Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Gouverner les hommes, gouverner les âmes

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Les moyens du gouvernement

Circuler pour gouverner

Mise en perspective de l’itinérance des rois d’Angleterre normands et Plantagenêt / A New Perspective on the Itinerant Courts of the Kings of England, Both Norman and Plantagenet

Moving around in Order to Govern

Fanny Madeline

Résumé

Comprendre en quoi l’itinérance peut constituer un mode de gouvernement nécessite de comparer les mobilités royales et la manière dont elles ont différemment investi l’espace des royaumes. En mettant en perspective la mobilité des Plantagenêt avec celle des Carolingiens, des Ottoniens et des Capétiens, il est possible de distinguer ce qui relève de la domination de l’espace (les mobilités cynégétiques) de la nécessité de gouverner en étant présent et visible partout. Le choix de l’itinérance pour gouverner n’apparaît pas une constante chez les rois normands et Plantagenêt, mais semble plutôt relever de circonstances historiques et géopolitiques. Cette itinérance s’accompagne paradoxalement du développement d’une administration par l’écrit, sans cohérence avec le choix d’un mode de vie nomade. De tels choix contribuèrent à faire vivre l’assujettissement des élites anglo-normandes comme un véritable enfer.

In order to understand how itinerant courts practiced a mode of government, we need to compare the different courts and the various ways they occupied the space of their kingdoms. If we contrast the Plantagenet courts with the courts of the Carolingians, the Ottonians and the Capetians, it is possible to distinguish the mere occupation of space (cynegetic mobility) from actions arising from the necessity to govern by being present and visible everywhere. The choice of the itinerant method of government would come about when certain geopolitical and historical circumstances arose - it does not appear to have been a permanent choice on the part of the Norman and Plantagenet kings. This occurred simultaneously with the beginnings of writing as the medium of administration, an occurrence that appears out of keeping with the choice of a nomadic life. Choices of this nature contributed to turning the subjection of the Anglo-Norman elite into hell on earth.

Texte intégral

  • 1 J. Le Patourel, Feudal Empire. Norman and Plantagenet, Londres, 1981 ; J. Gillingham, Angevin Empi (...)

1La conquête de l’Angleterre par le duc de Normandie en 1066 eut d’importantes conséquences sur ses pratiques de gouvernement, qui devaient désormais s’adapter à une échelle plus vaste s’étendant de part et d’autre de la Manche. Plusieurs historiens ont proposé l’usage du concept d’« empire » pour désigner cet espace1, bien qu’il ait été fondamentalement polycentrique et ait présenté une instabilité structurelle qui ne fut surmontée, temporairement, qu’au prix d’intenses efforts d’unification. En outre, tout au long de la période, le roi d’Angleterre ne fut roi qu’en Angleterre ; ailleurs, il restait duc ou comte. Or, la double nature (royale et princière) de son pouvoir impliquait qu’il circulât dans chacun des territoires pour maintenir l’unité issue de la conquête. C’est ainsi que la nécessité de circuler devint une pratique centrale du gouvernement des rois d’Angleterre et constitua une dynamique essentielle qui permet de comprendre le fonctionnement politique de cet espace comme un « empire ».

  • 2 Le champ a notamment été ouvert par le célèbre ouvrage de M. Clanchy, From Memory to Written Recor (...)

2La mobilité royale correspondait à une représentation du pouvoir s’exerçant de manière personnelle, conforme à la conception ministérielle du pouvoir féodal. Mais pour comprendre sa fonction gouvernementale, il importe de distinguer, au sein des mobilités royales, ce qui relève de la déambulation entre différentes résidences et l’itinérance comme mode d’action politique. En effet, si la mobilité du roi et de sa cour imposait de gouverner en itinérant, l’itinérance n’a pas systématiquement été une technique de gouvernement. Pour comprendre cette distinction, j’appuierai ma démonstration sur des comparaisons à l’échelle européenne. Ainsi, on pourra dégager plus précisément ce qui caractérise l’itinérance des rois normands et plus précisément celle des Plantagenêt. Après 1066, le développement de l’administration royale fondée sur le développement de l’écrit constitue un fait bien connu de l’histoire anglaise2. Le fait que les Normands aient à gouverner un espace où ils ne résidaient pas souvent doit beaucoup à ce choix, qui leur permettait de traverser la Manche aussi souvent que nécessaire. Toutefois, l’articulation entre le développement bureaucratique et le maintien d’une itinérance soutenue ne constitue pas a priori un choix rationnel ; il conviendra donc d’en expliquer les soubassements pratiques et politiques.

Itinérances et déambulations : entre domination et gouvernement

  • 3 Voir T. Zotz, « L’étude des palais royaux en Allemagne », Tendances actuelles de l’histoire du Moy (...)
  • 4 A. Gauert, « Das Itinerar Karls des Großen », Karl der Grosse - Werk und Wirkung, Düsseldorf, 1965 (...)
  • 5 R. McKitterick, Charlemagne. The Formation of a European Identity, Cambridge, 2008, p. 178-186.
  • 6 Pour les Plantagenêt, la moyenne est entre 12 et 20 miles (= 20 à 30 km) par jour. J. E. Kanter, P (...)

3Comprendre la distinction entre les différentes fonctions de la mobilité royale nécessite de comparer plusieurs cas à des échelles et des périodes différentes. Depuis les années 1950, les travaux de l’historiographie allemande (Residenzforschung)3 ont abondamment alimenté cette question concernant l’Empire, des Carolingiens aux Staufen. Toutefois des travaux récents sont revenus sur certaines interprétations. Ainsi Rosamond McKitterick conteste les interprétations d’Adolf Gauert émises en 19654 pour soutenir que Charlemagne n’avait pas un gouvernement itinérant5. Comme les rois mérovingiens, les Carolingiens ont voyagé de manière extensive mais non constante, car ils résidaient durant de longues périodes dans leurs résidences favorites. Ainsi, sur l’ensemble de son règne, si l’on excepte les campagnes militaires qui l’amenaient à parcourir de longues distances en peu de temps, Charlemagne s’est déplacé dans un petit espace, environ 10 % de son empire. Malgré tout, il faisait près de 30 km par jour – une moyenne que l’on retrouve aussi bien à la cour Plantagenêt qu’à celle des Capétiens6. Ainsi, il importe moins de prendre en compte le temps passé à cheval chaque jour que les raisons qui poussaient les rois à parcourir l’étendue de leurs territoires. Or, les cartes d’itinéraires d’Henri Ier et d’Henri II, pour ne prendre que ces deux exemples – sur lesquels je reviendrai –, montrent que leurs déplacements ont largement excédé 10 % de leur empire (cartes 1 et 2). Les raisons en sont multiples et les interprétations ont beaucoup évolué depuis les années 1950.

