Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Mesure et histoire médiévale

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

La mesure au Moyen Âge et les mesures des médiévistes : remarques en forme de conclusion

Monique Bourin und Élisabeth Zadora-Rio

Volltext

1Sous l’intitulé « Mesure et histoire médiévale », ce XLIIIe Congrès de la SHMESP a abordé deux aspects du sujet, bien moins évidents à relier qu’on ne pourrait le penser de prime abord : d’une part, les analyses quantitatives dans la recherche historique concernant le Moyen Âge ; d’autre part les processus cognitifs et les instruments de mesure au Moyen Âge. Pour ces deux aspects, que nous aborderons successivement, bien que certaines communications relèvent des deux, les approches ont connu un renouvellement important avec, pour le premier, l’abandon des grandes enquêtes sérielles et la diversification des champs d’application, et pour le second, les apports de l’anthropologie des processus cognitifs.

Les nouveaux usages de la quantification

  • 1 « L’histoire sérielle n’est donc pas seulement, ni surtout, une transformation du matériau histori (...)
  • 2 G. Béaur, « Âge critique ou âge de raison ? Les dix ans d’Histoire et Mesure », Histoire et Mesure (...)
  • 3 « Histoire et sciences sociales. Un tournant critique ? », Annales ESC, 43 (1988), p. 291-293.

2L’expression « histoire quantitative » est étroitement associée à l’histoire sérielle telle qu’elle a été pratiquée dans les grandes enquêtes socio-économiques initiées en France par les travaux de François Simiand et Ernest Labrousse dans les années 1930, et développées dans les années 1960-1970 avec le renfort des ordinateurs. Elle incarnait alors le dépassement de l’histoire-récit et symbolisait l’affirmation du statut scientifique de l’histoire1. Une désaffection croissante se fit cependant sentir dans le courant des années 1980. Elle fut imputée, en partie, à la réorientation des champs de recherche, marquée par un reflux de l’histoire économique, le « retour du récit » et un changement de focale sous l’influence de la micro-histoire, mais plus fondamentalement, ce sont les prétentions de l’histoire quantitative à asseoir la scientificité des constructions historiques qui furent mises en cause. Avec la dénonciation du « vertige de l’exhaustivité » et du « vertige statistique » vint celle de « l’hypothèse implicite que plus les traitements seraient complexes, plus leur vertu explicative serait forte2 ». L’éditorial qui annonça le « tournant critique » des Annales en 1988 cita « les usages confiants de la quantification » parmi les paradigmes qui « perdent leurs capacités structurantes3 » et un article de Bernard Lepetit paru l’année suivante dénonça la faiblesse de l’articulation logique entre les traitements statistiques et les conclusions qui en étaient tirées :

  • 4 B. Lepetit, « L’histoire quantitative : deux ou trois choses que je sais d’elle », Histoire et Mes (...)

Le plus souvent, le chiffre a été utilisé à seule fin de décrire. Le développement particulièrement sensible en France des méthodes d’analyse factorielle, techniques plus sophistiquées de description de populations d’individus nombreux caractérisés chacun par un nombre important de variables a renforcé cette tendance. Elles semblaient, d’ailleurs, affranchir le chercheur du problème de la détermination a priori des catégories à l’intérieur desquelles le comptage était opéré. Mieux, on pouvait tendre sans trop de risque à réifier des regroupements obtenus au terme de l’analyse puisqu’ils semblaient n’appartenir qu’à la structure des données. Mais de la primauté accordée à la description naissait toujours la principale insatisfaction provoquée par la mise en œuvre des méthodes quantitatives : l’impossibilité de conclure […] Tableaux et graphiques sont alors réduits à un usage symbolique, à une sorte de convention dont le rapport avec l’argumentation est faible, mais dont la fonction est d’afficher la scientificité de la recherche4.

  • 5 « Éditorial », Histoire et Mesure, 1 (1986), no 1, p. 5-6 ; cf. aussi J.-P. Genet, « Histoire, inf (...)

3C’est dans ce contexte de reflux de l’histoire quantitative que fut fondée en 1986 la revue Histoire et Mesure, avec pour objectif de lui donner un nouvel essor5.

  • 6 J.-C. Gardin, Le calcul et la raison. Essais sur la formalisation du discours savant, Paris, 1991 (...)

4En archéologie, l’usage de l’ordinateur et des méthodes quantitatives a été introduit en France dès la fin des années 1950, grâce à la création d’un laboratoire du CNRS, le Centre d’Analyse Documentaire pour l’Archéologie (CADA), fondé par Jean-Claude Gardin, qui réunissait des archéologues, des mathématiciens et des informaticiens. L’usage des méthodes quantitatives s’est développé également grâce aux collaborations qui ont été instituées avec des disciplines extérieures aux SHS, notamment avec les physiciens qui se sont spécialisés dans l’étude des archéomatériaux et ont été à l’origine de la création de la Revue d’archéométrie en 1977. Contrairement à ce qui s’est produit en histoire, les méthodes quantitatives sont restées largement constitutives de la discipline en raison de la nature sérielle de sa documentation et de la place qu’y tiennent la description et la classification des objets matériels qui sont les siens, mais la faiblesse du lien analytique entre les descriptions statistiques et les hypothèses explicatives a fait aussi l’objet de critiques vigoureuses6.

5Dans ce congrès sur la mesure, les approches quantitatives tiennent une place minoritaire (moins d’un tiers des communications), mais elles témoignent de la diversification des champs d’application et des méthodes, et elles révèlent l’importance croissante accordée à l’intégration du calcul dans l’argumentation historique. On peut les répartir en quatre groupes : 1) la mesure du mobilier archéologique ; 2) la mesure des textes ; 3) la mesure des réseaux sociaux ; 4) la mesure des dynamiques spatiales.

La mesure du mobilier archéologique

6Le mobilier archéologique a fait l’objet de trois communications au cours de ce congrès. Deux d’entre elles traitent des monnaies et illustrent l’apport de l’analyse des archéomatériaux à des problématiques historiques très différentes. Celle de Guillaume Sarah et Marc Bompaire témoigne du renouvellement de l’approche métrologique traditionnelle en numismatique grâce à la mise au point d’une méthode qui permet d’analyser la composition des alliages au cœur des monnaies en s’affranchissant des modifications provoquées par l’altération de la surface. Son application au monnayage carolingien a permis d’étudier la variabilité de la teneur en argent des deniers et d’évaluer l’efficacité des réformes monétaires de Charlemagne en 793-794 et de Charles le Chauve en 864, l’amélioration de la standardisation du titre de métal précieux donnant aussi une mesure du contrôle de l’État. L’analyse des éléments-traces, qui sont des impuretés des métaux introduites involontairement dans l’alliage (argent-cuivre), susceptibles d’identifier la provenance du métal, a révélé la refonte d’alliages vils pour augmenter le volume des espèces produites entre 840 et 864 : il y a donc eu une lente évolution de la composition du stock métallique en circulation, homogène et de bon titre au début du ixe siècle, vers des alliages de titres plus faibles et plus variables, et de teneurs en zinc de plus en plus fortes jusqu’à la réforme de 864.

7La communication d’Adrien Arles, Marie-Cécile Vivier, Bernard Gratuze et Florian Téreygeol sur un atelier de faux-monnayeur du milieu du xvie siècle découvert dans la grotte de La Catette (Aude) a permis de reconstituer les différentes chaînes opératoires métallurgiques mises en œuvre dans cet atelier de fortune dont le fonctionnement a été de courte durée. Leur étude a révélé les nombreuses compétences dont a fait preuve l’artisan, qui a su adapter ses procédés de fabrication suivant les types monétaires contrefaits afin d’utiliser au mieux ses matières premières, et qui a diversifié les types de monnaies imitées de manière à minimiser ses risques tout en optimisant ses profits. Au-delà de la reconstitution des chaînes opératoires métallurgiques, cette étude a donc permis de cerner les stratégies d’un individu confronté à la fois à des problèmes techniques et aux risques inhérents à une activité clandestine. On peut donc considérer qu’elle relève non seulement de l’histoire des techniques mais aussi de la micro-histoire, et il est rare que l’archéologie permette de saisir ainsi, au fil d’un destin particulier, les choix d’un individu confronté à un écheveau de contraintes et d’incertitudes.

