Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Moyen Âge dans le texte

 | 
Benoît Grévin
, 
Aude Mairey

Première section. Les regroupements textuels au Moyen Âge

Des archives au codex : les cartulaires comme collections (xie-xive siècle)

Pierre Chastang

Texte intégral

  • 1 Dans une bibliographie très abondante, on privilégiera : O. Guyotjeannin, L. Morelle et M. Parisse (...)
  • 2 Voir É. Anheim et P. Chastang, « Les pratiques de l’écrit dans les sociétés médiévales », Pratique (...)
  • 3 P. Cammarosano, Il caleffo vecchio del comune di Siena, t. 5 : Introduzione su tradizione document (...)
  • 4 Sur les libri iurium italiens, voir P. Cammarosano, « I libri iurium e la memoria storica delle ci (...)
  • 5 Voir J. Morsel, « Les sources sont-elles le “pain de l’historien” ? », Hypothèses 2003. Travaux de (...)
  • 6 Perspectives tracées par Olivier Guyotjeannin, « L’érudition transfigurée », dans J. Boutier et D. (...)
  • 7 Panorama des pratiques bénédictines méridionales en la matière dans A. G. Remensnyder, Remembering (...)
  • 8 Voir par exemple pour l’Italie centro-méridionale, P. Chastang, L. Feller et J.-M. Martin, « Autou (...)

1Depuis une quinzaine d’années, les cartulaires sont devenus un objet d’histoire1. Cette évolution s’est produite dans un contexte historiographique qui accordait une place croissante à la réflexion sur les sources, ouvrant la voie à une intégration des apports critiques des sciences auxiliaires dans l’élaboration du discours historique et à l’autonomisation d’un champ de recherche nouveau consacré à la scripturalité2. Dès 1988, dans l’introduction de l’édition du Caleffo vecchio3, liber iurium de la commune de Sienne4, Paolo Cammarosano déplorait que la tradition ait instauré une séparation entre le moment érudit de l’édition et le moment de l’élaboration du discours de l’historien. Depuis lors, un chemin s’est graduellement dessiné : il conduit à constituer le document per se en problème historique, à questionner la tradition qui le constituait comme un point de départ – ce que notifie la notion de source5 – pour l’examiner comme un résultat, comme l’aboutissement d’une production dont les mécanismes sociaux et culturels doivent être décrits et interprétés par l’historien. La mobilisation des disciplines érudites permet ainsi de promouvoir une pratique scientifique6 qui associe plus étroitement compréhension de la production documentaire et interprétation globale du phénomène dans le cadre d’une histoire sociale renouvelée. D’évidence, si l’on regarde les publications scientifiques depuis le début de la décennie 1990, on constate que les médiévistes ont progressivement envisagé le cartulaire comme une collection, formée de textes diplomatiques, mais intégrant aussi parfois des textes narratifs – hagiographiques et historiographiques7 – et normatifs – fragments de collections canoniques8.

(Re)produire, assembler, transmettre

  • 9 P. Bonnassie, La Catalogne du milieu du xe siècle à la fin du xie siècle. Croissance et mutation d (...)

2Il y a bien longtemps que les médiévistes avaient constaté les distorsions introduites par la cartularisation ; Pierre Bonnassie, dans les premières pages de sa thèse, notait que la Catalogne des chartes et celle des cartulaires renvoyaient une image dissemblable du marché de la terre au xe siècle9. La sélection documentaire réalisée par les institutions ecclésiastiques, prises entre les xie et xiiie siècles dans la logique de défense de leur patrimoine et d’affirmation de leur identité, avait conduit mécaniquement à la conservation des donations à l’Église au détriment des cessions onéreuses pourtant très courantes entre laïcs.

  • 10 M. Clanchy, From Memory to Written Record, England 1066-1307, Oxford/Cambridge, Blackwell, 1993 [1 (...)
  • 11 En particulier l’article pionnier de Jack Goody et Ian Watt, « The Consequences of Literacy », dan (...)
  • 12 A. Petrucci, « Dal libro unitario al libro miscellaneo », dans A. Giardina (éd.), Società romana e (...)

3Mais une disjonction a longtemps perduré entre le constat partagé d’une cartularisation irréductible à une simple péripétie dans la transmission des documents originaux, et le renoncement à l’usage des codices comme simple carrière de documents, dans laquelle l’historien pouvait creuser sans scrupule. La nécessité de lier production et conservation documentaires est peu à peu apparue comme une nécessité. Elle s’est nourrie de l’attention croissante que la diplomatique a porté après les années 1950 à la question de la tradition documentaire et elle a trouvé dans le questionnement ternaire – making, using, keeping records10 – que Michael Clanchy a bâti sur le socle des travaux menés par l’anthropologie sociale britannique11 une expression scientifique appropriée. Tradition des textes dont les formes matérielles ont suscité, dès le début des années 1970, l’intérêt d’Armando Petrucci qui, dans un article pionnier, examinait ce que la culture chrétienne du livre, mise en place entre le ive et le viie siècle, doit à la diffusion des miscellanées qui permettent de conserver de nombreux textes en un espace réduit, en proposant à leurs lecteurs une culture globale, articulée autour du remploi de segments textuels12.

  • 13 Voir par exemple M. A. Demers, Mise en œuvre d’un monument cartularial à l’abbaye de la Sauve Maje (...)

4Assimiler les cartulaires à des collections, au sens fort du terme, implique de ne pas les considérer comme un simple vecteur de conservation et de transmission de la documentation, mais d’envisager l’assemblage qu’ils proposent comme producteur d’une nouvelle articulation des textes entre eux ; ce qui n’est pas sans conséquence13.

  • 14 C. Segre, « Les transcriptions en tant que diasystèmes », dans J. Irigoin et G. P. Zarri (dir.), L (...)
  • 15 A. Esch, « Reimpiego dell’Antico nel Medioevo : la prospettiva dell’archeologo, la prospettiva del (...)
  • 16 P. Büttgen, « Aufheben, Aufhebung », dans B. Cassin (dir.), Vocabulaire européen des philosophies,(...)
  • 17 Des rapprochements peuvent être esquissés avec la notion de « transformisation » (associant « tran (...)

5Il faut commencer, pour déterminer ces conséquences, par mener une critique de la notion de copie, telle qu’elle s’est formée dans la tradition érudite du xviie siècle et telle qu’elle est aujourd’hui encore couramment utilisée, sans que ses implications ne soient toujours identifiées. Elle tend à assimiler le passage d’un texte à l’autre à une opération de duplication, ce qui conduit de ce fait à privilégier le rapport que le texte produit entretient avec l’original au détriment de la compréhension de l’opération de (re) production, que Cesare Segre a décrite, dans un article de la fin des années 1970 comme un diasystème14. La notion de remploi peut ouvrir à une compréhension plus fine des enjeux de la transcription. Dans l’article qu’il a consacré en 1998 à la notion de reimpiego15, Arnold Esch distingue dans les objets archéologiques ce qui relève de l’Überleben (simple survie) et du Nachleben (transmission par une transformation continuée), ce dernier terme rappelant la notion hégélienne d’Aufhebung16, qui désigne d’un terme unique la conservation et la disparition d’une chose par son dépassement. L’inscription sur un nouveau support induit une configuration textuelle inédite ; l’identité d’une partie des signifiants partagée par la version transcrite avec la version antérieure ne doit pas masquer un fait essentiel : le texte est placé dans un contexte social nouveau et comme toute signification se construit en contexte, la transmission par la copie est de ce fait une transformation continuée17.

6La deuxième conséquence, exprimée avec une très grande détermination dans certains des articles récents de Brigitte Bedos-Rezak, est l’exigence de ne pas réduire, comme cela a été trop souvent le cas par le passé, la copie à son rapport à l’original :

  • 18 Voir B. Bedos-Rezak, « Towards an Archaeology of the medieval Charter. Textual Production and Repr (...)

The phenomenon medieval diplomatists should be considering, in my opinion, is not so much the transformation of a putative original into a copy, but the medieval need for and process of repetition and re-enactment. Medieval documentary truths are in a sense the truths of action done double, of action re-produced18.

