Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Gouverner les hommes, gouverner les âmes

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Gouverner ensemble

Domination et participation

Modalités du gouvernement seigneurial dans les villes d’Italie centrale à la fin du Moyen Âge / Ways of Seigneurial Government in the Cities of Central Italy at the End of the Middle Ages

Domination and Participation

Jean-Baptiste Delzant

Résumé

Les communes italiennes firent presque toutes l’expérience de la seigneurie. La nouvelle domination modifia les équilibres politiques, mais s’inscrivit souvent dans le cadre communal. Les petits régimes seigneuriaux d’Italie centrale permettent d’appréhender cet encastrement. Analysant des villes de l’État pontifical, à la charnière des xive et xve siècles, cette contribution éclaire la façon dont la seigneurie construisit une légitimité en se posant comme l’adversaire de la tyrannie et en revendiquant les valeurs du bon gouvernement. Ce discours fut mis en actes dans les assemblées et conseils communaux auxquels le seigneur prenait part, et qu’il orientait faute de pouvoir les supprimer. À travers la participation des citoyens à la décision politique se jouait le consentement à sa domination. La production de la documentation publique indique, elle aussi, le maintien d’un équilibre faussé entre l’hégémonie personnelle et les structures communales.

Most Italian communes, at one time or another, came under the dominance of a feudal overlord. On assuming power, the lord, while upsetting the political balance somewhat, would usually act within the communal framework. An examination of the small feudal overlordships of Central Italy helps us comprehend this process of embedding. This study looks at the cities of the Papal States at the end of the 14th and the beginning of the 15th century. It shows how feudal lords legitimized their power by declaring themselves the enemies of tyranny and championing the values of good government. This discourse was put into practice at the communal assemblies and councils which the lord attended. As he could not do away with these bodies, he did his best to influence them. By participating in political decision making citizens gave their consent to his dominance over them. Furthermore the public documentation that we have points to a certain disequilibrium between personal hegemony and the communal structures.

Texte intégral

Nous adressons nos remerciements sincères à Élisabeth Crouzet-Pavan et Pascal Vuillemin pour l’aide qu’ils ont bien voulu apporter à la préparation de ce texte.

1Les seigneuries urbaines prospérèrent en Italie dès la seconde moitié du xiiie siècle. Dans le nord et le centre de la péninsule, près de quatre cités de tradition communale sur cinq firent l’expérience de ces formes de domination personnelle. Les dynasties les plus prestigieuses ont polarisé l’attention de la recherche, laissant dans l’ombre la myriade des petits régimes à la longévité souvent plus brève, moins puissants, moins éclatants. L’intérêt historiographique modeste dont ils ont été l’objet se comprend d’autant mieux qu’une part importante de la documentation qu’ils avaient produite fut détruite ou dispersée, au gré de leurs vicissitudes puis de l’histoire souvent heurtée de la conservation des archives médiévales, aux époques moderne et contemporaine. Des fragments subsistent cependant en nombre suffisant, ressortant d’une typologie documentaire variée. Les sources que nous retenons permettent de concentrer l’attention, dans une démarche comparée, sur trois seigneuries de l’État pontifical à la fin du xive et au début du xve siècle : celles des Trinci de Foligno, des Chiavelli de Fabriano et des da Varano de Camerino. Elles éclairent quelques aspects du gouvernement des hommes.

  • 1 Le chantier a connu une accélération notable grâce au PRIN dirigé par Jean-Claude Maire Vigueur et (...)
  • 2 G. Varanini, « Aristocrazie e poteri nell’Italia centro-settentrionale. Dalla crisi comunale alle g (...)

2Longtemps, le phénomène historique majeur qu’est la domination seigneuriale sur les villes a été étudié dans les termes de la confrontation brutale entre la seigneurie et la commune, entre deux formes de gouvernement, deux légitimités, deux idéologies. Depuis le milieu des années 2000, un renouvellement historiographique profond a conduit à dédramatiser cette opposition1. Les analyses se sont recentrées sur la mise en œuvre concrète du pouvoir personnel et les modes de domination. Commune et seigneurie sont, depuis, conçues comme des idéaux-types présentant des fonctionnements communs, par lesquels le consentement du corps civique au pouvoir fut construit ou affiché2. Le seigneur ne supprima pas les institutions communales, mais il exerça sa prééminence sociale et politique à travers elles, selon des modalités, des mots et des gestes auxquels s’attachera notre propos. Dans les villes étudiées, le dominus prit une part active aux réunions des organes collégiaux : le terme « participation » choisi pour notre titre sera entendu dans ce sens.

3Trois moments se succèderont. Le premier traitera du discours de légitimation que le pouvoir seigneurial développa autour de notions partagées avec l’idéologie communale. Elles lui permettaient de faire de sa domination un bon gouvernement. Le deuxième temps abordera les gestes et les rituels qui étaient déployés lors des conseils de la commune réunis sous cette domination, qui disaient l’appartenance nécessaire du maître de la ville aux institutions civiques. Le troisième, enfin, évoquera la production de la documentation dans laquelle ces mots comme ces gestes furent utilisés et conservés. Elle illustre autrement l’inscription du seigneur dans l’appareil communal.

  • 3 “De Bono Communi”. The Discourse and Practice of the Common Good in the European City (13th-16th c. (...)