8La communication de Lise Bellanger et Philippe Husi s’inscrit dans un tout autre registre, en proposant une modélisation statistique des faciès céramiques fondée sur l’étude d’ensembles stratigraphiques provenant des fouilles de Tours, échelonnés entre le vie et le xviie siècle, et sélectionnés pour leur fiabilité chronologique (validation des datations de la céramique par des monnaies, des analyses de14 C, des datations archéomagnétiques, etc.). Elle permet ainsi une estimation de la date d’ensembles stratigraphiques autres que ceux utilisés pour la construction du modèle. Fondé sur des ensembles stratigraphiques issus des fouilles de Tours, le modèle a été utilisé et validé par des arguments de datation externes sur d’autres sites de la région. Un deuxième référentiel, en cours de construction, porte sur l’interprétation fonctionnelle des ensembles stratigraphiques et sur le processus de formation du dépôt archéologique. La durée d’accumulation de chaque ensemble stratigraphique pouvant être évaluée à partir de la somme pondérée des datations de chacun des groupes techniques qui le composent, elle peut être représentée par une courbe plurimodale fondée sur le mélange de densités unimodales (datation de chaque groupe technique). La démarche a consisté ensuite à classer les ensembles stratigraphiques suivant ces profils de courbe puis à tenter d’interpréter les causes de ces ressemblances. La confrontation de ces groupes de profils avec les interprétations archéologiques donne des résultats cohérents et suggère qu’ils sont susceptibles de caractériser à la fois des formes d’occupation et des modes de gestion des déchets. L’intérêt de cette modélisation des faciès céramiques est de constituer un outil d’aide à l’interprétation des données de fouilles qui est à la fois opératoire et évolutif, et de proposer une formalisation du temps archéologique dans ses deux dimensions (succession des phases et durée de celles-ci).

La mesure des textes

9Les recherches sur la mesure des textes s’inscrivent dans le renouvellement méthodologique des disciplines de l’érudition depuis la fin des années 1970, et plus largement dans la reconsidération de la notion de sources historiques, traduisant la mise en doute du rapport immédiat de l’historien au document, et de l’archive au passé. Elles témoignent d’un nouveau mode de traitement de l’information apparu en réaction contre l’histoire quantitative des années 1960-1970, à laquelle était reprochée une critique insuffisante des sources, et la constitution de séries jugées artificielles parce que constituées de données peu compatibles entre elles. Les recherches se sont déployées principalement dans deux directions, d’une part la mesure de la matérialité du texte, d’autre part la mesure du lexique.

10Deux communications présentées dans ce congrès se rattachent à la première. Celle d’Émilie Cottereau-Gabillet montre que l’approche quantitative des caractéristiques matérielles d’un livre (dimensions, structure, organisation de la mise en pages, caractéristiques des transcriptions ou encore décoration) peut révéler des pratiques artisanales et permettre de comprendre la logique de la chaîne opératoire de la production des manuscrits. Celle de Maria Gurrado et Dominique Stutzmann témoigne du développement d’un champ nouveau, la paléographie quantitative, qui fait appel aux logiciels de traitement graphique, aux technologies de recherche d’images par le contenu et à la notion de « système graphique » développée en linguistique historique. Bien qu’elle en soit encore à constituer ses outils, on peut attendre de la paléographie quantitative une meilleure compréhension des pratiques de l’écrit à travers la constitution d’une typologie des écritures et d’une analyse des dynamiques scripturales. Alors que l’érudition traditionnelle assignait à la démarche critique une place située en amont du travail de l’historien et limitait son rôle à une procédure de validation, destinée à établir l’authenticité du document, les recherches des dernières décennies ont porté une attention nouvelle à l’aspect matériel du document et à ce qu’il est susceptible de révéler du contexte de sa production, de ses usages et de sa conservation, et l’ont pleinement intégré à la construction du discours historique.

  • 7 A. Guerreau, « Le champ sémantique de l’espace dans la Vita de saint Maieul (Cluny, début du xie s (...)
  • 8 « Mesurer le texte », Histoire et Mesure, 18 (2003), no 3/4, p. 1 et J.-P. Genet, « Des chiffres e (...)

11La seconde approche de la mesure du texte, la lexicologie quantitative, est représentée dans ce congrès par la communication de Nicolas Perreaux. Son analyse du champ sémantique de l’eau dans la Patrologie latine, issue d’une thèse en cours, se situe dans le prolongement des travaux d’Alain Guerreau fondés sur la notion de champ sémantique élaborée par Jost Trier dans les années 19307. Les études de statistique lexicale sont apparues dans les années 1960, avec les premières expériences de traitement automatique du langage, mais elles se sont développées surtout à partir des années 1970-1980, sous l’influence de la linguistique, et plus généralement de ce qu’on a appelé le linguistic turn dans les SHS, qui a affirmé le rôle du langage dans la construction des identités et des réalités sociales par opposition à l’idée qu’il ne serait qu’un medium entre la réalité et ses représentations. Les premiers historiens à s’emparer de la lexicologie quantitative ont été les modernistes et les contemporanéistes, et l’ouvrage de Régine Robin, Histoire et linguistique, paru en 1973, a marqué un jalon important dans leur développement, qui s’est appuyé sur les outils conceptuels et les méthodes de la linguistique. Ses applications à l’histoire médiévale sont encore peu nombreuses ainsi que le souligne Jean-Philippe Genet dans un récent numéro d’Histoire et Mesure consacré à la mesure du texte8.

La mesure des réseaux sociaux

  • 9 C. Lemercier, « Analyse de réseaux et histoire », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 52 (2 (...)

12La mesure des réseaux sociaux a été développée par les sociologues et ce n’est guère que depuis une quinzaine d’années que les historiens ont commencé à se l’approprier ainsi que le souligne Claire Lemercier dans un article paru en 2005, qui présente un bilan de ces premières applications9. Bien que l’analyse des réseaux soit pratiquée à toutes les échelles, du local au global, elle partage certains principes avec la micro-histoire. Celle-ci s’est définie en réaction contre l’histoire quantitative des années 1960-1970, qui visait essentiellement à définir des cas moyens, des normes, des types, et à laquelle il fut reproché de ranger les individus dans des boîtes. Comme la micro-histoire, l’analyse des réseaux tente d’appréhender le rôle des phénomènes d’interrelations dans la production de la société. Les acteurs n’y sont pas définis à priori par des catégories sociales prédéterminées, mais par leur position dans la structure du graphe qui représente le réseau de relations, et c’est seulement dans un second temps que leurs attributs interviennent dans l’interprétation des configurations obtenues. Lors du congrès, Jean-Philippe Genet et Stéphane Lamassé ont proposé, à partir d’une même base de données prosopographiques des théologiens parisiens, une étude comparée des apports respectifs de l’analyse structurale de réseaux et de l’analyse factorielle, la première mettant en évidence les modèles relationnels et la seconde les classes. Pour sa communication écrite, à la suite d’un très fâcheux accident informatique, Jean-Philippe Genet n’a pu conserver que le traitement des données par analyse factorielle.

