Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mesure et histoire médiévale

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Atelier des jeunes chercheurs

Mesure et enquêtes dans un temporel anglo-normand : le cas de l’abbaye de La Trinité de Caen (xiie-xiiie siècle)

Catherine Letouzey-Réty

Résumé

L’Abbaye-aux-Dames de Caen se distingue notamment par la présence, dans ses archives, d’une série d’enquêtes réalisées simultanément sur le temporel anglais et normand du monastère durant les xiie et xiiie siècles. Ces enquêtes sont précoces, systématiques, et abondent en données chiffrées, ce qui les rend, semble-t-il, particulièrement propices à une analyse de type quantitatif et sériel. Mais peut-on dresser une équivalence entre décrire, compter et mesurer ? Les archives contemporaines de la réalisation de ces enquêtes montrent en effet que leur confection n’implique pas nécessairement une préoccupation d’ordre strictement quantitatif. Après avoir soulevé quelques-uns des écueils liés à une analyse quantitative de ces sources, on tentera de souligner les apports d’une démarche qualitative en s’interrogeant sur les motivations des acteurs et sur la recontextualisation de ces sources.

The Abbaye-aux-Dames in Caen has the unusual distinction of holding in its archives a number of surveys undertaken simultaneously of both its English and Norman endowments, dating from the 12th and 13th centuries. Surveys of this kind are unusual for so early a period. Furthermore, they are systematic and contain a rich harvest of data in numbers which would seem particularly conducive to quantitive and serial analysis. Is it possible, however, to find equivalences between description, counting and measuring ? An examination of documents in the archives that date from the same period as these surveys shows that they were not envisaged from a strictly quantitative point of view. After pointing out a few of the disadvantages of a quantitative analysis of these sources, the article will outline the advantages of a qualitative approach which examines the motivations of the people involved and relies on a recontextualization of the sources.

Texte intégral

  • 1 Eudes Rigaud, Regestrum visitationum archiepiscopi Rothomagensis, éd. T. Bonnin, Rouen, 1852, p. 94 (...)

1Au milieu du xiiie siècle, les renseignements fournis par le registre d’Eudes Rigaud indiquent que l’abbaye de La Trinité de Caen figure au premier rang des monastères féminins de Normandie, à la fois par le nombre de religieuses et par la valeur du revenu annuel tiré du temporel : Eudes Rigaud note la présence de 65 à 80 moniales durant la période 1250-1267, et le revenu de l’abbaye, stable, s’élève à environ 2 500 livres de tournois1. Comme pour la plupart des établissements religieux de Normandie, ces données chiffrées sont les plus anciennes à livrer une première mesure directe de la situation du monastère. La prospérité qu’évoquent ces chiffres est directement liée au prestige des fondateurs de La Trinité, Guillaume, duc de Normandie, et Mathilde de Flandres, qui ont apporté un soin particulier, deux siècles plus tôt, à la constitution du temporel de l’abbaye.

  • 2 Série A, vers 1110-1120 ; séries B-C, vers 1170 ; série D, vers 1200-1223/4 ; jurée de 1257 ; séri (...)

2Cette riche dotation foncière initiale ne suffit cependant pas, à elle seule, à expliquer la prospérité de l’abbaye au moment des visites d’Eudes Rigaud. Depuis deux siècles, des abbesses déterminées et compétentes se sont succédé à la tête de l’abbaye et ont mobilisé leur puissance et leur habileté gestionnaire pour préserver et faire fructifier ce patrimoine. L’un des traits communs essentiels à l’action de chacune de ces abbesses est la rédaction d’une série d’enquêtes, menées à l’échelle de la plus grande partie du temporel anglo-normand de l’abbaye. Avec un remarquable esprit de suite, ces femmes ont fait dresser des inventaires décrivant les terres de l’abbaye et énumérant les redevances et services dus par leurs tenanciers. Ces enquêtes sont précoces et systématiques (elles concernent à la fois le temporel anglais et normand, pour les mêmes dates)2. Au moment des visites d’Eudes Rigaud, l’ensemble de cette série est déjà presque complet, et l’abbaye réalise la plus vaste enquête connue sur son temporel normand.

