Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mesure et histoire médiévale

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Mesurer la production et les échanges

Une autre mesure de la monnaie

L’analyse des alliages monétaires carolingiens

Guillaume Sarah et Marc Bompaire

Résumé

En numismatique, le terme de mesure évoque les études métrologiques qui s’appuient sur la pesée de séries de pièces et le traitement statistique de ces données. Les bénéfices de telles recherches sont indiscutables, mais des données d’un autre type peuvent y être associées : les analyses de monnaies anciennes qui ont bénéficié de développements méthodologiques récents assurant une meilleure confiance dans les résultats et permettant de les systématiser. Elles confirment les capacités de mise en œuvre technique et de contrôle des spécialistes médiévaux, tout en mettant en évidence la présence d’éléments-traces qui restaient hors de leur portée. Cette contribution propose d’évaluer, à travers l’exemple des monnaies carolingiennes, l’apport de l’analyse systématique d’un corpus de monnaies anciennes pour la compréhension de l’histoire économique et monétaire.

In Numismatics, the mention of measurement makes one think of metrological studies where a series of coins is weighed followed by a statistical treatment of the data. This type of research has undoubted benefits but a new type of data that has come up from the analysis of ancient coins can be used together with it. This approach has benefited from the latest methodological developments which provide more reliable results that can easily be systemized. This research confirms the technical and the checking capacity of the medieval craftsmen while showing up the presence of trace elements which they were unable to detect. This study sets out to evaluate, using the example of Carolingian coins, the contribution a systematic analysis of a corpus of ancient coins can make to the understanding of Economic and Monetary History.

Texte intégral

  • 1 Le plus fameux est celui du Florentin Francesco Balducci Pegolotti, connu sous le nom de La Pratic (...)

1Pour tout le Moyen Âge, la monnaie constitue une mesure de valeur et cette fonction lui est reconnue plus unanimement que celle de réserve de valeur ou surtout d’intermédiaire des échanges. Cette étude ne porte pas pour autant sur ce que mesure la monnaie, mais sur la façon dont on mesure la monnaie. On sait, par exemple, que les manuels de marchands italiens ou les livres de changeurs de la fin du Moyen Âge précisent le poids et le titre des monnaies1. Ils donnent aussi, comme les règlements publics, le cours légal des différentes pièces autorisées ou tolérées dans la circulation monétaire. Mais pour d’autres périodes, en particulier plus anciennes, de tels documents ne nous sont pas parvenus, et nous ne pouvons compter que sur quelques textes relatifs à la monnaie et de rares mentions. Dans les deux cas, la mesure est l’instrument d’une meilleure connaissance des monnaies, de leur fabrication et de leur usage par les hommes.

  • 2 Une partie significative de ces résultats est présentée par Guillaume Sarah (Caractérisation de la (...)

2Après avoir proposé une réflexion critique sur l’approche métrologique telle qu’on l’envisage d’une manière traditionnelle en numismatique, en y associant une enquête sur les procédures et les capacités des techniciens des monnaies de l’époque pour mesurer et contrôler la masse et la composition des pièces, nous examinerons les possibilités offertes par la mesure de la composition élémentaire des alliages monétaires, grâce à un outil performant récemment adapté pour les monnaies anciennes à base d’argent. La discussion portera sur le cas des monnaies carolingiennes, dont plus d’un millier d’exemplaires ont fait l’objet d’analyses ces dernières années2.

La métrologie en numismatique

Considérations générales pour le Moyen Âge

  • 3 Nicolas Oresme, De moneta, chap. 16 : « appeler denier ce qui n’est pas en vérité un denier et liv (...)

3Nous ne reviendrons pas sur l’exigence première de stabilité des poids et des mesures, telle qu’elle découle de ses fondements bibliques. En matière de monnaie, cette exigence est rappelée plusieurs fois au milieu du xive siècle dans le Traité des monnaies de Nicolas Oresme, qui l’applique de façon explicite aux monnaies dans leur matérialité3. Son enjeu était aussi capital pour l’administration monétaire dans le souci de son intérêt bien compris. Quand il s’agit de métal précieux, les pièces trop lourdes étaient rognées pour récupérer du métal. Inversement, l’abondance dans le numéraire en circulation de pièces avec un contenu de métal précieux insuffisant rendait rapidement impossible ou du moins désavantageuse voire déficitaire la fabrication de bonnes monnaies. Tout cela évidemment dans la mesure où les pièces étaient reçues au nombre, par compte et non au poids comme lingots.

