Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Gouverner les hommes, gouverner les âmes

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Enquêter, punir, gracier

La visite est-elle une enquête et vice-versa ?

Enquête générale et visite, deux pratiques de la déambulation (xiie -xive siècle) / General Survey and Visitation, Two Ways of Getting around on Foot (12th-14th Centuries)

Is the Visitation a Survey and Vice versa?

Thierry Pécout

Résumé

Notre propos consiste à comparer la pratique de la visite, aussi bien chez l’ordinaire (la visite dite pastorale) que chez les moines, avec celle de l’enquête générale au sein des principautés, et d’examiner leur rôle dans les processus d’institutionnalisation. La visite semble léguer à la culture administrative du xiiie siècle deux ressorts essentiels, la finalité de reformatio en premier lieu, certains outils comptables et procéduraux en second lieu. Enquête générale et visite consistent par-là à mettre en œuvre des procédés de connaissance destinés à rendre l’action possible et, par la réforme ou leur simple valeur performative, à une moralisation du réel. La déambulation qu’induisent enquête et visite pose la relation à l’espace et son institutionnalisation comme fondamentales, et questionne la mise au point de nouvelles formes d’appropriation et de connaissance de l’étendue.

Our intention is to compare the practice of the visitation, both of lay persons (known as the pastoral visitation) and of monks with that of the general surveys that took place within the principalities and to examine their roles in the process of institutionalization. The practice of the visitation seems to have endowed the administrative culture with two of its essential ways and means: in the first place the objective of reformatio and in the second place certain accounting and procedural tools. In this way the workings of the general survey and the visitation were occasions for applying procedures to acquire knowledge which would lead to action; these procedures, in turn by their reform or simply by their efficacy contributed to the moralization of reality. The walking that visitation and general surveys required founded a relationship with space and its fundamental institutionalization and questioned the development of new forms of appropriation and of knowing the extension of space.

Texte intégral

  • 1 Cl. Gauvard, « Introduction », Quand gouverner, c’est enquêter. Les pratiques politiques de l’enqu (...)

1S’il est un genre protéiforme, c’est bien celui de l’enquête et cela fut noté mainte et mainte fois1. Il n’empêche que la recherche s’obstine à utiliser ce terme de manière générique pour envisager des processus extrêmement différents et ne partageant souvent qu’une forme. Cette dernière se trouve elle-même tributaire de typologies juridiques, tels que informatio specialis, inquisitio summaria, etc., insatisfaisantes dès lors que l’on s’efforce de penser des pratiques de gouvernement, et risquant d’enfermer la réflexion dans des cadres excluant d’autres méthodes comparables mais issues d’institutions différentes, telles que la visite. Les travaux récents ont suscité de considérables avancées, mais certains ajoutent quelquefois à la confusion. Nous n’aurons pas la mauvaise grâce de faire de ce constat un reproche, tant nous savons toute opération de synthèse ou de comparaison compliquée en la matière. Et nous tentons de ne point céder non plus au travers nous-même.

  • 2 M. Dejoux, Les enquêtes de Saint Louis, gouverner et sauver son âme, Paris, 2014, p. 2-9. Sur les (...)
  • 3 Malgré les efforts déjà accomplis pour une histoire comparée des ordres religieux : Fl. Cygler, «  (...)
  • 4 Quand gouverner, c’est enquêter, op. cit. n. 1 ; Du castrum au registre et vice-versa. L’enquête g (...)

2Nous proposons ici quelques éléments de réflexion. D’abord à l’appui de nos travaux sur un procédé à la fois judiciaire et politique, celui des enquêtes princières générales, que des gouvernements monarchiques ordonnent afin soit de s’informer, soit de réparer, pour reprendre la sagace typologie de Marie Dejoux proposée dans son livre récent2, en mettant de côté l’ensemble des autres procédures qui pourraient mériter le terme d’enquête et qui se caractérisent par un objet défini, spécial, et non pas général. Ensuite, en comparant ce type de pratique à d’autres reposant sur la déambulation d’une autorité ou de ses mandataires, rejoignant par là les questions posées par les processus dits de territorialisation. La finalité de cette mise en perspective n’est pas d’élaborer une filiation quelconque entre enquête et visite, ni même d’identifier entre elles des échanges et des emprunts. Le premier point nous semble sans objet, le second prématuré. Celui-ci surgira notamment d’études prosopographiques approfondies, celles que nous avons proposées ne concernant qu’un cadre politique particulier. Nous en avons toutefois acquis la conviction d’une construction institutionnelle mutuelle, qui met en œuvre au moins la culture des séculiers et celle des officiers. Mais il reste encore bien des zones d’ombre, ne serait-ce que pour l’apport institutionnel du monde régulier. La recherche avance encore cloisonnée3. Enfin, notre propos ne saurait embrasser non plus l’ensemble des instances de pouvoir qui s’adonnèrent à ces procédés ; le temps d’une vraie synthèse n’est point encore venu. Ce bref aperçu, tributaire d’une recherche en devenir, ne s’est nourri que des exemples sur lesquels nous travaillons depuis des années, et de ceux que nous avons pu croiser à l’occasion des échanges suscités par quelques rencontres internationales4.

  • 5 A. Andrade, « Les enquêtes royales au Portugal, 1220-1343 », Quand gouverner, c’est enquêter, op. (...)
  • 6 Sur les enquêtes générales dans la Provence angevine, outre les travaux cités ci-dessus : Éd. Bara (...)
  • 7 « Les enquêtes en Grande-Bretagne, xie-xxe siècle : savoirs et instruments de gouvernement – Surve (...)
  • 8 Decretum Gratiani, C. 10, q. 1, c. 9-12 ; Hincmar de Reims, Capitula episcoporum, 2, éd. R. Pokork (...)

3Enquête et visite se formalisent de manière contemporaine, bien qu’elles aient connu une longue période de gestation depuis le haut Moyen Âge, voire l’Antiquité tardive. On peut en isoler des jalons significatifs à haute époque, mais c’est l’ampleur de leur usage au xiiie siècle qui nous importe ici. L’enquête princière générale est marquée dès les années 1220 par la précocité du royaume de Portugal, tandis que les ensembles capétien et angevin sont concernés dès le milieu du xiiie siècle, de même que le royaume de Hongrie5. Je n’insisterai pas ici sur ces processus et leurs déclinaisons multiples, au risque de me répéter, renvoyant aux travaux que nous avons coordonnés naguère6. Au sujet des Plantagenêt, pionniers en la matière, nous attendrons la diffusion des résultats d’une récente manifestation7. Pour la visite aussi, qu’elle opère dans le cadre de l’ordinaire – dite alors pastorale –, ou bien au sein d’ordres religieux, c’est le xiiie siècle qui constitue sa période de généralisation et d’épanouissement en tant que pratique, même si le corpus mobilisé par Gratien dans son Décret invoque des autorités depuis l’Antiquité tardive, et en dépit d’ouvrages ponctuels posant précocement le cadre de la visite pastorale, d’Hincmar de Reims à Réginon de Prüm8.

  • 9 L’injonction de visite puise son inspiration chez l’apôtre Paul (1 Tm 3, 2 Tm 1 et 2, sur les devo (...)
  • 10 P. Presutti, Regesta Honorii Papae III, Rome, 1888, no 2268. La visite est désormais l’un des prin (...)
  • 11 Romana Ecclesia : VI 3. 20. 1. C. R. Cheney, Episcopal Visitation of Monasteries in the Thirteenth (...)

