Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mesure et histoire médiévale

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Mesurer l’espace

Mesurer la Terre sainte

Mesures de l’espace et cartographie de l’Orient latin, du ixe au xve siècle

Emmanuelle Vagnon-Chureau

Résumé

Les représentations cartographiques de la Terre sainte dans le monde latin médiéval sont liées à une pratique de l’espace – les pèlerinages, les croisades – mais aussi à une étude attentive des textes bibliques dans lesquels la mesure de l’espace est évoquée. C’est d’abord le cas d’une carte peu connue du ixe siècle, à vocation exégétique, en relation avec un commentaire du livre de Josué et un traité sur les unités de mesure d’après Isidore de Séville. Les modes d’organisation et de mesure de l’espace sacré au xiiie siècle, à travers l’exemple de Burchard du Mont Sion, sont ensuite comparés avec la cartographie marine qui se développe en Méditerranée à la même époque. Enfin, la carte quadrillée de Terre sainte, attribuée au cartographe Pietro Vesconte (début xive siècle), est l’exemple de l’application d’un système de mesure performant, reproduit et adapté jusqu’au xvie siècle.

Cartographical representations of the Holy Land in the Latin medieval world are linked to the use of space in the pilgrimages and the Crusades as well as to the close study of those passages in Biblical texts where measurements of space are mentioned. First of all there is the case of a little-known map dating from the 9th century employed in exegesis, together with a commentary on the Book of Joshua and with a treatise on units of measurement, based on Isidor of Seville. The modes of organization and of measurement of sacred space, with the example of Burchard of Mount Sion, are then compared with Marine Cartography which was developed in the Mediterranean at the same time. Finally the grid map of the Holy Land, which is attributed to the cartographer Pietro Vesconte (beginning of the 14th century), is the example of the application of a successful system of measure, which was reproduced and adapted until the 16th century.

Texte intégral

1Les représentations cartographiques de la Terre sainte, depuis le haut Moyen Âge, témoignent du rapport complexe entre le commentaire de la Bible et l’expérience d’un territoire. La définition même de la Terre sainte pose des problèmes de mesure de l’espace : dans un sens large, il s’agit de l’espace géographique où se déploient les différents événements de la Bible, de l’Ancien et du Nouveau Testament. Selon les cas, cet espace peut s’étendre jusqu’à l’Égypte. Au sens strict, la Terre sainte est la Terre promise ; offerte à Moïse et son peuple après l’Exode. Or, dès les premières descriptions, l’évaluation correcte des mesures et des distances de ce territoire apparaît comme un enjeu majeur dont il convient d’expliquer ici les différents niveaux de sens.

  • 1 Cette idée est reflétée par exemple par le titre d’un congrès international de la cartographie : I (...)

2L’idée de mesure de l’espace est normalement associée à l’idée de cartographie, à partir du moment où une carte est une représentation graphique, à une échelle réduite, d’une portion de territoire, et qu’elle implique une notion de distances et d’orientation1. Or, les cartes médiévales sont loin de posséder toutes une échelle de distances, et ont bien d’autres fonctions que le simple compte rendu topographique (en particulier des fonctions historiques ou politiques). Cela ne va pas de soi non plus lorsqu’il s’agit d’établir une carte historique, qui rende compte de lieux et d’événements d’un récit biblique lui-même étalé sur plusieurs millénaires, et dont on a perdu la trace dans le paysage contemporain.

  • 2 P. Gautier Dalché, « Cartes de Terre sainte, cartes de pèlerins », Tra Roma e Gerusalemme nel Medi (...)

3Les raisons de cartographier la Terre sainte sont multiples. On peut d’abord évoquer un effort raisonné d’explication et de compréhension des textes bibliques, dans lesquels de très nombreux noms de lieux sont mentionnés. D’autre part, les cartes peuvent être un outil d’aide au pèlerin, associé aux nombreux guides et descriptions de la Terre sainte depuis l’Antiquité tardive2. Or, la première fonction des pèlerinages en Terre sainte est justement de retrouver dans la réalité topographique les traces de l’Histoire sainte, de vérifier et de connaître par l’expérience les lieux des Écritures. À plus forte raison, les cartes attestent-elles la position des lieux mais rendent aussi visibles une réalité passée, qui n’existe plus dans le paysage contemporain, et que le pèlerin serait bien en peine de vérifier par l’expérience. La fonction pratique du texte et de la carte comme aide au pèlerin s’efface devant la fonction mémorielle et même théophanique de la description de la Terre sainte, du fait de la rupture physique avec une terre promise autrefois, et n’existant plus que dans la mémoire chrétienne. L’écrit se substitue à l’expérience vécue, rend compte d’une réalité géographique devenue inaccessible dans l’espace mais aussi dans le temps.

4Dès lors, dans cette restitution de la réalité géographique et historique, le sens de la mesure est essentiel, car il est le garant d’une authenticité fondée à la fois sur l’exégèse et sur l’expérience. La première démarche, exégétique, consiste à revenir aux textes bibliques eux-mêmes et à déterminer précisément la localisation des lieux mentionnés. La deuxième démarche, mémorielle, se sert de la carte comme support d’une restitution, infiniment renouvelable, de l’espace sacré. C’est cette double attitude de vérification par la carte et de processus de mémoire et de reproduction que nous présentons ici, à travers l’étude de quelques descriptions et cartes de la Terre sainte, où l’exacte mesure de réalités topographiques est présentée comme essentielle.

La mesure comme exégèse du texte biblique : un exemple du haut Moyen Âge

  • 3 Itineraria et alia geographica, Turnhout, 1965 (CCSL, 175). J. Richard, Les récits de voyages et d (...)
  • 4 Eusèbe de Césarée, Onomasticon : The Place Names of Divine Scripture, éd. et trad. R. S. Notley, Z (...)
  • 5 Bède le Vénérable, De locis sanctis, éd. I. Fraipont, Turnhout, 1965 (CCSL, 175), p. 251-280 ; Isi (...)
  • 6 Longitudo verum terrae Iudaeae a Dan usque Bersabee praetenditur ab aquiloni plaga in meridiem pro (...)

