Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Gouverner les hommes, gouverner les âmes

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Gouverner ensemble

Soutenir le gouvernement royal ou y participer ?

Devoir de conversion et réalisme politique dans le León au tournant des xiie-xiiie siècles / The Duty of Conversion and Political Realism in the Leòn Region of Spain at the End of the 12th and the Beginning of the 13th Century

To Support or Join the Government of the King?

Amélie De Las Heras

Abstract

À la fin du xiie siècle, Martin de León diffuse dans son milieu ibérique la condamnation par Hugues de Fouilloy des chanoines participant aux affaires royales, mais aussi sa nuance : leur soutien au gouvernement royal est nécessaire. Le chanoine radicalise cette ambivalence dans deux sermons. Il insiste à la fois sur le danger d’anticléricalisme induit, et sur l’existence d’une légitime exception « en cas d’inévitable nécessité ». Ses formules créent une transposition de la valeur dérogatoire de la nécessité depuis un régime d’ordre corporel ou matériel, telle que l’auteur ou le lecteur la rencontre dans la littérature disciplinaire, vers un régime qui semble d’ordre politique. Dans ces sermons, la conception de l’exercice du pouvoir royal découle encore des exigences du regimen animarum, mais elle ne lui est plus totalement subordonnée de facto.

At the end of the 12th century, Martin de León publicized within his Spanish circle Hugues de Fouilloy’s paradoxical idea that canons who participated in the king’s government were wrong but that it was nevertheless necessary for them to support that same king’s government. This ambivalence is further radicalized in two sermons. He stresses the danger of anticlericalism and invokes the existence of a legitimate exception “in case of inevitable necessity.” His language creates a transposition of the exceptional value of necessity emanating from a regime of the material or the corporal order, such as the author or the reader might encounter in the disciplinary literature, towards a regime that seems to belong to the political order. In these sermons the conception of the exercise of royal authority still rests on the requirements of the regimen animarum but is no longer totally subordinate to it de facto.

Full text

  • 1 M. Senellart, Les arts de gouverner. Du regimen médiéval au concept de gouvernement, Paris, 1995, (...)
  • 2 Ibid., p. 41.
  • 3 Martin de León, PL, 209, respectivement col. 125C-132D et 131D-138C.

1Dans son étude conceptuelle sur les arts de gouverner, Michel Senellart insiste sur la dissociation médiévale entre le regimen, le gouvernement, et le regnum ou simple exercice du pouvoir établi. « Au triple sens de régime monarchique, [de] dignité royale et [de] royaume », ce dernier doit être subordonné au premier car schématiquement, il constitue la mise en œuvre par la contrainte des corps du bon regimen orienté vers le salut des âmes1. À partir du tournant des xiie-xiiie siècles, cependant, un rééquilibrage s’opère entre les exigences de la naturalité du regnum et celles liées à la finalité du regimen, qui se confond lentement et sans linéarité avec l’exercice du pouvoir suite aux développements des grandes monarchies et de la pensée aristotélicienne2. Ces repères sont utiles pour souligner les enjeux d’analyse de deux sermons qu’un chanoine régulier ibérique, Martin de León († 1203), rédige à la fin du xiie siècle : Ne monachi sive canonici regis curiam frequentare praesumant et Ne monachi sive canonici secreta principum scire appetant3. Il y critique l’immixtion active des chanoines dans les affaires royales et y oppose les devoirs d’une vie religieuse. L’étude que nous proposons montre paradoxalement que ces textes témoignent de la lente évolution mise en avant par Michel Senellart. Elle permet d’en préciser quelques facteurs, entre théorie et empirisme.

  • 4 R. McCluskey, « The Early History of San Isidoro de León (X-XII c.) », Nottingham Medieval Studies (...)
  • 5 Santo Martino de León, éd. A. Viñayo González, León, 1987.
  • 6 Martin de León, Veteris ac Novi Testamenti Concordia, PL, 208, col. 27-1352 et 209, col. 9-420.
  • 7 C. de Ayala Martínez, Sacerdocio y reino en la España altomedieval: Iglesia y poder politíco en el (...)
  • 8 Nous nous permettons de renvoyer à A. De Las Heras, « Généalogie d’une œuvre à (in)succès. Lecture (...)