4L’élaboration normative et méthodologique de la visitatio est bien connue, tant dans son dispositif statutaire que procédural ou formel (forma visitationis)9. Elle est ponctuée par la lettre d’Honorius III du 22 novembre 1219, initialement adressée à l’archevêque Simon de Bourges et à ses collègues de Suède, d’Irlande et de la principauté d’Antioche. L’injonction pontificale se place dans la continuité des canons de Latran IV. Son motif essentiel est la lutte contre la dissidence10. Elle abonde dans le champ lexical de la récolte et de la vigilance du pasteur, opposé à celui de la négligence de certains prélats et de la désobéissance des religieux cloîtrés. Elle invite à se rendre de porte en porte pour examiner les clercs. On notera que la figure de la vigilentia s’avère aussi fort présente dans les lettres de commissions royales concernant les enquêtes générales. Un second jalon est posé par la constitution Romana Ecclesia et son commentaire dans l’Apparatus de Sinibaldo Fieschi lui-même, qui s’attachent à la visite du métropolitain dans sa province, parce qu’elle pose des questions juridictionnelles11. Le déroulement de la visite est, en effet, tout entier sous-tendu par des questions de hiérarchie. Elle doit débuter par le ressort métropolitain, puis se consacrer à la cité, avec son chapitre cathédral, et enfin au reste du diocèse. Elle concerne toutes les paroisses sans exception, même si les commentateurs des Décrétales admettent qu’elle peut se limiter aux principales agglomérations, opérer par doyennés par exemple, et réunir les clercs en un lieu précis pour faciliter la tâche du visiteur. La visite, quand elle s’avère complète (plena visitare procuret), consiste à examiner non seulement l’état du clergé mais aussi celui des laïcs. Quant aux diocèses suffragants, ils la subissent selon un ordre tout théorique : d’abord les chapitres (cathédral et collégial), puis les églises, les monastères, les autres établissements (toute exemption devra être prouvée par un titre produit devant le prélat), et enfin les autres lieux religieux, les bénéfices qu’ils soient pauvres ou riches.

  • 12 P. Andrieu-Guitrancourt, L’archevêque Eudes Rigaud et la vie de l’Église au xiiie siècle d’après l (...)

5Le cadre normatif ainsi posé détermine les devoirs du visiteur lui-même. Le ministère de la parole, au premier chef, puisque le prélat se doit alors de prêcher au clergé et au peuple. L’enquête sur l’état des ministres du culte, en second lieu. Celle-ci repose sur une examinatio testium, qui déroge à la règle de la déposition sous serment, suivie de la monition du prélat, soit légère, soit sévère, en fonction des situations et du degré de culpabilité identifiés : si le cas est notoire, il ne nécessite pas d’aller plus avant dans la démarche probatoire, et le prélat a donc compétence pour le corriger ; s’il requiert une instruction, c’est alors l’ordinaire du lieu qui en aura la connaissance. C’est que la visite est éminemment soucieuse de hiérarchie juridictionnelle : elle ne décline en rien l’ordre commun, mais cherche à le consolider ou du moins à le préserver. On dispose pour le xiiie siècle des premiers jalons documentaires attestant sa pratique, les procès-verbaux de visites pastorales et leurs premiers recueils, dont, pour le royaume de France, celui d’Eudes Rigaud, archevêque de Rouen (1248-1275), et du cistercien Simon de Beaulieu, archevêque de Bourges (1281-1294)12.

  • 13 Oberste, Die Dokumente, op. cit. n. 9, p. 32-61 ; Id., Visitation und Ordensorganisation. Formen s (...)
  • 14 J.-B. Mahn, L’ordre cistercien et son gouvernement, des origines au milieu du xiiie siècle (1098-1 (...)
  • 15 Oberste, Die Dokumente, op. cit. n. 19, p. 34.
  • 16 Fl. Cygler, « Caractères et contenus de la communication au sein des ordres religieux au Moyen Âge (...)

6C’est aussi en ce même siècle que se généralise et se structure la visite dans les congrégations religieuses13. Elle paraît au sein d’un processus d’invention institutionnelle, et se trouve associée à l’élan réformateur qui marque une nouvelle génération de communautés monastiques. La méthode cistercienne, élaborée dans le courant du xiie siècle et érigée en modèle par la papauté à la fin du siècle, puis au concile de Latran IV (canon 12), articule ainsi la visite avec une instance de gouvernement et de délibération centrale ou provinciale : le chapitre14. Dès 1119-1123, c’est d’abord l’abbé qui la mène annuellement, en tant que père de la congrégation (Carta caritatis, statuts 7 et 8), avant qu’elle n’émane d’une instance collective et générale. Les Instituta de 1135 (c. 33) préconisent le secret pour le recueil des dénonciations, mais aussi la nécessité de leur vérification, ce qui suppose une enquête. Après le chapitre de 1193 et les Instituta generalis capituli (non datés), le chapitre général de 1212 parachève un dispositif éthique et institutionnel où chapitre et visite demeurent intimement liés15. Du reste, comme la préparation des décisions statutaires suppose la connaissance globale et précise de l’état des communautés, l’élément central de cette construction institutionnelle s’avère l’information et sa circulation16. Enfin, la fonction de visiteur elle-même se structure et en vient à susciter deux types de problèmes, puisqu’elle atteint la plénitude de l’autorité de l’abbé visité sur ses moines, et qu’elle nécessite elle-même un contrôle.

  • 17 D. Riche, « Les visites de l’ordre de Cluny », dans Comprendre le xiiie siècle, études offertes à (...)
  • 18 Dans le royaume de Castille : auj. Nájera, prov. La Rioja, Espagne.
  • 19 J. Havet, « Rapport adressé à l’abbé et au couvent de Cluny par Jimeno, ex-prieur de Notre-Dame de (...)
  • 20 Riche, « Les visites de l’ordre de Cluny », loc. cit. n. 17.

7L’exemple clunisien montre la diffusion de cette formule au xiiie siècle17. Elle procède du constat d’échec d’une visite conduite par le seul abbé de Cluny, dans le cadre de son regimen centralisé à l’origine. L’instance du chapitre général délègue donc des visitores. L’une de ses premières manifestations concerne le prieuré de Nájera18 en 1201-1215, mais son témoin documentaire ne comporte qu’une énumération de ses possessions et acquisitions19. Si la première visite clunisienne connue ne remonte en fait qu’à 1259, un ensemble de préconisations est déjà en place à l’orée du siècle, avec les statuts d’Hugues d’Anjou en 1200. Ceux de 1314, promulgués par Henri de Fautrières (1308-1319), en marquent l’aboutissement20. Un questionnaire précis destiné aux visiteurs s’est élaboré entretemps, tandis que des chambreries se sont constituées en ressorts dès le milieu du xiiie siècle, dont le nombre s’élève à une dizaine en 1260. Deux visiteurs, choisis parmi les prieurs, sont assignés à chacune d’entre elles. Ils voient s’accroître leur pouvoir de coercitio, non seulement dans leur mission de contrôle des comptes ou de vérification de la pratique religieuse et régulière, mais aussi du fait de leur fonction de représentation du gouvernement central de la congrégation.

  • 21 Oberste, Visitation, op. cit. n. 13, p. 160-209 ; Fl. Cygler, Das Generalkapitel im hohen Mittelal (...)
  • 22 Cartulaire de l’abbaye de Saint-Victor de Marseille, éd. M. Guérard, Paris, 1857, no 886. L. Guill (...)
  • 23 Diocèse de Rodez, auj. Vabres-L’Abbaye, Aveyron, cant. Saint-Affrique. Cartulaire de l’abbaye de V (...)
  • 24 Cartulaire de l’abbaye de Saint-Victor de Marseille, op. cit. n. 22, no 891 : relation de la visit (...)
  • 25 AD Bouches du Rhône, 1H 154, no 758 : visite de deux prieurs mandatés par l’abbé de Saint-Victor s (...)