5Il existe deux principaux types de littérature descriptive de la Terre sainte au Moyen Âge : les « guides » de pèlerinages, situant les vestiges du passé biblique, et les récits de voyage, plus ou moins centrés sur l’expérience individuelle du narrateur, et dont les premiers exemples remontent au ive siècle3. Dans la plupart de ces textes, l’espace de la Terre sainte est décrit de manière linéaire, sous la forme d’un itinéraire : un espace en deux dimensions, d’un point à un autre. Les distances sont données d’une localité à une autre, avec souvent la mention de la direction à suivre, et des indications sur les événements associés à chaque lieu saint. La description se fait de proche en proche, sans vue d’ensemble. On trouve par ailleurs, dès l’Antiquité tardive, une littérature descriptive et exégétique du Proche-Orient qui remonte aux Pères de l’Église, et dont la fonction est de fournir un guide, non pas tant pratique sur les lieux de pèlerinage qu’un guide de compréhension des Écritures. C’est le premier sens qu’il faut d’abord donner à l’Onomasticon d’Eusèbe de Césarée, traduit en latin par saint Jérôme vers 390 sous le nom de Liber locorum et repris abondamment par la suite4. On trouve certains éléments de description et de mesures dans le De locis sanctis de Bède le Vénérable, et dans les Étymologies d’Isidore de Séville5. C’est en outre dans les commentaires topographiques d’Eucher, évêque de Lyon, que l’on trouve notamment la définition de la Terre sainte de Dan à Bersabée6. Les notions de mesures y sont fréquentes et montrent un souci d’exactitude.

  • 7 Description et bibliographie du manuscrit dans la Base Archive et Manuscrit (catalogue en ligne de (...)

6Si des descriptions et des récits de pèlerinages existent dès le ive siècle, en revanche, nous ne possédons que de très rares documents cartographiques de la Terre sainte pour le haut Moyen Âge. Une carte conservée dans un manuscrit du ixe siècle de la Bibliothèque nationale de France fait exception. Elle illustre un commentaire biblique, d’origine irlandaise, les Pauca problesmata de enigmatibus ex tomis canonicis7. Il s’agit d’un schéma des tribus d’Israël intitulé Figura Terre repromissionis (BNF, lat. 11561, fol. 43v, ixe siècle). Orienté le nord vers le haut, il occupe toute la hauteur de la page. Une ligne orange (le littoral, à l’ouest ?) donne la limite du territoire, tandis que le fleuve Jourdain est représenté avec deux renflements qui correspondent à la mer de Galilée et la mer Morte (mare mortuum). L’espace ainsi délimité est divisé en rectangles selon les tribus d’Israël : à l’ouest du Jourdain, Dan, Neptalim, Afer, Zabulon, la demi-tribu de Manassé, Isachar, Effraim, Benjamin, Juda, Siméon. À l’est du Jourdain, l’autre moitié de la tribu de Manassé, Gad, Ruben. Quelques villes sont signalées, parfois par des formes géométriques en orange : Hierusalem (ibi fuit Hiericho), Cades, Gaulon, Sechim, Rama, Iopen (Jaffa), Ramoth, Galaad, Bossor, Bethleem, Cebron. Le nom des Philistins est aussi indiqué au sud-ouest.

  • 8 Josué 11 (23).
  • 9 Isidore de séville, Étymologies, XV, 15 ; Les constructions et les terres, éd. et trad. J.-Y. Guil (...)

7Ce schéma accompagne un commentaire du livre de Josué (11, 23), où il est question de la conquête de la terre de Canaan par le peuple d’Israël et du partage de cette « terre promise » autrefois à Moïse entre les douze tribus d’Israël8. Le texte biblique décrit la répartition régionale des tribus à l’aide de toponymes et de repères topographiques tels que le Jourdain et certaines montagnes. Le commentaire anonyme associé à la carte est introduit par le titre rubriqué De divisione terre repromissionis. L’unité codi-cologique de la carte et du texte ne font aucun doute : ils sont de la même main et le texte est écrit directement à la suite du schéma, dont l’emplacement sur la page avait été réservé pour cela. Le texte est une définition des mesures inspirée par Isidore de Séville ; il s’agit d’une énumération des équivalences entre différents étalons de mesure, au fondement de la géométrie comme de la géographie : Geometrica Grece terrae mensura interpretatur. Ge enim Grece terra latine, metra mensura… Du plus large au plus local, l’orbe terrestre est divisé en parties, celles-ci en provinces, puis en régions, en lieux, en territoires, en champs, en centuries, en jougs, en climats. Puis on passe aux mesures de longueur (fol. 43) : climata in actus, perticas, passus, gressus, cubitos, pedes, palmos, untices, digitos diviserunt. Les équivalences entre ces mesures sont données une à une, puis le texte s’achève au folio 43 par une évaluation des dimensions de la Terre sainte et des distances entre différents lieux remarquables9. Le rapprochement du texte et de la carte souligne l’importance de la mesure dans le processus de réalisation de la carte et le problème de la relativité des étalons de mesure selon les époques et les cultures.

  • 10 T. O’Loughlin, « Map and Text : A Mid-Ninth-Century Map for the Book of Joshua », Imago Mundi, 57 (...)
  • 11 C. Delano-Smith, E. Morley Ingram, Maps in Bibles, 1500-1600 : An Illustrated Catalogue, Genève, 1 (...)

8Quelle est la fonction d’un tel schéma et du texte qui l’accompagne ? Quel est le « problème » rencontré qui justifie l’usage d’une carte ? Selon l’analyse d’O’Loughlin10, le livre de Josué, écrit à l’époque de la captivité de Babylone, est lui-même une description idéalisée, à six siècles de distance, d’un espace politique où se seraient établis les ancêtres du peuple d’Israël, les douze tribus. Cette description contient des contradictions par rapport à d’autres livres de la Bible, qui sont dues à cette distance avec les faits et à cette volonté d’affirmation politique et ethnique sur un territoire dont la possession serait justifiée par le texte sacré. Dès lors, la position du commentateur médiéval est délicate face à ces contradictions : comment synthétiser des informations géographiques qui manquent de cohérence ? La carte provient de l’aporie de la description textuelle et de l’espoir qu’un schéma, comme chacun sait, saura mieux faire comprendre la situation que n’importe quel long discours. On estime d’ordinaire que ce n’est qu’avec l’exégèse protestante du xvie siècle que l’on rencontre des cartes bibliques, issues d’une démarche philologique, historique, archéologique mettant en question la cohérence interne et la construction des textes de l’Ancien Testament11. On peut néanmoins se demander si l’auteur du croquis de la Terre sainte au ixe siècle n’a pas déjà adopté une démarche critique originale en soumettant le texte à l’évidence du schéma géographique.

