Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Gouverner les hommes, gouverner les âmes

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Les moyens du gouvernement

Gouverner par la table : société politique, dépenses de bouche et pratiques du pouvoir en Artois à l’avènement de Marguerite de France (1361-1362)

Governing through the Stomach: Political Societies, Food Budgets and the Practices of Power in Artois at the Time of the Accession of Margaret of France (1361-1362)

Jean-Baptiste Santamaria

Résumé

La construction du pouvoir princier est souvent analysée dans un rapport d’antagonisme ou de contrainte avec les villes. L’image d’une administration comme un monstre froid repose en grande partie sur l’ignorance dans laquelle nous sommes des rapports établis avec les sujets. L’avènement de Marguerite de France, fille de Philippe V le Long et héritière en 1361 des comtés d’Artois et de Bourgogne, offre un éclairage précis sur la manière dont se forgent ces rapports entre gouvernants et gouvernés. En effet, l’envoi de deux lieutenants généraux chargés d’établir l’autorité administrative de la comtesse à travers les différentes villes d’Artois a donné lieu à la rédaction d’un compte mentionnant au quotidien les dépenses souvent occasionnées par diverses manifestations de convivialité : chanoines, seigneurs, échevins, marchands et officiers des villes constituent au fil des mois les convives nourris « aux frais de la princesse » dans un pays où l’exercice de l’autorité, notamment judiciaire, relève largement d’un partage et d’une collaboration entre villes et prince. La nature des produits consommés, les indices relatifs à leur préparation, le rôle du vin et de la bière et l’importance des dons offerts par les villes ouvrent sur cette culture culinaire partagée entre serviteurs du prince et des villes, deux univers ici fortement impliqués. Mais c’est surtout dans la présence des nombreux invités dont le scribe dresse la liste que se dessine un des soubassements de l’exercice du gouvernement, les relations interpersonnelles entre détenteurs des diverses formes d’autorité, d’autant que la table se transforme aisément en bureau pour devenir un lieu de la prise de décision.

The development of the power of the prince is often analyzed in terms of a relationship of antagonism and constraint towards the cities. This image of the government as a heartless tyranny is based largely on our ignorance of the type of relationship that obtained between the government and its subjects. The accession of Margaret of France, daughter of Philip V, who inherited the counties of Artois and Burgundy, provides us with an accurate view of the period, shedding light on how the relationship between government and the governed was forged. At that time two lieutenant-generals were sent to Artois to establish the countess’s administrative authority over its cities. In the course of their activities they kept an account book in which were consigned the daily expenses incurred while entertaining city folk. Canons, local lords, aldermen, merchants and city officers were wined and dined for months at the countess’s expense in a country in which the prince and the city mainly worked together where the exercise of authority, especially judicial authority, was concerned. From this source we learn of the types of foodstuffs that were eaten, their preparation and whether they were accompanied by wine or beer. We also learn of the importance of the gifts given by the city. All of this provides us with a picture of a culinary culture shared by the prince’s officials and the cities, whose worlds interpenetrated to a large extent. The scribe gives us the list of the numerous guests involved. From this we see how interpersonal relations between the various types of government officials lay at the heart of the exercise of government. Many important decisions were made during a meal rather than in an office.

Texte intégral

  • 1 B. Chevalier, Les bonnes villes de France du xive au xvie siècle, Paris, 1982, p. 206.
  • 2 Y. Morel, « “Et ce jour mondit seigneur fist fere ung banquet” : les banquets à la cour de Philipp (...)
  • 3 C. Chatellain, « Le maïeur et les échevins d’Amiens à table (1385-1483) », PCEEB, 47 (2007), p. 16 (...)
  • 4 G. Castelnuovo, « Service de l’État et identité sociale. Les Chambres des comptes princières à la (...)
  • 5 Arch. dép. du Pas-de-Calais [désormais : ADPdC], A 700 et 701. Sauf précision contraire, les infor (...)
  • 6 La période antérieure à 1330 est mieux connue : Ch. Loubet, Le gouvernement de la comtesse Mahaut (...)