  • 10 J. F. Padgett, C. K. Ansell, « Robust Action and the Rise of the Medici, 1400-1434 », American Jou (...)
  • 11 I. Rosé, « Reconstitution, représentation graphique et analyse des réseaux de pouvoir au haut Moye (...)
  • 12 R. Boulet, F. Hautefeuille, B. Jouve, P. Kuntz, B. Le Goffic, F. Picarougne, N. Villa, « Sur l’ana (...)

13Bien que l’analyse des réseaux ait été appliquée à des sources médiévales dès le début des années 1990 – notamment dans le célèbre article de John Padgett et Christopher Ansell sur l’ascension des Médicis à Florence au début du xve siècle10 –, elle est encore assez peu utilisée par les médiévistes. Elle a donné lieu toutefois à des travaux importants, comme l’analyse du réseau égocentré d’Odon de Cluny récemment publiée par Isabelle Rosé11. Il faut signaler également la remarquable analyse structurale des réseaux de sociabilité du monde paysan réalisée par Florent Hautefeuille, Bertrand Jouve et d’autres (ANR Graph-Comp), bien que, de manière surprenante, elle n’ait pas été présentée dans ce congrès. Elle porte sur un étroit secteur géographique éclairé par une riche documentation, la châtellenie de Castelnau-Montratier (Lot). La base de données prosopographiques, constituée de 6 000 individus, se fonde sur le dépouillement d’environ 8 000 actes médiévaux (1250-1500), principalement des contrats agraires issus de registres notariaux. Les réseaux de relations sociales étudiés sont modélisés par des graphes dont les sommets sont les individus mentionnés dans la documentation, le plus souvent des paysans tenanciers. Deux individus sont considérés en relation lorsqu’ils apparaissent dans la même transaction, qu’ils soient seigneurs, tenanciers, acheteurs, vendeurs ou simplement cités comme propriétaires de parcelles confrontées. L’analyse structurale de ces grands graphes (plusieurs milliers de sommets) a été menée en confrontant des méthodes classiques de métrologie et visualisation de réseaux et des algorithmes de partitionnements de graphes. Les premiers résultats ont montré que les réseaux de relations sont structurés autour d’individus à forts degrés de centralité. L’analyse de la position sociale de ces individus indique qu’une partie d’entre eux au moins provient du monde des artisans et des petits marchands ruraux. La démarche comparative entre différentes périodes a mis en évidence un changement de ces familles d’influence : si les réseaux avant et après la guerre de Cent Ans conservent une structure combinatoire similaire, les individus centraux et leurs familles diffèrent. Le caractère véritablement interdisciplinaire de ce programme, qui a également conduit à des avancées dans le domaine de la théorie des graphes12, mérite d’être souligné.

La mesure des dynamiques spatiales

  • 13 Models in Archaeology, éd. D. Clarke, Londres, 1972 ; I. Hodder, C. Orton, Spatial Analysis in Arc (...)
  • 14 F. Durand-Dastes, F. Favory, J.-L. Fiches, H. Mathian, D. Pumain, C. Raynaud, L. Sanders, S. Van d (...)
  • 15 Cf. notamment le XXXVIIe Congrès de la SHMESP qui s’est tenu en 2006 à Mulhouse, Construction de l (...)

14Les méthodes d’analyse spatiale élaborées par la géographie humaine ont été introduites dans le domaine de l’archéologie dès les années 197013, mais elles ont connu un essor nouveau à partir des années 1990 grâce à l’usage des Systèmes d’Information Géographique. La mesure des dynamiques spatiales dans la longue durée a fait l’objet depuis une quinzaine d’années de plusieurs programmes de recherches associant archéologues et géographes dans le cadre de contrats de recherche (Archaeomedes, Archaedyn I et II)14. L’intérêt des historiens médiévistes pour les problématiques spatiales s’est également affirmé au cours de ces dernières années15, et le recours aux SIG et aux statistiques spatiales se répand largement, comme en témoigne dans ce congrès l’étude de la répartition de la décime pontificale dans la Province ecclésiastique de Tours (1316-1334) réalisée par Hugo Meunier dans le cadre de l’ANR CORELPA.

15C’est également sur des sources fiscales que porte la communication de Xavier Rodier, Florent Hautefeuille, Mélanie Le Couédic, Samuel Leturcq, Bertrand Jouve et Étienne Fieux, qui traite de la mesure des dynamiques spatiales des terroirs villageois. Ce programme de recherche, fondé sur une collaboration entre historiens, archéologues et mathématiciens dans le cadre de l’ANR MODELESPACE, a pour but de développer, grâce à la théorie des graphes couplée à l’utilisation d’un SIG, une procédure d’analyse automatisée permettant d’exploiter les informations spatiales contenues dans les terriers et les compoix, même quand ils sont dépourvus de plans. Ces documents fiscaux prennent couramment la forme de listes de parcelles pour lesquelles le scribe détaille le nom du propriétaire, la superficie, l’utilisation, les confronts, la localisation (microtoponyme, repère topographique, orographique, végétal, etc.). Pour chaque terroir, ce sont des centaines de parcelles qui sont renseignées et localisées les unes par rapport aux autres, offrant la possibilité d’analyser l’organisation spatiale des terroirs villageois. Il n’est pas rare que pour un même lieu se succèdent, depuis les derniers siècles du Moyen Âge jusqu’aux cadastres contemporains, une série de documents dont l’information est homogène, offrant la possibilité de comparer les états successifs d’un même territoire. Dans le graphe, chaque parcelle décrite dans ces sources fiscales sérielles constitue un sommet et les liens de voisinage (confronts) sont utilisés pour construire les arêtes. Une fois le graphe construit, les sommets du graphe qui correspondent à des entités localisables sont géoréférencés dans le SIG afin d’être superposés automatiquement sur des cadastres récents. L’objectif n’est pas de reconstruire un plan parcellaire à partir de chaque registre, mais de modéliser au moyen de la théorie des graphes les informations spatiales contenues dans les terriers et compoix afin de pouvoir les localiser sur les plans cadastraux. La comparaison des états successifs, qui passe par le SIG, permet alors d’identifier des dynamiques spatiales telles que les subdivisions ou regroupements de parcelles, ou le changement de la nature des cultures et plus largement des usages du sol.

16Les communications présentées au cours de ce congrès témoignent donc du renouvellement des méthodes quantitatives dans les recherches portant sur le Moyen Âge. Celui-ci se manifeste par l’ouverture de nouveaux champs d’application (dynamiques spatiales, réseaux sociaux, paléographie quantitative, etc.), mais aussi par une diversification des outils mathématiques et statistiques et par une pratique plus exigeante de l’interdisciplinarité dans le cadre de programmes de recherche associant souvent plusieurs laboratoires. Si l’analyse factorielle reste très utilisée, les méthodes fondées sur la topologie des graphes et les statistiques spatiales prennent une importance croissante. On constate aussi que les travaux présentés portent le plus souvent sur la construction d’indicateurs ou de protocoles destinés à fonder la comparaison et la mise en série des sources plutôt que sur l’utilisation directe des données quantifiées médiévales : c’est le cas même lorsqu’il s’agit de sources fiscales sérielles comme les compoix et les terriers. Si l’histoire quantitative pouvait apparaître, dans les années 1960-1970, comme un champ relativement homogène, celui-ci s’est diffracté aujourd’hui. Les nouveaux usages de la quantification ne prétendent plus constituer la matrice d’une nouvelle histoire scientifique. Plus soucieux de la critique des sources, mieux intégrés dans les argumentaires historiques, ils ont sans doute gagné en pertinence.