  • 4 Dès 1514 et le De asse et partibus ejus, de Guillaume Budé. Pour des notions générales sur la métr (...)
  • 5 La perte de métal consécutive à l’usure des pièces durant leur utilisation. Voir F. Delamare, Le f (...)
  • 6 C. Carcassonne, Méthodes statistiques en numismatique, Louvain-la-Neuve, 1987. Voir pour la périod (...)
  • 7 A. Stahl, Zecca. The Mint of Venice in the Middle Ages, Baltimore-Londres, 2000, p. 362-363 pour l (...)
  • 8 Calculs opérés à partir des données d’Alan Stahl (ibid.) et des observations statistiques de S. M.(...)
  • 9 Les récentes recherches d’Adrien Arles (« Études des structures et des objets liés à la fabricatio (...)

4La pesée des pièces anciennes est une approche métrologique immédiate dont l’apparition coïncide avec celle de la numismatique4. Les balances électroniques ont depuis le milieu du xxe siècle permis de multiplier et de systématiser les mesures ; l’étude pondérale des pièces, en se combinant à des traitements statistiques simples, a ainsi sensiblement contribué au développement des études numismatiques, au classement de séries monétaires en émissions pondéralement distinctes, à la réflexion sur les modes de thésaurisation ou sur la question de la durée de circulation des monnaies et du frai5. Les avancées méthodologiques et la mise en œuvre de la métrologie dans la réflexion ont caractérisé la production numismatique depuis 1970 jusqu’aux années 19906. La précision des pesées n’était pas trop entravée par la difficulté d’étalonner des poids fractionnaires. Les masses étaient définies grâce à la notion de taille au marc puisque les ordonnances et règlements n’indiquaient pas la masse de chaque pièce, mais le nombre de pièces à produire à partir d’un marc (par exemple en France, marc de Troyes de 244,75 g) ou d’une livre (par exemple à Florence, livre de 339,54 g). Dans les opérations de contrôle, les pesées s’opéraient de même en dénombrant les pièces pesant trois marcs, un marc, ou même une once (environ 30 g) pour les piécettes divisionnaires à Venise7. Dans cette cité les autorités eurent à choisir en 1391 entre la rémunération d’un vérificateur de la régularité pondérale de ces piécettes et le coût politique et économique d’une fabrication un peu moins parfaitement calibrée. La maîtrise des autorités monétaires vénitiennes leur avait même permis d’obtenir empiriquement – sinon de calculer – la formule (théorème de la limite centrale) permettant d’obtenir des pièces aussi précisément ajustées en pratiquant le contrôle des ducats d’or par des pesées au marc aussi bien que pièce par pièce. Pour obtenir la variabilité maximale tolérée de 1 grain (0,5 cg) entre deux ducats de 3,56 g, il fallait en les pesant par marcs de 67 exemplaires tolérer un écart maximal de √67* 0,5 cg, soit 0,41 g, ce qui correspond précisément aux 2 carats (0,42 g) de tolérance prescrits8. À cette condition, les contrôles de pesée menés par lots de pièces, au marc (al marco), donnent une courbe de répartition tout aussi resserrée que les contrôles pièce à pièce (al pezzo). Il n’y a donc pas lieu pour les numismates de justifier une dispersion des masses observées par une simple référence à la taille al marco ou à l’imprécision des techniques médiévales. En dehors de Venise aussi, cette précision des masses devait être d’autant mieux assurée que les règlements monétaires conservés en France, par exemple, témoignent depuis le xiiie siècle d’une redondance des contrôles de divers types (au marc et pièce par pièce). Cela devait même prémunir la production des dérives que pouvait entraîner la défectuosité d’une des masses étalon servant au contrôle. C’est donc plutôt le relâchement du contrôle qui peut expliquer une irrégularité des masses à l’émission9, mais d’autres facteurs ont également pu intervenir.

  • 10 Par exemple dans le manuel du pseudo-Chiarini, rédigé vers 1380, El libro di Mercatantie e Usanze (...)
  • 11 J. Lafaurie, « Contribution à l’étude du poids réel des monnaies », Bulletin de la Société françai (...)

5Dès cette époque les manuels de marchandise et les livres de changeurs décrivent les techniques permettant de calculer la masse minimale limite qui, selon le cours marchand de telle pièce, permet avec un profit assuré de la rogner ou de la fondre10. C’est plutôt à de telles pratiques qu’il faut penser pour interpréter les répartitions pondérales observées sur les monnaies conservées. Celles-ci montrent en effet assez régulièrement une dissymétrie vers les valeurs basses à la limite de la tolérance légale. C’est le cas, par exemple, des 684 saluts d’or émis à Rouen depuis 1420 avec une masse légale de 3,496 g, provenant du trésor de La Lucerne caché vers 144011 : les masses sont distribuées autour de la valeur minimale tolérée de 3,469 g (fig. 1). Or la même dissymétrie qui apparaît aux époques plus anciennes laisse supposer qu’opéraient déjà les mêmes éléments : un contrôle des masses assurant une distribution régulière, un ajustage après l’émission portant en priorité sur les pièces lourdes.

