Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mesure et histoire médiévale

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Atelier des jeunes chercheurs

Analyses et statistiques spatiales à partir des sources pontificales : l’exemple de la province ecclésiastique de Tours (1313-1334)

Hugo Meunier

Résumé

Les systèmes d’information géographique et les statistiques spatiales ont fait des progrès significatifs ces dernières années. Ils permettent d’aborder, sous un nouvel angle, les masses de données considérables produites et conservées par les administrations pontificales. Les milliers de bénéfices ecclésiastiques mentionnés dans le compte de décimes de la province de Tours, réalisé vers 1329, ont ainsi été intégrés à une base de données spatiales. La densité des établissements cultuels et la répartition spatiale de l’imposition ont été cartographiées et étudiées. Elles sont, pour le chercheur, autant d’indicateurs susceptibles d’éclairer des problématiques globales d’organisation du territoire.

The systems of geographic information and spatial statistics have made significant progress in recent years. This favorable situation allows us to take a new look at the considerable amount of data produced and stored by the papal administration. Thus, the thousands of ecclesiastical benefices found in the tithe accounts of the province of Tours dating from 1329 were integrated into a spatial database. The density of the religious establishments and the spatial distribution of taxation were mapped out and studied. This information is the source of indicators for the scholar that cast new light on the global problematic of the organization of territory.

Texte intégral

  • 1 Corpus électronique des lettres des papes.
  • 2 A. Longnon, Pouillés de la province de Tours, Paris, 1903 (Recueil des historiens de la France, 3)
  • 3 J. de Font-Réaulx, « L’Atlas des diocèses de France », BEC, 118 (1960), p. 191-198.

1Le bouleversement de l’environnement technique offre de nouvelles perspectives d’analyse et de gestion des données historiques. Ces dernières sont presque toujours pourvues d’une dimension spatiale dont le traitement est facilité par la création de systèmes d’information géographique et la mise en œuvre de méthodes statistiques spécifiques. Une approche qui demeure encore trop rare chez les historiens. Pourtant, certains textes se prêtent particulièrement à cet exercice. Par sa vision centralisatrice, l’administration pontificale a produit et archivé une masse considérable de documents administratifs divers parmi lesquels figurent des listes de bénéfices. Dans le cadre de l’ANR CORELPA1, l’occasion s’est présentée d’étudier le compte de décimes de la province ecclésiastique de Tours, publié en 1903 par Auguste Longnon2. Ce document n’avait jamais fait l’objet de cartographies systématiques, pas même dans le précieux, mais désormais daté, atlas de Font-Réaulx3. L’intérêt majeur du compte réside dans sa relative complétude et son homogénéité.

Le compte de la décime de 1329

2Rappelons d’emblée que la décime est une imposition sur les temporels ecclésiastiques mise en place par le pape afin de financer la croisade et dont le profit était généralement accordé aux princes laïcs qui s’engageaient à défendre la chrétienté. Ainsi la première décime, appelée « dîme saladine », fut levée en 1188 à l’occasion de la 3e croisade. D’abord extraordinaire, cette charge devient quasi annuelle à partir du xive siècle et fut largement détournée de sa vocation originelle. Les états princiers naissants y voient une source de revenus non négligeable et une occasion de faire contribuer les clercs aux dépenses courantes de leurs administrations et de leurs armées. L’assiette du prélèvement (taxatio) était constituée des revenus de chaque bénéfice, après déduction de toutes les charges afférentes, telles que l’entretien des bâtiments et du titulaire du bénéfice. En principe, la décime correspondait au dixième de la taxatio.

  • 4 Vaticano, Arch. Segr. Vat., Arm. XXXIII, n10.
  • 5 Longnon, Pouillés…, op. cit. n. 2, p. vii.
  • 6 B. Causse, Église, finance et royauté : la floraison des décimes dans la France du Moyen Âge, Pari (...)
  • 7 G. Tessier, « Les chanceliers de Philippe VI », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscr (...)
  • 8 Le Mans, Arch. dép. de la Sarthe, G 761.
  • 9 Causse, Église…, op. cit. n. 6, p. 271.
  • 10 Paris, Arch. nat., J 717, 10bis.