  • 12 O’Loughlin, « Map and Text… », loc. cit. n. 10, p. 17-18.
  • 13 P. Gautier Dalché, « Eucher de Lyon, Iona, Bobbio : Le destin d’une mappa mundi de l’antiquité tar (...)

9Notons enfin que le texte des Pauca problesmata ainsi que la carte ont des liens avec le monachisme missionnaire irlandais du viiie siècle, ce qui est attesté par la mention de « cités du refuge » que l’on ne trouve que dans la tradition exégétique et juridique irlandaise12. Ce document invite à s’interroger sur l’usage des cartes dans ce contexte religieux et savant. La démarche d’exégèse par la carte n’est pas unique dans le contexte intellectuel irlandais. Un autre document cartographique mieux connu, lié au Liber locorum de saint Jérôme (British Library, Add. 10049, fol. 64v), a été récemment mis en relation avec les héritiers de saint Colomban et d’Eucher de Lyon, selon une filiation textuelle qui les relie au monastère de Bobbio et, de là, au mouvement monastique irlandais13.

  • 14 Notons que, dans le commentaire de la carte de la Terre sainte du ms. lat. 11561, est mentionné Éz (...)

10Dans les deux cas, les documents cartographiques sont les supports d’un commentaire de la Bible et d’une compréhension de l’espace où l’Histoire sainte se situe14. Le premier document reflète une nécessité d’exégèse, une compréhension intellectuelle soutenue par un schéma, dans le contexte d’un passage de l’Ancien Testament difficile à interpréter, pour tenter d’en élucider la cohérence. Le deuxième document vient de la nécessité d’un outil géographique explicatif, plongeant ses racines dans la culture géographique antique et païenne, et témoigne de sa transmission dans un contexte d’évangélisation.

Ordonner la description géographique : mesures et reproduction de la carte

  • 15 Gautier Dalché, « Cartes de Terre sainte… », loc. cit. n. 2, p. 586-592 ; E. Vagnon, « Géographie (...)
  • 16 Sur l’apparition des cartes marines dès le xiie siècle, P. Gautier Dalché, Carte marine et portula (...)
  • 17 Cette question est évoquée en dernier lieu par Ramon Pujades, qui s’interroge sur le lien entre l’ (...)

11Le xiiie siècle est particulièrement important dans l’histoire des descriptions de la Terre sainte et de la cartographie du Proche-Orient, dans un contexte d’implantation déjà ancienne des Latins en Terre sainte, et de fin de croisades, avec la recrudescence des projets stratégiques de reconquête des États latins d’Orient mais aussi de positionnement durable des ordres mendiants dans l’organisation des pèlerinages outre-mer15. C’est à la même époque que se développe en Méditerranée l’usage de nouvelles techniques de navigation et de mesure de l’espace maritime, illustrées dans les cartes marines, dont les plus anciennes mentions remontent au xiie et au xiiie siècle16. Un certain prototype de cartes de Terre sainte se généralise alors, dont il existe plusieurs dizaines de versions en Occident entre le xive et le xvie siècle, manuscrites ou imprimées. Ces cartes témoignent de l’intention de mesurer l’espace de la Terre sainte afin d’y placer avec précision les lieux saints, et introduisent la notion importante de reproductibilité de la carte à différentes échelles. Il convient de s’interroger ici sur le rapport entre ces différentes représentations de l’espace fondées sur un rapport mesurable entre l’espace réel et l’espace représenté17.

  • 18 J. M. C. Laurent, Peregrinationes Medii Aevi quatuor, Leipzig, 1884, p. 1-100 ; S. de Sandoli, Iti (...)

12Frère dominicain d’origine germanique, Burchard du Mont Sion parcourt la Terre sainte après le second concile de Lyon de 1274. Sa description a été rédigée entre 1280 et 1283 et l’un des manuscrits comportait une carte, aujourd’hui perdue18. L’auteur expose au début de son œuvre des préoccupations de vérification, de mémoire et d’exégèse biblique. Pour Burchard, les Évangiles sont remplis des noms de lieux et des événements qui s’y sont déroulés. La description est là pour apporter à ceux qui ne peuvent voyager un équivalent textuel du pèlerinage réel. Le principal objectif énoncé plusieurs fois par l’auteur est de faciliter la compréhension des Écritures.

  • 19 Éd. J. M. C. Laurent, p. 20 : Advertens autem quomodo possem hec utiliter decribere, ita ut possen (...)
  • 20 Pour Aryeh Graboïs (« Christian Pilgrims… », loc. cit. n. 18, p. 290), ces axes correspondent aux (...)
  • 21 Firenze, Biblioteca Medicea Laurenziana, Plut. lat. LXXVI, 56, fol. 94-101v. Je développe l’analys (...)
  • 22 Burchard donne les distances en lieues, celles qui étaient en usage en Terre sainte (« lieues ultr (...)

13Or, la description procède d’une manière unique en son genre, selon un schéma géométrique rigoureux. Les sites de l’Histoire sainte sont placés selon des subdivisions correspondant aux quatre puis douze « vents du ciel » (venti celi), rayonnant à partir d’un point central, choisi pour son importance dans la géographie politique contemporaine : Acre, la capitale des États latins au xiiie siècle, qui n’appartient pas traditionnellement à la Terre sainte, et non Jérusalem, la capitale biblique19. La description suppose un effort d’abstraction qui est précisément celui qu’implique la démarche cartographique et qui fait la véritable originalité de l’œuvre de Burchard du Mont Sion20. Pourtant, la seule carte médiévale directement reliée au texte ne rend nullement compte de l’organisation géométrique en étoile, ni de l’importance de la ville d’Acre21. En revanche, une légende, portée sur la carte elle-même, concerne les distances représentées sur la carte (en « lieues d’outre-mer ») et leur équivalence dans un autre système de mesure (les milles) : Et est leuca ultramarina duo miliaria apud nos. Cela indique tout d’abord que l’auteur de la carte est sensible au problème du rapport entre l’échelle de la carte et les distances réelles ; cela rappelle en outre que la description de Burchard du Mont Sion fut utilisée par des voyageurs de différentes origines régionales, utilisant des unités de distances variées : lieues ou milles, dont la valeur pouvait changer d’un endroit à l’autre22.