Des exemples d’époque carolingienne

  • 12 Id., « Numismatique. Des Carolingiens aux Capétiens », Cahiers de civilisation médiévale, 13 (1970 (...)

6Cette même tendance peut être observée pour la période carolingienne à partir des histogrammes de répartition des masses des exemplaires selon leur période d’émission pour en extrapoler les valeurs des étalons massiques. Sans faire état de l’abondante bibliographie consacrée à la détermination de la masse de la livre romaine, de celle dite « de Charlemagne » qui en découle, et de celle des deniers correspondants, il semble que l’approche à privilégier soit celle de la prise en compte du plus grand nombre de pièces en bon état de conservation, afin d’en déterminer la moyenne et l’écart-type12. Pour les espèces d’une période telle que les viiie-ixe siècles, les textes relatifs à la monnaie qui nous sont parvenus ne précisent en effet pas le standard de masse des deniers. Aux histogrammes de répartition, qui permettent de représenter la variabilité de ces données, importante dans le cas des monnayages carolingiens, peuvent être adjointes des courbes de tendance statistique. Seules ont été considérées pour ces graphiques les pièces qui ont fait l’objet d’analyses, afin que la représentativité des histogrammes relatifs aux deux types de données soit la même (fig. 2).

NB : on a indiqué le poids légal et l’intervalle de tolérance.
Figure 1 — Histogramme de répartition des masses des saluts d’or du trésor de La Lucerne (xve siècle)

Figure 2 : Histogrammes de répartition des masses des monnaies frappées avant et après la réforme monétaire de Charlemagne de 793/4

7Ces histogrammes mettent clairement en évidence l’augmentation significative de la masse des deniers à l’occasion de la réforme de l’hiver 793-794. La masse moyenne progresse de 1,15 g à 1,55 g, valeurs qui, compte tenu du frai, de l’altération et des éventuelles restaurations, pourraient être légèrement inférieures aux préconisations de l’époque, mais évoquent une équivalence entre quatre deniers « anciens » et trois « nouveaux ». La dispersion des valeurs apparaît d’autre part moins étalée après la réforme qu’avant elle (évolution de l’écart-type relatif de 12,7 % à 8,9 %) et, dans les deux cas, on observe une asymétrie de répartition qui pourrait traduire la mise de côté des pièces les plus lourdes dès la sortie de l’atelier monétaire, voire dans l’atelier, comme cela a été évoqué plus haut pour d’autres périodes. Il est toutefois manifeste que la réforme monétaire de Charlemagne, d’un point de vue pondéral du moins, fut appliquée efficacement.

8Néanmoins, l’étude pondérale se trouve limitée par l’estimation des incertitudes qui entourent la valeur de la masse des espèces. La mesure elle-même n’est pas en cause ici ; ce sont les multiples facteurs susceptibles d’avoir induit une modification pondérale entre la fabrication au sein de l’atelier et la lecture de la balance par l’historien de la monnaie qui sont susceptibles de créer des biais : les espèces les plus lourdes sont celles qui ont été le plus probablement extraites dès avant la sortie de l’officine, puis sélectionnées pour être rognées (ou thésaurisées) durant leur période de circulation, sans compter le frai lié à la circulation ni l’altération postérieure à l’enfouissement dont la quantification relève de la gageure. Car si des calculs permettent de proposer des valeurs précises pour tenter de remonter aux données légales de l’époque, les représentations graphiques parlent d’elles-mêmes quant aux incertitudes qui les entourent.

  • 13 Lafaurie, « Numismatique… », loc. cit. n. 12, p. 124.

9C’est donc la diminution, qu’elle soit volontaire, accidentelle ou « naturelle », de la masse des pièces anciennes qui constitue la principale limitation d’une interprétation des données massiques qui les concernent. Sans toutefois rejeter les approches de métrologie pondérale des monnaies, qui de toute évidence ne doivent pas être négligées, nous proposons de leur adjoindre aussi souvent que possible des mesures d’un autre type : celles de la composition des alliages monétaires, principalement du titre de métal fin – mais pas seulement. C’est justement ce type d’approche que certains numismates ont appelé de leurs vœux. Ainsi Jean Lafaurie écrivait en 1970 « Un élément essentiel manque encore à la plupart des études numismatiques : la teneur en métal fin des monnaies. L’histoire de la monnaie est inscrite autant que sur sa surface dans sa teneur interne en métal fin13. » Des moyens analytiques performants sont dorénavant disponibles pour une mesure de la composition à grande échelle.

