Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Gouverner les hommes, gouverner les âmes

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Enquêter, punir, gracier

Informer, persuader, contrôler et réprimer : la maîtrise de l’information et des hommes dans les villes champenoises du xve siècle

Informing, Persuading and Repressing: Controlling Information and Men in the Cities of Champagne in the 15th Century

Julien Briand

Résumé

La guerre suscite la hantise de la traîtrise, du complot et de l’espionnage dans les villes champenoises, aussi bien durant la guerre civile entre Bourguignons et Armagnacs que dans le dernier tiers du xve siècle. L’étude des mécanismes de l’enquête souligne les interactions qui s’établissent entre le judiciaire et le politique, alors que la procédure judiciaire se rapproche d’une procédure d’office depuis le siècle précédent. En tant qu’échevins, avocats, procureurs ou notaires, les membres du gouvernement urbain sont amenés à manier l’information préparatoire et l’enquête judiciaire dans leurs activités professionnelles, ce qui déteint sur la façon dont ils gouvernent la ville. L’information est alors utilisée pour traquer les espions et les paroles contestataires, et elle se nourrit de la dénonciation des traîtres, que les autorités tentent d’imposer comme un devoir au nom de la préservation de la chose publique.

The cities of Champagne in time of war were rife with all sorts of fears: treachery, plots and espionage were on every mind, both during the Armagnac-Burgundian Civil war and in the last third of the 15th century. The study of the mechanisms of our investigation brings out the interactions that took place between the judicial and the political arms at a time when, already from the previous century judicial procedure was becoming more and more ex officio justice. The officials of the city government, in their capacities as aldermen, advocates, prosecutors or notaries came to undertake judicial investigation with the collecting of preparatory evidence in the course of their professional duties. This activity, inevitably, had an impact on the way they governed the city. The information thus gathered was used in the hunting of spies and subversive speech. Much of this material had its source in denunciations by informers. Treachery was thus encouraged, the authorities attempting to convince the people that they were acting for the public good.

Texte intégral

  • 1 B. Chevalier, Les bonnes villes de France du xive au xvie siècle, Paris, 1982 ; A. Rigaudiere, Gou (...)
  • 2 J. Briand, « Foi, politique et information en Champagne au xve siècle », Revue historique, 653 (20 (...)
  • 3 Stricto sensu, l’information est préparatoire à l’ouverture des poursuites, mais elle peut aussi s (...)

1La ville de la fin du Moyen Âge offre un terrain d’observation privilégié du gouvernement des hommes. Si le cas des villes italiennes est souvent bien connu, il n’en va pas de même pour celles du royaume de France. Malgré un contexte institutionnel différent, celles-ci font figure de laboratoires politiques, dans la mesure où la royauté leur laisse une relative autonomie pour faire face aux menaces de tous ordres auxquelles elles sont confrontées1. La guerre joue un rôle central, suscitant une mentalité obsidionale qui se traduit par la hantise de la traîtrise, du complot et de l’espionnage2. Cette situation peut, en particulier, être observée dans les villes champenoises de Reims, Châlons-en-Champagne et Troyes, grâce à une étude combinée de sources administratives (les registres de conclusions du conseil de ville), financières (les registres de comptes) et parfois judiciaires (les registres de plaids de l’échevinage de Reims). Dans cette région frontalière exposée, le xve siècle se caractérise par une insécurité très forte, aussi bien dans la première moitié du siècle avec la guerre contre les Anglais et la guerre civile entre Bourguignons et Armagnacs que dans son dernier tiers avec les menaces bourguignonne puis impériale. Dès lors, les édiles ont pour devoir d’anticiper les dangers qui pèsent sur la sécurité des habitants et de leurs biens. La bonne information est indispensable à la réalisation de cet objectif, composante essentielle de la définition du bien commun. L’information sera ici entendue dans son acception médiévale, au sens d’enquête judiciaire destinée à établir la vérité3.

2L’étude des mécanismes de l’enquête souligne les interactions qui s’établissent entre le judiciaire et le politique. Au xive siècle, l’enquête prend une place croissante dans la procédure judiciaire rémoise, qui perd en partie son caractère accusatoire pour se calquer progressivement sur le style du Parlement, c’est-à-dire une procédure d’office, au sein de laquelle la marge de manœuvre du juge est moins dépendante du bon vouloir de la population. En tant qu’échevins, et donc membres du tribunal seigneurial de l’archevêque de Reims, mais aussi avocats, procureurs ou notaires, les membres du gouvernement urbain sont amenés à manier fréquemment l’information préparatoire et l’enquête judiciaire. L’enjeu est de comprendre comment cette familiarité avec l’enquête déteint sur la façon dont ils gouvernent la ville.

