Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mesure et histoire médiévale

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Mesurer la production et les échanges

Prendre la mesure du faux-monnayage : réflexions sur les chaînes opératoires et la productivité des faux-monnayeurs de la grotte de La Catette (Aude)

Adrien Arles, Marie-Cécile Vivier, Bernard Gratuze et Florian Téreygeol

Résumé

Jusqu’à présent les recherches portant sur la pratique du faux-monnayage au Moyen Âge ont été principalement développées à partir de l’étude de lettres de rémission. Toutefois, les auteurs de ces études sont les premiers à rappeler la prudence avec laquelle il faut considérer leurs données et restent critiques sur les quantifications de production. Cet article présente une approche complémentaire, qui se fonde sur l’analyse de preuves matérielles de production de fausses monnaies. La fouille d’une grotte de l’Aude a conduit à la mise au jour d’une fabrique de faux du milieu du xvie siècle. Le corpus rassemblé permet la lecture de différentes chaînes opératoires de fabrication. Le croisement des données collectées permet de proposer une quantification de la production de cette fabrique. On dispose ainsi d’un éclairage nouveau sur les différentes problématiques liées au faux-monnayage.

Until now, researches dealing with the production of counterfeit coins in the Middle Ages were mainly developed from the study of letters of remission. Nevertheless, the authors of these studies are careful to point out that the data at their disposal should be treated with circumspection. Therefore they have adopted a critical attitude to the quantification of production. This paper presents a complementary approach based on the analysis of the material proofs of coin forgeries. An archaeological excavation in a cave of southern France has brought to light objects used in the production of counterfeit coins dating from the 16th century. The collected corpus allows the understanding of different “chaînes opératoires”. The crossing of collected data enables us to present a quantification of this production of counterfeit coins. This provides us with a new way of looking at the problematic connected with the counterfeiting.

Texte intégral

  • 1 G. Rancoule, S. Nouvian, R. Soulères, « La grotte nord de Lauradieu (commune d’Auriac, Aude). Un a (...)
  • 2 Cette découverte est intervenue il y a une vingtaine d’années.

1Dans les années 1990, à la suite d’une « découverte fortuite », un prospecteur amateur a mis au jour un lot de mobilier en relation avec la fabrication de fausses monnaies au sein de la grotte de La Catette. Cette cavité se situe au sud de la commune de Rivel, dans le département de l’Aude (fig. 1). Il s’agit d’un petit abri sous roche, difficile d’accès, à 907 mètres d’altitude. Les objets collectés permettent une réflexion sur la chaîne opératoire de fabrication. Cet atelier de faussaire constitue un nouveau témoignage d’une activité clandestine localisée au sein d’une grotte de l’Aude1. Compte tenu des conditions particulières de la découverte du mobilier2, une fouille s’est imposée pour pouvoir disposer d’informations précises et les plus exhaustives possibles sur cet atelier. La rigueur de cette approche permet aujourd’hui de proposer une quantification de la production liée à cette activité de contrefaçon monétaire.

Figure 1 — Grotte de La Catette sur la commune de Rivel (Aude)

2Excepté deux foyers, aucun aménagement particulier en rapport avec l’activité de faux-monnayage n’a pu être dégagé, suggérant dans ce cas une occupation relativement limitée dans le temps. Au terme des travaux archéologiques, le mobilier rassemblé par l’inventeur du site a doublé en nombre avec la découverte de nouvelles ébauches. Le corpus global se compose de 365 objets métalliques. Il décrit plusieurs ensembles associés aux différentes étapes de fabrication des fausses monnaies (fig. 2). En utilisant le vocabulaire du monnayage, nous distinguons 108 « carreaux », témoins des opérations préliminaires de la fabrication. Il s’agit de carrés de métal dont la plupart ont vu leurs angles droits découpés. Ces derniers sont ensuite arrondis pour devenir des rondelles métalliques alors appelées « flans ». 126 flans ont été retrouvés dans la grotte. Ces ensembles mettent en évidence deux populations morphologiques très différentes, marquées par des familles distinctes de diamètres sans doute associées à des faux-monnayages variés (fig. 2). Certains des flans de plus grande taille présentent un aspect argenté, qui atteste une opération supplémentaire dans cette contrefaçon. Le corpus compte au total 45 ébauches argentées. La fabrication se terminait par la production de fausses monnaies dont 9 ont été découvertes lors de l’étude. Enfin, une partie des échantillons métalliques collectés correspond aux différents déchets produits lors de la fabrication. Ils sont au nombre de 112, dont certains de très petite taille. D’autre part deux objets métalliques correspondant à des poinçons utilisés dans la gravure des coins ont également été mis au jour. Ils attestent la production in situ des matrices ou « coins » nécessaires à la frappe des monnaies.

3On comprend donc ici que la détermination et le décompte des différents types monétaires contrefaits, notamment à partir des morphologies observées, des métaux utilisés mais également des chaînes opératoires mises en œuvre, constituent des données particulièrement intéressantes. Elles doivent permettre de proposer une quantification en nombre mais également en valeur de la production associée à ce faux-monnayage.

Figure 2 — Échantillons extraits du corpus global présentant les principales morphologies

4Avant d’aborder les questions des matières premières de cette contrefaçon et des différentes techniques utilisées, il est nécessaire de définir plus précisément la période durant laquelle s’est établie cette activité. Sa détermination est notamment importante pour pouvoir estimer les sommes contrefaites dans la mesure où les valeurs faciales des espèces monétaires varient selon les périodes.

Un contexte particulier

5Parallèlement aux observations archéologiques et à l’étude des céramiques qui indiquent un développement limité dans le temps de l’installation au sein de la cavité, les fausses monnaies permettent de dater l’activité de faux-monnayage. La précision est ici augmentée grâce à la variété des types monétaires identifiés (fig. 3).