L’analyse des monnaies carolingiennes

L’analyse des monnaies anciennes en archéométrie

10Le terme d’archéométrie désigne une discipline auxiliaire de l’archéologie au sein de laquelle sont regroupées des applications de diverses techniques scientifiques vouées à contribuer à la résolution de problématiques historiques. Une première revue consacrée à cette discipline, Archaeometry, voit le jour en Angleterre à la fin des années 1950. En France, la Revue d’Archéométrie est créée en 1977 mais, en 2006 – signe des temps ? –, le terme archéométrie se voit dégradé en sous-titre, et la revue s’appelle désormais Archéosciences. Revue d’archéométrie. Les recherches en datation, qui occupèrent largement ces publications jusqu’aux années 1980, accompagnées de nombreuses recherches appliquées à des questions de numismatique, si elles n’ont pas totalement disparu, ont laissé la place à d’autres approches faisant notamment intervenir les sciences de la terre et de la vie.

11Le développement des recherches archéométriques appliquées à des questions numismatiques a suivi à une dizaine d’années près celui des études métrologiques. Mais, les équipements requis étant d’une tout autre ampleur, leur multiplication a été plus lente et des avancées historiques importantes n’ont pas été aussi immédiates, en particulier du fait de l’inégale performance et de l’inégale pertinence des méthodes d’analyse mises en œuvre. La multiplication d’analyses n’est pas, en effet, la garantie de résultats exploitables historiquement et rares sont les laboratoires équipés techniquement mais aussi et surtout intellectuellement pour mettre en œuvre les méthodes adaptées aux diverses contraintes liées à la conservation (ni destruction, ni traitement invasif, etc.), aux spécificités matérielles du métal (analyses de surface ou profondes, ponctuelles ou globales) et aux problématiques (étude du titre de métal précieux et des éléments majeurs, étude des sources grâce aux éléments-traces et aux caractéristiques isotopiques, etc.).

  • 14 Voir, pour l’argent, J. Condamin, M. Picon, « Changes Suffered by Coins in the Course of Time and (...)

12L’analyse de monnaies anciennes impose en pratique de connaître au préalable la nature des alliages et leurs caractéristiques d’altération, de prendre en compte les particularités géométriques des pièces (en particulier l’épaisseur) et d’adapter les paramètres expérimentaux aux exigences qui en découlent14. La fiabilité des résultats suppose de plus la mise au point de protocoles analytiques spécifiques aux différents types d’alliages monétaires, la mesure de la précision et de la justesse des concentrations à partir d’étalons certifiés et le contrôle permanent des mesures effectuées. Il est dorénavant possible de produire des résultats fiables, vérifiés et exploitables pour l’historien. En effet, le titre de fin des alliages est une donnée qui demeure inchangée entre la fabrication de la pièce et la mesure effectuée par l’analyste moderne, à condition de pouvoir aller le mesurer au cœur des alliages. L’altération entraîne des modifications de composition d’une couche superficielle d’épaisseur variable, ce qui constitue un des principaux obstacles à l’obtention de données fiables. C’est évident si on s’en tient à des méthodes d’analyse « de surface », mais la part inconnue du métal affecté par l’altération superficielle entache aussi d’un certain degré d’incertitude des analyses obtenues par des méthodes « globales », analysant l’ensemble de la pièce – surtout pour les minces deniers médiévaux présentant une large surface pour une masse assez faible.

13L’analyse des monnaies d’argent au Centre Ernest-Babelon d’Orléans s’effectue par une méthode appelée ICP-MS avec prélèvement par ablation laser, ou LA-ICP-MS. Il s’agit d’un protocole que l’on peut considérer comme non destructif, dans la mesure où les impacts du laser ne sont pas visibles à l’œil nu : d’un diamètre de 80 microns (soit moins d’un dixième de millimètre), ils s’intègrent parfaitement aux défauts de surface des monnaies, et ne causent pas de dommages visibles à ces objets précieux. Ce type d’analyse permet de réaliser des profils de concentration pour chaque élément dosé, approche innovante grâce à laquelle il est possible d’observer l’évolution de la teneur en argent au cours de la progression de l’ablation laser vers l’intérieur de la pièce et donc de s’affranchir de la couche de surface perturbée qui affecte fréquemment les monnaies de ce type. Cette approche est à l’heure actuelle la seule qui offre la possibilité de remonter, sans destruction, au cœur de la monnaie à l’information fondamentale de la composition des alliages monétaires tels qu’ils ont été travaillés par les métallurgistes anciens (sauf cas d’hétérogénéité des alliages). L’analyse par LA-ICP-MS permet de doser l’ensemble des éléments majeurs, mineurs et traces qui sont présents dans les alliages. Les paramètres sont de plus adaptables aux caractéristiques du corpus monétaire considéré.

14Nous reviendrons sur les teneurs en éléments-traces qui figuraient dans l’alliage monétaire à l’insu des métallurgistes médiévaux. Les teneurs en métal précieux permettent de réfléchir sur le titre, l’aloi fixé pour leurs monnaies par les autorités médiévales. Mais là encore, il importe de savoir si des écarts mesurés par l’archéométrie ont historiquement une signification et s’ils n’échappaient pas aux capacités de mesure des ateliers monétaires qui produisaient ces monnaies, des contrôleurs qui autorisaient leur mise en circulation ou des changeurs qui les manipulaient.

