Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Gouverner les hommes, gouverner les âmes

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Les moyens du gouvernement

Gouverner en mouvement

Le pouvoir itinérant dans le Maghreb mérinide (milieu du xive siècle) / Itinerant Power in the Maghreb of the Merinides (Middle of the 14th Century)

Governing on the Move

Yassir Benhima

Résumé

L’itinérance des souverains maghrébins à l’époque médiévale a été rarement appréhendée en tant que forme de gouvernement. Cette étude analyse justement, à travers l’exemple des sultans mérinides, les modalités du gouvernement déployées dans les cycles d’itinérance royale. L’attention est d’abord portée sur les supports narratifs de l’itinérance souveraine au milieu du xive siècle, dont la variété est nourrie par la centralité de la chancellerie dans les arcanes du pouvoir central. À travers une terminologie variée, la narration de l’itinérance met en avant les registres du voyage (riḥla, safar) et du mouvement (ḥaraka). La description du campement royal, rouage essentiel dans l’itinérance souveraine, atteste un dispositif sophistiqué et matériellement complexe. Il est par ailleurs nécessaire pour pouvoir gouverner en mouvement, permettant au souverain de remplir une triple fonction : servir de modèle d’exemplarité ; inspecter, contrôler et juger ; enfin, commémorer ou construire les lieux de sa propre mémoire.

This study looks at a rarely apprehended aspect of the itinerant Maghreban courts, the idea that movement was a form of government. It looks the example of the Merinide sultans, to show how the courts, embarked on their cycles of wanderings, governed. First, the study considers narrative renderings of the wanderings of the sovereign in the middle of the 14th century. These are of some variety and show the importance of the chancellery in the mysterious activities of the central power. The narrative employs a varied terminology, with vocabulary referring to travel (riḥla, safar) and movement (ḥaraka). The description of the royal encampment, a mobile wandering court, shows a materially complex, highly sophisticated system in action, without which it would be impossible to govern while on the move. This system enabled the sovereign to fulfill a threefold function: firstly, to serve as an exemplary model, secondly to inspect, check and judge, and finally to commemorate or to construct his own sites of memory.

Texte intégral

  • 1 Voir notamment les travaux de Jacqueline Dakhlia, « Dans la mouvance du prince. La symbolique du p (...)
  • 2 On peut citer notamment les quelques lignes accordées à la maḥalla ḥafṣide par R. Brunschvig, La B (...)
  • 3 M. Ghouirgate, L’ordre almohade (1120-1269). Une nouvelle lecture anthropologique, Toulouse, 2014, (...)
  • 4 A. K. Bennison, « Drums, Banners and Baraka: Symbols of Authority during the First Century of Marī (...)

1L’itinérance du pouvoir politique est un topos de l’histoire du Maghreb qui a été peu envisagé pour la période médiévale. Considérée comme une forme typique des rapports entre le centre et la périphérie dans le Maghreb précolonial (surtout dans la Tunisie ottomane ou le Maroc ‘alawite)1, cette itinérance impliquait l’organisation périodique d’expéditions du souverain vers les zones marginales, afin d’en assurer le contrôle et la fidélité. Dans le domaine des études médiévales, si le phénomène est connu depuis très longtemps2, ce n’est que récemment qu’il a attiré l’attention des chercheurs, le plus souvent dans une approche d’anthropologie historique. Une telle lecture, comme celle adoptée par Mehdi Ghouirgate pour l’époque almohade3 ou par Amira Bennison pour la période mérinide4, insiste sur la dimension symbolique du prince qui se donne à voir, en itinérance, à travers un rituel de cour savamment orchestré. Ce point de vue ne sera pas abordé ici pour privilégier, à travers une approche plutôt philologique, l’examen des manifestations du gouvernement des espaces lors des épisodes d’itinérance.

  • 5 La principale étude sur l’histoire politique des Mérinides demeure M. Kably, Société, pouvoir et r (...)

2Cette étude repose par ailleurs sur une documentation riche qui fait de la mobilité sultanienne son objet principal. En effet, dans un laps de temps assez court (de 1344 à 1357), les itinérances des sultans mérinides et nasride ont fait l’objet de quatre textes – trois textes mérinides et un nasride. Ainsi, dans cette présentation, il est indispensable dans un premier temps de scruter les manifestations de la narration de la mobilité princière en Occident musulman avant d’évoquer les structures matérielles de l’itinérance et, en dernier lieu, de montrer en quoi consistait ce gouvernement en mouvement dans l’espace mérinide au milieu du xive siècle, durant une période cruciale de l’histoire de la dynastie5.

La mobilité au prisme de la narration

  • 6 Sur l’historiographie mérinide, l’étude de référence demeure M. Shatzmiller, L’historiographie mér (...)
  • 7 Voir par exemple P. Buresi et H. El Aallaoui, Gouverner l’Empire. La nomination des fonctionnaires (...)
  • 8 Sur la chancellerie mérinide, S. Gubert, « Pratiques diplomatiques marinides (xiiie-xve siècles) » (...)
  • 9 Ibn Al-Ḫaṭīb, Ḫaṭrat al-ṭayf fī rihlat al-šitā’ wa al-ṣayf, éd. Aḥmad al-‘Abbādī, Beyrouth, 2003.