  • 19 G. M. Spiegel, « History, Historicism, and Social Logic of the Text in the Middle Ages », Speculum (...)

7Mais la polysémie des termes de « reproduire/reproduction » invite davantage à un dédoublement de la perspective qu’au simple remplacement d’une tradition polarisée par l’original par une nouvelle visée qui négligerait les enjeux de transmission des énoncés passés qui se jouent pourtant dans la réplique matérielle des textes. Considérer le cartulaire comme une collection implique de mener de front une approche verticale du texte, qui le situe dans sa tradition, et horizontale, qui prenne en compte les effets induits par la nouvelle intertextualité dans laquelle le document s’insère. Cette nouvelle intertextualité équivaut, pour paraphraser Gabrielle Spiegel, à l’agencement d’une nouvelle logique sociale du texte19.

  • 20 O. Redlich, « Über bairische Traditionsbücher und Traditionen », Mitteilungen des Instituts für Ös (...)
  • 21 Sur les cartulaires carolingiens, voir S. Molitor, « Das Traditionsbuch. Zur Forschungsgeschichte (...)
  • 22 Sur le genre, voir M. Sot, Gesta episcoporum, gesta abbatum, Turnhout, Brepols, 1981-1985, 2 vol. (...)
  • 23 G. Declercq, « Originals and Cartularies : The Organization of Archival Memory (Ninth-Eleventh Cen (...)

8Il existe enfin une troisième conséquence. Il est nécessaire de replacer le travail des rédacteurs de cartulaires dans une histoire des formes de la culture de l’écrit de manière à identifier les modèles d’écriture utilisés par le rédacteur. Quand les hommes du Moyen Âge ont-ils commencé à organiser le matériau des chartes en collection ? Cette question a intéressé les diplomatistes depuis la fin du xixe siècle – pensons en particulier aux travaux d’Oswald Redlich20. Si le sud de la Germanie a produit de nombreux cartulaires dès le ixe siècle, il faut attendre le xie siècle pour que cette pratique atteigne l’Ouest de l’Europe21. Mais la réintroduction de la question des modèles d’écriture – comme l’influence exercée par les gesta abbatum à partir du xe siècle dans certaines régions22 – implique d’historiciser davantage ce que nous désignons par le terme de cartulaire. Les cartulaires carolingiens, comme l’a rappelé Georges Declercq23, contenaient uniquement la transcription d’actes privés, les actes issus des grandes chancelleries étant, le cas échéant, transcrits à part. Ce n’est qu’au cours des xe-xie siècles que le cartulaire prend, à l’ouest, sa forme classique qui conjoint en un unique volume la transcription des actes de la pratique et celle des autorités, auxquelles les scribes adjoignent parfois des textes non diplomatiques.

  • 24 P. Bourgain et M.-C. Hubert, « Latin et rhétorique dans les préfaces de cartulaires », dans O. Guy (...)
  • 25 Il serait toutefois souhaitable de traiter de manière plus systématique ce corpus des préfaces qui (...)

9Pour mener un tour d’horizon des cartulaires considérés comme des collections, les médiévistes disposent de plusieurs séries d’indices qu’il s’agit d’interpréter puis de combiner. La première réside dans les textes des préfaces placées parfois au seuil du codex24. Malgré leur caractère topique, elles fournissent des indications de nature principalement lexicales sur le processus et les enjeux de la rédaction du cartulaire. Le relevé de ces termes, qui ne sera ici que très partiel25, devrait permettre de fournir un contrepoint à la visée praxéologique de l’analyse du codex lui-même.

Novitas, corpus et memoria

10Trois termes reviennent très souvent dans les préfaces lorsqu’il s’agit de définir les enjeux de la rédaction d’un cartulaire : novitas, corpus et memoria. Leur emploi me semble particulièrement important pour comprendre la manière dont les médiévaux envisagent cette collection singulière qu’est le cartulaire.

  • 26 Sur l’histoire documentaire de l’abbaye de Saint-Guilhem-le-Désert, voir P. Chastang, Lire, écrire (...)
  • 27 Arch. dép. Hérault, 5 H 8, fol. 2v, édité dans P. Alaus, L. Cassan et E. Meynial (éd.), Cartulaire (...)

11Le cartulaire est souvent présenté comme un lieu de conservation de la memoria des documents, et comme un vecteur matériel de sa transmission. C’est le cas à Gellone (Saint-Guilhem-le-Désert)26, vers 1070, où le premier cartulaire est rédigé ob memoriam et recordationem cartarum ; et le moine de préciser quelques lignes plus bas ne, casu accidente, igni consumpte, nobis et successoribus nostris deficeret earum [il s’agit des chartes] agnitio seu memoria27.

  • 28 A. Germain et C. Chabaneau (éd.), Le cartulaire des Guilhem de Montpellier, Liber instrumentorum m (...)

12Mémoire des chartes dont le présent de la transcription dans le codex établit une continuité avec le passé et garantit la transmission à venir. Sous des formulations différentes, ce lien entre enregistrement et transmission est mentionné dans de très nombreuses préfaces. Sous une formulation différente, on retrouve la même idée, au début du xiiie siècle, dans le cartulaire des Guilhem de Montpellier, désigné par le terme d’opus memoriale28.

13La notion de memoria ne peut être réduite à un sens étroitement historiographique. Elle peut renvoyer conjointement, selon des équilibres propres à chaque dossier, à trois catégories de signification lexicale et de champs d’usage pragmatique :

  1. elle peut désigner la mémoire des biens (res) ; ainsi, dans le cartulaire des Guilhem de Montpellier, sous la plume du rédacteur de la préface, titulus renvoie explicitement à possessio, établissant un lien direct entre les biens, les personnes et les capacités administratives et juridiques attachées à la conservation structurée de l’écrit authentique29 ;
  2. elle renvoie aussi fréquemment à la mémoire d’un saint, assimilée à celle d’un locus et transmise par les chartes et les privilèges. On trouve cette configuration mémorielle exposée dans la préface du premier cartulaire de Gellone30 comme dans celui de Saint-Amand31. Dans le premier cas, l’on parle des chartes de l’honneur du saint ; dans le deuxième, le texte établit une correspondance entre memoria du saint, reliques et munimina du locus.
  3. La notion de memoria renvoie également aux hommes, donateurs et ecclésiastiques qui ont contribué à l’histoire de l’institution scandée par les chartes. C’est le cas par exemple à Savigny, où l’invocation de la mémoire des chartes ouvre sur celle des abbés, dont l’ordre de succession détermine par ailleurs le classement, fondé sur une mise en parallèle entre l’ordo abbatum et celui des antiquae cartulae32. On comprend qu’aux xie et xiie siècles, les cartularistes aient souvent ajouté aux écrits diplomatiques des textes narratifs qui conjoignent discours sur les fondateurs/reconstructeurs et dénombrement du patrimoine ecclésiastique. Tel est le cas dans le cartulaire de l’abbaye d’Aniane qui remploie, au xiie siècle le texte carolingien de la Vita Benedicti d’Ardon33.
  • 34 M. Lucas Álvarez (éd.), La documentación del Tumbo A de la catedral de Santiago de Compostela. Est (...)

14Le deuxième véritable lieu commun des préfaces réside dans le constat dressé par le rédacteur d’une nécessaire médiation entre les traces écrites du passé et l’époque contemporaine, médiation que remplit précisément le travail de lecture et de transcription, c’est-à-dire la constitution de la collection, ce qui prouve – s’il en est encore besoin –, que la cartularisation n’est pas une simple duplication de la documentation originale, mais suppose un travail d’écriture spécifique par lequel le texte passé advient au présent. L’usage de la notion de novitas et dans certains cas du verbe renovare notifie la portée du travail du rédacteur/compilateur. Dans la préface du Tumbo A de Saint-Jacques de Compostelle, rédigée au xiie siècle, l’auteur parle d’une translacionis novitas qui permet de restaurer (recuperare) les documents écrits anciens34.

