Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Mesure et histoire médiévale

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Mesurer la production et les échanges

Mesure et quantification au sein de l’acte de produire : l’évaluation des matières premières et des demi-produits de l’industrie du fer (xiie-xvie siècle)

Danielle Arribet-Deroin

Abstract

Les textes sur l’industrie du fer mettent en évidence une manière spécifique, au Moyen Âge et au xvie siècle, de quantifier les matières au cours du processus productif : pour le minerai et les demi-produits, les mesures ordinaires de volume ou de poids étaient délaissées au profit de mesures non explicites. Ainsi, à l’époque du procédé indirect, la durée du travail au haut fourneau et les quantités consommées et produites étaient décomptées en « fondées », périodes de six jours et six nuits, et connues en fonction de ce qu’elles « rendaient » en poids de fer. Dans le cadre du procédé direct, le fer était couramment produit et distribué sous forme de demi-produits (loupes, « esperdites », etc.) dont le poids n’était pas précisé. Ces pratiques permettent d’approcher les savoirs techniques au sein des ateliers et les modes de gestion des forges à fer.

According to the texts that discuss the iron industry between the 12th and the 16th centuries, we learn that during the production process there was a specific way of quantifying material. Where the ore and the semi-finished products were concerned, they used non-explicit systems of measurement rather than conventional measures of weight and volume. During the period of the indirect process, the duration of work at the blast furnace and the quantities consumed and produced was counted in “foundays,” periods of six days and six nights and recorded as a function of what they “gave” in iron weight. During the direct process, the iron was normally produced and distributed in the form of semi-finished products (blooms, “esperdites”) whose weight was not given. These practices allow us a closer view of the technical knowledge found in the workshops and the different ways of managing iron forges.

Testo integrale

1La manière de compter et d’évaluer les matières au sein de l’atelier, et généralement au long du processus productif, depuis les matières premières jusqu’à l’objet fini, est largement inaccessible à l’historien, surtout pour les périodes anciennes. Elle constituait pourtant un élément essentiel du savoir technique, de la pratique des travailleurs et jouait un rôle majeur dans la gestion des entreprises. L’industrie du fer donne l’occasion d’entr’apercevoir cette question à l’époque médiévale et au début de l’époque moderne et de vérifier qu’elle n’a rien d’incongru : il existait une manière spécifique d’évaluer la quantité de minerai ou de fer, qui n’utilisait pas les mesures ordinaires ou explicites, c’est-à-dire se rapportant à des unités de référence, de volume ou de poids, ou à des contenants identifiés.

  • 1 La question de l’acier, produit très spécifique tant du point de vue de la production que de l’uti (...)
  • 2 P. Benoit, « L’eau et le fer : la mécanisation de la sidérurgie », Pour la science, 37 (2003), p.  (...)

2La chaîne opératoire de la fabrication du fer1 se prête bien à ce type de questionnement. Elle est connue par un nombre relativement important de documents écrits et elle ne possède pas la complexité qui caractérise l’élaboration d’autres métaux ou alliages. Par ailleurs, elle subit des changements très significatifs au cours de la période considérée, dus à la succession d’innovations majeures. Au début du Moyen Âge, le procédé direct est utilisé (fig. 1), par lequel le fer est élaboré à partir de minerai dans un bas fourneau. Le Moyen Âge central voit l’application de l’énergie hydraulique au martelage puis à la soufflerie, avant que paraisse le procédé indirect, qui se diffuse dans le nord de la France et jusque dans les îles Britanniques à partir du xve siècle. Désormais, dans les contrées où le procédé est adopté, le fer est élaboré en deux fois, sous forme de fonte au haut fourneau, affinée en fer à l’affinerie2.

Figure 1 — Élaboration des produits ferreux par le procédé direct et le procédé indirect

3Si le fer ouvré, à l’aboutissement des chaînes opératoires, est distribué sous des formes communes aux autres produits du commerce (à l’unité ou au poids, etc.), il arrivait que les demi-produits, issus de chaque séquence de la chaîne opératoire, soient évalués d’une manière spécifique avant leur transformation ultérieure. Ainsi, la question de la quantification au sein du processus productif se confond partiellement avec celle de la quantification des demi-produits, de la forme que leur donnent les producteurs et du nom qu’ils leur attribuent. Cette pratique est plus aisée à cerner pour les périodes récentes attachées au procédé indirect, qui seront traitées d’abord. Dans un second temps, ce qui aura été mis en évidence dans ce cadre sera recherché au sein du procédé direct.

La quantification par « fondée » au sein du procédé indirect

4Par rapport au procédé direct, le procédé indirect se traduit par un demi-produit supplémentaire dans la chaîne opératoire : la fonte (fig. 1). Bien que susceptible d’être moulé sous forme d’objets (marmites, boulets, taques de cheminée, etc.), cet alliage fer-carbone était plus souvent produit sous forme de gueuses, demi-produits destinés à l’affinage. C’est dans le cadre du haut fourneau que se rencontre la grandeur spécifique de la fondée.