3La mise en récit de l’itinérance intervient dans un contexte historiographique particulier. Chez les Mérinides, l’intense activité d’écriture dans l’entourage du prince, vers le milieu du xive siècle, se décline de moins en moins sous la forme de la chronique ou des annales6. Cette diversification des genres narratifs témoigne d’une évolution dans les modes de l’écriture de l’histoire au détriment de la chronique classique (telle qu’on la connaît pour l’époque almohade et au début de l’époque mérinide), qui n’est plus la forme privilégiée. Cette évolution est le résultat d’une diffusion de plus en plus forte des standards de l’écriture de la chancellerie (kitāba), devenue en ce milieu du xive siècle un élément crucial de la vie politique et du processus de gouvernement. À la différence de l’époque almohade où les secrétaires travaillaient dans l’ombre au service de l’idéologie officielle et de ses applications politique et administrative7, la kitāba devient très souvent, dans les milieux mérinides ou chez leurs voisins nasrides, l’antichambre du pouvoir, permettant parfois d’accéder aux plus hautes fonctions du vizirat8. En témoigne la trajectoire personnelle d’Ibn al-Ḫaṭīb (1313-1375), le plus grand prosateur andalou de son temps, qui, après avoir gravi tous les échelons de la chancellerie, a pu devenir vizir du sultan nasride Muḥammad V (1354-59 et 1362-91). L’auteur andalou avait par ailleurs consacré à l’itinérance souveraine un texte de jeunesse, écrit quand il fut nommé secrétaire personnel du sultan Yūsuf Ier (1333-54). C’est en cette qualité qu’Ibn al-Ḫaṭīb accompagna en 1347 le sultan nasride dans l’un de ses voyages dans la partie orientale du royaume de Grenade pour inspecter l’état des défenses et veiller au bon fonctionnement de l’administration provinciale ; il en rendit compte dans un court récit de voyage (riḥla), intitulé Ḫaṭrat al-ṭayf9.

  • 10 Plusieurs études ont traité de la biographie et des œuvres d’Ibn al-Ḥāğğ al-Numayrī : J. F. P. Hop (...)
  • 11 Ibid. L’année de sa mort n’est pas connue, mais elle se situe après 1372, date de la dernière ment (...)

4C’est également en tant que secrétaire de chancellerie qu’exerçait notre principal auteur, Ibrāhīm Ibn al-Ḥāğğ al-Numayrī (m. après 1372)10. Cet Andalou, passé par les chancelleries nasride et ḥafṣide, rejoint l’administration mérinide sous Abū-l-Ḥasan (1331-1348) à la fin de son règne (743-47/1342-46). Parti en Orient pour le pèlerinage, il retourna à nouveau au service des Ḥafṣides, avant d’engager une longue retraite soufie à al-‘Ubbād, aux abords de Tlemcen, entre 752-57/1351-56. Il revient par la suite au service d’Abū ‘Inān (1348-1358) puis de son fils al-Sa‘īd (1358-59) avant de repartir pour Grenade où il servit à nouveau Muḥammad V, jusqu’à sa mort après 774/137211.

  • 12 Ibn al-Aḥmar, Rawḍat al-nisrīn fī dawlat banī marīn, Rabat, 3e éd. 2003, p. 39.
  • 13 Sur les différentes catégories de secrétaires dans la chancellerie mérinide, A. Khaneboubi, Les in (...)
  • 14 de Prémare, Maghreb et Andalousie, op. cit. n. 10.
  • 15 Ibn al-Ḥāğğ, Fayḍ, op. cit. n. 10, p. 149-150.
  • 16 Ibid.

5Durant ses années mérinides, Ibn al-Ḥāğğ était surtout très proche d’Abū ‘Inān, qui le nomma comme secrétaire du paraphe (ṣāḥib al-tawqī’)12, après avoir accompagné son père Abū-l-Ḥasan en tant que membre du dīwān al-inšā’13. Dans l’un comme l’autre cas, Ibn al-Ḥāğğ prit soin d’inscrire d’abondantes notations de voyage, dans lesquelles, à la manière des lettrés de son temps, il décrit les pérégrinations du souverain, consigne ses décisions politiques, reproduit, partiellement ou intégralement, des poèmes déclamés en l’honneur du souverain ou des lettres émanant de sa chancellerie. Parallèlement, l’auteur relate ses propres rencontres amicales ou encore ses échanges épistolaires co-fraternels (iḫwāniyyāt). Ces notes de voyage concernent d’abord une campagne d’Abū-l-Ḥasan à travers le Maroc en 744-45/1344-45 ; ce texte, fragmentaire, inachevé, a fait l’objet de la thèse partiellement publiée d’Alfred-Louis de Prémare14. Le deuxième ensemble de notes, qui sera notre source principale, concerne la campagne d’Abū ‘Inān à travers le Maroc et le Maghreb central en 758/1357. Ces notes recueillies par l’auteur avaient pour objectif la composition de son ouvrage fayḍ al-‘Ubāb, mais l’entreprise n’a pas été achevée (est-ce par ce que Abū ‘Inān mourut assassiné peu de temps après son retour de sa campagne maghrébine ?). Ce n’est qu’à la fin du xive siècle, après la mort de l’auteur, que son neveu (et homonyme) Ibrāhīm b. Abī ‘Amr b. al-Ḥāğğ reprit le travail pour le dédier à Abū Fāris (sultan de 1393-96) afin que la mémoire d’Abū ‘Inān et de ses méthodes de gouvernement lui serve d’enseignement, dit-il en introduction15. Le fayḍ al-‘Ubāb est donc un ouvrage à quatre mains, colligé quarante ans après qu’Ibn al-Ḥāğğ eut noirci ses carnets (taqāyīd) et écrit ses feuillets (raqā’i‘)16. Le résultat est un volume de plus de 350 pages, consacré exclusivement aux itinérances d’Abū ‘Inān en 1357.

  • 17 Al-Kafīf al-Zarhūnī, Mal‘aba, éd. M. Ibn Šarīfa, Rabat, 1987.
  • 18 Ibn Ḫaldūn, Al-Muqaddima, éd. arabe ‘A. Cheddadi, Rabat, 2005, t. 3, p. 337-340.