  • 23 Carte Pisane, manuscrit sur vélin, 48 × 103 cm, CPL GE B-1118 (RES), en ligne [http://expositions. (...)
  • 24 Sur la différence entre la rose des vents des marins et la rose des vents antiques, cf. P. Gautier (...)

14Y a-t-il une parenté entre le système descriptif de Burchard du Mont Sion et la cartographie nautique médiévale, apparue à la même époque en Méditerranée ? Le point commun est le système de lignes rayonnantes (lignes de vents ou « rhumbs »), ainsi que le souci systématique de l’échelle de la carte et donc de mesure de distances linéaires (le long d’une ligne) et angulaires (par rapport à la direction donnée par la boussole). Sur la fameuse carte « Pisane », conservée à la Bibliothèque nationale de France23, la cité d’Acre est justement mise en valeur par le point de rencontre du réseau de lignes rayonnantes et par la présence d’une croix rouge. Malgré leurs points communs, les deux systèmes descriptifs comportent de notables différences. Burchard du Mont Sion utilise ici la rose des vents dans un contexte terrestre et non maritime (sa description ne s’étend pas à la mer ni à ses îles). Ce ne sont d’ailleurs pas les seize vents des navigateurs, mais les douze vents antiques qui sont utilisés, et l’expression quatuor plagis celi est une référence au vocabulaire de l’astronomie savante inspirée d’Aristote, ce qui témoigne de la culture universitaire du dominicain, par opposition aux habitudes des marins24.

  • 25 Marino Sanudo Torsello, Liber secretorum fidelium crucis super Terrae Sanctae recuperatione et con (...)
  • 26 On cite pour cela la carte du Moyen-Orient de Hamd Allah Mustawfi, connue seulement dans une copie (...)

15Un autre type de carte, dont le contenu est proche de la description de Burchard, a la particularité de présenter un quadrillage fondé sur un système de mesure. Celui-ci n’est pas sans rapport, lui aussi, avec l’univers intellectuel des cartes marines. Les plus anciens exemplaires datés appartiennent en effet à un ensemble de cartes réalisées par le cartographe génois Pietro Vesconte, auteur de cartes marines, pour le projet de croisade de Marino Sanudo et la chronique de Paulin de Venise, vers 132125. Des hypothèses sur une origine arabe ou chinoise de cette carte, comme pour les cartes marines ou la boussole, ne sont pas impossibles, mais n’ont donné lieu à aucune démonstration convaincante, d’autant plus que les cartes données en exemple (et qui ne concernent pas le Proche-Orient) sont à peu près contemporaines de ces cartes quadrillées occidentales de la Terre sainte ou postérieures26.

  • 27 B. Degenhart, A. Schmitt, « Marino Sanudo und Paolino Veneto. Zwei Literaten des 14. Jahrhunderts (...)

16La carte repose sur un système de description rigoureux établissant un canevas de référence avec deux orientations principales simplifiées, N/S et E/O (en réalité, un peu oblique par rapport aux axes cardinaux). Il ne s’agit pas de coordonnées en latitudes et longitudes, mais d’un système de références géographique avec des secteurs principaux, désignés par des lettres ABCD, et des carrés de dimensions égales où sont placés les toponymes. Les lettres et les carrés sont repris dans la description textuelle qui accompagne la carte selon un système qui rappelle, pour nous, le jeu de la bataille navale, mais qui évoque aussi et surtout les carrés d’un échiquier. Et ce n’est certainement pas un hasard si plusieurs des manuscrits qui contiennent cette carte contiennent aussi un traité du jeu d’échecs, répandu dans les milieux franciscains et dominicains au xiiie siècle, et sa représentation27.

  • 28 Vagnon, Cartographie et représentations occidentales…, op. cit. n. 21, chap. 2.
  • 29 Fra Giovanni di Fedanzola da Perugia (c. 1330), Descriptio Terrae Sanctae (Ms. Casanatense 3876), (...)

17Cette carte quadrillée a connu un succès important, comme en témoignent sa description et sa reproduction dans d’autres œuvres28. La description de Fra Giovanni Fedanzola da Perugia apporte un nouvel éclairage sur l’utilisation de cartes de Terre sainte dans le cadre des pèlerinages organisés par les Franciscains à partir de 1333, et sur la réception du Liber secretorum fidelium crucis quelques années seulement après sa présentation au pape Jean XXII29. Le texte est conservé dans un seul manuscrit daté du xive siècle d’après son écriture (Rome, Biblioteca Casanatense, ms. 3876). L’auteur se présente à deux endroits du texte comme étant ministre de la province franciscaine de Terre sainte. On connaît ses fonctions d’inquisiteur jusqu’en 1328 et sa présence en Avignon à la cour du pape en 1327. La description de la Terre sainte de Giovanni da Fedanzola a donc probablement été rédigée entre 1328 et 1333 (et même 1331). On peut donc imaginer qu’elle avait pour fonction d’aider les Franciscains à préparer et encadrer les pèlerinages ; ceux-ci étaient en effet rendus de nouveau possibles après l’interruption des années 1291-1333, suite à la chute d’Acre et à la disparition complète des États latins d’Orient.

  • 30 Ibid., p. 2.
  • 31 Ibid., p. 114 : Infrascripta tabula est ad inveniendum loca Terre Sancte in prescripto libro, secu (...)