3Le registre, riche de 73 feuillets, est en fait une copie du xve siècle conservée dans les cartons de la chambre apostolique et transcrite, au plus tôt, sous le pontificat de Martin V4. Auguste Longnon propose, pour le document original, une date comprise entre 1329 et 1332, d’après les détenteurs des bénéfices5. Il précise, par ailleurs, que la copie a été faite en prévision d’une décime réduite de moitié, « de sorte que les chiffres indiqués en regard des bénéfices ne sont plus au point de vue de la date du compte original que d’un vingtième du revenu ». Il ajoute, à juste titre, que cet allègement de la décime fut décidé par Urbain V en février 13636. Il est possible de préciser la datation du document en examinant de plus près la biographie des individus qui y sont mentionnés. On note la présence de Guillaume de Sainte-Maure, chanoine de Chinon et qualifié de cancellarius Francie. Or, il prend ses fonctions de chancelier le 1er juillet 1329, ce qui constitue notre terminus post quem7. La liste des prébendés de la cathédrale d’Angers inclut le nom de Thibault de Laval, qui est mort entre le 29 juin et le 22 septembre 13298. Si l’on regarde de plus près les décimes concédées aux rois de France par Jean XXII autour de l’année 1330, on éclaircit encore davantage le problème. Le 2 août 1327, Charles IV fut gratifié d’une double décime, mais sa mort vint interrompre le processus9. Son successeur, Philippe VI, s’empresse de réitérer la demande au pape, qui lui concède une double décime le 13 juillet 132810. Le versement de chaque subside devait s’effectuer en deux termes, à la Saint-Michel et à l’Ascension, soit le 29 septembre 1328 et le 1er juin 1329 pour la première année, ainsi que le 29 septembre 1329 et le 17 mai 1330 pour la seconde. En toute logique, le compte fait donc référence à la décime cédée en 1328 et probablement à la deuxième année au regard des bénéficiers qui y sont mentionnés. En effet, l’été 1329 se situe entre le dernier terme de la première année de la double décime et le premier terme de la seconde.

  • 11 J. Favier, Les finances pontificales à l’époque du Grand-Schisme d’Occident, Paris, 1966, p. 125.
  • 12 J. Viard, « Les ressources extraordinaires de la royauté sous Philippe VI de Valois », Revue des q (...)

4La décime ne fut pas levée par les collecteurs pontificaux de la province. Elle était destinée au roi de France, qui nommait lui-même ses receveurs ou plus souvent chargeait les évêques de faire collecter l’impôt11. Le compte se présente sous la forme de deux colonnes indiquant l’intitulé des bénéfices et les montants de la décime, répartis selon le découpage des circonscriptions ecclésiastiques. S’y ajoute, généralement, une liste de bénéfices exempts qui dépendent directement de la juridiction du Saint-Siège (à ne pas confondre avec une quelconque exonération de taxe). En revanche, les cardinaux, les ordres militaires, les mendiants et certains hôpitaux n’étaient pas assujettis à la décime12. Le roi pouvait également dispenser certaines communautés. Il manque enfin les bénéfices les plus pauvres, mais il est souvent difficile de les identifier et d’estimer leur nombre. Une recherche des bénéfices qualifiés de non taxatur a été effectuée dans les 60 000 lettres pontificales de Jean XXII. Il s’agissait essentiellement de chapellenies (60 % environ) et de paroisses modestes, qui se trouvent donc exclues de nos analyses. Ainsi, par ces quelques privilèges et le mode de calcul de la taxatio, ce compte fiscal est loin d’être exhaustif et documente, avant tout, la tranche moyenne et haute des bénéfices.

