Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mesure et histoire médiévale

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Mesurer l’espace

Géographie de la mesure et ordre cosmique dans le Liber de mensura orbis terrae de Dicuil (825)

Nathalie Bouloux

Résumé

Le Liber de mensura orbis terrae (825) de l’Irlandais Dicuil vise à établir la longueur et la largeur exactes de chaque province du monde, reflet de l’ordre cosmique. Ces mesures sont fournies par les textes géographiques antiques, qui, croyait-on, conservaient l’entreprise systématique d’inventaire du monde par les Romains. Dicuil discute la valeur de la Diuisio orbis, qui transmettrait selon lui l’opération de mesure du monde réalisée sous les ordres de l’empereur Théodose, et celle de l’Histoire naturelle de Pline. Après avoir discuté les problèmes relatifs à l’exactitude des chiffres, il décrit les provinces de l’orbis, ce qui le conduit à affronter les insuffisances des sources. En proposant ses propres calculs, Dicuil parachève l’œuvre des Romains. Ce traité, réalisé dans l’entourage du nouvel empereur chrétien, est significatif de l’association entre géographie et mesure.

The Irishman Dicuil’s Liber de mensura orbis terrae (825), mirroring the cosmic order, aims at establishing the exact length and the breadth of each province of the world. These measurements were found in geographical texts from the Ancient World which were believed to have conserved the results of a systematic inventory of the world undertaken by the Romans. Dicuil examines the Diuisio orbis, which he believed recorded a survey of the world ordered by the Emperor Theodosius, and Pliny’s Natural History. After considering the problem of the exactitude of the figures given, he describes the provinces mentioned in the orbis, which leads him to confront the insufficiencies of the sources. He then proceeds to do some computations of his own, thus putting the finishing touches to the work of the Romans. This treatise, the work of a member of the entourage of the new Christian emperor, is a significant example of the connection between geography and measurement.

Texte intégral

  • 1 De situ orbis libri duo, éd. R. Quadri, Padoue, 1974.
  • 2 Dicuil, Liber de mensura orbis terrae, éd. J. J. Tierney, Dublin, 1967 (Scriptores Latini Hibernia (...)
  • 3 P. Gautier Dalché, « Tradition et renouvellement dans la représentation de l’espace géographique a (...)
  • 4 M. Mund-Dopchie, Ultima Thulé : histoire d’un lieu et genèse d’un mythe, Genève, 2009. Texte comme (...)

1Le Moyen Âge a laissé peu de traités géographiques autonomes avant le xive siècle. Deux d’entre eux ont été réalisés au ixe siècle : le De situ orbis1, écrit par un moine anonyme qui l’a dédicacé au roi Charles le Chauve, et le Liber de mensura orbis terrae de l’Irlandais Dicuil, composé en 825 alors qu’il était probablement maître de grammaire à l’école palatine2. Ces deux traités sont significatifs de l’intérêt pour la géographie dans la culture carolingienne, lié à l’idéologie de la renouatio imperii. Fondés sur le procédé de la compilation de traités antiques nécessairement dépassés, ils définissent en réalité une nouvelle perception de l’orbis terrarum, adaptée au monde contemporain. Ils se caractérisent en particulier par un intérêt nouveau pour les confins océaniques septentrionaux et occidentaux ; c’est ainsi que le prologue De situ indique l’intention de son auteur : déterminer l’origine des Normands qui déferlent sur l’Empire, en réponse à une interrogation de ses élèves3. L’adaptation du savoir géographique antique aux réalités du monde carolingien s’accompagne d’une ambition nouvelle : améliorer les connaissances acquises de la lecture des textes antiques, ce qui se traduit par l’intérêt pour les informations inédites venues notamment des pérégrinations monastiques. Le traitement relatif à l’île de Thulé, la dernière île de l’océan nord occidental, par Dicuil est représentatif de cet état d’esprit : il discute les données antiques à l’aide des nouveautés rapportées par des moines qui y ont accosté4.

  • 5 A. Van de Vyver, « Dicuil et Micon de Saint-Riquier », Revue belge de philologie et d’histoire, 14 (...)

2Les renseignements issus de l’expérience ne remettent cependant pas en cause les procédés usuels de la géographie. C’est principalement une méthode descriptive, fondée sur l’assimilation d’une culture livresque qui sert de soutènement à l’écriture géographique. C’est nettement le cas du De situ orbis, c’est aussi celui du Liber de mensura orbis terrae, toutefois déterminé par un souci spécifique de la « mesure du monde », comme l’indiquent à la fois le titre et le prologue. L’entreprise géographique de Dicuil doit aussi être replacée dans son activité intellectuelle d’ensemble, où la mesure joue un rôle essentiel. Outre ses traités de grammaire (parmi lesquels un De prima syllaba, un traité de métrique réalisé en 825), il a composé vers 814-816 un Liber de Astronomia ou Computus, exposé des connaissances astronomiques nécessaires au calcul de la date de Pâques, et un Liber Censuum (818), un court traité versifié sur les poids et mesures5. L’activité savante de Dicuil est liée aux préoccupations des souverains carolingiens et de leur entourage : le traité sur le comput a sans doute été composé à la suite d’une assemblée réunie en 809, sur l’ordre de l’empereur, destinée à fixer les méthodes du calcul de la date de Pâques. Le rôle de la mesure dans le Liber de mensura orbis terrae apparaît comme significatif d’une conception de la géographie propre à la culture carolingienne, qu’il convient d’évaluer sur la base d’une étude des objectifs de Dicuil et des méthodes mises en œuvre dans leur réalisation.