  • 7 Rita Costa-Gomes attribue cette tradition à la pensée économique et sociologique de Max Weber et d (...)
  • 8 Pour Carlrichard Brühl le droit de gîte, qui deviendra le servitium regis, constitue une instituti (...)
  • 9 C’est ce dont témoignent les documents comptables qui se multiplient à partir du xiie siècle et qu (...)

4Longtemps, on a invoqué des raisons économiques et des logiques de subsistance : la cour devait se déplacer de lieux en lieux selon une logique de nomadisme pastoral, à la recherche incessante de nouvelles ressources7. C’est dans cette perspective que les premiers travaux sur l’itinérance se sont consacrés aux moyens matériels de sa mise en œuvre8. Si ce dispositif apparaît nécessaire dans une société structurée autour de la rareté des ressources, les études sur le fonctionnement économique des cours royales au Moyen Âge ont montré que celles-ci constituaient des lieux vers lesquels convergeaient de nombreuses richesses, répondant à un besoin de consommation caractérisé par le luxe et l’abondance9. Le principal moteur de la mobilité royale ne saurait donc être la gestion de la pénurie.

  • 10 M. Gravel, Distances, rencontres, communications : réaliser l’empire sous Charlemagne et Louis le (...)
  • 11 Ibid., p. 63. Martin Gravel évoque également la volonté de construire une capitale comme Rome, Con (...)

5Selon Martin Gravel, il faut prendre en compte des raisons idéologiques pour comprendre les modes de gouvernement itinérant. Chez les Carolingiens, les déplacements pour aller à la rencontre d’un autre étaient conçus comme une marque de soumission, comme le signe d’une infériorité sociale10. La supériorité de l’empereur se traduisait donc d’une certaine manière par son immobilité et par le fait que sa cour devait être au centre des réseaux d’information et de communication, et devait pour cela exercer une force d’attraction. L’immobilité de l’empereur était donc une caractéristique de l’honneur souverain et le symbole de son assurance (et non de son impotence)11.

  • 12 R. Le Jan, « Espaces sauvages et chasse royale dans le Nord de la Francie (viie-ixe siècles) », Re (...)
  • 13 Voir K. Bosl, « Pfalzen und Forsten », Deutsche Königspfalzen, vol. 1, Gottingen, 1963, p. 1-29 e (...)
  • 14 A. Guerreau, « La chasse », Dictionnaire raisonné de l’Occident médiéval, éd. J. Le Goff et J.-C. (...)

6Plutôt qu’économiques, et au-delà de leur dimension symbolique, on comprend aujourd’hui les logiques des déplacements royaux comme des pratiques sociales et politiques, car c’est bien plus souvent la chasse et la recherche renouvelée de gibier qui constituent un facteur d’explication des déambulations royales12. Les premiers travaux sur les palais ont ainsi montré l’association étroite entre les lieux de résidence et les forêts royales13. La chasse était une pratique aristocratique qui permettait d’affirmer sa domination sur l’espace parcouru14. Les mobilités cynégétiques avaient donc une fonction différente de la nécessité de parcourir incessamment les routes de l’empire pour affirmer et renouveler personnellement la légitimité du pouvoir et y manifester sa puissance. D’une certaine manière, c’est ce qu’exprime Richard FitzNigel, trésorier d’Henri II Plantagenêt et auteur du Dialogue de l’Échiquier lorsqu’il écrit que :

  • 15 Richard Fitznigel, Dialogus de Scaccario and Constitutio domus regis, éd. E. Amt et S. Church, Oxf (...)

C’est dans les forêts que se trouvent les retraites du roi et leurs principales réjouissances. Ils y viennent pour chasser, laissant de côté leurs soucis et peuvent s’y ressourcer dans le calme. Ici, ils peuvent se mettre à l’abri des tourments propres à la cour et respirer librement pendant quelques temps un peu d’air frais de la nature15.

  • 16 B. Bove, « Les rois médiévaux sont-ils parisiens ? Essai de synthèse sur les itinéraires royaux mé (...)
  • 17 É. Lalou, Itinéraires, op. cit. n. 6, vol. 1, p. 61 ; vol. 2, p. 160, carte no 3 et no 14, p. 182- (...)

7Ainsi, lorsque le roi chasse, il ne gouverne pas, il accomplit sa fonction sociale et manifeste sa légitimité à dominer la société. Certes, il signe les actes que sa chancellerie a préparés à peine descendu de son cheval, mais les mobilités liées à cette pratique doivent être distinguées des déplacements imposés par la nécessité de gouverner un royaume. De fait, les Capétiens, comme les Carolingiens, n’ont pas eu besoin de parcourir la totalité de leur empire ou de leur royaume pour le gouverner. La preuve en est l’écart entre l’espace résidentiel et l’espace de la souveraineté qui sera une constante chez les Capétiens tout au long du Moyen Âge16. Les déplacements des Capétiens distinguent ainsi nettement ce qui relève des itinera – c’est-à-dire les déplacements ponctuels pour effectuer des campagnes militaires ou pour faire un pèlerinage –, appelés aussi « grands voyages », des sejornum, qui désignent les déplacements au sein du domaine royal, où ils résidaient la plupart du temps. Les cartes proposées par Olivier Guyotjeannin pour le règne de Louis IX, d’Élisabeth Lalou pour le règne de Philippe le Bel et de Boris Bove pour les premiers Valois sont éloquentes sur ce point17.