  • 3 Un censier normand du xiiie siècle. Le Livre des Jurés de l’abbaye Saint-Ouen de Rouen, éd. D. Ang (...)

3À l’échelle de la Normandie, c’est alors seulement le début de la série des censiers normands. La réalisation précoce de ces enquêtes semble donc témoigner d’une politique spécifique à l’Abbaye-aux-Dames. L’effort de mesure du réel y est omniprésent : aucun des éléments de l’espace dominé par l’abbesse et les moniales ne semble échapper à la mesure. Dès le début du xiie siècle, l’attitude de l’abbesse de Caen semble proche de celle de son confrère de Saint-Ouen de Rouen, que les jurés du censier de la fin du xiiie siècle qualifient d’« homme qui comptait à toute heure3 ». Ces deux dirigeants d’établissements religieux semblent avoir partagé la même obsession de la mesure. Pourtant, à la même époque, Eudes Rigaud reproche aux abbesses de Caen leur manque d’assiduité dans la tenue des comptes. Il s’agit d’une remarque presque banale sous la plume de l’archevêque de Rouen. Mais dans le cas de La Trinité, que l’on sait posséder à la même époque une remarquable série d’enquêtes, témoignant d’une minutie inaccoutumée dans la mesure du réel, ces remontrances prennent un sens particulier. Effectivement, si les archives de l’abbaye apparaissent particulièrement riches en enquêtes, elles sont à l’inverse extrêmement dépourvues en comptabilité : les comptes les plus anciens qui aient été conservés remontent au début du xve siècle, tandis que Saint-Étienne de Caen, ou Saint-Amand de Rouen conservent leurs premiers éléments de comptabilité deux siècles plus tôt.

  • 4 Sur ces questions, voir : Écrire, compter, mesurer. Vers une histoire des rationalités pratiques, (...)

4Comment expliquer qu’un type de mesure soit ainsi privilégié à l’Abbaye-aux-Dames, au détriment d’un autre ? Où se situe la nuance entre une abbesse qui « enquête à toute heure » et une abbesse qui « compte à toute heure » ? Peut-on dresser une équivalence entre décrire, dénombrer des éléments du réel et mesurer ce dernier4 ? Il s’agira d’examiner quelques-unes des raisons du choix d’une démarche qui ne relève pas de l’analyse quantitative, à partir de sources qui semblent se définir précisément par la mesure.

Écueils d’une approche de type quantitatif

  • 5 Pour un aperçu de ces difficultés, voir : Chibnall, Charters…, op. cit. n. 2, p. xxix-liv ; Walmsl (...)

5Un certain nombre de déconvenues et de difficultés méthodologiques attendent l’historien tentant d’exploiter de façon systématique les données chiffrées fournies par les enquêtes de l’Abbaye-aux-Dames. Ce constat est bien connu des spécialistes de ce type de documents, et les enquêtes de La Trinité ne font pas exception à la règle. Quelques exemples significatifs suffiront à rappeler le caractère périlleux de l’exercice. Au-delà du cas bien connu des sommes globales, qui, quand elles existent, tombent rarement juste, l’étude des enquêtes de La Trinité soulève fréquemment la question épineuse de la distinction entre les passages qui relèvent du coutumier et ceux qui relèvent de l’enquête proprement dite : qu’enregistre-t-on, la théorie ou le réel ? De même, les catégories de tenanciers et de tenures sont souvent extrêmement mouvantes d’une enquête à l’autre, voire d’une seigneurie à l’autre, ce qui rend impossible toute mise en série statistique. L’historien se trouve également confronté au caractère approximatif de l’énoncé des services et rentes dus. Enfin, concernant la mesure à proprement parler, des unités de mesure indéterminées apparaissent au milieu des données chiffrées, et la complexité de certaines de ces unités confine parfois à l’inintelligibilité – y compris pour les enquêteurs eux-mêmes5.

  • 6 Les ouvrages de Robert Fossier et de Paul Harvey constituent des points de comparaison éclairants  (...)