Mesurer au Moyen Âge

17Si le colloque organisé par la SHMESP éclaire les profondes réorientations que les méthodes de quantification des processus historiques ont connues depuis l’abandon des grandes enquêtes sérielles, il s’est aussi fait largement l’écho du réexamen des processus cognitifs médiévaux et notamment de la mesure. Pendant longtemps, la métrologie s’est principalement préoccupée de traduire les mesures médiévales en valeurs actuelles pour permettre de reconstituer le parcellaire, les rendements ou les rations alimentaires. Bien entendu, le besoin de ce type d’étude reste intact. Mais les évaluations, qui ont été fondées, en France, sur les tables de conversion de l’époque révolutionnaire, sont apparues fragiles et dangereuses parce qu’ignorant le fonctionnement de la mesure et des unités aux époques médiévale et moderne. Et c’est vers la compréhension des processus cognitifs médiévaux, que les études récentes se sont orientées.

18Comprendre ce que signifie mesurer dans la société médiévale implique un difficile effort de conversion. Cet effort est évidemment le propre de tout travail historique, mais l’anachronisme est particulièrement sournois en matière de processus cognitif. Celui qui a été élevé dans l’abstraction du système métrique, même s’il a fait l’expérience des livres, des onces et des gallons en franchissant la Manche, celui qui a appris dès le plus jeune âge le système des coordonnées cartésiennes, celui pour qui l’espace est à l’évidence classiquement homogène, doit aussi se rappeler qu’enfant, il n’était pas sûr qu’un kilo de plumes et un kilo de plomb aient le même poids et qu’aujourd’hui, interroger deux passants sur la distance qui les sépare du carrefour le plus proche donne lieu à deux réponses souvent très différentes. Le jet d’arbalète médiéval n’était pas moins précis. C’est à une étude de la mesure médiévale dans ses rationalités et ses pratiques que les actes de ce colloque se sont attachés.

19Mesurer, mais aussi compter, calculer, dénombrer, évaluer, classer : ces opérations, apparentées les unes aux autres, renvoient aux disciplines du quadrivium : dinumerare, mensurare, astris instudere, consonare. Sous le titre choisi, les actes de colloque auraient pu s’orienter vers une étude de la production spéculative savante et universitaire. Ce n’est pas la thématique dominante. Ainsi le rythme et la mesure du temps ne sont pas analysés par la musique, mais par la danse et les mouvements du corps. Ce ne sont pas les études physiques des Mertoniens qui ont été exposées, mais les tentatives théoriques des médecins, toujours liées, à cause du risque mortel encouru par le malade, à un contrôle expérimental. Les communications n’excluent nullement la production du savoir, mais plus que dans les études universitaires, elles la saisissent dans d’autres circuits, ceux de la culture technique et de son développement dans l’essor de l’économie occidentale.

  • 16 Le comité international pour la métrologie historique a été fondé en 1975.
  • 17 W. Kula, Les mesures et les hommes, Paris, 1984, traduit du polonais Miary i ludzie, Varsovie, 197 (...)
  • 18 Tout particulièrement le numéro 16 (2001), nos 3/4, consacré à la mesure des bâtiments anciens, di (...)
  • 19 Micrologus, 19 (2011).
  • 20 A. Murray, Reason and Society in the Middle Ages, Oxford-New York, 1985.
  • 21 Écrire, compter, mesurer. Vers une histoire des rationalités pratiques, éd. N. Coquery, F. Menant,(...)
  • 22 La revue en ligne Histoire des comptabilités en est l’une des manifestations les plus suivies. C’e (...)

20Les auteurs des contributions de ces actes ont été précédés dans leur réflexion par le renouvellement des études de métrologie historique16. Depuis l’ouvrage fondateur de Witold Kula17, les Cahiers de métrologie, la revue Histoire et Mesure18, le récent numéro de Micrologus consacré à la mesure19 traduisent l’intérêt pour cette métrologie réorientée. Parallèlement, à la suite des réflexions apportées par Alexander Murray20, se sont développées des études sur les transformations des rationalités médiévales, marquées notamment par Écrire, compter, mesurer. Vers une histoire des rationalités pratiques, le précieux ouvrage dirigé par Natacha Coquery, François Menant et Florence Weber, paru en 200621. J’ajouterai l’important courant d’observation des comptabilités22 qui croise en bien des points celle de la mesure.

Mesurer sous l’œil de Dieu

  • 23 Cf. G. Beaujouan, « Nombres », Dictionnaire raisonné de l’Occident médiéval, dir. J. Le Goff, J.-C (...)

21Le rapport introductif d’Alain Guerreau a d’emblée indiqué un point essentiel : ne jamais perdre de vue que l’on mesure, au Moyen Âge, sous l’œil de Dieu. Mesurer c’est reconnaître l’ordre du monde tel que Dieu l’a voulu : Omnia in mensura et numero et pondere disposuisti (Sagesse 11 ; 21). Alain Guerreau fait remarquer l’importance accordée par Augustin à ce verset et la position centrale qu’il accorde au nombre, c’est-à-dire aux nombres mentionnés dans la Bible, fondant la longue tradition numérologique médiévale. La connaissance de la mesure, de création divine, passe par le processus de connaissance quantitative du monde, pour aller bien au-delà, à la compréhension des valeurs morales que porte l’ordre divin et de ses prescriptions. La fausse mesure, les fausses monnaies, non seulement s’attaquaient aux pouvoirs qui les créaient et aux autorités qui les garantissaient, mais elles rompaient l’ordre voulu et mis en mesure par Dieu. Le monde créé par Dieu est un monde construit selon des rapports harmonieux et des chaînes de nombres, les uns et les autres porteurs de sens23 ; c’est cette signification morale du nombre que les siècles suivants ont « désenchantée ».

22Mais en mesurant, le chrétien risque sans cesse le mortel péché d’orgueil. Witold Kula a choisi d’entamer Les mesures et les hommes par le rappel de la tradition de Flavius Josèphe, pour qui les mesures ont été créées par Caïn, le fils mauvais d’Adam et Ève, l’homme pétri d’orgueil : dès lors commença la tromperie entre les hommes. Une tromperie que le marchand incarne dans l’imaginaire médiéval. La mesure suscite la méfiance. C’est pourquoi le comput est à part : c’est le domaine de calcul auquel le Moyen Âge, ou du moins ses clercs, s’est adonné sans risque d’offenser Dieu. Laurent Morelle a apporté à ce propos un éclairage très neuf avec l’exemple de la chancellerie de Laon. La manière de dater les actes y bascule rapidement au milieu du xie siècle. L’année du règne y est remplacée par deux indications computiques rares et savantes, l’épacte et les concurrents. Laurent Morelle suggère de lier cette nouveauté à un scholasticus du nom de Raoul, dont la présence est attestée au moins à la fin des années 50 du xie siècle, et à un problème technique, la fin du second « grand cycle » de 532 ans, hérité des travaux computiques de Denys le Petit, bâti sur le cycle lunaire de 28 ans et le cycle solaire de 19. Ce moment aurait pu susciter un nouvel intérêt pour les mesures savantes de temps. L’originalité laonnoise témoigne de la fluidité des pratiques savantes en matière de comput, d’autant plus libres qu’elles n’avaient guère de « pertinence sociale », comme le souligne Laurent Morelle.