Mesure et ordre cosmique

  • 6 Pline lancien, Naturalis historia, II-VI (éd. C. Mayhoff, C. Plinii Secundi Naturalis Historiae l (...)

3En posant la mesure comme principe de la description de l’orbis terrarum, Dicuil s’inscrit dans une double tradition. Les textes géographiques latins utilisent un ordre descriptif systématique : une description du monde doit donner les confronts des régions, organisées les unes par rapport aux autres, ainsi que leurs mesures en longueur (longitudo, le plus souvent selon l’orientation est/ouest) et en largeur (latitudo, le plus souvent selon l’orientation nord/sud) ; leur contenu – éléments naturels, villes, peuples – constitue un second temps de la description. Les livres géographiques de l’Histoire naturelle de Pline fournissent un bon exemple de ce procédé, même si l’auteur ne se borne pas à donner les mesures des régions qu’il décrit6.

  • 7 Martianus Capella, De nuptiis Philologiae VI, 588 : Geometria dicor quod permeatam crebro admensam (...)
  • 8 Servius : Geometria dicitur, cum non tantum terrae, sed et maris et caeli et aeris spatia metiri c (...)

4Que la connaissance des lieux passe par leur mesure originelle est confirmé par le traité de Martianus Cappella, Les noces de Philologie et de Mercure, dont le livre vi est consacré à la géométrie, une des quatre sciences du quadriuium, qu’il définit comme la science de la mesure de la terre7. Cette définition n’est en rien originale ; elle est rappelée dans de nombreux textes8. Or le livre vi des Noces de Philologie et de Mercure est pour l’essentiel une description de l’orbis terrarum, réalisée principalement à partir de l’Histoire naturelle de Pline et fondée pour une part non négligeable sur des mesures. Seules les dernières pages du traité sont réservées à un rappel rapide de définitions de géographie euclidienne. Dicuil ne paraît pas avoir utilisé directement Martianus Capella dans son Liber de mensura orbis terrae, mais l’ouvrage est bien connu dans les écoles carolingiennes et cette conception commune de la géométrie était répandue dans les milieux scolaires : la géométrie, science de la mesure de la terre – conception différente de la géométrie euclidienne qui est, pour l’essentiel, une science de la démonstration –, est indissociablement liée à la description de l’orbis terrarum.

  • 9 C. Nicolet, P. Gautier Dalché, « Les quatre sages de Jules César et la mesure du monde selon Juliu (...)

5D’autres textes formulent, sous un aspect quelque peu différent, cette conception de la mesure comme principe originel de la description du monde, en relation avec une notion fondamentale de la géographie médiévale : l’espace connu a été inventorié et mesuré grâce à la conquête romaine et à sa mise en ordre par la puissance impériale. Deux textes tardo-antiques, la Cosmographia de Julius Honorius (ve-vie siècles) et son remaniement entre le ve et le viiie siècle par un auteur connu sous le nom de Pseudo-Aethicus décrivent le monde sous la forme d’un inventaire des objets géographiques classés selon les points cardinaux. D’après le prologue, l’ensemble de l’orbis terrarum a été mesuré par quatre « géomètres » envoyés par l’empereur romain (César). Certes, la Cosmographia, tant dans sa version originelle que dans son remaniement, ne propose aucune mesure (sauf pour les fleuves). Mais elle a contribué à la diffusion de l’idée que la connaissance parfaite qu’avaient les Anciens de l’orbis terrarum était liée à la maîtrise du monde par les armes de Rome et que cette connaissance était garantie par l’autorité impériale9.

  • 10 Diuisio orbis terrarum, éd. A. Riese, Geographi latini minores, Heilbronn, 1878, p. 15-20 ; daté s (...)
  • 11 N. Lozovsky, « Roman Geography and Ethnography in the Carolingian Empire », Speculum, 81 (2006), p (...)
  • 12 Cf. article 75 de l’Admonitio generalis, qui prescrit d’utiliser des mesures justes et égales sur (...)
  • 13 Sap. 11. 21. Sur les rapports entre géométrie et conception du cosmos, voir E. A. Zaitsev, « The M (...)
  • 14 Anonymus ad Cuimnanum : ars arithmetica et geometrica omnem rem ad numerum et mensuram facit const (...)

6Or cette notion se trouve également dans l’œuvre de Dicuil. Il explique dans le prologue du Liber de mensura orbis terrae s’être fondé pour l’essentiel sur un texte appelé Diuisio orbis terrarum10, qui est constitué d’une liste des provinces de l’orbis terrarum définies par leurs confronts et accompagnées de leurs mesures. Le manuscrit dans lequel Dicuil consulte le traité contient également un court poème, qu’il insère dans le De mensura orbis et qu’il présente comme une célébration de l’entreprise géographique de l’empereur Théodose. Ces vers se réfèrent de fait à une carte du monde reproduite et améliorée sous l’ordre de Théodose II (que Dicuil confond avec Théodose Ier), mais ce n’est pas ainsi que Dicuil les interprète : pour lui, la Diuisio orbis n’est pas la description d’une carte, célébrée dans le poème comme une œuvre remarquable, mais le texte même écrit par les missi de l’empereur. Le terme missus, utilisé dans le poème pour désigner ceux qui ont entrepris la révision de la carte, est certainement pour lui l’équivalent des missi dominici du souverain carolingien. La perfection des mesures de la Diuisio est renforcée par l’idée implicite que, réalisées par les envoyés de l’empereur, elles sont nécessairement certifiées11. Décrire le monde en prenant pour principe la mesure, sur la base d’un texte rare, que Dicuil pense être une réalisation voulue et certifiée par l’empereur Théodose, s’accorde avec l’association implicite entre pouvoir impérial carolingien et mesure juste du monde, thème d’ailleurs repris dans de nombreux articles de capitulaires consacrés aux poids et mesures12 : l’ordre terrestre garanti par l’empereur est de la sorte le reflet de l’ordre cosmique voulu par Dieu. Au fondement de cette conception du cosmos, un verset biblique rappelle que Dieu a disposé toute chose selon la mesure, le nombre et le poids, ce qui s’accorde avec la conception de la géométrie comme science de la mesure de l’espace13. Cette notion d’un cosmos créé sur la mesure et le nombre apparaît en outre souvent liée à la géométrie et à l’arithmétique, notamment chez les grammairiens, dans leurs exposés relatifs aux arts libéraux14. Cet arrière-plan idéologique de l’entreprise géographique de Dicuil, qui vit et travaille dans l’entourage du souverain carolingien, est sous-jacent à la réalisation du traité, dont il convient d’examiner en détail le projet tel qu’il est défini dans le prologue.