Réprimer les délits : l’information judiciaire au service du conseil de ville

  • 4 Archives administratives de la ville de Reims, éd. P. Varin, Paris, 1848, t. 3, p. 325.

3Les officiers urbains et les conseillers ont tout d’abord l’occasion de diligenter des informations ès qualités, au nom du conseil de ville, principale institution de gouvernement mais aussi tribunal chargé de punir les délits menaçant la sécurité, de lutter contre les paroles séditieuses et de préserver l’honneur de la ville. Le conseil rémois, par exemple, exerce ces prérogatives depuis la mi-xive siècle, par délégation du capitaine de Reims, à qui le roi a confié tout pouvoir pour veiller à la « garde et défense » de la cité tout entière, par-delà les quatre bans seigneuriaux qui divisent l’espace en juridictions distinctes4.

  • 5 L’idée selon laquelle la ville cultive en son sein des traîtres, qui la feront tomber aux mains de (...)
  • 6 Ibid., fol. 93v, 13 avril 1489. Cas similaire le 16 août 1493 (ibid., fol. 227v).

4Au titre de ces responsabilités, le conseil a en particulier la charge de punir les infractions relatives au couvre-feu. Le 12 avril 1489, entre quatre et cinq heures du matin, un nommé Hennequin de Zuinde est arrêté sur les remparts rémois. Dans le même temps, un connétable découvre que l’une des serrures de la porte la plus proche a été rompue. L’ombre du complot plane d’autant plus fortement que l’interrogatoire du suspect fait apparaître qu’il est natif des environs d’Anvers, bien qu’il soit à ce moment-là au service du monastère de Saint-Rémi5. Dans ces conditions, le conseil décide de maintenir Hennequin prisonnier, de l’interroger à nouveau et de diligenter une information secrète, non conservée6.

  • 7 Margival : c. de Vailly-sur-Aisne, arr. de Soissons, dép. de l’Aisne.
  • 8 Reims, Arch. mun., R 32, fol. 131, 5 février 1491.

5L’information préparatoire est aussi mobilisée contre les espions arrêtés aux portes de la ville. En 1491, un habitant de Margival, au nord-est de Soissons7, est surpris en possession de documents (probablement des lettres) qui ont attiré l’attention des portiers, dans le contexte de la guerre franco-bretonne. Le cas est soumis au conseil de Reims, qui décide de diligenter sans attendre une enquête de fama à Margival pour « soy enquerir dudit Jacotin et de son estat8 ». Comme dans une procédure judiciaire classique, l’information porte à la fois sur les faits et sur la renommée de l’individu. Elle est ensuite soigneusement examinée par le conseil pour déterminer l’opportunité d’engager des poursuites contre le suspect.

  • 9 C. Casagrande et S. Vecchio, Les péchés de la langue. Discipline et éthique de la parole dans la c (...)
  • 10 Sur la politisation des habitants du royaume durant la guerre civile : N. Offenstadt, « Guerre civ (...)
  • 11 Ces poursuites occupent les vingt premiers folios du registre, avant que celui-ci ne prenne une fo (...)
  • 12 Ibid., fol. 4v, 2 décembre 1417.
  • 13 Ibid., fol. 3-16v.
  • 14 Ibid., fol. 215-v.

6Une procédure similaire peut s’appliquer aux paroles jugées « malsonnantes9 ». La guerre civile marque l’acmé de ces poursuites10. Le registre des conclusions de Châlons est particulièrement fourni en exemples de paroles jugées contestataires, car il s’ouvre en 1417, peu de temps après que les Bourguignons ont pris le contrôle de la ville aux dépens des Armagnacs. Il prend d’abord la forme d’un « registre des causes et appointemens […] a l’encontre des perturbateurs de paix, sedicieux, adherens, conseillans, confortans et aidans les adversaires et ennemis » du roi, du dauphin et du duc de Bourgogne « et de la chose public de ce royaume11 ». Les propos traqués peuvent avoir été prononcés publiquement comme en « lieux particuliers », c’est-à-dire privés. Il peut par exemple s’agir de paroles de défi adressées à Jean sans Peur, dont ses adversaires disent pour raffermir les ardeurs de leur camp, désormais minoritaire dans la ville, que s’il « cuide entrer a Paris, il entrera ses fourches a son senglent col », la capitale étant encore dominée par les Armagnacs12. Entre novembre 1417 et avril 1418, au moins 28 procès sont engagés par les autorités châlonnaises bourguignonnes contre des « séditieux », et autant d’informations conduites pour soutenir les accusations13. Le devenir de ces poursuites est inconnu, mais il est probable qu’elles ont donné lieu à plusieurs bannissements. Parallèlement, les autorités sont attentives aux paroles qui contestent directement leur politique, même si celles-ci sont peu nombreuses à être rapportées. Le 23 janvier 1421, dans un contexte de pénurie de blé, deux informations sont diligentées contre des « propos malsonnans » visant les membres du conseil, puis une nouvelle information est décidée contre « certaines personnes menues de ceste ville », qui ont menacé de mort le blavetier Jehan Coulon, ainsi que « pluseurs aultres des plus notables de ceste ville pour le fait de ce que les blez sont ainsy fort ancheriz et ont dit qu’ilz yront rompre les greniers des plus grans maistres et bourgois de ceste ville14 ». L’information est bien un procédé de vérité mis en œuvre pour réprimer certaines paroles transformées en délit politique, car menaçant l’ordre établi, aussi bien dans ses dimensions sociales que politiques.