18Giovanni di Fedanzola expose lui-même sa méthode et ses objectifs. Sa description s’appuie tout d’abord sur « divers traités », dont il est allé vérifier sur place les informations en effectuant lui-même plusieurs fois le pèlerinage. De plus, il s’est fait aider par des spécialistes de la Bible et des guides juifs, chrétiens ou sarrasins pour repérer les lieux saints de l’Ancien et du Nouveau Testament. Il s’est efforcé enfin de visiter tous les lieux qu’il décrit, ou du moins de les apercevoir de loin pour en certifier la position géographique30. La description est divisée en deux parties. La première (chap. 1 à 29, fol. 1-41v) décrit la Terre sainte selon une grille de lecture. La deuxième partie est un itinéraire de Nazareth à Jérusalem et Bethléem (chap. 30 à 44, fol. 42-66v). Enfin, un index des noms de lieux est disposé à la fin du manuscrit31.

  • 32 Ibid., 1-2 : Primo namque ponam longitudinem et latitudinem dicte terre ; demum dividam eam in equ (...)

19Nous retrouvons dans la première partie la méthode exposée par Marino Sanudo dans le Liber secretorum fidelium crucis. L’espace de la Terre sainte, entre « Dan et Bersabée », est divisé en carrés dont chaque côté mesure une lieue (soit deux milles italiens)32. L’auteur insiste longuement sur l’utilisation de cette grille de lecture et sur ses avantages pour guider les pèlerins ; il y ajoute des précisions supplémentaires concernant les distances des lieux saints par rapport à Jérusalem.

  • 33 Ibid., 1-3 : Postea incipiam in primo spatio sive ordine dictarum leucarum, ex parte orientali, pr (...)

Puis je commencerai dans le premier espace, c’est-à-dire dans la première ligne de ces lieues du côté de l’orient, avançant du nord au sud ; et je situerai chaque lieu notable dans son espace et dans son carré, en indiquant les pèlerinages et les faits notables accomplis à cet endroit. Et bien que l’on puisse définir les distances entre les lieux sacrés et les autres par le moyen des dits espaces et carrés, cependant, pour plus de clarté, j’indiquerai principalement ces distances par rapport à Jérusalem, ce qui semblera plus commode.
Ensuite, j’avancerai dans l’ordre précédent des espaces en commençant toujours par le nord pour avancer vers le sud33.

20Et plus loin :

  • 34 Ibid., 30-1, p. 74, prologue de la deuxième partie concernant la description de Jérusalem : Sciend (...)

Il faut savoir que par les situations des lieux, tels qu’ils ont été placés par espace et par carré, s’ils sont observés avec subtilité, tout homme peut facilement parvenir à déterminer les distances entre tous ces lieux, afin que pour les pèlerins, en outre, à travers cette description, apparaisse la route la meilleure et la plus courte pour faire le pèlerinage à travers les lieux usuels et habituels, et par-dessus tout à Jérusalem34.

  • 35 Il est cité par Reinhold Röhricht dans la liste de manuscrits contenant des cartes de Terre sainte (...)
  • 36 Bibl. Apost. Vaticana, Vat. lat. 3851, fol. 4-14, notamment fol. 4-5v.
  • 37 Ibid., fol. 5v : Et sic una leuca comprehendit duo miliaria maritima, quatuor autem miliaria marit (...)

21On retrouve également une description de la carte quadrillée de Terre sainte dans un texte méconnu, inséré dans un recueil de descriptions, de récits ou de lettres évoquant la situation de l’Orient latin au xiiie siècle35. Un passage décrit une carte de la Terre sainte quadrillée, dans des termes presque semblables à ceux de Marino Sanudo36. L’auteur se réfère explicitement à une carte quadrillée qu’il décrit, et non à une description rédigée. De plus, il ajoute sa propre évaluation des distances en convertissant les lieues en milles marins et milles alémaniques ; ce qui est un indice d’une origine germanique de l’auteur. Bien plus, il donne l’initiale de son nom, N, et dit explicitement qu’il tient ces informations d’une tabula qu’il a recopiée au monastère du Mont Sion, à Jérusalem, où un modèle de cette carte devait sans doute être tenu à la disposition des pèlerins de passage37. C’est donc un autre usage de ce quadrillage qui apparaît dans la postérité remarquable de cette carte : celui de la reproduction à l’infini et à différentes échelles du modèle grâce au quadrillage.

  • 38 Oxford, Bodleian Library, Douce 389. K. Nebenzahl, Maps of the Holy Land, Images of Terra Sancta t (...)
  • 39 J. Fischer, De Cl. Ptolemaei Vita operibus Geographia, Leyde, 1932 ; S. Gentile, Firenze e la scop (...)

22Ce prototype a pu ainsi servir de modèle à plusieurs cartes de pèlerins, par exemple la grande carte attribuée à William Wey, chanoine anglais qui raconte son voyage en Terre sainte effectué entre 1458 et 1462 et accorde une grande importance au relevé des distances qu’il consigne sous forme de liste38. Enfin, la reproduction effective de ces cartes apparaît dans leur utilisation dans le contexte de la Géographie de Ptolémée, aux côtés des tabulae modernae, des cartes modernes ajoutées au texte et aux cartes antiques dans les copies manuscrites et les éditions imprimées de Nicolas Germanus, Henricus Martellus, Francesco Berlinghieri et leurs successeurs39.

23Ainsi, le souci de la mesure traverse toute l’histoire de la cartographie mais revêt une importance particulière lorsqu’il s’agit de la représentation d’un espace sacré. Dans ce contexte, la carte géographique de la Terre sainte revêt plusieurs fonctions conjointes. Heuristique et exégétique, la carte permet d’établir plus clairement les localisations proposées par la Bible ; historique, elle permet de confronter toponymie ancienne et moderne ; pratique, elle permet au pèlerin de préparer son voyage ; iconique, elle remplace l’expérience du paysage réel. La mesure et le rapport d’échelle entre l’espace réel et l’espace représenté apparaissent comme un moyen d’accès à une certaine vérité. Nous avons vu que ces usages de la carte de Terre sainte sont perceptibles dès le ixe siècle. Néanmoins, c’est un nouveau rapport critique au texte sacré dans le contexte de la Réforme qui explique le développement de la cartographie de la Terre sainte à l’époque moderne. Au xvie et surtout au xviie siècle (mais à des rythmes variables selon les auteurs), les toponymes sont différenciés selon les époques et non juxtaposés dans le même espace. La fonction de la carte comme icône rendant sensible la réalité de l’espace sacré se double alors d’une analyse historique et philologique du texte biblique.