23La géographie et la cartographie de la Terre sainte posent aussi le problème du rapport entre mesure et sacré. Comme le note Emmanuelle Vagnon-Chureau, la carte y a une fonction mémorielle et théophanique autant que pratique d’aide au pèlerinage. Le sens de la mesure y est essentiel, mêlant données exégétiques et expérience. Le premier élément de la démonstration d’Emmanuelle Vagnon-Chureau est une carte conservée dans un manuscrit du ixe siècle qui illustre un commentaire biblique, d’origine irlandaise, les Pauca problesmata de enigmatibus ex tomis canonicis. Elle a le probable objectif d’essayer de synthétiser des éléments peu cohérents entre divers livres de la Bible, avec une démarche critique généralement associée au temps de la Réforme protestante. Vient ensuite, avec le xiiie siècle, un temps où les Mendiants prennent une influence prépondérante dans le voyage en Terre sainte et où s’inventent de nouvelles techniques de navigation et de mesure de l’espace maritime, illustrées dans les cartes marines, dont les plus anciennes mentions remontent au xiie et au xiiie siècle. C’est alors, au début du xive siècle, que le Génois Pietro Vesconte élabore une carte qui eut un grand succès : elle représente l’espace sacré dans un quadrillage analogue à un jeu d’échecs et apparaît, selon Emmanuelle Vagnon-Chureau, comme un effort d’accès à une certaine vérité.

Ratione loci, ratione temporis, ratione materiae24

  • 24 L’expression de Witold Kula (Les mesures et les hommes, op. cit. n. 17, p. 9) est reprise dans ce (...)
  • 25 Sandrine Lavaud note ainsi dans ce volume que les villes et villages du Bas-Pays bordelais ont ado (...)

24Les mesures « ordinaires » posent de tout autres problèmes, où s’expriment les enjeux de pouvoir. C’est un véritable maquis dans lequel l’historien doit pénétrer avec beaucoup de circonspection. L’extrême morcellement géographique des mesures est bien connu. Si le roi de France a réussi à imposer à partir de la fin du xiiie siècle l’emploi presque exclusif des monnaies royales, la normalisation des mesures ne put s’établir. Les capitulaires de Charlemagne n’y étaient pas parvenus non plus. Le droit d’imposer et de contrôler les mesures appartient à la seigneurie, et dans ce domaine comme dans d’autres, le cadre seigneurial devient identitaire ; chaque communauté, urbaine ou villageoise est attachée à la marque de sa spécificité. Certes ici ou là, la valeur de certaines mesures a pu être modifiée, notamment lorsque l’intensité des échanges a conduit certains villages proches d’une ville à adopter les mesures urbaines25. Mais l’instabilité chronologique est faible en regard de l’éclatement géographique. Deux villages voisins eurent pendant des siècles des mesures de même nom, mais de valeur différente.

  • 26 P. Portet, Bertrand Boysset, arpenteur arlésien de la fin du xive siècle (1355-1415), doct. d’hist (...)

25Aujourd’hui, le trouble saisit devant cette hétérogénéité. Non seulement d’un lieu à l’autre, la valeur change, mais même localement sous le même nom coexistent plusieurs valeurs : la quartière de blé rase ou comble n’a pas la même valeur. Le setier mercadal n’est pas celui avec lequel sont comptés le prélèvement seigneurial ou les échanges locaux. Et les unités de capacité ne sont pas les mêmes selon la matière mesurée ; on n’évalue pas les quantités avec la même mesure selon qu’il s’agit de blé, d’amandes ou de fèves. La terre peut être mesurée selon les longueurs des côtés de la parcelle, selon la quantité d’ensemencement – la séterée par exemple – ou en temps de travail (journal). Et le journal n’est pas le même à charrue pour les blés, à faucher sur les prés ou à bêcher dans les vignes. Sous le même nom, le dextre arlésien qu’utilise Bertrand Boysset se subdivise en 16 pans pour les terres, mais seulement en 13 pour les vignes, qui de fait, sont des parcelles plus petites26.

  • 27 C. Pribetitch Aznar, « La formulation des surfaces des bâtiments et des superficies des terrains a (...)
  • 28 Kula, Les mesures et les hommes, op. cit. n. 17, p. 94.

26Sous cette apparente confusion se décèlent quelques principes pragmatiques qui régissent les systèmes de mesure médiévaux. La division est une opération suffisamment compliquée pour que les sous-multiples soient choisis de manière à la faciliter : ainsi la toise et ses 6 pieds, eux-mêmes subdivisés en 16 doigts ou 12 pouces, ceux-ci divisés en 12 lignes, permet de diviser aisément par 2, 3, 4 ou 6. La fréquence des nombres ronds rend l’écriture en chiffres romains et le calcul plus confortables. Le pragmatisme fait aussi qu’il y a adéquation entre la taille de l’unité utilisée et celle de l’objet à mesurer, ou sa valeur. Les mesures de longueur ne sont pas non plus les mêmes selon l’objet à mesurer et le métier qui mesure : si l’arpenteur arlésien utilise le dextre, le maçon et le charpentier mesurent dans une unité plus petite, la canne de 8 pans27. L’usage d’un même mot pour désigner des unités de valeur différente révèle qu’un lien est perçu entre les mesures, mais la pensée qualitative est assez forte pour décliner la valeur de l’unité de mesure en l’adaptant à chaque matière à mesurer28. C’est sans doute aussi parce que la longueur et la surface d’une terre sont considérées comme de même nature que les mêmes mots de perche ou dextre dans la France méridionale servent à exprimer tant la surface que la longueur.

  • 29 L’expression est de François Le Gendre (L’arithmétique en sa perfection, Lyon, 1707, p. 2), cité p (...)
  • 30 J.-A. Brutails, Recherches sur l’équivalence des anciennes mesures de la Gironde, Bordeaux, 1912.
  • 31 Dans une analyse critique sur la production historiographique concernant le Moyen Âge, parue dans (...)

27Plusieurs communications ont contribué à nourrir la connaissance de l’arithmétique pratique qui « joint le nombre à la matière29 ». Le dossier des mesures vinaires bordelaises au xve siècle présenté par Sandrine Lavaud rappelle quelques principes essentiels des approches actuelles de ce domaine, ajoutant aux observations de Brutails30 et Boutruche31 les acquis de recherches plus récentes. Le premier avait insisté sur « l’empirisme social, conditionné par les pouvoirs qui en ont la maîtrise » ; le second sur la polysémie des noms des mesures, entre unité de compte pour la cargaison des bateaux, unité fiscale, et fût réel. Le système, construit autour de trois« unités », multiples les unes des autres, la barrique de 225 litres, la pipe de 450 et le tonneau de 900, paraît limpide, mais Sandrine Lavaud rappelle opportunément quelques règles de prudence, nourries aux différents corpus documentaires qu’elle a mis en regard. Elle reprend la polysémie du mot « tonneau », et montre que les documents municipaux précisent toujours soigneusement le liquide contenu dans les tonneaux, dès lors qu’il ne s’agit pas de vin. La futaille des caves bordelaises comporte une grande variété de contenance. Et parmi les révisions qu’elle propose, elle constate que si les historiens ont admis pour leurs calculs la valeur de 225 litres pour la barrique, les données archéologiques tendraient à la situer plutôt aux environs de 200. Elle aborde ainsi le difficile problème de l’augmentation possible, probable même, des unités au cours de la période médiévale. Enfin, elle fait ressortir que le contrôle par la jurade de la conformité des tonneaux à la mesure bordelaise contribuait à protéger les productions bourgeoises et celles du Bas-Pays ; les vins en provenance du Haut-Pays ne bénéficiaient pas des mêmes privilèges, tels que le monopole de la vente dans la ville, et ils étaient différenciés par la plus petite taille de leurs tonneaux.

28Utilisant les extraits subsistants de l’unique registre conservé des comptes de l’Hôtel de Charles II d’Anjou pour l’été 1289, François Bérenger montre que les mesures régnicoles n’y sont pas les seules utilisées. Lors des voyages de la cour, les monnaies et les mesures locales sont mentionnées et leurs équivalents en unités du royaume de Sicile sont indiqués. La multiplicité des mesures et des monnaies, avec lesquelles les marchands jonglent fort bien en permanence, comme le montre aussi Jean-Claude Hocquet, est donc tout à fait consciente et connue. Elle participe des difficultés des échanges, comme le prix du mesurage qui s’ajoute à celui de la transaction, mais en garantit l’honnêteté.