  • 35 U. Chevalier (éd.), Cartulaire de Saint-Chaffre-du-Monastier [désormais Mon.], Paris, 1884, p. 1-2
  • 36 Sur ce personnage, voir T. N. Bisson, « Ramon de Caldès (c 1135-c. 1200) : Dean of Barcelona and K (...)
  • 37 F. M. Rosell (éd.), Liber feudorum maior. Cartulario real que se conserva en el Archivo de la Coro (...)
  • 38 H. Imbert (éd.), Cartulaire de l’abbaye de Saint-Laon de Thouars [désormais Thouars], Niort, 1876  (...)

15À Saint-Chaffre du Monastier35, toujours au xiie siècle, le cartulaire est qualifié de Liber de reparatione chartarum, et le travail de mise à disposition présente des chartes repose sur un renouvellement de leur discours qui vise à rendre leur contenu accessible aux lecteurs contemporains, en rénovant leur graphie et en gommant les pratiques stylistiques et les formules diplomatiques tombées en désuétude. Est ainsi mise en accusation, dans la préface, la verbosa rusticitas des textes que le moine attribue à l’imperitia notariorum, qui conduit le rédacteur à se plaindre des difficultés qu’il a lui-même rencontrées dans la mise en ordre des chartes (non sine difficultate deposita sunt). Un jugement est donc porté sur le contenu des archives fondé sur l’efficience présente de l’écrit que la transcription dans la collection vient garantir. On retrouve la même affirmation chez Ramon de Caldès, doyen de l’église de Barcelone et responsable des archives comtales barcelonaises du temps d’Alphonse II († 1196)36, lorsqu’il écrit dans la préface du Liber feudorum maior : tedio verborum depulso, ad rem accedo37. Quelle que soit la formulation employée par les auteurs, elle s’organise autour de cette opposition entre verba et res. Les mots constituent le vecteur mémoriel et juridique de la patrimonialisation de la terre, mais leur nature lexicale et leur combinaison syntaxique créent un obstacle ou un trouble que le rédacteur doit franchir, en ramenant le texte, le cas échéant, à une forme rhétorique ajustée à l’institution et au temps présent38.

  • 39 Abbé Lalore (éd.), Collection des principaux cartulaires du diocèse de Troyes, t. 1 : Cartulaire d (...)
  • 40 B. Guérard (éd.), Cartulaire de l’abbaye de Saint-Père-en-Vallée de Chartres, Paris, 1840, t. 1, p (...)

16Cette distance entre passé et présent, que la transcription cherche à réduire, s’exprime parfois par la mention de difficultés de lecture, imputables à la matérialité même du document (écriture, support…). Elles sont évoquées comme telles dans les préfaces des cartulaires de Saint-Chaffre-du-Monastier et de Saint-Loup de Troyes39, mais le topos bien connu de l’incendie que l’on trouve à Gellone comme dans le premier cartulaire de Saint-Père de Chartres rédigé par le moine Paul40, satisfait une fonction structurelle identique dans le discours. Tout en notifiant la destruction archivistique virtuelle ou réelle, il joue comme un appel à l’écriture présente, par la médiation de laquelle « le mémorable se constitue en savoir » (Marcel Détienne). Quels sont donc les moyens avancés pour rénover les textes et en transmettre la mémoire ?

  • 41 Thouars, p. 1.

17Apparaît un troisième terme, celui de corpus qui désigne le codex ou plus exactement la collection des textes rassemblés dans le codex. On peut citer quelques occurrences de l’usage de ce terme. À Saint-Laon de Thouars est employée, dans la préface datée de 1141, l’expression in unum corpus redigere41 ; à Savigny, on trouve : in unum corpus comprehendere ; à Saint-Jacques-de-Compostelle : translata [il s’agit des chartes] in uno libro, quasi in uno corpore.

  • 42 La notion de « livre-corps » appliquée aux livres liturgiques de l’époque carolingienne, sans que (...)

18Des sondages effectués dans les dictionnaires de latin médiéval semblent indiquer que le terme de corpus est surtout employé42, au début du xiie siècle, pour désigner les compilations juridiques. Le Tumbo A de Compostelle semble constituer l’une des premières occurrences de ce terme pour désigner un recueil d’actes de la pratique. La transmission lexicographique est en soi intéressante, mais peut-être faut-il également chercher dans les textes de la première épître aux Corinthiens (12, 24-26) de Paul les raisons d’un usage qui, au début du xiie siècle, paraît encore métaphorique. On trouve, dès le xe siècle, dans les bulles de confirmation pontificale, la citation du passage de cette épître assimilant l’Église à un corps :

Sed Deus temperavit corpus, ei cui deerat, abundationem tribuendo honorem, ut non sit schisma in corpore, sed idipsum pro invicem sollicita sint membra. Et si quid patitur unum membrum, compatiuntur omnia membra: sive gloriatur unum membrum, congaudent omnia membra.

19Dans ces textes, le verset 26 permet d’exprimer le rapport des églises locales (membra) à l’Ecclesia universelle (corpus), comme celui entretenu de manière analogique par les res ecclesiae avec l’église.

  • 43 LFM, p. 1 : Ne inter vos et homines vestros, forte oblivionis occasione, alique questio vel discor (...)

20Un double rôle est assigné au corpus ainsi rassemblé : conservant les documents, il préserve de la perte et de l’oubli et garantit la présence des chartes pour les contemporains. À Saint-Laon de Thouars, l’auteur de la préface écrit ainsi : per presentis voluminis noticiam transmittentes vobis intimare curavimus. La collection confère également une cohérence à la somme des documents qu’elle présente comme l’honneur du saint, le patrimoine d’un locus, ou la concrétion archivistique et patrimoniale occasionnée par l’histoire d’une institution. Elle peut être ecclésiastique mais aussi laïque, comme le rappelle Ramon de Caldès dans la préface du Liber feudorum maior, lorsqu’il lie mémoire documentaire, droit et concorde féodale43.

  • 44 Texte édité dans Patrologie latine, vol. 173, col. 469-470.

21Il est possible d’objecter que le chartrier existe et qu’il manifeste cette même unité. Légitimer l’écriture du cartulaire passe de ce fait, dans les préfaces, par une mise en accusation du chartrier qui n’est pas conforme à ce que les hommes peuvent attendre de lui. On a déjà vu le sens de l’accusation de vétusté ; il faut ajouter celle du désordre qui est par exemple attestée dans la préface du Registrum Petri Diaconi rédigé au Mont-Cassin en 113344, le cartulaire des Guilhem de Montpellier, le Liber feudorum maior et le cartulaire de Saint-Amand, et auquel la collection vient remédier en redonnant une cohérence à l’ensemble.

  • 45 Parmi une littérature abondante, voir R. H. Rouse, « Cistercian Aids to Study in the Thirteenth Ce (...)
  • 46 StAm., p. 319.
  • 47 LIM, p. 2 : Ut autem predictorum series inperturbata sit, et ordinata dispositione collecta facile (...)
  • 48 M. Villani, « Gregorio da Catino, indicizzatore. Libertà monastica e lessicografia alle origini de (...)
  • 49 Les registres de Farfa ont été édités : U. Balzani (éd.), Chronicon farfense di Gregorio di Catino (...)
  • 50 M. T. Maggi Bei (éd.), Il Liber Floriger di Gregorio da Catino, Rome, Presso la società alla Bibli (...)

22Cette cohérence est indissociablement dotée d’une visée pratique et pragmatique. Le regroupement et la mise en série des documents sur un nouveau support – en l’occurrence le codex – se produisent dans un contexte de besoin d’accessibilité croissante aux textes qui caractérise le xiie siècle et qui conduit à la mise en place d’outils paratextuels qui permettent de rechercher plus efficacement les documents45. Les préfaces les mentionnent souvent. Citons deux exemples. Dans le cartulaire de Saint-Amand, les systèmes de division de la matière archivistique compilée sont mentionnés : et ut facilius lectori quid scire et legere velit occurrat, capitula et capitulis numerum praenotavimus46. Dans le cartulaire des Guilhem de Montpellier, la préface fait mention de chapitres/rubriques et de la division en paragraphes qui doivent permettre de faciliter la recherche du lecteur47. Dès le début du xiie siècle à Farfa, Grégoire de Catino met au point, dans le Liber floriger cartarum coenobii Pharphensis, un des premiers index classés de manière alphabétique48 qui permet de circuler entre les volumes qu’il a rédigés entre 1092 et 1130. Le premier regroupe les chartes, le second les contrats agraires et le troisième est une chronique très orientée vers les questions patrimoniales49. Pour chaque entrée dans le Liber floriger, figurent des renseignements sur la nature du bien, sur les changements de propriété ainsi que des renvois aux autres codices50.