8Comme l’ont mis en évidence les travaux de Jörg Oberste et de Florent Cygler, ce processus de construction institutionnelle de la visite concerne nombre de congrégations, tant les prémontrés, les chartreux21 que les autres bénédictins. À Saint-Victor de Marseille, les statuts de l’abbé Bonfils indiquent l’existence d’un officium visitationis en 1216 et 121822. Mais ne nous sont parvenus que des attestations fragmentaires de visites. Le 12 janvier 1218, ce même abbé inspecte ainsi le monastère de Vabres (Aveyron), rattaché aux victorins depuis les années 106023. Il mène une visitatio assortie d’une correctio, manifestant l’emprise de l’abbaye marseillaise sur cette dépendance périphérique24. L’acte qui en rend compte recourt au lexique de l’inspection (personnaliter venire, videntes occulata), au champ de la connaissance en justice (audita infamia ; réception de plaintes orales) et de la réforme (missive à l’évêque de Rodez insistant sur celle-ci). L’inquisitio s’exprime en un interrogatoire, la réception des serments, la rédaction d’un procès-verbal, une délibération avec des hommes sapientes (un évêque, maître Robertus). Puis vient l’admonitio et reformatio (precipimus), par laquelle il s’agit de rétablir la concordia, en ordonnant le déplacement de moines, la réorganisation des offices et de leur gestion. Ce même établissement de Vabres est à nouveau inspecté le 18 février 127125. Deux visiteurs recrutés parmi des prieurs opèrent alors, qui examinent observance et status, à l’appui d’un interrogatoire de l’abbé, de la monitio et inductio ad reformandum.

  • 26 Oberste, Visitation, op. cit. n. 13, p. 389-410, réflexion tirée du commentaire d’une lettre de Pi (...)
  • 27 Ibid. Nous préférons ne pas traduire cette expression qui renvoie à une instance et une modalité d (...)

9Cet exemple, malgré la pauvreté et la discontinuité de la documentation, caractérise la mise en œuvre d’une obedientia par le moyen de la visite. Celle-ci est assurément un acte de pouvoir, outil de déploiement et de restauration d’une emprise, mais elle en est aussi l’institutionnalisation, par la pérennisation et la reconnaissance de la sujétion qu’elle s’efforce de faire dire. Comme les travaux précédemment cités l’ont mis en évidence, ce sont des traits que partage l’enquête générale. Mais la visite au sein des ordres religieux procède également d’une reconsidération par les moines du cadre normatif et de sa hiérarchie. À partir du moment où, la norme essentielle demeurant la parole révélée, celle-ci coexiste avec une réglementation d’origine humaine, motivée par la charité et assurant son effectivité dans des contextes sociaux ou moments particuliers, le besoin s’impose d’un cadre décisionnel collectif et délibératif propre à encadrer les dérives potentielles des finitude et imperfection humaines26. Ce sera le chapitre général, tel que le conçoivent les cisterciens, indissociable de la visite comme instance de contrôle et d’application. En d’autres termes, comme l’a noté Jörg Oberste, on assiste à l’invention pragmatique d’un premier champ de l’Öffentlichkeit, seuil déterminant dans l’élaboration d’un nouvel ordonnancement du politique27.

10En cela, par leurs caractéristiques, leur relation à la mise en sujétion et au façonnage de communautés, leur caractère performatif et leur formalisation en partie tributaire du matériau procédural judiciaire, enquêtes générales et visites revêtent des traits similaires, sans doute parce qu’elles émanent de pouvoirs en voie de polarisation, cherchant à dépasser certaines contraintes liées à la finitude, qu’elle procède de la matière ou de l’esprit humain, et à institutionnaliser le contact. Tenir, à l’ère des monarchies ou des ordres, passe désormais par ces nouvelles méthodes de sujétion.

  • 28 N. Lemaitre, « Les visites pastorales témoins de la christianisation ? L’exemple du diocèse de Rod (...)
  • 29 Ordo ad visitandas parrochias : Le Pontifical romain au Moyen Âge, 3. Le Pontifical de Guillaume D (...)
  • 30 L. Delisle, « Visites pastorales de maître Henri de Vezelai, archidiacre d’Hiémois, en 1267 et 126 (...)
  • 31 Dejoux, Les enquêtes de Saint Louis, op. cit. n. 2, p. 127-128 notamment.

11Enquêtes générales et visites semblent œuvrer dans le même sens. Si elles se distinguent, c’est non dans leur finalité mais dans leurs relations à l’autorité qui les suscite. Ce qui fonde les missions d’enquêteur ou de visiteur éclaire ces spécificités. La visite est régulière, elle émane d’une institution : l’épiscopat (l’archidiaconat, le doyenné dans certains cas) ou bien le chapitre général. Elle est en cela structurellement attachée à une fonction. Pour l’évêque, c’est en effet un devoir inhérent à son pouvoir sacramentel et juridictionnel. Elle est outil de formation et d’information, elle est marque de sollicitude et de charité. Elle diffuse auprès du clergé local le matériau discursif, liturgique et normatif nécessaire à la pastorale et à l’économie du salut. Elle favorise une emprise non seulement idéologique sur le clergé, en insufflant idéaux et pratiques, tels que les synodes, mais aussi fiscale et matérielle, d’ordre territorial, ce qu’illustre la visite d’églises de périphéries diocésaines. Ensuite, elle structure la fonction épiscopale et la légitime en l’inscrivant à sa façon dans l’œuvre de prédication des apôtres, par exemple lorsque la figure de l’évêque visiteur prolonge l’itinérance du premier évangélisateur du diocèse28. Aussi la visite peut-elle se retrouver en écho dans l’hagiographie locale. Elle est certes un « acte liturgique », environné de rites de bénédiction, de confirmation, d’absolution, de consécration, de dédicace. En tout cela, il s’agit d’une tâche structurante, comme l’a perçu Guillaume Durand dans son Pontifical29. La visite est aussi attachée à d’autres offices et dignités, œuvrant il est vrai par délégation de l’autorité épiscopale. Il en est ainsi des doyens, dans le cadre des doyennés quand ils existent, ou des archidiacres, ce qu’illustre entre 1267 et 1268 Henri de Vézelai († c. 1281), archidiacre d’Hiémois, dans le diocèse de Bayeux30, personnage d’autant plus précieux qu’il exerce de conserve la fonction de visiteur et d’enquêteur royal. Avec le clerc Pierre de Vicinis, il œuvre pour Louis IX en tant que tel dans les sénéchaussées de Beaucaire et Carcassonne en 1259-126231.

  • 32 Nous nous fondons ici sur le corpus des lettres de commission royales pour la Provence angevine, p (...)