  • 15 Sur cette procédure : J. Briand, « Les appels à la dénonciation dans la procédure judiciaire rémoi (...)
  • 16 Châlons, Arch. mun., BB 1, fol. 145.
  • 17 Ibid., fol. 100-v, 12 juin 1419.
  • 18 Reims, Arch. mun., R 30, fol. 58, 15 août 1426 (Registre de délibérations du conseil de ville de R (...)

7Mais, comme en justice, l’enquête n’est qu’un procédé parmi d’autres. Habitués à être sollicités pour collaborer avec les autorités judiciaires, sous la forme de criées publiques leur enjoignant de faire savoir ce qu’ils savent sur tel suspect d’un crime, les Rémois sont aussi encouragés à dénoncer aux dirigeants de la ville les ennemis potentiels15. La connaissance des délits de parole ne peut en effet provenir que d’une dénonciation d’un témoin. Or, dénoncer s’apparente ici à un devoir, dans la mesure où cet acte est institutionnalisé par la prestation d’un serment. Quelle que soit la catégorie de la population, une clause de dénonciation des ennemis paraît y être intégrée. Cette clause concerne d’abord les conseillers : le 23 novembre 1419, deux mois seulement après l’assassinat de Jean sans Peur, les membres du conseil de Châlons doivent notamment jurer, dans un serment prononcé entre les mains du bailli de la ville, de dénoncer aux officiers tout acte qui pourrait menacer la sécurité commune16. À Châlons toujours, un devoir spécifique de dénonciation pèse aussi à ce moment-là sur les frères mendiants qui, convoqués devant le conseil, doivent jurer d’être loyaux à la ville et de faire « savoir ce qu’ils orront dire qui sera ou pourra estre prejudiciable a ladite ville et aux habitans d’icelles », au retour de leurs tournées de prêches dans le plat-pays17. Soumis à une obligation de même type, les taverniers et les hôteliers doivent, en cas d’alerte, rapporter chaque soir au lieutenant du capitaine le nom des clients accueillis dans leur établissement18.

  • 19 Le serment prêté à cette occasion par les Rémois est connu par la copie qui en est faite dans les (...)
  • 20 W. Paravicini, « Peur, pratiques, intelligences. Formes de l’opposition aristocratique à Louis XI (...)

8Plus exceptionnellement, toute la population peut être concernée. La copie des serments prononcés en 1419 par l’ensemble des habitants de Reims et de Châlons à la suite de l’assassinat de Jean sans Peur indique que tous doivent « nonchier et accuser envers justice tous ceux qui vouront aidier et conforter les dessusdis crimineulx, conspirateurs et infracteurs de paix » dans leurs projets19. À Châlons, ce serment public est renouvelé lors de l’assemblée générale du mois de mai 1420. Dénoncer, ce n’est plus ici, comme dans le cas du serment des conseillers, faire savoir ; c’est aussi prendre en charge devant la justice la poursuite en avertissant le juge du délit et en produisant devant lui des témoins, c’est-à-dire se porter « accusateur ». Le vocabulaire montre à quel point dénonciation judiciaire et dénonciation politique sont liées. Cette assimilation est rendue possible par le fait que les adversaires du duc de Bourgogne sont considérés, depuis l’assassinat de Montereau, comme des criminels qu’il convient de châtier. L’exemple des villes champenoises montre que l’État royal a déjà expérimenté, à la faveur de cet événement, plus de cinquante ans avant l’ordonnance de Louis XI de 1477 sur les criminels de lèse-majesté, l’institutionnalisation de la dénonciation politique20.

  • 21 Le plus ancien registre des délibérations du Conseil de ville de Troyes, 1429-1433, éd. A. Roserot (...)
  • 22 J. Chiffoleau, « Ecclesia de occultis non iudicat ? L’Église, le secret, l’occulte du xiie au xve  (...)
  • 23 Le plus ancien registre, op. cit. n. 21 : l’évêque devra « remonstrer demain en sa predication au (...)
  • 24 Sur ce contexte, voir en dernier lieu Cl. Rager, « Entre Bourguignons et Armagnacs, communauté urb (...)
  • 25 Briand, L’information à Reims, op. cit. n. 3, p. 376 et suiv.