La fondée, de la mesure du temps productif à la quantification des matières

  • 3 En raison du format du présent article, il ne sera pas possible de citer l’ensemble des occurrence (...)
  • 4 Bruxelles, Archives générales du Royaume, Chambre des comptes 6209, fol. 4v et 26v. La documentati (...)
  • 5 Dijon, Arch. dép. de la Côte-d’Or, B 11383, fol. 82v, mentionné par J.-F. Belhoste, C. Claerr-Rous (...)
  • 6 D. Arribet-Deroin, Fondre le fer en gueuse. Le haut fourneau de Glinet en pays de Bray (Normandie) (...)

5La documentation se compose essentiellement d’actes de la pratique (contrats de vente, comptabilités, etc.). La première mention du terme de fondée3 apparaît en 1380 dans la Terre de Durbuy dépendant du duché de Luxembourg4. Puis on le rencontre à Bèze5 en Bourgogne en 1449, dans le pays de Bray6 en 1486. Les attestations se multiplient au xvie siècle en France du Nord et en Angleterre et se rencontrent jusqu’au xviiie siècle. Son aire de diffusion se calque fidèlement sur celle du procédé indirect lui-même (fig. 2).

Figure 2 — Mentions de la « fondée » du xive au xviiie siècle

  • 7 À titre d’exemple, la durée est explicite à Moyeuvre en Lorraine et peut être calculée aux forges (...)
  • 8 L. André, J.-F. Belhoste, P. Bertrand, La métallurgie du fer dans les Ardennes ( xvie-xixe siècles (...)
  • 9 À titre d’exemple, Paris, Arch. nat., R1 186, transcrit dans J.-F. Belhoste, C. Pon-Willemsen, « L (...)

6Le mot, lorsque son sens est précisé, à partir du xvie siècle, désigne une durée qui divise le temps productif du haut fourneau en périodes de six jours et six nuits de travail (cinq jours et cinq nuits en Lorraine ou dans la zone ardennaise)7. Ces périodes se suivent sans interruption, c’està-dire sans que le dimanche soit chômé, car le haut fourneau fonctionne en continu. Cette grandeur est utilisée pour régler le paiement des redevances (à Durbuy, par exemple) ou les livraisons de fonte, et pour partager le temps de travail entre plusieurs maîtres de forges8. Elle sert de base à la rémunération des travailleurs du fourneau (fondeurs et chargeurs) et souvent de ceux qui transportent ou lavent le minerai ou à qui on l’achète. À l’inverse, les forgerons qui travaillent à l’affinerie et à la chaufferie et qui livrent du fer sous forme de barres ou de tôles, etc., sont payés en fonction du poids de fer produit, en milliers de livres9. Manière de mesurer le travail au fourneau, la fondée devient tout naturellement une façon de mesurer les quantités des matières qui y sont travaillées. Le fait est mieux établi pour le minerai que pour la fonte.

Des fondées de mine

  • 10 Belhoste et al., La métallurgie normande…, op. cit. n. 6, p. 213. Le fait que le mot soit exceptio (...)
  • 11 Ibid., texte 32, p. 250.
  • 12 Besançon, Arch. dép. du Doubs, 1B 2656.

7La fondée est, dès le xve siècle, utilisée couramment pour la mine (nom ancien du minerai). Il s’agit d’une quantité matérielle : « autant qu’il en faudra pour une fondée qui durera six jours et six nuits », telle est l’explication donnée à Moulin-Colin dans le Perche10. Il s’agit d’un minerai trié et lavé, prêt à l’emploi11. D’ailleurs, à Loulans, en Franche-Comté12 en 1585-1587, la mine dite « en terre » est acquise par monceau, quantité fluctuante si l’on en croit la très grande variabilité du prix, au contraire de la mine rouge et de la mine claire comptées en fondées.

  • 13 Bar-le-Duc, Arch. dép. de la Meuse, B 2097, résumé dans K. Horikoschi, L’industrie du fer en Lorra (...)
  • 14 Ibid., fol. 44.
  • 15 C’est le cas de fondées achetées pour le haut fourneau d’Aubréville avant même qu’il soit construi (...)

8Comprendre plus dans le détail ce mode de comptage est délicat. Si l’on suppose que la fondée de mine correspond à la consommation réelle du fourneau, elle devait n’avoir de traduction en termes de volume qu’au sein d’un seul établissement, et par conséquent varier dans le temps et différer d’un haut fourneau à l’autre. À Loulans, on paie de manière forfaitaire les charretiers de mine de même que les fondeurs, à raison d’une fondée par semaine, sauf quand la semaine n’est pas entièrement travaillée. À Moyeuvre, dans le Barrois lorrain13, le nombre de fondées de mine consommées au cours de la régie directe de 1565-1566 correspond strictement au nombre de fondées travaillées, ce qui pourrait laisser supposer une comptabilisation après coup. Cependant, il est prévu que les vingt fondées qui n’ont pas été consommées soient vendues14. Le fait que des fondées de mine puissent être l’objet de transactions15 indique qu’il s’agit d’une quantité identifiée, au moins au sein d’une même région productrice.