La série, le codex et l’espace

  • 51 Voir en particulier A. G. Remensnyder, « Topographies of Memory : Center and Periphery in High Med (...)
  • 52 L. Feller, « Le cartulaire-chronique de San Clemente a Casauria », dans O. Guyotjeannin, L. Morell (...)

23Ces collections adoptent deux grands systèmes de classement : le premier est chronologique ; le second, privilégié dans le Midi, est topographique. L’espace et le temps constituent ainsi deux catégories à travers lesquelles la collection peut être organisée. L’interprétation hâtive qui conduit à identifier temps et histoire et espace et patrimoine doit être nuancée. Les travaux menés par Amy Remensnyder sur les monastères bénédictins du Midi ont montré le rôle central joué par la topographie dans la structuration de la mémoire des institutions51. Les dossiers hagiographiques, diplomatiques et épiques concernant les origines des communautés monastiques, qui sont souvent transcrits en tête des codices, en abordant la question des lieux initiaux, de leur statut et de la territorialisation des pouvoirs exercés par la communauté, proposent, par le récit, une jonction entre topographie et histoire institutionnelle. Un exemple de cette jonction a été analysé par Laurent Feller à propos du cartulaire-chronique de San Clemente a Casauria rédigé entre 1170 et 118252. Les moines de l’abbaye des Abruzzes reconstruisent, par le classement des munimina dans le codex, des « paysages enfouis », antérieurs à l’époque de l’incastellamento et à la conquête normande, mais contemporains de l’apogée de la puissance temporelle du monastère.

24L’adoption par les rédacteurs de cartulaires d’un classement topographique, pour organiser la collection des chartes peut être interprétée à deux niveaux complémentaires.

  • 53 Voir la synthèse proposée par Michel Lauwers et Laurent Ripart dans « Représentation et gestion de (...)
  • 54 D. Iogna-Prat, La maison Dieu. Une histoire monumentale de l’Église au Moyen Âge (v. 800-v. 1200),(...)
  • 55 E. Caspar (éd.), MGH Ep., Das Register Gregors VII, Munich, 1990 [1920-1923], par exemple p. 33 : (...)

25Le premier que l’on peut qualifier de général conduit à voir dans le rassemblement de chartes qui attestent de res localisées, l’expression à l’échelle locale du moment « féodal » dans le processus de production de l’espace. Le phénomène majeur réside en une spatialisation du sacré décrite par de nombreux travaux récents53. Ce processus connaît, avec la doctrine du réalisme eucharistique, une avancée décisive qui modifie profondément la structuration spatiale du sacré et de l’Ecclesia. Comme l’a montré récemment Dominique Iogna-Prat54, l’église en tant que bâtiment devient, après une phase carolingienne de production doctrinale intense dans ce domaine, un locus à partir duquel se structurent les liens entre ici-bas et au-delà. C’est dans cet espace polarisé et démultiplié que s’organise le rapport du local à l’universel au sein de l’Ecclesia, et que l’on assiste, dans la phase grégorienne de l’histoire de l’Église, à une redéfinition de la place des laïcs et du statut de l’« espace hors espace ». Dans ce contexte se multiplient les actes de confirmation générale délivrés par l’autorité pontificale, comme les pancartes et les cartulaires. Tous ont en commun de recenser les res ecclesiae dépendant d’une institution, et ils permettent de la sorte de les placer sous la protection des dispositions canoniques relatives au patrimoine ecclésiastique. En même temps, ces documents énumératifs replacent le patrimoine local dans le cadre englobant de l’Église universelle. Les spécialistes du droit canon ont bien montré combien les xie et xiie siècles constituaient un moment décisif dans l’évolution des protections canoniques concernant le patrimoine de l’Église. Les cartulaires participent ainsi à leur manière au mot d’ordre de Grégoire VII qui en appelle dans ses lettres à défendre et à accroître les biens des églises (res ecclesiarum augmentare et defendere55).

  • 56 Voir par exemple M. Mousnier, L’abbaye cistercienne de Grandselve et sa place dans l’économie et l (...)

26Le second niveau d’analyse fonctionne à une échelle inférieure. Selon les régions, les périodes et les institutions concernées, les solutions pratiques dans le classement de la collection de chartes regroupées dans le cartulaire varient. La physionomie des cartulaires dépend des modes de construction et d’affirmation d’un espace propre et, de ce point de vue, l’opposition entre monastères bénédictins et chapitres cathédraux est perceptible. On pourrait aussi souligner les différences entre le monachisme bénédictin ancien et les traditions apparaissant peu à peu dans le monde cistercien qui réservent à la grange un rôle structurant56.

  • 57 Sur cette question, voir P. Chastang, « Du locus au territorium. Quelques remarques sur l’évolutio (...)

27Le patrimoine initial, souvent lié à l’action du fondateur, joue ainsi un rôle fondamental dans les cartulaires des moines. On constate également, en ce qui concerne le Midi, le reflux, au cours, du xiie siècle, de la structuration publique de l’espace (civitas, comitatus) comme critère de classement, au profit de l’adoption du diocèse puis du territoire castral au sein duquel le rôle de l’église est progressivement réévalué. Des solutions locales sont donc trouvées à l’organisation du recensement du patrimoine que propose le cartulaire. De ce point de vue, il semble important de tâcher de lier les catégories pratiques du classement en usage à la diffusion de connaissances savantes. Dans le Midi, au cours du xiie siècle, la juridicisation des catégories du sacré, introduite par les summae au code et aux institutes, modifie sensiblement la manière dont les scribes envisagent l’organisation topographique des collections de chartes57.

Lire, interpréter et hiérarchiser

28Rédiger un cartulaire c’est aussi produire du mémorable à partir des archives de l’institution. La transcription des actes dans un codex concourt, par leur mise en série et par l’adjonction d’un paratexte, à les insérer dans une nouvelle intertextualité, elle-même engagée dans le contexte social contemporain.

  • 58 P. J. Geary, Aristocracy in Provence. The Rhône Basin at the Dawn of the Carolingian Age, Stuttgar (...)
  • 59 Bibl. nat. de France, ms. lat. 13879, édité par Jules Marion, Cartulaire de l’église cathédrale de (...)

29Ainsi, des diplômes d’immunité carolingiens servent ordinairement, dans le contexte grégorien du xie siècle, à légitimer la mise hors espace des lieux de culte. Dans un livre publié en 1985, Patrick Geary a pu mener une analyse convergente de l’usage grégorien du testament du patrice Abbon daté de 73958. Depuis lors, Laurent Ripart a complété l’analyse de ce dossier. Ce texte a été conservé grâce à sa transcription au xiie siècle, à Grenoble, dans le cartulaire A de saint Hugues59. Depuis la fin du xie siècle, le contrôle du pagus de Sermorens est l’objet d’un conflit qui opposait l’évêque de Grenoble à l’archevêque de Vienne. C’est pourquoi Hugues de Châteauneuf d’Isère fait procéder à la transcription dans un codex de nombreux documents qui, à la suite des pièces de procédure, justifient les prétentions de l’institution qu’il dirige. Les chartes copiées sont précédées d’une rubrique rédigée sur le modèle Hec carta ostendit/dicit… dans laquelle sont signalés les passages qui, conformes à l’objectif contentieux du codex, doivent être privilégiés par le lecteur. Le texte du testament proprement dit est précédé d’un faux de Charlemagne, dans lequel le souverain franc atteste et garantit la transcription de l’acte original dont les moines de Saint-Pierre de la Novalaise ont fait la demande à cause du piteux état du parchemin original. La falsification, datable du xie siècle, a été produite dans ce même établissement monastique fondé par Abbon. Le cartulaire enregistre donc un premier usage du texte par les moines, qui ont lu au xie siècle le testament dans un sens patrimonial et qui se sont efforcés de lui conférer l’autorité d’un diplôme. Puis au xiie siècle, le texte est devenu une simple pièce versée dans un long dossier – regroupé dans le codex – visant à prouver les droits de l’église de Grenoble. La rubrique est très claire :

Hęc carta, quę est de monasterio Novalisię, dicit quod castrum Vinnaco et villa Quintiacum, quę est in mandamento de Sancti Georgii, in pago Salmoriancensi et in episcopatu Gratianopolitano sunt.