9Enfin, un dernier cas de dénonciation, particulièrement intéressant dans l’optique d’une étude conjointe du gouvernement des hommes et des âmes, peut être relevé. En juin 1431, le gouvernement armagnac de Troyes entend édicter une ordonnance qui incite les habitants, sous peine d’excommunication, à dénoncer à l’évêque Jean Léguisé, dans le cadre de la confession, les partisans du duc de Bourgogne. Le prélat serait ensuite chargé de rapporter au conseil les noms qui lui seraient livrés21. Le projet, qui fait suite à des rumeurs d’attaques bourguignonnes, peut paraître surprenant étant donné les dispositions qui entourent le secret de la confession depuis Latran IV. Jacques Chiffoleau a cependant montré qu’une casuistique élaborée s’était développée autour de la question de l’ouverture possible du sigillum confessionis, certains commentateurs, tels que Hostiensis, admettant que cette sortie des règles puisse être autorisée en cas de crimes énormes mettant en question la toute-puissance divine ou menaçant la chose publique22. C’est dans cette tradition juridique que s’inscrit l’exemple troyen, tout à fait exceptionnel au demeurant et dont on ne sait pas s’il est resté à l’état de projet ou s’il a été mis en application, la réponse de l’évêque étant inconnue. L’imminence du péril est perceptible à l’arrestation concomitante de tous les suspects et au changement des serrures de toutes les portes de la ville. La trahison potentielle est explicitement désignée à plusieurs reprises pour justifier la mesure et elle s’apparente bien à un crime occulte23. La personnalité de l’évêque joue peut-être aussi. Originaire d’une puissante famille marchande troyenne, anoblie en 1431, ancien du collège de Navarre, où il a noué des liens étroits avec Gérard Machet, futur confesseur du roi, Jean Léguisé est réputé avoir joué un rôle fondamental dans la reddition négociée de la ville à Charles VII en 142924. Très impliqué localement, il participe à de nombreux conseils de ville entre 1429 et 1433, pratique tout à fait extraordinaire dans la région25.

10On mesure à ces exemples à quel point information préparatoire et dénonciation s’épaulent pour permettre à la communauté urbaine de faire face aux menaces, internes comme externes, auxquelles elle est confrontée, aussi bien durant la guerre civile entre Armagnacs et Bourguignons qu’à intervalles plus irréguliers entre 1472 et 1493.

L’enquête au service de la gestion de la ville

  • 26 J. Glénisson, « Les enquêtes administratives en Europe occidentale aux xiiie et xive siècles », Hi (...)

11La fréquence des informations judiciaires diligentées par le conseil offre un terrain favorable à la systématisation de l’enquête au service du gouvernement de la ville. Ces enquêtes administratives, pour reprendre la taxinomie traditionnelle, sont dites, dans les sources, tantôt « serche », tantôt « visitation », « inventaire », « enqueste » ou « information »26 ». Les domaines concernés par cette méthode d’investigation sont divers puisqu’il peut s’agir de recueillir une information de type économique, militaire, fiscal ou démographique. Sont établis aussi bien des listes fiscales que des relevés des équipements militaires de chaque chef de famille, des inventaires de l’artillerie urbaine, des chevaux ou des habitants assujettis à loger des soldats cantonnés en ville, la liste des étrangers présents ou celle des nouveaux bourgeois.

  • 27 Reims, Arch. mun., Diverses Matières, carton 696, liasse 28, suppl. 1. Les résultats de l’enquête (...)

12En Champagne, la pratique des inventaires des vivres est particulièrement usitée. L’enquête réalisée à Reims en 1422 en constitue le plus vieil exemple et est l’une des rares encore conservées27. Cette pratique est en fait loin d’être isolée et les registres de conclusions livrent la trace fugace d’une série d’enquêtes du même type, exécutées tout au long du xve siècle (cf. annexe). À Châlons, par exemple, 24 inventaires sont réalisés entre 1419 et 1499, avec deux périodes de concentration, les années 1419-1439 (11 enquêtes) et 1472-1488 (12 enquêtes). Les Rémois se contentent de 19 inventaires, dont la réalisation s’étale, là encore, sur des périodes bien identifiées, 1422-1434 (6) et 1474-1499 (13). En revanche, à Troyes, l’outil paraît moins utilisé, sept inventaires seulement pouvant être comptabilisés, mais le corpus est moins complet.