Le projet de Dicuil

  • 15 Gautier Dalché, « Tradition et renouvellement… », loc. cit. n. 3, p. 124-125.
  • 16 Dicuil, Liber de mensura…, op. cit. n. 2, p. 44.

7Le Liber de mensura orbis terrae, tel qu’il nous est parvenu, ne paraît pas avoir reçu une forme définitive : il semble écrit au jour le jour ; le traité se transforme à mesure de la découverte de nouvelles sources et de la prise de conscience des difficultés de l’écriture géographique15. De ce point de vue, le prologue, qui définit exactement le dessein initial, permet d’évaluer la distance entre le projet et sa réalisation16.

  • 17 Ibid., prologue, p. 44.

8Puisque Dicuil entreprend de donner les mesures relatives à l’orbis terrarum se pose une double question : où les trouver et comment être certain de leur exactitude ? Dans son prologue, il annonce l’utilisation de deux sources essentielles dont il discute la valeur : l’Histoire naturelle de Pline l’Ancien et la Diuisio orbis terrarum. La difficulté provient de la différence entre les mesures fournies par les deux textes, ce qui exige d’établir une hiérarchie d’autorité. D’un côté, l’Histoire naturelle, par sa plus grande ancienneté et par son statut de « grande autorité », devrait être considérée comme la plus fiable. Mais les manuscrits de l’Histoire naturelle contiennent des erreurs, dues à la transmission des textes : « Les exemplaires de l’Histoire naturelle de Pline l’Ancien, examinés par mes soins sont très corrompus par les copistes des derniers temps17. » La question de la fiabilité de Pline, du point de vue des mesures, est conçue comme d’ordre philologique. La Diuisio orbis terrarum, plus récente, est, comme il a été montré ci-dessus, certifiée par son origine impériale et les missi qui en sont à l’origine « ont accompli leur œuvre avec plus de souci de la vérité que les Anciens ». Elle est par essence plus certaine dans ses mesures que le texte de Pline, déparé par les fautes de copie. Mais si elle fournit les mesures les plus sûres, elle doit néanmoins être confrontée aux données pliniennes. Dicuil ajoute en effet que lorsque le texte de Pline est d’évidence corrompu, il laissera un espace blanc, à charge pour les lecteurs qui disposeraient d’un meilleur manuscrit de le compléter, tandis que lorsque l’erreur est seulement de l’ordre du possible, il convient alors de donner la mesure plinienne, même si elle est différente de celle de la Diuisio et malgré la plus haute autorité de cette dernière.

  • 18 Ibid., III, 3, p. 56.

9Le plan indiqué par le prologue, auquel Dicuil s’est tenu, est significatif. Le traité est organisé en neuf parties. Les premières sont consacrées à la description des grandes divisions de l’orbis terrarum : Europe, Asie, Afrique, auxquelles est ajoutée une quatrième partie sur l’Égypte et l’Éhiopie, qui vient de la difficulté à rattacher cette région du monde à l’Asie ou à l’Afrique. Ce premier ensemble s’achève par une partie consacrée à la longueur et à la largeur de l’orbe terrestre et trouve sa cohérence dans la phrase de conclusion : « ici s’achève la mesure de la terre18 ». Le poème trouvé dans le manuscrit contenant la Diuisio sert de transition avec la suite du traité, dédiée pour l’essentiel aux objets géographiques (fleuves, îles, montagnes) et à une curieuse partie consacrée aux mesures de la mer Tyrrhénienne (pour lui la Méditerranée).

  • 19 Gautier Dalché, « Tradition et renouvellement… », loc. cit. n. 3, p. 127.

10La description des grandes régions de l’orbis terrarum est principalement, comme l’indique le prologue, fondée sur la Diuisio orbis terrarum et les livres géographiques de l’Histoire naturelle de Pline l’Ancien, qui lui permettent de suivre parfaitement le projet d’une géographie de la mesure. Dans le reste de l’ouvrage, la part de la géographie descriptive devient plus importante, les mesures moins nombreuses et moins systématiques. La nécessité de proposer au lecteur « une remise en ordre de la représentation du monde » qui vise à adapter les connaissances anciennes au monde moderne explique cette évolution19. Elle a eu pour conséquence la multiplication des sources d’informations : principalement les Collectanea rerum memorabilium de Solin, les Étymologies d’Isidore de Séville, le chapitre géographique des Histoires contre les Païens d’Orose, l’adaptation de la Périègèse de Denis par Priscien le Grammairien (vie siècle) et la Cosmographia de Julius Honorius. Ces textes utilisent de manière moins systématique la mesure, ce qui peut également expliquer l’hésitation croissante de Dicuil entre une géographie descriptive et une géographie de la mesure qu’il convient cependant de ne pas opposer de manière systématique tant elles sont complémentaires. L’analyse de détail de certains passages du Liber de mensura orbis terrae permettra d’évaluer l’attitude intellectuelle de Dicuil dans la mise en œuvre de son projet.