Figure 1 — Schéma de la répartition des tribus d’Israël en Terre sainte (ixe siècle), Paris, BNF, lat. 11561, fol. 43v

Figure 2 — Détail des lignes de vents autour de la ville d’Acre sur la carte marine, dite « Carte Pisane », et échelle de distances (fin xiiie ou début xive siècle), Paris, BNF, Cartes et plans, GE B-1118 (RES)

Figure 3 — Carte quadrillée de Terre sainte, attribuée au cartographe génois Pietro Vesconte (vers 1330), extraite du Liber secretorum fidelium crucis de Marino Sanudo, Bruxelles, Bibliothèque royale, Ms. 9404-9405, fol. 173v-174

Notes

1 Cette idée est reflétée par exemple par le titre d’un congrès international de la cartographie : Imago et Mensura mundi, éd. C. Clivio Marzoli, C. Pellegrini, G. Ferro, Florence, 1985.

2 P. Gautier Dalché, « Cartes de Terre sainte, cartes de pèlerins », Tra Roma e Gerusalemme nel Medioevo. Paesaggi umani ed ambientali del pellegrinaggio meridionale, éd. M. Oldoni, Salerne, 2005, p. 573-612.

3 Itineraria et alia geographica, Turnhout, 1965 (CCSL, 175). J. Richard, Les récits de voyages et de pèlerinages, Turnhout, 1981 (Typologie des sources du Moyen Age occidental, 38) ; M.-C. Gomez-Géraud, Le crépuscule du grand voyage : les récits des pèlerins à Jérusalem, 1458-1612, Paris, 1999.

4 Eusèbe de Césarée, Onomasticon : The Place Names of Divine Scripture, éd. et trad. R. S. Notley, Z. Safrai, Leyde, 2005.

5 Bède le Vénérable, De locis sanctis, éd. I. Fraipont, Turnhout, 1965 (CCSL, 175), p. 251-280 ; Isidore de Séville, S. Isidori Hispalensis episcopi Etymologiae, PL 82, Paris, 1850. Isidori Hispalensis episcopi Etymologiarum sive Originum libri XX, éd. W. M. Lindsay, Oxford, 1911, en ligne [http://www.hs-augsburg.de/].

6 Longitudo verum terrae Iudaeae a Dan usque Bersabee praetenditur ab aquiloni plaga in meridiem producta, Eucherius, De situ Hierusolimae epistula ad Faustum presbyterum, éd. I. Fraipont, Turnhout, 1965 (CCSL, 175), p. 235-243, ici p. 239.

7 Description et bibliographie du manuscrit dans la Base Archive et Manuscrit (catalogue en ligne de la BNF), voir la notice d’Emmanuelle Vagnon et Marie-Pierre Laffitte (2011). Le microfilm a été numérisé et est visible sur Gallica [ark :/12148/btv1b90668240]. G. Mac Ginty, Inter Pauca Problesmata de enigmatibus ex tomis canonicis. Praefatio et Libri de pentateucho Moysi, Turnhout, 2000 (CCCM, 173). L’édition de Mac Ginty s’arrête quelques lignes avant le commentaire de Josué dont il est question ici (fol. 41v). Sur l’origine irlandaise du manuscrit, voir B. Bischoff, « Turning-Points in the History of Latin Exegesis in the Early Middle Ages », Biblical Studies : The Medieval Irish Contribution, éd. M. MacNamara, Dublin, 1976 (Proceedings of the Irish Biblical Association, 1), p. 74-160 ; J. F. Kelly, « A Catalogue of Early Medieval Hiberno-Latin Biblical Commentaries (II) », Traditio, 45 (1989), p. 393-434.

8 Josué 11 (23).

9 Isidore de séville, Étymologies, XV, 15 ; Les constructions et les terres, éd. et trad. J.-Y. Guillaumin, P. Monat, Besançon, 2004, p. 25-28, avec quelques différences notables : dans le texte d’Isidore, les mesures ne sont pas mises en rapport avec la géométrie ni la géographie, et il n’y a pas d’allusion à la Terre sainte. La définition de la géométrie comme originaire d’Égypte et son étymologie grecque se trouvent dans les Étymologies, III, 10 (PL 82, 161). Les Questions sur l’Ancien Testament d’Isidore de Séville portent également sur la division de la Terre promise dans le livre de Josué (PL 83, 377-378), mais ce n’est pas le même texte. Eucher de Lyon propose aussi des explications sur les mesures utilisées dans la Bible, mais elles n’ont rien de commun avec notre texte. Sancti Eucherii Lugdunensis Opera Omnia, éd. C. Wotke, Prague-Vienne-Leipzig, 1894 (CSEL, 31) : Instructionum, lib. II de Mensuris, p. 159.

10 T. O’Loughlin, « Map and Text : A Mid-Ninth-Century Map for the Book of Joshua », Imago Mundi, 57 (2005), no 1, p. 7-22.

11 C. Delano-Smith, E. Morley Ingram, Maps in Bibles, 1500-1600 : An Illustrated Catalogue, Genève, 1991.

12 O’Loughlin, « Map and Text… », loc. cit. n. 10, p. 17-18.

13 P. Gautier Dalché, « Eucher de Lyon, Iona, Bobbio : Le destin d’une mappa mundi de l’antiquité tardive », Viator, 41 (2010), p. 1-22 ; Étude de deux cartes du manuscrit de saint Jérôme, dir. Id., Turnhout, à paraître.

14 Notons que, dans le commentaire de la carte de la Terre sainte du ms. lat. 11561, est mentionné Ézéchiel pour les mesures du temple de Salomon. L’exégèse de ce passage d’Ézéchiel a donné lieu à de nombreux commentaires médiévaux, accompagnés de schémas qui ne sont pas sans rapport avec notre texte, notamment par Richard de Saint-Victor au xiie siècle (ms. lat. 3438) et Nicolas de Lyre (xive siècle), voir Nicolas de Lyre, franciscain du xive siècle, exégète et théologien, éd. G. Dahan, Turnhout, 2011.