1Bernard Chevalier avait avancé l’idée selon laquelle les bonnes villes médiévales avaient d’abord été gouvernées à table, bien plus que dans les salles de réunion des échevinages1. Du côté des princes, on connaît désormais toute l’importance politique des banquets des princes, mais aussi de leur table « quotidienne », en particulier celle des ducs de Bourgogne2. Mais entre la ville et la cour, les pratiques alimentaires des officiers princiers sont moins faciles à cerner. Or la commensalité constitue bien un élément structurant des solidarités3, permettant d’aborder la question majeure pour la fin du Moyen Âge du statut de ces administrateurs, et d’approcher de manière concrète la constitution d’un corps de l’État4. Encore faut-il la saisir. Les archives des comtes d’Artois nous ont heureusement conservé deux comptes journaliers des dépenses d’un lieutenant général envoyé en Artois en décembre 1361 au moment décisif de la prise de possession du comté au nom de Marguerite de France. Couvrant deux périodes, de décembre 1361 à février 1362, puis de juillet à septembre 1362, ces deux cahiers de papier se signalent par la précision des dépenses, comptabilisées au quotidien par celui qui administre et gouverne, loin de la cour, au plus près des officiers de terrain5. L’épisode éclaire en outre un cadre politique méconnu, en amont de l’avènement du premier duc Valois de Bourgogne, dans un territoire moins étudié que la Flandre, cet Artois proche des usages de la monarchie et désormais au contact direct du Calaisis anglais6. Pour entrer dans la fabrique d’une société politique réunissant milieux administratifs et sujets du pouvoir princier, j’envisagerai en premier lieu l’aspect matériel de ces usages unissant les commensaux. Les nombreuses mentions des convives présents permettent en outre de suivre au jour le jour une véritable société politique, une sanior pars dont on dessinera les contours et l’action.

Aux frais de la princesse : la table du lieutenant général d’Artois

  • 7 Archives municipales [désormais : AM] de Saint-Omer, AB VIII. 8.
  • 8 ADPdC, A 90.25 et A 702.

2Dès la mort de Philippe de Rouvres en novembre 1361, sa grand-tante et héritière pour l’Artois et la Franche-Comté, Marguerite de France, fille du roi Philippe V le Long, prête hommage au roi Jean II le Bon à Paris. Elle commet alors deux lieutenants généraux en Artois, deux proches du roi : le seigneur Gaucher de Châtillon, et « messire Maturin Rogier, nostre clerc et conseiller7 ». Leur mission est de « prenre pour nous la possession et saisine corperele et reelle dudit conté et des villes, chastiaulx et appartenances d’icellui ». Ils reçoivent pouvoir de commettre des officiers, d’entendre les comptes, de lever les aides. Marguerite estime donc la situation artésienne sous contrôle et décide de prendre elle-même possession de son héritage le plus contesté : les terres de Champagne, infestées de routiers, et la Franche-Comté, où l’attend une noblesse frondeuse8.

  • 9 ADPdC, A 82, A 698, A 711.
  • 10 A. Derville, Saint-Omer. Des origines aux débuts du xive siècle, Villeneuve d’Ascq, 1995.
  • 11 J. Girard, Un prélat franc-comtois au xive siècle : Philippe d’Arbois, évêque de Tournai, Besançon (...)

3Mathurin Roger est originaire de Flandre wallonne ou d’Artois. Chanoine d’Aire puis de Béthune, il sert Marguerite comme conseiller et maître de ses comptes en Artois alors que la princesse n’y possède que la châtellenie de Bapaume. C’est là qu’il se trouve quand il est convoqué à Paris en novembre 1361. Il est également clerc des comptes et conseiller du roi9. La mission des lieutenants généraux commence par une impressionnante tournée des grandes villes animée par une série de grands banquets, qui s’inscrivent dans un projet proprement politique, comme en témoigne le parcours effectué en décembre 1361 à travers l’Artois : la première étape est Arras, capitale politique. De là, via Lens et Béthune, il se dirige vers Saint-Omer, tandis qu’Aire-sur-la-Lys n’est que traversée : la hiérarchie urbaine imposait de s’installer au plus tôt à Saint-Omer, ville la plus riche et clé de la défense de l’Artois face au Calaisis10. Après quoi vient l’importante ville d’Hesdin, tandis que le comté de Saint-Pol ne retient guère son attention. Le lieutenant veut voir ces « bonnes villes » dominant les états et finançant les aides, places militairement stratégiques, centres d’un bailliage. Le renforcement des liens avec l’évêque de Thérouanne, dont la cité est visitée le 19 décembre, et surtout celui de Tournai, franc-comtois proche de la comtesse et de son fils, le comte de Flandre11, complète l’itinéraire. Sur les deux mois suivants et durant l’été, la hiérarchie est la même : Arras domine, suivie de loin par les chefs-lieux de bailliages majeurs comme Saint-Omer et Lens, puis Hesdin lorsque la comtesse y réside. Zones de frontière et châteaux des marches du Calaisis (La Montoire, Éperlecques) n’intéressent guère le lieutenant, à la différence de Béthune et d’Aire, dans les chapitres desquels Mathurin fait sa carrière et où il cultive son réseau. Partout, Roger reçoit ses convives dans le château comtal ; à Arras, il dispose même d’un hôtel spécifique, dit « du gouverneur ».

  • 12 Chatellain, « Le maïeur », loc. cit. n. 3.
  • 13 J. Theurot, « Approvisionnements de bouche et repas dans le comté de Bourgogne (1286-1374) », PCEE (...)
  • 14 Voir les dépenses de l’hôtel de la comtesse en 1362 : ADPdC, A 699.
  • 15 ADPdC, A 1006.15.
  • 16 ADPdC, A 702.