  • 16 Chartres, Arch. dép. d’Eure-et-Loir, B 2466, 18 janvier 1539, cf. Belhoste et al., La métallurgie (...)
  • 17 Dijon, Arch. dép. de la Côte-d’Or, E 2244.
  • 18 Besançon, Arch. dép. du Doubs, 1B 2656, à partir du fol. 149.

9Plusieurs documents permettent de percevoir comment la fondée de mine a pu, au cours du xvie siècle, être traduite ou remplacée par des unités de volume ordinaires : en 1539 dans le Perche, on définit la fondée « a 45 baneaux la fondee, chaque baneau portant 10 minots a la mesure de Nogent16 » ; à la forge de Bèze en Bourgogne17, dans les années 1560-1570, la queue et le muid se substituent progressivement à la fondée. De même, à Loulans18, la mine claire, qui vient du lavoir, se mesure en quarte ou tombereau à partir de juillet 1586.

  • 19 Belhoste et al., La métallurgie comtoise…, op. cit. n. 5, p. 107. La référence d’archive de l’enqu (...)

10Lors d’une enquête sur la production de fer en Franche-Comté en 1562, les maîtres de forges de Fraisans se plaignent que « lesdictes mynes ne randent a la mytié qu’elles souloient car ou elles randoient six milliers par fondee elles ne rendent que trois19 ». S’il est difficile de savoir si ces propos, où le mot de fondée semble se rapporter au sens originel de période de production, disent autre chose qu’un appauvrissement du minerai, ils indiquent clairement la capacité d’évaluer le minerai en termes de « rendement », que nous retrouverons pour la fonte.

Quelles fondées de gueuse ou de fonte ?

11Ce n’est que très rarement que la fonte est évaluée en poids ou en dénombrant le demi-produit que constitue la gueuse, résultat d’une coulée de fonte. Comme pour la mine, la fondée est très présente dans la documentation, même si l’on ne rencontre pas de « fondée de gueuse » au même titre que les « fondées de mine ».

  • 20 D. Crossley, Sidney Ironworks Accounts, 1541-1573, Londres, 1975.
  • 21 Horikoschi, L’industrie du fer en Lorraine…, op. cit. n. 13, p. 206-221.
  • 22 Crossley, Sidney Ironworks Accounts…, op. cit. n. 20, p. 177-180 et 187.
  • 23 Ibid., p. 245-246.

12Deux comptabilités sont assez précises pour laisser transparaître les pratiques : les forges de la famille Sidney dans les îles Britanniques, dont la comptabilité forme série entre 1541 et 157320, et la forge ducale créée dans les années 1560 à Moyeuvre dans le Barrois lorrain21. Dans le Weald, où fonctionnent conjointement un fourneau et une forge, propriétés de sir Sidney, la fondée est utilisée pour la rémunération des ouvriers du fourneau, mais la fonte apparaît sous forme de gueuses dans le stock inventorié à l’issue de l’année comptable. À la fin des années 1550, une évolution se produit : le comptable traduit systématiquement les quantités de fonte en unité ordinaire, la tonne, à raison de deux gueuses par tonne, selon le processus déjà mis en évidence pour le minerai en France à la même époque. Il est précisé que le rapport fer/fonte est de deux tiers, autrement dit qu’il y a une perte d’un tiers à l’affinage22. À partir de 1568, à Glamorgan (pays de Galles), autre forge de la famille Sidney, le processus d’explicitation est abouti puisqu’il est écrit que la fondée produit en moyenne 7 tonnes de fonte sous forme de tôles ou 8 tonnes sous forme de gueuses23, le rapport fer/fonte des deux tiers étant de nouveau indiqué.

  • 24 D. Arribet-Deroin, « Comptes réels, comptes simulés. Émergence de la pratique du “budget estimatif (...)
  • 25 Bar-le-Duc, Arch. dép. de la Meuse, B 2097, fol. 19.
  • 26 Paris, Arch. nat., Q1 796 : dossier « pièces concernant les bois des forges de Moyeuvre ».

13À Moyeuvre, la base de calcul est la fondée, aussi bien dans la comptabilité en régie directe en 1565-1566 qu’à l’occasion d’une comptabilité simulée, sorte de budget estimatif établi par le maître de forges à la sortie de la régie directe pour obtenir l’affermage24. Dans le premier document, au chapitre de la « recepte de gueuses » est indiqué le nombre de fondées, puis la mention : « à raison de dix gueuzes pour chacune fondee, de chacune desquelles gueuzes on a battu six cens quatre vingtz livres de fer ou environ25 ». Dans le second, le maître de forges calcule la « somme que pourrait monter ladite fondee reduicte en bandes à six milliers et cinq centz de fer26 ». Il ajoute : « Se peuvent fondre de dix a douze gueuses de fer a chascune fondee pesant l’une huictz cens, l’autre moins, l’autre plus selon que la fondee se porte bien. » La fondée peut donc être estimée de manière précise en milliers de fer, de manière plus floue en nombre de gueuses pour l’étape du demi-produit.