Mesures, apories et perfectionnement de l’héritage antique

  • 20 Pas tout à fait cependant, puisqu’il se livre à un réagencement discret mais significatif de l’ord (...)
  • 21 Certaines mesures attribuées à Pline sont parfois fautives (par rapport au texte que nous utilison (...)
  • 22 Certains nombres lus dans Pline ont été mal compris par Dicuil : à propos de la longueur de l’Afri (...)
  • 23 Ibid., VI, 1, p. 58 : Iuxta Plinium Secundum numerorum loca quae in prologo praedixi relinquere ua (...)

11Les premières parties du traité reprennent presque mot pour mot la Diuisio orbis terrarum20. À partir de la description de la Gaule Chevelue, Dicuil confronte selon un procédé systématique les mesures de la Diuisio à celles lues dans Pline. Il se borne à signaler quand elles sont concordantes ou au contraire différentes, sans trancher21. Dans cette partie du traité, il fait une utilisation particulière de l’Histoire naturelle de laquelle il n’extrait que les renseignements chiffrés en relation avec ce qu’il lisait dans la Diuisio22. Cette sélection opérée dans le texte de Pline peut être interprétée comme une confirmation de l’importance de la juste mesure dans ses recherches. La confrontation des textes fait émerger l’incertitude qu’il livre à la communauté des savants carolingiens pour que les progrès réalisés dans l’établissement du texte plinien permettent de déterminer les erreurs, même si, contrairement à ce qu’il annonce dans le prologue, il a lui-même complété son texte, sans doute à l’aide d’un autre manuscrit de Pline découvert en cours d’écriture23. La rédaction de cette partie du traité l’a vraisemblablement confronté à la difficulté de l’exercice, liée aux problèmes de la transmission des textes et au caractère incomplet de ses sources.

  • 24 Ibid., VIII, 8, p. 90.

12Que l’erreur dans la mesure soit à ses yeux principalement d’ordre philologique est confirmé par certaines de ses remarques. À propos du périmètre de la Sicile, il s’étonne du nombre fourni par Isidore de Séville, qu’il juge sous-estimé, sans doute par rapport à ce qu’il a lu chez Pline. Il suppose non une erreur d’Isidore, mais des copistes, et propose une correction24.

  • 25 Pour les savants médiévaux, une difficulté (tous n’en sont pas conscients) dans la description du (...)
  • 26 Dicuil, Liber de mensura…, op. cit. n. 2, VI, 21, p. 64.
  • 27 Ibid., VII, 36, p. 82 : De latitudine Gangis fluminis et Euphratis quam in isto libro [Solin] scri (...)

13À cela, il faut ajouter l’insuffisance des textes. Dicuil note qu’il manque dans la Diuisio orbis terrarum deux provinces, l’Afrique tripolitaine et l’Afrique cyrénaïque, qu’il connaît puisqu’elles sont mentionnées par Pline et par Orose25. Il ne dispose pourtant d’aucune indication de mesure qui aurait pu suppléer la Diuisio. Des remarques du même ordre ponctuent l’écriture du traité, comme à propos du Nil où il reconnaît ne pas pouvoir donner une mesure de sa latitudo26, ou lorsqu’il écrit, à propos du Gange et de l’Euphrate : « J’ai des doutes sur la largeur du Gange et de l’Euphrate que l’on trouve dans ce livre, je me tais27. » L’incomplétude des sources l’empêche de réaliser parfaitement le programme qu’il s’est fixé.

14Erreurs de copie et manques des sources apparaissent dans le cours de la réalisation du traité, Dicuil se livrant à une lecture attentive et critique des textes, ce qui explique, au moins en partie, l’orientation vers une géographie plus descriptive. La conscience de l’insuffisance de ses sources l’a également conduit à les compléter et à la dépasser, sur la base d’informations nouvelles insérées dans le traité. C’est notamment le cas du passage sur Thulé, signalé en introduction, auquel il faut ajouter des informations relatives à l’Égypte et au Nil, provenant d’un moine. Autre exemple : il complète la liste des fleuves, qui lui vient pour l’essentiel de la Cosmographia de Julius Honorius, par le Rhin et le Rhône, ce qui montre son intérêt pour les réalités de l’espace carolingien. Il peut donner une mesure de la longueur du Rhin, mais pour le Rhône, il laisse un espace blanc après le nom du fleuve, dans l’espoir qu’il pourra être comblé par lui ou par un autre. Cette volonté de compléter les textes qu’il lit est plus manifeste dans la partie qu’il a intitulée « De la largeur de la mer Tyrrhénienne », où il tente de calculer des mesures de largeur permettant au lecteur de se faire une idée concrète de ses dimensions.

Calcul de la latitudo de la Méditerranée

  • 28 Les mesures de la latitudo de la Méditerranée sont présentées d’est en ouest.