12En revanche, l’enquête générale est extraordinaire ; elle émane de la volonté du souverain et se fonde sur une lettre de commission ad hoc. Cela la distingue aussi pleinement des tournées générales et régulières de certains officiers, prévues statutairement, et par là plus proches de la visite. La lettre qui commet l’enquêteur général est la trace écrite de la parole royale32. Utilisant la première personne, en s’associant la reine quelquefois et en revêtant dès lors une dimension dynastique et non seulement personnelle, elle est montrée à l’appui des diverses interventions des commissaires, afin de contrer toute contestation en droit puisqu’elle est de l’ordre de la lieutenance. Aussi les commissaires participent-ils du corps royal. Leur personnalité propre se fond d’abord dans la compétence qui justifie que l’on recoure à eux : leur savoir juridique, leur expérience d’opérations précédentes, le savoir-faire lié à leur cursus dans une institution de contrôle, telles les chambres des comptes. Elle se dissout surtout dans la confiance que le souverain leur accorde, soit du fait de liens personnels (ses confesseurs, familiers, chapelains), soit de liens mémoriels avec la dynastie (comme on le perçoit quand ils sont recrutés parmi les proches d’un prince héritier défunt). L’enquêteur, c’est l’œil, l’oreille, le bras du roi ; le lexique qui évoque son action en témoigne à l’envi (videre, inspectare, quaerere, vigilentia et leurs antonymes quand le style de chancellerie joue de leur association). Enfin, dans sa dimension extraordinaire, la lettre de commission se doit de justifier la décision de l’enquête, elle expose des motifs à la fois éthiques et juridiques : la lutte contre les vices, la vigilance assoupie qu’il convient de réveiller, le mépris du droit et du statut des biens. Ils sont l’occasion d’invoquer le fondement du regimen monarchique : l’utilitas publica, le salut de l’âme du roi, le salut du royaume, autant de thèmes transparaissant parfois dans la visite, qui peut aussi se référer à l’utilitas Ecclesie et à la réforme morale (ad corrigendum vitia et plantandum virtutes, dit Guillaume Durand).

13L’enquêteur n’a pas le plus souvent de pouvoir de coercitio ou de punitio. À rebours, le visiteur, au moins dans la visite pastorale, est lui-même détenteur d’une capacité juridictionnelle. Il conclut la visite par des statuts et des injonctions. Sa fonction, émanation de sa charge, le pose en une source du jus. Certes, l’archevêque qui visite un diocèse suffragant ne connaît que des manquements notoires, et renvoie les autres devant la juridiction ordinaire. Assurément aussi, le visitor des congrégations monastiques s’en remet ensuite aux diffinitores et au chapitre général. En revanche, l’enquêteur n’agit jamais pleinement comme juge, à l’exception notable des procédures de réparation. On ne lui connaît pas de prononcé de sentence. En règle générale, sa potestas juridictionnelle n’est que fort rarement complète. Il instruit, il détient un pouvoir de contrainte, mais de lui ne relèvent ni coercitio ni punitio.

  • 33 L’étude de la dimension spatiale des phénomènes historiques connaît un net essor ces dernières ann (...)

14Enfin, enquêteur et visiteur entretiennent des relations différentes avec l’étendue où ils circulent33. Le visiteur voit sa déambulation contrainte. D’abord parce que sont réglementés l’ordre de la visite pastorale, les déplacements et le calendrier du visiteur : l’archevêque doit débuter par son diocèse métropolitain, l’évêque examiner successivement les communautés religieuses, chapitres et réguliers, puis les églises et les autres bénéfices. Se conformer à des passages obligés, mais uniques, est destiné à éviter les abus fiscaux liés aux procurations. Ensuite, parce que la visite est aussi un moment liturgique, qui plie l’espace de déambulation à sa propre didascalie. Elle s’opère à renfort d’entrées ritualisées, de prêches et d’offices célébrés par le prélat. La visite des réguliers adopte quant à elle une périodicité liée au calendrier liturgique et à la tenue du chapitre général. Pour sa part, l’enquêteur, à l’intérieur du cadre de sa commission, détermine son propre cheminement et son calendrier d’action. Il entretient un rapport pragmatique à l’étendue. Il construit lui-même sa liturgie au fil de son inspection, et sa procédure de manière empirique. Car la ritualité n’est pas non plus absente de cette opération.

  • 34 Chr. Guilleré, « Les visites pastorales en Tarraconaise à la fin du Moyen Âge (xive-xve siècle). L (...)
  • 35 A. Bruel, « Visites des monastères de l’ordre de Cluny de la province d’Auvergne, aux xiiie et xiv(...)

15La structure formelle de la visite fait montre d’une certaine variabilité, même si elle a tendance entre les xiiie et xive siècles à intégrer nombre d’éléments de la procédure d’enquête judiciaire, en particulier ce qui concerne l’examinatio testium adaptée à la visitatio hominum. Cependant, les procès-verbaux des visites des ordres religieux, autant que nous avons pu en juger, sont laconiques, et se prêtent difficilement à la comparaison avec l’ample déploiement des inventaires, reconnaissances et interrogatoires des enquêtes générales ou de certaines visites pastorales. La plupart des témoins de visites correspondent à un stade documentaire ultime et épuré, qui prend chez les clunisiens la forme quelque peu archaïque du rouleau jusqu’au xive siècle, et dont le discours s’avère fort composite. Après des précisions sur sa date (anno et die), la visite se plie au style de la relation de voyage et de la circulation (accessit ad, personnaliter visitavit – pour l’évêque –, visitavimus, visitaverunt – pour les visiteurs clunisiens)34. S’y juxtapose la rigueur du lexique de l’inquisitio testium et rerum et de sa formalisation, emprunté à la procédure judiciaire (interrogati dixerunt quod, Item dixerunt, testes jurati et interrogati dixerunt ; ou bien encore : inquisivit super statu ecclesie et parrochie). Enfin vient une terminologie relevant de l’inventaire notarié (invenit, Item invenit, dans le cadre de l’examinatio rerum ; ou bien l’énumération rapide du status des dépendances monastiques : apud castrum X sunt)35. Et la visite n’en est pas pour autant une forme, au contraire de l’enquête dont la pratique se confond avec la procédure.

16Pareille comparaison bute cependant sur un état documentaire fort différencié : la visite nous est souvent parvenue sous l’aspect de notes synthétiques, l’enquête sous celui de procès-verbal détaillé. Ce type de conservation revêt toutefois un sens précis. Ce qui importe à l’une est un état moral et matériel général, qu’un bref avis peut rapporter, à l’autre le détail d’un inventaire et la performance des déclarations et reconnaissances.

17En définitive, visite et enquête générale caractérisent un même moment de développement institutionnel, pour des principautés ou instances confrontées à leur propre expansion et à la nécessité d’approfondir leur emprise sur des populations, au risque de ne rien pouvoir en tirer, ni adhésion, ni conformité, ni contributions. Elles répondent à une question simple. Comment dépasser la distance physique entre le centre et la périphérie, en d’autres termes comment formaliser et institutionnaliser le contact, à l’ère du cheval et du papier ? Quand l’un des ressorts principaux du gouvernement consiste à observer et faire observer, se pose la nécessité d’une instance de surveillance, soit de la règle et du statut, soit de l’orthodoxie, par le moyen de l’identification du defectus et des manquements.

  • 36 Cette perspective, puisqu’elle insiste sur le processus, ne contredit en rien l’idée d’un sacré mé (...)
  • 37 O. Mattéoni, « Enquêtes, pouvoir princier et contrôle des hommes dans les territoires des ducs de (...)