30On conviendra que la lecture proposée est très réductrice, mais c’est précisément ce qui donne toute sa force à ce dossier.

  • 60 Bibl. mun. Auxerre, ms. 227, édité par R. B. C. Huygens, Monumenta Vizellacensia. Textes relatifs (...)

31Le deuxième exemple concerne Vézelay. La charte de fondation de l’abbaye a été transmise par un manuscrit complexe, constitué en trois temps successifs, qui regroupe un cartulaire et une chronique60. Le cartulaire et les trois premiers livres de la chronique datent des environs de 1155 et, au cours du troisième tiers du xiie siècle, le quatrième livre du récit historiographique a été ajouté à l’ensemble. Puis, le manuscrit a été complété par l’adjonction de notes annalistiques et d’une brève histoire des comtes de Nevers.

  • 61 Sur Gérard, voir R. Le Jan, Famille et pouvoir dans le monde franc ( viie-xe siècle). Essai d’anth (...)
  • 62 Voir J. Barbier, « Testaments et pratique testamentaire dans le royaume franc (vie-viiie siècle) » (...)
  • 63 Voir R. Louis, De l’histoire à la légende. Girard, comte de Vienne et ses fondations monastiques, (...)

32L’acte de fondation de l’établissement ne porte pas de date, mais il est possible de le rapporter aux années 858-859. Il témoigne de la fondation par Gérard et Berthe sa femme, ainsi que leur fille Ava, des monastères de Vézelay et de Pothières qu’ils dotent de biens dont ils conservent la jouissance viagère, rappelant au passage que ces domaines proviennent des largesses de Louis le Pieux61. Les fondateurs placent les moines sous la règle de Benoît et confient les monastères à Pierre et Paul. Le document s’apparente à un testamentum à la carolingienne62 et la fondation aristocratique, présentée sous de pieux motifs, revêt une dimension politique primordiale63. Elle permet une mise à l’abri de domaines menacés de confiscation.

33Dans le cartulaire qui, rappelons-le, nous livre seul la teneur du texte, la charte est précédée par la rubrique suivante :

In nomine sanctae et individuae Trinitatis, Patris et Filii et Spiritus sancti incipit instrumentum seu testamentum Gerardi comitis, fundatoris monasteriorum videlicet Pultariensis et Vizeliacensis, subsequentibus privilegiis apostolicae auctoritatis ipsum testamentum confirmantibus et corroborantibus in perpetuum.

34Le texte du testament est donc replacé dans une série documentaire, celle des bulles de confirmation pontificale. Il devient de la sorte, le socle de l’histoire institutionnelle de l’établissement ; c’est de lui que procède également la production écrite postérieure conservée dans les archives, scandée, en premier lieu, par la série des privilèges. La sainteté du fondateur n’est pas mentionnée et le mémorable, de nature institutionnelle et patrimoniale, paraît d’emblée inséparable des usages successifs qui furent faits du document de fondation.

35Tournons-nous vers la chronique rédigée à la même période. Le texte historiographique insiste sur trois éléments qui complètent la lecture que le cartulaire proposait du document. Premièrement, la fondation n’est pas mentionnée dans le récit en tant que telle. Elle n’apparaît que sous la forme documentaire de la charte. Deuxièmement, cette charte sert aux moines, pour défendre leurs droits dans le cadre de conflits qui les opposent à l’évêque d’Autun, au comte de Nevers et aux bourgeois de Vézelay. Montré et lu, le document permet de garantir la libertas de l’établissement et d’obtenir des confirmations pontificales. Troisièmement, il est rappelé la volonté des fondateurs de placer l’établissement sous la juridiction de Pierre et Paul, ce qui est interprété par les moines du xiie siècle comme constituant l’origine de l’octroi de l’immunité.

36D’où la complémentarité qui unit les deux parties du manuscrit : la collection de chartes joue le rôle de socle mémorial, regroupant les textes fondant la libertas de Vézelay, alors que le récit de la chronique met en scène les péripéties de l’histoire grégorienne contemporaine.

  • 64 P. Chastang et L. Feller, « Classer et compiler : la gestion des archives du Mont-Cassin au xiie s (...)
  • 65 Voir P. Chastang, L. Feller et J.-M. Martin, « Autour de l’édition du Registrum Petri Diaconi. Pro (...)

37Ajoutons un dernier exemple64. Il concerne la documentation du Mont-Cassin. En 1133, Pierre Diacre fait rédiger en quelques mois un cartulaire volumineux qui regroupe plus de 600 actes. La grande homogénéité graphique du manuscrit comme la qualité souvent médiocre des transcriptions témoignent de la rapidité avec laquelle le travail a été réalisé. Les historiens ont à juste titre cherché dans les archives de l’établissement les travaux préparatoires à la compilation et certains vu dans le rotulus coté V1 un possible proto-cartulaire. Son étude précise révèle qu’il s’agit en fait d’un inventaire des archives datant du début de la décennie 1130 et qu’il n’entretient aucun lien avec le travail de rédaction du cartulaire. Tout au plus retrouve-t-on, dans le système de classement du rouleau comme dans celui du codex la différenciation entre les privilegia et precepta, qui forment les autorités, et les offertiones que l’on peut qualifier de chartes privées. Pierre Diacre, pour constituer la collection documentaire du cartulaire, s’est en revanche servi d’un autre rouleau coté V2, probablement réalisé par son prédécesseur Guido († 1130)65.

38On constate, dans le travail de cartularisation, d’intéressants glissements par rapport au classement des archives tel qu’il se reflète dans le V1. Figure dans la partie precepta du V1 un long dossier lombard, qui regroupe des actes des princes de Capoue et de Bénévent datés des années 950-1050, qui a sans doute été constitué alors que la pression normande s’accentuait sur le monastère. Mais ce dossier a été déplacé dans les offertiones par Guido ou par Pierre Diacre. Les archivistes du Mont-Cassin manifestaient de la sorte une hiérarchie explicite des pouvoirs qui, privilégiant la tradition impériale et romaine, déniait aux actes lombards le statut d’autorité.

Conclusion

39Le sens d’un texte ne pouvant être construit qu’en contexte, il est nécessaire de comprendre que les chartes livrées dans un cartulaire sont les membres d’un corps et que cette inclusion a des conséquences durables. J’ai privilégié dans ma contribution l’interprétation du mouvement de transformation des archives en un codex qui fait figure de collection dérivée. Mais la collection une fois réalisée devient une référence qui produit des effets en retour. Ainsi, au début du xive siècle, dans un contexte d’affermissement de la pression du pouvoir royal français sur la ville, les consuls de Montpellier décident de faire dresser un inventaire des documents justifiant les privilèges et les franchises de la ville. Le notaire du consulat se met au travail, relisant la documentation déposée dans différents coffres repérés par des lettres et des symboles qu’il reporte dans son inventaire. Mais il prend soin de consulter les index des deux cartulaires urbains disponibles de manière à signaler les pertes documentaires. Il procède aussi à des renvois généraux aux livres lorsque les pièces ne lui semblent pas mériter d’être inventoriées une à une. Les cartulaires servent donc à la fois de corpus de référence dans le travail de récolement, et d’inventaire secondaire auquel le notaire se réfère pour les actes de moindre importance. J’ai également laissé de côté un domaine pourtant primordial qui est celui du rapport entre l’histoire de ce type singulier de collection qu’est le cartulaire et l’évolution des modes de production et de transcription des écrits diplomatiques. Dans le Midi, les choses changent pourtant fortement au cours du xiiie siècle, avec le développement d’une culture notariale de l’écrit. Elle contribue à restreindre la latitude du transcripteur désormais sommé de respecter la forma du document, élément essentiel de l’autorité du texte. L’histoire combinée des pratiques de transcription et des usages de la collection reste à écrire.