15Dicuil commence par une évaluation de la longueur de la mer Méditerranée (longitudo, dimension est/ouest). Ne disposant pas de données chiffrées, il se borne à noter que des îles de Gades (Gibraltar) à la côte syrienne, la Méditerranée a une plus grande longueur que celles de l’Europe et de l’Afrique : autrement dit, elle s’étend au-delà des côtes européennes et africaines. Pour la largeur (latitudo, dimension nord/sud), il propose quatre estimations qu’il a réalisées lui-même, à partir de ses sources, en quatre endroits différents : en Méditerranée orientale ; entre l’Afrique et l’Italie (une première fois au niveau du détroit de Messine, puis entre l’Afrique, la Sardaigne et l’Italie) ; entre l’Afrique et l’Espagne (au niveau de Gibraltar), c’est-à-dire aux extrémités de la Méditerranée et en son centre28.

  • 29 Ibid., VIII, 1, p. 88. Il complète cette estimation en donnant les dimensions de Chypre et de la C (...)
  • 30 Ibid., VIII, 18, p. 94. Les mesures en largeur et en longueur sont reprises de Solin (23, 13).

16La première de ces estimations est fondée sur les mesures que donne la Diuisio orbis terrarum pour la Syrie. Celle-ci commence à l’Asie mineure, s’achève à l’Égypte, ce qui lui donne une dimension nord/sud équivalente à la largeur de la Méditerranée en cet endroit29. Le détroit de Gibraltar est quant à lui bien connu grâce aux sources30. En revanche, il ne dispose d’aucune donnée chiffrée pour la latitudo au centre de la Méditerranée, qu’il va s’efforcer de calculer lui-même. Dans la géographie antique et médiévale, décrire une île, qui par définition n’a pas de confronts, revient à en donner les dimensions propres (longueur, largeur et périmètre), et les distances depuis le continent et les îles les plus proches. Dicuil part donc du principe qu’il est possible d’obtenir une évaluation de la dimension de la Méditerranée par un calcul simple, en additionnant les distances maritimes aux mesures des îles. Examinons le calcul relatif au secteur de la Sardaigne et de la Corse. Les mesures de Pline relatives à la Corse et à la Sardaigne constituent son point de départ, que l’on peut résumer dans le tableau suivant :

Mesures de Pline (distances en milles)

  • 31 Gué de Volterra : embouchure de la Cecina, à une cinquantaine de kilomètres de Pise, presque en fa (...)
  • 32 Caralis : Capo Carbonara à l’est de Cagliari.

Corse

Dimension nord/sud

150

Dimension est/ouest

50

Distance du Gué de Volterra31

62

Sardaigne

Dimension du côté nord

125

Dimension du côté ouest

175

Dimension du côté est

188

Dimension du côté sud

77

Distance entre Caralis32 et l’Afrique

200

Distance entre la Corse et la Sardaigne

8

Calcul de Dicuil (distances en milles)

Distance du Gué de Volterra à la Corse

62*

Dimension nord/sud de la Corse

160**

Distance Corse/Sardaigne

8*

Dimension nord/sud de la Sardaigne

40

Distance Sardaigne/Afrique

200*

Total

470

NB : dimension donnée par Pline (*) ou par le manuscrit de Pline consulté par Dicuil (**).

  • 33 Isidore de Séville, Étymologies, XIV, 6, 39, éd. O. Spevak, Paris, 2011, p. 135.

17Ce chiffre de 470 milles est le résultat obtenu par Dicuil pour évaluer la latitudo de la Méditerranée entre le Gué de Volterra (en Italie) et l’Afrique. Il a sélectionné certaines données chiffrées prises chez Pline, sauf pour la dimension nord/sud de la Sardaigne, 40 milles, qui correspond à la mesure de la latitudo fournie par Isidore de Séville33, ce qui mérite discussion.

  • 34 Dans le calcul réalisé par Dicuil, cette mesure est la seule à être mentionnée accompagnée de son (...)
  • 35 Dicuil, Liber de mensura…, op. cit. n. 2, VIII, 7, p. 90 : Sic a Mercurii promuntorio usque ad opp (...)
  • 36 Ibid., VIII, 7, p. 90 : Sed a Lylibeo usque ad Regium non ad septentrionem in directum nauigium po (...)

18L’origine des mesures de la Sardaigne données par Isidore (bien inférieures à celles de Pline) est inconnue. Pourquoi Dicuil utilise-t-il une mesure d’Isidore de Séville alors que toutes les autres viennent de Pline ? Comparons la détermination de l’île de Sardaigne chez Pline et chez Isidore. Dans l’Histoire naturelle, Pline calcule le périmètre de l’île en additionnant la mesure des quatre côtés (à l’est, à l’ouest, au sud, au nord). Isidore donne, lui, l’extension nord/sud (latitudo) et est/ouest (longitudo). Dicuil a donc probablement choisi la mesure d’Isidore parce qu’elle correspondait à la latitudo, c’est-à-dire à une mesure orientée nord/sud, ce qui satisfait son objectif d’évaluer la latitudo de la Méditerranée34. Il a donc sélectionné cette mesure sur un critère d’orientation. Une telle attention à la direction est également perceptible dans le calcul de la distance entre l’Afrique et l’Italie, au niveau de la Sicile. Il ajoute la distance donnée par Pline entre le promontoire de Mercure (Afrique), la distance entre le Pélore et le Lilybée, et la distance entre l’île et la colonne de Rhegium en Italie35. Mais il remarque qu’entre le Lilybée et Rhegium, la mesure suit une direction nord-est et non pas strictement nord, que les textes ne lui donnent pas, et qui correspondrait à la distance entre la Sicile (Lilybée) et l’Italie36.