18Au vrai, ce qui se joue dans ces pratiques relève de trois ordres. En premier lieu, rien de moins que la religion, au sens anthropologique du terme, en tant que processus de collecte et de mise en relation, au cœur de toute construction de communauté. Et la place qu’y occupe cet outil que l’on dénomme le sacré, ce qui sépare pour rassembler, et ce que son opération provoque dans l’ordre institutionnel : la prolifération des médiatisations36. À leur échelle, visite et enquête générale en tant que performances participent de ce processus de collecte et tentent de pallier les inconvénients de la multiplication des agents médiaux. En second lieu, la connaissance conçue non en tant que tension du sujet connaissant vers un objet, mais comme conformité du sujet à cet objet. Enquête et visite donnent en cela l’illusion à leurs instigateurs d’une emprise sur le réel, et à tous la certitude d’un ordre légitime. Elles jouent certes comme un mécanisme de sujétion ou de consentement à celui-ci37. Mais quand le faire dire de l’enquête et de la visite est aussi un faire croire, l’enjeu, pour tous les médiateurs tels les officiers, consiste non seulement à convaincre mais aussi à se convaincre. Ce processus, c’est ce que nous appelons parfois la culture administrative, ce savoir-faire qui renvoie à son patricien l’image de sa compétence, de son utilité et de sa légitimité, bref l’assurance de partager l’intimité du vrai. C’est qu’enquête et visite procèdent d’un univers intellectuel issu de la parole révélée, où la connaissance est possible parce que la raison humaine et le réel sont en continuité, que le monde est rationnel. Elles visent à la totalité, tout comme les sommes universitaires de droit et de théologie. Enquête et visite suscitent des processus de mise en cohérence juridique, car elles recèlent une opération performative d’instauration d’un ordre institutionnel. Toutes deux travaillent à un ordonnancement, ou plutôt, par leur caractère ponctuel, à une incessante remise en ordre. N’est-ce pas là d’ailleurs l’essence de l’acte de gouverner, dans la période qui nous occupe, que d’aucuns nomment aussi la paix ? Toutes deux à leur manière contribuent à accomplir les gouvernements en termes de révélation, de sagesse et de sollicitude. Celui qui gouverne est inspiré, il jouit de la certaine science, au moins en matière de droits, il œuvre dans l’amour et la charité. Il ordonne la réforme et la réparation.

  • 38 Nous ne citerons qu’un travail, mais dont le préambule définit précisément l’usage de l’itinéraire (...)
  • 39 Comme « monumentalisation », au sens de processus mémoriel affectant l’institution et sa productio (...)
  • 40 Il convient cependant de distinguer les rituels reposant sur la déambulation, qu’elle se pratique (...)

19Enquête et visite mettent enfin en jeu un troisième élément, la corrélation à l’étendue. La circulation n’est pas en soi un processus instituant. Les itinéraires, royaux notamment, qui avaient anciennement Suscité l’attention de l’histoire politique38, font aujourd’hui l’objet d’un regain d’intérêt, dans leur rapport aux constructions territoriales en particulier, en postulant que la déambulation est structurante. Ce lien résulte d’un processus qui participe de l’institutionnalisation, mais il n’est en rien mécanique. Vous aurez beau vous montrer de-ci de-là, fussiez-vous le roi ou le pape, un territoire n’émergera de cette déambulation qu’à deux conditions, toutes de durée : la mémoire et la relation, l’archive et le récit, propres à placer l’usage de l’étendue dans une réitération, par laquelle déplacement se fait chemin et l’entrelacs réseau39. La circulation est certes propre à l’instauration et à la restauration des liens personnels. Mais elle n’entretient en cela que lâches accointances avec le processus de territorialisation, à moins de sa ritualisation40. Les itinéraires royaux ou les séjours ne suscitent au mieux que des phénomènes de polarisation. C’est la durée et le rythme qui façonnent le territoire. Enquête et visite participent de ce processus d’appropriation, mais elles n’en sont qu’un élément, leur fonction institutionnelle essentielle n’est pas là.

20Au seuil de développement et d’expansion où les regimina parviennent au xiiie siècle, gouverner, c’est désormais forcément médiatiser, passer par l’autre, je veux parler de l’officier. Enquêter ou visiter, c’est emprunter le chemin inverse, revenir au même, j’entends le souverain ou son tenant-lieu. La nécessité de l’élément médial impose ce va-et-vient comme ressourcement de légitimité. Par là, visite et enquête offrent à l’institution en formation des instruments pour pallier ses faiblesses, ses limites au regard du contrôle social, son incapacité à surveiller de manière ordinaire ses agents, ses difficultés à maîtriser conceptuellement le territoire en archipel où elle se projette.

21Enquête générale et visite consistent à mettre en œuvre des procédés de connaissance destinés à rendre l’action possible. Celle-ci, par la réforme ou leur simple valeur performative, vise à une moralisation du réel, l’autre nom de la concorde, ce moment où l’esprit souffle sur la partie et l’achemine au tout. Car ce qui opère ici, ce sont bien la genèse et la pérennité de communautés. De plus, la déambulation qu’induisent enquête et visite pose la relation spatiale comme fondamentale. En la matière, il me semble que c’est moins l’espace qui est en jeu que son institutionnalisation, ou si l’on préfère, la durée. Enquête et visite questionnent la mise au point de nouvelles formes d’appropriation et de connaissance de l’étendue, la genèse d’un trope in absentia, plutôt que l’émergence de leur objet. Sur ce dernier point, l’enquête générale, dans sa formalisation, nous apparaît plus aboutie que la visite. Dans son accumulation normalisée de données localisées, elle suggère une cartographie en cours d’élaboration. C’est peut-être bien là l’un des enjeux principaux de ce genre de pratique. Se doter d’une information à la fois complète et capable d’appréhender le plus finement les réalités locales, jusqu’au village, à la tenure, à l’église, et au niveau élémentaire de la vie sociale. Comme si l’enquête générale se posait en préfiguration d’une cartographie, une première manière de se représenter globalement une principauté à très grande échelle, ou plus justement l’espace du pouvoir s’exerçant sur les terres et les hommes qui la composent. Ces procédures constitueraient donc une voie spécifique dans l’élaboration des outils de représentation et de conceptualisation de l’étendue. Une carte non spatialisée en quelque sorte. Ou bien plutôt un document qui cadre, encadre et localise les données d’un territoire politique et administratif dans sa propre mise en forme. La formalisation des procès-verbaux de l’enquête ne serait pas ainsi seulement une manière de rendre l’archive aisément lisible et utilisable. Car elle participe aussi d’une volonté de mise à l’échelle, de représentation fidèle et uniforme, transposable et comparable. Bref, elle construit quelque chose de propre, à côté de ce qui est visité, et qui en rend compte. Aussi le déplacement qui est en jeu n’est-il point seulement celui de l’enquêteur arpentant les terres de son maître. Il est de l’ordre de la figure de style, celui de la métaphore et de la métonymie, principes mêmes de toute rhétorique cartographique.

Notes

1 Cl. Gauvard, « Introduction », Quand gouverner, c’est enquêter. Les pratiques politiques de l’enquête princière, Occident, xiiie-xive siècles. Colloque international d’Aix-en-Provence et Marseille, 19-21 mars 2009, éd. Th. Pécout, Paris, 2010, p. 9-19.

2 M. Dejoux, Les enquêtes de Saint Louis, gouverner et sauver son âme, Paris, 2014, p. 2-9. Sur les procédures de contrôle des officiers, qui relèvent en bonne part de la réparation : R. Telliez, Per potenciam officii. Les officiers devant la justice dans le royaume de France au xive siècle, Paris, 2005.

3 Malgré les efforts déjà accomplis pour une histoire comparée des ordres religieux : Fl. Cygler, « Pour une approche comparée des normes et de l’organisation de la vie régulière au Moyen Âge : quelques pistes », Mittelalterliche Orden und Klöster im Vergleich. Methodische Ansätze und Perspektiven, éd. G. Melville et A. Müller, Münster, 2007, p. 163-186.