Notes

1 Dans une bibliographie très abondante, on privilégiera : O. Guyotjeannin, L. Morelle et M. Parisse (éd.), Les cartulaires. Actes de la table ronde organisée par l’École nationale des chartes et le GDR 121 du CNRS, Paris, ENC, 1993 ; P. Chastang, « Cartulaires, cartularisation et scripturalité médiévale : la structuration d’un nouveau champ de recherche », La médiévistique au xxe siècle. Bilans et perspectives, Cahiers de civilisation médiévale. xe-xiie siècles, 49, 2006, p. 21-32 ; B. Resl, « Vom Nutzen des Abschreibens : Überlegungen zu mittelalterlichen Chartularen », dans W. Pohl et P. Herold (dir.), Vom Nutzen des Schreibens. Soziales Gedächtnis, Herrschaft und Besitz im Mittelalter, Vienne, Verlag der Österreichischen Akademie der Wissenschaften, 2002, p. 205-222 ; A. J. Kosto et A. Winroth (éd.), Charters, Cartularies, and Archives. The Preservation and Transmission of Documents in the Medieval West, Toronto, Pontifical Institute of Medieval Studies, 2002 ; O. Guyotjeannin et L. Morelle, « Tradition et réception de l’acte médiéval : jalons pour un bilan des recherches », Archiv für Diplomatik, 53, 2007, p. 367-403 ; et E. E. Rodríguez Díaz et A. Claret García Martínez (éd.), La escritura de la memoria : los cartularios, Huelva, Universidad de Huelva, 2011. Ces travaux portant sur le Moyen Âge prennent désormais place dans la perspective plus globale du tournant archivistique tracée par Filippo De Vivo dans « Cœur de l’État, lieu de tension. Le tournant archivistique vu de Venise (xve-xviie siècle) », Annales. Histoire, sciences sociales, 68/3, 2013, p. 699-728.

2 Voir É. Anheim et P. Chastang, « Les pratiques de l’écrit dans les sociétés médiévales », Pratiques de l’écrit, Médiévales, 56, 2009, p. 5-10.

3 P. Cammarosano, Il caleffo vecchio del comune di Siena, t. 5 : Introduzione su tradizione documentaria e storia cittadina, Sienne, Accademia senese degli intronati, 1991.

4 Sur les libri iurium italiens, voir P. Cammarosano, « I libri iurium e la memoria storica delle città comunali », dans G. Albini (éd.), Le scritture del comune. Amministrazione e memoria nelle città dei secoli xii e xiii , Turin, Scriptorium, 1998, p. 95-108.

5 Voir J. Morsel, « Les sources sont-elles le “pain de l’historien” ? », Hypothèses 2003. Travaux de l’École doctorale de l’université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Paris, Publications de la Sorbonne, 2004, p. 273-286 et Id., « Du texte aux archives : le problème de la source », Bulletin du Centre d’études médiévales d’Auxerre, hors série, 2, 2008, p. 1-23.

6 Perspectives tracées par Olivier Guyotjeannin, « L’érudition transfigurée », dans J. Boutier et D. Julia (dir.), Passés recomposés : champs et chantiers de l’histoire, Paris, 1995, p. 152-162.

7 Panorama des pratiques bénédictines méridionales en la matière dans A. G. Remensnyder, Remembering the Kings Past. Monastic Foundations Legends in Medieval Southern France, Ithaca, Cornell University Press, 1995. Bel exemple analysé par Patrick Henriet dans « Res scripta scripti memorie comendare. Rufat et le premier cartulaire de Saint-Seurin (années 1160-1190) », dans I. Cartron, D. Barraud, P. Henriet et A. Michel, Autour de Saint-Seurin : lieu, mémoire pouvoir des premiers temps chrétiens à la fin du Moyen Âge, Bordeaux, Ausonius, 2009, p. 129-140.

8 Voir par exemple pour l’Italie centro-méridionale, P. Chastang, L. Feller et J.-M. Martin, « Autour de l’édition du Registrum Petri Diaconi. Problèmes de documentation cassinésienne : chartes, rouleaux, registre », Mélanges de l’École française de Rome, 121/1, 2010, p. 99-135, ici p. 107 et suiv. ; et pour le midi de la France, E. Bœuf, Le chartrier de l’archevêché d’Arles (417-1202), thèse de l’École nationale des chartes, 1996 (voir Positions des thèses soutenues par les élèves de la promotion 1996, p. 34).

9 P. Bonnassie, La Catalogne du milieu du xe siècle à la fin du xie siècle. Croissance et mutation d’une société, Toulouse, Association des publications de l’université de Toulouse-Le Mirail, 1975, t. 1, p. 23 et suiv.

10 M. Clanchy, From Memory to Written Record, England 1066-1307, Oxford/Cambridge, Blackwell, 1993 [1979].

11 En particulier l’article pionnier de Jack Goody et Ian Watt, « The Consequences of Literacy », dans J. Goody (éd.), Literacy in Traditional Societies, Cambridge, Cambridge University Press, 1968, p. 27-68. La réflexion a ensuite été poursuivie : J. Goody, La raison graphique. La domestication de la pensée sauvage, Paris, Éditions de Minuit, 1978 [1977].

12 A. Petrucci, « Dal libro unitario al libro miscellaneo », dans A. Giardina (éd.), Società romana e impero tardoantico, vol. 4 : Tradizioni dei classici trasformazioni della cultura, Bari, Laterza, 1986, p. 173-187 et 271-274.

13 Voir par exemple M. A. Demers, Mise en œuvre d’un monument cartularial à l’abbaye de la Sauve Majeure au xiiie siècle. Fondements, structures et représentations, maîtrise de l’université Laval (Québec), 2013.

14 C. Segre, « Les transcriptions en tant que diasystèmes », dans J. Irigoin et G. P. Zarri (dir.), La pratique des ordinateurs dans la critique des textes, Paris, Éd. du CNRS, 1979, p. 45-49.

15 A. Esch, « Reimpiego dell’Antico nel Medioevo : la prospettiva dell’archeologo, la prospettiva dello storico », Ideologie e pratiche del reimpiego nell’alto Medioevo, Spolète, Centro italiano di studi sull’alto Medioevo, 1999, t. 1, p. 73-108 et Id., « Reimpiego », Enciclopedia dell’arte medievale, Rome, 1999, t. 9, p. 876-883 ; voir également P. Toubert et P. Moret (dir.), Remploi, citation, plagiat : conduites et pratiques médiévales, xe-xiie siècle, Madrid, Casa de Velázquez, 2009.

16 P. Büttgen, « Aufheben, Aufhebung », dans B. Cassin (dir.), Vocabulaire européen des philosophies, Paris, Seuil, 2004, p. 152-156.

17 Des rapprochements peuvent être esquissés avec la notion de « transformisation » (associant « transmission » et « transformation ») en usage dans le domaine de l’archéogéographie ; voir la synthèse proposée par Hélène Noizet, « De l’usage de l’archéogéographie », Médiévales, 66, 2014, p. 179-197.

18 Voir B. Bedos-Rezak, « Towards an Archaeology of the medieval Charter. Textual Production and Reproduction », dans A. J. Kosto et A. Winroth (éd.), Charters, Cartularies and Archives, op. cit., p. 41-60, repris et augmenté sous le titre « Toward an Archaeology of the medieval Charter », dans Ead., When Ego Was Imago. Signs of Identity in the Middle Ages, Leyde/Boston, Brill, 2011, p. 37-54, ici p. 53.

19 G. M. Spiegel, « History, Historicism, and Social Logic of the Text in the Middle Ages », Speculum, 65, 1990, p. 59-86.