L’enregistrement des données

  • 13 Pour plus de détails sur les méthodes statistiques employées, consulter J.-M. Zaninetti, Statistiq (...)

5Une fois le compte numérisé, les toponymes ont été identifiés et localisés, puis les bénéfices agrégés au niveau de l’établissement cultuel. Les églises ont été spatialisées précisément grâce à la base de données topographiques de l’IGN. Lorsque les bâtiments n’existaient plus, les cadastres anciens géoréférencés ont servi de support à l’enregistrement. Au total, 2 870 établissements cultuels ont été spatialisés et intégrés à un système d’information géographique. On dénombre 1 977 paroisses, 733 prieurés, 103 abbayes, 31 collégiales et 12 églises cathédrales. L’objectif est de répondre aux questions suivantes : quelle est la répartition spatiale des différents établissements cultuels ? Quels sont les territoires les plus taxés ? Comment expliquer ces organisations spatiales ? Pour aborder ces problématiques, deux types de statistiques spatiales sont mises en œuvre : des statistiques globales pour étudier le semis de points dans son ensemble et des statistiques locales pour identifier les centres d’intérêts ou estimer une surface de densité13.

Répartition spatiale des établissements cultuels

  • 14 Point moyen ou centre de gravité d’un semis de points.
  • 15 Résume l’information d’un nuage de points à partir de l’axe de variabilité maximum (tracé à partir (...)
  • 16 Calcule le rapport entre la moyenne des distances observées au plus proche voisin d’un semis de po (...)

6En premier lieu, le semis de points des églises permet de restituer les différentes circonscriptions ecclésiastiques, en se fondant sur les limites communales actuelles ou celles figurées sur les cadastres napoléoniens (fig. 1). Le centre de gravité du semis des établissements se trouve dans le nord-ouest du diocèse d’Angers, soit 34 km plus à l’est que le centre géographique de la province (fig. 1). Ce phénomène est plus marqué pour les prieurés, dont le barycentre14 est situé à 52 km, avec une ellipse de déviation standard15 plus ramassée qui ne s’étend pas au-delà du diocèse de Saint-Malo. L’analyse des distances au plus proche voisin16 conduit à rejeter l’hypothèse d’une distribution aléatoire. Le modèle présente, en effet, une légère agrégation puisque le ratio entre la distance moyenne observée (2,23 km) et la distance moyenne attendue (2,27) est inférieur à 1. Il existe, néanmoins, des disparités géographiques : le ratio est de 1,17 (distribution dispersée) en Basse-Bretagne contre 0,91 (agrégée) à l’est de la province.

  • 17 Permet de mesurer l’agrégation ou la dispersion spatiale dans une plage de distances, donc à diffé (...)
  • 18 Procédé d’interpolation qui permet le passage de données ponctuelles à une surface de densité.
  • 19 D. Pichot, Le village éclaté. Habitat et société dans les campagnes de l’Ouest au Moyen Âge, Renne (...)

7La fonction K de Ripley17 montre que le semis de points est plus agrégé qu’une distribution aléatoire entre 0 et 28 km avec une forte croissance de la fonction entre 5 et 8 km. Pour les seules églises paroissiales, l’agrégation est constatée entre 6 et 22 km. Le pic dans le corrélogramme se situant autour de 13,5 km. Ce seuil est utilisé pour le rayon de recherche du lissage par la méthode des noyaux (kernel density)18. La carte confirme la césure entre l’est de la province et les diocèses de Nantes et de Basse-Bretagne (fig. 2). En dehors de quelques centres urbains et des régions côtières, la densité est très faible à l’ouest d’une ligne Saint-Malo/Rennes/Doué-la-Fontaine. Il faut dire qu’en Bretagne, la genèse des paroisses primitives suit une trajectoire particulière et s’est appuyée sur le système des plou dont les territoires étaient souvent très vastes19. C’est dans les diocèses d’Angers, du Mans et de Dol-de-Bretagne que la densité est la plus forte, notamment le long de la Loire, sur la rive gauche de la vallée de la Vègre ou dans le Saosnois. Le diocèse de Tours suit de près avec un contraste plus prononcé entre les plateaux et les vallées. Il s’agit, pour l’essentiel, de zones de peuplement ancien à l’habitat plus groupé. La carte fait également ressortir les principales agglomérations : Tours, Angers, Le Mans, Rennes et Nantes.