4La conquête du pouvoir et l’institutionnalisation tâtonnante de leur hégémonie permirent aux familles seigneuriales de capter à leur profit prérogatives et ressources publiques. Afin de rendre ces appropriations acceptables, elles prétendirent prendre en charge ce que les organisateurs du congrès ont appelé les « impératifs de l’action gouvernementale ». Comme toute instance dirigeante, qu’elle soit monarchique ou, tel un conseil de ville, collégiale, le seigneur devait gouverner les hommes au nom du bien commun, de la justice et de la paix3.

  • 4 Tiranni e tirannide nel Trecento italiano, éd. A. Zorzi, Rome, 2013. Sur ces deux aspects : D. Quag (...)
  • 5 F. Pirani, « Informatio status Marchie Anconitane. Una inchiesta politica del 1341 nelle terre dell (...)
  • 6 Statuta communis Fulginei, éd. F. Baldaccini, A. Messini, Pérouse, 1969, vol. II : Statutum populi,(...)
  • 7 Ibid., p. 130-131, rub. 109 : le podestat, le capitaine et les prieurs du Peuple devaient facere sa (...)
  • 8 Ibid., p. 235-238, rub. 188 ; M. Sensi, « I Trinci tra storia, storiografia ed erudizione », dans S (...)
  • 9 Pierangelo Bucciolini, Legenda di San Feliciano. Poemetto in volgare degli inizi del secolo xv, éd. (...)

5Au long du xive siècle, un arsenal politico-juridique fut élaboré pour contrer l’expansion des seigneuries. Il s’appuyait sur la notion de tyrannie. Des juristes comme Bartolo da Sassoferrato donnèrent au concept une définition structurée et extensive tandis que, dans l’Italie centro-septentrionale, la papauté en fit une arme dans les procès qu’elle lança contre ses opposants4. Les Chiavelli et les da Varano furent qualifiés de tyrans par nombre des témoins qui déposèrent au cours de l’enquête conduite par le légat pontifical Jean Dalpérier dans la marche d’Ancône, en 13415. Les seigneurs développèrent alors un discours censé leur permettre de conjurer l’accusation. Les Trinci dressèrent une figure repoussoir de tyran, par opposition à laquelle ils se définirent. Ils étaient parvenus au pouvoir en 1305, à la suite du coup de main heureux de Nallo contre la faction rivale des Anastasi gibelins. Ils avaient enraciné leur domination au sein de la commune populaire quand elle-même développait ses propres structures et se présentait comme un régime contraire à la tyrannie. Ensemble, le Popolo et les Trinci qui en étaient devenus les chefs cultivèrent la damnatio memoriae de l’ennemi vaincu. L’entreprise est éclairée par plusieurs sources, à partir du milieu du xive siècle. Les statuts populaires furent compilés à ce moment. Ils citaient Trincia Trinci comme « gonfalonier de justice et du Peuple et capitaine du parti guelfe », ils qualifiaient le banni de « tyran perfide et inique6 » : au temps « où l’injuste Corrado degli Anastasi et ses partisans dominaient la cité », affirmaient les textes, des citoyens avaient été « manifestement et notoirement condamnés et accablés […] contre la vérité et la justice »7. La succession des rubriques permettait qu’apparût en filigrane un discours associant aux Anastasi, en un même bloc argumentatif, les notions de tyrannie, d’injustice et de rébellion. Leur étaient opposées celles de justice et de paix, reliées au gouvernement du Popolo, bon et légitime, sous la direction des descendants de Nallo. Dans la seconde moitié du Trecento, l’hégémonie des Trinci connut une nette inflexion dynastique et, vraisemblablement, autoritaire. Comme l’office de gonfalonier de justice avant elle, la charge de vicaire pontifical au temporel obtenue en 1367 fut transmissible au sein de la famille. Puis, à la fin du siècle, elle devint héréditaire8. La figure d’un Corrado degli Anastasi tyran et ennemi du peuple n’en continua pas moins d’être utilisée par la propagande seigneuriale. Un fidèle d’Ugolino III, Pierangelo di Bucciolino, composa une Légende de saint Félicien au début du xve siècle. L’œuvre écrite en l’honneur du saint patron de la cité s’achevait en louant sans détour la famille au pouvoir. Pierangelo affirma que la position de celle-ci était conforme à la volonté de Dieu et à celle du peuple de Foligno, qui l’avait choisie après avoir chassé le cruel tyran degli Anastasi. La damnatio memoriae résurgente était faite dans les termes traditionnels de la rhétorique du Popolo, Corrado était désigné comme le « loup rapace » dévorant la cité9.

  • 10 Selon la formule d’Élisabeth Crouzet-Pavan, Renaissances italiennes 1380-1500, Paris, 2007, p. 161.

6L’exemple de Foligno permet ainsi d’observer une des façons dont se disait le pouvoir seigneurial en se différenciant de l’anti-modèle de la tyrannie, et non de celui de la commune. Il se disait aussi – et peut-être surtout – dans la revendication des valeurs consensuelles et ductiles précédemment évoquées : paix, prospérité, concorde, justice. Elles constituaient un des fondements des systèmes politiques du temps et la recherche du consentement au pouvoir auprès des gouvernés passait par leur promotion. L’évocation de la figure du tyran a laissé apercevoir trois « nappes10 » du discours politique sur le bon gouvernement du seigneur. Il faut y revenir brièvement.