6Le dernier ouvrage du corpus principal est un texte unique en son genre pour l’époque mérinide, consacré à la campagne militaire d’Abū-l-Ḥasan en Ifrīqiya en 1347, campagne qui se solda par un échec rapide et coûta au souverain mérinide son pouvoir (qui lui fut ravi à la faveur d’un coup d’État par son fils Abū ‘Inān). Ce poème de 497 vers entièrement écrit en arabe dialectal est considéré comme le plus ancien texte conservé en dialectal marocain. Il s’agit de la mal‘aba (terme désignant un type de poèmes populaires en dialectal) de ‘Abd Allah al-Zarhūnī, connu sous le surnom d’al-Kafīf, l’Aveugle17. Cité par Ibn Ḫaldūn, qui en évoque les créations, al-Zarhūnī semble proche des cercles du pouvoir, car sa description des tribulations d’Abū-l-Ḥasan en Ifrīqiya est très bien documentée18.

7L’existence de ces quatre textes concernant la mobilité des souverains mérinides et nasrides en moins de quinze ans d’intervalle est emblématique de la centralité de la pratique dans la mécanique du gouvernement. Donner à voir le mouvement du souverain passe ainsi par une sémantique appropriée, soigneusement appréhendée par nos auteurs.

Les mots de l’itinérance

  • 19 Sur la riḥla comme pratique savante, on peut citer, à titre d’exemple, dans une bibliographie abon (...)

8La mobilité du souverain est ainsi souvent assimilée au voyage. Deux termes arabes sont utilisés : d’abord riḥla, qui apparaît dans le titre de l’opuscule d’Ibn al-Ḫaṭīb. Nul besoin de revenir sur la charge symbolique de ce terme associé dans la culture arabe classique à la pratique savante du voyage pour la quête du savoir ; la riḥla est à la fois le voyage et sa relation, devenue un genre littéraire indépendant et abondant, retraçant l’itinéraire du voyage et cheminant avec le savant qui construit son curriculum au gré de ses rencontres19.

  • 20 Sur la notion de ḥaḍra dans le langage politique almohade, Buresi et El Aallaoui, Gouverner l’Empi (...)
  • 21 Ibn Marzūq, Al-Musnad al-ṣaḥīḥ al-ḥasan fī aḫbār mawlānā Abī-l-Ḥasan, éd. M.-J. Viguera, Alger, 19 (...)

9Il est question ensuite du safar, littéralement « voyage » ou « déplacement ». Ce terme est utilisé à plusieurs reprises, notamment en raison de la valeur symbolique que procure le couple antinomique safar/ḥaḍar. Or l’on sait bien toute la portée du ḥaḍar (ou ḥaḍra) dans le langage politique de l’Occident musulman : renvoyant à la présence du souverain, ce terme désigne souvent la (les) capitale(s) du pouvoir, donc là où la souveraineté du sultan s’exerce sans discontinu20. Cette dualité de la présence et de la mobilité (ḥaḍar/safar), utilisée par exemple dans le Musnad d’Ibn Marzūq, écrit en l’honneur Abū-l-Ḥasan21, trahit en réalité une complémentarité : le souverain, en majesté dans les murs de sa base, est aussi présent (sinon omniprésent) dans ses territoires ; sa mobilité lui procure une présence (ḥaḍra) là où son emprise est plus ou moins faible.

  • 22 Ibn Ṣāḥib al-Ṣalāt, Al-Mann bi-l-imāma, éd. ‘A. al-Tāzī, Beyrouth, 1987, p. 113. Sur l’utilisation (...)

10Mais dans ce champ sémantique de la mobilité souveraine, le terme ḥaraka (ou ḥarka dans sa forme dialectale) est de loin le plus prépondérant. Il semble entrer dans le lexique politico-administratif au Maghreb à l’époque almohade. Jamais défini dans nos sources, le mot décrit d’abord l’action, le mouvement. La mobilité du souverain répond néanmoins à une sémantique bien codifiée. Pour l’époque almohade, l’ouvrage d’Ibn Ṣāḥib al-Ṣalāt en fournit un témoignage éloquent. Très fréquemment utilisé, le terme ḥaraka y est dévolu à la désignation des déplacements des cortèges des califes almohades (et leurs descendants, les sayyid-s) à l’intérieur de leur territoire. Quand le déplacement en question aboutit à une campagne militaire au nom du ğihād contre les pouvoirs chrétiens ibériques, la sémantique change : quand ‘Abd al-Mu’min s’apprête à marcher du Maroc vers l’Ifrīqiya, le verbe utilisé est taḥarraka (partir en mouvement), sa ḥaraka l’achemine aux confins de son territoire ifrīqiyen où il entame la ġazwa (attaque) contre les Normands de Mahdiyya, remportant ainsi la victoire permettant la conquête (fatḥ) de la ville22.

  • 23 La situation des Nasrides, régnant sur un territoire où la dimension frontalière est très pesante, (...)
  • 24 Al-Kafīf al-Zarhūnī, Mal‘aba, op. cit. n. 17, p. 73.
  • 25 Sur Ibn Tāfarraguīn et son rôle dans les événements précédant l’intervention mérinide, Brunschvig,(...)

11Cette distinction héritée de l’époque almohade semble encore valable chez les Mérinides. Les opérations militaires mérinides contre les chrétiens (en al-Andalus) ne sont généralement pas désignées sous cette appellation23. Dans le poème de Zarhūnī, la ḥarka d’Abū-l-Ḥasan commence à la limite de ce qu’il possède, dit littéralement l’auteur24 ; son intervention dans l’espace ḥafṣide est alors considérée comme une campagne punitive contre le chambellan Ibn Tāfarraguīn et ses partisans, ayant officiellement pour objectif de restaurer l’ordre et la sécurité sur les routes face aux turbulences causées par les Arabes25. En s’inscrivant dans les limites territoriales (réelles ou convoitées) de la souveraineté, l’usage de ce terme participe du long processus de territorialisation que connaissent le Maghreb et al-Andalus post-almohades.