  • 15 Selon les textes du xiiie siècle, celle-ci porte le plus souvent sur une demi-once ou 12 deniers ( (...)
  • 16 Pour le xiiie siècle, elle était de 1/64e pour l’argent de Montpellier, 1/24e pour l’argent du roi (...)

15Les connaissances actuelles en archéométallurgie donnent une bonne idée de la chaîne opératoire de production de l’argent pendant le Moyen Âge. Le cas de la mine de Melle en Poitou, dont la phase d’exploitation la plus intense est datée de la période carolingienne et qui a fait l’objet d’un vaste projet pluridisciplinaire (projet ANR Fahma, qui s’achève en 2013), est de ce point de vue particulièrement informatif. Les recherches archéologiques, les expérimentations et le travail de laboratoire permettent de cerner les différentes étapes conduisant à l’obtention de l’argent et de caractériser et quantifier les produits qui en sont issus. La première étape après l’extraction de la galène (un sulfure de plomb) consiste à isoler le plomb métallique contenu dans ce minerai. Au cours de cette opération sont produites des scories vitreuses riches en plomb qui, une fois retraitées, prennent la forme de galets de verre (ou « lissoirs ») caractéristiques de la production melloise, que l’on retrouve dans de nombreux sites européens, en particulier côtiers, pendant le haut Moyen Âge. Le plomb métallique obtenu est ensuite soumis à l’opération de coupellation, qui consiste à l’oxyder dans une coupelle poreuse. L’oxyde de plomb ainsi créé est peu à peu absorbé avec les impuretés jusqu’à ce qu’il ne reste que le métal noble dans la coupelle : c’est le bouton d’argent. La coupellation était aussi utilisée, à échelle réduite, pour l’essai du titre de fin des alliages. Le corpus de textes à partir du xiiie siècle qui a pu être réuni témoigne de la grande capacité des métallurgistes et monnayeurs à maîtriser le titre des lingots et des monnaies. Le bouton d’argent obtenu était pesé et on en déduisait le titre par comparaison avec la masse initiale de la prise d’essai15. Pour éviter les pertes de métal qui risquaient de se produire lorsque l’essai était poussé à son terme extrême, une légère proportion d’impuretés était tolérée dans l’argent qui servait de référence16.

  • 17 J. L. Gay-Lussac, Instruction sur l’essai des matières d’argent par la voie humide, Paris, 1832. L (...)
  • 18 Cette règle, bien établie en France au xive siècle, est attestée par exemple dès 1283 dans le bail (...)

16L’essai par voie humide introduit par Gay-Lussac vers 1830 a permis d’observer que l’essai par coupellation pratiqué dans les meilleures conditions introduisait une légère déviation par rapport au titre réel, une déviation malheureusement variable, surtout pour les titres de bas argent17 (autour de 20 ‰). Les observations faites alors à la Monnaie de Paris montraient de plus que les lingots d’alliages à bas titre présentaient des hétérogénéités de titre. Si on ajoute à cela d’une part les marges d’erreur (connues) des méthodes d’analyses archéométriques et d’autre part les tolérances prévues sur le titre, maximisées grâce à l’usage selon lequel il suffisait qu’un essai sur les trois qui étaient pratiqués soit conforme pour que la monnaie soit jugée de bon titre18, on pourrait rencontrer dans le pire des cas des monnaies dont le titre se révèlerait inférieur de plusieurs pour cent au titre requis et qui auraient été considérées comme de très bon titre à l’époque, sans qu’il soit nécessaire de chercher une explication du côté de la fraude dans les ateliers ou de l’incompétence des techniciens de l’époque – l’une et l’autre étant néanmoins bien attestées pour la période où les textes sont conservés. Pas plus que celui des masses, le contrôle des titres n’ouvrait la voie à des variations inconsidérées, dans la mesure évidemment où l’essayeur maîtrisait la technique complexe de l’essai. La validation croisée des analyses et des données textuelles lorsqu’elle est possible incite à postuler la représentativité des résultats analytiques pour les périodes antérieures, d’autant que la variabilité des résultats obtenus n’y est pas plus importante.

17Dans ces conditions les données de la métrologie et de l’analyse archéométrique apportent des informations originales sur les monnaies : elles viennent confirmer la qualité des procédures de fabrication et de contrôle ou signaler les relâchements qui pouvaient se produire à certaines périodes ou dans certains ateliers ; elles contribuent d’autre part à préciser les conditions d’émission fixées par les autorités monétaires en signalant d’éventuelles réformes ou altérations.