  • 11 Parme, Arch. di Stato, feudi e comunità, reg. 19 (codice varanesco), fol. 257v : In primis cum expe (...)
  • 12 « Propaganda dei regimi signorili : le esperienze venete del Trecento », dans Le forme della propag (...)

7La première est celle de l’entourage seigneurial. Pour les petites villes, hors des poèmes courtisans ou des traités dédiés au dominus, elle perce dans la documentation notariée. Il en est ainsi dans le chapitre liminaire de la concorde établie en 1386 par les descendants de Rodolfo II, qui s’opposaient en une lutte violente pour le contrôle de Camerino. Malgré ses divisions, la maison da Varano y est présentée comme la seule légitime à diriger la cité en raison, d’une part, « de la paix, de la tranquillité […] et de l’abondance de biens » qu’elle lui aurait toujours apportées, et, d’autre part, de « sa plus grande noblesse » et de sa « plus grande compétence dans les choses du gouvernement »11. Comme dans la plaine du Pô où, selon l’expression de Gian Maria Varanini, les seigneuries conservaient une nette « dimension citadino-communale12 » en cette seconde moitié de xive siècle, dans la marche d’Ancône ; les maîtres de petites villes se réclamaient des valeurs promues de longue date par les dirigeants des communes. Ils en modifiaient néanmoins la portée, dès lors qu’ils les muaient en des caractéristiques propres à leur groupe familial dont elles devenaient, à terme, des vertus héréditaires.

  • 13 Lo statuto comunale di Fabriano (1415), éd. G. Avarucci et U. Paoli, Fabriano, 1999, p. 32 ; Statut (...)

8Ils n’en eurent pas le monopole et les gouvernements communaux continuèrent à se prévaloir de ces valeurs dans ce qui constitue une deuxième nappe du discours examiné. Elles irriguaient par exemple, au fil de leurs compilations, les invocations des statuts. Ceux qui furent rédigés à Fabriano, en 1415, ou à Foligno, en 1426, sous la domination seigneuriale, ne faisaient pas exception13.

  • 14 A. Jamme, « Les contradictions du service pontifical. Procédures de nomination et raisons de l’offi (...)
  • 15 Sensi, « I Trinci tra storia », dans Signorie in Umbria, op. cit. n. 8, p. 196-204, doc. II : conce (...)
  • 16 Fabriano, Archivio Storico Comunale (désormais ASCFab), carte diplomatiche, busta XII, no 523 : con (...)
  • 17 B. Grévin, Le parchemin des cieux. Essai sur le Moyen Âge du langage, Paris, 2012, p. 260.

9Il faut envisager un troisième niveau de discours, lié au pouvoir de la papauté. Il affleure notamment dans les préambules des bulles pontificales concédant le vicariat in temporalibus. Ces lettres sanctionnaient une domination existante et lui conféraient, en outre, une auctoritas supérieure, différente de celle reconnue par la commune. Elles justifiaient la délégation d’autorité par les qualités morales prétendument notoires des impétrants ainsi que par les actions qui leur étaient attribuées. Écrites pour être lues devant les populations confiées au vicaire, elles fixaient surtout son programme. Elles rendaient publiques ses obligations et, partant, la sollicitude du pape envers ses sujets. Les formulaires reflétaient ainsi les préoccupations du pontife régnant, qu’ils disposaient sur un canevas de notions communes14. En temps de crise, certains furent littéralement copiés sur leurs antécédents. Les scribes de Grégoire XII reprirent le préambule de la bulle du vicariat accordé à Trincia Trinci en 1367 dans des lettres qu’ils adressèrent en 1407 aux da Varano ou aux San Severino15. La chancellerie de Boniface IX s’était inspirée d’un formulaire semblable en 1403, au profit des Chiavelli, qui le retrouvèrent à nouveau, en 1415, dans la confirmation d’un vicariat obtenue auprès des pères du concile de Constance16. Pour gouverner ses terres, répétaient les textes, l’Église envoyait (deputare) des hommes remarquables par leur foi (fide praeclari), prudents et prévoyants (providentia ou prudentia circumspecti), expérimentés (experientia docti), des hommes qui aimaient la paix (pacem amare), entretenaient la concorde (concordiam nutrire) et administraient la justice sans que nul en soit exclu (sine personarum exeptione iustitiam administrare). L’emploi persistant des mêmes formules en ouverture des bulles, malgré des variations, étayait l’autorité de ces documents liés à une situation incertaine, car il les inscrivait dans un ordre stable17. Il assurait encore la permanence de l’image du vicarius dont les qualités n’étaient autres que les propriétés topiques du bon dirigeant, les exactes opposées des vices du tyran.

  • 18 O. Guyotjeannin, « Écrire en chancellerie », dans Auctor et Auctoritas. Invention et conformisme da (...)

10Sans être identiques, les thèmes du bon regimen développés dans ces trois niveaux de discours présentaient des convergences notables. La figure idéale du vicaire pontifical se superposait harmonieusement à celle du dirigeant qu’avait façonnée la commune. Le type du bon seigneur pouvait s’associer sans trop d’efforts à ces deux images. Aucun de ces modèles ne se substituait à l’autre, mais ils se rapprochaient sur un terrain commun où se déployait la propagande seigneuriale. Les expressions qui les dessinaient n’étaient pas de simples formules routinières ; elles répondaient à une demande de la société. Elles ne servaient pas tant à travestir des actions du passé qu’à fixer des objectifs au présent et à reformuler inlassablement des attentes politiques partagées18.