La ḥaraka en marche

12L’itinérance du cortège royal est une opération logistique très lourde, dont les modalités exactes ne sont pas clairement établies. Plusieurs éléments décrits par nos sources définissent néanmoins la matérialité de la ḥaraka, en particulier chez les Mérinides. Le Fayḍ al-‘Ubāb, qui nous servira ici d’exemple principal, est à ce propos très précieux.

  • 26 L’afrāg désigne depuis l’époque almohade le campement royal. Le terme provient de la racine berbèr (...)

13Ibn al-Ḥāğğ al-Numayrī fournit une description détaillée de la composition de l’afrāg26. De forme circulaire, ce dernier est constitué d’une toile de lin brodée, maintenue à l’aide de montants (probablement en bois) reposant sur des socles en fer. Cet espace renferme en réalité deux campements concentriques : à l’intérieur de son enceinte se tient un deuxième afrāg, où sont placés les appartements privés du souverain.

  • 27 Ce terme apparaît avec une vocalisation erronée chez Ghouirgate, L’ordre almohade (1120-1269), op. (...)

14Dans l’espace public de l’afrāg s’enchaînent une série de tentes : la grande tente (bayt a‘ẓam), la qubba et la tente de poils (ḫaymat al-ša‘r)27, et au sud la tente d’audience (qubbat al-ğulūs), précédée du chemin où passe le souverain pour rejoindre l’espace où se massent les soldats l’accompagnant. À proximité de ce passage se situe une tour (burğ) permettant de surplomber l’ensemble de la maḥalla (le campement et le cortège qui l’accompagne). Cette tour est faite d’une palissade de bois habillée de toiles. La salle d’audience est, quant à elle, attenante à la mosquée, qualifiée de ğāmi‘, ce qui signifie que la prière du vendredi y était accomplie.

  • 28 Les restes des palais du califat almohade à Marrakech sont décrits à l’époque mérinide par un aute (...)
  • 29 Ibn Ḫaldūn, Kitāb al-‘ibar, Beyrouth, 2000, t. 7, p. 707.
  • 30 On peut lire à ce propos D. Behrens-Abouseif, Practising Diplomacy in the Mamluk Sultanate. Gifts (...)
  • 31 En l’absence d’une étude d’ensemble, il existe plusieurs travaux sur les tentes royales en Orient, (...)

15Ces différents éléments décrits dans un style fleuri par al-Numayrī traduisent toute la sophistication des usages somptuaires des Mérinides. Mehdi Ghouirgate, qui a récemment fait référence à ce passage (l’attribuant d’ailleurs d’une manière erronée à Abū-l-Ḥasan), y voit la marque patente de l’architecture palatiale almohade et une éventuelle reprise du campement almohade, dont aucune description détaillée ne nous est parvenue28. Une telle interprétation n’est pas à écarter, mais la méfiance nous inciterait plutôt à ne pas minimiser l’apport de la période mérinide au cérémonial aulique hérité de leurs prédécesseurs. Une influence orientale, mamelouke en l’occurrence, n’est pas inenvisageable non plus. En effet, Ibn Ḫaldūn nous décrit avec un certain détail le contenu d’un cadeau diplomatique offert par les Mamelouks au sultan Abū-l-Ḥasan en 738/1338. Le présent comportait une tente fabriquée en Syrie, contenant des pièces avec couchettes (marāqid), deux iwān-s, l’un pour les audiences et l’autre pour la cuisine, des tours pour veiller sur les passages du campement et une tour spécifiquement destinée au sultan pour assister au défilé de ses troupes. Le cadeau contenait aussi une tente-mosquée, dotée d’un miḥrāb et d’un minaret ainsi qu’une grande tente de forme circulaire avec un toit conique pouvant accueillir 500 personnes ; les différentes pièces étaient réalisées à l’aide d’un assemblage de toiles de lin29. Cet exemplaire de campement d’origine égyptienne montre la nécessité de ne pas perdre de vue l’importance des circulations des éléments de la culture matérielle, et notamment de la tente, objet mobile par excellence, particulièrement dans un contexte d’échanges diplomatiques30. En effet, depuis le xe siècle, les pouvoirs de l’Occident musulman et d’Égypte – Omeyyades, Fatimides, Almohades, Ayyoubides ainsi que leurs successeurs respectifs – n’ont cessé d’accorder à la tente royale un intérêt particulier31.

  • 32 D. Sedra, « Sur les traces de l’itinéraire Marrakech-le Détroit aux vie-viie/xiie-xiiie siècles : (...)

16Disposer d’un palais mobile donne au souverain une certaine indépendance dans son action et dans le choix de ses étapes. Le logement du sultan est donc une affaire cruciale, et à ce niveau, la différence avec l’époque almohade est assez nette. Ainsi, quand les auteurs almohades décrivent l’itinérance du calife Abū Ya‘qūb Yūsuf (1161-1184) vers le nord du Maroc, ils prennent soin de noter que le souverain passa la nuit, pour la plupart des étapes, dans des maisons en dur construites parfois par son prédécesseur. Le chemin de l’itinérance était ainsi balisé et toutes les étapes entre Marrakech et Rabat, par exemple, sont systématiquement aménagées32.

  • 33 Ibn al-Ḥāğğ, Fayḍ, op. cit. n. 10, p. 201.
  • 34 Ibid., p. 486.