  • 28 Reims, Arch. mun., R 31, fol. 134v-135, 4 juin 1474.
  • 29 Par exemple, ibid., fol. 216v, 21 novembre 1486 et R 32, fol. 156v-157, 19 mai 1491 ; Châlons, Arc (...)
  • 30 Reims, Arch. mun., R 424, compte des deniers communs 1425-1426, fol. 64v : « inventoire des vivres (...)
  • 31 À titre de comparaison, voir F. Faugeron, Nourrir la ville. Ravitaillement, marchés et métiers de (...)

13La décision d’enquêter incombe avant tout aux autorités urbaines, même s’il arrive aussi que l’initiative revienne à la monarchie. En effet, en cas de réquisition de blé, les officiers royaux responsables de la levée ont pouvoir, comme le stipule leur lettre de commission, de faire ouvrir les maisons et les greniers, afin d’inventorier leur contenu28. Trois types de situations poussent les dirigeants à user des « serches » comme moyen de gouvernement. La première, la plus fréquente, est le risque d’une pénurie de blé pour une partie de la population. L’inspection doit estimer les stocks, afin que des mesures d’urgence puissent être adoptées si besoin, comme la limitation des prix, l’interdiction de vendre à des marchands extérieurs, l’obligation de vendre ses surplus au lieu d’attendre des cours plus élevés pour les mettre sur le marché ou, enfin, l’expulsion des oisifs et des étrangers, bouches jugées superflues en cas de crise29. La préoccupation des autorités est d’éviter que le « murmure » du peuple ne débouche sur une révolte de la faim. Comme en justice, la rumeur a le pouvoir de déclencher l’enquête. Un second motif vient parfois se greffer à cette situation. Il est perceptible au fait que, à plusieurs reprises, l’ordre de dresser un inventaire des vivres est couplé avec la réalisation d’un inventaire des armes30. Dans ce cas, c’est aussi la peur de devoir affronter un siège qui pousse à vérifier les capacités de résistance de la ville. À ces motivations traditionnelles vient s’en ajouter une autre, dans le dernier tiers du siècle. Le plus souvent, l’objectif est de faire face aux contraintes imposées par le séjour rapproché de compagnies d’ordonnance. Cette charge devient en effet très lourde pour les bonnes villes sous les règnes de Louis XI et de Charles VIII. La ville doit nourrir pendant quelques semaines plusieurs centaines de personnes supplémentaires et avoir suffisamment d’avoine ou de fourrage pour leurs chevaux, parfois à plusieurs reprises durant la même année. L’annonce de l’arrivée prochaine d’une armée est aussi une source d’enchérissement des prix. Le risque est que le menu peuple n’ait plus les moyens de s’approvisionner correctement31.

14Les enquêtes s’opèrent dans deux cadres spatiaux privilégiés, les paroisses et les connétablies. Les enquêteurs sont choisis en fonction de leur connaissance du terrain. S’y mêlent laïcs et gens d’Église, ces derniers représentant les seigneurs de la ville, qui sont tous des seigneurs ecclésiastiques à Reims et à Châlons. Ils sont bien entendus aidés de clercs et de sergents, si bien que l’enquête est fortement mobilisatrice en hommes. Au total, ce sont plusieurs dizaines d’hommes qui participent, à des degrés et pour des durées divers, à sa production, ce qui aboutit à des coûts élevés, d’un montant d’environ 40 livres parisis.

  • 32 Troyes, Arch. mun., Fonds Boutiot, A 1, fol. 118, 4 décembre 1432.

15La démarche, parfaitement rôdée, car s’appuyant sur l’expérience des levées fiscales et du guet nocturne, permet à l’inventaire d’être clos en un temps très rapide. L’enquête est menée parallèlement dans toute la ville, ce qui rend possible de couvrir la totalité de l’espace en quatre à cinq jours seulement. Les modalités de l’opération sur le terrain sont globalement connues. Les enquêteurs ont le pouvoir de se faire ouvrir toutes les maisons, greniers et granges pour constater, de visu, à l’issue d’une inspection, la quantité des provisions dont dispose chaque famille, rapportée au nombre de personnes qui la composent. Oisifs et étrangers à la ville peuvent être répertoriés et font, par la même occasion, l’objet d’une enquête sur leur vie et leur gouvernement, les enquêteurs devant déterminer s’ils disposent de moyens de subsistance suffisants et s’ils ne sont pas de « mauvaise vie32 ». L’opération s’accompagne donc d’un contrôle social, qui permet aux autorités d’effectuer un tri entre les « bons » et les « mauvais » habitants, expulsables si besoin.

  • 33 Ibid., fol. 118v-120, 9 décembre 1432 : « et pour ce faire et rapporter sceurement et au vray soie (...)
  • 34 Reims, Arch. mun., R 31, fol. 52v, 4 mars 1471.