4Les frais de bouche sont intégralement couverts par la comtesse. Cette action de diplomatie intérieure s’inscrit dans une pratique surtout attestée par les princes directement, mais aussi par leurs agents, notamment dans des périodes de tension : la rivalité politique entre Armagnacs et Bourguignons à Amiens se manifeste ainsi en partie dans la capacité des deux camps à rassembler à table les membres de l’échevinage autour de leurs agents respectifs12. Le total des dépenses sur un mois ordinaire est de 76 livres, seulement 2,5 livres par jour. Rappelons que Mahaut d’Artois dépensait aisément 25 livres par jour cinquante ans plus tôt13. Pour chaque jour, les deux comptes conservés reproduisent les grands services des hôtels princiers (paneterie, bouteillerie, cuisine, etc.). Formalisme comptable, car bien des plats et des sauces sont achetés auprès de fournisseurs issus des métiers urbains, et même le pain, alors que la comtesse dispose de fortes réserves de blé en Artois. Ces contacts permettent d’ailleurs aux fournisseurs d’accéder par la suite aux commandes bien plus abondantes de la cour comtale14. En revanche, la venaison n’est jamais achetée mais fournie par le domaine. Les officiers expédient sangliers et perdrix au lieutenant général comme ils le feraient à la comtesse dont il est « lieutenant ». La maisnie de Mathurin Rogier compte par ailleurs quatre personnes : deux jeunes neveux employés comme valets, une servante et un queux, un certain Guillaume le Queux, payé une misère, 33 sous pour deux mois. Les autres officiers comtaux ne sont pas en reste, et semblent engagés dans une certaine compétition : le lieutenant est ainsi souvent invité chez le receveur d’Artois, un prêtre, dont on sait par une enquête plus tardive qu’il « tenoit de grands digners et de gens pluiseurs » et avait lui aussi son queux15. Les nobles sont encore mieux dotés, y compris lorsqu’ils ne sont pas de grands barons : Gaucher de Châtillon (mais aussi le bailli de Lens) se déplace avec un entourage conséquent, jusqu’à huit ou dix chevaux, une vaste maisnie dirigée par un « maistre d’hostel16 ».

5Le rythme des repas répond aux recommandations du temps : dîner et souper, aucun banquet. Rien d’un cadre curial démesuré. L’alternance des jours gras et maigres est partiellement soumise aux aléas politiques : si le vendredi est toujours maigre, le samedi ne l’est que lorsque les circonstances le permettent. Ordinairement, ce jour-là Roger mange maigre, à « pain et eau », voire jeûne. Lors de son arrivée en Artois, il choisit cependant de jeûner par avance le mercredi, pour pouvoir servir un lourd souper de viande le samedi 18 décembre aux Arrageois. Une fois installé, il jeûne fréquemment le samedi, mais sa maisnie ou ses hôtes soupent sans lui : le samedi 29 janvier, Roger « ne souppa point au soir, mais soupperent a son hostel le bailliu de Lens, le prevost d’Aire, maistre Nicolas Brunel et les gens de monseigneur ». La table reste ouverte.

  • 17 A. Derville, « Pots-de-vin, cadeaux, racket, patronage. Essai sur les mécanismes de décision dans (...)

6Le détail des repas permet de mesurer à la fois les quantités et la nature des plats préparés. Exemple de repas somptueux, le dîner du mardi 21 décembre à Hesdin rassemble 90 personnes, suivi d’un souper à 50 convives, principalement des nobles et bourgeois d’Hesdin : un demi-bœuf, un demi-mouton, un veau, du lard, du saindoux, deux oies, 21 chapons, 18 connins, de la venaison, 13 perdrix, 288 pains, des pois, des oignons et des amandes sont alors utilisés. Le tout est assaisonné de vinaigre, verjus, mais aussi gingembre, cannelle, et grain de paradis. Le premier compte mentionne les dons complétant les achats, ce qui nous permet de mesurer assez clairement la consommation. Celle de vin varie, mais les approvisionnements journaliers avoisinent les deux litres par personne, parfois le double. Ce vin est majoritairement offert : les pots-de-vin, pratique bien connue de la part des échevinages17, apparaissent comme un usage diffusé en profondeur chez les ecclésiastiques comme chez les nombreux officiers invités par Mathurin Roger, apportant entre 2 à 50 litres. Les valets doivent se contenter des achats irréguliers de « goudale », bière bon marché mais d’importation. Le vin acheté à la taverne est généralement bon marché, payé 20 deniers le lot. Vin sans origine, ou « raynois [et] francois », il s’agit sans doute d’un blanc léger ordinaire servi d’ailleurs aussi aux nobles. Le vin de Saint-Jean-d’Angély est plus rare, mais guère coûteux. Il n’y a aucune mention de vin de Beaune, mais parfois un vin de sauge, ou encore du vin dit de claire ou de clare, peut-être une décoction aromatique, tout comme l’hypocras lui aussi servi exceptionnellement.