17Rien d’équivalent quand Abū ‘Inān entama sa ḥaraka vers Constantine et le Zâb. Il n’élut domicile qu’exceptionnellement dans des lieux aménagés ou dans des résidences royales. Le choix de ces exceptions est en soi éloquent : c’est le cas de Rabat, où Abū ‘Inān résida dans la Qaṣaba almohade33, ou encore à Tlemcen, où le souverain tint à montrer en passant la nuit au palais qu’il était chez lui, dans sa ḥaḍra34.

  • 35 Sur les Banū Muznī et leur relation avec les Mérinides on peut lire Brunschvig, La Berbérie orient (...)
  • 36 Ibn al-Ḥāğğ, Fayḍ, op. cit. n. 10, p. 437.

18Le récit des différents épisodes multiplie les rappels à cette situation : le sultan est dans son royaume et ce n’est qu’exceptionnellement que son passage l’amène à honorer un hôte, comme c’est le cas du maître de Biskra, Abū Ya’qûb ibn Muznī, un fidèle des Mérinides35. Ibn Muznī demande au souverain de passer à Biskra un quatrième jour, dépassant ainsi les traditionnelles trois nuits d’hospitalité (ḍiyāfa) exigées par l’étiquette arabe36. Le souverain est ici chez un vassal, à qui il accorde d’ailleurs symboliquement la dignité de gouverneur de l’ensemble du Zāb. Cette notion d’hospitalité revêt par ailleurs dans le contexte maghrébin de l’époque un sens particulier qui s’affirmera pleinement à la fin du xve et au xvie siècle. Il suffit de rappeler à cet égard l’usage qui s’imposera par la suite, faisant du terme ḍayf, hôte, un synonyme de maître ou de seigneur.

Gouverner en mouvement

  • 37 Ibn Marzūq, Al-Musnad al-ṣaḥīḥ al-ḥasan, op. cit. n. 21, p. 455.

19Par une mobilité dont la cadence varie sensiblement en fonction du contexte local, le pouvoir itinérant est avant tout un moment dense dans la temporalité du gouvernement. Cette idée est exprimée par exemple dans le Musnad, ouvrage atypique consacré à la bio/hagiographie d’Abū-l-Ḥasan, où la présentation des vertus du sultan contribue à dessiner l’image du souverain idéal. La mobilité pour pouvoir gouverner est ainsi décrite comme l’une des qualités du Mérinide. Le voyage (safar) est censé servir d’exemple et d’enseignement (itibār), de source d’inspection et d’enquête (naẓar), et de moyen de faire perdurer sa trace (aṯar). L’itinérance (tiṭwāf) dans les provinces et les pays qui dépendent de son autorité est un moyen de lutter contre l’injustice en allant s’enquérir des affaires de persécutés et des nécessiteux. Il voyage enfin pour réprimer les récalcitrants et les rebelles (buġāt) et faire le ğihād37.

  • 38 Sur la présence bénéfique des califes almohades, M. Marín, « El califa almohade : una presencia ac (...)
  • 39 Sur la présence du terme sa‘āda dans le discours officiel saadien, M. Garcia-Arenal, Messianism an (...)

20Le passage du Musnad analysé ici permet de dégager trois fonctions essentielles remplies par la ḥaraka : d’abord faire preuve d’exemplarité, car le souverain en déplacement, entouré par sa cour populeuse, diffuse dans les lieux de son passage un modèle d’autorité et de comportement. Il est la ‘ibra (exemple) pour ses sujets, qui véhicule d’abord un idéal de piété ; son attachement à l’orthodoxie mâlikite est soigneusement théâtralisé (séances de récitation du coran, prière collective, lecture et débat autour d’ouvrages divers, appel à l’observance des rites canoniques). Protecteur du dogme, le sultan mérinide, dans ses pérégrinations, est aussi un dispensateur de baraka et de félicité38. Il ressort d’ailleurs que ce terme est particulièrement prisé dans la rhétorique accompagnant la ḥarka. Pour al-Numayrī, la campagne d’Abū ‘Inān jusqu’à Constantine n’est-elle pas une ḥaraka sa‘îda ? Rappelons, là aussi, tout l’arrière-fond mystique qui sous-tend l’emploi du terme, la sa‘āda n’étant pas seulement l’expression de la félicité et du bonheur, mais surtout la promesse du salut. Les usages des sources mérinides préfigurent l’abondance de ce champ référentiel de la félicité dans la sémantique des pouvoirs marocains postérieurs, d’abord saadien, puis et jusqu’à aujourd’hui, chez les ‘Alawites39.

  • 40 Ibn Marzūq, Al-Musnad al-ṣaḥīḥ al-ḥasan, op. cit. n. 21, p. 455-456.
  • 41 Ibn al-Ḥāğğ, Fayḍ, op. cit. n. 10, p. 239.
  • 42 La formule est empruntée à Ibn al-Ḫaṭīb, Nufāḍat al-ğirāb fī ‘ulālat al-iġtirāb, Casablanca, 1985, (...)
  • 43 Al-‘Umarī, Masālik al-abṣār, op. cit. n. 27, t. 4, p. 109.