Figure 1 — Répartition de la décime de 1329 par type d’établissement et carte de la province ecclésiastique de Tours

8Le poids des facteurs « naturels » dans la répartition spatiale des églises est important. Pauvreté des sols et contraintes topographiques se combinent au cœur du Massif armoricain et expliquent la faible densité des paroisses. Dans le diocèse de Nantes, les valeurs deviennent très faibles dès que l’on s’éloigne de la Loire, à hauteur du Sillon de Bretagne. L’absence totale de paroisse signale les grands massifs forestiers comme ceux de Chinon ou de Perseigne. Le réseau hydrographique joue le rôle le plus important dans l’organisation spatiale des établissements. L’agrégation est bien plus forte auprès des grands cours d’eau. La distance moyenne au plus proche voisin est de 2 km pour les établissements situés à moins d’1 km des rivières principales contre 2,8 km pour les autres églises. L’influence est très marquée pour la Loire et dans tout son bassin hydrographique. Elle l’est beaucoup moins pour les fleuves côtiers de Bretagne où les bassins versants sont peu étendus.

9Statistiquement, la distribution spatiale des abbayes est jugée aléatoire. L’analyse des distances au plus proche voisin renvoie une valeur à peine supérieure à 1. Ce n’est pas le cas des prieurés absents de régions entières de Bretagne et très nombreux dans le diocèse d’Angers et de Tours. La fonction K de Ripley croît ici le plus fortement autour de 11-12 km, seuil choisi pour le calcul de la densité (fig. 2). Au premier regard, il n’y a pas de corrélation directe entre le semis des abbayes et celui des prieurés. Mais les abbayes les plus riches, dont dépendent la majorité des prieurés, se trouvent bel et bien en Anjou et en Touraine (Marmoutier, Saint-Serge et Saint-Aubin d’Angers, Saint-Florent-de-Saumur).

Figure 2 — Carte de densité des paroisses et des prieurés par la méthode du kernel density

Répartition spatiale de la décime

10L’introduction d’une variable dans l’analyse conduit à s’interroger d’emblée sur les effets de source. La carte anamorphosée du montant moyen de la décime par paroisse fait apparaître une anomalie (fig. 3). Les églises du diocèse de Saint-Malo sont imposées à hauteur de 747 deniers tandis que, dans les autres évêchés, ce montant s’inscrit entre 280 et 417 deniers. Les lettres pontificales de Jean XXII donnent l’estimation des revenus de quelques paroisses. La comparaison ne laisse aucun doute. Le montant n’a pas été revu au moment de la copie du compte. Il est resté égal au dixième de la taxatio et non au vingtième. Il faut donc rétablir la cohérence du document en divisant par deux la décime du diocèse de Saint-Malo. Certains établissements, situés dans le diocèse d’Angers, figurent dans le compte, mais ne sont pas taxés (4 % du total). La raison de cette exonération nous échappe. S’agit-il des bénéfices les plus modestes intégrés au manuscrit uniquement pour le diocèse d’Angers ? Cette proposition est fragile, car ces bénéfices sont bien présents dans le compte de décimes de 1467. Toutefois, il nous faut exclure ces établissements de tout calcul de moyenne sur la décime. Le poids des institutions capitulaires et des grands établissements monastiques est considérable (fig. 1). Les collégiales, les églises cathédrales (évêchés et chapitres) et les abbayes ne représentent que 5 % des établissements, mais rassemblent près de 50 % du montant total de la décime. À elle seule, la collégiale Saint-Martin de Tours pèse plus de 5 % du total. Les diocèses les plus imposés sont ceux de Tours (4 359 livres), Le Mans (3 594 livres) et Angers (3 176 livres). La hiérarchie n’est pas bouleversée par un calcul de densité. La césure est-ouest, constatée précédemment, est toujours aussi prégnante (fig. 3). Le sud-ouest de la province est la région la plus pauvre. L’actuel département de la Loire-Atlantique est loin d’avoir la prospérité qu’on lui connait aujourd’hui.