  • 18 B. Laurioux, Manger au Moyen Âge. Pratiques et discours alimentaires en Europe aux xive et xve siè (...)
  • 19 Morel, « “Et ce jour” », loc. cit. n. 2.
  • 20 Laurioux, Manger au Moyen Âge, op. cit. n. 18, p. 58-59.

7En moyenne, deux pains sont achetés par couvert, probablement des pains de 400 grammes qui peuvent aussi servir de tranchoirs. La viande constitue l’autre base essentielle, viande fraîche achetée quotidiennement, le boucher étant d’ailleurs suffisamment familier pour être invité à table : entre décembre et février on dénombre 26 achats de mouton, 17 de bœuf, 13 de porc (andouille, lard, côtelette, jambon), 3 d’agneau, 1 de veau. La hiérarchie est identique à celle du marché parisien, le mouton étant d’autant plus présent en Artois que la laine y joue un rôle majeur. Les chapons, dont Bruno Laurioux a montré le caractère prestigieux18, sont eux aussi très présents (18 achats), comme les connins ou lapins (11), bien davantage qu’à la table des ducs de Bourgogne19. On mentionnera la présence de gibier à plume, luxueux et au sommet de la hiérarchie des aliments : quatre perdrix, deux oiseaux de rivière et un faisan. Ce n’est pas un hasard si on sert une perdrix pour le dîner organisé avec les échevins et conseillers d’Arras au complet. Le poisson, indispensable aux jours « maigres », est fréquemment consommé (65 mentions). Il s’agit d’abord de hareng (nous sommes près de Boulogne), d’une grande variété de poissons de mer (rougets, dorades, soles, becquets, morues) mais aussi de poissons d’eau douce (anguilles, carpes). En revanche, il n’y a guère de baleine ou de porc de mer (marsouin), dont la comtesse est pourtant friande. Les légumes et légumineuses sont rares, ce qui peut s’expliquer en partie par une autoconsommation permise par les jardins de villes20. On recourt surtout aux pois en hiver, au cresson, à des porées achetées toutes prêtes, bien peu à l’oignon et à l’ail réputés paysans. En revanche les fruits, recherchés, sont omniprésents, hiver comme été : prunes, poires, noix surtout et figues, importées et sans doute séchées, que complètent de rares mentions de dragées et épices de chambres, ainsi que de madrian ou fruits confits.

  • 21 P. Aebiscer, « Un manuscrit valaisien du Viandier attribué à Taillevent », Vallesia, 8 (1953), p.  (...)
  • 22 B. Laurioux, « Entre savoir et pratiques : le livre de cuisine à la fin du Moyen Âge », Médiévales (...)
  • 23 Tristan du Bois, identifié par Bruno Laurioux comme bailli de Tournai, avait auparavant gouverné l (...)
  • 24 Médiathèque du Valais, S. 108 [en ligne : http://www.e-codices.unifr.ch/fr/list/one/mvs/viandier].
  • 25 Achats de mules, soles, harengs, becques, anguilles, grains de paradis, clous de girofle, sucre, v (...)
  • 26 L. Plouvier, « Spécialités “bourguignonnes” dans les Pays-Bas méridionaux (xve siècle) » dans The (...)

8Les épices surtout sont omniprésentes, avec dans l’ordre safran, gingembre, cannelle, grain de paradis et clous de girofle. On ne trouve guère de poivre, épice désormais trop banale. La cuisine se fait au beurre, avec un usage presque quotidien du vinaigre et du verjus. La moutarde n’est pas négligée. Peu sucré, fort acide et épicé, notamment lorsque du poisson est servi, ce régime ne surprend pas. La proximité avec les habitudes capétiennes et les manuscrits de viandiers, notamment celui de Sion, antérieur21, et celui dit de Taillevent, presque contemporain, est saisissante22, comme celle avec le Ménagier de Paris dont l’auteur a séjourné à Tournai et a été proche d’un autre gouverneur d’Artois23. Animal dominant le végétal, saveurs acides plus que douces, la hiérarchie des épices est également identique. On retrouve à l’occasion le nom de plats bien connus : le poisson en galantine, acheté tout prêt à Arras, ou l’aloyau (ici de mouton), viande cuite à la broche et lardée de graisse. Souvent, les achats semblent coïncider avec des recettes : le 11 janvier, l’achat de chapon, persil, hysope, sauge, gingembre, verjus et vinaigre coïncide presque mot pour mot avec la recette du chapon aux herbes de Taillevent24. On pourrait multiplier les exemples, comme celui de la comminée de poissons ou du brouet de cannelle25. On notera des inflexions locales bien connues en Flandre26 : citons le beurre, l’usage fréquent des tartes, notamment des lèchefrites, tartes sucrées au fromage, ou des darioles, tartes farcies de poisson de mer ou d’anguilles et d’épices. La fabrication de waufres ou gaufres est également notable. Enfin, l’usage extrêmement fréquent des pâtés impressionne : pâtés de bœuf, de chapon, d’anguille, de mouton, de poussin sont confectionnés par l’Arrageois Jean Calot sur commande.