2Martin évolue au sein de la communauté canoniale régulière de Saint-Isidore de León, fort puissante grâce à ses rapports traditionnellement féconds avec le pouvoir royal4. La collégiale est un lieu de représentation de la dynastie – elle abrite un Panthéon royal – et d’exercice de son pouvoir – elle est le théâtre des premières cortes du royaume en 1188. L’auteur lui-même est suffisamment proche de la famille régnante pour que celle-ci finance une partie de la copie somptuaire de son œuvre5. La Veteris ac Novi Testamenti Concordia rassemble quatre commentaires bibliques et cinquante-quatre sermons, dont les deux susmentionnés6. Ces témoignages ont été délaissés par les historiens malgré leur caractère exceptionnel : que ce soit par conservation ou même par mention, on connaît peu de sermons – et aucun commentaire linéaire biblique – composés dans les royaumes chrétiens ibériques entre le ixe et le xiie siècle. Les deux pièces qui nous intéressent permettent d’approcher la collaboration entre la royauté et le clergé au xiie siècle dans ces territoires, sous d’autres angles que ceux du modèle ou de la pratique qui, eux, sont déjà bien informés grâce aux vitae, aux chroniques et aux chartes7. Ils ont été rédigés dans un bel ensemble (formules et arguments fonctionnent de pair) pour être lus lors d’un office ou d’une collatio afin de guider assez concrètement les chanoines de Saint-Isidore et de sa récente congrégation8. Le discours s’inscrivant clairement dans le registre de la discipline, il autorise l’analyse des composantes pragmatiques et prescriptives des rapports entre royauté et chanoines.

3Martin de León y a compilé plusieurs sources : nous étudierons dans un premier temps la diffusion du modèle en matière de critique du clerc curial dont il se fait l’agent. Quelques ajouts suggèrent néanmoins que pour l’auteur, le regnum ne découle pas aussi fortement des exigences du regimen que ce que l’on trouve habituellement dans la littérature correspondante. Nous analyserons ce relatif consentement à la prévalence du gouvernement royal, peu assumé du reste, en nous demandant s’il provient de l’ouverture du chanoine aux influences extérieures ou d’une réalité léonaise.

La critique du clerc curial

  • 9 Delectabilius sit vobis inspicere diversarum libros materiarum in claustro, quam diversi generis c (...)
  • 10 Fiunt oratores in causis, et coloribus utuntur rhetoricis. […] Oneratus cartulis, auctoritatibus f (...)
  • 11 Pro principe igitur saeculari Alpinum frigus, libenter Italiae calorem patitur, qui pro magistro s (...)
  • 12 Conjugia copulant illicita, quandoque dissolvunt licita : ibid., col. 134B.
  • 13 P. Linehan, « Santo Martino and the Context of Sanctity in the Thirteenth-Century León », dans San (...)

4Les sermons vilipendent les chanoines dont les activités sont liées à la cour royale. Ils dénoncent leurs aspirations d’ordre social ou statutaire et surtout leur contribution aux pratiques mettant en acte la royauté9. Certains participent aux conseils royaux ou portent des messages pour le pouvoir, d’autres se font juristes au service de ce dernier, allant jusqu’au mensonge si nécessaire10. La nature du service effectué compte finalement moins pour l’incrimination que le bénéficiaire, le prince au lieu de l’abbé11. L’auteur déplore aussi vivement que certains travaillent à rendre légitimes des mariages qui ne le sont pas12. Plusieurs historiens en déduisirent tout à la fois le soutien des chanoines de Saint-Isidore au couple royal formé par Alphonse IX (1188-1230) et Bérengère, accusés par Innocent III de relation incestueuse, et le réalisme des critiques martiniennes13.

  • 14 Hugues de Fouilloy, De claustro animae, PL, 176, col. 1017-1183.
  • 15 J. Laemers, « Claustrum animae: The Community as Example for Interior Reform », dans Virtue and Et (...)
  • 16 Hugues de Fouilloy, De claustro animae, op. cit. n. 14, col. 1067-1069 et 1069-1070.
  • 17 Voir le paroxysme de réécriture : PL, 209, col. 128B-D : Consilia principum perversa… quod non dec (...)
  • 18 Synthèse stimulante dans M. Aurell, L’empire des Plantagenêt : 1154-1224, Paris, 2004, p. 76 et su (...)

5L’ensemble des critiques provient en réalité d’un emprunt très fidèle au De claustro animae d’Hugues de Fouilloy14. Alors qu’il est prieur à Saint-Laurent-aux-Bois ou bien dans sa dépendance de Saint-Nicolas de Regny, dans la région de Corbie, ce chanoine régulier couche par écrit vers le milieu du xiie siècle cette vaste réflexion sur l’idéal de la vie claustrale, qu’il organise en quatre livres15. Le deuxième inclut un petit traité dénonçant les douze principaux abus au sein du cloître, dans une veine très monastique. De ce De duodecim abusionibus claustri, Martin reprend intégralement les De curiali monacho et De monacho causidico16. Ses variantes sont rares et peu significatives au regard de notre sujet ; elles amplifient le propos en soulignant le contraste entre les deux « ordres », curial et claustral17. Les deux sermons martiniens forment donc la caisse de résonance ibérique d’un topique de la littérature occidentale dans la seconde moitié du xiie siècle, le clerc curial, largement critiqué18.