Mesurer et compter au cœur de l’État

29Bien des sources attestent une intimité de la société médiévale avec le chiffre et la mesure bien plus intense qu’on ne pourrait le penser. On serait tenté de considérer que l’ère de la statistique naît en Italie avec Bonvesin de la Ripa ou Giovanni Villani. Mais leur intérêt pour le dénombrement des citoyens et l’évaluation quantitative de leurs activités est enchâssé dans le développement des listes fiscales et des registres de prélèvement de l’État et de la seigneurie et, plus largement, dans celui de toute une série d’opérations de classement et d’archivage, qui leur sont plus ou moins contemporaines. Néanmoins, il faut sans doute être prudent pour reconstituer la chronologie de ce recours au quantitatif dans la genèse de l’État moderne et n’oublier ni les polyptyques carolingiens, ni le Domesday book, ni les premiers documents de l’Échiquier anglais. Du moins en ce qui concerne la pratique de l’écrit, Michael Clanchy a finalement suggéré d’en atténuer l’impression de formidable croissance à partir du xiie siècle, dont serait responsable la conservation au moins autant que la création.

  • 32 Entrée de Saint-Martin-des-Bois, fol. 69, cité par Catherine Letouzey-Réty.

30Les immenses entreprises de la fin du Moyen Âge italien comme le Catasto florentin de 1427 sont des sources exceptionnelles pour les historiens, mais des échecs pratiques. De quelle utilité réelle ont été les 143 volumes siennois, chacun comptant environ 500 folios, assortis de la table des possessions et de leurs transferts en 1317-1318, à quoi il convient d’ajouter les dossiers préparatoires, 500 registres d’environ 50 feuillets chacun ? Néanmoins l’essor des comptabilités semble très puissant et il dépasse largement le cercle des clercs au service de l’État pontifical ou princier. Mais il a aussi suscité des résistances. Elles sont finement analysées par Catherine Letouzey-Réty à propos de l’exemple de l’abbaye de la Trinité de Caen. Elle fait remarquer l’attitude apparemment contradictoire des dames de la Trinité. En effet, leurs archives conservent une exceptionnelle série d’enquêtes, dès 1110, telle que « aucun des éléments dominés par […] les moniales de la Trinité ne semble échapper à la mesure ». En 1259, l’abbesse commandait une enquête d’une ampleur inédite, mais peu auparavant, l’archevêque de Rouen, Eudes Rigaud, leur reprochait de ne connaître ni leurs revenus ni les finances de l’abbaye. De fait, les inventaires que constituent les enquêtes de la Trinité, bien loin d’être exhaustifs, s’apparentent à une description des biens, pas à un bilan financier. Mieux connaître pour bien organiser et bien gérer, certes, et assurer leur autorité. Mais les abbesses et les moniales sont très loin de perspectives quantitatives. Catherine Letouzey-Réty rappelle leur vaste culture savante et loue leur prudence au temps où le traité de Paris crée une situation politique mouvante. Comme d’autres grandes abbayes anglaises de ce temps, la Trinité de Caen mesure mais ne compte pas. Toutefois on sait aussi qu’au même moment, le Livre des Jurés signalait une particularité de l’abbé de Saint-Ouen de Rouen, « un homme qui comptait à toute heure32 ».

Mesures savantes, mesures pratiques

  • 33 L. Kuchenbuch, « Les baguettes de taille au Moyen Âge : un moyen de calcul sans écriture ? », Écri (...)
  • 34 Cf. A. Schärlig, Du zéro à la virgule. Les chiffres arabes à la conquête de l’Europe, 1143-1585, L (...)

31Au sein du monde savant, parmi l’élite sociale, mesure, calcul et comptes n’étaient donc pas toujours associés. Pas plus qu’il ne faut surestimer la pratique quantitative au sein de cette élite, il ne convient de distinguer trop nettement, pour les derniers siècles du Moyen Âge, la culture des élites et la culture du peuple, aussi bien pour la littérature que pour le rapport à la mesure et au nombre. Il serait tentant de réserver aux cercles de gouvernement les calculs écrits et de faire des baguettes de taille un instrument de calcul populaire. Une telle partition est bien trop simple : l’usage populaire de ces baguettes n’est guère attesté avant le xve siècle, mais il y en avait beaucoup dans les archives royales anglaises, dont elles ont disparu au xixe siècle33. À l’inverse, le dénombrement, la soustraction qu’impliquait par exemple la réserve de semence, la division nécessaire au prélèvement de la dîme et des redevances partiaires étaient évidemment des opérations mentales familières aux paysans, de même que les règles de base de la mesure des terres. Et le calcul digital largement pratiqué n’était pas limité aux personnes de petite instruction, mais faisait partie des traités savants comme le Liber abaci de Leonardo Pisano34.

32Il n’empêche : l’intérêt du monde des clercs savants pour les sciences appliquées demeure limité et son information puise peu hors des ouvrages écrits. La géographie et les mathématiques en sont deux exemples. Le colloque n’a pas oublié la première. La géographie et les prémices de la cartographie d’une part, l’arpentage et la géométrie de la mesure d’autre part, ont été l’objet de plusieurs communications. Toutes abordent le problème des relations entre théorie et pratique. La période carolingienne a été évoquée par Nathalie Bouloux à travers le traité de Dicuil, Irlandais, grammairien, computiste et géographe, un personnage étroitement lié à la cour. À en juger par les trois copies médiévales, son traité le Liber de mensura orbis terrae ne connut pas un grand succès avant le xve siècle ; il est intéressant à plus d’un titre et révélateur du rôle de la mesure dans la longue tradition savante chrétienne. La mesure est le fondement de la connaissance du monde ; elle est indispensable au pouvoir impérial parce qu’il est le garant de la réalisation de l’ordre mis en place par Dieu. Avant de décrire une région, le géographe doit la situer par ses confronts et en mesurer la longueur (longitudo) et la largeur (latitudo) : c’est l’héritage de la méthode de Pline. Il y a dans le traité de Dicuil des éléments actuels, par exemple l’intérêt porté aux confins océaniques et une recherche de la représentation concrète de la mesure, ainsi celle de la valeur du mille à partir de l’espacement des bornes milliaires. Néanmoins les sources de ses calculs sont toutes livresques et son travail est fondamentalement une critique des sources disponibles. Le poids de la pratique est bien léger en regard du savoir et de la réflexion théoriques.

33La question du rapport entre savoir scientifique et savoir technique se pose plus clairement encore pour l’arpentage. Quel lien entre le savoir-faire de l’arpenteur et les connaissances géométriques des traités de mathématiques ? Fort peu. Le problème fut au centre de deux communications consacrées au monde musulman. Jean-Charles Ducène et Marc Moyon ont montré le fossé qui séparait les mathématiciens arabes des arpenteurs, notamment ceux au service de l’État. Les savants ont bâti, à partir de la géométrie grecque et de la trigonométrie indienne, des études savantes d’astronomie, de géographie ou d’art de bâtir, mesurant l’angle de la qibla pour la prière, la distance à la Mecque, utilisant l’astrolabe et le quadrant pour mesurer des hauteurs. Les traités de la mesure sont nombreux, comportant parfois une véritable incursion de l’algèbre ; ils se veulent théoriques et appliqués, destinés à enseigner étudiants et praticiens. Plusieurs d’entre eux, traduits, ont inspiré les traités de Practica geometriae des mathématiciens occidentaux à partir du xiie siècle. Mais les arpenteurs ont continué à se contenter de solutions simples et approximatives.

