Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Gouverner les hommes, gouverner les âmes

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Gouverner ensemble

Représentation et partage du pouvoir

L’imposition du « dualisme » comme mode de gouvernement dans le royaume de Bohême au xive siècle / Imposing “Bipartisanism” as Mode of Government in Medieval Bohemia (14th Century)

Representation and Power Sharing

Éloïse Adde-Vomáčka

Résumé

Cette contribution entend explorer la notion du dualisme dans le royaume de Bohême, c’est-à-dire le partage du pouvoir entre le souverain et les seigneurs, dont les racines remontent au xiiie siècle et à une sociogenèse spécifique de la noblesse locale. Tout en veillant à ne pas perdre de vue le lien entre représentations communes, théorie et pratique, cette analyse entreprend de redonner sa place au poids des événements, en particulier des crises de 1278-1283 puis de 1306-1310 qui, en fragilisant considérablement le pouvoir du souverain, avait ouvert des possibilités nouvelles à la noblesse. Confortée par la partition ethnique selon laquelle la bourgeoisie était très majoritairement allemande dans le contexte du mouvement de colonisation, la noblesse était parvenue à s’imposer de manière exclusive comme la représentante des intérêts de la Bohême et l’incarnation du respect du bien commun.

This contribution aims to explore the idea of dualism in the kingdom of Bohemia, where power was shared between the sovereign and the feudal lords in a system that went back to the 13th century and to a sociogenesis that was specific to the local nobility. While being careful not to neglect the link between common representations, theory and practice, this analysis re-asserts the importance of events, in particular the crises of 1278-1283 and 1306-1310 which considerably weakened the power of the sovereign and opened up new possibilities for the nobility. Strengthened by the ethnic partition of the country in which the bourgeoisie was mainly German in the context of progressive, the nobility managed to set themselves up as the exclusive representatives of the interests of Bohemia and the champions of the respect of the public good.

Texte intégral

1Par « dualisme », la tradition historiographique tchèque désigne le mode de gouvernement selon lequel le souverain n’était pas le seul décideur et partageait son pouvoir à égalité avec la noblesse locale.

  • 1 La noblesse occidentale avait également connu un stade où elle se définissait par la fonction, mai (...)
  • 2 Non propriétaire le plus souvent, la noblesse tchèque s’était néanmoins imposée sur la base de l’a (...)
  • 3 C’est au terme d’un long processus que le duché de Bohême devint définitivement un royaume. Deux d (...)

2Très tôt dans l’histoire de l’État tchèque, la noblesse était parvenue à s’imposer comme un acteur incontournable. Si les origines du groupe coïncident avec la suite qui entourait le souverain et dont les membres avaient fondé les grandes familles (Teptici, Vršovci, etc.) apparues aux ixe et xe siècles, ce premier noyau s’était vite et massivement trouvé concurrencé par une nouvelle noblesse, de fonction, à partir du xie siècle, pour définitivement disparaître au xiie siècle1. Même si de grands domaines commencèrent à se constituer au xiie siècle dans le cadre de la colonisation allemande et de la mise en valeur de terres laissées jusqu’alors en friche, c’est seulement à partir du xive siècle qu’apparut véritablement le modèle classique d’une noblesse terrienne2. Or, cela marqua de manière décisive les rapports que les seigneurs entretenaient avec le duc, devenu roi à la fin du xiie siècle3. Définis essentiellement par leur fonction aux côtés du souverain, ils participaient activement à l’administration du territoire et étaient habitués à faire entendre leur voix. En outre, deux crises majeures que nous aborderons les avaient conduits à suppléer un souverain absent (Venceslas II) ou trop faible (Henri de Carinthie) pour gérer une situation critique, ce qui, en plus d’accroître leur légitimité, leur avait fourni des outils et des réflexes politiques considérables pour s’imposer comme l’égal du souverain et, progressivement, l’évincer.

3Après une réflexion sur le concept de représentation au Moyen Âge et son actualisation via la notion de « communauté du royaume » en Bohême (1), nous nous intéresserons plus concrètement à la notion de participation via le besoin du souverain de régner de manière consensuelle et l’idée de contrat (2) pour enfin aborder la pratique duale de gouvernement (3).

Représentation et communitas regni

Le concept médiéval de représentation

  • 4 H. F. Pitkin, The Concept of Representation, Berkeley, 1967, rééd. 1972 ; B. Manin, Principes du g (...)

4Communément, on associe le concept de représentation aux démocraties modernes, les spécialistes de sciences politiques considérant comme une évidence l’assimilation entre la représentation politique et les institutions du gouvernement représentatif, en particulier l’élection régulière de gouvernants indépendants de leurs électeurs4, excluant du champ de la représentation politique toutes les relations qui échappent au mandat électif tel qu’il est aujourd’hui pratiqué. Pourtant, la notion de représentation était au cœur de la réflexion et de la pratique politiques dans les sociétés médiévales, comme en rend compte la prolixe activité conciliaire.

  • 5 Sur les idées de Jean de Ségovie, voir A. J. Black, Monarchy and Community. Political Ideas in the (...)
  • 6 Jean de Ségovie, Liber de magna auctoritate episcoporum in concilio generali, éd. R. de Kegel, Fri (...)
  • 7 H. Hofmann, Repräsentation. Studien zur Wort- und Begriffsgeschichte von der Antike bis ins 19. Ja (...)