  • 27 Belhoste et al., La métallurgie comtoise…, op. cit. n. 5, p. 106.
  • 28 « Devis dressé vers 1600 des dépenses à faire pour exploiter les forges du Teil et bénéfice à réal (...)

14Dans ces deux exemples se manifeste une nécessité croissante de préciser quelle quantité de fer fournit la fondée. L’ensemble du processus productif est donc tendu vers le fer « rendu affiné27 ». D’une manière générale, la fondée s’exprime en fonction du produit fini que constitue le fer évalué en livres-poids et distribué sur le marché : il suffit d’avoir une idée de la quantité que donne une fondée en milliers de fer après affinage, sans que l’on ait besoin d’exprimer en poids la quantité de fonte, produit intermédiaire. Le mémoire concernant la forge du Theil28 (vers 1600) est de ce point de vue très significatif : après avoir calculé le coût de chaque fondée et estimé l’année de production à quarante fondées, l’auteur affirme que les « gueuses provenant des 40 fondees […] pourront revenir à 450 milliers de fert ». Les quantités de matière en jeu dans la première partie de la chaîne opératoire se passent d’une quantification explicite, mais les producteurs sont en capacité de connaître combien de fer ils pourront in fine vendre à la sortie de l’usine.

15Avant de quitter le procédé indirect, voici une récapitulation des marqueurs d’une quantification spécifique au minerai et à la fonte : une manière de compter différente entre le charbon et le minerai, matière première captive ne servant qu’à l’élaboration du fer ; une évaluation en termes de temps productif, la fondée ou, dans une moindre mesure, reposant sur le dénombrement d’un demi-produit, la gueuse ; une connaissance des quantités en fonction de ce que le minerai « rend » en livres-poids de fer au terme du processus productif ; un mode de quantification qui fait l’objet d’un savoir commun des producteurs. De ce dernier point témoigne la remarquable constance de sens du mot « fondée », qui perdure au long des décennies sur une vaste aire géographique. Son sens qui, dans les transactions ordinaires, ne nécessite pas de définition, est de plus en plus traduit en unités explicites, changement perceptible au cours du xvie siècle. Ces marqueurs, qu’ils se trouvent conjoints ou séparés, guideront la recherche au sein de la sidérurgie directe.

Quelles quantifications du fer issu du procédé direct ?

16La question se pose de manière plus délicate pour le procédé direct, qui sera examiné ici uniquement au cours de la période médiévale, à l’exclusion de la forge à la catalane d’époque moderne. La documentation écrite est la plupart du temps éloignée de l’acte productif, les comptabilités de forges sont très rares et le vocabulaire particulièrement peu explicite. Les sources seront explorées sans prétendre à l’exhaustivité.

Ce que disent les comptabilités

  • 29 D. Arribet-Deroin, « Rythmes et pratiques de la métallurgie du fer aux xive et xve siècles : les “ (...)
  • 30 Kew, The National Archives : Public Record Office (PRO) SC 6/890/22, 24, 25, 26, PRO SC 6/891/7 et (...)
  • 31 Kew, The National Archives : PRO DURH 20/114, dossier no 3, publié par G. T. Lapsley, « The Accoun (...)

17Deux comptes anglais29, ceux de Tudeley (Weald, 1326-1354)30 et Byrkeknott (Durham, 1408-1409)31, permettent d’approcher ces questions. Ils enregistrent la production de forges, dont la première est manuelle tandis que la seconde est hydraulique. Dans les deux cas les matières entrantes et les produits sortants sont comptabilisés.

  • 32 R. E. Latham, Dictionary of Medieval Latin from British Sources, fascicule I, A-B, Londres, 1975, (...)

18À Tudeley, au long des années, le minerai est quantifié en fonction du nombre de loupes (blom32) qu’il permet de fabriquer. Ce mode d’évaluation est utilisé de nouveau lorsque la forge est louée : le contrat prévoit que soient fournies au fermier chaque année le bois suffisant pour faire cinquante douzaines de charbon par an et le minerai pour trois cents blom. Il s’agit donc d’une estimation du « rendement » du minerai par rapport au produit de la forge. À Byrkeknott au contraire, le minerai est évalué en mesures ordinaires (douzaines et fotheres) comme le charbon mais, à l’inverse de ce dernier, il ne figure pas dans les dépenses hebdomadaires mais dans une seule rubrique pour l’année entière. Entre le minerai et le charbon, le mode d’approvisionnement diffère donc.

  • 33 Lapsley « The Account Roll… », loc. cit. n. 31, p. 529.

19Le produit de ces forges apparaît sous la forme latinisée du mot blom (bloom en anglais moderne), la loupe, masse issue du fourneau, dénomination vague qui, à Byrkeknott, désigne aussi bien la loupe avant qu’après un premier travail à la forge appelé épuration (purificatio). Les ouvriers sont payés en fonction du nombre de blom produits et ceux-ci sont divisés en morceaux. À Tudeley, leur poids n’est pas précisé, peut-être fluctue-t-il légèrement car leur prix peut varier de 10 % au maximum. À Byrkeknott, les blom sont comptés semaine après semaine, puis, au dos du document, leur nombre est récapitulé pour l’année, leur poids étant alors précisé sous la forme suivante : quodlibet blome [con]tinet xv petras et quaelibet petra continet xiii lb33. Cette évaluation de la quantité de fer n’est réalisée que dans un second temps, partie intégrante d’un état récapitulatif qui précise, outre la quantité de minerai consommé, le nombre total de loupes produites et, parmi elles, celles qui sont épurées.