16Pour que les résultats soient conformes à la vérité, l’enquête peut être récolée par des clercs, comme en justice. Le but est d’éviter la fraude et la surestimation qui pourraient résulter d’une collusion entre notables apparentés. La présence des notaires et des sergents vise à conférer à l’enquête toutes les garanties d’authenticité et d’impartialité33. Comme beaucoup d’enquêtes, les enquêtes urbaines répondent tout d’abord au principe de mieux connaître pour mieux gouverner. L’enquête produit un savoir qui place les dirigeants dans de meilleures dispositions pour décider. On le voit par exemple en 1471, lorsqu’un commissaire royal chargé de réquisitionner du salpêtre comparaît à Reims : les conseillers lui répondent qu’ils sont prêts à obtempérer au bon plaisir du roi, mais qu’il n’en reste pas suffisamment pour les besoins propres de la ville. Pour prouver ce qu’ils avancent, « afin de l’informer plus a plain de la verité et qu’il en puisse faire plus seur rapport audict seigneur pour l’excusacion de la ville », ils proposent de lui faire visiter les stocks de la cité. L’information doit fonder en toute certitude le rapport du commissaire et justifier le refus des habitants, faute de quoi la réquisition de leurs maigres réserves pourrait être ordonnée, ou la bonne grâce royale perdue34.

  • 35 Châlons, Arch. mun., BB 4, fol. 44v-45.

17L’information peut être utilisée, de manière identique, à destination interne. Le 7 juin 1460, le conseil de Châlons évoque l’« esclande et clameur » qui court parmi le menu peuple à propos des achats massifs de blé effectués par des marchands parisiens35. L’association du terme « clameur », qui désigne la plainte en justice, et du mot « esclandre » montre la part de menace que revêt une situation susceptible de dégénérer en émeute. Le conseil est d’autant plus inquiet qu’il a appris que la ville devra bientôt loger une armée. Les dirigeants sont face à un dilemme. D’un côté, ce commerce est bénéfique pour la ville et ses environs, notamment pour les notables qui commercialisent les surplus de leurs domaines ; de l’autre, en tant que gouvernants, ils ont le devoir de veiller au bon approvisionnement de la cité. La conclusion adoptée sonne comme un compromis : les marchands qui ont déjà embarqué sur leurs navires les blés qu’ils ont achetés pourront les emporter. En revanche, ils n’ont plus le droit de procéder à de nouveaux transferts jusqu’aux résultats de la visite de chaque grenier. L’enquête sert à montrer au peuple que les gouvernants agissent en connaissance de cause, d’autant que ses résultats confirment que la ville « est assez fournie de grains », ce qui autorise la levée de l’interdiction d’exporter. La prudence demeure néanmoins jusqu’à la récolte suivante, car les acquis de l’enquête restent fragiles. Pour qu’il en soit autrement, il faudrait en effet admettre que la rationalité de gestion qu’elle introduit s’impose à tous, alors que la crainte de la famine appartient précisément au domaine de l’irrationnel, c’est-à-dire qu’elle peut reprendre corps au moindre incident ou à la moindre rumeur. L’enquête ne peut donc suffire à elle seule à ramener le calme ; elle doit s’accompagner de mesures concrètes qui montrent à la population que ses intérêts vitaux sont préservés. C’est là l’une de ses limites, quand elle concerne un thème aussi important que celui du bon approvisionnement de la ville.

  • 36 Pour plus de détails sur les techniques utilisées : J. Briand, « Communication, opinion publique e (...)

18À travers l’information, l’enquête et la dénonciation, des passerelles peuvent être mises en évidence, au xve siècle, entre les pratiques judiciaires et le gouvernement urbain. L’importance croissante des gradués en droit au sein des instances municipales favorise ce transfert, qui est à la fois garantie de véridicité et d’efficacité. Les enquêtes, par le recours à l’écrit qu’elles supposent, témoignent de la bonne administration de la ville et de l’institutionnalisation de son gouvernement. Elles accompagnent et renforcent la transformation du pouvoir urbain en autorité légitime reconnue de tous et contribuent à quadriller l’espace urbain. En même temps que l’on compte les hommes et que l’on évalue leurs réserves, on les contrôle, notamment lorsqu’ils sont étrangers ou de « petit état ». Ce faisant, les gouverneurs de la ville rappellent aux habitants le pouvoir qu’ils détiennent sur eux. Les autorités urbaines se servent de l’enquête tout autant pour réprimer certains délits que pour gérer les mécontentements collectifs, en répondant aux attentes supposées de la population36. Cette quête de la vérité est garante du bon gouvernement et, ce faisant, du respect de la chose publique, respect qui confère aux décisions des gouvernants toute leur légitimité et permet d’obvier au risque de la révolte.