Le titre d’argent des deniers

18La période carolingienne est caractérisée par une succession d’émissions monétaires dont la durée peut varier de quelques années à plusieurs décennies datées selon leur attribution à un souverain et d’après leurs types. Plusieurs modes de représentations peuvent être adoptés pour étudier l’évolution du titre d’argent des pièces. Nous avons choisi de représenter pour chaque période d’émission la valeur moyenne, accompagnée de barres d’erreurs correspondant à l’écart-type relatif calculé à partir de l’ensemble des valeurs prises en compte, qui révèlent la dispersion des données autour de la moyenne. Il est ainsi possible de suivre, sur plus d’un siècle, l’évolution de la pureté des alliages monétaires carolingiens et d’évaluer le contrôle de leur qualité (fig. 3).

NB : la moyenne est accompagnée de barres d’erreurs représentant l’écart-type relatif calculé pour l’ensemble des valeurs.
Figure 3 Représentation graphique du titre d’argent des monnaies carolingiennes par période d’émission entre 751 et 877

19Pour une étude plus approfondie de chaque période d’émission, des histogrammes de répartition des valeurs de titre sont d’une aide précieuse, mais cela suppose d’avoir pu procéder à l’analyse d’un échantillon suffisant pour que leur lecture corresponde à la réalité des émissions. La comparaison sur ces graphiques pour les différentes périodes d’émission, du titre mais aussi de la masse de ces mêmes exemplaires, permet d’approfondir la réflexion sur le contrôle de la frappe et sur les politiques monétaires. Deux moments significatifs sont ici mis en lumière : la réforme de Charlemagne de l’hiver 793-794, déjà évoquée à propos de l’étude métrologique des espèces, et l’édit de Pîtres de Charles le Chauve en 864 (fig. 4 et 5). L’augmentation du titre moyen est limitée dans le premier cas, de l’ordre de quelques pour cent seulement, mais elle atteint plus de 20 % dans le second. Pour ces deux exemples, les histogrammes de répartition mettent surtout en évidence une nette amélioration de la standardisation du titre de métal précieux des deniers (l’écart-type relatif passe dans le premier cas de 4,7 % à 2,3 %, et dans le second de 18,3 % à 2,1 %), signe de l’efficacité des réformes, deux éléments qui s’ajoutent aux données historiques, typologiques et métrologiques.

Figure 4 — Histogrammes de répartition des titres d’argent des deniers de Charlemagne frappés avant et après la réforme de 793/4

Figure 5 — Histogrammes de répartition des titres d’argent des deniers de Charles le Chauve frappés avant et après la réforme de 864

Des impuretés précieuses pour l’historien : les éléments-traces

  • 19 Et c’est précisément la combinaison de ces deux types d’analyses qui fait l’intérêt et l’originali (...)

20L’analyse de la composition élémentaire des monnaies anciennes permet le dosage de nombreux éléments mineurs et traces particulièrement peu concentrés et introduits dans l’alliage (argent-cuivre) en tant qu’impuretés des métaux le composant sans que les métallurgistes anciens aient conscience de leur présence. Des variations observées dans les teneurs de certains, corrélées au classement numismatique, peuvent indiquer des différences dans l’origine du minerai d’argent. Dans les cas les plus favorables, il est possible de corréler les teneurs en éléments-traces de certaines monnaies avec les caractéristiques d’une exploitation minière connue. Le renfort des analyses des rapports isotopiques du plomb, susceptibles de relier une mine avec des échantillons métalliques comme les monnaies, peut être précieux pour de telles études19.

21Le dosage de certains éléments-traces peut également nous renseigner sur le contexte de fabrication des espèces monétaires. Le cas du zinc est, de ce point de vue, particulièrement révélateur pour les deniers carolingiens. Les procédés anciens de métallurgie de l’argent produisent du métal au sein duquel la teneur de cet élément ne peut excéder la fraction de pour cent. Or on a mesuré, pour certaines des émissions carolingiennes, comme pour d’autres périodes, des concentrations en zinc de plusieurs pour cent (fig. 6). Ce métal n’était pas connu en tant que tel durant tout le Moyen Âge ; il est donc inenvisageable qu’il ait été ajouté seul à l’argent. Les teneurs élevées en cuivre qui accompagnent le zinc suggèrent le mélange de laiton (alliage cuivre-zinc) au métal de base des monnaies. Il est frappant que les teneurs très élevées en zinc apparaissent autour de 840, au moment des querelles entre les successeurs de Louis le Pieux et de l’intensification des raids vikings sur le territoire carolingien. Cette période est également caractérisée par la baisse marquée du titre moyen des alliages monétaires et l’augmentation significative de la dispersion des valeurs. En Francie occidentale, la réforme monétaire de l’édit de Pîtres de 864 marque le retour à un standard de titre élevé, qui se traduit par la disparition du zinc résiduel dans le stock métallique en circulation. La teneur est ramenée à un niveau proche de celui observé pour les années 793/4-812 sous Charlemagne. Ces résultats reflètent la refonte d’alliages métalliques vils pour augmenter le volume des espèces produites entre 840 et 864, durant une période de troubles internes et externes. L’efficacité de la reprise en main par le pouvoir royal de la frappe monétaire à l’occasion de l’édit de Pîtres est ainsi mise en évidence par des facteurs d’ordre numismatique et analytique. Sur la figure 6 les points correspondant aux monnaies de la dernière période d’émission de Louis le Pieux, entre 822/3 et 840, recouvrent l’ensemble de la gamme de combinaisons titre/zinc observées sur l’ensemble de la période. Cela permet de supposer une lente évolution de la composition du stock métallique en circulation, homogène et de bon titre au début du ixe siècle, vers des alliages de titres plus faibles et plus variables, et de teneurs en zinc de plus en plus fortes jusqu’à la réforme de 864.