5Représentant de l’université de Salamanque au concile de Bâle (1431-1449), le fervent défenseur du conciliarisme Jean de Ségovie (1395-1458) postulait que la suprématie conciliaire avait un fondement scripturaire et que l’autorité du pape s’appuyait sur la loi humaine. Imprégné de pensée juridique et corporatiste, il soutenait dans son Liber de magna auctoritate episcoporum, rédigé postérieurement au concile de Bâle, que le pouvoir du pape découlait de la souveraineté de la communauté ecclésiastique et donc, par délégation, du concile5 et il distinguait quatre modes de représentation : 1. la repraesentatio similitudinis fondait la relation d’identité entre le concile et l’Église universelle ; 2. la repraesentatio naturae renvoyait à l’origine génétique commune du concile et de l’Église ; 3. la repraesentatio potestatis soutenait que le concile tirait son pouvoir et sa justification directement du Christ, et non de l’Église ; 4. la repraesentatio identitatis stipulait que la partie représentait le tout et que le concile était par conséquent habilité à décider pour l’ensemble de l’Église6. Identifiée et formulée afin de servir l’idéologie conciliaire, la repraesentatio identitatis constituait en réalité l’une des grandes matrices de la notion de représentation au Moyen Âge, bien avant que ses rouages ne fussent décrits et théorisés7. Elle réglait efficacement l’un des problèmes majeurs de la pratique politique médiévale, le fait qu’une partie du corps social représentait le tout sans que ce dernier lui ait confié de mandat.

  • 8 J. Macek, « Le mouvement conciliaire, Louis XI et Georges de Podebrady », Historica, 15 (1967), p. (...)
  • 9 Sur l’implication de Jean de Ségovie dans la controverse anti-hussite, voir U. Fromherz, Johannes (...)
  • 10 Macek, « Le mouvement conciliaire », loc. cit. n. 8, p. 15.
  • 11 Ces accords reconnaissaient la communion sous les deux espèces et l’existence d’un « peuple double (...)
  • 12 Macek, « Le mouvement conciliaire », loc. cit. n. 8, p. 16 ; Id., « Der Konziliarismus in der böhm (...)

6Dès le xive siècle, Prague avait accueilli avec enthousiasme les thèses conciliaristes formulées à Paris8. Si le contexte hussite et le rôle des conciles de Bâle et de Constance pour contrer le mouvement9 altérèrent cette bonne réception, les hussites voyant dans le concile l’organe qui avait brûlé leur maître, condamné le calice et levé des croisades contre la Bohême, l’idée conciliaire revint finalement en grâce10 après la victoire de Lipany (1434) et la publication des compactata11 (1436), accords qui constituèrent en outre l’assise de la politique du roi Georges de Poděbrady12. Les idées véhiculées par la réflexion sur l’ecclésiologie conciliaire étaient donc bien dans l’air du temps durant les deux derniers siècles du Moyen Âge en Bohême.

La « communauté du royaume » et la représentation médiévale en Bohême

  • 13 La date de cette assemblée n’est pas connue avec certitude. On sait qu’elle se tint de Noël au Nou (...)
  • 14 Regesta nec non epistolaria Bohemiae et Moraviae, t. 2, éd. J. Emler, Prague, 1882, no 1238 (1281) (...)

7La noblesse locale s’était imposée comme la représentante de l’ensemble des sujets au cours du xiiie siècle via la notion de communitas regni. Le contexte d’anarchie créé par la défaite du Marchfeld (26 août 1278), qui avait coûté la vie au roi Přemysl Ottokar II, joua un rôle catalyseur important. Le régent Otton V le Long (1267-1298) s’était en effet empressé d’enlever son jeune successeur, Venceslas II (1278-1305), laissant le royaume sans tête. Une première diète, au cours de laquelle la noblesse était apparue comme la représentante des intérêts de la Bohême face à Otton, fut convoquée à la fin de l’année 1280 pour régler la libération de Venceslas13. Les 20 et 21 mai 1281, une seconde diète fut rassemblée sous la houlette de l’évêque de Prague et administrateur du royaume Tobias de Bechyně au cours de laquelle les seigneurs prirent un ensemble de décisions visant à régler la situation interne chaotique. L’acte rapportant le déroulement de l’assemblée est le premier document à formuler l’analogie entre noblesse et « communauté du royaume », comme l’indique la phrase introductive : Nos, Tobias, Pragensis episc[opus] et universi barones regni Bohemiae14.

  • 15 Le principe d’inégalité était parfaitement intériorisé dans les sociétés médiévales et n’était dès (...)
  • 16 Aristote, Politique, I, 1, 1252a 1-5. Sur l’héritage aristotélicien dans la conception du bien com (...)
  • 17 Fr. Collard, « Pouvoir d’un seul et bien commun (vie-xvie siècles) », Revue française d’histoire d (...)
  • 18 Foncièrement nobiliaire, la littérature vernaculaire tchèque naissante au xive siècle s’emploie à (...)