  • 3 J. Duplessy, « La circulation des monnaies espagnoles en France (xvie-xviie siècles) », II Symposi (...)
  • 4 Selon une communication personnelle de Marc Bompaire, un tel défaut n’empêchait pas la circulation (...)

6Le type monétaire le plus ancien du corpus fait partie du système monétaire espagnol du réal au nom des rois catholiques Ferdinand II d’Aragon et Isabelle de Castille. Sa frappe débute en 1492 et sa circulation est officielle en Espagne jusqu’en 1566, date à partir de laquelle Philippe II d’Espagne fit frapper des monnaies à son nom3. Dans le corpus, cette monnaie est illustrée par deux exemplaires différents dont l’un, volontairement fragmenté, n’est frappé que sur une seule face4.

Figure 3 — Différents types monétaires contrefaits

  • 5 J.-A. Blanchet, A. Dieudonné, Manuel de numismatique française, Paris, 1912-1936, t. 2, p. 320-321 (...)
  • 6 Ibid., p. 71 et 83.

7En suivant la chronologie, le second type monétaire retrouvé correspond à un faux douzain à la croisette (fig. 3) dont les premières frappes ont commencé sous François Ier, après l’ordonnance du 19 mars 15415, et ont été poursuivies jusqu’en 1549, au début du règne de son successeur, Henri II, avec comme seul changement, le remplacement dans la légende du droit de « FRANCISCUS » par « HENRICUS6 ». Le diamètre un peu court du faux douzain découvert n’a pas permis l’impression de l’ensemble des légendes, nous interdisant de savoir si le modèle imité est associé à une frappe de la période de François Ier, entre 1541 et 1547, ou d’Henri II, entre 1547 et 1549. Également au type à la croisette, un fragment de double tournois a été mis au jour dans la grotte (fig. 3). Du point de vue de la datation, la frappe de cette espèce de bas billon est calquée sur celle des douzains à la croisette. Elle a également commencé après l’ordonnance de 1541 et s’est poursuivie jusque sous Henri II. Toutefois, bien qu’incomplète, la légende lisible sur le droit de ce fragment laisse à penser que la production du modèle original se place sous le règne de François Ier.

  • 7 M. Hourlier, « Le trésor de Noroy-sur-Ourcq (Aisne) : monnaies françaises et étrangères des xve et (...)
  • 8 Duplessy, Les monnaies françaises…, op. cit. n. 5, p. 71.

8Le dernier type monétaire du corpus est celui qui est le plus représenté puisqu’illustré par cinq exemplaires de faux douzains aux croissants. C’est notamment cette espèce qui, sous le règne d’Henri II, remplace à partir de 1549 le monnayage à la croisette hérité de François Ier7. Ces pièces ont ensuite été frappées jusqu’au début du règne de Charles IX, entre 1560 et 1562, sans que leur légende soit modifiée. Ce dernier va, en outre, imposer l’inscription des millésimes de fabrication sur chaque nouvelle espèce8. La datation de trois des fausses monnaies découvertes pourrait être plus précise s’il ne subsistait pas un doute quant à l’année choisie par les faux-monnayeurs. Le zéro que l’on croit deviner pourrait indiquer que l’année inscrite est 1550, mais c’est en fait plutôt un annelet également utilisé à plusieurs reprises en ponctuation dans le reste de la légende. Néanmoins, compte tenu de la période de frappe de ce type monétaire qui s’étend de 1549 à 1562, le modèle original se voit tout de même cantonné aux années 1550, inscrites dans le règne d’Henri II.

  • 9 Dom C. de Vic, Dom J. Vaissète, Histoire générale de Languedoc, Toulouse, t. 4, 1876, pl. I.

9L’ensemble des types monétaires relevés fournit plusieurs terminus post quem qui, en tenant compte de nos observations archéologiques faisant état d’un faible impact de l’activité au sein de la grotte, fixent la production clandestine sur une courte période au milieu du xvie siècle. La grotte de La Catette se situe sur un territoire qui appartenait à la viguerie de Mirepoix, dans la sénéchaussée de Carcassonne. La région se trouvant plus au sud, qui correspond à peu près au département actuel des Pyrénées-Orientales (66), appartenait depuis 1172 aux comtes de Barcelone, devenus rois d’Aragon puis d’Espagne depuis les rois catholiques. La cavité qui abrita un faussaire au xvie siècle se situait donc à une quarantaine de kilomètres de l’Espagne9, offrant un contexte frontalier particulièrement propice à cette activité clandestine dans cette période troublée à la veille des guerres de Religion en France.

Les matières premières du faux-monnayage

  • 10 Il s’agit d’analyses qualitatives réalisées par spectrométrie de fluorescence X au Centre Ernest-B (...)

10Les analyses réalisées sur les échantillons mis au jour au sein de la cavité ont rapidement rendu compte d’une très grande homogénéité des matériaux associés à ce faux-monnayage10. Excepté neuf objets, les artefacts se répartissent selon deux principaux groupes de composition correspondant à deux stades de fabrication distincts. Le premier est constitué des âmes en cuivre ; le second rassemble des compositions similaires à celles mesurées dans le premier auxquelles s’ajoutent l’argent et le mercure trahissant la mise en œuvre du procédé d’argenture à l’amalgame.

11Les neuf échantillons qui se démarquent se révèlent plus surprenants. On trouve ainsi un fragment d’alliage cuivre-argent, un réal incus, deux flans en laiton et cinq coulures à base de plomb et d’étain. Les cinq coulures ont uniquement été trouvées par le prospecteur amateur et ne figurent pas dans le premier inventaire. Il a semblé plus prudent de considérer ces échantillons comme étrangers au site. En ce qui concerne le flan de laiton, il est également possible qu’il ait été rajouté par le prospecteur, la fouille n’ayant pas conduit à la découverte d’un second.

  • 11 Les analyses ont été réalisées au cyclotron du laboratoire CEMHTI (UPR 3079) d’Orléans.

