michael, Johannes Buridan, op. cit., p. 326-327 et n. 124, 825 et 856. Exempt de mentions « hors la teneur », son origine et son histoire sont tout bonnement inconnues.

224 L. Bianchi, « Un commento “umanistico” ad Aristotele », art. cité, p. 53 ; D. A. Lines, Aristotle’s Ethics in the Italian Renaissance, op. cit., p. 166 et n. 51 ; Id., « Sources and Authorities for Moral Philosophy in the Italian Renaissance », art. cité, p. 17. Dans une lettre adressée au professeur siennois et commentateur de l’Éthique, Francesco Casini, datée de 1404, Coluccio Salutati compte Jean Buridan au nombre des principaux commentateurs de la philosophie morale du Stagirite, ce qui ne signifie pas nécessairement qu’il était entré en possession d’un exemplaire de son commentaire. Voir L. Bianchi, « Un commento “umanistico” ad Aristotele… », art. cité, p. 53-54 ; D. A. Lines, Aristotle’s Ethics…, op. cit., p. 111 et n. 1. Sur le commentaire de l’Éthique de Francesco Casini (v. 1340-v. 1410), qui est aujourd’hui perdu, voir ibid., en part. no 24, p. 482.

225 B. Michael, Johannes Buridan, op. cit., p. 328.

226 Dans une littérature abondante, voir S. Müller, « Wiener Ethikkommentare des 15. Jahrhunderts », Documenti e studi sulla tradizione filosofica medievale, 17, 2006, p. 445-467 (en part. p. 452 : Dies hat zu der zutreffenden Bemerkung geführt, dass in Wien im 15. Jahrhundert Buridan den Aristotelestext praktisch ersetzt hat).

227 Le catalogue de la faculté des arts de l’université de Cologne est édité dans H. Keussen, « Die alte Kölner Universitätsbibliothek », Jahrbuch des Kölnischen Geschichtsvereins E.V., 11, 1929, p. 129-190 (ici Anlage I, p. 163-183). Sur le commentaire de Jean Buridan, voir p. 169 (V, 16), 173 (VIII, 31), 174 (IX, 12) et 180 (XIII, 8) ; d’Albert le Grand, voir p. 166 (II, 18) et 176 (X, 7), les deux fois sans précision quant au commentaire dont il s’agit ; de Thomas d’Aquin, voir p. 176 (X, 2), et de Gauthier Burley, voir p. 173 (VIII, 33) ; et le Textus Aristotelis, voir p. 176 (X, 14) et 177 (X, 24).

228 Au ms. Paris, Bibliothèque Mazarine, 3515 qui est attesté au collège de Navarre au xvie siècle, on ajoutera les exemplaires mentionnés dans les catalogues de bibliothèque du collège de Dormans-Beauvais (vers 1380-1382) et de l’abbaye de Saint-Victor (1514), et dans le testament de Guillaume Vauchis, dressé le 1er septembre 1414, destiné à la libraria theologorum du collège de Maître Gervais. Voir respectivement É. Pellegrin, « La bibliothèque de l’ancien collège de Dormans-Beauvais », art. cité, n ° 87, p. 14 ; G. Ouy, Les manuscrits de l’abbaye de Saint-Victor. Catalogue établi sur la base du répertoire de Claude de Grandrue (1514), I, Turnhout, 1999, p. 583 (LLL 16), et K. Rebmeister-Klein, Les livres des petits collèges à Paris aux xive et xve siècles, op. cit., p. 694 (no 12).

229 Sur les « nominalistes » cités dans l’ordonnance du 1er mars 1474, voir Z. Kaluza, « La crise des années 1474-1482 : l’interdiction du nominalisme par Louis XI », dans Philosophy and Learning, op. cit., p. 293-327 (ici p. 307-308) ; W. J. Courtenay, « Was There an Ockhamist School ? » [1995], dans Id., Ockham and Ockhamism, op. cit., p. 371-401 (ici p. 371-374).

230 Sur le commentaire de Pierre Foliot et le Textus Ethicorum, voir Z. Kaluza, « Les cours Communs sur l’Éthique à Nicomaque… », art. cité, p. 168-171. Sur le Textus, voir de surcroît A. Pelzer, « Les versions latines des ouvrages de morale conservés sous le nom d’Aristote en usage au xiiie siècle », Revue néo-scolastique de philosophie, 23, 1921, p. 378-412 (ici p. 406-407) [repris dans Id., Étude d’histoire littéraire sur la scolastique médiévale, op. cit., p. 120-187 (ici p. 180-181)].