19L’imperfection des calculs des mesures est bien la conséquence des défauts des textes. Dicuil réfléchissait aussi aux raisons des divergences de mesure en ses textes, pour en apporter des explications parfois géographiques. Dicuil signale les différences entre certaines mesures dans cette région de la Méditerranée. Il précise que la distance entre la Corse et la Sardaigne est de 8 milles chez Pline mais de 20 chez Orose et en donne l’explication : Pline indique la distance entre les promontoires, c’est-à-dire les avancées maximales de la côte dans la mer, tandis qu’Orose fournit la distance entre les côtes. Ces remarques dénotent une réflexion constante sur les sources que Dicuil utilise et d’une conscience aiguë des difficultés à obtenir un ensemble cohérent, qui doit aussi être plus complet que les sources antiques. Or, les espaces du nord-ouest de l’Europe, mal connus des Anciens, méritent d’être mesurés. Selon la même méthode, Dicuil présente un calcul visant à évaluer les mesures de l’île de Bretagne.

  • 37 Ibid., VIII, 23, p. 96 : Sed si alicui tardanti ingenio haec dimensio non satisfecerit, miliaria s (...)
  • 38 Dans le cas de la circonférence de la Bretagne, le recours aux bornes milliaires est précédé d’une (...)

20Cette réalité objective mesurée de l’orbis terrarum doit être comprise des lecteurs, notamment de ceux qui auraient un esprit un peu laborieux. Il est donc conduit à rappeler les équivalences des différentes mesures : un mille et demi (mille romain) équivaut à une lieue (gauloise), c’est-à-dire à douze stades (grec), un stade à 125 pas, un pas à 15 pieds. Il n’y a certes là rien d’original, l’équivalence entre mille romain, stade et lieue était bien connue. Néanmoins, Dicuil invite à deux reprises son lecteur à traduire la mesure qu’il donne en milles romains en la visualisant à l’aide de bornes milliaires37. Chaque borne figurant la fin d’un mille, il suffit de se représenter par l’esprit la succession des pierres milliaires pour concevoir concrètement une image mentale des dimensions de l’espace. Ce souci didactique renforce le caractère concret de sa géographie de la mesure38.

21Le traité de Dicuil s’insère dans une conception complexe de la mesure comme principe de l’ordre cosmique divin, associée à l’idée antique assimilant souveraineté politique et connaissance de l’espace par sa mesure. Cet arrière-plan idéologique, même en partie fondé sur l’interprétation de versets bibliques, n’a pas pour conséquence d’orienter Dicuil vers une méditation abstraite sur le rôle des mesures terrestres. Au contraire, son exposé est entièrement voué à la recherche des mesures exactes des provinces de la Terre, établies sous l’autorité des empereurs romains, transmises par les textes antiques. L’exercice se heurte à des obstacles, dus à la tradition manuscrite et aux erreurs des copistes, à l’insuffisance des textes mêmes les plus fiables et, pour finir, aux contradictions des auteurs eux-mêmes. Cette conscience des difficultés apparaît par des remarques d’ordre philologique ou critique ponctuant l’écriture du traité.

  • 39 Dans leur célébration de l’empire carolingien, certains poètes louent la prééminence des Francs en (...)

22Dicuil n’a pas seulement cherché à rassembler les mesures données par différents textes : il a voulu suppléer en certains points les manques des auteurs, en proposant des calculs permettant d’évaluer concrètement la latitudo de la mer Méditerranée ou l’extension de la Bretagne. De la sorte, il améliorait et parachevait l’enquête des missi de l’empereur romain par l’écriture d’un nouveau traité géographique, comme le nouvel empereur carolingien dépassait par l’étendue de ses conquêtes les anciens empereurs39. Ces calculs, simples en apparence, révèlent une réflexion constante sur le choix des mesures, sélectionnées sur la base de leur exactitude et de leur orientation, ce qui dénote une vision d’ensemble de l’espace de l’orbis terrarum.

  • 40 Un seul est conservé, le BNF, lat. 4806 ; un manuscrit conservé à Dresde a été détruit pendant la (...)
  • 41 Guido de Pise, Liber Guidonis compositus de uariis historiis, éd. M. Campopiano, Florence, 2008, p (...)
  • 42 Luc, 2, 1.

23L’ouvrage de Dicuil n’est connu que d’après trois manuscrits carolingiens, avant d’être à nouveau mis en circulation par les humanistes au xve siècle40. L’idée de la mesure, associée à la délimitation des provinces, comme principe de la description du monde, survit néanmoins aux temps carolingiens : au début du xiie siècle, Gui de Pise l’expose dans la partie géographique de sa compilation historique41 en relation avec le verset de Luc, « un édit de César Auguste parut, ordonnant un recensement de toute la terre42 » ; sur la mappemonde d’Hereford, on lit ce même verset et une inscription qui rappelle que « l’œcumène commença à être mesuré sous Jules César » : l’association entre connaissance de l’espace par la mesure et pouvoir impérial est encore significative vers 1300. D’autres domaines témoignent de la permanence de cette conception de la géographie : la Terre sainte est ainsi, par essence, un espace mesuré.

Notes

1 De situ orbis libri duo, éd. R. Quadri, Padoue, 1974.

2 Dicuil, Liber de mensura orbis terrae, éd. J. J. Tierney, Dublin, 1967 (Scriptores Latini Hiberniae, 6) ; W. Bergmann, « Dicuils De mensura orbis terrae », Science in Western and Eastern Civilization in Carolingian Times, éd. P. L. Butzer, D. Lohrmann, 1993, Bâle-Boston-Berlin, p. 525-536 : M. Sot, « La première Renaissance carolingienne : échanges d’hommes, d’ouvrages et de savoirs », Les échanges culturels au Moyen Age, XXXIIe Congrès de la SHMESP, Paris, 2002, p. 23-40.