6À relire les études classiques existant des deux côtés de la Manche sur ce type de documents, ces difficultés apparaissent inhérentes au genre des enquêtes, souvent moins codifié, plus fluctuant et complexe que les comptes6. La leçon de méthode repose souvent sur la méfiance vis-à-vis de cette documentation : celle-ci tendrait de nombreux pièges à l’historien, qui doit s’employer à les déjouer. Ces remarques ne suffisent pas pour autant à disqualifier une approche de type quantitatif : faute de mieux – c’est-à-dire de comptes – il faudrait s’en contenter, et Robert Fossier termine en 1978 son exposé de méthode par un projet d’exploitation sérielle applicable au genre des enquêtes. L’historien devrait donc s’atteler à restructurer les catégories construites dans les enquêtes, les reclasser, réaliser une unification des mesures employées, afin d’homogénéiser les données, et de les mettre en série avec celles fournies par d’autres enquêtes, produites par d’autres institutions.

  • 7 M. M. Postan, « The Chronology of Labour Services », Transactions of the Royal Historical Society,(...)
  • 8 Sur ce point, voir Chibnall, Charters…, op. cit. n. 2, p. lii-liii.

7Dans le cas des enquêtes les plus précoces de l’Abbaye-aux-Dames, c’est précisément ce que s’est employé à faire dès les années 1930 Michael Postan7. De façon inespérée pour une date aussi ancienne, les enquêtes de La Trinité peuvent être observées sous l’angle de la série, puisqu’elles s’intègrent outre-Manche à un ensemble documentaire plus vaste, constitué d’une douzaine d’enquêtes manoriales datant du xiie siècle. Postan s’est saisi de cette opportunité pour étayer l’un des aspects d’une théorie économique générale portant sur l’histoire manoriale anglaise. Il focalise son attention sur les données chiffrées présentes dans ces enquêtes, qu’il extrait afin de les comparer au reste de la série ainsi constituée. Sous sa plume, l’un des manoirs de La Trinité de Caen constituerait un cas d’école d’un processus précoce de commutation des services (et par conséquent de désintégration de la réserve seigneuriale). Mais en se focalisant sur le contenu chiffré des enquêtes, et en privilégiant la série sur la source prise dans son individualité, Postan a manqué un détail crucial : deux enquêtes considérées dans l’exemple de ce manoir ne sont pas distantes de quelque vingt ans comme il le croyait en 1937, mais ont été réalisées dans un laps de temps très court comme le montre l’édition parue en 1984. La réalité décrite est similaire, seule la façon dont celle-ci est décrite change. L’évolution remarquée provient en fait d’un processus de réécriture, visant à reformuler la même enquête, avec un point de vue différent8. Plus qu’un ajout de sens, la mise en série a donc abouti à une perte de sens, et l’intérêt exclusif accordé aux données chiffrées a fait perdre de vue l’usage que les acteurs pouvaient en avoir – usage qui ne relève pas nécessairement d’une préoccupation d’ordre quantitatif.

  • 9 N. Vincent, « Why 1199? Bureaucracy and Enrolment under John and his Contemporaries », English Gov (...)

8À l’instar de la mise en garde de Nicholas Vincent concernant les rôles de l’administration anglaise de la fin du xiie siècle, ces documents ne permettaient sans doute pas aux moniales d’obtenir ce que l’historien y cherche : des sommes globales, et une vision précise et exhaustive du réel9. Il est alors éclairant de s’intéresser à ce que les religieuses disent elles-mêmes de leur pratique. À cet égard, les notes de l’archevêque de Rouen fournissent un premier indice direct. Si la situation pécuniaire de l’abbaye apparaît satisfaisante en 1250, Eudes Rigaud rencontre l’incompréhension des moniales en termes de comptabilité et de précision de l’information.

  • 10 Invenimus quod ibi sunt lxv moniales, nec est ibi certus numerus monialium statutus […]. Nesciunt (...)