9En bon hôte, le lieutenant proportionne le coût à la qualité des invités et au moment : les repas ostentatoires des débuts atteignent les 15 à 25 livres, pas loin d’une dépense princière. Noël ou la Saint-Amour sont des moments de dépenses somptueuses. En revanche, lorsque Roger s’absente, la dépense tombe à zéro : on sert aux valets pain de la veille et harengs « de réserve ». Quelques éléments d’une culture courtoise se retrouvent dans ces pratiques sociales : le lieutenant fait à l’occasion don de faisans aux épouses d’un bourgeois d’Arras et d’un bailli. La Saint-Amour est l’occasion d’inviter des épouses et de consommer hypocras et dragées. Par ailleurs, Mathurin Roger possède un « coutel et une forchettes pour monseigneur », bien qu’il soit le seul. Le fait est alors rare. En revanche, nul entremets peint, ni ménestrel. Seuls quelques amuseurs locaux viennent divertir la table, comme l’évêque des moches de Béthune, ou encore un « recordeur de serventois » venu déclamer à cet homme d’Église et de pouvoir des poésies satiriques. L’ambiance reste ordinairement sérieuse. De lourds repas d’affaire en somme ? La liste des convives ne dément guère cette impression.

La sanior pars à table

10Le comptable ayant tenu les registres conservés a choisi de noter les présents à chaque repas, sans doute pour justifier les dépenses, et en garder mémoire ; il précise parfois le nombre de convives, mais a tendance à énumérer les principaux personnages complétés d’un laconique « et d’autres ». La société fréquentant la table du lieutenant se dessine néanmoins avec une certaine précision.

  • 27 Ch. Hirschauer, Les états d’Artois de leurs origines à l’occupation française, 1340-1640, Paris, B (...)

11À la différence d’un hôtel princier qui constitue en soi une masse considérable, la proportion d’invités est grande à la table de Mathurin Roger. Mais il ne s’agit pas d’une cantine ouverte : certains officiers présents en ville ne sont pas conviés. Entre décembre 1361 et février 1362, le lieutenant reçoit en permanence, sauf lorsqu’on l’invite ou qu’il jeûne. En décembre, on observe une sociabilité « inaugurale » qui se substitue en somme aux joyeuses entrées que la nouvelle comtesse n’est pas en état d’effectuer avant sa venue en mai 1362 : le 14 décembre, la dépense est multipliée par six, atteignant 24 écus pour « donner a mengier celui jour les eschevins, plusieurs bourgeois et autres officiers ». Le 15, la journée se passe à Lens, avec encore 44 convives au dîner, 28 au souper, puis le 16 à Béthune avec 50 et 40 personnes. Après le 25 décembre, ces effectifs s’effondrent. En 74 jours, un bon millier de couverts ont été servis, mais 348 seulement correspondent à des mentions nominatives, soit une centaine d’individus et une dizaine de groupes (échevins, chanoines…). 90 % des individus sont identifiables d’après les sources comtales et échevinales, preuve de leur surface sociale. Cette société est artésienne : huit individus sont « étrangers », d’ailleurs guère exotiques : deux nobles de Flandre possessionnés en Artois, deux Lillois, un Nivernais, un Parisien, un Liégeois et un Tournaisien. Le cercle géographique se concentre sur les terres de Marguerite, de son fils et de la monarchie. Arras domine largement, suivie des autres bonnes villes. Seules deux femmes sont désignées, en tant qu’épouses d’un officier et d’un bourgeois d’Arras. Sur la centaine d’individus nommés, 37 sont officiers ou anciens officiers comtaux, allant d’une extrémité à l’autre du comté, deux sont de futurs officiers, quatre des parents. Autre catégorie très présente, la noblesse compte 25 convives. Baillis, châtelains, ils constituent d’ailleurs un tiers des officiers, les autres étant des nobles proches de la comtesse et de son fils comme le seigneur de Wingles, possessionné entre Flandre et Artois. Les ecclésiastiques sont au moins 24, dont quatre seulement liés aux offices, conseillers et financiers. Là apparaissent les liens de Roger avec le clergé d’Aire, Béthune et Saint-Omer. Quant au commun, on note 46 individus dont 20 officiers, les échevins d’Aire, Arras et Saint-Omer et un groupe de 10 bourgeois dont 9 d’Arras. Dans ce moment clé du principat, on voit bien l’importance de ces repas pour assurer un lien étroit avec les forces politiques d’un pays où se mettent précisément en place les assemblées d’états27.