231 Voir supra p. 159-160, 164 et 169-170. Nous reviendrons ailleurs plus en détail sur ces deux commentaires.

232 Sur la notion d’« archive », voir M. Foucault, L’archéologie du savoir, Paris, 1969, p. 169-173.

233 D. Maingueneau, L’analyse du discours. Introduction aux lectures de l’archive, Paris, 1992, p. 22-24 ; P. Charaudeau et D. Maingueneau, éd., Dictionnaire d’analyse du discours, Paris, 2002, en part. p. 62 (D. Maingueneau).

234 A. de Libera, Penser au Moyen Âge, op. cit., p. 67.

235 M. Foucault, L’archéologie du savoir, op. cit., p. 171.

236 Pour la bibliothèque, voir C. Angotti, « Mort et vie du collège dit de la ‘ Petite Sorbonne’ », art. cité, p. 177 (à propos d’une délibération du collège de Sorbonne qui évoque la libraria parve Serbone artistarum en 1438).

237 Paris, BNF, lat. 16090, f. 61ra-108rb. Sur ce ms., voir supra p. 142 sq., et C. Angotti, « Mort et vie du collège dit de la “Petite Sorbonne” », art. cité, no 14, p. 197. Jusqu’au début du livre III, au moins deux scribes ont joint un commentaire au texte d’Aristote qui s’autorise nommément d’Eustrate de Nicée (f. 61r-v). Un second exemplaire de la traduction de Robert Grosseteste provenant de la bibliothèque du collège dit de la « Petite Sorbonne » est mentionné dans Le registre de prêt de la bibliothèque du collège de Sorbonne, op. cit., no 200, 18, p. 528. Voir Z. Kaluza, « Les cours communs sur l’Éthique à Nicomaque… », art. cité, p. 157-158 ; C. Angotti, « Mort et vie… », art. cité, p. 184 et n. 51. Il a été emprunté encore à deux reprises en 1470 par Jean de Lapide et en 1473 par Jacques Bacler, les deux fois sans que la provenance soit précisée. Voir Z. Kaluza, « Les cours communs… », art. cité, en part. p. 158 n. 25.

238 Au moins deux exemplaires du commentaire thomasien sont attestés dans la bibliothèque de la Parva Sorbona. Le premier est consigné dans le ms. Paris, BNF, lat. 16612, f. 54va-135rb qui provient du legs d’Henri de l’Église, dont on ne sait rien. L’appartenance à la bibliothèque de la Parva Sorbona est attestée à deux reprises, sur le contre-plat supérieur et au f. 165 sur un grattage. Sur le legs d’Henri de l’Église, voir L. Delisle, Cabinet, II, p. 154 ; sur le ms. Paris, BNF, lat. 16612, voir W. Senko, Repertorium, II, p. 74-75 ; V. Shooner, Codices manuscripti operum Thomae de Aquino, op. cit., III, no 2449, p. 321-322 ; C. Angotti, « Mort et vie… », art. cité, p. 189 et n. 79 et 199 no 37. Le second est extrait de archa librorum parve Sorbone le 21 décembre 1427 et mis à la disposition d’un emprunteur anonyme qui sollicita en même temps le texte d’Aristote d’après Le registre de prêt de la bibliothèque du collège de Sorbonne, op. cit., no 200, 18, p. 528. Voir C. Angotti, « Mort et vie… », art. cité, p. 184 et n. 52. Il ne correspond pas au ms. précité.

239 Voir supra p. 148-149 au sujet du ms. Paris, BNF, lat. 16128.

240 Voir supra p. 142 sq. au sujet du ms. Paris, BNF, lat. 16090.

241 Voir supra n. 231.

242 Pour le détail, voir supra p. 156-157.

243 Sur l’« aristotélisme chrétien », voir S. Swiezawski, « Les débuts de l’aristotélisme chrétien moderne », Organon, 7, 1970, p. 177-194 (en part. p. 191-194 ; cit. p. 180) ; S.-T. Bonino, « Le thomisme parisien au xve siècle », art. cité, p. 634 sq. Notons toutefois que l’« orientation vers Aristote » de l’Église est antérieure au milieu du xve siècle. Voir supra p. 129-130.

244 S.-T. Bonino, « Le thomisme… », art. cité, p. 636.

245 Sur le thomisme de Jean Le Tourneur, voir B. Sère, Penser l’amitié au Moyen Âge, op. cit., p. 347-364 (cit. p. 361).

246 Voir M. J. F. M. Hoenen, « Thomismus, Skotismus und Albertismus. Das Entstehen und die Bedeutung von philosophischen Schulen im späten Mittelalter », Bochumer philosophisches Jahrbuch für Antike und Mittelalter, 2, 1997, p. 81-103 (en part. p. 92-94) ; Id., « Late Medieval Schools of Thought in the Mirror of University Textbooks. The Promptuarium argumentorum (Cologne, 1492) », Philosophy and Learning, p. 329-369 (ici p. 330-334).