11Les seigneurs devaient mettre en acte leur adhésion à l’idéologie du bon gouvernement. Ils le firent en participant au fonctionnement des institutions communales et à la représentation du pouvoir urbain. L’exercice de la domination seigneuriale se trouva encastré dans la commune.

  • 19 Lo statuto comunale di Fabriano, op. cit. n. 13, p. 79, livre I, rub. 75 ; Statuta comunis et popul (...)
  • 20 Foligno, Sezione Archivio di Stato, Archivo Storico Comunale [désormais ASCFol], Riformanze, 24, fo (...)
  • 21 L. Tanzini, « Esercizio del potere e relazioni politiche in una signoria trecentesca : i Casali a C (...)

12Quand devaient être représentés la cité, ses habitants et les institutions qui les structuraient, le seigneur ne pouvait agir seul ; il n’aurait pu prétendre incarner le corps civique dont il n’était que le chef. Placées sous son emprise, la ville et la commune conservaient leur personnalité juridique, leurs droits et leurs privilèges, elles disposaient de leurs propres représentants. Lorsque survenaient des litiges de confins avec leurs voisins, un procureur agissait en leur nom. Dans les années 1410-1420, quand le pouvoir était concentré dans les mains de quelques membres de la famille seigneuriale, les communes de Camerino et de Fabriano avaient leurs syndics auprès du pape et du recteur de la marche d’Ancône19. Le 22 septembre 1426, l’un des quatre prieurs du Peuple de Foligno ne siégea pas au conseil, car il avait été envoyé comme orator à la curie romaine, « occasione rei publice20 ». Il est clair que le dominus pesait sur le choix des émissaires, voire qu’il les désignait lui-même, mais la commune restait le premier représentant de la communauté. Ce trait caractérisa dans la durée bien des régimes seigneuriaux urbains. S’il se repère parfois dans un Quattrocento avancé, il prévalait déjà, en certains lieux, au siècle précédent. Dans le second tiers du Trecento, un syndic de Cortone portait chaque année une offrande de cire à Pérouse en signe de soumission à sa suprématie. Il était nommé par une délibération du conseil de la commune en accord avec le seigneur Bartolomeo Casali. Pour faussée qu’elle ait été, la balance devait être maintenue entre les institutions communales engageant un grand nombre de citoyens et le fort poids de la domination seigneuriale21.

  • 22 ASCFol, Riformanze, 24, fol. 116 : élection des prieurs pour les mois de janvier et février 1428 (1 (...)
  • 23 Statutum populi Fulginei, op. cit. n. 6, p. 273-274, rub. 231.
  • 24 I. Taddei, « Du secret à la place publique. L’élection de la seigneurie à Florence (xive-xve siècle (...)

13Dans le domaine intérieur, les mots et les gestes chargés de mettre le pouvoir en scène répétaient sans cesse que cet équilibre avait été préservé. Les normes statutaires qui fixaient la désignation des magistrats et des officiers, les riformanze qui enregistraient l’élection puis l’investiture des dirigeants, construisaient dans la succession de leurs pages des rituels où, sur le devant de l’espace politique, les agents de la commune alternaient avec le seigneur. La documentation de Foligno éclaire certaines de ces solennités. Au cours des années 1420, le renouvellement des prieurs du Popolo avait lieu tous les deux mois dans le palais communal. La cérémonie manifestait la présence de la famille seigneuriale au cœur du gouvernement urbain. Le compte rendu qu’en donnait le chancelier de la commune façonnait la mémoire de l’événement si souvent répété, il entretenait le mouvement oscillatoire, au sein du pouvoir, des deux magistratures à l’influence pourtant inégale. Le coffre contenant les noms des hommes éligibles était apporté de mandato supradictorum dominorum priorum et de mandato Ugonis nato supradicti magnifici domini22. Le jeune fils de Corrado III procédait à l’extractio, puis le chancelier en proclamait le résultat avant de recevoir, au nom du seigneur et de la commune, les serments des prieurs entrants. Le récit du rituel établi par les riformanze de la troisième décennie du xve siècle se distingue du déroulement prévu par les statuts populaires compilés plus de quatre-vingts ans auparavant. La procédure la plus ancienne demandait qu’un collège électoral tiré au sort établît, avec le gonfalonier et les prieurs en exercice, la liste des candidats au priorat. Le conseil de la commune devait élire les nouveaux magistrats parmi eux, au scrutin secret23. Comme dans la Florence des Albizzi, les listes préétablies, d’où les noms des prieurs de Foligno étaient extraits dans les années 1425-1433, permirent sans doute que les hautes responsabilités publiques échussent aux fidèles du pouvoir en place. Mais en apparence, ce processus de désignation préservait un équilibre entre deux principes de gouvernement : l’expertise et les vertus, identifiées grâce aux listes d’hommes cooptés, l’impartialité de l’institution et la neutralité des charges, garanties par l’extractio24. Si le hasard devait décider à qui il incombait de diriger, les Trinci montrèrent qu’ils ne lui étaient pas étrangers. Quand les statuts du Popolo faisaient intervenir deux garçonnets pour le tirage au sort, les comptes rendus du chancelier citaient le fils du seigneur. Comme ses prédécesseurs, comme le ballotino de l’élection du doge à Venise, le jeune Ugone incarnait l’innocence. Il était aussi le représentant désigné de son père. Qu’il y ait eu là un lapsus institutionnel ou non, sa main était celle que sa famille avait posée sur le pouvoir.