  • 20 Les centres urbains ont été définis par la présence de couvents mendiants. Une zone tampon de 5 km (...)
  • 21 Mesure simultanément l’autocorrélation spatiale selon les emplacements et les valeurs d’entité. Il (...)
  • 22 L’hypothèse est nulle si la distribution spatiale des valeurs est jugée aléatoire.
  • 23 Méthode qui facilite l’identification des agregats de valeurs remarquables, qu’elles soient elevee (...)

11Les taux dépendent de deux facteurs principaux : la densité des bénéfices et la présence massive d’abbayes, de prieurés ou de collégiales. La part du clergé régulier est très différente entre l’Ouest breton et les diocèses ligériens : plus de 50 % dans le diocèse d’Angers et autour de 25 % seulement dans le diocèse de Saint-Brieuc. Les villes et leurs banlieues concentrent la richesse et représentent près d’un tiers du montant total de l’imposition20. En moyenne, ce sont les paroisses de l’ouest de la Bretagne qui apparaissent les plus riches. Autrement dit, plus les abbayes et les prieurés sont nombreux, plus les paroisses sont pauvres. L’identification de l’échelle à laquelle la dépendance spatiale est la plus forte est un préalable indispensable à toute analyse locale. L’indice de Moran21 a été choisi pour travailler sur la distribution spatiale de la décime réclamée aux paroisses. Celle-ci fait l’objet d’une agrégation : l’hypothèse nulle peut être rejetée22. La dépendance spatiale atteint un maximum pour un rayon de recherche de 13,5 km. Ensuite, cette valeur est utilisée pour paramétrer l’analyse des points chauds ou hot spot analysis (fig. 4)23.

Figure 3 — Densité de la décime par diocèse et anamorphose de la moyenne de la décime par paroisse

  • 24 X. Rodier, « Modélisation des territoires paroissiaux et communaux », Des paroisses de Touraine au (...)
  • 25 D. Boutin, « Pédologie et potentiel agricole », Des paroisses de Touraine…, op. cit. n. 24, p. 207 (...)

12On observe un agrégat de paroisses fortement taxées dans le nord de la Sarthe actuelle. Il s’agit de la plaine du Saosnois et de la Champagne mancelle, une zone fertile et densément occupée. C’est le cas, également, de la plaine littorale entre Dol-de-Bretagne et Saint-Malo ou à proximité de Saint-Pol-de-Léon. Plusieurs agrégats de valeurs faibles se déploient le long des grands cours d’eau du diocèse de Tours et d’Angers. Ce phénomène est probablement lié à la superficie modeste des paroisses et à leur forte densité. À l’inverse, l’agrégat élevé de la région d’Ernée, à l’est de la Mayenne, ne peut s’expliquer que par la faible densité des paroisses. Pour vérifier cette hypothèse, un modèle théorique des territoires paroissiaux a été créé. Il est fondé sur la distance entre les églises paroissiales, pondérée par la pente et l’hydrographie, selon les paramètres fixés par Xavier Rodier pour l’Indre-et-Loire24. On peut alors faire le ratio entre la décime de la paroisse et sa superficie et ainsi nuancer l’importance des agrégats de valeurs faibles qui sont liés à l’aire modeste des circonscriptions (fig. 4). En moyenne, les paroisses théoriques des agrégats élevés sont effectivement plus grandes que les paroisses peu taxées : 26 km² contre 23. On y trouve également une densité de prieurés deux fois moins élevée. Dans la région d’Ernée, on dénombre 8 prieurés pour 32 paroisses de 25 km² de superficie en moyenne. Dans la vallée de la Vienne, on trouve 26 prieurés pour 54 paroisses, soit une densité deux fois supérieure. L’aire des territoires paroissiaux atteint seulement 17 km². Enfin, le lien entre le potentiel agricole d’une paroisse et le montant de la décime est loin d’être évident. L’exemple de l’Indre-et-Loire, où l’on dispose des données nécessaires, n’a pas permis d’établir une corrélation linéaire25. Ce constat n’est pas surprenant jusqu’au xive siècle, les paroisses tirent l’essentiel de leurs revenus du casuel qui dépend, avant tout, du nombre de fidèles.