15 Gautier Dalché, « Cartes de Terre sainte… », loc. cit. n. 2, p. 586-592 ; E. Vagnon, « Géographie et stratégies dans les projets de croisade », Les Projets de croisade et leurs objectifs ( xiiie- xviie siècle), Actes du colloque international, Paris, 12-13 juin 2009, éd. D. Baloup, J. Paviot, Toulouse, sous presse.

16 Sur l’apparition des cartes marines dès le xiie siècle, P. Gautier Dalché, Carte marine et portulan au xiie siècle. Le Liber de existencia riveriarum et forma maris nostri Mediterranei, Rome, 1995.

17 Cette question est évoquée en dernier lieu par Ramon Pujades, qui s’interroge sur le lien entre l’évolution de l’enseignement des mathématiques en Italie au xiiie siècle et l’apparition des cartes marines. La réponse à cette question mérite de plus amples recherches, voir R. Pujades I Bataller, « Exploración económica y aprehensión intelectual del espacio en la baja edad media y el Renacimiento : el potencial informativo de la cartografía y los textos técnicos de carácter geográfico para los historiadores de la economía », Dove va la storia economica ? (Where is Economic History Going ?). Atti della Quarantaduesima Settimana di Studi 18-22 aprile 2010, éd. F. Ammannati, Florence, 2011, p. 263-288.

18 J. M. C. Laurent, Peregrinationes Medii Aevi quatuor, Leipzig, 1884, p. 1-100 ; S. de Sandoli, Itinera Hierosolymitana crucesignatorum, t. 4, Tempore regni Latini extremo (1245-1291), Jérusalem, 1978-1985, p. 119-220 ; A. Graboïs, « Christian Pilgrims in the Thirteenth Century and the Latin Kingdom of Jerusalem : Burchard of Mount Sion », Outremer. Studies presented to Joshua Prawer, Jérusalem, 1982, p. 285-296. T. Kaeppeli, « Burchardus de Barby sive de Monte Sion », Scriptores ordinis praedicatorum Medii Aevi, Rome, 1970, t. 1, p. 257-260 ; Gautier Dalché, « Cartes de Terre sainte… », loc. cit. n. 2, p. 586-592.

19 Éd. J. M. C. Laurent, p. 20 : Advertens autem quomodo possem hec utiliter decribere, ita ut possent a legentibus imaginatione facili comprehendi, cogitavi centrum aliquod in ea ponere et circa illud totam terram modo debito ordinare. Et ad hoc elegi civitatem Achonensem, tanquam plus aliis notam. Que tamen non est in medio, sed in occidentali eius fine supra mare sita. Et ab ipsa protraxi quatuor lineas, quatuor mundi partibus respondentes, et quamlibet quartam divisi in tria, ut responderent duodecim divisiones iste duodecim ventis celi, et in singulis divisionibus posui civitates et loca in scripturis magis nota, ut singulorum locorum situs et dispositio posset de facili reperiri ad quam partem mundi esset collocata.

20 Pour Aryeh Graboïs (« Christian Pilgrims… », loc. cit. n. 18, p. 290), ces axes correspondent aux principales routes rayonnant à partir de la capitale du royaume croisé. Pourtant, cette idée n’est pas conforme à ce que Burchard du Mont Sion explique ; d’autre part, cette explication est infiniment réductrice par rapport à l’ambition de l’auteur.

21 Firenze, Biblioteca Medicea Laurenziana, Plut. lat. LXXVI, 56, fol. 94-101v. Je développe l’analyse de cette carte dans ma thèse : E. Vagnon, Cartographie et représentations occidentales de l’Orient méditerranéen, du milieu du xiiie à la fin du xve siècle, doct. d’histoire, Univ. Paris 1, 2007, chap. 2 ; à paraître, Turnhout, 2013.

22 Burchard donne les distances en lieues, celles qui étaient en usage en Terre sainte (« lieues ultramarines »), par opposition aux milles utilisés en Italie. Nous retrouvons la même équivalence d’une lieue pour deux milles (italiens) dans la description de Fra Fedanzola da Perugia, cf. infra.

23 Carte Pisane, manuscrit sur vélin, 48 × 103 cm, CPL GE B-1118 (RES), en ligne [http://expositions.bnf.fr/marine/gallica/]. R. Pujades I Bataller, « The Pisana Chart : Really a Primitive Portolan Chart made in the 13th Century ? », Autour de l’exposition : l’âge d’or des cartes marines, 3-4 décembre 2012, éd. C. Hofmann, E. Vagnon, à paraître dans Cartes et géomatique, 2013.

24 Sur la différence entre la rose des vents des marins et la rose des vents antiques, cf. P. Gautier Dalché, « Pere Marsili, une carte majorquine (1313) et l’ardua controversia des vents », Itineraria, 5 (2006), p. 153-169.

25 Marino Sanudo Torsello, Liber secretorum fidelium crucis super Terrae Sanctae recuperatione et conservatione, éd. J. Bongars, Gesta Dei per Francos, t. 1, Hanovre, 1611, p. 1-284 ; rééd. J. Prawer, Jérusalem-Toronto, 1972. Marino Sanudo, The Book of the secrets of the Faithful of the Cross, tr. anglaise P. Lock, Londres, 2011 (Crusade texts in translation, 21). Gautier Dalché, « Cartes de Terre sainte… », loc. cit. n. 2, p. 592-603.

26 On cite pour cela la carte du Moyen-Orient de Hamd Allah Mustawfi, connue seulement dans une copie du xvie siècle (British Library, Add. 16736, fol. 143v-144). J. Needham, Science and civilisation in China, Cambridge, 1954-1959, t. 3, p. 564-565. G. R. Tibbets, « First Use of a Graticule », The History of Cartography, éd. J. B. Harley, D. Woodward, t. II1, Cartography in the Traditional Islamic and South Asian Societies, Chicago-Londres, 1994, p. 150, n. 64, et fig. 6.13. Deux cartes quadrillées de la Chine sont données en exemple : l’une aurait été réalisée en 1315 par le géographe Chu Ssu-Pên, puis améliorée en 1555 par Lo Hung-Hsien (fig. 231) ; la deuxième est un schéma comportant un quadrillage sur lequel sont disposés les noms de villes ou de tribus. Elle daterait de 1329. La plus ancienne carte chinoise comportant un quadrillage topographique daterait de 1136, contrairement à la date antérieure donnée par Joseph Needham (ibid., p. 553-554). C. D. K. Yee, « Cartography in China », The History of Cartography, éd. J. B. Harley, D. Woodward, t. II2, Cartography in the Traditional East and Southeast Asian Societies, Chicago-Londres, 1994, p. 124 et n. 89.