  • 19 Duae tamen sunt curiae principum saecularium, quorumdam scilicet qui ecclesias construunt, et quor (...)
  • 20 Sic amat consilium Chusi […]. Verba Chusi, verba silentii : PL 209, col. 129B ; Hugues de Fouilloy (...)
  • 21 Tria sunt tamen silentia, videlicet silentium oris, tranquillitas mentis, velamen mysterii : PL, 2 (...)
  • 22 Amet igitur monachus sive canonicus curialis consilium Chusi, scilicet claustri silentium ; […] ut (...)
  • 23 Ad utramque [curiam] quamvis necessarius sit religiosorum virorum accessus […] : PL, 209, col. 128 (...)
  • 24 D. Boquet, « Le gouvernement de soi et des autres selon Bernard de Clairvaux. Lecture de la lettre (...)

6Cette littérature présente au demeurant un éventail de nuances, et la condamnation de toute intromission d’un clerc dans le monde curial est rarement absolue – à l’image de ce que l’on observe chez Hugues de Fouilloy dans le nord de la France, puis chez Martin de León dans le nord de la Péninsule. Tous deux, en effet, édifient un modèle de soutien au gouvernement royal au moyen de tropes bibliques. Ils ne le conditionnent pas à la personne du roi, mais à sa possession du regnum : dans la cour d’un souverain, que ce dernier œuvre au bénéfice des fidèles ou à leur perte, le conseil d’un homme tel que Chusi est « nécessaire19 ». Hugues puis Martin font référence ici à celui qu’Augustin d’Hippone identifie dans son commentaire sur le septième psaume comme étant l’« ami de David » et qu’il interprète en tant que type du silence. En s’appuyant sur cette source, ils réduisent aux « mots du silence » la nature du conseil prôné20. Cela leur permet d’inciter les chanoines au silence de la bouche, littéralement, à la quiétude de l’esprit, moralement et, enfin, à garder à l’esprit la perspective eschatologique21. L’invitation au « silence du cloître » résume donc la collaboration des chanoines avec le regnum dans la conversion statutaire : ils doivent soutenir le souverain par leur présence dans le cloître, silencieuse et orante22. Cependant, la priorité accordée au sens littéral de l’expression n’exclut pas tout à fait son sens moral : l’accès du moine à la cour est « parfois nécessaire23 ». L’expression renvoie alors implicitement à la fuite du monde se déroulant dans l’intimité du soi, acception fréquente chez les influents cisterciens24.

  • 25 À titre d’exemple, on comparera les positions de Pierre de Blois, de Matthieu de Chichester et de (...)
  • 26 Boquet, « Le gouvernement de soi et des autres », loc. cit. n. 24, p. 293.

7Entre interdit du monde curial et nécessité d’y être présent, les recommandations d’Hugues de Fouilloy sont relativement ambivalentes, à l’image de ce que l’on observe ailleurs25. Sans contradiction, le chanoine s’inscrit dans une lignée développée entre autres par Bernard de Clairvaux : la légitimité à assister le souverain au sein du cloître ou de la cour repose sur sa capacité à se gouverner soi-même26. Martin de León reprend à son compte cette ambivalence, mais en la radicalisant. Il développe dans un premier temps les contradictions essentielles entre vie curiale et exigences d’une vie religieuse pour finalement insister sur la nécessité d’articuler les deux.

La participation au gouvernement du roi contre le gouvernement pastoral

  • 27 Causa amoris Dei […] ad curiam tendite summi Regis : PL, 209, col. 132.
  • 28 Par exemple : vos ipsos intra parietes claustri coarctate […] divinae contemplationi operam date :(...)

8Martin renforce l’incompatibilité entre vies claustrale et curiale. À la suite d’un jeu d’antithèses d’Hugues, il en ajoute un deuxième de son cru27. Il clôt en outre chacun de ses sermons sur une parénèse dans laquelle il exhorte ses frères à rester dans l’enceinte du cloître, à s’adonner à la lecture des Écritures saintes, à la prière, au silence, à la contemplation de l’œuvre de Dieu28. Un autre ajout nous intéresse au premier chef. Moines et chanoines incriminés doivent se reconnaître dans cette lamentation de Jérémie :

  • 29 Ibid., col. 130C-D (traduction TOB).

Comment ! L’or peut-il se ternir, le bon lingot s’altérer, les pierres saintes s’éparpiller à tous les coins de rues29 ? (Lm 4,1)

  • 30 Per aurum intelligimus viros religiosos […] et exterius a populo non ignoratur : PL, 209, col. 130 (...)