20Ces documents montrent une pratique comparable à celle du xvie siècle : au sein de l’atelier, la matière première ou le produit intermédiaire ne nécessitent aucune conversion en mesure explicite, et les ouvriers sont rémunérés en fonction du nombre de loupes produites, seule unité de référence à ce stade. La quantité de demi-produit n’est traduite en poids qu’a posteriori, à des fins comptables.

Les formes du fer à l’état de demi-produit : esperdites et autres dénominations

21A priori plus loin de l’acte productif, un certain nombre de documents écrits nomment le fer. Parmi eux, des tarifs témoignent de sa circulation à des fins commerciales. Les dénominations et le conditionnement du fer sont très variés et l’étude reste à faire. Il a seulement été recherché ce qui pouvait désigner des demi-produits.

  • 34 Par exemple, P. Wolff, « Un leudaire de Toulouse », Annales du Midi, 68 (1956), p. 285-302.
  • 35 M. Mollat, Comptabilité du port de Dieppe au xve siècle, Paris, 1951, p. 22.
  • 36 Par exemple, P. Rolland, Deux tarifs de tonlieu de Tournai des xiie et xiiie siècles (avec leurs t (...)

22Le fer peut être évalué soit par son poids, comme toute denrée « avoir de poids », soit en fonction du contenant (charrette, somme, charge, etc.), soit encore à l’unité. Cette dernière catégorie concerne souvent des produits finis, poêles, fers de faux, araires34. Mais l’on rencontre aussi des vocables qui peuvent se rapporter à des demi-produits. Ainsi, à Dieppe, un conflit oppose au xve siècle le receveur du port aux Espagnols au sujet des modalités de taxation du fer. Le receveur, qui souhaite une évaluation au poids et non sous forme de barres ou de gerbes, finit par l’emporter35. La barre correspond à une première mise en forme du fer. La gerbe, appellation qui n’est pas rare36, pourrait représenter aussi un fer non ouvré, mais il n’est pas sûr qu’elle représente des quantités identiques selon les lieux et les époques.

  • 37 Une dizaine d’occurrences latines se trouvent dans les archives de la monarchie anglaise, d’après (...)
  • 38 Ibid., p. 857.
  • 39 Paris, Arch. nat., KK 350, fol. 254-256 et 273-274, d’après la transcription de L.-N. Bonaparte, I (...)
  • 40 Comme le fer d’Espagne, le fer d’Auge est toujours évalué en poids, sauf dans un cas où sont acqui (...)
  • 41 Ibid., p. xxxi-xxxii.

23D’autres termes semblent plus proches de la production elle-même : pic, creste, balay et esperdite. Ce dernier mot se trouve assez répandu dans le monde anglo-normand à partir du milieu du xiie siècle37 (fig. 3). Dans certains documents, l’esperdite peut être mise sur le même plan que le pic ou la gerbe, mais plusieurs textes indiquent explicitement qu’il s’agit de fer destiné à être transformé en objets : soit des houes et des socs, soit des ustensiles domestiques, soit des outils pour tailler la pierre38. Le mot figure dans le fameux texte sur la construction en 1375 du canon de Caen à Saint-Sauveur-le-Vicomte39. Du fer d’Espagne et du fer d’Auge sont acquis, ainsi que de l’acier. Plusieurs fois, il est précisé qu’un certain poids de fer d’Auge se trouve sous forme d’esperdites, ainsi dans l’exemple suivant : « pour iic de fer d’Auge en esperdites et pour un ballay de fer pesant xxv livres40 ». Parmi les maîtres de forges participant à la fabrication se trouve Jean Nicole, que l’on a fait venir du Sap, car il était réputé être le « meilleur ouvrier de fer de tout le païz41 ».

Figure 3 : Mentions de l’« esperdite » du xiie au xve siècle

  • 42 Arnoux, Mineurs…, op. cit. n. 39, p. 50 et 123 et cartulaire de la sidérurgie normande (CSN) no 51 (...)
  • 43 Le Sap se trouve, comme Glos et L’Aigle, en pays d’Ouche, mais en limite du pays d’Auge. Le métier (...)
  • 44 Depuis le début du xive siècle au moins, ibid., p. 50, 75, 83, 123, CSN no 76, p. 481 et texte 4, (...)
  • 45 Ibid., article 1065, p. 598.
  • 46 Ibid., article 1068, p. 598 et, dans des termes très proches, article 1085, p. 601.
  • 47 Ibid., p. 334.