  • 25 L. Tanzini, A consiglio. La vita politica nell’Italia dei comuni, Bari, 2014. Nous suivons les fine (...)
  • 26 Repris dans ibid., p. 176, à partir de J. Larner, The Lords of Romagna. Romagnol Society and the Or (...)
  • 27 ASCFol, Riformanze, 24, fol. 199v.

14Le choix des magistrats n’était que l’une des fonctions du conseil de la commune25. Il traitait de normes et de justice, décidait de diplomatie et d’affaires intérieures, prodiguait des avis. Interprète de l’identité civique, il était le lieu où la politique était débattue de façon ouverte et maîtrisée. Les registres de riformanze visaient à re-former l’action publique par l’écrit, en la marquant du sceau de la concorde et de l’assentiment général. Au xive siècle, la décision publique s’était fragmentée à travers des comités techniques restreints, le recrutement des conseils s’était refermé. Les régimes seigneuriaux s’inscrivirent dans ce mouvement qu’ils accentuèrent parfois, mais ils ne se coupèrent pas des organes où s’élaborait le consentement au pouvoir. Ils y trouvaient une source de légitimité à laquelle ils puisaient par leur présence régulière, visible et influente. Signe de cette interaction, il fut décidé à Ravenne en 1327 que les réunions du conseil seraient invalides si Ostasio da Polenta ou ses fils en étaient absents26. Le seigneur se préoccupait de la composition des conseils de la ville. Au bon endroit et au bon moment dans l’appareil de décision, ses fidèles veillaient à ses intérêts. Pierangelo di Bucciolino, l’un des hommes des Trinci déjà évoqué, fut prieur du Peuple de Foligno en 1428. Le 11 septembre de l’année suivante, redevenu simple conseiller du Popolo, il intervint lors d’une assemblée. Sur une proposition qui touchait aux relations de la cité avec un castrum voisin, il demanda quod nichil fiat in servitium illorum de Montefalconis nisi quatenus domino pro meliori placuerit, et si placuerit cum cautela27.

15Ainsi le seigneur animait-il les institutions communales sans attendre seulement qu’elles lui déléguassent l’autorité dont elles étaient les dépositaires. Les conseils prétendaient tisser la concorde entre les citoyens. Les impliquant dans l’élaboration des politiques publiques, ils contribuaient à les leur faire accepter. Les modifications du fonctionnement de l’appareil avaient dénaturé les logiques du pouvoir communal pour assurer l’hégémonie d’une seule famille, mais la suprématie seigneuriale, institutionnalisée, restait encastrée dans le système idéologique et gouvernemental de la commune.

16La production documentaire est une autre fenêtre d’où s’observe le fonctionnement du gouvernement urbain placé sous la domination seigneuriale. Quelques-uns de ses aspects sont abordés dans la dernière séquence de notre contribution.

  • 28 A. Poloni, « Alidosi, Bertrando », Repertorio delle Esperienze Signorili Cittadine in Italia [en li (...)

17L’examen de la fabrication des documents permet de revenir sur la distinction entre les différents niveaux du discours politique, telle qu’elle a été proposée précédemment. Utile à l’exposé, la typologie des pouvoirs ne rend cependant compte ni de la diffusion des thèmes auprès d’acteurs de tous bords, ni des usages qui en furent faits. S’il faut souligner l’existence d’un horizon partagé de la vie en société, il importe de noter que les propos du pape relatifs aux vicaires au temporel trouvaient leur place dans la pratique d’un pouvoir communal attaché à défendre les intérêts de la communauté. Ils fournirent de bons arguments à l’ambassade que les membres du conseil d’Imola envoyèrent auprès du pontife en Avignon, en 1365. Après l’échec d’un soulèvement contre leurs seigneurs, anciens et sapientes accusèrent de tyrannie les frères Bertrando et Azzo Alidosi, qu’ils disaient, selon les termes de l’idéologie populaire, soutenus par des « loups rapaces ». Ils demandèrent la révocation du vicariat apostolique qui leur avait été conféré ainsi que leur déposition. Considérée comme un cas unique en l’état de la recherche, cette démarche échoua à son tour28. Elle permet d’envisager la façon dont une rhétorique répétitive put être réutilisée par ceux qu’elle devait persuader.

  • 29 ASCFab, carte diplomatiche, busta IX, no 513 : absolution des Chiavelli (1393, copie en 1393) ; bus (...)
  • 30 ASCFab, carte diplomatiche, busta XII, no 532 : quittances de paiement pour les cens de Domo et Ser (...)

18Les archives de Fabriano conservent un dossier qui éclaire l’attention portée par les gouvernements urbains aux mots du pape. En 1393 et 1418, la commune fit réaliser sur de grandes feuilles de parchemin les copies authentiques de bulles concédées aux Chiavelli en 1393, 1403 et 1415. Il s’agissait, d’une part, d’absolutions consécutives à des condamnations prononcées pour l’occupation illégale de terres de l’Église et, d’autre part, de concessions du vicariat in temporalibus29. Les exempla, sive copiae, furent établis dans les palais de la commune, par ses notaires, sur ordre de ses hauts magistrats (son juge et assesseur, son podestat et vicaire). Aucun membre de la famille dominante n’apparut dans les dispositifs entourant les actes originels. Une entreprise comparable eut lieu en 1427, concernant des quittances de paiement de cens dus par les seigneurs au titre de leur charge de vicaire30. De telles opérations permettaient à la commune de conserver dans ses archives des documents constitutifs de son ordre politique. Elle se les appropriait, dans leur matérialité comme dans leur contenu. Les copies notariées pouvaient également servir de garantie à la communauté. Elles justifiaient la domination des seigneurs sur la ville face à une papauté qui, à la suite du Grand Schisme, s’efforçait d’assurer son pouvoir en Italie centrale. Dans un passé proche, les Chiavelli avaient entraîné avec eux les hommes qu’ils dirigeaient sous le coup de leur condamnation pour rébellion contre l’Église.