12L’analyse quantitative par activation aux neutrons rapides de cyclotron de la composition de six échantillons appartenant aux deux principaux groupes définis permet de constater que le cuivre utilisé est relativement pur puisqu’il contient en moyenne moins d’un pourcent de plomb11. La prise en compte des éléments présents en petite quantité, notamment l’antimoine et l’arsenic, assure qu’il y a une filiation entre les ébauches et les flans argentés. Le faussaire a donc disposé d’une source homogène de cuivre pour une grande part de sa contrefaçon dont témoignent les objets découverts.

  • 12 C’est notamment ce dont rendent compte les expérimentations d’argenture à l’amalgame réalisées par (...)

13L’argent utilisé par le faussaire doit être envisagé à partir du fragment d’alliage cuivre-argent analysé. Cet unique morceau métallique de 0,83 g est à mettre en relation avec le procédé d’argenture à l’amalgame de ce faux-monnayage compte tenu de sa forme et de sa composition. Mélangé à du mercure pour former un amalgame avec l’argent, il peut ensuite être appliqué à la surface des ébauches de fausses monnaies. Le fragment retrouvé illustre la qualité médiocre de l’argent utilisé dans cette activité puisque la forte proportion de cuivre présente ne favorise pas la réaction d’amalgamation. Il augmente d’autant la difficulté et la durée de préparation12.

Forme initiale des matières premières

  • 13 Smithells Metals Reference Book, éd. W. F. Gale, T. C. Totemeier, Butterworth-Heinemann, 2004, p.  (...)

14La forme initiale des matières premières utilisées (lingot, tôle, bande, grains ou fil) influe directement sur la complexité de la chaîne opératoire. Plusieurs données archéologiques laissent croire que, si le faussaire a lui-même fondu ses matières premières, il ne l’a pas fait au sein de la grotte. Les indices limités de foyers relevés lors des travaux archéologiques ne correspondent pas à des structures métallurgiques permettant de fondre du cuivre, dont la température de fusion atteint 1 085 °C13. Les seules zones foyères découvertes dans l’emprise de l’activité correspondent à des foyers domestiques.

15Quant à la question du martelage des lames pour les amener à l’épaisseur voulue, elle ne se justifie in situ que si la fonte du cuivre prenait place aussi dans la grotte. Le martelage a bien eu lieu puisque les épaisseurs mesurées à partir du corpus métallique sont très majoritairement inférieures à 1,4 mm et ne dépassent jamais 2,5 mm : elles ne peuvent procéder d’une simple fonte. Mais, si l’on considère les vestiges découverts au sein de la grotte, aucun d’entre eux ne permet de placer avec certitude ce travail dans la cavité. Cette opération, en aucun cas répréhensible, a certainement été réalisée dans un espace où elle était d’une mise en œuvre plus aisée.

Les chaînes opératoires du faux-monnayage de la grotte de La Catette

16L’une des principales caractéristiques révélées par l’étude de cette contrefaçon monétaire est la répartition des ébauches découvertes en cours d’élaboration selon plusieurs familles. Le contraste entre ces ensembles est relativement bien marqué dans la mesure où il se constate à plusieurs niveaux. Le premier est celui du diamètre et de la longueur des côtés des carreaux qui varient de manière très significative. Sur un second plan, il apparaît que les différences de modules sont également corrélées avec des stades de mise en forme plus ou moins avancés, comme le suggère notamment la prise en compte du corpus de carreaux (fig. 4). Cette constatation permet d’envisager une adaptation de la chaîne opératoire aux modules des monnaies produites.

Figure 4 — Répartition des diamètres des flans et des longueurs des carreaux de La Catette

17En considérant dans un premier temps le diamètre des flans, il est possible de définir trois familles distinctes. La première rassemble les plus grands modules centrés entre 21 et 25 mm. La seconde s’établit principalement entre 11 et 15 mm. Et un troisième ensemble, plus restreint, vient s’intercaler entre les précédents, avec des diamètres de 16 à 19 mm. En définitive, les flans du corpus se classent selon trois groupes morphologiques qu’il faut considérer séparément. Leurs caractéristiques sont présentées dans le tableau ci-dessous.

Groupe A

Groupe B

Groupe C

Intervalle

9 à 16 mm

16 à 19 mm

19 à 27 mm

Nombre de flans

47

10

69

Diamètre moyen

13 mm

17,6 mm

23 mm

Écart-type

1,6

0,7

2

Type contrefait

Indéterminé

Double tournois

Douzain ou réal

  • 14 Le double tournois présenté dans le catalogue de Jean Duplessy mesure 17 mm de diamètre. Duplessy,(...)

18La distinction des différents ensembles permet notamment de calculer les diamètres moyens associés et de les relier aux types monétaires contrefaits. Le groupe B bien que relativement limité, est en revanche très précisément défini (fig. 4) puisqu’il présente le plus faible des écarts-types calculés. Une telle constatation doit être reliée au stade avancé de ces ébauches, qui semblent présenter leurs dimensions définitives. Le diamètre moyen évalué correspond en outre à celui du double tournois à la croisette contrefait dont un fragment a été retrouvé dans la cavité14.

19Les écarts-types des deux autres ensembles sont en revanche un peu plus importants. Ils doivent être rapprochés d’une mise en forme incomplète de certains flans. Pour le groupe C, cette tendance est confirmée par la plus faible épaisseur et le plus grand diamètre des flans argentés prêts pour la frappe. Cette famille est finalement à mettre en relation avec les contrefaçons de douzains et de réaux découvertes dans la cavité dont les modules se situent dans un intervalle de 21 à 26 mm.

  • 15 Le billon est une dénomination d’alliages monétaires cuivre-argent dans lesquels ce dernier métal (...)