24On sait que le fer est produit dans le pays d’Ouche sous forme d’esperdites au Sap42, alors qu’à Glos-la-Ferrière et à L’Aigle43, il l’est sous forme de pics44. Dans le Bocage, au sud de Caen, les demi-produits sont désignés du nom de crestes et de balays. Au cours de trois séances en 1476, la cour de la minière de Beaumont, dans un rappel à l’ordre, prescrit « que nul ne vende fer en livre mais en creste ou balay45 » et « de ne plus vendre le fer en creste ou balay a la livre mais en creste ou balay sans poix comme d’ancienneté46 ». Ces prescriptions, qui ont pu être interprétées comme une réaction de défense envers le dynamisme de la sidérurgie du pays d’Ouche à cette époque47, confirment que le demi-produit est connu par sa forme matérielle mais montrent qu’une tendance se fait jour, parmi les producteurs, à lui substituer, pour la vente, une évaluation au poids.

  • 48 La prise en compte du prix du fer conduit à une esperdite de 7 livres dans l’Angleterre du xiiie s (...)
  • 49 Parmi les masses peu élaborées répertoriées en Europe, certaines sont médiévales, R. Pleiner, « Eu (...)
  • 50 C. Doswald, « Les lingots de fer protohistoriques en Europe occidentale : problématique générale » (...)

25Quelle est la réalité matérielle de l’esperdite ? Si le balay peut être de 25 livres, le poids de l’esperdite reste hypothétique. Deux extrapolations48 conduisent à une masse située autour de 7 ou 7,5 livres, soit un ordre de grandeur de 3,5 kg, ce qui n’est pas aberrant par rapport aux exemples archéologiques. Ceux-ci, mal connus pour l’époque médiévale49, ont été retrouvés en quantité significative en Europe pour l’Âge du fer et l’époque romaine, sous des formes normalisées (lingots bipyramidés, barres de différents types), témoins d’une élaboration plus ou moins poussée50. Leur distribution dépassant le cadre régional et leur présence hors contextes d’atelier témoignent que leur forme facilement identifiable avait une utilité commerciale et constituait une sorte de marque de fabrique. Une masse de quelques kilogrammes correspond à des demi-produits (de type bipyramidés) issus d’une seule loupe et peut provenir d’un geste standardisé du forgeron à partir d’un produit brut de réduction, dont le poids serait constant dans le cadre d’un procédé bien maîtrisé. Le fer d’Auge (ou d’Ouche) « en esperdites » pourrait répondre à ce modèle : à la fois identifié dans l’espace anglo-normand par rapport à sa provenance, à sa qualité intrinsèque et à la quantité de fer contenue, et issu, au moment de son élaboration, d’un savoir-faire se passant de mesure explicite.

26Bien que les pratiques d’ateliers ne génèrent pas d’écrit, des indices concordants provenant d’actes de la pratique permettent d’atteindre, dans une certaine mesure, la manière spécifique qu’avaient les producteurs d’évaluer les quantités de matière, partie intégrante de leur savoir-faire. Ils pouvaient utiliser une façon de mesurer et de quantifier non explicite, c’est-à-dire qui ne se traduisait pas systématiquement en volume ou en poids, et qui servait pour le minerai et le produit du fourneau, loupe de fer ou gueuse de fonte. Ils connaissaient la quantité de minerai ou de demi-produit (loupe, esperdite, etc. pour le procédé direct ; fondée, c’est-à-dire une durée de temps productif pour le procédé indirect) par son « rendement », c’est-à-dire par ce qu’elle donnait en poids de fer. Le large emploi des termes qui signent cette pratique, même s’il n’est pas systématique, montre qu’elle était très partagée dans le monde des producteurs. La question de la traduction en unités explicites se pose au moment de la circulation commerciale du produit. La documentation suggère la tendance croissante à cette conversion, à partir de la fin du Moyen Âge, non seulement lors de la distribution du produit mais aussi au sein d’entreprises qui, en raison des investissements en jeu et des quantités consommées et produites, ne peuvent se passer désormais d’une comptabilité efficace.

Note

1 La question de l’acier, produit très spécifique tant du point de vue de la production que de l’utilisation, est ici laissée de côté, voir L’acier en Europe avant Bessemer, dir. P. Dillmann, L. Pérez, C. Verna, Toulouse, 2011.

2 P. Benoit, « L’eau et le fer : la mécanisation de la sidérurgie », Pour la science, 37 (2003), p. 98-102.

3 En raison du format du présent article, il ne sera pas possible de citer l’ensemble des occurrences.

4 Bruxelles, Archives générales du Royaume, Chambre des comptes 6209, fol. 4v et 26v. La documentation a été étudiée par F. Pirotte, « L’industrie métallurgique de la terre de Durbuy de 1480 à 1625. Ses rapports avec la métallurgie liégeoise », Bulletin de l’institut archéologique liégeois, 79 (1966), p. 145-210.

5 Dijon, Arch. dép. de la Côte-d’Or, B 11383, fol. 82v, mentionné par J.-F. Belhoste, C. Claerr-Roussel, F. Lassus, M. Philippe, F. Vion-Delphin, La métallurgie comtoise xve-xixe siècle. Étude du Val de Saône, Besançon, 1994 (Cahiers du Patrimoine, 33), p. 26.