  • 28 Andrieu Louchart, futur échevin, financier connu, parent de Jacquemart, tué par les émeutiers ; et (...)

12Par leur fréquentation, sept individus se distinguent, présents au moins dix fois, tous serviteurs de la princesse : trois ecclésiastiques, trois nobles et un légiste. Le plus présent est le bailli de Lens, Pierre de Cohem, chevalier, suivi par le receveur d’Artois, un prêtre. Les autres sont des officiers actifs depuis Philippe de Rouvres, voire depuis la mainmise royale de 1347-1353, ou des gens de Marguerite issus de Bapaume : ils assurent la transition. Les bourgeois ne sont pas dans ce premier cercle, fait de familles fidèles et de clercs. Ceux qui sont présents entre deux et neuf fois sont bien plus nombreux. Cela représente 37 individus, surtout des serviteurs de la comtesse, quasiment tous passés en revue : receveurs, châtelains, baillis, mais peu de subalternes ; pour le reste, des hommes d’Église et des nobles. Quant aux bourgeois, on les trouve surtout parmi ceux, les plus nombreux, qui sont présents une seule fois : Mathurin Roger établit des contacts avec eux mais leur société n’est pas son ordinaire, bien qu’il sache inviter anciens, actuels ou futurs échevins, signes de leur importance politique. La population d’Arras domine ce groupe, du fait de la résidence de Roger, de l’importance politique de la ville, qui a d’ailleurs connu une révolte antifiscale en 1356. Des membres des familles impliquées du côté des rebelles comme des défenseurs de l’ordre figurent parmi les convives28. Enfin, on notera la présence d’officiers du roi en mission, ou de Flamands de passage, gens du comte Louis de Male.

13La période du 4 juillet au 7 septembre réduit les cercles d’un lieutenant marginalisé par la présence de la cour à Hesdin. Moins de monde est présent, moins de nobles, tandis qu’un trio émerge, mangeant quotidiennement : deux ecclésiastiques spécialistes des comptes, ainsi qu’un laïc de Franche-Comté, Lengret, futur secrétaire et bon connaisseur des finances. Des bureaucrates qui travaillent en équipe et mangent ensemble, noyau dur complété par des officiers venus rendre compte ou ramener de l’argent. Ces derniers viennent surtout du sud-est de l’Artois, les autres allant directement voir la comtesse à Hesdin : les tablées révèlent une position marginalisée donc, mais des réseaux solides. Nombreux sont en effet les anciens baillis et receveurs gardant le contact avec le pouvoir. Vieux compagnons de route de la comtesse, l’évêque de Chartres, alors président de la chambre des comptes de Paris (Mathurin Roger y a également fait carrière), se signale lui aussi lors de l’installation de l’évêque d’Arras en 1362. De nouvelles têtes sont également présentées par un patron, plus souvent un parent, à l’instar de Jean de Vaux, frère d’un bailli qui deviendra à son tour bailli d’Hesdin. On est cependant loin de la cour : si la noblesse y est fort présente, c’est une noblesse de baillis et de châtelains. Hormis un physicien de passage, guère de gens de l’hôtel. Les puissants ne viennent jamais, comme le comte de Flandre. L’évêque d’Arras invite Roger, mais ne se rend pas chez lui. Quant aux bourgeois, ce sont quelques heureux élus, proches du pouvoir échevinal ou futurs serviteurs de la comtesse, qui forment une courroie de transmission. Ce qui domine, c’est une sociabilité d’officiers de terrain au service de la princesse, des gens visiblement unis par leur travail.

  • 29 J.-M. Richard, « Instructions données aux commissaires chargés de lever la rançon du roi Jean (136 (...)
  • 30 C’est le cas à Lille : AD Nord, B 1598, f. 44-45.
  • 31 Sous Charles Quint notamment : AD Nord, B 1.

14Les comptes indiquent plus ou moins directement que les repas du lieutenant étaient surtout des repas d’affaires, une pause au milieu de longs travaux collectifs, voire le moment de discuter de sujets importants. Les convives étaient d’ailleurs plus nombreux le midi. La somme des questions traitées par le lieutenant était d’ailleurs considérable : surveillance des places fortes, rapports aux villes, justice, affaires financières, nominations. Il travaillait parfois jusqu’au soir et consommait du luminaire. Mais le temps du dîner était respecté chaque jour ; c’était là une règle. On sait que les commissaires royaux chargés de rassembler au plus vite l’argent du traité de Calais s’étaient vus supprimer tous les jours de congés, mais avaient gardé leur pause du dîner29. Le dîner servait d’ailleurs de base à l’organisation des journées de travail administratif, notamment dans les règlements des chambres des comptes30. La pause pouvait durer deux à quatre heures31, ce qui, dans une journée bien remplie de gouverneur, ne pouvait être négligé.