9L’abbesse s’occupe bien de la reddition des comptes, mais cette activité ne semble pas effectuée avec suffisamment d’assiduité ni de fréquence : l’abbaye ne peut fournir de bilan financier détaillé de la situation du monastère. Plus intéressant – ou plus gênant pour l’archevêque –, les moniales déclarent que cet état des lieux impressionniste leur convient entièrement10. L’abbesse ne semble pas davantage se préoccuper de répondre aux attentes d’Eudes Rigaud en matière de comptabilité. Sept ans plus tard, la même abbesse fait rédiger un registre d’environ 150 folios ; il ne s’agit cependant à nouveau pas de comptes, mais d’une vaste enquête concernant le temporel normand. Par la réalisation de ces enquêtes, les moniales ne cherchent manifestement pas essentiellement à quantifier : à l’instar des enquêtes de la fin du xiie siècle, où des blancs avaient été ménagés pour ajouter quelques sommes récapitulatives, seules de rares entrées reçoivent ces indications. Que signifient alors les chiffres présents ? Pourquoi un tel acharnement à mesurer le réel si ce n’est pas pour le quantifier ?

Les enquêtes de La Trinité de Caen, ou la mesure d’éléments du réel qui échappent à l’analyse quantitative…

  • 11 Sur l’ensemble des points soulevés dans cette partie, voir : C. Letouzey-Réty, Écrit et gestion du (...)

10Les enquêtes de La Trinité constituent d’abord une mesure de l’autorité de l’abbesse de Caen sur son temporel11. Leur réalisation est en effet étroitement liée à l’une des spécificités de l’Abbaye-aux-Dames : le pouvoir très fort de l’abbesse et la forte centralisation de la structure de gestion du monastère, dépourvue de prieurés (ce qui constitue une originalité majeure en comparaison des autres abbayes normandes dotées de temporels similaires). Dans le monde anglo-normand (et au-delà), ce type d’enquêtes générales intervient particulièrement dans de grandes abbayes, au pouvoir fortement centralisé, et à la tête desquelles figurent des dirigeants puissants et déterminés. Les données chiffrées présentes dans les enquêtes sont ainsi accompagnées de mentions du type ad voluntatem abbatisse : les chiffres fournis correspondent à la réalité pour autant que l’abbesse le décide. Le point de vue adopté dans la mesure du réel est celui de l’abbesse et répond à une politique décidée d’en haut : s’il faut attendre la jurée de 1257 pour obtenir la première information directe à ce sujet, on devine qu’il en était de même pour les autres enquêtes, constamment centrées sur les droits de l’abbesse, personnage incontournable dans la gestion du temporel. L’ensemble de cette documentation fournit, en premier lieu, une mesure de l’espace et des hommes tels qu’ils sont contrôlés par l’abbesse de Caen. Comme le montre l’exemple de l’abbé Samson de Bury Saint Edmunds, l’extrême minutie avec laquelle le réel est décrit vise d’abord à assurer la pérennité du pouvoir de l’abbesse sur ses terres :

  • 12 Jocelin de Brakelond, Chronicle of the Abbey of Bury Saint Edmunds, éd. H. E. Butler, Londres, 194 (...)

At [Samson’s ] order a general description was made in each hundred […] and he had all these things set down in writing, so that within four years from his election there was no one who could deceive him concerning the revenues of the abbey to a single pennyworth […] Now this book […] Samson called his kalendarium, and he consulted it almost every day, as though he could see therein the image of its own efficiency as in a mirror12.

  • 13 C. Dyer, Making a Living in the Middle Age : The People of Britain, 850-1520, Londres, 2002, p. 11 (...)