  • 18 Rosamond McKitterick oppose ce fonctionnement en réseau à la vision « pêle-mêle » défendue par Stu (...)
  • 19 Données calculées à partir de l’itinéraire établi par Judith Everard dans Acta of the Plantagenet,(...)
  • 20 J. Morsel, L’aristocratie médiévale : la domination sociale en Occident, ve-xve siècle, Paris, 200 (...)
  • 21 Voir les schémas d’occupation palatiale de Louis le Pieux construits par Le Jan, « Espaces sauvage (...)
  • 22 Bove, « Les rois médiévaux », loc. cit. n. 16.

8Il y a cependant une différence dans l’occupation et l’organisation de l’espace résidentiel entre Carolingiens et Capétiens. Le capitulaire de Villis montre, par exemple, que les villae des domaines carolingiens étaient équipées pour recevoir le roi et fonctionnaient comme un réseau de maisons secondaires habitées successivement, même si certaines d’entre elles ne furent visitées qu’une ou deux fois au cour du règne18. Au contraire, la plupart des lieux visités par Philippe le Bel sont des lieux de passage et non des résidences : sur les 527 lieux répertoriés, 389 n’ont été visités qu’une fois (311) ou deux (78). C’est un ordre de grandeur similaire à celui du règne d’Henri II : sur les 254 lieux répertoriés, 148 n’ont été visités qu’une seule fois19. Ces différences dans les modes de résidence ne sont pas seulement la conséquence d’une illusion documentaire ; elles traduisent plus fondamentalement une évolution anthropologique de la manière d’habiter l’espace entre le ixe et le xiie siècle20. Les déplacements entre les différentes résidences ne suivent pas un schéma visant à exploiter assidûment les résidences, comme c’était le cas des Carolingiens21, mais forment plutôt des mouvements pendulaires entre un pôle principal – comme Paris, le lieu le plus souvent visité par les rois de France du xiiie au xve siècle22 – ou entre plusieurs centres et des résidences secondaires, comme c’est le cas des Plantagenêt. L’itinérance de ces derniers consistait à passer d’un espace résidentiel à un autre : de la vallée de la Tamise au Hampshire, du Hampshire au Cotentin, du Cotentin à la vallée de la Seine, etc. Ainsi Jean sans Terre changeait de résidence en moyenne 13 à 14 fois par mois, arpentant l’espace de son empire, allant et venant sans cesse entre les différents centres, qu’il habitait de manière synchronique et non diachronique.

  • 23 Roger of Hoveden, Chronica, éd. W. Stubbs, Londres, 1871, vol. 4, p. 86 ; Radulf de Coggeshall, Ch (...)
  • 24 « Itinerarium regis Johannis », Litterarum patentium in Turris Asservati, éd. T. H. Hardy, Londres (...)

9La carte des déplacements de Jean sans Terre en Normandie en 1199 (carte 4), établie à partir des documents de sa chancellerie, montre comment pouvaient s’articuler ces deux types de mobilité (déambulatoire et itinérante) opérée par le roi et sa cour : peu après son couronnement (le 27 mai), Jean séjourne en Normandie (moram faciens in Normannia) où il se prépare à reprendre la guerre contre Philippe Auguste, qui a profité de la mort de Richard pour prendre Évreux23. Il vit alors dans les résidences forestières autour de Rouen et se rend dans les places fortes de Falaise, Argentan et Sées, pour des raisons vraisemblablement militaires. Puis, à la fin de l’année, alors qu’il rentre de Poitou – où il est allé chercher le trésor royal conservé à Chinon, ce qui l’a amené également à régler la question de sa succession face à son neveu Arthur –, il se déplace principalement dans le Cotentin au cours de l’hiver, retourne dans la vallée de la Seine en passant par l’abbaye de Lyre, où il signe une charte de confirmation, avant d’embarquer pour Southampton24. Ces déplacements montrent bien les différents mouvements de la mobilité royale qui articulent à la fois la nécessité d’être présent militairement, le règlement des affaires politiques et les impératifs cynégétiques.

  • 25 F. Madeline, « Rouen and its Place in the Building Policy of Angevin Kings », dans Society and Cul (...)

10Si les Plantagenêt se sont beaucoup déplacés, c’est aussi parce qu’ils avaient à gouverner un espace multipolaire, qui ne possédait pas une capitale, mais de multiples centres de pouvoir dans lesquels étaient réparties les différentes fonctions capitales25. Cependant, le choix de faire de l’itinérance un mode de gouvernement ne constitue pas une constante depuis la conquête de l’Angleterre : c’est un principe émergent qui coïncide avec le développement administratif de la monarchie anglaise.

La mise en place d’un mode de gouvernement itinérant dans l’empire des Normands et Plantagenêt

  • 26 M. Sennellart, Les arts de gouverner. Du regimen médiéval au concept de gouvernement, Paris, 1995, (...)
  • 27 M. Fauroux, Recueil des actes des ducs de Normandie (911-1066), Caen, 1961 (Mémoires de la société (...)
  • 28 Je renvoie aux cartes et à leur analyse à paraître dans F. Madeline, « Itinéraires royaux, spatial (...)
  • 29 D. Hill, An Atlas of Anglo-Saxon England, Toronto, 1981, p. 82-95. On remarque cependant une centr (...)
  • 30 M. Biddle, « Seasonal Festivals and Residence: Winchester, Westminster and Gloucester in the Tenth (...)
  • 31 A. Gautier, « Palais, itinéraires et fêtes alimentaires des rois anglo-saxons aux xe et xie siècle (...)

11L’inscription du gouvernement royal dans une temporalité et une spatialité propre n’apparaît véritablement en Occident qu’à partir du xiie siècle, lorsque la fonction royale parvient à s’émanciper de la temporalité eschatologique que lui avait imposée l’Église primitive26. De fait, avant le milieu du xie siècle, il est impossible d’établir les itinéraires des ducs de Normandie, car la plupart des actes ne contiennent ni date ni données topographiques27. À partir du règne de Guillaume, même si la chancellerie ducale a encore une activité relativement limitée, les données des actes permettent de dessiner les contours de l’espace au sein duquel s’inscrivent les pratiques gouvernementales28. Il s’agit alors d’un espace restreint par rapport au territoire de l’empire, dont l’étendue ne peut plus être maîtrisée personnellement par la simple présence du roi. Les premiers rois normands synthétisent alors la tradition ducale avec l’héritage insulaire des rois anglo-saxons, qui avaient également une cour itinérante29. Elle était scandée par des rendez-vous réguliers à Noël, Pâques et Pentecôte qui offraient l’occasion de cérémonies de port de la couronne dans les principaux centres du royaume : Westminster, Winchester, Gloucester, parfois Windsor30. Cette pratique de la sélection de quelques centres, symboliquement investis, est assez proche des pratiques ottoniennes autour de leur Festpfalzen31.