4 Quand gouverner, c’est enquêter, op. cit. n. 1 ; Du castrum au registre et vice-versa. L’enquête générale en Provence angevine, fin xiiie-fin xive siècle, éd. Th. Pécout, Rives méditerranéennes, 37 (2010) ; Th. Pécout, « La déambulation comme mode de gouvernement. L’enquête princière générale en Provence angevine, xiiie-xive siècle », dans Des sociétés en mouvement. Migrations et mobilité au Moyen Âge, XLe Congrès de la SHMESP, Nice, 4-7 juin 2009, Paris, 2010, p. 295-314 ; Id., « Indagatio diligens et solers inquisitio. L’enquête princière, domaniale et de réformation : France actuelle, Provence angevine, xiiie-xive siècle », dans Inquirir na Idade Media : espaços, protagonistas e poderes (séculos xiii-xiv). Tributo a Luís Krus, éd. A. Aguiar Andrade, J. L. Inglês Fontes, Lisbonne, 2015, p. 47-77 ; R. Telliez, « Le contrôle des officiers en France à la fin du Moyen Âge : une priorité pour le pouvoir ? », dans Contrôler les agents du pouvoir, Actes du colloque organisé par l’EA Histoire comparée des pouvoirs, Université de Marne-la-Vallée, 30, 31 mai et 1er juin 2002, éd. L. Feller, Limoges, 2004, p. 191-209 ; L’enquête au Moyen Âge, éd. Cl. Gauvard, Paris/Rome, 2008.

5 A. Andrade, « Les enquêtes royales au Portugal, 1220-1343 », Quand gouverner, c’est enquêter, op. cit. n. 1, p. 23-42 ; Inquirir na Idade Média, op. cit. n. 4 ; M. Dejoux, « Mener une enquête générale, pratiques et méthodes : l’exemple de la tournée ordonnée par Louis IX en Languedoc à l’hiver 1247-1248 », dans Quand gouverner, c’est enquêter, op. cit. n. 1, p. 133-155 ; Ead., Les enquêtes de Saint Louis, op. cit. n. 2 ; G. Chenard, « Les enquêtes administratives dans les domaines d’Alphonse de Poitiers », dans Quand gouverner, c’est enquêter, op. cit. n. 1, p. 157-168. Pour le royaume angevin de Naples, qui ne paraît pas avoir connu de procédures générales comparables à celles de la Provence mentionnées à la note ci-dessous : Ed. Sthamer, « Bruchstücke mittelalterlicher Enqueten aus Unteritalien », réimpr. dans Beiträge zur Verfassungs-und Verwaltungsgeschichte des Königsreichs Sizilien im Mittelalter, éd. H. Houben, Aalen, 1994, p. 553-656 ; E. Pontieri, « Per una inquisitio a Messina del 1273 », dans Id., Ricerche sulla crisi della monarchia siciliana nel secolo xiii , Naples, 1942, p. 257-275 ; S. Morelli, « “Ad extirpanda vitia” : normativa regia e sistemi di controllo sul fonzionariato nella prima età angioina », Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge, 109/2 (1997), p. 463-475. Les enquêtes éditées par Stefano Palmieri tirées des Fascicoli des archives napolitaines et menées en 1273-1274, 1277 et en 1278-1279, pour la Basilicate, ne sont pas des enquêtes générales : I Fascicoli della cancelleria angioina ricostruiti dagli archivisti napoletani, 2. Le Inchieste di Carlo I in Basilicata (1273-1279), Naples, 2004.

6 Sur les enquêtes générales dans la Provence angevine, outre les travaux cités ci-dessus : Éd. Baratier, Enquêtes sur les droits et revenus de Charles Ier d’Anjou en Provence (1252 et 1278), Paris, 1969 ; J.-P. Boyer, « Construire l’État en Provence. Les enquêtes administratives (mi xiiie siècle-mi xive siècle) », dans Des principautés aux régions dans l’espace européen, Lyon, 1994, p. 1-26 ; L’enquête générale de Leopardo da Foligno en Provence orientale (avril-juin 1333), dir. Th. Pécout, éd. G. Butaud, M. Bouiron, P. Jansen, A. Venturini, Paris, 2008, p. XI-XXV et XXXIX-LXXXIX, avec bibliographie et historiographie ; L’enquête générale de Leopardo da Foligno dans la viguerie de Tarascon (janvier-février 1332), dir. Th. Pécout, éd. C. Portier-Martin, Paris, 2010 ; L’enquête générale de Leopardo da Foligno en Provence centrale (novembre-décembre 1332 et juin-août 1333), dir. Th. Pécout, éd. Fr. Michaud, Cl. Roux, L. Verdon, Paris, 2011 ; L’enquête générale de Leopardo da Foligno dans la baillie de Digne (septembre-octobre 1332), dir. Th. Pécout, éd. M. Hébert, Paris, 2012 ; L’enquête générale de Leopardo da Foligno dans la viguerie de Draguignan (janvier-mars 1333), dir. Th. Pécout, éd. G. et G. Giordanengo, Paris, 2013 ; L’enquête générale de Leopardo da Foligno en Provence occidentale (octobre 1331 et septembre-décembre 1333), dir. Th. Pécout, éd. É. Anheim, S. Balossino, B. Beaucage, N. Coulet, Fl. Mazel, Chr. Portier-Martin, L. Stouff. Paris, 2013 ; L’enquête générale de Leopardo da Foligno en basse Provence (mars-mai 1332), dir. Th. Pécout éd. J.-L. Bonnaud, S. Burri, J. Drendel, Él. Sauze, Paris, 2014 ; L’enquête générale de Leopardo da Foligno en Provence (1332-1334) : réformation et vérifications, dir. Th. Pécout, éd. J.-P. Boyer, Ch. Beck, G. Butaud, M. Hébert, D. L. Smail, A. Venturini, Paris, 2015 ; L’enquête générale de Leopardo da Foligno dans le comté de Forcalquier (juin-septembre 1332), dir. Th. Pécout, éd. Ph. Bernardi, J.-L. Bonnaud, M. Cassioli, A. Mailloux, J. Stephan, Él. Sauze, V. Theis Paris, 2016 ; L’enquête générale de Charles II en Provence (1297-1299), Paris, 2017, dir. Th. Pécout, éd. M. Bouiron, P. Buffo, Chr. Gadrat, J. Lassalle, A. Olivieri, Fr. Otchakovski-Laurens, R. Rao, Él. Sauze, J. Sibon ; Th. Pécout, « Une quatrième enquête générale en Provence ? L’enquête du sénéchal Foulque d’Agoult en 1364-1365 », Rives méditerranéennes, 37 (2010), p. 87-97 ; Id., « Une première enquête sur les officiers dans le comté de Provence ? Arles, 1255 », Provence historique, 61 (2011), p. 471-481.

7 « Les enquêtes en Grande-Bretagne, xie-xxe siècle : savoirs et instruments de gouvernement – Surveys in Great Britain, 11th-20th Centuries : Knowledge and Instruments of Government », Paris, LaMOP, 17-18 octobre 2013.

8 Decretum Gratiani, C. 10, q. 1, c. 9-12 ; Hincmar de Reims, Capitula episcoporum, 2, éd. R. Pokorky et M. Stratmann, Hanovre, 1995 (MGH, Capitula episcoporum, 2), p. 45, premier chapitre du capitulaire concernant l’enquête à conduire dans les églises des paroisses (matrices ecclesias) et les chapelles (852) ; Réginon de Prüm, Libri duo de synodalibus causis et disciplinis ecclesiasticis, éd. F. J. A. Wasserschleben, Leipzig, 1840, et PL, 132, col. 185-370 ; M. Stratmann, Hinkmar von Reims als Verwalter von Bistum und Kirchenprovinz, Sigmaringen, 1991 ; S. Patzold, « Den Raum der Diözese modellieren ? Zum Eigenkirchen-Konzept und zu den Grenzen der potestas episcopalis im Karolingerreich », dans Les élites et leurs espaces. Mobilité, rayonnement, domination ( vie-xie siècle), éd. Ph. Depreux, Fr. Bougard et R. Le Jan, Turnhout, 2007, p. 225-245.