  • 31 G. Varanini, « I notai e la signoria cittadina. Appunti sulla documentazione dei Bonacolsi di Manto (...)
  • 32 Nous empruntons la piste ouverte par Attilio Bartoli Langeli selon qui « la formazione di una cance (...)
  • 33 M. Sensi, « Lettere patenti di Corrado e Ugolino Trinci (1383-1384) », Bollettino storico della cit (...)
  • 34 Ainsi des privilèges accordés par Rodolfo III au médecin Marano di Vanuccio pour qu’il s’installât (...)
  • 35 ASCFol, Riformanze, 24, fol. 204-206v.

19Une autre raison doit être invoquée pour expliquer la reproduction, par la commune, de pièces liant la papauté aux seigneurs. Jusqu’à une date parfois tardive du xve siècle, nombreux étaient les régimes seigneuriaux qui ne disposaient pas d’une chancellerie autonome. Actes de gouvernement ou documents de gestion, leurs écrits étaient issus du « sein même des bureaux de la documentation communale31 ». Ils en conservaient les caractéristiques, celles de l’écrit notarial en premier lieu32. Si les lettres patentes de Corrado II Trinci, seigneur et gonfalonier de justice, étaient rédigées à la première personne du singulier, celles de 1383-1384 furent copiées dans un registre où elles alternaient avec les actes notariés émanant des prieurs du Popolo33. Certains types documentaires ont été considérés comme un lieu d’expression privilégié pour le gouvernement seigneurial. Ressortissant d’une forme d’arbitraire individuel et de principes dérogatoires, privilèges, grâces ou sauf-conduits pouvaient être des instruments du pouvoir personnel. À Camerino et à Fabriano, dans les deux premières décennies du Quattrocento, de tels documents étaient bien émis au nom du seigneur, voire ad beneplacitum domini, mais ils naissaient sous la plume de la commune, de son camérier, notaire des reformationes, ou de son chancelier, notaire lui aussi34. Plus largement, les notaires communaux rédigeaient, copiaient, extrayaient, authentifiaient les scriptures à usage public. L’inertie des structures administratives ou le pragmatisme seigneurial ne sont pas les seules explications. Il fallut une décision de la plus haute instance de la commune de Foligno, en 1430, pour que son chancelier – qui se trouvait être au même moment celui du seigneur – fût autorisé à mettre sous forme étendue tout écrit conservé dans les archives publiques. Il reçut à cette fin l’auctoritas, l’arbitrium et la potestas du conseil du Peuple et de la commune ainsi que de l’ordre des prieurs35. Le dominus n’était pas la source de l’autorité qui conférait à l’écrit public son entière portée juridique et sa capacité à agir sur le réel, par qui cet écrit disait le vrai dans le présent comme dans le passé qu’il construisait.

  • 36 G. Castelnuovo et O. Mattéoni « Introduction », Chancelleries et chanceliers des princes à la fin d (...)
  • 37 Le livre des riformanze déjà cité était présenté comme « factus, editus, scriptus et compositus » p (...)

20Un élément simple mais important a déjà été souligné : les scribes des seigneurs et ceux des communes évoluaient dans un même monde urbain, ils partagèrent pendant un temps une culture et des techniques identiques, celles du notariat communal. Leurs discours convergeaient donc aisément sur certains principes. Mais il y a plus. Dans les petits régimes étudiés, en lien avec la production des écrits du pouvoir, les mêmes hommes apparaissaient souvent, de façon alternée ou simultanée, au service de la commune et du seigneur. Le titre de cancellarius domini, qui pouvait correspondre à des attributions très diverses36, ne se rattachait pas à un appareil administratif seigneurial contournant le système communal ou s’y substituant. Il n’y eut longtemps qu’une seule structure où le chancelier de la commune offrait son savoir-faire au seigneur, sans conflit d’intérêt. Les notaires-chanceliers qui se succédèrent à Foligno au cours des premières décennies du xve siècle, Niccolò Rampeschi et Benedetto de Rochettis, étaient deux cas de cette double appartenance qui, outre les experts des mots, caractérisait les spécialistes des chiffres et du droit engagés dans les affaires de la ville37. Fidèle au modèle du bon gouvernant, le seigneur fit sien le discours de la commune sur la paix et la concorde. Il inscrivit sa domination dans la continuité du système idéologique et administratif communal, et non en rupture avec lui. Il mit en acte les valeurs qu’il revendiquait comme des vertus personnelles au sein des institutions représentatives auxquelles il participait, car il revenait à celles-ci de manifester la concorde des citoyens et de dire leur consentement au pouvoir. Le dominus s’assura du contrôle des organes de gouvernement et de l’administration dont il restait tributaire, tant pour l’exercice que pour la légitimation de sa domination. Les rituels de la désignation et de la prise de fonction des magistrats ou des officiers manifestaient cet équilibre politique faussé mais longtemps entretenu. Le propos sur la cohésion – non exempte de contradiction – du seigneur et de la commune fut porté et répété par les professionnels de l’écrit, qui œuvraient tout à la fois pour celui-là et pour celle-ci. L’analyse qui tente de tenir ensemble l’image façonnée par ce discours et les conditions de sa fabrication, en un double rapport de complémentarité et de tension, voit se dessiner les grands traits d’un mode de gouvernement : le seigneur s’efforça d’embrasser le système communal et, dans cette étreinte, il l’étouffa.