Figure 4 — Analyse des points chauds de la décime des églises paroissiales et densité de la décime par paroisse théorique

Qu’en est-il à l’échelle du royaume de France ?

  • 26 Paris, BNF, fr. 2833, fol. 262v-265v.
  • 27 A. Guerreau, « Analyse factorielle et analyses statistiques classiques : le cas des ordres mendian (...)

13Un compte de décimes de 1313 rend possible une comparaison diocésaine de la richesse ecclésiastique à l’échelle du royaume de France (fig. 5)26. La valeur moyenne de la décime par diocèse est de 3 434 livres et si on la rapporte à la superficie, elle atteint 0,79 livres par km². C’est dans le nord du royaume, au-delà d’une ligne Genève-Saint-Malo, et autour de la Méditerranée que les densités sont les plus élevées : 2,7 livres par km² dans le diocèse de Paris et même 4,2 livres dans celui d’Arras. L’évêché de Tours, le plus riche de la province, se trouve en dessous de la moyenne avec 0,7 livres par km². La Bretagne apparaît comme l’une des régions les moins taxées avec la Gascogne et les Pyrénées. Elle partage également avec ces territoires des particularismes linguistiques et sociaux très marqués. Des organisations spatiales assez similaires semblent se dégager à partir d’autres indicateurs comme le pourcentage d’hagiotoponymes parmi les noms de communes ou l’implantation des couvents d’ordres mendiants27. La comparaison entre la densité de la décime et celle des couvents mendiants nous semble éloquente. Force est de constater que c’est dans les diocèses à forte densité de décime que le réseau urbain est le plus développé. Et cette observation se vérifie à la fois à l’échelle de la province ecclésiastique de Tours (différence entre la Basse-Bretagne et l’est de la province) et à l’échelle du royaume (partition nord-sud).

14En dépit de ses limites, partagées avec la plupart des sources fiscales (absence d’exhaustivité, biais), la décime doit être considérée comme un indicateur précieux, qui permet d’appréhender des problématiques plus globales sur les différents systèmes d’organisation spatiale et qui dépasse largement le spectre de l’histoire ecclésiastique. Il est certainement possible de franchir une étape supplémentaire en rendant l’analyse plus dynamique par la comparaison du compte de 1329 avec celui d’autres décimes, comme celle de 1516.

Figure 5 — Densité par diocèse de la décime de 1313 et densité des couvents mendiants urbains avant 1346

Notes

1 Corpus électronique des lettres des papes.

2 A. Longnon, Pouillés de la province de Tours, Paris, 1903 (Recueil des historiens de la France, 3).

3 J. de Font-Réaulx, « L’Atlas des diocèses de France », BEC, 118 (1960), p. 191-198.

4 Vaticano, Arch. Segr. Vat., Arm. XXXIII, n10.

5 Longnon, Pouillés…, op. cit. n. 2, p. vii.

6 B. Causse, Église, finance et royauté : la floraison des décimes dans la France du Moyen Âge, Paris, 1988, p. 325-326.

7 G. Tessier, « Les chanceliers de Philippe VI », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 101 (1957), no 4, p. 361.