L’agilité des marchands

34Les subtiles avancées des mathématiciens et des savants en général ne doivent pas occulter l’agilité de praticiens dont certains ont bénéficié d’une formation universitaire, mais beaucoup d’autres d’un apprentissage auprès d’un maître. Médecins, chirurgiens ou apothicaires se devaient de maîtriser les mesures de poids, comme l’a montré Geneviève Dumas dans ce volume. Certes, depuis qu’elles furent proposées par Arnaud de Villeneuve, les tentatives de quantification de la substance active des simples en proportion de la maladie à soigner et du malade ne semblent guère avoir marqué les pratiques thérapeutiques. En revanche, la mesure pondérale est d’un usage constant et compliqué. Même si l’autorité royale a tenté d’imposer la livre royale de 15 onces, c’est la livre de 12 onces que médecins et apothicaires ont continué à utiliser, avec ses sous-multiples de drachmes, scrupules et grains, dans des systèmes tous différents, celui de Naples, celui de Salerne et celui de Padoue principalement.

35Les marchands jonglent avec les unités de mesure, les prix, les monnaies. Certes, tous n’eurent pas le même niveau de savoirs et les méthodes des marchands banquiers italiens laissaient loin derrière leurs homologues, même catalans. Le grand livre du Vénitien Giacomo Badoer, étudié par Jean-Claude Hocquet dans ce volume, est le révélateur de cette virtuosité. Ce marchand d’origine noble, arrivé à Constantinople en 1436, faisait commerce de marchandises diverses, de la soie au caviar, avec une prédilection pour les objets habituels du commerce vénitien. Dénombrer le contenu des caisses, convertir les mesures syriennes ou turques en mesures grecques, peser aux poids des Génois de Pera ou aux poids vénitiens, vérifier la contenance des tonneaux de vin de taille différente, venus de Crète ou de Sicile, calculer le prix du transport, jongler avec les monnaies d’or, d’argent, de compte, toutes ces compétences s’inscrivent dans une comptabilité dont il maîtrise parfaitement les techniques. On conçoit que de tels talents aient suscité à la fois admiration et méfiance.

  • 35 M. Bompaire, « Compétences et pratiques de calcul dans les livres de changeurs français (xive - xv(...)

36Ces savoir-faire doivent être rapprochés de ceux qui se révèlent chez les monnayeurs étudiés par Guillaume Sarah et Marc Bompaire dès la période carolingienne. Les analyses métrologiques montrent à la fois que les monnayeurs dominent parfaitement la fabrication des alliages pour régler le titre de la monnaie, mais également qu’ils savent calculer la masse minimale limite qui permet de faire son profit en choisissant de rogner ou de fondre. Comment expliquer autrement la proportion élevée de monnaies à la limite de la tolérance légale ? Comment procédaient-ils ? Dans un travail précédent35, Marc Bompaire a montré que les changeurs français – et même beaucoup d’Italiens, à en juger par leurs livres – ne connaissaient pas les derniers développements de l’arithmétique savante, et notamment ni les chiffres arabes, ni le zéro, mais qu’ils avaient développé toute une série de procédures, telles des tables de conversion, qui rendaient leurs calculs aussi rapides et efficaces.

Pratiques sociales de la mesure

37Marchands, apothicaires, changeurs manipulent avec une grande dextérité une multitude de mesures. Nous sommes loin de connaître leurs processus mentaux et leurs instruments de calcul, mais la plupart du temps ils utilisent des unités qui ne sont pas essentiellement différentes de celles du système métrique : volumes, poids, longueurs. Les unités ne sont pas unifiées, elles ont des sous-multiples variés, permettant de diviser fondamentalement par 2 et 3, et 4, 6 ou 12, et non par 5 ou 10, mais elles organisent la matière selon des normes voisines des nôtres.

38Mais il est d’autres formes de mesure qui ont été plus ou moins abandonnées. La distance s’exprimait généralement en temps. Sur terre où l’on calculait en nombre de jours de marche. Et sur mer, comme le montre Frédérique Laget : la mesure du temps y est essentielle pour connaître les marées de la mer du Nord et de l’océan Atlantique, et donc les moments où les ports sont aisément accessibles, mais aussi pour déterminer la direction à prendre. Il en allait de même dans l’industrie du fer : Danielle Arribet-Deroin indique que, si le fer ouvré, à l’aboutissement des chaînes opératoires, était parfois mesuré, comme les autres produits fabriqués, à la pièce ou au poids, les quantités de demi-produits étaient parfois exprimées dans des unités de mesure spécifiques, basées sur la durée. Ainsi le minerai de fer en fondée, elle-même évaluée en durée de travail du fourneau : une fondée pour six jours et six nuits. L’abandon progressif à la fin du Moyen Âge de ces mesures implicites, qui ont du sens entre producteurs, répond au besoin commercial d’être compris auprès des clients et donc d’adopter des unités de mesure plus générales.

39À côté de mesures étalonnées, de valeur locale mais précise, existaient donc d’autres formes d’appréciation quantitative, liées à l’expérience professionnelle ou tout simplement à la vie quotidienne. Certaines avaient été normalisées, comme le pied ou le pouce, mais demeuraient liées à un environnement familier. Parfois, sans doute souvent, on se contentait d’indiquer que l’objet à fabriquer serait identique à un modèle existant : point n’était besoin de mesure alors. Pour Émilie Cottereau-Gabillet, c’est probablement ainsi que se pratiquaient bien des commandes de manuscrits, tant pour le format que pour la réglure.

  • 36 J. Chapelot, « L’enceinte du château de Vincennes (1372-1380) : la conception d’un grand projet ar (...)

40Les sources écrites sont très discrètes : elles indiquent bien moins de mesures qu’on ne devait en utiliser. Il reste beaucoup à trouver dans l’observation des objets et des monuments qui demeurent, dans la reconstitution des gestes qui les ont produits, à l’instar du travail remarquablement inventif de Jean Chapelot sur le château de Vincennes : par une étude très minutieuse des diverses mesures de l’enceinte de ce palais, élevée en un temps exceptionnellement bref, il a pu analyser les méthodes de l’architecte Raymond du Temple et décrypter le programme et les objectifs de Charles V36.

41Mesurer est donc un acte largement partagé au Moyen Âge. Il est incontestable qu’au fil des siècles l’abstraction a gagné, les mesures les plus anthropométriques ont cédé le pas à des systèmes cohérents, aux sous-multiples d’un usage souple. Mais chaque unité principale a conservé sa valeur locale en un particularisme identitaire que des circulations de plus en plus intenses et vastes des personnes et des marchandises n’ont pas balayé. Au cours des temps, les mesures sont devenues un enjeu de plus en plus vif, que les communautés ont peu à peu disputé aux pouvoirs en place. La mesure est à la fois instrument de paix sociale et d’assujettissement. Entre les savants et les techniciens, les contacts semblent minces : le monde des clercs, qui a lui-même intégré les apports des sciences gréco-arabes, puis inventé, ne semble pas pour beaucoup dans la progression de l’usage de la mesure et plus encore du calcul et des comptes. Diverses élites ont participé de ces développements, gouvernementales, administratives, marchandes, artisanales. Reste à ne pas oublier, en suivant le conseil auquel Robert Fossier revenait inlassablement, la mesure du pauvre.