Du bureau au banquet : miniature représentant l’examen des comptes de la confrérie Saint-Nicolas de Valenciennes (xve siècle). Livre de la confrérie Saint-Nicolas de Valenciennes, B. M. Valenciennes, ms. 536, fol. 14r. Photographie : Service de numérisation de la bibliothèque de Valenciennes.

15À l’occasion, l’objet des réunions est mentionné. Le 22 janvier, il s’agit d’envisager une attaque anglaise en raison d’un litige sur une zone frontalière, le pays de Langle. Le repas peut d’ailleurs constituer le moment de délibération : le 25 janvier à Arras « dignerent a l’hostel li consauls du signeur pour savoir et avoir avis comment on yroit avant de ce que les bonnes villes sont constraintes de jurer la pais ». Question à nouveau essentielle : Jean le Bon et Edouard III voulaient faire jurer la paix de Calais aux bonnes villes d’Artois. Les villes et notamment Saint-Omer refusaient et furent convoquées à Montreuil par lettre du 18 janvier. Le gouvernement d’Artois entendait coordonner la réaction du pays, globalement hostile. Le même motif expliquait la venue à Béthune le lendemain au dîner « pour avoir avis et conseil » sur cette affaire. Le soir même, à Aire, baillis et prévôt d’Aire furent conviés à souper pour discuter de la même affaire mais aussi pour « certain debat mettre a point qui estoit entre la ville et le chappitre ».

  • 32 Valenciennes, bibliothèque municipale, ms. 536, f. 14r.

16Parfois, c’est la complexité de l’affaire et le nombre d’intervenants qui semblent contraindre à faire déborder les cadres du temps de travail. Le 7 février, on réunit 32 personnes à Avesnes pour discuter de l’état de cette terre domaniale et des dégâts causés par le vent ; la réunion regroupant des spécialistes dura « tant au digné comme au soupper ». L’examen des comptes, autre affaire chronophage, absorbe le lieutenant et les maîtres des comptes, qui semblent quasiment vivre ensemble le temps des auditions. Qu’ils travaillent autour d’un grand bureau ou d’un comptoir à éplucher les comptes, ou se retrouvent autour d’un repas, ces gens passaient le plus clair de leur temps assis à une même table. Au total, ce n’est pas un hasard si la table de travail pouvait aisément se transformer, dans l’iconographie, en table à manger voire en table de banquet comme le montre une enluminure consacrée à l’audition des comptes d’une confrérie de Valenciennes32 : alors que certains confrères s’affairent encore à manier les jetons pour vérifier le registre des comptes sur le bureau, leurs collègues commencent à disposer sur la table les coupes à boire tirées d’un coffre, dissipant aussitôt la concentration des comptables…

17La splendeur de la table de Mathurin Roger témoigne de son rôle de lieutenant général, plus que d’une influence personnelle, et est d’autant plus grande que la comtesse d’Artois reste éloignée. Le double contexte d’un avènement et d’une gouvernance le conduit à un déploiement de luxe destiné à gagner les cœurs et les estomacs. Une belle répétition de ce que la comtesse réitère le 22 mai 1362 lors de sa venue à Arras où elle « donna a soupper a pluiseurs bourgois ». Mais au fur et à mesure que la fonction du lieutenant général passe du gouvernement effectif à une simple administration des affaires courantes, notamment avec la venue de la comtesse et de la cour, la table se fait plus modeste, non pas tant par la qualité des mets que par le nombre des commensaux. Ce recentrement profite d’ailleurs à un environnement de familiers unis par le service de la princesse, qu’il s’agisse d’officiers actifs, retirés temporairement, ou d’individus cherchant à entrer dans les réseaux administratifs par le biais d’un parent ou d’un protecteur. En éclairant un milieu différent de celui de la cour, ces comptes montrent la solidarité durable existant parmi les officiers du prince, fort soudés, la table constituant un prolongement naturel de l’écritoire, permettant d’agréger des éléments nouveaux par cooptation, et empruntant d’ailleurs à une culture culinaire qui n’a pas à rougir des usages parisiens et curiaux.

Notes

1 B. Chevalier, Les bonnes villes de France du xive au xvie siècle, Paris, 1982, p. 206.

2 Y. Morel, « “Et ce jour mondit seigneur fist fere ung banquet” : les banquets à la cour de Philippe le Bon et Charles le Téméraire », Publications du Centre Européen d’Études bourguignonnes [désormais : PCEEB], 47 (2007), p. 55-72 ; Id., Approvisionner, nourrir, représenter. L’alimentation à la cour des ducs de Bourgogne d’après les écrous de la dépense (1450-1477), thèse, Université Versailles-Saint-Quentin, 2015.

3 C. Chatellain, « Le maïeur et les échevins d’Amiens à table (1385-1483) », PCEEB, 47 (2007), p. 169-188.

4 G. Castelnuovo, « Service de l’État et identité sociale. Les Chambres des comptes princières à la fin du Moyen Âge », Revue historique, 618 (2001), p. 489-510.