20 O. Redlich, « Über bairische Traditionsbücher und Traditionen », Mitteilungen des Instituts für Österreichische Geschichtsforschung, 5, 1884, p. 1-82.

21 Sur les cartulaires carolingiens, voir S. Molitor, « Das Traditionsbuch. Zur Forschungsgeschichte einer Quellengattung und zu einem Beispiel aus Südwestdeutschland », Archiv für Diplomatik, 36, 1990, p. 61-92 ; P. Johanek, « Zur rechtlichen Funktion von Traditionsnotiz, Traditionsbuch und früher Siegelurkunde », dans P. Classen (dir.), Recht und Schrift im Mittelalter, Sigmaringen, J. Thorbecke, 1977, p. 131-162 ; P. J. Geary, La mémoire et l’oubli à la fin du premier millénaire, Paris, Aubier, 1996 [1994], p. 140-152 ; la thèse en cours de Claire de Cazanove (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et Goethe Universität de Francfort-sur-le-Main) qui s’intitule Du chartrier au cartulaire dans le royaume de Germanie au ixe siècle : entre norme et défense des intérêts ecclésiastiques, porte précisément sur cette question.

22 Sur le genre, voir M. Sot, Gesta episcoporum, gesta abbatum, Turnhout, Brepols, 1981-1985, 2 vol. Cette question est largement abordée par Laurent Morelle dans Autour de Folcuin de Saint-Bertin, mémoire d’habilitation, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2003, 2 vol.

23 G. Declercq, « Originals and Cartularies : The Organization of Archival Memory (Ninth-Eleventh Centuries) », dans K. Heidecker (éd.), Charters and the Use of the Written Word in Medieval Society, Turnhout, Brepols, 2000, p. 147-170.

24 P. Bourgain et M.-C. Hubert, « Latin et rhétorique dans les préfaces de cartulaires », dans O. Guyotjeannin, L. Morelle et M. Parisse (éd.), Les cartulaires, op. cit., p. 115-136.

25 Il serait toutefois souhaitable de traiter de manière plus systématique ce corpus des préfaces qui pourrait être l’objet d’une analyse lexicographique plus poussée.

26 Sur l’histoire documentaire de l’abbaye de Saint-Guilhem-le-Désert, voir P. Chastang, Lire, écrire, transcrire. Le travail des rédacteurs de cartulaires en Bas-Languedoc ( xie-xiiie siècles), Paris, Éditions du CTHS, 2001, p. 47-220.

27 Arch. dép. Hérault, 5 H 8, fol. 2v, édité dans P. Alaus, L. Cassan et E. Meynial (éd.), Cartulaire de Gellone, Montpellier, 1898-1905, no 3 (désormais Gell.).

28 A. Germain et C. Chabaneau (éd.), Le cartulaire des Guilhem de Montpellier, Liber instrumentorum memorialium, Montpellier, 1884-1886, p. 1-4 (désormais LIM). Sur ce texte, voir P. Chastang, « La préface du Liber instrumentorum memorialis des Guilhem de Montpellier ou les enjeux de la rédaction d’un cartulaire laïque méridional », dans D. Le Blévec (dir.), Les cartulaires méridionaux, Paris, ENC, 2006, p. 91-123 et M. Lesné-Ferret, « La mémoire des seigneurs de Montpellier au début du xiie siècle : le cartulaire et sa préface », dans O. Condorelli (éd.), Panta rei : Studi dedicati a Manlio Bellomo, Rome, Il Cigno, 2004, t. 3, p. 159-276.

29 LIM, p. 2 : Hac agitur intentionis racione fuit voluntatis nostre propositum, ut omnia privilegia, omniaque alia instrumenta, que domini Montis pessulani possessionum causas determinant et exponunt, ad majorem diligentiam et evidentiorem cautelam, de confusionis sue multiplicitate in unum choartaremus volumen, ut, si quis deinceps possessionum ipsius ordinem turbare proponeret, statim e vicino confusus cognosceret quibus ipse titulis possidere gaudet.

30 Gell., no 3 : quatinus omnes cartas totius honoris Sancti Salvatoris Gellonensis altari sancteque Crucis ligno Sanctique Wilelmi almi confessoris ob memoriam et recordationem simul conscriptas in uno volumine condirentur.

31 H. Platelle, « Le premier cartulaire de l’abbaye de Saint-Amand [désormais StAm.] », Le Moyen Âge, 62, 1956, p. 301-329, ici p. 318-319 : Quantae dignitatis, quantae nobilitatis iste locus, ubi sanctus vere Amandus corpore quiescit, antiquitus fuerit ; quanta reverentia, quanta liberalitate reges et principes illum excoluerint, ac de suis rebus dilataverint et amplificaverint, inter caetera maxime testantur monumenta cartarum et privilegiorum, quae diligenter ab eis facta nobis ad memoriam sui ac munimen hujus loci conservanda relinquerunt.

32 A. Bernard (éd.), Cartulaire de l’abbaye de Savigny, Paris, 1853, p. 2 : Ex præcepto igitur supradicti abbatis, memoratum opus non sine quodam magno labore assumentes, antiquarum cartularum scripta, ut potuimus, revoluimus, et eorum abbatum ordinem, quos ante Hunorum tempora huic loco præfuisse comperimus, ordinate disposuimus.

33 L. Cassan et E. Meynial (éd.), Cartulaire d’Aniane, Montpellier, 1900. Le texte hagiographique a été édité dans G. Waitz (éd.), Vita sancti Benedicti abbatis anianensis et indensis auctore Ardone [BHL 1096], Monumenta Germaniae historica, Scriptores in folio, t. XV/1, Hanovre, 1887, p. 198-220 ; traduction : Ardon, Vie de Benoît d’Aniane, intro. et trad. F. Baumes, P. Bonnerue et A. de Vogüé, Abbaye de Bellefontaine, 2001. Sur l’interprétation du remploi de ce texte dans le cartulaire, voir P. Chastang, « Transcription ou remploi ? Composition et écriture des cartulaires en Bas-Languedoc (xiie-xive siècle) », dans P. Toubert et P. Moret (dir.), Le remploi au Moyen Âge, op. cit., p. 115-140.

34 M. Lucas Álvarez (éd.), La documentación del Tumbo A de la catedral de Santiago de Compostela. Estudio y edición, León, Centro de Estudios e Investigación “San Isidoro”, 1997, p. 61-62 : Bernaldus, prefate ecclesie thesaurarius, necessarium et utile aesse considerauit, quod illa omnia testamenta tranlatarentur et translata in uno libro, quasi in uno corpore, comprehenderentur, quatenus et illa que uetustatis consumcione iam litturata et delata erant, per translacionis nouitatem possent recuperari.

35 U. Chevalier (éd.), Cartulaire de Saint-Chaffre-du-Monastier [désormais Mon.], Paris, 1884, p. 1-2.

36 Sur ce personnage, voir T. N. Bisson, « Ramon de Caldès (c 1135-c. 1200) : Dean of Barcelona and King’s Minister », dans K. Pennington et R. Somerville (éd.), Law, Church and Society. Essays in honor of Stephen Kuttner, Philadelphie, University of Pennsylvania, 1977, p. 281-292.

37 F. M. Rosell (éd.), Liber feudorum maior. Cartulario real que se conserva en el Archivo de la Corona de Aragón [désormais LFM], Barcelone, 1945-1947, 2 vol., p. 1. Sur ce manuscrit voir A. J. Kosto, « The Liber Feodorum Maior of the Counts of Barcelona : The Cartulary as an Expression of Power », Journal of Medieval History, 27, 2001, p. 1-22, et plus récemment F. Rodríguez Bernal, « Entre le récit historique et le discours politique : le Liber Feudorum Maior d’Alfons II, roi d’Aragon », dans R. Castano, F. Latella, et T. Sorrenti (éd.), Comunicazione e propaganda nei secoli XII e XIII, Rome, 2007, p. 541-562.

38 H. Imbert (éd.), Cartulaire de l’abbaye de Saint-Laon de Thouars [désormais Thouars], Niort, 1876 : quia nos non pompis verborum delectantes, nec coloratis rhetoricorum sermonibus placere, scolasticorum more, cupientes, utilitati dumtaxat presentium futurorumve insistimus.