  • 32 J. Green, Henri I. King of England and Duke of Normandy, Cambridge, 2009, p. 96-117 ; R. V. Turner (...)
  • 33 T. K. Keefe, « Place-Date Distribution of Royal Charters and the Historical Cartography of Patrona (...)

12Au cours du xiie siècle, le développement précoce d’institutions de gouvernement in abstentia en Angleterre, telles que l’Échiquier et l’office de Justicier, induisent de nouvelles pratiques scripturaires de la cour, dont le personnel augmente et se diversifie32. La documentation s’intensifie et se densifie, ce qui permet de dresser une cartographie de l’espace gouvernemental plus précise. Sous le règne d’Henri Ier, le roi gouverne en acte sur une étendue presque identique à celle de sa domination (carte 1). En revanche, la documentation du règne d’Henri II soulève plusieurs types de problèmes. En premier lieu, la carte établie à partir de ses actes ne recouvre qu’une partie assez restreinte de l’espace effectivement parcouru – comme le montre la comparaison avec la carte de ses itinéraires établis à partir de la documentation narrative (cartes 2 et 3). Les raisons de ce contraste ont été clairement exposées par Thomas K. Keefe et Nicholas Vincent : elles relèvent principalement de la structure foncière anglo-normande, qui engendrait une forte production d’actes33. En outre, elle souligne la limite de l’usage des cartes établies à partir de la documentation diplomatique pour prendre en compte non seulement la mobilité réelle du roi, mais également l’espace gouvernemental. On ne saurait réduire en effet l’espace du gouvernement à l’espace dessiné par les lieux de production d’actes. À une époque où le pouvoir reste très fortement personnalisé et encore faiblement médiatisé par l’écrit, la présence du roi constitue un acte politique majeur. La fréquentation des pèlerinages aussi bien que la destruction d’un château rebelle participent d’une politique gouvernementale, même si ces déplacements ne s’accompagnent pas systématiquement d’une émission documentaire par la chancellerie.

  • 34 Les actes des rois de Sicile montrent en effet qu’ils ont trois résidences privilégiées : Palerme, (...)

13Par ailleurs, les cartes de Richard Cœur de Lion et de Jean sans Terre (cartes 5 et 6) permettent de voir que la construction d’un récit téléologique sur la progressive centralisation et la sédentarisation du pouvoir doit être fortement relativisée. En effet, alors que Richard gouverne principalement in abstentia (soit par procuration, depuis la Terre sainte ou d’Allemagne où il est retenu en captivité) et depuis la Normandie à partir de 1194, Jean sans Terre reprendra le mouvement continu de la cour, initié par son père, mais dans un espace qui s’est rétracté avec la perte de la Normandie en 1204 et celle de l’Anjou en 1206. L’expérience de la croisade, où il fut en contact avec les rois de Sicile, rois sédentaires s’il en est34, et avec l’empereur byzantin, fut assurément majeure chez Richard, pour prendre conscience que l’itinérance n’était pas si nécessaire pour gouverner. Dans quelle mesure choisir de gouverner depuis un centre fixe ne fut pas également pour Richard l’expression de sa volonté à gouverner « impérialement » ?

  • 35 Sur ce point voir N. Vincent, « Why 1199 ? Bureaucracy and Enrolment under John and its Contempora (...)

14Lorsque Jean sans Terre accède au trône à la mort de son frère, le 6 avril 1199, il reprend un mode de vie beaucoup plus nomade sur le modèle de son père. Ce choix peut être mis en relation avec le retour à une conception plus personnelle du pouvoir et un déficit de légitimité lié aux conditions de son accession. Par ailleurs, les réformes administratives qu’il met en œuvre modifient les procédures d’enregistrement des actes produits par la chancellerie, augmentant considérablement le nombre des actes conservés dans les rouleaux35. Désormais, il est possible de suivre la mobilité quasi réelle du roi, d’autant plus que la localisation et la datation des actes royaux sont devenues une pratique quasi systématique depuis le règne de Richard. L’espace gouvernemental tend à nouveau à se confondre avec celui des émissions d’actes.

  • 36 J. Bernhardt, Itinerant Kingship and Royal Monastery in Early Medieval Germany c. 936-1075, Cambri (...)
  • 37 J. Boutier, A. Dewerpe, D. Nordman, Un tour de France royal. Le voyage de Charles IX (1564-1566), (...)

15Ce qui caractérise l’itinérance des rois d’Angleterre au début du xiiie siècle rejoint ainsi en de nombreux points la définition qui avait été proposée par John Bernhardt dans l’ouvrage qu’il a consacré au Königsumritt des Ottoniens. À l’appui des travaux de l’anthropologue américain Clifford Geertz, il a montré qu’à travers l’itinérance il s’agissait pour le détenteur de l’autorité de faire sentir sa présence et de renforcer les liens personnels de son pouvoir, ainsi que de prendre symboliquement et concrètement possession du royaume36. Toutefois, l’itinérance est autre chose que la circumambulation cérémoniale de la cour royale telle qu’elle fut réalisée au cours du célèbre cas du voyage de Charles IX en 156437. Si ces deux types de déplacement ont pour but de marquer les limites de l’espace dominé, l’itinérance a aussi pour fonction de rassembler des territoires distincts en mettant en contact, de manière renouvelée, leurs centres de pouvoir.

Itinérance, usage de l’écrit et curialisation

  • 38 B. Weiler, Kingship, Rebellion and Political culture. England and Germany, c. 1215-c. 1250, Londre (...)
  • 39 N. Vincent, « Why 1199 ? », loc. cit. n. 35, p. 17-48.
  • 40 M. Billoré, De gré ou de force. L’aristocratie normande et ses ducs (1150-1259), Rennes, 2014, cha (...)