9Martin ne suit alors ni l’interprétation de la glose ordinaire (l’une des sources majeures de la Concordia dans son ensemble) ni celle qu’Hugues de Fouilloy délivre ailleurs dans son De duodecim abusivis claustri30. Il ne traite pas seulement des moines mais aussi des clercs : l’or pur désigne les premiers tandis que l’or terni définit les seconds, coupables d’abus et conséquemment inaptes à prêcher auprès des fidèles. L’addition des clercs dans ce régime interprétatif ne se justifie pas seulement par la spécificité canoniale au regard des moines, elle permet à l’auteur d’introduire un autre reproche :

  • 31 Nunquid, fratres dilectissimi, sine causa nos despiciunt populi ? Nequaquam. Recte enim despicimur (...)

Croyez-vous donc que les fidèles nous méprisent sans raison ? Nullement. Il est juste qu’ils nous méprisent, car nous sommes une chose dans l’intimité et autre chose en société31.

  • 32 P. Henriet, « In injuriam ordinis clericalis. Traces d’anticléricalisme en Castille et León (xiie-(...)

10La turpitude des religieux se sait à l’extérieur du cloître. Par conséquent, si le soutien au gouvernement royal revêt une forme plus active que la persévérance dans la conversion, la qualité de cette dernière est entamée suivant l’incompatibilité précédemment exposée et l’efficacité pastorale est affaiblie par le discrédit causé au regard des fidèles ; cela implique que ce soutien entre en contradiction avec le gouvernement des âmes in fine. Martin de León met en relief ce danger sans doute moins par fidélité envers la rhétorique post-grégorienne que sous l’effet d’une préoccupation concrète. Cette phrase renvoie en effet à la réalité d’un royaume léonais traversé par des mouvements anticléricaux aux xiie-xiiie siècles32.

  • 33 Le De duodecim abusionibus claustri connaît une circulation manuscrite indépendante par rapport au(...)

11Que la dénonciation des chanoines curiaux importe pour Martin de León apparaît enfin dans l’économie de la Concordia. Les deux sermons occupent une place considérable dans la matière disciplinaire ainsi que dans la sélection que le compilateur opère au sein des dénonciations d’Hugues de Fouilloy, telle que nous la découvrons33.

Les douze abus au sein du cloître (Hugues de Fouilloy)

Sermons disciplinaires dans la Concordia (Martin de León)

Ad fratres ut non habeant proprium

De praelatis negligentibus

De praelatis Ecclesiae

De discipulo inobediente

De obedientia

De disciplina

De juvene otioso

Qualiter juvenes otium fugiant

De sene obstinato

Qualiter senes ac juvenes Deo servire debeant

De curiali monacho

Ne monachi sive canonici regis curiam frequentare praesumant

De monacho causídico

Ne monachi sive canonici secreta principum scire appetant

De habitu pretioso

De cibo exquisito

De rumore in claustro

De lite in capitulo

De dissolutione in choro

De irreverentia juxta altare

  • 34 […] per Dei gratiam mundum contempsistis, et monasterium elegistis, moneo vos ut curiam regis freq (...)

12La vivacité de cette préoccupation posée, les exhortations finales paraissent étonnantes : il s’agit de deux ajouts martiniens qui soulignent combien les chanoines doivent se tenir à l’écart de la cour royale et de ses affaires, « sauf en cas de grande » ou « d’inévitable nécessité34 ». Quelle nécessité autorise à affaiblir la qualité de la conversion et conséquemment, le gouvernement des âmes selon le chanoine ? Prône-t-il de la sorte un régime d’exception faisant prévaloir aux yeux de ses frères le gouvernement des hommes ?

La nécessaire présence des chanoines à la cour : régime d’exception et réalisme politique

  • 35 Sciendum praeterea est, quia presbyter non debet reconciliare poenitentes, inconsulto episcopo, ni (...)

13Il est malheureusement difficile d’apprécier la nature ou les conditions de ladite nécessité. Elle est absente chez Hugues ; l’auteur de la Concordia ne la définit pas, il semble la considérer évidente pour ses lecteurs. Ces derniers ne pouvant guère trouver matière à l’interpréter avec assurance dans les trois autres occurrences de formules similaires au sein de l’œuvre, il faut considérer d’autres voies d’accès à sa compréhension35.

  • 36 Voir récemment C. Grasso, « La delega papale alla predicazione crociata al tempo del IV concilio l (...)
  • 37 Sur sa présence dans la Glose, Ph. Buc, L’ambiguïté du Livre. Prince, pouvoir et peuple dans les c (...)
  • 38 Sur le couple necessitas-voluntas : ibid., p. 260-272 ; A. Viñayo González, « Santo Martino de Leó (...)