Notes

1 Le chantier a connu une accélération notable grâce au PRIN dirigé par Jean-Claude Maire Vigueur et Andrea Zorzi. Le programme a donné lieu à une importante série de publications dont Signorie cittadine nell’Italia comunale, éd. J.-Cl. Maire Vigueur, Rome, 2013.

2 G. Varanini, « Aristocrazie e poteri nell’Italia centro-settentrionale. Dalla crisi comunale alle guerre d’Italia », dans Le aristocrazie dai signori rurali al patriziato, éd. R. Bordone, Rome/Bari, 2004, p. 137.

3 “De Bono Communi”. The Discourse and Practice of the Common Good in the European City (13th-16th c.), éd. É. Lecuppre-Desjardin, A.-L. Van Bruaene, Turnhout, 2010 ; Il bene comune : forme di governo e gerarchie sociali nel basso medioevo, Spolète, 2012.

4 Tiranni e tirannide nel Trecento italiano, éd. A. Zorzi, Rome, 2013. Sur ces deux aspects : D. Quaglioni, Politica e diritto nel Trecento italiano. Il “De tyranno” di Bartolo da Sassoferrato (1314-1357). Con l’edizione critica dei trattati “De Guelphis et Gebellinis”, “De regimine civitatis” e “De tyranno”, Florence, 1983 ; S. Parent, Les procès contre les ennemis de l’Église en Italie au temps de Jean XXII (1316-1334), Rome, 2014.

5 F. Pirani, « Informatio status Marchie Anconitane. Una inchiesta politica del 1341 nelle terre dello Stato della Chiesa » [en ligne : http://www.rm.unina.it/iper/infomatio/pagine/edizione.htm. Consulté le 16 décembre 2015].

6 Statuta communis Fulginei, éd. F. Baldaccini, A. Messini, Pérouse, 1969, vol. II : Statutum populi, p. 205, rub. 162 : le texte évoque des faits advenus tempore perfidi tiramni Corradi Anextasii.

7 Ibid., p. 130-131, rub. 109 : le podestat, le capitaine et les prieurs du Peuple devaient facere satisfactionem de bonis et rebus que fuerunt olim rebellium dicte civitatis Fulginei illis personis que manifeste et notorie fuerunt condennate et gravate inique et contra veritatem et iustitiam, tempore quo iniquus Corradus Anestaxii et sui sequaces dominabantur in ipsa civitate […].

8 Ibid., p. 235-238, rub. 188 ; M. Sensi, « I Trinci tra storia, storiografia ed erudizione », dans Signorie in Umbria tra Medioevo e Rinascimento : l’esperienza dei Trinci, Pérouse, 1989, vol. I, p. 196-238 pour les bulles de concession du vicariat.

9 Pierangelo Bucciolini, Legenda di San Feliciano. Poemetto in volgare degli inizi del secolo xv, éd. S. Nessi, Foligno, 2003, p. 65-67, str. cliv-clxii, en part. cliv (« tiranno » et « crudele ») et clvi (« un lupu rapace »). F. Ricciardelli, « Lupi e agnelli nel discorso politico dell’Italia comunale », dans The Languages of Political Society. Western Europe, 14th-17th Centuries, éd. A. Gamberini, J.-Ph. Genet et A. Zorzi, Rome, 2011, p. 269-285.

10 Selon la formule d’Élisabeth Crouzet-Pavan, Renaissances italiennes 1380-1500, Paris, 2007, p. 161.

11 Parme, Arch. di Stato, feudi e comunità, reg. 19 (codice varanesco), fol. 257v : In primis cum expediat civibus ac comitatensibus et districtualibus Camerinensis regi benigne et more solito ab uno de dominis de domo de Varano sub quorum protectione, gubernaculo et benigno regimine dicti cives et comitatenses et districtuales civitatis Camerini semper vixerunt in pace et bono statu tanquillitate ac rerum abundantia, et decens sit que maior, honorabilior et antiquior domus et magis praticus et expertus in regimine regat rem publicam […].

12 « Propaganda dei regimi signorili : le esperienze venete del Trecento », dans Le forme della propaganda politica nel Due e nel Trecento, éd. P. Cammarosano, Rome, 1994, p. 325-331.

13 Lo statuto comunale di Fabriano (1415), éd. G. Avarucci et U. Paoli, Fabriano, 1999, p. 32 ; Statuta communis Fulginei, op. cit. n. 6, vol. 1 : Statutum communis Fulginei, p. 331.

14 A. Jamme, « Les contradictions du service pontifical. Procédures de nomination et raisons de l’office à travers la correspondance des papes et de leurs vicaires généraux », dans Offices et papauté (xive-xviie siècle). Charges, hommes, destins, dir. A. Jamme et O. Poncet, Rome, 2005, p. 51-60. Nous remercions Armand Jamme pour les éclaircissements qu’il nous a donnés.