8Or, les seigneurs n’avaient pas été désignés par les sujets par une élection pour représenter leurs intérêts. C’est leur position traditionnelle dans la société qui les avait amenés à jouer ce rôle dans un système de valeurs qui affirmait que la personne la plus élevée dans la hiérarchie sociale prononçait par essence les meilleurs avis15. Ils ne tiraient leur justification, et donc leur pouvoir, ni du roi ni du Christ mais du bien commun qu’ils prétendaient défendre. Du fait de la collégialité qui la caractérisait, la communauté du royaume était traditionnellement associée à l’idée de bien commun16, par opposition au pouvoir d’un seul, source de méfiance17. Polymorphe car renvoyant tantôt à des acteurs précis (les seigneurs), tantôt à l’ensemble des bénéficiaires de son action (les sujets), la notion de « communauté du royaume » articulait finement fermeture du groupe au pouvoir et intérêt général, ce qui lui permettait de venir à bout des contradictions inhérentes à l’exercice de la représentation en présentant comme fondamentalement bonne l’action des seigneurs. De même que le concile incarnait l’Église et conférait son pouvoir au pape, dans la logique conciliariste, la noblesse organisée en communauté du royaume représentait par délégation l’ensemble des sujets et conférait son pouvoir au roi18. Cette place conquise par la noblesse au sein de la société tchèque ne résultait pas seulement de la défaillance, d’une perte de terrain de la part du roi. Si les crises marquées par l’absence ou l’incompétence du roi avaient renforcé la noblesse en lui laissant une marge de manœuvre conséquente, l’impulsion était aussi venue du roi, la construction du consensus participant des efforts contribuant à légitimer son pouvoir.

Les fondements de la participation

Consensus et légitimation

  • 19 F. Seibt, « Land und Herrschaft in Böhmen », Historische Zeitschrift, 200 (1965), p. 284-316 ; J. (...)
  • 20 C’est seulement à partir de la révolution hussite (1419-1436) pour la Bohême, et seulement après e (...)
  • 21 J.-Ph. Genet, « Le problème du pouvoir dans le Moyen Âge latin », dans El poder a l’edat mitjana. (...)
  • 22 É. Adde-Vomáčka, « Les étrangers dans la Chronique de Dalimil, une place de choix faite aux Allema (...)

9Le terme de dualisme est absent de l’outillage conceptuel médiéval et correspond à une projection de l’historien19 pour comprendre un phénomène propre à l’histoire politique médiévale tchèque ; il désigne la phase de collaboration encore informelle et empirique de la noblesse avec le souverain au gouvernement qui précéda la mise en place effective des états20. La participation des élites n’était pas un phénomène spécifiquement tchèque. Partout en Europe, le souverain s’était avéré toujours plus dépendant de l’adhésion des élites du fait des transformations sociales et politiques, à partir du xiiie siècle21. En Bohême, la noblesse s’était massivement imposée dans ce processus, devançant largement le clergé et les villes, du fait de la sociogenèse particulière qui la caractérisait, de l’absence de Přemysl Ottokar II accaparé par ses campagnes militaires, des crises qui l’avaient fermement propulsée sur le devant de la scène et de la partition ethnique de la population : majoritairement allemande, la bourgeoisie était d’emblée disqualifiée dans la course à la représentation des sujets de Bohême et, partant, au pouvoir22.

  • 23 On trouve pour la première fois ces expressions dans deux actes du xiie siècle datant respectiveme (...)
  • 24 Válka, « Středověké kořeny », loc. cit. n. 19, p. 318.
  • 25 J. ŽEmlička, Přemysl Otakar II., král na rozhrání věků [Přemysl Ottokar II, un roi à la croisée de (...)
  • 26 Morsel, L’aristocratie, op. cit. n. 1, p. 74-75.
  • 27 L’expression n’est pas attestée pour le Moyen Âge, comme le fait remarquer Susan Reynolds, le roi (...)
  • 28 Plus largement sur la contractualité médiévale, voir Avant le contrat social. Le contrat politique (...)

10Les sources diplomatiques rendent éloquemment compte de la dépendance royale. Non déterminé juridiquement, purement factuel, le consilium ou l’assensus des nobles était régulièrement invoqué comme un gage supplémentaire de légitimité dans la publication des décisions du souverain23, révélant le besoin du souverain de poser l’exercice de son pouvoir comme la garantie du droit et de la distinguer d’une démarche arbitraire24. Mais en recourant au concilium, en s’établissant comme « représentatif » pour mieux légitimer, en réalité, ses prétentions à un pouvoir plus personnel25, le roi ouvrait la porte à la multiplication des contestations et des ruptures de consentement et accroissait le pouvoir d’une noblesse de Bohême, traditionnellement de fonction, qui ignorait les liens de vassalité caractéristiques de la noblesse de l’Europe occidentale26 et s’était constituée sur la base de l’administration d’un réseau de forteresses placées sous l’autorité immédiate du duc. Soumis directement au souverain, les seigneurs tchèques étaient dès lors plus enclins qu’ailleurs à considérer le souverain comme l’un des leurs, le primus inter pares27, et à s’appuyer sur l’idée d’un pacte les engageant réciproquement28.

Le contrat

  • 29 Faussement attribuée à un certain Dalimil, cette chronique raconte l’histoire des Tchèques des ori (...)
  • 30 Cosmas parle de congretant populum : Cosmas de Prague, Die Chronik der Böhmen des Kosmas von Prag (...)
  • 31 Nous renvoyons au découpage en chapitres tel qu’il figure dans le manuscrit de Vienne (fin xve siè (...)
  • 32 Cosmas de Prague, Die Chronik, I, 5, op. cit. n. 30, p. 14-15 ; D. Třeštík, « Mír a dobrý rok, stat (...)