3 P. Gautier Dalché, « Tradition et renouvellement dans la représentation de l’espace géographique au ixe siècle », Studi medievali, 24 (1983), p. 121-165.

4 M. Mund-Dopchie, Ultima Thulé : histoire d’un lieu et genèse d’un mythe, Genève, 2009. Texte commenté dans La terre. Connaissance, représentations, mesure au Moyen Âge, dir. P. Gautier Dalché, Turnhout, à paraître (Atelier du médiéviste, 13).

5 A. Van de Vyver, « Dicuil et Micon de Saint-Riquier », Revue belge de philologie et d’histoire, 14 (1935), p. 25-47 ; A. Borst, Die Karolingische Kalenderreform, Hanovre, 1998.

6 Pline lancien, Naturalis historia, II-VI (éd. C. Mayhoff, C. Plinii Secundi Naturalis Historiae libri XXXVII, Leipzig, 1892-1933).

7 Martianus Capella, De nuptiis Philologiae VI, 588 : Geometria dicor quod permeatam crebro admensamque tellurem eiusque figuram, magnitudinem, locum, partes et stadia possim cum suis rationibus explicare, neque ulla sit in totius terrae diuersitate partitio quam non memoris cursu descriptionis absoluam (éd. B. Ferré, Paris, 2007 [Collection des universités de France], p. 9).

8 Servius : Geometria dicitur, cum non tantum terrae, sed et maris et caeli et aeris spatia metiri consueuerit (Commentarius in Uergilii Bucolicon librum, 3, 41, éd. G. Thilo, H. Hagen, Leipzig, 1887, p. 35) ; Cassiodore : Geometria latine dicitur terrae dimensio (Institutiones, II, 6, éd. R. Mynors, Oxford, 1961, p. 150) ; Anonymus ad Cuimnanum (viie siècle) : Geometria interpraetatur terrae mensuratio, quae et ipsa in numero non conpotari non potest (Expositio latinitatis, éd. B. Bischoff, Turnhout, 1992 [CCSL, CXXXIII4 ], cap. 1, l. 157) ; Jean Scot Érigène : Geometria enim dicitur terrae mensura (Annotationes in Marcianum, éd. C. E. Lutz, Cambridge, 1939, VI, 2, p. 131).

9 C. Nicolet, P. Gautier Dalché, « Les quatre sages de Jules César et la mesure du monde selon Julius Honorius : réalité antique et tradition médiévale », Journal des savants, 4 (1986), p. 157-218.

10 Diuisio orbis terrarum, éd. A. Riese, Geographi latini minores, Heilbronn, 1878, p. 15-20 ; daté selon son éditeur d’après 435.

11 N. Lozovsky, « Roman Geography and Ethnography in the Carolingian Empire », Speculum, 81 (2006), p. 325-364, en particulier p. 355-357. En outre, le texte de la Diuisio orbis terrarum commence par ces mots : Orbis diuiditur tribus nominibus : Europa, Asia, Libya uel Africa. Quem diuus Augustus primus omnium per chorographiam ostendit (Diuisio orbis terrarum, op. cit. n. 10, p. 15). Il est repris par Dicuil.

12 Cf. article 75 de l’Admonitio generalis, qui prescrit d’utiliser des mesures justes et égales sur la base de citations bibliques. Autres exemples : De mensuris et ponderibus. Ut aequales mensuras et rectas et pondera iusta et aequalia omnes habeant, siue in ciuitatibus siue in monasterio sunt ad dandum inuicem siue accipiendum, sicut in lege domini praecepta habemus (Collectio Capitularium Ansegisi, ed. G. Schmitz, Hanovre, 1996 [MGH LL Capit., 1], lib. 3, cap. 90, p. 613, l. 11) ; Ut mensura et pondera iusta fiant, sicut in diuinis legibus censitum est et in capitulare dominico continetur et isti sacri conuentus statuerunt, ita omnibus obseruare placet (Appendices ad concilia anni 813, 2, Concordia episcoporum, a. 813, éd. A. Werminghoff, Hanovre-Leipzig, 1906 [MGH LL Conc., II1], Conc. 2, 1, cap. 32, p. 301, l. 8.

13 Sap. 11. 21. Sur les rapports entre géométrie et conception du cosmos, voir E. A. Zaitsev, « The Meaning of Early Medieval Geometry. From Euclid and Surveyors’Manuals to Christian Philosophy », Isis, 90 (1999), p. 522-553. La place de la géométrie dans le quadriuium à l’époque carolingienne dans ses relations avec les traités d’arpentage a été étudiée par B. L. Ullman, « Geometry and the Mediaeval Quadrivium », Studi di bibliografia e di storia in onore di Tammaro De Marinis, t. 4, Vérone, 1964, p. 263-285. L’auteur y démontre de manière convaincante que les traités d’arpentage antiques étudiés à l’époque carolingienne entraient dans le cadre scolaire du quadriuium, dans un objectif de considérations spirituelles sur le monde, sans rapport avéré avec une application pratique.

14 Anonymus ad Cuimnanum : ars arithmetica et geometrica omnem rem ad numerum et mensuram facit constare (Expositio latinitatis, op. cit. n. 8, I, l. 164) ; Clemens Scottus, Ars grammatica, à propos de la géométrie, associée ensuite à l’arithmétique : Haec enim disciplina, licet et caeli et aeris et maris spatia metitur, ex initio sui, id est ex terrae mensura, nomen accepit […] Haec uero ars et supradicta cohaerent inter se, ut una sine altera esse non possit. Arithmetici et geometrici omnem rem numero et mensura constare dicunt (Clementis Ars grammatica, éd. J. Tolkiehn, Leipzig, 1928, p. 6-7).