15 Sensi, « I Trinci tra storia », dans Signorie in Umbria, op. cit. n. 8, p. 196-204, doc. II : concession de Foligno (1367) ; Cité du Vatican, Arch. Segr. Vat., Reg. Vat. 336, fol. 80v-81 : concession de Recanati à Roberto da San Severino (1407) ; fol. 147 : concession de Montefortino aux da Varano (1407).

16 Fabriano, Archivio Storico Comunale (désormais ASCFab), carte diplomatiche, busta XII, no 523 : concession de Fabriano, Domo, Rochetta di Tanghi (1403) ; no 527 : concession de Serra San Quirico (1415).

17 B. Grévin, Le parchemin des cieux. Essai sur le Moyen Âge du langage, Paris, 2012, p. 260.

18 O. Guyotjeannin, « Écrire en chancellerie », dans Auctor et Auctoritas. Invention et conformisme dans l’écriture médiévale, éd. M. Zimmermann, Paris, 2001, p. 35.

19 Lo statuto comunale di Fabriano, op. cit. n. 13, p. 79, livre I, rub. 75 ; Statuta comunis et populi civitatis Camerini (1424), éd. F. Ciapparoni, Naples, 1977, p. 45, livre I, rub. 161.

20 Foligno, Sezione Archivio di Stato, Archivo Storico Comunale [désormais ASCFol], Riformanze, 24, fol. 99. Seul conservé pour la période des Trinci, ce registre couvre les années 1425-1433.

21 L. Tanzini, « Esercizio del potere e relazioni politiche in una signoria trecentesca : i Casali a Cortona », Rivista storica italiana, CXXIV (2012), p. 458-459.

22 ASCFol, Riformanze, 24, fol. 116 : élection des prieurs pour les mois de janvier et février 1428 (1427).

23 Statutum populi Fulginei, op. cit. n. 6, p. 273-274, rub. 231.

24 I. Taddei, « Du secret à la place publique. L’élection de la seigneurie à Florence (xive-xve siècle) », dans Le destin des rituels. Faire corps dans l’espace urbain, Italie-France-Allemagne, éd. Ead. et G. Bertrand, Rome, 2008, p. 120-123.

25 L. Tanzini, A consiglio. La vita politica nell’Italia dei comuni, Bari, 2014. Nous suivons les fines analyses de cet auteur.

26 Repris dans ibid., p. 176, à partir de J. Larner, The Lords of Romagna. Romagnol Society and the Origins of the Signorie, Londres/New York, 1965.

27 ASCFol, Riformanze, 24, fol. 199v.

28 A. Poloni, « Alidosi, Bertrando », Repertorio delle Esperienze Signorili Cittadine in Italia [en ligne : http://www.italiacomunale.org/resci/individui/alidosi-bertrando/ Consulté le 16 décembre 2015] ; Maire Vigueur, « La cacciata del tiranno », Tiranni e tirannide, op. cit. n. 4, p. 154-156.

29 ASCFab, carte diplomatiche, busta IX, no 513 : absolution des Chiavelli (1393, copie en 1393) ; busta XII, no 523 : concession de Fabriano, Domo, Rochetta di Tanghi (1403, copie en 1418) ; no 527 : absolution des Chiavelli et concession de Serra San Quirico (1415, copies en 1418).

30 ASCFab, carte diplomatiche, busta XII, no 532 : quittances de paiement pour les cens de Domo et Serra San Quirico (1420-1425).

31 G. Varanini, « I notai e la signoria cittadina. Appunti sulla documentazione dei Bonacolsi di Mantova fra Duecento e Trecento (rileggendo Pietro Torelli) », Reti Medievali Rivista, IX/1 (2008) [Scritture e potere. Pratiche documentarie e forme di governo nell’Italia tardomedievale (xiv-xv secolo, éd. I. Lazzarini], p. 3-4 [en ligne : http://www.rmojs.unina.it/index.php/rm/article/view/96/78. Consulté le 16 décembre 2015].

32 Nous empruntons la piste ouverte par Attilio Bartoli Langeli selon qui « la formazione di una cancelleria personale come organo di governo è connaturata al carattere per definizione individuale della Signoria ». A. Bartoli Langeli, « La documentazione degli stati italiani nei secoli xiii-xv : forme, organizzazione, personale », dans Culture et idéologie dans la genèse de l’État moderne, Rome, 1985, p. 54-55.

33 M. Sensi, « Lettere patenti di Corrado e Ugolino Trinci (1383-1384) », Bollettino storico della città di Foligno, VII (1983), p. 7-55.

34 Ainsi des privilèges accordés par Rodolfo III au médecin Marano di Vanuccio pour qu’il s’installât à Camerino : Archivio di Stato di Macerata, Sezione di Camerino, collezione delle carte, busta I, fasc. 1 (1401, copie moderne).

35 ASCFol, Riformanze, 24, fol. 204-206v.

36 G. Castelnuovo et O. Mattéoni « Introduction », Chancelleries et chanceliers des princes à la fin du Moyen Âge, éd. Eid., Chambéry, 2011, p. 9-11.

37 Le livre des riformanze déjà cité était présenté comme « factus, editus, scriptus et compositus » par ce Benedetto, qui était alors chancelier de la commune. ASCFol, riformanze, 24, fol. 1.

© Éditions de la Sorbonne, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540