Annexes

Annexe. Les inventaires des vivres en Champagne au xve siècle

2) Châlons

2) Châlons

NB : les chiffres 1 à 12, sur l’axe des ordonnées, représentent les mois de l’année.

Notes

1 B. Chevalier, Les bonnes villes de France du xive au xvie siècle, Paris, 1982 ; A. Rigaudiere, Gouverner la ville au Moyen Âge, Paris, 1993.

2 J. Briand, « Foi, politique et information en Champagne au xve siècle », Revue historique, 653 (2010), p. 59-97.

3 Stricto sensu, l’information est préparatoire à l’ouverture des poursuites, mais elle peut aussi se confondre, au xve siècle, avec l’enquête menée en cours de procès (Reims, Arch. mun., R 141, fol. 108 et 372v). Pour plus de détails, voir J. Briand, L’information à Reims aux xive et xve siècles, thèse, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2012, à paraître aux Publications de la Sorbonne.

4 Archives administratives de la ville de Reims, éd. P. Varin, Paris, 1848, t. 3, p. 325.

5 L’idée selon laquelle la ville cultive en son sein des traîtres, qui la feront tomber aux mains des ennemis, est un thème classique de l’imaginaire médiéval. À ce sujet, voir La trahison au Moyen Âge. De la monstruosité au crime politique ( ve-xve siècle), éd. M. Billoré et M. Soria, Rennes, 2009 ; Le crime de l’ombre. Complots, conjurations et conspirations au Moyen Âge, éd. C. Leveleux-Teixeira et B. Ribémont, Paris, 2010 et L’envers du décor. Espionnage, complot, trahison, vengeance et violence en pays bourguignons et liégeois, éd. J.-M. Cauchies et A. Marchandisse, Neuchâtel, 2008. L’idée commune veut que ce soit au petit matin que la ville est le plus vulnérable (Reims, Arch. mun., R 32, fol. 42, 18 septembre 1487).

6 Ibid., fol. 93v, 13 avril 1489. Cas similaire le 16 août 1493 (ibid., fol. 227v).

7 Margival : c. de Vailly-sur-Aisne, arr. de Soissons, dép. de l’Aisne.

8 Reims, Arch. mun., R 32, fol. 131, 5 février 1491.

9 C. Casagrande et S. Vecchio, Les péchés de la langue. Discipline et éthique de la parole dans la culture médiévale, Paris, 1991.

10 Sur la politisation des habitants du royaume durant la guerre civile : N. Offenstadt, « Guerre civile et espace public à la fin du Moyen Âge. La lutte des Armagnacs et des Bourguignons », dans La politisation. Conflits et construction du politique depuis le Moyen Âge, éd. L. Bourquin et P. Hamon, Rennes, 2010, p. 111-129.

11 Ces poursuites occupent les vingt premiers folios du registre, avant que celui-ci ne prenne une forme plus classique : Châlons, Arch. mun., BB 1, fol. 1, 12 novembre 1417 (Registre de délibérations du conseil de ville de Châlons-en-Champagne (1417-1421), éd. S. Guilbert, Châlons, 2001).

12 Ibid., fol. 4v, 2 décembre 1417.

13 Ibid., fol. 3-16v.

14 Ibid., fol. 215-v.

15 Sur cette procédure : J. Briand, « Les appels à la dénonciation dans la procédure judiciaire rémoise à la fin du Moyen Âge », Hypothèses 2008, Paris, 2009, p. 119-129.

16 Châlons, Arch. mun., BB 1, fol. 145.

17 Ibid., fol. 100-v, 12 juin 1419.

18 Reims, Arch. mun., R 30, fol. 58, 15 août 1426 (Registre de délibérations du conseil de ville de Reims (1422-1436), éd. S. Guilbert, Reims, 1990-1991) ; R 31, fol. 45v-48v, 25 janvier 1471 ; R 32, fol. 59v-62v, 30 mai 1488 ; R 33, fol. 5v-6, 6 juillet 1495.

19 Le serment prêté à cette occasion par les Rémois est connu par la copie qui en est faite dans les registres des consaux de Tournai. En effet, après s’être rendu à Reims à la fin du mois de septembre, Philippe de Morvilliers, premier président du Parlement, est à Tournai le 2 octobre ; il y demande aux Tournaisiens de prêter le même serment que celui effectué par les Rémois : Mémoires de la Société historique et littéraire de Tournai, 7 (1861), p. 187-189.