NB : échelle logarithmique en ordonnée.
Figure 6 — Représentation des teneurs en zinc en fonction du titre d’argent pour les monnaies de Charlemagne, Charles le Chauve et Lothaire

22Les masses et les rythmes de la fabrication peuvent ainsi être approchés et évalués grâce aux teneurs en éléments-traces, dans la mesure où ceux-ci sont conservés au fil des refontes du métal. C’est aussi le cas des rapports isotopiques du plomb caractérisant un gisement minier et qui permettent d’engager des enquêtes sur les sources d’approvisionnement métallique des ateliers monétaires. Autant de mesures qui apportent des séries de données inédites à la réflexion historique pour interpréter le monnayage des périodes anciennes et pour vérifier les compétences des techniciens et les capacités des autorités monétaires à contrôler et orienter l’émission monétaire. Pour cerner encore mieux les enseignements que nous donne cette connaissance technique de la frappe et de la composition des monnaies, il faut se tourner vers l’approche isotopique dont la combinaison avec les traces pourrait permettre de nouvelles avancées ; pour l’instant ces recherches sont encore en cours et il serait imprudent d’en préjuger les résultats.

Notes

1 Le plus fameux est celui du Florentin Francesco Balducci Pegolotti, connu sous le nom de La Pratica della mercatura, éd. A. Evans, Cambridge Mass., 1936.

2 Une partie significative de ces résultats est présentée par Guillaume Sarah (Caractérisation de la composition et de la structure des alliages argent-cuivre par ICP-MS avec prélèvement par ablation laser. Application au monnayage carolingien, doct. de chimie, Univ. d’Orléans, 2008), en attendant la parution prochaine du catalogue des monnaies carolingiennes de la Bibliothèque nationale de France incluant l’ensemble des compositions des exemplaires étudiés.

3 Nicolas Oresme, De moneta, chap. 16 : « appeler denier ce qui n’est pas en vérité un denier et livre ce qui n’est pas une livre […] n’est pas autre chose que de perturber l’ordre de la nature et de la raison », trad. F. Chartrain, Traité des monnaies Nicolas Oresme et autres écrits monétaires du xive siècle, éd. C. Dupuy, Lyon, 1989.

4 Dès 1514 et le De asse et partibus ejus, de Guillaume Budé. Pour des notions générales sur la métrologie en numismatique médiévale, voir M. Bompaire, F. Dumas, Numismatique médiévale : monnaies et documents d’origine française, Paris, 2000, p. 511-513.

5 La perte de métal consécutive à l’usure des pièces durant leur utilisation. Voir F. Delamare, Le frai et ses lois, Paris, 1994 (Cahier Ernest Babelon, 5).

6 C. Carcassonne, Méthodes statistiques en numismatique, Louvain-la-Neuve, 1987. Voir pour la période carolingienne une étude exemplaire dans F. Dumas-Dubourg, Le Trésor de Fécamp et le monnayage en Francie occidentale pendant la seconde moitié du xe siècle, Paris, 1971. On peut aussi recourir aux chapitres Statistics in numismatics, rédigés notamment par Warren Esty dans les bilans bibliographiques, Survey of numismatic research, publiés à l’occasion des congrès internationaux de numismatique quinquennaux, rubrique qui a disparu à l’occasion du dernier congrès tenu à Glasgow (2009).

7 A. Stahl, Zecca. The Mint of Venice in the Middle Ages, Baltimore-Londres, 2000, p. 362-363 pour le cas des soldini de 0,47 g en 1391.

8 Calculs opérés à partir des données d’Alan Stahl (ibid.) et des observations statistiques de S. M. Stigler, Statistics on the Table. The History of Statistical Concepts and Methods, Londres, 1999, chap. 21 (The Trial of the Pyx), p. 383-402, ou de G. Russo, M. Chiementi, « Sulla tolleranza del peso nelle emissioni auree del tardo Medio Evo italiano », Rivista italiana di numismatica, 100 (1999), p. 349-352.