20Les flans de l’ensemble A illustrent également différents stades de leur chaîne opératoire de fabrication d’autant qu’ils sont à mettre en relation avec le corpus des carreaux (fig. 4). Ces derniers présentent des longueurs de côté légèrement décalées vers les petites dimensions par rapport aux diamètres des flans du groupe A, qui sont en revanche plus fins. Pour ce monnayage particulier, le processus d’élaboration apparaît moins avancé que pour les autres fabrications. D’ailleurs, aucune des fausses monnaies retrouvées ne peut être associée à ces petits flans, même s’il est évident qu’ils étaient destinés à contrefaire un monnayage de bas billon de faible valeur15.

21La répartition des longueurs mesurées sur les carreaux est caractéristique de leur procédé de mise en forme. Les dimensions relevées sont particulièrement standardisées, 90 % d’entre elles se situent dans un intervalle compris entre 8 et 12 mm. L’uniformité des carreaux résulte de leur découpe dans une plaque de métal alors que la plus grande fluctuation du diamètre des flans dépend des martelages plus ou moins importants qu’ils subissent durant leur préparation.

22Ces constatations ainsi que le classement proposé, permettent à présent de discuter des techniques de fabrication propres à cette activité illégale et de son adaptation selon les types monétaires copiés.

La production de fausses monnaies de bas billon

  • 16 A. Arles, F. Téreygeol, « La fabrication monétaire au Moyen Âge », Argent caché… et argent retrouv (...)

23La discussion technique est ici réservée à la présentation de la chaîne opératoire de fabrication associée aux ébauches du groupe A destinées à la production d’un faux-monnayage de bas billon. D’un point de vue morphologique, ce corpus particulier met en évidence des caractéristiques fortes en relation avec les méthodes de mise en forme. Il en ressort l’usage d’un système de production proche de celui en vigueur dans les ateliers monétaires à la même époque16.

24Ce corpus marque une évolution des profils carrés vers d’autres, plus arrondis. La grande majorité des carreaux sont à un stade très précoce de mise en forme. Ils présentent encore des bords de coupe droits témoignant de l’absence de martelage. Toutefois, de par sa forme carrée, un unique fragment de métal se place immédiatement après l’étape de découpe des lames. Les autres ont tous leurs angles coupés. La finalité de cette opération n’est pas, comme dans le monnayage officiel, la calibration de la masse, mais vise à ébaucher une forme arrondie.

25Compte tenu de leur mise en forme limitée, il est possible de reconstituer les formes initiales des ébauches par la restitution des angles et de quantifier les surfaces manquantes. Cette reconstitution a été mise en œuvre pour 58 carreaux découverts au sein de la grotte. Elle rend compte d’une production moyenne de déchets de 12,9 % de la masse de métal. Les formes mises en évidence ne correspondent pas à des carrés, propres à la forme habituelle des carreaux. Il s’agit de trapèzes puisque globalement seuls deux des bords de coupe opposés définissent des axes parallèles. Une telle configuration se justifie par la séquence de découpe de ces fragments de métal (fig. 5). Des lames sont préalablement cisaillées dans une plaque de cuivre. Il est important dans cette opération préliminaire de veiller à effectuer des coupes relativement parallèles. Si tel n’est pas le cas et suivant la longueur des lames, la largeur de ces dernières peut varier rapidement. Cela entraîne alors une production importante de fragments métalliques par la suite inutilisables, car trop ou pas assez larges. Ce n’est que dans un second temps que les bandes de métal sont fractionnées en carreaux. Le faussaire, en revanche, n’a pas jugé nécessaire de rechercher des formes particulièrement régulières dans cette dernière opération. L’irrégularité des formes obtenues (fig. 5) est corrigée par la suite lors de la découpe des coins en définissant des profils octogonaux, plus arrondis.

Figure 5 — Séquence de découpe des carreaux

  • 17 À titre d’exemple, il suffit de considérer le trésor de florettes de Maisonnais. Ces monnaies de b (...)

26Finalement, la technique de mise en forme associée à ce monnayage se résume principalement à un martelage des carreaux préalablement transformés en octogones (fig. 6). La recherche de l’arrondi parfait n’est pas nécessaire compte tenu du type de monnayage contrefait puisque ce critère n’est par ailleurs pas respecté par les ateliers officiels17.

Figure 6 — Évolution morphologique au sein du corpus de carreaux et de flans du groupe A

27La chaîne opératoire retenue par le faussaire est très proche de celle qui était en vigueur dans les ateliers royaux. L’analogie se retrouve jusque dans l’une des dernières opérations de son monnayage. Le monnayeur a boué ses ébauches en les frappant à l’aide d’un marteau sur une pile de flan. Plusieurs flans du corpus présentent les stigmates de cette opération.

La production de fausses monnaies de billon

  • 18 Rancoule, Nouvian, Soulères, « La grotte nord de Lauradieu… », loc. cit. n. 1 ; Arles, « Un faux-m (...)

28Bien que les flans devant servir pour contrefaire des monnaies de billon soient globalement à un stade plus avancé de production, aucun carreau n’a pu être associé à cette fabrication, mais certains échantillons présentent des caractéristiques héritées des étapes précédentes. C’est notamment en considérant quelques-uns des déchets de coupe qu’il est possible de révéler l’une des principales différences entre cette élaboration et celle qui vient d’être évoquée. Les chutes métalliques résultant de la préparation des flans de billon les relient davantage aux procédés du faux-monnayage. Ils présentent des morphologies témoignant de découpes circulaires observables sur d’autres corpus de faux-monnayeurs18.