16Selon John Bernhardt, l’itinérance des Ottoniens et de leurs successeurs constituait un mode de gouvernement visant, entre autre, à compenser un usage limité de l’écrit. La nécessité pour les empereurs allemands de poursuivre l’iter royal à travers l’empire pour sacraliser leur pouvoir explique ainsi qu’à la fin du xiie siècle, les Hohenstaufen, qui gouvernaient un empire plus étendu encore que celui des Plantagenêt, n’avaient pas développé une machinerie administrative comme ce fut le cas des rois d’Angleterre38. Le développement administratif de la cour constituait en effet une contrainte importante pour l’itinérance, puisqu’elle alourdissait le cortège royal. On peut ainsi se demander pourquoi l’itinérance des Plantagenêt s’est accompagnée d’une telle transformation documentaire, mettant en œuvre une production complexe de rouleaux de comptabilité (pipe rolls) et de chancellerie (patent et close rolls, entre autres) et la systématisation de leur conservation. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, le manque de sélectivité des écrits de chancellerie n’était pas le signe d’une meilleure efficacité administrative39. Il ne faut donc pas comprendre la fonction de l’écrit administratif comme une nécessité pratique, mais à travers son utilité politique, celle de la curialisation des élites de l’empire40.

  • 41 A. O. Anderson, Scottish Annals from English Chroniclers 500-1286, Londres, 1908, p. 240 ; N. Vinc (...)
  • 42 N. Vincent, « Regional Variations in the Charters of King Henry II (1154-1189) », dans Charters an (...)
  • 43 Turner, Men Raised from the Dust, op. cit. n. 32.
  • 44 Pierre de Blois, « Lettres », PL, col. 49A : Regis enim curiam sequuntur assidue histriones, candi (...)
  • 45 Gautier Map, De Nugis Curialium, éd. et trad. angl. M. R. James, C. N. L. Brooke et A. B. Mynors, (...)

17La stratégie des empereurs allemands consistant à limiter l’usage de l’écrit répondait à la volonté de faire venir à eux les sujets, de faire de la cour impériale un nœud de communication sur le modèle idéologique des Carolingiens. Dans ce cas, l’itinérance s’accompagne d’une forme de centralisation du pouvoir, sans que celle-ci induise sa sédentarisation. Chez les Plantagenêt, il s’agit moins de faire venir à eux leurs sujets que de les faire circuler avec eux, et ainsi faire de la cour le lieu d’une acculturation des élites politiques issues des différents territoires de l’empire. La présence du roi d’Écosse, Malcom VI, et de son frère David à la cour d’Henri II, alors qu’ils participaient à l’ost contre le comte de Toulouse, en 1158, est un fait remarqué41. Toutefois, l’essentiel des témoins des chartes est issu de la petite noblesse anglo-normande, et l’on peut surtout constater l’absence des grands magnats anglais (Earls) ainsi que des nobles d’Anjou et d’Aquitaine42. Cette volonté d’inclure dans le service du roi des hommes d’origine sociale et géographique variée a toutefois constitué un aspect important du gouvernement royal dès le règne d’Henri Ier43. Pierre de Blois donne également à voir une réalité plus hétéroclite de la cour, ce monde surtout peuplé « d’histrions, de prostituées, de joueurs de dés, de flatteurs, de malfrats, de vauriens, de parasites, de mimes, de bouffons et de fanfarons de toutes origines qui composent continument la cour royale44 ». Comme lui, Gautier Map témoigne de la monstruosité du phénomène curial sous Henri II : « Jamais, jusqu’à aujourd’hui, on n’a vu et entendu qu’il existait une cour comme celle-ci et l’on craindra désormais qu’elle puisse à nouveau exister à l’avenir45. »

  • 46 É. Lalou, Itinéraires, op. cit. n. 6, p. 43.

18L’essor curial et le développement de l’écrit administratif qu’il générait n’entravaient donc pas véritablement l’itinérance royale, mais accomplissaient en quelques sorte sa fonction gouvernementale. On voit alors se développer des techniques permettant ce double dispositif curial – itinérance et usage croissant de l’écrit. Dès le règne de Richard est mis en place un système de double sceau permettant de distinguer actes royaux et actes de la chancellerie. Le sceau privé permettait au roi de gouverner tout en déambulant, tandis que la cour et les organes administratifs se stabilisaient dans des centres suffisamment importants pour fonctionner. Le développement de techniques spécifiques pour gouverner de manière itinérante constitua un enjeu pour les Plantagenêt, dès la fin du xiie siècle, alors que les Capétiens n’en verront l’utilité qu’à partir du xive siècle46. Ce que montrent les itinéraires établis à partir des actes est ainsi bien davantage la mobilité curiale que les déplacements royaux.

19L’usage de l’écrit correspond donc au développement d’une forme de gouvernement ad-ministrandum, où l’assujettissement des élites passait par le service de l’administration royale. L’usage de l’écrit et sa conservation n’étaient cependant pas uniformes dans l’empire normand et Plantagenêt. C’est en effet surtout en Angleterre, là où le roi était le plus souvent absent, que le gouvernement administratif se développa par la mise en place précoce d’une judicature royale. Sur le continent, la nécessité d’une présence effective du roi resta, tout au long de la période, le moteur principal de son itinérance.

  • 47 Cf. J. Gillingham, « The Foundations of a Disunited Kingdom », dans The English in the Twelfth Cen (...)

20L’itinérance des rois normands et des Plantagenêt différait profondément de celle des empereurs germaniques par le fait qu’ils n’exerçaient pas un pouvoir de type impérial. La nature fondamentalement hétérogène de leur pouvoir et la conception patrimoniale de leurs dignités les ont contraints à parcourir chacun des territoires de leur empire. Il n’y a qu’en Angleterre et en Normandie, où l’institutionnalisation du pouvoir était plus avancée qu’ailleurs, qu’ils ont pu développer des dispositifs de gouvernement in abstentia. Ces dispositifs ont induit un développement important de l’activité de la chancellerie. Ce fonctionnement administratif contraste fortement avec la cour des empereurs germaniques, qui avaient une conception élective et déterritorialisée de leur pouvoir, même si les dynasties s’ancraient de manière privilégiée dans certains territoires : la Saxe des Ottoniens, la Franconie des Saliens, la Souabe des Staufen, etc. Ce lien personnel que le roi d’Angleterre noua avec les différentes « nations » qu’il dominait a constitué un aspect caractéristique de la souveraineté des rois d’Angleterre sur les îles Britanniques et au-delà47.