247 Z. Kaluza, « La crise des années 1474-1482 : l’interdiction du nominalisme par Louis XI », art. cité, p. 311-315.

248 B. Michael, Johannes Buridan, op. cit., p. 330.

249 Voir supra n. 97, 150 et 232.

250 Sur Gilles de Delft et son œuvre, voir H. Elie, « Quelques maîtres de l’université de Paris vers l’an 1500 », Archives d’histoire doctrinale et littéraire du Moyen Âge, 25-26, 1950-1951, p. 193-243 (ici p. 200) ; A. Renaudet, Préréforme et humanisme à Paris pendant les premières guerres d’Italie (1494-1517), op. cit., p. 129-130 ; R.-A. Gauthier, L’Éthique à Nicomaque, op. cit., I-1, p. 154 ; A. L. Gabriel, « Via antiqua and via moderna and the Migration of Paris Students and Masters to the German Universities in the Fifteenth Century », dans Antiqui und Moderni. Traditionsbewussstsein und Fortschrittsbewusstsein im späten Mittelalter, A. Zimmermann, éd., Berlin-New York, 1974, p. 439-483 (ici p. 454-455) ; J. K. Farge, « Gillis van Delft », dans Contemporaries of Erasmus. A Biographical Register of the Renaissance and Reformation, op. cit., I, p. 382-383 ; C. H. Lohr, Latin Aristotle Commentaries, op. cit., II, p. 124 ; T. Sullivan, Parisian Licentiates in Theology, A. D. 1373-1500, op. cit., II, p. 192-195 ; L. Bianchi, « Renaissance Readings of the Nicomachean Ethics », art. cité, p. 141.

251 Z. Kaluza, « Les cours communs sur l’Éthique à Nicomaque… », art. cité, p. 177.

252 E. Ornato, « Les humanistes français et la redécouverte des classiques », dans Préludes à la Renaissance. Aspects de la vie intellectuelle en France au xve siècle, C. Bozzolo et E. Ornato, éd., Paris, 1992, p. 1-45 (ici p. 40-41).

253 Le registre de prêt de la bibliothèque du collège de Sorbonne, op. cit., no 147, p. 497-498.

254 M. Foucault, L’archéologie du savoir, op. cit., p. 171.

255 A. de Libera, La querelle des universaux. De Platon à la fin du Moyen Âge, Paris, 1996, p. 15.

256 Ibid., p. 13 (c’est l’auteur qui souligne).

257 R. Imbach, « Paul Vignaux, syndicaliste et historien de la philosophie », art. cité, p. 30.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Les commentaires sur l’Éthique à Nicomaque dans le catalogue double de la bibliothèque commune
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/28984/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Tableau 2 : La traduction gréco-latine de l’Éthique à Nicomaque dans le catalogue double de la bibliothèque commune
Légende a) L. Delisle, Cabinet, III, p. 86a lit à tort « ADc ». Qu’il s’agit de la cote « ADo », l’inventaire sommaire le confirme. La description du vingt-sixième et dernier pupitre adopte l’ordre inverse. L’Ethica Aristotelis nove translacionis pulcra [ADo] précède immédiatement l’Ethica et politica Aristotelis [ADn].
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/28984/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Tableau 3 : La traduction gérco-latine et les commentaires de l’Éthique à Nicomaque dans la liste de manuscrits d’Adalbert Ranconi de Ericinio
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/28984/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Tableau 4 : Les commentaires de l’Éthique à Nicomaque prêtés par le collège d’après le registre de prêt (1403-1530)
Légende a) La première ligne indique le mot-repère de début, la seconde et les suivantes le mot-repère de fin et ses alternatives selon qu’il est puisé à un f. ou à un autre, dans le texte ou dans une table.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/28984/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Tableau 7 : Les commentaires sur l’Éthique à Nicomaque dans la bibliothèque commune du collège de Sorbonne à la fin du Moyen Âge et à la Renaissance
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/28984/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Paris, BNF, lat. 16090, f. 1r (annotations marge inférieure ; voir supra p. 143)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/28984/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Légende Paris, BNF, lat. 16110, f. 2r (marge inférieure ; mention d’enchaînement dans la « grande » bibliothèque ; voirsupra p. 152)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/28984/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 251k

© Éditions de la Sorbonne, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search