11Deuxième œuvre de l’histoire de la littérature de langue tchèque rédigée durant la crise de 1306-1310, la Chronique de Dalimil29 rapporte l’histoire de Libuše dont l’existence est située au viie siècle et qui avait succédé à son père Krok comme juge suprême du pays, mais dut renoncer à sa fonction et pourvoir le pays d’un duc en réponse à la demande des « gentilshommes », qui ne voulaient plus obéir à une femme (chap. 3, v. 33-44). Constitutif du cycle mythique relatif à la dynastie přemyslide, l’épisode était connu de tous, mais il subit plusieurs modifications avec Dalimil. Alors que la demande d’un duc s’exprime de manière informelle et inorganisée dans la Chronique des Tchèques de Cosmas30, elle est formulée par la diète générale convoquée par Libuše chez Dalimil (chap. 3, v. 28-3031). Par ailleurs, alors que l’avènement de Přemysl interrompt définitivement le dialogue entre les sujets et leur chef chez Cosmas32, chez Dalimil, l’importance du contrat est rappelée plus fortement que jamais par Libuše, qui recommande aux hommes la plus grande vigilance face au pouvoir masculin, dont les coups sont un « véritable supplice » et les invite à rester unis au sein de la « communauté » (chap. 4, v. 7-16).

12Le contrat est donc ici, et plus largement dans la pensée nobiliaire qui triomphe au xive siècle, la force qui installe le duc. De surcroît, le rapport imposé par le contrat est dissymétrique, le prince étant le seul à être contraint par des devoirs concrets tandis qu’il revenait aux seigneurs de veiller à leur bonne observation. Cela transparaît nettement au chapitre 68 de la Chronique de Dalimil, qui met en scène Soběslav II (1173-1178), le plus exemplaire des ducs de Bohême selon l’auteur. Pour affaiblir son pouvoir, l’empereur aurait manigancé de prendre avec lui ses deux fils afin de leur apprendre la langue et les mœurs allemandes et ainsi leur faire oublier leurs racines. Méfiant, Soběslav aurait mis en garde ses héritiers, leur promettant une mort bien cruelle si jamais on lui apprenait qu’ils n’honoraient plus leur pays (chap. 68, v. 163-166), et fait promettre aux seigneurs de cesser d’être fidèles à leurs futurs ducs à partir du moment où ils privilégient effectivement les Allemands et cessent de collaborer avec la noblesse (chap. 68, v. 171-180). Ces injonctions rappellent les engagements pris par Jean l’Aveugle dans les Diplômes inauguraux et nous permettent d’entrevoir la conception particulière de la collaboration entre le roi et les seigneurs, telle qu’elle s’impose au xive siècle.

Le dualisme, entre représentations et pratique

Le poids des événements

  • 33 Henri de Carinthie n’avait pas réussi à faire l’unanimité au sein de la noblesse et faisait réguli (...)
  • 34 V. Chaloupecký, « Inaugurační diplomy krále Jana z roku 1310 a 1311 » [Les diplômes inauguraux de (...)

13Dans la pratique, la noblesse de Bohême était efficacement parvenue à capter une part importante du pouvoir. Après l’extinction de la dynastie přemyslide survenue en 1306 et l’assassinat de Venceslas III disparu sans descendance, elle était revenue à la charge alors que le faible Henri de Carinthie s’enlisait dans une crise qui semblait ne pas trouver d’issue33. Relayant les abbés cisterciens du pays, les seigneurs prirent la tête des négociations avec le nouveau roi des Romains, Henri VII (1308-1312/1313), et firent de son fils Jean l’Aveugle (1310-1346) leur roi. Ce dernier avait dû s’engager par les Diplômes inauguraux34 de 1310 et 1311 à respecter les libertés de la Bohême, à collaborer avec les seigneurs tchèques, à ne pas nommer d’étrangers aux offices royaux, à ne pas lancer de mobilisation générale pour des expéditions à l’étranger ainsi qu’à solliciter le consentement de la « communauté du royaume » pour lever l’impôt. Aussi, quand le roi avait commencé à recourir aux services d’étrangers à partir de 1314, la noblesse était-elle immédiatement intervenue, s’engageant dès 1315 dans une dissidence farouche qui se solda par leur victoire finale (accords de Domažlice, 1318). Après s’être engagé à ne plus enfreindre les règles établies, Jean céda définitivement la réalité du pouvoir au seigneur Henri de Lipá.

  • 35 Le projet de la Maiestas carolina prévoyait effectivement la mise au pas de la noblesse. Face au r (...)

14En outre, du fait de l’administration du vaste territoire que constituaient les pays de la couronne de Bohême et le comté puis duché du Luxembourg, et des absences répétées de la part du roi, les seigneurs avaient pris l’habitude de régler les affaires courantes via la convocation des diètes locales, qui rassemblaient majoritairement des nobles. Ces derniers avaient de surcroît phagocyté le tribunal royal, instance qui remontait au xiiie siècle et s’était développée sous le règne de Přemysl Ottokar II (1253-1278), à une époque d’expansion à l’extérieur qui avait obligé le roi à déléguer aux élites nobiliaires les affaires locales. Au début du xive siècle, la noblesse profita des troubles nés de l’extinction des Přemyslides pour s’arroger totalement cet organe et en étendre les compétences. Alors qu’il ne concernait originellement que les conflits de propriété, de dettes, d’atteinte à l’honneur, de meurtre, l’inscription des propriétés au sein de la noblesse, l’enregistrement dans les registres du tribunal s’étendit aux sentences relatives aux privilèges et aux droits de propriété concernant l’ensemble de la société, également le roi, ce qui lui conférait un pouvoir important. Le pouvoir du tribunal était tel que Charles IV entreprit, en vain, d’en réduire le champ de compétence en 135535.

Le conseil, la quintessence de la représentation

  • 36 Cet épisode occupe les chap. 9 à 16 de la chronique.
  • 37 Chap. 10, v. 15-16.
  • 38 À partir de son analyse d’un vaste corpus de récits des origines, Patrick J. Geary montre que la p (...)
  • 39 Chap. 15, v. 2-6.