Anmerkungen

1 « L’histoire sérielle n’est donc pas seulement, ni surtout, une transformation du matériau historique. C’est une révolution de la conscience historiographique […] c’est une histoire-problème(s) au lieu d’être une histoire-récit […] Par la décomposition analytique de la réalité en niveaux de description, elle s’est ouverte à l’importation des concepts et des méthodes des sciences sociales plus spécifiquement constituées comme l’économie politique qui a sans doute été l’élément moteur de son renouvellement. Par l’analyse quantitative des différents rythmes d’évolution de ces niveaux, elle a, enfin, constitué en objet scientifiquement mesurable la dimension de l’activité humaine qui est sa raison d’être, le temps » (F. Furet, « Histoire quantitative et construction du fait historique », Annales ESC, 26 [1971], p. 63-75, ici p. 71, réédité sous le titre « Le quantitatif en histoire », dans Faire de l’histoire, dir. J. Le Goff, P. Nora, t. 1, Paris, 1974, p. 42-61 et dans F. Furet, L’Atelier de l’histoire, Paris, 1982, p. 53-72).

2 G. Béaur, « Âge critique ou âge de raison ? Les dix ans d’Histoire et Mesure », Histoire et Mesure, 11 (1996), p. 7-17, ici p. 10. Cf. aussi Id., « L’histoire de l’économie rurale à l’époque moderne ou les désarrois du quantitativisme », Histoire et sociétés rurales, 1 (1994), p. 67-97.

3 « Histoire et sciences sociales. Un tournant critique ? », Annales ESC, 43 (1988), p. 291-293.

4 B. Lepetit, « L’histoire quantitative : deux ou trois choses que je sais d’elle », Histoire et Mesure, 4 (1989), p. 191-199.

5 « Éditorial », Histoire et Mesure, 1 (1986), no 1, p. 5-6 ; cf. aussi J.-P. Genet, « Histoire, informatique, mesure », ibid., p. 7-18.

6 J.-C. Gardin, Le calcul et la raison. Essais sur la formalisation du discours savant, Paris, 1991 (recueil de travaux publiés entre 1974 et 1990).

7 A. Guerreau, « Le champ sémantique de l’espace dans la Vita de saint Maieul (Cluny, début du xie siècle) », Journal des Savants, 2 (1997), p. 363-418 ; cf. aussi Id., « Mensura et metiri dans la Vulgate », Micrologus, 19 (2011), p. 3-19.

8 « Mesurer le texte », Histoire et Mesure, 18 (2003), no 3/4, p. 1 et J.-P. Genet, « Des chiffres et des lettres. Quelques pistes pour l’historien », ibid., p. 2-7.

9 C. Lemercier, « Analyse de réseaux et histoire », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 52 (2005), no 2, p. 88-112. Mise à jour de la bibliographie sur l’excellent site Internet [http://www.quanti.ihmc.ens.fr/].

10 J. F. Padgett, C. K. Ansell, « Robust Action and the Rise of the Medici, 1400-1434 », American Journal of Sociology, 98 (1993), p. 1259-1319.

11 I. Rosé, « Reconstitution, représentation graphique et analyse des réseaux de pouvoir au haut Moyen Âge. Approche des pratiques sociales de l’aristocratie à partir de l’exemple d’Odon de Cluny († 942) », REDES-Revista hispana para el análisis de redes sociales, 21 (2011), en ligne [http://revistaredes.rediris.es].

12 R. Boulet, F. Hautefeuille, B. Jouve, P. Kuntz, B. Le Goffic, F. Picarougne, N. Villa, « Sur l’analyse de réseaux de sociabilité de la société paysanne médiévale », Neurocomputing, 10 (2008), p. 1-11.

13 Models in Archaeology, éd. D. Clarke, Londres, 1972 ; I. Hodder, C. Orton, Spatial Analysis in Archaeology, Cambridge, 1976.

14 F. Durand-Dastes, F. Favory, J.-L. Fiches, H. Mathian, D. Pumain, C. Raynaud, L. Sanders, S. Van der Leeuw, Des oppida aux métropoles. Archéologues et géographes en vallée du Rhône, Paris, 1998 ; Settlement Patterns, Production and Trade from the Neolithic to the Middle Ages. Archaedyn, Seven Millenia of Territorial Dynamics, dir. C. Gandini, F. Favory, L. Nuninger, Oxford, 2012.

15 Cf. notamment le XXXVIIe Congrès de la SHMESP qui s’est tenu en 2006 à Mulhouse, Construction de l’espace au Moyen Âge : pratiques et représentations, Paris, 2007.

16 Le comité international pour la métrologie historique a été fondé en 1975.

17 W. Kula, Les mesures et les hommes, Paris, 1984, traduit du polonais Miary i ludzie, Varsovie, 1970.

18 Tout particulièrement le numéro 16 (2001), nos 3/4, consacré à la mesure des bâtiments anciens, dirigé par Philippe Bernardi.

19 Micrologus, 19 (2011).

20 A. Murray, Reason and Society in the Middle Ages, Oxford-New York, 1985.

21 Écrire, compter, mesurer. Vers une histoire des rationalités pratiques, éd. N. Coquery, F. Menant, F. Weber, Paris, 2006.

22 La revue en ligne Histoire des comptabilités en est l’une des manifestations les plus suivies. C’est à ce courant d’intérêt qu’appartient aussi la série de colloques organisés par le LAMOP (univ. Paris 1-CNRS), l’IRHiS (univ. Lille 3-CNRS), les Archives nationales et la Cour des comptes, dont la dernière session s’est tenue les 10 et 11 octobre 2012, sous le titre « Classer, dire, compter ».

23 Cf. G. Beaujouan, « Nombres », Dictionnaire raisonné de l’Occident médiéval, dir. J. Le Goff, J.-C. Schmitt, Paris, 1999, p. 834-844.

24 L’expression de Witold Kula (Les mesures et les hommes, op. cit. n. 17, p. 9) est reprise dans ce volume par Geneviève Dumas.

25 Sandrine Lavaud note ainsi dans ce volume que les villes et villages du Bas-Pays bordelais ont adopté les mesures de Bordeaux.

26 P. Portet, Bertrand Boysset, arpenteur arlésien de la fin du xive siècle (1355-1415), doct. d’histoire, Univ. Toulouse 2, 1995.

27 C. Pribetitch Aznar, « La formulation des surfaces des bâtiments et des superficies des terrains au xive-xvie siècles dans le sud-est de la France », Histoire et Mesure, 16 (2001), nos 3/4, p. 353-372.

28 Kula, Les mesures et les hommes, op. cit. n. 17, p. 94.

29 L’expression est de François Le Gendre (L’arithmétique en sa perfection, Lyon, 1707, p. 2), cité par Pribetitch Aznar, « La formulation des surfaces… », loc. cit. n. 27, p. 359.

30 J.-A. Brutails, Recherches sur l’équivalence des anciennes mesures de la Gironde, Bordeaux, 1912.

31 Dans une analyse critique sur la production historiographique concernant le Moyen Âge, parue dans la Revue historique, 213 (1955), p. 64-65.

32 Entrée de Saint-Martin-des-Bois, fol. 69, cité par Catherine Letouzey-Réty.

33 L. Kuchenbuch, « Les baguettes de taille au Moyen Âge : un moyen de calcul sans écriture ? », Écrire, compter, mesurer…, op. cit. n. 21, p. 113-142.

34 Cf. A. Schärlig, Du zéro à la virgule. Les chiffres arabes à la conquête de l’Europe, 1143-1585, Lausanne, 2010.

35 M. Bompaire, « Compétences et pratiques de calcul dans les livres de changeurs français (xive - xve siècles) », Écrire, compter, mesurer…, op. cit. n. 21, p. 143-162.

36 J. Chapelot, « L’enceinte du château de Vincennes (1372-1380) : la conception d’un grand projet architectural reconstituée par l’examen du bâti et les relevés de terrain », Châteaux et mesures, actes des 17e journées de castellologie de Bourgogne, dir. H. Mouillebouche, Chagny, 2011, p. 2-25.

© Éditions de la Sorbonne, 2013

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540