11S’agit-il cependant, comme le suggère cet extrait, d’une mesure faussée du réel, d’une simple image, dans laquelle les chiffres ne serviraient qu’à glorifier l’action du dirigeant monastique ? Les enquêtes de l’Abbayeaux-Dames constituent en réalité bien une mesure de l’efficacité administrative et des stratégies concrètes de gestion mises en place par les abbesses de Caen. Si l’on considère par exemple le versant anglais de ces enquêtes, l’attention scrupuleuse portée à la mesure des corvées et redevances a une raison d’être tout à fait pratique dans le contexte de la fin du xiie siècle. Ce souci de la précision et la sélectivité des informations recueillies sont directement liés à la volonté, de la part des seigneurs anglais, de contrôler plus étroitement des tenanciers dont une partie devient alors non libre. L’un des indices les plus sûrs permettant de prouver le statut d’un tenancier devant la cour royale est précisément le type de corvées exercé par ce dernier13. Le maintien d’une force de travail conséquente devient une nécessité économique de premier ordre pour les moniales de Caen, au moment où elles décident de revenir au faire-valoir direct pour la gestion de certains de leurs manoirs. Les enquêtes jouent alors un rôle majeur : elles constituent pour l’abbesse un outil aidant à la prise de décision, afin d’évaluer et de sélectionner les manoirs les plus profitables, et par conséquent les plus intéressants à transférer en gestion directe. L’absence d’exhaustivité des enquêtes devient porteuse de sens : la rationalité réside sans doute davantage dans la sélectivité des données mesurables fournies que dans leur exhaustivité. La mesure du réel qui intervient dans ces documents ne doit donc pas seulement être perçue en termes symboliques. De façon très concrète, les enquêtes permettent aux abbesses de Caen d’obtenir une vision d’ensemble de l’espace qu’elles dominent, et, au final, d’organiser cet espace de la façon la plus rationnelle possible.

  • 14 Sur ces questions, voir notamment J. L. Nelson, « Literacy in Carolingian Government », The Uses o (...)

12Cette façon particulière d’appréhender le réel, par la description, constitue enfin une mesure très précise des pratiques culturelles des abbesses et moniales de Caen et de leur insertion dans le monde aristocratique anglo-normand de leur temps. Les religieuses sont manifestement familières de cette technique particulière de l’écrit administratif, qui témoigne de leur appartenance aux milieux les plus éclairés de l’Europe des xiie-xiiie siècles. Le recours à l’inventaire est en effet un marqueur de statut social, qui situe l’abbaye au plus proche du pouvoir royal anglo-normand : selon le moment de leur rédaction, chacune des enquêtes de La Trinité correspond précisément aux prescriptions du temps du Domesday Book, de celui d’Henri Ier, ou reflète les exigences de la bureaucratie tatillonne d’Henri II. Plus largement, l’attention scrupuleuse que les abbesses de Caen portent au dénombrement et à l’ordonnancement de leurs biens les situe sur le même plan que les grands seigneurs monastiques anglais des xiie-xiiie siècles, instigateurs d’enquêtes en tous points similaires (à Ramsey, Glastonbury, Shaftesbury, etc.). La façon dont le réel y est décrit et mis en ordre est par ailleurs indissociable de la literacy des religieuses, entendu dans son sens le plus large, et la mesure du monde que ces dernières proposent dans les enquêtes est étroitement liée à cette culture littéraire et savante, qu’elles sont capables de mobiliser à des fins pratiques14.

  • 15 Cambridge, University Library, Ii. vi. 24.

13Nous détenons de nombreux indices de cette culture littéraire des religieuses de Caen ; nous n’en retiendrons, pour conclure, qu’un exemple, contemporain des visites d’Eudes Rigaud et de la réalisation de la jurée de 1257. Dans un manuscrit aujourd’hui conservé à Cambridge15, les religieuses ont transcrit – ou fait transcrire – des annales et des chroniques qui se situent à la pointe de l’écrit en langue vernaculaire de leur temps. Au moment où l’abbaye s’occupe par ailleurs de mesurer avec minutie l’espace qu’elle domine – grâce à la technique de l’enquête –, ce manuscrit dénote quant à lui un souci de la mesure du temps, dans le contexte politique troublé qui entoure le traité de Paris (1259). Se situer dans l’espace, mais aussi dans le temps, constitue alors un enjeu crucial pour une abbaye au temporel partagé de part et d’autre de la Manche : l’évaluation de cette situation, à la fois par le recours à l’écrit administratif et à l’écrit savant et littéraire, est jugée nécessaire par les religieuses, afin de se situer dans ce nouvel univers politique et de se projeter vers le futur. La mesure doit ainsi être conçue comme un tout, irréductible à ses aspects strictement quantifiables et indissociable de l’usage que les acteurs ont pu en avoir, à un moment donné, dans une institution donnée.