15Mais dans l’imaginaire médiéval, c’est le conseil du roi qui incarnait l’idéaltype de la représentation et du partage du pouvoir avec le roi. Dans un système de valeurs qui exaltait les rapports d’homme à homme, cette instance incarnait le contact privilégié, direct, entre le souverain et les sujets, via leurs représentants, les conseillers habilités à siéger. Dalimil remonte ainsi bien avant l’assassinat de Venceslas III pour expliquer la crise que connaît le pays, arguant que les problèmes avaient commencé à partir du moment où, sous le règne de Přemysl Ottokar Ier (1192/1193, 1197/1198-1230), les seigneurs se seraient désintéressés du conseil. Selon lui, c’est donc le pouvoir du conseil qu’il convenait de restaurer, pour en faire à nouveau la clé de voûte de l’État et permettre à la communauté de mettre en acte son droit de regard sur les agissements du souverain. Pour illustrer son propos, il utilise l’exemplum de la Guerre des jeunes filles, ces Amazones qui, d’après la légende, avaient pris le pouvoir dans le pays36. Selon lui, leur succès avait été permis par l’importance accordée au conseil par leur maîtresse, Vlasta, qui disait : « Les personnes qui siègent volontiers au conseil/viennent victorieusement à bout des querelles37. » Dans l’enchaînement des événements, Dalimil suggère un lien de cause à effet évident entre la tenue du conseil et la victoire qui s’ensuit, et inversement. Les hommes auraient été vaincus parce qu’ils avaient cessé de se réunir, préférant se divertir38, et c’est leur renouement final avec la réunion du conseil qui les amena à la victoire39. Plus qu’un rouage administratif, le conseil fait figure de véritable idéologie, de style de vie, permettant l’exaltation et la galvanisation qui conduisent à la victoire.

16Au début du xive siècle, la noblesse tchèque était parvenue à profiter d’une situation politique favorable. La faiblesse de l’autorité royale, déjà sensible à la fin du xiiie siècle, et devenue alarmante durant les règnes de Rodolphe de Habsbourg (1306-1307) et d’Henri de Carinthie (1307-1310), la gonfla de hardiesse. À la fin de l’année 1310, c’est elle qui présida au choix du nouveau roi de Bohême, Jean de Luxembourg. Sa position ne fit par la suite que se confirmer, même sous le règne plus vigoureux de Charles IV, culminant sous celui de Venceslas IV à travers l’expérience de l’Union seigneuriale (1394-1402), qui conduisit à l’emprisonnement à deux reprises du roi et à sa disqualification définitive. Ainsi la noblesse de Bohême était-elle parvenue à franchir une étape décisive qui ne pouvait plus être remise en cause après la crise de 1306-1311.

  • 40 M. Hébert, Parlementer. Assemblées représentatives et échange politique en Europe occidentale à la (...)
  • 41 La révolution hussite eut un rôle important dans l’évolution des modes de représentation qui préva (...)

17Réduite à la seule noblesse, la représentation que les événements avaient mise au jour, triomphant avec la Constitution vladislavienne, qui marqua la limitation drastique du pouvoir du roi et l’installation de la « république nobiliaire », ne doivent pas être lus à travers le prisme des attentes contemporaines. En opposant une résistance résolue et active au souverain, le dualisme, partage du pouvoir entre le roi et les seigneurs, avait introduit un nouveau mode de communication, d’échange40 politique, et ainsi intimé des aspirations nouvelles qui jouèrent un rôle important dans l’entrée en politique des villes, à partir du xve siècle, dans le contexte de la révolution hussite41.

Notes

1 La noblesse occidentale avait également connu un stade où elle se définissait par la fonction, mais bien plus tôt, vers 500 : J. Morsel, L’aristocratie médiévale ve-xve siècle, Paris, 2004, p. 39-43.

2 Non propriétaire le plus souvent, la noblesse tchèque s’était néanmoins imposée sur la base de l’administration des terres inhérente aux offices que ses membres occupaient. En 1189, les Statuts conradiens promulgués par le duc Conrad II Otton (1189-1191) avaient promulgué l’hérédité des biens détenus en échange de services rendus au roi. Si les biens en question finissaient par revenir au souverain lors de l’extinction d’un lignage, ce règlement avait de facto installé une pérennisation de l’occupation des terres qui contribua à consolider la noblesse et à forger une conscience de soi forte en son sein : P. Horák, « K statutům Konráda Oty » [Les statuts de Conrad Otton], Časopis matice moravské, 80 (1961), p. 267-280 ; J. Bakala, « K výkladu prvního ustanovení Statut Konráda Oty » [La première rédaction du traité de Conrad Otton], dans Český stát na přelomu 12. a 13. Století, Opava, 1993, p. 9-15 ; J. žEmlička, Čechy v době knížecí 1034-1198 [La Bohême à l’époque ducale], Prague, 1997, p. 358-363 ; K. Malý et F. Sivák, Dějiny státu a práva v českých zemích a na Slovensku do roku 1918 [Histoire de l’État et du droit dans les pays tchèques et en Slovaquie jusqu’en 1918], Prague, 1992, p. 50 ; V. Vaníček, Velké dějiny Zemí Koruny české [La grande histoire des pays de la couronne de Bohême], t. 2, 1197-1250, Prague/Lytomyšl, 2000, p. 156-162. Cette conscience identitaire nobiliaire reposait en outre sur une tradition déjà importante de rassemblements multiples ainsi que des intérêts spécifiques partagés, voir V. Vaníček, « Předpoklady a formování šlechtické « obce českého království » – zemské obce » [Prémisses et formation de la ‘communauté du royaume de Bohême’ nobiliaire – communauté provinciale], Mediaevalia historica bohemica, 1 (1991), p. 13.