20 W. Paravicini, « Peur, pratiques, intelligences. Formes de l’opposition aristocratique à Louis XI d’après les interrogatoires du connétable de Saint-Pol », dans La France de la fin du xve siècle, renouveau et apogée, éd. B. Chevalier et P. Contamine, Paris, 1985, p. 183-196.

21 Le plus ancien registre des délibérations du Conseil de ville de Troyes, 1429-1433, éd. A. Roserot, Troyes, 1886, p. 276, 30 juin 1431.

22 J. Chiffoleau, « Ecclesia de occultis non iudicat ? L’Église, le secret, l’occulte du xiie au xve siècle », Micrologus, 14 (2006) [Il segreto/The secret], p. 359-481, ici p. 386-387.

23 Le plus ancien registre, op. cit. n. 21 : l’évêque devra « remonstrer demain en sa predication au peuple les grans perilz qui par traison se peuvent ensuir, et que il commande et ordonne a tous, a peine d’excommeniement, que sé il est aucun qui saiche aucun mauvaiz traitres aimant le party contraire du roy, que ilz lui fassent savoir en confession ou autrement, afin que a l’aide de Dieu et par le moyen des bonnes creatures la cité puisse estre preservee de traison ».

24 Sur ce contexte, voir en dernier lieu Cl. Rager, « Entre Bourguignons et Armagnacs, communauté urbaine et fidélités politiques (Troyes, 1429-1433) », Questes, à paraître.

25 Briand, L’information à Reims, op. cit. n. 3, p. 376 et suiv.

26 J. Glénisson, « Les enquêtes administratives en Europe occidentale aux xiiie et xive siècles », Histoire comparée de l’administration ( ive-xviiie siècles), éd. W. Paravicini et K. F. Werner, Munich, 1980, p. 17-25 ; L’enquête au Moyen Âge, éd. Cl. Gauvard, Rome, 2008 ; Quand gouverner c’est enquêter. Les pratiques politiques de l’enquête princière (Occident, xiiie-xive siècles), éd. Th. Pécout, Paris, 2010 ; L’enquête en questions. De la réalité à la « vérité » dans les modes de gouvernement (Moyen Âge-Temps modernes), éd. A. Mailloux et L. Verdon, Paris, 2014 ; M. Dejoux, Les enquêtes de Saint Louis, gouverner et sauver son âme, Paris, 2014.

27 Reims, Arch. mun., Diverses Matières, carton 696, liasse 28, suppl. 1. Les résultats de l’enquête n’ont été conservés que pour deux paroisses sur les treize que compte la ville. Leur apport d’un point de vue démographique a été mis en valeur par P. Desportes, « La population de Reims au xve siècle d’après un dénombrement de 1422 », Le Moyen Âge, 72 (1966), p. 463-509. Pour une comparaison avec l’enquête effectuée à Carpentras en 1473, voir R.-H. Bautier, « Feux, population et structures sociales au milieu du xve siècle : l’exemple de Carpentras », dans Annales ESC, 14/2 (1959), p. 255-268.

28 Reims, Arch. mun., R 31, fol. 134v-135, 4 juin 1474.

29 Par exemple, ibid., fol. 216v, 21 novembre 1486 et R 32, fol. 156v-157, 19 mai 1491 ; Châlons, Arch. mun., BB 3, fol. 43, 25 février 1437 et fol. 58-v, avril 1438 ; Troyes, Arch. mun., Fonds Boutiot, A 1, fol. 118-120v, décembre 1432.

30 Reims, Arch. mun., R 424, compte des deniers communs 1425-1426, fol. 64v : « inventoire des vivres, armures et personnes en la ville de Reims ».

31 À titre de comparaison, voir F. Faugeron, Nourrir la ville. Ravitaillement, marchés et métiers de l’alimentation à Venise dans les derniers siècles du Moyen Âge, Rome, 2014.

32 Troyes, Arch. mun., Fonds Boutiot, A 1, fol. 118, 4 décembre 1432.

33 Ibid., fol. 118v-120, 9 décembre 1432 : « et pour ce faire et rapporter sceurement et au vray soient ordonnez notaires et sergens pour estre avec lesdits connestables ».

34 Reims, Arch. mun., R 31, fol. 52v, 4 mars 1471.

35 Châlons, Arch. mun., BB 4, fol. 44v-45.

36 Pour plus de détails sur les techniques utilisées : J. Briand, « Communication, opinion publique et contestations à la fin du Moyen Âge. L’exemple des villes champenoises », dans La contestation, éd. G. Lecuppre, Paris, à paraître.

Table des illustrations

Titre 1) Reims
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/28754/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Titre 2) Châlons
Légende NB : les chiffres 1 à 12, sur l’axe des ordonnées, représentent les mois de l’année.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/28754/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre 3) Troyes
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/28754/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 74k

© Éditions de la Sorbonne, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540