39 Abbé Lalore (éd.), Collection des principaux cartulaires du diocèse de Troyes, t. 1 : Cartulaire de l’abbaye de Saint-Loup de Troyes, Paris, 1875, p. 1-2 : Et quia jam pene disrupta erat et pre vetustate vix legi transcribi fecimus.

40 B. Guérard (éd.), Cartulaire de l’abbaye de Saint-Père-en-Vallée de Chartres, Paris, 1840, t. 1, p. 3.

41 Thouars, p. 1.

42 La notion de « livre-corps » appliquée aux livres liturgiques de l’époque carolingienne, sans que le terme ne soit toutefois employé par les contemporains, a été utilisée par Éric Palazzo dans « Le livre-corps à l’époque carolingienne et son rôle dans la liturgie de la messe et sa théologie », Quaestiones medii aevi novae, 15, 2010, p. 31-63. L’usage de cette notion repose sur une analyse du livre comme modalité de l’Incarnation du Christ, que la performance liturgique active sensoriellement. C’est sans doute du côté de la présence de listes de biens patrimoniaux, insérées au sein des livres liturgiques, qu’il conviendrait de rechercher une des racines de l’usage postérieur de la notion de corpus pour désigner les cartulaires. Cette inscription entraîne une sacralisation des inventaires et une première fixation de la memoria institutionnelle, à travers les objets qu’elle possède et dont elle fait usage.

43 LFM, p. 1 : Ne inter vos et homines vestros, forte oblivionis occasione, alique questio vel discordia posset oriri.

44 Texte édité dans Patrologie latine, vol. 173, col. 469-470.

45 Parmi une littérature abondante, voir R. H. Rouse, « Cistercian Aids to Study in the Thirteenth Century », Studies in the Medieval Cistercian History, 2, 1976, p. 123-134 et R. H. Rouse et M. A. Rouse, « “Statim invenire”. Schools, Preachers and New Attitudes to the Page », dans R. L. Benson, G. Constable et C. D. Lanham (éd.), Renaissance and Renewal in the Twelfth Century, Oxford, Clarendon Press, 1982, p. 201-225.

46 StAm., p. 319.

47 LIM, p. 2 : Ut autem predictorum series inperturbata sit, et ordinata dispositione collecta facile lectori invenienda occurrat, capitulatim omnia digessimus, et sub debite distinctionis norma collocavimus.

48 M. Villani, « Gregorio da Catino, indicizzatore. Libertà monastica e lessicografia alle origini della “nascità degli indici” », dans E. Cuozzo, V. Déroche et A. Custot-Peters (éd.), Puer Apuliae. Mélanges offerts à Jean-Marie Martin, Paris, ACHCByz, 2008, p. 757-770.

49 Les registres de Farfa ont été édités : U. Balzani (éd.), Chronicon farfense di Gregorio di Catino, Rome, 1903, 2 vol. ; G. Zucchetti (éd.), Liber largitorius, vel notarius monasterii Pharphensis, Rome, 1913-1932, 2 vol. ; I. Giorgi et U. Balzani (éd.), Il registo de Farfa, Rome, 1882-1914, 5 vol.

50 M. T. Maggi Bei (éd.), Il Liber Floriger di Gregorio da Catino, Rome, Presso la società alla Biblioteca vallicelliana, 1984. Sur l’ensemble de cette production, voir T. Kölzer, Codex libertatis. Überlegungen zur funktion des Regestum Farfense und anderer Klosterchartulare, Atti del 9° Congresso internazionale di studi sull’alto Medioevo, vol. 2, Spolète, Centro italiano di studi sull’alto medioevo, 1983, p. 609-653.

51 Voir en particulier A. G. Remensnyder, « Topographies of Memory : Center and Periphery in High Medieval France », dans G. Althoff, J. Fried et P. Geary (éd.), Medieval Concepts of the Past. Ritual, Memory, Historiography, Cambridge, Cambridge University Press, 2002, p. 193-214.

52 L. Feller, « Le cartulaire-chronique de San Clemente a Casauria », dans O. Guyotjeannin, L. Morelle et M. Parisse (éd.), Les cartulaires…, op. cit., p. 261-278.

53 Voir la synthèse proposée par Michel Lauwers et Laurent Ripart dans « Représentation et gestion de l’espace dans l’occident médiéval », dans J.-P. Genet (éd.), Rome et l’État moderne européen, Rome, École française de Rome, 2007, p. 115-171.

54 D. Iogna-Prat, La maison Dieu. Une histoire monumentale de l’Église au Moyen Âge (v. 800-v. 1200), Paris, Seuil, 2006.

55 E. Caspar (éd.), MGH Ep., Das Register Gregors VII, Munich, 1990 [1920-1923], par exemple p. 33 : res ecclesiarum augmentare et defendere. On retrouve dans la collection canonique de Deusdedit ce même souci : Et quoniam ecclesia sine clero esse non potest nec clerus absque rebus, quibus temporaliter subsistat : huic subiunxi secundum et tertium de clero et rebus eiusdem ecclesię [la troisième partie s’intitule : “De rebus ecclesię”]. Quia vero seculi potestas dei ecclesiam sibi subiugare nititur, libertas ipsius et cleri et rerum eius tertio et maxime IIII libro euidenter ostenditur.

56 Voir par exemple M. Mousnier, L’abbaye cistercienne de Grandselve et sa place dans l’économie et la société méridionales ( xiie- xive siècles), Toulouse, CNRS-Université Toulouse Le Mirail, 2006.

57 Sur cette question, voir P. Chastang, « Du locus au territorium. Quelques remarques sur l’évolution des catégories en usage dans le classement des cartulaires méridionaux au xiie siècle », Maîtrise et perception de l’espace dans le Languedoc médiéval, études offertes à Monique Bourin, Annales du Midi, 119, 2008, p. 457-474.

58 P. J. Geary, Aristocracy in Provence. The Rhône Basin at the Dawn of the Carolingian Age, Stuttgart, A. Hiersemann, 1985 ; L. Ripart, « Du comitatus à l’episcopatus : le partage du pagus de Sermorens entre les diocèses de Vienne et de Grenoble (1107) », dans F. Mazel (dir.), L’espace du diocèse. Genèse d’un territoire dans l’Occident médiéval, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008, p. 253-286.

59 Bibl. nat. de France, ms. lat. 13879, édité par Jules Marion, Cartulaire de l’église cathédrale de Grenoble dit cartulaire de saint Hugues, Paris, 1869.

60 Bibl. mun. Auxerre, ms. 227, édité par R. B. C. Huygens, Monumenta Vizellacensia. Textes relatifs à l’histoire de Vézelay, Turnhout, Brepols, 1976-1980, 2 vol.

61 Sur Gérard, voir R. Le Jan, Famille et pouvoir dans le monde franc ( viie-xe siècle). Essai d’anthropologie sociale, Paris, Publications de la Sorbonne, 1995, p. 255-256 et 442.

62 Voir J. Barbier, « Testaments et pratique testamentaire dans le royaume franc (vie-viiie siècle) », dans F. Bougard, C. La Rocca et R. Le Jan (dir.), Sauver son âme et se perpétuer : transmission du patrimoine et mémoire au haut Moyen Âge, Rome, École française de Rome, 2005, p. 7-79.

63 Voir R. Louis, De l’histoire à la légende. Girard, comte de Vienne et ses fondations monastiques, vol. 1, Auxerre, 1946.

64 P. Chastang et L. Feller, « Classer et compiler : la gestion des archives du Mont-Cassin au xiie siècle », dans D. Boisseuil, P. Chastang, L. Feller et J. Morsel (éd.), Écritures de l’espace social. Mélanges d’histoire médiévale offerts à Monique Bourin, Paris, Publications de la Sorbonne, 2010, p. 345-368.

65 Voir P. Chastang, L. Feller et J.-M. Martin, « Autour de l’édition du Registrum Petri Diaconi. Problèmes de documentation cassinésienne… », art. cité.

© Éditions de la Sorbonne, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540