3 C’est au terme d’un long processus que le duché de Bohême devint définitivement un royaume. Deux ducs, Vratislav Ier (1085-1092) et Vladislav Ier (1158-1172), avaient déjà été récompensés par le titre de roi en échange des services qu’ils avaient rendus à l’empereur : M. Wihoda, První česká království [Les premiers royaumes de Bohême], Prague, 2015. En 1198, Přemysl Ottokar Ier (1192-1193 puis 1197-1198) fut à son tour récompensé par le titre de roi. La dignité était cette fois héréditaire, transformant durablement le statut de la Bohême.

4 H. F. Pitkin, The Concept of Representation, Berkeley, 1967, rééd. 1972 ; B. Manin, Principes du gouvernement représentatif, Paris, 1996.

5 Sur les idées de Jean de Ségovie, voir A. J. Black, Monarchy and Community. Political Ideas in the Later Conciliar Controversy. 1430-1450, Cambridge, 2005 (1970), passim.

6 Jean de Ségovie, Liber de magna auctoritate episcoporum in concilio generali, éd. R. de Kegel, Fribourg, 1995, I, 10, p. 141-142 ; R. de Kegel, « Johannes von Segovia und die verfassungsmäßige Vereinbarkeit von Papst und Konzil », dans Nach dem Basler Konzil. Die Neuordnung der Kirche zwischen Konziliarismus und monarchischem Papst (ca. 1450-1475), éd. J. Dendorfer et Cl. Märtl, Berlin, 2008, p. 45-66 ; A. Zimmermann, Der Begriff der repraesentatio im Mittelalter. Stellvertretung – Symbol – Zeichen – Bild, Berlin, 1971, p. 233-235.

7 H. Hofmann, Repräsentation. Studien zur Wort- und Begriffsgeschichte von der Antike bis ins 19. Jahrhundert, Berlin, 1974, rééd. 2003, p. 214-219.

8 J. Macek, « Le mouvement conciliaire, Louis XI et Georges de Podebrady », Historica, 15 (1967), p. 5-63, ici p. 7-8.

9 Sur l’implication de Jean de Ségovie dans la controverse anti-hussite, voir U. Fromherz, Johannes von Segovia als Geschichtsschreiber des Konzils von Basel, Bâle, 1960, p. 27-28.

10 Macek, « Le mouvement conciliaire », loc. cit. n. 8, p. 15.

11 Ces accords reconnaissaient la communion sous les deux espèces et l’existence d’un « peuple double » en matière de religion, dans le royaume.

12 Macek, « Le mouvement conciliaire », loc. cit. n. 8, p. 16 ; Id., « Der Konziliarismus in der böhmischen Reformation – besonders in der Politik Georgs von Podiebrad », Zeitschrift für Kirchengeschichte, 80 (1969), p. 312-330.

13 La date de cette assemblée n’est pas connue avec certitude. On sait qu’elle se tint de Noël au Nouvel An, mais les avis sont partagés pour déterminer s’il s’agit des années 1280-1281 ou 1281-1282. La littérature plus récente se prononce pour la fin 1280. L. Jan, Vznik zemského soudu a správa středověké Moravy [L’apparition du tribunal royal et l’administration de la Moravie], Brno, 2000, p. 239-242 ; D. Malá-Dvořáčková, « Braniboři v Čechách a zajetí Václava II. Česko-braniborské vztahy ve 13. století » [Les Bavarois en Bohême et l’emprisonnement de Venceslas II. Les relations bavaro-tchèques au xiiie siècle], dans Korunní země v dějinách českého státu II. Společné a rozdílné. Česká koruna v životě a vědomí jejích obyvatel ve 14.-16. století, éd. L. Bobková, J. Konvičná, Prague, 2005, p. 129-158, ici p. 139.

14 Regesta nec non epistolaria Bohemiae et Moraviae, t. 2, éd. J. Emler, Prague, 1882, no 1238 (1281), p. 535-536.

15 Le principe d’inégalité était parfaitement intériorisé dans les sociétés médiévales et n’était dès lors pas vécu comme une injustice, voir S. Reynolds, Kingdoms and Communities in Western Europe 900-1300, Oxford, 2002 [1984] ; Vormoderne politische Verfahren, éd. B. Stollberg-Rilinger, Berlin, 2001, p. 16-17 ; Wahlen und Wählen im Mittelalter, éd. R. Schneider et H. Zimmermann, Sigmaringen, 1990.

16 Aristote, Politique, I, 1, 1252a 1-5. Sur l’héritage aristotélicien dans la conception du bien commun, voir B. Sère, « Aristote et le bien commun au Moyen Âge : une histoire, une historiographie », Revue française d’histoire des idées politiques, 32 (2010), p. 277-291 ; sur les liens entre bien commun et « communauté du royaume », voir É. Adde-Vomáčka, « “Communauté du royaume” et affirmation de la noblesse dans les pays tchèques (xiiie-xive siècles) », dans La « communauté du royaume » (Angleterre, Écosse, France, Empire, Scandinavie), de la fin du xe siècle au début du xive siècle, théories et pratiques, éd. D. Barthélemy, I. Guyot-Bachy, F. Lachaud, J.-M. Mœglin, Paris, à paraître.

17 Fr. Collard, « Pouvoir d’un seul et bien commun (vie-xvie siècles) », Revue française d’histoire des idées politiques, 32/2 (2010), p. 227-230.