29Cependant, bien que relativement simple, cette fabrication de fausses monnaies ne se limite pas à une frappe de flans préalablement découpés dans des carreaux de cuivre. Après avoir rectifié sa matière première pour approcher l’épaisseur des monnaies qu’il cherchait à contrefaire, le faux-monnayeur a dans un premier temps découpé ses carreaux dans lesquels il a ensuite cisaillé ses flans. Cette découpe est faite en deux temps, produisant de très fines et longues rognures, avec un bord droit et plusieurs bords de coupe arrondis sur le côté opposé (fig. 7). C’est par une approche expérimentale qu’il a été possible de comprendre l’origine de tels déchets. Ils résultent d’une coupe arrondie qui succède à l’élimination préalable des coins du carreau. Il est dans ce cas plus facile d’obtenir des formes rondes. D’autant que la régularité des profils est également améliorée, car elle dérive de la morphologie déjà globalement circulaire de l’ébauche transitoire octogonale. En définitive, la technique alternative peut correspondre à une évolution du processus de coupe qui traduit une amélioration du produit fini. Une fois découpées, il n’est pas ici nécessaire de marteler les ébauches puisque la méthode retenue permet de produire les morphologies définitives. Pourtant, nous avons constaté une augmentation du diamètre des flans du groupe C, compensée par la diminution de leur épaisseur (fig. 4). Ces ébauches ont donc été frappées à plat sur une enclume. Ce travail devait rester exceptionnel, limité aux flans jugés trop petits, voire pas assez ronds. Le martelage intervient dans ce cas pour corriger des défauts morphologiques. Une fois découpés et rectifiés, les flans étaient, ici aussi, boués.

Figure 7 — Séquence de découpe arrondie d’un flan dans un carreau

  • 19 L. de La Sicotière, « Un atelier de fausse monnaie au xve siècle », Revue numismatique, an. 1847, (...)

30Contrairement aux petits flans du groupe A, ceux présentés ici devaient être argentés. Nombre d’entre eux portent la marque d’un tel traitement. Leur caractérisation a d’ailleurs révélé le procédé employé. Le faussaire a utilisé la technique de l’argenture à l’amalgame mercure-argent19.

  • 20 V. Biringuccio, La pyrotechnie, ou art du feu, Paris, 1572, p. 147-148. C. Mackenzie, Mémorial pra (...)

31Le choix de cette méthode témoigne des qualifications de celui qui l’a mise en œuvre. Nos études expérimentales au cours desquelles nous avons reconstitué ce procédé d’argenture ont en effet révélé la difficulté de la mise en œuvre de cette technique. Elles ont également montré la nécessité de disposer de certains savoir-faire dont ne font pas état les traités métallurgiques qui décrivent ce procédé20. L’étude des échantillons du corpus apporte toutefois peu d’informations sur le développement exact du procédé retenu. Il est en revanche possible d’attester une chronologie des opérations. La découverte de flans argentés n’ayant pas été frappés prouve, dans un premier temps, que la procédure d’argenture n’est pas la dernière étape de fabrication.

  • 21 Théophile, Théophile, prêtre et moine…, op. cit. n. 20, p. 168.

32Après avoir été préparées, les ébauches ont été traitées par une attaque acide afin que l’amalgame accroche sur le support métallique mis à nu21. Nos essais expérimentaux attestent l’efficacité de cette technique. Après que l’amalgame a été appliqué sur les échantillons, ils devaient être chauffés pour éliminer une grande part du mercure de la couche superficielle déposée. Ce n’est qu’une fois brunie que celle-ci prend un aspect argenté. Dans le cadre de ce faux-monnayage, cette ultime opération intervenait avant la frappe comme en témoigne l’aspect brillant des flans découverts lors de notre fouille. Le faussaire frappait finalement ses flans pour obtenir ses fausses monnaies.

33L’étude des flans du groupe C caractérise donc bien une seconde chaîne opératoire associée à une contrefaçon de monnaies de billon, totalement différente de celle développée en relation avec le faux-monnayage de bas billon. Quels sont dans ce cas les paramètres qui ont imposé ou favorisé la mise en œuvre parallèle de procédés de fabrication distincts ?

Une adaptation avantageuse

  • 22 Les deniers, doubles tournois et liards de bas billon valent respectivement un, deux et trois deni (...)

34Le recours aux différentes chaînes opératoires précédemment relevées doit être envisagé à la lumière des profits espérés. L’écart entre la valeur des espèces de bas billon et celles qui contiennent plus d’argent est très important. Si les premières ne dépassent jamais trois deniers, les secondes en revanche valent au moins quatre et quinze fois plus22. Si l’on fait pour l’instant abstraction des différents risques encourus, le faux-monnayeur de La Catette ne pouvait compter percevoir une somme importante en fabriquant ces fausses monnaies de bas billon. C’est pourquoi il aura cherché à exploiter au mieux ses matières premières. Cette hypothèse oblige à considérer les volumes de déchets résultant des différentes fabrications, car ils représentent autant de matière qui n’est pas réutilisable sans refonte et mises en forme supplémentaires hors de la grotte.

  • 23 La masse moyenne des flans du groupe A est de 0,66 g, alors qu’elle est de 2,14 g pour ceux du gro (...)

35L’expérimentation archéologique apporte un élément de réponse. Alors que le procédé de fabrication associé au monnayage de bas billon a pu être quantifié à partir des échantillons archéologiques et ne produit en moyenne que 12,9 % de déchets, nos expérimentations ont permis de constater que la seconde chaîne opératoire en produit plus de 20 %. Cet écart est-il suffisamment intéressant pour que le faussaire décide de choisir une méthode qui prend plus de temps ? Si l’on considère que la mise en œuvre d’une chaîne opératoire économique en matières permet d’augmenter le nombre de pièces fabriquées à partir des tôles ou lames préparées ailleurs. Dans ce cas, plus les espèces sont petites, plus le nombre d’exemplaires produits en premier lieu est important. À titre d’exemple, les flans du groupe C sont en moyenne un peu plus de trois fois plus lourds que ceux de la famille A23. Par conséquent, en supposant une épaisseur égale pour une lame de même dimension, l’économie de matières qui donnerait lieu à la frappe d’un douzain de plus permettrait de frapper au moins 3 doubles ou deniers de plus. La longueur de la chaîne opératoire spécifique aux petits monnayages se voit compensée par l’augmentation de la production. En mettant en parallèle cette observation avec le faible bénéfice espéré de cette contrefaçon, il devient particulièrement intéressant d’exploiter au mieux le métal, minimisant ainsi les refontes coûteuses afin d’optimiser le profit lors de l’imitation de petites espèces.