9 L’injonction de visite puise son inspiration chez l’apôtre Paul (1 Tm 3, 2 Tm 1 et 2, sur les devoirs de l’épiscope ; Tt, sur l’Église de Crète) et chez les Pères (notamment à partir de la figure de Martin proposée par Sulpice Sévère), mais c’est à partir de la législation carolingienne qu’elle revêt le sens d’un contrôle de visu, s’attachant à l’examen du clergé et aux déviances des laïcs (voir le capitulaire de Toulouse en 844). J. Gaudemet, Le gouvernement de l’Église à l’époque classique, 2. Le gouvernement local, Paris, 1979, p. 28-30 et 130-134 ; J. Hourlier, L’âge classique (1140-1378). Les religieux, Paris, 1974 (Histoire du droit et des institutions de l’Église en Occident, 10), p. 389-392. La visite pastorale et dans les ordres religieux a bénéficié d’amples présentations bibliographiques et historiographiques, d’où nous avons tiré le cadre de mise en place de cette pratique : N. Coulet, Les visites pastorales, Turnhout, 1977 (mis à jour en 1985), assorti du Répertoire des visites pastorales de la France, 1re sér., Anciens diocèses (jusqu’en 1790), Paris, 1977-1985 (avec des Corrections et compléments par Marc Vénard en 2006) ; J. Oberste, Die Dokumente der Klösterlichen Visitationen, Turnhout, 1999, notamment p. 32-61. Pour la visite pastorale en Provence, bien plus étudiée que les visites monastiques, parmi d’autres travaux du même auteur : N. Coulet, « Au miroir des visites pastorales : les villages du diocèse d’Aix-en-Provence xive-xve siècle », Cahiers de Fanjeaux, 40 (2006), [L’église au village. Lieux, formes et enjeux des pratiques religieuses], p. 121-139 ; Id., « Visite canonique des dépendances de Saint-Victor en 1527 », Provence historique, 61 (2011), p. 339-351. Hors du diocèse d’Aix, les visites pastorales médiévales ne sont connues en Provence que par de brèves mentions. Nous nous sommes penchés plus précisément sur les visites pastorales entreprises entre 1340 et 1346 par l’archevêque d’Aix (coll. privée, 136 folios, transcription obligeamment transmise par Élisabeth Sauze), auxquelles Noël Coulet a aussi recouru dans ses travaux.

10 P. Presutti, Regesta Honorii Papae III, Rome, 1888, no 2268. La visite est désormais l’un des principaux instruments de réforme des communautés religieuses (Latran IV, c. 12).

11 Romana Ecclesia : VI 3. 20. 1. C. R. Cheney, Episcopal Visitation of Monasteries in the Thirteenth Century, Manchester, 1931, 2e éd. 1983, p. 18-53.

12 P. Andrieu-Guitrancourt, L’archevêque Eudes Rigaud et la vie de l’Église au xiiie siècle d’après le regestrum visitationum, Paris, 1938, notamment p. 113-248 ; J. de Bascher, « La chronologie des visites pastorales de Simon de Beaulieu, archevêque de Bourges, dans la première et la deuxième Aquitaine à la fin du xiiie siècle », Revue d’histoire de l’Église de France, 58 (1972), p. 73-89.

13 Oberste, Die Dokumente, op. cit. n. 9, p. 32-61 ; Id., Visitation und Ordensorganisation. Formen sozialer Normierung, Kontrolle und Kommunikation bei Zisterziensern, Prämonstratensern und Cluniazensern (12.-frühes 14. Jahrhundert), Münster, 1996.

14 J.-B. Mahn, L’ordre cistercien et son gouvernement, des origines au milieu du xiiie siècle (1098-1265), Paris, 1945, p. 217-224 ; Oberste, Visitation, op. cit. n. 13, p. 65-159.

15 Oberste, Die Dokumente, op. cit. n. 19, p. 34.

16 Fl. Cygler, « Caractères et contenus de la communication au sein des ordres religieux au Moyen Âge : les transferts internes d’informations », dans Die Ordnung der Kommunikation und die Kommunikation der Ordnungen, 1. Netzwerke : Klöster und Orden im Europa des 12. und 13. Jahrhunderts, éd. Cr. Andenna, Kl. Herbers, G. Melville, Stuttgart, 2012, p. 77-90.

17 D. Riche, « Les visites de l’ordre de Cluny », dans Comprendre le xiiie siècle, études offertes à M.-T. Lorcin, éd. P. Guichard et D. Alexandre-Bidon, Lyon, 1995, p. 111-118. Oberste, Visitation, op. cit. n. 13, p. 279-309 et 324-374. Fl. Cygler, « L’ordre de Cluny et les rebelliones au xiiie siècle », Francia, 19/1 (1992), p. 61-93.

18 Dans le royaume de Castille : auj. Nájera, prov. La Rioja, Espagne.

19 J. Havet, « Rapport adressé à l’abbé et au couvent de Cluny par Jimeno, ex-prieur de Notre-Dame de Najera (Espagne), sur sa gestion (premières années du xiiie siècle) », Bibliothèque de l’École des chartes, 44 (1883), p. 169-178.

20 Riche, « Les visites de l’ordre de Cluny », loc. cit. n. 17.

21 Oberste, Visitation, op. cit. n. 13, p. 160-209 ; Fl. Cygler, Das Generalkapitel im hohen Mittelalter. Zisterzienser, Prämonstratenser, Kartäuser und Cluniazenser, Münster, 2002, p. 143-193 et 214-313 ; Fl. Cygler, G. Melville, J. Oberste, « Aspekte zur Verbindung von Organisation und Schriftlichkeit im Ordenswesen ein Vergleich zwischen den Zisterziensern und Cluniazensern des 12./13. Jahrhunderts », dans Viva Vox und Ratio scripta. Mündliche und schriftliche Kommunikationsformen im Mönchtum des Mittelalters, éd. Cl. M. Kasper et Kl. Schreiner, Münster, 1997, p. 205-280.

22 Cartulaire de l’abbaye de Saint-Victor de Marseille, éd. M. Guérard, Paris, 1857, no 886. L. Guilloreau, « Les statuts de réformation de Maynier et de Raymond Lordet, abbés de Saint-Victor de Marseille (novembre 1202-1288) », Revue Mabillon, 6 (1910-1911), p. 86-88 ; E. Magnani Soares-Christen, Monastères et aristocratie en Provence, milieu xe-début xiie siècle, Münster, 1999, p. 282-283. Je renvoie sur cette diffusion à mes remarques et à la bibliographie dans « La déambulation comme mode de gouvernement. L’enquête princière générale en Provence angevine, xiiie-xive siècle », Des sociétés en mouvement, op. cit. n. 4, p. 295-314.

23 Diocèse de Rodez, auj. Vabres-L’Abbaye, Aveyron, cant. Saint-Affrique. Cartulaire de l’abbaye de Vabres au diocèse de Rodez, essai de reconstitution d’un document disparu, éd. Ét. Fournial, Saint-Étienne, 1989 ; S. Causse-Touratier, Le temporel de l’abbaye de Vabres aux alentours de l’an Mil, Rodez, 1989.

24 Cartulaire de l’abbaye de Saint-Victor de Marseille, op. cit. n. 22, no 891 : relation de la visite de l’abbaye de Vabres. L’abbé Bonfils inspecte visuellement les lieux (personaliter venissemus, videntes occulata), mène une inquisitio, reçoit les serments de l’abbé du lieu, du prieur et des moines, entend les plaintes ou dénonciations (audita infamia), conduit les auditions et veille à la mise par écrit des dépositions, prend conseil d’hommes sapientes, dont l’évêque de Castres et un maître Robertus. L’évêque de Rodez, Pierre (1211-1234), en déplacement vers Toulouse, a recommandé par courrier à l’abbé de Saint-Victor de réformer l’abbaye (correctio).