27 B. Degenhart, A. Schmitt, « Marino Sanudo und Paolino Veneto. Zwei Literaten des 14. Jahrhunderts in ihrer Wirkung auf Buchillustrierung und Kartographie in Venedig, Avignon und Neapel », Römisches Jahrbuch für Kunstgeschichte, 14 (1973), p. 43.

28 Vagnon, Cartographie et représentations occidentales…, op. cit. n. 21, chap. 2.

29 Fra Giovanni di Fedanzola da Perugia (c. 1330), Descriptio Terrae Sanctae (Ms. Casanatense 3876), éd. U. Nicolini, R. Nelli, S. de Sandoli, Jérusalem, 2003 (Studium Biblicum Franciscanum, Collectio Maior, 43).

30 Ibid., p. 2.

31 Ibid., p. 114 : Infrascripta tabula est ad inveniendum loca Terre Sancte in prescripto libro, secundum numerum facierum ipsius libri. In nomine Domini, Amen.

32 Ibid., 1-2 : Primo namque ponam longitudinem et latitudinem dicte terre ; demum dividam eam in equalia spatia et quadra, dando unicuique quadro unam leucam, idest duo miliaria italica, in utraque divisione ; et ponam Ierusalem, sicut stat, in tertia parte istarum leucarum ex parte australi. Cf. supra la description sur la carte de Florence associée à Burchard du Mont Sion.

33 Ibid., 1-3 : Postea incipiam in primo spatio sive ordine dictarum leucarum, ex parte orientali, procedendo a septentrionali parte in australem ; et assignabo quemlibet notabilem locum in suo spatio et quadro situatum, cum suis peregrinationibus et notabilibus rebus ibidem factis. Et licet per dicta spatia aut quadra possint connici distantie sacrorum locorum et aliorum ab invicem, tamen ad maiorem declarationem ponam ipsas distantias maxime per respectum ad Ierusalem, ubi comode videbitur expedire. Et postea procedam sic in ordinibus spatiorum predictorum consequenter se habentium, semper videlicet resumendo ordinem vel spatium a parte septentrionali et procedendo in austrum.

34 Ibid., 30-1, p. 74, prologue de la deuxième partie concernant la description de Jérusalem : Sciendum est autem quod situationes predictorum locorum per spatia et quadra, sicut ponantur superius, si subtiliter inspiciantur, potest homo ad notitiam distantiarum omnium predictorum locorum ab invicem faciliter pervenire, ut autem peregrinantibus preter predictam descriptionem via melius et brevius pateat peregrinandi quoad comunia loca et consueta, maxime usque Ierusalem.

35 Il est cité par Reinhold Röhricht dans la liste de manuscrits contenant des cartes de Terre sainte. R. Röhricht, Bibliotheca geographica Palestinae, Berlin, 1890, p. 598-604.

36 Bibl. Apost. Vaticana, Vat. lat. 3851, fol. 4-14, notamment fol. 4-5v.

37 Ibid., fol. 5v : Et sic una leuca comprehendit duo miliaria maritima, quatuor autem miliaria maritima faciunt unum miliarium alamanicum, secundum hanc tabulam quam ego N. peregrinus in Jerusalem repinxi in sancto monte Syon. Marino Sanudo lui-même fit reproduire les cartes de son traité de croisade. A. Magnocavallo, Marino Sanudo il Vecchio e il suo progetto di crociata, Bergame, 1901, p. 151.

38 Oxford, Bodleian Library, Douce 389. K. Nebenzahl, Maps of the Holy Land, Images of Terra Sancta through Two Millenia, New-York, 1986, p. 50-52 ; The Itineraries of William Wey, Fellow of Eton College, to Jerusalem, A. D. 1458 and A. D. 1462 ; and to Saint James of Compostella, A. D. 1456, from the Original Manuscript in the Bodleian Library, éd. A. Way, Londres, 1857 ; P. Arad, « Pilgrimage, Cartography and Devotion : William Wey’s Map of the Holy Land », Viator, 43 (2012), no 1, p. 1-22.

39 J. Fischer, De Cl. Ptolemaei Vita operibus Geographia, Leyde, 1932 ; S. Gentile, Firenze e la scoperta dell’America. Umanesimo e geografia nel’400 Fiorentino, Florence, 1992 ; J.-M. Besse, Les grandeurs de la Terre. Aspects du savoir géographique à la Renaissance, Paris, 2003, p. 111-148 ; P. Gautier Dalché, La Géographie de Ptolémée en Occident ( ive-xvie siècle), Turnhout, 2009. Sur Berlinghieri, voir R. Almagià, « Osservazioni sull’opera geografica di Francesco Berlinghieri », Archivio della reale deputazione romana di storia patria, 68 (1945), p. 211-255 ; R. Bessi, Umanesimo volgare : studi di letteratura fra tre e quattrocento, Florence, 2004, surtout le chap. 6 : Appunti sulla Geographia di Francesco Berlinghieri, p. 323-335.

Table des illustrations

Légende Figure 1 — Schéma de la répartition des tribus d’Israël en Terre sainte (ixe siècle), Paris, BNF, lat. 11561, fol. 43v
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/28614/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 369k
Légende Figure 2 — Détail des lignes de vents autour de la ville d’Acre sur la carte marine, dite « Carte Pisane », et échelle de distances (fin xiiie ou début xive siècle), Paris, BNF, Cartes et plans, GE B-1118 (RES)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/28614/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Légende Figure 3 — Carte quadrillée de Terre sainte, attribuée au cartographe génois Pietro Vesconte (vers 1330), extraite du Liber secretorum fidelium crucis de Marino Sanudo, Bruxelles, Bibliothèque royale, Ms. 9404-9405, fol. 173v-174
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/28614/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 299k

Auteur

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne LAMOP (CNRS, UMR 8589)

© Éditions de la Sorbonne, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540