  • 48 L. Harf-Lancner, « L’enfer de la cour. La cour d’Henri II Plantagenêt et la Mesnie Hellequin », da (...)

21C’est parce que les rois devaient pouvoir être présents partout à tout moment que l’itinérance royale a progressivement pris un caractère ininterrompu, donnant alors l’illusion de l’omniprésence royale. La littérature de la cour d’Henri II relate bien cette capacité du roi à se déplacer de manière rapide et spontanée. L’itinéraire royal dramatise ainsi concrètement le fait que le roi gouverne, c’est-à-dire intervient là où cela est nécessaire. Les critiques que les hommes de la cour d’Henri II ont pu faire sur le mode de vie que leur imposait cette itinérance infernale sont bien connues48. La figure maudite du roi Herla, destiné à errer sans but, ou la mesnie Hellequin, figures qui ont marqué les contemporains, ont alimenté les comparaisons avec Henri II. Pierre de Blois écrivait ainsi que :

  • 49 Pierre de Blois, Lettre 14, PL, 207, col. 44B.

Pour cette vanité des vanités nos courtisans endurent aujourd’hui le labeur et la fatigue, de nombreuses veilles et de grands dangers, dangers de la mer, dangers des fleuves, dangers des ponts, dangers des montagnes, dangers des faux frères, ils affrontent souvent la mort, brisent et épuisent leur corps, risquent leur vie : toutes ces épreuves leur gagneraient la gloire du martyre s’ils les enduraient au nom du Christ. Mais ils sont les martyres de ce siècle, des professeurs du monde, des disciples de la cour, des chevaliers d’Herlewin49.

  • 50 Ibid., Lettre 66, PL, 207, col. 198A-B : « Guêtres sans plis, coiffes sans faste et vêtements lége (...)

22Cette lettre montre à quel point l’itinérance royale était aussi une manière de gouverner les corps des sujets, de ceux qui avaient choisi le siècle et de suivre le roi pour être à son service. Loin d’être pastoral, c’est un mode de gouvernement qui cherche plutôt à imposer aux corps la discipline royale, celle de la dure matérialité du siècle. Les descriptions d’un Henri II sans fard et sans faste illustrent également le modèle de gouvernement qu’il s’appliquait à lui-même50 : le nécessaire sacrifice du corps matériel au service d’une cause plus immanente, celle du corps politique du royaume et du bien commun.

Annexes

Annexes

Carte 1 : Itinéraires d’Henri Ier, d’après les actes (édités par S. Mooers Christelow, « A Moveable Feast? Itineration and Centralization of Government under Henry I », Albion: A Quarterly journal concerned with British Studies, XXVIII/2 (1996), p. 187-228).

Carte 2 : Itinéraires d’Henri II d’après les actes (éd. L. Delisle). Issue de T. K. Keefe, « Place-Date Distribution of Royal Charters and the Historical Cartography of Patronage Strategies at the Court of King Henry II Plantagenet », Haskins Society Journal, 2 (1990), p. 179-188.

Carte 3 : Itinéraires d’Henri II d’après la documentation narrative (données issues de J. Everard dans N. Vincent, J. Everard et J. C. Holt, Acta of the Plantagenets, 1154-1204, à paraître).

Carte 4 : Itinéraires de Jean sans Terre en Normandie (1199-début 1200) (données issues de T. D. Hardy [éd.], Rotuli Literrarum Patentium in Turri Londinensis asservati, Londres, 1835).

Carte 5 : Itinéraires de Richard (données issues de L. Landon, The Itinerary of King Richard I, Lincoln, 1935).

Carte 6 : Itinéraires de Jean sans Terre (données issues de T. D. Hardy [éd.], Rotuli Literrarum Patentium in Turri Londinensis asservati, Londres, 1835).

Notes

1 J. Le Patourel, Feudal Empire. Norman and Plantagenet, Londres, 1981 ; J. Gillingham, Angevin Empire, Londres, 1984 ; M. Aurell, L’empire des Plantagenêt, Paris, 2003 ; D. Bates, Normans and Empire, Oxford, 2013.

2 Le champ a notamment été ouvert par le célèbre ouvrage de M. Clanchy, From Memory to Written Record. England 1066-1307, Londres, 1979, rééd. 2012.

3 Voir T. Zotz, « L’étude des palais royaux en Allemagne », Tendances actuelles de l’histoire du Moyen Âge en France et en Allemagne, éd. J.-Cl. Schmitt et O. G. Oexle, Paris, 2003, p. 307-326.

4 A. Gauert, « Das Itinerar Karls des Großen », Karl der Grosse - Werk und Wirkung, Düsseldorf, 1965, p. 14-18 [en ligne : http://www.mgh-bibliothek.de//dokumente/b/b047890.pdf].

5 R. McKitterick, Charlemagne. The Formation of a European Identity, Cambridge, 2008, p. 178-186.

6 Pour les Plantagenêt, la moyenne est entre 12 et 20 miles (= 20 à 30 km) par jour. J. E. Kanter, Peripatetic and Sedentary Kingship. The Itineraries of the Thirteenth Century English Kings, Ph. D, King’s College, Londres, 2011, p. 78 et 114 ; É. Lalou, Itinéraires de Philippe IV Le Bel : routes et résidences, 1. Introduction, Paris (Mémoires de l’académie des Inscriptions et Belles-Lettres, XXXVII), 2007, p. 78.

7 Rita Costa-Gomes attribue cette tradition à la pensée économique et sociologique de Max Weber et de Werner Sombart et de leur concept d’« économie naturelle », qui continue à être avancé malgré les nombreuses critiques : R. Costa-Gomes, « La cour en mouvement et l’organisation des séjours au Portugal : aspects matériels et bureaucratiques (xiiie-xve siècles) », e-spania, 20 [en ligne : http://e-spania.revues.org/24206. Consulté le 15 février 2015].

8 Pour Carlrichard Brühl le droit de gîte, qui deviendra le servitium regis, constitue une institution fondatrice sans laquelle cette itinérance était impossible : C. Brühl, Fodrum, Gistum servitium regis, Cologne/Graz, 1968.