25 AD Bouches du Rhône, 1H 154, no 758 : visite de deux prieurs mandatés par l’abbé de Saint-Victor sur l’observance en matière spirituelle et temporelle ; l’abbé de Vabres doit déposer devant eux de statu personarum et monasterii Vabrensis (respondit quod fratres et monachi devote Deo serviunt, honeste vivunt et humiliter sibi hobediunt), les comptes sont examinés (acquisitions, endettement), ainsi que d’éventuels diffectus ; la procédure est suivie de la monitio et inductio. En revanche, en 1276, on a affaire à une citation à comparaître de l’abbé de Castres, et non d’une visite comme l’indique l’inventaire (1H 158, no 778) et comme nous l’avions mentionné à tort (Pécout, « La déambulation comme mode de gouvernement », loc. cit. n. 4).

26 Oberste, Visitation, op. cit. n. 13, p. 389-410, réflexion tirée du commentaire d’une lettre de Pierre le Vénérable vers 1127, distinguant dans l’ordre de la norme ce qui relève des immobilia et des mobilia.

27 Ibid. Nous préférons ne pas traduire cette expression qui renvoie à une instance et une modalité d’exercice de la raison, mais sûrement pas à un élément d’ordre spatial.

28 N. Lemaitre, « Les visites pastorales témoins de la christianisation ? L’exemple du diocèse de Rodez, du début du xive au milieu du xviiie siècle », dans La christianisation des campagnes. Actes du colloque du CIHEC, 1994, éd. J.-P. Massaut, M.-E. Henneau, vol. 1, Bruxelles/Rome, 1996, p. 199-220.

29 Ordo ad visitandas parrochias : Le Pontifical romain au Moyen Âge, 3. Le Pontifical de Guillaume Durand, éd. M. Andrieu, Cité du Vatican, 1940, p. 623-627. La visite, c’est la loi du genre, est ici inscrite dans une ritualité, mais dans les six raisons invoquées d’emblée par l’évêque devant le clergé et le peuple se mêlent les devoirs et prérogatives que seul le prélat peut accomplir, à la surveillance qu’il se doit d’exercer sur l’état matériel et spirituel des églises paroissiales. L’enquête et sa terminologie sont bien présentes (diligenter de plano inquirit, ponctue le passage).

30 L. Delisle, « Visites pastorales de maître Henri de Vezelai, archidiacre d’Hiémois, en 1267 et 1268 », Bibliothèque de l’École des chartes, 54 (1893), p. 457-467.

31 Dejoux, Les enquêtes de Saint Louis, op. cit. n. 2, p. 127-128 notamment.

32 Nous nous fondons ici sur le corpus des lettres de commission royales pour la Provence angevine, présenté dans Th. Pécout, « La déambulation comme mode de gouvernement », loc. cit. n. 4 et « Indagatio diligens et solers inquisitio », dont on trouvera les diverses éditions dans les travaux cités supra n. 5, et sur ceux de Marie Dejoux à propos des Capétiens.

33 L’étude de la dimension spatiale des phénomènes historiques connaît un net essor ces dernières années. Encore qu’il convienne sur ce point de s’entendre sur des notions dont l’emploi se généralise parfois de manière cacophonique. L’étendue est une contrainte pesant sur les sociétés et les individus, qui se manifeste par une consommation de temps et d’énergie. L’homme la vit en termes de distance et s’efforce de la saisir sur le mode de la mesure. L’espace est soit une forme d’appréhension du réel qui s’efforce de placer les objets dans l’étendue, en l’articulant avec les notions d’intervalle et de discontinuité, soit son échec, quand il renvoie à l’inconnaissable et à l’incommensurable. Le territoire est un acte de pouvoir consistant par la mesure à trancher dans un entrelacs de relations dans l’étendue et à leur imposer une forme sociale, politique et culturelle. La territorialisation et la polarisation désignent deux manifestations de ce processus d’appropriation. Au terme de déterritorialisation, je préfère celui de dématérialisation du territoire, au risque sinon de confondre ce dernier avec l’étendue. Je suis sceptique en revanche sur la pertinence de la notion de spatialisation qui désignerait l’inscription dans l’espace d’un phénomène qui ne s’y serait pas trouvé antérieurement. On peut à mon sens se passer de ce concept mou. Sur la prééminence de la polarisation dans les représentations médiévales de l’étendue : A. Guerreau, « Quelques caractères spécifiques de l’espace féodal européen », dans L’État ou le roi. Les fondements de la modernité monarchique en France ( xive-xviie siècles), éd. N. Bulst, R. Descimon, A. Guerreau, Paris, 1996, p. 85-101.

34 Chr. Guilleré, « Les visites pastorales en Tarraconaise à la fin du Moyen Âge (xive-xve siècle). L’exemple du diocèse de Gérone », Mélanges de la Casa de Velázquez, 19 (1983), p. 125-167.

35 A. Bruel, « Visites des monastères de l’ordre de Cluny de la province d’Auvergne, aux xiiie et xive siècles », Bibliothèque de l’École des chartes, 52 (1891), p. 64-117, entre 1280 et 1331.

36 Cette perspective, puisqu’elle insiste sur le processus, ne contredit en rien l’idée d’un sacré médiéval comme résultant d’un acte ou geste de sacralisation : J.-Cl. Schmitt, « La notion de sacré et son application à l’histoire du christianisme médiéval », Les Cahiers du Centre de recherches historiques, 9 (1992), p. 15-20.

37 O. Mattéoni, « Enquêtes, pouvoir princier et contrôle des hommes dans les territoires des ducs de Bourbon (milieu xive siècle-début du xvie siècle) », dans L’enquête au Moyen Âge, op. cit. n. 4, repris dans Id., Institutions et pouvoirs en France, xive-xve siècles, Paris, 2010, p. 224-254.

38 Nous ne citerons qu’un travail, mais dont le préambule définit précisément l’usage de l’itinéraire dans l’établissement des faits : J. Viard, « Itinéraire de Philippe VI de Valois », Bibliothèque de l’École des chartes, 74 (1913), p. 74-128.

39 Comme « monumentalisation », au sens de processus mémoriel affectant l’institution et sa production écrite, ce mouvement est similaire à celui qui opère au niveau du lieu religieux et de sa forme matérielle, telle l’église, et que Dominique Iogna-Prat nomme « pétrification » : D. Iogna-Prat, La Maison Dieu : Une histoire monumentale de l’Église au Moyen Âge (v. 800-v. 1200), Paris, 2006.

40 Il convient cependant de distinguer les rituels reposant sur la déambulation, qu’elle se pratique au sein d’une cité (la liturgie stationnale) ou d’un sanctuaire, ou encore dans le cadre de processions, de ceux consistant à consacrer des lieux : V. Saxer, « L’utilisation par la liturgie de l’espace urbain et suburbain : l’exemple de Rome dans l’Antiquité et le haut Moyen Âge », dans Actes du XIe congrès international d’archéologie chrétienne (Lyon, Vienne, Genève et Aoste, 21-28 septembre 1986), 2, Paris/Rome, 1989, p. 915-1032 ; M. Lauwers et L. Ripart, « Représentation et gestion de l’espace dans l’Occident médiéval », dans Rome et la genèse de l’État moderne : une comparaison typologique. Actes du colloque de Rome, 31 janvier-2 février 2002, éd. J.-Ph. Genet, Rome, 2007, p. 115-171 ; M. Lauwers, « Consécration d’églises, réforme et ecclésiologie monastique. Recherches sur les chartes de consécration provençales du xie siècle », dans Mises en scène et mémoires de la consécration d’église au Moyen Âge, éd. D. Méhu, Turnhout, 2007, p. 93-142.

© Éditions de la Sorbonne, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540