En guise de conclusion

36Il est maintenant possible de conclure sur les qualités du faussaire de La Catette d’après les caractéristiques de ses faux-monnayages. La définition des différentes chaînes opératoires mises en œuvre au sein de la grotte a révélé les nombreuses compétences dont a fait preuve l’artisan. Elles lui ont permis d’adapter ses procédés de fabrication suivant les types monétaires contrefaits afin d’optimiser l’utilisation de ses matières premières. Le recours à la frappe des faux selon la méthode en vigueur dans les ateliers monétaires officiels révèle d’autant mieux les savoirs du faux-monnayeur. De même, la maîtrise du procédé d’argenture à l’amalgame est un argument supplémentaire qui confirme un important savoir-faire métallurgique. La présence de deux poinçons utilisés pour graver les matrices ainsi que plusieurs échantillons rapidement assimilés à des essais de frappe l’attestent également. L’un d’eux est particulièrement significatif puisqu’il s’agit d’un flan de cuivre non argenté, qui présente sur ses deux faces un même revers lacunaire de douzain aux croissants. Au cours de la gravure d’un de ses coins, le faussaire a vérifié la qualité de son travail en utilisant plusieurs fois sa matrice en cours d’élaboration sur l’un de ses flans. La gravure des coins ne constitue pas seulement un élément dans la définition du profil de cet homme, elle témoigne aussi d’une certaine maîtrise de ses savoir-faire qu’il a su exploiter à son profit de manière très raisonnée. Elle l’a ainsi conduit à fabriquer un minimum de quinze matrices, d’après ce qu’il est possible d’estimer à partir des fausses monnaies collectées. Selon une logique basée sur la production officielle de monnaies, le nombre important de droits et de revers ayant été effectivement employés dans cette activité devrait être assimilé à une frappe très importante de fausses pièces. Il reste difficile d’être certain de l’importance de la production de ce faussaire, notamment compte tenu du faible impact de cette activité au sein de la grotte constaté lors de nos travaux archéologiques. La multiplication du nombre de coins doit de préférence être mise en relation avec une stratégie définie par le faux-monnayeur pour profiter de ses compétences afin de minimiser ses risques et d’optimiser ses profits. C’est l’observation des types monétaires différents qui permet de proposer cette hypothèse et de l’étendre à la multiplication des coins. Un ensemble de pièces toutes identiques provoque bien davantage la suspicion qu’un échantillonnage de pièces diverses. Dans cette production diversifiée, l’augmentation des probabilités d’arrestation ne va pas de pair avec une hausse des profits potentiels. C’est justement la stratégie proposée par le faussaire qui permet de rompre la logique qui voudrait que les risques encourus soient directement fonction des profits escomptés.

  • 24 L’exposition de monnaies étrangères est en effet tolérée par les différentes ordonnances de Franço (...)
  • 25 M. P. Mantellier, « Notice sur un atelier de faux-monnayeurs du xvie siècle », Mémoires de la Soci (...)
  • 26 L. Feller, Faux-monnayeurs et fausses monnaies en France à la fin du Moyen Âge (seconde moitié du (...)

37Parmi les types contrefaits, c’est le réal espagnol qui permettait d’espérer le bénéfice le plus important. Il imite en effet un monnayage de billon de forte valeur puisque de telles pièces pouvaient s’échanger autour de 48 deniers en France. Effectivement autorisée dans le royaume au milieu du xvie siècle, l’exposition de monnaies étrangères, ici espagnoles, a offert au faussaire une opportunité intéressante24. Le choix de contrefaire un type monétaire étranger présente deux avantages évidents. Le premier repose sur la plus grande méconnaissance des monnaies étrangères par les usagers25. L’autre est l’espérance d’une plus grande clémence de l’autorité émettrice en cas de découverte du forfait, qui ne pouvait plus être associé au crime de lèse-majesté26.

  • 27 Feller, Faux-monnayeurs…, op. cit. n. 26, p. 21.

38Pour ce qui est des imitations de monnaies françaises, le clandestin se cantonne à des types communs, donc moins contrôlés. Il ne cherche pas à reproduire des espèces de forte valeur. Ses faux douzains, qui sont équivalents à 12 deniers, lui permettent de diversifier sa production de pièces argentées. L’imitation de petites espèces est, quant à elle, particulièrement intéressante, car elle se place dans une niche laissée vide à l’époque par l’autorité émettrice. La production du faux-monnayeur prend place à un moment où ces petites espèces ne sont plus produites, mais n’ont pas été décriées. L’arrêt de leur émission par les ateliers monétaires aura entraîné une diminution du nombre de ces petites pièces pourtant indispensables aux échanges de la vie courante. Cette configuration apparaît idéale pour une faussaire. La contrefaçon de ces monnaies de bas titre ne permet pas d’espérer un gain important compte tenu de l’économie limitée de métal précieux réalisée. Cependant, cet inconvénient se trouve dans un sens compensé par leur facilité à intégrer le circuit économique. Enfin, la valeur limitée de ces espèces n’encourage pas les contrôles rigoureux27.

39À chacun des groupes morphologiques préalablement déterminés peut théoriquement être associé un type contrefait correspondant à la fabrication par le faussaire de 243 espèces variées. C’est ainsi qu’il est maintenant possible de proposer une quantification du bénéfice potentiel associé. Le premier groupe rassemble les 156 carreaux et flans de très petites dimensions. Bien qu’il ne soit pas illustré par la découverte de fausses monnaies ayant été frappées, ce corpus peut tout de même être mis en relation avec la contrefaçon d’espèces de faible valeur ne pouvant dépasser un denier. L’ensemble des 10 flans du groupe B était, quant à lui, réservé à l’imitation de doubles tournois. La somme cumulée de ces deux faux-monnayages de bas billon équivaut donc à une somme de 176 deniers.