9 Les récentes recherches d’Adrien Arles (« Études des structures et des objets liés à la fabrication de la monnaie », L’atelier monétaire royal de La Rochelle, dir. P. Mille, F. Téreygeol, Rennes, 2011, p. 83-148), couplées aux apports de l’archéologie expérimentale, aboutissent à la même conclusion pour le xvie siècle, et il est légitime de penser que les procédés techniques employés dès les premiers Carolingiens s’en rapprochent.

10 Par exemple dans le manuel du pseudo-Chiarini, rédigé vers 1380, El libro di Mercatantie e Usanze di paesi, éd. F. Borlandi, Turin, 1936, p. 135-136, § 44, A sbolzonare monete d’argento.

11 J. Lafaurie, « Contribution à l’étude du poids réel des monnaies », Bulletin de la Société française de numismatique, 25 (1970), n2, p. 491-493, repris dans Statistics and Numismatics, éd. T. Hackens, C. Carcassonne, Strasbourg, 1981 (Pact, 5), p. 420-423.

12 Id., « Numismatique. Des Carolingiens aux Capétiens », Cahiers de civilisation médiévale, 13 (1970), no 1, p. 117-137, ici p. 123-124. Des histogrammes de répartition par période d’émission peuvent être consultés dans les sections consacrées à la métrologie dans K. F. Morrison, H. Grunthal, Carolingian Coinage, New York, 1984, p. 32-64, et G. Depeyrot, Le numéraire carolingien. Corpus des monnaies, 3e éd., Wetteren, 2008, p. 68-82.

13 Lafaurie, « Numismatique… », loc. cit. n. 12, p. 124.

14 Voir, pour l’argent, J. Condamin, M. Picon, « Changes Suffered by Coins in the Course of Time and the Influence of these on the Results of Different Methods of Analysis », Methods of Chemical and Metallurgical Investigation of Ancient Coinage, éd. E. T. Hall, D. M. Metcalf, Londres, 1972, p. 49-66.

15 Selon les textes du xiiie siècle, celle-ci porte le plus souvent sur une demi-once ou 12 deniers (une quinzaine de grammes), mais l’essai sur 3 deniers seulement, soit moins de 4 g, est déjà bien attesté, comme à l’inverse des essais sur 45 g ou 180 g.

16 Pour le xiiie siècle, elle était de 1/64e pour l’argent de Montpellier, 1/24e pour l’argent du roi de France et un peu moins de 1/12e pour l’argent esterlin d’Angleterre.

17 J. L. Gay-Lussac, Instruction sur l’essai des matières d’argent par la voie humide, Paris, 1832. L. Calmels, « Problèmes posés par les essais de l’argent en France et à la fin du Moyen Âge », Bulletin de la Société française de numismatique, 55 (2000), p. 120-124. Ead., « La précision des essais d’argent remise en question. Les papiers d’Arcet à la Monnaie de Paris », Revue numismatique, 158 (2002), p. 5-14.

18 Cette règle, bien établie en France au xive siècle, est attestée par exemple dès 1283 dans le bail de la monnaie de Namur : « et puis ke li troi asais seront fais et li uns des trois asais seroit treuvé bon la monnoie doist estre boinne et delivré ».

19 Et c’est précisément la combinaison de ces deux types d’analyses qui fait l’intérêt et l’originalité du projet ANR Fahma évoqué ci-dessus à propos du métal de Melle.

Table des illustrations

Légende NB : on a indiqué le poids légal et l’intervalle de tolérance.Figure 1 — Histogramme de répartition des masses des saluts d’or du trésor de La Lucerne (xve siècle)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/28584/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Légende Figure 2 : Histogrammes de répartition des masses des monnaies frappées avant et après la réforme monétaire de Charlemagne de 793/4
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/28584/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Légende NB : la moyenne est accompagnée de barres d’erreurs représentant l’écart-type relatif calculé pour l’ensemble des valeurs.Figure 3 Représentation graphique du titre d’argent des monnaies carolingiennes par période d’émission entre 751 et 877
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/28584/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Figure 4 — Histogrammes de répartition des titres d’argent des deniers de Charlemagne frappés avant et après la réforme de 793/4
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/28584/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Figure 5 — Histogrammes de répartition des titres d’argent des deniers de Charles le Chauve frappés avant et après la réforme de 864
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/28584/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Légende NB : échelle logarithmique en ordonnée.Figure 6 — Représentation des teneurs en zinc en fonction du titre d’argent pour les monnaies de Charlemagne, Charles le Chauve et Lothaire
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/28584/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 112k

© Éditions de la Sorbonne, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540