9 C’est ce dont témoignent les documents comptables qui se multiplient à partir du xiie siècle et qui montrent également comment se mettent en place des formes d’organisation logistique et bureaucratique visant à organiser matériellement l’itinérance de la cour : Costa-Gomes, « La cour en mouvement », loc. cit. n. 7, et pour Henri II Plantagenêt : S. Schöder, Macht und Gabe : materielle Kultur am Hof Heinrich II von England, Berlin, 2004.

10 M. Gravel, Distances, rencontres, communications : réaliser l’empire sous Charlemagne et Louis le Pieux, Turnhout, 2012, chap. 1.

11 Ibid., p. 63. Martin Gravel évoque également la volonté de construire une capitale comme Rome, Constantinople, Jérusalem.

12 R. Le Jan, « Espaces sauvages et chasse royale dans le Nord de la Francie (viie-ixe siècles) », Revue du Nord, 244 (1980) [« Le Paysage rural. Réalités et représentations »], p. 35-60.

13 Voir K. Bosl, « Pfalzen und Forsten », Deutsche Königspfalzen, vol. 1, Gottingen, 1963, p. 1-29 et E. Ewig, « Résidences et capitales pendant le haut Moyen Âge », Revue historique, 230/1 (1963), p. 25-72.

14 A. Guerreau, « La chasse », Dictionnaire raisonné de l’Occident médiéval, éd. J. Le Goff et J.-C. Schmitt, Paris, 1999, p. 167-178.

15 Richard Fitznigel, Dialogus de Scaccario and Constitutio domus regis, éd. E. Amt et S. Church, Oxford, 2007, p. 90.

16 B. Bove, « Les rois médiévaux sont-ils parisiens ? Essai de synthèse sur les itinéraires royaux médiévaux de Philippe Auguste à Louis XI », Paris, ville de cour ( xiiie-xviiie siècle), éd. B. Bove, M. Gaude-Ferragu, C. Michon, Rennes, à paraître.

17 É. Lalou, Itinéraires, op. cit. n. 6, vol. 1, p. 61 ; vol. 2, p. 160, carte no 3 et no 14, p. 182-183.

18 Rosamond McKitterick oppose ce fonctionnement en réseau à la vision « pêle-mêle » défendue par Stuart Airlie, « Palaces of Memory. The Carolingian Court as a Political Center », dans Courts and Regions in Medieval Europe, éd. S. Rees Jones, R. Marks, J. A. Minnis, York, 2000, p. 1-20.

19 Données calculées à partir de l’itinéraire établi par Judith Everard dans Acta of the Plantagenet, éd. N. Vincent, J. Everard, et J. C. Holt, Londres, à paraître.

20 J. Morsel, L’aristocratie médiévale : la domination sociale en Occident, ve-xve siècle, Paris, 2004, p. 98.

21 Voir les schémas d’occupation palatiale de Louis le Pieux construits par Le Jan, « Espaces sauvages », loc. cit. n. 12.

22 Bove, « Les rois médiévaux », loc. cit. n. 16.

23 Roger of Hoveden, Chronica, éd. W. Stubbs, Londres, 1871, vol. 4, p. 86 ; Radulf de Coggeshall, Chronicon Anglicanum, éd. J. Stevenson, Londres, 1875, p. 100.

24 « Itinerarium regis Johannis », Litterarum patentium in Turris Asservati, éd. T. H. Hardy, Londres, 1835. Voir également le site : http://neolography.com/timelines/JohnItinerary.html.

25 F. Madeline, « Rouen and its Place in the Building Policy of Angevin Kings », dans Society and Culture in Medieval Rouen 911-1300, éd. L. Hicks, E. Brenner, Turnhout, 2013, p. 65-99.

26 M. Sennellart, Les arts de gouverner. Du regimen médiéval au concept de gouvernement, Paris, 1995, p. 106-107.

27 M. Fauroux, Recueil des actes des ducs de Normandie (911-1066), Caen, 1961 (Mémoires de la société des antiquaires de Normandie, XXXVI), p. 63-65.

28 Je renvoie aux cartes et à leur analyse à paraître dans F. Madeline, « Itinéraires royaux, spatialisation du pouvoir et pensée politique de l’espace dans le monde anglo-normand et Plantagenêt. Propositions cartographiques pour l’étude des modes de gouvernement à l’époque féodale », dans Penser les mondes normands, 911-2011, actes du colloque de Cerisy, éd. P. Bauduin et D. Bates, Caen, à paraître en 2016.

29 D. Hill, An Atlas of Anglo-Saxon England, Toronto, 1981, p. 82-95. On remarque cependant une centralisation des actes de gouvernement dans quelques centres plus restreints sous Édouard le Confesseur.

30 M. Biddle, « Seasonal Festivals and Residence: Winchester, Westminster and Gloucester in the Tenth to Twelfth Centuries », Anglo-Norman Studies, 8 (1986), p. 51-72.

31 A. Gautier, « Palais, itinéraires et fêtes alimentaires des rois anglo-saxons aux xe et xie siècles », Food & History, 4/1 (2006), p. 29-44.

32 J. Green, Henri I. King of England and Duke of Normandy, Cambridge, 2009, p. 96-117 ; R. V. Turner, Men Raised from the Dust. Administrative Service and Upward Mobility in Angevin England, Philadelphie, 1988 ; F. West, The Justiciarship in England 1066-1232, Cambridge, 1966, rééd. 2006.

33 T. K. Keefe, « Place-Date Distribution of Royal Charters and the Historical Cartography of Patronage Strategies at the Court of King Henry II Plantagenet », Haskins Society Journal, 2 (1990), p. 179-188 ; N. Vincent, « The Charters of King Henry II : The Royal Inspeximus revisited », Dating Undated Medieval Charters, éd. M. Gervers, Woodbridge, 2002, p. 97-120.

34 Les actes des rois de Sicile montrent en effet qu’ils ont trois résidences privilégiées : Palerme, Messine et Salerne en Italie du Sud, qu’ils occupent successivement : Codex diplomaticus Regni Sicilia Rex, I, III, éd. C. Brühl, Cologne, 1982-1996 ; A. Nef, Conquérir et gouverner la Sicile islamique aux xie et xiie siècles, Rome, 2011, chap. 4.