14Première possibilité, le chanoine la laisse volontairement à l’appréciation du lecteur – ou du souverain. De fait, la valeur dérogatoire de la necessitas est couramment attestée en Occident sans plus de précision. Au xiie siècle, le Décret de Gratien rappelle qu’elle peut rendre licite ce qui n’est pas autorisé par la loi36. Et Martin de León de connaître probablement ce principe déjà affirmé chez Bède, ne serait-ce que par sa reprise dans la glose ordinaire qu’il utilise abondamment37. L’amplification à laquelle il se livre par rapport aux textes d’Hugues de Fouilloy ne nous apparaît pas pour autant en former un écho direct. Aucun passage de la Concordia ne renvoie à la réflexion sur les rapports entre nécessité, loi et volonté qui se développe dans les milieux scolaires, bien qu’il les ait probablement fréquentés38. Le ressort de cette amplification n’est pas plus de nature conventionnelle, tant Martin insiste en répétant cet ajout. L’analyse de ses formulations conduit à envisager une deuxième possibilité.

  • 39 Jean Cassien, Collationes, XV, 2, éd. M. Petschenig, trad. E. Pichery, Paris, 2009 (Sources chréti (...)
  • 40 Isidore de Séville, Regula monachorum, PL, 83, col. 828D-829A : Lavacra nulli monacho adeunda stud (...)
  • 41 Augustin d’Hippone, Ordo monasterii, éd. L. Verheijen, Paris, 1967, vol. 1, p. 151 : Otiosum uerbu (...)
  • 42 PL, 149, col. 708B : Sed nec videt exire quemquam quandiu de regularibus horis ulla in die cantatu (...)
  • 43 A carnibus abstineant, nisi aut necessitate, aut dispensatione extra conventum alicubi concedatur  (...)
  • 44 Nous n’avons pas trouvé d’expression de la nécessité dotée de ce second sens avant la première moi (...)

15La consultation des bases de données de la Patrologie latine et du Corpus christianorum montre que ce type d’expressions est courant dans la littérature disciplinaire monastique, dont sont familiers Martin de León et, dans une moindre mesure, ceux qu’il conçoit comme ses futurs lecteurs, par la formation scolaire pour l’un, par la circulation manuscrite dans le León pour tous. Il est présent dans les Collationes de Cassien – ce manuel de vie monastique incite les saints à ne consentir aux œuvres miraculeuses qu’en cas d’inévitable nécessité, sans autre détail39 –, dans la règle de saint Isidore interdisant tout bain complémentaire sauf en cas de maladie ou de pollution nocturne40, dans celle de saint Augustin obligeant les chanoines à maintenir le silence sauf si l’une des activités requiert un échange41, dans le coutumier clunisien d’Ulrich qui nuance l’interdiction de sortir pendant les heures de prières42 ou encore dans le De claustro animae qui restreint la prohibition de la viande43. La nécessité fondant tel régime d’exception, lorsqu’elle est détaillée, contrarie les devoirs liturgiques, de silence ou ascétiques, et obéit à une raison d’ordre corporel (saignement du nez, maladie, pollution nocturne) ou matériel. Du reste, dans la documentation diplomatique d’importants établissements ecclésiastiques proches de Saint-Isidore de León également, la nécessité renvoie bien plus fréquemment aux besoins matériels qu’aux concepts de contrainte ou d’utilité44.

16Il est donc envisageable que Martin de León effectue une transposition implicite de ce réalisme corporel ou matériel courant dans le monde claustral, dans le domaine du curial et, finalement, du gouvernemental. L’effet de lecture, pour ses coreligionnaires familiers avec les textes exposés, tend à dégager une forme de réalisme politique, volontaire ou non. Nous ne sommes certes pas dans le cadre d’une raison d’État, mais c’est accepter sans doute de façon impensée et encore moins théorisée qu’il existe une légitime restriction à l’accomplissement de la conversion, de la médiation et des tâches pastorales. Dans un occasionnel indéfini, le roi et au-delà, le regnum, prévalent sur la capacité des chanoines à œuvrer pleinement pour le salut ; c’est là une entame faite à la subordination du regnum par le regimen.

  • 45 A. De Las Heras, « Ferdinand II et Saint-Isidore de Léon : enjeux d’une “politique de faveurs” (11 (...)

17Il n’est malheureusement pas possible d’aller plus loin : la collégiale subit en cette même période un déclassement dans les intérêts de la royauté léonaise, si bien que l’historien ne voit guère plus de chanoines de Saint-Isidore évoluer dans la cour royale par la suite45. On ne peut donc observer si cette orientation pragmatique a été entendue et en préciser a posteriori son contenu, d’autant que la Concordia n’a guère circulé.

18Martin de León diffuse dans son milieu canonial léonais tout autant la condamnation par Hugues de Fouilloy des chanoines qui participent aux affaires royales que sa nuance : le soutien de l’homme d’Église au gouvernement séculier est nécessaire s’il prend la forme statutaire de la conversion. Alors que l’ambivalence d’Hugues de Fouilloy se résolvait dans le regimen animarum, le chanoine la radicalise par un travail d’amplification sur sa source. Il insiste d’une part sur le danger d’anticléricalisme induit, d’autre part sur l’existence d’une légitime exception. Ce faisant, aux yeux du lecteur de la littérature disciplinaire monastique est créée une transposition de la valeur dérogatoire de la nécessité depuis un régime d’ordre corporel ou matériel vers un régime qui semble d’ordre politique. Cette transposition n’est ni expliquée, ni justifiée, elle n’est sans doute pas pensée en tant que telle. Pour l’auteur de la Concordia, dans le domaine non pas du concevable mais du faisable, le regnum continue de découler des exigences du regimen mais sa subordination est clairement ébréchée.