  • 28 Six douzains et deux réaux.
  • 29 Pour le choix de l’arrondi de l’estimation des quantités de flans respectives, les douzains ont ét (...)

40La valeur associée à la dernière famille, qui compte 69 flans (groupe C), est en revanche plus difficile à estimer. Ces ébauches pouvaient être destinées à la fois à la frappe des douzains à la croisette ou aux croissants s’échangeant contre douze deniers, mais également à celle des faux réaux espagnols, d’une valeur près de quatre fois plus élevée. C’est pourquoi il a été décidé de considérer la proportion de chacun des types dans le corpus28, soit 75 % de douzains pour 25 % de réaux. Ce compromis suit d’ailleurs la logique de ce faux-monnayage puisqu’il ménage en quelque sorte les risques, en ne donnant pas une place trop importante au monnayage de plus grande valeur. En fin de compte, ce corpus équivaudrait à 1 440 deniers potentiels29.

  • 30 Arles, « Un faux-monnayage d’opportunité… », loc. cit. n. 1.

41En ajoutant au total la valeur des fausses monnaies retrouvées sur le site représentant 170 deniers, le faussaire aurait donc pu espérer bénéficier de 1 786 deniers tournois de cette production finalisée. À titre de comparaison, il est intéressant de prendre ici en compte les résultats d’une étude similaire que nous avons pu mettre en œuvre à partir des vestiges d’un premier atelier monétaire. Celui-ci a été en activité à la fin du xve siècle également dans une grotte de l’Aude30. Le faussaire a ici produit un lot de 138 monnaies représentant une somme de 1 180 à 1 416 deniers tournois. On retrouve ici des sommes relativement similaires à celle estimée pour l’atelier de la grotte de La Catette. Il faut cependant considérer que les opérations mises en œuvre dans cette dernière production ont été beaucoup plus complexes et longues. En effet, la fabrication au sein de la grotte de Lauradieu est comparable à la production de faux douzains et n’a utilisé qu’une seule paire de coins.

42Il est en définitive surprenant que, compte tenu de sa valeur potentielle, la production au sein de la grotte n’ait pas été finalisée. De même, étant donné le travail qu’elle représente, il est intéressant de constater que cette production n’a pas été envisagée de manière plus ambitieuse. Aucune des deux chaînes opératoires mises en œuvre n’a été terminée. Certains flans argentés ne demandaient qu’à être frappés pour devenir des fausses monnaies d’une grande qualité. De même, les quelques défauts de frappe des neuf pièces retrouvées dans la cavité justifient-ils qu’elles aient été laissées sur place ? Elles représentent tout de même une somme de 170 deniers. L’hypothèse la plus probable permettant d’expliquer de telles constatations est certainement un arrêt brusque de cette activité. Bien que présentant toutes les caractéristiques d’un faux-monnayage de qualité, par ailleurs organisé selon une stratégie très raisonnée, il faut croire que l’artisan qui en est à l’origine n’a pas eu la possibilité, le besoin ou seulement la volonté de revenir au sein de la grotte pour achever sa fabrication.

Notes

1 G. Rancoule, S. Nouvian, R. Soulères, « La grotte nord de Lauradieu (commune d’Auriac, Aude). Un atelier de faux monnayeur du xve siècle », Bulletin de la Société d’études scientifiques de l’Aude, 74 (1974), p. 171-176. R. Ayme, M. Dhénin, H. Duday, J. Guilaine, J.-C. Richard, « Atelier de faux-monnayeurs du xve siècle dans une grotte de Moux (Aude) », Bulletin de la Société française de numismatique, 31 (1976), no 8, p. 93-94. M. Bompaire, M. F. Guerra, Y. Solier, « La grotte du Crès de la Louve, à Roquefort des Corbières : une officine de faux-monnayeur », Bulletin de la Société d’études scientifiques de l’Aude, 46 (1996), p. 71-76. A. Arles, « Un faux-monnayage d’opportunité : la grotte de Lauradieu (Aude) », Archéologie du Midi médiéval, 28 (2010), p. 115-128.

2 Cette découverte est intervenue il y a une vingtaine d’années.

3 J. Duplessy, « La circulation des monnaies espagnoles en France (xvie-xviie siècles) », II Symposi Numismàtic de Barcelona, Barcelone, 1980, p. 79-82.

4 Selon une communication personnelle de Marc Bompaire, un tel défaut n’empêchait pas la circulation d’une telle monnaie sans perte de valeur.

5 J.-A. Blanchet, A. Dieudonné, Manuel de numismatique française, Paris, 1912-1936, t. 2, p. 320-321. J. Duplessy, Les monnaies françaises royales de Hugues Capet à Louis XVI (François Ier-Louis XVI), t. 2, Paris-Maastricht, 1989, p. 6 et 58.

6 Ibid., p. 71 et 83.

7 M. Hourlier, « Le trésor de Noroy-sur-Ourcq (Aisne) : monnaies françaises et étrangères des xve et xvie siècles », Trésors monétaires 11, Paris, 1889, p. 129.

8 Duplessy, Les monnaies françaises…, op. cit. n. 5, p. 71.

9 Dom C. de Vic, Dom J. Vaissète, Histoire générale de Languedoc, Toulouse, t. 4, 1876, pl. I.

10 Il s’agit d’analyses qualitatives réalisées par spectrométrie de fluorescence X au Centre Ernest-Babelon.

11 Les analyses ont été réalisées au cyclotron du laboratoire CEMHTI (UPR 3079) d’Orléans.

12 C’est notamment ce dont rendent compte les expérimentations d’argenture à l’amalgame réalisées par les auteurs sur la plate-forme paléométallurgique des Mines des rois francs à Melle.