15 Gautier Dalché, « Tradition et renouvellement… », loc. cit. n. 3, p. 124-125.

16 Dicuil, Liber de mensura…, op. cit. n. 2, p. 44.

17 Ibid., prologue, p. 44.

18 Ibid., III, 3, p. 56.

19 Gautier Dalché, « Tradition et renouvellement… », loc. cit. n. 3, p. 127.

20 Pas tout à fait cependant, puisqu’il se livre à un réagencement discret mais significatif de l’ordre des provinces tel qu’il est présenté dans sa source.

21 Certaines mesures attribuées à Pline sont parfois fautives (par rapport au texte que nous utilisons aujourd’hui), ce qui tient aux manuscrits que Dicuil utilisait. Sur ce point voir l’introduction de l’éditeur : Dicuil, Liber de mensura…, op. cit. n. 2, p. 25.

22 Certains nombres lus dans Pline ont été mal compris par Dicuil : à propos de la longueur de l’Afrique, il lit par exemple « XXXVII. XCIIII » comme étant 37 × 94 : il réalise la multiplication et obtient 3 478 milles (Dicuil, Liber de mensura…, op. cit. n. 2, p. 25-26). Réaliser l’opération plutôt que de recopier tel quel montre néanmoins une lecture critique et active du texte.

23 Ibid., VI, 1, p. 58 : Iuxta Plinium Secundum numerorum loca quae in prologo praedixi relinquere uacua repertis illis suppleui. Sed si quisquis meliora exemplaria inuenerit, uideat, si placuerit, ne piger corrigere fuerit.

24 Ibid., VIII, 8, p. 90.

25 Pour les savants médiévaux, une difficulté (tous n’en sont pas conscients) dans la description du monde sur la base des provinces romaines provient des divers aménagements dans le découpage des provinces réalisés entre le ier siècle av. J.-C. et le ive siècle : la division en provinces de l’Histoire naturelle n’est plus celle des textes géographiques de l’Antiquité tardive, qui ont en général adopté la liste des provinces issues de la réforme de Dioclétien.

26 Dicuil, Liber de mensura…, op. cit. n. 2, VI, 21, p. 64.

27 Ibid., VII, 36, p. 82 : De latitudine Gangis fluminis et Euphratis quam in isto libro [Solin] scripsit dubitans taceo.

28 Les mesures de la latitudo de la Méditerranée sont présentées d’est en ouest.

29 Ibid., VIII, 1, p. 88. Il complète cette estimation en donnant les dimensions de Chypre et de la Crète (VIII, 2).

30 Ibid., VIII, 18, p. 94. Les mesures en largeur et en longueur sont reprises de Solin (23, 13).

31 Gué de Volterra : embouchure de la Cecina, à une cinquantaine de kilomètres de Pise, presque en face de l’île d’Elbe (Pline, III, 21).

32 Caralis : Capo Carbonara à l’est de Cagliari.

33 Isidore de Séville, Étymologies, XIV, 6, 39, éd. O. Spevak, Paris, 2011, p. 135.

34 Dans le calcul réalisé par Dicuil, cette mesure est la seule à être mentionnée accompagnée de son orientation.

35 Dicuil, Liber de mensura…, op. cit. n. 2, VIII, 7, p. 90 : Sic a Mercurii promuntorio usque ad oppidum Regium in margine Italiae situm CCC XXIII passuum et amplius inueniuntur ; soit 180 milles entre le promontoire de Mercure et le Pélore, 142 entre le Pélore et le Lilybée (cette mesure étant celle de son manuscrit de Pline) auxquels il ajoute la latitudo du détroit de Messine, de un mille et demi, ce qui donne bien « 323 milles pas et plus ».

36 Ibid., VIII, 7, p. 90 : Sed a Lylibeo usque ad Regium non ad septentrionem in directum nauigium porrigitur, sed ad Boream mensura declinat ; namque ad septentrionem usque ad Italiam quod milia sunt scriptum non repperi.

37 Ibid., VIII, 23, p. 96 : Sed si alicui tardanti ingenio haec dimensio non satisfecerit, miliaria signa in fine singulorum milium, uerbi causa miliarios lapides, esse fingat in quibus XXX lapidum et DC simpliciter lapides fieri quis dubitabit ? Voir également V, 3, p. 56.

38 Dans le cas de la circonférence de la Bretagne, le recours aux bornes milliaires est précédé d’une autre manière de rendre la mesure intelligible : Dicuil propose d’arrondir le chiffre qu’il vient de donner (3 600 milles) à 4 × 900, ce qui permet, selon lui, de mieux visualiser la circonférence de l’île (ibid., VIII, 23, p. 96).

39 Dans leur célébration de l’empire carolingien, certains poètes louent la prééminence des Francs en relation avec la renouatio imperii, et leur capacité à soumettre de nombreux peuples et régions inconnus des Romains. Cf. Lozovsky, « Roman Geography… », loc. cit. n. 11, p. 349-361.

40 Un seul est conservé, le BNF, lat. 4806 ; un manuscrit conservé à Dresde a été détruit pendant la Seconde Guerre mondiale ; le troisième, également disparu (codex Spirensis), est à l’origine de la tradition humaniste de Dicuil, cf. L. Bieler, « The Text Tradition of Dicuil’s Liber de mensura orbis terrae », Proceedings of the Royal Irish Academy, 64 (1965), p. 1-31.

41 Guido de Pise, Liber Guidonis compositus de uariis historiis, éd. M. Campopiano, Florence, 2008, p. 21.

42 Luc, 2, 1.

© Éditions de la Sorbonne, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540