  • 46 P. Henriet, « Hispania sacra. Le discours des clercs et la construction d’une identité chrétienne (...)
  • 47 De Las Heras, « Ferdinand II », loc. cit. n. 45.

19L’ensemble ressort d’un rapport au sujet plus pragmatique que doctrinal. Considérer que la position de Martin de León découle moins de l’évolution de la pensée que du développement monarchique à la fin du xiie siècle et de la place effective qu’il prend jusque dans les prescriptions canoniales internes apparaît d’autant plus raisonnable que deux évolutions parallèles expérimentées par la souveraineté léonaise et très contemporaines de l’écriture de la Concordia ont pu influencer sa pédagogie canoniale. Patrick Henriet a montré qu’en cette même période, les discours cléricaux n’envisagent plus la royauté à l’aune d’une cléricalisation, mais qu’ils soulignent bien davantage sa pleine majesté – les principaux témoignages qui nous sont parvenus sont produits du reste dans les environs immédiats de la collégiale, à la cathédrale de León46. Depuis les années 1190, en outre, la famille royale ne privilégie plus aussi manifestement la collégiale au regard de l’ensemble des établissements ecclésiastiques et monastiques léonais47. Il n’est pas exclu dès lors que Martin de León prône la nécessité comme principe exceptionnel d’arbitrage face aux besoins respectifs de la vie religieuse et du gouvernement afin de libérer pour les chanoines de sa communauté une marge de manœuvre en vue de revenir au cœur des faveurs royales.

Notes

1 M. Senellart, Les arts de gouverner. Du regimen médiéval au concept de gouvernement, Paris, 1995, p. 30.

2 Ibid., p. 41.

3 Martin de León, PL, 209, respectivement col. 125C-132D et 131D-138C.

4 R. McCluskey, « The Early History of San Isidoro de León (X-XII c.) », Nottingham Medieval Studies, 38 (1994), p. 35-59.

5 Santo Martino de León, éd. A. Viñayo González, León, 1987.

6 Martin de León, Veteris ac Novi Testamenti Concordia, PL, 208, col. 27-1352 et 209, col. 9-420.

7 C. de Ayala Martínez, Sacerdocio y reino en la España altomedieval: Iglesia y poder politíco en el occidente peninsular, siglos vii-xii, Madrid, 2008.

8 Nous nous permettons de renvoyer à A. De Las Heras, « Généalogie d’une œuvre à (in)succès. Lectures et écritures de la Veteris ac Novi Testamenti Concordia dans la collégiale de Saint Isidore de León (1148-1240) », thèse, EHESS Paris, 2013, p. 331-332, 367 et 437-438.

9 Delectabilius sit vobis inspicere diversarum libros materiarum in claustro, quam diversi generis canes, et milites diversae aetatis accipitres manibus gestantes in palatio : PL, 209, col. 132B.

10 Fiunt oratores in causis, et coloribus utuntur rhetoricis. […] Oneratus cartulis, auctoritatibus fultus revertitur, ponit diem causae, personas inducit, quae, si velis, paratae sunt jurare quod est ; et si velis, iterum jurent quod non est. Haec sunt principum negotia : ibid., col. 134B-C.

11 Pro principe igitur saeculari Alpinum frigus, libenter Italiae calorem patitur, qui pro magistro spirituali, id est abbate, multo leviora forsitan non pateretur : ibid., col. 134C.

12 Conjugia copulant illicita, quandoque dissolvunt licita : ibid., col. 134B.

13 P. Linehan, « Santo Martino and the Context of Sanctity in the Thirteenth-Century León », dans Santo Martino, op. cit. n. 5, p. 687-698, ici p. 690-691.

14 Hugues de Fouilloy, De claustro animae, PL, 176, col. 1017-1183.

15 J. Laemers, « Claustrum animae: The Community as Example for Interior Reform », dans Virtue and Ethics in the Twelfth Century, éd. I. Bejczy et R. Newhauser, Leyde, 2005, p. 119-132 ; I. Gobry, Le De claustro animae d’Hugues de Fouilloy, Amiens, 1995. La chronologie de rédaction du De claustro animae est encore aujourd’hui mal assurée : Fr. Negri, « Ancora sul De claustro animae di Ugo di Fouilloy : tradizione manoscritta », Aevum, 83/2 (2009), p. 401-409, ici p. 398-399.