21Inspecter et gérer les affaires du pays constituent le deuxième et le plus important volet de la fonction de la ḥaraka. Les sources permettent d’identifier, à travers quelques anecdotes, le processus décisionnaire observé en itinérance. Abū-l-Ḥasan avait, d’après ses thuriféraires, l’habitude de s’atteler dès l’aube au traitement des affaires courantes (umūr) et à la prise des décisions (aḥkām), entouré de ses vizirs et de son secrétaire particulier (kātib al-sirr)40. En effet, la chancellerie – si importante dans la perpétuation du souvenir de l’itinérance dans les sources que nous utilisons – est un rouage essentiel dans l’acte de gouverner. Une batterie de secrétaires accompagnait le cortège du souverain, se chargeant ainsi, comme en témoigne al-Numayrī, de dresser l’inventaire des contingents tribaux participant à la ḥaraka et d’établir les registres (azimma) comptabilisant leurs soldes41 ; l’auteur devait personnellement rédiger les lettres les plus importantes (quatre sont mentionnées dans le texte) annonçant les victoires militaires ou les décisions capitales ; ces lettres étaient ensuite recopiées en plusieurs exemplaires par les secrétaires de second ordre. Les nominations ou les sanctions prises par le souverain en déplacement, soigneusement notifiées par la chancellerie et ses relais narratifs, incarnent une autre manifestation importante de l’itinéraire royal. Le souverain se fait, par sa présence, inspecteur, enquêteur, veillant à la protection de ses villes (comme en témoigne aussi le voyage du naṣride Yūsuf Ier) ou inspectant le bon fonctionnement de l’administration provinciale. En relevant un cadi corrompu, un gouverneur ou un chef tribal « trempant sa main dans le sang et dans le fisc42 », le souverain agit en juge, fonction qu’il incarne en tant que recours ultime pour les plaintes contre l’injustice (maẓālim). Selon une procédure précise, décrite par l’Égyptien al-‘Umarī, contemporain d’Abū al-Ḥasan, le secrétaire particulier recueille par écrit les récits détaillés des plaintes portées à la connaissance du souverain ; par la suite, une fois ce dernier de retour dans son lieu de résidence (permanent ou provisoire), le secrétaire rend compte de la plainte au souverain, qui notifie alors sa sentence43.

  • 44 Jocelyne Dakhlia exprime un constat similaire à propos de la maḥalla dans la Tunisie ḥusaynide. El (...)

22Mais l’itinérance sert avant tout à faire la guerre ! La dimension militaire de la ḥaraka est fondamentale, surtout quand elle vise à étendre le domaine contrôlé par le pouvoir. La narration des opérations militaires entreprises au nom de la lutte contre la rébellion, le brigandage et la prédation des nomades, constitue l’ossature capitale du récit d’al-Numayrī. Cela contraste d’ailleurs avec la faible présence des préoccupations fiscales dans l’itinérance mérinide. Car l’assimilation de la ḥaraka à un instrument systématique de pression fiscale de l’État, ce que suggèrent les ḥarka-s du Maghreb précolonial, mérite d’être discutée. Certes, la partialité des locuteurs officiels aurait dissimulé cet usage, qui transparaît par exemple dans l’importance des confiscations et pillages ordonnés contre les groupes récalcitrants. Mais au-delà d’un prélèvement à sens unique, la ḥaraka est un temps où l’économie du don est également présente. Les distributions de céréales, d’objets manufacturés luxueux (soieries, bijoux) ou de chevaux contribuent à renforcer les réseaux de fidélité et de loyauté44.

23La troisième dimension de l’itinérance est celle exprimée par Ibn Marzūq avec le terme aṯar : laisser la trace du pouvoir et de sa mobilité est un enjeu fondamental dans la cartographie symbolique du pouvoir. Que ce soit à travers un évergétisme intensif (construction de madrasa-s ; zāwiya-s, hôpitaux, mosquées), la commémoration du sacré (mystique ou dynastique : visite des nécropoles royales ou des tombeaux de saints), voire la contemplation de la ruine (du passé antique, ou du présent, engendrée par la violence punitive du pouvoir), l’itinérance est particulièrement productrice de lieux de mémoire. Ces lieux sont autant de marqueurs d’identité, de souveraineté et d’appropriation symbolique d’un territoire en construction.

24Si l’on a longtemps retenu de l’itinérance des souverains maghrébins l’importance des formes de ritualisation ou la férocité d’un État central prédateur à l’égard de ses marges, l’examen de ce phénomène s’oriente nécessairement vers une prise en compte de la polysémie du langage politique qu’il met en œuvre. Comme le proposait Jocelyne Dakhlia pour le Maghreb moderne, l’itinérance des pouvoirs post-almohades est un fait social total, densifiant les rapports du pouvoir à ses sujets. L’historicisation du phénomène, au-delà de ses effets symboliques chers aux férus de l’anthropologie historique, permet d’en saisir les dynamiques et les évolutions. Ainsi, chez les Mérinides (et d’une certaine mesure chez les Naṣrides ou encore les Ḥafṣides), l’itinérance participe d’un processus de territorialisation aux multiples facettes, une territorialisation sanctionnant l’un des mécanismes essentiels de la construction de l’État dans l’ère post-califale.

Notes

1 Voir notamment les travaux de Jacqueline Dakhlia, « Dans la mouvance du prince. La symbolique du pouvoir itinérant au Maghreb », Annales ESC, 3 (1988), p. 735-760 et Id., L’oubli de la cité. La mémoire collective à l’épreuve du lignage dans le Jérid tunisien, Paris, 1990, p. 242-259 ; D. Nordman, « Les expéditions de Moulay Hassan. Essai statistique », Hespéris-Tamuda, 19 (1980-81), p. 123-152 et « La mémoire d’un captif », Annales ESC, 6 (1986), p. 1397-1418 (article consacré notamment à l’étude des expéditions du sultan ‘alawite Ismā‘īl à travers le témoignage du captif anglais Thomas Pellow).

2 On peut citer notamment les quelques lignes accordées à la maḥalla ḥafṣide par R. Brunschvig, La Berbérie orientale sous les Ḥafṣides. Des origines à la fin du xve siècle, Paris, 1947, t. 2, p. 70 et 90.