8 Le Mans, Arch. dép. de la Sarthe, G 761.

9 Causse, Église…, op. cit. n. 6, p. 271.

10 Paris, Arch. nat., J 717, 10bis.

11 J. Favier, Les finances pontificales à l’époque du Grand-Schisme d’Occident, Paris, 1966, p. 125.

12 J. Viard, « Les ressources extraordinaires de la royauté sous Philippe VI de Valois », Revue des questions historiques, 44 (1888), p. 208.

13 Pour plus de détails sur les méthodes statistiques employées, consulter J.-M. Zaninetti, Statistique spatiale : méthodes et applications géomatiques, Paris, 2005.

14 Point moyen ou centre de gravité d’un semis de points.

15 Résume l’information d’un nuage de points à partir de l’axe de variabilité maximum (tracé à partir des points extrêmes) et de sa perpendiculaire.

16 Calcule le rapport entre la moyenne des distances observées au plus proche voisin d’un semis de points et la distance théorique moyenne au plus proche voisin dans le cas d’une distribution aléatoire. L’indice mesure la dispersion ou l’agrégation d’une distribution.

17 Permet de mesurer l’agrégation ou la dispersion spatiale dans une plage de distances, donc à différentes échelles.

18 Procédé d’interpolation qui permet le passage de données ponctuelles à une surface de densité.

19 D. Pichot, Le village éclaté. Habitat et société dans les campagnes de l’Ouest au Moyen Âge, Rennes, 2002, p. 71-73.

20 Les centres urbains ont été définis par la présence de couvents mendiants. Une zone tampon de 5 km a été appliquée pour déterminer l’emprise de l’étude.

21 Mesure simultanément l’autocorrélation spatiale selon les emplacements et les valeurs d’entité. Il évalue si le modèle exprimé est agrégé, dispersé ou aléatoire.

22 L’hypothèse est nulle si la distribution spatiale des valeurs est jugée aléatoire.

23 Méthode qui facilite l’identification des agregats de valeurs remarquables, qu’elles soient elevees ou faibles. Pour constituer un point chaud, une paroisse doit présenter une forte taxe, mais surtout être entourée d’autres églises associées à des valeurs élévées.

24 X. Rodier, « Modélisation des territoires paroissiaux et communaux », Des paroisses de Touraine aux communes d’Indre-et-Loire. La formation des territoires, dir. É. Zadora-Rio, Tours, 2008, p. 251-260. Le modèle a été testé et validé.

25 D. Boutin, « Pédologie et potentiel agricole », Des paroisses de Touraine…, op. cit. n. 24, p. 207-213.

26 Paris, BNF, fr. 2833, fol. 262v-265v.

27 A. Guerreau, « Analyse factorielle et analyses statistiques classiques : le cas des ordres mendiants dans la France médiévale », Annales ESC, 36 (1981), p. 869-912. E. Le Roy Ladurie, G. Cozzy, « Géographie des hagiotoponymes en France », Annales ESC, 38 (1983), p. 1304-1335.

Table des illustrations

Légende Figure 1 — Répartition de la décime de 1329 par type d’établissement et carte de la province ecclésiastique de Tours
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/28636/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 341k
Légende Figure 2 — Carte de densité des paroisses et des prieurés par la méthode du kernel density
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/28636/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 345k
Légende Figure 3 — Densité de la décime par diocèse et anamorphose de la moyenne de la décime par paroisse
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/28636/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 271k
Légende Figure 4 — Analyse des points chauds de la décime des églises paroissiales et densité de la décime par paroisse théorique
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/28636/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 433k
Légende Figure 5 — Densité par diocèse de la décime de 1313 et densité des couvents mendiants urbains avant 1346
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/28636/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 299k

© Éditions de la Sorbonne, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540