13 Smithells Metals Reference Book, éd. W. F. Gale, T. C. Totemeier, Butterworth-Heinemann, 2004, p. 14-10.

14 Le double tournois présenté dans le catalogue de Jean Duplessy mesure 17 mm de diamètre. Duplessy, Les monnaies françaises…, op. cit. n. 5, p. 60.

15 Le billon est une dénomination d’alliages monétaires cuivre-argent dans lesquels ce dernier métal est minoritaire.

16 A. Arles, F. Téreygeol, « La fabrication monétaire au Moyen Âge », Argent caché… et argent retrouvé, les trésors monétaires en Deux-Sèvres, éd. M. Cavaillès et al., Parthenay, 2007, p. 22-25. A. Arles, M. LHéritier, M.-P. Guirado, F. Téreygeol, « Études des structures et des objets liés à la fabrication de la monnaie », L’atelier monétaire royal de La Rochelle, Fouilles de la place de Verdun, éd. P. Mille, Rennes, 2011, t. 1, p. 83-135.

17 À titre d’exemple, il suffit de considérer le trésor de florettes de Maisonnais. Ces monnaies de billon frappées dans la grande crise d’inflation monétaire des années 1420, bien que frappées dans des ateliers différents, présentent des morphologies correspondant pour la plupart à des étapes de mise en forme peu avancées (A. Clairand, « Le trésor de Maisonnais », Argent caché…, op. cit. n. 16, p. 132-134).

18 Rancoule, Nouvian, Soulères, « La grotte nord de Lauradieu… », loc. cit. n. 1 ; Arles, « Un faux-monnayage d’opportunité… », loc. cit. n. 1.

19 L. de La Sicotière, « Un atelier de fausse monnaie au xve siècle », Revue numismatique, an. 1847, p. 291-292. Rancoule, Nouvian, Soulères, « La grotte nord de Lauradieu… », loc. cit. n. 1, p. 171. Ayme et al., « Atelier de faux-monnayeurs… », loc. cit. n. 1. W. A. Oddy, M. R. Cowell, « The Technology of Gilded Coin Forgeries », Metallurgy in Numismatics, éd. M. M. Archibald et al., Londres, 1993, t. 3, p. 200, 203 et 206.

20 V. Biringuccio, La pyrotechnie, ou art du feu, Paris, 1572, p. 147-148. C. Mackenzie, Mémorial pratique du chimiste-manufacturier, Paris, t. 1, 1824, p. 16-17. Théophile, Théophile, prêtre et moine. Essais sur divers arts, éd. C. de LEscalopier, J.-M. Guichard, Nogent-le-Roi, 1977, p. 166. A. Arles, F. Téreygeol, B. Gratuze, « Two Silvering Processes used in the French Medieval Minting », 2nd International Conference Archaeometallurgy in Europe 2007, 2007, CD-ROM. A. Arles, Entre monnayage officiel et faux-monnayage. La fabrication de la monnaie au marteau en France (xiiie -xviie siècle). Approche physico-chimique, expérimentale et historique, doct. d’histoire, Univ. d’Orléans, 2009, p. 536-542.

21 Théophile, Théophile, prêtre et moine…, op. cit. n. 20, p. 168.

22 Les deniers, doubles tournois et liards de bas billon valent respectivement un, deux et trois deniers tournois, alors que les douzains correspondant aux monnaies les plus faibles de billon en valent douze. Duplessy, Les monnaies françaises…, op. cit. n. 5, p. 55-62 et 83-87. Les réaux, qui en Espagne valaient 34 maravédis, ont vu leur cours en France évoluer de 3 sous 9 deniers (45 deniers tournois) jusqu’à 4 sous 2 deniers tournois (50 deniers tournois), selon les ordonnances du 19 mars 1541 sous François Ier et des 29 juillet 1549 et 17 août 1561 sous Henri II. P. Leddet, « Le journal du Sire de Gouberville, noms de monnaies et évaluations », Revue numismatique, 31 (1928), no 4, p. 208.

23 La masse moyenne des flans du groupe A est de 0,66 g, alors qu’elle est de 2,14 g pour ceux du groupe C.

24 L’exposition de monnaies étrangères est en effet tolérée par les différentes ordonnances de François Ier et Henri II qui en réglementent la circulation, en fixant notamment leur taux de change. Leddet, « Le journal du Sire… », loc. cit. n. 22, p. 187.

25 M. P. Mantellier, « Notice sur un atelier de faux-monnayeurs du xvie siècle », Mémoires de la Société archéologique de l’Orléanais, 1 (1851), p. 334.

26 L. Feller, Faux-monnayeurs et fausses monnaies en France à la fin du Moyen Âge (seconde moitié du xve siècle), Paris, 1986, p. 59. C. M. Cipolla, Les caprices de la fortune, banquiers, commerçants et manufacturiers, xive-xviiie siècle, Paris, 2000, p. 20.

27 Feller, Faux-monnayeurs…, op. cit. n. 26, p. 21.

28 Six douzains et deux réaux.

29 Pour le choix de l’arrondi de l’estimation des quantités de flans respectives, les douzains ont été favorisés. Le calcul a donc pris en compte 52 douzains pour 17 réaux.

30 Arles, « Un faux-monnayage d’opportunité… », loc. cit. n. 1.

Table des illustrations

Légende Figure 1 — Grotte de La Catette sur la commune de Rivel (Aude)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/28590/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Légende Figure 2 — Échantillons extraits du corpus global présentant les principales morphologies
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/28590/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 206k
Légende Figure 3 — Différents types monétaires contrefaits
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/28590/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Figure 4 — Répartition des diamètres des flans et des longueurs des carreaux de La Catette
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/28590/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Figure 5 — Séquence de découpe des carreaux
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/28590/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Légende Figure 6 — Évolution morphologique au sein du corpus de carreaux et de flans du groupe A
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/28590/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Figure 7 — Séquence de découpe arrondie d’un flan dans un carreau
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/28590/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 92k

© Éditions de la Sorbonne, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540