Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Gouverner les hommes, gouverner les âmes

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Avant-propos

Véronique Gazeau

Texte intégral

1Dans son discours d’ouverture du 18e congrès de la SHMESP tenu à Montpellier en 1987, le recteur de l’académie, Jean-Louis Boursin, notant que la ville choisie par les médiévistes – dont Jean-Claude Hélas, encore parmi nous en 2015 – était largement ouverte sur les sciences de l’avenir comme l’informatique, suggérait à Michel Balard, alors président de la Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public, que le mot « médiévistique » figure à l’avenir dans notre nom ! C’est en tout cas un thème bien médiéval que les médiévistes de l’université Paul-Valéry Montpellier 3 ont choisi pour le 46e Congrès, Gouverner les hommes, gouverner les âmes. Du 28 au 31 mai 2015, le Congrès s’est déroulé dans l’auditorium de la Panacée, un nouveau Centre de culture contemporaine de la ville, et sur le site Saint-Charles de l’université Paul-Valéry Montpellier 3. Je voudrais remercier M. Philippe Saurel, maire de Montpellier, d’avoir mis à notre disposition le confortable auditorium en bois qui prend place dans l’amphithéâtre de l’ancien collège royal de médecine, devenu la Panacée. Le comité scientifique avait retenu vingt-cinq communications qui permettent de saisir que le thème renvoie à des questionnements récents de la médiévistique qui ont inspiré, parmi les sociétaires, de jeunes doctorants et de jeunes chercheurs, notamment sur la circulation des gouvernants, l’utilisation et la maîtrise de l’information, les gestes et la représentation du pouvoir, l’enquête et le soin et la discipline des âmes. Les communications sont le reflet de l’histoire en train de se faire et Nicole Bériou, dans sa conclusion, a sans doute raison de regretter que certains des aspects du sujet n’aient pas donné lieu à des communications. Les congrès de la SHMESP, en principe réservés aux membres de la Société, reflètent les recherches en cours, même si on observe que plusieurs communications reprennent des formulations qui renvoient, par exemple, à la vieille thématique « Gouvernés et gouvernants ». Il nous faut nous réjouir que la grande majorité des communications aient été prononcées par les plus jeunes d’entre nous et j’éprouve un profond regret à l’idée que l’Université du xxie siècle puisse se priver de leurs riches compétences.

2Les membres du Congrès ont eu la chance de visiter l’exceptionnel mikvé médiéval de Montpellier, bain rituel de purification juif de la fin du xiie siècle ou du début du xiiie siècle, sous la conduite de Mme Danièle Iancu, de l’antenne montpelliéraine de l’équipe « Nouvelle Gallia Judaica » du Laboratoire d’études sur les monothéismes (UMR 8584), que je remercie chaleureusement. Nous avons également été reçus à la Maison des relations internationales Nelson-Mandela, qui abrite non seulement la direction municipale du même nom, mais aussi la Maison de l’Europe de Montpellier.

3La réussite de ce congrès doit beaucoup au CEMM, le Centre d’études médiévales de Montpellier, équipe d’accueil de l’université, en particulier à son directeur, Patrick Gilli qui, alors qu’il était encore vice-président de la SHMESP, avait proposé la tenue du Congrès dans son université, et à Thomas Granier, qui pendant plusieurs mois n’a pas ménagé sa peine pour que nous soyons très agréablement accueillis, notamment dans la cour du site Saint-Charles à l’heure des buffets et lors du banquet dans un cadre arboré magnifique. Mme Géraldine Mallet, professeur d’histoire de l’art à l’université Paul-Valéry Montpellier 3, nous a guidés lors de la visite de l’abbaye Saint-Guilhem-le-Désert, une visite passionnante accomplie sous un soleil de plomb.

4À l’heure où je signe mon dernier avant-propos de présidente de la SHMESP, je souhaite saluer cette belle entreprise que représente un congrès de la SHMESP depuis le choix du thème, le travail du comité scientifique, la préparation matérielle des journées, l’écriture des articles, la distribution de bourses aux plus jeunes et la publication des actes. Si la Société a parfois traversé des turbulences, la collection des volumes de nos congrès témoigne de la vigueur scientifique de la médiévistique française. Que tous ceux, nombreux, qui ont œuvré depuis six ans soient infiniment remerciés.

© Éditions de la Sorbonne, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540