18 Foncièrement nobiliaire, la littérature vernaculaire tchèque naissante au xive siècle s’emploie à figer l’image d’un roi qui n’agit jamais seul et dont les décisions ne sont que la réalisation de la volonté des seigneurs : Adde-Vomáčka, « “Communauté du royaume” », loc. cit. n. 16 ; Ead., « Idéologie nobiliaire et espace public dans les pays de la couronne de Bohême au xive siècle », Hémecht (revue d’histoire luxembourgeoise), 67/4 (2015), p. 401-419 ; Ead., « Langage et pouvoir dans la Bohême médiévale, les enjeux de la naissance d’une littérature de langue tchèque au xive siècle », dans Contre-champs. Études offertes à Jean-Philippe Genet par ses élèves, éd. A. Mairey, F. Madeline, S. Abélès, Paris, 2016, p. 275-296 ; Z. Uhlíř, « Pojem zemské obce v tzv. Kronice Dalimilově jako základní prvek její ideologie » [Le motif de la communauté du royaume dans la Chronique dite de Dalimil comme élément fondamental de son idéologie], Folia Historica Bohemica, 9 (1985), p. 7-32, ici p. 11-12.

19 F. Seibt, « Land und Herrschaft in Böhmen », Historische Zeitschrift, 200 (1965), p. 284-316 ; J. Mezník, « Vývoj a systém stavovské reprezentace v českých zemích v pozdních středověku » [Le développement et le fonctionnement de la représentation par les états dans les pays tchèques à la fin du Moyen Âge], Sborník prací filozofické fakulty brněnské univerzity, 44 (1997), p. 71-81 ; J. Válka, « Středověké kořeny mocenského dualismu panovníka a obce (Historiografické aspekty diskusí o « absolutismu ») » [Les racines médiévales du dualisme du pouvoir entre le souverain et la communauté (Réflexions historiographiques relatives à la question de l’« absolutisme »)], Časopis Matice moravské, 123 (2004), p. 311-335. Au terme de « dualisme », l’historien polonais Stanisław Russocki préfère celui de « protoparlementarisme » : S. Russocki, Protoparlamentaryzm Czech do poczatku XV wieku [Le protoparlementarisme en Bohême jusqu’au début du xve siècle], Varsovie, 1973. Au sujet de la représentation, voir encore K. Malý, « Počátky českého sněmovnictví (do konce 14. století) » [Les débuts des assemblées en Bohême (jusqu’à la fin du xive siècle)], Česká národní rada, sněm českého lidu, Praha, Česká národní rada, éd. V. Vaněček, Prague, 1970, p. 75-91, ici p. 76 et 85 ; F. Šmahel, « Obrysy českého stavovství od konce 14. do počátku 16. Století » [Les contours de l’État corporatiste tchèque de la fin du xive siècle au début du xvie siècle], Český časopis historický, 90 (1992), p. 161-187.

20 C’est seulement à partir de la révolution hussite (1419-1436) pour la Bohême, et seulement après elle pour la Moravie, que le système de la représentation par les états s’imposa de manière décisive : Mezník, « Vývoj a systém », loc. cit. n. 19, p. 74. Aussi Ferdinand Seibt qualifie-t-il la révolution hussite de « ständische Revolution » : F. Seibt, « Die hussitische Revolution », dans Id., Hussitenstudien, Munich, 1987, p. 96. Néanmoins, le fait que le système représentatif tel qu’il s’imposa en Bohême et en Moravie ait procédé de la révolution hussite n’en fait pas pour autant un phénomène inédit en Europe, où des exemples similaires de représentation sont également observables à des époques plus anciennes et, pour certains cas, avec une portée bien plus large. Sur le Tyrol, voir A. Huber et A. Dopsch, Österreichische Reichsgeschichte, Prague/Vienne/Leipzig, 1901, p. 78-79 ; pour le Danemark et la Suède, K. Górski, Communitas-Princeps-Corona regni, Varsovie/Poznań/Toruń, 1976, p. 6.

21 J.-Ph. Genet, « Le problème du pouvoir dans le Moyen Âge latin », dans El poder a l’edat mitjana. VIIIe Curs d’Estiu Comtat d’Urgell, Balaguer, 9-11 de juliol 2003, éd. F. Sabaté et J. Fabré, Lérida, 2004, p. 21-42 ; Id., La genèse de l’État moderne. Culture et société politique en Angleterre, Paris, 2003 ; Id., « La genèse de l’État moderne : les enjeux d’un programme de recherche », Actes de la Recherche en Sciences sociales, 118 (1997), p. 3-18 ; B. Schneidmüller, « Konsensuale Herrschaft. Ein Essay über Formen und Konzepte politischer Ordnung im Mittelalter », dans Reich, Regionen und Europa in Mittelalter und Neuzeit, éd. P. Moraw et P.-J. Heinig, Berlin, 2000, p. 53-87.

22 É. Adde-Vomáčka, « Les étrangers dans la Chronique de Dalimil, une place de choix faite aux Allemands », Cahiers du CEFRES, 31 (2011), p. 11-52 ; ead., « Idéologie nobiliaire », loc. cit. n. 18.

23 On trouve pour la première fois ces expressions dans deux actes du xiie siècle datant respectivement de 1159 (communi omnium primatum assensu) et de 1160 (consensu omniu primatum Boemie) : Codex diplomaticus et epistolaris regni Bohemiae, t. 1, éd. G. Friedrich, Prague, 1904-1907, no 204, p. 192-193 ; no 208, p. 195-196.