Notes

1 Eudes Rigaud, Regestrum visitationum archiepiscopi Rothomagensis, éd. T. Bonnin, Rouen, 1852, p. 94, 261, 575.

2 Série A, vers 1110-1120 ; séries B-C, vers 1170 ; série D, vers 1200-1223/4 ; jurée de 1257 ; série E, vers 1306. Les séries A, B-C, D et E sont éditées : M. Chibnall, Charters and Custumals of the Abbey of Holy Trinity, Caen, Oxford, 1982 (Records of Social and Economic History, New Series, 5) ; J. Walmsley, Charters and Custumals of the Abbey of Holy Trinity Caen. Part 2 : the French Estates, Oxford, 1994 (Records of Social and Economic History, New Series, 22).

3 Un censier normand du xiiie siècle. Le Livre des Jurés de l’abbaye Saint-Ouen de Rouen, éd. D. Angers, C. Bébéar, H. Dubois, Paris, 2001, p. 73.

4 Sur ces questions, voir : Écrire, compter, mesurer. Vers une histoire des rationalités pratiques, dir. N. Coquery, F. Menant, F. Weber, Paris, 2006.

5 Pour un aperçu de ces difficultés, voir : Chibnall, Charters…, op. cit. n. 2, p. xxix-liv ; Walmsley, Charters…, op. cit. n. 2, p. 4-26.

6 Les ouvrages de Robert Fossier et de Paul Harvey constituent des points de comparaison éclairants : R. Fossier, Polyptyques et censiers, Turnhout, 1978 (Typologie des sources, 28) ; P. D. A. Harvey, Manorial Records, Londres, 1999 (British Records Association. Archives and the User, 5).

7 M. M. Postan, « The Chronology of Labour Services », Transactions of the Royal Historical Society, 4e série, 20 (1937), p. 169-193, ici p. 183.

8 Sur ce point, voir Chibnall, Charters…, op. cit. n. 2, p. lii-liii.

9 N. Vincent, « Why 1199? Bureaucracy and Enrolment under John and his Contemporaries », English Government in the Thirteenth Century, éd. J. A. Jobson, Woodbridge, 2004, p. 17-48.

10 Invenimus quod ibi sunt lxv moniales, nec est ibi certus numerus monialium statutus […]. Nesciunt quantum habent in redditibus, et dicunt quod plus debetur eis quam debeant, nec sciunt statum monasterii ; tamen, abbatissa computat in camera sua coram aliquibus annatis, et refertur computus in capitulo, coram omnibus, et dixerunt quod hec eis bene sufficiunt (Eudes Rigaud, Regestrum…, op. cit. n. 1, p. 94).

11 Sur l’ensemble des points soulevés dans cette partie, voir : C. Letouzey-Réty, Écrit et gestion du temporel dans une grande abbaye de femmes anglo-normande : la Sainte-Trinité de Caen ( xie-xiiie siècle), doct. d’histoire, dir. L. Feller, D. Bates, Univ. Paris 1-Univ. de Londres, 2011.

12 Jocelin de Brakelond, Chronicle of the Abbey of Bury Saint Edmunds, éd. H. E. Butler, Londres, 1949, p. 29.

13 C. Dyer, Making a Living in the Middle Age : The People of Britain, 850-1520, Londres, 2002, p. 119-137.

14 Sur ces questions, voir notamment J. L. Nelson, « Literacy in Carolingian Government », The Uses of Literacy in Early Medieval Europe, éd. R. McKitterick, Cambridge, 1990, p. 258-296 ; J.-P. Devroey, Puissants et misérables. Système social et monde paysan dans l’Europe des Francs ( vie-ixe siècles), Bruxelles, 2006, p. 597.

15 Cambridge, University Library, Ii. vi. 24.

Auteur

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne LAMOP (CNRS, UMR 8589)

© Éditions de la Sorbonne, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540