16 Hugues de Fouilloy, De claustro animae, op. cit. n. 14, col. 1067-1069 et 1069-1070.

17 Voir le paroxysme de réécriture : PL, 209, col. 128B-D : Consilia principum perversa… quod non decet loqueris, passage emprunté à Hugues de Fouilloy, op. cit. n. 14, col. 1067A-B.

18 Synthèse stimulante dans M. Aurell, L’empire des Plantagenêt : 1154-1224, Paris, 2004, p. 76 et suiv.

19 Duae tamen sunt curiae principum saecularium, quorumdam scilicet qui ecclesias construunt, et quorumdam qui destruunt. […] In utraque vero necessarium est consilium Chusi : PL, 209, col. 128D ; Hugues de Fouilloy, op. cit. n. 14, col. 1067B-C.

20 Sic amat consilium Chusi […]. Verba Chusi, verba silentii : PL 209, col. 129B ; Hugues de Fouilloy, op. cit. n. 14, col. 1067D. L’interprétation est empruntée à l’œuvre d’Augustin, Enarrationes in Psalmos 7 : Ibi enim Chusi, amicus regis David […]. Chusi interpretatur silentium ; dans Enarrationes in Psalmos 1-50, éd. Cl. Weidmann, Vienne, 2003, p. 139, l. 4 et 14-15.

21 Tria sunt tamen silentia, videlicet silentium oris, tranquillitas mentis, velamen mysterii : PL, 209, col. 129B ; Hugues de Fouilloy, op. cit. n. 14, col. 1067D.

22 Amet igitur monachus sive canonicus curialis consilium Chusi, scilicet claustri silentium ; […] ut non amet negotia principum, nec saecularium vagus quaerat accessum : PL, 209, col. 130 B-C ; Hugues de Fouilloy, op. cit. n. 14, col. 1068D-1069A.

23 Ad utramque [curiam] quamvis necessarius sit religiosorum virorum accessus […] : PL, 209, col. 128D ; Hugues de Fouilloy, op. cit. n. 14, col. 1067B.

24 D. Boquet, « Le gouvernement de soi et des autres selon Bernard de Clairvaux. Lecture de la lettre 42 : De Moribus et officio episcoporum », dans Le pouvoir au Moyen Âge : idéologies, pratiques, représentations, éd. Cl. Carrozi et H. Taviani-Carozzi, Aix-Marseille, 2005, p. 279-296, ici p. 289.

25 À titre d’exemple, on comparera les positions de Pierre de Blois, de Matthieu de Chichester et de Jean de Salisbury exposées dans Aurell, L’empire des Plantagenêt, op. cit. n. 18, p. 74 et 78.

26 Boquet, « Le gouvernement de soi et des autres », loc. cit. n. 24, p. 293.

27 Causa amoris Dei […] ad curiam tendite summi Regis : PL, 209, col. 132.

28 Par exemple : vos ipsos intra parietes claustri coarctate […] divinae contemplationi operam date : ibid., col. 132B.

29 Ibid., col. 130C-D (traduction TOB).

30 Per aurum intelligimus viros religiosos […] et exterius a populo non ignoratur : PL, 209, col. 130D-131C. Il n’y a pas d’interprétation correspondante dans la Glose ordinaire, dans sa version initiale (en cours d’édition par Alexander Andrée ; cette version est en grande partie fondée sur le commentaire de Paschase Radbert, dans lequel nous ne trouvons pas de fortes ressemblances avec les interprétations martiniennes : Paschase Radbert, Expositio in lamentationes Hieremiae, libri quinque, éd. B. Paulus (o. s. B.), Turnhout, 1989, p. 241-248), ni même tardives (Biblia latina cum glossa ordinaria. Facsimile reprint of the editio princeps, Adolph Rusch of Strassburg, 1480-81, Turnhout, 1992, vol. 3, p. 176 [ci-après : Glossa 1480/1]).

31 Nunquid, fratres dilectissimi, sine causa nos despiciunt populi ? Nequaquam. Recte enim despicimur ab eis, quia aliud sumus intus, et aliud foris : PL, 209, col. 131C.

32 P. Henriet, « In injuriam ordinis clericalis. Traces d’anticléricalisme en Castille et León (xiie-xiiie siècle) », dans L’anticléricalisme en France méridionale : fin xiie-début xive siècle, Toulouse, 2003, p. 289-325, ici p. 290.

33 Le De duodecim abusionibus claustri connaît une circulation manuscrite indépendante par rapport au De claustro animae mais ces dénonciations ne sont pas connues pour circuler séparément : Fr. Negri, « Ancora sul De claustro animae », loc. cit. n. 15.