3 M. Ghouirgate, L’ordre almohade (1120-1269). Une nouvelle lecture anthropologique, Toulouse, 2014, p. 311-355.

4 A. K. Bennison, « Drums, Banners and Baraka: Symbols of Authority during the First Century of Marīnid Rule, 1250-1350 », dans The Articulation of Power in Medieval Iberia and the Maghrib, éd. A. K. Bennison, Oxford, 2014, p. 195-216.

5 La principale étude sur l’histoire politique des Mérinides demeure M. Kably, Société, pouvoir et religion au Maroc à la fin du Moyen Âge, Paris, 1986.

6 Sur l’historiographie mérinide, l’étude de référence demeure M. Shatzmiller, L’historiographie mérinide. Ibn Khaldûn et ses contemporains, Leyde, 1982.

7 Voir par exemple P. Buresi et H. El Aallaoui, Gouverner l’Empire. La nomination des fonctionnaires provinciaux dans l’empire almohade (Maghreb, 1224-1269), Madrid, 2013.

8 Sur la chancellerie mérinide, S. Gubert, « Pratiques diplomatiques marinides (xiiie-xve siècles) », Oriente Moderno, 88/2 (2008), p. 435-468.

9 Ibn Al-Ḫaṭīb, Ḫaṭrat al-ṭayf fī rihlat al-šitā’ wa al-ṣayf, éd. Aḥmad al-‘Abbādī, Beyrouth, 2003.

10 Plusieurs études ont traité de la biographie et des œuvres d’Ibn al-Ḥāğğ al-Numayrī : J. F. P. Hopkins, « An Andalusian Poet of the Fourteenth Century : Ibn al-Ḥājj », Bulletin of the School of Oriental and African Studies, 24/1 (1961), p. 57-64 ; A.-L. De Prémare, Maghreb et Andalousie au xive siècle. Les notes de voyage d’un andalou au Maroc 1344-1345, Lyon, 1981, p. 25-75 ; M. Ibn Šaqrūn, Introduction à l’édition de Ibn al-Ḥāğğ al-Numayrī, Fayḍ al-‘ubāb wa ifāḍat qidāḥ al-ādāb fī al-ḥaraka al-sa‘īda ilā Qusanṭīna wa al-Zāb, Beyrouth, 1990, p. 25-62 ; J. Lirola Delgado et A. C. Lopez y Lopez, « Ibn al-Ḥāyy al-Numayrī », Biblioteca de al-Andalus, t. 3, Almeira, 2004, p. 341-351.

11 Ibid. L’année de sa mort n’est pas connue, mais elle se situe après 1372, date de la dernière mention circonstanciée concernant sa biographie.

12 Ibn al-Aḥmar, Rawḍat al-nisrīn fī dawlat banī marīn, Rabat, 3e éd. 2003, p. 39.

13 Sur les différentes catégories de secrétaires dans la chancellerie mérinide, A. Khaneboubi, Les institutions gouvernementales sous les Mérinides (1258-1465), Paris, 2008, p. 110-114.

14 de Prémare, Maghreb et Andalousie, op. cit. n. 10.

15 Ibn al-Ḥāğğ, Fayḍ, op. cit. n. 10, p. 149-150.

16 Ibid.

17 Al-Kafīf al-Zarhūnī, Mal‘aba, éd. M. Ibn Šarīfa, Rabat, 1987.

18 Ibn Ḫaldūn, Al-Muqaddima, éd. arabe ‘A. Cheddadi, Rabat, 2005, t. 3, p. 337-340.

19 Sur la riḥla comme pratique savante, on peut citer, à titre d’exemple, dans une bibliographie abondante, H. Touati, Islam et voyage au Moyen Âge, Paris, 2000.

20 Sur la notion de ḥaḍra dans le langage politique almohade, Buresi et El Aallaoui, Gouverner l’Empire, op. cit. n. 7, p. 149-151. Sur la symbolique de la ḥaḍra dans l’itinérance des califes almohades, M. Fierro, « Algunos reflexiones sobre el poder itinerante almohade », e-Spania, 8 (2009) [en ligne : e-spania.revues.org. Consulté le 25 mai 2015].

21 Ibn Marzūq, Al-Musnad al-ṣaḥīḥ al-ḥasan fī aḫbār mawlānā Abī-l-Ḥasan, éd. M.-J. Viguera, Alger, 1981, p. 455-464.

22 Ibn Ṣāḥib al-Ṣalāt, Al-Mann bi-l-imāma, éd. ‘A. al-Tāzī, Beyrouth, 1987, p. 113. Sur l’utilisation du terme ḥaraka pour d’autres expéditions almohades, voir par exemple dans la même source p. 149 (pèlerinage de ‘Abd al-Mu’min à Tinmel), p. 151 (campagne du même souverain à Rabat pour préparer son passage en al-Andalus) ou encore p. 179 (ḥaraka du sayyid Abū Ḥafṣ de Marrakech vers Gibraltar).

23 La situation des Nasrides, régnant sur un territoire où la dimension frontalière est très pesante, est bien différente. Le mot ḥaraka est ainsi utilisé fréquemment pour qualifier les expéditions contre les Castillans, comme dans la lettre adressée par Ibn al-Ḫaṭīb aux autorités mérinides pour les informer de l’attaque contre Jaén en 769/1367 : Ibn al-Ḫaṭīb, Rayḥānat al-kuttāb wa nuğ‘at al-muntāb, Le Caire, 1980, t. 1, p. 160.

24 Al-Kafīf al-Zarhūnī, Mal‘aba, op. cit. n. 17, p. 73.

25 Sur Ibn Tāfarraguīn et son rôle dans les événements précédant l’intervention mérinide, Brunschvig, La Berbérie orientale, op. cit. n. 2, t. 1, p. 165-167.