6 D. Arribet-Deroin, Fondre le fer en gueuse. Le haut fourneau de Glinet en pays de Bray (Normandie), doct. d’archéologie, Univ. Paris 1, 2001, textes 7, 9 et 37, p. 671-672, 674-675 et 717-718 ; J.-F. Belhoste, Y. Lecherbonnier, M. Arnoux, D. Arribet, B. G. Awty, M. Rioult, La métallurgie normande xiie -xviie siècles, la révolution du haut fourneau, Alençon, 1991 (Cahiers de l’Inventaire, 14), textes 32 et 33, p. 250 et texte 59, p. 264.

7 À titre d’exemple, la durée est explicite à Moyeuvre en Lorraine et peut être calculée aux forges anglaises de la famille Sidney, cf. infra, n. 13 et 20.

8 L. André, J.-F. Belhoste, P. Bertrand, La métallurgie du fer dans les Ardennes ( xvie-xixe siècles), Châlons-sur-Marne, 1987 (Cahiers de l’Inventaire, 11), annexe 1, p. 34.

9 À titre d’exemple, Paris, Arch. nat., R1 186, transcrit dans J.-F. Belhoste, C. Pon-Willemsen, « La forge de la Meilleraye à la Peyratte (Deux-Sèvres) du milieu du xviie siècle au milieu du xixe siècle », Bulletin de la Société historique et scientifique des Deux-Sèvres, 2e série, 19 (1986), no 3, p. 362-365.

10 Belhoste et al., La métallurgie normande…, op. cit. n. 6, p. 213. Le fait que le mot soit exceptionnellement utilisé pour du charbon, sans invalider son sens, explique qu’il soit défini dans ce document.

11 Ibid., texte 32, p. 250.

12 Besançon, Arch. dép. du Doubs, 1B 2656.

13 Bar-le-Duc, Arch. dép. de la Meuse, B 2097, résumé dans K. Horikoschi, L’industrie du fer en Lorraine xiie-xviie siècles, Langres, 2008, p. 206-221.

14 Ibid., fol. 44.

15 C’est le cas de fondées achetées pour le haut fourneau d’Aubréville avant même qu’il soit construit, cf. Horikoschi, L’industrie du fer en Lorraine…, op. cit. n. 13, p. 278.

16 Chartres, Arch. dép. d’Eure-et-Loir, B 2466, 18 janvier 1539, cf. Belhoste et al., La métallurgie normande…, op. cit. n. 6, texte 56, p. 263.

17 Dijon, Arch. dép. de la Côte-d’Or, E 2244.

18 Besançon, Arch. dép. du Doubs, 1B 2656, à partir du fol. 149.

19 Belhoste et al., La métallurgie comtoise…, op. cit. n. 5, p. 107. La référence d’archive de l’enquête sur les fers de 1562 doit être corrigée en : Besançon, Arch. dép. du Doubs, 2B 615.

20 D. Crossley, Sidney Ironworks Accounts, 1541-1573, Londres, 1975.

21 Horikoschi, L’industrie du fer en Lorraine…, op. cit. n. 13, p. 206-221.

22 Crossley, Sidney Ironworks Accounts…, op. cit. n. 20, p. 177-180 et 187.

23 Ibid., p. 245-246.

24 D. Arribet-Deroin, « Comptes réels, comptes simulés. Émergence de la pratique du “budget estimatif” dans les grosses forges du xvie siècle », Comptabilités, 3 (2012), en ligne [http://comptabilites.revues.org/798].

25 Bar-le-Duc, Arch. dép. de la Meuse, B 2097, fol. 19.

26 Paris, Arch. nat., Q1 796 : dossier « pièces concernant les bois des forges de Moyeuvre ».

27 Belhoste et al., La métallurgie comtoise…, op. cit. n. 5, p. 106.

28 « Devis dressé vers 1600 des dépenses à faire pour exploiter les forges du Teil et bénéfice à réaliser », Société percheronne d’histoire et d’archéologie, 27 (1932), p. 58-60.

29 D. Arribet-Deroin, « Rythmes et pratiques de la métallurgie du fer aux xive et xve siècles : les “bloomeries” de Tudeley (Kent) et de Byrkeknott (comté de Durham) », Archéologie médiévale, 40 (2010), p. 147-168.

30 Kew, The National Archives : Public Record Office (PRO) SC 6/890/22, 24, 25, 26, PRO SC 6/891/7 et 13 et PRO E 101/485/11, publiés par M. S. Giuseppi, « Some Fourteenth-Century Accounts of Ironworks at Tudeley, Kent », Archaeologia or Miscellaneous Tracts relating to Antiquity, Society of Antiquaries, London, 64 (1913), p. 145-164.

31 Kew, The National Archives : PRO DURH 20/114, dossier no 3, publié par G. T. Lapsley, « The Account Roll of a Fifteenth-Century Iron Master », English Historical Review, 14 (1899), p. 509-529.