5 Arch. dép. du Pas-de-Calais [désormais : ADPdC], A 700 et 701. Sauf précision contraire, les informations qui suivent sont tirées de ces documents.

6 La période antérieure à 1330 est mieux connue : Ch. Loubet, Le gouvernement de la comtesse Mahaut en Artois (1302-1329), Turnhout, 2014.

7 Archives municipales [désormais : AM] de Saint-Omer, AB VIII. 8.

8 ADPdC, A 90.25 et A 702.

9 ADPdC, A 82, A 698, A 711.

10 A. Derville, Saint-Omer. Des origines aux débuts du xive siècle, Villeneuve d’Ascq, 1995.

11 J. Girard, Un prélat franc-comtois au xive siècle : Philippe d’Arbois, évêque de Tournai, Besançon, 1935.

12 Chatellain, « Le maïeur », loc. cit. n. 3.

13 J. Theurot, « Approvisionnements de bouche et repas dans le comté de Bourgogne (1286-1374) », PCEEB, 47 (2007), p. 73-111.

14 Voir les dépenses de l’hôtel de la comtesse en 1362 : ADPdC, A 699.

15 ADPdC, A 1006.15.

16 ADPdC, A 702.

17 A. Derville, « Pots-de-vin, cadeaux, racket, patronage. Essai sur les mécanismes de décision dans l’État bourguignon », Revue du Nord, 223 (1974), p. 341-364. La pratique est d’ailleurs ordinaire et se rencontre hors d’Artois, notamment en Flandre et dans tous les Pays-Bas bourguignons : W. Blockmans, « Patronage, Brokerage and Corruption as Symptoms of Incipient State Formation in the Burgundian-Habsburg Netherlands », dans Klientelsysteme im Europa des frühen Neuzeit, éd. A. Mackzak et E. Müller-Luckner, Munich, 1988, p. 117-126 ; M. Boone, « Dons et pots-de-vin, aspects de la sociabilité urbaine au bas Moyen Âge », Revue du Nord, 278 (1988), p. 471-487.

18 B. Laurioux, Manger au Moyen Âge. Pratiques et discours alimentaires en Europe aux xive et xve siècles, Paris, 2002, p. 186-192.

19 Morel, « “Et ce jour” », loc. cit. n. 2.

20 Laurioux, Manger au Moyen Âge, op. cit. n. 18, p. 58-59.

21 P. Aebiscer, « Un manuscrit valaisien du Viandier attribué à Taillevent », Vallesia, 8 (1953), p. 73-100

22 B. Laurioux, « Entre savoir et pratiques : le livre de cuisine à la fin du Moyen Âge », Médiévales, 14 (1988), p. 59-71.

23 Tristan du Bois, identifié par Bruno Laurioux comme bailli de Tournai, avait auparavant gouverné l’Artois : B. Laurioux, Le règne de Taillevent : livres et pratiques culinaires à la fin du Moyen Âge, Paris, 1997, p. 139.

24 Médiathèque du Valais, S. 108 [en ligne : http://www.e-codices.unifr.ch/fr/list/one/mvs/viandier].

25 Achats de mules, soles, harengs, becques, anguilles, grains de paradis, clous de girofle, sucre, verjus, amande, citron, beurre et œufs le 9 août 1362.

26 L. Plouvier, « Spécialités “bourguignonnes” dans les Pays-Bas méridionaux (xve siècle) » dans The Dining Nobility : from the Burgundian Dukes to the Belgian Royalty, éd. P. Janssen et S. Zeischka, Bruxelles, 2008, p. 30-37.

27 Ch. Hirschauer, Les états d’Artois de leurs origines à l’occupation française, 1340-1640, Paris, Bruxelles, 1923.

28 Andrieu Louchart, futur échevin, financier connu, parent de Jacquemart, tué par les émeutiers ; et Boinacourt Wion, parent d’Henri Wion, un des meneurs de la sédition. Voir aussi Paris, AN, JJ 84.

29 J.-M. Richard, « Instructions données aux commissaires chargés de lever la rançon du roi Jean (1360) », Bibliothèque de l’École des Chartes, 36 (1875), p. 81-90.

30 C’est le cas à Lille : AD Nord, B 1598, f. 44-45.

31 Sous Charles Quint notamment : AD Nord, B 1.

32 Valenciennes, bibliothèque municipale, ms. 536, f. 14r.

Table des illustrations

Légende Du bureau au banquet : miniature représentant l’examen des comptes de la confrérie Saint-Nicolas de Valenciennes (xve siècle). Livre de la confrérie Saint-Nicolas de Valenciennes, B. M. Valenciennes, ms. 536, fol. 14r. Photographie : Service de numérisation de la bibliothèque de Valenciennes.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/28728/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 552k

© Éditions de la Sorbonne, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540