26 L’afrāg désigne depuis l’époque almohade le campement royal. Le terme provient de la racine berbère frg, signifiant « barrière, haie de broussaille épineuse formant enclos pour le bétail » ou tout simplement « clôture ou séparation ». Voir E. Laoust, « Contribution à une étude de la toponymie du Haut Atlas I », Revue des études islamiques, III-IV (1939), p. 201-312, ici p. 283 et J.-M. Dallet, Dictionnaire kabyle-français, Aix-en-Provence, 1982, p. 221.

27 Ce terme apparaît avec une vocalisation erronée chez Ghouirgate, L’ordre almohade (1120-1269), op. cit. n. 3, p. 331, qui en fait curieusement une tente de la poésie (ši‘r) ; aucun indice ne vient appuyer cette explication alors que le terme ḫayma ou bayt al-ša‘r est très commun dans les textes traitant des nomades et de la mobilité en général. L’Égyptien Ibn Faḍl Allāh al-‘Umarī rapporte par ailleurs que les Mérinides, malgré l’utilisation de tentes sophistiquées, étaient toujours enclins à employer les tentes de poils (buyūt al-ša‘r), fidèles en cela à leurs anciennes habitudes nomades : Al-‘Umarī, Masālik al-abṣār fī mamālik al-amṣār, Beyrouth, 2010, t. 4, p. 110.

28 Les restes des palais du califat almohade à Marrakech sont décrits à l’époque mérinide par un auteur égyptien, al-‘Umarī, citant Ibn Sa‘īd, et des informateurs contemporains (ibid., p. 99-103). Faute d’études et en l’absence de données archéologiques exploitables, on ne sait pas si les palais mérinides de Fès Jdid ont adopté les mêmes dispositifs architecturaux qu’à l’époque almohade.

29 Ibn Ḫaldūn, Kitāb al-‘ibar, Beyrouth, 2000, t. 7, p. 707.

30 On peut lire à ce propos D. Behrens-Abouseif, Practising Diplomacy in the Mamluk Sultanate. Gifts and Material Culture in the Medieval Islamic World, Londres, 2014 (p. 52-57 pour les échanges avec le Maghreb).

31 En l’absence d’une étude d’ensemble, il existe plusieurs travaux sur les tentes royales en Orient, J.-M. Mouton, « La tente du prince et le campement des armées à l’époque ayyoubide », Turcica, 41 (2009), p. 183-198 ; D. Durand-Guédy, « The Tents of the Saljuqs », dans Turko-Mongol Rulers, Cities and City Life, éd. D. Durand-Guédy, Leyde, 2013, p. 149-189 ; A. Fernandez-Puertas, La tienda turca de la Real Armería, Madrid, 2003 ; N. Atasoy, « Ottoman Garden Pavilions and Tents », Muqarnas, 21 (2004), p. 15-19.

32 D. Sedra, « Sur les traces de l’itinéraire Marrakech-le Détroit aux vie-viie/xiie-xiiie siècles : note sur quelques villages et localités d’après les sources arabes », Al-Andalus-Magreb, 16 (2009), p. 249-281.

33 Ibn al-Ḥāğğ, Fayḍ, op. cit. n. 10, p. 201.

34 Ibid., p. 486.

35 Sur les Banū Muznī et leur relation avec les Mérinides on peut lire Brunschvig, La Berbérie orientale, op. cit. n. 2, t. 1, p. 176 et surtout M. Brett, « Ibn Khaldun and the Dynastic Approach to Local History: the Case of Biskra », Al-Qanṭara, XII (1991), p. 157-180.

36 Ibn al-Ḥāğğ, Fayḍ, op. cit. n. 10, p. 437.

37 Ibn Marzūq, Al-Musnad al-ṣaḥīḥ al-ḥasan, op. cit. n. 21, p. 455.

38 Sur la présence bénéfique des califes almohades, M. Marín, « El califa almohade : una presencia activa y benéfica », dans Los Almohades : problemas y perspectivas, éd. P. Cressier, M. Fierro et L. Molina, Madrid, 2005, vol. II, p. 451-476.

39 Sur la présence du terme sa‘āda dans le discours officiel saadien, M. Garcia-Arenal, Messianism and Puritanical Reform. Mahdīs of the Muslim West, Leyde, 2006, p. 252-254.

40 Ibn Marzūq, Al-Musnad al-ṣaḥīḥ al-ḥasan, op. cit. n. 21, p. 455-456.

41 Ibn al-Ḥāğğ, Fayḍ, op. cit. n. 10, p. 239.

42 La formule est empruntée à Ibn al-Ḫaṭīb, Nufāḍat al-ğirāb fī ‘ulālat al-iġtirāb, Casablanca, 1985, t. 2, p. 77, à propos d’un notable local qui a été relevé de ses fonctions à une date non précisée, mais dont la résidence, située dans ḥiṣn Asāyis dans la plaine des Dukkāla, avait accueilli Abū-l-Ḥasan lors de son passage dans la région en 1344-45 (de Prémare, Maghreb et Andalousie, op. cit. n. 10, p. 18 du texte arabe).

43 Al-‘Umarī, Masālik al-abṣār, op. cit. n. 27, t. 4, p. 109.

44 Jocelyne Dakhlia exprime un constat similaire à propos de la maḥalla dans la Tunisie ḥusaynide. Elle évoque, en effet, une mémoire locale centrée sur le souvenir d’une itinérance prédatrice sur le plan fiscal en occultant toute la redistribution qu’elle génère par le biais du don ou tout simplement par son approvisionnement : Dakhlia, L’oubli de la cité, op. cit. n. 1, p. 246-253.

© Éditions de la Sorbonne, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540