35 Sur ce point voir N. Vincent, « Why 1199 ? Bureaucracy and Enrolment under John and its Contemporaries », dans English Government in the Thirteenth Century, éd. A. Jobson, Woodbridge, 2004, p. 17-48.

36 J. Bernhardt, Itinerant Kingship and Royal Monastery in Early Medieval Germany c. 936-1075, Cambridge, 1993, p. 46, qui cite C. Geertz, The Interpretation of Cultures, New York, 1977, p. 163-164. Sur le rôle des monastères dans la structuration de l’itinérance, il y a une différence importante entre Ottoniens et Plantagenêt : N. Vincent, « The Pilgrimages of the Angevin Kings of England, 1154-1272 », dans Pilgrimage : The English Experience from Becket to Bunyan, éd. C. Morris, P. Roberts, Cambridge, 2002, p. 12-45.

37 J. Boutier, A. Dewerpe, D. Nordman, Un tour de France royal. Le voyage de Charles IX (1564-1566), Paris, 1984.

38 B. Weiler, Kingship, Rebellion and Political culture. England and Germany, c. 1215-c. 1250, Londres, 2007, p. XI ; T. Reuter, « The Medieval German Sonderweg ? The Empire and its Rulers in the High Middle Ages », dans Kings and Kingship in Medieval Europe, éd. A. Duggan, Londres, 1991, p. 297-325.

39 N. Vincent, « Why 1199 ? », loc. cit. n. 35, p. 17-48.

40 M. Billoré, De gré ou de force. L’aristocratie normande et ses ducs (1150-1259), Rennes, 2014, chap. 5.

41 A. O. Anderson, Scottish Annals from English Chroniclers 500-1286, Londres, 1908, p. 240 ; N. Vincent, « Did Henry II Had a Policy Towards the Earls », War, Governement and Aristocracy in the British Isles, c. 1150-1500. Essays in Honour of Michael Prestwich, éd. Ead., Woodbridge, 2008, p. 1-25.

42 N. Vincent, « Regional Variations in the Charters of King Henry II (1154-1189) », dans Charters and Charter Scholarship in Britain and Ireland, éd. M.-T. Flanagan, J. Green, Londres, 2005, p. 70-106 ; Id. « The Court of Henry II », dans Henry II, New Interpretations, éd. C. Harper-Bill et N. Vincent, Woodbridge, 2007, p. 278-334 propose un tableau des témoins les plus fréquemment cités dans les chartes d’Henri II en fonction de leur origine : si la domination des Anglo-Normands est écrasante, il y a cependant des Angevins, des Bretons, des Manceaux, amenés à occuper des postes clés.

43 Turner, Men Raised from the Dust, op. cit. n. 32.

44 Pierre de Blois, « Lettres », PL, col. 49A : Regis enim curiam sequuntur assidue histriones, candidatrices, aleatores, dulcorarii, caupones, nebulatores, mimi, barbatores, balatrones, hoc genus omne. Sur Pierre de Blois lui-même, voir E. Türk, « L’intellectuel et les aléas de l’ascension sociale : l’exemple de Pierre de Blois », dans Plantagenêts et Capétiens : confrontations et héritages, éd. M. Aurell et N. Faucherre, Turnhout, 2006, p. 497-504.

45 Gautier Map, De Nugis Curialium, éd. et trad. angl. M. R. James, C. N. L. Brooke et A. B. Mynors, Londres, 1983, p. 374-375.

46 É. Lalou, Itinéraires, op. cit. n. 6, p. 43.

47 Cf. J. Gillingham, « The Foundations of a Disunited Kingdom », dans The English in the Twelfth Century : Imperalism, National Identity and Political Values, Woodbridge, 2000, p. 93-103 et J. Pocock, « The Union in British History », Transaction of the Royal Historical Society, 10 (2000), p. 181-196.

48 L. Harf-Lancner, « L’enfer de la cour. La cour d’Henri II Plantagenêt et la Mesnie Hellequin », dans L’État et les aristocraties, éd. P. Contamine, Paris, 1989, p. 27-50 ; E. Türk, Nugae Curialium. Le règne d’Henri II Plantagenêt (1145-1189) et l’éthique politique, Genève, 1977.

49 Pierre de Blois, Lettre 14, PL, 207, col. 44B.

50 Ibid., Lettre 66, PL, 207, col. 198A-B : « Guêtres sans plis, coiffes sans faste et vêtements légers sont d’usage à la cour […] Au lieu de rester dans son palais, comme les autres rois, il parcourait les provinces de son empire, les explorant toutes, jugeant de sa puissance ce que les autres juges faisaient. »

Table des illustrations

Légende Carte 1 : Itinéraires d’Henri Ier, d’après les actes (édités par S. Mooers Christelow, « A Moveable Feast? Itineration and Centralization of Government under Henry I », Albion: A Quarterly journal concerned with British Studies, XXVIII/2 (1996), p. 187-228).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/28740/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Légende Carte 2 : Itinéraires d’Henri II d’après les actes (éd. L. Delisle). Issue de T. K. Keefe, « Place-Date Distribution of Royal Charters and the Historical Cartography of Patronage Strategies at the Court of King Henry II Plantagenet », Haskins Society Journal, 2 (1990), p. 179-188.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/28740/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 211k
Légende Carte 3 : Itinéraires d’Henri II d’après la documentation narrative (données issues de J. Everard dans N. Vincent, J. Everard et J. C. Holt, Acta of the Plantagenets, 1154-1204, à paraître).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/28740/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Carte 4 : Itinéraires de Jean sans Terre en Normandie (1199-début 1200) (données issues de T. D. Hardy [éd.], Rotuli Literrarum Patentium in Turri Londinensis asservati, Londres, 1835).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/28740/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 274k
Légende Carte 5 : Itinéraires de Richard (données issues de L. Landon, The Itinerary of King Richard I, Lincoln, 1935).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/28740/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Légende Carte 6 : Itinéraires de Jean sans Terre (données issues de T. D. Hardy [éd.], Rotuli Literrarum Patentium in Turri Londinensis asservati, Londres, 1835).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/28740/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 247k

© Éditions de la Sorbonne, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540