34 […] per Dei gratiam mundum contempsistis, et monasterium elegistis, moneo vos ut curiam regis frequentare, non nisi inevitabili necessitate cogente, praesumatis : PL, 209, col. 132A-B ; Exteriora igitur, charissimi, vilipendite, interiora appetere curate, visibilia contemnite, invisibilia amate, terreni principis curiam nisi [à corriger d’après Archivo de San Isidoro de León, ms. XI. 1, fol. 162 : add. in] magna necessitate adire recusate : col. 138B.

35 Sciendum praeterea est, quia presbyter non debet reconciliare poenitentes, inconsulto episcopo, nisi ultima necessitas cogat : PL, 208, col. 669D-670A (emprunt à Pierre Lombard, Sententiae, IV, 20, éd. Collegii S. Bonaventurae ad Claras Aquas, Grottaferrata, 1981, t. 2, p. 377, l. 22-24) ; Non enim cuilibet, nisi in magna necessitate, debemus peccata confiteri : col. 1040B-C ; sed eo longius a perjurio stetis, quod nec vera jurare velitis, nisi necessitas cogat inevitabilis : PL, 209, col. 211B (emprunt à Glossa 1480/1, vol. 4, p. 1180).

36 Voir récemment C. Grasso, « La delega papale alla predicazione crociata al tempo del IV concilio lateranense », Rivista di Storia della Chiesa in Italia, 1 (2013), p. 37-54, ici p. 49. Nous remercions Nicole Bériou pour nous avoir signalé cet article au sujet de la nécessité faisant loi.

37 Sur sa présence dans la Glose, Ph. Buc, L’ambiguïté du Livre. Prince, pouvoir et peuple dans les commentaires de la Bible au Moyen Âge, Paris, 1994, p. 260.

38 Sur le couple necessitas-voluntas : ibid., p. 260-272 ; A. Viñayo González, « Santo Martino de León y su noticia histórica : biografía, santidad, culto », dans Santo Martino, op. cit. n. 5, p. 337-360.

39 Jean Cassien, Collationes, XV, 2, éd. M. Petschenig, trad. E. Pichery, Paris, 2009 (Sources chrétiennes, 54 bis), p. 412 : Quin immo cum ea spiritus sancti gratia possiderent, numquam exercere uoluerunt, nisi forte extrema illos et ineuitabilis necessitas coartasset.

40 Isidore de Séville, Regula monachorum, PL, 83, col. 828D-829A : Lavacra nulli monacho adeunda studio lavandi corporis, nisi tantummodo propter necessitatem languoris, et nocturnam pollutionem.

41 Augustin d’Hippone, Ordo monasterii, éd. L. Verheijen, Paris, 1967, vol. 1, p. 151 : Otiosum uerbum apud illos non sit […]. Sedentes ad opera taceant, nisi forte necessitas operis exegerit, ut loquatur quis.

42 PL, 149, col. 708B : Sed nec videt exire quemquam quandiu de regularibus horis ulla in die cantatur, nisi pro inevitabili necessitate, ut, verbi. gratia, si de naso cruor emanat. Sur la diffusion des coutumes clunisiennes dans la péninsule Ibérique, C. M. Reglero de la Fuente, Cluny en España : los prioratos de la provincia y sus redes sociales, 1173-ca. 1270, León, 2008.

43 A carnibus abstineant, nisi aut necessitate, aut dispensatione extra conventum alicubi concedatur : Hugues de Fouilloy, op. cit. n. 14, col. 1054D.

44 Nous n’avons pas trouvé d’expression de la nécessité dotée de ce second sens avant la première moitié du xiiie siècle dans la documentation diplomatique de la cathédrale de León [Colección documental del Archivo de la Catedral de León, éd. J. M. Fernández Catón, León, 1990 pour le t. 5 (1109-1187), 1991 pour le t. 6 (1188-1230)]. Celle de Sahagún conserve avant cette période seulement deux chartes avec une formule renvoyant au premier sens, nulla cogente necessitate, et elles émanent d’auteurs laïcs [Colección diplomática del monasterio de Sahagún, t. 3 (1073-1109), éd. M. Herrero de la Fuente, León, 1988 et t. 4 (1110-1199), éd. J. A. Fernández Flórez, León, 1991 : doc. no 1120 daté de 1105 et no 1185 daté de 1111].

45 A. De Las Heras, « Ferdinand II et Saint-Isidore de Léon : enjeux d’une “politique de faveurs” (1157-1188) », Mélanges de la Casa de Velázquez. Nouvelle série, 42 (2012), p. 163-181.

46 P. Henriet, « Hispania sacra. Le discours des clercs et la construction d’une identité chrétienne en péninsule Ibérique occidentale (viiie-xiie siècles) », mémoire d’HDR, Université de Saint-Quentin-en-Yvelines, 2003, t. 2, p. 508-511.

47 De Las Heras, « Ferdinand II », loc. cit. n. 45.

Author

Pensionnaire de la Fondation Thiers
IRHT

© Éditions de la Sorbonne, 2016

Terms of use: http://www.openedition.org/6540