32 R. E. Latham, Dictionary of Medieval Latin from British Sources, fascicule I, A-B, Londres, 1975, p. 204.

33 Lapsley « The Account Roll… », loc. cit. n. 31, p. 529.

34 Par exemple, P. Wolff, « Un leudaire de Toulouse », Annales du Midi, 68 (1956), p. 285-302.

35 M. Mollat, Comptabilité du port de Dieppe au xve siècle, Paris, 1951, p. 22.

36 Par exemple, P. Rolland, Deux tarifs de tonlieu de Tournai des xiie et xiiie siècles (avec leurs traductions en dialecte picard du xve siècle), Lille, 1935, p. 44 et 91-92.

37 Une dizaine d’occurrences latines se trouvent dans les archives de la monarchie anglaise, d’après R. E. Latham, D. R. Howlett, Dictionary of Medieval Latin from British sources, fascicule III, D-E, Londres, 1986, p. 803 et 857.

38 Ibid., p. 857.

39 Paris, Arch. nat., KK 350, fol. 254-256 et 273-274, d’après la transcription de L.-N. Bonaparte, I. Favé, Études sur le passé et l’avenir de l’artillerie, Paris, 1846-1871, t. 4, p. xviii-xlv des pièces justificatives, commenté par M. Arnoux, Mineurs, férons et maîtres de forges. Études sur la production de fer dans la Normandie du Moyen Âge, xie-xve siècles, Paris, 1993, p. 117-119. Les achats de fer se trouvent aux p. xix-xxi.

40 Comme le fer d’Espagne, le fer d’Auge est toujours évalué en poids, sauf dans un cas où sont acquis trois quarterons de fer d’Auge, Bonaparte, Favé, Études…, op. cit. n. 39. Pour d’autres canons, ce sont 25 esperdites de fer qui sont achetées en 1375, ibid., p. xxxviii.

41 Ibid., p. xxxi-xxxii.

42 Arnoux, Mineurs…, op. cit. n. 39, p. 50 et 123 et cartulaire de la sidérurgie normande (CSN) no 51 p. 460. D’après ce texte, l’« espardite » vaut 6 deniers en 1266.

43 Le Sap se trouve, comme Glos et L’Aigle, en pays d’Ouche, mais en limite du pays d’Auge. Le métier des férons de Glos est à l’origine du métier des férons de Normandie, cf. ibid., p. 70-83.

44 Depuis le début du xive siècle au moins, ibid., p. 50, 75, 83, 123, CSN no 76, p. 481 et texte 4, p. 489-490.

45 Ibid., article 1065, p. 598.

46 Ibid., article 1068, p. 598 et, dans des termes très proches, article 1085, p. 601.

47 Ibid., p. 334.

48 La prise en compte du prix du fer conduit à une esperdite de 7 livres dans l’Angleterre du xiiie siècle, L. F. Salzman, Building in England down to 1540. A Documentary History, Oxford, 1952, p. 287. Les prix du fer en esperdites et de l’acier pour la fabrication du canon de Caen en 1375 aboutissent au même résultat : 25 esperdites de fer d’Auge et 60 livres d’acier coûtent 6 livres 5 sous, cf. Bonaparte, Favé, Études…, op. cit. n. 39, p. xxxviii ; l’acier 4 francs les cent livres, ibid., p. xxxix, il reste (si l’on admet l’équivalent franc/livre) 77 sous pour les 25 esperdites. L’esperdite d’environ 3 sous est à comparer avec le prix habituel de 40 sous les 100 livres, ce qui lui donnerait un poids d’environ 7,5 livres.

49 Parmi les masses peu élaborées répertoriées en Europe, certaines sont médiévales, R. Pleiner, « European Iron Blooms », Prehistoric and Medieval Direct Iron Smelting in Scandinavia and Europe, éd. L. C. Norbach, Aarhus, 2003 (Acta Jutlandica, LXXVI2), p. 183-189.

50 C. Doswald, « Les lingots de fer protohistoriques en Europe occidentale : problématique générale », La sidérurgie ancienne de l’est de la France dans son contexte européen. Archéologie et archéométrie, éd. M. Mangin, Paris, 1994, p. 333-343 ; P. Crew, « Currency Bars in Great-Britain. Typology and Function », ibid., p. 346-350 ; M. Berranger, Le fer, entre matière première et moyen d’échange, en France du viie au ier siècle av. J.-C., approches interdisciplinaires, doct. d’archéologie, Univ. Paris 1, 2009, p. 63-123 ; G. Pagès, Artisanat et économie du fer en France méditerranéenne, de l’Antiquité au début du Moyen Âge : une approche interdisciplinaire, Montagnac, 2010.

Indice delle illustrazioni

Legenda Figure 1 — Élaboration des produits ferreux par le procédé direct et le procédé indirect
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/28600/img-1.jpg
File image/jpeg, 174k
Legenda Figure 2 — Mentions de la « fondée » du xive au xviiie siècle
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/28600/img-2.jpg
File image/jpeg, 190k
Legenda Figure 3 : Mentions de l’« esperdite » du xiie au xve siècle
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/28600/img-3.jpg
File image/jpeg, 203k

© Éditions de la Sorbonne, 2013

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540