24 Válka, « Středověké kořeny », loc. cit. n. 19, p. 318.

25 J. ŽEmlička, Přemysl Otakar II., král na rozhrání věků [Přemysl Ottokar II, un roi à la croisée des siècles], Prague, 2011.

26 Morsel, L’aristocratie, op. cit. n. 1, p. 74-75.

27 L’expression n’est pas attestée pour le Moyen Âge, comme le fait remarquer Susan Reynolds, le roi étant un personnage sacré aux yeux de ses contemporains, et donc foncièrement au-dessus des pairs du royaume : Reynolds, Kingdoms, op. cit. n. 15, p. XLVII et 259. Elle nous est cependant utile pour synthétiser les ambitions politiques et étatiques d’un certain courant nobiliaire.

28 Plus largement sur la contractualité médiévale, voir Avant le contrat social. Le contrat politique dans l’Occident médiéval xiiie-xve siècle, éd. F. Foronda, Paris, 2011.

29 Faussement attribuée à un certain Dalimil, cette chronique raconte l’histoire des Tchèques des origines mythiques jusqu’à l’époque de sa rédaction. Fortement antibourgeoise et antiallemande, elle est très marquée par le monde et les représentations de la noblesse et trouve certainement son origine dans ce milieu, voir É. Adde-Vomáčka, La Chronique de Dalimil et les débuts de l’historiographie nationale tchèque en langue vulgaire, Paris, 2016.

30 Cosmas parle de congretant populum : Cosmas de Prague, Die Chronik der Böhmen des Kosmas von Prag, I, 5, éd. B. Bretholz, Berlin, 1923, p. 14.

31 Nous renvoyons au découpage en chapitres tel qu’il figure dans le manuscrit de Vienne (fin xve siècle), Österreichische Nationalbibliothek, Vienne, Series nova no 44, qui sert de base à la traduction de la Chronique de Dalimil que nous publions, Adde-Vomáčka, La Chronique de Dalimil, op. cit. n. 29.

32 Cosmas de Prague, Die Chronik, I, 5, op. cit. n. 30, p. 14-15 ; D. Třeštík, « Mír a dobrý rok, statní ideologie raného přemyslovského státu mezi křesťanstvím a pohanstvím » [La paix et la bonne année, l’idéologie étatique du premier État přemyslide entre christianisme et paganisme], Folia Historica Bohemica, 12 (1988), p. 23-45, ici p. 24 ; F. Graus, « Kněžna Libuše – od postavy báje k národnímu symbolu » [La princesse Libuše – de l’héroïne légendaire au symbole national], Československý Časopis Historický, 17 (1969), p. 817-844, ici p. 839-841.

33 Henri de Carinthie n’avait pas réussi à faire l’unanimité au sein de la noblesse et faisait régulièrement appel à l’étranger pour rétablir son autorité, ce qui concourait à l’affaiblir plus encore. En outre, il s’avéra incapable de trouver une solution à la conjuration organisée par les élites urbaines de Prague et de Kutná Hora (1309).

34 V. Chaloupecký, « Inaugurační diplomy krále Jana z roku 1310 a 1311 » [Les diplômes inauguraux de Jean de 1310 et 1311], Český časopis historický, 1/2 (1949), p. 69-102.

35 Le projet de la Maiestas carolina prévoyait effectivement la mise au pas de la noblesse. Face au rejet massif de cette dernière, Charles fut contraint d’y renoncer : Maiestas Carolina. Der Kodifikationsentwurf Karls IV. Für das Königreich Böhmen von 1355, éd. B.-U. Hergemöller, Munich, 1995. Voir aussi J. Kejř, « Die sogenannte Maiestas Carolina. Forschungsergebnisse und Streitfragen », dans Studia Luxemburgensia. Festschrift Heinz Stoob zum 70. Geburtstag, éd. F. B. Fahlbusch, Warendorf, 1989, p. 79-122 ; E. Schlotheuber, « Die Rolle des Rechts in der Herrschaftsauffassung Kaiser Karls IV. », dans Die Goldene Bulle. Politik – Wahrnehmung – Rezeption, éd. U. Hohensee et alii, Berlin, 2009, p. 141-168 ; Ead., « Der weise König. Herrschaftskonzeption und Vermittlungsstrategien Kaiser Karls IV. (†1378) », Hémecht (revue d’histoire luxembourgeoise), 63/3 (2011), p. 265-279.

36 Cet épisode occupe les chap. 9 à 16 de la chronique.

37 Chap. 10, v. 15-16.

38 À partir de son analyse d’un vaste corpus de récits des origines, Patrick J. Geary montre que la prise de pouvoir par les Amazones coïncide toujours avec une défaillance des hommes dans leur exercice du pouvoir : P. J. Geary, Women at the Beginning, Origin Myths from the Amazons to the Virgin Mary, Princeton/Oxford, 2006, p. 41.

39 Chap. 15, v. 2-6.

40 M. Hébert, Parlementer. Assemblées représentatives et échange politique en Europe occidentale à la fin du Moyen Âge, Paris, 2014, p. 16.

41 La révolution hussite eut un rôle important dans l’évolution des modes de représentation qui prévalaient. Alors que le dualisme limitait la collaboration du roi aux seuls seigneurs via des assemblées informelles non fixes (ce qui ne les empêchait pas de jouir d’un pouvoir très important, bien au contraire), le hussitisme eut pour effet de remodeler la composition de la participation (évincement du clergé, répartition entre seigneurs, chevaliers, représentants des villes) et d’en fixer de manière définitive les organes, compétences et modalités de fonctionnement durant les années 1430-1440.

Auteur

Université du Luxembourg

© Éditions de la Sorbonne, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540